Version classiqueVersion mobile

Décrire la conversation en ligne

1. Présentation

Christine Develotte, Richard Kern et Marie-Noëlle Lamy

Texte intégral

1. Bref historique

  • 1 Notons que dès 1901, le sociologue Gabriel Tarde, préfaçant un recueil de ses articles regroupés so (...)

1En 1987, l’ouvrage Décrire la conversation coordonné par Jacques Cosnier et Catherine Kerbrat-Orecchioni était venu s’inscrire dans un mouvement d’ensemble déjà bien amorcé dans plusieurs disciplines des sciences humaines, le mouvement interactionniste. Linguistes, mais aussi psychologues, sociologues, ethnologues, éthologues, philosophes ont en effet, dans les années 1960, 1970 et 1980, œuvré à un changement de posture épistémologique et méthodologique suscité par le fait de s’intéresser à la communication et aux interactions.1

2En tant que linguiste, Kerbrat-Orecchioni (1990, p. 37-48) caractérisait cette évolution en cinq points :

  1. Priorité à l’étude des formes dialogales de production discursive.
  2. Priorité à l’étude du fonctionnement oral de la langue.
  3. Les objets prioritaires de l’analyse sont les conversations naturelles et autres formes d’interactions dites « authentiques », ce qui implique une réhabilitation de l’empirisme descriptif, et le souci de travailler à partir de corpus enregistrés et soigneusement retranscrits.
  4. La communication est multicanale et pluricodique, c’est un « tout intégré » (Winkin 1981, p. 24) constitué d’unités hétérogènes quant à leur statut sémiotique.
  5. Dès lors que les énoncés cessent d’être considérés comme de purs objets formels, pour être réinsérés dans leur contexte communicatif, l’analyse débouche sur des considérations de nature psycho-sociologique.
  • 2 Kerbrat-Orecchioni 1990, p. 8.
  • 3 Tarde précisait : « distinguons aussi la conversation obligatoire − cérémonial réglé ou rituel − et (...)
  • 4 Cette situation était inspirée de l’étude princeps effectuée par Gregory Bateson et ses collaborate (...)
  • 5 Pour la distinction entre conversation « naturelle » et « provoquée » nous renvoyons le lecteur à l (...)

3Sur cette base, le Groupe de recherches sur les interactions communicatives (GRIC, Université de Lyon 2) se donnait pour tâche de décrire « le plus exhaustivement possible » une interaction conversationnelle à partir d’« échantillons de dialogues »2. Dans cette perspective, chaque chercheur du groupe, selon son point de vue, avait à étudier une suite de trois dialogues authentiques (audio et vidéo-scopés) dans leurs aspects linguistiques, phonétiques et mimo-gestuels. Ces trois dialogues sont, dans la présentation de l’ouvrage, qualifiés d’« authentiques » mais leur déroulement est soumis à un certain nombre de contraintes bien particulières3 : il s’agissait pour les interactants de parler sur un thème (« Les étudiants et la mode vestimentaire ») qui leur était proposé sous couvert d’une enquête sociologique, en un lieu aménagé, pendant dix minutes, avec un partenaire inconnu qui leur était imposé. Autrement dit, les trois étudiants (défrayés pour leur prestation) se trouvaient dans une situation communicationnelle de face à face d’un genre particulier4, restant néanmoins susceptible d’éclairer différents aspects du fonctionnement d’une conversation5, comme le prouve le contenu des contributions qui le composent.

4Vingt-deux ans ont passé, les approches interactionnistes se sont considérablement multipliées et ont donné lieu à un grand nombre de congrès, recherches et publications sans doute dû à l’importance de la mouvance interactionniste, mais aussi à l’évolution galopante des technologies de la communication et de l’information. En 2009, c’est sur cet héritage que nous nous appuyons.

2. Présentation des coordonnateurs

5L’idée de départ de cet ouvrage vient de Christine Develotte qui a cherché à articuler la conversation étudiée dans l’ouvrage Décrire la conversation avec l’évolution des pratiques conversationnelles instrumentées de façon toujours plus complexe par le biais des technologies. La mobilité des personnes liée au développement de nouveaux outils techniques de communication, l’ADSL et la téléphonie par Internet amènent en effet de plus en plus d’individus à passer par le truchement de l’ordinateur pour converser en ligne. La conversation peut rester en face à face, mais le face à face n’est plus synonyme de présentiel puisque précisément c’est à distance que s’effectue le plus généralement ce type de communication. Dès lors que de nouvelles pratiques conversationnelles se développent au niveau mondial, il est logique de chercher à donner une envergure internationale aux premières recherches censées en rendre compte. Marie-Noëlle Lamy et Rick Kern, intéressés l’un comme l’autre par la communication médiée par ordinateur, ont accepté de se joindre à ce projet de coordination d’un ouvrage centré sur l’étude d’un corpus imposé.

