Version classiqueVersion mobile

La vie du langage

 | 
Carita Klippi

7. La langue sur le vif

Texte intégral

1L’étude de la langue « sur le vif », pour utiliser l’heureuse expression de Dauzat (1906, p. 85), se rattache au programme paradoxal des néogrammairiens, qui tout en pratiquant une méthode en prônent une autre. En tant qu’adeptes de l’uniformitarisme selon lequel ce qui est actuellement possible dans la langue a dû aussi l’être dans le passé, les néogrammairiens invitent les linguistes à corroborer les lois phonétiques en recourant aux langues actuelles, et plus exactement aux dialectes où la vie du langage est un observable. Ils voient dans la dialectologie une possibilité de vérifier la validité du processus des lois phonétiques, sans quoi le linguiste devrait se résigner à ne prendre en considération que les extrémités d’une évolution attestées dans les documents écrits. Dans le cadre néogrammairien même, cet appel n’est pourtant resté qu’à l’état programmatique (Auroux 1979a, p. 159). On a vu plus haut (partie 4) que Darwin estimait que, par l’intermédiaire de la sélection artificielle, on peut tester la sélection naturelle en quelque sorte dans des conditions de laboratoire. L’étude de la langue sur le vif est « le travail de laboratoire de la linguistique » (ibid., p. 167) dans la mesure où l’hypothèse des lois phonétiques est soumise au test de la langue vivante – et ainsi confirmée ou infirmée. Mais en même temps, on pourrait estimer que les lois phonétiques se rapportent, au contraire, au processus de la sélection artificielle qui met en place les conditions idéales du laboratoire. Tout comme les éleveurs et les cultivateurs choisissent les meilleurs représentants de la race pour assurer une descendance idéale, les comparatistes et les néogrammairiens ont ennobli le point de départ et le point d’arrivée de la race linguistique. Le témoignage de la sélection artificielle ne suffit pas pour dire que dans les conditions naturelles la langue vivante obéit à un schéma causal simple, selon lequel un élément a devient l’élément b. La sélection artificielle confirme le principe chronologique irréversible de la flèche du temps, intrinsèque à ce schéma, mais ne constitue pas une image fidèle de la diversité du vivant. La conception homogène de la langue, qui surgit de la représentation discontinue du changement linguistique par les lois phonétiques, a tout d’abord été déterminée par la pratique, faute de documentation, et par la suite, elle est devenue un principe théorique qui surdétermine les faits. L’inconvénient immanent de ce schéma est que les linguistes imprudents s’exposent à une interprétation stricte de la réalité.

2Les dialectologues s’emparent du créneau des néogrammairiens. En recensant les études dialectologiques menées durant les cinquante années précédentes, Dauzat (1910, p. 45) écrit : « Nous ne croyons pas que la géographie linguistique doive sérieusement saper le solide édifice élevé par la rigoureuse méthode des néogrammairiens. Elle n’est pas une bolchevisation de la science. » Il est difficile de dire exactement ce que Dauzat entend par cette référence énigmatique à la scène politique de l’époque, mais on doit supposer que, selon lui, à l’intérieur de la linguistique – si ce n’est dans toute science – règne un certain relativisme qui veut que plusieurs opinions aient leur place sans que les unes évincent les autres. L’ancien régime n’est pas anéanti par l’intolérance d’un régime alternatif. En même temps, Dauzat est bien conscient du fait que le linguiste peut être dupe de ses constructions. Il tient à préciser qu’il ne faut pas croire qu’avec les simples correspondances soulevées par le schéma néogrammairien, on touche à la réalité des choses : cette réalité est infiniment plus complexe. Le « mirage phonétique » (Gilliéron et Roques 1912, p. viii) selon lequel l’élément b remplace l’élément a néglige, en effet, les chaînons manquants intermédiaires, et de plus, suppose une homogénéité du point de départ et du point d’arrivée. À l’égard du progrès scientifique, cette illusion a toutefois l’avantage d’ouvrir la voie à de multiples études de divers dialectes dont les résultats sont propres à défier ce schéma que les néogrammairiens ont posé. La dialectologie démontrera que le changement linguistique ne s’effectue pas dans les conditions de laboratoire qui nécessitent une épuration de l’hétérogénéité.

7.1 Le continu et le discontinu

3La langue sur le vif montrera qu’il est difficile d’appréhender quelque chose qui est continu, même si le continu représente la réalité ontologique. Elle démontrera que la science est fragmentaire et discontinue par nature. Soulevant une problématique majeure dans la perspective d’une épistémologie générale, la langue sur le vif s’inscrit donc dans une linguistique spatio-temporelle.

7.1.1 Le fondement philosophique

4L’esprit, tiraillé entre ces deux pôles – le continu saisi à travers la pensée, le discontinu appréhendé par les concepts –, a toutefois tendance à favoriser le continu au détriment du discontinu, à réduire les vicissitudes sous une unité explicative et identificatrice. La question du continu et du discontinu est l’une des plus fondamentales de la philosophie, et en même temps, un problème épistémologique majeur auquel font face toutes les sciences. Le besoin de faire le point sur la question se concrétise au début du xxe siècle sous la forme d’un ouvrage pluridisciplinaire de Jacques Chevalier dont le titre est éloquent dans sa simplicité : Continu et discontinu (1929). La parution d’un ouvrage amalgamant des domaines aussi multiples que les sciences mathématiques et physiques, la biologie et la linguistique est le symptôme d’un questionnement fondamental concernant la méthodologie, l’ontologie et l’épistémologie, qui coïncide avec le mûrissement ou les avatars de ces sciences. En nous inspirant de cet ouvrage, et notamment de l’article introductif de Chevalier, ainsi que de quelques témoignages philosophiques, nous allons passer en revue les fondements de cette question.

  • 1 Parménide dans Les présocratiques, Paris, La Pléiade, 1988, p. 243.

5Le problème du continu et du discontinu dérive d’une longue tradition philosophique qui remonte au Parménide et au Sophiste de Platon. Dans ces dialogues, Platon oppose un certain nombre de couples antithétiques, tels que le repos et le mouvement, l’un et le multiple, l’identique et le différent, rapports qui s’insèrent dans le continu et le discontinu. Les dialogues prennent leur justification dans les attitudes opposées vis-à-vis de la nature de la réalité de la philosophie naturaliste, notamment celles de Parménide (544-460 avant J.-C.) d’une part, et d’Héraclite (550-480 avant J.-C.) d’autre part, qui se posent la question de savoir si la nature est au repos ou si elle change continuellement. Selon Héraclite, l’unité du monde serait constituée d’un duel entre les forces antagonistes, l’un et le multiple, qui aurait pour résultat un mouvement perpétuel. L’identité de l’un des membres de ces dichotomies, qui ensemble constituent une unité, se définit négativement et différentiellement par ce que l’autre n’est pas : le continu est la négation du discontinu et le discontinu est la négation du continu (voir Platon, Sophiste, 259d-e). Prônant le changement et l’identification par le contraire, Héraclite arrive à une conclusion malheureuse en ce qui concerne la possibilité de la connaissance : rien ne peut être connu, si la connaissance même est sujette à une transformation perpétuelle ou définie d’une manière circulaire. En revanche, Parménide avance que le changement ne peut être appréhendé par l’esprit, et par conséquent, toute affirmation sur l’existence d’un changement omniprésent, du multiple ou de l’infini, serait trompeuse : « On ne peut connaître ce qui n’est pas, ni l’énoncer ; car ce qui peut être pensé et ce qui peut exister sont une même chose. »1 Pour arriver à ces conclusions, Parménide se réclame des paradoxes de Zénon qui nie l’existence d’une chose telle que le mouvement. Il convient de souligner avec Gregory Vlastos (1993, p. 216) que derrière ce paradoxe il y a l’intuition que les spécifications temporelles ne traduisent pas les intervalles, mais les points temporels, ce qui permet de dire qu’un objet en mouvement se situe dans un seul et même endroit à un moment donné comme on pourrait le dire d’un objet au repos. Pour projeter cette idée dans la pratique, Vlastos (ibid.) fait observer que lorsque nous disons qu’« un bateau avance maintenant à la vitesse de dix nœuds à l’heure », par le maintenant nous entendons « en ce moment », parce que notre dynamique ne peut pas traduire la notion de vitesse instantanée. Dans son dialogue Parménide (128d), Platon évoque également la position des pythagoriciens sur la question. À l’inverse des philosophes naturalistes, ces derniers prennent l’un pour point de départ : « […] le multiple vit caché, “enroulé” en l’Un » (Klein 2000, p. 45). Un exemple concret illustre cette idée : une droite constitue un continuum, mais cette même droite est constituée de points dont les intervalles sont insensibles, donc du discontinu. Selon Chevalier, les pythagoriciens défendent « la thèse de la pluralité de l’être [qui] pose […] le nombre des êtres comme fini, et tout ensemble comme infini, car on peut toujours en intercaler d’autres dans les intervalles » (Chevalier 1929, p. 10). Plus tard, dans ses antinomies, Kant, à son tour, reprend le flambeau. Tout ce qui relève de l’infini, comme le mouvement, le multiple, sont des idées transcendantales que l’esprit humain construit tout comme il construit les concepts finis qui ont trait au repos et à l’un. Par la constitution de son intellect, l’homme est condamné à un « anthropomorphisme » pour autant que les concepts finis et les idées infinies relèvent de la conceptualisation (ibid., p. 9). L’antithèse est annihilée, car l’infini se voit réduit à son opposé par des mots. Selon l’un des aspects anthropomorphes, l’homme est incapable de contradiction dans la mesure où il ne peut concevoir le continu et le discontinu à la fois, ce qui est propre à favoriser une construction dialectique qui sépare les deux pôles opposés, empêchant par là même une synthèse entre les deux. Chevalier en déduit que les oppositions existent entre les mots, non pas entre les choses (p. 10). On peut concevoir que la réalité représente un continuum, mais les tentatives d’étudier le continu par ses propres moyens sont vouées à l’échec.

6L’idée convergente qu’il convient de retenir de tous ces aspects de la même question est que les individus sont discontinus par nature, alors que ces mêmes individus entretiennent des rapports les uns avec les autres, constituant ainsi des continuités. Aussi l’un peut-il être considéré comme une sorte d’économie de la diversité. Du point de vue de la méthodologie des sciences, quelles que soient les prétentions ontologiques, on arrive au constat crucial que la science est fragmentaire et discontinue par nature. Or, en ce qui concerne la linguistique, ce constat n’est pas accepté d’emblée par tous. Les linguistes s’attardent sur deux positions : la première est le principe de non-contradiction, c’est-à-dire qu’un phénomène ne peut être continu et discontinu à la fois ; la deuxième relève du problème de la connaissance, à savoir comment appréhender le continu si ce n’est par ce qui est discontinu. En linguistique, ce qui est continu ne peut être pensé comme tel.

7.1.2 Les (dis)continuités spatio-temporelles chez Saussure

7Selon Saussure, le spatio-temporel se définit comme suit :

La langue se différencie dans le temps, et en même temps elle se différencie ou se diversifie dans l’espace. Une langue prise à deux dates différentes n’est pas identique à elle-même. Prise sur deux points plus ou moins distants de son territoire, elle n’est pas non plus identique à elle-même. Les deux choses, lorsqu’on veut avoir une vue exacte des événements, doivent toujours être considérées à la fois et de front. Mais nous sommes obligés de les séparer en théorie pour procéder avec ordre. (CLG/E 1974, p. 6, N 3281)

8En dépit de leur situation dans deux différentes dimensions, les phénomènes linguistiques temporels et spatiaux se retrouvent dans une problématique commune concernant, d’une part, l’ontologie continue de la langue, et d’autre part, sa méthodologie discontinue. Il ne s’agit pas de points de vue exclusifs, mais plutôt de deux modes d’être différents auxquels le scientifique doit faire face. Dans ces notes manuscrites, Saussure propose les dichotomies reliées au temps et à l’espace, rappelant ainsi les positions d’Héraclite et de Parménide : d’une part, le principe de continuité dans le temps vs le principe de la transformation dans le temps, et d’autre part, le principe de continuité dans l’espace vs le principe de la diversité dans l’espace (CLG/E 1974, p. 6, 8, N 3281). Les occurrences spatio-temporelles, ou phénomènes linguistiques, s’écoulent dans le temps et avec le temps, mais une fois parues elles sont aussitôt disparues dans l’insaisissable temporalité. Le temps, selon Saussure, à la fois agglutine les phénomènes, mais les met également en exergue. Saussure estime comme absolu « le principe de la transformation incessante des langues », car « il n’y a jamais en réalité un équilibre permanent, stable dans aucun langage » (CLG/E 1974, p. 8, N 3284) ; mais la transformation seule assure que l’on puisse appréhender la continuité. L’ontologie de Saussure peut donc se traduire par « un constructivisme héraclitéen », la langue étant en devenir constant (Amacker 1995, p. 20). Cette ontologie étroite que possède la langue avec le temps ne peut être compromise avec le « corset de force » de l’écriture qui cherche à arrêter et suspendre le mouvement (CLG/E 1974, p. 8, N 3284). L’immobilité de la langue n’est qu’un « sophisme » en vertu duquel on arrive aux apparences de vérité que traduirait tout essai de fixation (ibid.). Saussure illustre cette problématique en faisant référence à une idée ingénieuse qu’a eue un artiste russe d’arrêter momentanément le continu temporel :

Un original nommé Boguslawski a dernièrement fait annoncer dans une ville de Russie l’ouverture d’une exposition d’un nouveau genre : c’étaient simplement 480 portraits photographiques, représentant tous la même personne, lui, Boguslawski, et identiquement dans la même pose. Depuis vingt ans, avec une régularité admirable, le premier et le quinze de chaque mois, cet homme se rendait chez son photographe, et il se trouvait maintenant en état de faire profiter le public du fruit cumulé de ses labeurs. Je n’ai pas besoin de vous dire que si dans cette masse on prenait sur la paroi deux photographies contiguës quelconques, on avait le même Boguslawski, mais que si l’on prenait le no. 480 et le no.1, on avait deux Boguslawski. (CLG/E 1974, p. 8, N 3284)

9Le discontinu que présente la photographie n’est qu’un artifice technique en vue de rendre sensible ce que voile le continu à notre architecture conceptuelle. L’un vit donc caché dans le multiple (voir section 7.1.1). Outre la dimension temporelle, Saussure évoque également la dimension spatiale que l’homme appréhende avec autant de difficulté que la dimension temporelle, les coupures rendant l’espace plus maniable :

Imaginons-nous dans une ville une rue très longue ; on pourra discuter dans les conseils de l’édilité si on lui donnera dans toute sa longueur un nom unique ; par exemple Boulevard National ; ou bien si on divise cette rue en deux parties, Boulevard du Temple et Boulevard de l’École, ou bien en trois, Boulevard de X, de Y et de Z, ou enfin en dix, quinze fractions portant des noms différents. L’existence distincte de chacune de ces portions de rue est naturellement une chose purement nominale et fictive […] division arbitraire et conventionnelle […]. (CLG/E 1974, p. 11, N 3285)

10Utaker (2002, p. 145) estime que pour Saussure « il n’y a pas continuité d’un côté et discontinuité de l’autre ». Le continu et le discontinu ne constituent pas une dichotomie dont les termes s’excluent, mais plutôt deux alternatives perceptives complémentaires.

7.2 Le concept de la langue issue de la grammaire comparée

7.2.1 Le pouvoir de l’écrit

11Les conditions stériles de laboratoire mettent en évidence l’intervention déformante qu’a l’écriture sur la langue vivante. La conception de l’objet de la grammaire générale, qui travaille sur une entité figée, privée de vie, sous-tend aussi la conception de la grammaire comparée. La grammaire générale poursuit toute une tradition grammaticale qui repose sur « le triomphe universel de l’unité » (Dauzat 1906, p. 9), s’arrêtant ainsi sur l’autorité de l’écriture, et par voie de conséquence, sur celle des langues littéraires. À la suite de la grammaire comparée, la grammaire historique est à la merci de l’écriture, faute de documents oraux ; ce qui a eu pour résultat qu’involontairement la grammaire de l’évolution s’est laissé aveugler par le mot imprimé dans sa conception concernant la nature de son objet. Aussi n’est-il pas étonnant qu’avant le développement de la phonétique expérimentale, qui marque « une nouvelle date dans l’évolution de la linguistique », le linguiste « s’hypnotisa sur l’orthographe stérile, morte, factice » (Dauzat 1906, p. 9, 13). En réponse à ceux chez qui persiste l’idée qu’une « vie normale » de la langue ne peut exister sans écriture, Saussure s’emploiera à souligner dans ses cours de linguistique générale que la langue et l’écriture constituent deux systèmes de signes distincts dont l’un n’est qu’une représentation de l’autre (voir CLG/E [I], D 442, J 450) :

L’une n’est que la servante, l’image de l’autre, [qui] finit par prendre le rôle principal. C’est comme si une photographie d’une personne finissait par passer pour un document plus sûr sur la physionomie de cette personne. On accorde une plus grande importance à l’image qu’à la chose réelle. (CLG/E [I], III C 447, 449)

12Saussure va jusqu’à déclarer que la fixité de la langue causée par l’écriture n’est qu’un « mensonge » : « […] l’écriture met une unité factice à ce qui est échelonné dans le temps et l’espace » (CLG/E [I], II R 478-479). La langue vivante est réduite à des artifices par l’intermédiaire de l’écriture (CLG/E 1974, p. 8, N 3284). Du point de vue de la conceptualisation sensorielle, on comprend pourquoi l’homme privilégie ce qu’il saisit par l’intermédiaire de la vue au détriment de ce qui est appréhendé par l’ouïe : « […] c’est l’image qui paraît être la chose vivante, parce que fixe, tangible, visible, tandis que la parole est fuyante, aérienne, insaisissable une fois qu’[elle] a cessé de retentir » (CLG/E [I], D 481).

13La persistance dans la dialectologie de l’analogie schleicherienne – qui met en parallèle, d’une part, le botaniste et le jardinier, et d’autre part, le linguiste et le philologue – est propre à accentuer l’écart qui s’installe entre le témoignage de l’écriture et celui d’une langue vivante. Un échantillon d’études de la dialectologie montre qu’à l’instar des linguistes qui s’identifiaient au botaniste, c’est au tour des dialectologues de retourner dans la nature, pour ainsi dire, et d’entreprendre la cueillette de données au lieu de se contenter d’une documentation établie par leurs prédécesseurs :

Comprendrait-on qu’un botaniste étudiât les plantes dans un vieil herbier récolté par un autre, quand il peut aller faire lui-même la cueillette ? C’est pourtant ainsi qu’agit le linguiste lorsqu’il s’efforce de reconstituer des parlers vivants à l’aide de signes imparfaits. (Dauzat 1906, p. 7-8)

14Malgré les déboires épistémologiques indéniables de l’écriture, on ne saurait pour autant nier la valeur des documents écrits sans lesquels les lois phonétiques n’auraient jamais été formulées. Il existe un terrain qui réconcilie l’esprit du linguiste ou du dialectologue avec celui du philologue. Les matériaux morts que sont les textes en langues mortes permettent dans une mesure restreinte une étude de la langue vivante d’une époque révolue, à condition de garder à l’esprit certaines précautions :

Les langues mortes nous sont révélées directement par les textes, indirectement par les études critiques, les observations des contemporains et par le témoignage de sciences auxiliaires, telles que la métrique. […] Les remarques phonétiques des contemporains, qui seraient précieuses, sont rares et d’une interprétation difficile : elle ne doivent être acceptées qu’après une critique du témoignage de l’auteur, de sa véracité ordinaire, de son degré d’intelligence et d’éducation linguistique. Comme une grande partie de ces témoignages nous ont été transmis par l’écriture, leur critique se complique souvent d’une critique de texte. (Dauzat 1906, p. 36)

15Selon Saussure (CLG/E [I], II R 572), « il faut toute une éducation, même quand on est averti, pour voir la langue nue, non revêtue de l’écriture. Elle n’est pas une coquille, mais une guenille ». L’écriture n’est qu’un « moyen indirect » (CLG/E [I], II R 469) de traduire la langue vivante, sans pour autant prétendre qu’il s’agisse d’une traduction fidèle, d’une relation isomorphique entre la langue et l’écriture. Paul, outre-Rhin, avertit dans son Prinzipien der Sprachwissenschaft (1890 [1880], chap. XXI) qu’il ne faut pas confondre la langue avec l’écriture : le manque d’équivalence entre ces deux ordres est dû à un déséquilibre en vertu duquel la langue vivante traîne loin derrière elle la langue écrite. L’écriture n’a pas en quelque sorte le temps de se mettre à jour avec la langue. Pour Paul, la langue et l’écriture relèvent concrètement de deux ordres ontologiques distincts, car l’une ressort du continu, l’autre du discontinu : la langue a le même rapport avec l’écriture que la ligne avec le numéro. En soulevant la dichotomie qui oppose le continu au discontinu, la linguistique atteint la maturité suffisante pour comprendre l’interface entre l’ontologie et la méthodologie. Avant cela, les solutions sont aussi diverses que provisoires. Identifie-t-on la langue vivante à un cours ininterrompu de sons, ou bien à un système qui sur le plan ontologique ressemble à l’écriture ? Les éléments de réponse à cette interrogation seront escortés par une esquisse de réponse à la question persistante concernant le statut de la linguistique en tant que science.

