Version classiqueVersion mobile

Décrire la conversation en ligne

7. La construction de l’éthos dans les conversations en ligne

Hugues Constantin de Chanay

Texte intégral

1Dans cet article, je m’intéresserai à la manière dont les participants à une conversation en ligne gèrent leur éthos (l’image de soi que chacun construit dans et par son discours − voir Amossy 1999, Auchlin 2000, Charaudeau 2005, etc.) et s’adaptent ou non aux contraintes particulières que le dispositif leur impose, par rapport à une situation de face à face non médiatisé. Après quelques préliminaires généraux sur la construction de l’éthos en conversation en ligne, j’analyserai de ce point de vue un extrait où les participants observent la consigne donnée et qui est à la base de la constitution du corpus, puis ferai une brève comparaison avec un extrait, potentiellement plus proche d’une situation domestique spontanée, où ils y dérogent, et où par ailleurs ils utilisent le tchat.

1. La présentation de soi en ligne, ou la multimodalité aux prises avec la médiation

L’éthos en interaction : problèmes posés par les conversations en ligne

2La conception de l’éthos sur laquelle je m’appuie est, par rapport à celle de la tradition aristotélicienne, une conception révisée pour l’interaction, et que j’ai développée par ailleurs avec Catherine Kerbrat-Orecchioni (Constantin de Chanay et Kerbrat-Orecchioni 2007). Les principaux points de révision sont :

  • la négociabilité de l’éthos, qui implique de prendre en considération des attributs éventuellement désavantageux (alors que chez Aristote les qualités « éthiques », phronèsis, arétè et eunoia − compétence, vertu et bienveillance − sont par définition positives), ce qui était crucial dans les situations que nous avions étudiées (débats médiatiques où s’affrontent des rivaux), mais dont on peut faire l’hypothèse que cela joue également un rôle dans des interactions non conflictuelles, voire a priori coopératives comme c’est le cas ici (les étudiants et étudiantes s’étant prêtés à l’expérience de leur plein gré), dans la mesure où l’on peut considérer que toute situation de malaise − silences, chevauchements, malentendus, ennuis techniques − met en péril les « faces » (Goffman 1971 ; Kerbrat-Orecchioni 1992, 2005) ;
  • la co-construction des images, aussi bien celle de soi que celle des interlocuteurs (alors que chez Aristote la perspective est strictement monologale, le locuteur se contentant d’actualiser une image de lui-même concoctée à l’avance dans la phase d’inventio) : les attributs éthiques peuvent ainsi être auto- ou hétéro-attribués, avec de multiples possibilités de convergence ou de divergence entre les participants quant à la teneur de ces attributions (dans le corpus réalisé pour l’expérience nous sommes majoritairement dans des situations de convergence, y compris voire surtout lorsqu’il s’agit de raccommoder un éthos en péril − par exemple par meublage conversationnel, lorsque l’interlocuteur se tait) ;
  • la multimodalité des ressources mises en œuvre pour la construction de ces images de soi (alors qu’Aristote cantonne l’éthos dans l’inventio ; nous considérons au contraire qu’il est transversal, et se manifeste in fine dans l’actio, prestation physique du discours par le corps : voix, regards, postures, gestes). Les conversations médiatisées par ordinateur, au maximum bi-canales (audio-visuelles) − le tchat associé est lui mono-canal (visuel) − n’offrent qu’une partie, certes la principale, des ressources disponibles en face à face, en interdisant le recours au tactile (important par exemple sur l’axe proximité versus distance et pour l’empathie émotionnelle) et la contribution de l’olfactif/gustatif (qu’elle soit volontaire – parfums – ou involontaire − odeur de transpiration ou autres sécrétions − et perçue de manière consciente ou infra-consciente1). En principe donc les ressources tant linguistiques que voco-posturo-mimo-gestuelles sont disponibles dans la communication en ligne comme en face à face. Le premier problème auquel je m’intéresserai sera de savoir si la médiation technique intervient ou non sur l’efficience de ces ressources dans la construction des images.
  • 2 Sur cette opposition issue de Wittgenstein (Tractatus, 4.022), voir Récanati (1979), Berrendonner ( (...)

3Ajoutons en outre que la construction interactive peut se faire sur le mode du dire (réservé en principe à la partie strictement linguistique de la communication totale) ou du montrer (qui traverse aussi bien le linguistique que les autres systèmes sémiotiques mis à contribution)2 : l’image peut être, selon les cas, revendiquée, décernée, projetée, réfractée. L’éthos est la synthèse des images complexes que les participants construisent d’eux-mêmes de manière ininterrompue au fil de l’interaction via ces multiples modes d’attribution. Quant aux deux modes d’énonciation que sont le dire et le montrer, ils ne sont peut-être pas insensibles à la médiation technique : le montrer en particulier, qui se caractérise par son ancrage dans un hic et nunc énonciatif (Berrendonner 1981), peut être affecté par le fait d’être relayé. Le second problème auquel je m’intéresserai sera d’essayer de voir en quoi la médiation technique intervient, ou n’intervient pas, sur le recours au dire ou au montrer dans la construction de leurs images par les participants.

4Je choisirai comme corpus principal l’enregistrement de la conversation entre Samira et Céline, bien qu’il soit relativement atypique dans le corpus (c’est le seul enregistrement à domicile, d’où ces « effets de site » qu’analyse Michel Marcoccia dans sa contribution), parce qu’il me semble assez représentatif de ce que l’on peut trouver dans les conversations en ligne en général : sans doute parce qu’il est enregistré à domicile, c’est le corpus le plus fluide, ce qui évitera de caricaturer la gêne éventuelle que procure la médiation.

5Cependant, comme dans le reste du corpus, les deux participantes s’écartent de la consigne (plus de 20 minutes de dialogue au lieu des 10 prescrites) ; elles commentent également l’enregistrement effectué, se considérant ainsi comme hors expérience. En outre, dans ce dialogue comme dans d’autres du corpus, elles font également un résumé, qui témoigne de la double destination de la conversation enregistrée pour l’expérience.

6Les observations faites ici seront donc a fortiori valables pour le reste du corpus.

Les contraintes du dispositif au regard de l’accès aux ressources multimodales

Les contraintes matérielles

  • 3 C’est-à-dire les consonnes non voisées, les raclements de gorge, les aspirations ou expirations, et (...)

7Je vais envisager très rapidement les effets du dispositif de la conversation en ligne (désormais CL) sur l’accès aux ressources sémiotiques rendues théoriquement disponibles par la bi-canalité, dans l’ordre : la transmission de la voix (j’étends la notion de voix à toute utilisation audible des résonateurs pharyngiens, buccaux ou nasaux3) ; la transmission des postures ; celle des gestes ; et enfin celle des mimiques faciales.

La voix

  • 4 « L’intensité maximale que peut fournir une voix dépend beaucoup de la hauteur de l’émission. En rè (...)
  • 5 Les dispositifs où les ordinateurs comportent des micros et des haut-parleurs intégrés sont de ce p (...)

8Si quelques problèmes d’écho produisent du bruit dans certains enregistrements du corpus (Isabelle-Andrew ; Andrew-Céline), il n’en est rien dans le corpus que j’étudie et on peut considérer que le matériel linguistique proféré de part et d’autre est intégralement accessible à l’interlocutrice (comme à l’analyste) − les participantes ne font pas de réglage son en début de conversation, ni ensuite, comme c’est le cas ailleurs − avec les variations mélodiques associées, et le timbre légèrement rectifié par la bande passante des micros et des casques. En ce qui concerne l’intensité vocale, on note assez peu de variations, ce que l’on peut imputer bien sûr au caractère placide de l’interaction, mais aussi ou peut-être surtout à la présence du micro et des casques, qui impose le contrôle d’un volume sonore supportable. L’intensité ayant tendance, pour des raisons physiologiques, à varier conjointement avec la fréquence4, il se peut que ce contrôle limite également l’ambitus mélodique utilisé par les participantes, qui ne peuvent s’éloigner ni de leur micro ni de leurs écouteurs : et ceci peut avoir des répercussions sur l’enthousiasme manifestable dans la conversation, potentiellement amoindri ou du moins brimé (sinon bridé) par rapport aux situations où la voix se propage directement dans (et par) l’espace5, et où elle est de ce fait perçue par l’ensemble du corps et non par les seules oreilles − ce qui lui fait perdre une partie de son potentiel stimulatoire (Grosjean 1991, p. 249).

