Version classiqueVersion mobile

La vie du langage

 | 
Carita Klippi

9. Épilogue

Texte intégral

1Afin d’évaluer la véridicité de la construction historique de l’historiographe, il est nécessaire de prendre en considération la réception datée, à savoir la manière dont l’histoire de la linguistique s’écrivait au début du xxe siècle. En effet, les chaînes causales de la référence constituent autant de symptômes de la réception de la vie du langage selon Schleicher. La réfutation de Schleicher anime les linguistes dans leur recherche pour trouver de nouvelles bases à leur discipline et les motive à ouvrir d’autres pistes. En dépit de nombreux parallèles avec les sciences naturelles, la linguistique évoluait irréversiblement vers son autonomisation disciplinaire tout en prenant appui sur d’autres disciplines connexes. Si les implications du vivant n’étaient pas d’emblée admises par les linguistes, l’avantage des remous qu’elles suscitaient était d’ordre épistémologique. Les différends sur le statut de la linguistique parmi les sciences ainsi que sur la nature de son objet étaient loin d’être pernicieux pour la disciplinarisation de la linguistique moderne. Dans un bilan de la linguistique émergente pratiquée en France durant le demi-siècle précédent, Meillet avance dans son article « La linguistique » (1916 [1915]) des arguments en faveur de l’originalité de la linguistique de son pays par rapport aux autres folklores. En raison de la persistance de la tradition positiviste, les linguistes français s’en tiennent aux faits linguistiques. Même s’ils s’intéressent d’abord aux limbes de la préhistoire, les linguistes naturalistes s’inscrivent toutefois dans cette lignée méthodologique en ce qu’ils manifestent la volonté de contourner la barrière du temps par le recours à l’uniformitarisme. Dans le sillage du positivisme, Dauzat déplore que « malheureusement les linguistes perdirent beaucoup de temps et d’efforts à vouloir résoudre le problème de l’origine du langage, qui n’est pas de leur compétence : toute science fait fausse route quand, empiétant sur le domaine de la philosophie, elle prétend rechercher les causes premières des phénomènes » (Dauzat 1906, p. 10). La linguistique fait montre d’une aversion particulière envers la métaphysique rudimentaire en prétendant que toute connaissance prenne sa source dans l’expérience et non dans les idées innées. La linguistique doit être « phénoméniste » et ne pas « s’écarter des faits » (ibid., p. 11). Forts de cet empirisme, les linguistes français ont étudié, selon Meillet, la diversité du phénoménal linguistique sans simplifier l’histoire des langues en l’emprisonnant dans un corsetage schématique. De ce fait, ils ont remis en cause les concepts a priori et les catégories, telles que le dialecte, et examiné les faits seuls, c’est-à-dire les phénomènes historiques ou les traits dialectaux. Or, parallèlement, estime Meillet, la linguistique française se distinguait en mettant l’accent sur le sujet parlant et la communauté linguistique. À supposer qu’une théorie linguistique décrive la connaissance linguistique d’un sujet parlant, la description théorique tombe mal à propos si elle ne prend pas en considération le fait qu’un locuteur opère une idéalisation instinctive, à savoir qu’il présume que sa langue est identique à celle de la communauté dans laquelle il évolue et vit. La contradiction entre l’empirisme absolu et la démarche qui fait intervenir le commun des hommes sur la scène linguistique avec son savoir athéorique ne sera résolue que par la division de la linguistique en plusieurs branches. Une description théorique qui s’enracine dans les sciences naturelles dévoile qu’en réalité il existe une infinité de dialectes. Cette découverte séparera la linguistique de la phonétique. En revanche, si un linguiste accepte que l’homme fait une abstraction en construisant à partir du bruit phonétique un ensemble significatif – la langue –, un philosophe de la linguistique, à son tour, en invoquant le fait brut, débouche dans un nihilisme qui ne mène nulle part. L’histoire de la linguistique montre que la position du premier primera sur celle du second. En dernier lieu, pour montrer l’élément le plus original dans la pensée linguistique française, Meillet s’approprie un ressortissant suisse dont les racines intellectuelles plongent – partiellement – dans le sol français : Saussure a démontré que les faits linguistiques multiples constituent un système. La façon dont Saussure a amalgamé l’abstraction avec les phénomènes réels était, selon Meillet, sans précédent.

