Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie I. Le bon usage : les origines de la tradition française

La Mothe lecteur de Vaugelas : l’ombre du doute

Chantal Wionet

Texte intégral

1La première partie du XVIIe siècle pose les principes durables d’un discours puriste sur la langue : Vaugelas est un de ses représentants les plus célèbres, grâce notamment à la notoriété de ses Remarques qui paraissent pour la première fois en 1647. Même si ce discours connut le succès que l’on sait, ses partisans ont dû batailler contre des opposants de taille : le sceptique et libertin La Mothe Le Vayer (1588- 1672) fut de ceux-là.

  • 1 Dialogues faits à l’imitation des anciens par Orasius Tubero, faussement daté de 1604. Voir Moreau  (...)
  • 2 Dans ses Petits traitez en forme de lettres escrites à diverses personnes studieuses.

2Intermittentes si on les envisage à l’échelle de l’œuvre, les observations de La Mothe sur la langue se caractérisent en elles-mêmes par leur énergie. Elles commencent dès 1630 avec l’introduction à ses Dialogues1, continuent en 1638 avec ses Considerations sur l’éloquence du tems, et prennent un tour nouveau en 1647 lorsqu’il s’agit de répondre à des attaques mordantes et personnalisées de Vaugelas.2

  • 3 Je renvoie à l’excellent article de Moreau (2003) à ce sujet.

3Dans ce qui suit, je dresserai l’historique rapide de la dispute entre La Mothe et Vaugelas, puis préciserai les critiques de La Mothe à l’égard de Vaugelas dans ses Lettres. Enfin, j’essaierai de situer ses commentaires dans une plus large perspective philosophique et morale.3

1. Le paradigme langagier de La Mothe Le Vayer

  • 4 Le nom de l’auteur n’apparaît pas.
  • 5 « Je vous prie de faire un peu de réflexion non seulement sur les erreurs, sottises & impertinences (...)

4Son inquiétude de la langue tient ses origines d’une interrogation, sinon d’un doute, qui introduit l’édition étrangement masquée de ses Dialogues.4 Pour qui écrire, et comment écrire à un moment où l’autorité est « tyrannique », comme les « coustumes » qui en sont la source ?5 Dans le cercle amical des érudits libertins qu’il fréquente, il écrit comme bon lui semble, puisqu’il se trouve à l’abri du vulgaire qui cherche à imposer toutes sortes de lois. Il faut d’abord prendre le « contrepied » de ce vulgaire, et affirmer virilement sa voix : « un parler masle & sans affectation, est souvent plus significatif & plus fidelle interprete de nostre interieur » (Dialogues, p. 9). Le degré d’exigence occupe d’abord le contenu du propos et la recherche de la vérité, non pas la manière de la dire. La Mothe qui se méfie des auteurs trop soucieux de l’apparence de leur prose mêle tout à fait l’âme et le style :

Aussi verrez-vous peu de personnes qui s’attachent si soigneusement à l’élocution, pour ne dire aux mots & aux syllabes, qui ayent quant & quant la generosité des pensées & des sentimens […]. Comme il est d’ailleurs impossible qu’un discours contraint & fardé, puisse imprimer en nos esprits des resolutions libres & Philosophiques. (p. 9)

5Incapables de générosité, mais également incapables de liberté dans la pensée. En 1630, La Mothe se défie des règles de l’usage qui, à force de lisser la langue, finissent par dessécher la pensée. Or, c’est bien la recherche de la vérité qui doit guider l’auteur quel que soit le risque à l’égard du bon usage :

Vous voyez que cette porte d’yvoire, toute belle & magnifique qu’elle est, ne donne passage qu’au mensonge, là où l’autre de corne, vile, obscure, & grossiere, sert de trajet à la vérité. Le langage aussi le plus recherché, ou mesme l’éloquence la plus artificieuse, ne sont pas […] les meilleurs truchemens de nos conceptions. (p. 9)

6Le philosophe ne peut ni ne doit donc s’embarrasser des conseils d’usage, seul le guidant le nécessaire approfondissement de son jugement. La parole de La Mothe est ici singulière, puisqu’elle s’attache à l’expérience de la liberté et de l’indépendance, contre « l’authorité tyrannique ».

  • 6 Quant au rapport au pouvoir, c’est un peu plus compliqué.

7Son point de vue va peu varier, du moins dans ses rapports au style.6 En revanche, dans les deux œuvres qui suivent et qui traitent de la langue, il va progressivement passer de remarques générales à des développements plus démonstratifs, du fait des attaques de Vaugelas dans sa préface aux Remarques sur la langue françoise. Dans ses Considerations sur l’eloquence françoise de ce tems publiées pour la première fois en 1638, La Mothe revient sur les rapports qu’il juge mensongers entre purisme et pensée. La vérité et la morale ne se préoccupent pas de pureté de la langue, tout comme les puristes ne se préoccupent pas de pensée :

  • 7 La Mothe Le Vayer 1638, p. 20-21.

