Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie I. Le bon usage : les origines de la tradition française

Bouhours et la notion de « bon usage »

Gilles Siouffi

Texte intégral

1Dans l’histoire des théories du bon usage, Dominique Bouhours représente un jalon important, dans la mesure où, héritier de Vaugelas, sa position est néanmoins souvent caractérisée comme étant plus « normative ». Sonia Branca juge par exemple dans sa notice du Lexicon Grammaticorum que Bouhours est allé « au-delà de la notion d’usage correct de Vaugelas » en éliminant tout ce qui est bourgeois, provincial, archaïque […], tout ce qui ne pouvait être immédiatement compris, ou tout ce qui choquait le petit cercle de l’élite » (Branca-Rosoff 1996, p. 191). Wendy Ayres-Bennett juge Bouhours « plus rigoureux dans son purisme » et « moins tolérant dans l’usage des néologismes et des synonymes » (Ayres-Bennett 1987, p. 206).

  • 1 Nous citons d’après l’édition de 1692 pour les RN et de 1693 pour la SRN.

2Il s’agira donc de se demander, alors que nulle part Bouhours ne se réclame d’une définition du bon usage qui serait différente de celle de Vaugelas, à quoi est due cette impression de purisme accentué, et comment elle peut être interprétée. Pour ce faire, nous nous appuierons essentiellement sur le corpus que constituent les Remarques nouvelles sur la langue française (Bouhours 1675, désormais RN) et leur Suite (Bouhours 1692, désormais SRN).1 Nous nous demanderons notamment si le contexte et les attentes de la société n’ont pas changé, depuis la publication des Remarques en 1647. La réactualisation appelée de ses vœux par Vaugelas peut-elle vraiment se faire dans les mêmes conditions ? Par ailleurs, le système d’autorités de Bouhours est-il vraiment le même que celui que revendiquait Vaugelas ? Réserve-t-il toujours une bonne place à la Cour, ou à sa « plus saine partie » ? Bouhours met-il cette référence sur le même plan que les productions écrites ? Quel rôle le champ littéraire joue-t-il chez lui ? Répondre à ces questions nous aidera peut-être à comprendre pourquoi le travail de Bouhours dans ces deux volumes de remarques représente à la fois une étape charnière dans l’évolution de la notion de « bon usage », et signe le début de sa remise en question.

1. Le contexte

3On le sait, dès la parution des Remarques, la notion « usage » proposée par Vaugelas a suscité d’importantes controverses. Comme l’a montré Zygmunt Marzys (Vaugelas 2009, p. 19-21), les notions d’« usage » et de « bon usage », même si elles s’appuient sur quelques antécédents français (Meigret, Deimier) et une tradition latine d’ailleurs sujette à différentes interprétations, se trouvent réappropriées par Vaugelas dans un sens qui reste nouveau et ne fait pas consensus.

4Certains, comme Scipion Dupleix, considèrent que Vaugelas fait trop reposer le « bon usage » sur un usage qui, repéré seulement empiriquement, s’apparenterait à un « pur abus » (Dupleix 1651, p. 9). D’un point de vue théorique, la relative ambiguïté dans laquelle Vaugelas a laissé les deux notions d’« usage » et de « bon usage » ouvre à vrai dire à des possibilités interprétatives, l’une allant dans le sens d’une acceptation assez libérale des variantes, et faisant des Remarques une sorte d’ancêtre de la sociolinguistique labovienne (c’est le point de vue que nous avions développé, sans doute avec excès, dans Siouffi 1997), l’autre s’appuyant sur l’articulation avec la raison. Sans doute a-t-on eu tort de lire dès les Remarques elles-mêmes la trace de cette pression rationaliste (voir cette discussion dans Ayres-Bennett 1987 et Vaugelas 2010), mais, à la génération suivante, il convient de tenir compte de cette aspiration nouvelle.

