Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie I. Le bon usage : les origines de la tradition française

« Bel usage » et variations selon l’abbé de Bellegarde

Éric Tourrette

Texte intégral

1La présence des Réflexions sur l’élégance et la politesse du stile de l’abbé (Morvan) de Bellegarde (1735 [1695]) peut surprendre dans le présent volume. En effet, des deux formules concurrentes « bon usage » et « bel usage », Bellegarde n’utilise que la seconde (p. 5) : on peut comprendre que dans sa pratique de grammairien il n’oublie jamais la part du jugement esthétique ni les charmes de l’honnêteté. Vaugelas semblait assimiler les deux notions dans la préface des Remarques, mais les commentateurs les dissocient parfois, selon une différence de degré ou de nature : le « bel usage » serait ainsi « plus exigeant » (Ayres-Bennett 1987, p. 49), ou ferait appel « au jugement esthétique naturel » (Trudeau 1992, p. 74). Remarqueur authentiquement mondain, Bellegarde adopte un ton relativement souple, et modalise volontiers son propos : « il me semble », « je crois » (passim). Cet éminent théoricien de la conversation honnête sait pertinemment qu’« on ne doit jamais parler avec des airs d’autorité » (La Rochefoucauld 1976, p. 170). Il hésite parfois sur la légitimité du terme de « faute », le jugeant excessif car il suggère une logique radicale, sans nuances, du tout ou rien : « l’on trouve dans tous les bons Auteurs des exemples de cette faute, si c’en est une » (p. 283). De même que Vaugelas, qui « emploie clairement une échelle d’acceptabilité » (Ayres-Bennett 1987, p. 49), Bellegarde utilise parfois les degrés de commensuration dans ses appréciations : « l’expression seroit plus éxacte » (p. 253). Certaines infractions sont donc explicitement présentées comme moins condamnables que d’autres : « ces fautes ne sont pas fort considérables » (p. 258).

2Bellegarde ne méconnaît pas les hésitations effectives de l’usage, notamment littéraire, et à l’occasion en tire argument pour rejeter un avis autorisé : « le Pere Bouhours a décidé nettement qu’efficacité n’est pas François […] cependant j’ai lû efficacité dans des Livres bien écrits » (p. 289-290). Quand il le faut, il sait aussi opposer la pression impérieuse de la collectivité à ses propres intuitions individuelles : « je n’aime point le terme de déranger, dans la signification qu’on lui donne : cependant mille gens s’en servent » (p. 67). Il peut certes camper sur ses positions : mais il le fera toujours avec modération et prudence, fidèle en cela à un précepte qu’il a souvent formulé dans ses traités de civilité, selon lequel il ne faut pas se rendre incommode à force de s’obstiner dans ses idées personnelles contre l’opinion générale. En somme, il reconnaît pleinement, fût-ce à contrecœur, sa soumission à l’usage, saisi dans son flou ou sa diversité, et en accepte les errements ponctuels : « il y a de certaines expressions, qui ne sont pas les plus régulières du monde, à les éxaminer de près, mais qui ne laissent pas d’être Françoises, parce que l’usage les autorise » (p. 198). L’usage est donc le critère ultime, la condition nécessaire et suffisante d’acceptabilité, qui dans les cas délicats permet de trancher le débat : « si l’usage l’autorise, on peut en user sans scrupule » (p. 372). Cette modération générale du propos se manifeste encore par une approche de la grammaire qui, loin d’imposer un mode d’expression exclusif et homogène, accepte la diversité des pratiques effectives, et dégage, bon gré mal gré, les « variations » que distingue aujourd’hui la sociolinguistique : diatopiques, et surtout diaphasiques et diastratiques.

1. Variations diatopiques

3Force est de constater que la récolte est maigre dans le domaine des usances (Damourette et Pichon 1911-1940, § 34). Lui-même Breton, mais pleinement acclimaté à la vie parisienne des salons à la mode, Bellegarde se soucie peu de régionalismes : son lectorat est de toute façon ciblé et limitatif. Il observe simplement, avec une périphrase évasive, que « les gens d’une certaine Province » (p. 256, 384) ont tendance à utiliser de au lieu de à. Vaugelas, plus précis, observait déjà qu’avec le verbe commencer, « il faut dire à apres, & non pas de, comme disent les Gascons » (1647, p. 424).

