Version classiqueVersion mobile

La vie du langage

 | 
Carita Klippi

5. La vie en tant que transformation

Texte intégral

1Que l’on ait qualifié le xixe siècle de siècle de l’histoire par excellence est justifié par l’émergence de plusieurs nouvelles disciplines – cosmologie, géologie, paléontologie, théorie de l’évolution et classification généalogique des langues – dans lesquelles le temps est un moyen d’identification (Auroux 1998, p. 145-157). Ces sciences peuvent être regroupées sous le terme d’onto-historique (ibid., p. 146). Le temps comme facteur prépondérant pour expliquer les faits linguistiques ressort explicitement de quelques témoignages français ou étrangers de l’époque. Pour un linguiste allemand, Hermann Paul (1846-1921), la linguistique équivaut à l’étude historique de la langue. Bréal, à son tour, considère que les normes synchroniques semblent arbitraires et illogiques sans l’explication et la justification donnée par l’histoire (Bréal 1864, p. 45). Saussure, d’un ton plus léger, avoue que la diachronie est plus amusante que la synchronie. La vie du langage, après sa lecture littérale ancrée à l’histoire naturelle, reste à graviter autour des enjeux des sciences naturelles, enjeux dynamiques, transformateurs et historiques. La vie équivaut à l’évolution et l’évolution équivaut au changement.

2La métaphore de la vie du langage relève de l’onto-historique. Elle ressort également dudit paradigme dynamique (voir section 5.2) qui a trait à toute sorte de variation linguistique, mais qui, en l’occurrence, ne s’intéresse qu’à la variation de la langue en mouvement, de la langue inscrite dans une ontologie continuiste et historique. C’est à cet endroit qu’il se montre urgent de distinguer les différentes interprétations de la vie du langage et le rapport de celles-ci aux autres disciplines onto-historiques et dynamiques. La différence fondamentale entre ces interprétations est qu’elles ne se définissent pas toutes comme étant à égale distance des sciences naturelles nomologiques, des sciences historiques, des sciences normatives ou des sciences formelles. La connaissance scientifique est validée par l’intermédiaire de différents types de propositions qui, à leur tour, permettent de déterminer les propriétés épistémologiques d’une discipline donnée (Auroux 1998, p. 138-139). Quatre types de propositions servent à véhiculer le contenu de la connaissance : 1) théorème ou proposition correcte au sein d’un système donné (a2 + b2 = c2) ; 2) règle normative (« Défense d’uriner ») ; 3) fait ou assertion non universelle (« Charles II, roi de France, était chauve ») ; 4) loi ou assertion universelle (« L’eau gèle à une température de zéro degré ») ; ces propositions correspondant, respectivement, aux quatre types disciplinaires : formel, normatif, historique et nomologique (ibid., p. 139-140). Une seule et même discipline peut avoir plusieurs propriétés, une seule et même discipline peut changer son type de validation au cours de son histoire, les différentes conceptions de la langue et de la linguistique en constituant un exemple parfait. En changeant de point de vue, le linguiste peut formuler de son objet tantôt des théorèmes ou des règles, tantôt des assertions nécessaires ou contingentes. Le flottement de la linguistique entre ces divers types disciplinaires est particulièrement flagrant au regard de la place de la grammaire parmi les sciences. La théorie grammmaticale se rapproche des disciplines formelles, telles que les mathématiques et la logique, en se posant la question de savoir quelle est la phrase correcte de la langue L. La grammaire prescriptive et la grammaire descriptive relèvent des disciplines normatives qui s’intéressent à la formulation des règles, celle-ci aux règles qui émergent d’en bas, celle-là aux règles imposées d’en haut. Au cours du xixe siècle, le centre de gravité de la linguistique penche soit du côté des sciences nomologiques, soit du côté des sciences historiques. De ce fait, la distance de la linguistique par rapport aux différents types de disciplines apparaît comme spécifique à chaque interprétation de la vie du langage. D’une part, l’interprétation qui relève de l’onto-historique partage avec l’interprétation littérale le champ qui relève des sciences naturelles historiques, mais aboutit à une interprétation qui se distingue par la distance qui la sépare des sciences naturelles exactes. D’autre part, l’interprétation issue de la dynamique totale du langage se distingue de l’interprétation onto-historique par la distance qui la sépare des sciences normatives, s’intéressant à toute la gamme de variations chez l’individu et dans la société. Le présent chapitre fait surtout état de cette interface de la linguistique comme discipline onto-historique et nomologique.

5.1 La linguistique parmi les sciences

3Un parcours historique de la classification des connaissances humaines révèle que les différentes démarches reposent sur deux pôles antagonistes selon que l’on favorise, d’une part, le facteur subjectif qui met au premier plan la dépendance de l’homme et l’utilité que les phénomènes et les faits ont pour l’homme, et d’autre part, le facteur objectif qui efface l’observateur (dans la mesure du possible) au bénéfice de l’information qui ressort de l’objet observé. Lorsque l’on désire catégoriser l’intégralité des connaissances – aussi bien les objets de la nature que les artefacts humains – il peut être justifié de donner une préséance à l’une des différentes facultés de l’esprit dans l’acte classificatoire, à l’instar d’un Raoul de La Grasserie qui assigne un domaine de référence correspondant à chaque faculté de l’esprit :

[…] les trois facultés de l’esprit sont : l’intelligence, à laquelle correspondent les sciences naturelles et exactes ; la volonté, à laquelle correspondent les sciences humaines et sociales ; et la sensibilité, à laquelle correspondent les arts et les lettres. (La Grasserie 1893, p. 42)

  • 1 On pourrait, prudemment, aller jusqu’à prétendre que Comte s’inspire de la tradition aristotélicien (...)

4Dans un esprit positif, on peut s’interroger sur l’appartenance dans le champ scientifique des connaissances qui relèvent de la sensibilité. La sensibilité est du domaine individuel et subjectif, et par conséquent, en dehors de la visée générale du scientifique. Strictement parlant, ne serait du domaine de la science pure que ce qui s’adresse à l’intelligence, à savoir les sciences naturelles dans lesquelles le scientifique explique le monde en restaurant des liens de cause à effet. L’intelligence est soumise à l’objet observé, l’objectif évinçant ainsi le subjectif. Les sciences humaines et sociales évoluent dans un espace intermédiaire entre la subjectivité et l’objectivité, entre la sensibilité et l’intelligence. L’objectif de ces sciences relève du champ interindividuel dans lequel travaille la volonté individuelle et sociale. La causalité effective des sciences naturelles est concurrencée par un incontournable aspect téléologique contenu dans le travail volontaire de l’homme, et à sa suite, dans l’explication scientifique. La juxtaposition, d’une part, de l’intelligence et des sciences naturelles, et d’autre part, de la volonté et des sciences de l’homme, fait penser à la ligne de partage de l’explication scientifique entre la tradition galiléenne et la tradition aristotélicienne, supposant une différence fondamentale entre les phénomènes de la nature et les actes de l’homme. Le positivisme explique les phénomènes, même ceux qui sont liés aux actes de l’homme, dans le sillage de la tradition galiléenne par des lois causales mécaniques. Les opposants au positivisme devront réintroduire un aspect de la tradition aristotélicienne, celui qui explique les actes volontaires de l’homme par leur but, afin de souligner le rôle qu’un élément subjectif joue dans toute action humaine. Une différence qualitative entre les sciences naturelles et les sciences humaines est étrangère au positivisme de Comte en raison du mode de développement progressif de la connaissance, ainsi qu’en raison du mode de construction hiérarchique des sciences.1

5Malgré une importance égale des sciences du langage et des sciences mathématiques au regard de l’histoire des sciences, les mathématiques, dès l’époque positive, occupent le sommet de la classification des sciences, alors que les sciences linguistiques frappent par leur position marginale, voire par leur absence. La place de la linguistique dans le scientifique est embarrassante en raison du fait que la langue à la fois parle à l’intelligence, relève de la volonté et affecte la sensibilité. Les philosophes de la science sont troublés devant ce va-et-vient entre le subjectif et l’objectif de l’objet linguistique au point – presque – de l’oublier de leurs classifications. Selon Dauzat (1906, p. 2), « la linguistique […] vaut mieux qu’une prétérition ».

6Cependant, lorsque l’on observe les différentes classifications des sciences en France au xixe siècle, la linguistique, malgré sa place marginale, y occupe un statut de discipline relativement autonome avant même qu’elle ne gagne cette place dans les esprits des linguistes. La méthode naturelle des naturalistes, dont le but est de trouver une distribution qui corresponde au mieux à la nature, offre, aux classificateurs des connaissances, un idéal à suivre. Cette démarche, comme le fait remarquer fort justement Tort (1989, p. 294), est « vouée, en dépit d’un perfectionnement constant, à demeurer indéfiniment insatisfaite ». Cela est très vrai d’une disposition univoque de phénomènes langagiers dans le tableau des sciences. En raison de la complexité des phénomènes linguistiques, le classificateur a du mal à les définir et à leur indiquer une place une fois pour toutes :

[…] définir et classer sont deux opérations étroitement solidaires, puisque la définition adéquate de toute science particulière requiert que cette dernière puisse être distinguée, dans sa démarche spéciale et dans ses limites, des sciences qui ont avec elle des caractéristiques communes, et qui cependant, par d’autres, en diffèrent. (Tort 1989, p. 299)

