Version classiqueVersion mobile

Bon usage et variation sociolinguistique

 | 
Wendy Ayres-Bennett
, 
Magali Seijido

Partie I. Le bon usage : les origines de la tradition française

Que cherche donc Henri Estienne ?

Danielle Trudeau

Texte intégral

  • 1 Sur le cicéronianisme, les langues et la rhétorique à la Renaissance, voir Fumaroli 1994.
  • 2 Henri II Estienne (Paris, 1528 - Lyon, 1598), fils de Robert Estienne et petit-fils de Henri I Esti (...)
  • 3 Nous abrégerons ci-dessous les titres des ouvrages souvent mentionnés : De Latinitate, Conformité, (...)
  • 4 Nous avons entrepris de le traduire et d’en donner une édition critique. On commence seulement à vo (...)
  • 5 Parmi ceux qui ont montré l’intérêt théorique du De Latinitate, mentionnons Louis Clément 1899, p.  (...)

1Les humanistes de la Renaissance, Valla, Érasme, Dolet, Scaliger, pour ne nommer que les plus célèbres, ont débattu avec passion de la latinité, ce bon usage avant la lettre que certains limitaient au latin de l’époque de Cicéron et que d’autres, moins nombreux, proposaient au contraire d’ouvrir à d’autres époques, voire de moderniser.1 Un peu plus tard au XVIe siècle, alors que le point de vue « cicéronien » domine dans l’enseignement du latin, Henri Estienne2 rouvre le débat avec le De Latinitate falsò suspecta expostulatio (1576) dans lequel il montre que de nombreuses expressions pouvant passer pour des gallicismes tant elles ressemblent à des expressions courantes en français sont en réalité tout à fait latines. Cet ouvrage n’a eu qu’une réédition depuis le XVIe siècle, en fait un fac-similé publié en 1972 avec deux autres essais d’Estienne, le Traicté de la conformité du language françois avec le grec et De la Précellence du langage françois. Le De Latinitate3 est clairement le parent pauvre de ce volume. Peu connu, rarement mentionné parmi les travaux linguistiques d’Estienne, encore moins souvent commenté, il n’a jamais été traduit.4 On peut s’étonner de le voir associé, dans l’édition de 1972, à deux ouvrages du même auteur composés en français et se rapportant au courant d’illustration de la langue française. En fait, comme nous allons le montrer, le De Latinitate a sa place dans cet ensemble et dans l’illustration de la langue française. Il est même une pièce majeure de la linguistique d’Henri Estienne et permet de mieux comprendre les deux autres ouvrages.5 Nous nous attacherons ici à en expliquer la conception et la démarche et à le situer dans l’histoire des bons usages. Nous parlerons d’abord de ce qui a amené Estienne à le composer, puis nous examinerons la théorie de la conformité à travers quelques exemples, enfin nous dégagerons les points de jonction entre cette théorie et la doctrine du bon usage qui se développera au siècle suivant.

1. Présentation du traité

2Si l’on en croit la dédicace et la préface de l’ouvrage, le De Latinitate serait dirigé contre le dictionnaire de Mario Nizolio et ceux qui le suivent à la lettre (De Latinitate, dédicace, [p. 4]). Ce dictionnaire, publié pour la première fois en 1535 et réimprimé à plusieurs reprises, jouissait d’une très grande popularité dans les années 1570. Passé du titre initial d’Observationes à celui, plus imposant, de Thesaurus, il était censé représenter la langue cicéronienne dans sa plus grande pureté. Certaines éditions contenaient un essai sur les « mots d’origine vulgaire remis en pur latin cicéronien » (Nizolio 1548), dans lequel se trouvaient les principes permettant d’évaluer la latinité des mots et de traquer les barbarismes. Dans sa dédicace, Estienne annonce la parution prochaine de deux pamphlets contre le Nizolius et les nizoliens. En attendant, il s’attache à montrer que les expressions susceptibles d’être taxées de gallicismes en latin ne le sont souvent que parce qu’elles ressemblent à des expressions équivalentes du français courant. Mais, ajoute-t-il, elles sont pourtant bien attestées dans les textes latins, souvent à une époque antérieure à la période classique, où elles font partie de la langue parlée de niveau courant, familier ou populaire. Si certaines expressions ne figurent pas chez Cicéron, cela ne signifie pas que cet auteur les condamnait, mais peut-être tout simplement qu’il n’a pas eu l’occasion de s’en servir (Dédicace [p. 4]). Estienne présente d’emblée son hypothèse à propos des auteurs attestant la latinité : ce sont des témoins, certes, mais aucun auteur ne peut représenter toute la latinité à lui seul. D’ailleurs, dès que l’on ouvre la correspondance familière de Cicéron, et même ses traités, on rencontre de nombreux tours qui pourraient passer pour des gallicismes tant ils ressemblent à leurs équivalents français. C’est là que le latiniste doit chercher l’assurance dont il a besoin pour s’exprimer convenablement lorsqu’il prend la parole. Mais le principal souci des nizoliens, dit Estienne, n’est pas de fournir aux apprenants les moyens de s’exprimer facilement ; c’est plutôt de les enchaîner au Nizolius. Dès la page de garde, il invite son lecteur à se libérer de la crainte de commettre des barbarismes :

  • 6 « Lectori non metuenda in Latinitate metuenti.
    Túne pudore taces, quia barbarus esse uereris ?
    Eia, m (...)

Au lecteur qui craint ce qui n’est pas à craindre dans la Latinité :
Te tais-tu par honte, parce que tu as peur d’être barbare ?
Va, laisse aller ta crainte et ta langue, et tu seras Latin.6

3Dans les pièces liminaires du De Latinitate (dédicace et préface), Estienne dénonce la polarisation des langues qui règne dans l’enseignement du latin et le terrorisme linguistique qu’exercent les « esclaves » du Nizolius sur les apprentis latinistes. Au contraire, selon lui, on apprend plus efficacement le latin en s’appuyant sur les équivalences entre le français et le latin. La conception du bon usage latin qui se limite à quelques textes classiques et sème le doute sur tout ce qui ressemble au français est anti-pédagogique et anti-humaniste : non seulement elle rend les locuteurs timides au lieu de les aider à s’exprimer, mais encore, si on l’approuve, on éliminera de la latinité tout un vocabulaire qui en fait légitimement partie. Le De Latinitate sera donc l’antithèse de la doctrine du soupçon répandue par les nizoliens. Ce sera un recueil de latinismes de bon aloi, équivalents aux expressions françaises courantes, qui donnera confiance aux locuteurs et les aidera à passer avec aisance d’une langue à l’autre.

