Version classiqueVersion mobile

La vie du langage

 | 
Carita Klippi

6. La vie des mots

Texte intégral

  • 1 Pour une étude plus détaillée du rapport entre la linguistique et la psychologie, voir De Palo 2000

1L’intitulé « La vie des mots » pourrait se formuler tout aussi bien « La vie sans sons » : ce chapitre poursuivra l’objectif d’étudier les enjeux autour de la transformation linguistique, mais en faisant abstraction de tout changement phonétique et en mettant un accent particulier sur le facteur psychologique, organisateur des phénomènes linguistiques dans l’esprit. En raison de l’abstraction faite du son, l’analyse dépassera également le cadre strict du mot : tantôt on restera en deçà du mot, tantôt on ira au-delà du mot. En quittant le domaine du son, on délaisse le domaine rassurant des sciences naturelles qui fournit la linguistique de modèles enracinés et solides afin de leur substituer une heuristique naissante propre aux sciences humaines qui sont en train de gagner la considération générale des esprits scientifiques. Comme le fait Bréal (1897, p. 309), on peut trancher sur l’épistémologie des sciences humaines et poser que la linguistique ne saurait être comptée parmi les sciences naturelles parce qu’il lui manque pour cela une condition capitale : son objet n’existe pas dans la nature. Quel est donc l’objet d’une science qui s’occupe d’un objet qui se définit en tant que trait distinctif de l’homme ? Et qui se situe dans l’esprit de ce dernier ? En cherchant à délimiter l’objet de la linguistique, Saussure affronte la difficulté de distinguer la linguistique de la psychologie. Le point de convergence entre la linguistique et la psychologie est l’étude des signes – la sémiologie dont les mécanismes sont fondés sur la psychologie (CLG/E [I], S 112). Ce mécanisme consiste en une association, « qui se produit lorsque l’homme essaie de signifier sa pensée au moyen d’une convention nécessaire » (CLG/E [I], N 288). Il s’agit là d’une approche de la linguistique qui rencontre la psychologie naissante1, mais qui ne saurait pour autant négliger le caractère historique de la vie des mots, à savoir le changement de sens. Selon Terrence Gordon (1982, p. 26), il y a dans la linguistique présaussurienne deux courants dominants en ce qui concerne la place de la science de la signification : l’un, représenté par Darmesteter, la rattacherait à la psychologie, l’autre, posté par Bréal, la considérerait comme une partie des sciences historiques.

6.1 Vers le détachement du règne naturel

2L’échafaudage théorique des néogrammairiens recèle une inconséquence que la linguistique française a cherché à éclairer de son mieux : pour les néogrammairiens, la linguistique est en effet, d’un côté, une science naturelle, et de l’autre, une science à la fois historique et psychologique. Malgré la doctrine selon laquelle le changement phonétique obéit à des mécanismes analogues à ceux des sciences physiques, les néogrammairiens sont fortement influencés par les philosophes allemands contemporains, parmi lesquels figurent Wilhelm Dilthey (1833-1911), Wilhelm Windelband (1848- 1915) – et plus tard, Heinrich Rickert (1863-1936) – qui cherchent à secouer l’hégémonie positiviste pour la remplacer par un nouveau type d’épistémologie. Avec ces philosophes, on assiste à une séparation entre les sciences de la nature, Naturwissenschaften, et les sciences humaines qui, selon l’accentuation choisie par l’auteur, se traduisent soit par Geisteswissenschaften, les sciences de l’esprit, soit par Kulturwissenschaften, les sciences de culture. Dans la perspective institutionnelle, la démarcation entre les sciences naturelles et les sciences humaines est acquise à partir de la deuxième moitié du xixe siècle, bien que dans la pratique la différence ait été sentie avant toute institutionnalisation. L’histoire officielle des sciences humaines est courte, même si la recherche sur l’homme se pratique depuis toujours. Depuis la révolution copernicienne, les sciences de la nature ont gagné une place solide si bien que leur scientificité n’a jamais été mise en doute, alors que les sciences qui relèvent de l’homme doivent continuellement justifier leur existence en tant que sciences. Dans la perspective positiviste, la scientificité de celles-ci repose sur l’emprunt aux méthodes des sciences naturelles. La position privilégiée des sciences naturelles est due à leur but explicite – la connaissance intégrale et approfondie de la nature –, tandis que les sciences humaines sont marquées par une ambiguïté qui résulte de l’éclatement de l’objet, la seule unité résidant dans l’étude pour le moins vague de l’homme et des traces que celui-ci a laissées. Rickert qui accentue la perspective culturelle des sciences humaines donne une définition lyrique de la différence d’objet de ces deux types de sciences :

Les produits de la nature sont ceux qui croissent librement de la terre. Les produits de la culture sont ceux qui sont engendrés par le champ que l’homme a labouré et ensemencé. D’après cela, la nature est ce qui se produit de soi, ce qui « naît » de soi-même et est abandonné à sa propre « croissance ». Elle s’oppose à la culture, comme étant ce qui est directement produit par un homme agissant en vue de fins auxquelles il confère une valeur. (Rickert 1997 [1926], p. 42)

3Les sciences de la nature cherchent à expliquer les phénomènes naturels par l’intermédiaire des lois causales, tandis que le chercheur en sciences humaines accomplit un acte d’empathie en cherchant à comprendre les phénomènes humains, d’où l’impossibilité d’établir une distinction entre l’observateur et l’observé comme dans les sciences naturelles. Selon Rickert, la distinction entre les objets compréhensibles et les objets perceptibles provient du fait que les uns véhiculent du sens, les autres non :

Il y a d’une part des objets qui, comme la culture, possédent une signification ou un sens, et que nous comprenons en vertu de cette signification ou de ce sens, et il y a d’autre part des objets qui comme la nature sont pour nous entièrement dénués de sens ou de signification et demeurent de ce fait inintelligibles. (Ibid., p. 44)

4La vie sans sons guide la linguistique inéluctablement vers les sciences humaines en vertu même du fait que le mot est senti comme une entité significative reconnue par l’homme et qui fait partie d’un contexte significatif plus vaste ; ce déplacement s’accomplit en dépit de quelques linguistes récalcitrants à l’idée de quitter l’heuristique des sciences naturelles. Le positivisme semble plus solidement ancré en France qu’en Allemagne.

6.2 La vie organique des mots

6.2.1 La vie des mots selon Darmesteter

5« S’il est une vérité banale aujourd’hui, c’est que les langues sont des organismes vivants dont la vie, pour être d’ordre purement intellectuel, n’en est pas moins réelle et peut se comparer à celle des organismes du règne végétal ou du règne animal » (Darmesteter 1979 [1887], p. 13). C’est dans ces termes que Darmesteter (1846-1888) ouvre son opuscule, qui a promu la formule la vie des mots. En dépit de la lecture littérale de la métaphore qui se dégage de l’organisation de l’ouvrage axée sur la naissance, la vie et la mort des mots, il n’existe qu’un lien lâche avec le naturalisme linguistique, malgré la répétition de ses lieux communs. Dans l’optique de l’auteur, le naturalisme a l’avantage de dévoiler, grâce à sa collaboration avec l’anthropologie et la zoologie, la question jusqu’alors métaphysique concernant l’origine du langage. La théorie de l’évolution est toutefois l’acquisition la plus durable de l’histoire naturelle, selon lui. Darmesteter se dit convaincu de la vérité du transformisme dans la linguistique, même si la théorie darwinienne finit par être réfutée du côté de la biologie (ibid., p. 31). Il prend au sérieux l’idée darwinienne de l’unité d’origine de deux espèces différentes, l’idée qui dans le cercle des linguistes fait écho au pouvoir explicatif que seule l’histoire possède. Dans sa démarche linguistique, Darmesteter est toutefois à cheval sur deux domaines, celui de l’histoire naturelle et celui de la psychologie. Selon Simone Delesalle (1985, p. 553), la psychologie sert « à distinguer l’évolution de la langue d’un pur processus biologique », mais en même temps, à séparer la linguistique de la tradition grammaticale philosophique pour laquelle le langage n’était qu’« un reflet de pensée ». En étudiant le changement de sens, Darmesteter (1979 [1987], p. 18) est poussé vers des considérations psychologiques en raison du double caractère du langage, qui « en tant que son relève du monde physique, et en tant qu’expression de la pensée relève du monde moral ». Il estime que la langue appartient à un ordre psychologique d’un point de vue ontologique, mais que d’un point de vue méthodologique, elle est du domaine des sciences naturelles (Desmet 1996, p. 261). Les sons du langage relèvent des lois physiques, alors que la morphologie, la syntaxe et la sémantique sont assujetties aux lois psychologiques, mais en raison de l’interaction entre le physique et le psychologique, cette division ne saurait être interprétée rigoureusement à la lettre (ibid.). L’interface entre le biologique et le psychologique ressort surtout de la définition de la langue en tant que matière constituée de sons, façonnée inconsciemment par la pensée (Darmesteter 1979 [1887], p. 31). En tant qu’individus, les catégories de langue et de mot peuvent être comparées à un organisme, même si elles se situent dans l’esprit. En tant qu’individus, les langues et les mots ont leurs écologies propres qui déterminent le cours de leur vie. Suivant la devise de l’époque, Darmesteter estime que la langue est « dans une perpétuelle évolution » (ibid., p. 15). Il s’agit de faire valoir par là que la vie du langage consiste en un processus continu. Darmesteter entend étudier, en prenant pour exemple le français, les causes psychologiques qui menacent l’équilibre précaire que la langue cherche à garder entre des forces opposées, l’une conservatrice, équivalant à l’attitude naturellement réactionnaire des usagers, l’autre révolutionnaire, qui englobe tant les changements analogiques dérivant du système grammatical que les changements d’ordre phonétique, ainsi que les causes quasi naturalistes de la lutte pour l’existence et de la sélection naturelle (p. 25).

6Selon Darmesteter, le mot est un groupe de sons auquel les locuteurs assignent des valeurs psychologiques : « […] c’est un signe sonore qui rappelle, par suite d’une association régulière d’idées, soit l’image d’un objet matériel, soit l’idée d’une notion abstraite » (p. 39, souligné dans l’original). La relation entre le mot et la valeur est une constante qu’il s’agit d’intégrer dans l’esprit lors de l’acquisition langagière. De ce fait, la vie des mots, à son état initial chez l’individu, revient à établir cette valeur constante, qui, par la suite, sera secondée par l’habitude de l’esprit. Sur le plan global, en revanche, on peut parler de la vie des mots seulement au moment où les mots entrent dans la logique dynamique de l’histoire. Les mots naissent lorsqu’un nouveau mot devient porteur d’une nouvelle valeur, les mots se développent lorsque l’on assigne plusieurs valeurs au même mot, et enfin, les mots meurent lorsque leur valeur constante tombe dans l’oubli. Fondamentalement, la vie des mots découle de l’activité de l’esprit, car l’esprit transforme la relation qui existe entre un groupe de sons et une valeur déterminée. Le mot est au service de la pensée, mais en tant que telle la pensée se réduit à l’esprit individuel, et par là même, ne fait pas partie de la langue, mais de la psychologie. Or, l’organisme linguistique fait preuve d’un conservatisme sain s’il résiste aux turbulences auxquelles l’esprit humain cherche à l’arracher. Ainsi Darmesteter estime-t-il que « la vie, la santé du langage consiste à suivre le plus lentement possible la force révolutionnaire qui l’entraînera toujours assez vite, en se retenant fortement aux principes conservateurs » (p. 20). En prenant parti dans le schisme, pas encore consommé, entre un philologue et un linguiste, Darmesteter désapprouve le libre cours vital de la langue qui serait propre à conduire l’organisme linguistique à une sorte d’état d’anarchie, et par conséquent, il soutient la nécessité de l’intervention humaine consciente pour une amélioration des phénomènes langagiers (voir section 4.1.2.1 ; Klippi à paraître) :

Ce développement effréné, cette course irrésistible que présente l’histoire de certaines langues, des linguistes l’ont considéré comme l’idéal de la vie du langage, parce que là on saisit le mieux la langue dans le jeu libre des forces auxquelles elle s’abandonne.
Pour ces savants, les langues littéraires sont des langues artificielles où intervient la volonté de l’écrivain, de l’artiste, l’action savante de l’école. Pour eux les idiomes des Papous et des Peaux-Rouges l’emporteraient donc sur nos belles langues littéraires, autant que les chardons sauvages l’emportent sur les roses merveilleuses obtenues par une culture raffinée et un art supérieur. La tulipe bleue ou noire n’est-elle pas un monstre pour le botaniste ?
Nous ne saurions admettre cette façon de voir et la justesse de la comparaison. Le botaniste peut avoir raison ; le linguiste certainement non. Et d’abord, ce changement à outrance, dont on fait la vie idéale des langues, va à l’encontre de l’objet même du langage et lui fait perdre à peu près toute son utilité, puisque, dans les idiomes sauvages dont il est question, les vieillards ne comprennent plus les jeunes gens. N’est-ce pas une preuve frappante qu’on est en présence d’un fait anormal et d’un vrai cas tératologique ? (Darmesteter 1979 [1887], p. 22)

7Darmesteter tient à ce que la vie du langage soit conséquente avec le progrès positif qui est un résultat naturel de la marche de la civilisation, et qui finit par imposer une hiérarchie entre les langues : « […] ce progrès de la civilisation auquel on doit les littératures et les formes artistiques du langage qui les sauvent de l’oubli, est un mouvement aussi naturel et qui a des causes aussi inconscientes que les autres manifestations de l’activité humaine » (p. 22-23). En même temps, dans la perspective de la lutte pour l’existence et de la sélection naturelle, la vitalité du langage ressemblerait à celle d’une cellule cancéreuse qui prolifère au détriment de son hôte. Ainsi la langue et les mots, se trouvant en quelque sorte dans l’entre-deux du monde naturel et du monde moral, sont-ils soumis, à la manière de tout être susceptible de changement, à la loi de la transformation, aux vicissitudes des rapports de force : « […] cette évolution est la loi générale du développement organique dans les êtres vivants, puisque le changement dans la vie se réduit le plus habituellement à la disparition graduelle de la cellule fondamentale devant la cellule voisine qu’elle s’est peu à peu adjointe et qui se développe à ses dépens » (p. 78). Le vacillement de Darmesteter entre deux mondes mène également à des contradictions qui font de lui et un puriste et un linguiste naturaliste.

8Si Darmesteter se permet des rapprochements entre l’histoire naturelle et la linguistique, c’est qu’il vise à dresser, non pas une généalogie de la faculté du langage, pas même celle d’une langue particulière, mais, dans une perspective moins ambitieuse, une généalogie des mots :

Déterminer la vie d’une signification, c’est remonter non à l’origine première du mot, mais au sens antérieur qui l’explique, comme en histoire naturelle remonter à l’origine d’un individu, c’est non remonter à l’origine de l’espèce, mais aux individus, mâle et femelle, dont il dérive. (Ibid., p. 31)

9Les dictionnaires constituent l’aboutissement de ce travail. Ce sont des catalogues artificiels regroupant les différentes valeurs constatées d’une entrée qui, outre leur lien historique, ont peu de choses à voir ensemble. Le dictionnaire documente le bourgeonnement d’un être linguistique qui « se sépare en plusieurs fragments, qui deviennent ensuite autant d’individus indépendants, quoique identiques, en matière et en forme, à l’individu d’où ils sortent » (p. 40). Le dictionnaire est un reflet de la « reproduction asexuée » de la matière phonétique du mot, mais la face conceptuelle du mot cache la variation interindividuelle, ce qui explique pourquoi les mots et les valeurs ne sont pas dans une relation biunivoque. En dernier lieu, c’est seulement dans l’acte concret d’une énonciation actualisée que l’esprit fixe la valeur du mot, laquelle valeur est aussi fonction des mots contigus : « […] les mots de la langue, quand nous en avons besoin, viennent à notre souvenir dans l’acception spéciale où nous voulons les employer » (p. 41). Mais l’actualisation du lexique latent n’est pas tout. Darmesteter estime que le locuteur colore le mot par son propre imaginaire, qui est dépendant des variables personnelles externes, telles que la situation où le locuteur se trouve, sa scolarisation et son instruction, ses lectures, ses voyages (p. 65) ; en somme, de tout un réseau d’existence et d’expériences. Pour illustrer la variété de connotations d’un individu à un autre, il invite le lecteur à penser à un tableau qui représente un rocher surplombant la mer (p. 66). La diversité des impressions qu’engendre ce tableau peut être rendue seulement au moyen du langage, qui constitue l’unique terrain qui puisse rassembler les esprits individuels, mais, en même temps, le langage n’est qu’un outil imparfait et approximatif pour traduire la pensée. Dans cette imperfection résident toutefois une opportunité et une ouverture pour les esprits fins qui savent saisir la véritable vie créatrice du langage :

Si le langage était l’expression adéquate de la pensée, et non un effort plus ou moins heureux vers cette expression, il n’y aurait pas d’art de bien dire. Le langage serait un fait naturel comme la respiration, la circulation, ou comme l’association des idées. Mais, grâce à cette imperfection, on fait effort à mieux saisir sa pensée dans tous ses contours, dans ses replis les plus intimes, et à la mieux rendre, et l’on fait œuvre d’écrivain. (p. 67)

10Mais comme les dictionnaires ne regroupent pas les connotations individuelles, ils ne sont pas un reflet fidèle du sens psychologico-individuel. Le dictionnaire est une abstraction dans la mesure où le sens d’un mot ne peut être tiré des occurrences spatio-temporelles que si les valeurs individuelles représentent des valeurs homogènes d’une collectivité, qui, au moins sur le plan métaphorique, est un agent linguistique actif se règlant lui-même, tel un organisme. Les dictionnaires ont une double tâche : d’une part, ils présentent « l’état de langue à un moment donné » (p. 98), et par conséquent, sont l’expression de la pensée contemporaine d’une collectivité ; d’autre part, ils traduisent le développement des idées ancrées dans les mots, si bien qu’ils reflètent l’évolution de la psychologie de tout un peuple. « Le dictionnaire historique d’une langue est la succession de tombeaux où sont venues se reposer, avec les générations d’hommes qui ont pensé, les générations de pensées que leur langue a exprimées et les formes sensibles où elles ont pris corps » (p. 99).

11Le procédé que Darmesteter nomme rayonnement représente l’une des modifications que subit la langue. Le rayonnement condense également une conception plus globale du transformisme qui réduit le changement et la variation à son origine, non seulement sur le plan historique, mais aussi sur le plan synchronique dans la mesure où on peut y accorder une interprétation analogique, pragmatique ou prototypique (figure 15) : « Soit N le nom d’un objet A, soit a une qualité quelconque que l’on considère dans A, ce nom N passera à d’autres objets B, C, D, E, F, G, etc. grâce à la même qualité a que chacun de ces objets possédera au milieu d’autres » (p. 68).

Figure 15 – Le rayonnement.

Figure 15 – Le rayonnement.

12Citons l’un des exemples de Darmesteter (p. 69). Le mot tête dérive du mot testa, qui en latin signifiait « un pot », et figurément, en bas latin, « une boîte crânienne ». Les caractéristiques prototypiques se trouvent au milieu de la constellation, puis mises en circulation par leur extension analogique, ce qui explique les différents usages du mot : « […] la tête considérée comme la partie supérieure et extrême du corps donnera les emplois figurés : tête de ligne, tête de pont, etc. ; considérée dans sa forme physique, elle donnera tête d’épingle, tête de marteau, etc. ; considérée comme siège de la pensée, elle donnera avoir de la tête, une tête faible, etc. » Le sens du mot est donc fonction tant de son contexte que de son cotexte d’énonciation. Au fond de la plupart des modifications qui concernent le changement de sens des mots, on constate un travail métaphorique, fondé sur l’analogie, qui a permis le passage d’un monde concret sensible au monde des idées abstraites et des imaginaires construits par l’esprit. Darmesteter fait l’éloge de la métaphore qui caractérise tant le langage de l’homme primitif que celui de l’homme moderne :

Elle seule a pu permettre à chaque homme de pénétrer ainsi au fond des pensées de ses semblables. Dans aucune des langues dont nous pouvons étudier l’histoire, il n’y a de mot abstrait qui, si l’on en connaît l’étymologie, ne se résolve en mot concret. Et, a priori, il est évident qu’il n’en puisse être autrement. Quand les hommes ont créé le langage, ils ont nécessairement attaché à des sons spéciaux les images d’objets matériels, autrement il leur aurait été impossible d’échanger entre eux leurs idées. Quel intermédiaire commun avaient-ils qui permît de faire cet échange, sinon le monde matériel, extérieur à leur esprit, tangible, et qu’ils pouvaient se montrer du doigt ? Ces mots concrets, ces images d’objets sensibles, devinrent graduellement les signes d’idées moins concrètes : ils se dépouillèrent de ce qu’ils avaient de grossier, pour ne plus rappeler à l’esprit que la notion abstraite qu’ils recélaient au fond d’eux-mêmes. (p. 77)

13La marche de la civilisation se déploie par l’accumulation des idées abstraites qui se fonde toutefois sur le matériel et le sensible.

6.2.2 La vie des mots selon Henry

14Selon Henry, les thèmes privilégiés des néogrammairiens ne font pas partie de la vie des mots : le changement phonétique qui relève de la « linguistique pure » ne traduit qu’un mécanisme physiologique dont la cause première peut être négligée ; l’analogie, à son tour, traduisant un mécanisme grammatical et logique fondé sur l’imitation, s’inscrit dans la logique de la morphologie sans pénétrer les « arcanes encore inexplorés de la conscience psychologiques » (Henry 1896, p. 20-21). La linguistique rencontre la psychologie physicaliste à travers le « mystère » de la vie des mots (p. 21).

15Outre les trois antinomies explicites que Henry énumère dans ses Antinomies linguistiques, la première sur la nature du langage, la deuxième sur l’origine du langage et la troisième sur le langage et la pensée, le corps du texte en cache subrepticement d’autres. La vie des mots, partie de la première antinomie, en comporte une dans son sein :

[THÈSE]
[…] le mot, en tant que partie du discours et phénomène du langage, n’est qu’une sonorité fugitive, qui meurt en naissant, et n’a d’existence qu’au moment précis où on le profère […]
[ANTITHÈSE]
[…] le mot, en tant que signe d’un concept et phénomène psychique, est une réalité permanente, qui vit de la vie même du sujet pensant dont il fait partie intégrante. (Henry 1896, p. 18)

16Par l’intermédiaire de cette antinomie, Henry cherche à résoudre comment le mot peut vivre s’il n’a qu’une existence éphémère au moment de sa prononciation. L’objet du monde physique, le son, n’est qu’une entité spatio-temporelle dont l’apparition est quasi simultanée à sa disparition. Pour l’élever au statut de véhicule d’un concept, l’esprit accomplit une opération d’abstraction qui transforme la réalité physique en une réalité psychique aux fins d’appréhender l’objet fugace. Le son ainsi ramené à l’état de représentation du son, à une condition d’empreinte permanente du véhicule de concept, s’unit intimement avec le concept. S’inspirant de l’ouvrage de Victor Egger, La parole intérieure (1883), Henry (1896, p. 18-19) associe, au plus près de ce lien qu’entretient l’image du son avec le concept, le langage avec la pensée muette et la pensée avec la parole intérieure (voir Bergounioux 2004). L’union de l’empreinte psychique du son et du concept est assignée à une psychologie biologisante en vertu de laquelle le mental, sans se soumettre au physique, aurait un rapport de dépendance à celui-ci, ce qui laisserait place à des propriétés propres au mental. La représentation du mot en tant qu’entité psychique d’une complexité supérieure au physique présuppose toutefois un substrat physique :

[…] le mot, en tant que signe d’une représentation consciente, et représentation consciente lui-même, participe à la vie des cellules cérébrales, – cellules dont la vie consiste précisément et exclusivement dans les modifications moléculaires et chimiques qui rendent possible cette série indéfinie de représentations […]. (Ibid., p. 19)

17En vertu de cette dépendance du psychique au physique, le changement de sens est traité en conséquence :

[…] si, par suite des modifications inconnues qui se produisent nécessairement au sein de la substance vivante de la cellule, le concept dont elle est empreinte vient à se modifier à son tour, l’affection qui atteint le concept et, avec lui, le mot qui le représente, est nécessairement aussi une affection de nature biologique […]. (Ibid.)

