Version classiqueVersion mobile

Décrire la conversation en ligne

6. Chevauchements de parole, résolution et réparation dans la conversation en ligne

Véronique Traverso

Texte intégral

1Nous nous sommes attachée dans cette contribution à examiner l’organisation de l’alternance entre les tours de parole des participants. Cette organisation est centrale pour le fonctionnement de la conversation, puisqu’elle régit le partage de l’espace interactionnel. Cet angle d’attaque nous conduit à étudier les chevauchements et la façon dont ils sont gérés par les participants, en observant s’ils présentent des particularités dans ce corpus, et si oui en nous interrogeant sur les caractéristiques du dispositif susceptibles de les expliquer.

1. L’analyse des chevauchements

2Le chevauchement a été bien décrit dans la littérature interactionniste, notamment dans le champ de l’analyse conversationnelle qui distingue trois positions dans le déroulement du chevauchement : son apparition, son déroulement et sa réparation.

L’apparition du chevauchement

3Le chevauchement correspond au fait que plusieurs participants parlent en même temps. Les premières observations de ce phénomène ont été formulées dans l’article de Sacks, Schegloff et Jefferson sur le fonctionnement des tours de parole. Elles montrent que le chevauchement de parole contrevient à la règle de l’alternance qui veut qu’un seul locuteur parle à la fois (Overwhelmingly, one party talks at a time, Sacks, Schegloff et Jefferson 1974, p. 700). Au même titre que le silence, c’est un phénomène que les participants cherchent à éviter dans l’organisation de leurs échanges (minimize gap and overlap, ibid., p. 704). Dès cet article fondateur, le chevauchement est aussi conçu comme inhérent à la mise en œuvre des règles de l’alternance des tours et susceptible de survenir dans différentes occasions :

  • lorsque le locuteur dont c’est le tour n’a sélectionné personne pour lui succéder et que la technique d’auto-sélection du prochain locuteur s’applique. Dans ce cas, plusieurs locuteurs peuvent s’auto-sélectionner simultanément pour enchaîner, auquel cas le premier à l’avoir fait acquiert les droits sur le tour : first starter acquires rights to a turn (ibid., p. 704).
  • lorsque les locuteurs suivants potentiels, projetant le point où le tour sera complet, démarrent un tour suivant dès que la progression du tour en cours rend ce point de transition projetable (ibid., p. 707).

4Dans les articles de Jefferson (2004) et Schegloff (2000), d’autres inventaires des localisations fréquentes des débuts de chevauchements sont dressés :

  • l’item chevauchant peut être précisément produit au moment où un certain objet de discours est formulé, afin d’en marquer la reconnaissance (Jefferson 2004, p. 44) ;
  • il peut être produit très précisément au moment où l’énoncé en cours atteint sa complétude. Cette forme d’enchaînement immédiat (latching) peut se transformer en chevauchement pour peu que le locuteur dont c’est le tour allonge la dernière syllabe de son énoncé, ou encore lorsqu’il rajoute une expansion après le point de complétion (ibid.) ;
  • il peut être produit après un point de complétion suivi d’une pause, configuration dans laquelle il est fréquent que deux locuteurs démarrent simultanément (ibid.)

Gestion et réparation des chevauchements

5La gestion et la réparation des chevauchements concernent d’une part ce qui se passe pendant que plusieurs participants parlent en même temps (within overlap talk). Comme le dit Jefferson, cela consiste à étudier :

[…] how parties deal with the fact that they are producing more-than-one-party-at-a-time talk when a fundamental feature of conversation is that one party talks at a time (Jefferson 2004, p. 45)

6Le mode le plus répandu et immédiat de résolution de cette situation est que l’un des locuteurs engagés dans le chevauchement s’arrête. Cette procédure nécessite de choisir qui s’arrête et qui continue, autrement dit de décider qui garde les droits sur le tour. Elle peut conduire à ce que les deux s’arrêtent puis redémarrent simultanément, le phénomène pouvant se reproduire plusieurs fois successivement (Jefferson 2004, p. 46). Elle peut également conduire à ce qu’aucun des deux ne s’arrête et que le chevauchement se prolonge au cours d’une lutte pour le crachoir, pour laquelle les participants recourent à différents procédés (augmentation de l’intensité de la parole, allongements, redémarrages successifs, etc. (Jefferson 2004, p. 47-50 ; Schegloff 2000, p. 22-29).

7La gestion du chevauchement concerne d’autre part ce qui se passe une fois le chevauchement résorbé et les participants revenus à one speaks at a time (post-overlap talk). La question concerne ici d’une part l’intelligibilité des paroles qui ont été produites en chevauchement (ont-elles été entendues ou pas ?) et d’autre part le sort de ce qui avait été entamé et a été arrêté. Deux options majeures sont possibles : poursuivre comme si de rien n’était ou réparer par la « récupération » (retrieval) de ce qui a été perturbé par le chevauchement (Jefferson 2004, p. 47-50).

8Ces études ont par ailleurs montré que certains types de chevauchements sont traités comme normaux par les participants (c’est-à-dire comme ne contrevenant pas à la règle « chacun parle à son tour »), et n’occasionnent pas de réparation :

  • les chevauchements finals (terminal overlaps) qui surviennent alors que le tour en cours est manifestement en train de se terminer ;
  • les continueurs, régulateurs ou autres énoncés courts (par exemple de courtes évaluations) ;
  • les phénomènes que Schegloff regroupe sous le nom de conditional access to the turn, dans lesquels le locuteur dont c’est le tour invite un autre locuteur à collaborer à la production de son tour (phénomènes de recherche de mots, d’énoncés collaboratifs, etc.) ;
  • les énoncés chorals propres à certains cadres de participation polylogaux et à certaines activités.

9Dans les analyses qui suivent, nous distinguerons les modes de gestion suivants :

  • le chevauchement est poursuivi (aucun n’arrête) ;
  • le chevauchement est résolu (un participant arrête de parler) ;
  • le chevauchement est réparé lorsque des procédures de récupération des segments qui ont été produits en chevauchement sont mises en œuvre.

Conversation en ligne, enchaînement des tours et chevauchements

10Les travaux portant sur la communication audio-vidéo en ligne (majoritairement la visioconférence) soulignent que cette forme de communication présente certaines ressemblances avec le face à face (notamment le fait qu’on voit l’autre) tout en s’en distinguant fortement par d’autres aspects : la vision de l’autre rendue possible par le dispositif (gros plan du visage), le cadrage (caméra, écran) et les limitations qu’ils imposent si l’on veut rester dans le champ (voir Heath et Luff 1992, Fornel de 1992, Licoppe et Relieu 2007).