Il y en a qui plustost que d’emploier une diction tant soit douteuse, renonceroient à la meilleure de leurs conceptions ; la crainte de dire une mauvaise parole leur fait abandonner volontairement ce qu’ils ont de meilleur dans l’esprit ; & il se trouve à la fin que pour ne commetre point de vice, ils se sont éloignez de toute vertu.7

8La deuxième allégation qui lui vaudra les foudres de Vaugelas – mais qui permettra à ce dernier de construire son système de discours – concerne le « Maistre des langues ». La Mothe adopte ici une attitude à l’antique, donnant le peuple capricieux et changeant comme le seul vrai maître de l’usage :

A la verité le peuple y donne bon ordre, qui fait valoir les dictions nouvelles, & discredite celles que bon lui semble. (Ibid., p. 44)

9En ôtant aux savants le pouvoir sur la langue, La Mothe les provoque dans leur volonté de légiférer et de transformer le français, ce qui ne pouvait rester sans réponse. Quelques années plus tard Vaugelas cherche à reprendre la main et profite de l’ambiguïté du terme de « peuple » pour grossir le trait et en appeler à « l’experience générale » :

  • 8 Vaugelas 1647, Préface. C’est à l’occasion de cette attaque que Vaugelas écrit quelques lignes plus (...)

Car si ce [l’usage] n’est autre chose, comme quelques-uns se l’imaginent, que la façon ordinaire de parler d’une nation dans le siege de son Empire, ceux qui y sont nez & élevez, n’auront qu’à parler le langage de leurs nourrices & de leurs domestiques, pour bien parler la langue de leur pays, & les Provinciaux & les Estrangers pour la bien sçavoir, n’auront aussi qu’à les imiter. Mais cette opinion choque tellement l’experience generale, qu’elle se refute d’elle mesme, & je n’ay jamais peu comprendre, comme un des plus celebres Autheurs de nostre temps a esté infecté de cette erreur.8

10L’argumentation on le voit est assez faible et ne révèle ici qu’une opposition de principe qui se construit à partir de deux éléments remarquables : le français n’est pas la langue d’un pays, c’est-à-dire ce n’est pas la langue d’un lieu, aussi étendu soit-il, puisqu’un lieu autoriserait à considérer les « nourrices » et les « domestiques » comme des représentants de la langue française. Face à La Mothe, il faut donc réaffirmer la prévalence du milieu sur le lieu.

  • 9 Les Petits traitez contiennent pour l’édition de 1647 soixante courts textes, baptisés Lettres : ce (...)
  • 10 Gabriel Naudé (1600-1653), libertin érudit.

11On le voit, les tensions sont assez fortes, suffisamment pour que La Mothe, la même année, vraisemblablement prévenu de ces attaques, insère dans ses Petits Traitez9 quatre Lettres apparemment adressées à un inconnu, bien que chacun s’accorde à désigner Gabriel Naudé10 comme destinataire. Ces Lettres sont structurées de la façon suivante : la première est une introduction situant le propos dans une perspective philosophique, les deuxième et troisième reprennent « sans ordre » des remarques de Vaugelas, le plus souvent dans le but de souligner leur inutilité ; la dernière, après quelques remarques de détail, revient sur des propos plus généraux au sujet de la langue et de l’usage. Ces quatre textes ont pour cible les Remarques de Vaugelas, lues dans le détail malgré une sorte de distance affichée au début de l’ensemble : il s’agit, essentiellement dans les lettres LVIII et LIX, de commenter certaines remarques, sur un mode tantôt amusé, tantôt sérieux, tantôt nerveux.

2. Les attaques directes de La Mothe à l’égard de Vaugelas

  • 11 Il est devenu académicien en 1639.
  • 12 Je souligne en gras. Le texte est cité d’après l’édition de 1669.

12En 1647, l’heure n’est plus à la seule exposition des principes. La Mothe11 se sent personnellement attaqué et l’honneur sans doute lui impose de répondre. La tonalité générale des critiques qu’il formule montre bien qu’une sorte de guerre est déclarée, guerre qui autorise des écarts de langage où l’explication flirte avec le mépris. Il y a tantôt des axiologiques qui durcissent le ton12 :

Toute cette remarque de ni, qu’il appelle curieuse, est purement chimerique, & n’a jamais esté observée (p. 497)

13tantôt des formules d’introduction qui ne laissent aucun doute sur le sentiment de La Mothe vis-à-vis de son contradicteur :

J’ai pitié de lui voir condamner une façon de parler des elegantes de nostre Langue, où qui est repeté plusieurs fois. Celle qu’il lui prefere est bonne, mais elle n’est pas meilleure (p. 498)

14ou de ses allégations :

  • 13 « Ce mot employé par tant d’excellens Autheurs anciens & modernes, pour dire blasmer, noter, repren (...)