5D’un point de vue pratique, la théorie de Vaugelas expose à une autre difficulté qui est que, selon Vaugelas, le « bon usage » ne saurait être pérenne, étant soumis au renouvellement régulier de l’usage lui-même, à partir duquel il est une sorte de tri. Cette conception étant fondée sur l’observation d’un état entièrement synchronique de la langue, une réactualisation permanente s’impose, appelée de ses vœux par Vaugelas lui-même. Ce dernier, d’ailleurs, il le savait, avait trop tardé à publier ses Remarques, certaines d’entre elles étant à leur parution en 1647 déjà obsolètes, avec, selon Thomas Corneille, « déjà quelque chose qui n’estoit pas generalement receu » (Vaugelas 1687, avertissement).

6Dans ce contexte, Bouhours se réclame d’abord comme le tenant d’une fidélité aux principes de Vaugelas. Dans les Doutes, il écrivait :

Mais d’où vient que les Remarques sur la Langue Françoise sont négligées de la sorte ? Seroit-il bien possible que M. Dupleix l’eust emporté peu-à-peu sur M. de Vaugelas ? Je sçay bien que quelques mots & quelques phrases des Remarques ont changé avec le temps : mais je ne sçavois pas que les regles qui regardent la construction, pûssent jamais estre altérées ; je les croyois invariables et éternelles. Quoy ! La Liberté de la Langue Françoise [de Dupleix] est-elle devenue la régle du langage des courtisans & du stile des bons Auteurs ? (Bouhours 1674, p. 143-144)

7De fait, considérant (RN, préface) que Vaugelas a tout dit d’un point de vue théorique sur l’usage, Bouhours n’emploie qu’assez peu le mot, tout comme celui de « bon usage », dans ses deux volumes de remarques. On n’y trouvera pas de discussion développée à leur sujet. Dans sa lecture des Entretiens d’Ariste et d’Eugène, Gilles Declercq a considéré qu’il y avait chez Bouhours une inflexion du « bon usage » vers le « bel usage » (Declercq 1996, p. 126), et que Bouhours avait procédé à une « réécriture de Vaugelas en esthétisant la notion d’usage » (ibid., p. 134). Tandis que le raisonnement de Vaugelas serait « grammatical, fondé sur les concepts de netteté et de clarté », celui de Bouhours serait « esthétique, fondé sur les notions de délicatesse et d’urbanité ». Bouhours, ainsi, aurait « distingué le bel usage du bon usage, l’élégance de la correction » (ibid., p. 126).

8La question mérite d’être posée. De fait, si l’on s’appuie sur l’ensemble de l’œuvre de Bouhours, l’« esthétisation » des problématiques ne fait aucun doute. Dans les volumes de remarques, néanmoins, où on ne trouve qu’une seule occurrence de « bel usage », à propos de Désireux : « Ce mot n’est point du bel usage » (RN, p. 13), il ne semble pas qu’il y ait de critère permettant de séparer un éventuel « bel usage » du « bon usage » vaugelassien. Les deux expressions paraissent synonymes au sens d’un usage choisi, recommandé, valorisé.

9Dans ces deux volumes, Bouhours considère que sa mission est surtout de réactualiser l’état des lieux fait par Vaugelas. « Il s’abolit & s’introduit tous les jours des façons de parler, dont il étoit à propos que le public fut informé » (RN, p. 9). Cependant, cette tâche va s’avérer plus complexe qu’il n’y paraissait pour plusieurs raisons :

  • Depuis les années 1660, selon un phénomène que Sorel a pointé, ainsi que Bouhours lui-même dans les Entretiens, sont apparus ce qu’on va appeler « les mots à la mode », mots et façons de parler allant et venant sans préavis, au gré, visiblement, de caprices sociaux, perturbant la considération de la synchronie et posant la question du changement.
  • En 1675, l’attente déçue à l’égard du dictionnaire de l’Académie commence à se faire plus pesante. Tout commentaire privé du bon usage se heurte à cette exclusive théorique de légitimité qui commence à devenir problématique lorsqu’aucun résultat tangible ne paraît. Quand Ménage invoque dans ses Observations le dictionnaire de Nicod pour critiquer Vaugelas, Bouhours rétorque : « Je ne sçai si un autre dictionnaire que celui de l’Academie Françoise peut décider absolument ces sortes de questions » (RN, p. 346).
  • Dans les années 1670 également, on assiste à un développement considérable du champ littéraire, notamment des traductions, ce qui déséquilibre le système de référence aux autorités mis en place par Vaugelas. Désormais, les choix de l’écrit sont déterminants, engageant souvent des sentiments personnels, voire des options esthétiques.