4Une fois ces déclarations faites dans les premières pages du traité, Estienne se montre peu polémique par la suite à l’égard du Nizolius. Il cite rarement les expressions pour les critiquer, s’émerveillant bien plus souvent des ressemblances entre le latin et le français. Il prolonge souvent l’analyse des ressemblances au-delà du sujet initial, accumulant les citations qui attestent l’emploi des prétendus gallicismes chez des auteurs du temps de Cicéron ou d’époques antérieures ou postérieures. Certes, à travers tout l’ouvrage, les expressions douteuses, qui semblent traduites du français en latin, sont introduites au moyen de formules telles que : « cette expression semblera tout à fait suspecte à de nombreuses personnes ». Mais ces « nombreuses personnes » sont des locuteurs imprécis, invoqués de façon vague à l’aide des pronoms indéfinis aliqui (certains), multi, plerique (bien des gens, la plupart), nonnulli (quelques-uns), alii (d’autres). Estienne se fait leur interprète : « de nombreuses personnes mettront en doute… » (multi dubitarent), dit-il ; « quelques-uns ne croiront pas… » (nonnulli non crederent) ; « la plupart des gens s’étonneront… » (mirum plerisque futurum sit). S’il avoue avoir lui-même parfois cédé à la phobie du gallicisme, il présente ailleurs les doutes comme des questions posées par des amis ou des connaissances, ou bien comme des souvenirs de conversations :

  • 7 « Sed cuiusdam loquendi generis recordor, quod suspectum potius quàm ullum ex illis apud nonnullos (...)

Je me souviens d’une expression qui plus qu’aucune de celles-là paraît suspecte à certains, alors qu’on en trouve l’emploi chez Cicéron lui-même. Quelle est-elle donc ? Pleno ore laudare, comme chez nous : louer à plene bouche.7 (De Latinitate, p. 57-58)

  • 8 Voir Turcan et Saint-Gérand 2004, p. 345.

5On reconnaît ici un procédé rhétorique courant chez les remarqueurs du XVIIe siècle : attribuer des jugements de langue à des personnages anonymes.8

  • 9 La concurrence éditoriale explique en partie les sentiments d’Henri Estienne, qui pouvait d’ailleur (...)

6De façon significative, l’ouvrage ne cite jamais précisément le Nizolius ni d’autres écrits de cet auteur, et Estienne ne critique ouvertement aucun puriste cicéronien encore vivant. Les deux pamphlets annoncés dans la dédicace ([p. 3]) stigmatiseront deux ans plus tard Nizolio et son Thesaurus mais pour le moment, après les déclarations des pièces liminaires, les puristes sont devenus de vagues ombres servant de prétexte aux développements du De Latinitate.9

  • 10 La mise en ligne du Dictionarium Latinogallicum permet de vérifier la provenance des exemples. Le D (...)

7L’ouvrage est étroitement lié aux travaux des Estienne, père et fils. On y trouve de nombreux renvois aux dictionnaires, notamment au Thesaurus grec et aux dictionnaires de Robert Estienne auxquels Henri avait pris part, ainsi qu’aux nombreuses éditions de textes classiques publiées par la maison. Sur une trentaine d’exemples du De Latinitate soumis en requête sur la base des dictionnaires Estienne, la majorité s’avèrent provenir du Dictionarium Latinogallicum, ce qui permet de supposer que la plupart des cas discutés dans le De Latinitate se retrouveront dans les ouvrages publiés par les Estienne.10 En élargissant l’enquête aux exemples de la Conformité et de La Précellence, on verrait que les essais linguistiques d’Henri Estienne sont les prolongements théoriques de la perspective bilingue et comparatiste de ses dictionnaires, une réflexion lexicologique et sémantique issue de ses activités éditoriales. Empruntant dans ses traités la même démarche comparatiste que celle des dictionnaires bilingues qu’il publie, Estienne montre le rendement à tirer du principe de conformité dans la didactique des langues classiques et dans la traduction.

  • 11 Henri Estienne avait appris tout jeune le latin comme une langue vivante – c’était la lingua franca(...)
  • 12 Le terme conformité figure aussi dans le sous-titre de l’Apologie pour Hérodote. Voir Estienne 2007 (...)

8Le De Latinitate défend une pédagogie des langues fondée non sur les différences mais sur les ressemblances entre latin et français, pédagogie dont on devine qu’Estienne a bénéficié lorsqu’il apprenait, tout enfant, le latin et le grec.11 Son propos n’est pas de prouver la filiation entre latin et français. S’il donne parfois une explication étymologique (De Latinitate, p. 24-25), il s’attache davantage à montrer que le latin et le français partagent quantité de modes de production du sens qu’il appelle « conformités ». C’est sur ce concept que reposait son traité comparatif du grec et du français (Conformité) et c’est aussi celui à l’aide duquel il montrera plus tard que le français calque le latin plus souvent que ne le fait l’italien (Précellence, 1579).12

  • 13 Nous reviendrons ci-dessous sur le niveau de langue visé. Rappelons qu’Estienne a composé son trait (...)
  • 14 Voir Caron 2004a, p. 396.

9Le De Latinitate, comme le feront les ouvrages de remarques, se présente comme un recueil d’expressions de niveau courant pouvant faire naître des doutes dans l’esprit des locuteurs en situation de parole.13 Il est intéressant pour l’histoire des manuels de bon usage parce qu’il vise à aider les latinistes à parler couramment en bon latin. Les équivalences entre latin, français et grec sont signalées, analysées et évaluées en fonction de situations de discours. Les équivalences sémantiques sont étudiées dans le détail, avec une attention spéciale donnée à la polysémie, aux sens figurés et métaphoriques et aux constructions : distinction, par exemple, des différences de sens entre constructions intransitives et transitives directes ou indirectes. L’organisation du livre peut sembler déroutante car les chapitres se répartissent, les uns selon les « parties du discours » de la grammaire, les autres en fonction de critères lexicaux, tandis que les sous-divisions de chapitres ne relèvent pas toutes de catégories du même ordre. Les critères seront par exemple ici le domaine lexical (les parties du corps, les termes juridiques, etc.), là le champ sémantique d’un seul mot (les divers sens du mot caput), ailleurs les modes de construction, ou les critères phonétiques et morphologiques (modes et temps verbaux, dérivation, composition). Si le De Latinitate se rapproche ainsi des ouvrages de remarques, il s’en écarte par son but principal, qui est de légitimer les expressions du corpus, rarement de les condamner.14