Les postures

  • 6 Certains utilisateurs munis de portables peuvent changer de pièce lors d’une CL, voire faire effect (...)

9La fixité de la webcam et des ordinateurs (non portables)6, ainsi que le recours au casque mentionné ci-dessus, contraignent les participantes − comme dans l’ensemble du corpus traité dans le présent volume − à une conversation assise devant écran, ce qui restreint le paradigme des postures possibles ; les postures communicativement pertinentes sont quant à elles encore plus restreintes : ne sont perçues que celles qui sont dans le champ de la caméra, c’est-à-dire, les participantes étant cadrées à hauteur d’épaule (visage en gros plan), limitées aux avancées, reculs et penchements du buste, et aux mouvements de la tête.

Les gestes

10Pour les mêmes raisons, peu de gestes sont visibles à l’écran − ce qui ne veut pas dire que peu de gestes soient effectués : voir sur ce point la contribution de Jacques Cosnier et Christine Develotte, auxquels je me permets de renvoyer. J’ajouterai simplement qu’il est tout à fait probable que dans des CL autorisant une plus grande marge de manœuvre dans les déplacements, les gestes y joueraient un rôle plus important et proche de celui qu’ils ont dans les conversations en présentiel : de ce point de vue, l’ensemble des analyses effectuées dans le présent volume est à rapporter à un type bien spécifique − et bien attesté − de CL (singularité partagée qui permet d’envisager des contrastes ultérieurs avec d’autres types de CL).

Les mimiques

11Les visages étant cadrés en gros plan et de face, les mimiques ont en principe une excellente accessibilité.

12Cependant, cette accessibilité ne se fait pas dans les mêmes conditions que dans une conversation en présentiel, parce que la disjonction spatiale entre la webcam qui capte les images et l’écran qui permet de les voir (aussi bien la sienne que celle de l’interlocuteur) interdit de se regarder les yeux dans les yeux (contact Y-Y). Pour qu’un des participants ait l’impression d’être regardé droit dans les yeux, il faut en effet que l’autre participant ait détourné les yeux de l’image de son interlocuteur (ou de la sienne, ou de celle du tchat) pour les porter sur la caméra − ce qui est très contrariant, parce que l’on perd immédiatement tout feed-back visuel ; et même s’il s’agit, on va le voir, d’un feed-back légèrement différé, sa perte totale est doublement gênante : on cesse de voir l’autre et/ou de voir ce qu’il voit (soi). Si les deux participants regardaient ensemble la caméra (désignée par C ci-après), ce qui du reste si je ne me trompe ne se produit pas dans le corpus (et pour cause), ils cesseraient de se voir − c’est-à-dire qu’ils ne verraient pas l’autre les regarder, et que simultanément ils n’en seraient pas vus non plus.

13Les possibilités offertes, lorsque les participants ne regardent pas leurs images respectives, sont donc :

Y1  C1  Y2
ou
Y2  C2  Y1

14sans synchronie possible (la relation n’est pas réversible). De ce fait, celui qui tâche de regarder droit dans les yeux ne voit pas celui qu’il regarde, et celui qui est regardé ne rend pas la pareille. C’est sans doute là le plus grand inconfort des CL, et l’explication la plus plausible au fait que les participants regardent très peu la caméra, et que lorsqu’ils le font, c’est très furtivement, puisque le gain de contact qu’ils essaient de donner à l’autre s’accompagne immédiatement, de leur propre côté, d’une perte totale de contact visuel.

  • 7 Certains logiciels de CL (par exemple Skype) proposent au contraire une image spéculaire de soi-mêm (...)

15Il est évident que l’ajustement interactif des mimiques s’en ressent. Si l’un des participants regarde la caméra, il se désynchronise du fait qu’il ne voit plus l’autre. Il en va de même lorsqu’il regarde l’image du tchat, et sans doute aussi sa propre image : bien que les deux images soient placées immédiatement l’une au-dessus de l’autre, et qu’il y ait une assez faible distance entre les points visés lorsqu’on regarde sa propre image versus celle de l’autre, il est peu probable que l’on puisse percevoir précisément les mimiques de l’autre quand on regarde sa propre image (en fait, il est difficile pour l’analyste de percevoir simultanément les deux, plusieurs visions sont nécessaires ; il n’y a aucune raison pour qu’il n’en soit pas de même en ligne). Dans le cas présent, comme l’ont remarqué Jacques Cosnier et Christine Develotte dans leur contribution, il y a en outre un inconfort narcissique à voir de soi une image à l’endroit, c’est-à-dire inhabituelle et sans doute majoritairement perçue comme désagréable.7 En conséquence, regarder son image est ici par définition désynchronisant (on ne voit pas l’autre), mais sans doute aussi déstabilisant. La configuration la plus agréable consiste ainsi à regarder l’image de l’autre, ce qui est de loin le cas le plus fréquent dans le corpus que j’étudie (je prendrai plus loin quelques exemples de regards Y-C avec désynchronisation). Cela implique que l’on regarde quelqu’un sans avoir le sentiment immédiat (visible) d’en être vu, bien qu’assurément on sache que c’est possible, sans en être toujours sûr : en dehors de la séquence liminaire de paramétrage explicite (« je regarde mon interlocuteur / mon image / le tchat… ») il est assez difficile de détecter − car dans notre corpus du moins, les positions oculaires sont proches, voir images 1 et 2 − quel est au juste le participant dont l’interlocuteur contemple l’image (lui ou l’autre).

Image 1 « Je regarde mon image »

Image 1 « Je regarde mon image »

Image 2 « Je regarde ton image »

Image 2 « Je regarde ton image »

Image 3 Regard caméra de Céline ? (4 : 12)

Image 3 Regard caméra de Céline ? (4 : 12)

Image 4 Regard de recherche de Céline ? (5 : 46)

Image 4 Regard de recherche de Céline ? (5 : 46)

16De ce fait, on peut supposer que la plupart des interventions sont produites sans le sentiment, ni même la certitude, d’être vu (pire : quand on a le sentiment d’être vu − regard caméra de l’autre − on peut avoir la certitude qu’on ne l’est pas).

17Difficulté supplémentaire dans le corpus Céline-Samira (mais il n’est pas le seul), le paramétrage liminaire omet le repérage de la position « je regarde la caméra » − en fait, seules les conversations impliquant Andrew respectent cette partie de la consigne. En l’absence d’étalon, l’analyste ne peut s’appuyer que sur son propre sentiment d’être regardé. Or il est parfois difficile de distinguer le regard de recherche vers le haut lors d’une recherche de formulation, d’un véritable regard caméra, ainsi qu’on peut le voir sur les images 3 et 4 (p. 151).

18Cela étant, malgré ces difficultés pour établir un décompte tout à fait fiable, on peut assurer que dans notre corpus, les regards caméra sont très minoritaires (parce que déceptifs), de même le sont les regards de chacune sur sa propre image − les uns comme les autres coupent le contact avec l’image de l’interlocutrice. Le plus fréquent, c’est donc de contempler l’image de l’autre, sans néanmoins que de cette contemplation s’ensuive le sentiment d’en être vu : c’est probablement ce qui explique un phénomène que nous avons cru pouvoir observer assez fréquemment en situation d’écoute, celui du visage à l’abandon (non configuré interactivement), qui loin d’inciter l’interlocutrice au mimétisme, l’obligerait plutôt à lutter isolément contre la non-synchronisation partielle des manifestations émotionnelles.

19Toujours est-il que les participants, tous corpus confondus (et partant, dans le nôtre) privilégient néanmoins ce mode de communication, n’ayant recours au tchat qu’en solution de secours (lorsque la communication visuelle est coupée), ou dans les résumés finaux, vraisemblablement parce que l’écrit fixe les énoncés, mais aussi par obéissance à une consigne supposée (Samira en 0 : 24 du résumé de Samira-Céline : « je l’tape parce que j’crois qu’elle veut qu’on l’tape aussi hein »).