7En cela, la linguistique n’est point en retard ou particulièrement défavorisée par rapport à beaucoup d’autres disciplines émergentes au xixe siècle, mais les problèmes pour définir son objet sont infinis, ce qui se manifeste par le flottement de son objet sous plusieurs intitulés et subdivisions. Par exemple, Ampère, dans son Essai sur la philosophie des sciences, ou exposition analytique d’une classification naturelle de toutes les connaissances humaines (première partie 1834, deuxième partie posthume 1843), anticipant la grande division des sciences qui s’établira définitivement à la fin du siècle, distingue deux « règnes » scientifiques, le premier étant celui des sciences cosmologiques qui ont trait au monde matériel, le second celui des sciences noologiques, relatives à la pensée et à la société humaines. Si la première division s’impose par la nature des choses, la suivante établit, à son tour, une multiplicité de points de vue sous lesquels les constituants des deux règnes peuvent être traités. Ampère rappelle dans la préface (ibid., p. vi) de son ouvrage que, dans sa classification, il a cherché à « avoir égard non seulement à la nature des objets auxquels [les sciences] se rapportent, mais encore aux divers points de vue sous lesquels on considère ces objets ». Le perspectivisme d’Ampère se fonde sur le processus cumulatif de l’acquisition des connaissances qui sur le plan historique se manifeste en quatre temps : premièrement, la description des faits qui se livrent à l’observation immédiate ; deuxièmement, le dévoilement des faits qui sont cachés à l’observation immédiate ; dans un troisième temps, la formulation des lois qui gouvernent le changement de ces mêmes faits à travers le temps et l’espace ; et enfin, l’identification des causes des phénomènes soulignés dans les points de vue précédents (Tort 1989, p. 303). Pour détecter la place de la réflexion linguistique dans cette classification toujours bipartite, il convient de suivre le second règne divisé en deux sous-règnes : sciences noologiques proprement dites et sciences sociales dont chacun est un nœud terminal d’un branchement. Le premier se divise, à son tour, en sciences nootechniques proprement dites qui, d’une manière symptomatique, « étudient les actes communicatifs de l’homme en tant que modificateurs de la pensée d’autrui », c’est-à-dire la rhétorique. Au bout de ces sciences se trouve finalement la science qui correspond au terme de linguistique, la glossologie, « étude des langues sous tous leurs aspects » (ibid., p. 325, 330). La glossologie est une science dite du premier ordre qui regroupe toutes les connaissances acquises dans la matière langagière en les articulant selon quatre points de vue. Par subdivision interne, elle bifurque, d’une part, en glossologie élémentaire dont la lexiographie, « science relative au vocabulaire et à la grammaire des langues » et la lexiognosie, « connaissance approfondie des mots de la langue », et, d’autre part, en glossognosie dont la glossonomie, « déduction des lois générales du langage à partir de la comparaison des langues » et la philosophie des langues (p. 332, 335-336) dont le but est de révéler les causes de la transformation des phénomènes langagiers. Dans cette classification, toute science est sentie « descriptivement » adéquate lorsque l’on sera à même de donner une image complète de la structure d’un phénomène, alors qu’elle sera « explicativement » adéquate dès lors qu’elle pourra formuler les lois et les causes des lois des relations entre les phénomènes. Sur le plan chronologique du progrès scientifique, la linguistique, en insistant sur la comparaison des langues et sur l’explication du changement linguistique par la légalité, se voudra issue de ces deux dernières phases tout au long du xixe siècle.

  • 2 Il en va de même de la classification des sciences de H. Spencer (1820-1903) ainsi que de celle de (...)

8À la suite d’Ampère, la prétention de donner un tableau intégral des connaissances humaines est un programme qui restera lettre morte pour ce qui est de la langue. Ainsi, le tableau synoptique du cours de philosophie positive de Comte reste silencieux à propos de la linguistique.2 La classification des sciences selon Comte est étroitement liée à sa conception tripartite du développement des connaissances humaines. La façon de penser positive s’est imposée au plus tôt dans les sciences qui étudient les rapports entre les phénomènes isolés, telles les sciences de la nature inorganique, alors que les sciences organiques, telles la biologie ou la sociologie, dont la matière est complexe, n’arrivent à l’état positif que bien plus tardivement. Au bas de la hiérarchie se trouvent classés les faits qui ne peuvent être étudiés isolément : ces éléments prennent leur signification seulement dans leur rapport avec l’organisme entier. À la suite de la biologie et de la sociologie, on pourrait envisager l’intégration de la linguistique parmi ces disciplines dont la principale préoccupation est de justifier le lien qui unit les parties composantes à un ensemble vivant. Or, Comte n’entend pas marquer un hiatus entre les disciplines, mais son système constitue une sériation continue, réductible en dernier lieu aux disciplines qui se trouvent au sommet de la hiérarchie. En faisant état des différents types de classification des sciences, La Grasserie (1893, p. 44) écrit à propos de la classification de Comte que « la série comprend, par ordre à la fois chronologique passant de la science la plus anciennement à la plus récemment cultivée, et objectif passant de la science la plus simple à la science la plus complexe, de celle qu’on peut apprendre sans savoir les autres à celles qui ont besoin du secours des premières » (souligné dans l’original).

9Malgré la marginalité de la linguistique dans les classifications explicites, et probablement en raison de cette marginalité, sa place ne manque pas d’alimenter d’incessants débats au xixe siècle. Les écrits des linguistes révèlent que leur discipline est subordonnée tantôt à la physique ou à la biologie, tantôt à la sociologie ou à la psychologie. Arrivée à la charnière des deux siècles, la linguistique semble avoir gagné une place novatrice dans la Nouvelle classification des sciences (1901) d’Adrien Naville (1845-1930), qui la subsume sous la sociologie, et plus exactement, la sémiologie :

  • 3 La référence explicite à la sémiologie de F. de Saussure apparaît énigmatique à la date à laquelle (...)

La sociologie est la science des lois de la vie des êtres conscients – spécialement des hommes – en société. […] Monsieur Ferdinand de Saussure insiste sur l’importance d’une science très générale, qu’il appelle sémiologie et dont l’objet serait les lois de la création et de la transformation des signes et leur sens. La sémiologie est une partie essentielle de la sociologie. Comme le plus important des systèmes de signes c’est le langage conventionnel des hommes, la science sémiologique la plus avancée c’est la linguistique ou science des lois de la vie du langage. La phonologie et la morphologie traitent surtout des mots, la sémantique du sens des mots. Mais il y a certainement action réciproque des mots sur leur sens et du sens sur les mots ; vouloir séparer ces études l’une de l’autre ce serait mal comprendre leurs objets. Les linguistes actuels ont renoncé aux explications purement biologiques (physiologiques) en phonologie, et considèrent avec raison la linguistique tout entière comme une science psychologique.
La linguistique est, ou du moins tend à devenir de plus en plus, une science de lois ; elle se distinguera toujours plus nettement de l’histoire du langage et de la grammaire. (Naville 1901, p. 103-104, souligné dans l’original)3

10En effet, dans les notes d’étudiants du deuxième cours de Saussure, on lit qu’« avant tout la langue est un système de signes et par conséquent il faut faire appel à la science des signes », et dans ses notes personnelles, il tient surtout à souligner que la linguistique constitue l’un des compartiments d’une science des signes, encore à construire, et non une science naturelle ou une science historique (CLG/E [I], IIC 283, N 283). Or, l’appartenance de la linguistique à la sémiologie ne dissipe pas pour autant la confusion manifeste qui se dégage des lignes de Naville concernant la place de la linguistique parmi les sciences : la linguistique est à la fois une fraction de la sociologie, une science psychologique et une science des lois de la vie du langage. Quelques années plus tard, Dauzat (1906, p. 3) revendique, à son tour, que « la linguistique doit reprendre dans les sciences d’observation la place à laquelle elle a droit […] entre la physiologie et la psychologie ».

11La période qui s’étend sur une centaine d’années montre que la difficulté d’assigner une place à la linguistique parmi les sciences est levée, mais loin d’être résolue. Il semble quasi impossible de situer la langue dans une classe disjointe qui réglerait la question de sa nature et de celle de la linguistique une fois pour toutes. La réalité langagière échappe constamment à la catégorisation stricte et définitive. « Les échanges de groupe en groupe sont incessants et inévitables, si nous avons affaire à du réel donné », observe Pierre Caussat fort justement à propos de la classification des sciences de Naville (Naville 1901, p. v). La langue semble ainsi dicter une épistémologie de points de vue qui permet d’apprécier le même phénomène sous différents angles, et partant, de donner une réinterprétation du phénomène à la lumière de la théorie concernée, en sorte que l’on assiste à la transformation de l’objet. Au lieu d’accepter l’absence de continuité entre les disciplines, on peut « croiser » leurs propriétés ontologiques et méthodologiques :

Il n’y a aucune raison pour que les objets réels, historiques et culturels, que sont les disciplines scientifiques, correspondent à des types idéaux. Il faut donc changer le point de vue classificatoire habituel. La seule méthode valable consiste à aborder la question des caractéristiques d’une discipline, non pas d’un point de vue classificatoire préalable, mais en établissant des propriétés attestées. Bien entendu, une discipline identifiée peut posséder différentes propriétés et en partager certaines avec d’autres disciplines. (Auroux 1998, p. 137-138)

12Par-delà la classification de Comte, les savants sont animés par le désir d’offrir un classement idéal où les données trouveront leur place appropriée. La question du statut de la linguistique repose sur la nature de la langue et sur la méthode adoptée pour déterminer de quelle science il s’agit. La méthode comparative, qui dépend de la classification généalogique, tout en la favorisant, renforcera l’idée que la linguistique est une science naturelle. Or, une option surgit : la linguistique peut être une science historique tout en faisant siennes les méthodes propres aux sciences naturelles. Cette alternative est non seulement réelle dans la perspective constructiviste de l’historien, mais tout aussi palpable pour les contemporains d’après le témoignage de l’époque. Lorsque Adam, qui s’est proposé d’attirer « l’attention des linguistes sur la contrariété des solutions données, par les maîtres, aux problèmes les plus importants de la science du langage » (Adam 1882, p. v), consulte lesdits maîtres à propos de la place de la linguistique dans le tableau des sciences, il obtient trois réponses explicites :

  1. « La linguistique est une science naturelle » (August Schleicher, Max Müller, Abel Hovelacque, Julien Vinson).

  2. « La linguistique est une science historique » (William D. Whitney).

  3. « La linguistique est une science historique par son objet, une science naturelle par sa méthode » (Friedrich Müller). (Adam 1882, p. 53)

13On doit présupposer que l’intégration de l’idée de la transformation est un facteur perturbateur de premier ordre non seulement pour la linguistique, mais aussi pour tout échafaudage épistémologique classificatoire. La transformation entraîne une discussion interdisciplinaire sur ce qu’on entend par les épithètes naturelle et historique attachées à la notion de science. C’est « l’idée d’évolution [qui] a révolutionné toutes les sciences d’observation au xixe siècle. C’est elle qui […] a transformé en science linguistique l’ancienne grammaire empirique et descriptive », observe Dauzat (1906, p. 73).

5.2 Le paradigme dynamique

  • 4 R. de La Grasserie, jurisconsulte et docteur en droit, publia nombre d’ouvrages de qualité variable (...)
  • 5 Notons toutefois qu’il est souvent possible d’assister à une contradiction flagrante entre ce que l (...)