10La présentation varie peu : l’auteur mentionne d’abord une expression latine comme pouvant être soupçonnée de gallicisme, puis il cite les textes latins où elle figure, en donnant les sources avec précision ; souvent, il signale le fait que l’expression est attestée à différentes époques de l’histoire du latin et dans des genres divers ; enfin, il cite l’expression française pour illustrer les équivalences sémantiques et dans certains cas stylistiques (niveaux de langue). La comparaison (ou recherche des conformités) s’étend parfois au grec, à l’espagnol et à l’italien. La fréquence ou rareté des expressions dans les textes est parfois mentionnée, mais il suffit qu’une expression figure une fois chez un auteur, classique ou non, pour l’affranchir du soupçon de gallicisme, seul problème de bon usage considéré par Estienne dans ce traité.

11Le commentaire couvre plusieurs sens et emplois des mots. Ces exemples commentés et comparés entre eux fournissent au lecteur la connaissance raisonnée de l’intuition naturelle qu’il a des conformités. Cette connaissance lui procurera, selon Estienne, la confiance nécessaire pour parler latin. Le De Latinitate falsò suspecta est donc le véritable compagnon d’apprentissage du latin, le vade-mecum qui libère le locuteur de la peur de commettre des barbarismes et le rassure sur sa capacité de retrouver par lui-même la latinité en s’aidant du français.

  • 15 Voir Cortier 2009.

12Il existe aujourd’hui dans la didactique des langues étrangères une théorie qui se fonde sur l’intercompréhension entre langues de même souche. Cette pédagogie favorise le repérage par l’apprenant des similitudes – des conformités, dirait Estienne – entre sa langue maternelle et la langue seconde.15 Le même principe sert de fondement au De Latinitate et à la pédagogie d’Estienne : la connaissance des similitudes du latin et du français doit procurer à l’apprenant l’assurance nécessaire pour progresser dans sa pratique du latin.

2. Conformité

13Estienne emploie le terme affinitas, que l’on peut traduire par affinité ou par conformité :

  • 16 « Sed apud Gallos & Italos in suspicionem illa præsertim vocabula & loquendi genera veniunt quæ mag (...)

Chez les Français et les Italiens [parlant latin], ce sont surtout les mots et les manières de parler qui ont une grande affinité avec des expressions vernaculaires qui paraissent suspectes. (De Latinitate, [p. 10])16

  • 17 Par opposition à la latinité générale, qui comprend selon Gaffiot toutes les formes historiques de (...)

14Les expressions suspectes seront par exemple : Iuvenis homo (jeune homme, p. 14), difficile ad credendum (difficile à croire, p. 16), habeo dictum (j’ai dit, p. 219). Or ces apparents gallicismes se trouvent chez Cicéron, Virgile, Horace, Ovide, Sénèque, Tite-Live, Quintilien, Varron, dans la latinité ancienne ou tardive, et dans des textes de registres divers, médicaux, administratifs ou juridiques. Ces auteurs représentent la latinité dans sa variété (varii Latini sermones), ce que Félix Gaffiot appelait la latinité vraie, qu’il situait entre Plaute et Tacite.17 Lorsqu’Estienne cite des exemples qui débordent ces limites, il en avise toujours le lecteur.

  • 18 La troisième et dernière partie de la Conformité porte sur les emprunts lexicaux faits au grec.

15Le terme conformité chez Henri Estienne possède le sens qu’il a aujourd’hui de ressemblance, similitude ou même identité. Dix ans auparavant, dans la Conformité, il avait fait ressortir les ressemblances entre des expressions grecques et françaises. Par exemple, il remarquait que les verbes faire et ποιεῖσθαι employés transitivement changeaient de signification de façon parallèle, selon le nom servant d’objet direct et d’accusatif : ainsi dans « faire réponse », « faire le récit », « faire lecture », etc., le verbe « faire » prend des valeurs différentes. Les deux premières sections de l’ouvrage18 comparaient les principes de formation d’expressions équivalentes en grec et en français. Ainsi, à propos de ποιεῖσθαι/faire, Estienne commentait l’expression « ne faire aucun compte de », dans laquelle la double transitivité s’accompagne dans les deux langues d’un transfert de sens sur l’unité « compte » :

Pareillement ou Compte se prend pour Estime, il se joind avec ce Verbe Faire, comme ποιεῖσθαι avec λόγον. Car οὐδένα λόγον ποιεῖσθαι τῶν φίλων, c’est ce que nous disons, Ne faire aucun compte, ou aucune estime de ses amis. En laquelle façon de parler il fault aussi prendre garde que ce mot Compte est transferé de sa propre signification à ceste-ci en la mesme façon que cest accusatif λόγον. (Conformité, p. 109)

16Il s’agit ici d’un groupement lexicalisé contenant une métaphore elle-même lexicalisée. La conformité se manifeste à deux niveaux : dans la construction de l’expression et dans l’opération mentale qui unit la métaphore des mots compte et λόγον aux verbes faire et ποιεῖσθαι, pour associer le même sens au même type d’agencement dans les deux langues. Précisons de nouveau qu’Estienne ne parle pas dans ce cas de filiation étymologique entre les expressions, mais de schémas ou formes de pensée qui les rendent équivalentes et permettent de les traduire l’une par l’autre. Les conformités étudiées dans le traité de 1565 pouvaient se situer à plusieurs niveaux en même temps : dans les mots, dans les constructions syntaxiques, dans les significations, domaine de la cognition et des opérations mentales. Dans le De Latinitate, la théorie a mûri, l’auteur identifie mieux les niveaux d’analyse où se manifestent les équivalences – les mots (voces), les constructions (constructiones), les signifiés (significationes) –, et il étudie de nombreux cas de conformité du troisième type, c’est-à-dire des équivalences sémantiques.

  • 19 Voir dans Périon 2003 [1555], l’introduction par Geneviève Demerson, ainsi que les notes relatives (...)