Hypothèses sur les conséquences des contraintes matérielles

20Ce que l’analyse peut voir en concomitance (les images superposées des deux interlocutrices) n’est donc en fait pas vraiment produit comme tel. Il s’agit plutôt du résultat contemporain de productions légèrement et diversement en différé, dans la mesure où le dispositif perturbe l’ajustement mutuel et demande une adaptation. On peut faire, à charge pour l’analyse de tester sur corpus leur bien-fondé (ce que je ferai plus loin), les hypothèses suivantes :

  • celle d’un séquençage du dit et du montré. Naturellement fusionnés dans les interactions en présentiel, ils sont peut-être sujets à une défusion partielle ; en outre, du fait des conditions qui interdisent de se voir vu, l’énonciation montrée, continue dans les interactions en présentiel, est peut-être sujette ici à des intermittences ;
  • celle, en compensation, d’une relative et tout aussi intermittente théâtralisation du discours (par exemple avec des mimiques différées mais tenues, en l’absence de la certitude qu’elles seront perçues par l’autre au moment où elles sont produites).

Le cadre participatif

Les différences entre le tchat et la conversation audiovisuelle

  • 8 Conversation Isabelle-Céline, 00.25.59.
  • 9 La coulisse est définie par Goffman comme « un lieu, en rapport avec une représentation donnée, où (...)

21En ce qui concerne le tchat : contrairement à ce qui se passe pour la conversation audio-visuelle et les conversations en présentiel, où il est stocké dans les mémoires individuelles, l’historique de la conversation reste directement accessible aux participants. En revanche, et à l’inverse, les hésitations ne sont accessibles qu’au locuteur, pas à l’interlocuteur − correction de fautes d’orthographe, repentirs, reformulation, choix du bon smiley parmi le paradigme proposé8 − et à l’analyste. Le tâtonnement qu’il peut y observer de l’inventio à l’actio, n’étant pas accessible à l’autre participant, est donc non pertinent du point de vue de l’interaction − il est « en coulisses » (Goffman 1973).9

  • 10 On a en revanche accès à certaines des informations audio − pas toutes : la perception interne défo (...)

22En ce qui concerne la communication audiovisuelle : les participantes partagent toutes les informations audiovisuelles pertinentes, ce qui est plus que dans une conversation en présentiel, où l’on n’a en principe (sauf présence d’un miroir, qui ne peut cependant présenter qu’un analogue inversé) pas accès à sa propre image.10 En revanche, en raison de la disjonction spatiale, elles ne partagent pas les mêmes coulisses. Dans le cadre essentiellement dyadique, il y a les coulisses pour A et les coulisses pour B − plus précisément : chacun dispose d’un espace qui n’apparaît pas à l’écran, où il peut se retirer, ou encore « dissimuler une communication subordonnée » (Goffman 1987, p. 143) avec un tiers, qui peut rester témoin secret de l’échange si l’on se garde de s’adresser à lui visiblement, vocalement ou mimiquement ; et en retour, chacun n’a accès qu’à la portion qui apparaît de l’espace plus vaste où se tient l’autre, qui en jouit à son tour comme de coulisses. Ces coulisses englobent donc la partie non cadrée (hors-champ) des corps des deux participantes, les espaces hors-champ où elles se situent, ainsi que leurs occupants. Dans l’usage domestique des médiations conversationnelles (MSN, Skype, etc.) la diversité des coulisses personnelles respectives peut fonctionner comme une réserve productive (exhibition d’objets nouveaux, convocation de participants supplémentaires, etc.) Dans le corpus étudié, elle est plutôt ressentie comme gêne, sans doute en raison de la friction entre espace privé et professionnel, particulièrement vive lorsqu’il y a un témoin (pour A, mais non pour B) : c’est en tout cas ce que Samira déclare, son copain étant présent au début de l’interaction (sans apparaître à l’écran), mais non ensuite, ce qui la soulage. C’est à lui en tout cas que s’adressent le regard et le sourire suivants (captés en 0 : 36) :

La double destination

23Les conversations enregistrées dans le corpus sont explicitement sollicitées : il s’agit d’une expérience. On peut donc prévoir qu’à un premier niveau de communication, en direct et interactif, entre les deux participantes, s’en superpose un second, moins explicitement présent (les instances énonciatives spécifiques ne sont pas physiquement présentes dans l’échange), non interactif, et différé, mais potentiellement pertinent : celui de la relation avec les expérimentateurs-analystes, auxquels est destiné l’enregistrement. Les étudiantes savent que les images qu’elles voient, les paroles qu’elles profèrent, les mots qu’elles écrivent, ne leur servent pas seulement à interagir, mais seront ultérieurement décortiqués. Elles obéissent à une consigne. Si les effets n’en sont pas toujours sensibles, on verra tout de même que cela n’est pas toujours sans importance et que ce second niveau n’est pas à négliger.

Les enjeux éthiques

24Contrairement à ce qui se passe dans une allocution ou un débat publics, ainsi que dans d’autres situations de compétition plus privées (drague), la construction de l’image de soi et la réfraction d’une image de l’autre ne constituent pas ici un enjeu primordial qu’on peut inclure dans les éléments définitoires du genre interactionnel considéré ; au contraire, c’est plutôt la nature de l’interaction telle qu’elle est prédéfinie (deux étudiantes se prêtant à une expérience pour parler pendant dix minutes des relations hommes/femmes) qui détermine les images personnelles à construire − ce qui ne gêne en rien l’étude des procédés de construction de ces images.

25On peut prévoir ainsi que chacune des participantes doit construire d’elle-même un éthos amical pour et envers son interlocutrice (en montrant de la détente, de l’enjouement, de la « complicité entre filles » − ainsi qu’y incite le sujet choisi, et qu’y fait allusion Samira, gênée en début d’interaction par la présence de son copain, lorsque le sujet revient sur le tapis : « non mais ça va maintenant il est parti » 21 : 56), et faciliter chez son interlocutrice la construction d’un éthos similaire ; mais il ne faut pas oublier non plus que chacun de ces éthos doit être compatible avec un éthos construit pour la commanditaire de l’expérience : « on a fait vingt minutes j’crois… on est fortes on est des pipelettes », dit Samira en 22 : 49, lorsque les deux en viennent à négocier l’arrêt de l’enregistrement.

2. Analyse d’un extrait dans une séquence répondant à la consigne

Transcription de l’extrait11

  • 11 J’utilise les conventions de transcription ICOR. Pour cet extrait j’y ai adjoint le signe ^^ quand (...)

Extrait (1) : Céline-Samira, 16 : 15

1 cél et euh et justement avec sa femme comment ça s’passe est-ce que : :
2 ayant été chouchouté i : : l’aide pas du tout euh .h (.)
3 sam a : : : h=
4 cél =pour les tâches ménagè : res pour les xxxx ‘fin (0.x)
5 sam t (.) alors (.) hm ben si : il l’ai : de (.) non j’pense/ qu’il
6 l’aidait au débu : t et il l’aide de moins en moins mais eu : h (.)
7 cél [ouh là h. < ((rire)) >]
8 sam [il l’aidait au début parce qu’il est] < ((en riant)) ouais> (.) .h
9 parce qu’il est quand même parti de : chez mes parents et il a pas
10 rencontré sa femme : tout d’suite donc il est resté longtemps eu : h
11 célibataire à vivre seul et à devoir faire le < ((en riant)) ménage
12 tout seul et [euh] &
13 cél [< ((rires))]
14 sam &.h et à s’faire à manger [et : : ]
15 cél [< ((en souriant)) > bref (l’école de la
16 vie ; i connaît la vie)] (.)
17 SAM ouais voilà donc euh : moi j’ai habité avec lui à un moment aussi
18 et euh mm et ouais i m’faisait à manger : et tout et tout (.) mais là
19 euh=
20 CÉL =eh ben
21 SAM ouai : s (.) mais sa femme elle : sa femme elle elle travaillait pas
22 au début donc eu : h elle lui a redonné les bonnes habitudes et tout
23 euh (.) t’sais elle faisait à manger elle s’occupe elle s’occupe elle
24 s’occupe de tout sa [femme .h &
25 CÉL [ah oui (.) oui
26 SAM & donc là il est bien [content
27 CÉL [m ben il l’a choisi : e euh < ((rire)) >=
28 SAM =< ((en riant)) .h ouais il l’a bien choisie oui> [< ((rires)) >]
29 CÉL [< ((rires)) >]
30 SAM .hh ben ouais ben voilà un exemple euh mm (.) elle c’est l’genre
31 de femme par exemple qui euh qui aurait bien aimé euh (.) ‘fin qui
32 aime bien le rôle de mère au foyer eu : h et tout ça [quoi &
33 CÉL [hm
34 SAM & et euh lui euh il est d’accord avec ça aussi mais en même temps
35 euh .h là i z’ont voulu ach’ter une maison et euh (.) ^^ben donc il a
36 fallu qu’elle travaille euh donc finalement i s’r’trouvent à
37 travailler tous les deux avec deux bébés t’sais (.) ^^.h
38 CÉL h. ouais (). [ouais bon i sont i sont s-]
39 SAM [donc eu : h même si t’as si t’as envie d’être mè-
40 mère] au foyer c’est pa : s c’est pa : s ^^h.
41 CÉL pas [gagné h. ((sourire))
42 SAM [ouais] c’est pas gagné (.) comment on va faire [((rires))]
43 CÉL [ben un riche
44 millionnaire eu : h &
45 SAM < ((en riant)) ouais>
46 CÉL un peu vieux pour le pousser dans l’escalier
47 SAM ouais ou alors on l’bouscule i trébuche et ((rires))
48 CÉL ((rires) et pis ah euh c’est génial
49 SAM assurance euh ((rires))
50 CÉL ((rires)) oh ça faut bien vérifier avant de le bousculer hein