14Les grandeurs de la dynamique, le temps, le mouvement et la force, se font écho dans la linguistique de la fin du xixe siècle. La Grasserie4 (1839-1914), polymathe amateur et esprit fertile, condense le maître mot de l’ontologie dynamique qu’on peut superposer à la vie du langage : « La réalité est toujours dynamique. C’est le mouvement qui en s’appliquant à la matière donne la vie » (La Grasserie 1893, p. 87). À l’instar des tentatives modernes, il convient d’employer le terme de paradigme dynamique pour désigner la totalité du champ linguistique. Les partisans du paradigme dynamique associent la généralité avec la totalité des phénomènes langagiers. Ce paradigme recouvre toute sorte de variation : aussi bien la variation interlinguistique (typologie) et intralinguistique (sociolinguistique et acquisition langagière) que la linguistique diachronique (Croft 1990, p. 259). Chez Givón (1995, p. xv), on trouve quelques facteurs que l’on peut assigner au paradigme dynamique et par le biais desquels l’autonomie d’une théorie grammaticale est mise en doute : la cognition et la communication, le développement du cerveau et du langage, l’interaction sociale et la culture, le changement et la variation, et enfin, l’acquisition et l’évolution sont des paramètres naturels qui façonnent la langue et la grammaire. On pense au postulat de l’école fonctionnaliste actuelle, selon lequel ni la langue ni la grammaire ne peuvent être décrites ou expliquées adéquatement en tant que systèmes autonomes (ibid.). Le paradigme dynamique se réclame à la fois de la totalité des savoirs linguistiques et d’une réalité ontologique qui repose sur la continuité. Il évoque le processus qu’Auroux (1998, p. 157-161) appelle réductionnisme ontologique. En d’autres termes, le paradigme dynamique cherche à prendre en considération le véritable état des choses linguistiques, c’est-à-dire la vie du langage du point de vue du linguiste qui est conscient aussi bien de l’historicité que de la diversité de son objet d’étude. Aussi les partisans du paradigme dynamique moderne désirent-ils court-circuiter les préliminaires saussuriens concernant la séparation de la linguistique synchronique et de la linguistique diachronique (voir Croft 1990, chap. 9). Cette distinction s’avère insuffisante pour qui veut étudier la synchronie dynamique. Le paradigme dynamique cherche à tenir compte du déséquilibre existant dans un état linguistique, déséquilibre exprimé par les notions de changement ou d’évolution en cours.5 Or, une démarche dynamique ne serait possible que pour un « esprit supérieur », comme le fait fort bien remarquer La Grasserie (1893, p. 56), qui « verrait l’objet sous tous les aspects à la fois […], tandis que l’esprit humain trop faible ne l’aperçoit que, ou bien confusément, ou bien successivement, comme une surface et sur chaque face séparée ». Il en découle que l’observateur est voué à disséquer les objets de connaissance au détriment de la réalité dynamique. Les solutions seront multiples.

5.2.1 Nature vs histoire ; nature vs monde

15La différence fondamentale qui s’établit au xixe siècle entre les lois et les assertions historiques conduit Cournot à revoir la classification des sciences sur de nouvelles bases. Le vingtième chapitre de son Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique (1975 [1851]) traite du contraste entre l’histoire et la science. Dans le sillage de Comte, Cournot estime que l’apparition de la science coïncide avec celle des civilisations les plus avancées : la science en est un « fruit tardif » après l’art, la poésie et la philosophie (ibid., p. 361). Seules les sciences exactes ont droit au nom de science et constituent un modèle de référence du scientifique. Cependant, en considérant la constitution d’une théorie du tout comme impossible, Cournot ne va pas jusqu’à réclamer, à la manière de Comte, une unité méthodologique de toutes les sciences, mais au contraire, prétend que la raison distingue nécessairement les disciplines les unes des autres :

Il ne saurait être donné à une intelligence telle que la nôtre […] d’embrasser dans un seul système les phénomènes et les lois de la nature entière ; lors même que nous en serions capables, nous distinguerions encore dans cet ensemble des parties qui se détachent et qui font l’objet de théories indépendantes les unes des autres, quoique pouvant se rattacher à une commune origine. (Cournot 1975 [1851], p. 360)

16Si la réduction des théories et des méthodes sous une unité est mise à l’écart, celle des objets de la réalité sous un ensemble plus restreint reste le but du scientifique : depuis l’Antiquité on comprend qu’« il n’y a point de science de l’individuel, du particulier, du contingent et du variable » (ibid., p. 360). En affichant son réalisme, Cournot pose que la science vise à la connaissance de la généralité qui réside dans la nature des objets de la connaissance, et non dans nos facultés conceptuelles (ibid.). La raison intervient dans l’acte classificatoire, ce qui, en conséquence, permet d’évaluer la science comme une « connaissance logiquement organisée ». Au premier plan, pour accéder à la connaissance, est l’induction, étude empirique de la matière et la classification, et seulement ensuite vient la phase déductive qui réduit le nombre des hypothèses et des axiomes qui, à leur tour, permettront de faire des prédictions sur la matière empirique. Une simple classification fondée sur l’induction ou description détaillée et minutieuse des faits ne saurait être une garantie de la scientificité d’une théorie, car, pour Cournot, une théorie scientifique au plein sens du terme consiste dans un jeu entre la falsification et la vérification empirique :

De telles conceptions systématiques, introduites dans la description des faits naturels, non seulement pour la commodité de l’esprit, mais encore pour donner la clef et la saine intelligence des faits en eux-mêmes, ne doivent pas être confondues avec les théories vraiment scientifiques, encore moins avec la partie positive des sciences, qui admet le contrôle continuel de l’expérience. (Ibid., p. 372)

17Malgré un ancrage réaliste, la science ne peut être considérée comme achevée une fois pour toutes, et même si sous l’intitulé de science se rangent la connaissance théorique, les vérités immuables et les résultats permanents, il faut y voir une « stabilité relative » (p. 360). En termes qui font penser à l’annulation d’un paradigme scientifique selon Kuhn, Cournot voit dans les nouvelles données empiriques, qui s’avèrent « incompatibles avec les principes d’ordre et de classification précédemment adoptés », un « symptôme d’une crise ou d’une révolution scientifique » (p. 364).

18Dans ces conditions, il importe de dégager dans la variété des disciplines les principes qui font ou ne font pas la science. La principale caractéristique de la science est l’absence de l’histoire, d’où la définition négative de la science par rapport à la dimension historique. Les sciences, telles la physique ou la chimie, qui étudient les phénomènes naturels, en cherchant à relever les lois immuables et les constantes de la nature, « sont dispensées […] de l’appui nécessaire d’une base ou d’une donnée historique » (p. 365). Outre les sciences empiriques, il y a les sciences abstraites, telles les mathématiques et la logique, qui raisonnent en termes de théorèmes et de syllogismes. Bien qu’elles se rapportent à l’activité humaine et possèdent leur propre histoire, ces sciences ne font intervenir aucun élément historique, n’établissent aucun ordre chronologique. Seule une discipline qui ne consulte aucunement l’histoire peut être qualifiée de science. L’histoire, laissée à la merci du hasard et de la contingence, l’histoire, qui travaille l’individuel et le particulier, s’exclut de la science par définition. Cournot fournit ainsi un tableau imparfait des connaissances, réduisant le domaine de la science à deux branches : l’une empirique dont l’objet se valide par des lois ; et l’autre conceptuelle dont l’objet se valide par des théorèmes.

19Cournot se montre sceptique vis-à-vis de toute tentative d’élever l’histoire au rang des sciences positives. Les historiens ont tendance à « usurper pour l’histoire le nom de science » en cherchant à introduire de prétendues lois grâce auxquelles ils expliquent le passé, voire prédisent l’avenir (p. 375). Pour appuyer leur désir d’établir une légalité dans l’histoire, ils ont recours à la statistique qui se rapproche des sciences exactes en ce qu’elle utilise la méthode d’observation et d’induction. La statistique permettrait de découvrir les rythmes, les patrons, les tendances, d’où les lois qui seraient sous-jacentes à l’évolution historique. Si, par exemple, un événement se produit régulièrement, à l’intervalle de tous les cent ans, statistiquement il sera fort probable que l’événement se reproduira à ce rythme dans le futur. Cournot est catégorique :

[…] avec les observations que la statistique accumule, on parvient à constater des lois et des rapports permanents ou dont la variabilité même accuse une progression régulière et des influences soutenues […] et, tandis que les choses sont du ressort de la statistique, on peut recommencer la série des épreuves, et confirmer ainsi la vérité des résultats déjà mis en évidence par des observations antérieures, de manière à arriver à la certitude scientifique, qu’il serait contraire au mode de succession des phases historiques de se prêter à cette expérience confirmative. (p. 375, nous soulignons)

20Selon Cournot, la scientificité se fonde sur la possibilité de confirmation par de nouvelles expériences. Aussi les conclusions d’une recherche historique tirées d’un calcul statistique pourraient-elles être réfutées par les données qui n’entrent pas dans le canevas déterminé. Or, les historiens positivistes omettent une différence qualitative dans le concept de loi employé d’une discipline à l’autre : si les lois de la physique sont valides toujours et partout, celles de l’histoire diffèrent dans l’espace et dans le temps restreints. Par le terme de loi, les historiens désirent, semble-t-il, contourner ce qui est propre à l’histoire, l’unicité. Si la statistique est apte à constituer des types, elle ne peut prétendre à une légalité universelle. Le type n’est pas un membre d’une population, un individu, un événement réel, mais une abstraction déterminée par un calcul statistique. En outre, la recherche des causes conforte les historiens dans leur illusion d’associer leur discipline à une science, alors que la complexité des causes historiques empêcherait d’en démêler une systématicité quelconque. La méthode statistique pourrait toutefois s’avérer attractive, car l’étude des variables d’une population donnée peut en démontrer des corrélations systématiques qui expliqueraient l’évolution historique. Cournot avoue toutefois que malgré l’unicité des faits historiques, on ne saurait exclure la causalité de l’histoire :

S’il n’y a pas d’histoire proprement dite là où tous les événements dérivent nécessairement et régulièrement les uns des autres, en vertu des lois constantes par lesquelles le système est régi, et sans concours accidentel d’influences étrangères au système que la théorie embrasse, il n’y a pas non plus d’histoire […] pour une suite d’événements qui seraient sans aucune liaison entre eux. (p. 369-370)

21La causalité de l’histoire ne s’inscrit ni dans un déterminisme absolu ni dans une contingence aléatoire. L’explication historique est de nature génétique par définition : un état de choses est causé par un état de choses précédent, ce dernier étant causé par un état de choses antérieur encore, et ainsi de suite, mais sans être déterministes, les conditions antécédentes déterminent les limites du possible et du hasard d’une suite historique. On peut estimer que l’histoire se trouve « dans un entre-deux » : « […] l’histoire ne s’explique pas complètement, mais elle s’explique. Si elle s’expliquait parfaitement, elle serait entièrement prévisible » (Prost 1996, p. 173). La causalité de l’histoire est dans les faits, malgré notre incapacité d’en fournir une théorie, semblable à celle des sciences exactes :