7.2.2 Ergon ou energeia

16À une époque où les néogrammairiens ont déjà lancé le défi d’étudier la langue vivante, la voix réfractaire d’Adam s’élève contre la génération antérieure, contre un Müller, et par ricochet, contre un Humboldt, qui avant les néogrammairiens vantent, chacun à partir de leurs perspectives ontologiques différentes, l’objectif d’étudier le cours libre de la parole vivante, affranchie des règles de l’écriture ou de la grammaire. Adam a retenu du Grundriss der Sprachwissenschaft (1876-1888) de Friedrich Müller (1834- 1898) un passage qui met l’accent sur le problème de la définition de la nature de la linguistique en tant que science, et du même coup, de l’évaluation de l’objet de cette science :

Le langage humain n’est point un fait de race, mais bien un fait de nationalité, un fait social. Il suit de là qu’au point de vue de son objet, la linguistique est une science morale historique, et non une science naturelle. Au surplus, le langage n’est pas un organisme en soi comme les organismes naturels ; il est le produit incessant de l’activité humaine. En dehors de l’esprit humain il n’a point d’existence propre. C’est, ainsi que l’a dit Humboldt, une énérgéia et non un ergon. Si, dans ces derniers temps, l’erreur que le langage serait une science naturelle s’est propagée, cela tient à ce que la plupart des linguistes ont vu dans le langage un ergon. Pour comprendre cette assertion de Schleicher que « les langues vivent comme les organismes naturels », il faudrait confondre le langage véritable avec le langage littéraire fixé par l’écriture. (Adam 1882, p. 58-59)

17En évoquant la multiplicité des points de vue qui tourmentent la linguistique contemporaine, Müller condense dans ce passage dense et ambigu la problématique qui s’installe dans le concept de la langue vivante entre deux perspectives opposées, celle des sciences naturelles et celle des sciences humaines. L’ambiguïté qui s’en dégage est due à l’ontologie de la langue : Müller se focalise, d’une part, sur une ontologie sociale de la langue en raison du partage qu’en font les ressortissants d’une nation, mais d’autre part, il estime que la langue n’est qu’une construction psychologico-individuelle de l’esprit de l’homme. La transition de la dépendance raciale de la langue à une dépendance non moins problématique de la nation annonce une évolution en faveur du social et du communicatif, déplaçant ainsi l’accent du sujet qui subit sa langue au sujet qui la partage ou qui l’impose. La contrainte biologique se transforme au fur et à mesure en une contrainte sociale. L’opposition tranchée entre la conception de la langue en tant que parole vivante, qui existe au sein d’une communauté et au gré de l’esprit humain, et la conception de la langue en tant qu’organisme déterminé par la conformation anatomique de la race, avait déjà cherché une issue dans la distinction aristotélicienne entre l’ergon et l’energeia, reformulée par Humboldt :

Assumée dans sa réalité essentielle, la langue est une instance continuellement et à chaque instant en cours de transition anticipatrice. L’écriture elle-même ne lui assure qu’une conservation incomplète et momifiée, qui sollicite de toute urgence l’effort nécessaire pour retrouver le texte vivant. En elle-même, la langue est non pas un ouvrage fait [Ergon], mais une activité en train de se faire [Energeia]. Aussi sa vraie définition ne peut-elle être que génétique. Il faut y voir la réitération éternellement recommencée du travail qu’accomplit l’esprit afin de ployer le son articulé à l’expression de la pensée. En toute rigueur, une telle définition ne concerne que l’acte singulier de la parole actuellement proférée ; mais, au sens fort et plein du terme, la langue n’est, tout bien considéré, que la projection totalisante de cette parole en acte. Car, dans le chaos parcellaire de termes et de règles que nous baptisons couramment du nom de langue, nous n’avons affaire qu’à l’élément proféré par l’acte parlant et qui n’est réalisé que de façon incomplète, puisqu’il est besoin d’un nouveau travail pour y déceler la spécificité de la parole vivante et pour donner une image véritable de la vie de la langue. En disjoignant ainsi les éléments, on s’interdit précisément de reconnaître les valeurs les plus significatives, qui ne peuvent être perçues ou pressenties (ce qui prouverait, s’il en était besoin, que la langue proprement dite réside dans l’acte qui la profère et l’effectue) ailleurs que dans les enchaînements du discours. Tels sont les principes qui doivent présider à la recherche, si l’on veut appréhender l’essentialité vivante de la langue. Le découpage abstrait en mots et en règles n’est que bricolage sans vie, caricature de l’analyse scientifique. (Humboldt 1974 [1836-1839], p. 183-184)

18La postérité a voulu voir dans ce passage la source de la distinction saussurienne entre la langue et la parole, mais on n’en est pas encore là. L’intérêt incontestable accordé à l’usage de la langue recèle sa force créatrice. L’idée de la langue sur le vif qui se dégage de ce passage attend encore sa réhabilitation au moment où la grammaire comparée n’est que sur la voie de conquérir une « hégémonie » solide (Auroux 2000). Mais pour Humboldt, tout comme pour les comparatistes, l’ontologie de la vraie vie du langage serait génétique. Outre la macroévolution constatée dans le cycle typologique des langues, Humboldt prend également en considération la microévolution, c’est-à-dire la contribution d’un individu à l’évolution historique de la langue. Ainsi un texte écrit ne serait-il qu’une mise en pratique des possibilités de la langue vivante par un individu. Selon Caussat (1995, p. 286), la langue de Humboldt « ne se connaît que dans et par l’exécution qu’elle propose d’une partition qui s’écrit au moment où elle entre en œuvre ».

19Adam prend la défense de l’ergon au détriment de l’energeia d’un point de vue méthodologique. Il estime que le gouffre entre la langue parlée et la langue écrite, que certains désirent accentuer, ne devrait pas aboutir à des conclusions exagérées qui le rendraient infranchissable. On peut admettre que l’ontologie de la langue est faussée par l’écriture dans la mesure où elle a pour fonction de fixer la langue vivante, mais la caractéristique homo-généisante de l’écriture ne suffit pas encore pour compter la linguistique parmi les sciences naturelles qui opèrent avec des entités aux contours nets et précis, et ainsi présenter la langue comme un organisme. À l’époque où Adam écrit ces lignes, une cinquantaine d’années de grammaire comparée n’ont pu effacer le fait que la méthodologie prend le pas sur l’ontologie, en ce qu’elle ne peut pas se passer d’entités fixes, ni même nier le fait qu’elle a été confondue avec l’ontologie. Cette confusion explique aux yeux d’Adam le postulat de l’existence de la langue en tant qu’organisme vivant :

M.F. Müller ajoute que les langues ne sont point des organismes doués d’une vie propre comme les organismes naturels. Cela est vrai en ce sens que les langues naissent et meurent avec telle ou telle société. Mais si, durant leur vie, elles vont se développant et se dégradant ; si on les surprend, dans leur histoire interne, au point de vue de phonétique et morphologique, en voie de formation, puis de maturité, ensuite de décadence ; si elles s’assimilent les éléments étrangers introduits dans leur être ; s’il y a en elles une force latente dont l’action se fait sentir dans toutes les phases dans leur vie, et qui maintient leur individualité jusqu’au moment où elles cessent d’être parlées, il faudra bien reconnaître qu’elles constituent idéalement de véritables organismes. (Adam 1882, p. 62, nous soulignons)

20Malgré la référence aux idées porteuses de la vie du langage au sens littéral, Adam fait preuve d’une certaine clairvoyance épistémologique dans son évaluation de la méthode pratiquée par la plupart des linguistes en posant que l’idée de l’organisme linguistique a ses racines plutôt dans l’esprit du linguiste que dans le monde du vivant, bien que par une nécessité méthodologique on puisse faire un rapprochement avec les espèces naturelles : « quand le linguiste groupe les langues par familles, il considère les langues en elles-mêmes comme autant d’erga […] ; il fait abstraction du temps, de l’espace, de l’histoire, de la géographie, en un mot de tout ce qui n’est pas la langue elle-même » (ibid., p. 60-61). Par ailleurs, quel que soit le but de la recherche linguistique, une classification généalogique ou typologique, cette attitude méthodologique vis-à-vis de l’objet ne saurait en être extraite. Pour Adam, « la linguistique a pour objet, non le langage en soi, l’énérgéia, mais les langues, les erga » (p. 61). Malgré les apparences atomistes, la grammaire comparée, qui semble s’occuper du changement du particulier, conçoit la totalité de la langue en tant qu’ergon, en tant qu’entité bien délimitée ou en tant que système « où tout se tient ». Ainsi Adam apparaît-il comme le porte-parole de l’épistémologie de la grammaire comparée.

7.2.3 La langue souche

21Il a été constaté que le comparatisme linguistique plonge ses racines dans le comparatisme de l’histoire naturelle. Selon le principe de corrélation, cher à Cuvier, la conformation des êtres obéit à des règles strictes qui lient entre elles les parties du corps. Malgré l’abandon du naturalisme littéral, la notion organiciste recouvre non seulement les organismes vivants mais aussi les systèmes en ce que, dans les deux cas de figure, les parties d’une structure sont liées à un tout. Le passage de l’organisme au système tisse un réseau d’analogies qui démontre que le système n’est qu’une extension sophistiquée de l’organisme. Ainsi, selon Anttila :

  1. l’objet d’étude peut être considéré comme un tout unitaire ;

  2. le tout unitaire est disposé dans un complexe différencié qui permet de distinguer la relation des parties à un tout ;

  3. les parties sont des éléments qui contribuent à remplir le but en fonction duquel le tout disposé est prédéterminé. (Anttila 1989, p. 392)

22Ainsi, à travers l’idée d’un tout unitaire que constitue une structure, l’organicisme s’introduit-il subrepticement dans la notion de langue issue de la grammaire comparée. De même, la démarche de la méthode comparée de reconstruire une langue souche reproduit l’idée que tout se tient dans un organisme. Du côté de l’histoire naturelle, la reconstruction obtient le statut d’une entité référentielle, mais du côté de la linguistique cette question est plus problématique. Même si les comparatistes semblent montrer « une foi relative dans ces reconstructions » qui se font par l’intermédiaire de la méthode comparée, ils « sont amenés à la fois à souligner le caractère hypothétique des reconstructions, et à proclamer néanmoins le caractère scientifique et fiable de la méthode et de ses résultats » (Reichler-Béguelin 1994, p. 20). Si la reconstruction de la langue souche convainc sur le plan méthodologique, elle ne gagnera pas forcément le statut d’une langue à part entière sur le plan ontologique. Aussi, lorsque l’on évalue le concept de la langue de la grammaire comparée, constate-on l’établissement de camps opposés selon les convictions épistémologiques. La grammaire comparée des langues indo-européennes s’est donné pour tâche de reconstruire la langue souche, réelle pour les uns, hypothétique pour les autres. Marie-José Reichler-Béguelin (1994, p. 53) distingue, d’un côté, l’école réaliste ou substantialiste selon laquelle la méthode comparative « aboutit à la restitution des formes “phonétiques” complètes et concrètes […] assignables […] à l’idiome d’origine », et de l’autre, l’école formaliste ou algébriste qui estime que la « forme reconstruite est à considérer comme une synthèse d’affirmations abstraites portant sur des parties de mots, comme une formule toujours révisable résumant un faisceau de conjectures, formule dont rien ne permet d’affirmer avec certitude qu’elle a été un jour pourvue, telle quelle, d’existence linguistique ». Quelle que soit l’épistémologie adoptée, la conception de la langue souche de la grammaire comparée, pour fragmentaire et inachevée qu’elle soit, représente une conception synchronique de la catégorie de langue. Ce genre de catégorie peut facilement occuper la place du nœud de l’arbre généalogique, ce qui explique son identification avec une entité naturaliste (Auroux 1996, p. 289). Sans s’adonner à un balisage systématique de la matière, citons quelques postures qui oscillent entre « les tentations cratylienne ou logiciste » (Reichler-Béguelin 1994, p. 62) quant au statut de la reconstruction à partir de la réception de Schleicher et du Mémoire de Saussure.

7.2.3.1 La réception de Schleicher

  • 2 Il est symptomatique que, à une époque où la nécessité du changement linguistique est déterminée pa (...)

23L’école réaliste se définit également comme schleicheriste. En 1868, Bréal estime dans sa préface de la grammaire de Bopp que « le travail de restitution [de l’indo-européen] par la pensée n’est pas aussi conjectural qu’il peut le sembler à première vue, car le langage, étant l’œuvre instinctive des peuples, laisse au hasard une part moins grande que la distraction des copistes ».2 Pour appuyer le réalisme et la viabilité de la restitution, Bréal fait référence à la tentative de Schleicher de faire ressusciter non seulement le système de la langue indo-européenne, mais aussi son usage :

[…] la langue indo-européenne n’est pas une pure conception idéale, mais on peut la reconstruire. M. Schleicher s’est récemment complu à écrire un apologue dans cette langue antéhistorique. Il a pris soin de ne mettre dans ce morceau […] que des mots et des flexions grammaticales dont le témoignage des différentes langues de la famille atteste l’antiquité et permet de conjecturer la forme. (Bréal 1868a, p. 119)

  • 3 « Ein Fabel in indo-germanischen Ursprache », Beiträge zur vergleichende Sprachforschung, n° 5, 186 (...)

24Même si la langue reconstruite reste à l’état fragmentaire, on lui octroie le statut d’une langue à part entière. La hardiesse de Schleicher allant jusqu’à écrire une fable en indo-européen reconstruit3 témoigne que la comparaison des langues apparentées donne des résultats ontologiquement valides, et non pas des fictions conceptuelles. Le présupposé de l’existence de l’indo-européen en dit long sur le pouvoir de la méthode comparée, mais aussi sur le prétendu positivisme des auteurs qui y croient. Sans pour autant faire de Schleicher une incarnation de la métaphysique linguistique, on ne peut nier cet aspect de sa théorie (voir partie 4), même si l’autoévaluation que fait Schleicher de sa propre adhésion à la méthode positive ne laisse aucun doute sur le fait qu’il croit vraiment travailler sur une entité concrète. La reconstruction du proto-indo-européen a déterminé pendant longtemps la place de Schleicher dans l’histoire de la linguistique, place qui n’est pas toujours à son honneur. Or, avant de jeter la première pierre à la linguistique schleicherienne, il convient de garder à l’esprit les termes réconciliateurs d’Hovelacque à propos du rôle de Schleicher :

[…] chose rare parmi ses compatriotes, [il] était un esprit parfaitement dégagé d’aspirations métaphysiques. Il avait traversé, comme tant d’autres, les écoles transcendantales ; comme tant d’autres, il avait suivi les docteurs de théurgisme et de l’hyperphysisme, mais leurs fantaisies n’avaient pu séduire cette intelligence positive et peu disposée à se payer d’emphatiques et de vaines paroles. Schleicher était l’homme de l’expérience, l’homme de la méthode. C’est à lui le premier, comme on le sait, qu’il échut de dresser le code général de la phonétique et de la structure des langues indo-européennes. (Hovelacque 1877 [1876], p. 6)

25La postérité n’a pas toujours montré la clémence que témoigne Hovelacque vis-à-vis de son maître. Quelques décennies plus tard, les éloges se feront plus discrets. Même Bréal reculera par rapport à sa position initiale : malgré le grand respect qu’il porte aux connaissances linguistiques de Schleicher, il ne partagera pas ses idées naturalistes. Faisant référence aux ouvrages de Schleicher dont il a lui-même préfacé les traductions, il déplore qu’en un si « mince volume […] il y [ait] autant de paradoxes […] sur l’origine et le développement des langues » (Bréal 1897, p. 4). Il dit à propos de Schleicher que « cet esprit habituellement si clair et si méthodique, ce botaniste, ce darwinien, y trahit ces habitudes de pensée qu’on aurait plutôt attendues chez quelque disciple de l’école mystique » (ibid.). Bréal dénonce la conception de la période antéhistorique de Schleicher, dont la source résiderait dans l’œuvre de Hegel, car « la perfection des langues […] située bien loin dans le passé, antérieurement à toute histoire » ne constituerait qu’une projection d’une image idéalisée sur une période à laquelle on n’a aucun accès scientifique (p. 5). L’imagination est l’outil qui permet la construction des langues d’un passé lointain de la période mythique, à jamais révolue. L’imagination profite également à la conception de l’indo-européen qui est la dernière trace accessible par une reconstruction historique : sa reconstruction aboutira donc, non seulement à un résultat réaliste, mais démontrera également que la langue aura perdu la meilleure partie d’elle-même au cours de l’histoire. Dans le domaine historique où l’induction se tourne, en réalité, en abduction, le scientifique ne saurait toujours éviter les extravagances auxquelles l’abduction peut ouvrir la voie. L’abduction donne, il faut l’avouer, également des explications sinon erronées, pour le moins incertaines. C’est au scientifique d’être vigilant face aux engagements ontologiques hâtifs que la méthode induit. Ce qu’exprime Saussure dans ses notes au sujet de Schleicher en dit long sur sa réception ultérieure :

[…] lorsqu’enfin [la science linguistique] semble triompher de sa torpeur, elle aboutisse à l’essai risible de Schleicher, qui croule sous son propre ridicule. Tel a été le prestige de Schleicher pour avoir simplement essayé de dire quelque chose de général sur la langue, qu’il semble que ce soit une figure hors pair encore aujourd’hui dans l’histoire des études linguistiques, et qu’on voit des linguistes prendre des airs comiquement graves, lorsqu’il est question de cette grande figure […]. Par tout ce que nous pouvons contrôler, il est apparent que c’était la plus complète médiocrité […]. (CLG/E [I], N 52)

26Dans son deuxième cours de linguistique générale, Saussure adoucit toutefois ses propos et rend à Schleicher la place qui lui revient : « [Schleicher] chercha presque seul à codifier la science fondée par Bopp, et seul il eut un coup d’œil assez long pour avoir des vues d’ensemble. Aujourd’hui, ces vues ne nous satisfont plus, mais il y a une tentative vers le général et le systématique » (CLG/E [I], II C 53).