C’est une pure imagination de dire, que taxer pour noter, […] n’est plus receu aujourd’huy dans le beau langage ; & l’équivoque du Palais où l’on dit taxer des dépens, […] qu’on veut qui l’ait rendu mauvais, est une chose ridicule. (p. 503)13

15Les exemples de ce type sont nombreux dans les Lettres : il n’y a pas une page où La Mothe ne peste contre le « goust fort depravé » de certains tenants d’un certain bon usage. C’est discours contre discours, dans une opposition binaire qui ne dit que la perspective dans laquelle chacun s’inscrit. Reste que dans sa rage, La Mothe pointe quelques contradictions que l’on peut maintenant exposer.

2.1 La fausse science

16Les premières critiques dénoncent l’imperfection de la méthode : il s’agit d’abord de noter les déficiences du remarqueur, qui, se présentant comme spécialiste, ne traite les questions d’usage qu’à partir de ce que La Mothe présente comme une intuition fausse :

Cela dit, se prononce & s’écrit aussi bien que cela fait, qu’il approuve. Je ne pense pas m’estre jamais servi de l’un ni de l’autre. Mais puisqu’il reconnoist que plusieurs l’écrivent, & particulierement la pluspart de ceux qui font des Romans, qu’on n’accuse pas de negliger la pureté du langage, il a deû croire qu’ils ne le mettoient pas sans usage. (p. 518)

17La modalisation « il a deû croire » permet de présenter l’auteur des Remarques comme un suiveur sans connaissances théoriques. L’échelon supérieur de la perfidie est franchi lorsque les critiques concernent la déformation provinciale supposée de Vaugelas :

Son autre exemple. Les tremblemens de terre à quoi ce païs est sujet, ne vaut rien du tout, que peut-estre dans la Savoie d’où il est, fort sujette à de tels accidens. Il faut dire, Les tremblemens de terre ausquels ce païs est sujet. (p. 498)

  • 14 « Toutes les Langues ont cette varieté de locution pour ornement, & c’est une pure fantaisie de le (...)

18La Mothe, militant du mélange14, traque quelques-unes des faiblesses linguistiques de Vaugelas, notamment celles qui pouvaient le renvoyer à des penchants provinciaux. Si le bon usage est celui de « la plus saine partie de la Cour », il ne peut que se trouver en contradiction génétique avec un sentiment provincial de la langue.

19L’entreprise de déconstruction passe aussi par la dénonciation d’une méthode qui n’est en réalité fondée que sur le sentiment. À parler de langue, La Mothe attend une argumentation, du moins une histoire fidèle des formes. La remarque sur le mot « Hirondelle » est à ce sujet exemplaire, puisqu’elle signale le savoir linguistique de La Mothe, en même temps que celui-ci se gausse du mauvais jugement du remarqueur :

  • 15 « On dit arondelle, hirondelle, & erondelle, mais erondelle, avec e, est le meilleur, & le plus usi (...)

Arondelle, hirondelle, herondelle. Le dernier, dit-il, vaut le mieux ; hirondelle est le meilleur aprés, & par consequent arondelle est le pire.15 J’admire cette gradation de bonté, & cet examen à la balance du Raffineur. Arondelle est le vrai mot François, témoin nos vieux livres qui disoient Arondes, comme l’on fait en Normandie. Le païs Latin a preferé hirondelle a cause de hirundo. Et Erondelle est du franc Badaudois, qui change toûjours l’a en e, merri pour marri, comme il l’observe fort bien, Mademe pour Madame. Cela n’empesche pas pourtant que si Erondelle est plus en usage que les autres, l’on ne doive s’en servir, puisqu’on a bien preferé Mademoiselle à Madamoiselle, qui ne se dit plus. Mais vous estiez ce me semble dans une grande compagnie, où l’on trouva sur cette remarque, qu’on avoit choisi & pris le pire. Il est certain que le peuple dit à Paris la ruë de l’Erondelle. (p. 517)

20En prenant au sérieux les distinctions entre variation diachronique et variation diatopique, il traite la question dans son épaisseur historique : la première partie de sa remarque est tout entière consacrée aux raisons de la présence de trois variantes, tandis que la seconde souligne le caractère aléatoire du choix de l’usage. Par contraste, le discours de Vaugelas apparaît non seulement comme peu informé, mais également comme impressionniste.

21La même pauvreté du discours est soulignée à d’autres occasions, lorsque La Mothe déniche des imprécisions qu’il juge regrettables :

  • 16 « Peut-estre en est-il de ce verbe [inonder], comme de frapper, & de quelques autres, qui s’employe (...)