La liaison historique consiste […] dans une influence exercée par chaque événement sur les événements postérieurs […]. Le propre d’une telle liaison est d’introduire une certaine continuité dans la succession des faits […]. Cela suffit pour que, malgré le désordre et l’enchevêtrement des causes fortuites et secondaires dans les accidents du détail, nous puissions, en l’absence de toute théorie, saisir une allure générale des événements, distinguer des périodes d’accroissement et de décroissement, de progrès, de station et de décadence, des époques de formation et de dissolution. (Cournot 1975 [1851], p. 370)

22Cournot démontre la plausibilité d’une construction génético-causale en histoire à travers un exemple simple qui rappelle l’exemple de Saussure sur le jeu d’échecs :

[…] à un jeu comme celui de trictrac, où chaque coup de dés, amené par des circonstances fortuites, influe néanmoins sur les résultats des coups suivants ; et à plus forte raison au jeu d’échecs, où la détermination réfléchie du joueur se substitue aux hasards du dé, de manière pourtant à ce que les idées du joueur, en se croisant avec celles de l’adversaire, donnent lieu à une multitude de rencontres accidentelles, on voit poindre les conditions d’un enchaînement historique. Le récit d’une partie de trictrac ou d’échecs, si l’on s’avisait d’en mettre le souvenir à la postérité, serait une histoire tout comme une autre, qui aurait ses crises et ses dénouements : car non seulement les coups se succèdent, mais ils s’enchaînent, en ce sens que chaque coup influe plus ou moins sur la série des coups suivants et subit l’influence des coups antérieurs. (p. 370)

23Quels que soient les patrons et les rythmes historiques dégagés dans la succession d’états, la méthode statistique ne devrait pas pour autant conduire l’historien à se leurrer sur la possibilité de prédiction d’évolutions futures. La prévisibilité de l’histoire est mise en doute en raison du sens dont procèdent les lois de l’histoire et les lois de la science : l’histoire établit l’enchaînement de l’effet à la cause, alors que la science remonte de la cause à l’effet. Dans les sciences exactes, le vieil adage selon lequel le présent est gros de l’avenir est vrai pour autant que les conditions antécédentes et la loi aboutissent toujours au résultat prédéterminé ; pour ce qui est de l’histoire, les possibles futurs conditionnés par le présent sont de nombre indéfini. Il est tout aussi possible de prédire à coup sûr l’évolution à venir à partir des conditions présentes, même en s’appuyant sur les précédents statistiques, qu’il est souvent difficile de vérifier que le présent est gros du passé, car le passé n’offre pas toujours des traces au présent. « Le passé ne projette jamais sur l’avenir qu’une lueur singulièrement indécise », constate Cournot (p. 376). Aussi l’historien serait-il contraint d’accepter l’incertitude, ce qui serait propre à jeter un doute sur la scientificité de l’histoire. Les conclusions concernant tout aussi bien l’avenir que le passé fondées sur les conditions présentes sont douteuses. Instaurer en histoire une légalité sur le modèle des sciences exactes risquerait d’aboutir à l’historicisme au sens popperien qui postule l’existence d’une théorie scientifique du développement historique servant de base pour la prédiction historique (Popper 1989 [1957]). Cournot est strictement opposé à l’historicisme qui constitue le plus fâcheux défaut résultant de l’association des lois historiques aux lois de la science : par ces lois « l’historien fataliste explique à merveille tout le passé » et s’y fie « pour la prédiction de l’avenir » (p. 375).

24Il se montre tout aussi sceptique vis-à-vis de l’uniformitarisme :

[…] il s’est écoulé dans le passé une multitude de faits que leur nature soustrait essentiellement à toute investigation théorique fondée sur la constatation des faits actuels et sur la connaissance des lois permanentes, et qui dès lors ne peuvent être connus qu’historiquement, ou qui, à défaut de tradition historique, sont et seront toujours pour nous comme s’ils ne s’étaient jamais produits. Or, si la connaissance théorique est susceptible de progrès indéfinis, les renseignements de la tradition historique, quant au passé, ont nécessairement une borne que toutes les recherches des antiquaires ne sauraient reculer : de là un premier contraste entre la connaissance théorique et la connaissance historique […]. (p. 358-359)

25La faiblesse de l’uniformitarisme réside dans son présupposé, fondé sur l’application de la notion de probabilité, qui projette sur le passé des hypothèses à partir des données fournies par le présent. Selon l’uniformitariste, il n’y a aucune raison de présupposer l’existence d’une cause inconnue, si on peut aligner la probabilité d’une cause sur les précédents constatés. Or, plutôt que de mettre une barrière au hasard, l’historien devrait admettre l’existence des barrières entre le principe de probabilité et la nuit des temps.

26Encore que Cournot accentue la nature essentielle de la distinction entre l’élément historique et l’élément scientifique, il semble qu’il y ait une certaine complémentarité entre l’histoire et la science : on observe partout « l’association et le contraste de la donnée historique avec la donnée théorique et scientifique » (p. 367). Dans le Traité de l’enchaînement des idées fondamentales dans les sciences et dans l’histoire (1861), Cournot pose que la notion d’histoire est devant un élargissement qui excède son acception habituelle en tant que :

[…] récit des événements qui se sont passés au sein des sociétés humaines [pour recouvrir] la description des faits actuels, considérés comme le résultat de faits antérieurs, qui se sont produits successivement les uns les autres, et qu’on explique les uns par les autres, en remontant ainsi jusqu’à des faits pris pour points de départ, qu’il faut admettre sans explication, faute de connaître les faits antérieurs qui les expliqueraient. (Cournot 1982 [1861], p. 171)

27L’introduction dans le champ scientifique des objets où le temps est une dimension intrinsèque amène Cournot à réviser le domaine du scientifique :

[…] la puissance organisatrice de la Nature n’est pas tenue d’agir toujours de la même manière dans des circonstances identiques ; […] elle a ses époques, […] elle est gouvernée par des lois dans l’expression desquelles le temps entre d’une manière immédiate, et non pas seulement en tant que les circonstances varient avec le temps. (Ibid., p. 173)

28Le tableau des connaissances s’organise autour de la dichotomie qui s’installe entre la nature et le monde, d’où la distinction entre les sciences physiques et les sciences cosmologiques et historiques. La nature permet la systématisation des constantes empiriques, le monde fait intégrer le particulier et l’individuel à la science :

Parmi les sciences qui ont pour objet les phénomènes naturels, plusieurs sont encore dispensées, dans leur construction théorique, de l’appui nécessaire d’une base ou d’une donnée historique. Telles sont la chimie et la physique qui traitent de lois que nous considérons comme immuables, et de propriétés que nous supposons avoir toujours été inhérentes à la matière […]. (p. 365)
[…] dans une multitude d’autres cas, les données que la science accepte et sur lesquelles elle s’appuie nécessairement, n’ont et ne peuvent avoir qu’une raison historique. Par exemple, la mécanique céleste nous donne la théorie des perturbations du système planétaire, et nous démontre la stabilité de ce système en assignant des limites, dans un sens ou dans l’autre, aux oscillations très lentes et très petites que subissent les éléments des orbites ; mais elles ne nous fait point connaître les causes qui ont établi entre les corps du système de tels rapports de distances et de masses, que l’ordre une fois établi tendît de lui-même à se perpétuer. La raison physique et la cause immédiate de ce fait si singulier, l’une des marques les plus frappantes d’une intelligence ordonnatrice, se trouvent certainement dans la série des phases que le monde a traversées avant d’arriver à cet ordre final et stable dont nous admirons la simplicité majestueuse. (p. 366)

29Cournot doit cette distinction à celle de William Whewell (1794-1866) entre les sciences physiques et les sciences palétiologiques ou historiques. Les premières, donc les « vraies » sciences, dégagent les constantes et les lois dans le phénoménal, tandis que les secondes étudient l’enchaînement d’événements irréversibles au moyen de la causalité historique. Mais on lit également dans la deuxième leçon de philosophie positive de Comte cette distinction, après tout assez banale, selon lui :

Il faut distinguer, par rapport à tous les ordres de phénomènes, deux genres de sciences naturelles : les unes abstraites, générales, ont pour objet la découverte des lois qui régissent les diverses classes de phénomènes, en considérant tous les cas qu’on peut concevoir ; les autres concrètes, particulières, descriptives et qu’on désigne quelquefois sous le nom de sciences naturelles proprement dites, consistent dans l’application de ces lois à l’histoire effective des différents êtres existants. (Comte 1996 [1830-1842], p. 94)

30La distinction est d’importance également pour la science du langage étant donné qu’il s’agit de discerner dans l’ordre linguistique ce qui tient « aux lois générales de l’organisation, indépendantes des temps et des lieux », et ce qui tient « à la succession des faits et des causes accidentelles » qui ont « donné au monde [linguistique] l’aspect que nous lui connaissons » :

Dans les langues, la structure grammaticale est l’objet d’une théorie vraiment scientifique ; à part quelques irrégularités qu’il faut imputer au caprice de l’oreille et de l’usage, le raisonnement, l’analogie rendent compte des lois et des formes syntaxiques ; tandis que la composition matérielle des mots et les liens de parenté des idiomes ne peuvent en général s’expliquer que par des précédents historiques. (Cournot 1975 [1851], p. 314)

31Le rapport entre la linguistique scientifique et la linguistique cosmologique ouvre le problème de la nature de la légalité des faits linguistiques. Peut-on attribuer à la langue une légalité qui se rapproche de celle des sciences physiques, ou bien la scientificité de la linguistique est-elle simplement fondée sur une description et une classification du phénoménal à l’instar de la classification de la faune et de la flore ? La légalité de l’approche cosmologique en est-elle bien une ? Peut-on en supprimer l’aspect contingent ? Les linguistes précédant Saussure, ne semblant pas au courant de la distinction de Cournot, privilégient l’approche cosmologique tout en gardant un désir de légalité fondé sur le modèle de la physique newtonienne.