2. Variations diaphasiques

4En parfaite adéquation avec les dogmes de l’honnêteté, qui est d’abord un art de l’àpropos, de l’adaptation aux circonstances de l’énonciation, Bellegarde se montre fort attentif aux variations diaphasiques : il associe de multiples critères qui ne se recoupent que partiellement, et qui le conduisent à émettre des jugements d’acceptabilité variables. Certains codes sont plus contraignants que d’autres : ce que celui-ci accepte est exclu de celui-là.

2.1 Vers vs prose

5Ainsi, le vers est plus adapté aux « expressions riches » (p. 8), quand la prose « doit être plus simple » (p. 24). Le vers est donc, pour le vocabulaire, plus accueillant que la prose : « ce tour récherché qui fait la beauté de la Poësie, ne se peut permettre en Prose » (p. 25). Et les interdits de tomber, explicitant les connotations d’affectation : sont bannies de la prose les formules « ame fardée » (p. 93), « l’aurore commençoit à paroître » (p. 95), « les foibles raions de l’aurore commencent à percer les voiles épais des ténèbres » (p. 96)… De même, certaines figures sont, pour Bellegarde, quasi réservées aux vers : les « periphrases » (p. 153) et certaines « expressions métaphoriques » (p. 183), comme « le Prince qui fouëtta la mer, vouloit dompter l’orgueil de cet élément » (p. 175), et plus particulièrement les images mythologiques, comme « Thétis s’apprête à rendre le Soleil » (p. 211). Trois proscriptions se télescopent donc en prose : proscription lexicale des termes jugés affectés, proscription rhétorique des figures les plus alambiquées, proscription éthique des référents allégoriques empruntés au paganisme. D’une façon générale, la prose et la communication quotidienne excluent tout ce qui apparaît « empoulé », « emphatique », « récherché » ou « affecté » (p. 20-21).

2.2 Style bas vs style sublime

6L’antique typologie rhétorique des styles conduit à des conclusions voisines. Commentant des vers de Racine, Bellegarde observe : « ce stile sublime & relevé ne convient qu’à de grands sujets » (p. 8). Inversement, il dit du nom d’agent preneur : « je ne crois pas qu’on puisse s’en servir dans un stile sublime » (p. 369). Sa position sur ces questions, parfaitement traditionnelle, se ramène à deux préceptes. Il y a, d’une part, un impératif d’adéquation du style à la matière traitée, souvent rappelé : « se faire entendre d’une manière qui convienne au sujet que l’on traite » (p. 19). Cet idéal de convenance, qui postule une homologie du ton et du sujet, est souvent exprimé en termes, quasi mathématiques, de proportion : « choisir des termes proportionnez à la matière dont on traite » (p. 13). Les dogmes de l’empire rhétorique rejoignent ici ceux de la conversation honnête : « on ne doit jamais […] se servir de paroles et de termes plus grands que les choses » (La Rochefoucauld 1976, p. 170). Le second impératif est celui de la cohérence interne du code adopté, sans ruptures ni inversions : « ce qui a bonne grace dans la bouche d’un Empereur, deviendroit ridicule dans la bouche d’un valet », et inversement « il n’est pas moins ridicule d’exprimer bassement des choses qui mériteroient les plus riches expressions » (p. 410, 412). Le nivellement du ton, au nom de la crédibilité, conduit ainsi à fuir, comme Charybde et Scylla, aussi bien une dégradation burlesque qu’une emphase héroï-comique.

2.3 Ton plaisant vs ton sérieux

7L’opposition du ton badin et du ton sérieux joue un rôle essentiel dans les Réflexions : il est constamment rappelé que celui-ci rejette ce que celui-là admet sans difficultés. La plaisanterie ouvre grandes les portes de la tolérance. L’uniceptif « ne… que » s’impose comme l’expression grammaticale privilégiée de cette acceptabilité modulable : « Moliére ne s’est servi de ce tour qu’en plaisantant » (p. 24), « on ne se sert de ces expressions qu’en badinant & en plaisantant » (p. 63), « ils ne le disent qu’en riant » (p. 266)… La question des tons recoupe celle des genres : on estime au XVIIe siècle que les mots bas « sont tolérés dans le burlesque, et d’autres formes comiques qui lui sont liées, telles que la satire » (Ayres-Bennett 2004b, p. 75). C’est aussi la position de Bellegarde : « le Burlesque & le Comique souffrent des expressions, qui ne trouveroient point de place dans un ouvrage sérieux » (p. 65). Tout n’est pas permis, néanmoins, même en contexte plaisant : la parole est plus libre, mais elle demeure encadrée. En particulier, Bellegarde n’a que dédain pour les « jeux de mots », c’est-à-dire les figures fondées sur la seule parenté des signifiants (paronomases, calembours ou polyptotes), qui lui paraissent gratuites et excessivement artificielles, quelles que soient les circonstances : « on ne les pardonne qu’avec peine aux honnêtes gens, même en badinant dans une conversation libre » (p. 185). C’est encore un trait d’époque : « après Vaugelas, un consensus assez large se fera autour du rejet de l’allusion », au nom de la « recherche d’un caractère profondément “grave” de la langue » (Siouffi 2010, p. 319, 321).