Les perturbations observables

26J’envisagerai en premier lieu les perturbations que la médiation technique me semble provoquer dans la production des mimiques (je m’attacherai essentiellement aux regards, puis aux rires et sourires), puis j’envisagerai en second lieu, beaucoup plus rapidement, les fluctuations concernant l’implication dans l’interaction.

La perturbation partielle des mimiques

27Le pseudo-contact Y-Y, et le décalage des contacts Y1-C1 et Y2-C2

28Dans l’extrait transcrit ci-dessus on trouve quelques regards Y-C, presque exclusivement produits par Samira (en gras l. 6, 10-11, 14, 17, 18-19, 21-22, 26, 28, 34, 35, 42), Céline n’en produisant que deux assez brefs sur la fin (en gras l. 48, 50).

  • 12 Catherine Kerbrat-Orecchioni et moi-même admettons, à côté du traditionnel éthos de locuteur, l’exi (...)

29Il est intéressant de constater que ces regards caméra sont, tout au long du corpus, exclusivement produits par celle des interlocutrices qui a le tour, jamais par celle qui écoute. Contrairement à ce qui se passe dans les conversations en présentiel, le contact Y-Y est ici le lieu d’un conflit entre signaux d’attention et attention accordée : pour donner à son interlocuteur le sentiment direct qu’on le regarde pendant qu’il parle, il faut en se tournant vers la caméra se détourner de l’image porteuse d’une partie des informations auxquelles précisément on veut montrer qu’on prête attention (regarder l’image de son interlocuteur et regarder son interlocuteur, ou si l’on préfère, faire en sorte que celui-ci voie vos yeux plonger dans les siens, sont comme on l’a dit deux choses distinctes dans les conversations en ligne). Parmi les régulateurs mimiques possibles (hochements de tête, mimiques consensuelles, etc.) le principal et le plus couramment utilisé en présentiel, la recherche du contact Y-Y, fait donc l’objet d’un évitement, parce qu’il est inopérant : en d’autres termes, il ne fait pas partie des ressources utilisables pour montrer que l’on est attentif, intéressé, etc., et construire de soi-même une image d’interactant coopératif.12

30Au contraire, celle qui a le tour peut y recourir, et dans le passage ci-dessus Samira en produit onze, ce qui est sans doute à mettre en regard avec l’amplification rhétorique qu’elle cherche à donner à l’argument selon lequel si son frère se comporte conformément au stéréotype de l’homme qui dans un couple laisse les tâches ménagères à son épouse, ce n’est ni par incompétence ni par habitude (avoir été « chouchouté »), mais plutôt parce que son épouse elle-même promeut le partage conventionnel des tâches où tout ce qui est d’ordre ménager revient à la femme − ce qui constitue un renversement plutôt ludique du discours habituel sur les différences homme/femme, renversement assorti de nombreux renvois à des stéréotypes (« et tout » l. 22, « c’est l’genre de femme par exemple qui… » l. 30-31, etc.), à des illustrations typiques (« t’sais » l. 23), etc. Le passage par l’antagonisme entre rester au foyer et devoir gagner de l’argent (l. 35-40) permet aux deux participantes de se projeter fictivement dans des rôles de femmes entretenues puis de veuves richissimes grâce à l’assassinat, c’est-à-dire de se situer sur un terrain qui poursuit la veine ludique initialement mise en place et nécessite lui aussi une bonne dose d’empathie pour l’harmonisation humoristique. Le recours au regard Y-C par celle qui tient le crachoir ou dirige la conversation (Samira au début, l. 1-42, Céline ensuite l. 43-50) peut être l’un des moyens mis en œuvre pour assurer cette empathie, le but n’étant alors pas de rassurer sur une écoute, mais d’entraîner son interlocutrice dans le ton imprimé à la conversation.

31Si l’on se penche maintenant d’un peu plus près sur les effets interactifs de ces regards Y-C, on pourra tout de même observer qu’ils sont assez diversifiés.

32Ligne 6, le pseudo-contact Y-Y instauré par Samira n’est pas immédiatement perçu par Céline, qui regarde ailleurs (sur sa droite, puis vers le tchat, puis vers sa propre image), et ne produit donc aucun effet jusqu’à ce qu’elle s’en aperçoive, au dernier moment, précisément juste avant que Samira ne détourne son regard de la caméra vers la zone du tchat (voir ci-dessous, image 6). La même configuration peut être observée, inversée, en 50, où Samira riant ne voit pas tout d’abord le regard de Céline, puis hausse les sourcils dès qu’elle le voit (voir ci-dessous, image 7). De même donc, la prise de conscience du regard de (l’image de) Samira dirigé sur elle provoque immédiatement chez Céline un haussement de sourcils qui introduit son intervention exclamative de 7. On peut voir ci-après cet enchaînement très rapide sur les captures d’écran suivantes, effectuées selon un défilement image par image − successivement, Céline revient vers sa propre image après avoir regardé le tchat, s’aperçoit du regard caméra de Samira, et réagit :

Image 6 – Série 1

Image 6 – Série 1

Image 7 – Série 2

Image 7 – Série 2

33La contribution de Céline en 7 semble bien provoquée par l’illusion, de son côté, d’un contact oculaire avec Samira. On peut faire des remarques similaires sur les lignes 17-20, où le regard caméra produit au moment où elle s’en aperçoit (un peu tardivement) une réaction chez Céline préparée par un mouvement de tête (bien qu’il ne soit pas visible par Samira, qui regarde la caméra) en 20 ; il est intéressant d’observer que le regard de Samira se détourne de la caméra dès que la production vocale de Céline est audible, pour se porter sur l’image de son interlocutrice ; mais le même détournement s’observe sans cette condition en 50, ce qui en l’occurrence permet sans doute à Céline de profiter de la mimique provoquée chez Samira, mais s’explique aussi en général par le fait que les regards caméra font perdre le feed-back, et auraient un coût bien trop élevé s’ils étaient durables. C’est un effet sollicitateur similaire qu’on peut également noter en 26, où le pseudo-contact Y-Y est utilisé par Samira pour emphatiser une conclusion, avec pour conséquence des inclinaisons latérales de la tête de la part de Céline qui préparent son intervention de 27.