17Dans la Conformité, peut-être sous l’influence de Joachim Périon à qui sont empruntés beaucoup d’exemples19, la spéculation historique l’emportait parfois sur la démonstration linguistique. Dans le De Latinitate, Estienne s’est mieux gardé de la tentation historique et, s’il lui arrive de proposer des dérivations, il le fait sans spéculer sur les contacts entre les communautés. Le commentaire est ainsi plus strictement linguistique. On y décèle tout de même les principes caractéristiques de la pensée d’Estienne lorsqu’il traite des rapports entre les langues, de bon usage, de variation et du changement dans l’usage. C’est le cas par exemple de la question des dialectes et des styles : pour Estienne, les variations d’une langue, qu’elles soient historiques ou synchroniques, en forment le territoire ou le royaume. Elles lui appartiennent légitimement et contribuent à sa richesse.

  • 20 Sur cette notion d’« auteurs » des langues chez Estienne, voir Trudeau 2009.

18Les exemples du De Latinitate viennent en majorité d’auteurs de la période classique et des comédies de Plaute et Térence. Parmi les classiques, on note la prédominance d’exemples tirés de la correspondance familière de Cicéron, de la poésie satirique et élégiaque, et en général de genres qui laissent entrevoir la langue parlée, courante et familière. Les grands auteurs sont certes les témoins de la langue de leur temps, mais ils ne la représentent jamais tout entière. Les locuteurs latins, auteurs quotidiens de la langue, étaient les véritables maîtres de son usage, mais on ne peut jamais saisir celui-ci dans sa totalité. Tout au plus peut-on essayer d’en reconstituer quelques pans.20 Les vestiges du latin sont encore présents dans les dialectes contemporains et dans les langues dérivées. Il en va de même d’ailleurs du français : comme Estienne le montrera dans les Deux dialogues et La Précellence, le parler de Paris ne contient pas tout le français originel ; les dialectes ont des mots souches et des dérivés que le français parisien ignore. D’où l’idée chère à Estienne que si l’on pouvait réunir tous les parlers français on reformerait la totalité de la langue française. De façon similaire, pour lui, le latin est l’ensemble de ses formes et si, parmi celles-ci, un corpus écrit se dégage comme représentant la latinité, il ne comprend cependant pas toute la langue qui se parlait à l’époque, et encore moins toutes les formes qu’a prises la latinité à travers l’histoire. Le latin parlé est en grande partie perdu, mais il en subsiste des bribes dans ses rejetons et on peut aussi le ressaisir en élargissant l’enquête à des formes et des auteurs jugés moins canoniques. Ainsi, le latin a subi en son temps l’influence du grec et a même emprunté aux langues barbares. Beaucoup de ces emprunts ne figurent pas dans le corpus littéraire classique mais ils sont attestés à d’autres époques et ils ont survécu en français : faut-il les bannir de la latinité parce qu’ils ressemblent à leurs descendants français ?

  • 21 Sur l’importance des dictionnaires bilingues au cours de la Renaissance, voir Kibbee 1986, 1987, et (...)

19Les activités lexicographiques et éditoriales d’Henri Estienne l’ont conduit à cette conception ouverte de la latinité. Les dictionnaires publiés par les Estienne, comme la plupart des dictionnaires de la Renaissance, étaient bilingues, parfois multilingues et comparatistes. La lexicographie latine de la Renaissance avait commencé avec le Dictionarium Latinæ linguæ d’Ambrogio da Calepo, publié en 1502, plusieurs fois révisé et augmenté au cours du siècle, et accompagné de traductions en sept langues. C’est en éditant ce dictionnaire que Robert Estienne avait élaboré les principes de ses ouvrages.21 Traduisant sans cesse les lexiques entre eux, éditant des textes d’époques et genres divers, ayant souvent à reconstituer des textes lacunaires et à corriger des éditions antérieures, Henri Estienne était sensibilisé aux équivalences lexicales, aux nuances de dénotation et connotation des mots, aux variations stylistiques et aux « abus » qui étaient devenus usage, puis bel usage et enfin bon usage. Les langues étaient pour lui des objets vivants, protéens et évolutifs. La fréquentation continue des textes et des langues anciennes l’amenait à récuser l’autorité d’un état de la langue et d’un lexique réduit à l’usage d’une poignée d’écrivains.

3. Exemples du De Latinitate

3.1 Noms

  • 22 Pour une vue différente, voir Cattelaens 1988, et Bowen 2006.

20Dans le De Latinitate, Estienne reprend donc sa théorie des conformités, mettant en vedette cette fois le latin et le français, pour montrer que la plupart des expressions courantes, nécessaires pour s’exprimer avec aisance en français, existaient bien en latin. Il n’y a pas de contradiction entre la Conformité et le De Latinitate. L’auteur ne renonce pas aux conformités qu’il a montrées dix ans plus tôt entre le français et le grec, et il ne se contredit pas en s’intéressant maintenant aux équivalences entre latin et français.22 D’ailleurs, il ne soutenait pas dans le premier ouvrage que le français venait du grec, mais qu’il était plus conforme au grec que le latin ne l’était. Il sait bien que le français vient du latin et non du grec, comme cela ressort clairement de tous ses ouvrages. Il relève encore dans le De Latinitate quelques cas de conformité du français avec le grec qui n’ont pas été transmis par l’intermédiaire du latin et qui s’expliquent soit par l’imitation, soit par l’existence de schèmes idiomatiques communs au français et au grec, mais c’est surtout la conformité entre le français et le latin qui occupe le devant de la scène dans ce nouvel ouvrage. Comme la ressemblance s’explique par la filiation historique entre les deux langues, il est légitime de postuler que les schèmes qui semblent propres au français et qui seraient responsables de gallicismes commis en latin viennent en fait du latin et qu’il faut à leur sujet questionner à fond les corpus littéraires. Le De Latinitate va donc s’attacher à montrer l’existence en latin, avant la formation du français, des schèmes identifiés comme idiomatiques au français.

21Une large section du premier chapitre du De Latinitate porte sur le vocabulaire des parties du corps et sur les emplois figurés des mots dans des expressions idiomatiques (p. 19-44). Estienne y étudie, par exemple, l’emploi littéral et figuré du nom caput (tête) et de ses dérivés en latin, en grec et en français. À propos du nom de la bouche (os ou bucca en latin), après avoir comparé la forme des expressions, il examine des emplois figurés, par exemple des emplois métonymiques : « venir en la bouche », in buccam venire (p. 56) ; « avoir toujours quelque chose en la bouche », habere semper in ore aliquid (p. 57). Cicéron ayant forgé l’expression habere in ore et amore, Estienne suggère de dire « avoir en la bouche et en amour » en français (p. 57).