6L’émergence récente des formes de communication médiées par ordinateur a généré un lexique abondant et non stabilisé pour l’heure. Les désignations sont multiples, d’une part, pour rendre compte de modes de communication différenciés mais, également, pour renvoyer au même référent sous des termes différents (nous y reviendrons en fin d’introduction). Nous allons donc tenter de clarifier le champ lexical relatif à l’objet qui nous intéresse. Avant tout développement sur ce sujet, une précision terminologique s’impose. Contrairement à l’anglais qui ne connaît que le terme mediation, le français dispose de deux mots que leur proximité de forme a placés au cœur d’un numéro de Notions en questions en 2003 : « Médiation, médiatisation et apprentissages ». Dans ce numéro, Jacquinot-Delaunay, au terme d’un développement étymologique détaillé (p. 128), explique que médiation renvoie au fait de servir d’intermédiaire, avec une notion implicite d’acteur humain, alors que médiatisation évoque un intermédiaire technologique. On aboutirait ainsi à une opposition entre médiation humaine et médiation par la technologie (cette dernière appelée aussi médiatisation ; par exemple une conversation en présentiel sera médiatisée lorsqu’elle sera transformée en un enregistrement). Or le passage en ligne introduit la technologie non plus seulement comme support mais comme acteur de l’échange (Hewling 2009 ; Mondada 2007), ce qui amène à revisiter la portée du terme médiation. Par exemple si une conversation peut être dite médiatisée parce qu’elle est matérialisée sur un support appelé forum, elle est par ailleurs au centre d’une médiation. En effet, la technologie des forums permettant des visualisations par chronologie, par auteur ou par thème, c’est la modalité de visualisation choisie par l’utilisateur humain qui va conditionner la façon dont les contenus du forum vont faire sens pour lui. La technologie n’est plus ici le simple support d’une médiatisation, elle est aussi l’agent d’une médiation. Les coordonnateurs font donc le choix d’adopter, à la suite de Panckhurst (1997, 1999), la désignation de communication médiée par ordinateur et non médiatisée (lexème néanmoins privilégié par d’autres auteurs dans ce livre, comme par exemple dans la contribution de Michel Marcoccia).

3. La conversation en ligne

7On parle de conversation en ligne pour désigner la possibilité de mener une conversation en utilisant des outils de communication électronique. La communication électronique renvoie, elle, à toute forme d’échange communicatif dont les messages sont véhiculés par des réseaux télématiques (c’est-à-dire basés sur l’alliance de l’informatique et des télécommunications), du minitel à l’internet, en passant par la téléphonie mobile.

8Dans la littérature consacrée au sujet, diverses expressions sont utilisées pour désigner ce type de communication : communication médiée par ordinateur (Panckhurst 1997), communication médiatisée par ordinateur (qui est l’expression la plus courante), communication médiatisée par les technologies de l’information et de la communication (qui désigne un ensemble plus vaste, qui inclut la téléphonie mobile, voir Gerbault 2007), communication électronique, communication en ligne.

9Il faut noter que ces diverses expressions renvoient le plus souvent à des médias de communication interpersonnelle et n’intègrent pas les médias électroniques de masse, comme le Web (dans sa première version), qui relève d’une problématique de publication plus que de communication.

10Les dispositifs de communication médiatisée par ordinateur les plus courants sont :

  • Le courrier électronique : inventé en 1971 par l’ingénieur Ray Tomlinson, c’est un service de transfert de messages envoyés par un système de messagerie dans la boîte aux lettres électronique d’un ou de plusieurs destinataires choisis par l’émetteur.
  • Le forum de discussion : en 1979 deux étudiants de l’Université Duke en Caroline du Nord créent les forums de discussion (newsgroups) sur le réseau Usenet (réseau Unix accessible par l’internet). Il s’agit d’un système qui permet l’échange et l’archivage de messages entre les membres d’un groupe de discussion.
  • La liste de diffusion : c’est une utilisation spécifique du courrier électronique, développée au début des années 1980, qui permet la diffusion massive de messages à un grand nombre d’utilisateurs possédant une adresse électronique et inscrits à cette liste. Celle-ci est gérée par un logiciel adéquat installé sur un serveur.
  • Le tchat : en 1988, un étudiant finlandais, Jarkko Oikarinen crée l’Internet Relay Chat (IRC), dispositif permettant la discussion de groupe en mode synchrone.
  • La messagerie instantanée : introduite sous sa forme grand public en 1996, il s’agit d’une messagerie synchrone qui permet de recevoir et d’envoyer instantanément des messages. La plus connue est MSN Messenger (MSN), utilisée depuis 1999.
  • Le téléphone par Internet : il s’est développé dès que les logiciels de messagerie instantanée ont permis la communication audio et s’est imposé massivement à partir de 2003, depuis l’arrivée du logiciel Skype, qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques gratuits à travers Internet.
  • Le blog : depuis la fin des années 1990, différents dispositifs transforment le web en moyen de communication interpersonnelle. Il s’agit pour l’essentiel des services basés sur le blog. Un blog est un site web constitué par la réunion de billets déposés sur le site au fil du temps. Chaque billet est un ajout au blog ; le blogueur y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d’hyperliens et d’éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires. À partir du blog se sont développés des dispositifs variés : les sites de réseaux sociaux (comme Myspace) ou Twitter (qui est un outil de microblogage, qui permet à l’utilisateur d’envoyer de courts messages de 140 caractères maximum).
  • La visioconférence par Internet : depuis l’invention de la webcam, en 1991, la visioconférence6 en ligne est une application internet qui offre la possibilité d’organiser des réunions de travail ou des formations avec des personnes distantes. Son utilisation comme moyen de communication grand public a été favorisée par la diffusion de logiciels comme NetMeeting, en 1998, par l’arrivée des messageries vidéo (comme Windows Live Messenger [WLM]) et, plus encore, par la sortie d’une version de Skype permettant la visioconférence (Skype v2), en 2006.

11C’est la visioconférence par Internet que nous avons privilégiée pour la constitution de notre corpus car c’est elle qui s’apparente le plus à la conversation de face à face traditionnelle. D’autre part, il nous a semblé que la complexité pluri-sémiotique de ce genre de conversation méritait d’être analysée dès ces premières années d’utilisation sociale courante de façon à ce qu’un premier jalon puisse être marqué dans l’étude de ce que l’on peut penser constituer un pan entier de l’avenir des études sémio-linguistiques et des usages communicationnels de la vie quotidienne.

4. Présentation du corpus d’étude

12Sur le modèle de ce qui avait été réalisé en 1985, des étudiants ont été contactés pour constituer le groupe de locuteurs engagés dans une conversation en visioconférence poste à poste.