2.4 Oral vs écrit

8Enfin, l’opposition qui est le plus longuement analysée dans les Réflexions, et la plus fondamentale de toutes, est celle de l’écrit et de l’oral. Bellegarde considère, comme Vaugelas, que l’écrit suppose « de plus grandes exigences », alors que l’oral « est plus souple et spontané » (Ayres-Bennett 2004b, p. 25). Encore toutes les conversations ne sont-elles pas à mettre au même rang : une distinction de registre intervient de surcroît, et « le discours ordinaire permet quelques libertez, qu’on ne doit point se donner […] dans des conversations polies & sçavantes » (p. 379). Les jugements d’acceptabilité varient donc, pour la même phrase, selon le code utilisé : « je ne condamnerois point ce tour dans un entrétien familier : mais quand on écrit, il faut être plus éxact » (p. 109). La grammaire, semble-t-il, se dédouble : la règle est d’abord affaire de contexte. Inscrite dans le présent, la conversation vise avant tout le plaisir immédiat de la convivialité : elle doit donc rester vive, alerte, primesautière, et perdrait de sa grâce et de sa légèreté à exiger trop d’exactitude linguistique. En revanche, l’écrit s’inscrit dans la durée : on peut se relire, se corriger, tendre vers toujours plus de précision, ne fût-ce que par politesse envers son lectorat. L’ennemi de la conversation, du plaisir, du naturel, c’est la gêne : « il ne se faut point gêner dans la conversation familiere » (p. 300). C’est pourquoi « on y tolere des locutions basses, aisées, familieres, qui ne pourroient trouver leur place dans un Ouvrage de conséquence » (ibid.).

9La conversation ouvre largement la gamme des registres admis, que restreint fortement l’écrit. Bellegarde note, au sujet de formules telles que « il entend le manège » ou « se donner des airs » : « je ne conseillerois point trop de s’exprimer de la sorte en écrivant ; on n’y régarde pas de si près dans la conversation » (p. 65). De même, seule la conversation familière autorise selon lui « on compte sans son hôte » (p. 142), « je vous rends graces » (p. 305), ou les mots « ridiculité » ou « matoiserie » (p. 371). Bellegarde est ainsi conduit à dresser une liste des « termes de conversation » (p. 300-306) qui partagent une connotation de familiarité, aujourd’hui plus difficile à percevoir, et qui lui paraissent exclus de la noblesse de l’écrit : « faire piece à quelqu’un », « il est en belle passe », « mettre sur le bon pied », « rompre en visiere », « rire au nez », « il est sur les épines »… Ces formules ont certes le mérite d’être métaphoriques, mais peut-être leur lien à l’indigne matérialité reste-t-il trop vif, notamment quand il s’agit de l’indicible par excellence, c’est-à-dire des parties du corps humain. Dans Malherbe déjà, les « expressions étiquetées « plébées » ou « sales » […] ont souvent trait au domaine du corps » (Trudeau 1992, p. 152). Le sens propre, trop perceptible encore, tire ces expressions vers le bas. Le « stile de la conversation » (p. 102), c’est donc d’abord un lexique spécifique.