10À cela s’ajoute bien évidemment le clivage Port-Royal / Compagnie de Jésus qui a des répercussions dans les questions de langue. La SRN paraît à un moment où ce clivage s’est aggravé. Entre-temps, Alemand a fait paraître de nouvelles remarques inédites de Vaugelas (1690), ainsi que des remarques de son cru, et Andry de Boisregard a fait paraître le premier volume de ses Réflexions sur l’usage présent de la Langue Françoise (1692 [1689]). Ces deux auteurs semblent pour Bouhours s’appuyer fortement sur un canon nouveau que représenteraient les écrits de Port-Royal. Pour lui, il est nécessaire d’intervenir de façon à redresser la référence écrite du bon usage, d’où le ton beaucoup plus polémique de la SRN.

2. Usage, vogue, mode

11Vaugelas, on le sait, était déjà assez sensible à cette perturbation constante que l’innovation vient introduire dans l’usage. À propos de féliciter, par exemple, il écrivait :

Aujourd’huy nos meilleurs Escrivains en usent et tout le monde le dit, comme feliciter quelqu’un de, etc. je vous viens feliciter de etc. ou simplement je vous viens feliciter. […] Si ce mot n’est François cette année, il le sera l’année qui vient, dit de bonne grace dans l’une de ses lettres, celuy à qui notre langue doit ses nouvelles richesses […]. (Vaugelas 1647, p. 214)

12Selon Danielle Trudeau, d’ailleurs, la sensibilité au changement linguistique constitue l’un des axes majeurs de l’histoire des théories du bon usage (Trudeau 1992, p. 14).

13Toutefois, le phénomène qui se déroule dans les années 1660 dépasse ce qu’avait imaginé Vaugelas. Un nouveau souci de distinction apparaît, qu’illustre de la manière la plus visible le cercle des précieuses (voir SRN, p. 20), de sorte que les observateurs sont confrontés, dans leur enregistrement de l’usage, non seulement à une quantité de nouveaux mots, de nouvelles façons de parler, et de nouveaux sens donnés à des mots existants, mais aussi à l’apparition, à partir de ces nouveaux mots, de parlers « séparés », qui ne sont pas justifiés par des nécessités pratiques et qui posent le problème du commun.

14Dans les Entretiens, Bouhours estimait que l’application de la théorie de l’usage de Vaugelas était compliquée, en France, parce qu’il considère comme un trait culturel de la France la « légèreté » de l’humeur, qui crée et fait abolir des mots sans raison (Bouhours 1671, p. 140). Par ailleurs, Eugène y constate assez positivement qu’« on a beaucoup enrichi la langue Françoise depuis quelques années, soit en faisant des mots nouveaux & de nouvelles phrases : soit en renouvellant quelques termes & quelques phrases, qui n’estoient pas fort en usage » (p. 90).

15L’un des défis du remarqueur va donc être de distinguer ce qui relève des modes, autrement dit de l’éphémère, et ce qui mérite de s’installer dans la langue. Ce n’est que si le mot franchit la frontière décisive qui sépare le monde de la conversation, naturellement riche en innovations, des autres situations de discours, qu’une intervention spécifique du remarqueur est à envisager. Ainsi, à propos d’enchanté (un portrait enchanté, un habillement enchanté, des manieres enchantées…) dans les RN :

Ce sont de ces expressions qui ont leur temps, comme les modes ; & qui ne plaisent que par la grace de la nouveauté : Elles sont sujettes à durer peu ; & il seroit ridicule de s’en servir, quand elles sont passées. Il faut même prendre garde à ne s’en point trop servir, quand elles sont le plus en vogue ; de peur de tomber dans l’afectation, & de parler un langage prétieux, qui n’étant point naturel, est insuportable à nôtre langue. (RN, p. 7-8)

16Une seule recommandation vaut pour ces cas : l’attente d’un « long usage ». À propos de il faut voir et il est vray :