18Dans ces circonstances, le mot est, suivant la définition de Henry, un tout qui ne saurait être ramené à un dualisme quelconque : le mot en tant que « signe d’un concept et phénomène psychique, est une réalité permanente qui vit de la même vie du sujet pensant dont il fait partie intégrante » (p. 18). Les phénomènes psychiques vivent au gré du physique, mais le psychique exerce un ascendant sur le physique. Les changements linguistiques d’ordre sémantique seraient dus à des modifications se situant au niveau des cellules, mais présupposeraient toutefois l’intervention d’une démarche psychique inconsciente, une amnésie, qui en toute logique devrait être une amnésie collective, et partant, une mutation quasi simultanée des neurones. Le changement sémantique « implique la transformation biologique ou la mort de la portion de substance cérébrale sur laquelle était empreinte l’association de concepts qui constitue ce que nous appelons la valeur significative d’un mot » (p. 22). Henry illustre son point de vue à l’aide d’un changement sémantique particulier qui démontre la répartition conceptuelle et la résurgence formelle d’un champ sémantique hippique. Les données fournies par Henry sont placées dans le tableau suivant (tableau 12) :

Tableau 12 – La répartition conceptuelle et le changement sémantique.

cheval jument bête de somme
ier siècle equos equa iumentum
ive siècle caballus
xe siècle chevals ive
xiie siècle chevals jument
xvie siècle (cavale)

19Pour qu’un changement linguistique puisse affecter la majorité des sujets parlants, il faut une amnésie, un oubli pathologique qui agit à la manière d’une sélection naturelle négative sur les cellules dans lesquelles un tel mot conceptualisé a sa résidence, par exemple, le terme equos du latin classique ou le terme ive de l’ancien français. De même, la naissance de nouveaux mots conceptualisés implique le développement de nouvelles cellules qui fonctionnent comme supports biologiques, en l’occurrence, pour le mot caballus. Un changement au niveau associatif du cerveau entraîne un transfert de traits sémantiques – ce qui explique comment le mot qui signifie « une bête de somme » peut assumer une nouvelle valeur, celle de « jument ». Sont mortes les « parties d’un organisme qui servaient de siège à certaines corrélations » et se sont développés « les nouveaux éléments biologiques » porteurs de nouveaux traits sémantiques (p. 23). Enfin, le mot cavale emprunté à l’italien démontre que l’usage n’adopte pas un mot savant, car il lui manque une condition nécessaire : le siège dans les cellules cérébrales.

20Cherchant à dévoiler la causalité primitive à l’aide d’un changement sémantique pour le moins trivial, Henry pénètre un territoire inexploré en supposant une corrélation entre la langue, l’inconscient et le support neurobiologique. Il aboutit ainsi à des conclusions plutôt risquées puisqu’il quitte le domaine purement linguistique pour favoriser une approche qui ne pouvait être considérée que comme un exercice spéculatif gratuit. Eu égard à la manière contradictoire dont Henry conclut sa position sur la vie des mots, il est difficile de trancher s’il est lui-même conscient du risque auquel il se soumet : « […] la vie des mots […] est une vérité d’ordre général, un postulat métaphysique, dont les applications particulières relèvent essentiellement de la psycho-physiologie » (p. 20). Les réflexions métaphysiques, tout comme les généralités qui ne seraient pas fondées sur l’induction, seraient strictement exclues de l’idéal positiviste qui régit la pensée des collègues de Henry. Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant que ces derniers se montrent parfois méfiants à l’égard de ses conclusions quelque peu extravagantes et de son manque de critique : ainsi Bréal, dans une lettre personnelle, estime que Henry met « trop de philosophie, trop de sciences naturelles » dans ses réflexions (Décimo 2000, p. 74). Quoi qu’il en soit des réflexions de Henry concernant le support neurobiologique des mots, cela ne diminue pas la validité des liens associatifs psychologiques. Ces liens ne sont pas seulement observables chez un individu, mais toute langue transmise naturellement d’une génération à l’autre en garde un souvenir dans son histoire sémantique – alors que les mots savants, issus d’une création purement artificielle, ne se transmettent que par des voies tout aussi artificielles.

6.3 L’analogie

21Chez les néogrammairiens, le rôle de l’analogie est d’intégrer la majorité des exceptions qui n’entrent pas dans le cadre des lois phonétiques. L’incertitude du statut de la linguistique se fait davantage sentir lorsque l’analogie est traitée comme appartenant au domaine de la psychologie. Dans un premier temps nous esquisserons la position de Paul vis-à-vis de l’analogie, car les contemporains, notamment Benjamin Wheeler (1887, p. 45), saluent l’ouvrage de Paul comme le traité le plus profond et le plus exhaustif au sujet de l’analogie. Ensuite, il conviendra d’évaluer l’analogie du point de vue français, plus particulièrement à travers la première position de Henry, et enfin, son rôle dans la pensée saussurienne.

6.3.1 Le psychologisme de Paul et les groupes associatifs

22On a souvent reproché à Paul son psychologisme « désespéré » (Antal 1985, p. 128). D’après une acception impliquant cette connotation négative, le psychologisme aurait tendance à réduire aux lois de l’esprit tout ce qui confine à la pensée. En outre, au niveau linguistique, le psychologisme aurait le tort de privilégier la variation individuelle au détriment de la régularité interindividuelle (Simone 1995, p. 234). En effet, Paul reprend les explications, la terminologie et les concepts de la psychologie individuelle d’une époque qui se livre volontiers à la spéculation en un temps où les méthodes appliquées dans ce domaine n’étaient qu’en germe. Or, à l’opposé des spéculations psycho-physiologiques que son collègue français accomplira plus d’une décennie plus tard concernant la vie des mots, Paul choisit la prudence. Le psychologisme de Paul est un sujet à relativiser à travers une lecture attentive des Prinzipien der Sprachgeschichte (1880). Paul affirme que la psychologie est le point culminant des sciences de la culture, l’élément psychique étant le facteur essentiel de toute culture (Paul 1890 [1880], p. xxviii). Il confirme, néanmoins, que la science de la culture est toujours une science sociale, car une culture prend sa signification seulement au sein d’une communauté, car tout ce qu’un individu apprend, il l’apprend en prenant exemple sur les autres individus, sur la société dans laquelle il évolue (ibid., p. xxx). Cependant, Paul prend soin d’éviter toute confusion avec la Völkerpsychologie de Heyman Steinthal (1823-1899) et de Moritz Lazarus (1824-1903), selon laquelle les phénomènes psychologiques, surtout ceux de nature linguistique, ne peuvent être expliqués par les termes de la psychologie individuelle, mais par les relations interpersonnelles d’une communauté (ibid., p. xxxi ; Graffi 1995, p. 173). Au lieu d’étudier l’esprit d’individus particuliers, la Völkerpsychologie s’intéresse à l’esprit de toute une communauté, lequel esprit a conséquemment de l’ascendant sur celui des individus. Au contraire, Paul suppose que la psychologie individuelle et l’activité linguistique individuelle sont les seuls objets qui possèdent une réalité scientifique authentique, ce qui l’amène à conclure qu’il y a autant de langues qu’il y a d’individus (Graffi 1995, p. 174). À moins d’impliquer ce que Graffi appelle « l’uniformité constitutionnelle des individus », l’étude scientifique de la langue aurait le défaut d’être réduite à un atomisme extrême (ibid.). Aussi Paul (1890 [1880], p. xxxix) tient-il à préciser que tout ce que nous imaginons savoir sur la pensée des autres, nous le tirons de la nôtre. Nous présupposons que les autres individus se trouvent dans le même rapport vis-à-vis du monde extérieur que nous-mêmes, que les mêmes causes physiques produisent les mêmes effets sur l’esprit de chaque individu et que les idées sont organisées d’une manière identique dans chaque esprit individuel (ibid.). Paul réconcilie les points de vue mutuellement exclusifs, l’un social et l’autre individuel, en analysant l’influence de l’usage linguistique et de la compréhension réciproque sur le comportement linguistique des individus. L’individu reçoit de la communauté le cadre et la direction de son évolution mentale, mais chaque esprit doit commencer la recréation de zéro. On peut réaliser une étude scientifique de la langue en observant les actes de parole de quelques individus, ou même d’un seul individu (ibid., p. 8), sans recourir à une entité supra-individuelle de la Völkerpsychologie. En comparant les formes individuelles de la langue, on obtient une sorte de moyenne qui définit l’usage, la norme de la langue (p. 9). Or, le côté purement psychique de l’activité linguistique ne saurait être appréhendé que grâce à l’introspection ; il en résulterait une hétérogénéité psychique, en dépit de la présupposition de « l’uniformité constitutionnelle des individus ». Cette alternative irait toutefois contre la lettre de la dimension interindividuelle qui réside dans le psychologisme de Paul : les phénomènes linguistiques laissent bien une trace indélébile dans l’organisme psychique d’un individu pour pouvoir être reproduits par la mémoire, mais l’extériorisation de ces traces doit être comprise par d’autres individus, ce qui parle en faveur d’une intériorisation et d’une reproduction partagées (p. 177). Par ce lien intime entre le psychique et le social, l’individu constitue la base viable d’une étude linguistique, que l’on s’occupe de la représentation sociale de la langue chez un individu, ou bien des mécanismes de la réception et de la coordination par l’intermédiaire desquels les phénomènes linguistiques se manifestent et s’organisent dans le psychique.

23Paul fonde ses théories psychologiques sur la théorie de l’association d’idées qui constituait le principe dominant de la psychologie scientifique à la fin du xixe siècle (Vallini 1972, p. 40). Il affirme que la plus importante conquête de la psychologie contemporaine est la reconnaissance que l’inconscient représente la réserve de tout ce qui a été conscient (Paul 1890 [1880], p. 3). Il en va de même pour la langue : le matériel linguistique est trouvable dans l’inconscient, organisé en groupes qui sont à la base de toute action linguistique. Toutes les idées sont introduites dans la conscience par groupes et par groupes elles restent dans l’inconscience (ibid., p. 4-5). Dans le chapitre sur l’analogie, il examine l’organisation associative des mots en groupes (p. 92-110).

24L’appartenance à tel ou tel groupe dépend de la forme et de la fonction de leurs éléments constitutifs. Paul distingue deux types de groupes : stoffliche Gruppen, groupes substantiels, et formale Gruppen, groupes formels, qui ne restent pas forcément séparés mais peuvent former d’autres groupes ou s’amalgamer les uns aux autres (voir Koerner 1972, p. 296). Dans les groupes substantiels, le plus petit dénominateur commun des mots est la coïncidence partielle des significations, ce qui est exemplifié par les différents cas de la catégorie du nom. À côté de la coïncidence des significations se trouve la concordance partielle de la forme phonétique qui dépend de la relation étymologique. En outre, des groupes substantiels sont fondés uniquement sur le sens ; par exemple : mère-père ; bin - ist - war ; here-there ; good-better ; parvus-minor. Dans les groupes formels, le plus petit dénominateur commun des mots est, par contre, donné par la coïncidence de la fonction. Paul compte parmi ces groupes « la somme des nomina actionis, des comparatifs, des nominatifs, des premières personnes des verbes, etc. » (Paul 1890 [1880], p. 93). Il constate que l’union de la correspondance fonctionnelle et phonétique dans des groupes formels est beaucoup moins régulière que dans des groupes substantiels. D’une façon générale, les groupes formels se divisent en nombreux groupes plus petits, à l’intérieur desquels les éléments singuliers sont unis par la correspondance phonétique, tandis que ceux-ci diffèrent entre eux, comme les datifs libro, anno-mensæ, rosæ-paci, luci, etc. (ibid., p. 93).

25L’établissement des groupes substantiels et formels est un fait primordial dans l’organisation de la langue pour autant que ces groupes s’entrecroisent. Paul illustre à l’aide des exemples suivants les Proportionengruppen qui reposent sur l’équation des proportions des groupes substantiels-formels. D’un côté, il y a la correspondance du sens des groupes substantiels : Tag : Tages : Tage = Arm : Armes : Arme = Fisch : Fisches : Fische ; de l’autre, la correspondance de la fonction des éléments formels : Tag : Arm : Fisch = Tages : Armes : Fisches, etc. (p. 94). Le tableau 13 esquissé par Vallini (1972, p. 44) permet de mettre en relief les groupes proportionnels :

Tableau 13 – Groupes associatifs.

Groupe formel Groupe formel Groupe formel
Groupe substantiel Tag Tages Tage
Groupe substantiel Arm Armes Arme
Groupe substantiel Fisch Fisches Fische

26Le dessein de Paul est de prouver qu’une activité combinatoire dans l’esprit humain serait à l’origine des groupements (Koerner 1972, p. 297). Il soutient que l’analogie serait le principe sous-jacent qui guiderait cette activité combinatoire. Dans cette perspective, il démontre que le sujet parlant a recours aux proportions analogiques qui non seulement organisent les phénomènes linguistiques, mais sont également une source de génération de nouvelles proportions.

6.3.2 L’analogie en France

27La position de Paul témoigne que dans le milieu linguistique du dernier tiers du xixe siècle, les notions d’analogie et d’association faisaient partie du domaine de la psychologie. Quant à Saussure, il voulait renier, dans le sillage de Henry, non seulement la réduction psychologique de l’analogie, mais aussi sa réduction à la diachronie. Saussure souligne que le classement d’un ordre quelconque est une nécessité a priori sans mettre en avant la psychologie (CLG/E [I], I R 2024). Étant donné que l’analogie a toujours été considérée comme l’un des plus importants facteurs de la langue, son détachement de la psychologie était aisé. L’entourage intellectuel de l’époque était bien conscient de son caractère ubiquiste et de sa faculté d’organiser nos perceptions. On voit ainsi Bréal envisager la portée de l’analogie au-delà de la langue, sous son aspect « vieux comme le monde » qui distingue un rapport analogique dans les antithèses : jour/nuit = vie/mort = avant/après =… (Bréal 1897, p. 68-69). Bréal constate que la représentation antithétique du monde se reflétera dans la langue :

[…] l’esprit, qui associe volontiers les idées par couples, aime à souder entre eux les contraires, en leur donnant même extérieur. En même temps que cela aide la mémoire, cela donne plus de relief à la parole. (Bréal 1897, p. 68)

28Nombre de publications sur l’analogie prouvent que la linguistique de l’époque a compris que l’analogie est « une condition primordiale du langage », estime Bréal (ibid., p. 78), qui tient à souligner également que l’analogie ne travaille pas fortuitement sur la langue, mais constitue plutôt un principe de régularité tout comme les lois phonétiques :

À considérer l’usage qui en est fait dans quelques livres récents, on la prendrait pour une grande éponge se promenant au hasard sur la grammaire, pour en brouiller les formes, pour effacer sans motif les distinctions les plus légitimes et les plus utiles. Tel n’est pas son caractère : elle est, au contraire, au service de la raison, raison un peu courte, un peu dénuée de mémoire, mais qui n’en est pas moins le vrai et nécessaire moteur du langage. (Ibid., p. 76)

29En somme, la logique du langage, selon Bréal, repose sur l’analogie qui est « la façon de raisonner des enfants et de la foule » (p. 233).

6.3.2.1 La notion d’analogie dans les thèses de doctorat de Henry

  • 2 Ce chapitre reprend Klippi 2004a.

30Varron (116-27), Paul et Saussure peuvent être qualifiés de « champions » de l’analogie (Itkonen et Haukioja 1997). Donnant accès au concept de la langue de Henry pendant ses années formatrices, les deux thèses de doctorat, Étude sur l’analogie en général et sur les formations analogiques de la langue grecque (1883a) et De sermonis humani origine et natura M. Terentius Varro quid senserit (1883b), inscrivent leur auteur dans cette liste des défenseurs de l’analogie.2

6.3.2.1.1 L’analogie est anomalie

31— À notre connaissance, Cristina Vallini avec son Linee generali del problema dell’analogia dal periodo schleicheriano a F. de Saussure (1972) propose le tout premier travail de recensement de l’analogie chez Henry. Vallini (1972, p. 11-13) remarque que la thèse de Henry sur l’analogie comporte des traits qui font penser à Bopp et qui inscrivent Henry dans une position scientifique archaïque à une époque relativement avancée sur le plan méthodologique. Selon Vallini, le trait archaïque, dont cet « auteur mineur » est coupable, est qu’à l’analogie manque une valeur positive, car elle est propre à brouiller la régularité des changements linguistiques, dissimulant ainsi la transparence historique des formes. Un survol des épithètes que donne Henry à l’analogie en témoigne effectivement. De l’analogie résulte la corruption (Henry 1883a, p. 69), la perturbation (p. 79), les déformations (p. 416) ; elle altère la langue, l’appauvrit, élague et détruit les formes prototypiques (p. 412) ; les formations analogiques sont étranges à cause de leur régularité (p. 412) ; les explications par l’analogie sont faciles et trop commodes (p. 85), si aisées qu’il faut s’en défier (p. 105).

  • 3 Le terme hystérogène est un emprunt au grec ὑστερογενής « qui vient après la naissance, qui vient p (...)
  • 4 Or, cette attitude peut être vue sous un tout autre angle, si on la compare avec le point de vue qu (...)

32En effet, l’analogie relève de la tératologie et engendre des monstres linguistiques. Dans sa thèse sur l’analogie, Henry cherche à détecter la filiation de ces anomalies analogiques et leurs tératogènes. Le principe actif de la tératologie linguistique est caractérisé comme « hystérogène »3, à savoir qu’elle agit postérieurement sur quelque chose qu’on considère comme primordial. Dans cette perspective, elle est une cause perturbatrice du double aspect : elle conduit à une distorsion de l’état normal prototypique du passé ou à une insurrection contre la légalité des lois phonétiques. D’un côté, elle dégrade les formes primitives de la langue proethnique indo-européenne, de l’autre côté, elle estompe la transparence des lois phonétiques auxquelles ont obéi les transformations de la langue proethnique (p. 13, 22).4 Or les mutations analogiques ne se bornent pas à être aberrantes à l’inverse des malformations provoquées par la nature, car elles peuvent être recopiées. Il est paradoxal que l’analogie qui produit du même soit associée au pathologique qui est considéré comme du différent. Desmet (1992, p. 239) fait observer que l’attitude de Henry vis-à-vis de l’analogie est quelque peu ambiguë. L’analogie est à la fois un principe d’unité et un principe perturbateur de la langue : elle « multiplie […] à l’infini les ressources expressives de l’idiome qu’elle déforme en l’enrichissant » (Henry 1883a, p. 16).

6.3.2.1.2 La légalité chez Henry

33— Le témoignage contemporain voit les lacunes de la thèse sous un autre angle. Le jury de la thèse reproche à Henry de ne pas avoir assez fait ressortir « l’opposition de l’analogie et de l’altération phonique, ces deux agents essentiels de l’altération et du renouvellement des langues » (cité dans Décimo 1995, p. 36). Il est vrai que Henry ne met l’accent que sur l’un des participants de ce double jeu. Henry reconnaît aux lois phon (ét) iques la fatalité des lois physiques, ce qui permet de classer la phonétique parmi les sciences naturelles. Mais même les lois des sciences naturelles peuvent comporter des éléments incalculables qui modifient les prévisions. À cause de l’idéalisation, les sciences naturelles avouent une part d’approximation. Henry en est bien conscient en s’exprimant sur l’Ausnahmslosigkeit des lois phonétiques :

Pour calculer la trajectoire du projectile, on le suppose d’abord se mouvant dans le vide ; mais la résistance de l’atmosphère modifie cette ligne idéale, et ces modifications, pour être très faibles, ne sont pas moins fatales que le tracé de la ligne elle-même. Il est possible de les calculer ; bien plus, il est possible théoriquement de tenir compte de la densité de la couche de l’air, de la violence et de la direction du vent. (Henry 1883a, p. 65)

  • 5 Voici, dans son intégralité, l’inventaire des vicissitudes qui, selon V. Henry, ne relèvent pas du (...)

34Henry tient à souligner que les exceptions dont souffrent les lois phonétiques peuvent être dues à l’intervention d’autres lois qu’on n’a pas encore su prendre en considération. Il est toutefois symptomatique que les lois phonétiques sont absentes de la liste des causes de changement linguistique que donne Henry dans sa thèse sur l’analogie (ibid., p. 7-13).5 La légalité étant une norme de la nature, les causes contingentes doivent en être écartées.

35Or, l’examen de l’analogie dans les deux thèses prouve que l’analogie possède exactement les mêmes propriétés que celles données aux lois phonétiques par Henry (p. 63) : 1) on peut les présenter sous forme de tableau schématique ; 2) on peut leur donner une précision mathématique ; 3) elles ne sont pas idéales ; 4) elles se vérifient dans chaque cas particulier. Si Henry avait examiné attentivement cette question, il aurait fini par conclure que la régularité des lois phonétiques est elle aussi analogique : lorsqu’un son x change dans les conditions y dans un mot A, le son x change dans les conditions y également dans le mot B (voir Anttila 1989, p. 88). En revanche, à propos de ce double jeu entre les lois phonétiques et l’analogie, Henry conclut que « ces deux ordres de phénomènes se développent parallèlement l’un à l’autre, à tous les moments de la vie du langage, sans se confondre, sans se toucher, sans aucune action réciproque » (Henry, 1883a, p. 410).

6.3.2.1.3 L’analogie psychologique et logique

36— Malgré son aspect négatif, l’analogie présente un avantage parce qu’elle « rajeunit le langage et le met en harmonie avec le progrès incessant de la pensée humaine » (ibid., p. 13). Dans les dernières pages de sa thèse, Henry résume les deux approches qui sont au centre de la discussion sur la notion d’analogie à la fin du xixe siècle :

Les phénomènes d’analogie […] sont d’ordre logique et psychologique : ils reposent sur une association d’idées, à peine consciente sans doute dans la plupart des cas, mais dont néanmoins la rigoureuse précision étonne celui qui l’a pénétrée et a réussi à la traduire en formule. (Ibid., p. 410)

37Malgré l’influence qu’a dû exercer Paul sur la notion d’analogie chez Henry, dans ses thèses de doctorat ce dernier passe sous silence, hormis quelques allusions fugaces, les activités associatives inconscientes qui sont en jeu dans l’établissement de l’analogie : les formes qui naissent grâce au principe d’association sont comme d’anciennes connaissances, ce qui explique la facilité de leur diffusion (p. 16). Selon Desmet (1992, p. 243), ce n’est qu’après 1887 que Henry commence à prendre en considération la psychologie individuelle comme moteur de l’évolution linguistique – l’année même où celui-ci écrit un compte rendu sur le Prinzipien der Sprachgeschichte.