13La consigne qui a été donnée aux participants était la suivante : « Discutez entre vous environ dix minutes sur le thème des relations hommes/ femmes, femmes/femmes, ou hommes/hommes. Vous pouvez utiliser aussi le chat écrit. »

14Ce sujet de conversation a été choisi en fonction de ses potentialités supposées à mettre en évidence des variations culturelles intéressantes à analyser puisque les locuteurs étaient d’origines culturelles différentes (voir le tableau 2, p. 15).

  • 7 Le corpus « Conversations en ligne » est référencé et consultable sur la base Corpus de LAngues Par (...)

15Une première série d’entretiens a été réalisée début 2007 entre cinq locuteurs : deux étudiants de l’Université Lyon 2 (Céline, Isabelle), deux étudiants de l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines (ENS LSH) (Samira, Vasileios) et un lecteur d’anglais à l’Université Lyon 2 (Andrew). Tous ont accepté (contre une petite rémunération) de participer à la constitution d’un corpus de données destiné à être étudié par la suite (pas de précisions apportées sur la nature des analyses qui seraient effectuées). Pour chacun de ces sept entretiens en dyade, l’enregistrement s’est fait à partir de l’écran d’un des locuteurs (avec le logiciel Screenvideorecorder). En outre, trois locuteurs ont été filmés en action et enregistrés sur des fichiers vidéo7. Par ailleurs, une transcription (sommaire) a été faite de l’entretien entre Céline et Andrew.

16Ce premier corpus a ensuite été enrichi, en mai 2008, par une dernière conversation organisée entre Samira et Isabelle (les mêmes étudiantes que précédemment) sur un thème différent : elles avaient le choix entre la nourriture et les vêtements et ont choisi la nourriture. L’ajout d’une conversation s’est fait dans l’objectif de pouvoir disposer des deux vidéos des deux locuteurs engagés dans la conversation et filmés de l’extérieur. Cette conversation en ligne a été enregistrée sur écran par le logiciel Camtasia.

Image 1 – Interface pour les conversations en ligne

Image 1 – Interface pour les conversations en ligne

17L’instantané d’une capture d’écran de conversation par MSN se présente comme un ordonnancement de photos et de textes répartis dans des zones différenciées, comme dans l’exemple ci-dessus.

18À chaque fois, afin de pouvoir étudier plus spécifiquement les dimensions non verbales telles que les gestes et les regards, consigne a été donnée aux interactants de commencer leur conversation par un repérage spatial ajustant mouvement des yeux et parole tel que « je regarde l’image de mon interlocuteur, je regarde mon image, je regarde la webcam, je regarde le chat ».

  • 8 Sauf, de façon contingente, pour l’un d’entre eux, voir la contribution de Marie-Noëlle Lamy et Ros (...)

19Ces conversations s’étant déroulées en dehors de la présence d’un enquêteur, on peut remarquer que la durée temporelle primitivement fixée n’a été que rarement respectée, les locuteurs poursuivant souvent leurs échanges au-delà du temps réglementaire. De même le thème lui-même a parfois été traité de façon secondaire, les interactants préférant, semble-t-il, faire connaissance et parler un peu d’eux-mêmes plutôt que de se plier à la consigne thématique, ce qui laisse à penser que le caractère naturel de la conversation n’était pas absent. Par ailleurs, quasi systématiquement, la fin du dialogue a pris la forme d’un résumé écrit dans la fenêtre du chat alors qu’aucune demande explicite8 n’avait été faite en ce sens.

Tableau 1 – Récapitulatif des conversations enregistrées

Fichiers (captures dynamiques d’écran) Ordre des conversations Lieux de production (début 2007) Fichiers vidéo Durée
Isabelle-Vasileios 1 (17/01/2007) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
8 min 07 s
Samira-Isabelle 1 2 (17/01/2007) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
12 min
Céline-Samira 3 (20/01/2007) Du domicile de chacune 24 min
Samira-Andrew 4 (24/01/2007) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
Samira 1 24 min 38 s
Isabelle-Andrew 5 (24/01/2007) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
Isabelle 1 27 min 20 s
Isabelle-Céline 6 (24/01/2007) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
Céline 26 min
Andrew-Céline 7 (24/01/2007) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
25 min 30 s
Samira-Isabelle 2 8 (24/04/2008) Bureaux à l’ENS
LSH, Lyon
Samira 2 et Isabelle 2 14 min 16 s

20Si les cinq participants connaissaient le logiciel de communication MSN, ils en avaient une expérience différente : les trois filles et l’un des garçons (Vasileios) avaient déjà souvent pratiqué la conversation en ligne par visioconférence poste à poste alors que pour l’un des garçons (Andrew) c’était la première fois qu’il se servait d’une webcam et du micro (jusque-là il avait uniquement utilisé l’écrit synchrone par chat).

21Au moment du recueil de données, Samira et Vasileios connaissent Isabelle et Céline. Andrew est le seul à ne connaître personne. Avec leur accord nous avons choisi de ne pas anonymiser les participants et de conserver leur vrai prénom dans la mesure où ils font usage les uns et les autres de ces prénoms au cours de leurs conversations. Voici le tableau récapitulatif des cinq locuteurs :

Tableau 2 – Les cinq locuteurs

Locuteurs Situation Origines nationales et culturelles des locuteurs Utilisation de MSN
Isabelle Doctorante Franco-espagnole Très habituée
Samira Doctorante Française (d’origine algérienne) Très habituée
Vasileios Doctorant Grec Très habitué
Céline Étudiante en master professionnel Française Très habituée
Andrew Lecteur d’anglais Américaine (États-Unis) Jamais utilisé

22Ces cinq locuteurs ont par ailleurs été interviewés par Christine Develotte à la fin de leur série de conversations afin de recueillir leurs opinions concernant différents aspects de cette forme de communication en ligne.