9.1 Pour une linguistique générale

9.1.1 Transdisciplinarité ou monodisciplinarité

  • 1 Il faut toutefois garder à l’esprit que cet éclatement est le principe conducteur des classificatio (...)
  • 2 À ce sujet, voir, par exemple, Sperber 2005.

2La distinction entre les sciences naturelles et les sciences humaines, qui s’est définitivement opérée à partir de la fin du xixe siècle, a eu pour conséquence de freiner, voire de bloquer, toute collaboration pluridisciplinaire. L’institutionnalisation de disciplines au sein de l’établissement universitaire a installé non seulement un clivage entre l’étude de la nature et l’étude de l’homme, mais petit à petit fit éclater le domaine de toute connaissance en fragments séparés et indépendants.1 Les sciences ont été scindées en groupes distincts qui n’ont plus pu s’alimenter les uns les autres par un échange de modèles (Wells 1987, p. 39). Auroux (1998, p. 137) observe que la conséquence malheureuse de la classification des sciences est une « radicale discontinuité aussi bien méthodologique qu’ontologique entre les disciplines ». Aujourd’hui, de nombreuses interventions2 traitant de l’interdisciplinarité, notamment de la part de représentants des sciences de l’homme, manifestent le désir de revenir en arrière, à une situation prédisciplinaire pour ainsi dire, afin de souligner que la coopération interdisciplinaire est une source d’innovation et un moyen d’échange d’idées et de modèles, propre à favoriser le rapprochement des sciences même sur le plan institutionnel au détriment d’anciens clivages. Aujourd’hui, la collaboration à travers les disciplines, ou transdisciplinarité, rencontre des obstacles pratiques, tels que le financement de recherches ciblées sur une discipline particulière, ou bien des obstacles théoriques dus à la disparité des références et des langages utilisés par des communautés scientifiques séparées. Une véritable « éducation scientifique à la carte », pour utiliser l’expression de Sperber, devrait être possible surtout là où l’intégration de perspectives serait salutaire pour résoudre un problème partagé.

3La langue, possession aussi bien du commun des mortels que de plusieurs disciplines académiques, constitue un problème partagé par excellence. Devrait-on admettre par là même que la langue est essentiellement à l’intersection des disciplines ? Ne serait-ce pas une erreur de vouer la diversité des phénomènes langagiers à une monodisciplinarité rigide ? En ce qui concerne la question de l’interdisciplinarité, la fin du xixe siècle ressemble à notre époque post-structuraliste, mais projetée à une échelle plus vaste, elle constitue une parenthèse entre deux époques de longueur inégale qui, grosso modo, s’occupent de la langue dans une perspective monolithique monodisciplinaire, celle de la grammaire. Or, prenant pour point de référence l’histoire des disciplines universitaires, parmi lesquelles figure la linguistique, on pourrait aller jusqu’à considérer que la monodisciplinarité constitue une exception entre deux époques interdisciplinaires. Dans ce travail, nous avons tenté de faire valoir les parenthèses et leurs ouvertures.

4Dans la préface de son ouvrage Le langage (1921), terminé dès 1914, mais dont la publication a été retardée à cause de la première guerre mondiale, Vendryes (1875-1960) dessine une panoplie de choix théoriques à la disposition de celui qui amorce une étude du langage :

[…] il peut y avoir divergence d’opinion sur la façon de concevoir [l’étude du langage]. Le langage est complexe : il touche à des disciplines variées et intéresse diverses catégories de savants. C’est un acte physiologique en ce qu’il met en œuvre plusieurs organes du corps humain. C’est un acte psychologique en ce qu’il suppose l’activité volontaire de l’esprit. C’est un acte social en ce qu’il répond à un besoin de communication entre les hommes. Enfin, c’est un fait historique, attesté sous des formes très variées, à des dates fort différentes, sur toute l’étendue de notre globe. (Vendryes 1923 [1921], p. 11-12)