22D’autres emplois métonymiques du nom sont attestés chez Cicéron ou chez d’autres auteurs : « fermer la bouche à nos ennemis », Os inimicis occludere (p. 57) ; « louer à pleine bouche », pleno ore laudare (p. 57) ; « de votre propre bouche », ex ore tuo (p. 58). Ce sont des figures lexicalisées dans les deux langues.

23Il étudie ensuite les emplois métaphoriques communs du « sème » bouche en latin et en français : on dit dans les deux langues « la bouche d’une rivière », os fluminis ; « la bouche du port », os portus ; « la bouche d’un vaisseau », os navis (p. 58). L’expression ulceris os étant attestée chez Virgile, même si elle n’est pas courante en français, pourrait se traduire par « la bouche d’un ulcère », nous dit Estienne (p. 59), prêt à autoriser ce calque.

24L’objet que traque Estienne – affinitas ou convenientia en latin, conformité en français – est le plus souvent la similitude du sens. Il relève et analyse des conformités au niveau des mots – voces, vocabula, appellationes – et de la structure – structura, constructio – mais le plus souvent au niveau du sens – significatio. Dans le cas de « bouche » la similitude ne réside pas toujours au niveau du signifiant puisque les termes comparés sont bucca, os, bouche et gueule, ni dans les dérivés, ni dans la structure, mais toujours dans les signifiés (significationes). Le sens se saisit à travers des signifiants, bien sûr, mais ces signifiants n’ont pas, ou en tout cas pas tous ni toujours, de ressemblance formelle entre eux : ainsi, il n’y a pas de rapport formel entre « bouche » et os, mais il y a un rapport sémantique dans les emplois métonymiques et métaphoriques des deux mots mis dans des contextes énonciatifs semblables. Autrement dit, les mots « bouche » et os peuvent prendre les mêmes sens propres et figurés et se traduiront l’un par l’autre dans maints contextes. La prise en compte du contexte (situation d’énonciation ou environnement syntaxique) est constante à travers tout l’ouvrage, Estienne soulignant toujours les contraintes lexicales relevant des contextes et propres à chaque langue, qui limitent ou étendent les conformités des expressions. Par exemple, ayant noté la distinction que l’on fait en français entre « bouche » et « gueule », il signale que l’on dit la « gueule d’un four » et non la « bouche » (p. 59). Cette restriction particulière au français n’empêche pas le mot « gueule » de désigner métaphoriquement une ouverture : les synonymes du mot « bouche » désigneront une ouverture selon des règles de distribution propres au français. Les cas de conformités les plus intéressants qu’analyse Estienne portent sur le sens et les moyens de le produire, et demandent une analyse plus abstraite que l’étymologie et la morphologie. Nous allons voir maintenant un autre principe de la linguistique d’Estienne : l’idée que le bon usage repose sur la maîtrise des valeurs multiples des mots.

3.2 Adjectifs

  • 23 Dans la section du nom, Estienne avait auparavant étudié des champs sémantiques en faisant varier l (...)

25La section traitant des adjectifs contient surtout des remarques sur un second type de conformité de sens qui se repère dans des locutions ou collocations. Dans ces groupements de mots, le sens premier de l’adjectif fait place à un autre sens à déduire du contexte. Certains adjectifs changent de sens de la même façon dans les deux langues lorsqu’on permute leurs contextes. C’est le cas, par exemple, de « bon » et bonus : dans « monstrer bon visage », bonum vultum aspicere, l’adjectif a le sens d’accueillant ; dans « être de bon âge », bona ætate esse, il signifie jeune ; dans « scavoir bon gré », bonam gratiam habere, il signifie reconnaissant ; dans « avoir bonne provision de livres », bonam librorum copiam, il a le sens de grand, de même dans « une bonne partie » ; il aura le sens de positif dans « prendre en bonne part », in bonam partem accipere ; dans « une bonne mémoire », le sens est celui de fiable, dans « une bonne réputation », respectable et dans « bon espoir », suffisant. Il y a conformité entre les deux langues dans leurs emplois de l’adjectif « bon » et bonus : ceux-ci ont les mêmes valeurs dans des groupements semblables. Estienne fait la même démonstration avec les adjectifs « mauvais » malus, « grand » grandis, « honnête » probus et « malhonnête » improbus (De Latinitate, p. 105-114).23

3.3 Verbes

26Le chapitre II (p. 118-198) étudie des équivalences de constructions verbales. Par exemple, Estienne compare les emplois des verbes « appliquer » et applicare (p. 130) : dans applicare se et le réfléchi « s’appliquer », le sens est celui de applicare animum, littéralement « appliquer son esprit ». Dans les deux langues, si le verbe est construit avec un pronom réfléchi, il a le sens intellectuel de « se concentrer », « réfléchir » ; s’il a un objet ou un complément circonstanciel concret, comme par exemple applicare aliquid stomacho, « appliquer quelque chose sur l’estomac », dans un tel environnement physique, dans les deux langues, le verbe « appliquer » a le sens concret de « mettre » ou « poser sur ».

  • 24 Une section spéciale est consacrée aux emplois idiomatiques de certains verbes fréquents. Voir par (...)

27Plusieurs autres verbes sont comparés de cette façon, en modifiant les compléments et les constructions (pronominale, transitive, intransitive ou tronquée), ou les temps et modes. L’analyse fait ressortir la possibilité de produire dans les deux langues les mêmes sens, dans les mêmes contextes énonciatifs et syntaxiques, et montre des séries d’équivalences structurales et stylistiques. Ainsi le sens du verbe « tenir » (p. 131-134) varie selon que l’on « tient quelqu’un en suspens », tenere aliquem suspensum ; « on se tient chez soi », tenere se domo ; « on tient tout », tenere omnia, lorsqu’on a conquis un territoire ; on dit Tene, « Tiens », en donnant quelque chose à quelqu’un.24 Le verbe « ôter » employé pronominalement a le sens de partir en français et en latin : « ôte-toi d’ici », aufer te hinc (p. 135). Certains verbes prennent un sens spécial dans des constructions tronquées : ainsi, « montrer », en français, a le sens d’instruire comme il a celui de tradere doctrinam aliquam en latin, lorsqu’il est accompagné seulement de l’objet indirect de la personne sans objet direct, par exemple : Monstrare alicui, montrer à quelqu’un (p. 16).

