Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie I. Le bon usage : les origines de la tradition française

Langue, usage, variation chez Meigret, Macé, et dans le Dictionnaire de l’Académie

Francine Mazière

Texte intégral

  • 1 Depuis la rédaction de cette étude se sont multipliés les travaux de W. Ayres-Bennett, de G. Siouff (...)
  • 2 L’Académie suivra cette voie qui sera dénoncée dans le Dictionnaire des Halles.

1Le « bon usage » n’est pas une idée simple chez Vaugelas, des auteurs l’ont bien montré, en particulier Danielle Trudeau et Wendy Ayres-Bennett.1 S’il y a un mauvais et un bon usage, le bon usage est scellé par « les façons de parler » et un usage « bas » peut-être bas et bon « tout à la fois » et digne d’entrer dans un dictionnaire.2 Mais, surtout, le bon usage est ou « déclaré » ou « douteux ». C’est ce qui dynamise le processus de sa construction. Or, pour qu’il y ait doute il faut qu’il y ait concurrence de formes, et donc variation. Il faut aussi que soit posée la question d’un accord consentant, et donc de populations de référence. Alors seulement apparaît la question d’un arbitrage (politique ? social ? linguistique ?) et des principes de l’arbitrage.

2Ce simple rappel esquisse la possibilité d’un certain consensus linguistique : adhésion à l’idée d’une langue commune comme langue de communication, volonté de donner des bords à telle langue particulière navigant en hyperlangue (Auroux 1997 ; Auroux et Mazière 2006). À une époque où l’Europe quitte le latin pour fabriquer ses langues, apparaissent des descriptions qui en permettent la visibilité, dans une tradition où la variation n’est pas d’emblée traitée comme sociolinguistique.

3D’où le corpus proposé, rendu cohérent par les études menées au sein du laboratoire HTL (Histoire des théories linguistiques, Paris 7 – CNRS) avec Simone Delesalle et Odile Leclercq (voir Leclercq 2010). Ces études se caractérisent par un élargissement des lectures à des textes peu explorés et surtout par un parti pris de lecture travaillant sur l’articulation et les chevauchements entre méthodes, remarques, grammaires, lexiques. Couvrant toute la période de fabrication du français, et très vigoureusement restreint, le corpus retenu ici propose un éventail d’outils linguistiques : la Grammaire de Meigret (1550), première grammaire du français, écrite en français, largement recopiée par Robert Estienne, où se met en scène l’usage comme condition des règles ; La Méthode pour apprendre toutes les langues de Macé (1651) et sa critique des Remarques de Vaugelas, texte de confrontation de quatre « auteurs qui doutent », enfin le Dictionnaire de l’Académie de 1694 (désormais DA), l’outil qui convertira les doutes en langue et variation de langue.

4À partir du rapprochement cavalier de ces textes, souvent lus isolément (Meigret, le DA) ou ignorés (Macé), et parfois jugés à partir de nos modernes idéologies, on voudrait montrer un cheminement singulier de la notion d’usage et de variation et tester quelques hypothèses sur leur manipulation dans les genres d’outils linguistiques à l’œuvre durant la grammatisation du français.

1. Louis Meigret : usage(s) et règles

  • 3 Le trouvère Guernes, né à Pont-Sainte-Maxence (Oise), aux confins de la Picardie, clerc itinérant, (...)

5Meigret, en 1550, pose l’usage comme quasi équivalent de la langue du natif. Il construit sa grammaire dans une période où l’homogénéité des parlers était moins vraisemblable que l’hétérogénéité mais où la communication forgeait déjà une langue commune, et ce, depuis des siècles.3

6Dans son avant-texte « Aux Lecteurs », Meigret déclare :

  • 4 Le texte est cité d’après l’édition de Hausmann 1980.

Combien que d’une pauvre considération la plus grande partie de nos Français soit en fantaisie que la poursuite d’une grammaire soit trop difficile et presque impossible en notre langue : je n’en ai pas pourtant si désespéré que je n’aie fait quelque diligence d’en chercher quelques moyens et règles. (p. 1)4

7Je rapproche quelques citations, rassemblées pour éclairer des rapports entre usage et règles. Ces rapports sont multiples :

L’usage se confond avec la langue : « nous le disons aussi communément », « tel le garde l’usage », « l’usage est tel comme il s’ensuit ».

L’usage précède la règle : « dresser une grammaire sur le bon usage de parler », « arrêtons-nous à ce que l’expérience nous montre par usage ».

L’usage généralisé donne la règle : « nous devons dire comme nous disons, puisque généralement l’usage de parler l’a reçu ainsi », « sans se prescrire aucune loi contre l’usage », « l’usage de la langue le vous donnera à connaître ».

L’usage modèle la règle : « l’usage a introduit », « l’usage a donné », « l’usage a ôté », « l’usage a voulu transmuer », « l’usage nous force de garder ».

Inspirateur de la règle, il peut s’en affranchir de multiples façons (variation, création, exception) : « je ne veux pas toutefois forcer l’usage », « il sera au bon plaisir d’un chacun de s’aider, si bon lui semble, des uns ou des autres : et de s’efforcer d’en inventer d’autres », « [l]e tout gît au bon plaisir de l’usage et selon que son oreille s’en contentera ».