23Les auteurs ont disposé de l’intégralité du corpus présenté ci-dessus et ont eu toute liberté pour y prélever un sous-corpus approprié à l’étude qu’ils souhaitaient mener.

5. Des concepts déterminants pour aborder la conversation en ligne

24La dimension technologique étant ce qui distingue cet ouvrage de son prédécesseur, il convient de commencer par voir comment est conceptualisé et circonscrit le rôle de l’ordinateur dans les conversations en ligne. Le concept de médiation est ici fondamental. Il est inhérent à toute analyse d’interaction humaine : par exemple dans Décrire la conversation, les échanges sont médiés par les mots, les gestes, les regards, les mouvements, etc.

25Concernant la présente collection d’études, maintes questions se posent. Jusqu’à quel point les participants à une conversation médiée par la visioconférence sont-ils technologisés ? C’est-à-dire dans quelle mesure leurs pratiques interactionnelles sont-elles assujetties à la médiation du dispositif ? Par exemple, dans quelle mesure les participants modifient-ils leur comportement pour l’ajuster aux caractéristiques du dispositif ? Ou encore, dans quelle mesure les participants configurent-ils le dispositif pour satisfaire leurs besoins communicatifs (ou pour éviter des problèmes) ? Le dispositif intègre-t-il des présupposés concernant la nature de la communication ? Si oui, lesquels, et quels sont leurs effets sur les actions concrètes des participants ? Est-ce que les normes traditionnelles de la conversation prédominent ou est-ce qu’au contraire les participants doivent inventer de nouvelles techniques stylistiques pour faciliter l’interaction ?

26Nous pouvons visualiser les intersections entre les différentes composantes de la conversation en ligne ainsi :

Schéma 1 – Modèle représentant la médiation dans les conversations en ligne Adapté de Lamy et Hampel (2007)

Schéma 1 – Modèle représentant la médiation dans les conversations en ligne Adapté de Lamy et Hampel (2007)
  • 9 Dans le cercle A, voici un exemple de circonstance qui ressortirait de la physiologie ou de l’étiol (...)

27La production de sens dans la conversation se fait grâce à la médiation du corps (cercle A), de la langue (cercle B) et de la technologie (cercle C).9 Les parties chevauchantes du schéma sont les lieux où les trois éléments du modèle se déterminent mutuellement, la zone D étant l’intersection la plus significative dans le cas qui nous occupe ici. Pour mieux comprendre la portée de l’adverbe mutuellement, il faut faire appel à un deuxième concept fondamental : celui d’affordance, et particulièrement d’affordance communicative.

28La notion d’affordance, qui désigne « les différentes possibilités et contraintes de l’environnement, donnant aux agents différentes options pour agir » (Lamy et Hampel 2007, p. 34-35), ne se comprend que comme une relation de réciprocité entre acteurs et environnement. C’est ce que souligne James J. Gibson, psychologue dont les recherches sur la perception visuelle sont à l’origine du concept.

An important fact about the affordances of the environment is that they are objective, real and physical, unlike values and meanings, which are often supposed to be subjective, phenomenal, and mental. But actually, an affordance is neither an objective property nor a subjective property ; or it is both if you like. […] An affordance points both ways, to the environment and to the observer. (Gibson cité dans Hutchby 2001, p. 27)

29Cette réciprocité se matérialise sous différentes formes. Les utilisateurs peuvent avoir un retour sur le développement de l’artefact (dans des cas de recherche-développement, ou en contexte Open Source). Mais cette réciprocité peut aussi se manifester par des comportements d’usagers qui rejoignent ce que Perriault (1989), en analyse des usages, appelle des « détournements productifs » : par exemple sur une plate-forme vocale dont la fenêtre de chat a été conçue pour l’assistance technique en cas de coupure du son, on peut observer que cette affordance est repensée par les usagers, qui réassignent cet outil à des fonctions socio-affectives (Lamy 2006, p. 134).

30La notion d’affordance n’a cependant pas immédiatement imposé son utilité aux analystes des conversations en ligne. Certes, les interactions par forum ou par chat ont fait l’objet, depuis l’ouvrage pionnier de Mason et Kaye (1989), de nombreuses études, à orientation sociologique ou didactique, appuyées sur des méthodes qualitatives empruntant principalement à l’analyse du discours et, un peu moins souvent, à l’analyse conversationnelle. Il est néanmoins significatif que dans sa monographie-état-de-l’art de ces deux méthodologies Wooffitt (2005) n’établisse pas de différence de principe entre une conversation en présence et une conversation technologiquement médiée, cette dernière n’étant représentée dans son ouvrage que par des études sur les conversations téléphoniques (Button 1987, Schegloff 1986, Schegloff et Sacks 1973, Whalen et Zimmerman 1990) et les émissions radiophoniques du type dialogue-avec-les-auditeurs (Hutchby 1996). Les travaux ultérieurs de Hutchby n’y sont pas évoqués, ils présentent pourtant un double intérêt.

  • 10 Il s’agit de « bots », soit de programmes informatiques qui maintiennent une conversation textuelle (...)
  • 11 That is, while designers may be said to have some control over the features they design into an art (...)
  • 12 The technology is to be seen in terms of its affordances, as they reveal themselves in and through (...)