Dans les situations d’interaction médiatisée, comme la vidéocommunication, les locuteurs, parce qu’ils se voient, mobilisent leurs répertoires gestuels de façon assez similaire à ce qu’ils font en face-à-face. Cependant l’interposition des écrans, la limitation des champs des caméras et la singularité des orientations de leurs axes constituent autant de facteurs qui fragilisent considérablement l’adéquation entre les gestes et la parole. (Licoppe et Relieu 2007, p. 13)

11Heath et Luff, étudiant un dispositif de communication audio-vidéo en ligne dans un cadre professionnel, montrent que certaines des procédures habituellement utilisées dans la communication en face à face pour organiser les échanges et adapter son comportement à celui de l’interlocuteur semblent inefficaces dans la communication audio-vidéo en ligne. D’une part certains gestes servant à la régulation du dialogue ne sont pas vus ou pas interprétés comme signifiants par les interlocuteurs :

In video-mediated interaction, the relative scale and presentation of a speaker’s more delicate shifts in orientation and gaze may pass unnoticed and thereby undermine the sequential impact of conventional devices to establish mutual orientation. (Heath et Luff 1992, p. 331)

12Ils font d’autre part l’hypothèse que, sur le plan auditif, l’égalisation opérée par les micros empêche de percevoir les modifications dans l’orientation corporelle de l’interlocuteur :

It is likely that, in face-to-face interaction, one of the ways in which co-participants can discern changes in the orientation of a speaker [...] is by hearing the relative change in the sound level and tone of the voice. In media space, at least where multidirectional microphones are used, the ineffectiveness of a speaker’s shift of gaze to engender response during the course of utterance may not only derive from the relative inaccessibility of his or her visual conduct but also from the absence of changes in tone and loudness of voice. However, it should be added that, even in materials where monodirectional microphones were used, we still found instances in which the participants appeared to be insensitive to small but relatively significant aspects of each other’s visual and vocal conduct. (Ibid., p. 332)

13Certaines études se sont penchées plus précisément sur l’organisation des tours de parole, en cherchant à mesurer l’impact du délai existant le plus souvent entre une production (verbale ou gestuelle) d’un participant et sa réception par son interlocuteur. Dans leur étude sur un dispositif de visioconférence, Fischer et Tenbrinck (2003) montrent l’impact du délai existant entre la production et la réception :

A strategy for the exchange of the turn under the particular technical conditions was jointly achieved. This interactional achievement became necessary after a number of unsuccessful attempts to exchange the turn with conventional means. That is, attempts to get the turn by self-selection at a transition relevance place, using methods that are usually successful in face-to-face conversations, such as intake of breath, leaning forward and starting to speak (Duncan 1972), turned out not to be useful. This is in line with reports on turn-taking in VC situations involving imperfect technical equipment, such as time-delayed signals. Gestural movements and mimics, for instance, cannot be interpreted correctly for two reasons : first, there is the temporal delay of half a second, which makes reactions seem unnaturally delayed. Backchannel signals that are perceived only belatedly have been shown to have a more unsettling than affirmative effect on the speaker.
[http://www.informatik.uni-bremen.de/​-tenbrink]

14Le même phénomène est étudié en détail dans Ruhleder et Jordan (2001) dans une perspective d’analyse conversationnelle.

15Ces études développent l’idée que les caractéristiques de la communication audio-vidéo en ligne exigent des utilisateurs la mise en œuvre de procédures spécifiques, différentes de celles qui sont employées efficacement dans la communication en face à face.

16Dans nos données, l’impression produite est celle d’un enchaînement relativement lent entre les tours de parole : des enchaînements faisant intervenir des pauses inter-tours d’environ 0.3 ou 0.4 secondes sont extrêmement fréquents, pour ne pas dire les plus fréquents. Parallèlement, comme nous allons le voir, les chevauchements de parole semblent sensiblement plus fréquents que dans les conversations en face à face, et ils semblent présenter deux caractéristiques que nous chercherons à vérifier dans l’analyse : 1) ils semblent être gérés par l’application extrêmement méticuleuse de la règle d’abandon du tour par un des deux locuteurs au profit de l’autre ; 2) ce fonctionnement semble aller de pair avec la non-reprise du tour chevauché abandonné.

2. Premières observations sur le corpus « Conversations en ligne »

Choix du corpus et fréquences des chevauchements

17Le corpus retenu pour cette étude est constitué de trois interactions du corpus Conversations en ligne. Dans le tableau suivant, nous regroupons les informations sur les durées et les nombres de chevauchements :

Tableau 1 – Les corpus retenus

Corpus Durée de l’enregistrement Durée prise en compte pour l’analyse* Nombre de chevauchements**
Corpus Andrew-Céline (and-cél) 25 minutes
30 secondes
19 minutes 79
Corpus Samira-Isabelle 2 (sam-isa) 14 minutes
16 secondes
8 minutes 51
Corpus Isabelle-Vasileios (isa-vas) 8 minutes
7 secondes
7 minutes 39

* Les participants, qui discutent sur des thèmes imposés, effectuent en fin d’interaction un résumé écrit de ce qu’ils ont dit. Seule la partie avant ce résumé est prise en compte dans notre analyse, l’activité au cours de ce résumé étant tout à fait différente d’une activité de conversation.
** Pour ce décompte des chevauchements, nous avons pris en compte toutes les productions simultanées des deux participants, quelle que soit leur longueur. Ce décompte intègre les paroles produites pendant que l’autre participant rit (cas très fréquent dans le corpus sam-isa).

  • 1 Corpus de LAngues Parlées en Interaction, [http://clapi.univ-lyon2.fr].

18Nous avons comparé ces chiffres avec ceux obtenus dans le corpus Mode, composé d’interactions en face à face (corpus de Décrire la conversation, Cosnier et Kerbrat-Orecchioni 1987, que Catherine Kerbrat-Orecchioni, dans sa contribution, compare de façon systématique au corpus Conversation en ligne) qui est interrogeable dans la base de données CLAPI1 :

Tableau 2 – Décompte des chevauchements

Corpus Nombre de chevauchements /
10 minutes
Conversation en ligne, corpus and-cél 41
Conversation en ligne, corpus sam-isa 63,6
Conversation en ligne, corpus isa-vas 55
Conversation en face à face, corpus Mode 1 50*
Conversation en face à face, corpus Mode 2 31
Conversation en face à face, corpus Mode 3 38

* Les chiffres des corpus consultés dans la base sont obtenus en divisant par deux le chiffre donné automatiquement, qui correspond au décompte des « segments en chevauchements », qui sont 2 par chevauchement dans une conversation dilogale.