38La perspective logique de l’analogie souligne le côté purement grammatical de ce phénomène, à savoir les solidarités sur lesquelles le système linguistique est structuré. Dans l’histoire de la linguistique, c’est cet aspect qui est le plus durable et qui contribue à l’étude de la langue « en elle-même et pour elle-même ». Dans cette perspective, pour emprunter la terminologie avec laquelle Saussure nous familiarisera, on distingue l’analogie statique, qui équivaut à la similitude structurelle, et l’analogie dynamique, qui peut transformer le système linguistique. Dans sa thèse sur l’analogie, Henry ne donne pas une définition satisfaisante de l’analogie. Aussi est-ce à sa thèse latine qu’il faut avoir recours pour mettre en place une taxinomie de l’analogie. Reprenant Varron, Henry exprime l’analogie statique comme suit : l’analogie est la proportion constante qui existe entre deux relations. Il illustre ce point en donnant différents exemples d’analogies extralinguistiques, puis linguistiques :

39L’âge du vieillard est dans la même relation avec l’âge du garçon que l’âge de la vieille femme l’est avec l’âge de la fille.

40L’analogie proportionnelle est illustrée par une application des exemples sur les proportions mathématiques données par Varron :

41L’analogie proportionnelle consiste en une comparaison des proportions et non en une comparaison des entités en tant que telles. La proportion de 3 dattes à 9 dattes est la même que la proportion de 3 sesterces à 9 sesterces (Henry 1883b, p. 35).

42Le présent de la troisième conjugaison est dans la même relation avec le futur de la troisième conjugaison que le présent de la première conjugaison l’est avec le futur de la première conjugaison.

43En revanche, on arrive à inférer des structures statiques par l’intermédiaire de l’analogie dynamique de la manière suivante (Henry 1883a, p. 17 ; 1883b, p. 25) :

44Mais :

45Ou alors :

  • 6 Dans le De lingua latina, on trouve également cette terminologie : Varron sépare les mots lexicaux (...)

46L’analogie dynamique peut induire en erreur : dans l’exemple 5, à cause du sens, dans l’exemple 6, à cause du croisement entre les conjugaisons, procédé habituel dans le changement linguistique et dans l’acquisition langagière. En langage naturaliste, les formations analogiques qui fraient leur chemin dans l’histoire sont appelées « fécondes » alors que celles qui restent accidentelles, sont appelées « stériles » (Henry 1883a, p. 16).6

47Illustrons (figure 16) une analogie féconde au moyen d’un exemple tiré de l’histoire du suédois qui trahit « à première vue [son] naïf secret de filiation » :

[…] en suédois les désinences casuelles sont peu variées. Le génitif pluriel, par suite de la chute de l’m final, a déjà en gothique une finale vocalique, mais longue et bien reconnaissable […], fisk-ē, […] (poisson), [en] vieux-haut-allemand visc-ō, mais le vieux norrois abrège la sienne, fisk-a, qui dès lors prend un aspect indécis, et surtout, par rapport au nominatif pluriel fisk-ar, ne marque plus assez nettement la fonction dont elle est investie. Que fait alors le suédois ? Il substitue à cette forme écourtée et obscure un génitif nouveau refait sur l’analogie du nominatif pluriel et du génitif singulier : étant données les trois formes, N. sg. fisk, G. sg. fisk-s, N. pl. fisk-ar, il en tire avec une parfaite logique la quatrième proportionnelle, G. pl. fisk-ar-s. (Henry 1883a, p. 44)

Figure 16 – L’analogie féconde dans l’histoire du suédois.

Figure 16 – L’analogie féconde dans l’histoire du suédois.

48Pour illustrer l’analogie stérile, Henry donne un exemple bien connu de l’acquisition langagière :

49La fécondité de l’analogie dépend des contingences de l’usage, mais l’usage ne saurait consacrer n’importe quelle analogie dynamique inventée fortuitement. Les exemples 5 et 7 illustrent que l’analogie aboutit à une impasse, mais seul l’exemple 7 atteste une fécondité virtuelle.

6.3.2.1.4 Comment l’analogie renouvelle et alimente la vie du langage

  • 7 Ce dernier point étant contradictoire avec l’analogie associative inconsciente.

50— D’après le témoignage de Henry (1883b, p. 15), les auteurs de l’Antiquité ont vu un rapport isomorphique original entretenu par l’analogie entre la langue et la réalité, ce qui leur a permis de dire que la langue existe par nature. Henry (ibid.) avertit qu’il ne faut pas confondre, à la manière des Anciens, l’analogie et la nature (phúsis), celle-ci se rapportant à l’usage et à la croissance naturels d’une energeia innée, celle-là à l’œuvre consciente de l’esprit.7 Cependant, l’analogie participe à l’existence naturelle de la langue en prenant la forme de la sélection naturelle. La nature nous a offert des formes concurrentes dont les plus aptes évincent les autres (p. 31). Mais tout ce qui est ordonné dans la nature, l’est grâce à la sélection naturelle, tout ce qui est ordonné dans la langue, l’est grâce à l’analogie (voir p. 36).

51Dans les Antinomies linguistiques, Henry formule dans une note de bas de page sa quatrième antinomie explicite :

  • 8 Ce vers est tiré de Ars poetica d’Horace (v. 68-72). La reproduction intégrale de son contexte perm (...)

Thèse : Si la science du langage est vraiment une science, elle doit aboutir à la constatation de lois fixes, constantes et invariables dans leurs effets.
Antithèse : Usus, quem penes arbitrium est et ius et norma loquendi.8
Synthèse : Les deux propositions sont vraies, respectivement du langage transmis et du langage appris. (Henry 1896, p. 63)

52Henry renonce à développer la quatrième antinomie dans sa philosophie de la linguistique, mais la réflexion qui lui est relative est déjà en germe dans ses thèses de doctorat. L’opposition exprimée dans cette antinomie en rappelle une autre, celle entre phúsei et thései, à savoir si la langue procède de la nature ou si elle relève de l’usage (ibid., p. 37-38). Comment ces deux antinomies s’entremêlent-elles, notamment dans la thèse latine, et quel rapport entretiennent-elles avec l’analogie ?

53Dans un premier temps, fort de sa conviction naturaliste, Henry considère que la langue fait partie de la nature, et par conséquent, doit obéir à des lois stables (Henry 1883b, p. 26). Dans la nature il n’y a rien de fortuit ou d’irrégulier. Hormis les cas pathologiques, Henry observe que la nature est conséquente avec elle-même : un cheval donne toujours naissance à un cheval (ibid.). Donc, si la langue est issue de la nature et si la nature engendre du régulier, la langue engendre du régulier. La question de l’origine du langage n’étant pas résolue, le linguiste doit se contenter de suivre le cours vivant de la langue. Dans la formulation de la thèse de sa quatrième antinomie, Henry souligne que les lois phonétiques sont la meilleure traduction de l’idéal positiviste dans la linguistique. En revanche, dans sa thèse latine, la légalité des lois phonétiques cède la place à l’analogie statique. Une fois l’origine première outrepassée, la langue se plie à des lois analogiques strictes données par la nature même, lesquelles assignent nécessairement une telle forme à une telle déclinaison ou à une telle conjugaison. Les disproportions et les irrégularités éventuelles ne mettent pas en cause la nature, mais sont dues à l’usage erroné et doivent être rappelées à leur ordre analogique. Selon la terminologie varronienne, l’analogie est l’apanage de la declinatio naturalis, c’est-à-dire de la morphologie flexionnelle.

54Or, quoique situé aux antipodes de la légalité, l’usage véhicule les règles de la langue. En face de la loi de la nature, une « autre loi » s’impose à la langue, celle de l’usage (ibid., p. 25). Selon les opposants à l’analogie, tout ce qui est assujetti à la volonté humaine est condamné à la précarité, la langue incluse (voir p. 28-29). Peu importe si la langue est analogique ou anomale, pourvu qu’on la comprenne (p. 44). Les habitants de Roma sont appelés Romani, mais les formes comme *Romenses, voire *Romatici pourraient également être envisagées. Suivant Varron, l’arbitraire de l’usage occupe une grande place dans la morphologie dérivationnelle, declinatio voluntaria. Or, pourquoi ne peut-on dire *Romarii ou *Romos ou *Romuli même si dans la langue latine, on peut faire un choix entre une quantité de suffixes ? C’est que la dérivation n’en est pas moins fondée sur des principes structurels maintenus par l’analogie, même si ces derniers sont canalisés par une norme sociale qui est celle de l’usage. Ici, la distinction entre la langue transmise et la langue apprise s’avère pertinente :

Le langage transmis est le seul qui vive, c’est-à-dire le seul qui, faisant corps avec le moi humain, participe de son évolution, le seul aussi, par conséquent, auquel se puissent appliquer les propositions générales habituellement désignées sous le nom de « lois du langage ». Le langage appris […] garde toujours dans notre esprit la raideur et l’inflexibilité de [la] nomenclature […]. (Henry 1896, p. 60)

55Vu son application automatique, l’analogie qu’on trouve dans la morphologie flexionnelle semble soumise aux lois naturelles héréditaires de la langue transmise léguée d’une génération à l’autre par une nécessité absolue. L’analogie de la morphologie dérivationnelle relève de la langue apprise, car elle requiert, tout comme s’il s’agissait d’une nomenclature, un effort supplémentaire d’apprentissage, qui se fait au sein d’une communauté et que celle-ci impose. D’une part, l’analogie semble posséder deux visages, l’un nécessaire, l’autre fortuit, ce qui est propre à estomper la légalité dans la mesure où son caractère panchronique est anéanti, et, d’autre part, l’analogie prête à confusion entre la légalité et la normativité. La nécessité fournira toutefois un terrain d’entente. Se limitant à un espace-temps donné, à savoir une communauté linguistique donnée, la nécessité construit un pont entre les lois (quasi) naturelles et les normes sociales, entre l’analogie flexionnelle et l’analogie dérivationnelle, entre la langue transmise et la langue apprise.

56En adoptant la doctrine de la vie du langage, Henry s’inspirera de Schleicher. Depuis sa thèse sur l’analogie jusqu’aux Antinomies linguistiques, Henry associe la vie du langage au cycle typologique : la langue suit le cours unidirectionnel cyclique d’un état monosyllabique à un état flexionnel en passant par un état agglutinant. Dans la perspective de sa thèse, il est fort intéressant de noter la position de l’analogie à l’égard de la vie de cet organisme qu’est la langue. L’analogie accompagne les transformations de la langue depuis le berceau jusqu’à la tombe (voir Henry 1883a, p. 416).

Presque nulle dans la phase monosyllabique ou agglutinante du langage, faible encore au début de la période flexive, [l’analogie grammaticale] atteint son plus haut degré de développement quand la flexion a entièrement accompli son œuvre, c’est-à-dire quand le thème et les suffixes sont si intimement soudés et confondus ensemble qu’il faut pour les isoler le secours à l’analyse morphologique ; mais lorsque la langue, poursuivant son cycle d’évolution, entre dans la période régressive, et que la flexion disparaît sous l’influence des réductions syllabiques et de l’analytisme envahissant qui la ronge, alors l’analogie, à son tour, languit et décroît, n’ayant plus où se prendre. On dirait, dans l’hypothèse de la vie du langage, un parasite qui, déjà en germe dans l’embryon d’un organisme vivant, s’attache à lui dès sa naissance, se nourrit de sa sève, s’affaiblit et meurt avec lui. (Henry 1883a, p. 56, nous soulignons)

57Or, ce parasite peut rendre un service « euthanasique » à son hôte en amortissant les ressources d’expression de la langue qui « perd en variété pittoresque ce qu’elle gagne en précision et en clarté ; si le nivellement continue, la sobriété devient sécheresse, et l’uniformité, monotonie. Le langage appauvri confine à l’algèbre, type idéal des langues artificielles où règne sans partage l’absolue logique » (ibid., p. 418). La variété est la condition d’existence de l’analogie, parce qu’elle a besoin de points de repère pour agir. Elle ne vit pas dans un entourage stérile et figé. L’apogée de l’analogie statique équivaut au périgée de l’analogie dynamique.

  • 9 Pour faire référence au phénomène de grammaticalisation, V. Henry emploie le terme contamination sy (...)

58Pour établir son corpus, Henry fixe son choix sur la langue grecque, car celle-ci représente, par sa richesse morphologique, la phase d’épanouissement du cycle typologique. Selon Henry, le grec se situe à égale distance du berceau indo-européen et de la fin analytique des langues modernes (p. 417). Étant donné que l’analogie est avant tout un phénomène morphologique et grammatical, elle « n’a point de prise » sur la syntaxe (p. 18). Si Henry comprend que l’ordre figé des mots joue un rôle essentiel dans la phrase chinoise, en revanche, il ne perçoit pas qu’il y a un schéma fondamental fondé sur l’analogie dans la syntaxe (voir ibid.). Or, un élément syntaxique est présent dans l’exemple que Henry donne sur la métaphore. Selon lui, la métaphore se trouve à la base de toutes les langues, mais elle relève plutôt de l’association des idées que de l’analogie (ibid.). Dans ce contexte, il donne de ce phénomène un exemple symptomatique qui contient en germe le cycle typologique et qui témoigne de sa forte intuition sur le rôle de l’analogie dans le processus de grammaticalisation9 :

Ainsi, dans le kouanhoa, les mots eûl (enfant) et theoû (tête, corps massif) ont pris respectivement un sens diminutif et augmentatif, et l’on dit, par exemple : chi, pierre, chi eûl, caillou, chi theoû, gros moellon. (Ibid., p. 19)

  • 10 Sur la grammaticalisation, voir Hopper et Traugott 1993 pour une première lecture.

59D’après cet exemple, dans une langue isolante un mot lexical est apposé à un autre mot lexical pour déterminer la valeur grammaticale. Dans un premier temps, on a fait un saut associatif métaphorique du concret, enfant, à l’abstrait, petitesse. Cette association est fondée sur l’iconicité qui est une forme d’analogie. Le mot indépendant décatégorisé, qui porte maintenant une fonction grammaticale, a été réanalysé sur l’axe syntaxique linéaire. La réanalyse conduit à la grammaticalisation. L’analogie intervient alors sous la forme d’une généralisation du résultat de la réanalyse sur l’axe paradigmatique. L’évolution suit son cours et le mot grammaticalisé est soudé comme affixe, d’abord comme affixe agglutinant, ensuite comme affixe fusionnel. On peut alors parler de morphologisation.10

60Étant donné que l’analogie va de pair avec le progrès typologique, qui est un continuum de la simple association d’idées à l’analogie morphologique, elle participe également à la ségrégation ethnique, intrinsèque à la théorie naturaliste (sur le racisme linguistique, voir Auroux 1996, p. 336- 341 ; Auroux 2007). Selon Henry (1883a, p. 417), le travail d’association d’idées duquel procède l’analogie est d’autant plus actif que le développement intellectuel de la race est plus avancé.

6.3.2.1.5 Henry positiviste

  • 11 Nous confions à un indo-européaniste confirmé la tâche de démontrer la validité des hypothèses anal (...)

61— De nombreuses données recueillies sur la langue grecque témoignent de la disproportion entre la théorie et la réalité empirique. En tant que description théorique de la langue, l’analogie est d’une portée trop grande. Aussi Henry doit-il se contenter des règles analogiques uniquement dans les cas particuliers dont on peut prédire la portée.11 L’analogie souffre donc du même défaut que les lois phonétiques : leur application n’est que ad hoc et, par conséquent, on ne saurait jamais atteindre le niveau des lois déductives-nomologiques.

62Dans la thèse latine, on trouve un autre aspect de la validité de l’analogie. Selon Henry (1883b, p. 10), il ne suffit pas d’observer les similitudes ou les différences externes et fortuites pour arriver aux bonnes conclusions scientifiques. L’observation hasardeuse ne fait qu’aboutir à des généralisations erronées, comme cela a été le cas dans la taxinomie des espèces. On a longtemps classifié la baleine parmi les poissons et la chauve-souris parmi les oiseaux. Même si Henry ne l’explicite pas, on peut supposer qu’il conseille à son lecteur de prendre garde aux généralisations analogiques hâtives. Voyons comment est construite une induction à l’origine d’une déviance scientifique.

63Soit une co-occurrence : Na ^ Pa – une entité spatio-temporelle a a les nageoires (N) et cette entité spatio-temporelle est un poisson (P). Ensuite, il y a induction au cas suivant. On rencontre une entité spatio-temporelle b qui a la propriété N. On induit que cette entité est un poisson (P).

  • 12 L’exemple sur l’induction est une modification d’une démonstration donnée par E. Itkonen (2005, p.  (...)

64Dans un deuxième temps, on fait une généralisation empirique (loi) : pour tout x, si x a des nageoires, x est un poisson, ou plus simplement, « toutes les entités qui ont des nageoires sont des poissons ».12

  • 13 Denique est analogia, quod in multis verbis est similitudo verborum, sequitur, quod in pluribus est (...)

65Dans un contexte anatomique, cette induction est validée. L’exemple démontre toutefois que la conclusion inductive se révèle fausse eu égard au développement de la connaissance scientifique. Cet exemple résume également la problématique qui est au centre de la dispute entre l’analogiste et l’anomaliste. La généralisation empirique représente le point de vue de l’analogiste : on ne saurait nier le fait que l’homme raisonne inductivement, malgré l’éventuelle invalidité de l’induction. En revanche, l’anomaliste s’appuie sur l’invalidité de l’induction pour infirmer l’analogie. Il repousse l’analogie qui n’est pas valide toujours et partout, et comme elle n’existe pas systématiquement partout, elle n’existe nulle part.13 Henry est suffisamment positiviste pour pencher plutôt vers l’anomalisme, dans la mesure où les principes d’entendement ne sauraient évincer l’observation attentive des faits, sans pour autant aller jusqu’à affirmer avec l’anomaliste que les corbeaux blancs de l’exemple bien connu constitueraient la règle (voir Henry 1883b, p. 46).

66D’après le rapport du jury, la thèse latine de Henry démontre que « la science de Varron […] a comme pressenti les procédés de la linguistique moderne » (cité dans Décimo 1995, p. 37 ; Henry 1883b, p. 35). Or, Henry (ibid., p. 13, 34) fait une lecture de Varron à travers ses lunettes de comparatiste naturaliste en lui reprochant de n’avoir pas su faire de la grammaire comparée pour arriver aux origines de la langue. L’Antiquité ne tient pas compte des transformations progressives de la langue et ne connaît pas l’histoire de la langue (p. 34, 47). Henry reproche à Varron d’avoir posé seulement la question de savoir ce qui est similaire ou différent dans la grammaire, au lieu de s’interroger sur la cause première des ressemblances et des différences (p. 34). Il lui reproche de faire de la linguistique autonome au lieu de faire de la linguistique historique, alors qu’à l’époque de Varron les outils nécessaires à l’étude de la grammaire historico-comparative n’étaient pas au point.

6.3.2.2 L’analogie organisatrice et créatrice chez Saussure

67Saussure discerne l’analogie sous l’angle dynamique et sous l’angle statique. L’analogie dynamique, ou créatrice dans la terminologie saussurienne, est en jeu dans la formulation de nouvelles expressions. Elle tend vers le psychologisme dans la mesure où, issue de sources associatives, elle est de la part du sujet parlant une entreprise créative qui oscille entre le conscient et l’inconscient. Henry aurait dit qu’il s’agissait de son « antinomie psychologique » selon laquelle « le langage est le produit de l’activité inconsciente d’un sujet conscient » :

[…] comme le langage est l’acte conscient par excellence, celui par lequel l’homme pose et affirme sa conscience, on est naturellement tenté de transporter au procédé les conditions de l’acte lui-même, et l’on raisonne sur les faits du langage comme s’ils étaient, eux aussi, l’œuvre d’une intelligence réfléchie s’appliquant à une finalité déterminée […]. (Henry 1896, p. 65)

68Saussure classe l’analogie créatrice dans le domaine de la parole en raison du choix de combinaison d’éléments que l’individu a à sa disposition, mais il y a risque de tomber dans le piège tendu par Henry si l’on estime que le procédé analogique est conscient. Le sujet parlant est inconscient de la multiplicité du matériel que lui offre la langue, même s’il lui arrive d’en extérioriser une partie dans un acte conscient :

L’activité créatrice ne sera qu’une activité combinatoire, c’est la création de nouvelles combinaisons. Mais une combinaison faite avec quels matériaux ? Ils ne sont pas donnés de l’extérieur, il faut que la langue les puise en elle-même […]. (CLG/E [I], I R 2573)

69L’analogie statique, ou organisatrice, rassemble les matériaux phonétiques, morphologiques et syntaxiques et, en conséquence, instaure l’essence de la langue.

70L’action unificatrice de l’analogie face aux perturbations causées par des changements phonétiques a réintroduit la quatrième proportionnelle dans l’interprétation des faits linguistiques. Le mérite de l’introduction de la quatrième proportionnelle a été de diriger l’attention des linguistes vers les solidarités associatives sur lesquelles le système linguistique est structuré. Ces solidarités associatives sont à la base des paradigmes morphologiques. En ce qui concerne les rapports associatifs, Saussure ne surpasse pas Paul, mais reproduit et précise ce que son collègue d’outre-Rhin avait déjà constaté. Lorsque plus tard Louis Hjelmslev devra substituer à la notion de rapports associatifs celle de paradigme, il réduira l’intention initiale de Saussure.

71Saussure s’attache donc aux principes de groupement de Paul. Dans l’association, il y a le rapprochement soit des formes, soit des fonctions. Il distingue dans le mot un élément variant de sens et de forme, par exemple, quadru-, tri-, centu- ; et un élément constant de sens et de forme : plex (CLG/E [I], I R 2176). L’introduction de la notion de valeur dans la morphologie, permet à Saussure d’éliminer la complexité causée par des allomorphes. Dans le latin domini, regis, regum, rien ne fait coïncider le i, le is et le um et ne permet de dire que c’est la même unité et sous-unité (CLG/E [I], III C 2177). Cependant, les sujets parlants sont conscients d’une certaine valeur qui dicte un emploi identique, celui du génitif. « Il y a une abstraction positive opérée […] par tous les sujets parlants » (CLG/E [I], III C 2178).

72Saussure met en évidence quatre traits pertinents que possèdent les associations lexicales : le radical, la seule analogie des signifiés, le suffixe, et la communauté des images acoustiques (Gordon 1979, p. 32). Le premier groupe associatif saussurien se fonde sur l’élément commun dans l’idée représentée et dans l’image acoustique. Par exemple, le mot enseignement entre dans une série associative :

enseigner
enseignons
enseigne

73Deuxièmement, dans ce mot-exemple il peut également y avoir un rapport entre le signifiant et le signifié, mais dans une autre partie du mot :

enseignement
armement
rendement

74Le troisième groupe associatif repose sur le signifié :

enseignement
instruction
apprentissage
éducation

75En quatrième lieu, il peut y avoir communauté des images acoustiques :

enseignement
clément
rapidement

76Pour Saussure, les rapports associatifs évoquent toute une série virtuelle à laquelle un mot peut renvoyer : « [Un mot] appellera d’une façon inconsciente pour l’esprit en particulier l’idée d’une foule d’autres mots qui par un côté ou par un autre ont quelque chose de commun avec lui. Ce peut être par des côtés très différents » (CLG/E [I], III C 2026). Chaque mot chevauche donc plusieurs séries associatives.