31Le premier mérite de Hutchby (2001) est de rendre compte de contextes technologiques plus actuels : conversations humain-robot10, visioconférences collaboratives et chats. Mais surtout, cet auteur propose, pour la recherche sur les conversations technologisées, la notion d’affordance communicative. Hutchby désigne « les multiples possibilités actionnelles que l’artefact s’avère capable d’ouvrir à l’utilisateur » (Hutchby 2001, p. 123, nous traduisons).11 La technologie, selon lui, « doit se comprendre comme un ensemble d’affordances, qui se dévoilent dans et par les efforts que déploient les humains pour interagir avec l’artefact » (ibid., p. 146, nous traduisons).12

32Un exemple illustrera ce propos, celui des silences entre tours de parole dans les interactions en ligne. L’analyse conversationnelle nous apprend que des locuteurs en présence ou au téléphone interprètent le silence comme un signe de dysfonctionnement de la séquentialité des tours. En ligne, Hutchby montre que par rapport aux silences – ceux du système qui repousse de quelques instants une action pour des raisons purement processuelles, ou ceux de l’interlocuteur occupé à taper invisiblement sa réponse alors que l’on vient de lui adresser une question orale – il peut y avoir deux types d’orientation des locuteurs. Les contraintes de l’artefact peuvent être acceptées comme partie intégrante de la nouvelle organisation temporelle de l’échange dans ce média, ou au contraire méconnues comme telles. Dans le premier cas, la structure communicative attendue (en analyse conversationnelle classique) s’infléchit pour répondre aux besoins de la situation de médiation : une nouvelle signification est attribuée aux silences, permettant aux interlocuteurs de réinterpréter la prescription classique de réparation de la séquence dysfonctionnelle. Dans le second cas, le locuteur tente de remplir le silence par une réparation qui n’est pas techniquement audible par l’interlocuteur, ou qui n’est pas conversationnellement pertinente puisqu’il n’y a pas eu rupture de séquentialité. Les affordances communicatives des systèmes, dans ces deux cas, se révèlent à travers les comportements discursifs des uns et des autres, en même temps que les habitudes conversationnelles des locuteurs viennent nécessairement se reconfigurer face aux données matérielles et systémiques de la nouvelle situation.

33En somme, Hutchby propose que de nouvelles pratiques surgissent au point de contact entre les affordances communicatives des artefacts et les structures normatives du discours-en-interaction. Or, puisqu’entre les acteurs humains et technologiques, il y a toujours certaines relations d’affordance qui sont privilégiées par rapport à d’autres, l’être humain doit trouver des moyens de s’exprimer et d’interagir avec autrui, en fonction de ces affordances spécifiques. Et ceci donne souvent lieu à des changements dans les habitudes et les pratiques de l’interaction dans la conversation. Cette relation est illustrée dans le schéma ci-dessous (où les cercles et espaces renvoient au schéma 1, p. 16).

Schéma 2 – Modèle de la dynamique entre affordances communicatives, structures normatives et nouvelles pratiques dans l’interaction

Schéma 2 – Modèle de la dynamique entre affordances communicatives, structures normatives et nouvelles pratiques dans l’interaction

34Dans la plupart des contributions du présent ouvrage, il s’agira justement de décrire cette frontière entre nouvelles pratiques et structures normatives, et l’appropriation par les acteurs humains à la fois des outils et des pratiques discursives ou sémiotiques qu’ils induisent.

Les conversations en ligne faiblement multimodales

35Jusqu’à très récemment, la communication médiée par ordinateur (désormais CMO) a été principalement un phénomène écrit. Reprenant la notion de densité multimodale de Norris (2004), nous acceptons que l’écrit soit considéré comme multimodal, en ce sens que son décodage sémiotique fait intervenir des modalités non seulement linguistiques, mais également visuelles comme les binettes, le choix de la casse ou de la couleur, la disposition sur la page ou encore la longueur des fils de conversation. De telles ressources sont cependant de faible densité multimodale si on les compare aux ressources à la fois scripturales, visuelles et auditives que nous évoquons plus bas en utilisant l’expression « ressources fortement multimodales ».

  • 13 Par exemple, il est important de constater que la CMO n’est pas un genre monolithique mais plutôt u (...)

36En tout état de cause, les méthodes d’analyse traditionnelles sont longtemps restées centrées sur le texte comme objet d’étude. Pourtant, il est maintenant question d’identifier et d’adapter des méthodes d’analyse qui tiennent compte du graphisme, de l’audio, de la vidéo dans l’interaction. Herring (2004, 2007) est la première − et encore aujourd’hui la seule − à développer un cadre détaillé pour ce qu’elle appelle computer-mediated discourse analysis ou CMDA. Fondée sur les formes multiples de l’analyse du contenu, la CMDA vise à permettre l’identification et la description de tous les aspects de la CMO à partir d’observations empiriques, pour inciter les chercheurs à plus de précision dans la définition de termes comme identité, communauté, genre.13 La CMDA vise donc à traiter l’oral aussi bien que l’écrit et à traiter les influences sociales et situationnelles ainsi que les influences matérielles du média. Néanmoins, si la CMDA est prête à prendre en compte certaines réalités fortement multimodales, elle continue à s’occuper principalement du langage, notamment de l’écrit.

Les conversations en ligne fortement multimodales

37Comment la conversation est-elle infléchie par la survenue des visioconférences et plate-formes de tutorat incorporant la voix, l’écrit et certains outils graphiques ?

38Heath et Luff (1991) ont été parmi les premiers à identifier le problème et les conséquences de l’asymétrie communicative dans la communication médiée par vidéo. Par exemple, les gestes ou les regards ne réussissent pas toujours à attirer l’attention de l’autre, ce qui donne lieu à des mouvements exagérés ; une fois la communication commencée, les gestes et les regards des participants ne semblent pas toujours avoir les mêmes effets ou conséquences dans l’interaction. Heath et Luff ont observé des conséquences pour la performance verbale : quand un interlocuteur ne réussit pas à avoir une réaction à un geste (ou autre comportement) sa parole est souvent retardée ou même abandonnée. De plus, les techniques établies pour organiser la co-participation dans l’absence de contact visuel semblent moins bien fonctionner dans des contextes médiés par vidéo. Selon Heath et Luff, les participants sont sensibles au contact visuel de l’autre, mais l’impact de leur comportement non verbal semble problématique sur un écran qui uniformise tous les éléments pour produire une image globale et indifférenciée. Un geste n’est pas produit directement pour l’autre mais pour l’image de l’autre sur un écran ; celui qui fait le geste ne peut pas savoir comment son mouvement va apparaître du point de vue de l’autre et la dimension, la forme, et le débit du geste sont souvent transformés par la vidéo.