28Prenant toujours appui sur les textes anciens pour montrer que les prétendus gallicismes existaient en latin, que ce sont donc des latinismes, le commentaire fait ressortir quantité de schémas communs au latin et au français, qui gouvernent l’usage des deux langues et sont responsables de leur caractère idiomatique. La majorité des cas discutés relèvent du niveau de langue courant en français et du sermo quotidianus en latin. Ce sont les mots, expressions, acceptions et figures qui forment le fonds commun de la langue, c’est-à-dire qui se retrouvent dans tous les styles et tous les registres, et qui sont indispensables dans la conversation. Ce matériel faisait déjà l’objet de la Conformité. On observera chez les remarqueurs du siècle suivant la même attention accordée à la langue courante, par exemple chez Vaugelas et Bouhours.

4. Une conception évolutive du bon usage ou le bon usage retrouvé

  • 25 Sans employer le terme explicitement, Estienne parle en fait de contresens : « Si l’on traduisait M (...)

29La plupart des expressions françaises ayant été formées à partir de schémas latins, il est possible de reconstruire à partir de tournures françaises les expressions latines qui semblent manquer et de reconstituer les réseaux d’équivalences, à condition de ne pas produire de contresens. Il existe à cet égard une discussion intéressante sur les limites de l’équivalence des préfixes « mal- » (ou « mau- ») et « in- », mal- (malè) et in-, en français et en latin. Estienne relève plusieurs adjectifs latins pour lesquels il est possible de substituer le préfixe in au préfixe mal- ou à l’adverbe malè, de façon à obtenir des composés équivalents aux composés français formés à l’aide des préfixes « in- » et « mal- », mais il signale que dans certains cas, les équivalents morphologiques ainsi obtenus ne sont pas tous équivalents sur le plan du signifié (p. 271).25 Dans certains cas, donc, l’extension des conformités peut produire des abus qui seront, eux, de vrais barbarismes. Estienne avait prévu de faire suivre le De Latinitate falsò suspecta d’un ouvrage qui dénonçait ces barbarismes commis en latin. Dans le De Latinitate cependant, il montre la possibilité de retrouver à partir du français les formes légitimes du latin. Il autorise la fabrication d’expressions en latin ou en français à partir des schémas repérés dans des séries d’équivalences : le calque néolatin est souvent la réanimation d’un schéma latin tombé dans l’oubli ou non illustré dans les œuvres des auteurs classiques.

  • 26 Ce sera la thèse de la Précellence.

30Les schèmes d’une langue cessent parfois d’être productifs dans cette langue tout en le restant dans une autre qui les a empruntés. La question se pose alors de savoir s’il est légitime de les réactiver pour faciliter la traduction ou si de telles re-créations sont des barbarismes. Il existe en latin des mots visiblement empruntés ou imités de schèmes grecs, des expressions latines ressemblant à des expressions grecques, mais, dans le grec de l’époque historique, les équivalents de ces mots ont disparu. Ce sont des emprunts orphelins, dont les « parents » sont tombés hors d’usage et n’ont pas été enregistrés dans les textes grecs. De même, le français a conservé trace d’états du latin différents de celui des auteurs canoniques (p. 2-3). On trouve par exemple chez Plaute des équivalents d’expressions françaises qui ne figurent pas dans les corpus de la période classique. Le De Latinitate fournit quantité d’exemples d’expressions françaises ayant un équivalent dans la langue de la comédie ancienne. Comment expliquer ceci, sinon en supposant que ces expressions étaient encore vivantes à la période classique, qu’elles ont traversé celle-ci sans entrer dans l’usage des auteurs, puis qu’elles ont continué leur existence dans la langue française ? N’est-il pas logique de les re-légitimer puisque leur ancienneté, leur résistance et la légitimité que possèdent leurs avatars en français indiquent qu’elles étaient aussi nécessaires en latin qu’elles le sont en français ? Les innovations dans la langue parlée seront donc autorisées et feront autorité si elles sont conformes à des schémas attestés dans un état ou un autre de l’histoire de la langue. Pour Estienne, le français est une forme évoluée du latin avec lequel il possède un degré de conformité supérieur aux autres langues romanes.26 Certes, les auteurs classiques ont enregistré la langue de leur époque et l’ont perfectionnée comme outil littéraire, choisissant les mots et les tours les plus élégants. Mais s’il manque à cet usage les tournures vivantes qui pourraient traduire celles du français parlé et si l’on peut retracer dans un autre état du latin des expressions conformes aux expressions françaises, n’est-il pas légitime de les inclure dans le bon usage du latin ?

31La latinité a traversé le temps, changeant toujours en apparence, mais restant essentiellement la même. Il faut l’expertise du philologue pour la reconnaître. Celui-ci se sert des gallicismes suspects, remonte avec eux dans le temps, à la recherche des équivalents latins pour les remettre en circulation. L’ouvrage d’Estienne procure cette connaissance raisonnée de l’usage latin, de la pratique effective de cette langue si peu étrangère au français qu’elle partage avec lui un grand nombre de ses « élégances ». La mise au jour des conformités dans le De Latinitate atteint deux buts : d’une part, elle « illustre » le français en retraçant ses origines ancestrales et d’autre part, elle révèle les schémas du sermo quotidianus latin toujours actifs dans la langue française courante. On ne peut donc plus soupçonner le français courant de conduire au mauvais usage du latin puisqu’au contraire ses formes sont les mêmes qui sous-tendaient le sermo quotidianus. Ainsi, la connaissance du français parlé est-elle réhabilitée comme une propédeutique au bon usage du latin.