77Malgré le rejet ostensible de l’analogie psychologique au profit de l’analogie grammaticale, il est contradictoire, d’une part, d’accepter la psychologie associative, et d’autre part, de l’abandonner. Il est difficile de passer outre à cette contradiction, car Saussure ne fait pas lui-même ce qu’il conseille de faire. La psychologie associative devrait logiquement permettre une sorte d’anarchie associative qui coïnciderait par le seul fait du hasard chez deux individus différents. L’une des solutions plausibles serait de prendre l’association comme une sorte de cristallisation sociale qui fait que les rapports associatifs arrivent à être les mêmes chez tous les membres de la communauté linguistique, ce qui revient au présupposé de l’uniformité constitutionnelle de l’homme que l’on avait constaté chez Paul. On peut donc conclure que bien que les groupes associatifs conditionnés par l’analogie soient purement mentaux, on peut les considérer comme un principe indépendant de la psychologie : immanent à la langue, gouvernant la grammaire.

6.3.2.3 Les conséquences de la linéarité

78La linéarité est d’une importance intrinsèque dans les faits de langue et elle joue un double rôle dans la linguistique saussurienne : d’une part, elle conditionne l’acquisition des rapports associatifs ; et d’autre part, elle fournit l’ordre des syntagmes dans la chaîne parlée.

6.3.2.3.1 L’acquisition des rapports associatifs

79— La matière phonique s’offre à nous comme une chaîne acoustique, ce qui lui donne un caractère spatio-temporel que Saussure définit comme étant linéaire (CLG/E [I], II R 1705-1706). Ce principe joue un rôle fondamental dans la construction du concept de valeur, concept qui apparaît comme central dans l’édifice théorique saussurien, mais qui n’est pas étranger aux collègues aînés de Saussure : Darmesteter (section 6.2.1), Henry (section 6.2.2) et Bréal (section 6.4.1). Bréal note ainsi que « nous imitons un banquier, qui, en maniant les valeurs, les considère comme argent liquide, tout en sachant qu’il peut les échanger contre de l’argent liquide » (Bréal 1879). L’origine de la notion de valeur dans la terminologie linguistique remonte probablement, en dernier lieu, aux théories économiques, les parallèles économiques et les analogies monétaires dans la définition du signe linguistique étant très anciens. Le terme valeur avait toutefois un emploi autonome de celui de l’économie dans la pensée linguistique. Il a été démontré (Swiggers 1981, Auroux 1985 et 1995 ; voir aussi Collinot et Mazière 1997) que la réflexion sur la valeur coïncide avec l’âge d’or de la rédaction des dictionnaires au xviiie siècle, prenant sa source surtout dans les études des synonymes. En prétendant qu’il est impossible que deux mots d’une langue donnée soient dans un parfait rapport synonymique, l’abbé Gabriel Girard, un grammairien français, postulait que les vocables devaient être décrits en termes de contrastes ou d’oppositions (Auroux 1995, p. 223). Swiggers (1981, p. 150) soutient que Saussure aurait pris connaissance de ces idées à travers l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert. L’influence de la tradition de la synonymie peut être ressentie directement par les exemples à travers lesquels Saussure éclaire sa définition de la valeur. Saussure affirme que « deux synonymes ne vivent que l’un vis-à-vis de l’autre, que l’un par l’autre » (CLG/E [I], G 1881). Les synonymes n’ont de valeur que par leur opposition : « […] craindre s’enrichira de tout le contenu de redouter tant que redouter n’existera pas » (CLG/D, p. 160). Saussure analyse l’homonymie de la même manière : il y a des termes qui s’enrichissent par contact avec d’autres. L’élément nouveau introduit dans décrépit résulte de la coexistence de décrépi (CLG/D, p. 160). Le sujet parlant établit un rapport entre « un mur décrépi » et « un homme décrépit », bien qu’historiquement ces deux mots n’aient rien à voir l’un avec l’autre (CLG/D, p. 119). Étant donné que les valeurs ne sont pas fixées au préalable par quelque chose d’extralinguistique, Saussure tient à démontrer leur caractère systémique en associant tel signifiant à tel signifié par la comparaison de différentes suites linéaires spatio-temporelles.

80Pour donner une approche novatrice du signe linguistique, Saussure prend pour point de départ la désapprobation du principe de nomenclature qui serait « une liste de termes correspondant à autant de choses » (CLG/D, p. 97). La nomenclature supposerait une réserve préalable de choses qui seraient désignées par une étiquette. À ce titre, Saussure cite l’exemple du chapitre IV de la Genèse, dans lequel Adam appelle auprès de lui les divers animaux et leur donne à chacun un nom (CLG/E [I], N 1085- 1086). La nomenclature implique que le sens d’un mot correspond à un fragment du réel comme dans le schéma suivant (CLG/E [I], N 1091) :

81L’aversion vive de Saussure pour la nomenclature provient du fait qu’elle menace l’essence même de la linguistique. Si un objet pouvait être le terme sur lequel est fixé le signe, la linguistique cesserait instantanément d’être ce qu’elle est, depuis le sommet jusqu’à la base ; et l’esprit humain, du même coup (CLG/E [I], 1091 N 12). Si la langue consistait uniquement à nommer les objets, les différents termes de la langue n’auraient aucun rapport entre eux : ils resteraient aussi séparés les uns des autres que les objets eux-mêmes (SM, p. 53). La nomenclature omet que « le fond du langage n’est pas constitué par des noms. C’est un accident quand le signe linguistique se trouve correspondre à un objet défini pour les sens comme un cheval, le feu, le soleil, plutôt qu’à une idée comme ἔθηκε “il posa” » (CLG/E [I], N 1089). D’un point de vue strictement linguistique, cette conception aboutit à des conséquences fâcheuses, car elle laisse supposer que les catégories linguistiques sont réduites aux seuls noms, et plus précisément, aux noms concrets. En outre, elle ignore le facteur temps puisqu’elle sous-entend qu’une fois qu’un objet est désigné par un nom, c’est un tout qui va se transmettre (CLG/E [I], N 1091).

82Le nomenclaturisme fait croire à l’illusion qu’un mot peut exister isolément, ce qui impliquerait que « l’idée soit déterminée par avance et elle ne l’est pas » (CLG/E [I], IIIC 1846). Dans la réfutation de la nomenclature, la primauté est accordée au fait qu’elle ne définit pas le fonctionnement des éléments linguistiques entre eux, dans leurs rapports grammaticaux ou lexicaux ; rapports qui présupposent l’existence d’un système. Il ne faut pas partir du mot pour en déduire le système, mais d’un tout solidaire pour saisir les unités linguistiques, du système pour définir la valeur de ses parties constituantes. La délimitation du signe linguistique présuppose l’association du signifiant et du signifié qui ne peut se faire qu’à partir de la parole, document extérieur de la langue (CLG/E [I], IIIC 1714). Dans le Cours de linguistique générale, on lit l’exemple suivant :

Soient les deux membres de phrases : la force du vent et à bout de force : dans l’un comme dans l’autre, le même concept coïncide avec la même tranche phonique force : c’est donc bien une unité linguistique. Mais dans il me force à parler, force a un sens tout différent ; c’est donc une autre unité. (CLG/D, p. 146)

83Dans un autre exemple, les séquences phoniques identiques dans les énoncés « donne-moi ton porte-plume » et « cet animal porte plume et bec » constituent des unités différentes en raison de la différence de leur valeur. La segmentation des éléments en signes implique une comparaison des différentes manifestations de l’élément supposé dans divers entourages. Avec cette méthode, on aboutit autant aux signes plus petits que le mot, par exemple aux suffixes et aux déclinaisons, qu’aux signes plus grands que le mot, à savoir les syntagmes. C’est la valeur qui opère la délimitation des signes et l’association du signifiant et du signifié. La valeur est qualifiée de relative, différentielle et négative : une unité linguistique n’existe que par rapport aux autres unités, et en vertu de ce qu’il y a autour d’elle (voir CLG/E [I], D 1851). Il importe de ne pas confondre l’aspect conceptuel de la valeur avec la signification qui est la contrepartie de l’image auditive et qui, par conséquent, équivaut au concept ou au signifié (voir CLG/E [I], D 1859). Dans le cas contraire, on retombe dans le principe de nomenclature qui prend le « mot comme un ensemble isolé et absolu » (CLG/E [I], D 1860). La signification fait toutefois partie de la valeur dans la mesure où cette dernière est échangeable avec une chose « dissimilaire », à savoir avec un concept désigné ou un référent extralinguistique. Mais la valeur est surtout déterminée par des choses similaires qu’on peut comparer, c’est-à-dire par des signes qui appartiennent simultanément à un système (CLG/E [I], D 1869 ; N 1864). La valeur est constituée par l’amalgame de cette dissimilitude et de cette similitude qui accentue, respectivement, soit un échange contre un élément qualitativement différent, soit un échange contre un élément quantitativement différent, tout comme une pièce de cinq francs peut être échangée contre une quantité fixée de pain, ou bien contre cinq pièces d’un franc. Or, du point de vue de la constitution d’éléments d’un système linguistique les éléments simultanés et similaires sont plus pertinents. Saussure admet toutefois que si l’un des deux côtés du signe linguistique pouvait passer pour avoir une existence en soi, ce serait le côté conceptuel, l’idée comme base du signe (CLG/E [I], 1329 N 23). Si le côté idéologique du signe pouvait offrir une fixité, l’idée pourrait faire figure de signe. Saussure sent le besoin d’établir un système de significations qui reposerait sur quelque chose d’autre que le référent ou la représentation. Sa démarche intellectuelle est celle d’un formaliste – la phonétique historique pouvait se pratiquer sans prendre en considération la signification. Dans sa notion de valeur, Saussure amalgame le caractère formel de la grammaire et la signification pour aboutir à la fonction d’une unité linguistique au sein d’un système. L’avantage propédeutique du principe de nomenclature est toutefois de souligner la nature biface du signe au détriment de la conception triadique selon laquelle le signe représente une idée qui à son tour représente un objet.

  • 14 La psycholinguistique moderne connaît un principe, que l’on peut identifier à la nomenclature, lors (...)

84Saussure fait une concession infinitésimale à la position nomenclaturiste. Il admet que l’origine de la langue pourrait être fondée sur la nomenclature dans la mesure où l’homme primitif devait choisir un élément présent dans sa perception et y donner un nom, mais cette hypothèse est sans intérêt dans la perspective du système linguistique (CLG/E [I], D 1092). Un procédé identique pourrait se retrouver lorsque l’on étudie l’origine de la langue chez un individu, mais la phase nomenclaturiste ne concerne que les tout premiers rudiments de l’acquisition.14 Voici le seul passage où Saussure exprime sa position vis-à-vis de l’acquisition langagière de l’enfant. La segmentation des unités linguistiques ne doit pas être vue comme une abstraction faite par le grammairien, mais elle doit être « psychologiquement réelle » pour le sujet parlant non seulement pour permettre les créations associatives, mais aussi dans la phase de la première acquisition du langage. Saussure affirme que « c’est ainsi qu’on apprend à parler » (CLG/E [I], S 1721). Cette remarque ne semble pas avoir été approfondie, parce que ses disciples n’y ont pas prêté une attention particulière dans leurs notes de cours. Le résultat de la segmentation et sa classification avaient une portée beaucoup plus ample dans le système autonome de la langue sans que cela mérite d’être considéré d’un point de vue psychologisant. Saussure estime, légitimement, que la vie de la langue ne diffère pas de son origine – même pour ce qui est de l’ontogenèse. Les conquêtes modernes dans les recherches cognitives fournissent, en effet, une preuve de la sagacité de Saussure. Dans l’acquisition langagière, les mécanismes recouvrent les principes élaborés par Saussure et par ses contemporains, c’est-à-dire ceux de la segmentation, de la classification, de l’association et de l’analogie. Néanmoins, Saussure oscille encore entre la nature autonome et la nature psychologique de la langue. Les rapports associatifs expliquent comment les unités de la langue sont organisées, ce qui est du ressort de la linguistique autonome. Cependant, la classification des unités au cours de l’acquisition laisse ouverte la question de la contribution du sujet parlant à ce processus. Raffaele Simone (1995, p. 242-243) donne une explication plausible qu’elle appelle interface isomorphique entre la langue et la pensée. Elle affirme que la pensée – qui par définition relève de l’esprit individuel – joue un rôle actif dans la reconnaissance des relations profondes et superficielles des éléments ; ce qui est à la base de la création des séries associatives. Cela implique que la structure de la langue est organisée de telle façon qu’elle permet cette reconnaissance par la pensée (ibid.).

85En dépit de leur application à la théorie de la valeur, les principes d’acquisition des rapports associatifs sont puisés par Saussure chez Paul. Ce dernier souligne que la simple reproduction par la mémoire ne suffit pas pour expliquer les mécanismes de la langue. Il éclaire son point de vue en comparant l’apprentissage d’une langue étrangère et l’acquisition de la langue maternelle (Paul 1890 [1880], p. 98-101). Au cours de l’apprentissage d’une langue étrangère, notre mémoire est exposée à une quantité de paradigmes. On nous donne un mot représentatif de chaque paradigme à l’aide duquel il est possible d’engendrer les éléments appartenant au paradigme en question en ayant recours à l’analogie. Au début, nous faisons appel dans notre mémoire à ce mot représentatif, mais au fur et à mesure, après s’être imprimée dans la conscience, la reproduction paradigmatique à la base de nouveaux mots devient automatique. L’élément formel qui est commun reste constant dans la conscience, tandis que l’élément substantiel est variable. Dans cette phase, le processus d’apprentissage est identique à celui de l’acquisition de la langue maternelle. Dans l’acquisition langagière on n’impose pas, en effet, de règles grâce auxquelles on reproduira les formes correctes, mais plutôt une quantité d’énoncés desquels nous abstrayons inconsciemment les règles.

6.3.2.3.2 L’analogie syntaxique

86— Koerner (1972, p. 299) déclare que l’œuvre de Paul ne semble pas influer sur les rapports syntagmatiques saussuriens. Or, l’abstraction des règles de la langue qui se fait au moyen des phrases, offre quelques composants importants. Paul constate que l’unité principale de la langue n’est pas le mot, mais la phrase, et que toutes les langues procèdent par phrases (Paul 1890 [1880], p. 88). D’après cette position, la syntaxe est la fin à laquelle tend toute langue, car la phrase est considérée comme le moyen le plus adéquat pour exprimer la pensée. La formation d’une phrase implique une relation mutuelle entre certains éléments sans être une simple juxtaposition de mots (ibid., p. 311). D’après Paul, la dualité des éléments est la forme primitive de la phrase à laquelle même les phrases les plus compliquées peuvent être réduites (ibid.). Chez Paul, on peut distinguer une analyse des constituants : il donne le schéma fondamental de la phrase (a) (bαβγδ) où le sujet est indiqué par a, le prédicat par b et les arguments du prédicat par des lettres grecques (p. 312). Distinguant par là le groupe nominal et le groupe verbal, Paul insiste sur le fait que certains éléments dans la phrase vont ensemble pour former des entités que l’on peut désigner par le terme syntagme. Paul met en avant la convention algébrique de présentation afin de faire ressortir la structure syntaxique grâce à laquelle l’analogie produit de nouvelles phrases.

87Saussure refuse de compter les phrases parmi les unités concrètes de la langue, parce qu’elles n’offrent pas un fond commun qui puisse être objet d’étude (CLG/E [I], II R 1739, 1742). Il motive son refus par un argument qui accrédite l’idée du déplacement de l’analogie dans le domaine de la langue :

L’immense diversité des phrases peut ressembler à l’immense diversité des individus. Mais les individus ont des caractères communs et essentiels bien plus importants que ces différences. Les autres sciences peuvent étudier le général dans l’individu en négligeant les caractères qui les différencient des autres individus. Dans la phrase, tout est diversité, et si l’on veut trouver quelque chose de commun, on arrive au mot qu’on ne cherchait pas directement. (CLG/E [I], II R 1743)

88Grâce à l’analogie, en négligeant les différences matérielles, Paul tire un patron commun de « l’immense diversité des phrases ». Il fait intervenir les groupes proportionnels dans la syntaxe. Du moment où nous associons la phrase spricht Karl à la phrase schreibt Fritz, ou des constructions comme pater mortuus à filia pulchra et à caput magnum, nous aurons les équations spricht : Karl = schreibt : Fritz, d’où nous induisons la règle selon laquelle le prédicat précède le sujet ; et pater : mortuus = filia : pulchra = caput : magnum, qui nous amène à penser qu’il y a un accord entre le genre, le nombre et le cas (Paul 1890 [1880], p. 96). Le sentiment d’une certaine fonction s’associe à une forme externe de la connexion syntaxique, et cette fonction constitue, avec la forme externe, le lien qui tient les proportions ensemble (ibid.).

89La théorie saussurienne de la phrase n’existe pas à proprement parler, mais est insérée dans la théorie du syntagme. Le mot syntagme est pris dans son acception grecque : il signifie que les éléments sont arrangés ensemble dans un certain ordre, ce qui approximativement concorde avec la définition de la syntaxe. Un rapport syntagmatique concerne surtout la suite linéaire des sous-unités du mot, mais il revient à la linéarité de faire le point de convergence entre la syntaxe proprement dite et le syntagme. Saussure affirme :

[La] question de l’ordre des sous-unités dans le mot se rapporte à celle de la phrase : c’est de la syntaxe même quand il s’agit de suffixes ; c’est une autre espèce de syntaxe, mais c’en est une tout de même. Toute syntaxe remonte à un principe tellement élémentaire qu’il semble puéril de l’évoquer : c’est le caractère linéaire de la langue, c’est-à-dire l’impossibilité de prononcer à la fois deux éléments de la langue. […] Ce principe est donné par la nature même des choses : je ne puis me représenter le mot que par une seule lignée formée de parties successives […] aussi bien à l’intérieur dans le cerveau que dans la sphère de la parole. (CLG/E [I], I R 1985)

90Les éditeurs du CLG ont ajouté que l’étude des syntagmes ne doit pas être confondue avec la syntaxe (CLG/D, p. 170). Derrière cette observation, on peut sentir l’embarras de Saussure qui hésite à placer la phrase dans le domaine de la langue ou dans celui de la parole :

Les syntagmes ont pour type principal la phrase. Toute phrase est un syntagme. Or la phrase appartient à la parole, pas à la langue. Alors, est-ce que le syntagme n’appartient pas exclusivement à la phrase et ne confondons-nous pas les deux ordres ? (CLG/E [I], D 2010)

91Étant donné que tous les syntagmes sont fondés sur le principe de linéarité, quels sont les critères qui répartissent les syntagmes entre la langue et la parole ? Godel fait observer que « la syntaxe intérieure du mot » doit assurément être considérée comme faisant partie du domaine de la langue, parce qu’elle est résolue à l’aide des rapports associatifs, tandis que la syntaxe de la phrase, qu’il faut supposer indépendante de ces rapports, comporterait une ordonnance particulière propre à la parole (SM, p. 170). La syntaxe de la phrase relève donc de la parole, car « il y a toujours cet élément individuel qu’est la combinaison laissée au choix de chacun pour exprimer sa pensée dans une phrase » (CLG/E [I], III C 2012). Cependant, Saussure pense qu’outre les syntagmes de mots isolés, il y a des syntagmes qui appartiennent à la langue, car l’individu ne peut pas les façonner. Dans ces syntagmes Saussure englobe les mots composés et les expressions idiomatiques.

92En faisant intervenir l’observation de Paul sur la formation de nouvelles phrases par analogie, il est possible d’intégrer la syntaxe de la phrase dans le domaine de la langue. Il n’est pas justifié de soutenir que la phrase se situe plus à l’intersection de la langue et de la parole que les autres domaines dans lesquels les rapports syntagmatiques et les rapports associatifs sont mutuellement en jeu. Dans le Cours de linguistique générale on lit :

[…] notre mémoire tient en réserve tous les types de syntagmes plus ou moins complexes, de quelque étendue qu’ils puissent être, et au moment de les employer, nous faisons intervenir les groupes associatifs pour fixer notre choix. (CLG/D, p. 179 ; nous soulignons)

93L’analogie dynamique obéit à un certain patron, un type existant dans le trésor de la langue aussi bien à l’occasion de la formation de nouveaux mots que pour la formation de nouvelles phrases (CLG/E [I], G 2078-9) :

Dans la phrase Que vous dit-il ? je ne fais pas autre chose que varier dans un type général l’élément qui est variable : Que lui dit-il ?
me
vous
nous

94En déclarant que « ces considérations s’étendent aussi loin qu’on veut », Saussure réfute sa position antérieure selon laquelle la phrase ferait partie de la parole en raison du choix des combinaisons laissé au sujet parlant. Par contre, les réalisations spatio-temporelles des syntagmes ne sont pas plus libres dans les phrases que dans les mots isolés. Godel estime que la formule a + b n’admet pas de variantes telles que b + a ou a + b + c, ce qui serait le cas si la combinaison était vraiment laissée au choix de l’individu (SM, p. 178). Le choix ne concerne que les termes (a, a’, a’’…, b, b’, b’’’), et encore a et b ne sont-ils pas des mots relevant de n’importe quelle catégorie grammaticale : chaque mot appartient à une classe d’unités dont les emplois syntagmatiques sont fixés par des rapports associatifs (ibid.). Par cette affirmation, Godel affirme que Saussure réunit les concepts d’analogie, d’association et de motivation interne.

95Saussure constate que « le mot indécorable existe en puissance dans la langue, et sa réalisation est un fait insignifiant en comparaison de la possibilité qui existe de sa formation » (SM, p. 178-179). Il en va de même pour les phrases : si l’on tient compte du schéma analogique virtuellement existant dans le cerveau du sujet parlant, il est possible d’étudier la phrase dans le cadre de la langue. Néanmoins, il y a une différence entre la syntaxe du mot et celle de la phrase ; ce qui pouvait inciter Saussure à rapprocher la phrase du domaine de la parole. L’application du schéma de la phrase est infinie et son exécution spatio-temporelle est acceptée sans réserve par la communauté linguistique. En revanche, pour ce qui concerne la formation de nouveaux mots par l’analogie, il est plus difficile de les faire entrer dans l’usage commun. Le mécanisme de ce dernier est parallèle à celui du prétendu changement analogique.

96Pour clore le discours sur l’analogie syntaxique, confrontons rapidement deux courants de la linguistique moderne : ceux représentés par Saussure et Chomsky. On a voulu voir dans la langue saussurienne la notion de compétence, centrale dans la linguistique générativiste chomskyenne. Cependant, cette interprétation est intenable vu que le mécanisme primordial de la langue saussurienne est celui de l’analogie. Au sein de la linguistique prégénérativiste, l’analogie était reconnue comme un principe constitutif de la langue, mais dans la linguistique chomskyenne elle est remplacée par l’hypothèse d’innéisme. Contrairement à la description de la compétence, qui est une description de la structure, l’analogie capte le processus qui permet la production et la compréhension de nouvelles phrases (Itkonen et Haukioja 1997). Les analyses récentes faites dans le domaine de la linguistique computationnelle vérifient ce que Paul et Saussure ont constaté intuitivement, à savoir que l’analogie joue un rôle dans la construction syntaxique (voir ibid.).

6.4 Bréal ou de la volonté obscure à la téléologie

  • 15 La littérature secondaire concernant M. Bréal est relativement importante. On mentionnera entre aut (...)