Il trouve fraper sur la cuisse beaucoup plus élegant & plus François que fraper la cuisse. Je le croi par la raison qu’il tait, que fraper la cuisse se dit d’un coup donné pour faire mal ; & fraper sur la cuisse est un terme d’amourettes.16

22Alors que Vaugelas place sur un même plan deux formes dont il dit que l’une est meilleure que l’autre, La Mothe feint d’acquiescer pour mieux saisir la faute : si l’une est meilleure que l’autre, c’est dans un contexte pragmatique que Vaugelas ignore. Son « bon usage » dès lors ressemble à un caprice d’amateur dépourvu de culture linguistique. C’est ainsi qu’il peut aussi se moquer des enquêtes menées par Vaugelas auprès de certains publics, comme les femmes ou les « meilleurs auteurs ».

2.2 Les enquêtes sociolinguistiques

23Fait remarquable, La Mothe ne cesse de redistribuer les bords opposés du bon et mauvais usage en une terre meuble qui peut accueillir selon les circonstances telle ou telle forme, qui donnera selon les cas des indications d’ordres divers. Une partie de ses remarques (comme on l’a vu pour « frapper la cuisse ») cherche à préciser la circonstance liée à l’utilisation de telle ou telle forme, circonstance pragmatique, sociale, géographique, etc. :

  • 17 « Autrefois on disoit l’un & l’autre, & plustost guarir, que guerir, mais aujourd’huy ceux qui parl (...)

P. 250. On dit guarir & guerir ; & le premier n’est pas mauvais comme il pense. Guerir est plus effeminé, & d’enfant de Paris qui change l’a en e. (p. 504)17

24Au-delà de la discussion point par point et de la recherche de la circonstance, La Mothe s’amuse et cherche parfois davantage à ridiculiser Vaugelas qu’à le combattre. Sa distance amusée produit encore aujourd’hui un indiscutable effet comique :

  • 18 Ce serait « tout » qui imposerait le singulier : « Il est certain que presque tous ceux, qui sont s (...)
  • 19 « Quoy qu’il en soit, & à quelque cause qu’on l’attribuë, l’Usage le fait ainsi dire presque à tout (...)

P. 378. Tout cet article est contre l’usage, aussi bien que contre la raison. Il n’est pas vrai, comme il l’asseure, que tous ceux qui sont sçavans en nostre Langue condamnent cette phrase qu’il propose, tous ses honneurs, toutes ses richesses, & toute sa vertu s’évanoüirent.18 Il veut qu’on mette s’évanoüit au singulier, ce qui feroit un parfait solœcisme, à cause que les pluriels, honneurs & richesses, demeureroient sans regime & sans construction. L’oreille & l’esprit sont si fort blessez quand on entend, tous ses honneurs, toutes ses richesses, & toute sa vertu s’évanoüit, qu’en verité je n’ai trouvé pas un homme du mestier d’écrire & de bien parler, qui n’ait rejetté cette elocution. Mais vous ne devez pas avoir trouvé mal plaisant ; qu’il appuie toute sa regle sur l’autorité des femmes qu’il a consultées là-dessus, & qui sont toutes de son avis.19 Sans doute qu’elles devoient estre alors dans le dégoust ordinaire à celles de leur sexe. S’il eust retardé sept ou huit jours à leur proposer sa question, il les eust trouvées d’un tout autre sentiment. En tout cas je soustiens que par ses propres principes, puisqu’elles n’estoient pas alors de la plus saine partie de la Cour qui fait le bon Usage, selon la definition qu’il en donne dans sa Preface ; il n’y a point d’apparence de les rendre juges en dernier ressort de ce different. Elles me pardonneront s’il leur plaist, cette petite raillerie, qui ne diminuë rien du respect que je leur ai toûjours porté […]. (p. 507)

25Le pouvoir donné ici aux femmes amuse La Mothe – ce qui lui permet une coquetterie à la fin de sa remarque – dans la mesure même où il semble suspecter son adversaire de pratiquer une sélection malhonnête des publics, tantôt les femmes, tantôt la Cour, tantôt « tout le monde », dans une ronde bouffonne. Comment prendre au sérieux un auteur si peu capable de tenir ses propres déclarations ?