10Mais la conversation impose aussi sa propre syntaxe. En particulier, l’abbé de Bellegarde juge avec sévérité toutes les formes d’ellipses, même parfaitement limpides et usuelles, quand il s’agit d’ouvrages publiés : il exige alors, avec un acharnement compulsif, de répéter les termes effacés, préférant l’exactitude et la clarté syntaxiques à la légèreté de la phrase. Il est loin d’être le seul : « l’exigence de répétition, véritable point de focalisation des remarqueurs de la fin du XVIIe siècle » (Siouffi 2010, p. 77). En revanche, Bellegarde admet l’ellipse dans la conversation, où un impératif de rapidité évite de faire languir le rythme de l’échange : « peut-être que dans la conversation cette manière abrégée passeroit » (p. 107). La conversation autorise notamment les « zeugmes divergents » (Damourette et Pichon 1911- 1940, § 1363) du type « ces choses ne sont pas si considérables par elles-mêmes, que par l’estime qu’on en fait » (p. 104) ou « il compte sur moi, & moi sur lui » (p. 106), avec passage du négatif au positif ou changement de personne.

11La conversation, pourtant, a aussi ses refus, ses portes ne sont pas si béantes qu’on le croirait. Pour préserver son ton spécifique, fait d’élégante souplesse et d’agréable simplicité, elle doit, selon Bellegarde, éviter les travers de l’affectation, et en particulier tout ce qui sent la préciosité : « il faut se servir dans la conversation d’expressions simples & familieres », et l’on se gardera bien de dire « évaporer sa douleur en plaintes & en invectives » (p. 128) ! Est ainsi refusé un jargon (Damourette et Pichon 1911-1940, § 37), c’est-à-dire un langage délibérément « inintelligible pour les non initiés ». Les métaphores doivent aussi s’y faire discrètes : on ne dira pas « dévorer toutes ces difficultez », car « cette métaphore est trop forte pour la conversation » (p. 181-182). À plus forte raison, on évitera enfanter pour « produire » (p. 159) : cette image, trop proche des réalités organiques, fait dangereusement affleurer toute la part refoulée de la libido… Sont ainsi exclus de la conversation, par peur du ridicule qui naîtrait d’une recherche stylistique excessive, l’article zéro dans une énumération (« le vent renversa Tours, Palais, Cabanes, Eglises », p. 254) et les dislocations (« les femmes qui donnent du côté de la sévérité, on les accuse », p. 356). En français moderne, on serait au contraire tenté de voir dans ce type de thématisations une caractéristique du français parlé : leur valeur sociolinguistique semble s’être inversée. Il est vrai toutefois que la conversation honnête, à laquelle songe constamment Bellegarde, est plus surveillée que l’usage quotidien actuel.

2.5 Combinaisons de codes

12De l’une à l’autre de ces oppositions, on voit assez nettement apparaître, d’une part, des formes ouvertes, tolérantes, souples ; d’autre part, des formes fermées, sélectives, rigides. Ces divers systèmes peuvent entrer en discordance ou, au contraire, se combiner et se renforcer mutuellement, ils peuvent, pour ainsi dire, être en phase ou en opposition de phase : si la conversation badine est l’occasion de bien des licences, en revanche un texte écrit sur un ton sérieux suppose une folle exigence, à peu près irréalisable. À qui en douterait, il n’est que de consulter les très nombreux exemples de prétendues infractions que Bellegarde croit repérer dans ses propres œuvres, avec une franchise qui force le respect : la formule « c’est une faute que j’ai faite » (passim) est l’une des plus récurrentes du volume. Pas un instant le bon abbé ne s’avise que si lui-même, si vétilleux, a fait tant de « fautes », c’est peut-être que ce ne sont pas vraiment des fautes ; pas un instant il ne remet en cause au nom de l’observation de sa propre pratique les règles qu’il édicte. Le bel usage devient alors un rêve lointain, un idéal inaccessible en pratique, plutôt qu’un garant objectif. La grammaire de l’abbé de Bellegarde, par là abstraite et théorique, court assurément le risque de se couper des énoncés effectifs. Elle est quête de l’impossible.

3. Variations diastratiques

13Bellegarde partage avec d’autres remarqueurs classiques une attention particulière aux variations diastratiques, celles où les structures de la société coïncident le plus étroitement avec les structures de la langue : dis-moi comment tu parles, je te dirai qui tu es.

3.1 Critère du sexe

14Bellegarde reproche aux femmes un goût pour le « stile guindé » (p. 95) et tend à les assimiler indistinctement à des précieuses. Elles ont donc selon lui tendance à abuser des néologismes, quand les hommes sont supposés plus modérés : « les femmes se font honneur de répeter éternellement les mots qui ne font que de naître, & qui ne sont pas encore autorisez par l’usage » (p. 385-386). Cette formule est particulièrement révélatrice des présupposés de l’auteur puisqu’elle oppose l’usage aux femmes, comme si celles-ci n’étaient pas partie intégrante de celui-là, alors même que Vaugelas voyait en elles le meilleur garant qui soit (1647, p. 503). Bellegarde fait donc sienne une idée fréquente à l’âge classique : « les femmes sont condamnées […] parce qu’elles créent de nouveaux mots et expressions » (Ayres-Bennett 2004b, p. 111).