39Dans le contexte du travail, Velkovska et Zouinar approfondissent la notion d’asymétrie communicative et identifient l’asymétrie contextuelle comme propriété spécifique au dispositif visiophonique − une asymétrie due au fait que les participants n’ont pas un accès mutuel à certains éléments contextuels (documents, objets) qui sont potentiellement pertinents pour l’interaction (Velkovska et Zouinar 2007, p. 233-234). Spécifiquement, l’asymétrie contextuelle rend plus difficile l’intercompréhension, elle rend moins fluides les entretiens, elle limite les modalités d’interaction (puisque les participants ne peuvent plus voir ensemble) et donc accentue les asymétries relationnelles et interactionnelles.

40Licoppe et Relieu expliquent que les problèmes de mise en commun dans la situation d’une visioconférence résultent d’une fracturation de l’environnement. En fait, deux participants A et B donnent lieu à quatre environnements : l’environnement réel de la personne A ; l’image de cet environnement sur le moniteur de B ; l’environnement réel de B ; et l’image de celui-ci que voit A sur son écran (Licoppe et Relieu 2007, p. 14). Même si A et B ont l’impression de voir les mêmes choses, ce n’est souvent qu’une illusion qui peut donner lieu à des malentendus. En multipliant les représentations des contextes, la visiocommunication dissocie l’action de son environnement et donc risque de fragiliser la communication. De plus, il arrive que des interlocuteurs participent à plus d’une interaction à la fois, par exemple une conversation en ligne en même temps qu’une autre en face à face (Wasson 2006). Jones (2004), en étudiant la polyfocalisation chez des apprenants qui regardent de multiples fenêtres d’interaction sur l’écran en même temps qu’ils parlent avec des gens dans leur milieu immédiat, met en question la supposition que les apprenants sont « là », à leur clavier, dans des conditions idéales et prêts à profiter d’une expérience éducative en ligne.

41Comment faire face à ces obstacles ? De Fornel décrit les diverses stratégies compensatoires qu’utilisent les interactants pour ajuster leur communication non seulement en fonction des actions et réactions de leurs interlocuteurs mais aussi en fonction des contraintes techniques du dispositif pour créer un espace interactionnel partagé. Pour de Fornel, ce travail interactionnel opère une transformation double. D’abord, l’action conjointe des participants transforme le dispositif − l’objet technique − en ce qu’il appelle un « artefact interactionnel ». En même temps, l’interaction est transformée en « interaction-médiatisée-par-un-objet-technique » (Fornel de 1994, p. 128). Pour revenir à la discussion de Hutchby abordée ci-dessus, les pratiques et les normes d’interaction, ainsi que les affordances et le contexte de l’interaction sont tous transformés.

42Par exemple, Fussell, Kraut et Siegel (2000) ont constaté que les participants à des interactions médiées avaient souvent besoin d’élaborer davantage leurs messages (surtout par rapport aux déictiques). Ils soulignent l’importance de représenter le contexte hors champ où parfois ont lieu des actions importantes pour l’établissement de l’intersubjectivité (voir la contribution de Michel Marcoccia).

Le sens et la perception de l’espace virtuel : apports de la sémiotique sociale

  • 14 The study of the social meaning of the material placement of signs and discourses and of our action (...)

43Dans la sémiotique sociale, une théorie introduite par Halliday (1978) puis élaborée par Hodge et Kress (1988), Scollon et Scollon (2003) et van Leeuwen (2005), l’accent est mis sur la présence de l’usager dans les espaces de son environnement et sur le décodage qu’il fait des signifiants qu’il y rencontre. Le système susceptible de fournir des clés pour ce décodage est appelé géosémiotique par Scollon et Scollon, qui définissent ce terme comme « l’étude du sens social à donner aux signes, aux discours et à nos actions dans le monde matériel, en tant qu’ils entretiennent un rapport avec l’emplacement matériel qui leur sert de cadre » (Scollon et Scollon 2003, p. 211, nous traduisons).14 L’encadrement peut être visuel, mais aussi temporel, représenté par des pauses et des discontinuités de nature rythmique ou dynamique (van Leeuwen 2005). Pour ces raisons, la sémiotique sociale semble avoir aussi sa place dans l’analyse de l’élaboration du sens par les usagers des environnements multimodaux synchrones. Certaines modalités (vidéo) seraient-elles associées à des pratiques culturelles plus valorisantes que d’autres (chat) ? Comment les espaces (cadres, vignettes, fenêtres, espace privé du lieu de travail, espace public de l’écran partagé par tous, espace semi-public des échanges visibles uniquement par certains) structurent-ils l’écran et comment sont-ils perçus, exploités et transformés par l’usager pour créer du sens ? Quel est l’impact de ces représentations sur la dynamique cognitive et socio-affective des conversations ?

6. Présentation des contributeurs et des chapitres

44Concernant le choix des contributeurs, pour ce qui est de la France, appel a été fait aux deux coordonnateurs de l’ouvrage princeps Décrire la conversation, Jacques Cosnier et Catherine Kerbrat-Orecchioni, de façon à ce que puissent être rendus visibles les ruptures et les décalages entre conversation et conversation en ligne. Par ailleurs, nombre d’autres contributeurs français invités à participer sont issus de l’équipe de recherche lyonnaise d’analyse des interactions (Michel Marcoccia, Véronique Traverso, Hugues Constantin de Chanay). L’optique choisie a été de leur fournir l’opportunité de prolonger leurs méthodologies d’analyse sur d’autres terrains conversationnels que ceux qui leur étaient classiques. Somme toute, l’ouverture internationale revendiquée s’avère, certes, minime puisqu’elle ne concerne que deux articles dont l’un émane d’Europe et l’autre d’Australie (écrits dans la seule langue anglaise) mais elle exprime cependant la volonté des coordonnateurs de fonder, dès l’origine, une base de références théorique et méthodologique des nouvelles formes de conversation qui soit métissée et métissable. Nous allons maintenant présenter les différentes contributions de cet ouvrage.