Ce sont de ces locutions passageres qui ne durent point & qui passent comme les modes ; il faut les souffrir quand elles dominent ; mais il faut bien se donner de garde d’y prendre plaisir. Toutes les nouveautez sont suspectes même en matiere de langage : & le bon sens veut que quand il s’élève une nouvelle façon de parler, on l’entende long-tems dire aux autres avant que de s’en servir, qu’on ne s’en serve que rarement, & qu’on s’en abstienne le plus qu’on peut. (SRN, p. 31-32)

17Ce précepte n’interdit pas au commentateur des remarques plus précises sur tel ou tel « mot à la mode ». L’argument de l’intensité de l’usage synchronique sera alors retourné de façon amusante : « ce mot a été un temps fort en vogue parmi les gens qui aiment les nouveautez dans la Langue, & il n’y est encore que trop », écrit Bouhours à propos de gros mis pour grand (SRN, p. 252). Et « Cela se dit bien, mais cela se dit peut-estre trop : le trop en tout est vicieux, & les meilleures façons de parler peuvent devenir en quelque façon mauvaises par l’abus que l’on en fait » à propos de distingué et distinction (SRN, p. 185). Parfois, c’est l’argument du « génie de la langue » qui est mobilisé, comme à propos de sçavoir-faire, pour expliquer le mauvais succès d’un mot :

Ce substantif a quelque chose de monstrueux, étant composé de deux verbes contre le génie de nôtre Langue, qui n’a point de substantifs de cette espéce. Aussi l’on peut dire qu’il a eu le destin des monstres ; il ne vécut pas long tems ; & à peine fut-il né, qu’il passa. […] Plusieurs personnes du beau monde recommencent à le dire ; mais on ne l’écrit point encore, & peut-être qu’on ne le dira plus dans quelques mois. Ces sortes de locutions, qui ne sont point dans le génie de nôtre Langue, & qui ne dépendent que d’un pur caprice, ne durent pas plus d’ordinaire que certaines modes extravagantes, qui n’ont rien de l’air François. (RN, p. 482-483)

18Bouhours semble ici vouloir construire, de façon évidemment abusive, une opposition rationnellement explicable entre modes d’un côté et « génie de la langue » de l’autre.

19De fait, dans les années 1680-1690, les phénomènes de mode sont devenus un fait linguistique majeur. On se demande s’ils ne sont pas en passe de modifier significativement la physionomie de la langue. Alemand se propose de faire voir dans son livre « qu’il y a plus de deux mille mots ou façons de parler contestées, ou dont l’usage est different » (Alemand 1688, p. 5). Et on trouvera bientôt des listes d’usages nouveaux soumis à la discussion chez François de Callières, Saint-Réal, La Bruyère, Andry de Boisregard, Leven de Templery…

20Dans cette nouvelle dynamique, Bouhours joue une partie étrange, un fort sentiment personnel « anti-modes » se heurtant à son obédience vaugelassienne. Ainsi, malgré tous ces contre-feux, Bouhours a parfois passé pour un grammairien qui cédait aux phénomènes de mode, dans sa détermination du bon usage. Barbier d’Aucour, par exemple, remarque que Bouhours a une tendance significative à substituer vogue à usage, n’employant plus que vogue « toutes les fois qu’il faut dire qu’une chose est en usage, qu’elle est dans le commerce du monde, qu’elle a cours, qu’elle est commune, ordinaire, publique, approuvée, établie » (Barbier d’Aucour 1748, p. 334-335).

3. Le problème des autorités

21Le sentiment de vogues touchant les mots est-il lié au fait qu’on prenne en compte, selon le principe de Vaugelas, la Cour comme référence de l’usage ? Bouhours estime en tout cas que la Cour est un lieu important de mimétisme, apte à adopter de mauvais usages. « C’est grand’pitié que cette sotte phrase ait tant de cours dans le petit peuple & qu’elle se soit communiquée par contagion à quelques femmes du monde », écrit-il par exemple à propos de demander excuse (RN, p. 42), comme une manière de mise en garde.