34Aux lignes 10-11, Céline voit au contraire dès le début le regard caméra de Samira − elle n’y répond pas pour autant par un regard symétrique, qui l’obligerait comme on l’a vu à se détourner de l’image de Samira et à rompre le pseudo-contact établi. Ce pseudo-contact perçu dès son instauration produit instantanément chez Céline une réduction mimique : d’un large sourire qu’elle arborait depuis le rire de Samira en 8, elle passe à un demi-sourire et produit de mini-hochements approbatifs (axe vertical). Ce phénomène est un peu délicat à expliquer : réduit-elle sa mimique parce qu’elle sait qu’elle n’est plus vue (Samira regardant la caméra), ou hochet-elle la tête parce qu’au contraire elle se sent vue (illusion que produit l’image de Samira) ? L’hypothèse la plus vraisemblable est que les hochements sont adressés même s’ils ne seront pas perçus (c’est-à-dire : Céline se sent vue, même si elle ne l’est pas et le sait), et que la réduction du sourire provient d’une harmonisation mimique avec Samira (qui a elle aussi un demi-sourire), par un mimétisme induit par le pseudo-contact Y-Y. On observe le même type de réaction en 21-22, à ceci près que le regard de Céline ne reste pas fixe sur l’image de Samira, mais y ricoche. C’est encore l’harmonisation qui préside à la fugacité du regard de 28, Samira faisant immédiatement retour sur l’image de Céline pour la synchronisation du rire conjoint. Des effets d’ajustement peuvent encore s’observer en 34 et 35 : en 34, se produit un petit mimétisme, Céline relevant légèrement la tête exactement en même temps que Samira ; en 35, alors que Samira hausse les sourcils, Céline en réaction ouvre la bouche et la garde bée, ce en quoi l’on peut voir une harmonisation à l’étonnement devant la péripétie inattendue (« i z’ont voulu ach’ter une maison »).

35Si divers ces exemples soient-ils, ils convergent vers une même conclusion : le regard caméra a un effet stimulatoire sur l’auditeur, comme si la sensation d’être vu lui faisait oublier qu’à ce moment précis il ne l’est pas − et toujours au prix d’une perte de contact visuel du côté de son émetteur.

36Toutefois, les exemples 42 et 48 relèvent peut-être d’une explication différente, à savoir de la double destination que nous avons mentionnée plus haut. En 42, la question sur la manière de gérer sa destinée de femme, « Comment on va faire ? », voit son ironie renforcée du fait que la vocation de l’enregistrement est de servir à des fins professionnelles non étrangères à l’avenir de l’étudiante ; quant à 48, le regard caméra de Céline sur « génial » semble être un clin d’œil à la cantonade, comme le suggère le fait qu’elle n’est pas de face (voir ci-dessous) − et en fait de cantonade, il y en aura une : nous autres analystes.

37Pour finir sur ce point des regards caméra, signalons enfin la présence dans le début du corpus de regards Y-C bilatéraux, mais décalés, faisant suite chez Céline à des regards solo qui semblent être des sortes d’essais infructueux (reflet de l’inconfort provoqué par la dissymétrie instaurée par le dispositif). Dans le début de l’ensemble de l’interaction Céline-Samira, Céline produit davantage de regards caméra que Samira (13 contre 4 dans les six premières minutes, tendance qui s’inversera par la suite), ce qui signifie que les 9 premiers sont produits en solo, de manière extrêmement furtive (peut-être parce qu’elle se rend compte au tout dernier moment qu’elle ne rencontre pas, pour elle, les yeux de l’autre). Les 4 autres regards caméra semblent être bilatéraux, c’est-à-dire qu’on peut faire l’hypothèse qu’ils sont le lieu d’un échange Y-C où Céline produit un premier regard Y-C, suivi quelques secondes plus tard (1 à 4, ce qui est très court si l’on songe que les regards Y-C de Céline sont distants de 27 secondes en moyenne) d’un regard Y-C produit par Samira, dont une fois de manière très appuyée − c’est l’exemple suivant (Samira a involontairement aveuglé la caméra, provoquant une image noire) :

Extrait (2.1) : Céline-Samira, 04 : 01

1 cél j’pense qu’ah (.) j’te vois plus là
2 sam ah pardon (.) j’ai mis euh en fait c’était euh j’ai mis [ma main &
3 cél [c’est la
4 main
5 sam & sans l’faire exprès h. < ((rires)) >)
6 cél ouais ‘fin bon (.) c‘est voilà c’es : t un aspect des : (.) des
7 relations euh (.) amicales on va dire
8 sam hm (0.2) ben ouais mais eu : h comment dire (0.2)
9 cél < ((petit rire)) >
10 sam hm

38Par regard appuyé, nous entendons un regard caméra figé dès le silence de 0.2 secondes, et emphatisé par un haussement de sourcils lui aussi tenu : cet échange illustre à la fois la restauration de contact qu’on escompte d’un regard Y-Y après interruption de l’accessibilité visuelle, et le nécessaire séquençage des regards réciproques Y-Y, qui sont condamnés à une réciprocité à distance, et qui, en l’absence de la certitude de réussite communicative qu’autorise la rencontre simultanée Y-Y dans les situations présentielles, tendent à se dilater vers une tenue qui les théâtralise : ce qui va faire l’objet de mon second point.

39Rires décalés et mimiques tenues

40Je reprends les lignes 1-30 de la transcription précédente, en marquant en italiques les séquences où Samira sourit largement ou rit, et en soulignement les séquences correspondantes pour Céline (je conserve le gras des regards caméra).

Extrait (2.2) : Céline-Samira

1 CÉL et euh et justement avec sa femme comment ça s’passe est-ce que : :
2 ayant été chouchouté i : : l’aide pas du tout euh .h (.)
3 SAM a : : : h=
4 CÉL =pour les tâches ménagè : res pour les xxxx ‘fin (0.x)
5 SAM t (.) alors (.) hm ben si : il l’ai : de (.) non j’pense/ qu’il l’aidait
6 au débu : t et il l’aide de moins en moins mais eu : h (.)
7 CÉL [ouh là h. < ((rire)) >]
8 SAM [il l’aidait au début parce qu’il est] < ((en riant)) ouais> (.) .h
9 parce qu’il est quand même parti de : chez mes parents et il a pas
10 rencontré sa femme : tout d’suite donc il est resté longtemps eu : h
11 célibataire à vivre seul et à devoir faire le < ((en riant)) ménage
12 tout seul et [euh] &
13 CÉL [< ((rires))]
14 SAM &.h et à s’faire à manger [et : : ]
15 CÉL [< ((en souriant)) > bref (l’école de la
16 vie ; i connaît la vie)] (.)
17 SAM ouais voilà donc euh : moi j’ai habité avec lui à un moment aussi et
18 euh mm et ouais i m’faisait à manger : et tout et tout (.) mais là
19 euh=
20 CÉL =eh ben
21 SAM ouai : s (.) mais sa femme elle : sa femme elle elle travaillait pas au
22 début donc eu : h elle lui a redonné les bonnes habitudes et tout euh
23 (.) t’sais elle faisait à manger elle s’occupe elle s’occupe elle
24 s’occupe de tout sa [femme .h &
25 CÉL [ah oui (.) oui
26 SAM & donc là il est bien [content
27 CÉL [m ben il l’a choisi : e euh < ((rire)) >=
28 SAM =< ((en riant)) .h ouais il l’a bien choisie oui> [< ((rires)) >]
29 CÉL [< ((rires)) >]
30 SAM .hh ben ouais ben voilà un exemple euh mm (.)

41Ce qui frappe d’emblée c’est la non-concomitance des mimiques de larges sourires et rires observées, qui ne sont pas synchrones. Cette non-concomitance ne tient pas à une impossibilité de sourire largement à un moment où l’on parle soi-même, ainsi que l’attestent les passages où Céline en produit durant son tour (l. 2, 7, 15-16, 20, 25, 27), ceux où similairement Samira en produit durant son propre tour (l. 8, 11-12, 14, 28), ainsi que les passages, qui ne recouvrent que très partiellement les précédents, où il y a production conjointe (passages comportant à la fois le soulignement et les italiques dans la transcription l. 2, 8, 12-13, 14-15, 27-28).

42Ces passages de production conjointe ne sont jamais des îlots avec synchronisation des départs et des fins de mimiques. Au contraire ils consistent toujours à rejoindre une mimique précédemment initiée par l’autre. Deux cas de figure se présentent, l’accompagnement ponctuel et le tuilage.