5.2.2 Histoire, onto-histoire, antihistoire

32Les années formatrices de Saussure au sein de l’école néogrammairienne et de l’école parisienne se font sentir dans ses premières conférences enseignées à l’Université de Genève à partir de 1907. Ces conférences foisonnent de réflexions sur la place de la linguistique par rapport aux disciplines historiques, qui conduiront à la distinction effective entre la synchronie et la diachronie. Saussure juge la science linguistique à l’aune des aspects que l’on peut étiqueter historique, onto-historique et antihistorique.

  • 6 Selon P. J. Thibault, F. de Saussure abandonne la causalité newtonienne, selon laquelle le temps es (...)
  • 7 Même les lois naturelles n’échappent pas à la dimension historique dans la mesure où il y a une évo (...)

33« Tout dans la langue est histoire », constate Saussure, mais à la fois, « toute langue en elle-même a une histoire qui se déroule perpétuellement » (CLG/E 1974, 5, 3281). Sa conception de l’histoire est neutre par rapport à toute connotation progressiste : l’histoire est une évolution, mais il importe peu qu’il s’agisse d’un « développement », d’« une marche en avant ou en arrière » (CLG/E [I], IR 2202). La langue se compose de faits et d’événements contingents qui ont lieu dans le cours du temps – ce qui revient à la distinction entre l’historique et l’onto-historique – mais tout ce qui est historique entre nécessairement dans l’onto-historique. À la différence du facteur temporel vu comme une variable dans les sciences exactes classiques, le temps ne serait pas pour Saussure un vecteur, une force, mais plutôt un cadre de référence (voir Thibault 1997, p. 95-96).6 Saussure constate qu’« il y a très peu d’objets offerts à notre connaissance qui échappent à la donnée de successivité historique et par là à la distinction d’événements et d’états », tout en allant jusqu’à prétendre que « toute chose en ce monde touche d’un côté à l’histoire » (CLG/E 1974, 23, 26).7 Par conséquent, l’ensemble des connaissances pourrait être réduit à l’onto-historique.

34Cette union étroite entre l’historique et l’onto-historique, les faits et le temps, ne saurait suffire que sur le plan ontologique pour définir de quelle science il s’agit. Par exemple, la géologie n’est pas une science historique, même si la Terre a une histoire, l’astronomie n’est pas une science historique, même si le système solaire a une histoire (voir CLG/E 1974, 5-6, 23). En vertu de la seule historicité de son objet, est-il légitime de ranger la linguistique parmi les sciences historiques ? Saussure estime que le caractère onto-historique de la langue ne constitue pas seul une condition suffisante pour donner à la linguistique le statut d’une science historique, même si la langue est, « à chaque moment de son existence, un produit historique » (CLG/E 1974, 23). Il faut également prendre en considération que les faits s’inscrivent dans les « actes humains, régis par la volonté et l’intelligence humaines » qui concernent non seulement les individus, mais aussi la collectivité (CLG/E 1974, 5). À condition seulement qu’au facteur temporel, qui caractérise toutes les sciences onto-historiques, on ajoute les forces cognitives-individuelles et les forces sociales, il sera possible de conclure que « la science du langage est une science historique et rien d’autre qu’une science historique » (ibid.). Si l’on cherche des analogies du côté des sciences connexes, la linguistique se rapprocherait, par là même, du droit qui étudie à la fois « la science du Droit » et « l’Histoire du droit », ou bien de l’histoire politique qui peut tracer le tableau d’une époque tout en restant dans le cadre de l’histoire (voir CLG/E [I], N 1307- 1309). Le meilleur parallélisme se trouve toutefois du côté de l’économie qui fait la distinction entre l’économie politique et l’histoire économique (CLG/E [I], N 1310-1313), l’une étudiant le système économique, l’autre l’évolution des systèmes au cours de l’histoire.

35L’histoire a l’inconvénient d’accentuer les événements au détriment des états. Soit on anéantit l’intérêt des états, soit on en néglige l’utilité : « […] dans la plupart des sciences […] expliquer l’origine d’un état est le tout, l’état en lui-même étant sans intérêt, ou sans rôle particulier qui le distingue comme état » (CLG/E 1974, 27). Le cadre temporel n’est pas pour Saussure un point d’arrivée, mais un point de départ. Il reproche à ses collègues de ne pas être en mesure de comprendre que le « Temps crée à la linguistique des conditions particulières, des difficultés particulières, des questions particulières, voire une question centrale et pouvant aboutir à scinder la Linguistique en deux sciences » (CLG/E [I], N 1303). Chez Saussure, l’ontologie onto-historique nécessite une bifurcation théorique de deux ordres dont l’un garde le rapport au temps, alors que l’autre en fait abstraction. La dimension historique doit céder face à l’esprit qui utilise des symboles immuables, car l’immutabilité des symboles est la condition d’existence non seulement du langage, mais de toute une science (CLG/E 1974, 23). Comme il aime le faire si souvent, Saussure donne sur la problématique des deux ordres un exemple heuristique extralinguistique que lui inspire la géologie :

De même tel produit minéral peut être considéré au point de vue de ce qu’il représente en minéralogie, ou au point de vue des événements historiques qui lui ont donné naissance sur cette partie du globe, dans telle couche, à tel moment. […] on verra qu’une de ces sciences est essentiellement historique (la géologie), pendant que l’autre, qui ne tire cependant des objets que de ces mêmes événements historiques, est essentiellement antihistorique, ne pouvant pas reconnaître, à moins de cesser d’être, que deux fragments de roche différents par le lieu où ils se sont formés, par l’époque, par les conditions, par la nature même de la combinaison, enfin par toute chose historique imaginable, soient différents, s’ils réalisent la même formule dans la sphère des idées permanentes. On ne peut pas généraliser, il n’y a aucun sens à généraliser à propos d’un cristal tétrarhomboïde avant de savoir et dire formellement si on veut parler des conditions qui ont permis à ce cristal de se former, ici ou ailleurs – chose historique – ou si on veut parler de ce qu’il est, par exemple par rapport à tous les cristaux trirhomboïdes, ce qui ne touche en aucune façon la manière, le temps et le lieu, selon lesquels ces différents produits se sont respectivement formés. (CLG/E 1974, 24-25)

36Au croisement des disciplines, on est amené à prendre conscience du fait qu’en linguistique l’ontologie doit céder le pas aux deux ordres méthodologiques distincts, synchronie et diachronie. Selon Saussure, il serait « factice » de construire une linguistique générale dont l’unité reposerait sur un fondement onto-historique.

37Le paradigme dynamique moderne peut être mesuré à l’aune du principe de division de Saussure qui conçoit bien qu’il existe des sciences qui ne font pas de séparation absolue entre la synchronie et la diachronie (CLG/E [I], III C 1378). De même, se posant comme objectif de leurs études de prendre en considération toutes les variables déterminant les phénomènes linguistiques, les tenants du paradigme dynamique cherchent à inscrire la linguistique parmi ces sciences. Étant bien conscient de « la question totale du langage » où la synchronie et la diachronie constitueraient un ensemble, Saussure avance :

Concevoir une généralisation qui mènerait de front ces deux choses est demander l’absurde. C’est ce genre d’absurde que la linguistique, telle qu’elle est conçue depuis sa naissance, veut imposer à l’esprit. […] L’erreur serait de croire qu’on peut échapper par moments à sa nécessité inexorable, on ne peut précisément y échapper à aucun moment. […] Toutes les façons de s’exprimer qui à intervalles semblent établir une conjonction entre les faits verticaux et les faits horizontaux sont sans exception des images ; l’autre cause de dégoût est qu’on ne peut ni se passer de ces images, ni se résoudre à les accepter. (CLG/E 1974, 26)

38En traitant cette absurdité dans son troisième cours, le professeur genevois dessine devant ses élèves une image particulièrement efficace sur le plan pédagogique :

Que représenterait un panorama de la chaîne des Alpes qu’il faudrait prendre simultanément depuis le Reculet, la Dôle, le Chasseral ? […] L’observateur placé en un point fixe, c’est le sujet parlant ou le linguiste qui se met à sa place. Si l’on suppose un observateur en mouvement, allant du Reculet au Chasseral, le mouvement du tableau, les rapports des montagnes qui changent, voilà qui représente l’évolution, la linguistique historique. Mais pour dessiner ce panorama, il faut être devant un certain état. (CLG/E [I], D 1353-1356)

39Le linguiste qui étudie la synchronie ressemble à un peintre qui installe son chevalet devant un panorama, celui qui étudie la diachronie est plutôt un photographe randonneur qui balise son chemin par étapes pour faire une photographie des Alpes de différents angles, alors qu’un partisan du paradigme dynamique ressemblerait à un cinéaste qui d’une seule prise de vue chercherait à tourner un plan depuis le Reculet jusqu’au Chasseral.

40À l’intérieur de la théorie saussurienne, la question de la totalité du langage ne ferait que compliquer les choses en raison de la notion de valeur :

Nous sommes dans la complication maximum des faits de la valeur. Toute valeur dépendra d’une valeur voisine ou d’une valeur opposée, et aussi, même a priori, puisqu’il se produit une altération, un déplacement du rapport, comment jugerait-on de front des termes en mêlant les époques ? Valeur ou contemporanéité, c’est synonyme. Choisissons-nous axe du temps ou axe opposé ? Toutefois ce n’est que le raisonnement a priori. L’observation a posteriori vient-elle vérifier ce raisonnement ? Oui ! L’expérience conduit à la même conclusion. Il faut séparer en deux la linguistique. Il y a une dualité irrémédiable, créée par la nature même des choses quand il s’agit du système de valeurs. (CLG/E [I], III C 1357)

41De la même manière qu’il y a aussi une distinction intrinsèque préalable entre le statique et le dynamique qui se fonde sur la connaissance du monde, il y a une préconception sous-jacente de la langue, celle qui est qualifiée de logiquement primordiale, qui précède chaque point de vue à partir duquel on choisit d’approcher cette faculté (voir aussi partie 7). Le caractère dynamique de la synchronie ou le changement linguistique se mesurent sur une norme statique, un trait dialectal est étudié à la lumière de la langue standard, l’acquisition langagière chez l’enfant est projetée sur la langue de l’adulte. L’approche totalisante serait ainsi une chimère scientifique, hors de portée de l’intelligence humaine. Si la linguistique se veut une science, il convient de s’entendre sur les principes de division du travail à l’intérieur de son domaine malgré la diversité de son objet. Un terrain d’entente semble toutefois bien difficile à trouver :