5L’excès de choix entrave une vision intégrale de l’objet de la linguistique : si l’objet de la linguistique est source d’embarras, le linguiste échappe encore moins aux scrupules en ce qui concerne sa tâche. Ces hésitations sont propres à accentuer, encore une fois, l’épistémologie des points de vue. Vendryes regrette que « chacun de ces savants écriraient un livre qui pénétrerait dans la linguistique, mais qui aurait son point de départ en dehors de cette science et dont les conclusions se prolongeraient au-delà d’elle » (ibid., p. 12). Aussi Vendryes ne se risque-t-il pas dans une entreprise aussi « périlleuse » que serait la constitution d’une linguistique générale. Selon lui, derrière toutes les tentatives d’établir une linguistique générale réside l’idée qu’« il n’existe qu’un langage humain, identique en son fond sous toutes les latitudes » (p. 260). La réduction de la multiplicité à l’unité n’est possible qu’à condition que la linguistique générale englobe l’étude de toutes les langues du monde sous toutes les formes. Selon une démarche inductive, la généralité serait fondée plutôt sur le nombre des langues étudiées que sur une abstraction préalable des principes qui guident l’étude de la langue. D’une part, le besoin de donner à la linguistique une place légitime et autonome parmi les sciences, et d’autre part, le besoin d’une définition de la langue, satisfaisante sur le plan ontologique, font que les linguistes se trouvent devant une tâche presque insurmontable. Normand (2000, p. 470) écrit que « l’expression linguistique générale renvoie […] à deux entreprises différentes : de synthèse et de fondement. Cette dualité est liée à la double acception de général dans la réflexion théorique : généralisation à partir des données collectées ou généralités des principes de collecte de données ». Or, cette dualité n’est pas exclusive, mais complémentaire, voire circulaire. Le choix de s’arrêter au fait linguistique anéantit la possibilité d’embrasser la langue dans sa totalité ; privilégier la totalité au détriment du fait linguistique reconduit à l’impasse de la théorie pour la théorie.

9.1.2 La constellation d’une linguistique générale

6La linguistique générale pratiquée – et dominante – tout au long du xxe siècle constitue un horizon d’attente de l’émergence d’une discipline moderne. À la suite d’Itkonen (1978, 1983), nous proposons un schéma qui fait le tri dans la multiplicité des phénomènes linguistiques tout en privilégiant le point de vue de la langue, la meilleure plate-forme pour entamer l’étude linguistique selon Saussure. Une esquisse du champ de la linguistique pourrait idéalement être représentée sous la forme d’une constellation au centre de laquelle se trouve la théorie grammaticale, ou langue saussurienne, et dans la périphérie de laquelle s’organisent les phénomènes spatio-temporels sous les intitulés de psycholinguistique, sociolinguistique et linguistique historique (figure 21) :

Figure 21 – La constellation de la linguistique.

Figure 21 – La constellation de la linguistique.

7La place accordée à la théorie grammaticale rend ce modèle à la fois unificateur et réductionniste, du moins sur le plan méthodologique, mais favorise à la fois l’épistémologie des points de vue, suivant que l’on accentue les normes sociales, ou bien les occurrences spatio-temporelles. De la sorte, on pourra étudier soit le système linguistique, soit les mécanismes biologiques, psychologiques et sociaux responsables du comportement linguistique observable. La théorie grammaticale, ou linguistique autonome, recouvre les caractéristiques structurelles de la langue rassemblées sous les niveaux suivants : la phonologie, la morphologie, la syntaxe et la sémantique. La première occupation de la théorie grammaticale est de savoir quelle est la phrase bien formée de la langue L, ou alors, en termes pseudo-saussuriens, « l’étude de la langue en elle-même et pour elle-même ». La récurrence de cette expression est apparente dans plusieurs textes clés de la linguistique du xixe siècle. Pour faire justice aux auteurs authentiques de cette formule popularisée par le CLG, il faut citer Hovelacque (1877 [1876], p. 7) qui fait référence à l’ouvrage intitulé Die deutsche Sprache de Schleicher pour exprimer l’objet de la linguistique : « Il est tout différemment de la linguistique, dont l’objet unique est la langue elle-même, dont l’unique étude est l’examen de la langue en elle-même et pour elle-même. » À son tour, Schleicher a lui-même pris cette idée à Bopp. Cette phrase, exprimant une prédominance de la structure, résiste aux turbulences de l’empirique, ce qui prouve sa ténacité subreptice pour la linguistique en voie de disciplinarisation et d’autonomisation. Autour du centre de la constellation gravitent les domaines qui s’occupent des causes du comportement spatio-temporel. La psycholinguistique cherche à savoir comment on comprend, produit ou apprend les phrases de la langue L ; la sociolinguistique se pose la question de savoir comment on utilise la langue L dans différentes strates de la société, dans différentes situations ; et enfin, la linguistique historique étudie la question de savoir comment la langue change. Cette configuration accorde une place centrale à la théorie grammaticale, logiquement primordiale, car elle est implicite dans les formulations des domaines périphériques. Le cœur de la constellation de la linguistique s’est avéré incontournable sur le plan historique. L’histoire des sciences du langage consolide le rôle prépondérant de la théorie grammaticale en étayant le principe de conservatisme épistémologique formulé par Auroux :