43En cas d’accompagnement ponctuel, il y a un débordement temporel amont et aval par la mimique de l’autre, c’est-à-dire que A ou B produit une mimique que A ou B avait précédemment, continue de produire au moment considéré et maintient ensuite. Cela correspond à chaque fois, dans l’extrait ci-dessus, à des accompagnements produits par celle qui a le tour : Céline en 2, Samira en 8 et en 28 − ce qui semble représentatif de ce que l’on peut observer en général sur le reste du corpus, assez logiquement sans doute : il est plus facile de conserver longtemps une même mimique quand on écoute que quand on parle. On notera que ces moments de synchronisation ponctuelle ne coïncident pas avec des zones de regard caméra, ce qui confirme que la production conjointe tend à ne se produire que lorsque de part et d’autre les informations visuelles sont accessibles. Ce qu’il est en tout cas nécessaire de vérifier pour pouvoir affirmer que l’accompagnement ponctuel n’est pas fortuit, c’est que celui qui le produit, soit le fait en réaction à une sollicitation à l’ajustement par pseudo-contact Y-Y (comme nous l’avons observé plus haut pour le retour de Céline au demi-sourire en 10 ; en 17 s’observe un phénomène en tous points similaire), soit le fait à un moment où il regarde l’image de l’autre et peut donc y récolter l’information sur la mimique en cours, soit réagit à une information non visuelle. Comme on peut le constater sur les captures d’écran suivantes, en 2 Céline regardait préalablement l’image de son interlocutrice et elle continue de le faire pendant toute la durée de production de son large sourire : il s’agit à la fois d’une harmonisation différée à un sourire croissant de Samira et d’une vraie synchronisation ; c’est la même chose pour Samira en 28. En revanche en 8 Samira regarde ailleurs : l’accompagnement ponctuel est en réalité le résultat d’une réaction différée au rire de Céline en 6, qu’elle n’a fait qu’entendre ; il y a dans ce cas également harmonisation différée, mais pas de tentative de synchronisation puisqu’elle ne regarde pas l’image de son interlocutrice. Il serait peut-être plus juste de dire qu’il y a une production concomitante correspondant à une harmonisation non synchrone, mais pas un accompagnement, la concomitance étant fortuite, simplement imputable au fait que Céline a maintenu sa mimique.

Image 9 – Céline en 2 vrai accompagnement

Image 9 – Céline en 2 vrai accompagnement

Image 10 : Samira en 8 harmonisation à distance

Image 10 : Samira en 8 harmonisation à distance

44Un mot maintenant sur la fin de ces « productions conjointes » : pourquoi interrompt-on l’harmonisation mimique alors que la mimique-repère poursuit son cours ? Si cela semble fortuit dans le cas de l’harmonisation à distance (fortuit mais compréhensible : Samira qui regarde ailleurs ne va pas poursuivre indéfiniment en solo une mimique dont elle ne contrôle pas l’intégration interactive), dans les deux autres cas cela peut s’expliquer par le fait que le producteur de l’accompagnement ponctuel est en même temps celui qui a le tour, d’où une tendance au réajustement mimique avec son propre discours (cas de 8 comme de 28, voir la rupture de ton initiée par Samira en 30).

45Le tuilage correspond à une différence entre les sources (A ou B) amont et aval de productions mimiques en solo encadrant la production conjointe de la même mimique. Les possibilités théoriques de cette réalisation syntagmatique sont [Ø] [A et B] [A ou B] (démarrage conjoint), [A ou B] [A et B] [Ø] (arrêt conjoint), [A] [A et B] [B] ou [B] [A + B] [A] (relais mimique). En raison des difficultés liées à la synchronisation, les deux premières configurations sont très improbables en CL. L’extrait que j’ai retenu ne montre du reste qu’un exemple de tuilage, illustrant la troisième configuration (relais mimique), en 11-17. C’est une configuration [Samira] [Samira + Céline] [Samira]. Il est facile d’observer que la production conjointe initiée par Céline en 13 est une préparation à sa prise de tour en 15, où elle conservera jusqu’en 17 la tonalité mimique adoptée.

46Qu’on ait affaire à un accompagnement ponctuel ou à un tuilage, la partie production conjointe de la configuration est généralement de courte durée, sauf lorsqu’interviennent des rires autonomes qui peuvent se prolonger davantage que des mimiques co-verbales (cas de 28-29). Il en résulte que la majorité des mimiques sont produites en solo, soit comme un véritable îlot, de manière isolée (initiée et conclue de manière mono-gérée : c’est le cas en 20-22), soit parce qu’il s’agit de mimiques pré- et post-accompagnement ponctuel, ou pré- ou post-tuilage, ce qui est le cas le plus fréquent. Cette fréquence témoigne de la volonté d’assurer un fonctionnement interactif à l’échange, en même temps que de la perturbation temporelle provoquée par le dispositif : les concomitances ne sont pas coordonnées dans leurs bornes initiales ni finales. Cela signifie que les mimiques initiées en solo sont tenues jusqu’à ce que se produise une réaction de l’interlocutrice amenant à la production conjointe qui ratifie l’interactivité de l’échange et l’harmonie entre les participantes, tenues parfois même au-delà dans le cas de l’accompagnement ponctuel ; et qu’elles sont dans les cas de tuilage maintenues par une des participantes (celle qui n’a pas le tour) au-delà de la borne finale de la production conjointe, y compris lorsqu’il ne s’agit pas d’une prise durable de tour (ainsi en 7-10, 27-30) ; la remarque vaut bien sûr pour la production mono-gérée de 20-22. Il en ressort que d’une manière générale, les mimiques tendent à être étirées dans le temps, qu’elles soient anticipées ou prolongées, ce qui produit un effet de théâtralisation et de figement (c’est-à-dire un effet de masque) qui perturbe légèrement le naturel et la fluidité de l’échange.

Récapitulation rapide : dialogal/monologal

47Que les mimiques initiatives et réactives ne soient pas aussi proches qu’elles le sont en présentiel, et soient au contraire décalées vers l’amont ou l’aval jusqu’à produire des effets de désynchronisation, ne signifie pas que l’on n’ait pas affaire à un dialogue : simplement, celui-ci est moins interactif au sens strict (co-produit en simultanéité) qu’un dialogue en présentiel, et surtout il l’est par intermittence.

48D’une part, les mimiques tendent à être tenues, dans l’attente de la manifestation par l’autre d’une prise de conscience et de la production d’une réaction, et au-delà du point de jonction interactivement pertinent.

49D’autre part, lorsque les participantes abandonnent les mimiques en question (en zone solo, lorsque leur pertinence interactive est très dépassée ou qu’elle s’est trop fait attendre), le visage (en particulier chez Céline) tend à adopter une position de repos, qui inciterait à distinguer, au niveau mimique, une posture de participante et une posture de spectatrice. Cela revient à départager − c’est délicat − le visage configuré pour être vu et le visage non configuré pour être vu. Ceci se produit seulement en situation d’écoute, chez celle qui n’a pas le tour : le fait de parler implique que l’on est non seulement visible mais probablement vu (quoique sans certitude), en outre la parole a un caractère fondamentalement adressé auquel les mimiques s’ajustent. Il n’en est pas de même de l’écoute, surtout dans deux lieux distincts : la différence entre « j’écoute en étant visible » et « j’écoute (comme) sans être visible » est favorisée par la disparité des coulisses respectives.

50C’est ce que l’on peut observer par exemple chez Céline en 17-19, où elle garde − jusqu’au moment où elle prend conscience du regard caméra, voir supra − une posture relativement figée et inexpressive alors même que Samira en face est très mobile, agitant la tête ou haussant les sourcils comme on peut le voir ci-dessous (captures d’écran effectuées image par image à 16 : 54) :

Image 11 – Céline participante ou spectatrice ?

Image 11 – Céline participante ou spectatrice ?

51Ce contraste, voire cet antagonisme, entre la grande mobilité à ce moment de Samira et ce qui apparaît comme une immobilité de Céline − et surtout une non-réactivité − incite à dissocier le niveau audio (Céline écoute et reste en situation de dialogue) et le niveau visio où s’échangent (ou non) les mimiques : au niveau mimique, tout se passe comme si Céline à ce moment laissait Samira en situation monologale, jusqu’à ce qu’elle se replace en situation dialogale grâce à la sollicitation du regard caméra. L’interactivité est donc dissociée, selon les canaux, et intermittente.