19Le score particulièrement élevé dans le corpus sam-isa est dû à la présence récurrente d’un type de chevauchement faisant intervenir les rires (12 chevauchements). Si on soustrait ces chevauchements particuliers, on obtient 48,7 chevauchements pour 10 minutes.

20Le score plus faible quant à lui du corpus and-cél peut être lié aux problèmes techniques qui se posent dans ce corpus (les participants entendent un écho).

21Il semble que les chiffres soient légèrement plus élevés dans les conversations en ligne. La différence entre les trois corpus en face à face semble tenir au fait que dans le corpus Mode 1 la tonalité des échanges soit relativement dissensuelle, ce qui favorise les chevauchements de parole.

Les chevauchements après une pause

22Nous nous sommes intéressée aux chevauchements survenant après une pause. Cette localisation est en effet propice à l’apparition du phénomène, puisque les deux participants peuvent redémarrer en même temps, notamment dans ce corpus où les pauses intertours sont particulièrement longues. Soixante-huit chevauchements sur 169 dans le corpus surviennent dans cet environnement, soit environ 40 %. Les 100 autres chevauchements se répartissent dans différentes catégories : régulateurs, chevauchements finals, rires, recherche de mots, productions collaboratives et interruptions coopératives. Les chevauchements qui nous intéressent correspondent à trois contextes différents dans la construction des échanges.

231) Certains surviennent à la suite d’un tour manifestement inachevé

A xxxxx : : :
(pause)
B xx[xxxxx
A [xxxx

24Dans ce cas, le locuteur laisse son tour en suspens après un item marqué par un allongement, puis poursuit après une pause alors que l’interlocuteur a commencé à parler. Cette suspension survient soit à l’intérieur d’une unité, comme dans l’extrait suivant où le tour suspendu (ligne 3) est syntaxiquement incomplet :

Extrait (1) : Andrew-Céline, 6 : 25

1 cél [pa`ce que c’est vrai que : la tentation est forte de
2 TOUT/ changer à l’étranger/ je trouve\ (0.9) `fin je
3 – > sais pas si toi tu : - t` as l’impression que :
4 – > (0.9)
5 – > cél [on peut vraiment chan]ger
6 – > and [euh : nous/ ]
7 (2.0)
8 and pas trop : /

25Soit le locuteur entame une nouvelle unité dans son tour et la laisse en suspens à son tout début, comme dans l’extrait suivant où la locutrice (ligne 3), après une unité complète (ligne 2) suivie d’une pause, engage une suite (« donc euh : : ») qu’elle laisse en suspens :

Extrait (2) : Samira-Isabelle 2, 5 : 14

1 sam non/ mais pa`ce que maint`nant j` suis dans : un
2 studio : /
3 (0.6)
4 – > donc euh : :
5 – > (0.6)
6 – > isa t` es [plus à la chambre universitai]re/
7 – > sam [(y a pas trop d` monde) ]
8 (1.1)

26Dans ce format, le locuteur suivant utilise la pause après le tour suspendu pour intervenir : dans l’extrait 1 en répondant prématurément à la question, dans l’extrait 2 en posant une question liée à ce qui vient d’être dit. Dans ce deuxième extrait, le tour suspendu suivi d’une pause semble être interprété par le producteur du tour chevauchant comme indiquant que le locuteur ne va pas poursuivre. Le corpus contient 11 occurrences de ce type de chevauchements.

272) D’autres surviennent entre les deux membres d’un échange question/ réponse

A question
(pause)
A poursuite [question
B [réponse
  • 2 Ce type d’ajout est décrit sous le nom d’« incrément » en analyse conversationnelle, voir par exemp (...)

28Dans ce format, la pause après la question est interprétée par le demandeur comme manifestant un problème, il enchaîne alors en répétant, reformulant ou complétant sa question2, alors que le questionné répond :

Extrait (3) : Samira-Isabelle 2, 0 : 52

1 isa et : : du co[up oui donc t` as red`mandé si i fallait
2 sam [((rires))
3 isa argumenter/
4 (1.2)
5 – > isa [par écrit/]
6 – > sam [euh : : : / ] ah non ben j : : pff j` pense pas `fin j :
7 (0.9)
8 isa d’accord/

29La temporalité des deux participants dans la gestion de l’échange n’est pas la même. Cette catégorie comprend 7 occurrences.

303) D’autres enfin ont lieu au cours de la transition entre échanges. Ce sont les plus nombreux (50 occurrences) et nous les examinons en détail dans la suite de la contribution.

3. Le chevauchement au cours de la transition entre échanges

31Ces chevauchements peuvent être schématisés de la manière suivante :

a/b tour clôturant
(pause)
a xx[xxxxx
b [xxxx

32Ce que nous désignons par « tour clôturant » peut être un deuxième membre de paire venant clore un échange ou un énoncé portant des marques de clôture dans le cas d’une séquence étendue. Dans ce format, l’apparition du chevauchement est liée aux différentes manières possibles de gérer la transition d’un échange à l’autre. La pause qui a lieu après un échange complet (et des marques de clôture) peut être traitée par les participants :

  • comme une frontière de fin d’échange ;
  • comme un moment de vacance permettant d’ajouter quelque chose après coup à l’échange qui se clôt ;
  • comme l’occasion de réaliser la transition vers autre chose.

33Cette pause donne donc à chaque participant les options suivantes :

  • ajouter autre chose à l’échange sur le point d’être clos. Dans ce cas, la frontière d’échange est repoussée ;
  • manifester la clôture, en (re)produisant des indices de clôture. Dans ce cas, la réalisation de la transition est repoussée ;
  • passer à autre chose, c’est-à-dire réaliser la transition et poursuivre la progression de l’interaction.

34Les chevauchements sont le résultat de choix divergents des participants parmi ces trois options. Nous les présentons ci-dessous en commençant par les cas où un des participants revient en arrière dans l’interaction par l’ajout d’une expansion à l’échange, puis en décrivant les cas où la clôture est réalisée et enfin ceux où les deux participants avancent vers la suite de l’interaction.

Les ajouts

35Deux cas de figure apparaissent dans le corpus.

361) L’un fait un ajout, l’autre effectue la clôture

37Six occurrences de cette forme de chevauchement ont lieu dans le corpus.