8Et, fait singulier et difficile à penser pour notre moderne sociolinguistique, il n’y a pas discontinuité entre le parler et l’écrit :

[…] ceux qui ont voulu bien dresser une grammaire sur le bon usage de parler, ont aussi, en le suivant, donné les moyens de bien écrire par les lettres, en gardant à chacune sa puissance. (p. 2)

9La règle et aussi le « bon usage » sont déjà là. Car ce matériau empirique est porteur d’attestations parfois difficiles à consacrer. Se profilent incertitudes et méprises :

Cette façon toutefois de parler n’est pas des plus certaines […] (p. 115)
[…] cette façon de parler sonnera bien en un bâtiment de langage et mal en l’autre. (p. 118)

10Afin de réduire les tensions, Meigret a recours soit à la construction en langue (ci-dessus) soit à une hiérarchie sociale des usages. Il distingue le locuteur lettré – « Un homme bien appris en la langue française a toujours prononcé phyzionomíe : et à bonne raison » (p. 3), « nous dirons correctement muniçíons, comme de toute ancienneté les studieux de la langue française l’ont observé » (p. 103) – qu’il oppose au « rustique » : « mais c’est un langage rustique. En semblable donc nous dirions mieux […] » (p. 41).

11Cependant il ne donne pas le pouvoir absolu aux « bien appris », car le français ne doit calquer le latin ni dans l’écrit – « […] cette manière d’écrivains espère bien montrer par là qu’ils ont fort profité es langues latine et grecque : […]. […] aussi sagement fait que si on abattait une maison pour voir si en la première pierre du fondement le nom de celui qui premièrement la fit bâtir y est point gravé […] » (p. 3) –, ni dans l’emprunt – « Au regard de la nouvelle invention des superlatifs latins en ssime […], l’usage de la langue française ne les peut goûter : et encore moins digérer […] » (p. 31) –, ni surtout par principe : « D’une même inconsidération du pouvoir et autorité de l’usage, il s’en trouve qui veulent asservir celui d’une langue à une autre » (p. 102).

12Ces options garantissent la langue vulgaire en ce qu’elles dégagent « une naïve grâce française ». Ainsi l’emprunt doit être « déguisé » :

Et pour tant il faut bien avoir bonne oreille à bien tirer cette manière de vocables : de sorte que le Français ne le trouve point étrange de la forme commune : combien que la signification lui soit inconnue. […] Si aussi nous savons bien déguiser un vocable latin ou d’autre langue, lui donnant la forme et terminaison commune à autres tels et semblables, il sera tenu pour français : de sorte qu’étant la grâce observée, l’oreille des écoutants ne désirera plus que l’intelligence. Voilà pourquoi aujourd’hui on fait infinis emprunts des autres langues, qui sont mal reçus : même de ceux qui les entendent, par faute de leur donner une naïve grâce française. (p. 28)

13La « douceur » française doit être respectée :

Le t et le d final du singulier se transmuent en s ou z au pluriel selon l’usage de la prononciation, rejetant ce t comme trop dur et malaisé à prononcer […] : tant elle semble contre son devoir et sa gloire porter envie à la douceur de la prolation française. (p. 40)

14La création, même celle qui semble régulière, est soumise à un « commun consentement » :

Je confesse que cela serait raisonnable, si les règles qu’on fait de grammaire, commandaient à l’usage : vu qu’au contraire les règles sont dressées sur l’usage et façon de parler : lesquels ont si grande puissance, autorité et liberté par un commun consentement et acceptation agréable d’un vocable emprunté ou inventé pour servir à la langue d’une note de quelque signification, que quand bon lui semble, il le reçoit seul ou avec toute sa séquelle : ou bien le rejette et reçoit sa séquelle : ou bien le laisse avec le temps, après l’avoir reçu […] (p. 101)

  • 5 La « réduction » est ici entendue au sens classique de cartographie, de rédaction (Auroux et Mazièr (...)

15Mais enfin, une fois l’usage réduit5 en règles, une fois l’union, la confusion des deux qui fait la langue, que faire de variations qui semblent diatopiques, relèvent d’évolutions linguistiques particulières ? Alors, l’usage « branle ». Le doute introduit le débat, qui sera celui des remarqueurs un siècle plus tard.

16Ici, Meigret contrevient à ses principes ou renforce la rationalité en privilégiant analogie ou dérivation, exprimées comme un amendement selon la règle :

  • 6 Meigret illustre : « comme par exemple ce terme liveao, lequel les maçons de Paris ont corrompu ave (...)

Il est vrai, toutefois, qu’il est bien raisonnable que quand quelque vocable est diversement prononcé et avec quelque débat, de sorte que l’autorité de l’usage branle, de remettre sus celui qui a la meilleure apparence. Celui me semble l’avoir meilleure qui a quelque support de règle.6 (p. 102)

17Cette grande puissance de l’usage, senti comme un consentement des parlants, fait alors place, par simple point contraire, à la notion de faute par écart :

[…] nous devons dire comme nous disons, puisque généralement l’usage de parler l’a reçu ainsi : car c’est celui qui donne autorité aux vocables : sauf toutefois là où les règles françaises et la congruité sont offensées : comme font ceux qui disent, je venions, je donisse, frapisse : qui sont fautes qui n’ont jamais été reçues par les hommes bien appris en la langue française. (p. 29)

18L’usage est bien premier, et multiple, comme les parlures. La posture de l’enquêteur n’est certes pas définie comme elle le sera chez Vaugelas, mais elle existe, même si le grammairien se sert le plus souvent de sa propre compétence. Il tire nombre de ses exemples de ses deux villes de référence, Lyon et Paris. La troisième, Rome, lieu du latin et du Pape (Meigret est protestant), ne servant qu’en tant qu’exclue.