Il vaut mieux préciser d’emblée : Nous ne considérons pas la linguistique comme une science dans laquelle il y a un bon principe de division à trouver, mais à part une ou deux réserves comme une science qui essaie d’assembler en un seul tout deux objets complètement disparates depuis le principe, en se persuadant qu’ils forment un seul objet. Le plus grave est que notre science se trouve satisfaite de cette association, ne paraît point tourmentée du vague sentiment qu’il y a quelque chose de faux dans sa base ; ne manifeste aucun malaise devant les conceptions les plus obliques qu’elle accepte chaque jour, se sent même tellement en possession de son objet, qu’elle n’éprouve aucune difficulté de temps en temps à extraire de ce désordre général des idées, des théories du langage, présentées avec une entière candeur. (CLG/E 1974, 27)

42Pour réfuter Saussure, qui incarne la linguistique autonome aux yeux de la postérité, les partisans du paradigme dynamique moderne ont revivifié l’étude des déséquilibres intrasystémiques de la linguistique présaussurienne, redécouvrant certains auteurs de la fin du xixe et du début du xxe siècle, tels que Paul. Ces retrouvailles concernent peu la linguistique française. Les présaussuriens ne songèrent pas a priori à faire une distinction entre la synchronie et la diachronie. Pour rendre justice à l’histoire, il convient de faire une digression du côté de l’Allemagne en prenant comme cas exemplaire l’auteur que la postérité appelle le porte-parole et l’épistémologue des néogrammairiens. Malgré l’historicisme dont on accuse souvent Paul, on ne saurait le classer uniquement dans le paradigme dynamique, car l’historicisme, en l’occurrence, doit être pris dans le sens où seule l’histoire a un pouvoir explicatif, ce qui ne revient pas à effleurer au hasard la totalité dynamique de la langue. En considérant la relation de Saussure à Paul, on a effectivement l’impression que sur le plan théorique il n’y a que des points de divergence entre ces deux savants. Une telle impression repose sur le fait que la première chose qu’on retient de Paul est l’équivalence qu’il semble établir entre la linguistique et l’étude de l’histoire de la langue. Saussure lui-même confirme cette impression en prétendant qu’il faudrait reprendre, pour le réfuter, tout ce que Paul et les modernes ont écrit sur la linguistique statique (SM, p. 29). Il précise que la meilleure manière de procéder serait de prendre les expressions dont se servent les bons linguistes quand ils parlent de phénomènes statiques, et de voir les erreurs et les illusions qu’elles contiennent (ibid.). Selon Harris (1987, p. 88), ce qui semble opposer Paul et Saussure, c’est que le point de vue historique de Paul, qui s’occupe aussi bien de l’état de la langue que de ses changements, est incohérent aux yeux de Saussure. Ce dernier reconnaissait le besoin d’abstraction sur le plan méthodologique, tandis que Paul était plutôt réticent vis-à-vis des abstractions. Saussure reprochait à la linguistique allemande de ne pas avoir eu la velléité de s’élever au degré d’abstraction qui est nécessaire pour montrer au linguiste, d’une part, ce qu’il fait, et d’autre part, en quoi ce qu’il fait a une légitimité et une raison d’être dans l’ensemble des sciences (CLG/E [I], 52 N 10). Sans cette opération élémentaire, une science est incapable de se constituer une méthode (CLG/D, p. 16).

  • 8 K. Koerner (1972, p. 283) fait observer que, d’après H. Paul, du point de vue épistémologique, la g (...)

43Malgré les apparences, Paul a été un précurseur de la linguistique synchronique : il a eu une influence incontestable sur la naissance des idées saussuriennes. Dans l’introduction à Prinzipien der Sprachgeschichte (1880), il fait appel à la nécessité de prospection d’une science parallèle à l’histoire de la langue. S’inspirant des propos concernant les Geisteswissenschaften chez les philosophes, Paul réclame pour la linguistique une philosophie, une science des principes, Prinzipienwissenschaft, qui se situerait dans le contexte plus vaste de la méthode des sciences historiques ou de culture instruisant des actes et des œuvres de l’homme. En cherchant à comprendre l’attrait des sciences naturelles, Paul pose que la linguistique est plus exacte par ses méthodes que les autres sciences humaines, à tel point qu’on a voulu la ranger dans la catégorie des sciences naturelles historiques. La science des principes de Paul a trait à des phénomènes qui ne sont pas perceptibles, dont l’observation n’est pas directe comme, selon lui, c’est le cas de l’objet des sciences exactes, ce qui rend impossible l’établissement des connections causales (Paul 1890 [1880], p. xxv). La science des principes s’occuperait des conditions d’existence générales d’un objet qui évolue dans le temps, et étudierait la nature et les fonctions de ses éléments qui, malgré les changements, restent constants (p. xxi). L’établissement d’une science des principes serait nécessaire pour que la juste valeur des études historiques puisse être appréciée (p. xxiv). Sans les principes élaborés par cette science, il serait impossible de vérifier avec certitude les faits singuliers de la langue (ibid.). Bien que cette science ne soit qu’une science auxiliaire des études historiques de la langue, on peut sentir sa priorité méthodologique chez Paul : de prime abord, il faut définir en quoi consiste exactement l’objet de l’étude linguistique. La grammaire descriptive, dans le vocabulaire de Paul, constitue le premier objet d’étude, rejoignant la linguistique synchronique de Saussure. La tâche de la grammaire descriptive consiste à enregistrer les formes et les conditions grammaticales d’une langue à une période donnée dans une communauté linguistique déterminée (p. 2). Paul affirme que la grammaire historique doit son système de classification à l’ancienne grammaire descriptive (p. 1-2).8 La systématisation de la méthode de présentation veut que la grammaire descriptive ait pénétré la conception du développement de la langue (p. 2).

44La distinction entre la synchronie et la diachronie est intrinsèque même au paradigme dynamique puisque le dynamique doit être reflété sur quelque chose de statique : la vitesse se calcule par rapport à un repère fixe. Sans entrer dans le détail de la mécanique, il suffit ici de faire référence à la Vorverständnis (précompréhension), terme propre à la théorie herméneutique selon laquelle l’expérience pratique précède la théorie. La compréhension de la distinction entre la synchronie et la diachronie se fonde sur l’intuition que nous pouvons tirer de notre observation du monde. Pensons par exemple à une expérience vécue par tous, lorsque nous sommes assis dans le train au départ : il semble pendant quelques secondes que le train est en mouvement, alors qu’en réalité celui d’à côté se met en mouvement. C’est un moment magique où le continu et le discontinu se rencontrent (voir partie 7). Notre fausse perception du mouvement est due au train en partance, lequel sert de point de repère fixe. Le véritable état des choses peut être vérifié par un troisième point fixe, c’est-à-dire par les bâtiments qui sont à l’arrière-plan, ou bien par le sol. Une connaissance du monde permet de conclure que la perception du statique et du dynamique implique trois facteurs : un point de repère, un élément en mouvement et un observateur. Ce dernier peut s’assimiler soit au point de repère, soit à l’élément en mouvement, ou bien chercher à observer les deux à distance, mais pas en même temps (voir aussi section 2.1).

45Toute tentative pour saisir le dynamique et le continu dans la linguistique présaussurienne se fait par le biais des catégories et des classifications discontinues afin de mettre en valeur les éventuels liens causaux existant entre les phénomènes après leur identification et repérage par une démarche intellectuelle. De nombreux linguistes contemporains étaient bien conscients de l’existence de deux approches différentes dans la linguistique : l’une descriptive, étudiant l’état de la langue à un moment donné, et l’autre historique, considérant le changement linguistique dans le temps (Koerner 1972, p. 281). En 1894, Saussure se disait convaincu de la dualité fondamentale de la linguistique (SM, p. 45). Il soulignait que ce ne serait pas se mouvoir dans le diachronique que de considérer l’un après l’autre plusieurs états d’un idiome (CLG/E [I], II R 1337). Même dans l’étude de la grammaire historique, il y a autant de champs synchroniques qu’on peut distinguer d’époques (ibid.). Saussure n’a pas opéré « une révolution copernicienne » (Buridant 1984, p. 22) par rapport à Paul et à la linguistique historiciste de son temps. Parallèlement à la quête d’une véritable vie du langage, la dualité de la linguistique était en train de gagner les consciences.

5.2.3 La classification des langues – le statique et le dynamique

46Revenons sur les deux modèles classificatoires des langues qui prévalaient au xixe siècle, la classification typologique et la classification généalogique. D’une manière générale, la visée scientifique de toute classification consiste à réduire la diversité à l’unité. Le but commun des deux types de classification linguistique est de justifier la ressemblance et la divergence entre les langues, mais par des procédés différents. La classification typologique repose sur la structure morphologique, tandis que la classification généalogique repose sur un facteur historique qui est la parenté linguistique. Par cette différence, l’une accentue la taxinomie, c’est-à-dire le statique, l’autre met en valeur la généalogie, le dynamique. Les termes de statique et de dynamique attirent nombre de scientifiques de l’époque. Saussure avait adopté par l’intermédiaire de Comte cette terminologie qui reflétait bien les mécanismes en jeu dans la langue, mécanismes où les forces sont soit en équilibre, soit en mouvement. Comte utilisa ces termes pour désigner les différents aspects de sa sociologie positive. Influencé par l’anatomie comparée, Comte estimait que, du point de vue statique, la société est un organisme vivant dont on peut étudier la structure anatomique. Les parties d’un organisme doivent être rapportées à un tout afin que l’on comprenne leurs fonctions mutuelles, tout comme les actions des individus se justifient par le contact que ces derniers entretiennent avec la collectivité. Les différentes structures des sociétés peuvent, par la suite, être comparées les unes aux autres en vue de repérer les liens de solidarité qui les unissent. Le dynamique, en revanche, étudie les jalons qui marquent l’évolution des sociétés humaines tout en cherchant à détecter les lois qui rythment le cours historique.

47Obéissant à un schéma en trois phases, la typologie linguistique regroupe aussi bien l’aspect statique que l’aspect dynamique de la sociologie de Comte, mais ces deux aspects se dégagent également de la généalogie linguistique. Le dynamique constitue un terrain d’entente entre la typologie et la généalogie linguistiques en ce que les deux accentuent la succession et la légalité, mais le point de vue statique est primordial pour que l’on comprenne la dynamique, comme le fait fort justement observer Raymond Aron (1967, p. 105) : « […] la dynamique est subordonnée à la statique. C’est à partir de l’ordre […] que l’on comprend ce qu’est l’histoire. » Les différentes conceptions de la temporalité (voir section 4.1.1.3) se retraduisent dans la différence entre le dynamique typologique et le dynamique généalogique. Du point de vue de la typologie, l’histoire et l’évolution sont considérées comme celles d’une langue unique totalisante, alors que la généalogie étudie des histoires uniques. Qu’il s’agisse de la langue ou de la société humaine, la typologie tripartite ancrée sur une évolution pose un problème – le traitement de la particularité et de la totalité par le biais du même modèle :

Mais, si l’histoire humaine est celle d’un peuple unique, si les étapes en sont nécessaires et s’il y a une marche évitable vers un but donné, pourquoi les différentes fractions de l’humanité ont-elles des histoires particulières et différentes ? (Aron 1967, p. 102)

48La longévité des deux modèles classificatoires témoigne de leur efficacité épistémologique, mais l’intégration du changement sera plus aisée dans la classification généalogique que dans la classification typologique.