La meilleure théorie épistémologique est celle qui permet de conserver le maximum d’acquis cognitifs produits par le développement historique de la connaissance d’un certain ordre de phénomènes et de faire place au maximum d’approches méthodologiquement différentes. (Auroux 1998, p. 224)

8Le cœur de la constellation est tolérant sur le plan ontologique – elle ne résiste qu’au nihilisme extrême qui refuse l’existence à la langue.

9.2 Le continu et le discontinu dans l’histoire de la linguistique

  • 3 Le terme a été forgé par P. Schmitter (1990).

9Dans quelle mesure peut-on affirmer qu’il y a une continuité dans l’histoire de la linguistique ? Un regard métahistoriographique3 sur le progrès de la réflexion linguistique est nécessaire pour répondre à cette question.

10Au début du xixe siècle, les philosophes de l’histoire évoquaient l’idée selon laquelle l’évolution historique serait progressive et tendrait vers un état de perfection. Cette conviction se traduit par le terme d’historicisme qui, plus tard, sera chargé de connotations négatives. Popper (1989 [1957], p. vi) résume le contenu de l’historicisme d’une manière concise dans sa critique du concept : « […] le cours de l’histoire humaine est fortement influencé par la croissance de la connaissance humaine. » Pour réfuter l’historicisme, Popper (ibid.) avance qu’il est impossible de prédire l’évolution future. En 1962, S. Kuhn lance un défi à la croissance cumulative et continue, en publiant The Structure of Scientific Revolutions. Kuhn postule que l’histoire de la science consiste en une alternance de périodes stables rompues par des innovations, voire des révolutions qui seraient à l’origine de nouveaux paradigmes scientifiques. Or, parce qu’il ne concerne que l’histoire des sciences naturelles, ce point de vue ne contente pas les historiens de la linguistique. Itkonen (1991, p. 326), parmi d’autres, conteste l’approche kuhnienne dans la mesure où celle-ci maintient la notion de progrès. Itkonen propose une alternative et émet la thèse selon laquelle l’histoire de la linguistique serait brève et homogène. Il démontre que le progrès scientifique est quasi inexistant dans l’histoire de la linguistique en mettant en parallèle les travaux réalisés d’une part par Pāṇini 400 ans avant J.-C. en Inde et, d’autre part, dans le cadre de la grammaire générative à partir des années 1960. Ce rapprochement est possible parce que l’objet de la linguistique est resté le même, c’est-à-dire la langue ou la théorie grammaticale, tandis que l’objet des sciences naturelles, par exemple celui de la mécanique, a changé depuis Aristote jusqu’à Newton (Itkonen 1991, p. 331). À partir de cette assertion, on pourrait inférer que la notion de paradigme nécessite un changement de l’objet d’étude.