19La langue « grammatisée » par Meigret est donc la langue de certains natifs, dans certaines régions, revue par certains savants instruits en la/les langues mais affranchis du latin de Rome et respectueux de la « naïve grâce » française. Pourtant, son « oreille » est large et fine, elle capte l’essentiel : l’importance des façons de parler, le sentiment d’une langue en usage réglée, ce qui permet le consentent des parlants. L’usage est alors « bon », par définition. Lorsqu’il est à rejeter, c’est au nom d’une généralité, donc parce qu’il est fautif et non douteux. Meigret est bien dans la mise en place d’une grammaire comme description d’une langue particulière « reçue ». La variation n’est pas au cœur de son propos.

2. Jean Macé : usage, variation et norme

20Sous le pseudonyme de Du Tertre, Jean Macé donne en 1651 une Méthode Universelle pour Apprandre facilemant les langues, pour parler puremant et escrire nettemant en François. Macé, qui ne signe jamais de son nom, est Carme, proche de Richelieu. Il a écrit une encyclopédie latine, de la théologie, de la politique, et de la politique linguistique.

  • 7 Une Méthode, est en général un écrit hétérogène, mixte entre grammaire spéculative, grammaire pédag (...)
  • 8 Macé donne quatre parties distinctes : la Méthode, qui contient une Grammaire générale et raisonnée (...)

21Cette Méthode7 semble servir les vues de Richelieu, dix ans après la mort du Cardinal et alors que l’Académie est affaiblie. Tout en s’inscrivant dans la lignée des grammaires générales et raisonnées, porte des langues (Auroux et Mazière 2007), Macé propose une mise en ordre alphabétique des Remarques de Vaugelas, joignant, pour la première fois, deux genres qu’il déclare complémentaires, mais les gardant distincts dans leur présentation.8 La première édition, de 1650, n’a pas été trouvée. Dans la seconde, de 1651, dans la partie Remarques, il ajoute aux critiques de La Mothe Le Vayer, parues en 1648, celles de Dupleix, parues en 1651. Cet ouvrage réécrit, résume, et donc simplifie Vaugelas, La Mothe, Dupleix, et un inconnu qui serait l’auteur de la partie « grammaire générale ». Elle offre ainsi une véritable compilation de remarques critiques sur trois ans.

22Très composite, l’ouvrage oblige à une lecture suivie partie par partie :

23(a) Dès sa préface « Au lecteur », Macé donne ses positions sur le lien entre langage et raison, mais insiste sur la différence entre une supposée langue maternelle, qui serait toute naturelle, et une langue d’état, construite. Dans la ligne de Richelieu, qui a voulu créer des académies où s’enseignerait le français, il décrit le nécessaire apprentissage que requiert un « bon usage », « ce qui fait la differance des Sages & des Ignorans, des Honnestes Gens & du Vulgaire ».

24Par cette visée politique, qui outrepasse celle des remarqueurs, la normativité sociolinguistique est d’entrée installée. Les statuts de l’Académie fondée en 1636 liaient les armes, les lois et la langue. Pour Macé, la langue est partie prenante du pouvoir :

  • 9 Dans l’original, le texte de la préface « Au lecteur » est en italique.

[…] trois qualitez plus éclatantes ont toûjours esté les fondemans du credit, de l’autorité, & de la reputation ; la Puissance, la Sçience, & l’Eloquence. […] Et nostre Monarchie Françoise, est un illustre témoignage : que ces grandes perfections marchent à peu prés d’un mesme pas, dans l’établissemant & dans la conduite des Estats. (préface « Au lecteur »)9

25Cependant une politique linguistique ne suffit pas à normer la langue :

Car tout ainsi que la parole de l’Homme fuyarde & changeante, ne peut estre representée par les traits d’aucun pinceau : de mesme le bien dire, ne sçauroit estre dépeint de ses couleurs plus naturelles, ny enfermé tout entier dans le détroit des regles & des preceptes. (Ibid.)

26D’où un double souci dans son traitement des particularités du français : un juste milieu dans le style et une certaine liberté dans la langue et le discours. Il rejoint en cela les auteurs qui critiquent Vaugelas parce que trop excessif.

Sa perfection la plus achevée, au jugement de tous les Sages, est, de ne pecher par aucun excés. La negligence, & l’affeterie sont egalemant vicieuses en cet endroit […] La parole, qui sert de truchemant à la verité, & aux plus belles productions de l’Esprit humain : ne doit pas estre habillée, ny comme les gueuzes, ny comme les débauchées […]. (Ibid.)

[…] toute la grace & l’efficace d’un discours se pert, si l’art paroist plus que la nature : & si au prejudice d’une naïve liberté, on parle toujours avec scrupule & contrainte […]. (Ibid.)

  • 10 « Les paroles, au fonds ne sont instituées, que pour servir aux pansées. Et c’est une étrange injus (...)

27Pour ce tenant de l’apprentissage des langues vulgaires, celles-ci sont un instrument de communication, qui se doit simplement d’être efficace (la « bonté » est supérieure à la « beauté »).10 Tout en se pliant aux principes, il en discute donc la pertinence et la portée pratique :

[…] il arrive, que la Raison n’est pas toûjours ou connuë, ou suivie. Que l’Uzage n’est pas moins douteus & incertain, qu’inconstant & bizarre. […] (p. 12) […] Il n’y a point de Nation qui parlant, ou escrivant ait pû jûqu’icy éviter toutes les eqivoques. (Ibid.)