97Bréal (1832-1915) jouissait d’un grand prestige dans la linguistique française de son époque.15 Secrétaire de la Société de linguistique de Paris et professeur au Collège de France, il est surtout connu comme créateur du terme sémantique et comme auteur de l’Essai de sémantique. Science d’une signification (1897). La postérité associe souvent Bréal à Saussure en raison des rapports qui unissaient ces deux érudits. En 1880, Saussure se rend à Paris où il assiste aux conférences de la Société de linguistique et où il fréquente les cours de Bréal à l’École pratique des hautes études. En 1881, Bréal cède sa chaire de gothique et de vieux haut allemand à Saussure qui la conserva jusqu’à son départ pour Genève en 1891. Or, à la lecture des manuscrits du CLG, on s’aperçoit que Saussure ne mentionne jamais Bréal sous un jour positif. Les éditeurs du CLG se contentent de voir en lui un simple étymologiste. Quant à l’Essai de sémantique de Bréal, Saussure désavoue son approche. En effet, selon ce dernier, il est tout d’abord nécessaire de déterminer ce qu’est exactement la langue avant d’entrer dans le détail des faits de langue :

Lire Sémantique de Bréal […] il arrive un moment où on voit d’une part qu’il ne peut rien rester dans l’esprit de telles ausführungen, et en même temps que cela tient à ce qu’il est toujours question de ce qui se passe entre les termes du langage, or pour suivre – il faudrait d’abord savoir ce qu’ils sont, ce qu’on prend comme étant, avant de parler des phénomènes entre les termes existants. (CLG/E 1974, 3325)

  • 16 C. Puech (2000, p. 141) avance qu’il existe « une continuité […] d’une tradition rationaliste hexag (...)

98Il est aisé d’examiner comment on explique les changements linguistiques au tournant des xixe et xxe siècles dans la linguistique française à la lumière de l’Essai de sémantique, ouvrage qui condense les idées courantes de l’époque, mais qui contient en filigrane un commentaire sur la sémantique en face de l’ancienne grammaire logique.16 Ce fragment de l’histoire de la linguistique que constitue l’Essai de sémantique témoigne également du caractère amnésique de la discipline : les explications du changement linguistique s’appuient aujourd’hui sur les mêmes conjectures et restent identiques dans leur essence.

  • 17 R. Engler (1973, p. 37) insiste sur le fait que la classification de la sémantique parmi les études (...)

99Le terme sémantique voit le jour en 1883 dans un article intitulé « Les lois intellectuelles du langage : fragment de sémantique », et sera par la suite employé sous l’acception d’étude du changement de sens. La contribution de Bréal à la sémantique est ressentie comme limitée en raison de la connotation diachronique qui donne une image involontairement réduite de la science de la signification. De ce fait, les éditeurs des cours de Saussure reprennent cette définition acquise en insérant dans le CLG des faits sémantiques : par exemple, poutre, qui signifiait « jument », a pris le sens de « pièce de bois », « solive » (CLG/D, p. 132). La sémantique serait donc une étude diachronique qui s’occupe de déplacements du rapport entre le signifié et le signifiant (CLG/D, p. 109). En revanche, Saussure donne dans les manuscrits une tout autre définition : « […] la sémantique [est une] science des sens des mots de la langue, par opposition à celle des formes » (CLG/E [I], II R 292).17 À la lecture des publications de Bréal, on s’aperçoit toutefois qu’est sémantique tout ce qui n’est pas phonétique. Dans l’optique historiographique, l’importance de Bréal repose sur son effort de déplacer l’intérêt des linguistes des changements phonétiques au domaine de la signification. Il refuse de prendre en considération l’évolution isolée de la forme et du sens. Les formes grammaticales sans le sens sont « comme les visages dont nous découvrons les traits, mais dont la pensée reste impénétrable » (Bréal 1897, p. 301). Grâce à Bréal, les changements linguistiques ne sont plus réservés aux changements phonétiques ou aux mots isolés, mais aux unités lexicales vues dans leurs rapports mutuels (Auroux 1995, p. 222). Bréal renonce à la conviction selon laquelle les mots sont naturellement différenciés par les choses qu’ils désignent : les mots sont comparables et comparés entre eux, ce qui joue sur leur signification. Le sujet parlant sent le besoin d’associer les nouveaux mots à un mot de sens approchant et de les classer et subordonner. Par là même, Bréal aura préparé le terrain à la réception de la valeur saussurienne.

6.4.1 Les lois intellectuelles

100La première visée de Bréal est de remplacer le modèle de légalité emprunté aux sciences naturelles par des lois qui dérivent de la sphère intellectuelle de l’homme. Par là même, la linguistique, adhérant aux sciences humaines, dévoile l’essence de son objet à qui sait l’entendre :

La Linguistique parle à l’homme de lui-même : elle lui montre comment il a construit, comment il a perfectionné, à travers les obstacles de toute nature et malgré d’inévitables lenteurs, malgré même des reculs momentanés, le plus nécessaire instrument de civilisation. Il lui appartient de dire aussi par quels moyens cet outil qui nous est confié et dont nous sommes responsables, se conserve ou s’altère […]. On doit étonner étrangement le lecteur qui pense, quand on lui dit que l’homme n’est pour rien dans le développement du langage, et que les mots – forme et sens – mènent une existence propre. (Bréal 1897, p. 2-3)

101La langue est un artefact humain qui n’est pas abandonné aux vicissitudes de sa propre nature, mais au contraire régi par les lois intellectuelles : « […] j’étudie les causes intellectuelles qui ont présidé à la transformation de nos langues. Pour mettre de l’ordre dans cette recherche, j’ai rangé les faits sous un certain nombre de lois » (ibid., p. 5). Une démarche purement empirique permet ainsi de dévoiler l’ordre psychologique auquel on n’a pas un accès direct. Bréal (p. 9), reprenant la définition de Montesquieu (1689- 1755) dans L’esprit des lois (1748), caractérise la loi comme un « rapport constant qui se laisse découvrir dans une série de phénomènes » (Puech 2000, p. 143). Malgré un ancrage empirique, les lois bréaliennes s’écartent des lois naturelles en ce qu’elles accentuent la régularité qui se rencontre dans toute activité humaine, qu’il s’agisse d’institutions politiques, de courants littéraires et artistiques ou de règles grammaticales :

Si tous les changements qui se font dans le gouvernement et les habitudes d’un peuple, se font dans le sens de la centralisation, nous disons que la centralisation est la loi du gouvernement et des habitudes de ce peuple. Si la littérature et les arts d’une époque se distinguent par des qualités d’ordre et de mesure, nous disons que l’ordre et la mesure sont la loi des arts et de la littérature de l’époque. De même, si la grammaire d’une langue tend d’une façon constante à se simplifier, nous pouvons dire que la simplification est la loi de la grammaire de cette langue. (Bréal 1897, p. 9-10)

  • 18 Cicéron, De finibus bonorum et malorum (V, 25, 74) : consuetudine quasi alteram quandam naturam eff (...)

102Les lois intellectuelles se définissent négativement par rapport aux lois phonétiques. Elles ne sont pas impératives, elles ne sont pas non plus des lois aveugles sans exceptions : « Les changements phonétiques qui sont du ressort de la grammaire physiologique » sont appelés à être expliqués par le biais des lois causalo-déterministes, car ils surviennent dans le « corps » des mots, alors que les changements qui se manifestent dans l’esprit des mots s’expliqueront par les lois intellectuelles (ibid., p. 5, p. 316). Or, les lois phonétiques non plus ne relèveraient pas d’une sphère purement physiologique, la cause des changements phonétiques étant plutôt issue de « la région […] de la conscience où s’élaborent les actes de la vie journalière » (p. 318). Une nécessité physiologique ne saurait donc entrer en jeu pour expliquer les changements phonétiques. Les routines articulatoires de la langue maternelle impliquent de la part d’un sujet parlant une installation dans la corporalité collective de la langue qui au niveau individuel s’exprime sous forme d’habitude (voir Nyman 2000). « Où y a-t-il […] trace d’une loi fatale ? Je ne vois que des faits d’accoutumance », estime Bréal (p. 319-320). Reprenant Cicéron18, Bréal estime que l’habitude, étant une seconde nature, serait même à l’origine du changement phonétique. L’explication des lois phonétiques coïncide avec les causes premières, dépassant ainsi la simple suite de cause à effet : les organes de la parole trouvent une prononciation approximative qui se répand simultanément d’un individu à l’autre par le biais de l’imitation ; ce procédé, renforcé par le besoin de comprendre et d’être compris, aboutit au même résultat chez tous les individus (p. 319-323). Ces propos laissent également deviner une forte influence de Gabriel Tarde (1843-1904) qui, dans Les lois de l’imitation (1895 [1890]), avance que l’imitation constitue l’un des plus importants liens sociaux entre les individus, quel que soit le degré de conscience que ces mêmes individus possèdent des actions qu’ils exercent mutuellement les uns sur les autres. La pensée de Tarde, unie à la réflexion sur la légalité, permet à Bréal de dégager un principe général, centré sur l’homme, appelé loi, qui constitue une habitude liant entre eux les membres d’un groupe ayant des intérêts partagés. Le changement linguistique serait également soumis aux règles, aux habitudes qui sont gérées par la volonté humaine – pas par la volonté d’un seul, mais par la volonté de plusieurs. Aussi serait-il contraire à la lettre de la loi collective émanant de cet usage commun de l’assimiler tout simplement à une convention préétablie ou à une règle imposée d’en haut par une autorité. Tant que l’on considère que les règles de la langue sont des habitudes, le changement linguistique se traduira par un changement collectif d’habitudes qui évince une habitude établie, mais qui en même temps est issu de celle-ci. La transformation des langues associe les mêmes mécanismes qui sont entrés dans la vie normale de la langue et la maintiennent, d’où il découle, selon Delesalle, que « les lois et les causes des lois », c’est-à-dire les « causes des causes de la transformation » des langues, sont liées pour Bréal (Delasalle 1988, p. 45). Toutes spirituelles qu’elles soient, les lois intellectuelles sont des composantes de la logique du langage qui n’expliquent pas le langage dans son détail par un renvoi à la raison (ibid., p. 48). La raison linguistique ne coïncide pas toujours avec la logique.

103Les lois intellectuelles – la loi de spécialité, la loi de répartition, la loi de survivance, l’irradiation, l’analogie et la fausse perceptio – n’entraînent pas des changements phonétiques, mais des changements au niveau de la morphosyntaxe ainsi qu’au niveau de la sémantique proprement dite. Du point de vue de la définition de la loi, les lois intellectuelles de Bréal s’avèrent ambiguës, car elles dépassent la généralité empirique en raison de leur siège dans l’esprit de l’homme : les lois intellectuelles sont considérées comme des phénomènes psychologiques, des « lois de notre esprit, qui se manifestent dans les transformations de la parole » (Bréal 1897, p. 314). Sous forme d’habitude, une loi intellectuelle ne serait pas donnée d’avance malgré une certaine dépendance de son support mental, mais serait plutôt une intériorisation d’une habitude collective par un individu. Sous cet aspect, la loi expliquerait une régularité comportementale observable dans l’habitude acquise. En outre, contrairement à l’universalité des lois naturelles, chaque loi intellectuelle a ses limites d’application parce que « l’histoire du langage, à côté de changements poursuivis avec une rare conséquence, présente aussi quantité de tentatives ébauchées et restées à mi-chemin » (ibid., p. 5). Toutes lois qu’elles se veulent, l’action des lois intellectuelles avortent du fait de leur absence de nécessité. En pratique, les lois intellectuelles ne seraient ainsi que des tendances, des possibilités non déterministes dont l’on ne saurait prévoir ni l’application ni la portée. Dans leur principe, elles sont universelles, pour ne pas dire panchroniques, en vertu de l’uniformité de l’esprit de l’homme. Bréal prétend étudier les causes intellectuelles qui ont présidé à la transformation de nos langues, mais c’est seulement de l’observation des changements effectués que l’on arrive à inférer les supposées lois. Dans ces circonstances, même la loi intellectuelle n’est qu’une hypothèse dérivée de phénomènes observables que l’on aurait ensuite projetée sur l’esprit. Bréal (1884) doit s’avouer que la véritable nature des phénomènes intellectuels est inconnue : nous percevons les effets, mais la cause se dérobe. Par conséquent, le changement linguistique rejoint la nature même de la langue : on n’a accès à la langue que par les effets, c’est-à-dire par les actes de parole.

104La loi intellectuelle qui transcende les lois particulières est l’aspiration de l’homme à porter remède aux diverses dysfonctions de la langue à moindres frais : elle a pour but de « réparer des ruines, remédier un mal, sortir de la confusion » (Bréal 1897, p. 11). C’est une loi qui n’agit ni d’une manière rectilinéaire ni simultanément sur tout le fonds de la langue ; c’est également une loi qui s’appuie sur le fonds existant :

Une tendance de l’esprit qui s’explique par le besoin de clarté, c’est de substituer des exposants invariables, indépendants, aux exposants variables, assujettis. Il y a là une tendance conforme au but général du langage, qui est de se faire comprendre aux moindres frais […] avec le moins de peine possible. Mais comme les conditions où le langage est placé ne permettent pas la création ex nihilo, cet effort se réalise lentement, aux moyens et aux dépens de ce qui existait antérieurement. (Bréal 1897, p. 11-12)

105Les lois intellectuelles particulières donnent une illustration de l’objectif auquel tendrait l’esprit de l’homme. Le sujet parlant bréalien est animé dans une large mesure par l’idéal isomorphique d’un sens pour une forme qui se manifeste dans différentes réalisations des lois intellectuelles : « […] la mémoire ne se charge pas volontiers de deux mécanismes fonctionnant concurremment pour un seul et même résultat » (ibid., p. 62). Les exemples de Bréal font apparaître que parmi les principes de base qui gouvernent le changement morpho-syntaxique figurent l’analogie qui contribue au maintien d’un sens pour une forme et la grammaticalisation qui réanalyse l’ancien fonds de la langue afin d’en former de nouveaux instruments.

106L’action de la loi de spécialité se fera sentir, d’une manière tout à fait schématique, dans les circonstances initiales qui représentent soit l’occurrence d’un sens pour plusieurs formes, soit un moment où un mot lexical est en train de perdre sa valeur pour devenir un outil grammatical. Par exemple, dans un premier temps, le superlatif latin a plusieurs désinences : summus, intimus, carissimus. Les sujets parlants du latin cherchent à remédier à cet état pluriel des choses en privilégiant la désinence -issimus qui seule assumera la fonction du superlatif, d’où un sens pour une forme. Dans un deuxième temps, les sujets parlants français vont encore plus loin : la désinence latine est remplacée par l’adverbe plus, qui, après avoir perdu sa pleine valeur, se grammaticalise et même se généralise au comparatif. Bréal définit la loi de spécialité comme suit :

Parmi tous les mots d’une certaine espèce, marqués d’une certaine empreinte grammaticale, il en est un qui est peu à peu tiré hors de pair. Il devient l’exposant par excellence de la notion grammaticale dont il porte la marque. Mais en même temps il perd sa valeur individuelle et n’est plus qu’un instrument grammatical, un des rouages de la phrase. (Ibid., p. 13)

107Bréal appelle loi de répartition « l’ordre intentionnel par suite duquel des mots qui devraient être synonymes, et qui l’étaient en effet, ont pris cependant des sens différents et ne peuvent plus s’employer l’un pour l’autre » (p. 26). D’une manière plus générale, la loi de répartition agit sur une situation initiale intenable dans laquelle il y a soit deux sens pour une forme soit deux formes pour un sens. Bréal donne comme exemple le mot latin sapiens qui a deux significations et emplois différents que les locuteurs savent bien répartir selon le contexte. Le français corrige cette inacceptabilité non isomorphique du latin en créant deux sens pour deux formes, sage et savant, dont les sens approchants peuvent faire l’objet d’un jeu : « les uns sont très sages et savants ; les autres savants et non sages ; les autres, ni sages ni savants ». Dès son article datant de 1879, Bréal avait donné des exemples sur les synonymes. Il avait noté que les dictionnaires classaient les mots péril et danger en tant que synonymes. Pourtant, ils ne se répartissaient pas dans les mêmes contextes d’usage : on pouvait ainsi dire au péril de sa vie et en danger de mort, mais l’un ne se substituait pas à l’autre. Bréal cherchait l’explication dans l’étymologie, comme Saussure le faisait dans le cas des homonymes, « mais expliquer le sens des mots par leur histoire, c’est une méthode possible, mais pas celle qui rend l’image de la langue » (CLG/E [I], II R 1600). Péril dérive de periculum, qui dérive de la même racine que experiri et peritus, tandis que danger provenant de l’ancien français dongier « pouvoir, souveraineté » appartient à la même famille lexicale que domaine et donjon. Dans cet article, Bréal référait à la loi de répartition en tant que procédé qui donnait une valeur différente aux synonymes (Bréal 1879). Dans l’Essai de sémantique, Bréal s’identifie, en revanche, au sujet parlant qui ignore l’étymologie et pour lequel les synonymes absolument identiques n’existent pas. Les synonymes qui se trouvent dans une situation d’ambiguïté subissent un traitement thérapeutique : soit ils sont différenciés, soit ils disparaissent. Bréal range les homonymes – ou bien les dérivés semblables – sous la même loi : « […] plus les mots sont voisins par la forme, plus ils sont une invite à la répartition » (Bréal 1897, p. 32). L’homonymie est supportée par les sujets parlants si elle se trouve explicitement dans des contextes et dans des champs sémantiques différents, ce qui n’est pas le cas dans l’exemple saussurien où décrépi et décrépit s’incorporent (voir section 6.3.2.3.1).

108La loi consacrée à la survivance des flexions renferme ce qu’on nommera l’isomorphie immatérielle. Dans l’esprit du sujet parlant, il y a une réminiscence de l’état d’un sens pour une forme, d’une « déclinaison matériellement abolie », tandis que dans la langue actuelle il y a un indice de cet état : le sentiment d’agrammaticalité. « L’idée du datif, qui continue d’exister chez nous, ne permet pas le mélange avec l’accusatif, quoique […] celui-ci soit le même : “Vous savez que je vous ai toujours respecté et porté une vive affection” » (ibid., p. 51). La flexion « continue de s’imposer à l’esprit grâce à l’association avec une forme similaire : “Je te remercie et te serre la main” » (ibid.). Dans le cas présent, il suffit de répéter le pronom pour éviter l’agrammaticalité. Le principe d’un sens pour une forme se matérialise éventuellement dès lors qu’apparaît l’isomorphie immatérielle.

6.4.2 La volonté

109L’introduction et la définition de la volonté comme moteur de changement linguistique servent à éradiquer l’idée naturaliste selon laquelle la langue serait un organisme qui se transforme indépendamment de la volonté humaine. Bréal prend le contre-pied des naturalistes en insistant sur la force de la volonté humaine, mais il s’attire également la critique de ceux qui estiment que les mécanismes linguistiques sont inconscients, encore que relevant de la sphère humaine. Se montrant sceptique quant au rôle de la volonté dans l’évolution linguistique, Henry (1896, p. 65) souligne que la langue résulte de l’activité consciente d’un sujet inconscient. Il avertit que même si nous sommes entourés et imprégnés de la langue, il ne faut pas confondre les énoncés, qui sont des actes conscients de la volonté, avec les processus cognitifs inconscients sous-jacents, parce que cela induit que la langue est un produit d’une intelligence consciente visant un but prédéterminé. Faute de mieux, Bréal révise la notion de volonté en lui accolant des épithètes ou en l’exprimant sous forme de périphrases afin d’éviter l’obstacle conceptuel infranchissable entre les termes de volonté et d’inconscience. La notion de volonté se réécrit comme volonté obscure, intelligence cachée ou intention à demi consciente. La lecture de l’Essai de sémantique montre que cette volonté doit être inconsciente, en dépit de son inconséquence définitoire et de son difficile accès conceptuel, car « entre les actes d’une volonté consciente, réfléchie, et le pur phénomène instinctif, il y a une distance qui laisse place à bien des états intermédiaires » (Bréal 1897, p. 6). Si la volonté s’unissait à l’instinct, les phénomènes linguistiques seraient de type stimulus-réponse ; ce qui serait propre, une fois de plus, à rapprocher la langue des organismes naturels qui auraient des réactions préconditionnées au détriment des actions volontaires des sujets parlants. Cependant, il y a confusion positive des mécanismes linguistiques avec l’instinct si l’on garde à l’esprit le caractère automatique de la production langagière : « […] on observe une intelligence passée à l’état d’instinct, pareille à celle qui guide les doigts de l’ouvrière en dentelles, remuant, sans les regarder, ses fuseaux » (ibid., p. 248). Le locuteur n’a pas besoin d’avoir recours à un code imprimé pour produire des phrases grammaticales ; cela se fait instinctivement grâce à un savoir athéorique et une connaissance tacite. Un mécanisme similaire déclenche un changement linguistique qui opère d’une manière « persévérante », mais dans ce mécanisme « il n’y a rien qui ne vienne de la volonté » (p. 7). La volonté se présente ainsi :

[…] sous la forme de milliers, de millions, de milliards d’essais entrepris en tâtonnant, le plus souvent malheureux, quelques fois suivis d’un quart de succès, d’un demi-succès, et qui ainsi guidés, ainsi corrigés, ainsi perfectionnés, arrive à se préciser dans une certaine direction. Le but en matière de langage, c’est d’être compris. (Bréal 1897, p. 8)

110La volonté collabore avec l’opération inconsciente des lois intellectuelles chez les sujets parlants et déclenche les mécanismes légaux qui travaillent sur les possibilités internes du système linguistique. La volonté d’un individu est ainsi enchaînée au système linguistique et en est inséparable.

6.4.2.1 La main invisible ou la rationalité inconsciente ?

  • 19 Ce chapitre s’inspire du débat moderne qui a eu lieu autour de l’explication du changement linguist (...)

111Les lois intellectuelles mettent en évidence le partage du travail qui surgit de l’interaction entre l’individu et la collectivité, tel qu’il se saisit à travers le processus du changement linguistique.19 Bréal estime que l’histoire de la langue est une série d’efforts plus ou moins conscients tendant vers le même but. La volonté obscure trouve sa meilleure expression dans l’effet des lois intellectuelles. Mais les tentatives infructueuses de la volonté vont à contre-courant de l’action uniforme de l’esprit intelligent collectif. Brigitte Nerlich (1990, p. 105) voit dans la volonté obscure, l’action de la main invisible, concept qui provient d’Adam Smith (1723-1790), philosophe et économiste anglais. Chez Smith, le contenu du concept peut être brièvement résumé ainsi : la poursuite égoïste de l’intérêt personnel conduit au bien commun ; c’est un processus de grande envergure qui dépasse les intentions des individus. L’exemple prototypique de la main invisible est l’émergence d’un raccourci : un chemin de traverse apparaît lorsque plusieurs individus choisissent le plus court chemin d’un point A à un point B, même si personne n’a eu au départ l’intention de faire apparaître le raccourci (voir Keller 1994 ; Nyman 1994a, 2000). En faisant le lien entre la volonté obscure de Bréal et la main invisible, Nerlich évoque l’entreprise de Rudi Keller pour expliquer le changement linguistique. Par la main invisible il est possible d’illustrer pourquoi les actes particuliers de divers individus aboutissent au même résultat.

  • 20 On observera que même dans le cas du raccourci, il n’est pas évident qu’on puisse comprendre que le (...)