11Outre la thèse d’Itkonen, on trouve celle de l’externalisme selon laquelle les facteurs préalables tels que le cadre sociologique, la technologisation, à savoir l’invention d’outils grammaticaux, jouent un rôle primordial dans le développement d’une science. Le contexte sociohistorique dans lequel se trouve un scientifique individuel permet ou empêche son accès à l’appareil intellectuel :

[…] la connaissance est un processus tout à la fois matériel, social, et collectif, jamais limité, enfermé ou produit par des compétences individuelles […]. Un individu isolé ne saurait être intelligent, non pas simplement que son intelligence manquerait à être développée (ce qui est une trivialité), mais plus fondamentalement parce qu’il n’aurait pas accès à la machinerie de l’intelligence. (Auroux 1998, p. 7)

  • 4 On devrait peut-être plutôt dire que l’institutionnalisation est une condition suffisante pour le d (...)

12Or, le progrès externe ne saurait toujours être proportionnel au niveau de développement de la science. Itkonen (1991, p. 13-14) estime que les outils techniques, comme l’écriture, peuvent rester contingents ; ce qui est le cas pour la grammaire de Pāṇini, transmise oralement. Nous pensons tout de même qu’en l’occurrence ces différentes convictions ne sont pas mutuellement exclusives, mais peuvent être conciliées. On peut considérer que la religion a été le cadre sociologique pour Pāṇini et que la récitation est un instrument de fixation dans une société orale. L’institutionnalisation peut favoriser le développement d’une science, mais comme le montre Itkonen, elle ne peut pas en être une condition nécessaire.4

13Le modèle discontinuiste radical emprunté à Kuhn est contestable si l’on adopte la thèse de la brève histoire de la linguistique. Même en adhérant à l’externalisme selon lequel le progrès scientifique serait le résultat accessoire du progrès matériel – c’est-à-dire que le progrès se ferait d’une manière lente et constante, au fur et à mesure que la société acquiert de nouvelles structures ou que la technologie se développe – l’adoption du paradigme discontinuiste ne serait qu’une négation de la valeur des achèvements précédents. Le traitement automatique des langues naturelles constitue la dernière innovation matérielle dans la linguistique actuelle, car elle est sans doute la seule à avoir entraîné un changement de grande envergure du point de vue externaliste. En revanche, cela n’a pas eu d’effet sur l’objet : le questionnement linguistique est resté fondamentalement le même. En outre, en considérant que le métalangage est un outil matériel, on renforce l’idée selon laquelle l’histoire de la linguistique est brève, car nous employons la même terminologie grammaticale depuis l’Antiquité. Auroux (1998, p. 12), en revanche, voit une étonnante longévité dans l’usage de la terminologie grammaticale, ce qui n’est que le revers de la thèse de la brève histoire de la linguistique. Qu’elle soit brève ou longue, cela revient au même, car beaucoup de concepts ont « un passé court, mais une longue histoire » (Nerlich et Clark 1996, p. 156). La continuité et la tradition des idées linguistiques semblent inébranlables. Pour faire une concession au modèle discontinuiste, on pourrait dire que certaines questions sont mises à l’écart tandis que d’autres sont mises en avant. Auroux (1980, p. 8-9) estime que « pour toute discipline, il existe une histoire sanctionnée et une autre oubliée », mais la linguistique, contrairement aux sciences naturelles, conserve l’intérêt théorique de ses états antérieurs. Il y a un constant recyclage des idées en linguistique. L’histoire de la linguistique consisterait donc en une alternance d’amnésie et d’anamnèse.

  • 5 Précisons qu’une fois les conditions externes remplies, on arrive à « l’usage de la tête », c’est-à (...)