32Les exemples du De Latinitate sont minutieusement choisis à la fois pour illustrer la très grande conformité du français et du latin et légitimer comme bon usage d’apparents gallicismes qui sont latins, bien qu’ils ne figurent pas toujours dans le répertoire classique le plus connu. Tant qu’il s’agit du latin, du grec et du français, la comparaison, la recherche des conformités et l’imitation sont encouragées comme moyens de perfectionnement de ces langues. Mais Estienne n’admet pas qu’il en aille de même entre langues sœurs, par exemple entre français et italien. Quelques années plus tard, dans la Précellence, il s’attachera à montrer que le français a avec le latin un degré de conformité beaucoup plus élevé que l’italien. L’italianisation du français ne peut donc que diminuer sa conformité avec le latin. Dans les Deux Dialogues, les emprunts à l’italien sont dénoncés comme un endettement inutile qui compromet à court terme la supériorité du français. Au contraire, l’imitation et l’emprunt entre latin et français sont fortement encouragés comme des moyens d’accroître la proximité affective et cognitive entre deux langues profondément conformes et qui siègent au sommet de la hiérarchie des langues.

*

33Par plusieurs de ses principes, cet ouvrage d’Estienne se situe dans le développement des manuels de bon usage. Tout d’abord, son but est d’accroître l’assurance des locuteurs lorsqu’ils doivent parler latin. Vaugelas aura le même but dans ses Remarques : aider ses lecteurs à s’exprimer selon le bon usage que pratique naturellement « la plus saine partie » de la Cour et de la ville. Le succès de son livre reposera en grande partie sur l’art de rassurer le lecteur tout en le déstabilisant, de lui montrer qu’il sait déjà de façon imprécise ce qu’est le bon usage et que, grâce aux observations réunies dans le livre, il ne craindra plus de prendre la parole dans un cercle mondain. C’est aussi ce que fait Estienne dans son ouvrage. Son modèle de bon usage est la facilité de la parole, l’immédiateté de la pensée et de son expression, l’absence de doutes sur la valeur des mots et des tournures, mais pour y arriver, il doit d’abord s’attaquer aux doutes. La langue maternelle est sa référence première : il veut aider ses lecteurs à parler latin aussi « naïvement » qu’ils parlent français.

34La majorité des cas étudiés dans le De Latinitate relèvent de la langue parlée ou se retrouvent dans la forme parlée de l’une ou l’autre des deux langues comparées. Parmi les sources littéraires, Estienne privilégie les genres qui ont conservé le latin parlé et qui le donnent pour ainsi dire « à voir et à entendre » : des passages de comédie, de poésie satirique, de lettres sont cités comme nous utiliserions aujourd’hui les enregistrements vocaux. Estienne invoque les auteurs comme des témoins de cette parole et de l’usage courant de la langue, pour montrer que l’on retrouve chez eux des expressions équivalentes à celles du français parlé courant. L’idée originale est que les locuteurs français peuvent prendre appui sur leur langue maternelle, pour accéder à l’oralité en partie perdue du latin. Si les latinistes de langue maternelle française ne sont pas désignés nommément comme « la plus saine partie » des locuteurs comme le seront chez Vaugelas les modèles du bon usage, en tout cas, ils forment chez Estienne un groupe de privilégiés, dotés d’une connaissance intuitive supérieure des bonnes formes latines. Le français courant est le digne héritier du bon usage latin.

35Les soi-disant « cicéroniens », qui enferment le latin dans les limites souvent étroites de leur connaissance des textes, définissent un code qui empêche d’apprendre à parler selon l’usage latin, c’est-à-dire selon les formes qui avaient cours dans la communication quotidienne. Le savoir du bon usage selon Estienne conjugue l’intuition fournie par le français et la connaissance encyclopédique du philologue, qui a pratiqué toutes les formes de la latinité. Son ouvrage réunit les deux phases de ce savoir : la phase du doute que fait naître dans l’esprit du locuteur la conformité entre un présumé gallicisme et le français, et le savoir du savant qui interroge les textes pour confirmer la latinité de l’expression latine. Contre la conception d’une latinité imposée par un livre à demi-savant, Estienne invente ici un rapport dialectique entre le locuteur qui doute et le savant qui cherche la réponse, en l’occurrence lui-même, qui met en œuvre son impressionnante connaissance des textes pour lever les doutes. Cette dialectique unit finalement les lecteurs et le livre qui contient ce qu’ils savent avant de le découvrir et les textes qui soutiennent ce savoir.

36Comme Vaugelas le fera, Estienne discute la forme et la valeur des expressions présentées comme douteuses. Il met aussi au premier plan la fonction communicative du langage : parler comme Cicéron consiste à communiquer aussi aisément et aussi efficacement que lui, en employant les formes acceptées de la langue. Estienne choisit des expressions courantes, qui rendent la parole fluide et élégante en français, et dont les équivalents latins permettront de dire aussi facilement dans cette langue ce qu’on dit correctement, sans se reprendre, en français.

37Le bon usage est ici élaboré en fonction du bilinguisme de la Renaissance. La maîtrise du français est un fait d’expérience sur lequel on commence à réfléchir. Pour le moment, c’est la qualité du latin qui préoccupe. Or, selon le discours savant, cette qualité est sans cesse menacée par la langue maternelle. Au siècle suivant, dans la réflexion sur la pratique du français pour un public surtout unilingue, le bon usage sera promu comme la forme de la langue universellement reçue et celle qui réalise au plus haut point l’idéal d’unité des pratiques langagières. Estienne jette les bases de cet idéal langagier en réconciliant les pratiques du latin et du français : au lieu de considérer les langues qu’il parle comme antagonistes, le locuteur peut les concevoir comme la source et le prolongement l’une de l’autre et se représenter lui-même comme le centre unifié des conformités entre les deux langues.

38Ainsi, à de nombreux points de vue, l’ouvrage d’Estienne préfigure les idées qui se développeront autour du bon usage. Il annonce Vaugelas en considérant la langue comme un objet qui évolue, qui change avec les générations, en admettant donc l’existence de latinités successives qui toutes ont eu leur valeur en leur temps, le français courant étant par bien des côtés une forme avancée du latin. Le bon usage ne peut donc pas être fixé dans un état définitif, dans un dictionnaire ou une grammaire : il est comme la parole qu’il soutient, toujours en devenir et l’objet d’une quête incessante d’attestations dans la parole ou, à défaut de pouvoir atteindre celle-ci, dans les textes qui en gardent le lointain écho.

  • 27 Cité par Forel 2008, p. 123.