Extrait (4) : Andrew-Céline, 7 : 00

1 cél mais : au final ils l’ont fait ou pas vraiment/
2 (1.1)
3 and euh : quelques-uns
4 cél ouais\
5 (0.6)
6 – > cél [okay]
7 – > and [pas tout] l` monde quand même xx

38L’échange question/réponse, lignes 1-3, se termine par un troisième tour qui en marque la complétude, après lequel a lieu une pause de 0.6 secondes. Après cette pause, les deux participants démarrent simultanément, cél pour achever la clôture et and avec un ajout à sa réponse de la ligne 3.

392) L’un fait un ajout, l’autre passe à la suite

40Dans ce cas, après la pause, un des participants ajoute un élément à l’échange précédent alors que l’autre entame un nouvel échange. Ce cas est le plus fréquent (20 occurrences).

Extrait (5) : Samira-Isabelle 2, 3 : 30

1 sam et toi tu cuisines beaucoup chez toi ou : : =
2 isa =non fff : : pa`ce que je ne mange pas trop l` soir/
3 donc du coup euh : / (.) pt
4 (0.7)
5 sam hm : [ :
6 isa [c’est un yaourt euh : / une tranche de pain et voilà/
7 c’est vite fa[it\
8 sam [((rire))
9 isa ((rire))
10 (0.8)
11 – > isa non [sérieux/
12 – > sam [pourtant euh y a ta maman/ elle euh : /
13 (0.4)

41Dans cet extrait, l’énoncé de isa aux lignes 6-7 clôt l’échange, clôture encore marquée par les rires partagés puis la pause de la ligne 10. Après cette pause, isa ajoute un commentaire métadiscursif sur ce qui vient d’être dit, alors que sam, en chevauchement, entame un nouvel échange.

La réalisation de la clôture

42Deux cas de figure sont possibles.

431) Les deux participants achèvent la clôture

Extrait (6) : Samira-Isabelle 2, 3 : 30

1 sam [pourtant euh y a ta maman/ elle euh : /
2 (0.4)
3 isa ouais mais non pa`ce qu’elle ne mange pas [non plus en fait]
4 sam [tu manges pas avec]
5 elle/
6 (0.3)
7 sam ah : : ((ri[re))
8 isa [donc en fait euh : / on ne mange pas et : : / (0.3) ouais\ non
9 ça c’est : :
10 sam ((r[ire))
11 isa [chacun son truc et : :
12 (0.4)
13 sam ouais :
14 – > (1.1)
15 – > sam ((rire))
16 – > isa non c’e[st xxx]
17 – > sam [non c’est bien] comme ça
18 isa ouais\
19 (0.9)
  • 3 Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’ils ne sont pas très fréquents dans ce corpus, du fait de (...)

44Après son explication apportée ligne 3, isa poursuit aux lignes 8-9 par une forme de récapitulation à laquelle sam enchaîne par des rires et une confirmation (lignes 10 et 13). L’échange est complet et les participantes montrent qu’elles sont en train de s’orienter vers la clôture. Après la pause de la ligne 14, les tours des deux participantes achèvent la clôture, chacune montrant qu’elle n’a rien à apporter de plus. Ces formes d’énoncés sont fréquentes à la clôture d’un échange étendu : ce sont des types d’énoncés chorals (Schegloff 2000) extrêmement courants dans les clôtures de longues séquences dans la conversation à bâtons rompus (Traverso 2005).3 Le corpus comprend 3 occurrences de ce type de chevauchements.

452) L’un effectue la clôture, l’autre passe à la suite

Extrait (7) : Isabelle-Vasileios, 1 : 00

1 vas du bureau de Daniel hein/
2 (0.8)
3 isa non/ au fond oui/
4 (0.4)
5 vas ah au fond oui d’accord=
6 isa =ouais
7 (0.6)
8 – > isa [voilà]
9 – > vas [et : : : ] sinon euh : : ça va/ c’est avec euh : / (0.5) euh : :
10 le logiciel que tu as utilisé ça t` a : : donné : / des : bonnes
11 euh : (.) résultats/ [xxx

46Au tout début de l’interaction, vas demande à isa où elle se trouve. Cet échange dure jusqu’à la ligne 7. Après la pause, isa produit un nouveau tour clôturant alors que vas débute un nouvel échange.

Les deux passent à la suite

47Le dernier format consiste à ce que les deux participants passent à la suite, comme dans l’extrait suivant :

Extrait (8) : Andrew-Céline, 1 : 59

1 cél ça te : /- cette année en tout cas ça t` plaît ou : : :
2 (0.9)
3 and oui pour l’instant ça me plaît\
4 – > cél ouais\ (.) t` aimes bien la [France/
5 – > and [et toi/ tu- t`es française\
6 (0.5)
7 cél oui/

48Les échanges portent sur le travail de and. À la ligne 4, cél accuse réception de la dernière réponse de and, puis après une micro-pause enchaîne sur une autre question le concernant. and, en très léger décalage, pose lui aussi une question qui ouvre un nouvel échange. Le corpus comprend 10 occurrences de ce type.

Cas indécidables et problématiques

49Il y a dans le corpus un certain nombre de cas indécidables, dans le sens où un des tours en chevauchement est totalement inaudible, et qu’on ne peut donc savoir ce qu’est en train de faire le participant, par exemple :

Extrait (9) : Andrew-Céline, 10 : 00

1 (1.0)
2 and quelques-uns ont des piscines/ mais : euh : c’est plus
3 souvent c’est des lacs\
4 (0.6)
5 – > cél [.h euh : là/ c’était pas : / (.) le lac était pas DANS le
6 – > and [xxxx
7 cél summer camp (.)

50Ces cas sont au nombre de 3.

4. Résolution et réparation des chevauchements

La résolution

51Les cas les plus courants sont les chevauchements résolus, c’est-à-dire ceux dans lesquels un des participants abandonne son tour pour revenir à la situation « un seul locuteur parle à la fois » :

Extrait (10) : Isabelle-Vasileios, 5 : 50

1 (1.2)
2 vas et alors euh : : ici/ toi : tu es : / seule/ (.) c’est : :
3 (0.5)
4 isa non/ moi j’habite avec ma mère/
5 (0.3)
6 vas ah : / d’accord
7 (0.8)
8 – > vas ah : : [ : t- t`]es lyonnaise/=
9 – > isa [mais vais j]
10 isa =ouais
11 (0.6)

52Ici, pour résoudre le chevauchement des lignes 8-9, isa abandonne son tour, et enchaîne sur celui de vas à la ligne 10.