7.2.3.2 Le Mémoire de Saussure

27Le truchement le plus célèbre de l’école formaliste est sans aucun doute le mémoire de maîtrise de Saussure, le Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes (1878) qui a valu à son auteur, dès son jeune âge, un renom parmi les indo-européanistes. À la suite des travaux de Brugmann et Osthoff, Saussure ouvre la voie à l’abstraction des descriptions en contournant les phénomènes de surface que l’on trouve dans les séries de correspondances. Pour qu’un linguiste puisse élever le niveau d’abstraction et faire des prédictions sur la nécessité d’existence de certains éléments afin d’expliquer pourquoi les séries de correspondances ne sont pas suffisantes, il doit prendre en considération tout ce que les systèmes et les sous-systèmes attestés fournissent comme indices. Afin de démontrer la cause d’une apparente exception dans le système vocalique des langues indo-européennes, Saussure s’appuie sur l’information offerte par le système d’ablaut, et, en se fondant entièrement sur un calcul purement formel, il arrive à administrer des preuves théoriques convaincantes de l’existence des phonèmes abstraits dans la langue souche. Ces phonèmes abstraits que Saussure nomme coefficients sonantiques, ayant une certaine influence sur la voyelle précédente, sont propres à expliquer l’exception visiblement attestée. Par la suite, la méthode qui compare les irrégularités du système à nombre de cas réguliers afin d’arriver à déduire la cause régulière de ces aberrations se nommera reconstruction interne. Cette démarche indique que, pour Saussure, la reconstruction d’une langue souche est un exercice rationnel dans lequel l’existence référentielle n’est pas la première préoccupation. Par un heureux concours de circonstances, la viabilité référentielle d’un sous-système vocalique a été ensuite confirmée sur le plan empirique grâce au témoignage du hittite ; ce qui prouve la pertinence historique de la méthode.

  • 4 Par rapport au Mémoire, la conquête novatrice du Cours est réalisée dans le domaine de l’ontologie (...)

28La reconstruction qui court-circuite un empirisme simple exerce une influence sur la conception que Saussure adoptera par la suite quant à l’objet de la linguistique. Si l’on fait abstraction du fait que, malgré tous les efforts de reconstruction, le système de l’indo-européen reste lacunaire et fragmentaire, on s’aperçoit que du point de vue méthodologique, la langue souche du Mémoire est identique sur plusieurs points à la langue du Cours. Le Cours poursuit le programme initié dans le cadre de la grammaire comparée. Godel (SM, p. 24) estime qu’à comparer les deux dates du Mémoire et du Cours, on est tenté de penser qu’une évolution assez naturelle, aidée par les circonstances, a mené Saussure de la grammaire comparative à la théorie du langage, et que les cours de linguistique générale sont l’aboutissement ultime de recherches commencées et poursuivies dans un domaine plus particulier.4 Le nœud de la langue souche que l’on place dans un arbre généalogique traduit un état synchronique, un état en équilibre, une coupe transversale du continuum temporel. Sur le plan descriptif, la langue souche est un système fermé où tout se tient, un système qui ne communique pas avec son entourage. Elle est isolée de toute considération concernant le contexte culturel, et partant, fait abstraction de toute hétérogénéité qui pourrait en être issue. En raison de son ancrage dans la méthode comparée, la langue souche est arbitraire. Elle est un calcul, elle est de la pure forme, car les signes reconstruits sont relationnels et différentiels les uns par rapport aux autres (voir Koerner 1985, p. 329). Dans le Cours (CLG/D, p. 168), la langue est comparée à une algèbre, qui n’aurait que des termes complexes. Dans son Introduction à la grammaire historique de l’allemand et de l’anglais (1910-1911), Saussure fait observer qu’en raison du caractère différentiel des éléments phoniques d’une langue, on pourrait se contenter de les désigner par des numéros (SM, p. 27). Le premier paragraphe du Mémoire donne la preuve que la notion de système est la clé de voûte de la pensée saussurienne depuis le début :

Étudier les formes multiples sous lesquelles se manifeste ce qu’on appelle l’a indo-européen, tel est l’objet immédiat de cet opuscule : le reste des voyelles ne sera pris en considération qu’autant que les phénomènes relatifs à l’a en fourniront l’occasion. Mais si, arrivé au bout du champ ainsi circonscrit, le tableau du vocalisme indo-européen s’est modifié peu à peu sous nos yeux et que nous le voyions se grouper tout entier autour de l’a, prendre vis-à-vis de lui une attitude nouvelle, il est clair qu’en fait c’est le système des voyelles dans son ensemble qui sera entré dans le rayon de notre observation et dont le nom doit être inscrit à la première page. (Saussure 1921 [1878], p. 3)

7.2.4 La limite de la méthode comparative

29Le fait que la méthode comparative travaille sur des systèmes de langues apparentées conduit la grammaire comparée à une impasse dans la mesure où elle est entièrement à la merci du témoignage des langues attestées. Meillet estime ainsi dans son Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes que la méthode comparative qui englobe les séries de correspondances et la reconstruction interne à partir d’indices fournis par les systèmes existants constitue une limite historique absolue au-delà de laquelle une science positive ne saurait tendre (voir section 4.2.1.2.1 sur l’omnicomparatisme) :

Compte tenu des traitements particuliers à chaque langue, un phonème [en l’occurrence] indo-européen est défini par un système de correspondances. Le nombre de ces systèmes indique le nombre minimum de phonèmes indo-européens distincts. Si l’indo-européen en a distingué d’autres, la grammaire comparée n’a aucun moyen de les déterminer et n’a d’ailleurs pas intérêt à le faire […].
Une difficulté grave résulte […] de la méthode même. Une forme d’une langue historiquement attestée ne peut passer pour sûrement ancienne et que si elle n’est pas susceptible d’avoir été faite en vertu du système général de la langue où elle est attestée. (Meillet 1964 [1903], p. 44, 46)

30Pour cette même raison la méthode comparative exclut toute spéculation concernant l’origine de la langue, car « la grammaire comparée ne fournit pas de lumière sur les commencements du langage ». Les visions initiales auxquelles se prêtait la première grammaire comparée ont été anéanties par une vue centrée sur les possibilités de la méthode :

On s’est longtemps imaginé que l’indo-européen était une langue primitive : on entendait par là que la grammaire comparée permettrait d’entrevoir une période « organique » où la langue se serait constituée et où sa forme se serait établie. Mais l’indo-européen n’est pas par rapport au hittite, au sanscrit, au grec, etc. autre chose que ce qu’est le latin par rapport à l’italien, au français, etc. : la seule différence est qu’il n’existe pas encore de grammaire comparée qui renseigne utilement sur le pré-indo-européen […]. On n’aura le moyen d’expliquer historiquement l’indo-européen qu’après en avoir démontré la parenté avec d’autres familles de langues, avoir posé ainsi des systèmes de correspondances, et par ce moyen, avoir pris une idée de la période pré-indo-européenne. (1964 [1903], p. 49-50)

31La méthode comparative entre les langues-souches reconstruites des familles indo-européenne, sémitique, bantoue et finno-ougrienne est en principe possible à l’époque où écrit Meillet. Une vingtaine d’années auparavant, Adam émettait encore quelques réserves concernant l’universalité de la classification généalogique qu’il conçoit comme une raison d’être de la linguistique en tant que science :

Si le principe de la classification généalogique n’est pas applicable à toutes les langues, la linguistique est une science sans avenir, une science mort-née. Mais, en fait, le nombre des familles dès aujourd’hui constituées contredit [cette assertion]. […] Il y a sans doute encore beaucoup à faire pour que ces familles soient déterminées aussi complètement que les grandes familles aryennes et sémitiques. Les documents historiques font défaut, le nombre des travailleurs est restreint ; cependant la science fait d’année en année des conquêtes ; les efforts vont se multipliant, et la spécialisation, que l’immensité de la tâche à accomplir rend de jour en jour plus nécessaire, saura triompher des idiomes les plus rebelles. (Adam 1882, p. 47)

32Les langues qui sont réticentes à l’application de la méthode sont celles dont la parenté avec les autres langues est pour le moins douteuse, mais aussi celles dont l’existence uniquement orale pose une barrière entre le comparatiste et les profondeurs de l’histoire. La foi dans le progrès scientifique est tempérée au fur et à mesure que la science pense son objet. Si l’on tentait d’appliquer la méthode comparative aux langues-souches reconstruites afin d’atteindre la période antéhistorique, plusieurs facteurs problématiques entreraient en jeu. Le lien de parenté constitué entre les langues mères reconstruites impliquerait que l’on se serait déjà prononcé sur le statut de ces langues reconstruites : elles seraient considérées comme des langues à part entière. En outre, on aura quitté le terrain uniformitariste, car plus on remonte dans le temps vers les origines, plus le nombre de langues va en se réduisant, et plus près l’on sera du berceau primitif mythique. C’est à ce moment-là que Meillet met un frein aux rêveries : l’application de la méthode comparative à la reconstruction d’une langue qui réunirait ces grandes familles serait aussi chimérique que son résultat serait trompeur. En raison du caractère reconstruit des langues-souches susceptibles d’établir des correspondances régulières, Meillet exclut catégoriquement cette possibilité. La méthode comparative rétablit « un système défini de correspondances entre les langues historiquement attestées », correspondances qui constituent la seule réalité positive (Meillet 1964 [1903], p. 47). Afin d’effacer toute interprétation erronée, Meillet tient à souligner que tout ce qu’il expose à propos de la nature de l’indo-européen n’est qu’une façon de parler : « […] pour abréger, l’indo-européen est posé comme connu » (ibid.).

33Meillet s’en prend à la confusion de la méthode comparative avec la linguistique historique – où l’on passe d’un état antérieur attesté à un état postérieur – car elle tiendra une reconstruction de la période antéhistorique pour une réalité. Encore que sujette aux tentatives vaines, la reconstruction est hors de portée d’explications historiques :

[…] on essaie souvent de donner des formes indo-européennes des explications historiques. Par exemple, on s’est demandé si les désinences personnelles des verbes ne sont pas d’anciens pronoms suffixes […]. Mais, pour vraisemblables qu’elles soient en partie, les explications de ce genre n’en échappent pas moins à toute démonstration. En effet on ne peut expliquer historiquement une forme que par une forme plus ancienne ; or, ce qui manque ici, ce sont précisément les formes plus anciennes : non seulement elles ne sont pas attestées, mais on ne peut actuellement les « restituer » par aucune comparaison certaine. On n’aura le moyen d’expliquer historiquement l’indo-européen qu’après en avoir démontré la parenté avec d’autres familles de langues, avoir posé ainsi des systèmes de correspondances, et, par ce moyen, avoir compris une idée de la période pré-indo-européenne. (Meillet 1964 [1903], p. 49)

34Pour des raisons heuristiques, il semble toutefois plausible d’admettre quelquefois l’application aussi bien de la phase inductive, qui met en parallèle plusieurs langues reconstruites, que de la phase déductive qui conduit à partir d’une forme reconstruite aux langues attestées : « […] la grammaire comparée est la forme qu’affecte la grammaire historique pour les parties du développement linguistique qui ne peuvent être suivies à l’aide des documents », précise Meillet (ibid., p. 47). La reconstruction n’est qu’un moyen d’accès indirect à ce qui est inaccessible.

7.2.5 Un modèle alternatif : la Wellentheorie

35L’entité aux contours apparents que l’on situe dans un arbre généalogique est mise au défi par un modèle alternatif qui a été nommé Wellentheorie – théorie des vagues, ou des ondes (voir Klippi 2007a). Mettant l’accent sur l’espace, elle prévaut contre le modèle évolutionniste qui s’intéresse à l’axe temporel. Dans la perspective méthodologique, la topographie du continu spatial est à même d’écarter la configuration arborescente qui traduit le discontinu temporel. Les arbres généalogiques représentant des lignées évolutives parallèles d’espèces disjointes ne sont pas sentis comme aptes à rendre compte de l’évolution culturelle où on ne saurait détecter des frontières étanches entre les espèces. Un repérage temporel est toutefois présent dans les deux modèles à titre d’origine, du berceau à partir duquel la propagation se déclenche ; dans l’un des modèles, la descendance se hisse dans l’arbre à partir du point d’origine, dans l’autre, elle se répand à la manière d’une tache d’huile sur un support cartographique. S’il arrive qu’entre les phénomènes on constate des similitudes, le modèle arborescent les explique dans un premier temps par la parenté, et dans un deuxième temps, par la convergence de l’évolution due à l’influence du milieu partagé, alors que la vague fera dériver la similitude de la contiguïté physique, l’un des phénomènes constituant ainsi l’origine de l’autre. L’avantage de la vague par rapport à l’arbre généalogique est de permettre les emprunts entre les phénomènes contigus, et par conséquent, leur expansion dans de vastes contrées, là où l’évolution du type biologique est limitée et à la merci d’une écologie donnée.

36La théorie des vagues s’inspire des idées répandues à partir du xviie siècle, et que l’on regroupe sous l’intitulé de diffusionisme. Elle trouvera un terrain d’application dans divers domaines qui sollicitent une explication non seulement de la diversité, mais surtout de l’uniformité que l’on constate dans les affaires humaines, langues, religions, mœurs ou techniques. À partir du xixe siècle, le diffusionisme gagne des adeptes surtout dans l’anthropologie en raison de l’insuffisance du modèle évolutionniste pour traiter les phénomènes humains complexes, domaine où il ne cessera plus d’avoir un impact considérable. L’adoption du diffusionisme par les anthropologues sera propre à accentuer le gouffre entre la nature et la culture, mais même sans faire une distinction tranchée entre la sélection naturelle et la sélection culturelle, l’anthropologie se ramifie suivant un échange interdisciplinaire diversifié et selon les rapports à la temporalité :

La distinction essentielle […] entre les lignées évolutionniste et diffusioniste de l’anthropologie réside dans le rapport au temps, et à l’histoire. La première, par sa conception du développement ascendant de l’humanité, a été conduite à échafauder des reconstructions relativement abstraites et dégagées des limites temporelles et des contraintes chronologiques étroites liées à la discipline historique, tandis que la seconde, issue en bonne partie des sciences historiques et géographiques […], correspond à la projection des faits culturels dans l’espace (lui-même historisé), à partir de données empiriques juxtaposées, et nourrit l’ambition de concevoir une autre histoire, plus solide et réellement universelle. (Rupp-Eisenreich 1996a)

37L’évolutionnisme marque des hiatus dans le continuum temporel, mais en raison de larges intervalles que la modicité des données impose lorsque l’on excède l’histoire attestée, le point temporel dans un modèle évolutionniste est un concept très relatif. En revanche, une histoire véritablement universelle que réclament les diffusionistes se fonde sur l’étendue terrestre globale qui est constituée d’un filet dont les mailles sont en rapport continu les unes avec les autres. En conséquence, l’on serait dans l’impossibilité d’établir des ouvertures et des fermetures dans cet espace à transitions nuancées, si ce n’est par une chronologie vague dans laquelle les mailles entrent en contact, d’où la conception d’un espace géographique historisé.

38L’introduction du diffusionisme en linguistique est généralement attribuée à Johannes Schmidt (1843-1901) qui dans son ouvrage intitulé Die Verwandtschaftsverhältnisse der indo-germanischen sprachen (1872) avance la théorie des vagues selon laquelle le changement est représenté comme les maillons d’une chaîne ou comme les ronds dans l’eau, les ondes circulaires qui s’étendent à partir d’un centre, d’une manière excentrique. S’inspirant de l’anthropologie de l’époque, Hovelacque (voir partie 4) utilise le modèle diffusioniste indépendamment de Schmidt, et par conséquent, il a raison de lui en refuser la paternité d’autant plus que la théorie a déjà une longue histoire. La métaphore de la vague qu’utilise Schmidt devient toutefois prégnante au point de mettre au défi la traduction d’une réalité linguistique par l’arbre généalogique. En effet, appliqué à la géographie dialectale, l’arbre exprime les lignes directrices d’une réalité historique où la bifurcation dialectale sort du tronc commun ou d’une branche commune, mais il n’est pas apte à décrire les éventuels emprunts ni entre les arbres ni entre les branches. En revanche, la vague représente la propagation d’un trait particulier à partir d’un centre d’origine. Ainsi les bifurcations obtenues ne représentent-elles plus une conglomération de traits qui se traduirait par la catégorie de langue ou de dialecte, mais plutôt différents chemins que prennent les traits partageant une origine commune. Dans les deux cas de figure, celui de conglomération de plusieurs traits dialectaux opposés à une autre conglomération de traits, ou bien celui d’un seul trait dialectal opposé à un autre trait, on parle d’isoglosses. Une isoglosse est une ligne qui sépare un phénomène d’un autre, qu’il s’agisse d’un mot, d’un trait phonétique ou d’une particularité syntaxique. Schmidt, travaillant sur la géographie dialectale des langues indo-européennes, évince le modèle arborescent au profit du modèle de la vague en dégageant un certain nombre d’isoglosses dans ces langues qui sont propres à mettre au second plan les limites linguistiques habituelles représentées par l’arbre. La plus fameuse des isoglosses des langues indo-européennes est celle qui partage ces langues suivant la façon dont elles traitent le vélaire indo-européen, d’une part, en langues centum qui possèdent des vélaires et des labiovélaires, et d’autre part, en langues satem qui possèdent des sibilantes, affriquées et des vélaires (Anttila 1989, p. 244-245). La carte dialectale des isoglosses indo-européennes est une représentation iconique approximative de la situation géographique réelle où les traits dialectaux contigus sont en continuité.

7.3 Le débat sur les dialectes

39La dialectologie gallo-romane émerge aux alentours des années 1870. Se référant à cette date, Sonia Branca (2000, p. 50) parle de la troisième période de la géographie linguistique française, la première, au xviiie siècle, s’intéressant aux langues régionales, la deuxième, au début du xixe siècle, voyant les premiers recueils de l’analyse dialectale (voir Auroux 1979a, p. 160). De son côté, Pierre Gardette (1983, p. 803-804), en parlant de la dialectologie gallo-romane moderne, situe sa première période entre le dernier quart du xixe et le premier quart du xxe siècle. En effet, à partir des années 1870, l’institutionnalisation de la discipline voit le jour avec la création des organes de la dialectologie : en Italie Graziado Isaia Ascoli fonde l’Archivio glottologico italiano en 1873 ; en France Gilliéron et l’abbé Rousselot créent la Revue des patois gallo-romans (1887-1892) et Léon Clédat fonde la Revue des patois (1887-1888). Cette période dorée voit une multiplication exponentielle des études dialectales empiriques.

  • 5 Voir, par exemple, l’article de L. Gauchat, « Gibt es Mundartgrenzen ? », Archiv für das Studium de (...)

40Annexe de la linguistique comparée, la dialectologie coïncide avec et contribue à la mise en doute de l’Ausnahmslosigkeit des lois phonétiques invoquée par les néogrammairiens, d’où il s’ensuit que cette nouvelle discipline institutionnalisée est d’emblée marquée par une querelle sur la nature de son objet. Tantôt véhémente, tantôt modérée, celle-ci s’étend sur près d’un demi-siècle, des années 1870 jusqu’aux années 1920. La discussion engagée à partir de 1875 se concentre presque exclusivement sur les caractères phonétiques, probablement en raison de son lien avec le débat sur les lois phonétiques, mais il semble que ce débat connaisse un renouveau au début du xxe siècle avec un accent mis sur les caractères morphologiques, lexicologiques et syntaxiques (Terracher 1914, p. ii).5 Parmi les contemporains tardifs qui ont pris du recul vis-à-vis de cette dispute et qui en ont tiré des conséquences, figurent Dauzat dans son Essai de méthodologie linguistique (1906) ainsi que dans La géographie linguistique (1922), Saussure dans le chapitre intitulé « Linguistique géographique » de ses cours sur la linguistique générale, et Vendryes dans Le langage. Introduction linguistique à l’histoire (1923 [1921]). Certains historiens de la linguistique ont fait le point sur les principaux éléments de la dispute (voir Auroux 1979b, 2000 ; Branca 2000 ; Engler 1980, 1982, 2000).