112Le résultat de la main invisible est souvent considéré comme un produit d’actions antagonistes. Les sociologues parlent d’effet pervers « lorsque deux individus (ou plus) en recherchant un objectif donné engendrent un état de choses non recherché et qui peut être indésirable du point de vue soit de chacun des deux, soit de l’un des deux » (Boudon 1977, p. 20). Un embouteillage, par exemple, illustre bien que le résultat de la main invisible diffère des intentions individuelles qui entre elles peuvent être différentes – personne n’avait l’intention de produire un embouteillage par son comportement. L’accumulation des buts personnels, des « essais entrepris en tâtonnant » dont parle Bréal, comprend aussi bien des actions antagonistes que des actions homogènes, mais cette accumulation semble toujours aboutir au même résultat. Il a déjà été observé que plusieurs causes peuvent entraîner la même conséquence observable ; tel est le cas d’un incendie ou de certains changements phonétiques (voir section 5.4.1.1). Dans cette veine, Keller (1994, p. 81) souligne que la finalité des actions n’est pas orientée vers le changement linguistique mais vers le succès de chaque action communicative particulière. Chez Bréal, le but au niveau individuel, c’est le but communicatif, et plus précisément, c’est se faire comprendre à moindres frais. Lorsque Keller compare le changement linguistique à la naissance d’un raccourci, il convient de noter que les pas laissant des traces sont la cause du sentier. En revanche, en ce qui concerne le changement linguistique, les occurrences linguistiques individuelles, dont font partie tant les actions antagonistes que les actions homogènes qui sont à l’origine du changement, ne laissent pas de traces observables, c’est-à-dire des traces de la cause.20 Seul l’effet social est observable. Chez Bréal, les buts communicatifs individuels convergent ainsi avec le résultat observable dans le système linguistique, et la sélection sociale produit le même résultat que les intentions des individus (voir Itkonen 1982, p. 93). Si les lois intellectuelles reflètent les habitudes linguistiques de la collectivité, elles doivent aussi converger avec les mécanismes structurels quotidiens du système de la langue. Les locuteurs font montre d’une malice de la raison face aux possibilités linguistiques qu’ils ont à leur disposition :

L’intelligence dépourvue de direction ne sait plus à quoi se prendre. Une prudence instinctive qui est le produit de beaucoup d’essais mal réussis, fait qu’alors on renonce à des constructions devenues trop difficiles à comprendre. Il est rare que le peuple manque à cette précaution. Ce qu’il ne comprend pas, il l’abandonne ou il le transforme. (Bréal 1897, p. 54)

113Bréal comprend bien que les changements de conscience psychologico-individuels causés par les lois intellectuelles, lesquels peuvent se manifester dans les occurrences spatio-temporelles, n’aboutissent pas au changement linguistique social, si les individus n’agissent pas à l’unisson.

114La volonté obscure de Bréal se retrouve plus exactement dans la rationalité inconsciente d’Itkonen (1983). La rationalité des actions se mesure sur une hiérarchie des moyens et des buts. Un individu se fixe un but primordial qui, à son tour, pourra être constitué de plusieurs buts intermédiaires. Il est convaincu qu’en ayant recours à de tels moyens, il réussira à parvenir aux buts intermédiaires et, en fin de compte, au but primordial. La rationalité d’une action peut également être exprimée sous la forme du syllogisme pratique emprunté à Georg H. von Wright (1971) :

L’état volitionnel A : X veut Y.
L’état épistémique B : X croit qu’en faisant Z, il obtient Y.
Donc : X fait Z.

115Selon la rationalité inconsciente, la cause du changement linguistique réside dans l’intention – inconsciente – des sujets parlants de créer une situation isomorphique dans une structure linguistique. Contrairement à l’explication par la main invisible, une seule et même cause au-delà de l’observation immédiate entraîne une seule et même conséquence observable. Bréal conçoit que le déclencheur fondamental du changement linguistique qui concerne la vie des mots est le désir des sujets parlants de remédier aux dysfonctions dans le système linguistique, lesquelles constituent un obstacle à la communication. Cette idée est également présente dans la rationalité inconsciente d’Itkonen (1983, p. 202). La présence d’une dysfonction est indélébile parce que tout ce qui est adéquat à sa fonction ne saurait être mis à l’écart : « […] le peuple ne laisse tomber ce qui lui est utile que s’il sent déjà par-devers lui qu’il a le moyen de le remplacer » (Bréal 1897, p. 59). La perspicacité ou l’intuition du peuple comporte en elle un jugement de valeur : le changement doit aboutir à un résultat meilleur que l’état actuel (voir la partie 8 sur le peuple).

  • 21 Les scolastiques du Moyen Âge l’appelaient causa finalis, d’où l’emploi de ce terme.
  • 22 Voir H. Paul (1890 [1880], p. 177) sur le caractère social du signe linguistique : selon lui, un mo (...)

116La cause ultime de la transformation de la langue résiderait donc dans le telos, la causalité correspondant à la cause finale chez Aristote.21 Pierre Swiggers et Willy van Hoecke (1990, p. 668, 671) estiment que Bréal établit « une théorie de la causalité en diachronie : la causalité est inférée à partir des effets, à savoir les transformations observées ». Étant donné que l’explication du changement linguistique est post hoc et que du point de vue du linguiste, nous ne pouvons pas suivre la chaîne causale prospective de x à y, il faut que nous nous contentions de la vue rétrospective de y à x. Sachant que la prédiction du changement linguistique n’est pas possible au plein sens du terme, on doit pouvoir inférer la cause de l’effet observé. Dans une explication téléologique, les rôles de x et de y sont inversés : l’effet y est devenu la cause. Dans le cas du changement linguistique, le linguiste observe après coup, par rétrodiction, qu’il y a effectivement une téléologie « persévérante », pour utiliser le terme bréalien. La collectivité linguistique pressent le principe d’un sens pour une forme, ou tout autre but régi par les lois intellectuelles, vers lequel tend le changement. On peut même conclure qu’à cause de leur caractère téléologique, les lois intellectuelles corroborent le fait que le sujet parlant a connaissance des principes dynamiques qui changent la langue, encore que le degré de conscience de cette connaissance ne soit pas résolu définitivement. Cependant, les principes intellectuels ne diffèrent pas dans leur quintessence de la production linguistique quotidienne : en connaissant la structure du système linguistique, le sujet parlant peut déduire l’éventuel output. Le processus du changement linguistique a un rapport identique à la production et à la compréhension : nous pouvons accepter un changement que nous aurions pu inventer nous-mêmes ; nous comprenons une phrase que nous aurions pu produire nous-mêmes.22

117La légalité des lois intellectuelles n’est pas celle des sciences naturelles. Les besoins cognitifs que traduisent les lois intellectuelles ne peuvent pas être identifiés aux lois qui doivent être soumises à une corroboration empirique. Si les besoins n’indiquent que des tendances, comment serait-il possible d’établir des critères scientifiques pour la prédiction ? L’observation d’un phénomène linguistique singulier ne permet pas de prédire avec certitude l’avenir de ce phénomène. Néanmoins, en s’appuyant sur les dysfonctions internes au système qui se manifestent dans les fautes présentant des violations des règles sociales, on peut, avec prudence, prédire la vie future de la langue. Pour ce faire, on a recours à la prédiction par la téléologie. Comme le souligne Itkonen (1983, p. 32), la prédiction du comportement téléologique peut être établie en fonction de tous les canons des sciences expérimentales : par exemple, il est possible de prédire avec une absolue certitude qu’après une période prolongée de privation de nourriture, un animal en captivité choisira, quelles que soient les circonstances de l’expérience, le chemin qui mène à la nourriture. Du point de vue du locuteur, il importe de satisfaire un besoin immédiat : celui de trouver un moyen pour remplir la fonction de communication. Serait-il possible que les nombreux essais tâtonnants de la part des locuteurs visent à une récompense future ? Seul le linguiste peut établir le fait que ces essais auront servi à prévenir ou à réparer les déficits du système. Les hypothèses concernant les tendances ne pourront être corroborées que par l’observation future. À la suite de Bréal, Henri Frei (1929, p. 26) pourra ainsi dire à propos de l’explication téléologique du changement linguistique que, grâce au sempiternel raisonnement du post hoc, ergo propter hoc, « la linguistique historique a sur la linguistique statique l’avantage de prédire à coup sûr, et d’annoncer toujours les événements après qu’ils sont arrivés ».

118Pour ce qui est de la réception de la téléologie bréalienne, la comparaison établie par Saussure entre la langue et le jeu d’échecs illustre l’attitude de celui-ci vis-à-vis de l’explication du changement linguistique par la volonté des locuteurs :

Le joueur d’échecs a l’intention d’opérer le déplacement et d’exercer une action sur le système ; tandis que la langue ne prémédite rien ; c’est spontanément et fortuitement que ses pièces à elle se déplacent. Pour que la partie d’échecs ressemblât en tout point au jeu de la langue, il faudrait supposer un joueur inconscient et inintelligent. (CLG/D, p. 127)

  • 23 Voir CLG/E [I], N 101489 : « […] rien n’empêche pour introduire dans la comparaison un trait assez (...)
  • 24 Voir CLG/E [I], IIR 1406) à propos de la distinction entre la synchronie et la diachronie : « Les f (...)

119Saussure considère le système linguistique comme un ordre fortuit qui existe indépendamment de toute volonté de le créer (CLG/E [I], D 1436). La volonté humaine ne pouvant agir sur elle, la langue ressemblerait donc à un organisme autorégulé et posséderait une existence ontologique indépendante. Aujourd’hui, elle serait susceptible d’être classée sous la cybernétique qui étudie l’autorégulation chez les êtres vivants et les machines. En effet, Saussure compare la langue à une machine qui continuerait à fonctionner malgré les détériorations subies (CLG/E [I], III C 1444). Mais saurait-on réduire, avec Saussure, les acteurs linguistiques à des marionnettes involontaires entre les mains de la nature ? En parlant de la vie des mots sans sons, Bréal tient à souligner que le rôle du locuteur ne sera pas celui d’un joueur irraisonnable, qualifié par Saussure des épithètes « absurde » ou « inintelligent ».23 Même si le sujet parlant ne possède pas une connaissance métalinguistique de la systématicité de la langue et même si son objectif premier n’est pas de changer le système linguistique dans son intégralité, il s’aperçoit tout de même, d’une manière inconsciente, des incohérences dans les faits particuliers, parties intrinsèques des sous-systèmes, qu’il tente de ramener à l’ordre voulu. Le changement linguistique au niveau d’un sous-système, guidé par une rationalité inconsciente, pourra produire un effet pervers, c’est-à-dire un retentissement involontaire au niveau du système linguistique entier.24

6.5 La réalité ou la relativité

120La vie des mots diffère-t-elle d’une langue à l’autre ? Selon la conception privilégiant la valeur différentielle des signes linguistiques face à l’extralinguistique, la langue serait toujours un système fermé, ou organisme, qui ne communiquerait pas avec son entourage. En mettant de côté le référent extralinguistique, la réflexion sémantique focalisée sur la notion de valeur s’assujettit à des critiques post-saussuriennes (Auroux 1995, p. 230). Qu’en est-il de l’insertion de la réalité dans le linguistique à travers la pensée ? Même si la grammaire comparée et la linguistique historique ont fait valoir – avant même leur théorisation par Saussure – la nature différentielle et négative des éléments linguistiques les uns par rapport aux autres ainsi que l’arbitraire du signe, « l’ancien régime » persiste avec sa préoccupation du lien entre la langue, la pensée et la réalité.

  • 25 L’homme primitif aurait possédé des capacités cognitives que l’homme moderne n’aurait que d’une faç (...)

121En se posant la question de savoir s’il existe entre la langue et la pensée une relation isomorphique, Henry semble octroyer à la pensée la préséance malgré la richesse des moyens linguistiques qui nous ont été enseignés par une convention arbitraire afin que nous puissions exprimer les plus infimes détails de notre inconscient. Dans ses Antinomies linguistiques (1896), il a recours aux théories de la musicologie, non d’une façon anodine, mais pour souligner, d’une part, la « conaturalité » que possède l’origine de la musique avec l’origine du langage (Corre 2004, p. 337)25, et pour illustrer, d’autre part, l’éventuelle adéquation et exactitude des signes linguistiques dans la traduction de la pensée. Il renvoie à la théorie, attribuée à Pythagore, sur le lien des harmonies naturelles avec les numéros :

[…] nous faisons comprendre tant bien que mal nos idées au moyen de signes grossièrement approximatifs, à peu près comme un pianiste joue un morceau juste quoique son instrument confonde un ré bémol avec un ut dièse. La différence, c’est que le pianiste se rend théoriquement compte de l’approximation, tandis que le sujet parlant n’a pas la moindre conscience d’un désaccord fondamental qui pourtant excède de beaucoup la valeur d’un comma. (Henry 1896, p. 48)

122Tout instrument musical émet outre un son fondamental des sons secondaires, c’est-à-dire des sons harmoniques, qui ne sont pas directement reconnaissables, mais qui en réalité font partie du son fondamental. Le comma désigne l’intervalle minime entre deux sons successifs. Cet intervalle constitue un problème pour l’accordeur du piano, car cet instrument n’a qu’une seule touche pour le son fondamental et le son harmonique, alors que l’intonation d’un instrument à vent ou celle d’une corde peut être modifiée par l’intermédiaire d’une technique de jeu particulière. Henry insiste sur la différence entre la compréhension théorique que le pianiste peut posséder du comma et la perception exacte de cet intervalle musical minime. Une oreille exercée du pianiste peut effectivement reconnaître cet intervalle, mais en raison des limites de son instrument, cette reconnaissance ne lui sert à rien. Tout comme l’instrument est en décalage avec la réalité de l’acoustique naturelle, les signes linguistiques s’écartent de la réalité psychologique. Les signes linguistiques ne suffisent pas à pénétrer le détail des nuances psychologiques, et par conséquent, en cherchant à exprimer son inconscient, le sujet parlant est à la merci de son instrument. Cette comparaison a de nombreuses applications linguistiques. En premier lieu, elle évoque le problème de l’homonymie et la définition de la valeur linguistique. Le sujet parlant peut être amené à utiliser la même touche, pour ainsi dire, pour exprimer deux choses différentes, mais la valeur exacte des signes linguistiques, comme celle des notes, se reconnaît dans l’exécution de l’ensemble du système linguistique ou du morceau à jouer. En deuxième lieu, cette comparaison souligne que les instruments ne sont pas sur un pied d’égalité en ce qui concerne l’expression de la réalité psychologique, même si les locuteurs d’une langue particulière semblent toujours convaincus que leur instrument est le plus adapté à l’expression de la pensée. Et en dernier lieu, elle met l’accent sur le savoir théorique que possèdent tant le linguiste que le musicien, tout en conduisant la réflexion à la réalité cognitive des catégories métalinguistiques et à la pertinence de celles-ci d’une langue à l’autre.

123En raison même de son support mental, une loi intellectuelle bréalienne serait le reflet d’une aptitude cognitive que l’homme exprimerait dans son aspiration inconsciente de voir dans une figure défectueuse une forme intègre. Sur le plan linguistique, cette aptitude se manifeste dans la volonté du locuteur de ramener l’équivoque entre le sens et la forme à une situation isomorphique. Cette aspiration pourrait se révéler une propriété innée ancrée dans la structure cognitive de l’homme, expliquant potentiellement pourquoi diverses langues du monde appliquent les mêmes lois. Si l’on considère que les lois intellectuelles sont issues de la structure cognitive de l’homme, comment s’explique alors le fait que les langues encodent d’une manière différente la même réalité : le latin dit Petri liber, le français dit le livre de Pierre (Henry 1896, p. 75 ; voir Meillet 1978 [1905-1906], cité d’après Normand et al. 1978, p. 95). L’une choisit le mode synthétique, l’autre le mode analytique. En français, la préposition de assume la fonction du génitif pour marquer le rapport de possession. Ne s’ensuit-il pas que les locuteurs conçoivent le rapport d’appartenance entre les choses de deux manières différentes ? Cette question est illustrée d’une manière encore plus frappante avec les exemples J’ai faim et I am hungry. En français, il s’agit d’un rapport de possession, alors qu’en anglais la même situation est encodée en tant que propriété de la personne. Ne s’ensuit-il pas que la vie des mots est déterminée par la vie des locuteurs selon leur langue maternelle ?

124Bréal (1897, p. 254) envisage que l’ancrage de la langue à la réalité s’effectue nécessairement par la conceptualisation : « Le langage est une traduction de la réalité, une transposition où les objets figurent généralisés et classifiés par le travail de la pensée. » Il lui serait toutefois impensable que les locuteurs conceptualisent la réalité différemment d’une langue à l’autre, et ce malgré les apparences de la diversité formelle. En vertu de l’uniformité de l’esprit de l’homme, les tendances conceptuelles sont les mêmes. En cela, Bréal se montre l’héritier de la grammaire générale dont l’établissement est l’objectif principal des sciences du langage au xviie siècle, et dont l’influence se fait encore sentir au premier quart du xixe siècle. La grammaire générale doit être parfaite du point de vue logique : elle doit dévoiler l’état psychologique sous-jacent à l’irrégularité des langues naturelles. Dès 1866 (voir partie 5), Bréal a cependant critiqué la tradition occidentale des recherches linguistiques dont la grammaire générale est issue. La réflexion grammaticale en Grèce prenait sa source dans la philosophie. D’après Bréal, la grammaire grecque révélait la façon dont les concepts étaient organisés en catégories logiques plutôt qu’elle n’analysait les langues en tant que telles. Les Grecs considéraient la pensée comme la cause des phénomènes de la langue, et la grammaire était vue comme une science auxiliaire de la logique. Or, Bréal prévient ses contemporains comparatistes du danger de s’égarer à l’extrême opposé. Si la grammaire générale attribue à tous les peuples une manière identique d’organiser leurs idées, il ne faut pas contester l’existence de notions qui n’ont pas de représentation formelle dans la langue (Bréal 1868) :

Ici vient se poser la question qui revient si souvent en linguistique : ce qui n’est pas exprimé, devons-nous croire que l’intelligence ne le concevait pas ? Délicat problème, auquel il faut se garder de faire une réponse uniforme et absolue. Une idée peut se présenter à l’esprit sans obtenir aussitôt sa représentation parlée. (Bréal 1897, p. 338)

125Bréal tente un compromis entre l’approche qui privilégie la forme et celle qui valorise la substance, car il ne suffit pas d’étudier seulement la structure de la langue ou la grammaire, mais il faut aussi pénétrer la manière de penser des sujets parlants.

  • 26 Voir CLG/E [I], II R 1811-1814 : « La linguistique aurait pour tâche de déterminer quelles sont rée (...)

126Est-il entièrement possible de ne pas traiter les langues comme des réalités substantielles – référentielles ou représentationnelles ? Par ses exemples sur la définition de la notion de valeur, notamment celui qui présente la répartition de l’usage du mot mouton en français et de ses correspondants anglais mutton et sheep, Saussure, lui, laisse sous-entendre que la langue constitue bien un moule du réel, mais que ce réel serait incompatible d’une langue à l’autre. Le langage n’est donc pas un moyen phonique matériel d’expliquer la pensée, comme déjà toute définie, mais il a pour rôle d’en déterminer les unités, qui n’existent pas par avance (CLG/E [I], IIC 1814).26 Le concept de valeur implique que deux éléments ne peuvent pas être identiques s’ils appartiennent à deux systèmes linguistiques différents, et par conséquent, les sujets parlants pensent différemment d’une langue à l’autre. De ce fait, la difficulté dans l’étude des langues étrangères réside dans le fait que nous ne distinguons pas les catégories qui font défaut à notre langue (CLG/E [I], III C 1893). Les langues ne procèdent pas au même découpage de la réalité. Par exemple, à cause de la réduction des canons indo-européens du germanique, il n’y a plus qu’une seule manière de concevoir le passé pour les Allemands au point de vue du sens ; c’est pour cela qu’il leur est difficile de faire la distinction entre il fit, il faisait et il a fait en français (CLG/E [I], II R 2231). Saussure semble prendre parti, au moins implicitement, pour une forme de relativité linguistique, selon laquelle la langue contrôle et délimite la manière de concevoir la réalité. Sous sa forme forte, cette position veut que si la langue ne possède pas un moyen grammatical d’exprimer telle ou telle chose, les sujets parlants ne possèdent pas le concept voulu. De cette position découlera, par la suite, l’hypothèse d’après laquelle la langue façonne notre conception de la réalité. La vision du monde des locuteurs serait donc conforme au système linguistique dans lequel ils évoluent.

127Bréal estime que la logique de la langue ne saurait être réduite à celle des philosophes pour qui « la logique proprement dite défend de réunir en un jugement des termes contradictoires, tandis que le langage n’y répugne en aucune façon » (Bréal 1897, p. 224). Cependant, le langage recèle d’autres interdictions qui ne concernent pas la logique, comme celle de mettre l’adjectif à un autre genre que son substantif. Différant d’une langue à l’autre, ces règles ne peuvent être d’emblée ancrées dans la réalité ou dans la pensée, mais souvent les éléments qui conceptuellement vont ensemble sont encodés par des mêmes moyens linguistiques. Bréal souligne toutefois que ce sont des règles de métier, n’ayant qu’un lien lâche avec l’art de penser (ibid.). Qui cherche à réduire les catégories grammaticales à des catégories logiques sans incohérences ni exceptions se trouve devant une tâche fort ingrate, n’aboutissant qu’à des généralisations, qu’à des « abstractions pâles » (p. 233), sous lesquelles les données empiriques entrent seulement approximativement. Or, « c’est pourtant la méthode habituellement suivie par ceux qui se proposent de nous expliquer l’idée essentielle, l’idée fondamentale d’un mode, d’un cas, d’une conjonction, d’une préposition… » (p. 225). Les catégories linguistiques semblent échapper non seulement à la réalité, mais aussi aux catégories d’une pensée trop rigoureuse.

6.5.1 Les catégories grammaticales vs les catégories psychologiques et logiques chez Paul

128Les catégories grammaticales constituent une préoccupation moindre dans les textes dits de linguistique générale de l’époque. Outre-Rhin, l’ouvrage de Paul, auquel la linguistique française doit beaucoup, fait une exception intéressante. Paul critique la division traditionnelle des parties du discours qui provient des grammairiens de l’Antiquité, car elle n’est pas systématiquement fondée sur des principes logiques (Paul 1890 [1880], p. 403). La division usuelle des catégories grammaticales a été faite selon le sens et le comportement morphosyntaxique des mots. Pour Paul, trois catégories grammaticales classées selon le sens rencontrent les critères logiques : nom, verbe et adjectif, qui s’appuient respectivement sur des catégories ontologiques de substance, d’activité et de qualité (ibid., p. 403). Dans sa terminologie, une catégorie logique s’ancre dans une classe de la réalité extralinguistique, et elle est donc également psychologiquement réelle, vraie du point de vue des sujets parlants, d’où une certaine confusion des termes logique et psychologique. Ainsi, d’après Paul (p. 11, p. 288), les catégories grammaticales traditionnelles ne sont-elles pas suffisantes pour déterminer la façon dont les éléments de la langue sont groupés, parce qu’elles ne sont pas compatibles avec les catégories psychologiques, l’harmonie qui existait à l’origine entre ces catégories ayant été estompée par le temps. Cependant, Paul reconnaît qu’il est difficile de changer la répartition traditionnelle si l’on veut désigner une classe particulière pour chaque mot. Parmi les catégories grammaticales qui se rapportent aux catégories psychologiques, Paul classe à titre d’exemple le genre, le nombre et le temps afin de montrer comment la réalité extralinguistique prépare le terrain aux catégories grammaticales par l’intermédiaire des catégories psychologiques.