2.3 Disproportion et arbitraire

26Au fond, ce que regrette La Mothe tient à deux mots, disproportion et arbitraire. Disproportion d’abord puisqu’il y a quelque ridicule à juger et condamner des « termes indifferens » :

Il me seroit fort-aisé […] de vous montrer par le menu avec combien d’injustice l’on s’opiniastre à condamner, ou à faire valoir des termes indifferens, par une pure prevention d’esprit. (p. 487)

27Arbitraire puisqu’il s’agit du caprice d’un seul homme, qui contrefait la science mais qui ne peut s’exiler de ses propres pratiques :

Je vous supplie de croire que sans le desir de vous complaire, & de vous donner à connoistre que ces nouvelles Remarques ne sont fondées que sur des sentimens particuliers, je n’y aurois jamais apporté de contredit. (p. 524)

28Les « sentimens particuliers » finissent de tailler l’image du pédant qui passe à côté de la langue et de la pluralité de ses usages tout en se donnant une fonction à laquelle il ne peut prétendre. Les « Sentimens particuliers » disent aussi le combat que La Mothe cherche à mener au sein même de l’Académie : il ne peut être question pour lui de considérer que la parole de Vaugelas soit celle de son « corps » institutionnel, et c’est de même en son nom propre qu’il glose les Remarques. La force de La Mothe tient ici à son apparente aversion pour la transformation du jugement personnel en autorité. Christian Jouhaud (2000, p. 18) le rappelle, cette transformation est toutefois une des raisons d’être de l’Académie française :

Une bonne partie des gens de Lettres qui écrivaient en langue vulgaire, en prose ou en vers, cherchaient à promouvoir l’idée alors peu évidente qu’ils disposaient d’une compétence spécifique, on pourrait même dire d’une « expertise » […]. Les objectifs fixés à l’Académie, la préparation d’un dictionnaire, d’une grammaire et d’une rhétorique reconnaissaient cette compétence sans dénier que l’autorité ainsi exercée sur la langue fût fondée sur les valeurs mondaines et non professionnelles du « bon usage », du « naturel », du bon goût.

  • 20 En soumettant l’invention à des règles élocutoires strictes, le purisme limite de fait le domaine d (...)

29Ces valeurs mondaines dont parle Christian Jouhaud ne peuvent convenir ici à La Mothe, puisque l’idée de l’éloquence qu’il soutient ne peut se satisfaire de la nouvelle influence des auteurs trop serviteurs des Maîtres, son scepticisme même l’oblige à réaffirmer une position théorique, tout autant que politique.20

3. Scepticisme et bon usage

3.1 L’éloquence et la pensée

  • 21 Dans l’original le texte est en italique.

30La Mothe critique assez évidemment le souci excessif du langage, de la forme, au détriment du fond, et oppose vraie et fausse éloquence. Selon lui, Vaugelas serait du côté du blasphème (le mot d’ailleurs apparaît dans les Lettres) lorsque celui-ci déclare « qu’il ne faut qu’un mauvais mot pour décrier un Predicateur, un Advocat, un Ecrivain ; & qu’il est capable de faire plus de tort qu’un mauvais raisonnement » (p. 488).21 Face à la faute, La Mothe oppose à l’aphorisme un nouvel aphorisme, impérieusement énoncé : « Tenons pour une verité inébranlable, que c’est de la bonne pensée que doit venir le prix à une piece d’Eloquence » (p. 489). « Vérité inébranlable » ne souffre pas de contestation : c’est le moment très assertif, très positif des Lettres qui guide la réflexion de La Mothe depuis le début jusqu’à la fin : il ne cesse de poser le raisonnement comme condition suffisante et nécessaire à la véritable éloquence. Les Lettres d’ailleurs se terminent par des axiomes aussi fermes que les assertions du début : « les pensées sont sans comparaison plus importantes que les paroles » (p. 535). Mais pour lutter contre la force du vent, il faut invoquer des figures tutélaires à l’appui de ses propres paroles. Il y a Platon d’abord, Cicéron ensuite : « Platon, tout eloquent qu’il est, ne laisse pas de declamer en plus d’un lieu contre le trop grand soin des mots, & l’excessive affectation du langage » (p. 479). La mention du philosophe des Idées inscrit l’horizon des sophistes et permet des comparaisons audacieuses : « Combien s’imprime-t-il de livres semblables à ces fruits de cire, qui ne sont bons, nonobstant leur artifice, qu’à tromper la veuë ? » (p. 491). L’éloquence dans ce cas est réduite est à un artefact qui éloigne de la vérité. De l’autre côté de sa chaîne argumentative, La Mothe en appelle à Cicéron le philosophe qui utilisait la rhétorique au nom des contenus de pensée : « C’est pourquoi Ciceron a posé, pour un fondement certain, que sans la Philosophie l’on ne pouvoit estre veritablement eloquent » (p. 490).