3.2 Critère de la classe

15Mais ce sont surtout les parlures (Damourette et Pichon 1911-1940, § 36), caractéristiques d’une classe, qui retiennent l’attention de Bellegarde. La plupart des observations qu’il leur consacre portent sur les mots qui « sentent le bourgeois », voire « le paysan » : ce verbe est certes tout à fait usuel en ce temps pour désigner ce type de connotations sociales, mais il n’en reste pas moins révélateur d’un arrière-plan idéologique lourd de préjugés de caste, sous la plume d’un représentant de la petite noblesse. On soupçonne parfois que le sème olfactif n’a pas entièrement disparu, par syllepse : « tourner autour du pot […] sent la cuisine dont il a été tiré » (p. 309). La micro-société raffinée des honnêtes gens s’isole dans sa supériorité supposée, tel un souvenir des rêves pastoraux : c’est, idéalement, l’utopie incarnée, l’Arcadie transférée au cœur même de Paris. Bellegarde nous apprend moins comment il faut parler que comment il ne faut pas parler : sa présentation est surtout privative, il signale les infractions qui brisent le rêve idéaliste au lieu de décrire intrinsèquement l’usage raffiné, il explore les limites verbales de cet univers social en signalant ce qui devrait en être exclu et qui s’y est introduit subrepticement. Cette traque des impuretés livre ainsi indirectement un aperçu sommaire du parler des classes les plus humbles : en visant l’usage élitiste, Bellegarde nous en apprend finalement plus sur l’usage relâché et populaire.

16Aux yeux de Bellegarde, le critère purement quantitatif de la fréquence d’une formule ne garantit pas sa dignité : « les expressions les plus basses & les plus populaires sont souvent les plus usitées ; mais elles ne sont pas les meilleures » (p. 127). Même majoritairement accepté par les locuteurs choisis, un mot n’est pas reçu a priori et sans examen : le jugement du grammairien, ici, réaffirme, non sans une curieuse inconséquence, sa légitimité face aux décisions de l’usage, qui ne paraît plus faire autorité. L’association lexicale de « peuple » et de « bassesse », imposée à la fois par l’échelle verticale des classes et par les contrastes accusés de l’axiologie, est quasi systématique, et se fige presque en collocation contraignante : toute une section est ainsi consacrée aux « locutions basses, & populaires » (p. 136-144), et l’on devine qu’il y a là une manière de pléonasme ou de tautologie, en un siècle où l’on présuppose un « lien entre la classe sociale et l’usage du registre bas » (Ayres-Bennett 2004b, p. 61). Dans Vaugelas déjà, l’image de la « contagion » était prégnante, mais appliquée aux variations diatopiques (1647, p. 371, 424). Dans Bellegarde, elle se fait plus nettement sociale. Il cite longuement (p. 136-137) La Rhétorique ou l’art de parler du père Lamy (1676), selon qui le peuple « souille » les mots qu’il utilise, les « profane » et les rend « bas » par le contact indigne de sa langue ; à l’inverse, « les personnes de qualité, & les Sçavans tâchent de s’élever au-dessus de la populace », de telle sorte que les mots rejetés « sont obligez de quitter la Cour, les Villes, & de se rétirer dans des Villages, pour n’être plus que le langage des Païsans ». De tels propos sont lourds d’un imaginaire idéologiquement orienté : une angoisse de la contagion et du contact malsain y affleure. La connotation sociale relève d’une forme d’hygiénisme linguistique, qui trouve une expression verticale dans la constitution d’une société hautaine, surplombante, voire éthérée, où triomphent le mérite et le sang, et une expression horizontale dans l’attachement aux clivages étanches qui organisent l’espace social : « la Cour », « les Villes » et « les Villages » sont autant de zones du réel fortement hiérarchisées et rigidement séparées. Un goût de l’ordre, du rangement, affleure dans de telles divisions, qui font songer à La Bruyère – la générosité sociale et l’écoute du peuple en moins ! Le mot indésirable subit une forme d’ostracisme radical, qui le relègue au tréfonds de la société : près de la terre, indignité ultime, victoire dégradante de la basse matière sur l’idéal.