  • 11 « La pluspart neanmoins de tous les doutes qu’on peut former sur la maniere de parler & d’escrire e (...)

28Ceci même autorise la compilation qu’il propose11 : si la raison et l’usage peuvent faillir, alors la discussion a du sens, sous forme de confrontation :

Mais il est arrivé en ces curieuses Observations, […], qu’elles ne sont pas toutes de pareille valeur : & que l’Uzage qu’elles s’efforçent d’establir n’est pas si clair, ny si certain, qu’il ne soit disputé & contredit. (p. 16) […] je fais suivre la Censure, avec une asterisque ; * qui donne à entendre qu’on ne tombe pas d’acord ou de la regle, ou de l’uzage. (Ibid.)

[…] Je ne fais que raporter leurs sentimans [des censeurs], sans juger ny pour ny contre. Si bien que le choix demeurant tout entier en vostre liberté, vous devez prandre sans scrupule, ce qui vous paroistra le plus raisonnable. (Ibid.)

29(b) Dans la première partie de l’ouvrage, la méthode « générale », Macé insère une Grammaire générale et raisonnée et multiplie les aspects réguliers, analogiques, de toute langue. Et donc une approche de l’usage comme perturbateur et surtout comme un frein à la créativité lexicale :

[…] si les Loix receuës par l’uzage, n’y apportoient point d’obstacle ; l’Homme vraimant sage invanteroit des Mots particuliers, expressifs & significatifs de toutes choses, & suivroit infailliblemant une regle certaine, marchant dans les voyes de la Nature, qui est toûjours uniforme. (p. 49)

30Il donne une vue très précise de « l’engendrement » logique avec cette position étrange dans une Méthode d’apprentissage : « en uzage ou non, n’importe pas pour justifier la verité de ma proposition » :

Disons-le encore avec plus d’étanduë, & d’expression ; afin de faire l’examen & la dissection totale, de la parole & du discours. Si le Nom Substantif se treuve separé comme vague, c’est un Abstrait humanité, humanitas. S’il est lié, & attaché à un sujet precis & determiné, c’est un Concret ou assamblage ; homme, homo. Ajoûtez-luy son Adjectif ; humain, humanus. Faites naistre un verbe (qu’il soit en uzage ou non, n’importe pas pour justifier la verité de ma proposition) humanizer, humano, ou humaniso, as, are. De son infinitif ou supin, formez l’agent, humaniseur, humanator : mettez-le en exercice, humanizant, humanisans. Suist aussi tost l’action, mitoyenne entre l’agent & le patient ; humanisation, humanatio. Ce qui suivra est puremant passif, humanibilité, humanibilitas : humanizable, humanibilis : humanizer, humanescere : humanizé, humanisatus. Puis derivez les Adjectifs, les Adverbes, les Diminutifs, les Frequentatifs, & c. Homuncio, homunciolus, humanitus ; inhumænus, & c. Selon les trois degrez, que nous venons de nommer ; positif, comparatif & superlatif, qui se font soit en diminuant, soit en augmentant. (p. 47-49)

31La conclusion pratique débouche sur une pédagogie :

[…] pour enseigner aux Apprantifs la construction naturelle, & la suite des parties d’un discours ; il suffiroit, de pozer le Nom. En suite, le randre agissant : puis marquer l’action, avec la chose produite. Enfin la maniere de tous les deux, par les Adjectifs & par les Adverbes. Comme saint, sanctification, sainteté, saintemant. (p. 49)

32Voilà qui simplifierait effectivement l’apprentissage, mais, car il y a un « mais », les langues sont choses déraisonnables, dit Macé (note 7). Or, il faut pouvoir les enseigner, en particulier le français, pour que nos auteurs entrent en commerce avec l’Europe. En bon serviteur de l’état, Macé s’emploie donc à classer et comparer les remarques. En dernier vient donc l’apprentissage particulier par l’usage, ce qui le sépare fortement de la règle.

33(c) Dans la troisième partie, le Recueil alphabétique des Remarques sur la langue françoise, on peut interpréter comme la marque d’une formation discursive avérée le fait que Macé ose compiler un traducteur et lexicographe officiellement en charge de la rédaction du dictionnaire de l’Académie, Vaugelas, un philosophe sceptique pratiquant les sens clandestins et justifiant le barbarisme, La Mothe, un juriste de 80 ans louant la liberté de la langue et soucieux que ses écrits soient encore lisibles malgré leur ancienneté, Dupleix, et l’auteur caché de sa Grammaire générale et raisonnée, qui déclare aimer les choses plus que les mots.

34Sa mise en ordre alphabétique introduit en fait du désordre en rendant inopérants certains rapprochements de Vaugelas, et son traitement séparé de la grammaire et de l’orthographe écarte nombre de remarques qui proposaient une règle syntaxique ou orthographique. Mais on est surtout frappé par un contraste : l’homme qui prône des libertés de création et élargit les groupes de référence jusqu’aux « prédicateurs » adopte des formules prescriptives. Ses principes semblent alors essentiellement subordonnés aux nécessités d’un apprentissage rapide et efficace pour le commun des locuteurs, français et étrangers.

