Version classiqueVersion mobile

Décrire la conversation en ligne

9. Conclusion

Christine Develotte, Richard Kern et Marie-Noëlle Lamy

Texte intégral

1Comme toute conversation, la conversation en ligne peut se subdiviser selon le thème et le genre (conversations familiales, amicales, professionnelles, de séduction, etc.), selon les utilisations auxquelles donne lieu tel ou tel outil de communication en ligne (culturelles en particulier, en fonction de l’âge, du sexe, des éléments socio-économico-culturels des locuteurs) et bien d’autres typologies. La typologie des conversations en ligne étant a priori aussi étendue que celle de la conversation en face à face, toute une gamme de variations de la conversation en ligne reste à explorer. Les études de ce volume représentent donc un premier regard porté sur une variété courante de conversations en ligne, à savoir l’univers grandissant des interactions en visioconférence poste à poste.

2Le corpus que nous avons soumis à l’étude à partir de 2007, issu d’un dispositif expérimental visant à réduire le nombre de variables indépendantes, a été analysé de différents points de vue. Le bilan n’est pas sans ambiguïté, mais nous pouvons néanmoins pointer les éléments de réponse qui ont été apportés aux questions que nous avions posées en introduction.

3Concernant les différences globales entre les conversations face à face distancielles et présentielles, Jacques Cosnier et Christine Develotte, comparant les corpus de 1985 et de 2007, notent que même si les participants semblent s’habituer rapidement à la médiation du dispositif, ils produisent en moyenne moins de mots (et avec un débit plus lent). Hugues Constantin de Chanay observe que les mimiques « initiatives » et « réactives » ne sont pas aussi rapprochées qu’elles le sont en présentiel, et qu’elles produisent des effets de désynchronisation susceptibles de rendre les dialogues moins interactifs que les dialogues en présentiel. Toutes ces constatations sont à approfondir dans des études ultérieures fondées sur d’autres corpus : y a-t-il une différence systématique dans le débit de la parole ou dans l’usage des mimiques entre la conversation présentielle et la conversation en ligne, ou bien s’agit-il plutôt de particularités associées à ce corpus ? S’il existe une différence systématique, serait-elle à mettre sur le compte d’un moindre engagement des locuteurs ou sur celui d’une adaptation à la capacité limitée du dispositif ?

4Dans quelle mesure les participants modifient-ils leur comportement pour l’ajuster aux caractéristiques du dispositif ? Le regard constitue un bel exemple : du fait de la position de la webcam par rapport à l’écran, les participants qui regardent leur interlocuteur semblent avoir les yeux baissés − et quand ils semblent regarder leur interlocuteur les yeux dans les yeux, ils ne le regardent pas du tout en fait. Les participants doivent alors élaborer des stratégies pour l’ajustement du regard et de nouvelles règles d’interprétation du regard (les yeux baissés n’ont pas la même signification dans ce contexte de médiation). Certains auteurs de ce volume (Cosnier et Develotte par exemple) ont constaté d’autres stratégies compensatoires : le nombre et l’exagération des mimiques, par exemple.

5En ce qui concerne les normes d’interaction, le dispositif semble avoir joué un rôle important. La multimodalité du dispositif a ainsi eu un effet sur la distribution du travail interactif : la contribution d’Anthony J. Liddicoat nous montre comment la mise en route de la communication au début d’une interaction est orientée en grande partie vers l’ordinateur plutôt que vers l’autre personne comme dans les interactions face à face. Dans un sens, alors, l’ordinateur est un acteur social dans l’interaction. L’écriture, canal parallèle, joue un rôle régulateur dans les interactions, parfois dans l’établissement du canal et surtout lors des interruptions techniques pour maintenir le contact. De nouvelles normes d’interaction s’établissent lors des clôtures des échanges aussi : comme Vladimir et Estragon dans En attendant Godot, les participants restent momentanément en co-présence silencieuse après s’être quittés, entraînant parfois la poursuite de l’interaction verbale. Comme le souligne Liddicoat, nous n’avons pas affaire à des conversations « normales » médiées par une technologie transparente, mais plutôt à des conversations qui s’orientent vers la multicanalité du dispositif, dans laquelle les participants puisent les ressources technologiques pour construire et comprendre leurs interactions.