  • 4 Deux autres peuvent être considérés comme longs parce qu’ils se prolongent sur plus de 5 items, ava (...)

53Dans le corpus, seulement deux chevauchements ne sont pas résolus et voient les participants continuer simultanément leurs tours jusqu’à complétude. Voici l’un d’entre eux (l’autre est l’extrait 17)4 :

Extrait (11) : Isabelle-Vasileios, 2 : 58

  • 5 Pour abréger les annotations dans la transcription, nous notons « X R. Y » pour les cas où X regard (...)
1 isa i sont très famille/
2 isa r. vas5>>
3 vas r. isa>> (Image 1a)
4 (1.4)
5 isa ça c’est ◊clair\
6 ◊Isa r. chat puis caméra>>
7 (1.8) ◊isa regarde vas>>
8 vas oui d’accord : \ oui oui [(chez nous)]
9 isa [et toi : /]
10 vas chez nous : : / euh je pense que c’est pareil/ comme en
11 Espagne
12 (1.1)
13 vas ◊et : : [ : : /] ±mais
14 ±vas ferme les yeux, regarde vers le haut
15 ◊Isa r. caméra
16 isa [ou◊ais]
17 isa r. chat (Image 1b)
18 (1.5) ((durant la pause, isa r. vas>>
19 vas ±nous on± ±est un peu loin de la réalité française/
20 ± ((vas r. vers le haut)) ±
21 ±vas r. isa>>
22 (0.9)
23 isa ouais :
24 – > vas °disons° euh [tous ces- tous ces trucs de cohabitation &/
25 – > isa [toi t` as re- t` as- tu t` es rendu &
26 – > vas & et tout ça/]
27 – > isa compte de ça en étant en France] (Image 1c)
28 vas ±hein/
29 ±vas fixe l’image de son interlocutrice, se penche vers
30 l’écran et écarquille les yeux>> (Image 1d)
31 (0.7)
32 vas [com±ment/]
33 ±vas recule en regardant toujours isa
34 isa [tu t` es ren]du compte de ça en France/
35 (0.4)
36 vas oui oui
37 isa en comparant
38 (0.3)
39 vas ici : : : / ça marche beaucoup la : : - la cohabitation par
40 exemple tandis que : chez nous c’est pas : :

54Les participants sont en train de parler des relations hommes/femmes en Espagne. Un premier chevauchement a lieu aux lignes 8-9. Il se situe à une transition entre échanges, l’un des locuteurs commençant un nouvel échange par une assertion, l’autre lui posant une question. Le second chevauchement des lignes 13-16 est lié à la production par isa d’un régulateur pendant que vas poursuit son tour. Le troisième chevauchement entre les lignes 24-27 se localise aussi dans une transition entre échanges. Après la pause de la ligne 22, et le « ouais » de isa ligne 23, vas entame un développement de ce qu’il vient de dire à la ligne 24. Presqu’aussitôt, ligne 25, isa lui pose une question en chevauchement. On peut noter que ce chevauchement débute et se prolonge alors que les deux participants regardent l’image l’un de l’autre (image 1c). Le chevauchement est réparé par la demande de vas à isa de répéter ce qu’elle vient de dire (image 1d). Cette réparation permet à vas de recycler ses propres paroles chevauchées en réponse à la question d’isa.

55L’observation de la direction des regards montre que, comme c’est attendu, le regard du locuteur quitte l’image de son interlocuteur pendant sa propre prise de parole, alors que son interlocuteur regarde son image. Cette caractéristique se retrouve dans les autres extraits étudiés ci-après. Dans cet extrait, le regard de isa est plus mobile que celui de vas. Le point frappant est que les participants regardent l’image l’un de l’autre pendant toute la durée du chevauchement.

La réparation

56La réparation consiste à récupérer le segment chevauché et abandonné. Comme nous l’avons dit, certains types de chevauchements ont peu de chance d’être réparés. L’apparition d’une procédure de récupération est fonction :

57– de l’intelligibilité (voir Schegloff 2000, Jefferson 2004). Si les segments en chevauchements ont été intelligibles pour les participants, la réparation n’a pas lieu d’être, comme c’est le cas dans l’extrait suivant :

Extrait (12) : Samira-Isabelle 2, 2 : 00

1 sam et : euh t` aimes bien cuisiner/ sinon : : ou euh : : : /
2 isa Tt les- ouais/ les desserts
3 (0.5)
4 isa surtout
5 (0.6)
6 – > isa j` fais des gâ[teaux\ ((petit rire))
7 – > sam [comme quoi/
8 (0.6)
9 isa comme quoi/ euh ben j` sais pas moi/ les tiramisu : euh :
10 (1.1)

58À la ligne 6, isa fait un ajout à l’échange précédent, alors que sam pose une question ouvrant un nouvel échange. On voit à la ligne 9 que cette question était intelligible pour isa, bien que produite en chevauchement, puisqu’elle y répond.

59– de la pertinence d’une reprise. Dans l’extrait suivant par exemple la récupération n’est pas pertinente parce que les deux tours en chevauchements convergent :

Extrait (13) : Samira-Isabelle 2, 7 : 40

1 sam et toi tu manges souvent dehors : / et tout : : euh :
2 (0.5)
3 isa chez des amis en fait moi (j` fais ; j` suis) bien : /
4 enfin : : ouais : des soirées entre amis et tout : /
5 (0.4)
6 – > isa mais [bon\ chacun a]
7 – > sam [c’est toi qui] cuisines/=
8 isa non : / chacun apporte un truc

60On peut faire l’hypothèse que ce que isa entame et abandonne à la ligne 6 est la réponse à ce que sam lui demande à la ligne 7, et qu’elle répète à la ligne 8.

61– de l’intérêt. On peut par exemple dire que dans l’extrait 6 ci-dessus, le segment « non sérieux/ » n’est pas récupéré, parce que sa reprise ne présenterait pas grand intérêt (moins que d’enchaîner à la question). Le manque d’intérêt d’une réparation peut aussi être lié au caractère de répétition du segment chevauché abandonné qui vient en conclusion d’un long développement, comme dans l’extrait suivant :

Extrait (14) : Andrew-Céline, 3 : 20

1 cél ouais : / ben : \ j’ai donné des cours là-bas : / à
2 l’Alliance française/ (0.7) et euh : : / vraiment j’ai
3 bien aimés ouais\ (0.4) hm\ (.) les élèves étaient
4 motivés : : \ (1.0) euh : : très sympas : : / (1.5) euh :
5 vraiment `fin c’était agréable quoi\ (0.7) d’enseigner
6 – > dans des [condit]
7 – > and [est-ce que t`as] pu voyager\ aussi/
8 cél euh : : pas beaucoup/ parce que je travaillais : : toute la semaine
et : : [...]