41En remontant à l’origine de la crise de la dialectologie qui est aussi celle de toute la linguistique, on s’aperçoit que la complexité des phénomènes entraîne une complexification des théories. La crise de la dialectologie conduit la linguistique à mieux prendre conscience d’elle-même et de ses catégories. Dans un premier temps, le débat est déclenché entre Meyer (1840-1913) et Ascoli (1829-1907) ; ce dernier prétend avoir découvert une nouvelle espèce : le dialecte franco-provençal. Les adversaires du débat dialectal peuvent être qualifiés, d’une part, d’héritiers de régionalistes qui visent à la normalisation des patois dans la mesure où ces derniers mériteraient les droits d’une langue à part entière (voir Branca 2000), et d’autre part, de dialectologues, qui, sensibles à la pensée linguistique contemporaine, cherchent à ébranler les catégories linguistiques historiquement établies sur des facteurs extralinguistiques. Les régionalistes travaillent dans un esprit de philologue, car ils ont une prédilection pour des entités à leurs yeux concrètes, qui trouvent leur bien-fondé dans des facteurs historiques, géographiques, religieux, voire commerciaux (voir Ascoli 1878, p. 63). Avant d’entrer dans le vif de ce désaccord, l’espèce contre l’espace, il faut en souligner l’apport pour l’épistémologie de la science linguistique ; ce qui nécessitera un bref rappel philosophique sur le réalisme et le conventionnalisme pour mieux apprécier les enjeux.

7.3.1 Le réalisme et le conventionnalisme

42L’observation du débat mené dans le cadre de la géographie linguistique illustre d’emblée une opposition tranchée entre les approches philosophiques du réalisme et du nominalisme. Les dialectologues contemporains, tout en le connaissant, n’ont pas évoqué le discours médiéval, à une exception près. Ainsi Georges Milliardet estime-t-il que le débat ressemble à la querelle médiévale entre les réalistes et les nominalistes à propos de l’existence des universaux : « […] il est vrai que ce débat, qui s’est égaré dans des spéculations purement déductives, rappelle un peu les vaines querelles de la scolastique sur les “Universaux” » (1910, p. xiv). Le différend médiéval, à la suite des enjeux posés par la philosophie de l’Antiquité, a connu trois solutions selon l’ontologie adoptée : pour un réaliste, les concepts universaux sont réels ; pour un conceptualiste, les universaux sont des constructions de l’esprit humain ; pour un nominaliste n’existent que les individus. L’ouvrage de Milliardet, comme beaucoup d’autres, se veut une contribution « expérimentale » à la question « toujours si controversée » de savoir si la catégorie de dialecte existe et s’il s’agit d’un concept universel (ibid.). Il semble toutefois que les dialectologues aient du mal à marquer exactement la frontière entre les individus et les non-individus, ce qui est propre à brouiller leur engagement théorique. Si l’on plonge dans les racines de cette problématique, l’on citera par exemple Aristote qui dans ses Catégories (voir partie 4, p. 138, note 23) parle des substances premières pour faire référence aux individus particuliers, des substances secondes pour renvoyer à l’espèce et au genre. Sans substances premières, les substances secondes n’existeraient pas. La question se pose de savoir si les substances secondes sont des individus. On peut dire avec Pierre-André Huglot (2002, p. 13) qu’« on ne réfute vraiment que ce qu’on remplace, il faut pouvoir traduire les expressions engageant ontologiquement à l’existence de non-individus en expressions n’engageant à l’existence que d’individus ». Différentes démarches sont proposées par les dialectologues pour défendre la position adoptée à propos de la réalité des universaux. Cette réflexion a l’avantage de déboucher sur des questions mitoyennes concernant l’unité linguistique de base – est-ce l’espèce ou l’individu ? –, l’homogénéité de la langue, ou encore, sur le plan méthodologique, le modèle le plus adéquat pour décrire la langue.

43Issu de la querelle des universaux, centrale pour toute la philosophie, le débat sur les dialectes prend une tournure nouvelle lorsqu’il se noue autour de la discussion sur les fondements des théories scientifiques (voir aussi partie 2). Le débat contribuera à apporter de nouveaux éléments de réponse sur la nature de la linguistique. Dans une perspective scientifique, le réalisme recoupe l’essentialisme en ce que la science doit se poser des questions d’ordre ontologique, en l’occurrence : « Qu’est-ce qu’un dialecte, qu’est-ce qui constitue l’essence de la langue ? » Pour un réaliste, derrière la théorie existe une réalité indépendante de l’observateur : les phénomènes existent donc malgré l’acte d’observation. En outre, les objets postulés par une théorie scientifique réaliste ont une existence qui équivaut à celle d’objets familiers à la perception commune. Selon le conventionnalisme, les théories scientifiques ne sont que des descriptions commodes pour organiser et expliquer nos observations. Un conventionnaliste considère que la science n’est pas une réflexion fidèle de la nature, mais une construction qui détermine les propriétés d’un monde factice. Le conventionnalisme rejoint le nominalisme qui nie les entités abstraites et universelles de l’essentialisme au profit des individus, des objets particuliers. Tout concept universel est une étiquette que l’on colle sur les divers individus, et non la dénotation d’une essence. Pour un nominaliste, les mots sont des instruments utiles pour la description. Dans cette perspective, on comprend la non-pertinence des problèmes de définition pour un nominaliste. En revanche, il cherche à expliciter comment se comporte un tel objet de recherche et pourquoi il se comporte de la sorte.

7.3.2 Au cœur du débat : penser l’espace, penser l’espèce

44Selon Roger Brunet (1997, p. 301), « on n’a pas à couper l’espace géographique à sa guise, il se découpe tout seul ». Bien que plausible pour l’espace géographique, à propos des espèces naturelles l’application de cette phrase, relevant de l’épistémologie de la géographie moderne, n’a pas toujours été sentie comme une évidence, et encore moins concernant l’espace et l’espèce linguistiques. Le débat sur les dialectes se forge autour de la difficile problématique épistémologique axée sur les continuités et les discontinuités, ainsi que sur le réalisme et le nominalisme. C’est aussi un problème méthodologique dans la mesure où les modèles, malgré le désir de fidélité au réel, marquent un décalage entre les choix du chercheur et l’objet décrit. Aussi serait-il possible de dire que les modèles mentent, voire construisent une réalité subjective. En ce qui concerne la langue sur le vif, il serait séduisant de partir d’un présupposé selon lequel un linguiste qui privilégie les réalités concevrait l’existence et l’évolution de la langue en tant que continuum en raison de son lien étroit avec la temporalité. Si, en revanche, il lui arrive d’accorder une préséance à l’attitude réaliste, il réduira le multiple sous une unité. Pour un linguiste conventionnaliste, à l’inverse, la nature fondamentale de la langue vivante n’est pas une question pertinente. Il invoque des modèles discontinuistes de la représentation de la langue qui relèverait de l’aptitude du scientifique à dresser des constructions théoriques. Or, quel que soit le fondement de la théorie, les adhérents de ces postures philosophiques se trouvent tous devant le même dilemme : les catégories linguistiques sont discontinues par définition. Par catégorie, on entend les concepts de base d’une science, les classes, les systèmes, ou encore « toute unité conceptuelle historiquement stable » (Auroux (1979a, p. 158). Une catégorie est-elle un découpage fidèle de la réalité, ou bien une construction de celui qui la détermine ? La discontinuité des catégories déroutera celui qui conçoit l’essence de la langue comme continue, et dans le même temps, constituera une arme avec laquelle le conventionnaliste attaquera le réaliste, car pour lui, toute classification relève de l’arbitraire.

45Dauzat écrit en 1906 que « lorsque la linguistique n’était pas encore une science autonome et adulte, l’existence des dialectes provinciaux était universellement admise » (Dauzat 1906, p. 218). La « théorie du dialecte », étayée d’un « patriotisme local » se fondant sur des facteurs extralinguistiques, a été ruinée par l’avènement de la réflexion linguistique au rang de science : « La science moderne a renversé toutes ces barrières artificielles ; elle a tenu pour non avenues les synthèses prématurées et factices ; elle a fait table rase, et décomposant les langues en leur facteurs premiers, elle a commencé par faire l’analyse du son, du mot, de la phrase » (ibid., p. 218). C’est dans le même ton que Meillet (1908, p. 2-3) écrit à propos du privilège que l’on donnait aux langues littéraires : « Grâce au fait que la linguistique s’est d’abord attaquée aux langues écrites, elle a considéré les traits essentiels des langues et leur type général. […] Cette circonstance a été […] hautement favorable au développement de la science, lors de ses débuts. » Dans cette perspective, l’autonomisation de la science linguistique était conditionnée, d’une part, par l’abandon de la pensée préscientifique, et d’autre part, par le rejet d’une approche de la langue qui était sentie comme réservée à une strate lettrée de la société. C’est de cette manière que la postérité immédiate ressent le contexte dans lequel surgit la question des dialectes du point de vue du langage vivant.

46Ascoli prend pour point de départ de son enquête dialectale un espace géographique à l’échelle de la France. Un découpage dialectal préalable entre la langue d’oc et la langue d’oïl favorisé par des facteurs externes y installe des discontinuités spatiales. Dauzat, toujours politiquement informé, évalue ainsi la situation géopolitique qui a eu une influence sur la situation linguistique :

En France, deux langues – de plus en plus dissemblables phonétiquement et morphologiquement – se sont de tout temps heurtées : deux langues, deux races aussi et deux peuples. Le Nord a subjugué le Midi […] mais le Midi, plus civilisé et plus latinisé, […] a conquis peu à peu son farouche vainqueur. […] On a pu soutenir […] que le mouvement démocratique de la Révolution était une revanche du Midi latin – républicain et césarien – contre la féodalité monarchique du Nord, aux lointains atavismes germaniques. (Dauzat 1906, p. 227)

47La carte géolinguistique ainsi établie depuis longtemps incite Ascoli à en proposer des révisions, fondées sur une hypothèse novatrice. Un point de doute le pousse à séparer de leur catégorisation traditionnelle dans la langue d’oc un certain nombre de parlers qui se trouvent en Suisse romande, en Savoie, dans le Dauphiné, dans le Lyonnais et dans la Bresse afin d’examiner à l’aune de ces parlers si l’on est encore dans la langue d’oc ou déjà dans la langue d’oïl. Si coupure il y a, à quoi correspond-elle ? La rupture entre deux systèmes préexistants pourrait-elle donner corps à une rupture supplémentaire ? Pour vérifier son hypothèse, il dépouille un nombre considérable de sources contenant les revues Romania et Revue des langues romanes, la collection de versions de La parabole de l’enfant prodigue en cent parlers différents d’Eugène Coquebert de Montbret et de Jean de Labouderie datant de 1831, la Table synoptique et comparative des idiomes populaires ou patois en France (1840) de Schnakenburg, des almanachs locaux, des chansons et des poèmes populaires, des glossaires dialectaux, des enquêtes statistiques, des récits de voyages, et enfin, il recueille personnellement du matériel dialectal dans la vallée Soane et dans la Tarentaise (Klingebiel 1985, p. 392). Ascoli décortique ces documents afin de dépister une coïncidence de traits phonétiques, morphologiques et lexicaux, et il conclut à l’existence d’une conglomération d’isoglosses à l’intérieur de laquelle se situent les parlers en question. Il réintroduit entre deux espaces considérés homogènes un nouvel espace, tout aussi homogène, qu’il recatégorise sous l’appellation de franco-provençal, puisqu’il semble à cheval sur le français et sur le provençal.

48La discontinuité géographique participe à une spéciation. La frange qui dérange le système que constitue l’espace dialectal français se traduit sous la forme de la découverte d’un dialecte de transition entre la langue d’oc et la langue d’oïl permettant un rapprochement avec ce que serait la découverte d’une nouvelle espèce animale ou végétale. Ce supposé observable a des traits communs avec des espèces préexistantes, ce qui facilite son identification dans le tableau du vivant, mais au lieu d’en donner une description anatomique et physiologique complète, on choisit de justifier son statut d’espèce par les traits qui le distinguent de ses proches parents. À l’intérieur de cette nouvelle espèce, il y a des sous-espèces que l’on explique par certaines composantes particulières qui ont tendance à se reproduire. Ascoli (1876, p. 387-389) estime que le noyau dur du franco-provençal est constitué de la coïncidence de certaines caractéristiques sur un territoire donné, lesquelles sont résumées sous la formule ABC. Les traits ABC constituent une condition nécessaire en vertu de laquelle l’appartenance d’un parler à la classe du dialecte franco-provençal est plus que probable. En revanche, l’occurrence de l’un de ces traits dans d’autres catégories, mettons, ADE, BDG ou CDI, n’infirme aucunement celle formée par ABC. Tous les parlers qui contiennent le noyau dur ABC, lequel sert à identifier une classe, c’est-à-dire une espèce, sont strictement inclus dans la classe ABC. Or, les traits ABC ne sauraient être une condition suffisante. Pour qu’ils le soient, il faudrait adjoindre le trait x au noyau dur ; il en découle la formule ABCx qui est la condition nécessaire et suffisante en sorte qu’il n’y a aucun doute sur l’identité de la classe du franco-provençal. Selon Ascoli, le trait x équivaut à un facteur historique qui n’apparaît pas à partir de l’observation directe du phénotype qui en tant que tel ne donne que la formule ABC. Le trait x fait référence au traitement du a latin dans le franco-provençal. À la manière du provençal, le franco-provençal maintient le a libre accentué : asper > aspre ; amare > amar ; casa > chas. À la manière du français, le franco-provençal altère a en e après une palatale : christianus > chrestiien ; carus > chier. En revanche, le français altère tout a libre accentué : amare > aimer ; casa > chez. La démonstration de la réalité de l’hyperonyme dialectal du franco-provençal reste formelle. Les hyponymes, ou parlers, qui contiennent ABC, disons ABC1, ABC2, ABCn, sont strictement inclus dans la classe ABC, ce qui revient à dire que les ABCn se réduisent à la classe ABC, alors que ces parlers ne se réduisent pas les uns aux autres.

49Meyer (1875) conteste vigoureusement cette thèse. Dans un premier temps, il estime que le franco-provençal ne correspond à aucune unité géographique, et par là même, il considère que poser des discontinuités sur des aires géographiques où il n’y en a pas naturellement est une méthode peu viable. Dans un deuxième temps, il s’en prend aux données recueillies par Ascoli, car elles s’appuient principalement sur les sources écrites là où l’on pourrait observer les parlers directement, alors que les sources anciennes remontant au Moyen Âge sont inexistantes. Mais l’argument le plus dur qu’il oppose à Ascoli est qu’« aucun groupe de dialectes […] ne saurait constituer une famille naturelle, par la raison que le dialecte (qui représente l’espèce) n’est lui-même qu’une conception assez arbitraire de notre esprit » (Meyer 1875, p. 294). Le linguiste crée et emploie des catégories, même si leur définition ne relève pas du contenu de l’objet réel, mais du contenu que le linguiste a choisi de leur donner. Pour Meyer, le dialecte est une espèce artificielle, les frontières dialectales étant absolument arbitraires. Il accorde une réalité aux seuls traits dialectaux particuliers, et par ricochet, nie l’existence de toute classe :

Le dialecte est une espèce bien plutôt artificielle que naturelle […], toute définition de dialecte est une definitio nominis et non une definitio rei. Or, si le dialecte est de sa nature indéfini, on conçoit que les groupes qu’on en peut former ne sauraient être parfaitement finis. De là vient qu’on pourra imaginer bien des manières de les grouper, chacune se fondant sur un certain choix de faits linguistiques et aucune n’échappant à l’inconvénient de tracer des circonscriptions là où la nature n’en fournit point. (Meyer 1875, p. 295)

50Au-delà des faits particuliers, il n’y a que de la reconstruction. Cette position est connue sous le nom de loi de Meyer selon laquelle « dans une masse linguistique de même origine comme la nôtre, il n’y a réellement pas de dialectes : il n’y a que des traits linguistiques qui entrent respectivement dans des combinaisons diverses ». Meyer considère qu’Ascoli aurait réuni les traits dialectaux hétérogènes sous un seul dialecte rien que pour la nécessité du système classificatoire (voir Ascoli 1876, p. 391). Même si au système d’Ascoli qui occupe une place dans la taxinomie dialectale manquent les traits d’un système « où tout se tient », les faits particuliers récoltés pour prouver l’existence du franco-provençal entretiennent des rapports solidaires les uns avec les autres, ce qui permet de l’opposer au système du français et du provençal. Si l’on formule l’idée du système sur l’exemple de Vendryes (1902, p. 116) qui avance que « tous les phonèmes d’une même langue sont unis entre eux par un lien très étroit et conditionnés les uns par les autres », l’on peut poser que le dialecte du franco-provençal constitue un système à part entière. Dans cette perspective, la critique concernant l’arbitraire du choix des traits qui constituent le franco-provençal est infondée et pourrait même se retourner contre Meyer qui n’est en mesure de travailler que sur les traits particuliers ne rendant pas compte des solidarités systémiques. Ascoli (1876, p. 391) estime que le sens commun a franchi la phase cognitive que représente la construction d’une classification, car pour lui les sous-systèmes de dauphinois, de franc-comtois ou de lorrain sont des faits établis. Tout locuteur du système ABC, qui se trouve à la marge de la distribution spatiale et spécifique que constituent les parlers franco-provençaux, a bien une représentation de la particularité de son parler en face du dialecte avoisinant d’un système différent, encore que ce dernier n’en soit séparé que par un fil.

51Ascoli estime être passé au niveau supérieur de l’abstraction, ce qui, selon lui, constitue un principe directeur dans les sciences. Pour Ascoli (1876, p. 387), les objections de Meyer ne sont que des a priori qui remettent en cause n’importe quelle classification, qu’il s’agisse de celle des individus ou des objets réels ou conceptuels. Il préfère laisser Meyer se préoccuper d’un ruminant singulier auquel équivaudrait un seul trait dialectal dans les sciences naturelles (Ascoli 1876, p. 392). Meyer estime que le lien que l’on établit entre la langue et les espèces naturelles est inadéquat, car dans la nature existent des individus bien limités. Il tient surtout à souligner que l’arbitraire ne saurait être extrait non plus du travail d’un taxinomiste :

M. Ascoli me dit que mon objection pourrait s’appliquer à toute tentative ayant pour objet de grouper des individus afin d’en constituer un type. Point du tout : lorsque nous groupons des animaux ou des plantes pour en former un genre reconnaissable à des caractères communs, nous faisons une opération arbitraire en ce sens que le choix des caractères peut être opéré de diverses façons – l’entomologie […] offre de bien déplorables exemples de la manie des subdivisions – mais encore est-il que nous avons l’avantage d’opérer sur des individus parfaitement limités dans l’espace ; tandis que lorsque nous groupons les variétés locales du parler roman […], nous nous permettrons tout d’abord de créer (dans notre imagination) des individus […]. (Meyer 1876, p. 505)

  • 6 A.-L. Terracher (1914, p. i) écrit que le terme de géographie linguistique désigne une telle divers (...)