22Parfois, Bouhours est obligé de relever des divergences entre l’usage de la Cour et celui des meilleurs écrivains, comme à propos du verbe comporter :

Ces façons de parler sont assez vieilles, mais elles sont de la Cour : & les personnes qui ont le plus de politesse s’en servent dans le discours familier. Je ne vois pas que cela soit en usage dans les livres ; & je ne sçache pas un de nos bons Escrivains qui se serve de comporter en une signification active. (RN, p. 262)

23La Cour est avant tout un lieu de conversation. Or, la conversation ne fait pas tout le bon usage. Ainsi, à propos des superlatifs habilissime, grandissime… :

Ces superlatifs se disent dans le discours familier, & les gens de la Cour en usent souvent. Tout cela ne s’écrit point, & ne se dit point en public ; & il n’y a guère d’apparence que ces superlatifs, qui sont contre le génie de nôtre Langue, entrent jamais dans les livres ; c’est bien assez pour eux d’être soufferts dans la conversation. (RN, p. 292-293)

24Toutefois, la référence à la Cour continue d’être observée. « Ce mot [mouvement], outre ses significations anciennes, en a une nouvelle, qui est de la Cour, & du beau monde » (RN, p. 444) ; ou encore : « Il faut dire, comme on dit à la Cour, il m’est venu conduire [plutôt que reconduire] » (RN, p. 460). La Cour demeure sans conteste un lieu prescripteur, source de mots que les Lettres peuvent ensuite « tremper ». Ainsi, respectable est « né à la Cour », & ce sont des gens du grand monde qui ont dit pour la premiere fois respectable. […] Cela s’est dit d’abord dans la conversation ; ensuite dans les Lettres, selon la destinée des mots nouveaux qui passent d’ordinaire du discours familier aux Lettres familieres que s’écrivent ceux qui sont en commerce » (SRN, p. 175).

25Si la Cour demeure un lieu essentiel dans l’établissement du bon usage, c’est aussi que Bouhours considère qu’elle est susceptible d’influencer favorablement la province, par les voyages que les courtisans y font, par la pratique des correspondances, ou encore, toujours par ce fameux fonctionnement mimétique : « Les provinciaux prennent les modes de la Cour » (SRN, p. 309). Toutefois, ses avis ne sont pas à avaliser sans distinction. Ainsi, même si l’élitisme social de Bouhours est grand, la dimension individualisée du rapport à la langue est chez lui décisive, ce qui l’amène à se tourner vers des locuteurs choisis comme Bussy-Rabutin, « qui ne sçait pas moins la Cour que la Langue » (SRN, p. 182), ou des académiciens, locuteurs chez qui se rencontre le mieux l’« esprit de discernement, de justesse, de pureté » que Bouhours relevait chez Vaugelas (Bouhours 1674, p. 147).

26Malgré tout, la grande spécificité de Bouhours par rapport à Vaugelas est l’importance qu’il donne au champ littéraire. Dans les Entretiens, il avait insisté sur la multiplication récente des publications qu’on trouvait en français en tous domaines. Aux traductions s’ajoutent à présent nombre « d’ouvrages composez par nos meilleures plumes, sur les matieres les plus solides, & les plus sublimes » (Bouhours 1671, p. 117).

27Dans les Remarques, le choix de ses références est absolument synchronique. À propos du célèbre venusté, introduit par Ménage, et défendu par ce dernier au nom d’un usage ancien, il déclare : « il m’importe peu que nos vieux auteurs aient dit venusté, à moins que les bons Escrivains de nôtre tems ne le disent » (RN, p. 309). Il est frappant de constater que les références littéraires des deux volumes sont souvent extrêmement récentes ; parfois, il s’agit d’ouvrages parus dans l’année même.

28De fait, la pratique des remarques par Bouhours est explicitement issue d’une pratique de lecture crayon à la main, plus que d’une pratique d’écoute. Dans la préface des RN, il précise bien : « Comme elles sont faites particulierement pour régler le stile, elles regardent moins le peuple, que les personnes qui se mêlent un peu d’écrire » (RN, p. 9).

29À la différence de Vaugelas, Bouhours cite ses sources, et référence plus ou moins précisément ses citations. Il s’agit bien de proposer au lecteur un corpus d’attestations littéraires, beaucoup plus riche et complexe que chez Vaugelas. Si le mot usage n’est pas très présent dans nos deux volumes, le mot autorité, en revanche, l’est : 25 occurrences dans les RN, 27 dans la SRN. De même, entre les expressions meilleurs écrivains, meilleurs livres et meilleurs poètes, on parvient à un cumul de 19 occurrences dans les RN, et de 33 dans la SRN.