62Dans cet extrait, le segment chevauché, après la pause de la ligne 5, n’est pas informatif : il contient le thème disloqué de l’énoncé « euh : vraiment `fin c’était agréable quoi\ (0.7) d’enseigner dans des [condit », et ne fait que reprendre sous le mot « conditions » l’ensemble de ce qui vient d’être dit. L’énoncé lui-même est introduit comme conclusif dans le développement (« `fin »). Il en est de même pour les chevauchements dans lesquels un participant réalise la clôture (c’est-à-dire les cas « clôture/clôture », « clôture/suite », « clôture/ajout ») qui ne sont pas réparés. Ces chevauchements sont non problématiques pour les participants, puisque l’un des deux segments chevauchés est un simple marqueur de clôture, comme ici :

Extrait (15) : Isabelle-Vasileios, 5 : 29

1 vas non\ non je suis : : a : : - a : vec euh : : : ma- ma fiancée ici\
2 (0.3)
3 isa d’accord
4 (0.8)
5 vas oui\
6 (1.0)
7 – > isa [d’accord\]
8 – > vas [alors euh : ] : : c’est : : : : : c’est- ça c’est différent/
9 (0.3)
10 vas c’est : : : (.) [comme on a : : - on a changé de : : (0.6) de pays euh il
11 isa [ouais
12 vas fallait : : : / (.[.)
13 isa [oui ou[ais
14 vas [faire un autre pas ((rire))
15 isa ((rire))
16 vas tu vois
17 isa d’accord
18 (1.2)

63À partir de ces observations, nous considérons que les chevauchements susceptibles d’être réparés sont ceux qui relèvent des catégories « ajout/ suite » et « suite/suite ». Ils sont au nombre de 28, et parmi eux, 8 sont non pertinents/intéressants à réparer pour les raisons que nous venons d’exposer. Vingt pourraient être réparés, et 7 le sont effectivement. En l’absence de décompte sur la fréquence ou la rareté de la réparation dans d’autres données (de conversation en face à face), il est difficile de dire si notre impression de tendance à la non-réparation est justifiée. L’analyse des extraits montre cependant que, dans bien des cas, l’opération de réparation, lorsqu’elle a lieu, alourdit considérablement l’interaction. Nous commencerons par observer quelques extraits où le chevauchement n’est pas réparé, puis nous nous pencherons sur des cas de réparation.

Absence de réparation

64Dans ces cas, le tour chevauché abandonné est perdu pour l’interaction, son producteur n’essayant pas d’y revenir par la suite. Voici un cas de chevauchement résolu (un des participants s’arrête) et non réparé :

Extrait (16) : Andrew-Céline, 1 : 59

1 cél ça te : /- cette année en tout cas ça t` plaît ou : : :
2 (0.9)
3 and oui pour l’instant ça me plaît\
4 cél ouais\ (.) t` aimes bien la [France/
5 and [et toi/ tu- t`es française\
6 (0.5)
7 cél oui/
8 (2.1)
9 cél voi[là\
10 and [et : : t` es toujours étudiante\

65Le chevauchement a lieu aux lignes 4-5, après une fin d’échange et une micro-pause, les deux participants posant simultanément une question à l’autre. Bien que les deux tours en chevauchement arrivent à complétude, cél enchaîne sur le tour de and, abandonnant définitivement son propre tour.

66Dans l’extrait suivant, le chevauchement est poursuivi (non résolu) et non réparé :

Extrait (17) : Andrew-Céline, 15 : 24

1 cél et alors toi tu as-* *tu as apprécié le fait* *que ce
2 and r. cél>>
3 cél r. and>> * *R. bas >> * *r.and>>
4 soit* *séparé les* *filles et les* *garçons/
5 cél R.bas* *R.Droite * *r. and * *R.bas
6 (1.7) ((and regarde vers le haut >>
7 ((cél regarde and>>
8 and pff ben à l’époque je n’y pensais jamais± ±parce que
9 and >>± ±r.
10 j’avais à peine 12 ans± ±quoi\ c’était[ : : /]
11 gauche >>± ±r. cél>>
12 cél [hm]
13 (0.7)
14 cél *[.hh]
15 *cél r.bas>>
16 and ±[un peu] tôt pour y* *penser/ (0.5) mais : / pour
17 ±and r. gauche>>
18 cél>> * *r. and>>
19 and l’instant : oui j` pense que c’était : : - ±±c’était bien/
20 >>±± and r. cél>>
21 quoi\
22 (0.4)
23 cél hm
24 (0.4)
25 – > and ±p`ce que [ : : ± ±xxx (pour les scouts) c’est la même ch]ose
26 ±and r.droite±±r. cél>>
27 – > cél [à 12 ans tu as pas besoin de voir des filles]
28 – > and quoi\
29 – > (0.3)
30 – > cél spécial`ment\
31 (0.6)
32 – > cél ((rire))
33 – > and (°d’accord oui°)
34 (0.7)
35 – > cél .h et tu as des [sœurs/ ou des] frères/ ou pas\
36 – > and [xxx]

67Dans cet extrait, un premier chevauchement a lieu aux lignes 10-12 : il est occasionné par la production d’un régulateur par cél (dont on voit d’ailleurs qu’il coïncide avec la fin d’une unité de tour de and et un regard de celui-ci vers elle). Un autre chevauchement se dessine aux lignes 14-16 : cél prend son souffle pour commencer à parler, mais s’arrête aussitôt, dès que and poursuit son tour laissé en suspens à la ligne 10 (« c’était : : : »). Un troisième chevauchement a lieu aux lignes 25-27. Après la pause de la ligne 24, and fait un ajout à ce qu’il disait précédemment, alors que cél formule un commentaire. Ce chevauchement n’est pas résolu, c’est-à-dire que les deux participants poursuivent leurs propos jusqu’à les compléter, sans tenir compte de l’autre. Les images montrent qu’il est peu probable que and ait compris ce que cél a dit à la ligne 27. C’est particulièrement clair à la ligne 30, lorsque cél ajoute « spécialement » après la pause, puis qu’elle produit un petit rire et ménage une autre pause, manifestant son attente d’une réaction de son interlocuteur. On voit and s’efforcer d’enchaîner sans trop savoir à quoi (« d’accord oui »). Le chevauchement n’est pas encore tout à fait achevé à ce moment-là, puisque and rajoute encore à la ligne 36 un segment (inaudible) qui semble se rattacher à ce qui précède. Il est intéressant de voir que and, qui parle généralement en ne regardant pas l’image de son interlocutrice, la regarde pendant toute la durée du chevauchement, jusqu’à la fin de la pause de la ligne 34. On retrouve donc là le même fonctionnement que dans le chevauchement prolongé de l’extrait 11.