35Pour montrer comment cette position va gauchir les Remarques de Vaugelas, et donc s’écarter de ce que sera le genre tout au long du siècle, on peut opposer l’écriture des deux auteurs à propos des doublets et donc de la question de l’élimination ou de la restriction des usages. Dans le cas de Matineux, matinal, matinier, Vaugelas écrit :

De ces trois mots, matineux est le meilleur : c’est celui qui est le plus en usage et en parlant et en écrivant, soit en prose ou en vers. Matinal n’est pas si bon, il s’en faut de beaucoup ; les uns le trouvent trop vieux et les autres trop nouveau, et l’un et l’autre ne procède que de ce qu’on ne l’entend pas dire souvent. Matineux et matinal se disent seulement des personnes. Il serait ridicule de dire l’étoile matineuse ou matinale. Pour matinier, il ne se dit plus ni en prose ni en vers, ni pour les personnes ni pour les choses, surtout au masculin ; car il serait insupportable de dire un astre matinier, mais au féminin l’étoile matinière pourrait trouver sa place quelque part. (Vaugelas 1647, p. 120)

36Macé expédie la question en une formule lapidaire : « Matineux ne se dit que des personnes, & est meilleur que matinal. On pourrait dire étoile matinière » (p. 171). Le sentiment et le jugement mondain ont disparu (« il serait ridicule / insupportable de dire »), mais aussi la jonction entre fréquence et réception (« ne procède que de », « pas souvent », « seulement ») et la distribution entre parole et écriture.

  • 12 Delesalle et Mazière 2012.

37Outre qu’elle biaise, comme toute réécriture, la réécriture des Remarques de Vaugelas introduit une nouvelle visée de réduction de l’usage. Les formules introductrices choisies par Macé peuvent être brutales : « La Remarque ne veut pas dire / La Remarque ne veut pas se servir de… » ; « La Remarque ôte l’usage de bailler, si… » ; « La remarque défend de citer… » ; « La Remarque oblige de dire ou d’écrire / ordonne… ». On passe de l’usage discuté par Vaugelas au résultat figé de la discussion, puis à un usage imposé pour les besoins de la cause : une politique de la langue et de sa diffusion. Intervient ici la structure et la finalité de l’écrit, mais aussi le statut du scripteur. Ce sont ces manières « pédagogiques » de s’approprier Vaugelas qui ont, faussement à bien des égards, accrédité l’idée d’un remarqueur prescripteur. La compilation est un discours rapporté à lire avec précaution.12

  • 13 C’est-à-dire l’Académie française, l’Académie projetée en sa ville de Richelieu et l’Académie proje (...)

38L’usage, chez Macé, n’est donc ni un pourvoyeur de règles, ni la marque du génie d’une langue, ni une passion de natif. Bon ou mauvais, il crée de la confusion puisqu’il n’est pas même assuré entre gens de lettre. Mais s’il est un empêcheur de penser et apprendre rationnellement, il est incontournable, d’où cette partie autonome dans la Méthode pour décrire une langue particulière. Macé n’est pas dans la sociolinguistique de la diatopie, il est dans la politique linguistique initiée par Richelieu avec ses trois académies.13 « La » langue française est son objet, et non « les » usages. Le « bon usage » est affaire de normalisation, de choix, pour donner une visibilité au français que doivent apprendre les étrangers et le rationaliser est encore le mieux, afin de le limiter. On comprend alors son écriture lapidaire : autant abandonner les subtilités d’un Vaugelas, celles que reprendront les autres remarqueurs, puisque de toute façon l’usage est souvent douteux. On laisse se battre les champions de la langue, ces « Braves », mais on en appelle à eux pour un autre combat, celui de la standardisation d’un français à apprendre. C’est tout l’objet de la partie sur l’orthographe, non abordée ici.

  • 14 Pellisson a argumenté le consensus par agrégation dès 1653 (voir Mazière à paraître). Pour l’efface (...)
  • 15 Il n’a pas eu que ce rôle, mais nous le privilégions ici pour faire ressortir le possible contresen (...)

39Cette étape dans l’histoire des remarques me semble importante par sa singularité même : elle semble faire la part belle aux discussions sur l’usage puisqu’elle les rassemble en une compilation, la seule que nous ayons. Elle fait du « bon usage » une question vive, par intervention d’un agent de la société, d’un non-linguiste. Cette fusion de l’usage dans le bon usage est radicale. La variation est l’objet non pas interrogé mais combattu. Dans la seconde moitié du siècle les remarqueurs sauront reprendre le jeu subtil du consensus sur la variation.14 Macé, à rebours15, a orienté les remarques vers le prescriptivisme qui deviendra majoritaire au XIXe siècle. Cette déviation politico-pédagogique, qui aura donc un bel avenir, offusque la lecture des remarqueurs et produit bien des contresens sur le « bon usage » de Vaugelas.

3. L’Académie française : usage intégré et langue

40L’Académie, en fin de siècle, et même si des « observations » continuent, produit un outil dont la technique adaptée à la visée met fin aux remarques, c’est-à-dire aux doutes et discussions. Son Dictionnaire de 1694 est un outil unificateur qui use de l’usage de façon intégrée. C’en est fini des « n’est pas français » ou « les bien-disants disent », au profit des variations libres d’une part et d’autre part des segments obligatoires, les « façons de parler » (les collocations) qui instituent les significations en langue. L’usage n’est ni la règle ni le lieu des variations, il est la langue.

41C’est ce que montrent l’examen de réécritures à partir de Vaugelas et la prise en compte de la technicité des genres. La résolution des variations d’usage peut s’illustrer à partir de quatre « entrées » de dictionnaire : naviguer, mercredi, parricide, famille. Les deux premiers mots sont traités par Vaugelas comme variation diatopique (naviguer) ou variation d’usage en conflit avec la raison dérivationnelle (mercredi). Dans les deux cas, l’Académie efface l’opposition au profit d’une juxtaposition de variables libres.