14Itkonen (1991, p. 330) postule qu’il n’y a pas de connexion entre la théorie grammaticale et le progrès technologique. Cependant, en déplaçant le point de vue, on établira un lien entre la langue et la technologisation. Si on écarte la théorie grammaticale au bénéfice de la réflexion linguistique globale et si on considère que le progrès technologique peut provenir des sciences avoisinantes ou auxiliaires, on doit admettre l’existence d’un tel lien. C’est ce que l’on constate lors du rapprochement interdisciplinaire au xixe siècle, où les concepts d’un domaine servent d’outil technologique pour un autre. Toutefois, si l’on considère que les sciences adjacentes à la linguistique font partie du climat intellectuel, du Zeitgeist, notion défendue en plusieurs endroits par Koerner (voir 1989), il faut envisager que d’un point de vue strictement externaliste toute découverte qui n’est pas fondée sur le critère anhistorique de la rationalité – c’est-à-dire tout ce qui ne provient pas directement du cerveau d’un linguiste – peut être réduit en dernier lieu à l’externalisme, même ce qui est exprimé par le contenu des notions abstraites comme celle d’air du temps qui évoque la convergence de discours historisés.5

15On peut aisément adhérer à la thèse de la brève histoire de la linguistique lorsqu’on regarde l’ensemble de l’évolution de cette science. Mais dès qu’on entre dans les détails, on ne peut éviter la discontinuité et les paradigmes. Olga Amsterdamska (1987) introduit le terme école à côté du paradigme kuhnien permettant d’aborder l’histoire de la linguistique d’une manière plus minutieuse. La définition du paradigme quelque peu ironique d’Auroux (1980, p. 14) peut être étendue à la notion d’école : « […] on peut concevoir un paradigme comme un mixte de théorie et de “coterie” reposant sur un consensus de fait. » L’école, par contre, est définie par son rapport avec le champ de référence (Amsterdamska 1987, p. 9). On pourrait penser que pour Itkonen le champ de référence du premier plan est la linguistique autonome, l’objet de cette dernière étant toujours identique à lui-même. En revanche, les écoles partagent le champ de référence représenté par la constellation de la linguistique entière tout en adoptant de multiples positions, tout en empruntant divers courants, tout en se différenciant dans leur approche à l’intérieur de ce champ de référence. Celui d’Itkonen est, si l’on ose dire, essentialiste, alors que les courants se veulent constructivistes dans la mesure où c’est le point de vue qui détermine leur objet. Amsterdamska illustre bien ce rapport en faisant un parallèle entre l’Église et les sectes (ibid., 1987, p. 9-10). L’Église est le représentant de la continuité, alors que les sectes accentuent la discontinuité en émettant des voix contestataires.

16Lorsque la linguistique entre dans sa phase institutionnalisée, les divers points de vue constituent un coefficient de contradiction. À mesure que se multiplient les approches, faute d’agents unificateurs convaincants, le risque de contradictions internes à la discipline augmente. Le mérite d’Amsterdamska est de souligner que même les discontinuités ne se font pas d’une manière cohérente. L’évolution historique n’est pas abrupte et ne touche pas forcément de manière simultanée tous les éléments d’une discipline. Elle montre que les contradictions entre le cadre philosophique, théorique et méthodologique conduisent à la correction de la pensée en vigueur, mais que le déchargement des tensions ne traverse pas uniformément ces domaines. Pour emprunter la métaphore du puzzle forgée par Kuhn (1996 [1962], chap. IV), comparant la science normale à la reconstruction d’un puzzle, on pourrait dire que lors du changement paradigmatique on ne remplace pas une boîte de puzzle par une autre, mais que chaque boîte est incomplète ou contient des pièces d’une autre boîte ; ce qui aboutit à une image défectueuse. L’idéal normatif que représente l’image du puzzle complet sur la boîte reste un idéal réconfortant à atteindre.

17Amsterdamska propose différents types de divergences qui sont des facteurs interdépendants autour desquels se construit une école. Indépendamment de la définition de la notion d’école, il paraît utile de les garder à l’esprit pour une application plus ample, lorsqu’on pose le regard sur l’épistémè de l’époque étudiée ici :

La divergence philosophique consiste en une définition épistémologique et ontologique de l’objet de recherche.
La divergence théorique concerne l’explication d’un phénomène donné. La divergence méthodologique ou substantive implique le formalisme et l’appareil conceptuel, ainsi que les méthodes de recherche. La divergence substantive peut conduire à une nouvelle problématique, tandis que la divergence méthodologique accentue surtout l’originalité de la méthode. (Amsterdamska 1987, p. 10-13)