52De tout ceci, on peut conclure généralement que le dispositif perturbe l’interactivité : la CL est moins interactive qu’une conversation en présentiel, sans cesser toutefois de l’être en grande partie, mais avec quelque difficulté : c’est une question de degré.

Conséquences sur la construction de l’éthos

53Les conséquences de la médiation technique sur la construction de l’éthos étant a priori indépendantes de la teneur de l’éthos à construire et de son destinataire, je traiterai indistinctement de l’éthos construit pour l’interlocutrice, et de l’éthos éventuellement construit pour les destinataires ultimes, commanditaires et utilisateurs de l’enregistrement.

54En ce qui concerne l’éthos revendiqué (c’est-à-dire auto-attribué et dit), les conséquences sont à peu près nulles, rien n’entravant dans des conditions de bon fonctionnement l’accessibilité mutuelle et instantanée des informations audio ; tout au plus peut-on supposer (mais cela tient aux conditions de l’expérience et non à la nature de la médiation technique) que les participantes se censurent, que ce soit du fait de la présence inhibitrice d’un témoin (le copain), ou plus généralement parce que l’enregistrement est destiné à un usage professionnel et en quelque sorte public (en comparaison avec l’intimité du face à face en présentiel) − mais ce n’est en tout état de cause qu’une hypothèse, qu’un bref coup d’œil sur l’usage du tchat (section 3) permettra de mieux alimenter. Les mêmes remarques valent pour l’éthos décerné (hétéro-attribué et dit).

55Par contre, en ce qui concerne l’éthos projeté (auto-attribué et montré), il en va différemment : à l’évidence la désynchronisation engendrée par le dispositif crée des déphasages et des intermittences qui nuisent à la vivacité, et par contrecoup, au naturel et à la continuité de l’enjouement. Et en ce qui concerne l’éthos réfracté (hétéro-attribué et montré), la même désynchronisation fait que l’on ne peut pas donner aisément de soutien éthique à l’interlocuteur − dans ce cas de conversation aimable et complice. Cela se fait, bien entendu, mais de manière pénible, et nécessairement rétroactive, avec par conséquent une efficacité plutôt désamorcée, voire perturbante pour la marche et l’allant de l’échange.

  • 13 Ainsi Heath et Luff (1992, p. 343) signalent que la taille de l’écran et/ou de l’image suffit à rés (...)

56On peut donc conclure provisoirement que, dans cette expérience-ci du moins, la médiation technologique perturbe davantage le montré que le dit (ce qui n’est guère étonnant, mais il n’est pas inutile de le signaler : le principal gain sémiotique des CL étant de procurer une accessibilité partagée aux ressources visuelles, on aurait pu s’attendre à l’inverse) et qu’elle perturbe encore plus l’hétéro-attribution que l’auto-attribution : lorsque l’interactivité est perturbée, il est plus facile de s’auto-gérer que de coopérer. On peut faire l’hypothèse que ce sont le champ de vision limité, la fixité posturale et enfin et surtout le déphasage dû à l’impossibilité du contact visuel direct qui sont responsables de cette gêne pour l’énonciation montrée. Pour nuancer ces remarques et les relativiser, la comparaison d’une part avec le téléphone (où l’on peut moins montrer, mais où l’on est peut-être moins perturbé), et d’autre part avec d’autres dispositifs de CL autorisant matériellement13 des possibilités perceptuo-cognitives différentes, serait bien sûr du plus haut intérêt.

57Je me propose quant à moi pour contraster les remarques que je viens de faire, et pour finir, de comparer brièvement le comportement des deux participantes dans la séquence ci-dessus où elles se considèrent comme obéissant à la consigne et en somme dans l’expérience, avec un autre extrait, où elles s’efforcent de résumer (ce qui ne leur avait pas été demandé) les propos qu’elles ont tenus sur le thème hommes/femmes, et surtout où elles utilisent le tchat − ce qui modifie les contraintes sémio-cognitives.

3. Analyse d’un extrait dans une séquence produite hors consigne

Transcription de l’extrait14

  • 14 Pour transcrire cet extrait j’ai distingué les chevauchements de parole, marqués par des crochets o (...)

Extrait (3) : Céline-Samira résumé, 0 : 12

Extrait (3) : Céline-Samira résumé, 0 : 12

Analyse rapide

58Quoiqu’enregistrée à l’initiative des deux participantes, cette séquence hors consigne est en fait encore plus contrainte que la précédente. Cela peut tenir à l’utilisation du tchat mais pas seulement comme nous le verrons dans les deux sections suivantes.

La concomitance parole/tchat

59Comme on s’en aperçoit au premier coup d’œil, le tchat est beaucoup plus lent et linguistiquement moins productif que la parole échangée (il suffit de comparer la distance entre les crochets ouvrants et fermants dans la transcription et les accolades correspondantes : le temps écoulé est le même). Le texte finalement produit, en plus de deux minutes, donne en trois envois « Quand on vient d’une famille nombreuse on a envie d’avoir beaucoup d’enfants / de reproduire le même schéma familial / la parité homme femme peut se faire en fonction de l’éducation qu’on a eue » ; en outre, il n’est pas autonome par rapport aux paroles, dans la mesure où les formulations retenues sont négociées ; enfin, il est monologal, exclusivement géré par Samira − au contraire, il est essentiellement dialogal dans les usages courants. Cet extrait est donc en l’espèce davantage représentatif d’un genre, le résumé élaboré à deux, que d’une médiation technologique, le tchat.

60Reste que l’on peut faire tout de même quelques remarques potentiellement extensibles à d’autres CL. En particulier, il y a à l’évidence des difficultés pour Samira à parler et taper en même temps. Les moments d’utilisation du clavier correspondent de sa part soit à la production lente des mots qu’elle tape (l. 5-6, 7-8, 37-38), soit à des hésitations figeant la parole dans le travail de formulation (l. 28-29, 33-34, 41-42), soit plus simplement à de longs silences de sa part (l. 12, 15-16, 21, 23, 26, 32, 37, 44).

61En conséquence, il y a une sorte de meublage conversationnel de la part de Céline durant ces temps de silence que Samira passe penchée sur le tchat et le clavier. Ses interventions en ces circonstances (l. 14, 17-18, 20, 30-31, 42) participent à la fois de la coopération à la formulation et du maintien de la relation par un contact suivi.

62Du point de vue mimique, les séquences d’utilisation du tchat sont assez pauvres (concentration chez Samira, attente et recherche chez Céline) et surtout non interactives. Il ne peut en être autrement : Céline, les yeux la plupart du temps rivés sur le tchat en attendant l’arrivée parcimonieuse des énoncés définitifs, ne regarde pas Samira ; Samira de son côté regarde le tchat. L’une et l’autre ont ainsi la plupart du temps ce « visage à l’abandon » que nous avions déjà repéré, en moins fréquent, dans la séquence précédente, c’est-à-dire de spectateur facialement désengagé, même s’il reste locutoirement interactif. Il y a ainsi une dissociation entre l’énonciation montrée, inerte, et la coopération dite en vue de l’élaboration d’un résumé. L’éthos montré est de part et d’autre proche du néant, si ce n’est par le biais de la coopération, marque de la complicité et du caractère consciencieux de la recherche conjointe de la formulation adéquate.

63Quant à l’interlocution en direct, hors tchat, les participantes considérant que l’expérience est close se sentent libres de se désengager conversationnellement pour coopérer à la tâche du résumé et enfin terminer leur mission : d’où une certaine tolérance aux gaps (l. 48, 55, 58, 64).

L’éthos construit pour les expérimentateurs

64Il y a en revanche manifestement un éthos conjoint construit pour le destinataire ultime (celui de ce second circuit de destination que nous avons déjà évoqué). Outre la conscience professionnelle montrée dans la recherche de la bonne formulation et du résumé suffisant (voir aussi l. 60-67), on peut relever deux choses.

65D’une part, le tchat sert à avoir le bon comportement (voir l. 5, déjà cité), mais en outre il fait apparaître que le résumé est un genre normatif, de même que le milieu scientifique est également perçu comme normatif. Le tchat peut, dans ses usages domestiques, être le lieu de toutes les licences et inventivités, avec d’autant plus de verve qu’il est immanquablement dialogal. Il est ici très contraint, comme on le voit par les nombreux repentirs (toutes les annulations que nous avons fait précéder d’un Ø), et surveillé aussi bien du point de vue orthographique que lexical, sans smiley ni abréviation : reflet de l’image que les deux participantes veulent donner à l’institution conformément aux attentes qu’elles en anticipent.