17Tout est ici affaire de degré, de nuances subtiles : les mots ou expressions auxquels Bellegarde attribue une étiquette « Bourgeois », comme donner un cadeau pour « donner un répas, une fête », déchoient sans doute moins que ceux qui se voient affectés au « peuple », comme « là où », voire aux « Païsans », comme « un tas de ». Parmi la liste des « locutions basses » qu’il recense (p. 136-144), beaucoup reçoivent une adaptation explicite en registre surveillé : qui n’en soient logées là pour « qui ne fassent les mêmes choses », une bonne femme pour « une femme de mérite », aviser quelqu’un pour « l’appercevoir », n’avoir nul vent pour « n’avoir point de nouvelles », donner des nazardes à quelqu’un pour « critiquer », être mauvais marchand de ses railleries pour « en être puni »… Une autre section de l’ouvrage, consacrée aux « façons de parler triviales » (p. 373-376), complète la liste avec dauber pour « médire », s’enroller avec le peuple pour « avoir les sentimens & les manières du peuple »… Les traits récurrents sont ici un lien explicite au « peuple » ou à ses activités commerciales, la réalité physique du corps humain, plus généralement un vocabulaire trop brutalement concret, que l’acception figurée ne parvient pas à laver tout à fait des réalités matérielles. Les gloses de Bellegarde sont parfois sans ambiguïté sur ce point : « un tas ne donne-t-il pas l’idée de quelque chose matérielle, qui tombe sous les sens » (p. 143) ?

18D’autres remarques du même ordre émaillent le volume, disséminées au gré de l’observation ponctuelle. Dans le domaine du lexique, Bellegarde estime par exemple que « se servir du mot de moitié en parlant d’une grande Princesse » constitue une « expression […] trop bourgeoise », puisque « c’est ainsi que les marchands de la ruë St. Denis appellent leurs femmes » (p. 412) : toujours ce dédain pour les activités à caractère lucratif, toujours ce rejet des parlures cocasses de la Galerie du Palais. Au plan morpho-syntaxique, Bellegarde félicite Molière de faire dire à Harpagon : « Venez-ça que je vous distribuë mes ordres » ; la réduction d’« afin que » à « que » lui paraît adaptée au caractère d’« un bourgeois qui parle à une païsanne des affaires d’un ménage » (p. 379). La crédibilité sociale pallie opportunément l’irrégularité linguistique.

3.3 Métaphores

19La langue raffinée dont rêve Bellegarde, structurellement adaptée à la société choisie qu’il promeut, aspire à s’arracher aux pesanteurs de la matière, pour gagner une abstraction plus digne et plus relevée. Aux yeux de Bellegarde, la métaphore garantit la dignité de l’expression si et seulement si elle supplante tout à fait l’acception concrète. L’étiquette connotative n’est donc pas substantiellement attachée au mot, mais peut varier selon les circonstances et selon l’acception retenue, propre ou figurée : « un mot qui seroit peut-être bas, & populaire dans sa signification propre, devient sublime & noble, quand on l’emploie au figuré » (p. 203). Ainsi, « livrer de la marchandise, est une expression fort commune ; mais se livrer à ses passions, à ses plaisirs, est noble & soûtenu » (p. 204). De même, « laisser tomber la conversation, pour dire, la faire languir, est une expression figurée, qui devient belle, parce qu’on ôte au mot tomber sa signification naturelle pour lui en donner une figurée » (ibid.). Le verbe « ôter » en dit long ; pour Bellegarde, le trope ne purifie efficacement le mot initialement souillé qu’en éradiquant le sens propre, au lieu de s’y ajouter en le laissant discrètement présent à l’esprit : la seule métaphore qui vaille est la métaphore morte. Pour peu que l’acception matérielle reste sensible et que le mot fasse image, le discrédit tombe. La métaphore ainsi conçue devient une manière de nettoyage destiné à laver les « taches & […] marques honteuses qui flétrissent l’expression » (p. 140). La stylistique qui se dévoile ici tient clairement de l’asepsie.