129Le fond du genre grammatical est la différence naturelle des sexes chez l’homme et les animaux (p. 289). Cette distinction apportée dans tous les mots est facultative, car étendue aux catégories autres que celles fondées sur le sexe, il n’y a rien d’inhérent qui puisse déterminer le genre grammatical. L’instrument linguistique qui fait sentir le genre grammatical du nom est l’accord. La catégorie psychologique et logique en ce qui concerne le sexe naturel l’emporte sur la catégorie grammaticale. Par exemple, en latin, l’adjectif s’accorde suivant le sens, et non suivant la forme : nauta liber. La catégorie grammaticale du nombre est encore plus clairement fondée sur la réalité extralinguistique que le genre. Les notions grammaticales du singulier, duel et pluriel ne sont pas seulement ontologiquement justifiables, mais identifiables dans la réalité. Même les collectifs, c’est-à-dire les désignations singulières de la pluralité, ne constituent pas un contre-exemple : les collectifs sont des mots qui réfèrent aux entités de la réalité extralinguistique pouvant former un groupe conçu par le sujet parlant comme singulier. La discordance entre le nombre grammatical et le nombre psychologique est résolue en faveur de ce dernier ; par exemple, en ancien français, ja furent venu la gent, l’accord du verbe se fait d’après le mot collectif au pluriel. Pour ce qui est des temps verbaux, Paul évoque les nombreux essais ayant cherché à réduire les temps des langues indo-européennes à un système logique – les catégories logiques (et chronologiques) du passé, du présent et du futur rencontrent respectivement les catégories grammaticales du parfait, du présent et du futur. Or, il n’y a pas d’accord parfait entre les catégories grammaticales et logiques, car les temps verbaux sont divisés d’après la relation qu’a un événement vis-à-vis d’un certain point temporel, ce qui fait intervenir la subjectivité psychologique des locuteurs.

130Un système logique n’est donc pas concevable pour ce qui concerne la langue, parce que souvent il n’y a pas correspondance entre la langue et la réalité. Un système logique n’admet pas d’exceptions. La langue ne procède pas par une connaissance logique stricte, mais par un mouvement naturel de groupes d’idées, qui tantôt suit les lois logiques, tantôt non (p. 18). Les cas où les catégories logiques et grammaticales se rencontrent le plus parfaitement sont les principales parties du discours où il y a une relation isomorphique entre la langue et la réalité. Paul admet ce fait universel que la substance est exprimée différemment de l’action, ce qui fait la différence entre les parties du discours du nom et du verbe. Or, le plus souvent la forme linguistique ne correspond plus au vrai mouvement des groupes d’idées. C’est le cas des catégories qui n’ont pas de notions indépendantes : les éléments connectifs, les prépositions et les conjonctions. Paul contourne ce problème par l’intermédiaire de l’histoire de la langue. Par exemple, l’origine des connectifs remonte aux mots indépendants, soit directement, soit par des adverbes qui, à leur tour, résultent de la grammaticalisation des noms indépendants. Paul scinde le lexique de la langue en mots de contenu qu’on peut appeler mots lexicaux, et en mots portant une fonction, ou mots grammaticaux. Les mots lexicaux entrent, en règle générale, dans les catégories logico-psychologiques.

131Dans son entretien avec Albert Riedlinger, qui a eu lieu le 19 janvier 1909, Saussure observe qu’il faudrait reprendre, pour le réfuter, tout ce que Paul et les modernes ont écrit sur les parties du discours – ce serait une grammaire générale (SM, p. 29). À ce propos, les éditeurs du CLG ont ajouté à la pensée saussurienne que lorsqu’on cherche à saisir les entités concrètes de la langue, le point de départ est le réel, à partir duquel on pourra élaborer tous les classements dont la linguistique a besoin (CLG/D, p. 153). Ils précisent également que les parties du discours ne sont pas des facteurs de la langue, simplement parce qu’elles correspondent à des catégories logiques (CLG/D, p. 153). Saussure lui-même tient à indiquer, à travers un exemple simple, les lacunes qui existent entre les catégories logiques et les catégories grammaticales. La partie du discours qu’est l’adjectif ne repose pas sur une répartition logique : « Ces gants sont bon marché. Bon marché est-il adjectif » (CLG/E [I], B 1792). Même si « la langue est remplie de réalités apparentes » de ce genre (CLG/E [I], IIC 1798), il faudrait toutefois « se persuader qu’on n’a pas devant soi des êtres concrets » (CLG/E [I], B 1800) :

[…] savoir quelles sont les différentes choses qui ont droit à s’appeler réalités, c’est décider quelles identités elles comportent, quels liens d’identité existent entre elles et quelles catégories d’unités elles peuvent former. (CLG/E [I], B 1801)

132La critique de la nomenclature par Saussure s’adresse au fait que le rapport entre la langue et la réalité ne prend en considération que la relation entre le nom et l’objet, c’est-à-dire la relation entre la catégorie grammaticale de nom et la substance extralinguistique. Alors que Saussure omet la réalité extralinguistique, Paul y voit le fondement de la langue. Pour Paul, la langue est un instrument grâce auquel on parle du monde qui nous entoure. En revanche, établissant un lien entre les catégories grammaticales et les catégories logiques, cette démarche ne prend pas en considération le fait que le système seul constitue le point de départ primordial de l’étude des phénomènes linguistiques.

133Contribuant à la discussion autour des anciens et des modernes (section 5.3.1), Saussure renonce au fondement philosophique et logique de la grammaire générale dans toute étude linguistique en proposant une approche de la langue à partir de ses propres bases : la langue elle-même doit dessiner les contours des études linguistiques. Outre son ancrage dans la réalité ou dans la pensée, l’approche traditionnelle possède un défaut supplémentaire concernant la sélection des données. La grammaire classique cherche à réduire la langue à la logique, dont la préoccupation est de dresser des règles qui détermineraient les formes correctes et incorrectes de la langue, au lieu d’observer les faits (CLG/D, p. 13). Elle s’applique à déterminer la langue sur une base prescriptive. La grammaire de Port-Royal et toutes les autres grammaires héritées ont cherché à dériver la structure des phrases de la forme logique de la pensée, alors que, pour Saussure, ce point de vue est erroné, car la structure de la langue possède une autonomie par rapport à l’extralinguistique. La langue n’est pas une réflexion de quelque chose d’extérieur. Cependant, bien que la prescriptivité de la grammaire classique ait été remise en question par des études historiques qui montrent que la langue n’est pas fixe et inaltérable une fois pour toutes, la méthode de la grammaire de Port-Royal reste irréprochable pour Saussure, car son approche est synchronique ; elle étudie l’état de la langue française sous Louis XIV (CLG/D, p. 118). Par là, Saussure réhabilite le point de vue statique de la tradition grammaticale par une approche novatrice et scientifique soulignant les valeurs mutuelles des termes au sein du système.

6.5.2 L’arbitraire motivé

134L’arbitraire du signe est un « axiome » et une « vérité primaire » sur lequel Saussure revient constamment. Selon ce principe, il n’y a pas de lien nécessaire entre tel signifiant et tel signifié : n’est pas uniquement arbitraire une relation entre le signifié et le signifiant – Apfel est tout aussi capable que pomme de désigner le fruit (CLG/E [I], 1937) –, mais l’est aussi le processus par lequel chaque signifié et chaque signifiant se délimitent vis-à-vis d’autres membres du système linguistique donné (mouton / sheep-mutton).

135D’après John Haiman (1985, p. 2), le relativisme linguistique peut être vu comme une extension du principe de l’arbitraire du signe. Le relativisme s’inscrit dans le courant philosophique de l’empirisme épistémologique qui, à partir de la réfutation des formes substantielles, soulignait le pouvoir du langage dans la classification du monde connaissable, son indépendance vis-à-vis des realia et donc, en dernier ressort, l’arbitraire du signe (Formigari 1992, p. 443-444). Dès lors, la langue maternelle non seulement oriente les représentations mentales des sujets parlants, mais modifie et limite leur vision du monde. Ces idées se perpétuent dans la pensée de la fin du xixe siècle, notamment dans celle de Saussure.

136Dans sa thèse latine, Henry (1883b, chap. I) cite de nombreux exemples illustrant le rapport étroit qu’entretient le langage avec la vision du monde de ses locuteurs. Encore plein de jugements de valeur sur les langues dites barbares, Henry montre que certaines d’entre elles n’ont pas de termes pour exprimer les choses qui nous paraissent simples, alors que les choses concrètes ou les concepts complexes sont exprimés par l’intermédiaire d’un seul mot. Par exemple, dans les langues groenlandaises, il n’y a pas, selon Henry, un seul mot pour exprimer le terme aller, mais plusieurs termes pour dire « aller à pied », « aller à cheval », « aller en barque », « aller en traîneau », etc. Dans la langue basque, il existe six différents mots pour exprimer l’acte de « lâcher en liberté une chienne, une jument, une truie, une chèvre, une brebis ou une vache ». Les autochtones de l’Australie n’appellent un arbre ni par le nom du genre ni par celui de l’espèce, mais nomment individuellement chaque arbre de leur contrée. Henry conçoit que le relativisme est lié à la complexité conceptuelle de la culture des locuteurs : plus l’intelligence des hommes est développée, plus ils sont capables de créer de nouveaux mots afin de distinguer les choses et de faire des abstractions.

137Si la même réalité se conceptualise par l’intermédiaire de différents outils jouant à la fois sur cette même réalité, certaines catégories grammaticales montrent qu’il y a toutefois une base commune fondamentale, indépendante de l’instrument, qui tire sa motivation de la nature. La nature distingue le temps ; la nature distingue le sexe ou le nombre. Dans le même temps, il est superflu, estime Henry, de succomber à la tentation d’explications extralinguistiques afin de justifier le bien-fondé de la langue. Malgré une similarité apparente, les mots mox et nox ne se ressemblent pas, car l’un possède la déclinaison, l’autre non. Il en va de même du mot suis qui dérive soit du mot suere « coudre », soit du mot sus « cochon », non par leur signification, mais par le fait que l’un possède la conjugaison, l’autre la déclinaison. Même s’ils relèvent de la catégorie grammaticale du temps, la similarité externe ne vaut rien dans les mots volo « vouloir » et volo « voler », car au passé simple l’un a la forme volui, l’autre volavi (Henry 1883b, chap. III). Il s’ensuit que les mots doivent être situés, non dans la nature, mais dans le reste du système. De même, il est possible de limiter au système grammatical la réflexion sur l’arbitraire au détriment de l’extralinguistique.

138Or, Saussure lui-même reconnaît que l’arbitraire illimité serait une menace aussi grande pour le système linguistique que la réduction de la langue à une nomenclature. Aussi la plausibilité de l’arbitraire absolu est-elle mise au défi par l’introduction de l’arbitraire motivé, à la base duquel se trouvent les rapports analogiques et associatifs ainsi que le principe isomorphique d’un sens pour une forme :

  • 27 Voir CLG/E [I], D ; III C 2092.

[…] tout le système de la langue repose sur le principe irrationnel de l’arbitraire du signe qui, appliqué sans restriction, aboutirait à la complication suprême ; mais l’esprit réussit à introduire un principe d’ordre et de régularité dans certaines parties de la masse des signes, et c’est là le rôle du relativement motivé. (CLG/D, p. 182)27

  • 28 F. de Saussure ne s’occupe de la motivation extralinguistique entre les signifiants et les signifié (...)

139Il ne s’agit pas de limiter l’arbitraire par rapport aux facteurs externes à la langue, mais par rapport à la place qu’occupent les signes vis-à-vis d’autres signes au sein du même système. Possédant une valeur, les signes sont des unités différentielles et oppositives, alors qu’en raison de leur qualité motivée dans le système, les signes sont considérés en termes positifs, par les solidarités qui les relient. L’arbitraire radical provoquerait des complications extrêmes pour la mémoire, tandis que l’arbitraire motivé introduit de l’ordre dans la masse des signes en cherchant à créer une situation isomorphique à l’intérieur de la langue : la même fonction s’exprime par la même forme. La motivation des termes se mesure par le degré d’analysabilité et par leur pouvoir de reproduction à l’aide de l’analogie créatrice. L’arbitraire motivé peut être appelé motivation interne – ou morphologique –, car il dépend des faits arbitraires internes au système linguistique (DuBois 1987, p. 344). Seule une partie des signes de la langue est radicalement arbitraire : vingt ne fait appel à aucun terme coexistant dans la langue (CLG/E [I], III C 2092-2094). Par contre, dix-neuf est relativement motivé, parce qu’il fait appel à des termes coexistants : dix et neuf. Saussure donne toute une série d’exemples où il oppose un terme immotivé à un terme motivé : ormeau/poirier ; jadis/autrefois ; commencer/entreprendre ; men/birds28, etc. La signification du terme composé peut être retracée par la signification de ses éléments constitutifs.

  • 29 En outre, les mots signifiant et signifié permettent d’éviter l’ambiguïté que comporte le terme sig (...)

140Le métalangage qu’utilise Saussure pour définir le signe linguistique constitue une bonne illustration de l’arbitraire motivé au sein du système linguistique. D’une manière générale, afin de créer son métalangage, Saussure soit fournit une nouvelle définition technique à une expression ou à un terme consacrés par l’usage, soit forge des innovations terminologiques pour éviter les ambiguïtés avec des termes en usage dans la langue ordinaire. Dans la langue, le son matériel, qui est la contrepartie du concept, est redéfini sous le terme d’image acoustique pour souligner qu’il s’agit de l’empreinte psychique du son, non du son spatio-temporel physique. On pense alors au langage intérieur, celui qu’on se parle à soi-même sans remuer les lèvres. Il s’ensuit que les deux côtés du signe relèvent du psychique. Pour bien distinguer, d’une part, la nature matérielle du son qui implique une action vocale et la nature matérielle de l’image acoustique, et d’autre part, la nature psychique ou spirituelle du concept et la nature psychique de l’image acoustique, Saussure propose de qualifier l’image acoustique de « sensorielle » (CLG/E, III C 1095-1104). Ce n’est qu’à la fin de son troisième cours, en 1911, que Saussure forge les termes de signifié et de signifiant pour remplacer respectivement ceux de concept et d’image acoustique. Ce choix terminologique est heureux, car il met en valeur la dépendance de ce couple vis-à-vis de la totalité du signe.29

141L’une des conséquences de la relativité et de l’arbitraire linguistique est la question de la traduisibilité d’une langue à l’autre. Si l’on suit le principe saussurien selon lequel les termes qui appartiennent à différents systèmes possèdent une valeur différente, la traduisibilité sera complètement mise en doute. La traduction du métalangage autour du signe linguistique peut encore illustrer ce point. Le traducteur doit-il chercher à calquer la terminologie française sur une terminologie préexistante dans la langue cible, ou bien doit-il essayer de forger un vocabulaire tout en obéissant au système linguistique de la langue concernée ? En ce qui concerne la traduction du métalangage, le traducteur ne recourt pas directement au système oppositif qui relie les termes de la langue cible. Au contraire, il part de la signification du terme saussurien donné, à savoir d’une idée préétablie, pour arriver à une correspondance plus ou moins parfaite dans une autre langue. Pour traduire les mots signifiant et signifié, le traducteur pourra suivre la logique saussurienne et partir du verbe « signifier » dans la langue cible dont il dérivera les signifiants des termes signifiant et signifié. Cela s’explique par le principe de l’arbitraire motivé : il y a accord partiel des séries associatives concernant le signifiant et le signifié, ce qui relève de la solidarité systémique.

142En suivant cette même logique, Saussure place les langues sur un axe typologique : à l’une des extrémités il y a les langues lexicologiques où l’arbitraire atteint son maximum, dans l’autre il y a les langues grammaticales où l’arbitraire est à son minimum. Le chinois, langue isolante, représente un type « ultra-lexicologique », le sanscrit, langue flexionnelle par excellence, relevant d’un type ultra-grammatical (CLG/E [I], D 2121) :

En effet, on peut distinguer comme deux pôles contraires, comme deux courants antinomiques entre eux régnant en toutes langues, la tendance à employer l’instrument lexicologique étant composé de casiers isolés, l’instrument grammatical étant comme une chaîne formée d’anneaux unis entre eux, où une unité fait appel à l’autre. (CLG/E [I], III C 2119)

143L’évolution de la langue peut être décrite comme un va-et-vient continuel sur un axe d’immotivé et de motivé d’une part, et d’autre part, entre le synthétique et l’analytique (CLG /E [I], IIIC 2122, N 2117). Par rapport au latin, le français se caractérise par un déplacement dans le sens de l’immotivé. En bas latin, le contraire d’amicus se forme avec le préfixe privatif inqui donne la forme parfaitement motivée inamicus. Dans les syllabes non initiales, les voyelles courtes et les diphtongues subissent un changement phonétique qui les élève au sein du système des voyelles. Le mot-exemple reste toujours transparent : inimicus. Pourtant, son correspondant français ennemi rentre dans l’arbitraire absolu.

144En vertu de ces exemples, Simone (1990, p. 127) estime que le but de Saussure n’était pas d’introduire une théorie du non-arbitraire, mais simplement de décrire deux manières différentes d’organiser le lexique et de former des mots. L’opposition entre les langues lexicales et grammaticales constitue une illustration de l’immotivation et de la motivation, mais ce qui importe le plus dans l’échafaudage de Saussure, c’est que la motivation interne est nécessaire à l’organisation des rapports syntagmatiques et des rapports associatifs. La motivation externe, c’est-à-dire la relation entre le signe et la réalité – conceptualisée par la pensée – est marginale dans la théorie de Saussure. La linguistique n’a pas à traiter la question des similarités entre certaines propriétés du signe et certaines propriétés de la chose signifiée. La motivation interne met en évidence les traits structuraux propres à une certaine langue, la valeur d’un signe par rapport à d’autres signes ou les phénomènes d’isomorphisme entre les signifiants et les signifiés (Seiler 1990, p. 167). En conséquence, on ne peut pas dire que l’arbitraire motivé ne soit qu’un moyen d’agencer le lexique. En dernière analyse, la notion de motivé ou d’arbitraire relatif devient synonyme de toute systématicité grammaticale et lexicale (ibid., p. 166).

145Néanmoins, l’arbitraire radical du signe ne peut pas être négligé, car il sert de ligne de partage entre l’organisme et le système, même si ce dernier n’est souvent vu que comme une extension sophistiquée de celui-là. Dans cette perspective, les propriétés de l’organisme ne constituent que le revers du système (voir Nyman 1994b, p. 168-169) : l’organisme est un système où tout se tient ; chaque unité d’un organisme ou d’un système sert à entretenir le tout ; les organismes et les systèmes ont des besoins qui doivent être remplis pour la survie du tout, donc l’analyse de la fonction ou de la valeur d’une unité présuppose la connaissance des besoins du système. Mais même si Saussure est quelquefois amené à parler de « l’organisme de la langue » (CLG/E [I], B 1755), il fait toutefois montre d’une certaine méfiance vis-à-vis du bien-fondé de ce lien. Sa défense de l’arbitraire du signe est soulignée par l’idée que le signe est adéquat à sa fonction – particularité des organes du monde vivant, ou celle des machines :

L’erreur est justement de croire que la grammaire est la physiologie (étudiant la fonction) pendant que la phonétique – ou phonologie ? – serait = anatomie. Très utile de voir par où la comparaison pèche. L’œil ne ressemble pas à la main, ni le poumon à l’épine dorsale ; et ainsi, même faisant abstraction de la fonction, l’anatomiste a devant lui dans chaque organe un objet différent. Mais aucune différence entre par exemple – i – signe du féminin et – i – signe d’optatif ; il n’y a que la matière brute dès qu’on retire la fonction conventionnelle en linguistique. C’est la fonction dont est investi un phonisme qui fait que nous accordons passagèrement le titre d’organe à ce phonisme, qui en lui-même ressemble à tous les autres phonismes, et est susceptible de prendre absolument (tel qu’il est) n’importe quelle fonction. (CLG/E 1974, N 15 3319.2)

146L’arbitraire suppose que le signe est toujours adéquat à sa fonction. Cependant, le changement touche tout autant l’arbitraire du signe que l’adéquation à sa fonction : l’arbitraire du signe permet le changement linguistique sans aucune réserve à condition que la communauté linguistique l’accepte, car le changement des signes arbitraires n’a aucun fondement précis dans l’extralinguistique. En revanche, si aux signes on assigne une quelconque adéquation à la fonction donnée, le changement n’est permis que s’il y a en vue une forme plus adéquate à cette même fonction. Saussure parle du principe de l’identique capacité, qui, de nos jours, permettrait un rapprochement des éléments linguistiques arbitraires avec les cellules souches qui peuvent être manipulées en sorte qu’elles pourront assumer n’importe quelle fonction :

Dans le mot, il n’existe absolument rien d’anatomique, c’est-à-dire aucune différence de pièce fondée sur un rapport de la fonction et de la pièce qui jouait pour cette fonction, il n’existe qu’une suite de phonations entièrement semblables entre elles, en ce que rien n’était plus propre à constituer le poumon du mot que son pied. (CLG/E [I] 1974, N 153318.9)

147L’existence de différentes langues du monde constitue, en effet, la preuve la plus palpable de cette identique capacité.

148Dans ces conditions, il serait possible de conclure également que les catégories grammaticales ne recouvrent pas les mêmes réalités d’une langue à l’autre du point de vue des systèmes grammaticaux. Paul a fait face à l’assertion relativiste qui soutenait que les catégories grammaticales ne correspondent, ni par leur nombre ni par leur étendue, aux catégories de la réalité. De son côté, Saussure défend l’idée que les catégories grammaticales d’une langue ne correspondent en rien à celles d’aucune autre langue, car elles s’inscrivent toujours dans la perspective extralinguistique combattue par lui :

Une catégorie grammaticale, comme la catégorie du génitif par exemple, est une chose complètement insaisissable, un mot véritablement destitué de sens, dans l’emploi que nous en faisons journellement. Nous ne voulons pas dire, ce qui est certain d’emblée, que cette catégorie n’est ni nécessaire, ni représentée avec nécessité dans les différentes langues qu’on examinera, ni une dans ce qu’elle embrasse en général, ou en particulier, dans telle langue. Nous voulons dire que dans une langue déterminée, où il existe un « génitif », on ne sait jamais ce qui est entendu […] par ce mot « génitif », ou ce qu’on veut exactement généraliser en parlant de la catégorie du génitif dont jouit la grammaire de cette langue. – Prenons par exemple le génitif grec. Tantôt on entend par le génitif grec la « distinction grammaticale du génitif » d’une certaine idée supérieure aux signes, extérieure aux signes, indépendantes des signes, planant dans le domaine de l’idée pure […]. (Saussure 2002, p. 55)

149Henry (1883b, chap. III), à son tour, avait déjà conclu que parmi les linguistes il ne semble pas y avoir un accord commun sur la possibilité d’appliquer le même métalangage d’une langue à l’autre, car les uns considèrent que chaque communauté linguistique possède des signes qui conceptuellement diffèrent de ceux de ses voisins, alors que les autres estiment que, en dépit de différents moyens, il y a un fondement mental commun qui se manifeste par le fait que l’on peut effectivement le désigner par le même métalangage. Par exemple, la catégorie grammaticale de la négation englobe différentes manières de nier la phrase constatées à travers les langues du monde.