3.2 La négligence

31Cette thèse générale entraîne un paradigme d’oppositions esthétiques connues. D’un côté, « affectation », « délicatesse », « politesse », termes d’ailleurs toujours accompagnés d’un adverbe qui marque le degré excessif, ce qui trahit assez les perspectives de La Mothe : « excessive affectation du langage », « oreille trop délicate », « soins trop exquis du langage ». De l’autre, « négligence », terme essentiel, plusieurs fois employé, comme dans la première lettre : « qu’une certaine negligence au choix des paroles a souvent bonne grace » (p. 480) ou plus loin : « La rudesse d’un terme, la negligence d’une phrase, donnent par fois du goust, & plaisent par cela mesme qui est le plus prés du vice » (p. 533). Il n’est pas ici question de rejetter grâce ou agrément : toutefois, il s’agit d’une grâce qui flirte avec le heurt, le danger ou l’impureté, la variété également. Ici, on reconnaît l’idéal paradoxal qui parcourt l’histoire des Lettres depuis l’Antiquité : negligentia diligens (la négligence appliquée) dont fait profession par exemple un Montaigne dans Les Essais :

(C) Au rebours, c’est aux paroles à servir et à suivre […] Je veux que les choses surmontent, et qu’elles remplissent de façon l’imagination de celui qui écoute, qu’il n’ait aucune souvenance des mots. (B) J’ai volontiers imité cette débauche qui se voit en notre jeunesse, au port de leurs vêtements : un manteau en écharpe, la cape sur une épaule, un bas mal tendu, qui représente une fierté dédaigneuse de ces parements étrangers, et nonchalante de l’art. (Montaigne 2007, p. 178)

32Outre la thèse principale du caractère second des paroles, outre la profession de foi nonchalante, on retrouve chez La Mothe une même analogie du rapport entre le corps/vêtement et l’idée/langage en même temps qu’une métaphorisation de la virilité, où rudesse s’oppose à langueur :

[…] comme beaucoup d’ouvrages s’affoiblissent tellement par la polissure, qu’ils n’ont plus rien de solide ; le meilleur stile du monde se corrompt s’il est trop limé, & perd sa vigueur à mesure qu’on repasse dessus. (p. 535)

33Affirmation virile qu’on avait déjà lue sous sa plume dans les Dialogues : se vérifie bien ici l’idée selon laquelle La Mothe – et au-delà tout un cercle de ceux qu’on nomme libertins, comme Cyrano par exemple – produit les derniers feux, anachroniques, de l’idéal humaniste.

3.3 La contestation de l’idéal classique

34Le rapprochement avec Montaigne montre que la thèse centrale n’est pas « moderne », et même qu’elle pourrait se comprendre indépendamment du « bon usage » de Vaugelas. Néanmoins, derrière cette thèse, et cette fois en relation directe avec les enjeux du temps, La Mothe met en doute les termes mêmes d’un ordre nouveau, particulièrement dans la dernière lettre. Car sa méthode n’est pas une : il ne s’agit pas seulement comme on l’a vu de faire jouer Platon ou Cicéron… contre Vaugelas ; mais très habilement, de faire jouer Vaugelas contre Vaugelas, de dévoiler les pieds d’argile de l’entreprise normative, de ruiner la parole dogmatique en faisant émerger sa contradiction interne : là revient le sceptique…

35On trouve de nombreux exemples de cette technique (je n’en retiens que quelques-uns) qui intéresseront notamment nos propres interrogations ou positions critiques.

Nous lisons dans la page 396. que c’est la richesse de nostre Langue de pouvoir dire une mesme chose de deux façons. Je n’en veux pas davantage pour défendre à propos cent choses qu’il n’a pas trouvées à son goust. (p. 527)

36La Mothe fait ainsi émerger les inconséquences d’une entreprise normative : comment prétendre légiférer sur le bon usage alors même qu’on pose la valeur de la diversité des usages ?

37On remarquera que la phrase de Vaugelas a depuis lors souvent été commentée par la critique, qui y voit notamment une marque du « devenir classique », qui s’opposerait à la rigidité effective du XVIIIe grammairien. On aurait ici la marque d’une marge de liberté persistante : sans me prononcer sur ce point, puisqu’on peut parler soit de liberté, soit d’inconséquence, je note que La Mothe relève un point essentiel et délicat, auquel a à s’affronter l’entreprise des remarqueurs.

Il confesse que la naïveté est une des plus grandes perfections du stile. Comment se pourroit-il faire qu’un stile fust naïf dans la gesne où il le met, & parmi tant de contraintes qu’il luy donne ? (p. 528)

38C’est bien ici du paradoxe du naturel qu’il est question : on sait combien la critique de ces dernières années s’est attachée à l’exploration de ce paradoxe, et à la construction d’une prétendue nature du discours, miroir aimable dans lequel a aimé se regarder l’honnête homme. Là encore, La Mothe aborde un point délicat, où l’horizon rêvé d’une simplicité conversationnelle se trouve pourtant circonscrit par un écheveau de règles très écrites.