Vaugelas : « Tous les gens de mer disent naviguer, mais à la cour on dit naviger et tous les bons auteurs l’écrivent ainsi. » (p. 53)

Macé normalise sociologiquement par référence aux « bien-disants » : « Les gens de mer disent naviguer, les bien-disants se servent de naviger. » (p. 176)

DA : Naviger. v. n. (Quelques-uns disent Naviguer.)

  • 16 « Tous ceux qui ont tant soit peu étudié et qui savent l’origine de ce mot qui vient de Mercure, on (...)

42Pour mecredi, Vaugelas suit l’usage malgré l’étymologie (Mercure) par souci de « douceur » du français. Il met en jeu la concurrence des raisons.16 Macé entérine sans débattre : « L’usage oblige de dire et d’écrire Mecredy » (p. 171). Là encore, le DA choisit la variation comme fait de langue : « Mercredi. s. m. (Plusieurs prononcent & escrivent Mecredi.) ».

43Le cas de parricide appuie la hiérarchie des raisons, cette concurrence de propriétés de langue qui, chez les remarqueurs, oblige à discuter une variation sans en faire une faute. Remarqueurs et grammairiens se querellent à propos de la dérivation matricide malgré la référence de Vaugelas à la « figure » (« pater » vaut, par figure, pour père, mère, prince…) :

On ne se sert pas seulement de ce mot pour signifier celui qui a tué son père, comme la composition du mot le porte, mais pour tous ceux qui commettent des crimes énormes et dénaturés de cette espèce, tellement qu’on le dira aussi bien de celui qui aura tué sa mère, son prince, ou trahi sa patrie, que d’un autre qui aurait tué son père ; car tout cela tient lieu de père. […]. Ainsi l’on dit patrimoine du bien même qui vient du côté de la mère. Il n’est pas question de s’attacher à l’origine de parricide pour ne s’en servir qu’au père, l’usage l’a étendu à tout ce que je viens de dire. (p. 338-339)

44Macé prescrit :

Parricide se dit de celui qui tue son Père ou son Prince, son frère ou sa sœur : et de celui qui trahit son pays. Fratricide n’est pas français. (p. 188)

45Le DA est ici servi par la technicité du genre. La nomenclature recense les seuls mots « français », et exclut par là matricide :

Parricide. s. m. Celuy qui tuë son pere. Il se dit aussi par extension de celuy qui tuë sa mere, son frere, sa soeur, ses enfants & c.

  • 17 Féraud : Dictionaire critique de la langue française (Marseille, Mossy 1787-1788) : Matricide, s. m (...)

46Il faudra attendre le Dictionnaire de Trévoux pour voir apparaître une entrée « matricide ».17

47Le cas illustré par famille est le plus remarquable pour marquer que l’usage seul, parce qu’il donne la mise en emploi du mot, détermine sa valeur (au sens saussurien du terme). Grâce aux formes des exemples forgés (qui sont presque toujours des collocations), l’Académie fait un tri des sens. Dans le DA, Famille + verbe dit la famille comme cellule-foyer où l’on agit : aimer sa famille / dîner / vivre en famille, et Famille + adjectif, qui constitue une seconde entrée, signifie la famille comme cellule prise dans ses extérieurs sociétaux (famille noble / bourgeoise / ruinée).

48Toute la démarche consiste ainsi dans le DA à ajuster la signification aux proportions de l’empiricité d’un moment de langue commune en ignorant la familia des Latins, pour ne se référer qu’à la famille au sens de parenté fermée et/ou de construction sociale (Collinot et Mazière 2004). Il y a assimilation de la rupture avec la langue-mère, donc une « fin » donnée aux remarques s’interrogeant sur l’étymologie et l’analogie mais aussi une véritable promotion de l’ensemble « des » usages comme étant la langue, puisqu’ils fixent un appariement de mots qui en détermine la valeur. L’usage est résorbé dans la langue.

49Technicité de l’outil et parti pris sur la langue ont établi cette « langue commune » annoncée dans la préface de l’ouvrage et que le XVIIIe siècle va pouvoir arrêter comme référence. Les trente ans de vie que Vaugelas donnait aux doutes et choix, vont se transformer dans le DA en moment visible, en système perceptible, en équilibre synchronique, le « plus haut degré de perfection » sifflant la fin des doutes et de leurs ajustements. Pure illusion, bien entendu, mais position très forte sur la langue : les doutes sur les variations peuvent dès lors devenir des fautes. La variation a disparu, remplacée par un usage intégré, toujours bon, ou par un mauvais usage stigmatisé comme « faute ». Tout le XIXe siècle en témoignera.

4. La dynamique de l’usage

50La notion classique d’usage est dynamique et ne clive pas à la manière sociolinguistique. Elle organise en choisissant ses propriétés organisatrices, de l’appariement de termes à la figure et en discutant leurs conflits éventuels. C’est ce choix des propriétés qui permet en général de dire « bon » ou « meilleur » tel ou tel usage. Et c’est la prise en compte de la variation comme incitatrice du doute, et donc comme obligation de scruter les règles, qui assure l’invention d’une langue unifiée, « commune ».

51Règle et usage agissent en couple par deux constantes : le sentiment qu’existent des généralités perceptibles en toute langue, avant toute description, et la reconnaissance de propriétés générales par le fait qu’elles peuvent être en concurrence et/ou en harmonie.