30Ce principe de l’attestation d’écrivains vivants contrevient-il à la doxa vaugelassienne ? On peut le dire d’une certaine façon, et c’est ici que Bouhours va mettre en place une dialectique subtile entre ce qu’il appelle l’autorité de quelques-uns, et le suffrage public. Si Bouhours continue en effet de s’appuyer sur le principe vaugelassien que « l’autorité d’un seul homme, quelque intelligent qu’il soit, ne régle jamais l’usage en matiere de langue » (RN, p. 308), à propos de s’engager d’aller, par exemple, employé par Marin Cureau de la Chambre, il déclare : « l’autorité d’un si grand Maistre égale presque celle de l’usage » (SRN, p. 40). À propos de rectitude, « qui ne s’entend gueres à la Cour, est fort usité à la Trappe » : « Du moins l’Auteur de la sainteté & des devoirs de la vie monastique parle de la sorte, & l’autorité d’un Solitaire comme luy vaut bien celle du grand monde » (SRN, p. 33). Quelques personnalités vont émerger : Patru dans le premier volume, Régnier-Desmarais dans le second. La plupart du temps, pour autant, leur autorité est soumise à une évaluation, discutée, mise à distance. « Je laisse à juger si l’autorité de deux ou trois Escrivains doit l’emporter sur tout le reste, déclare-t-il à un moment ; ou si elle peut faire une opinion probable en matiére de langage » (RN, p. 105). On retrouve ici le consensus eruditorum, dont l’autorité avait été un peu ébranlée par l’obsession vaugelassienne de l’usage oral.

31Pour autant, face à ce système d’autorités issu de la « République des lettres », Bouhours estime que la sanction ultime reste celle d’un suffrage public qui dépasse le cercle étroit des « écrivains ».

Il n’y a que l’autorité publique qui puisse faire valoir la monoie & les mots, écrit-il : & les Ecrivains qui se servent librement d’un terme de leur façon, avant que le public l’ait receu, ou aprés qu’il l’a rebuté ; ressemblent à ces gens qui mettent dans le commerce des piéces de monnoie qui ne sont point receuës en France, ou qui sont decriées. (RN, p. 288)

32Rappelant la prédiction de Vaugelas que le mot sécurité serait un jour couramment employé, il constate à son époque un décalage entre l’acceptation, effective, du mot par les lettrés, et sa lenteur à pénétrer l’usage oral, essentiellement celui des femmes :

Nos Maîtres aprouvent securité, & plusieurs bons Ecrivains de nôtre tems l’ont emploié dans leurs Livres. […] Mais les femmes ne s’en servent guéres, parce qu’elles ne sçavent pas bien ce qu’il signifie : De sorte qu’il n’est pas encore fort en usage ; il y sera bientôt aparement, & nous verrons à cet égard la prédiction de M. de Vaugelas entiérement acomplie. (RN, p. 545-546)

33Ce double système posé, comment Bouhours parvient-il à la décision finale ? Ici, il faut remarquer que Bouhours s’attribue malgré tout un rôle prépondérant. Il le reconnaît dans la préface des RN : il avoue avoir voulu quelquefois « démêler [s]oi-même ce qui [l]’embarrassoit davantage » (RN, p. 9). Cette attitude est d’autant plus problématique qu’il ajoutera plus loin au hasard d’une remarque : « j’avouë aussi que j’ai changé de sentiment, en lisant plusieurs bons livres de nôtre Langue » (RN, p. 366). Bouhours concède que, depuis Vaugelas, la démarche du remarqueur s’est davantage individualisée. Cette individualisation pose un problème de fond dans le rapport à la langue, mais Bouhours ayant fait le choix, contre des concurrents, d’entrer dans l’arène des « remarques sur la langue », il est obligé d’aller jusqu’au bout de la démarche, en mettant en avant son recours systématique aux avis éclairés. « Si je semble quelquefois décider, ce n’est pas de mon chef que je décide, ce n’est qu’aprés avoir observé l’usage, & avoir consulté les personnes les plus habiles dans la Langue ; ce n’est que sur le témoignage des bons Auteurs que je prononce », écrit-il dans la préface des RN (RN, p. 10). Entre les RN et la SRN, la pratique des attestations, de plus en plus longues, va de fait être explicitement conçue comme un rempart contre les reproches possibles de subjectivisme ou d’usurpation d’autorité. « Je mets d’ordinaire plusieurs exemples ; & je les mets quelquefois un peu au long pour appuyer mieux ce que je dis, & pour faire sentir davantage la chose dont il est question » (SRN, p. 16). Bouhours avoue qu’il s’écarte en cela de la méthode de Vaugelas. Mais « son autorité estoit grande, écrit-il, & pouvoit donner toute seule du poids à ses décisions : au lieu que la mienne n’est rien, & qu’on auroit droit de se revolter contre mes Remarques ; si je pretendois établir quelque chose sans de bonnes preuves » (ibid.).