18Il faut ajouter que les écarts qui apparaissent entre ces domaines peuvent être de caractère inconscient et passer inaperçus aux yeux des protagonistes eux-mêmes, et ce parce qu’un idéal cohérent reste néanmoins le principe directeur dans l’esprit du scientifique. On court le risque d’un problème récurrent, à savoir la différence entre ce que le linguiste dit et ce qu’il fait effectivement. Itkonen (1991, p. 327) estime que deux paradigmes sont incompatibles et incommensurables au sens psychologique dans la mesure où une seule et même personne ne peut adopter à la fois les deux paradigmes. Mais si l’on garde à l’esprit les différents facteurs qui jouent un rôle à l’intérieur d’une école, il est possible d’observer une telle contradiction apparente. La construction d’un champ linguistique par la métaphore de la vie du langage démontre que l’attachement exclusif à l’ontologie de la langue, impliqué par une lecture littérale de la métaphore, ne concerne pas toujours la théorie ou la méthodologie, d’où la possibilité de de projeter l’image sur une chaîne causale d’anneaux. La discontinuité ne consisterait donc qu’en une élimination des contradictions. Dès lors, il semblerait que le progrès linguistique viserait à supprimer les écarts qui existent entre l’ontologie, la méthodologie et la théorie. Le rapprochement de ces facteurs aurait en quelque sorte pour effet secondaire d’entraîner, sinon un changement paradigmatique, du moins un déplacement du point de vue. Par la métaphore de la vie du langage on aboutit à un changement de perception et de perspective qui dans un tout autre contexte équivaudrait à un changement paradigmatique. On peut supposer que le champ des sciences du langage entre les deux siècles est suffisamment ouvert pour permettre les discontinuités, mais aussi suffisamment uniforme pour assurer la continuité. En conséquence, la cohérence intrinsèque d’un paradigme ne serait qu’un idéal vers lequel tend le progrès scientifique (voir Amsterdamska 1987, p. 15-16).

19Si on se contente de la définition de la notion de paradigme selon laquelle le paradigme est constitué d’une communauté scientifique dont les membres partagent les paramètres donnés, la métaphore de la vie du langage soulève plusieurs problèmes. Cette image est un paramètre partagé relevant du patrimoine commun d’une époque, d’une doxa, d’une épistémè, d’un Zeitgeist. Est-il alors légitime de parler de discontinuités quand on se déplace d’une interprétation de la métaphore à une autre ? Ainsi devrait-on plutôt dire que plusieurs paradigmes coexistent. Au lieu de parler d’un changement paradigmatique au sens strict du terme – sans parler d’une révolution – il serait alors plus juste de parler d’un glissement paradigmatique, ou bien d’un « écoulement » d’un paradigme vers l’autre, voire d’une interférence entre ces paradigmes. Les paradigmes coexistants en question ne font que s’identifier négativement les uns par rapport aux autres, en raison de différents contacts interdisciplinaires, qu’il s’agisse de contacts avec la sociologie, la psychologie ou avec les sciences naturelles. Or, il n’est pas du tout évident que la linguistique puisse fonder des écoles ou des paradigmes au sens sociologique et externaliste du terme, car les positions philosophiques, théoriques et méthodologiques restent relativement hétérogènes malgré certaines convictions communes. Afin de souligner la difficulté d’établir historiquement un paradigme, nous pouvons mettre en lumière une certaine relativité des paradigmes qui se dégage de la notion d’air de famille que Kuhn (1996 [1962], p. 45) lui-même emprunte à Wittgenstein. Les caractéristiques qui suscitent un air de famille sont inégalement partagées entre les membres d’une famille, en l’occurrence, les pratiques scientifiques d’une même famille scientifique. Par conséquent, l’air de famille n’implique pas qu’un seul et même scientifique ait toutes les caractéristiques de la famille, mais que l’ensemble des scientifiques les possède en commun, ce qui permet de dire que ces scientifiques sont issus du même paradigme. La pertinence de la notion de paradigme en linguistique n’est pas toujours bien sentie, car l’objet de la linguistique permet plusieurs points de vue, et donc plusieurs paradigmes parallèles. La linguistique de cette fin de xixe siècle vit une époque de transition dans la mesure où elle se cherche encore. Dans ces circonstances, les paradigmes et les écoles sont des constructions de l’esprit de l’historien. Les tableaux autour desquels s’articulent les avatars de la métaphore de la vie du langage ne constituent pas des paradigmes, mais des points de vue qui se discutent.