150La linguistique cognitive d’aujourd’hui cherche à rétablir le lien entre la langue et l’extralinguistique, sans prendre en considération que les catégories grammaticales sont également des constructions historiques. William Croft (1990, p. 17), par exemple, estime que le chercheur a une intuition préthéorique sur les catégories grammaticales prototypiques. Si une telle intuition existe, elle est fondée sur les catégories de la réalité, mais aussi sur une appropriation d’un certain métalangage linguistique par le linguiste. Il ne faut pas oublier que les catégories grammaticales sont bel et bien des catégories historiques, fondées sur le métalangage de la grammaire gréco-latine, divulguées suite à l’étude de toutes les langues du monde. Si une intuition préthéorique existe, il s’agit, en dernier lieu, de celle des grammairiens de l’Antiquité qui établirent un lien entre la langue, la pensée et la réalité. Aussi est-il souvent discutable d’évaluer les catégories d’une autre langue à moins de justifier l’existence de ces catégories sur une base historique. Pour cette raison, la conception de l’existence des catégories grammaticales prototypiques rencontre des difficultés, lorsqu’on essaie d’y intégrer des données empiriques, qui n’y entrent pas. Dès lors s’impose soit l’affinement de la catégorie, soit la création d’une toute nouvelle catégorie. Les catégories donnent des lignes directrices qui délimitent les marges possibles de la réalisation formelle d’une fonction donnée déterminée par la catégorie concernée. Afin de contourner ces problèmes, il a été proposé aujourd’hui une nouvelle distinction : les catégories par l’intermédiaire desquelles on observe les langues du monde sont des « concepts comparatifs » qui ne doivent pas être confondus avec les catégories descriptives tirées des langues particulières (Haspelmath 2008).

151Au xixe siècle, de nombreux linguistes critiquent la division traditionnelle des parties du discours qui provient des grammairiens de l’Antiquité, car elle n’est pas systématiquement fondée sur des principes logiques nécessitant une correspondance entre la langue, la pensée et la réalité. Ils reconnaissent toutefois qu’il est difficile de remplacer la répartition traditionnelle, si l’on veut assigner une classe particulière à chaque mot. À ce propos, Vendryes, conclut :

Le désaccord entre la grammaire et la logique consiste en ce que les catégories grammaticales et les catégories logiques se recouvrent très rarement ; presque jamais le nombre des unes et des autres ne coïncide. Quand on essaie de mettre de l’ordre dans les faits grammaticaux en les classant d’après la logique, on est conduit à faire une répartition arbitraire ; tantôt on rangera en des catégories logiques distinctes des faits qui ont le même aspect grammatical (ce qui est faire violence à la langue) ; tantôt on laissera groupés sous la même catégorie grammaticale des faits qui n’ont logiquement rien de commun (ce qui est faire violence à la raison). Le plus simple est donc de choisir entre les deux ordres de classement. Cela justifie les grammairiens, dont la nomenclature, arbitraire et souvent illogique, a cependant une valeur grammaticale. La seule chose qu’il faille exiger d’eux, c’est du moins que leurs classifications, où la logique est sacrifiée, répondent aux conditions grammaticales de la langue qu’ils étudient. Bien que les catégories puissent varier suivant les langues, elles ont en effet, dans la langue où elles règnent, un pouvoir qui domine l’activité de l’esprit. (Vendryes 1923 [1921], p. 132)

152Le travail sur la vie des mots constituera ainsi un compromis entre les systèmes linguistiques et l’extralinguistique. Mais pour que la comparaison des langues soit possible, il faudrait que celles-ci possèdent, malgré les apparences, un fondement dans l’uniformité de la structure cognitive du cerveau humain qui dépasse un pur relativisme :

C’est l’affaire des logiciens de définir les catégories logiques, de décider si derrière la bigarrure des catégories grammaticales il y a des catégories logiques qui vaillent pour toutes les langues et soient imposées à toutes par la structure du cerveau humain. […] [Q]uelles que soient les différences entre les habitudes mentales chez les différents peuples, l’existence de certains traits fondamentaux n’est pas niable. Il y a une logique humaine et de grandes catégories logiques se retrouvent chez tous les hommes qui pensent. Elles sont naturellement à la base des catégories grammaticales. (Ibid., p. 132-133)

153À supposer que la conformation cognitive serve de filtre entre la réalité et la langue, constituant ainsi un lien intersubjectif, il existe toutefois une contrainte bien plus puissante que les forces physiques ou métaphysiques qui s’exerce sur les catégories grammaticales. C’est la force sociale (ibid., p. 133). La question sur la réalité ou la relativité des catégories grammaticales reste sans réponse arrêtée si l’on ne consulte pas les différents membres de la communauté possédant un savoir linguistique (voir parties 7 et 8).

6.6 Une science mixte

154S’interrogeant sur la nature de la langue, Keller (1994, p. 62) ajoute, à côté de la dichotomie qui oppose les objets naturels aux artefacts, une troisième catégorie, les phénomènes de troisième art ou artefacts naturels. La langue relèverait de ces derniers. Les phénomènes de troisième art possèdent aussi bien des traits d’objets naturels que des traits d’artefacts. Ils ressemblent aux objets naturels en ce qu’ils ne sont pas le fruit d’un acte intentionnel et que leur explication nécessite le recours aux causes efficientes ; ils ressemblent aux artefacts parce qu’ils sont le résultat des actions humaines (Keller 1994, p. 63). Pour ce qui est du contexte historique, toute solution tranchée concernant la place de la linguistique est rendue difficile en raison du va-et-vient constant entre la délimitation méthodologique de son objet et de son engagement ontologique tantôt dans le monde physique, tantôt dans le monde psychologique ou dans le monde socioculturel. Si l’on revient à l’interrogation d’Adam sur la nature de la linguistique, nous trouvons une solution analogue à celle de Keller. Adam (1882, p. 66) avance que si le but de la linguistique est la quête de la légalité, si « la méthode de la linguistique [est] celle des sciences naturelles, il importe peu, au fond, qu’on la mette au nombre des sciences historiques ». La question devient oiseuse si d’emblée la méthode détermine la nature de la science. Cette solution s’avérera toutefois peu satisfaisante, car les limites des méthodes des sciences naturelles se font sentir en dehors du domaine de la phonétique qui s’occupe de la forme au détriment de la fonction ou du sens. Après s’être familiarisé avec la leçon donnée au Collège de France par Bréal, défenseur le plus illustre du sens, qui estime que la forme ne représente que la moitié de l’étude de la grammaire comparée, Adam se hâte de réviser ses positions pour diviser l’étude interne de la langue en deux :

Quand bien même l’idéologie lexiologique serait soumise à des lois susceptibles de codification, ce qui est douteux, ces lois seraient inhérentes non à l’organisme proprement dit, mais à l’intelligence, et en admettant que celle-ci ne soit qu’une résultante, il n’y en aurait pas moins entre les deux parties de la linguistique cette différence : que la phonétique et la morphologie procèdent par la méthode des sciences naturelles, tandis que l’idéologie ne peut procéder que par la méthode des sciences historiques. (Adam 1882, p. 72)

  • 30 L. Adam doit le terme intégral à H. Chavée (1815-1877), cofondateur de la Revue de linguistique et (...)

155Conscient des propriétés essentielles de la langue, la double articulation et la créativité, à savoir que l’homme capture à l’aide d’un nombre restreint d’expressions sonores la formation d’un nombre infini d’idées, qu’il pourra appliquer dans de nouveaux contextes, Adam cherche à compléter l’étude de la forme par celle de la fonction qui surpasse l’étude isolée du signe linguistique bifacial. Le but de la « fonctiologie », science des fonctions dans la terminologie d’Adam (ibid., p. 73), est d’évaluer les processus de changement de sens et d’étudier le développement de la grammaire au moyen de l’assignation de nouvelles fonctions aux mots. Comme la méthode de la fonctiologie est celle des sciences historiques, les conclusions de cette partie de la science linguistique ne se fondent que sur des vraisemblances, et non sur la légalité (ibid.). De ce fait, la question de la place de la linguistique parmi les sciences se résout par un compromis : la linguistique est une « science mixte ». La linguistique intégrale30 est une science mi-partie naturelle, mi-partie historique, dont la méthode est tantôt celle des sciences naturelles, tantôt celle des sciences historiques. Une telle relativité ne sera pourtant pas retenue.

156Une apparente multiplicité des phénomènes conduit le scientifique d’une discipline particulière à chercher les principes unificateurs pour son objet. Une vraie linguistique intégrale serait une chimère dans cette perspective. Une quête d’unification pourrait conclure à une éternelle poursuite d’une théorie du tout, qui donnerait l’explication ultime de l’univers linguistique. Dans la conclusion quelque peu surprenante de son Essai de sémantique, Bréal adopte un ton historiciste pour parler d’un progrès constant auquel assisterait l’humanité. Sur ce point, Bréal rejoint l’idéal positiviste du progrès :

Je ne crois pas cependant me tromper en disant que l’histoire du langage, ramenée à des lois intellectuelles, est non seulement plus vraie, mais plus intéressante : il ne peut être indifférent pour nous de voir, au-dessus du hasard apparent qui règne sur la destinée des mots et des formes du langage, se montrer des lois correspondant chacune à un progrès de l’esprit. Pour le philosophe, pour l’historien, pour tout homme attentif à la marche de l’humanité, il y a plaisir à constater cette montée d’intelligence qui se fait sentir dans le lent renouvellement des langues. (Bréal 1897, p. 257-258 ; nous soulignons)

157Cette évolution progressiste tend vers un plus grand degré de conscience du rôle que l’intelligence collective joue sur la langue et elle vise nettement à l’élargissement des capacités intellectuelles de l’homme au cours de l’histoire. Le changement linguistique ne représenterait qu’un épisode secondaire témoignant de l’inéluctable conquête intellectuelle de l’humanité. Le but ultime serait de pouvoir faire des prédictions à propos du développement futur de la langue. Les lois intellectuelles s’avéreront un compromis sur le chemin qui mène à ce but. Selon Bréal, la théorie du tout manifesterait la raison évoluée de l’homme.

Notes

1 Pour une étude plus détaillée du rapport entre la linguistique et la psychologie, voir De Palo 2000.

2 Ce chapitre reprend Klippi 2004a.

3 Le terme hystérogène est un emprunt au grec ὑστερογενής « qui vient après la naissance, qui vient plus tard », composé de l’adjectif ὕστερος « qui est derrière, après ; qui arrive plus tard » et de -γενής « -gène ». Selon Littré (1877, art. « Hystérogène »), le terme a été lancé par L. Havet dans la Revue critique en 1874, p. 147.

4 Or, cette attitude peut être vue sous un tout autre angle, si on la compare avec le point de vue que M. Bréal a exprimé dans son article de 1878 (p. 104) : « Les langues tendent à rétablir l’enchaînement des formes grammaticales, là où il a été rompu par l’action des lois phoniques. » V. Henry n’a pas pu ignorer l’article sur l’analogie d’un linguiste à qui il a dédié sa thèse. Il avoue dans la dédicace, non sans regret, qu’il aurait voulu être l’élève de celui-ci.

5 Voici, dans son intégralité, l’inventaire des vicissitudes qui, selon V. Henry, ne relèvent pas du nécessaire. La désuétude : une forme sort de l’usage seulement si à côté de celui-ci il existe une forme parallèle, résultat de l’action analogique. L’analytisme croissant peut également causer la disparition d’une forme. La recherche d’archaïsme : V. Henry donne deux hypothèses concernant l’apparition d’un archaïsme dans une langue : a) l’atavisme, un ancêtre, en l’occurrence, linguistique, transmet à la postérité un caractère récessif qui n’est pas dans son phénotype ; b) un caractère patoisant apparaît dans la langue courante. L’écriture : la langue écrite réagit sur la langue parlée. Le contact des langues : une langue contiguë influe aussi bien sur la structure grammaticale que sur le lexique d’une autre langue. La loi du moindre effort : les finales et les syllabes atones ont tendance à s’assourdir, ce qui à son tour fraie le chemin à l’analogie grammaticale. L’analogie lexique : deux mots de souches différentes se confondent en raison de leur ressemblance. L’assimilation morphologique et structurale : l’analogie proprement dite.

6 Dans le De lingua latina, on trouve également cette terminologie : Varron sépare les mots lexicaux et les mots grammaticaux en les définissant comme féconds et stériles respectivement (Kent 1951, p. 376 ; LLVIII, 9).

7 Ce dernier point étant contradictoire avec l’analogie associative inconsciente.

8 Ce vers est tiré de Ars poetica d’Horace (v. 68-72). La reproduction intégrale de son contexte permet de voir que le vers entre parfaitement dans le cadre naturaliste : Mortalia facta peribunt, / Nedum sermonum stet honos et gratia vivax. / Multa renascentur quæ iam cecidere, cadentque / Quæ nunc sunt in honore vocabula, si volet usus, / Quem penes arbitrium est et ius et norma loquendi. (Toutes ces œuvres sont mortelles et condamnées à disparaître ; à plus forte raison, les mots ne conserveront-ils pas un éclat et un crédit éternels. Beaucoup renaîtront, qui ont aujourd’hui disparu, beaucoup tomberont, qui sont actuellement en honneur, si l’exige l’usage, ce maître absolu, légitime, régulier de la langue. L’Art poétique, trad. F. Richard, Paris, Garnier, 1944)

9 Pour faire référence au phénomène de grammaticalisation, V. Henry emploie le terme contamination syntactique dans les Antinomies linguistiques (1896, p. 77) qu’il définit comme « le procédé par lequel se construit et se renouvelle incessamment l’édifice si compliqué de la syntaxe de toutes les langues ». Du point de vue du sujet parlant, il s’agit d’un procédé tout aussi « inconscient » et « mécanique » que l’analogie.

10 Sur la grammaticalisation, voir Hopper et Traugott 1993 pour une première lecture.

11 Nous confions à un indo-européaniste confirmé la tâche de démontrer la validité des hypothèses analogiques de V. Henry pour chaque cas particulier.

12 L’exemple sur l’induction est une modification d’une démonstration donnée par E. Itkonen (2005, p. 26).

13 Denique est analogia, quod in multis verbis est similitudo verborum, sequitur, quod in pluribus est dissimilitudo, ut non sit in sermone sequenda analogia. Postremo, si est in oratione, aut in omnibus eius partibus est aut in aliqua : at in omnibus non est, in aliqua esse parum est. (LLVIII, 37-38).

14 La psycholinguistique moderne connaît un principe, que l’on peut identifier à la nomenclature, lors de la première phase de l’acquisition langagière de l’enfant. Celui-ci n’apprend dans un premier temps que les mots qui ont un référent dans son entourage immédiat. L’enfant fait un lien d’association entre le mot et l’objet. Les adultes indiquent les choses dans l’environnement de l’enfant en les dénommant simultanément. L’enfant pense qu’il existe une relation référentielle entre l’objet et le nom, et en conséquence, emploie ces mots pour nommer les choses. Le fait que le sujet parlant conçoive depuis son enfance la relation entre le mot et la chose comme adéquate a certainement contribué à la ténacité de la position nomenclaturiste, cette approche étant toujours la base de la sémantique référentielle.

15 La littérature secondaire concernant M. Bréal est relativement importante. On mentionnera entre autres S. Delesalle qui a étudié la linguistique bréalienne sous plusieurs aspects, touchant autant au système pédagogique en France qu’au système linguistique structural (voir Delesalle 1977 ; 1985 ; 1987 ; 1988). L’œuvre que B. Nerlich (1986 ; 1990 ; 1992) consacre à la sémantique de M. Bréal constitue également un travail incontournable. T. Gordon (1982), quant à lui, nous donne un aperçu de l’histoire de la sémantique, ouvrage où M. Bréal a aussi sa place. Les historiographes belges de la linguistique, tels que P. Swiggers et W. van Hoecke et P. Desmet ont eux aussi contribué à l’étude de l’œuvre bréalienne en rédigeant divers articles sur ce sujet. P. Desmet et P. Swiggers (1995) font un recueil d’articles de M. Bréal antérieurs à l’Essai de sémantique. On citera également H. Aarsleff (1981) qui a comparé la linguistique de cet éminent linguiste avec celle de F. de Saussure. G. Bergounioux (2000) regroupe les rôles multiples de M. Bréal dans le monde intellectuel et linguistique de l’époque, et enfin, M. De Palo (2000) a publié un ouvrage important sur la conquête du sens de M. Bréal à F. de Saussure.

16 C. Puech (2000, p. 141) avance qu’il existe « une continuité […] d’une tradition rationaliste hexagonale qui, de Port-Royal aux idéologues, aurait jeté les germes du fameux renouvellement de la fin du xixe siècle dont Bréal est le héraut ».

17 R. Engler (1973, p. 37) insiste sur le fait que la classification de la sémantique parmi les études diachroniques n’a aucun fondement dans les sources saussuriennes, ni implicite ni explicite.

18 Cicéron, De finibus bonorum et malorum (V, 25, 74) : consuetudine quasi alteram quandam naturam effici. Nous avons interprété la notion de consuetudo chez Varron, contemporain de Cicéron, comme norme sociale, qui correspond en fait à la notion d’habitude (Klippi 1998).

19 Ce chapitre s’inspire du débat moderne qui a eu lieu autour de l’explication du changement linguistique, débat qui a été déclenché par la parution de l’ouvrage de R . Keller à propos du rôle de la main invisible dans le changement linguistique. Des linguistes comme R. Anttila et M. Nyman qui travaillent dans le domaine de la linguistique historique, ont associé la main invisible à la rationalité inconsciente d’E. Itkonen. Ce dernier s’est pourtant opposé à l’explication par la main invisible, estimant que, à côté de son explication téléologico-fonctionnelle, la lourde machinerie de la main invisible était superflue (Itkonen 1995, p. 178). En revanche, M. Nyman (2000) estime que c’est plutôt l’inverse : il démontre que l’explication d’E. Itkonen pourrait être réduite à la main invisible. Du point de vue de M. Nyman, il s’agit plutôt d’une querelle de mots que de choses. Quoi qu’il en soit, les explications du changement linguistique ont recours depuis toujours aux mêmes moyens, à quelques finesses près.

20 On observera que même dans le cas du raccourci, il n’est pas évident qu’on puisse comprendre que les pas soient la trace d’une cause parce qu’on ne les conçoit pas avant qu’il y ait effectivement un raccourci, c’est-à-dire lorsque l’effet est devenu la cause (voir Nyman 2000).

21 Les scolastiques du Moyen Âge l’appelaient causa finalis, d’où l’emploi de ce terme.

22 Voir H. Paul (1890 [1880], p. 177) sur le caractère social du signe linguistique : selon lui, un mot innové doit être compris par d’autres individus et reproduit par eux.

23 Voir CLG/E [I], N 101489 : « […] rien n’empêche pour introduire dans la comparaison un trait assez essentiel, de supposer le joueur tout à fait absurde et inintelligent comme l’est le hasard des événements phonétiques […]. »

24 Voir CLG/E [I], IIR 1406) à propos de la distinction entre la synchronie et la diachronie : « Les faits diachroniques ont pour effet de modifier à tout moment ce système, mais ne sont pas liés entre eux, ne forment pas de système entre eux. Seulement somme de faits particuliers. […] Le déplacement d’un système se fait par la succession de faits isolés. Comparaison avec le système solaire : un nouvel astre le modifierait tout entier, mais n’est qu’un fait particulier. » La volonté obscure de l’homme ne saurait être totalement étrangère non plus chez Saussure, car l’homme a besoin de garder le principe d’opposition même dans les faits particuliers. Par exemple, le changement phonétique ne se produit pas au hasard ou fortuitement en raison du besoin de maintenir le système d’opposition. La « significativité », qu’il s’agisse de celle du système phonologique ou du système grammatical, « est attachée à cette opposition » (CLG/E [I], G 2220).

25 L’homme primitif aurait possédé des capacités cognitives que l’homme moderne n’aurait que d’une façon latente et occultée dans son inconscient. Avant d’acquérir le langage, l’homme primitif aurait eu une capacité musicale instinctive pour exprimer ses émotions par l’intermédiaire de tonalités différentes, observées encore dans l’émission des cris dont les causes diffèrent les unes des autres. À l’appui de cette idée, V. Henry (1896, p. 40) fait référence à une hypothèse avancée dans le domaine de la musicologie à l’époque : « Le cri déterminé par l’action d’un instrument tranchant donne des intervalles de dizième, et quelquefois les sons chromatiques compris dans un intervalle de quarte augmentée. Le cri des douleurs pulsatives forme une sixte majeure descendant chromatiquement sur la dominante. Le cri des douleurs lancinantes donne l’octave sur laquelle le patient fait entendre une sorte d’horrible trémolo […]. Les cris des douleurs de parturition se notent par l’intervalle considérable d’une dix-septième de majeure […]. Le cri de joie forme l’octave ; le cri d’appel, la neuvième majeure ; le cri d’effroi, la quinzième majeure ; le cri de dégoût s’exprime par la quarte juste […]. » Il en conclut qu’« à chaque excitation répond une tonalité différente, et sans doute à chaque degré d’une même excitation une intensité différente de la même tonalité, en sorte qu’une oreille qui aurait conservé le sentiment instinctif de cette corrélation naturelle percevrait la nature et le degré de la sensation d’autrui dans le cri même qui l’exprimerait ». Les études éthologiques sur le comportement des mammifères confirment que la tonalité est une partie fondamentale de la communication animale.

26 Voir CLG/E [I], II R 1811-1814 : « La linguistique aurait pour tâche de déterminer quelles sont réellement ces unités valables de tout genre. Le mot est l’unité la plus fortement délimitée. Le linguiste qui voudrait délimiter l’unité du mot devrait rechercher sur quoi cette séparation du mot se fonde ce qui pourrait être le sujet d’une année de cours. Il est des écritures qui ne connaissent pas la séparation des mots. Les illettrés [par exemple, les] lettres de cuisinières : ignorent la séparation exacte des mots. Elle se ramène toujours à la valeur et à l’identité par la valeur ; l’unité est inexistante d’avance, hors de la valeur. Non seulement cette détermination des unités qu’elle manie sera la tâche la plus pressante de la linguistique, mais ce faisant, elle aura rempli sa tâche tout entière ; le rôle du langage vis-à-vis de la pensée, ce n’est pas d’être un moyen phonique matériel, mais de créer un milieu intermédiaire de telle nature que le compromis entre la pensée et le son aboutit d’une façon inévitable à des unités particulières. »

27 Voir CLG/E [I], D ; III C 2092.

28 F. de Saussure ne s’occupe de la motivation extralinguistique entre les signifiants et les signifiés que dans le cas des onomatopées (Engler 1995). En accentuant la forme du signifiant, l’exemple du pluriel anglais nous rappelle l’un des universaux de J. Greenberg (1966, p. 94) : « […] there is no language in which the plural does not have some non-zero allomorphs, whereas there are languages where the singular is expressed only by zero. » J. Haiman (1985, p. 5) fait observer qu’il s’agit de l’icône du contraste conceptuel, c’est-à-dire de ce qu’il y a en plus et de ce qu’il y a en moins.

29 En outre, les mots signifiant et signifié permettent d’éviter l’ambiguïté que comporte le terme signe qui risque d’être pris au sens de « signifiant ». F. de Saussure lui-même n’arrive pas toujours à conserver cette distinction terminologique. Le caractère psychique du signifié et du signifiant combiné dans le signe doit être interprété non pas comme une défense de la substantialité psychologique, ni comme quelque chose qui compromettrait la nature sociale de la langue, mais comme une intériorisation nécessaire du signe par l’individu. Cependant, cela n’implique pas que le signe soit à la merci de l’individu. Au contraire, l’individu est comptable envers la communauté ; ce qui est l’une des conséquences du principe de l’arbitraire du signe.

30 L. Adam doit le terme intégral à H. Chavée (1815-1877), cofondateur de la Revue de linguistique et de philologie comparée, qui entend par là une étude linguistique qui recouvre la variation phonétique ainsi que la variation idéologique, à savoir celle des vocables. Pour un exposé sur la linguistique de H. Chavée, voir Desmet 1996.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search