34Au final, on voit bien qu’une série de paramètres explique pourquoi Bouhours a souvent été considéré comme le tenant d’une version plus stricte, plus normative, du « bon usage » que son maître Vaugelas. Le premier est l’apparition – ou l’intensification – des phénomènes de modes langagières, qui déséquilibre l’attitude relativement libérale qui était celle de Vaugelas vis-à-vis du devenir de la langue. L’avis des remarqueurs est sollicité sur un front plus large du temps de Bouhours que de celui de Vaugelas, et cet avis se doit d’être plus net. Le second est le changement du régime d’autorités, lié à la montée de la « République des lettres », univers clos d’écrivains et de traducteurs qui deviennent des modèles en matière de langue écrite. Or, on le sait, la référence à la langue écrite aboutit fréquemment à une codification plus importante dans l’histoire des langues.

35Par certains aspects, toutefois, le travail de Bouhours autour de la notion vaugelassienne de bon usage en expose les limites. De nombreux commentateurs, jusqu’à aujourd’hui, ont considéré que Bouhours suivait une version hasardeuse de l’usage, et que ses choix n’étaient pas toujours très cohérents. Sonia Branca relie ce fait à l’attente de l’aristocratie à l’époque, qui pensait que la culture pouvait être acquise sans étude systématique (Branca-Rosoff 1996, p. 191). Dès 1677, soit deux ans après les RN, Antoine Courtin déplorait le manque d’entente qui régnait entre les remarqueurs :

L’un voudra que l’on s’arrête à l’usage, l’autre s’opiniastrera à establir l’autorité, et pas un ne voudra la raison, qui doit estre pourtant le fondement de toutes choses, et sans laquelle par consequent ny l’usage ny l’autorité ne sont d’aucun poids. (Courtin 1677, p. 144)

36Pour lui, si Bouhours fait mine de s’abriter derrière l’usage, il veut en réalité « que chacun le reconnoisse pour maistre » (p. 147).

37De fait, à partir des années 1680, une forte demande apparaîtra pour qu’on limite le recours à de simples observations de ce qui est attesté pour fonder le « bon usage ». Régnier-Desmarais, Grimarest, Fénelon, mettront en avant, comme Courtin, le nécessaire recours à la raison, laquelle va renforcer les pôles de l’analogie et du « génie de la langue ».

38En guise de conclusion, indiquons donc que, à notre avis, l’apport de Bouhours dans le développement de la théorie du « bon usage » aura essentiellement été son expérience dans le commentaire sur la langue, expérience née de sa fréquentation importante de textes qu’il cite et commente. Cette expérience va constituer un corpus de référence, fréquemment réutilisé au XVIIIe siècle, une recherche supplémentaire de principes se superposant alors à cette démarche empirique. De par son travail quantitativement important et de par sa pratique de la confrontation d’attestations, ce que l’Académie n’aura pas fait, Bouhours sera considéré dans ses deux volumes de remarques comme une base importante dans l’établissement par compilation d’un « bon usage » qui dépasse le simple enregistrement des mots.

Notes

1 Nous citons d’après l’édition de 1692 pour les RN et de 1693 pour la SRN.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search