  • 6 R. Dawkins postule que les systèmes qui subissent une évolution peuvent avoir des réplicateurs héri (...)

20Ces discussions aboutissent à la notion de linguistique générale, qui selon Auroux (2000, p. 435) peut être qualifiée de « mal construite », car sa problématique ne fait pas consensus. Auroux arrive à cette conclusion en recensant les travaux à la charnière du xixe et du xxe siècle qui relèveraient de la linguistique générale. Il avance que « les linguistes vont commettre l’exploit inédit dans l’histoire de la pensée de faire reposer l’avenir de leur discipline sur l’idée mal déterminée d’une science ultime qui serait la clé de tous leurs travaux » (ibid. p. 436). En conséquence, le débat sur la nature de la langue et de la linguistique est loin d’être clos. Malgré un siècle de structuralisme, les questions reviennent sur la dialectique entre les catégories et la nature dynamique de la langue. Les linguistes reprennent également le débat sur la différence entre le théorique et l’empirique. Mais surtout ils réexaminent la question de l’origine du langage et des langues, ainsi que le rapport entre la linguistique et la biologie. « Toutes les similitudes sont dues à des répétitions », estime Tarde (1895 [1990], p. 28), et de ce fait, l’annonce de la mort de la vie du langage s’est avérée prématurée. L’histoire de cette métaphore révèle les gènes culturels, baptisés mèmes (Dawkins 1976 ; Blackmore 1999)6, qui se répliquent par des voies intersubjectives et s’infiltrent dans un réseau de communication de linguistes pour arriver jusqu’à aujourd’hui sous l’effet d’un atavisme sous-jacent. Les mèmes se transmettent sous des aspects novateurs ou déguisés, leur transmission par imitation n’étant jamais répliquée d’une manière identique d’un porteur à l’autre. Plutôt que d’une transmission génétique proprement dite, il s’agit de l’hérédité des caractéristiques acquises, fondée sur la nature dynamique des relations intersubjectives. Par cette transmission héréditaire et imitative, la métaphore de la vie du langage est une clef qui ouvre les serrures de toutes les portes, tant du monde physique, du monde psychologique que du monde social. Sa force discursive réside dans son aptitude sélective de transmettre les questions pérennes qui s’actualisent de temps à autre au sein de la communauté scientifique, mais qui ne semblent pas trouver une réponse définitive – autre que celle fournie par l’histoire de la linguistique.

Notes

1 Il faut toutefois garder à l’esprit que cet éclatement est le principe conducteur des classifications des sciences dont le but est de donner une présentation exhaustive de la connaissance humaine.

2 À ce sujet, voir, par exemple, Sperber 2005.

3 Le terme a été forgé par P. Schmitter (1990).

4 On devrait peut-être plutôt dire que l’institutionnalisation est une condition suffisante pour le développement d’une science. Nous pensons plus particulièrement aux disciplines qui remplissent les conditions externes d’une science dans le sens d’une activité institutionnalisée, mais dont la scientificité pour ce qui est de son objet et de ses méthodes reste parfois à clarifier. Les nombreuses classifications des sciences au cours de l’histoire montrent bien que la scientificité est un concept susceptible de changement.

5 Précisons qu’une fois les conditions externes remplies, on arrive à « l’usage de la tête », c’est-à-dire à la résolution des problèmes d’une manière cognitive.

6 R. Dawkins postule que les systèmes qui subissent une évolution peuvent avoir des réplicateurs hérités par un moyen biologique ou culturel. Les mèmes seraient des substances qui façonneraient notre esprit comme les gènes façonnent notre corps. La thèse de S. Blackmore est que l’homme ne serait qu’une machine dont se servent les mèmes égoïstes pour se répliquer.

Table des illustrations

Titre Figure 21 – La constellation de la linguistique.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search