45La première, de Jacques Cosnier et Christine Develotte, propose une approche éthologique compréhensive pour rendre compte des spécificités des conversations en ligne proposées à l’étude. À partir de l’analyse des éléments verbaux et posturo-mimo-gestuels, les auteurs pointent les principales différentiations par rapport aux macro-caractéristiques précédemment mises en évidence par Jacques Cosnier dans le corpus de conversations en présentiel de 1987.

46Anthony J. Liddicoat s’intéresse, quant à lui, aux moments stratégiques que sont dans des échanges en visioconférence poste à poste : le début, les interruptions de la parole et la fin de la conversation. Son objectif est d’étudier de quelles manières la dimension technologique de l’interaction se manifeste à travers la façon dont les participants interagissent.

47Dans leur contribution, Marie-Noëlle Lamy et Rosie Flewitt se penchent sur un moment de rupture potentielle, alors qu’un tiers fait inopinément irruption dans la conversation entre les deux partenaires. La trame qui guide Lamy et Flewitt dans leur description détaillée de ce bref épisode (6 minutes 41 secondes) est de rendre compte, en s’appuyant sur les analyses de la sémiotique sociale, de la collaboration multimodale qui s’instaure entre les deux interlocuteurs dans le but de clore l’épisode pour reprendre leur conversation.

48C’est au contexte spatial de l’interaction en ligne que s’intéresse Michel Marcoccia. Les conversations ayant lieu dans des espaces distincts (et souvent distants), quelle est l’influence de ces contextes spatiaux différents dans l’échange ? L’auteur présente différents phénomènes mettant en évidence ce qu’il appelle des « effets de site ». Il montre que dans certains cas les contextes spatiaux peuvent parfois devenir l’enjeu des échanges ou constituer un facteur de perturbation ou même encore être un élément déterminant de l’activité conversationnelle.

49La contribution de Véronique Traverso se concentre sur la gestion des chevauchements de parole. Ce phénomène, bien étudié pour la conversation et pour différentes situations de face à face, notamment dans le cadre de l’analyse conversationnelle, est central pour le fonctionnement de la parole en interaction, puisqu’il est directement lié à l’alternance des tours de parole, laquelle régit le partage de l’espace interactionnel. L’objectif de cette étude est d’examiner si la gestion des chevauchements présente des particularités dans le corpus étudié de conversations en ligne et d’identifier les caractéristiques du dispositif susceptibles de les expliquer.

50Hugues Constantin de Chanay a choisi d’analyser la gestion de leur éthos par les participants aux conversations en ligne, cherchant à mettre au jour l’adaptation ou non des interactants aux contraintes particulières imposées par le dispositif. S’appuyant sur une analyse interactive des regards et des sourires, il montre que la médiation technologique perturbe partiellement l’interactivité de l’échange, et amène les participants à défusionner les modes d’énonciations que sont le « dire » et le « montrer », ordinairement synchrones.

  • 15 Dans les deux indications de dates données, il est fait référence à la date de publication et non à (...)

51La dernière contribution est consacrée à une comparaison effectuée par Catherine Kerbrat-Orecchioni des conversations en présentiel (corpus de 1987) et des conversations en ligne (corpus de 2010).15 Partant d’une mise en parallèle des situations de production et de réception dans les deux situations, elle établit un bilan des similarités puis des différences observables entre les deux corpus sur le plan de la matérialité de l’interaction, de l’organisation et de la structuration de l’échange, des contenus échangés et de la construction de la relation interpersonnelle.

7. Conclusion

52La présence encore trop discrète de la CMO multimodale synchrone dans la littérature explique que nous manquions de repères pour construire les cadres susceptibles de structurer une méthodologie d’analyse des discours multimodaux en ligne. Cependant nous pouvons énoncer les conditions que de tels cadres auront à remplir. Par exemple, ils devront être compatibles avec une conceptualisation de l’interrelation entre les composantes du discours et la matérialité de l’environnement, qui en appelle à une notion comme l’affordance communicative, par laquelle Hutchby spécifie l’impact réciproque du contenu et de la technologie qui le véhicule. Ces cadres devront également accueillir une théorie du discours qui ne se contente pas d’attribuer les effets de sens à la seule linguistique mais prévoit aussi un rôle dans la sémiosis pour ce que Kress et van Leeuwen appellent les conditions de production, de distribution et surtout de design de l’environnement électronique grâce auxquelles la communication est médiée. Enfin, comme le montrent Scollon et Scollon pour les espaces où nous évoluons quotidiennement, ces cadres devront intégrer une théorisation des actes des usagers qui puisse rendre compte des valeurs et représentations à travers lesquelles ils vivent l’espace virtuel. Les conversations multimodales en ligne se multiplient dans la société (et plus seulement celle des adolescents rivés à leur ordinateur) ainsi que dans les contextes éducatifs. Les outils électroniques existent, qui permettent de les recueillir à moindre effort pour les analyser. Il est urgent d’asseoir l’analyse sur des bases théoriques forgées dans le débat. Avec le présent ouvrage, nous espérons avoir contribué à ouvrir ce débat.