6Il a été noté que la multicanalité du dispositif pouvait être utile dans le sens où les participants peuvent partager des informations audiovisuelles pertinentes (allant même jusqu’à des informations qui ne sont pas normalement accessibles dans les interactions face à face, comme l’image de soi à l’écran). Dans ce cadre, l’écriture, même si son emploi est très intermittent, joue un rôle significatif dans l’initiation des interactions et lors des pannes techniques. En revanche, certains aspects de ce dispositif de communication peuvent nuire à l’interaction dans deux sens : d’abord, dans la mesure où le cadre de la webcam est très limité, la représentation du contexte de l’interlocuteur va nécessairement être très partielle et, par conséquent, des postures, des gestes, la présence d’autres personnes, l’espace qui n’apparaît pas à l’écran, etc., tous ces éléments porteurs de réduction d’incertitude dans l’interprétation finissent par être invisibles. Ensuite, du fait que la multicanalité expose à toute une série de points focaux qui attirent l’attention (en dehors de l’image de l’interlocuteur), il est parfois difficile de maintenir une continuité fluide sur tous les plans de la communication (voir Cosnier et Develotte ; Constantin de Chanay). Véronique Traverso remarque que les réparations sont peu nombreuses et que les participants poursuivent leur tour en même temps tout en se regardant l’un l’autre. Constantin de Chanay décrit des participants « facialement désengagés », même s’ils restent « locutoirement interactifs ». Ces phénomènes sont-ils liés à la polyfocalisation de l’attention induite par le dispositif de communication ?

7Plusieurs contributions (par exemple celle de Michel Marcoccia ou celle de Marie-Noëlle Lamy et Rosie Flewitt) ont montré l’importance des espaces (du lieu de travail, de l’écran) et comment ils sont perçus, exploités et transformés par l’usager pour créer du sens. Le site physique qui entoure chaque participant (par exemple, à la maison, dans un espace public, ou dans une institution) influe sur ce qu’il dit et ce qu’il fait − en somme, sur l’identité réalisée dans l’interaction (voir Marcoccia). Il semble donc y avoir une interdépendance entre l’espace et l’ordre interactionnel. Lamy et Flewitt montrent que la complexité visuelle de l’écran lors d’une visioconférence a aussi un impact sur le déroulement de la conversation.

8Quel est l’impact de la médiation sur la dynamique cognitive et socio-affective des conversations médiatisées par visioconférence ? Lamy et Flewitt concluent que les participants dans des visioconférences gèrent les ressources sémiotiques relatives à la face différemment de la façon dont ils le font dans les conversations présentielles et que cette différence peut parfois provoquer perplexité, voire malaise, chez les participants. Bien entendu, la maîtrise des outils informatiques va influer sur le degré de perplexité ressentie, de même qu’elle joue aussi un rôle déterminant dans le positionnement social du participant dans l’interaction. Pour certains, la distance et l’anonymat relatif d’une interaction médiée facilite l’interaction en levant des contraintes (voir le participant Andrew). Ceci nous renvoie à l’observation fréquemment faite par des utilisateurs d’autres formes de communication médiée par ordinateur : l’anonymat relatif des interactions avec des inconnus libère et permet de modifier et de multiplier les identités.

Perspectives sur l’avenir de la recherche dans ce domaine

9Au-delà des contraintes thématiques, temporelles et situationnelles qui contribuent au caractère « provoqué » des conversations étudiées (voir la présentation de l’ouvrage), ce corpus est historiquement situé dans l’évolution des outils de communication en ligne et les interfaces sont loin d’être stabilisées.

10Entre les deux ouvrages décrivant la conversation (en présentiel en 1987 et à distance aujourd’hui) les méthodologies utilisées en sciences du langage ont changé, les linguistes d’aujourd’hui n’ont plus de « répugnance à utiliser les mécaniques magnétophoniques et magnétoscopiques » (Cosnier et Kerbrat-Orecchioni 1987, p. 358) et ils font souvent usage de logiciels dans le traitement de leurs données. On peut donc considérer que le champ scientifique est prêt à prendre à bras-le-corps ces nouveaux types de données. D’ores et déjà, au sein de cet ouvrage, des complémentarités se dessinent entre les apports méthodologiques sur la conversation, sur l’environnement et sur les espaces. Notre ouvrage les a ébauchées, il reste à les conforter et à les matérialiser par des collaborations internationales et interdisciplinaires. Cependant, il ne faut pas se cacher les difficultés de l’entreprise : par exemple, la difficulté d’harmonisation lexicologique entre recherche anglo-saxonne et recherche issue d’autres cultures scientifiques. Chaque terme ayant une histoire propre qui l’informe en amont et vient le positionner en opposition ou en relation avec d’autres termes que ceux développés, dans d’autres temps, d’autres lieux, etc. Pour l’heure, les auteurs ont peu métissé leurs concepts et l’on voit donc juxtaposées des acceptions différentes, des découpages scientifiques opérés différemment selon les auteurs de ce volume.