Il declare dans la page 470. que l’Usage n’est le maistre des Langues vivantes que lors qu’on n’en est point en doute, & que tout le monde en demeure d’accord. […] Or il ne peut pas dire que tant de grands Auteurs & de celebres Écrivains qu’il reprend, ne luy disputent l’Usage, & que chacun d’eux ne croie connoistre le bon, & celuy de la belle Cour aussi bien que luy. (p. 528)

39Qu’est-ce qu’un usage dont l’expression même prouve qu’il n’y a pas d’accord réel ? Cet usage n’est donc jamais que le nom que s’est inventé un arbitraire très personnel, ni plus ni moins respectable que celui auquel il s’affronte. Nouveau point délicat, si intimement lié à la promotion de la langue classique : comment le singulier ou tout au moins le circonscrit s’habille de commun. Il est vrai que c’est l’Académie, forte sans doute des travaux de Vaugelas sur l’usage, qui garantira le commun pour « les Poëtes et les Orateurs », les honnêtes auteurs du corps commun.

  • 22 Dans les Entretiens d’Ariste & d’Eugene, Bouhours écrit tout à fait l’inverse : « Le beau langage r (...)
  • 23 La Mothe Le Vayer 1669, p. 489.

40Ce qui semble se dessiner ici, progressivement, c’est bel et bien une contestation de l’idéal classique, une image inversée de la langue de Cour. Il est ainsi troublant de noter que l’image de l’eau, dont se ressaisira Bouhours22, est ici frappée de péjoration : « La plus grande pureté de langage est insipide, & ressemble, si elle n’est accompagnée du bon sens, à un boüillon d’eau claire qui ne nourrit point. »23 Toutefois, et c’est pour moi le charme majeur du texte, cette contestation est pour ainsi dire discrète : il ne s’agit pas pour La Mothe de parler de manière tonitruante, ou d’imposer une autre vérité. On retrouve là un trait fondamental du sceptique : une fois constatée l’existence de mythes contradictoires, de représentations incertaines (ce seraient les « bons usages »), il ne propose pas une nouvelle parole dogmatique. On sait que ce refus peut traditionnellement déboucher sur le silence, ou sur l’acceptation d’une parole contingente, « légère » (c’est-à-dire débarrassée du poids du dogme) : ce dernier aspect pourrait correspondre à La Mothe. Comme, et ce serait à étudier dans sa prose, un mouvement très particulier de retrait, de soupçon, d’estompement de la vérité. J’en veux pour preuve certaines sinuosités de la phrase, où il joue des circonstancielles et du subjonctif pour faire du virtuel le point d’arrêt de sa pensée :

  • 24 Vaugelas.

Si les regles de cet Auteur24 venoient donc de si bonne part, je vous exhorterois à les respecter comme des Oracles ; & pour moi je ferois gloire d’y deferer en me retractant, encore que je ne creusse pas faire en cela une action heroïque comme il la nomme. (p. 482)

41L’hypothétique à l’imparfait virtuel sert d’entame au raisonnement qui dans un premier mouvement roule sur un conditionnel tout en acquiescement « je vous exhorterais à les suivre », qui débouche sur une hyperbole sans conséquence « je me ferais gloire d’y déférer » ; la concessive finale est rien moins qu’un accroc à la belle entente conditionnelle, resituant par le subjonctif des valeurs opposées.

42On peut au fond émettre l’hypothèse qu’apparaissent ici deux visages, un qui ne nous surprend guère : La Mothe affirme ce que d’autres avant lui ont affirmé, et regarde en arrière vers un âge d’or de l’éloquence vertueuse ; un autre qui inquiète davantage, voix dissonante dans le concert du Grand Siècle, introduisant le grain de sel qui agace jusqu’à nous la belle ordonnance classique.

Notes

1 Dialogues faits à l’imitation des anciens par Orasius Tubero, faussement daté de 1604. Voir Moreau 2003.

2 Dans ses Petits traitez en forme de lettres escrites à diverses personnes studieuses.

3 Je renvoie à l’excellent article de Moreau (2003) à ce sujet.

4 Le nom de l’auteur n’apparaît pas.

5 « Je vous prie de faire un peu de réflexion non seulement sur les erreurs, sottises & impertinences des opinions du vulgaire (ce mot comprend à nostre égard le cavalier, l’homme de robbe, & le païsan également) mais encore sur l’authorité tyrannique du temps, & des coustumes qui les ont establis, & sur l’opiniastreté invincible avec laquelle elles sont si aveuglément soustenuës », Dialogues, 1630, p. 11.