Note méthodologique

  • 16 http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/cogeter/publications-jo.htm

53Cet ouvrage cherchant à avoir une fonction d’ouverture par rapport aux travaux scientifiques qui vont être menés dans les années qui viennent, nous n’avons pas jugé souhaitable d’harmoniser autant que la tradition aurait pu le juger nécessaire les termes employés par les différents auteurs. En effet, c’est un des effets de la situation historico-socio-scientifique actuelle que cette multiplication de lexèmes et il nous a semblé intéressant d’en rendre compte. Les paradigmes désignationnels ayant chacun leur origine et leur raison d’être pour leur auteur, il nous a paru quelque peu violent de demander à certains auteurs de se plier à ce qui n’est pour l’heure qu’une ébauche de standardisation lexicale en construction. Ainsi le lecteur trouvera différentes désignations pour référer à la partie textuelle de MSN : tantôt l’emprunt à la forme en anglais chat, tantôt la néographie tchat, tantôt encore le terme canadien clavardage. Concernant cet exemple précis, nous n’avons pas retenu l’expression dialogue en ligne, forme proposée par la Commission générale de terminologie et de néologie16, trop peu spécifique par rapport à notre objet de recherche.

54Précisons, pour terminer, que différents contributeurs ont recours aux abréviations suivantes : CP pour conversation en présentiel et CL pour conversation en ligne, et que les transcriptions n’étant pas établies selon les mêmes règles par les différents auteurs, les conventions figurent à la fin de chacune des contributions.

Notes

1 Notons que dès 1901, le sociologue Gabriel Tarde, préfaçant un recueil de ses articles regroupés sous le titre de L’opinion et la foule écrivait : « Une histoire complète de la conversation chez tous les peuples et à tous les âges serait un document social du plus haut intérêt […] propre à faire de la conversation comparée une véritable science. » (Tarde 1910, p. 30 ; l’auteur souligne)

2 Kerbrat-Orecchioni 1990, p. 8.

3 Tarde précisait : « distinguons aussi la conversation obligatoire − cérémonial réglé ou rituel − et la conversation facultative » et parmi la conversation obligatoire « l’obligation imposée à des particuliers de se torturer l’esprit pour ne rien dire ou pour se dire ce qu’ils ne pensent pas et ne pas se dire ce qu’ils pensent ». (Tarde 1910, p. 88) C’est à une « conversation obligatoire » que les étudiants, locuteurs apparaissant dans le corpus de cet ouvrage, ont été conviés à se livrer.

4 Cette situation était inspirée de l’étude princeps effectuée par Gregory Bateson et ses collaborateurs : The Natural History of an Interview dirigé par Norman Mac Quown et resté inédit, Chicago, Bibliothèque de l’université, collection microfilmée de manuscrits sur l’anthropologie culturelle, n° 95, série XV, 1971, p. 1-40.

5 Pour la distinction entre conversation « naturelle » et « provoquée » nous renvoyons le lecteur à la note 4 (p. 175) de la contribution de Catherine Kerbrat-Orecchioni.

6 Les dispositifs audiographiques synchrones sont également de plus en plus courants, ils sont plutôt utilisés en contexte éducatif pour permettre des conversations collectives dans le cadre d’interactions de type travaux pratiques.

7 Le corpus « Conversations en ligne » est référencé et consultable sur la base Corpus de LAngues Parlées en Interaction (CLAPI) [http://clapi.univ-lyon2.fr], rubrique « Consulter un corpus ».

8 Sauf, de façon contingente, pour l’un d’entre eux, voir la contribution de Marie-Noëlle Lamy et Rosie Flewitt.

9 Dans le cercle A, voici un exemple de circonstance qui ressortirait de la physiologie ou de l’étiologie du participant et serait non pertinent à la dimension technologiquement médiée de la conversation : un participant s’est foulé la cheville la veille. S’il en parle, la médiation linguistique sera en cause mais non la médiation technologique. Dans le cercle C, sont non pertinents à la dimension technologiquement médiée de la conversation la marque de fabrication, la couleur ou la localisation géographique des serveurs de WLM. Par contre leur état de fonctionnement l’est, car s’ils sont en panne, ils causeront une impossibilité de connexion. Ils causeront des difficultés de connexion qui inhiberont ou interrompront la conversation, voire l’empêcheront d’exister.

10 Il s’agit de « bots », soit de programmes informatiques qui maintiennent une conversation textuelle en répondant avec un semblant de logique aux messages d’un partenaire humain. Le « bot » le plus connu est « Eliza », créée par Joseph Weizenbaum en 1966.

11 That is, while designers may be said to have some control over the features they design into an artefact, and while they may have some idea about the range of uses to which the artefact should be put, they have little control over the artefact’s communicative affordances – over the range of things it turns out to enable people to do.

12 The technology is to be seen in terms of its affordances, as they reveal themselves in and through humans’ attempts to interact with the artefact.

13 Par exemple, il est important de constater que la CMO n’est pas un genre monolithique mais plutôt une constellation de genres reliés en partie à l’interface particulière (par exemple, messagerie instantanée, courriel, chat, blogs, jeux) et en partie au contexte social et culturel dans lequel s’insère l’acte de communication. Certains de ces genres sont associés avec la production de textes fixes (par exemple, sites web, courriel) et d’autres mettent l’accent plutôt sur les processus d’interaction et de communication (par exemple, chat, messagerie instantanée, visioconférence).

14 The study of the social meaning of the material placement of signs and discourses and of our actions in the material world.

15 Dans les deux indications de dates données, il est fait référence à la date de publication et non à la constitution du corpus lui-même (effectué deux ans auparavant dans les deux cas).

16 http://www.culture.gouv.fr/culture/dglf/cogeter/publications-jo.htm

Table des illustrations

Titre Image 1 – Interface pour les conversations en ligne
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Schéma 1 – Modèle représentant la médiation dans les conversations en ligne Adapté de Lamy et Hampel (2007)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Schéma 2 – Modèle de la dynamique entre affordances communicatives, structures normatives et nouvelles pratiques dans l’interaction
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search