66Ici encore, donc, l’extrait est davantage représentatif de la situation d’expérience que du médium utilisé.

4. Bilan rapide

67Sans reprendre dans le détail les conclusions déjà tirées plus haut (p. 167), je dirai qu’il semble que l’analyse de ce corpus pourtant plutôt fluide par rapport aux autres enregistrements analysés dans le présent volume révèle que la médiation technologique semble partiellement être, sur le plan interactif, une gêne pour ses utilisateurs. Le découplage entre le dire et le montrer, surtout imputable à l’impossibilité d’un véritable contact Y-Y, à une dispersion des regards sur les différentes zones, et à une configuration paradoxale (déroutante) de la relation regardant-regardé (si je me sens vu par le regard direct de l’autre, c’est que je ne suis pas vu, et si je veux lui donner l’impression de me regarder, je me condamne à ne pas le voir), occasionne de petits déphasages qui nuisent à l’interactivité de l’échange, en particulier sur le plan mimique. D’où une curieuse alternance entre des expressions surjouées (c’est-à-dire tenues, pour rester accessibles plus longtemps) et des phases inexpressives (d’attention à un autre dont on ne sent pas qu’il vous regarde, sans engagement facial dans l’interaction), ce que l’on pourrait nommer une théâtralisation intermittente. Il est ainsi difficile de maintenir une continuité fluide sur tous les plans de la communication, ou encore : s’il peut y avoir une fluidité, comme le disent dans leur contribution Jacques Cosnier et Christine Develotte, c’est une fluidité sans cesse en péril et sans cesse restaurée.

68Ajoutons pour finir que ces remarques valent pour le corpus considéré et le dispositif matériel spécifique qui lui était associé.

69Il serait en particulier intéressant, en premier lieu, de procéder à des comparaisons entre CL isolée (comme ici) et CL intégrée à d’autres activités, comme c’est souvent le cas dans les usages domestiques (familiaux, ludiques, érotiques, etc.) ; dans l’usage quotidien des CL il peut y avoir en outre des dyades collectives, le soutien éthique se fait alors en équipe (on peut prévoir que l’enthousiasme se maintient alors plus aisément) : les autres occupants du lieu entrent ou sortent de la conversation, font coucou, ce qui donne lieu à des sortes de polylogues dyadiques beaucoup moins mornes, avec utilisation de la médiation visuelle pour présenter des nouveautés (vêtements, enfants, etc.)

70Et en second lieu, enfin, comme nous l’avons déjà signalé, il conviendrait de tester d’autres configurations matérielles (sans casque, avec liberté de déplacement, écran plus grand, image de soi minimisée, etc.) qui parviennent peut-être davantage à restituer la liberté des conversations en présentiel : mais cela reste à étudier.

Notes

1 Voir Alaoui-Ismaili 1996.

2 Sur cette opposition issue de Wittgenstein (Tractatus, 4.022), voir Récanati (1979), Berrendonner (1981), Ducrot (1984), Nølke (2001), Perrin (2008), etc. On peut opposer dire et montrer en fonction de deux axes : (i) la sensibilité à la véridiction, ce qui est dit étant toujours contestable, tandis que le montré, seulement constatable, est d’emblée soustrait au débat (critère issu de Nølke 2001, p. 81) ; (ii) la solidarité avec un hic et nunc énonciatif, le dit s’en émancipant, tandis que le montré y est indéfectiblement attaché, d’où sa valeur indicielle symptomatique (critère issu de Berrendonner 1981). Comme Nølke je considère qu’il s’agit là des deux opérations énonciatives primitives. Si l’on suit Berrendonner, on peut sans doute les subordonner l’une à l’autre : le dire est ancré dans le montrer.

3 C’est-à-dire les consonnes non voisées, les raclements de gorge, les aspirations ou expirations, etc. qui ne sont pas à proprement parler vocaux, leur sonorité ne reposant pas sur une vibration des cordes vocales.

4 « L’intensité maximale que peut fournir une voix dépend beaucoup de la hauteur de l’émission. En règle générale, on peut dire que, à l’intérieur de chaque registre, l’intensité possible croît avec la hauteur. » (Rondeleux 1977, p. 156)

5 Les dispositifs où les ordinateurs comportent des micros et des haut-parleurs intégrés sont de ce point de vue beaucoup moins contraignants ; on peut supposer qu’on y observerait des conversations plus fluides − et aussi plus vivantes puisque compatibles avec des actions non strictement conversationnelles, du fait de la mobilité que ces ordinateurs autorisent.

6 Certains utilisateurs munis de portables peuvent changer de pièce lors d’une CL, voire faire effectuer la visite visuelle de la maison en s’y promenant avec le portable et en orientant la caméra ailleurs que sur eux.

7 Certains logiciels de CL (par exemple Skype) proposent au contraire une image spéculaire de soi-même, ce qui élimine l’inconfort en question ; en outre, la disproportion entre l’image de soi (très petite) et celle de l’autre (très grande, et extensible à tout l’écran sauf besoin de clavardage) propose une configuration visuelle plus proche du présentiel, surtout sur les ordinateurs à micro et haut-parleur intégrés : quand on peut s’éloigner, on oublie beaucoup plus facilement sa propre présence à l’image, pour la simple raison que la distance la rend illisible. Enfin l’éloignement vis-à-vis de la webcam élargit le champ et recentre les regards en un point proche du Y-Y. Ajoutons enfin que lorsqu’on est plusieurs à converser du même côté de l’écran, le regard divergent du ou des interlocuteur(s) est moins gênant, comme plus naturel − sans doute parce qu’il rejoint ce que l’on expérimente dans les polylogues en présentiel.

8 Conversation Isabelle-Céline, 00.25.59.

9 La coulisse est définie par Goffman comme « un lieu, en rapport avec une représentation donnée, où l’on a toute latitude de contredire sciemment l’impression donnée par la représentation » (Goffman 1971, p. 110).

10 On a en revanche accès à certaines des informations audio − pas toutes : la perception interne déforme par exemple le timbre, ce qui fait que la plupart des gens répugnent à entendre leur propre voix enregistrée, telle que la perçoivent les autres.

11 J’utilise les conventions de transcription ICOR. Pour cet extrait j’y ai adjoint le signe ^^ quand il y avait un haussement de sourcil à fonction rhématique − par exemple ligne 40 −, sans la notation duquel l’énoncé apparaissait comme trompeusement inachevé.

12 Catherine Kerbrat-Orecchioni et moi-même admettons, à côté du traditionnel éthos de locuteur, l’existence d’un éthos d’écouteur – quand on écoute, on n’est ni inactif ni « illisible », mais on émet en permanence des signaux qui comptent pour la construction de l’image de soi tout autant que ceux que l’on émet quand on parle.

13 Ainsi Heath et Luff (1992, p. 343) signalent que la taille de l’écran et/ou de l’image suffit à résoudre certaines difficultés interactionnelles liées à la médiation technique. Voir aussi les remarques que nous avons faites plus haut, notamment à propos de Skype (note 7, p. 150).

14 Pour transcrire cet extrait j’ai distingué les chevauchements de parole, marqués par des crochets ouvrants ([) et fermants (]), des concomitances parole/tchat, marquées par des accolades ouvrantes ({) et fermantes (}).

Table des illustrations

Titre Image 1 « Je regarde mon image »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Titre Image 2 « Je regarde ton image »
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Titre Image 3 Regard caméra de Céline ? (4 : 12)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6k
Titre Image 4 Regard de recherche de Céline ? (5 : 46)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Titre Image 5
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Titre Image 6 – Série 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Image 7 – Série 2
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Image 8
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Image 9 – Céline en 2 vrai accompagnement
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Image 10 : Samira en 8 harmonisation à distance
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Image 11 – Céline participante ou spectatrice ?
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Extrait (3) : Céline-Samira résumé, 0 : 12
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31593/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

Auteur

ICAR, Université Lumière Lyon 2

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search