5.2.3.1 Type

49Si l’on fait un inventaire rapide de la typologie linguistique d’aujourd’hui, qui constitue une théorie à part entière avec ses propres méthodes, on s’aperçoit que la typologie moderne prend pour point de départ un seul paramètre grammatical à la fois, afin de vérifier comment les langues du monde l’encodent. Si l’on s’intéresse aux fondements des études typologiques constitués au xixe siècle, on remarquera que l’approche des pionniers sur les langues du monde diffère en trois points de celle de leurs successeurs (voir Croft 1990). Dans un premier temps, la classification typologique ne prenait en considération qu’un seul paramètre, la structure morphologique des mots, estimée suffisamment représentative pour qu’on lui octroie un statut privilégié dans le procès d’identification de la place d’un être linguistique dans l’économie de la nature. En principe aussi valable que tout autre critère structurel, la structure morphologique ne constitue ainsi qu’un moyen diagnostique pour placer une langue non identifiée sous la classe correspondante. Du point de vue taxinomique, ce critère formel d’identification n’est pas choisi au hasard, mais sert à différencier les membres d’un taxon des membres d’un autre taxon portant un critère équivalent. On peut se demander si l’on aurait eu une classification typologique différente, si l’évaluation de la totalité avait reposé sur le choix d’un autre critère. Dans un deuxième temps, en tant que réponse au premier point, la classification des langues se voulait holistique dans la mesure où elle se prononçait sur le tout de la langue à partir de l’une de ses parties constituantes. Le même principe étant familier du côté des sciences naturelles pour ce qui est de la reconstitution d’un être naturel « à partir d’un seul os », l’approche holistique se prête facilement à l’inférence d’un présupposé sous-jacent selon lequel la structure entière obéit à un patron conséquent et continu, d’une catégorie grammaticale à une autre à l’intérieur d’une seule et même langue, et partant, à l’intérieur d’un groupe typologique déterminé de langues, sans prendre en considération la différence possible au niveau des sous-catégories grammaticales telles que le nom ou le verbe. La faiblesse du holisme apparaît si l’on attribue une vérité à son présupposé, et exclut préalablement la possibilité d’un hiatus structurel entre les différentes catégories grammaticales. En outre, malgré la présence de l’idée que tout se tient, l’approche holistique de la classification typologique, qui s’imposait d’en haut, empêcha de dégager l’interdépendance de certains phénomènes grammaticaux aux niveaux inférieurs, interdépendance qui plus tard devait permettre à Joseph Greenberg (1966) de formuler ses universaux implicationnels. La somme des descriptions exhaustives des langues aurait pu former un faisceau complexe de liens d’affinité globale et donner ainsi une tout autre image de la typologie que celle que représente l’échelle morphologique allant de langues isolantes aux langues agglutinantes pour aboutir aux langues flexionnelles. Du point de vue purement classificatoire, la taxinomie morphologique présentait toutefois l’avantage d’évincer le problème auquel sont confrontées les approches particularistes d’aujourd’hui qui prennent pour point de départ une catégorie de pensée, dont les catégories grammaticales, à savoir le problème d’identification de telle ou telle catégorie grammaticale dans la multiplicité formelle des langues (voir section 6.5). Dans un dernier temps, l’approche des pionniers se distingue de celle de leurs homologues modernes par le but affiché : les modernes visent moins à répartir les langues du monde dans un ensemble plus réduit qu’à étudier le conditionnement de la forme linguistique par les facteurs fonctionnels, sémantiques et pragmatiques au gré de la comparaison des langues du monde. Sur le plan historique, la typologie moderne remonte à ses sources aristotéliciennes dans la mesure où il importe d’amalgamer la forme à une fonction, tandis que la classification typologique du xixe siècle accentuait l’importance du système qui se définissait à travers un seul caractère morphologique considéré comme essentiel.

50À une époque qui se louait d’avoir inventé l’évolution, la classification typologique, capitale grâce aux travaux portant sur l’énumération de la diversité, n’avait pas de pouvoir explicatif aux yeux des linguistes qui désiraient dépasser la description structurale qui n’avait recours qu’à un critère phénétique. Un seul critère morphologique pouvait aboutir à des conclusions biaisées concernant la nature linguistique, comme cela a été le cas, lorsque l’on a établi une affinité entre la baleine et le poisson du côté de l’histoire naturelle. L’historicisme qui déterminait le sens de l’évolution sans déviation manquait également d’un pouvoir explicatif selon les linguistes qui ne se satisfaisaient pas des explications téléologiques dont était dotée la typologie dynamique. La descendance commune fournissait une explication adéquate à la théorie linguistique alternative, qui en outre prenait en compte la méthode comparative, annexée pour renforcer la reconnaissance du lien héréditaire. En effet, la comparaison des structures des langues du monde s’est pliée à de nouveaux buts.

5.2.3.2 Descendance

51La méthode comparative a constitué le principal appareil conceptuel de la linguistique historique et la seule méthode scientifiquement valide du point de vue positif, grâce à laquelle on pouvait donner une explication adéquate de l’histoire. Les premiers praticiens de la méthode comparative dans la linguistique, dès la première moitié du siècle, Bopp, Grimm et Friedrich Diez (1794-1876), parmi d’autres, ont su établir des points de convergence philosophiques et interdisciplinaires concernant la méthode comparative en usage dans l’histoire naturelle de l’époque – non seulement dans l’optique statique, mais aussi dans l’optique dynamique. En effet, dès 1808, Friedrich Schlegel incite le linguiste à appliquer à la linguistique la méthode de l’anatomie comparée pratiquée par Cuvier, et dans ce sillage, Grimm fait référence, en 1822, à la méthode de Linné en botanique (Koerner 1989 [1982a], p. 196-197) (voir section 4.1). Si l’on observe les enjeux auxquels sont confrontés aussi bien les chercheurs en sciences du vivant que les linguistes, on devine une problématique qui en linguistique aura une portée bien au-delà du comparatisme proprement dit :

  1. L’anatomie comparée, celle d’une espèce ou celle d’une langue, permet d’établir une architecture ou une structure caractéristique d’un groupe.

  2. Du point précédent il découle que l’on peut expliquer les caractéristiques communes d’un groupe en démontrant les liens de parenté aussi bien entre les langues qu’entre les espèces.

  3. Le point décisif qui constitue le cœur de la philosophie transformiste est la compréhension que les formes nouvelles émergent par modification de formes ancestrales.

  4. La variabilité des espèces est fondée sur l’observation que tout individu porte les caractéristiques de son espèce, mais que tout individu diffère un peu de son voisin. Cette idée se rencontre chez Schleicher dans sa classification des notions linguistiques et biologiques correspondantes. Elle est également à la base de la distinction ultérieure entre la langue et la parole.

    • 9 Sur la place de la généalogie dans la typologie moderne, voir Dryer 1989.

    Une espèce est constituée de nombreuses populations. À l’intérieur d’un groupe linguistique géographique, il y a des sous-groupes dialectaux. Ces enjeux mettent également en évidence l’avantage considérable de la classification généalogique sur la classification typologique, l’une n’allant pas sans l’autre, dans la mesure où le type s’explique souvent par la parenté sous-jacente.9 On peut donc facilement souscrire à l’évaluation de Tort du rapport entre la classification structurelle et la classification généalogique dans le domaine de l’histoire naturelle :

La prédiction selon laquelle toutes les classifications dans le domaine naturel en viendront tôt ou tard à prendre la forme de généalogies donne à ce propos toute sa portée vraiment générale : les critères mêmes (ressemblance/différence) des classifications systématiques ordinaires sont habités par la parenté, car engendrés par une sorte d’instinct généalogique, inconscient chez la plupart des naturalistes : amener cet inconscient à la conscience est l’œuvre de la théorie de la descendance, et l’entreprise de Darwin. L’arbre se substitue alors à l’échelle : mais c’est aussi parce que l’arbre a engendré l’échelle. (Tort 1996, art. « Classification »)

52Tort fait référence à un passage de l’Origine des espèces (chap. XIV) où Darwin désapprouve l’arbitraire des répartitions de la tradition précédente dont les auteurs n’ont pas encore pris connaissance du facteur de descendance :

Toutes les règles, toutes les difficultés, tous les moyens de classification qui précèdent, s’expliquent […] en admettant que le système naturel a pour base la descendance avec la modification, et que les caractères regardés par les naturalistes comme indiquant des affinités réelles entre deux ou plusieurs espèces sont ceux qu’elles doivent par hérédité à un parent commun. Toute classification vraie est donc généalogique ; la communauté de descendance est le lien caché que les naturalistes ont, sans en avoir conscience, toujours recherché, sous le prétexte de découvrir, soit quelque plan de création, soit d’énoncer des propositions générales, ou de réunir des choses semblables et de séparer des choses différentes. (Darwin 1882 [1859], p. 495)

53Du côté de la linguistique, la coexistence et la concurrence des deux classifications est féconde dans la mesure où les éventuelles évidences sont mises en question et les aléas scientifiques amenés sous la loupe. Dans le Cours de linguistique générale (CLG/D, p. 312) on lit qu’« il n’est jamais sans intérêt de déterminer le type grammatical des langues […] et de les classer d’après les procédés qu’elles emploient pour l’expression de la pensée, mais de ces déterminations et de ces classements on ne saurait rien conclure avec certitude en dehors du domaine proprement linguistique ». Par là même, il est possible de dénoncer les procédés qui traitent la langue à partir des points de vue qui convoquent le terrain vague de l’extralinguistique. Or, tant que l’on estime que la langue est un être naturel, la seule classification apte à surpasser la classification typologique, triviale, car appliquée à tout objet du monde, serait donc généalogique. Les deux approches ne sauraient pourtant être mutuellement exclusives, mais elles sont complémentaires, surtout si l’on favorise la méthodologie au détriment des engagements ontologiques concernant la nature de la langue. Ces deux classifications prépareront le terrain pour fixer l’aspect statique et l’aspect dynamique dans la linguistique. On peut ainsi estimer que la classification typologique sans égard à l’évolution relève, en termes naturalistes, du fixisme, en termes comtiens du statique, ou encore, en termes saussuriens, de la synchronie, alors que la classification généalogique se rapporte, respectivement, au transformisme, au dynamique, ou à la diachronie.