11Cette visée est d’autant plus pertinente que les corpus de communication mondialisés que ne vont pas manquer de recueillir les chercheurs, dans un avenir caractérisé par la fulgurante vitesse de dissémination des outils, ont justement besoin de regards culturels croisés. Or ceux-ci, comme l’observe Catherine Kerbrat-Orecchioni dans la conclusion de sa contribution, ne se sont pas portés sur le corpus à l’étude dans ce volume. Nous pourrions nous demander si la nature du corpus même a éloigné les auteurs de toute velléité d’approche interculturelle, ou s’ils se sont méfiés des méthodologies d’analyse à leur disposition.

12On peut en outre penser que, parallèlement aux possibilités techniques offertes, les méthodologies d’analyse vont également évoluer de façon à pouvoir prendre en compte, par exemple, la multiplicité des conversations qui peuvent avoir lieu en même temps par des canaux différents ou non, la multimodalité des données échangées (images, vidéos lors de ces conversations), etc.

13Ces changements auront un effet sur la forme sous laquelle sera présentée la recherche − une présentation qui sera de plus en plus multimodale et donc difficile à publier sur papier. Markee et Stansell (2008), par exemple, soutiennent que l’intégration d’informations sous forme de vidéo, de texte, d’image ou sous forme audio n’est plus un luxe et qu’elle est au contraire devenue une nécessité pour établir des standards de recherche plus rigoureux, surtout pour les éléments difficiles à transcrire, comme les gestes, les mimiques, les regards, les postures.

14Parmi les pistes de recherche que les auteurs de cet ouvrage évoquent au terme de leur étude, on peut d’ores et déjà noter :

  • Un travail d’extension du terrain d’exploration (Marcoccia, Constantin de Chanay) : les dimensions spatiale et située de la conversation en ligne et leurs effets sur la communication pourront faire l’objet d’investigations prenant appui sur de nouveaux corpus comportant des espaces de natures différentes (par exemple privé versus public). Une plus grande ouverture du champ d’observation (en incluant le hors-champ de la caméra) pourrait également fournir des éléments scientifiquement intéressants sur le contexte de ces interactions. Par ailleurs la conversation en ligne gagnerait à être étudiée dans ses usages quotidiens (c’est-à-dire, le plus souvent, intégrée à d’autres activités) ou encore en testant d’autres configurations matérielles (sans casque, avec liberté de déplacement, écran plus grand, image de soi minimisée, etc.), qui parviennent peut-être davantage à restituer la liberté des conversations en présentiel.
  • Un travail de re-conceptualisation de la « technologie » et de la « multimodalité » (Liddicoat), la première devenant acteur des rituels conversationnels, par exemple d’ouverture et de fermeture, et la deuxième devenant ressource grâce à laquelle l’utilisateur s’approprie l’outil technologique pour mettre en actes (enact) les modalités de sa participation à la conversation.
  • Un travail méthodologique (Lamy et Flewitt) visant à tester l’hypothèse selon laquelle les recherches dans ce domaine ont à tirer profit de l’utilisation conjuguée de l’analyse conversationnelle, la sémiotique sociale et la géosémiotique.
  • Un travail comparatif (Kerbrat-Orecchioni) en isolant les variables spécifiques à chacun des deux contextes (technologiquement médié versus présentiel) pourra s’intéresser à la diachronie du phénomène des conversations en ligne et en documenter la normalisation.

15Pour répondre à ces pistes de recherche autant qu’à celles que le lecteur aura pu repérer au fil de sa lecture de l’ouvrage, notre souhait serait que des articulations puissent s’établir entre des logiques de recherche culturellement différentes et que la prochaine production scientifique de « Décrire la conversation… » (dans 20 ans ?) puisse attester de ces hybridations.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search