52La difficulté dans le domaine de l’entomologie consisterait à trouver une case correspondante aux articulations de la nature, mais en raison de la diversité infinie du vivant, le chercheur de ce domaine est devant une tâche ingrate. Cette diversité ressemblerait donc à celle de la dialectologie dont les catégories paraissent aussi floues et la nomenclature aussi arbitraire que celles que l’on assigne parfois aux insectes. Ainsi, aux yeux de Meyer, serait-il abusif de circonscrire des limites linguistiques à moins de les considérer comme un outil économique intégrant l’art de la classification. Malgré les apparences, les analogies empruntées aux sciences naturelles ne sont pas innocentes, mais peuvent induire en erreur si l’on n’examine pas leur bien-fondé, surtout dans un contexte où il est pour le moins délicat de se servir des métaphores naturalistes. Le pouvoir démonstratif de la métaphore d’un seul ruminant, qu’utilise Ascoli, à son tour, pour attaquer Meyer, est inadapté dans la mesure où un seul ruminant, disons une vache, est un bon représentant de son espèce et, dans une moindre mesure, de son genre dans le tableau d’un anatomiste. Plutôt qu’à la description anatomique et physiologique d’un ruminant, l’objet d’étude de Meyer, un seul trait dialectal, ressemblerait à un ruminant connu qui voyagerait aussi bien dans le temps que dans l’espace d’un point A à un point B avec tous les changements que ce voyage lui ferait subir. Mais en dépit de ces changements, il y aurait une identité reconnaissable et partagée par l’intermédiaire de l’origine commune, à la manière du test effectué par le photographe russe, Boguslawski, cité par Saussure (section 7.1.2). Même si Ascoli prend la défense de la catégorie d’espèce et de genre présente dans la taxinomie aristotélicienne ou naturaliste, tout comme Meyer il trébuche sur l’atomisme en cherchant la justification de l’existence du franco-provençal dans quelques traits dialectaux. N’étant pas à la portée de l’observation immédiate, l’équivalent de l’identificateur ascolien x dans le monde animal serait, par exemple, l’un des quatre estomacs d’un ruminant – la panse, le bonnet, le feuillet, la caillette. Car tout comme on arrive indirectement à la connaissance du trait x par l’intermédiaire de l’histoire, on n’a accès à la connaissance d’un trait anatomique interne que par la dissection. On pourrait ainsi identifier la classe des ruminants grâce au feuillet, qui constitue un trait partagé par tous les individus relevant de cette catégorie, indice de leur origine historique commune. Ensuite, on peut tracer le chemin descendant et aboutir à des sous-dialectes zoologiques, c’est-à-dire à une vache ou à un mouton avant d’aboutir aux individus, et vice versa, en suivant le chemin montant. Pour aboutir jusqu’au genre, la démarche inductive devra néanmoins faire abstraction des caractéristiques anatomiques particulières propres au feuillet d’un mouton ou d’une vache, tout comme Ascoli fait abstraction des traits distinctifs entre les sous-dialectes. En fin de compte, ces métaphores naturalistes mettent l’accent sur le fait que les domaines scientifiques dans lesquels Meyer et Ascoli travaillent respectivement ne sont pas les mêmes : l’un travaille dans le cadre de la géographie des caractères dialectaux, et l’autre, dans la géographie des dialectes, d’où une distinction tranchée entre deux disciplines incompatibles possédant chacune son objet propre.6 Les deux se servent, toutefois, de l’argument fourni par l’histoire, chacun à leur manière.

53En pur nominaliste, Meyer met en garde, à la manière de Saussure plus tard, contre le pouvoir des mots dans la science des mots : « […] il ne faut pas être dupe des expressions qu’on a créées ou qu’on emploie […] c’est l’affaire de ceux qui les emploient de ne pas leur faire signifier plus qu’elles comportent » (Meyer 1875, p. 295). Sur le pouvoir perturbateur des mots, il y aurait donc toute une œuvre à écrire. Meyer octroie une réalité aux seuls traits dialectaux particuliers, car, selon lui, les phénomènes linguistiques qu’on observe dans un pays « ne s’accordent point entre eux pour couvrir la même superficie géographique. Ils s’enchevêtrent et s’entrecoupent à ce point qu’on n’arriverait jamais à déterminer une circonscription dialectale » (ibid., p. 294). À la base de cette perspective, on trouve la théorie des vagues, ou des ondes. Les vagues qui naissent quand on jette des cailloux dans l’eau se propagent indépendamment les unes des autres, quelquefois en se chevauchant, tout comme les traits dialectaux particuliers ne se propagent pas solidairement, mais indifféremment les uns par rapport aux autres. Aussi serait-il impossible de dessiner les frontières dialectales où que ce soit, à l’exception de l’existence d’une barrière géographique infranchissable ou d’une limite où une langue vient se heurter à une langue d’un autre groupe linguistique, totalement différent. On constate que les faits déterminent idéalement ce que l’observateur est censé trouver. Or, on ne saurait ignorer le fait que les attentes concernant le monde interviennent dans l’acte d’observer. Le facteur qui réunit ces divers points de vue épistémologiques opposés est que les catégories sont discrètes et discontinues. Selon Meyer, la catégorie de dialecte est une construction du linguiste, qui n’existe pas en tant qu’observable. Cela ne veut pas dire pour autant que Meyer saurait se passer de toute classification : un seul trait dialectal n’est pas dénué de conceptualisation puisque, strictement interprété, un trait serait une production momentanée d’un seul locuteur et, par conséquent, serait lié à la temporalité et à la spatialité. En revanche, un trait conceptualisé est aussi inerte dans l’espace et le temps que l’image d’une vache dans un livre sur l’anatomie des ruminants.

54Pour Ascoli, les dialectes doivent être considérés d’un point de vue réaliste, mais on n’atteint la réalité qu’à travers la conceptualisation des

gallo-romane. Il propose de rediviser les travaux existants comme suit : 1) la cartographie linguistique qui dresse des cartes, d’une part, des limites de dialectes (la méthode d’Ascoli), et d’autre part, des caractères linguistiques (la méthode de Meyer) ; 2) la géologie linguistique qui établit des cartes de mots en vue d’en examiner la stratigraphie historique (la méthode de J. Gilliéron) ; 3) la géographie linguistique qui constitue une « explication de la répartition topographique des faits du langage », au moyen des facteurs ethnographiques, géographiques et historiques – la méthode de Terrracher lui-même – (p. i-xiv).

55observations, à travers les outils qui sont des construits, et par conséquent, propres à ajouter un décalage entre les faits réels et le chercheur. Lorsque Meyer voit dans une perspective ontologique la continuité d’un trait dialectal à travers un espace géographique, Ascoli ne saurait s’y opposer. En revanche, le regroupement de plusieurs traits dialectaux sous un ensemble est propre à créer à un moment donné des discontinuités, pour les uns, construites, pour les autres, réelles. Quant à la conception des continuités et des discontinuités, il faut prendre garde de faire la division entre ce qui concerne la langue et ce qui concerne la théorie linguistique. Le débat entre Ascoli et Meyer démontre que la discontinuité méthodologique peut rimer avec réalisme épistémologique, tandis que la continuité ontologique de la langue peut s’accorder avec le conventionnalisme. La question des réalités linguistiques semble être une affaire de point de vue, voire un faux problème.

56Une décennie après l’intervention des principaux protagonistes du débat dialectal, Paris reprend les idées de Meyer. Dans un passage souvent cité, Paris les expose à la réunion des Sociétés savantes en mai 1888 :

En faisant autour d’un point central une vaste chaîne de gens dont chacun comprendrait son voisin de droite et son voisin de gauche, on arriverait à couvrir toute la France d’une étoile dont on pourrait même relier les rayons par des chaînes transversales continues. Cette observation bien simple, que chacun peut vérifier, est d’une importance capitale ; elle a permis à mon savant confrère et ami, M. Paul Meyer, de formuler une loi qui, toute négative qu’elle soit en apparence, est singulièrement féconde, et doit renouveler toutes les méthodes dialectologiques ; cette loi, c’est que dans une masse linguistique de même origine comme la nôtre, il n’y a réellement pas de dialectes : il n’y a que des traits linguistiques qui entrent respectivement dans des combinaisons diverses, de telle sorte que le parler d’un endroit contiendra un certain nombre de traits qui lui seront communs, par exemple, avec le parler de chacun des quatre endroits les plus voisins, et un certain nombre de traits qui diffèrent du parler de chacun d’eux. (Cité dans Passy 1886, p. 76, 78)

57Dans ce même discours, Paris se montre impitoyable vis-à-vis des travaux antérieurs réalisés dans le domaine de la dialectologie qui ont eu pour but de dresser des frontières dialectales : « tout le travail qu’on a dépensé à constituer, dans l’ensemble des parlers de la France, des dialectes et ce qu’on appelle des “sous-dialectes” est un travail à peu près perdu » (ibid., p. 78). Il s’attaque, à la suite de Meyer, à la distinction entre la langue d’oïl et la langue d’oc qu’ont créée les lettrés à partir du Moyen Âge pour des raisons autres que linguistiques : « […] cette muraille imaginaire, la science, aujourd’hui mieux armée, la renverse, et nous apprend qu’il n’y a pas deux France [ ;] d’un bout à l’autre du sol national nos parlers populaires étendent une vaste tapisserie dont les couleurs variées se fondent sur tous les points en nuances insensiblement dégradées » (p. 80, 82). Paris désire également couper les branches de l’arbre généalogique : selon lui, il n’est pas viable d’appeler les langues romanes filles du latin, ni le latin mère des langues romanes. Abstraction faite des branches, il contemple le tronc, fait une application de la loi de Meyer et postule une catégorie superordonnée qu’il choisit de nommer Romania. La continuité temporelle qui réside dans la Romania est la seule discontinuité qu’acceptent ces linguistes qui prônent le diffusionisme. Or, cette catégorie se justifie par le « sentiment de solidarité et d’union » (p. 82) qu’éprouvent les peuples romans en raison d’un lien historique. En introduisant cet élément extralinguistique, Paris n’est pas conséquent avec lui-même – pourquoi accepter une solidarité à une échelle plus grande si on ne l’accepte pas sur une échelle moindre que pourraient avoir les locuteurs du Midi de la France.

58En 1890, Charles de Tourtoulon (1836-1913) prône l’existence de la catégorie de dialecte en rendant compte du discours que Paris prononce à la Sorbonne au congrès des Sociétés savantes. Tourtoulon, ce romaniste qui a consacré toute sa recherche à la délimitation des langues d’oil et d’oc, se montre perplexe devant l’assertion catégorique sur l’inexistence des dialectes défendue par ces éminents savants que sont Meyer et Paris. Les conséquences fâcheuses de la loi de Meyer sont exprimées dans les assertions de Paris classées par Tourtoulon de la manière suivante :

1° Les parlers populaires de toute la France s’amalgament les uns dans les autres par des nuances insensibles.
2° Il faut arrêter de considérer que les langues romanes viennent du latin, qu’elles sont les filles dont la langue latine est la mère.
3° Les limites linguistiques n’ont rien de commun avec les limites politiques. Nous parlons le latin et rien que le latin. (Tourtoulon 1890, p. 131)

59Tourtoulon voit bien ce que ces assertions comportent. S’il n’y a pas de ligne de démarcation entre la langue d’oc et la langue d’oil, il n’y en a pas davantage entre les parlers de France, d’Italie, et d’Espagne. En conséquence, il n’y en aurait pas non plus entre le celtique, l’italique, le germanique, etc., ce qui permettrait d’aller jusqu’à conclure que nous parlons, en dernier lieu, l’indo-européen.

60Tourtoulon constate que le principe de continuité, intrinsèque dans la loi de Meyer, a déjà été formulé depuis longtemps : Natura non facit saltus (ibid., p. 134). Il prétend que l’application de cette loi pouvait être supposée a priori, puisque le langage, fonction d’un être organisé, appartient d’une certaine manière au domaine de l’histoire naturelle (ibid.). Alors que les naturalistes ont su en tirer une leçon méthodologique, à savoir donner une taxinomie pour « faciliter l’étude des êtres » (ibid.), le passage de la théorie à la pratique, en suivant la méthode de Meyer ou celle de Paris, n’aboutirait qu’à une masse confuse. La catégorie continue évoquée par Meyer et Paris, la Romania, qui correspond à l’ensemble du parler roman, est un leurre qui annihile toute possibilité d’étude scientifique. Le naturalisme de Tourtoulon n’est pas une position a priori, mais au contraire, la conclusion d’un travail empirique de longue haleine, imprégné de positivisme. Il privilégie toujours ce que les nouvelles données peuvent apporter à la théorie : « […] rien ne s’oppose à ce que, dans la pratique, on distingue entre elles les langues romanes, comme on distingue les diverses classes d’êtres vivants, sous la réserve des modifications que les progrès de la science peuvent apporter aux classifications actuelles » (p. 136-137).

61Lorsque Saussure pose un regard distancié sur le débat dans ses cours sur la géographie linguistique, il évoque un compromis entre la position d’Ascoli et celle de Meyer :

[…] pour qu’il y ait un dialecte, ou bien il faut
1° convenir qu’un seul caractère suffit pour caractériser un dialecte ou bien
2° si l’on prend tous les caractères, il faut s’enfermer sur un seul point de la carte et parler de dialecte de tel village. (CLG/E [I], III C 2974)

62Et Saussure de continuer sur un ton mandarinal :

Mais si nous ne voulons nous astreindre à ces conditions et si nous voulons considérer une surface et nous appuyer sur plusieurs caractères, nous nous trouvons devant la difficulté d’où est née l’idée qu’il n’y a pas de dialectes. (Ibid.)

63Le deuxième point auquel réfère Saussure représente l’optique de Paris, à mi-chemin de celle d’Ascoli et de celle de Meyer. Si l’on en croit le témoignage contemporain de Ferdinand Castets, Paris accepterait dans une certaine mesure l’espèce, la classe subordonnée, mais pas le genre, la classe superordonnée. À propos du discours de Paris intitulé « Les parlers de France », Castets (1888, p. 304) note ceci : « M. G. P. reconnaît, et le titre qu’il a choisi l’indique suffisamment, qu’en France il y a plusieurs parlers ; mais il ne veut pas accepter qu’il y ait des dialectes distincts. » Si chaque village parle son propre parler, comme le pense Saussure, plutôt que d’une relation de l’espèce au genre, il s’agirait ici d’une relation de nombreuses populations à l’espèce qui, réduite à une abstraction, serait inexistante dans la nature. Englobant les populations linguistiques, le territoire géographique serait bien plutôt un facteur positif que discriminant, permettant la communication et les contacts mutuels. Les populations que sont les parlers des villages ont l’avantage de constituer des systèmes ouverts aptes à reproduire avec les populations contiguës, c’est-à-dire à se communiquer en cas de contacts, alors qu’entre deux systèmes fermés, tels que le franco-provençal et le français, il y aurait une isolation reproductive constituant une entrave absolue à la communication. Le modèle arborescent n’est pas jugé capable de traiter la variation réelle qui réside dans le nœud d’un arbre généalogique, mais le modèle de la vague, malgré son avantage indéniable de permettre les contacts, ne constitue pas non plus une alternative absolue, car il oblige le linguiste à revenir sur un élément temporel afin de pouvoir prouver l’identité de traits qui se déplacent sur une surface plate sans profondeur.

7.3.3 Meillet ou une synthèse des modèles ?

64Dans sa réflexion sur l’histoire des langues indo-européennes, Meillet reprend la problématique concernant les dialectes et l’existence des catégories en tentant une synthèse entre les modèles évolutionniste et diffusioniste. Les deux modèles se prêtent facilement à une interprétation bancale de la réalité linguistique : le modèle arborescent est senti insuffisant en raison de son omission de la diversité de la langue vivante ; le modèle de la vague est inadapté à l’articulation d’une succession chronologique. Une trentaine d’années après sa formulation par Schmidt, Meillet révise la théorie des vagues dans son Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes (1903) et un peu plus tard dans Les dialectes indo-européens (1908), afin d’intégrer dans son tableau de l’histoire des langues indo-européennes un dialogue positif entre l’espace et l’espèce. Sa conception de la langue sera solidement ancrée dans la méthode comparative, mais il dit se ranger du côté des comparatistes logicistes, même si, « pour abréger, l’indo-européen est posé comme connu » (Meillet 1964 [1903], p. 47). Encore qu’il avertisse son lecteur de se méfier de toute spéculation sur l’époque antéhistorique, il tire une leçon du principe d’uniformitarisme pour projeter les données attestées à l’époque historique sur la réalité linguistique du berceau indo-européen. Si la réalité linguistique vivante est beaucoup plus complexe, pourquoi la reconstruction historique d’une langue une est-elle alors plausible ? La superposition du témoignage des catégories actuelles à une situation historique permet à Meillet de nuancer sa conception de l’évolution historique.

  • 7 Voir l’étude d’E. Hobsbawm (1990) et le discours sur la nation d’E. Renan (1882) ; sur la notion de (...)

65Par catégorie d’indo-européen, Meillet entend les langues que l’on atteste à partir du deuxième millénaire avant notre ère depuis l’Hindoustan à l’est jusqu’à l’Atlantique à l’ouest, et depuis la Scandinavie au nord, jusqu’à la Méditerranée au sud (ibid., p. 35). Cette catégorie englobe donc les langues qui, en raison de leurs traits communs, peuvent être considérées comme les descendantes d’un même idiome, l’indo-européen. Se divisant en parlers répartis chacun sur un espace géographique bien déterminé, cet idiome ne représentait qu’une unité relative, avant même sa dispersion sur une étendue plus vaste. L’existence d’une unité même relative est étayée par une condition externe, qu’inspire à Meillet le discours récurrent de son époque sur le rapport étroit entre la langue et la nation.7 La projection du discours nationaliste sur la linguistique comparative visait à montrer que l’unité indo-européenne devait reposer sur « une nation qui sente son unité » (p. 418). La nation indo-européenne, pour Meillet, était une conglomération de peuples parlant la même langue, asservies par une classe dirigeante :

Les populations de langue indo-européenne étaient conduites par une aristocratie qui avait un grand sens politique, puisqu’elle a été capable d’imposer à presque toute l’Europe et à une large part de l’Asie sa langue avec son organisation sociale à la fois ferme et souple, mais qui ne se prêtait que par occasion à obéir à une direction unique. (Meillet 1964 [1903], p. 419)

66Convaincu du principe de l’uniformitarisme, Meillet estime que, si aujourd’hui il y a des nations, des structures homogènes semblables à des nations ont dû également exister dans le passé :

La linguistique ne permet de rien préciser sur le degré d’unité des nations successives qu’elle conduit ainsi à supposer ; mais elle oblige à reconnaître que cette unité a été assez puissante pour déterminer dans chacune la généralisation d’un parler commun. Or, partout où l’on observe ainsi l’extension d’une langue commune, il faut qu’il y ait eu quelque unité de civilisation comme le sont à date historique celle du monde hellénique ou celle du monde arabe. (Ibid., p. 420)

67L’indo-européen constituait donc une langue commune, une langue dominante, résultant de vicissitudes historiques extralinguistiques, mais cette langue a bien pu n’être qu’un échantillon conservé parmi de nombreuses langues communes dont l’histoire a effacé les traces. Tant que cette langue commune n’aura pas rencontré une langue commune rivale, la transition d’un dialecte ou d’un parler à l’autre se sera fait d’une manière insensible. Il en est de même de nos langues d’aujourd’hui :

Aussi longtemps qu’il n’intervient pas d’extension d’une langue dominante, les dialectes n’ont pas de limites définies, puisque chacune de leurs particularités a son aire propre ; on ne saurait où commencent les dialectes français du Nord et où finissent les dialectes méridionaux […] mais il y a des zones intermédiaires. Seuls des accidents historiques déterminent la création de frontières nettes : le langage de Paris tend à se répandre sur toute la France ; il va ainsi à la rencontre de la forme du toscan sur laquelle repose l’italien littéraire et qui tend à se répandre sur toute l’Italie : il y a dès lors contact de deux dialectes d’autrefois, et la limite peut être tracée avec précision, tandis que, entre le parisien et le toscan, les parlers locaux présentent des transitions et se suivent les uns les autres avec des dégradations insensibles. (p. 53)

68Dans le vaste espace qu’est celui des langues indo-européennes, les langues ont entre elles un vague air de famille en raison d’une communauté d’origine. Cet air de famille, insensible aux locuteurs de ces langues, se rencontre sur une échelle plus rétrécie, à savoir celle des parlers. Les différents parlers à l’intérieur d’une certaine circonscription géographique donnent un air de ressemblance plus palpable et sensible aux locuteurs en raison de la contiguïté physique qui pousse ces derniers à l’interaction. Ces parlers se regroupent sous la notion de dialecte, qui désigne un « ensemble de parlers » (p. 52). Dans une localité limitée, l’unité linguistique est à son apogée, encore que « matériellement » elle ne soit « saisissable nulle part ». Malgré les arguments réalistes en faveur de l’existence des catégories, en fin de compte, celles-ci ne sont que des construits, et l’unité prétendue ne représente qu’un « type linguistique idéal dont toutes les réalisations de fait ne sont que des approximations » (Meillet 1908, p. 1-2).