6 Quant au rapport au pouvoir, c’est un peu plus compliqué.

7 La Mothe Le Vayer 1638, p. 20-21.

8 Vaugelas 1647, Préface. C’est à l’occasion de cette attaque que Vaugelas écrit quelques lignes plus loin la fameuse sentence : « C’est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps. Quand je dis la Cour, j’y comprens les femmes comme les hommes, & plusieurs personnes de la ville où le Prince reside, qui par la communication qu’elles ont avecles gens de la Cour participent à sa politesse. »

9 Les Petits traitez contiennent pour l’édition de 1647 soixante courts textes, baptisés Lettres : celles-ci sont l’occasion de réflexions philosophiques et morales – « Des Odeurs », « De la Pudeur », « De l’Instruction des enfans », « Du Froid », « De l’insolence des Riches », « Des Animaux », etc. Ils s’inscrivent dans un genre – celui des « Lettres » ou textes courts, et une ligne philosophique, le scepticisme.

10 Gabriel Naudé (1600-1653), libertin érudit.

11 Il est devenu académicien en 1639.

12 Je souligne en gras. Le texte est cité d’après l’édition de 1669.

13 « Ce mot employé par tant d’excellens Autheurs anciens & modernes, pour dire blasmer, noter, reprendre, n’est plus receu aujourd’huy dans le beau langage. Il me sembloit fort significatif pour exprimer ce que blasmer & reprendre, ne semblent dire qu’à demy. L’equivoque de ce mot usité dans le Palais & dans les finances, est à mon avis, ce qui nous l’a fait perdre, quoy que tres-injustement, puis qu’à ce conte il faudroit donc bannir tous les mots equivoques » (Vaugelas 1647, p. 221).

14 « Toutes les Langues ont cette varieté de locution pour ornement, & c’est une pure fantaisie de le vouloir oster à la nostre » (La Mothe Le Vayer 1669, p. 495).

15 « On dit arondelle, hirondelle, & erondelle, mais erondelle, avec e, est le meilleur, & le plus usité des trois. C’est à mon avis, parce que nostre langue qui aime la douceur de la prononciation, change volontiers l’a, en e, n’y ayant point de doute que l’a, est une voyelle beaucoup moins douce que l’e. Nous en avons donné des exemples en divers endroits, qu’il n’est pas besoin de repeter icy. Mais quand nous dirons, qu’il n’en faut pas pourtant abuser, ny dire merque, pour marque, merry pour marry, ny serge, pour sarge, je ne crois pas que ce soit une repetition inutile, veu le grand nombre de gens qu’il y a qui manquent en ces trois mots, & en quelques autres semblables. Apres herondelle, le meilleur est hirondelle, quoy que ce dernier ayt plusieurs partisans capables de l’authoriser, & mesme de le disputer à l’autre » (Vaugelas 1647, p. 512).

16 « Peut-estre en est-il de ce verbe [inonder], comme de frapper, & de quelques autres, qui s’employent activement, & neutralement avec la preposition sur, car on dit par exemple, frapper la cuisse, & frapper sur la cuisse, & ce dernier est beaucoup plus elegant & plus François que l’autre » (ibid., p. 543).

17 « Autrefois on disoit l’un & l’autre, & plustost guarir, que guerir, mais aujourd’huy ceux qui parlent & escrivent bien, disent tousjours guerir, & jamais guarir. Aussi l’e est plus doux que l’a, mais il n’en faut pas abuser […] » (ibid., p. 250).

18 Ce serait « tout » qui imposerait le singulier : « Il est certain que presque tous ceux, qui sont sçavans en nostre langue, condamnent cette façon de parler, & soustiennent qu’il faut dire s’esvanoüit, quoy qu’ils ne doutent point qu’en l’autre exemple, il ne faille dire ses honneurs, ses richesses, & sa vertu s’esvanoüirent. Il n’y a donc que l’adjectif tout, qui cause cette difference » (ibid., p. 378).

19 « Quoy qu’il en soit, & à quelque cause qu’on l’attribuë, l’Usage le fait ainsi dire presque à tout le monde, & les femmes que j’ay consultées là dessus, à l’imitation de Ciceron, sont toutes de cet avis » (ibid., p. 379).

20 En soumettant l’invention à des règles élocutoires strictes, le purisme limite de fait le domaine d’investigation des doctes à la seule élocution. Si le pouvoir condescend à accorder l’hégémonie aux puristes, en matière de normes linguistique et esthétique, ce n’est qu’en confisquant, en retour, toute liberté de pensée dans les domaines qui touchent au politique et au religieux. Le prix à payer pour le contrôle de l’autorité normative, c’est donc le sacrifice de la conscience politique. Voir Moreau 2003, p. 394.

21 Dans l’original le texte est en italique.

22 Dans les Entretiens d’Ariste & d’Eugene, Bouhours écrit tout à fait l’inverse : « Le beau langage ressemble à une eau pure & nette qui n’a point de goust, qui coule de source, qui va où sa pente naturelle la porte : et non pas à ces eaux artificielles qu’on fait venir avec violence dans les jardins des grands, et qui y font mille differentes figures » (Bouhours 1671, p. 63).

23 La Mothe Le Vayer 1669, p. 489.

24 Vaugelas.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search