39Charles Bally a dit que la langue est une construction intellectuelle, « un produit d’une intelligence déformée par la mentalité collective ».27 Le De Latinitate falsò suspecta expostulatio d’Henri Estienne semble reposer sur une semblable conception des langues. On peut considérer ce livre comme le premier essai de stylistique comparée du français, du latin, et accessoirement du grec. La latinité y est représentée comme un objet souple et évolutif, ayant de nombreux schémas communs avec le français, que chaque locuteur est appelé à ressusciter quotidiennement, dans chacun de ses actes de parole.

Notes

1 Sur le cicéronianisme, les langues et la rhétorique à la Renaissance, voir Fumaroli 1994.

2 Henri II Estienne (Paris, 1528 - Lyon, 1598), fils de Robert Estienne et petit-fils de Henri I Estienne.

3 Nous abrégerons ci-dessous les titres des ouvrages souvent mentionnés : De Latinitate, Conformité, Précellence, Deux Dialogues, Hypomneses.

4 Nous avons entrepris de le traduire et d’en donner une édition critique. On commence seulement à voir paraître des traductions des travaux en latin d’Henri Estienne. Parmi celles-ci, mentionnons la traduction par J. Chomarat des Hypomneses (Estienne 1999 [1582]).

5 Parmi ceux qui ont montré l’intérêt théorique du De Latinitate, mentionnons Louis Clément 1899, p. 236-264, qui y voyait une préfiguration de la sémantique. Plus récemment, les traductions et commentaires de Bénédicte Boudou (Estienne 2007 [1566]) et Denise Carabin (Estienne 2007 [1586]) ont mis en valeur la contribution de l’humaniste à la pensée critique de son temps. De même Hélène Cazes, dans son introduction à Henri II Estienne (Céard et al. 2003, passim). Pour les critiques de la linguistique d’Estienne, voir Swiggers 2009.

6 « Lectori non metuenda in Latinitate metuenti.
Túne pudore taces, quia barbarus esse uereris ?
Eia, metum & linguam solue, Latinus eris. »

7 « Sed cuiusdam loquendi generis recordor, quod suspectum potius quàm ullum ex illis apud nonnullos fuerit, quum tamen ipse etiam Cicero usus illo esse comperiatur. Quódnam id est ? Pleno ore laudare, sicut apud nos, Louer à plene bouche. »

8 Voir Turcan et Saint-Gérand 2004, p. 345.

9 La concurrence éditoriale explique en partie les sentiments d’Henri Estienne, qui pouvait d’ailleurs prétendre au titre de meilleur expert en langue cicéronienne par les nombreux ouvrages de Cicéron qu’il avait édités et corrigés, ainsi que par les essais originaux qu’il avait publiés sur la langue de cet auteur (1557, 1577, 1578a). Voir L. Feugère (Estienne 1853 [1569]), p. CXCII-CXCIV, et Mesnard 1967. Les pamphlets anti-nizoliens d’Henri parachèvent la volée de bois vert que Robert Estienne avait assénée à Nizolio en 1543. Voir Renouard 1843, p. 57.

10 La mise en ligne du Dictionarium Latinogallicum permet de vérifier la provenance des exemples. Le DLG est consultable sur le site RENDICO (Université de Toronto) ou sur les sites ATILF (CNRS) et ARTFL (Université de Chicago). On souhaiterait disposer d’une base semblable pour les éditions scientifiques d’Henri Estienne. Il avait en effet édité plusieurs ouvrages relatifs au droit et à la médecine, un dictionnaire de termes médicaux, les œuvres d’Hippocrate et de Galien et un recueil de traités médicaux. Pour le droit, il a publié le recueil grec des Lois impériales et l’a traduit en latin, et il avait en préparation une édition complète du droit civil. Voir Feugère 1853, p. CLXX.

11 Henri Estienne avait appris tout jeune le latin comme une langue vivante – c’était la lingua franca des imprimeurs, qui souvent ne parlaient pas français – mais, à la différence de Montaigne (Montaigne 2007, t. I, p. 26), le français n’était pas interdit dans son entourage.

12 Le terme conformité figure aussi dans le sous-titre de l’Apologie pour Hérodote. Voir Estienne 2007 [1566], et Boudou 2000, p. 324 et suiv.

13 Nous reviendrons ci-dessous sur le niveau de langue visé. Rappelons qu’Estienne a composé son traité en latin, donc pour un public savant, mais il suppose aussi que ses lecteurs connaissent le français et seront en mesure de comprendre la démonstration qu’il fait des équivalences entre les expressions.

14 Voir Caron 2004a, p. 396.

15 Voir Cortier 2009.

16 « Sed apud Gallos & Italos in suspicionem illa præsertim vocabula & loquendi genera veniunt quæ magnam cum vernaculis affinitatem habent. »

17 Par opposition à la latinité générale, qui comprend selon Gaffiot toutes les formes historiques de la langue. Voir Gaffiot 1934, Préface.

18 La troisième et dernière partie de la Conformité porte sur les emprunts lexicaux faits au grec.

19 Voir dans Périon 2003 [1555], l’introduction par Geneviève Demerson, ainsi que les notes relatives à Henri Estienne.

20 Sur cette notion d’« auteurs » des langues chez Estienne, voir Trudeau 2009.

21 Sur l’importance des dictionnaires bilingues au cours de la Renaissance, voir Kibbee 1986, 1987, et Flobert 2001, p. 385-403.

22 Pour une vue différente, voir Cattelaens 1988, et Bowen 2006.

23 Dans la section du nom, Estienne avait auparavant étudié des champs sémantiques en faisant varier les contextes syntaxiques : par exemple Pars (lat.) / Partie ou part (fr.) : bonam partem signifie « une bonne partie » mais in parte, « en partie », pro sua parte, « pour sa part » ; partem corporis « partie du corps » ; partem pudibundam, « partie honteuse » pars mea ou adversa, ma partie, la partie adverse, qui signifie parfois : « mon époux ou mon épouse » (p. 20-23).

24 Une section spéciale est consacrée aux emplois idiomatiques de certains verbes fréquents. Voir par exemple pour le verbe « tenir »/ tenere, p. 209-212.

25 Sans employer le terme explicitement, Estienne parle en fait de contresens : « Si l’on traduisait Mal-accompagné par Incomitatus au lieu de Malè comitatus, ou Impransus au lieu de Malè pransus pour Mal-disné ou Mau-disné, on se tromperait complètement (valdè errabit) » (p. 271).

26 Ce sera la thèse de la Précellence.

27 Cité par Forel 2008, p. 123.

Auteur

Université d’État de San José

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search