Réalisation de la réparation

68L’examen des cas de réparation nous permet de mettre en évidence que, parallèlement à quelques cas simples, la procédure est souvent lourde.

691) Cas simples

Extrait (18) : Andrew-Céline, 0 : 57

1 cél .h ben j` ne sais pas déjà/ (.) tu es étudiant//
2 (1.4)
3 and euh : : non j` suis/ un lecteur d’anglais en fait
4 cél d’accord/
5 (0.4)
6 – > cél tu [es : : l ]
7 – > and [(c’est-à-dire)] que j’enseigne
8 (1.0)
9 – > cél tu es : : euh : : lecteur euh dans un lycée : / dans un : :
10 (0.3) ici [à l’ens/

70Ce chevauchement est résolu par l’abandon de cél à la ligne 6, et réparé par la reprise de la question posée après la fin de l’ajout et une pause, ligne 9. Le segment chevauché est ici plus long, mais cél finit par abandonner le tour, et par enchaîner sur l’ajout de and à la ligne 9. Après avoir ménagé une longue pause, elle repose sa question ligne 11.

Extrait (19) : Andrew-Céline, 14 : 43

1 and (1.1) et puis euh : / de l’aut` côté d` la route c’était
2 le : summer camp des filles/ (0.4) donc on s` voyait
3 très très peu\
4 (0.8)
5 – > cél d’accord\ (0.7) mais vous faisiez [euh le (.) vous &
6 – > and [(quand on avait une &
7 – > cél & franchissiez]
8 – > and & copine) ] on se voyait : / une fois par semaine
9 cél d’accord\
10 (1.4)
11 – > cél vous- vous faisiez pas des : / (0.5) escapades/ la nuit
12 euh : (0.9) pour aller r- voir les filles et les filles
pour aller < ((rire)) voir> les garçons/

712) Lourdeur des réparations dans le dispositif

72Une des particularités des enregistrements est que la coordination des participants dans la gestion des tours de parole semble parfois se dérouler de façon normale, comme dans beaucoup d’extraits que nous avons vus jusque là, et d’autre fois semble souffrir d’un décalage. L’extrait suivant d’une réparation montre la possible existence d’un délai entre la production et la réception d’un énoncé :

Extrait (20) : Andrew-Céline, 17 : 59

1 and ben au milieu de : - de l’état de : - du pays parce que :
2 [xx] c’est un peu perdu : /c’est : euh tu connais
3 cél [ouais/]
4 and sûr`ment les : - les images/ (Image 2a)
5 (0.6)
6 cél ouais/
7 (0.4)
8 – > cél je viens (Image 2b) d’al[ler voir euh : /]
9 – > and [xx (pa`ce que] (Image 2c) ça
10 passe à la télévision/ je l’ai vu déjà\ en France
11 (0.4)
12 cél ah oui\
13 and oui
14 – > cél je viens d’aller voir euh : / Little Miss Sunshine/
15 (1.2) (Image 2d)
16 cél tu as vu ce (Image 2e) film/
17 and d’accord\
18 (1.4)
19 cél < (Image 2f) tu as> vu [ce film/
20 and [ x je n’ai pas vu mais : [ :
21 cél [non\
22 (0.4)
23 and [x j` l]e n’ai pas vu mais : :
24 cél [c’est]
25 (0.5)
26 cél bon : : \ c’est amusant [...]

73Dans cet extrait, après la question de and (lignes 1-4), on le voit attendre la réponse de cél en regardant son image (image 2a). Une fois la réponse obtenue (ligne 6), pendant que cél commence son tour de la ligne 8, le regard de and part sur la gauche alors qu’il prépare son ajout (image 2b), pour revenir sur cél pendant qu’il le développe (image 2c). Ce premier chevauchement est résolu par l’abandon de son tour par cél. Elle enchaîne sur le tour de and, ligne 12, puis à la fin de cet échange, elle reprend son tour abandonné, ligne 14. C’est à partir de là qu’il semble exister un délai entre production et réception occasionnant un décalage dans les enchaînements et une succession de chevauchements. Pendant la pause de la ligne 15, pendant laquelle cél attend la réaction de and à son annonce « je viens d’aller voir euh : / Little Miss Sunshine », on voit qu’and fixe son image (image 2d). À la ligne 16, pendant que cél relance l’échange par une demande explicite de prise de parole sur le sujet du film qu’elle a mentionné, on voit and préparer sa prise de parole (image 2e). Or cette prise de parole entendue ligne 17 ne répond pas à la question qui vient d’être posée, mais accuse réception du tour de la ligne 14. Le même phénomène se reproduit aux lignes 19-20 : la réponse de and (ligne 20) enchaîne, non à la question de la ligne 19, mais à celle de la ligne 15, puisqu’on le voit préparer sa réponse alors que cél débute sa question (ligne 19, image 2f).

74Dans les deux autres enregistrements, bien qu’ils ne présentent pas de problèmes techniques notables, on peut se demander si un tel phénomène n’existe pas par moments. On le voit dans l’extrait suivant où un chevauchement est réparé à la ligne 9 :

Extrait (21) : Samira-Isabelle 2, 6 : 51

1 sam t` sais si j’ai faim j` mange quoi\ euh : / j` calcule
2 pas le : (.) budget euh : : [nourriture\
3 isa [ouais\
4 (1.4)
5 sam euh : / (Image 3a)
6 (0.6)
7 isa (Image 3b) .h ben/ s[i : (Image 3c) à partir]
8 sam [xx tu ] manges
9 (Image 3d) pas : \ hein/ (Image 3e)
10 isa à peu près de [c` que] tu fais euh : : par exemple quand
11 sam [°ouais/°]
12 isa tu manges ici à l’ens
13 (0.4)

75On voit ligne 5, image 3a, que sam se prépare à ajouter quelque chose à ce qu’elle a dit aux lignes 1-2, son regard est au loin et elle produit un remplisseur. À la ligne 7, image 3b, les deux participantes s’apprêtent à produire un énoncé (toutes les deux regardent au loin). À la ligne 7, image 3c, isa tourne son regard vers l’image de son interlocutrice dès qu’elle l’entend, et elle abandonne son tour de parole. La rapidité de sa réaction tend à indiquer qu’il n’existe pas de délai entre le début de l’émission de sam et sa perception par isa. sam en revanche, dont le regard était resté orienté vers l’extérieur depuis l’image 3b, ramène son regard vers l’image de son interlocutrice à la ligne 9, image 3d, donc avec un certain délai par rapport au moment où celle-ci a pris la parole. Elle interrompt ensuite son tour, pour demander à isa de répéter ce qu’elle vient de dire (image 3e).