3.4 Proverbes

20Bellegarde, surtout, consacre de nombreux exemples à la question des proverbes, sans distinguer entre les proverbes au sens strict (phrases complètes et autonomes) et les simples locutions proverbiales (expressions incomplètes devant être intégrées à une phrase). Très décrié au Grand Siècle, le proverbe est une métaphore coupable d’imposer de façon parfaitement transparente la représentation de l’imageant indigne. Ainsi, « hurler avec les loups est un Proverbe bien trivial », au même titre que « dorer la pilule » (p. 144) ou « avaler des couleuvres » (p. 306). L’attribution explicite de l’étiquette « Proverbe » est inévitablement arbitraire : ces exemples ne paraissent pas substantiellement différents de donner des nazardes, qui se voit simplement qualifié d’« expression » (p. 140). Bellegarde, dans la section qu’il consacre aux proverbes (p. 306-313), les définit comme « de certaines façons de parler familieres & triviales, qui sont dans la bouche de tout le monde, dont le peuple & les bourgeois ont coûtume de parer leurs discours ». Leur trivialité est donc double : elle tient de l’usure graduelle des formes trop fréquentes, et de l’imprégnation sociale par l’emploi qu’en font des locuteurs indignes. Sans les rejeter absolument, Bellegarde se montre très réservé à leur égard, et n’en tolère l’utilisation qu’avec parcimonie : « si l’on veut absolument se servir de Proverbes, il faut du moins ne le faire qu’en riant, dans des conversations enjoüées » (p. 312). Le ton sérieux est interdit aux proverbes, et même la badinerie dégénère souvent : « l’on tombe souvent dans de mauvaises plaisanteries » (ibid.). Ce qu’enfreignent les proverbes, c’est le génie de la langue française tel que Bellegarde le perçoit, où la sobriété est poussée jusqu’à l’austérité : « notre langue, qui a banni toute sorte d’affectation, & qui est naturellement très-sérieuse » (ibid.). S’y ajoutent des griefs implicites tels que l’abus de matérialité, la référence aux professions humbles ou à l’animalité, voire l’affleurement des fonctions organiques : « c’est un homme qui conduit bien sa barque », « il ne faut pas mésurer les hommes à l’aune », « il ne bat plus que d’une aile », « prendre la Lune avec les dents »…

*

21Les Réflexions ne sont qu’un témoignage sur la représentation que se fait de la langue un usager particulièrement attentif, avec la part considérable de subjectivité que cela suppose. La description linguistique, de surcroît, y reste tributaire d’une esthétique et d’une axiologie, voire d’une morale. Néanmoins, les remarques de Bellegarde attestent une conscience claire de la délimitation des classes jusque dans le langage, au risque inévitable de forcer un peu le trait, mais sans l’outrance constitutive du genre comique. Elles témoignent, plus généralement, de l’inscription de multiples critères psychologiques et sociologiques dans l’expression linguistique : attitude à l’égard des nouveautés, code stylistique dont se réclame la production, recherche de l’élégance stricte ou au contraire goût subversif de la canaille. L’usage se fait pluriel et instable, chaque situation imposant ses propres règles, sévères ou conciliantes : un lexique déterminé, voire une syntaxe spécifique. L’agrammaticalité, dans ces conditions, est moins un caractère définitivement inscrit dans la structure intrinsèque de l’énoncé qu’une inadéquation de cet énoncé aux circonstances de l’énonciation : un « contretemps » plutôt qu’une faute. Cela n’entraîne pas un abaissement, mais un déplacement de l’exigence d’une surveillance linguistique : il s’agit désormais de choisir les formes adaptées à la situation, sans distorsion ni incohérence. Parmi toutes les formes d’expression, le « bel usage », code hautement sélectif d’une aristocratie de la langue, est clairement privilégié, mais sa quête exclusive et intransigeante se voit limitée à la production écrite d’une œuvre relevant d’un genre sérieux. Même au sein d’une société choisie, la conversation quotidienne ou la plaisanterie admettent l’originalité lexicale, voire un soupçon de familiarité : le relâchement a aussi ses charmes et sa légitimité.

22En somme, quelque flou et parcellaire que soit leur éclairage, les Réflexions sont devenues un précieux révélateur de connotations sociales, qui pouvaient être évidentes pour les contemporains, mais qui sont aujourd’hui plus difficiles à percevoir. Le mot placé dans la bouche d’un personnage le situe selon des échelles plus nombreuses et plus subtiles que ne l’imagine le lecteur moderne. C’est dire le profit que pourraient tirer des observations de Bellegarde, non seulement les lexicographes et les historiens de la langue, mais aussi les critiques littéraires.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search