52En grammaire, dès Meigret, c’est l’usage, « senti » comme traversé de généralités, qui permet, par cartographie, de « réduire la langue en règles ». La raison est première en langage et l’usage trace les limites des hyperlangues communicationnelles. « Il nous faut confesser qu’elle (notre langue) a en soi quelque ordre, par lequel nous pouvons distinguer les parties dont sont composés tous langages, et la réduire à quelques règles. » L’abstraction est ainsi à la fois première et déduite.

53Dans les remarques, en raisonnant sur la nature des variations, on sollicite l’idée de propriétés : quelles propriétés du langage général, prises dans l’usage vernaculaire, sont-elles en opposition diachronique (étymologie et prononciation actuelle dans mecredi), en complémentation diatopique et diastratiques (les gens de mer et la Cour dans naviguer), en affrontement (parricide, triomphe de matricide en vertu non de la dérivation mais de la figure). Certes, il est difficile d’unifier le raisonnement et les choix : par exemple par rapport à une hiérarchie de culture (mecredi et Mercure) ou quand les propriétés ne se cumulent pas, soit parce qu’elles sont de nature différente (analogie/tropes), soit parce qu’elles sont de rang différent, en fonction d’options socio-normatives qui les hiérarchisent (auteurs/peuple). La propriété est d’ordre linguistique puis sociolinguistique. L’usage, en reflétant celle-ci ou celle-là, à la fois fait et révèle la langue, par l’écart.

54Mais sans consentement, point d’usage aussi « bon » soit-il, qui se puisse décliner en règle de langue. Meigret le proclame : rien ne sera français auquel le peuple n’aura consenti. Il faut sentir la langue en commun, la con-sentir. Les désignés (les auteurs, la Cour, les femmes, les prédicateurs, les gens de mer… : remarquons les déterminants définis) légitiment le sentiment linguistique parce qu’ils parlent comme ça entre eux, et que cela suffit. On laisse à l’histoire de la langue les victoires et les défaites, les pérennités et les oublis, pas toujours prédictibles (naviguer, des gens de mer l’a emporté sur naviger de la Cour, niveler a supplanté liveler), et sans conséquence pour les outils.

55Si ce travail de réflexion sur la langue en usage a si bien fonctionné dans la stabilisation du français, c’est que l’usage est intégré, et non excluant. La synchronie (j’assume l’anachronisme) du DA et son accueil des variétés dans la « langue commune » sont issus d’un siècle de travail en dia-linguistique (dia-chronie, dia-topie, dia-stratie), pour reprendre un terme éclairant de la tradition linguistique variationnelle, travail s’exerçant en un lieu assez étroit (les exemples sont toujours les mêmes) de stabilisation/déstabilisation. Tous les « dia » auront été mis en doute, en examen, pour aboutir à « la langue » en synchronie. Pensés et distribués par domaine, par genre, par locuteurs, ils stabilisent la synchronie en organisant les parlures dans l’hyperlangue. Cela n’est possible que par cette idée centrale, que Vaugelas développe dans sa préface : ce qui fait douter est peu de chose. Cela inscrit les usages, au pluriel, dans le jeu linguistique des façons de parler, des « mots qui vont ensemble » pour fabriquer un « prêt à parler » commun qui est aussi un prêt à construire.

5. Les outils distingués par leur usage du bon usage

56Les remarqueurs sont les hommes de la variation. Et seule la variation permet de qualifier l’usage de bon, mauvais, douteux, meilleur ici, possible là… Les grammairiens et lexicographes écrivent la langue (la « réduisent », pour le dire en termes classiques), par abstraction dans la grammaire, par intégration dans le dictionnaire. L’exemple ou la citation sont alors des usages auxiliaires.

57Suivre le trajet des rapports à l’usage dans une grammaire, un dictionnaire, des remarques, permet donc de séparer les outils linguistiques. Les exemples dans une grammaire, les citations dans un dictionnaire fonctionnent grossièrement comme des témoins de l’usage garantissant la règle ou la définition, la forme ou le sens. A contrario, dans les remarques, les fragments discursifs, exemples comme citations, sont l’objet du discours, et en aucun cas une illustration ou un garant. Ils sont uniques. C’est, techniquement, d’abord en cela que les remarques sont un outil linguistique spécifique, même si certains remarqueurs ont su aller à la règle.

58Les trois types de production évoqués ici sont de bons révélateurs de la non-finitude du noyau de langue que visent les grammaires, de sa propension à se définir par zones, voire de sa déformabilité, toute chose qui explique que « la langue » soit toujours la part stable imaginaire voire mythique de l’hyperlangue, qui oblige aux remarques, le seul « outil » qui soit exprimé au pluriel. La structure du livre de Macé témoigne de cette séparation, qui propose une « Méthode pour apprendre toutes les langues », comprenant une « grammaire générale et raisonnée (gage donné à la raison) » puis « descend » aux remarques sur la langue française, comme passage indispensable aux particularismes pour l’apprentissage. La première grammaire de français pour des élèves français, celle de Irson (1656) s’interrompt pour proposer des « listes » directement inspirées de Vaugelas. Chiflet (1659) adoptera le même procédé de rupture.

59Les statuts de l’Académie lui enjoignaient d’« observer tant les dictions que les phrases qui peuvent servir de règles générales » (donc d’observer les usages comme pourvoyeurs de règles, dans la lignée des grammairiens) et de « donner des règles certaines à notre langue [pour] la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences ». Le DA dira donc « la langue », par intégration de « l’usage », bon par définition (« certain »), puisque l’usage gardé, même pluriel, sera celui de la « langue commune ».