Discussion

76L’analyse montre que l’impression d’une application très stricte de la règle d’abandon d’un tour en chevauchement par un des participants n’est pas complètement justifiée : quelques chevauchements sont en effet poursuivis par les deux participants jusqu’à la complétude de leurs prises de parole. On ne note pas en revanche, durant ces longs chevauchements, de lutte pour le crachoir par les procédés généralement utilisés à cette fin (redémarrages successifs, augmentation de l’intensité, etc.) Les deux participants poursuivent leur tour comme si de rien n’était, alors que pourtant ils regardent l’image l’un de l’autre.

77L’autre impression première est de la même manière vérifiée seulement en partie : un certain nombre de réparations ont lieu, mais elles nous semblent peu nombreuses. La première hypothèse qui pourrait justifier cet état de fait tient aux spécificités de la communication médiatisée, et notamment dans ce corpus à l’existence d’une qualité et d’une temporalité d’audition qui ne semble pas stable et continue. On peut imaginer que si des problèmes de décalage se posent parfois, les participants s’y adaptent en évitant de ralentir encore l’interaction par des procédures dont on a vu qu’elles pouvaient parfois être assez laborieuses, et ce même si à ce moment-là aucun problème ne se pose.

  • 6 La contribution de Michel Marcoccia fait apparaître que le site (professionnel ou privé) est un aut (...)

78D’autres caractéristiques du corpus peuvent également expliquer la tendance à moins réparer. Elles ne tiennent pas à la conversation en ligne en tant que telle, mais plutôt à l’autre aspect du dispositif qui consistait à demander à des personnes de produire de la parole pendant 10 minutes sur un thème imposé. Même entre les participantes qui se connaissent bien (conversation sam-isa), la conversation garde un caractère relativement contraint, fonctionnant beaucoup par échanges questions/réponses, sans beaucoup de longs développements.6 Sur ce plan, on peut remarquer que, dans la conversation and-cél, la tonalité évolue nettement au cours de l’interaction, les participants s’engageant avec plus d’intérêt au fil des échanges. On soulignera d’ailleurs que les participants parlent 24 minutes au lieu de 10, et qu’une (légère) différence de vue s’exprime entre eux aux alentours de la 17e minute, ce qui indique que leurs propos ont alors suffisamment de contenu pour que des points de vue (divergents) s’expriment. Mais dans le début de cette interaction, comme dans les deux autres, les participants semblent surtout s’efforcer de remplir leur tâche, surtout dans les deux enregistrements où les participants ne se connaissent pas (isa-vas et and-cél). L’hypothèse de l’influence de la conversation natif - non natif (isa-vas et and-cél) pourrait aussi être avancée pour expliquer la tendance à l’abandon rapide du tour (cas de and-cél au début et de isa-vas). Aucun problème de compréhension ne semble se poser, mais il n’est pas exclu que les participants fassent preuve d’une vigilance particulière dans la gestion de leurs tours de parole.

79Au total, ces interactions se tiennent sous des contraintes contradictoires. D’un côté, les participants devant produire des paroles pendant 10 minutes, se pose donc à eux le problème d’alimenter la conversation. Laisser se perdre des expansions possibles de l’interaction sans chercher à les recycler peut sembler inattendu dans ce contexte. D’un autre côté, les procédures de réparation peuvent être laborieuses – et leur efficacité tributaire d’aléas techniques –, ainsi les participants peuvent être tentés de favoriser la (très relative) fluidité des échanges au détriment de l’intercompréhension.

Conventions de transcription

[ chevauchements
= enchaînement rapide
par troncation
(.) micro-pause
(2.1) pauses en secondes
: allongement vocalique
/\ intonation montante/ descendante\
(il va) transcription incertaine

80Notation des gestes. Dans les extraits comportant une notation des gestes, la ligne du verbal apparaît en gras.

81– Bornage des gestes

82Les gestes sont repérés par rapport à une production verbale :

83*, ◊, ± indiquent le début d’un geste d’un participant. Le geste est décrit à la ligne suivante.

84Le double chevron indique que le geste continue jusqu’à la prochaine borne. R. signifie « regarde »

Commentaires du transcripteur

85[…] indique une coupure due au transcripteur

86– > après le numéro de ligne, indique la ou les lignes concernées par l’analyse.

Notes

1 Corpus de LAngues Parlées en Interaction, [http://clapi.univ-lyon2.fr].

2 Ce type d’ajout est décrit sous le nom d’« incrément » en analyse conversationnelle, voir par exemple Ford, Fox et Thompson (2002).

3 Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’ils ne sont pas très fréquents dans ce corpus, du fait de l’ampleur très mesurée des échanges.

4 Deux autres peuvent être considérés comme longs parce qu’ils se prolongent sur plus de 5 items, avant qu’un des participants abandonne.

5 Pour abréger les annotations dans la transcription, nous notons « X R. Y » pour les cas où X regarde l’image de Y. Toutes les contributions à l’ouvrage signalent et développent les troubles liés au fait que, dans le dispositif, on ne peut à la fois voir l’image de son interlocuteur (regarder l’image de son interlocuteur) et lui donner l’image qu’on le regarde (regarder la caméra).

6 La contribution de Michel Marcoccia fait apparaître que le site (professionnel ou privé) est un autre élément susceptible d’influencer la tonalité (plus familière ou plus retenue) de la conversation. Le sous-corpus que nous avons choisi ne retient que les échanges en site professionnel.

Table des illustrations

Titre Image 1a
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Image 1b
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Image 1c
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Image 1d
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Image 2a
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Image 2b
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Image 2c
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Image 2d
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Image 2e
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Image 2f
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Image 3a
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Image 3b
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Image 3c
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Image 3d
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Image 3e
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31588/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search