69Cette unité factice, précaire et intrinsèquement diversifiée est constamment mise au défi par les courants transformateurs de l’histoire, qui à leur tour se jettent dans un confluent unificateur. L’histoire des langues issues de la même souche est marquée par une alternance :

[…] de grandes unifications et de grandes différenciations, auxquelles il faut ajouter les unifications partielles qui se produisent constamment sur des domaines plus ou moins vastes, même dans les groupes de parlers les plus différenciés, et les différenciations qui se produisent dans les groupes de parlers les plus unifiés. (Meillet 1908, p. 5)

70Le duel entre ces forces opposées au cours de l’évolution conduit Meillet à une sorte de réinterprétation du cercle évolutif, qui alterne d’une manière régulière les phases d’unité et les phases d’éclatement (ibid., p. 5-6). Par exemple, l’unité de la langue italique sur la péninsule de l’Italie se décompose en plusieurs parlers, en latin, en osque, en ombrien, etc., dont l’un, le latin, éclipse les autres afin de traduire l’unité linguistique du monde romain. La suprématie du latin est toutefois précaire – le latin se disloque en parlers dans les diverses localités qui, à leur tour, gagnent en unité sur un territoire donné, et ainsi de suite.

71Conscient de l’enjeu du débat sur les dialectes que constitue la négation de catégories linguistiques au profit de traits particuliers, Meillet, pour des critères purement linguistiques, met l’accent sur les solidarités systémiques afin de consolider l’existence des catégories. Il estime que « les changements linguistiques se conditionnent les uns les autres » (p. 4), à plus forte raison qu’on peut les faire remonter à des causes communes. Une approche atomiste pratiquée par les dialectologues serait erronée, car « toute altération grave d’une partie du système phonique d’une langue a […] des conséquences pour le reste » (Meillet 1964 [1903], p. 33). Les changements concordants résultent d’une unité bien ressentie par les sujets parlants que Meillet appelle dialecte naturel, qui recouvre sa conception ontologique de la langue. À l’inverse des isoglosses qui « limitent un groupe de localités pour un fait déterminé », le dialecte naturel constitue un faisceau d’isoglosses assemblées (Meillet 1908, p. 4). L’existence d’une telle entité ne supprime pas pour autant l’indépendance des parlers locaux. La notion de dialecte naturel est historiquement valide :

[…] si l’on pouvait observer directement l’indo-européen, on y trouverait des lignes d’isoglosses [qui] se traduisent dans les systèmes de correspondances par des groupements partiels : au lieu que chacun des groupes attestés suive sa voie propre, on constatera qu’un certain nombre de langues présentent un type donné par contraste avec les autres. (Meillet 1908, p. 8)

72Les cartes d’isoglosses des langues indo-européennes ne font pas référence à la diffusion de traits à partir d’un point d’origine, mais sont iconiques avec la situation où l’indo-européen est éclaté en dialectes. La disposition géographique de ces dialectes les uns par rapport aux autres est non seulement conservée, mais aussi renforcée si l’on en croit le témoignage des langues attestées. Les solidarités systémiques ne sont pas vraies seulement à l’intérieur d’un système, mais aussi entre les systèmes en contact. Dans de nombreux cas, les langues originaires de la même souche présentent des évolutions de traits particuliers allant à l’unisson en raison de contiguïtés géographiques, sans pour autant toucher à l’écart qui maintient ces langues à part les unes des autres.

73La conception historique et ontologique rétablissant le diffusionisme à côté de la généalogie a sur le modèle arborescent l’avantage d’accentuer sur une étendue géographique la fluidité et la gradualité qui caractérisent la différenciation des langues. Même si on peut distinguer les catégories de langue, de dialecte ou de parler, ce modèle écarte le risque que court une lecture littérale de l’arbre qui veut que le passage d’un nœud à un autre ait lieu d’une manière brusque, ponctuelle et catastrophiste. De ce fait :

[…] il n’y a pas lieu de croire que l’extension des langues indo-européennes sur l’aire qu’elles occupent ait eu lieu par suite d’une séparation brusque et unique. Certains groupes ont pu se séparer de l’ensemble des populations de langue indo-européenne, et se scinder ensuite en deux groupes distincts. Ces périodes de développement commun se traduisent par des particularités plus ou moins nombreuses. (Meillet 1964 [1903], p. 423)

Figure 17 – Les isoglosses.

Figure 17 – Les isoglosses.

74Le schéma qui départage les langues indo-européennes en dialectes orientaux et en dialectes occidentaux selon les isoglosses montre qu’il est difficile de se passer entièrement de la généalogie et de la catégorisation. La conception de la langue du modèle arborescent est sous-jacente au diffusionisme. Au lieu de se restreindre aux traits dialectaux, Meillet fait référence à la nomenclature établie par l’arbre généalogique de la grammaire comparée qui fait valoir les bifurcations au gré desquelles les langues se distinguent chronologiquement les unes des autres. L’existence de cette nomenclature même sur le plan cartographique prouve que pour Meillet la grammaire comparée, dont les rapports entre les entités se modélisent par l’intermédiaire de l’arbre, est un présupposé tacite du diffusionisme dans la mesure où, pour étudier deux traits dialectaux, le linguiste doit savoir que ces traits dérivent de catégories différentes. Les fameuses isoglosses satem et centum creusent un fossé entre deux dialectes naturels qui, à leur tour, sont divisés en parlers locaux, dont la contiguïté est mise en évidence sur le support cartographique.

75Dans le commentaire de la représentation des lignes de démarcation, Meillet souligne toutefois :

[Ce] schéma très grossier ne prétend répondre à aucun fait historique défini ; il n’a qu’une valeur linguistique et indique ce que l’on peut supposer avoir été la situation respective des parlers indo-européens les uns par rapport aux autres, antérieurement à l’époque où chacune des langues, en s’établissant sur un territoire nouveau, s’est isolée et a cessé d’avoir avec ses anciennes voisines un développement commun. (Meillet 1908, p. 134)

76La notion de dialecte naturel de Meillet est un compromis entre le principe selon lequel la nature ne fait pas de sauts et l’existence des dialectes, entre le diffusionisme et l’évolutionnisme. Le dialecte naturel, ou toute autre catégorie, est la conséquence d’une évolution continue de plusieurs isoglosses d’une manière convergente :

[…] les changements linguistiques se conditionnent les uns les autres. De plus, le groupe de localités où a lieu un même changement important est un groupe où se manifeste l’action de causes communes. Il y a donc chance pour que les lignes qui enserrent les groupes de localités où se produisent plusieurs innovations indépendantes viennent à coïncider entièrement, ou du moins se rapprochent et se suivent souvent de très près. Un ensemble de localités où se produit ainsi, de manière indépendante, une série de changements concordants, qui sont en conséquence enserrées par un certain nombre de lignes isoglosses et s’opposent par là aux parlers voisins, constitue un dialecte naturel. (Ibid., p. 4)

77La solidarité entre les faits linguistiques est propre à ébranler la rigueur des isoglosses qui s’appliquent aux phénomènes divers qui ne se rencontrent jamais, si ce n’est pour se recouper accidentellement. Même si la frontière d’un dialecte naturel est flottante en raison du vacillement des lignes d’isoglosses superposées, le dialecte n’en est pas moins réel, car les sujets parlants ont le sentiment de parler la même langue. Le territoire français en donne la parfaite illustration :

[…] le développement des langues romanes en fournit d’illustres exemples ; nulle part mieux que sur le sol français, on ne peut observer l’indépendance des lignes isoglosses jointe au parallélisme d’un certain nombre de ces lignes qui caractérise des dialectes naturels nettement sensibles aux sujets parlants. (p. 4-5)

78Plus l’échelle géographique rétrécit, plus on constate facilement un assemblage d’isoglosses unies.

  • 8 L’occupation d’un vaste ensemble géographique par les langues slaves a permis à P. Sériot (1999) de (...)
  • 9 Dans son article de 1918, « Convergence des développements linguistiques », A. Meillet souligne que (...)

79Si l’on cherche des analogies de type uniformitariste faisant valoir la diffusion des dialectes indo-européens, au lieu d’avoir recours aux langues romanes qui représentent la diffusion de la langue à partir d’une localité unique sur une région étendue, celle de la ville de Rome, il vaut mieux chercher des parallélismes du côté des langues slaves : « […] la dispersion des langues indo-européennes ressemble beaucoup à celle des […] parlers slaves […] qui se sont étendus d’une manière immense, mais sans changer de position respective » (p. 135).8 À l’inverse des langues romanes dans lesquelles on constate une diffusion à partir d’un point d’origine, cette propagation était déjà accomplie pour ce qui est de l’époque indo-européenne où les parlers avaient gagné chacun leur place respective. À ce moment-là, les dialectes indo-européens auraient pris chacun une voie indépendante de développement, constituant ainsi une nouvelle origine d’éclatement à laquelle les similitudes entre les langues dérivées remontent. Or, les similitudes dans l’ensemble des langues indo-européennes connues ne peuvent pas être expliquées par leur réduction au berceau originel, mais seraient dues à d’autres facteurs caractérisant l’évolution des langues en général : « […] les ressemblances de structure générale qu’on observe entre les langues indo-européennes actuellement parlées proviennent d’innovations parallèles et indépendantes plutôt que de la conservation du type indo-européen » (Meillet 1964 [1903], p. 424). Meillet appelle ce mécanisme convergence à l’instar des naturalistes, à ceci près que ces derniers désignent par ce terme une affinité structurale, physiologique ou éthologique à l’intérieur d’un ensemble d’espèces qui n’ont pas de rapports génétiques les unes avec les autres, mais dont l’affinité dérive de facteurs écologiques communs.9 Meillet pose que la condition antécédente de l’opération de la convergence réside dans l’unité originelle des langues, qui, en raison de cette unité, possèdent la même structure. Les innovations parallèles opérant dans le même sens dans cette niche écologique immense sont conduites par des lois, pour ainsi dire, panchroniques : « […] les principes du développement du langage sont partout les mêmes » (ibid.). Parmi les tendances générales qui animent le parallélisme du développement, on retrouve l’idéal d’une fonction unique pour une forme unique qui anime les changements morphologiques et syntaxiques. On retrouve également l’analogie qui, chez un « peuple migrateur » cherchant à s’imposer auprès d’un autre clan, est nécessaire pour éliminer les formes fortes au profit de la régularité grammaticale. De même, les traits originaux du berceau indo-européen qui trahissent une civilisation moins avancée, tels que la catégorie grammaticale de duel, sont effacés par le processus de convergence. L’évolution héréditaire du type biologique de la grammaire comparée laisse passage à la linguistique dite aréale qui favorise l’emprunt dû aux contacts des langues :

[Les] emprunts n’ont […] pas entraîné de déviations du type indo-européen, et en maintenant un contact entre les langues du groupe, ils ont contribué à leur conserver, dans l’ensemble, un air d’unité. D’une manière générale, cet air d’unité a été maintenu par ceci que les actions de civilisation se sont, depuis trois mille ans, exercées surtout d’une langue indo-européenne sur une autre. (Meillet 1964 [1903], p. 427)

80La diffusion représente la manière dont a eu lieu l’éclatement de la langue souche en dialectes. Le contact est un fait accompli au moment où les langues indo-européennes attestées apparaissent. Plutôt que la convergence, c’est son revers du côté de la biologie, la divergence, qui aurait assuré le rôle principal dans le processus de désagrégation de l’unité originale. La divergence est un type d’évolution où une population se divise en deux ou plusieurs populations qui se trouvent dans un isolement reproductif, propre à renforcer leurs différences. À long terme, ces différences conduisent à la spéciation : « […] la différenciation des parlers indo-européens avait commencé au temps de l’unité de la nation indo-européenne, et la séparation a rendu plus profondes les différences dialectales anciennes de date indo-européenne » (ibid., p. 443). En revanche, le processus de convergence grâce aux contacts linguistiques aurait été d’importance pour le maintien de l’air de famille.

81Les partisans du modèle de la vague visaient, par la réfutation des catégories, à couper les arbres généalogiques de la grammaire comparée. Dans leur argumentation, ils partaient, d’une part, de la conception de la langue dans la grammaire comparée qui ne prenait pas en considération la vie hétérogène de la langue, et d’autre part, du fait que dans ce modèle les langues ont perdu contact les unes avec les autres, tandis que dans le modèle de la vague les transitions sont insensibles. Meillet montre à travers le cycle des unifications et des diversifications que l’homogénéité parfaite des catégories est une idéalisation. Il montre également avec sa notion de dialecte naturel que les traits dialectaux et les dialectes ne relèvent pas de théories opposées, que les dialectes sont issus de la coïncidence de plusieurs traits dialectaux qui se renforcent avec le temps pour devenir des langues. À la suite de Meillet, le comparatisme présente une synthèse du modèle arborescent et du modèle de la vague, les deux modèles étant considérés comme complémentaires plutôt qu’exclusifs : le modèle de la vague remédie à l’insuffisance de l’arbre qui ne rend pas le détail dans ses nœuds ainsi qu’à l’incapacité de représenter le contact ; le modèle arborescent a toutefois l’avantage d’exprimer l’épaisseur chronologique (voir Anttila 1989, p. 307- 309 ; voir aussi Itkonen 1999a et b ; Klippi 2007a).

7.4 Le constructivisme affiché

82La vie du langage est un lieu commun positif dans la mesure où la réfutation de son contenu permet aux linguistes de mieux articuler la conception qu’ils ont de leur objet de recherche. Les débats menés dans le cadre de la grammaire comparée et de la dialectologie constituent un symptôme de la crise de la grammaire comparée. La prophylaxie se trouve cependant dans une solution étonnante. La prise de conscience de la langue sur le vif aboutit à une position nihiliste qui ébranle la raison d’être de toute science du langage. La linguistique, au seuil de sa disciplinarisation, devient ainsi une science en mal d’objet.

83Évoluant dans le milieu des « savants de premier ordre », Henry comme Saussure savent tirer une leçon épistémologique des « controverses aussi acharnées que vaines », qui s’articulent autour de l’identité de la linguistique et de son objet (Henry 1896, p. 5). À partir de la publication du CLG en 1916, on sait que Saussure était absorbé par le souci de délimiter l’objet de la linguistique : « […] quel est l’objet à la fois intégral et concret de la linguistique ? La question est particulièrement difficile […]. D’autres sciences opèrent sur des objets donnés d’avance et qu’on peut considérer ensuite à différents points de vue ; dans notre domaine, rien de semblable » (CLG/D, p. 23). Henry (1896, p. 4) déplora sur le même ton qu’il « n’est pas une de ces hautes disciplines qui ne repose sur une entité primordiale, pas une pourtant qui admette à sa base une entité plus familière à tous, moins contestée et, par cela même, plus décevante que celle du langage ». Se trouvant, d’une part, à la croisée de plusieurs disciplines et constituant un réquisit de toute démarche scientifique, se situant, d’autre part, trop près de nous, l’objet de la linguistique « apparaît un amas confus de choses hétéroclites sans lien entre elles » (CLG/D, p. 24). Aussi le langage doit-il être déconstruit pour pouvoir être reconstruit en tant qu’objet d’une science autonome.

7.4.1 Les Antinomies linguistiques

84Les Antinomies linguistiques (1896) constituent une philosophie de la linguistique, la première en son genre, axée dans sa problématique sur la définition de l’objet de la linguistique à partir de perspectives multiples (Auroux 2004). À lire les Antinomies linguistiques en amont, on retrouve en condensé les questions qui tourmentaient les contemporains de Henry et les tentatives de réponses des camps opposés. Henry (1896, p. 1) entame son ouvrage par une « antinomie d’origine qui contient toutes les autres » : « Aucune science n’est encore plus contestée que la linguistique, − aucune plus injustement, à la juger sur ses résultats, − aucune à meilleur droit si l’on prend à ses prémisses. » Par là même, les Antinomies linguistiques constituent à la fois une métascience qui prend pour objet les fondements d’une prétendue science du langage et une métathéorie qui décompose sous leurs diverses dimensions les théories avancées dans le cadre de la linguistique (voir Savatovsky 2004). De ce fait, si l’on accordait une seule valeur à l’ouvrage de Henry, ce serait de constituer un bon point de départ pour un historien désireux de se familiariser avec la problématique de l’époque :

Si l’historien ne devait reconnaître qu’un seul mérite à l’ouvrage de V. Henry, ce serait celui de proposer au lecteur moderne et de parcourir pour lui de manière synthétique ce champ de questions fondamentales et relativement hétérogènes à partir desquelles, implicitement ou non, les linguistes les plus attachés à une réflexion générale sur les sciences du langage tentent de circonscrire leur objet. (Puech 2004, p. 136)

85En aval, le lecteur est frappé par la quantité de réminiscences intertextuelles avec le Cours de linguistique générale, ce qui fait que Henry « de son “drame” est beaucoup plus qu’un précurseur » de Saussure (Chiss et Puech 1987, p. 188). Dans les Antinomies linguistiques, Henry cherche à mettre en parallèle les idées reçues de la linguistique de son époque en avançant des arguments sous la forme antinomique de thèses et d’antithèses. Propre à réjouir un sceptique, la méthode de Henry est à la source de la conception relativiste-constructiviste de Saussure selon laquelle « c’est le point de vue qui crée l’objet », ainsi que de la technique dichotomique de l’exposé (voir Auroux 2004, Puech 2004). Selon Chiss et Puech (1987, p. 187 ; voir Savatovsky 2004), on sent l’influence « discrète mais évidente » de Kant derrière ce choix technique d’exposé. Chez Kant, la notion d’antinomie se définit comme « un conflit inattendu qui ne pourra jamais s’apaiser par l’habituelle méthode dogmatique parce que thèse et antithèse peuvent être établies par des preuves également lumineuses, claires et irrésistibles » (Chiss et Puech 1987, p. 187). Le philosophe allemand constate que les propositions sophistiques « qui n’ont ni confirmation à espérer, ni contradiction à craindre dans l’expérience » doivent être soumises à un rapport dialectique des antinomies pour que « la raison, qui dans sa spéculation abstraite, ne s’aperçoit pas aisément de ses faux pas, [soit] rendue plus attentive aux moments de la détermination de ses principes » (Kant 1997 [1781], p. 335, 337). Le choix de cette approche chez Henry vise à relativiser les points de vue opposés ainsi qu’à souligner le fait que, faute de secours empirique, les théories discordantes peuvent être chacune justifiées par une argumentation cohérente et tenable sans que l’une évince l’autre.