60Observation, écriture de règles et fabrication de la langue : le programme, bien compris par Vaugelas, premier lexicographe d’un dictionnaire monolingue, et premier remarqueur reconnu, s’est montré d’une grande efficacité, puisque le « bon usage », si subtilement et efficacement discuté, s’est résolu en « usage » à la fin du siècle.

61Seul un gauchissement politico-pédagogique, préfiguré par Macé, fera dévier les remarques vers le « dites / ne dites pas », qui n’est pas la pratique des premiers remarqueurs.

Notes

1 Depuis la rédaction de cette étude se sont multipliés les travaux de W. Ayres-Bennett, de G. Siouffi et de tous les contributeurs du projet « A study, with critical editions, of the genre of Observations on the French language » dirigé par W. Ayres-Bennett à Cambridge. Il faut signaler en particulier la somme que constitue l’ouvrage de 2011 de W. Ayres-Bennett et M. Seijido (2011b). Tout ce qui touche ici à la sociolinguistique des remarqueurs devra se lire comme une délocalisation de la question vers les grammaires et dictionnaires.

2 L’Académie suivra cette voie qui sera dénoncée dans le Dictionnaire des Halles.

3 Le trouvère Guernes, né à Pont-Sainte-Maxence (Oise), aux confins de la Picardie, clerc itinérant, est l’auteur d’une Vie de saint Thomas Becket (l173) dont le vers 6165 est célèbre : « Mis languages est bons, car en France fui nez ».

4 Le texte est cité d’après l’édition de Hausmann 1980.

5 La « réduction » est ici entendue au sens classique de cartographie, de rédaction (Auroux et Mazière 2006)

6 Meigret illustre : « comme par exemple ce terme liveao, lequel les maçons de Paris ont corrompu avec son dérivé liveler, disant niveao, niveler : quoiqu’assez de maçons d’autres contrées de France et les hommes entendus en notre langue ne les ensuivent pas. A bonne raison, donc, nous dirons liveao et liveler : vu qu’ils sont descendus de livre signifiant un certain poids : et que les dictions dont ils sont tirés sont libella et librare. »

7 Une Méthode, est en général un écrit hétérogène, mixte entre grammaire spéculative, grammaire pédagogique, prise de position sur le langage en général et sur les langues particulières (Delesalle & Mazière 2011).

8 Macé donne quatre parties distinctes : la Méthode, qui contient une Grammaire générale et raisonnée, un traité d’orthographe, les Remarques, reclassées, un alphabet. Des grammairiens comme Irson (1656) et Chiflet (1659) incluront dans leurs grammaires des observations et des listes de mots faisant débat et Vaugelas ne s’interdisait pas des règles dans ses remarques.

9 Dans l’original, le texte de la préface « Au lecteur » est en italique.

10 « Les paroles, au fonds ne sont instituées, que pour servir aux pansées. Et c’est une étrange injustice, de randre les meditations de l’esprit, esclaves d’une chose si foible comme est le langage ; pui-que la bonté, principalemant en cét endroit, doit estre preferée à la beauté » (Préface « Au lecteur »).

11 « La pluspart neanmoins de tous les doutes qu’on peut former sur la maniere de parler & d’escrire en François, treuveront leur solution dans la troiziéme Piece, qui ferme ce petit Recueil » (ibid.).

12 Delesalle et Mazière 2012.

13 C’est-à-dire l’Académie française, l’Académie projetée en sa ville de Richelieu et l’Académie projetée des jeunes nobles pauvres. Les deux derniers projets instaurent (théologie exceptée) un enseignement en français (voir Mazière à paraître).

14 Pellisson a argumenté le consensus par agrégation dès 1653 (voir Mazière à paraître). Pour l’effacement de « bon » dans l’expression « bon usage » chez les successeurs de Vaugelas, voir Ayres-Bennett et Seijido 2011b, p. 69.

15 Il n’a pas eu que ce rôle, mais nous le privilégions ici pour faire ressortir le possible contresens souvent relevé dans les commentaires sur Vaugelas.

16 « Tous ceux qui ont tant soit peu étudié et qui savent l’origine de ce mot qui vient de Mercure, ont de la peine à l’écrire et à la prononcer autrement que mercredi avec un r après l’e. Il y en a d’autres qui tiennent qu’à cause de cette étymologie il faut bien écrire mercredi mais prononcer mecredi sans r, tout de même que l’on écrit arbre et marbre et néanmoins on prononce abre, mabre, pour une plus grande douceur. A quoi je réponds qu’il est vrai qu’autrefois on prononçait à la cour abre et mabre pour arbre et marbre, mais mal ; aujourd’hui cela est changé, on prononce le r, comme à plus on ne prononçait pas le l et aujourdhui on le prononce. La plus saine opinion et le meilleur usage est donc non seulement de prononcer, mais aussi d’écrire mecredi sans r et non pas mercredi » (p. 306).

17 Féraud : Dictionaire critique de la langue française (Marseille, Mossy 1787-1788) : Matricide, s. m. (Ni Vaugelas, ni Th. Corneille n’aproûvent ce mot. Selon eux, on apelle parricide le meurtre et le meurtrier de la mère comme du père, comme on apelle patrimoine non seulement les bien qu’on tient de son père, mais encôre ceux qu’on possède du côté de sa mère. — Trév. a mis matricide. L’Acad. ne l’a pas mis. Trévoux 1732 précise : « ce mot n’est pas encore reçu ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search