7.4.1.1 Antinomiste sans le savoir

  • 10 C. Normand a fait remarquer dans sa communication lors d’un colloque sur V. Henry (20 septembre 200 (...)

86Dès ses années formatrices Henry semblait être un antinomiste sans le savoir, car en rédigeant ses thèses, il se positionne à cheval sur le naturalisme et le comparatisme. Même après avoir pris ses distances avec la position naturaliste, il devait exprimer sa réticence vis-à-vis de toute sorte de dogmatisme dans les Antinomies linguistiques. Pour ce qui est de la source de cette technique d’exposition, on pourrait tenter de remplacer Kant, à titre spéculatif, par Varron dont la pensée linguistique constituait l’objet de la thèse latine de Henry. Soit ce dernier avait déjà subi l’influence de Kant quand il a entrepris de la rédiger, soit il s’était inspiré du De lingua latina quand il a rédigé les Antinomies linguistiques, mais il est tout aussi possible qu’il ait été attiré par le mode d’expression antinomique en raison de sa formation de juriste. Cette conjecture semble la plus plausible si l’on se réfère à la lecture de l’inventaire de la disposition varronienne dans la thèse latine.10

  • 11 Il y aurait eu une dispute entre érudits avant Varron sur l’analogie et l’anomalie. De nombreux arg (...)
  • 12 LLV, 9 : non solum ad Aristophanis lucernam, sed etiam Cleanthis lucubravi.

87Henry (1883b, chap. II) semble s’exprimer sur l’authenticité de la dispute entre l’analogiste et l’anomaliste11 en mettant en avant les différents modes que peut suivre un procès scientifique. Henry admet que des hommes du rang de Varron étaient habitués à improviser des disputes et avance que Varron aurait rédigé son exposé comme s’il s’agissait d’une dispute dans le forum : d’abord, l’un des protagonistes de cette scène imaginaire combat l’analogie en général, puis dans les parties du discours, ensuite l’autre protagoniste prend la défense de l’analogie dans le même ordre que l’accusateur, mais pas avant que ce dernier n’ait épuisé ses accusations. De la même façon, au Moyen Âge les adversaires scolastiques combattaient et défendaient à tour de rôle chaque argument, rappelle Henry, alors qu’à son époque, il fallait écrire un livre, soumis à une critique publique, pour plaider une cause. L’ouvrage de Varron correspond à la forme thèse-antithèse-synthèse. Les Antinomies linguistiques obéissent au même plan que le De lingua latina dans la mesure où la même personne est à la fois juge et partie. La corrélation thétique-antithétique est une aide réciproque entre les adversaires afin d’enfanter les meilleurs raisonnements que le juge pèsera à son tour au moment de son jugement. Le mode de pensée agnostique reflète le fait que non seulement Varron, mais Henry aussi avaient étudié sous l’influence de deux écoles opposées : le grammairien ancien à la lumière de la philologie alexandrine et à celle de l’école stoïque12, le linguiste moderne à la lumière du naturalisme et à celle de la grammaire comparée. Dans l’introduction de sa thèse sur l’analogie, Henry confirme sa position agnostique en déclarant que son devoir est de ne s’attirer aucun adversaire, de ne négliger aucun soutien et de prendre pour guides aussi bien les gardiens de la tradition que les novateurs (1883a, p. 4). C’est ce programme qu’il reconduit dans les Antinomies linguistiques.

7.4.1.2 La première antinomie

88La première antinomie annihile les catégories linguistiques acquises au bénéfice des occurrences spatio-temporelles éphémères qui constituent la seule réalité linguistique. Étant donné ces circonstances, il existe toutefois une science qui se serait ainsi construite autour du néant.

THÈSE
La catégorie du langage, celle de la langue et du dialecte, celle même du simple mot, pour peu qu’on y regarde de près, ne sont que des abstractions sans réalité extérieure.
ANTITHÈSE
Il existe une science du langage, qui se propose pour objet l’étude des phénomènes de la vie du langage, c’est-à-dire de la vie des langues et de la vie des mots. (Henry 1896, p. 3)

89La linguistique est une science paradoxale qui, contre toute vraisemblance et toute attente commence « par se déclarer sans objet » (ibid., p. 4). En toute rigueur, la seule réalité est la réalité physique des ondes sonores, et en raison de son support cérébral, le sens qui se rattache momentanément à cette suite de sons (voir partie 6). Une science sera dans l’impossibilité d’opérer avec une matière aussitôt disparue qu’émise, d’où la nécessité de trouver des réalités plus permanentes. Henry n’hésite pas à puiser dans la taxinomie naturaliste pour montrer à quelle sorte d’objet le linguiste a affaire. De même que le botaniste voit dans la feuille une entité botanique abstraite, construite à partir de feuilles individuelles naturelles, le linguiste doit extraire de phénomènes linguistiques spatio-temporels une identité superordonnée partagée par toutes les « feuilles » linguistiques concrètes :

La feuille est une catégorie botanique bien connue et universellement acceptée ; mais il n’y a point de feuille dans la nature, il n’y a que « des feuilles » en nombre indéfini, et chaque feuille d’un même chêne, morte, née ou à naître, a son individualité distincte. De même le mot « feuille » n’existe en tant que tel que dans un dictionnaire, ou comme signe d’une idée dans notre esprit ; en réalité, il y a autant de mots « feuille » que ce monosyllabe a été et sera prononcé de fois, par tous les sujets parlants, dans le cours entier des générations de langue française. […] Non plus que deux feuilles du même chêne ne sont exactement pareilles, je ne saurais prononcer le même mot deux fois de suite sans une inconsciente et inappréciable différence.
Le mot, au point de vue du langage articulé, n’est donc autre chose que l’entité abstraite de toutes les émissions vocales, actuelles ou possibles, de tous les sujets parlants, passés, présents et futurs, qui auront éprouvé et éprouveront le besoin de communiquer à autrui la notion qu’il exprime. Et le langage, à son tour, n’est que la somme imaginaire de ces entités multiples, y compris les relations, également abstraites, qui sont susceptibles de les relier entre elles. Bref, il n’y a pas plus de langue française, qu’il n’y a quelque part une personne physique incarnant la République Française […]. (Henry 1896, p. 4)

90Cette démarche de Henry présente un dépassement du monde physique qui serait celui des atomes et des molécules vers le monde sémiologique, monde dans lequel l’homme construit des significations. La signification biologique d’une feuille individuelle est analogue à l’union momentanée du son avec l’idée dans la mesure où l’homme a l’aptitude d’accorder d’emblée une signification aux phénomènes qui font partie de son expérience quotidienne. L’abstraction, ou construction du premier ordre, est déjà présente dans l’observation des phénomènes spatio-temporels : lorsque l’on regarde une feuille individuelle, on sait qu’il s’agit d’une feuille, et non pas d’une matière purement physique ; de même, lorsque l’on est confronté aux occurrences linguistiques, notre expérience du monde nous dit qu’il s’agit d’un phénomène acoustique porteur de sens, et non pas de bruit. Un parallélisme similaire est trouvable du côté de l’art : une œuvre d’art figurative n’est pas pour l’homme, qu’il s’agisse d’un connaisseur d’art ou d’un profane, un simple assemblage de taches de peinture, mais une image significative, par exemple, La Joconde. Tout comme un taxinomiste doit adopter au moins une attitude nominaliste vis-à-vis de la diversité du vivant afin de la maîtriser, le linguiste doit faire un pas de plus au-delà du spatio-temporel pour aboutir aux construits d’un second ordre que sont les catégories du linguiste. Henry déplore « l’inanité des termes » et « la tyrannie des mots » contre lesquelles le seul recours est « l’analyse minutieuse des idées » (ibid., p. 4-5). Cette attitude dépasse celle d’un nominaliste méthodologique qui, utilisant une terminologie particulière, cherche à décrire certains aspects de ses observations sans pour autant avoir la prétention de pénétrer l’essence des choses. Faute de mieux, la revendication de l’analyse des idées fait toutefois pencher le nominalisme initial de Henry du côté du réalisme méthodologique qui attribue une existence aux objets de la théorie, équivalente à l’existence des objets familiers. Auroux (1998, p. 222) synthétise cette vision des phénomènes scientifiques de la manière suivante : la connaissance des phénomènes « construit à partir des [phénomènes observables] ses propres objets qui sont des entités (la langue) non données directement à l’expérience ». Les constructions deviennent ainsi des réalités scientifiques :

Continuons donc – il le faut bien – à parler de langage, bien que nous sachions qu’il n’y a pas de langage, mais seulement des gens qui parlent. Continuons à parler de familles de langages, de langues particulières, de dialectes, de sous-dialectes, de patois, de prononciation correcte et incorrecte, pourvu que nous entendions toujours, sous chacun de ces mots, un seul sens latent, le même pour tous : à savoir, dans aucune des unités de langage irréductibles que la science a provisoirement constituées, une série indéfinie de variations […]. Sans cette vue synthétique, la mémoire la plus riche et le polyglottisme le plus varié ne sauraient faire un linguiste. (Henry 1896, p. 9)

91Nonobstant le nominalisme initial de la théorie de Henry, ce dernier amalgame les différentes approches possibles en adoptant une vue synthétique entre le concret et l’abstrait (voir ibid., p. 9-10). Cette synthèse demande une confirmation de la part de l’histoire ; Henry montre son adhésion à l’uniformitarisme qui attribue au passé la même dialectique entre l’unité et la diversité qu’au présent :

[…] la linguistique […] se propose l’étude d’un ensemble complexe de réalités vivantes, que son objet, toujours changeant, reste néanmoins toujours identique à lui-même, et qu’elle n’a le droit de supposer dans le passé que les phénomènes par elle observés et conservés dans le présent. (Ibid., p. 8)

7.4.2 Des points de vue saussuriens

92Par rapport à l’ouvrage publié par Bally et Sechehaye qui donne l’impression d’une pensée achevée et préméditée de bout en bout, les textes originaux sortis de la plume de Saussure, ou les notes des étudiants qui suivirent ses cours sur la linguistique générale, témoignent d’une réflexion en cours de gestation. La pensée linguistique de Saussure en train de se formuler est malléable en raison des doutes qui, selon Bouquet et Engler, constituent à bon droit « son heuristique » (Saussure 2002, p. 10). Le questionnement shakespearien de Saussure devant « l’obscur objet » de la linguistique est explicité dans une note manuscrite, désormais fameuse, datée de 1890 (voir Bouquet 1997, p. 78) :

Unde exoriar ? C’est la question, peu prétentieuse, et même terriblement positive et modeste que l’on peut se poser avant d’essayer par aucun point d’aborder la substance glissante de la langue. Si ce que je veux en dire est vrai, il n’y a pas un seul point qui soit l’évident point de départ. (Bibliothèque publique et universitaire de Genève, ms. fr. 3952.4b, cité dans Bouquet 1997, p. 72)

93L’omniprésence des phénomènes langagiers non seulement rend aveugle à ce qui est pertinent et à ce qui est accessoire, mais empêche aussi de définir ce qui est pertinent et ce qui est accessoire. La transparence apparente n’est qu’opacité lorsque l’on cherche à déterminer l’objet de la linguistique. Si l’on croit avoir saisi un phénomène linguistique d’un côté, il s’est déjà échappé d’un autre. Ce questionnement n’est pas moins présent vingt ans plus tard, lorsque Saussure entreprend son troisième cours de linguistique générale en 1910. Il insiste sur l’impossibilité de constituer un objet intégral de la linguistique, car « la langue ne se présente pas d’une façon homogène, mais comme un assemblage de choses composites […] qu’il faut étudier par ses différentes pièces sans qu’on puisse en étudier l’objet intégral » (CLG/E [I], IIIC 149). Qui plus est, le linguiste est à la merci des mots qui contribuent à entretenir la confusion : l’objet de la linguistique est-il le langage, la langue, les langues, la parole, la famille de langues ? Avec son projet de livre sur la linguistique générale, Saussure annonce lors de ses premières conférences à l’Université de Genève dès 1891 qu’« il y aura un jour un livre spécial et très intéressant à écrire sur le rôle du mot comme principal perturbateur de la science des mots » (SM, p. 39). De quelque côté qu’on le saisisse, le fait universel du langage semble tendre vers un désordre accru, alors que la finalité scientifique consiste dans le renforcement de l’ordre, dans la lutte contre l’entropie. Face à cette anarchie, Saussure retourne tout d’abord vers une sorte de nihilisme qu’il contourne par la suite, lorsqu’il détruit l’échafaudage établi pour tout reprendre de zéro afin d’étayer son ordre propre qui se fonde sur des points de vue. En bref, le message est clair : si l’objet de la linguistique échappe, c’est parce qu’il n’existe même pas. Le linguiste ne doit pas succomber à « l’illusion des êtres linguistiques menant une existence indépendante » (Saussure 2002, p. 23). L’heuristique du doute mène Saussure d’une masse amorphe des faits langagiers à l’adoption d’une position épistémologique en faveur d’une surdétermination des faits par les théories, qui nie l’existence des faits en dehors d’un point de vue déterminé par la théorie : « […] nommer un objet, ce n’est pas autre chose que d’invoquer un point de vue A déterminé » (ibid.).

On n’est pas dans le vrai, en disant : un fait de langage veut être considéré à plusieurs points de vue : ni même en disant : ce fait de langage sera réellement deux choses différentes selon le point de vue. Car on commence par supposer que le fait de langage est donné hors du point de vue. […] primordialement il existe des points de vue ; sinon il est simplement impossible de saisir un fait de langage. (Saussure 2002, p. 19)

  • 13 Ce point de vue peut être comparé à ce que Saussure avance dans son deuxième cours de linguistique (...)

94Serait-il hâtif de prétendre que Saussure est un relativiste pluraliste qui non seulement prône la coexistence de plusieurs points de vue, mais accepte l’incommensurabilité des points de vue ? Pour Saussure « il n’y a rien, c’est-à-dire non seulement rien qui soit déterminé d’avance hors du point de vue, mais pas même un point de vue qui soit plus indiqué que les autres » (CLG/E [I], N 129). Et le Genevois de continuer : « […] on n’a jamais le droit de considérer un côté du langage comme antérieur et supérieur aux autres et devant servir de point de départ » (CLG/E [I], N 132). Aux yeux de Saussure, la pratique inconsciente attestée chez de nombreux linguistes de l’époque est inacceptable : « Ce qui est en revanche vivement cultivé, c’est la confusion lamentable de ces différents points de vue, jusque dans les ouvrages élevant les plus hautes prétentions scientifiques. Il y a là certainement, très souvent, une véritable absence de réflexion de la part des auteurs » (Saussure 2002, p. 22). Or, de prime abord, il s’agirait plutôt d’une question méthodologique que d’une affirmation de position philosophique. Dans les manuscrits découverts en 1996 où Saussure esquisse son projet sur la linguistique générale, on compte quatre points de vue méthodologiques sur l’étude de la langue, qui font abstraction des points de vue qui relèvent de l’extralinguistique : 1) le « point de vue de l’état de langue » qui comprend les angles « instantané », « sémiologique », « antihistorique » et « grammatical », à savoir celui de la langue ; 2) le « point de vue des identités transversales » qui s’occupe des éléments diachroniques isolés, notamment phonétiques ; 3) le « point de vue anachronique, artificiel, voulu et purement didactique » qui consiste à projeter la morphologie ou l’état de langue ancien sur une morphologie ou sur un état de langue postérieur ; 4) le « point de vue historique de la fixation de deux états de langues successifs pris » indépendamment l’un de l’autre, « suivie d’une explication »13 (ibid., p. 21-22). Ces quatre points de vue « légitimes » reposent sur « deux points de vue nécessaires » que sont tacitement les points de vue synchronique et diachronique, les points 1) et 4) relevant de celui-là, les points 2) et 3) de celui-ci (p. 22). L’affirmation de la nécessité d’établir les deux ordres se fait sentir plus tard dans ses cours, lorsqu’il insiste sur le fait que la distinction théorique entre la synchronie et la diachronie est « la condition sine qua non pour qu’il n’y ait pas confusion

95de tout », « une nécessité théorique de premier ordre » (CLG/E [I], III C 1321 ; II R 1334). « En linguistique […] il y a deux sciences distinctes » selon qu’on est dans les faits statiques ou dans les faits évolutifs (ibid.). Qui plus est, la distinction entre la synchronie et la diachronie reçoit une justification de nature réaliste de la part du sujet parlant qui est devant un état. Pour lui, la « succession dans le temps est inexistante » : le linguiste qui veut comprendre cet état « doit faire table rase de ce qui est diachronique » (CLG/E [I], III C 1349). Mais sous l’angle du linguiste les objets de ces ordres n’existent qu’au gré du point de vue concerné ; dès qu’on change de perspective, les « choses » sont vouées à se dissiper. Le thème du pouvoir évocateur des mots entre en collision avec la position que soutient Saussure : « Il nous est interdit en linguistique quoique nous ne cessions de le faire de parler “d’une chose” à différents points de vue, ou d’une chose en général, parce que c’est le point de vue qui FAIT la chose » (CLG/E 1974, N 131, souligné dans l’original). Dans son premier cours, Saussure fait état de trois conceptions principales de ce que la langue n’est pas :

  1. La Langue prise comme abstraction et dont on fait un être concret ; la langue conçue comme un organisme.

  2. La langue vue comme une fonction naturelle chez un individu, comme celle de manger par exemple.

    • 14 Selon Saussure, cette approche se rapproche de la vérité, mais il tient à souligner que la langue e (...)

    La langue considérée comme une institution sociale parmi les autres. (CLG/E [I], I R 2202)14

96Saussure estime qu’il y a d’abord des points de vue « justes ou faux » qui créent « secondairement » les choses (CLG/E [I], N 131). Quand les points de vue sont justes, c’est qu’ils se trouvent correspondre à une réalité (ibid.). En revanche, en dépit de son insistance sur le fait que l’objet de la linguistique n’est pas donné d’avance, Saussure estime que « le lien qu’on établit entre les choses préexiste […] aux choses elles-mêmes, et sert à les déterminer » (CLG/E [I], N 130). Ainsi faut-il en conclure que pour Saussure les différents points de vue seraient plutôt donnés en quelque sorte par eux-mêmes, ce qui prédéterminerait la voie d’analyse du linguiste. En réduisant le langage « à cinq ou six dualités », Saussure octroie à ces dernières une vérité absolue à côté des points de vue qui peuvent être faux : « C’est un avantage considérable de pouvoir le [le langage] réduire à un certain nombre de paires déterminées. Tel qu’il est offert, le langage ne promettrait que l’idée d’une multiplicité, elle-même composée de faits hétérogènes, formant un ensemble inclassable » (CLG/E [I], N 133).

97Or, si on considère Saussure comme un relativiste pour lequel aucun point de vue ne peut en surpasser un autre, n’est pas plus fondamental qu’un autre, comment concilier la contradiction entre les divers points de vue avec le besoin de définir l’objet de la linguistique en adoptant le point de vue du sujet parlant, ce qui, par ailleurs, donne la priorité aussi bien méthodologique que théorique au point de vue synchronique ? Lorsqu’il expose sa pensée devant ses étudiants, il semble abandonner le relativisme pluraliste pour donner la priorité à l’un des points de vue et éviter ainsi le risque de confusion totale, lié au fait que plusieurs sciences peuvent « revendiquer la langue comme leur objet » (CLG/E [I], II R 152). Ce risque amène Saussure à nuancer son relativisme en privilégiant un point de vue qui a l’avantage non seulement d’être vrai, mais de constituer aussi « la meilleure plateforme » pour mettre à leur place les autres éléments du langage (CLG/E [I], IIIC 154) ; aussi conseille-t-il à ses étudiants de choisir la langue « comme centre et point de départ » quelle que soit l’approche adoptée. Le constructivisme du départ se transforme en un réalisme épistémologique dans la mesure où la valeur de vérité de la théorie ainsi que l’existence des objets que postule la théorie sont confirmées si elles sont senties comme réelles par le sujet parlant : « La méthode [consiste à] observer ce qui est présent à la conscience de la langue, [à] considérer comme réel ce qu’elle reconnaît, et comme irréel, ce qu’elle ne reconnaît pas. Cette méthode est à la portée de tous » (CLG/E [I], II C 2163). Serait-il téméraire d’avancer, en ce qui concerne le point de vue primordial, que ce n’est pas seulement la théorie mais aussi la préthéorie qui déterminent l’objet, conclusion qui serait en accord avec la précompréhension (voir partie 8) ?

98Dans sa critique de l’édition de Bally et Sechehaye, Christine Bierbach (1978, p. 32) fait observer que le recours à la langue fait fonction d’un Deus ex machina, alors qu’on n’a encore aucune idée précise sur le contenu de cette notion (voir aussi Fehr 2000, p. 64-67). Ceci est surtout vrai lorsque l’on s’en tient au Cours publié, mais une perspective plus large rencontrera une série de problèmes, voire de contradictions, si on entame une étude des notes manuscrites afin de formuler une théorie cohérente. Les éditeurs du CLG abondent dans le sens d’une tradition rationaliste en posant d’abord les principes, si bien que la critique de leur travail vise aussi le rationalisme. Arriver à la langue n’est pas une opération simple, comme ont sans doute dû le constater les éditeurs du CLG en retraçant les méandres de « la question de la langue ». Les choses se compliquent lorsque l’on fait intervenir la dichotomie « oubliée » de Saussure, la langue vs les langues, pierre de touche du perspectivisme de Saussure (voir Bierbach 1979). Cette dualité ouvre le troisième cours sur la linguistique générale dont la thématique initiale est la linguistique géographique : « Les langues, c’est l’objet concret qui s’offre à la surface du globe au linguiste. La langue, c’est le titre qu’on peut donner à ce que le linguiste aura su tirer de ses observations sur l’ensemble des langues, à travers le temps et à travers l’espace » (CLG/E [I], N 2845). Le point de départ est dans la diversité des langues, la condition fondamentale de l’existence même d’une science du langage sur le plan historique : « Il n’y a de linguistique que lorsque l’attention s’est portée sur cette diversité » (CLG/E [I], III C 2855). C’est la comparaison des langues qui aboutit à « l’idée générale d’une linguistique » (ibid.). Fehr (2000 p. 60) observe que cette dichotomie implique « une distorsion, une manière fort paradoxale […] de procéder qui, si elle est révélatrice d’un […] problème […] de [la] stratégie intellectuelle [de Saussure], en manifeste aussi la fracture épistémologique ». Le paradoxe est palpable, si l’on s’en tient à l’épistémologie des points de vue qui privilégie la langue comme principe de classification, et qui, par ailleurs, est le point de vue du locuteur, d’autant plus que, selon Saussure, la diversité géographique est le premier facteur linguistique observé non seulement par le linguiste, mais aussi par le sujet parlant (CLG/E 1974, p. 436, N 23.1 2847-2848). C’est du côté des manuscrits qu’il faut chercher un peu d’ordre là où tout semble poser problème dans les principes de Saussure en raison de la dichotomie redécouverte. La question se pose de savoir comment arriver du multiple à l’unité : la pratique d’une méthode inductive serait illusoire, qui mènerait de l’observable à l’inobservable, des langues à la langue, qui consisterait à « découvrir […] [des] êtres […] déterminés en eux-mêmes sur lesquels s’opère ensuite une généralisation », car il y a « dabord la généralisation » (Saussure 2002, p. 23, souligné dans l’original). Cette attitude constitue une critique de l’induction – si le point de départ est déjà théorique, on ne saurait justifier une généralisation par la voie inductive :

Mais il y a d’abord la généralisation, et il n’y a rien en dehors d’elle : or, comme la généralisation suppose un point de vue qui sert de critère, les premières et les plus irréductibles entités dont peut s’occuper le linguiste sont déjà le produit d’une opération latente de l’esprit. Il en résulte immédiatement que toute la linguistique revient […] à la discussion des points de vue légitimes : sans quoi il n’y a pas d’objet. (Saussure 2002, p. 23)

  • 15 « Il y avait cette idée de l’ancienne linguistique que chaque différence représentait un type perma (...)

99Aussi pourrait-on avancer que les langues naturelles n’existent qu’en vertu d’une idéalisation opérée par les sujets parlants, au nombre desquels on doit mettre également le linguiste, et par conséquent, l’application d’une méthode inductive sur des objets construits aurait pour résultat une généralisation doublement construite. Il n’y a pas de langues, il n’y a qu’une diversité phénoménale. En outre, si les langues naturelles existaient toutes faites, le besoin de trouver des points de vue ne se présenterait pas. Même si on accordait une existence préalable aux langues naturelles, on devrait avoir une idée de la façon de les étudier avant de les étudier ; d’aller d’un simple constat de la diversité à l’étude de cette diversité sont deux choses distinctes. Devant ses étudiants, le professeur se contente d’une définition pour le moins vague : la langue est « une sorte de généralisation » des langues (CLG/E [I], N 2846). Ignorer la nature construite des langues naturelles est le seul moyen de garder la cohérence interne de la pensée saussurienne qui favorise l’épistémologie constructiviste, sinon, on doit accepter la fracture épistémologique due à la dérivation de la langue à partir des langues. En même temps, Saussure désire évincer toute allusion à une tradition philosophico-logique de la grammaire générale aux prétentions universalistes dans la mesure où ce serait induire en erreur que de croire qu’à partir d’une base empirique, celle des langues, on arriverait à une généralisation, à la langue, qui exprimerait une langue universelle, une « archilangue » ou une « proto-langue » qui à son tour déterminerait les langues naturelles (Fehr 2000, p. 57-58).15 Une telle démarche circulaire serait intolérable pour Saussure qui, tout en étant fidèle au perspectivisme, insiste sur le sens méthodologique qui va du point de vue de la langue à l’objet concret que sont les langues naturelles. Le risque de circularité est effectivement présent également dans sa démarche, si l’on s’arrête à la définition selon laquelle la langue est « ce que le linguiste aura su tirer de ses observations sur l’ensemble des langues » (CLG/E [I], N 2846), et si, ensuite, on projette le résultat de ces observations sur des langues naturelles. Cependant la différence réside dans le fait que cet ensemble de langues consiste en des données empiriques particulières qui auront subi une structuration et une classification a posteriori pour devenir des langues, et non en des langues naturelles distinctes d’avance. L’interprétation de Claudia Mejía va dans ce sens : « La loi générale ne peut certes être éclairée que par le fait particulier, mais le phénomène particulier n’est à son tour saisissable que grâce au principe général » (Mejía 1998, p. 53). Pour pouvoir opérer sur un objet concret, pour pouvoir au moins poser un point de vue sur quelque chose, Saussure a dû effectuer un saut épistémologique, ce qui l’a contraint à ignorer le premier palier des faits construits et à présupposer des objets concrets, des langues, ne serait-ce qu’en vertu de la nominalisation, d’une nominalisation socialement partagée. Ainsi, sur le plan méthodologique, la langue saussurienne est-elle « à la fois mis[e] en évidence et validé[e] par la description précise des langues particulières » (ibid. p. 55-56). Il semble que Saussure ait été obligé par la force des choses de céder du terrain au réalisme épistémologique tout en gardant du constructivisme le point de vue qui est logiquement primordial :

En toute science, y compris les plus exactes et les plus nettes, le but est non de fixer ce qui est, mais ce qui concilie la somme des documents qu’on possède en supposant que cela est. Il est malheureux que nous ne puissions aller au-delà, mais tel est le sort de notre esprit humain au milieu des objets de toute espèce, et si l’on adopte un système en s’écartant là, cela équivaut à renier tout but scientifique ou toute façon d’opération légitime en science. (BPU, ms. fr. 3958-7, 99v, cité dans Bouquet 1997, p. 96)

7.4.3 La vie ou la logique du langage

100Outre la dichotomie oubliée entre la langue et les langues, on trouve également l’opposition entre les langues et la vie de la langue dans les notes de cours de Saussure traitant de la linguistique géographique. Toujours dans un but heuristique, Saussure invite ses élèves à penser quel rapport existe entre les plantes et la plante : tout comme le scientifique peut se diriger vers la classification des plantes sans s’occuper des fonctions de la plante, il peut s’occuper de l’anatomie et de la physiologie de la plante sans prendre en considération sa vie évolutive et sa reproduction. En effet, Saussure a envisagé d’inclure dans ses cours de linguistique générale une leçon sur la vie de la langue, ou du langage, mais il est cependant symptomatique que cette approche métaphorique soit restée à la marge de sa perspective théorique :

Dans une certaine mesure […] on pourrait dire que la seconde partie (la langue) pourrait se développer dans le titre la vie de la langue, que cette seconde partie contiendrait des choses ayant une valeur pour caractériser la langue et que ces choses font toutes partie d’une vie, d’une biologie. Mais il y en a d’autres qui n’y rentreraient pas, entre autres toute la face logique de la langue dépend de données immuables que le temps ou les limites géographiques n’atteignent pas. (CLG/E [I], III C 2846)
Et ainsi un titre comme la Vie de la langue se trouverait fort mal choisi, comme trop précis, et par conséquent trop restreint. (CLG/E [I], N 2846)

101La face logique renvoie au principe de classification, à l’étude synchronique de la langue structurée, connue et activable dans l’esprit d’un sujet parlant, et dont l’élément temporel a été réduit au présent. La face logique est une réminiscence de la grammaire générale de l’âge classique :

La linguistique statique peut réclamer bien des choses qu’on range dans la linguistique générale. […] C’est à cette généralisation qu’appartient même ce qu’on a appelé la grammaire générale qui comprendra notamment les points où la linguistique touche de près la logique. (CLG/E [I], IIIC 1664, 1666)

102Mais que doit-on entendre ici par la vie de la langue ? La citation donne à penser que Saussure aurait envisagé de bâtir son principe de classification sous le titre de la vie de la langue. Les limites d’un tel titre paraissent à la fois trop étroites et trop larges, si bien que la réflexion autour de la vie de la langue et de la vie du langage devient un problème sans limites d’un champ sans limites où toutes sortes de variations intègrent la masse hétérogène de phénomènes linguistiques que l’on ne saura plus nullement saisir. La thématique de la langue sur le vif gravite autour de l’approche totalisante et onto-historique, autour de la discussion contemporaine sur l’espace-temps. La vie, aux yeux de Saussure, résume toute la problématique qui tourmente la linguistique de l’époque, et il cherche à trouver une raison satisfaisante à cette confusion qui apparaît doublement attirante du point de vue ontologique. D’une part, l’onto-historicité de la langue a été poussée à l’extrême ; la continuité temporelle de la langue devient le principal acquis de la linguistique : « Le langage vit à travers le temps, c’est-à-dire est susceptible de se transmettre » (Saussure 2002, p. 116). Et d’autre part, la diversité géographique est le premier facteur linguistique qui frappe aussi bien le sujet parlant que le linguiste (CLG/E [I], N 2847-2848). Quelle est la vie de la langue ou du langage qui comprend des éléments logiques ? Comment conceptualiser un objet de recherche qui malgré une certaine légalité, malgré quelques points de convergence ne relève ni des sciences physiques ni de la biologie, mais qui ne se réclame pas non plus toujours de la linguistique historique et comparée ?

103Par le biais de ses dichotomies, Saussure met en parallèle la vie du langage avec la logique du langage, l’essence dynamique avec l’essence structurée. Il y résume, d’un côté, la continuité onto-historique temporellement liée, et de l’autre, la méthode structurale qui se fonde sur le discontinu. Cette dualité fondamentale de la langue, divisée en continu et en discontinu, se présente comme suit (tableau 14) :

Tableau 14 – Le discontinu et le continu.

Discontinu

Continu

Logique du langage

Vie du langage

Synchronie

Diachronie

État

Transformation

Statique

Dynamique

Langue

Parole

Construction

Ontologie

Universaux

Individus

104Du point de vue de l’historien, il est possible de transposer sur ces catégories se réclamant de Saussure la contradiction entre le théorique et l’empirique qui tourmentait les linguistes de l’époque. Ces catégories recoupent et articulent la diversité et le chaos linguistiques auxquels le linguiste est confronté dans une recherche empirique. Au dire de Klein (2000, p. 30), « la lutte des contraires invite à penser que les oppositions binaires sont vouées à dominer toute conceptualisation au détriment de l’unité, et en conséquence on ne saurait penser autrement que dans la dichotomie ». Comme la totalité linguistique est inaccessible, on ne doit pas voir dans la présentation dichotomique deux alternatives exclusives, mais plutôt deux faces complémentaires de la même réalité. Les catégories saussuriennes se sont avérées tellement indispensables qu’on pourrait se poser la question de savoir comment les contemporains et les prédécesseurs de Saussure arrivaient à étudier la langue sans pouvoir s’appuyer sur elles.

105Avant d’arriver à la vision de la langue comme cristallisation sociale, la linguistique ruine l’existence même de son objet ; entre les langues individuelles, qu’il s’agisse des langues dites naturelles ou des idiolectes, la variation est telle qu’on aurait du mal à les regrouper sous la catégorie de la langue. Les catégories homogènes sont des entités qu’on a abstraites de la vie du langage – sans catégorisation toute science serait impossible. Tout en étant plausible sur le plan ontologique, un idéal synthétique qui amalgamerait les diverses composantes de la totalité langagière, faculté du langage, langue et parole, serait incompatible avec la pratique scientifique. Il est également impossible de se défaire du perspectivisme, si l’on tient à faire la différence entre les domaines multiples de la linguistique. La (re)construction est omniprésente : l’objectivation de la langue sous forme de la langue permet, d’une part, d’aborder les régularités langagières, et d’autre part, d’étudier la vie de la langue comme s’il s’agissait d’un être naturel qui vit sa propre vie. La réflexion autour du continu et du discontinu permet de faire ce constat avec Saussure :

  • 16 Une interprétation littérale de ce propos aurait toutefois quelque chose d’exagéré, et on ne saurai (...)

[…] la forme sous laquelle une science s’offre théoriquement, rationnellement, idéalement est indépendante de la manière dont on peut être forcé de la pratiquer. […] Malgré ce que les lignes de ce cadre ont d’absolu, il serait difficile d’observer absolument les frontières qu’on aura dressées théoriquement. (CLG/E [I], 1648-1649)16

106En dépit de la nécessité de la catégorisation, la diversité de l’être linguistique persiste toutefois au cœur de la problématique – comment vit-il dans les individus, au sein de la société, dans le peuple ?

Notes

1 Parménide dans Les présocratiques, Paris, La Pléiade, 1988, p. 243.

2 Il est symptomatique que, à une époque où la nécessité du changement linguistique est déterminée par le mécanisme de l’appareil phonatoire, M. Bréal associe, dès le début de ses réflexions linguistiques, le rôle du peuple à la nécessité, encore qu’instinctive, qui détermine les changements linguistiques. Voir partie 8.

3 « Ein Fabel in indo-germanischen Ursprache », Beiträge zur vergleichende Sprachforschung, n° 5, 1868, p. 206-208.

4 Par rapport au Mémoire, la conquête novatrice du Cours est réalisée dans le domaine de l’ontologie de la langue.

5 Voir, par exemple, l’article de L. Gauchat, « Gibt es Mundartgrenzen ? », Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen, n° 111, 1903, p. 365-403.

6 A.-L. Terracher (1914, p. i) écrit que le terme de géographie linguistique désigne une telle diversité de travaux « d’ordre et d’esprit » qu’il serait plutôt approprié de systématiser sous des expressions nouvelles les études effectuées dans le cadre de la dialectologie

7 Voir l’étude d’E. Hobsbawm (1990) et le discours sur la nation d’E. Renan (1882) ; sur la notion de nation chez A. Meillet, voir Caussat 1988.

8 L’occupation d’un vaste ensemble géographique par les langues slaves a permis à P. Sériot (1999) de forger la notion d’air du lieu.

9 Dans son article de 1918, « Convergence des développements linguistiques », A. Meillet souligne que l’identité des résultats est fonction de l’identité des conditions (Meillet 1982 [1918], p. 61-75). Tout porte à penser que le développement par convergence n’est pas restreint aux langues dérivant de la même souche ; la contiguïté physique est une condition suffisante pour que l’évolution des langues aille dans le même sens à long terme. Par conséquent, la définition de l’évolution parallèle rejoint la notion de convergence chez les naturalistes. Sur le changement linguistique en général, voir Itkonen 1982, sur le changement linguistique chez A. Meillet, voir Swiggers 1988.

10 C. Normand a fait remarquer dans sa communication lors d’un colloque sur V. Henry (20 septembre 2001) qu’on n’a pas besoin d’aller chercher le mode de raisonnement de ce dernier chez Kant : il suffit de penser à la méthode de rédaction de la dissertation enseignée à l’école française.

11 Il y aurait eu une dispute entre érudits avant Varron sur l’analogie et l’anomalie. De nombreux arguments ont été avancés, pour et contre, mais Varron est l’unique source certaine de la dispute (voir Fehling 1956 ; Collart 1962). Varron aurait tout aussi bien pu créer cette dispute pour des raisons techniques d’exposé : les livres VIII-X de De lingua latina ont été rédigés sous la forme thèse-antithèse-synthèse. J. Collart (1962) estime que Varron discute avec lui-même. Varron traite déjà l’anomalie et l’analogie dans ses ouvrages De utilitate sermonis et De similitudine verborum qui servent d’introduction à l’exposé théorique de son œuvre linguistique majeure (Collart 1954, p. 29). Faute de documentation, l’étude de la dispute ne mène nulle part, si bien qu’aujourd’hui on est à peu près unanime pour dire que la dispute était une fiction créée par Varron (voir Taylor 1987, p. 7-8).

12 LLV, 9 : non solum ad Aristophanis lucernam, sed etiam Cleanthis lucubravi.

13 Ce point de vue peut être comparé à ce que Saussure avance dans son deuxième cours de linguistique générale : « […] ce ne serait pas se mouvoir dans le diachronique que d’étudier l’un après l’autre plusieurs états d’un idiome » (CLG/E [I], IIR 1337). Il y a autant de champs synchroniques qu’on peut distinguer d’époques (ibid.).

14 Selon Saussure, cette approche se rapproche de la vérité, mais il tient à souligner que la langue est une institution sui generis qui résiste aux comparaisons trop poussées avec les autres institutions (CLG/E [I], IR 2202).

15 « Il y avait cette idée de l’ancienne linguistique que chaque différence représentait un type permanent, au fond d’un code, et ces types se correspondent, mais on ne voyait pas que cela supposait un archétype de telle ou telle forme. […] Si sage que nous semble aujourd’hui le point de vue historique, il est possible de faire de la comparaison sans faire de l’histoire » (CLG/E [I], II R 91). La grammaire comparée repose également sur la présupposition d’un type auquel la variation doit être ramenée.

16 Une interprétation littérale de ce propos aurait toutefois quelque chose d’exagéré, et on ne saurait dire, par exemple, qu’en principe, le scientifique accepte la théorie de l’évolution, mais qu’en pratique, il se résolve à divulguer le créationnisme.

Table des illustrations

Titre Figure 17 – Les isoglosses.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search