5.2.3.3 Entre le statique et le dynamique

54Avant l’imposition de la terminologie saussurienne, celle de Comte aura un certain succès chez les linguistes, mais ce qu’ils entendent par ces termes n’est pas toujours univoque. L’Essai de méthodologie linguistique de Dauzat comporte en effet une répartition du domaine de la linguistique selon que l’on traite le statique ou le dynamique : « Pour la statique on se servira d’une méthode analogue à celle des sciences naturelles ; c’est la méthode des sciences physiques […] qui devra être adaptée à la branche […] de la dynamique linguistique » (Dauzat 1906, p. 53). La définition de la méthode de la linguistique statique démontre qu’il s’agit d’une réplication de la taxinomie naturaliste qui regroupe les caractéristiques communes structurelles et phénétiques entre les individus d’un même type :

D’après la méthode des sciences naturelles, l’observation conduit d’abord à la description et à la définition empirique. Le but final est la classification, qui s’opère au moyen du raisonnement analogique et repose sur la subordination des caractères. L’importance d’un caractère se mesure à sa généralité (extension) et à sa constance. (Dauzat 1906, p. 53)

55Avec Dauzat, on peut toutefois parler, avec circonspection, de la langue en tant qu’être naturel :

La linguistique descriptive diffère à plusieurs égards des sciences naturelles. Elle étudie et cherche à classer, non des êtres, mais des phénomènes. Ces phénomènes sont susceptibles d’une répétition constante dans des conditions données. Ils ont une existence virtuelle. (Ibid., p. 53-54)

56La classification étant néanmoins possible, on fait comme s’il s’agissait des êtres (voir partie 7). Tout comme pour Comte, la classification statique selon Dauzat prime sur la dynamique :

Avant de déterminer des lois historiques et de chercher si l’on peut établir des rapports de causalité entre les phénomènes linguistiques, il est nécessaire de considérer de très près ces phénomènes, et de préciser la nature, le mode, les conditions de leur évolution. (p. 73)

57Dauzat estime que « chaque branche de la linguistique peut être envisagée au point de vue statique ou descriptif, et dynamique ou évolutif. La première étude aboutit à la classification, la seconde à l’établissement de lois de succession » (p. 34).

58La Grasserie écrit encore en 1908 que « la distinction entre le statique et le dynamique est si importante, qu’habituellement négligée, elle nuit beaucoup à la clarté » (La Grasserie 1908, p. 29). Selon lui, outre la classification qui « a pour but d’indiquer la place d’une science relativement à une autre science » (La Grasserie 1893, p. 86), toute science pourra être classée selon qu’elle est considérée d’un point de vue statique, d’un point de vue dynamique, ou encore, d’un point de vue statico-dynamique. Par l’introduction du troisième terme, le statico-dynamique, La Grasserie cherche à affiner le système emprunté à Comte. Le statico-dynamique partage une propriété fondamentale avec le statique, celle de la stabilité qui découle de la neutralisation des forces antagonistes, mais il ne s’agit pas là d’un superflu heuristique, car le dynamique rencontré dans le statique constitue une sorte de mise en vie du statique. Pour illustrer la répartition interne d’une science, La Grasserie fait allusion aux sciences juridiques dont on peut étudier soit la structure sous son aspect statique, soit l’usage et la vie sous son aspect statico-dynamique, soit son rapport à ce qui relève de quelque chose d’externe au droit, c’est-à-dire sous son aspect dynamique :

Lorsqu’on envisage un droit à l’état statique, c’est qu’on en étudie les divers éléments : par exemple la personne ou la chose (lesquels pourront être ultérieurement sujets ou objets d’un droit), encore séparés et ne faisant pas partie d’un droit actuel, ou encore comme formant un droit, mais détachés de ce droit ; lorsqu’on l’envisage à l’état statico-dynamique, c’est qu’on le prend dans son existence formée, sa vie, son action, et dans les diverses périodes de cette vie : naissance, transformation et disparition, ou dans les fonctions que chacun des éléments matériels a prises pour former le droit, celles du sujet, d’objet ou de cause ; lorsqu’on l’envisage à l’état de dynamique, on étudie alors les mouvements extérieurs, les relations, les actions et réactions d’un droit sur l’autre. (La Grasserie 1893, p. 86)

59La répartition interne de toute discipline suit la même analogie, qu’il s’agisse du droit, de l’anatomie et de la physiologie ou de la linguistique. Dans une perspective statique, on étudie la composition anatomique d’un corps inerte, de l’angle statico-dynamique, on observe la vie d’un corps et l’action réciproque de ses parties composantes les unes sur les autres, et enfin, dans l’optique dynamique, on considère les relations des corps les uns par rapport aux autres. On s’aperçoit que le troisième terme qu’est l’union du statique et du dynamique vise à l’actualisation du potentiel statique dans l’usage concret de la forme et de la fonction d’un corps. Le propre de toutes ces perspectives est que la science s’occupe de corps, d’entités ou de systèmes dont la configuration dépend des forces internes ou externes qui ont une influence sur ces corps. La disposition des forces sur ses parties mutuellement liées détermine la configuration du système – une modification dans l’une des parties de cette configuration est propre à changer le système dans son intégralité. La stabilité relative, intrinsèque au statico-dynamique, offre donc deux alternatives à un corps écarté de sa position d’équilibre : soit il tend à y revenir, soit il tend à s’en écarter davantage. En physique, à laquelle La Grasserie a emprunté son principe tripartite, on dit d’un corps qu’il est en équilibre statique lorsque la résultante des forces antagonistes qui s’appliquent à ce corps est nulle. La réaction d’une force est égale et opposée à une autre force. Selon la première loi de Newton, celle de l’équilibre, un corps au repos tend à rester au repos, ou un corps en mouvement tend à rester en mouvement à une vitesse constante sur une ligne droite, sauf si une force extérieure intervient. Cette loi exprime la différence entre le statique et le statico-dynamique, mais dans les deux cas de figure l’objectif est le même, l’équilibre. Dans le cas de l’équilibre statique, la résultante des forces est nulle, dans le cas de l’équilibre dynamique, le résultat est stationnaire parce que toute variation s’annule, mais cette constance est donc relative. L’adaptation du vivant aux conditions extérieures fournit la meilleure illustration de cet équilibre dynamique, nommé homéostasie, sans lequel l’organisme mourrait. Le maintien de la vie est le principal enjeu de l’équilibre dynamique (voir note 6, p. 186). La vie du langage est la meilleure expression de l’équilibre dynamique en linguistique, dans la mesure où la langue oscille toujours autour de la variation omniprésente, cherchant la compensation contre le changement constant. Par exemple, il y a un équilibre statique lorsque la force sociale ne s’oppose pas à la force individuelle. La résultante étant nulle, le système s’immobilise. S’il y a concours entre deux forces, le corps se met en mouvement. La force doit causer un effet observable pour que l’on puisse soupçonner la présence d’un mouvement, conduisant à un changement dans la configuration du système linguistique. Dans ce cas-là, on est en présence du dynamique. La plupart du temps les linguistes se contentent de la simple opposition entre le statique et le dynamique, solution prudente. La Grasserie lui-même a parfois du mal à démêler l’équilibre statique de l’équilibre dynamique. Il se lance dans une démonstration de l’application du statique, du statico-dynamique et du dynamique à différents domaines de la linguistique. Pour ce qui est de la sémantique, il détermine son domaine en effaçant le terme de statique dynamique :

La sémantique statique est celle qui, dans une langue donnée à un moment donné, étudie le sens des mots, le rapport existant entre eux, leur évolution séparée ou solidaire, la naissance, les transformations, la perte et les réviviscences de leur signification, les facteurs qui les produisent, les moyens qu’ils emploient, les buts inconscients ou subconscients vers lesquels ils tendent, le tout dans ce moment, surtout le présent, seul.
La sémantique dynamique ou historique prend la signification d’un mot dans le passé, aussi lointain que possible, même dans sa genèse, au sein de la langue génératrice, qui souvent seule peut l’expliquer et la poursuit dans ses transformations jusques dans le temps présent ; elle embrasse toute l’évolution. […] Elle seule peut fournir la connaissance de la cause des faits constatés par la sémantique statique et elle la complète. (La Grasserie 1908, p. 28, souligné dans l’original).

60Dans son Essai de phonétique dynamique (1891), La Grasserie utilise toutefois ses trois catégories : « […] la phonétique générale à l’état statique étudie [la phonétique] dans ses éléments et dans son ensemble physiologique, avant tout mouvement et dans le repos » ; la phonétique dans son « état statico-dynamique » observe « les phonèmes et les autres unités phonétiques [qui] sont en mouvement mais restent isolés sans action ni réaction réciproques » ; l’étude « dynamique » de la phonétique observe les sons « non seulement en mouvement, mais en action les uns sur les autres, sur les autres éléments de la linguistique et même sur les facteurs étrangers ». Les contemporains, n’ayant pas apprécié la catégorisation extrême de La Grasserie, semblent plutôt avoir considéré qu’il ne fallait pas multiplier les catégories au-delà de ce qui était nécessaire.

61L’équilibre dynamique précaire constituera un chapitre fondamental de l’histoire de la vie du langage qui vivra une vie sous-jacente jusqu’à nos jours. Le statico-dynamique connaîtra des expressions diverses suivant les auteurs : synchronie dynamique, typologie diachronique. L’expression le français avancé, utilisée par Henri Frei (1899-1980) dans La grammaire des fautes (1929), s’explique par le dynamique dans un état de langue qui se manifeste sous forme de « fautes, innovations, argot, cas insolites ou litigieux, perplexités grammaticales » (Frei 1929, p. 32). Le dynamique d’un état se reconnaît dans la variation du phénoménal, déclencheur d’un changement à venir. Vues sous l’angle statico-dynamique, les classifications typologique et généalogique s’appuient sur la localité au détriment de la totalité. Si l’on transforme l’échelle typologique en cycle, la répartition en groupes typologiques met en évidence le fait que la totalité des langues traverse effectivement les classes, mais l’idée de la transformation, intrinsèque au cycle typologique, se concrétise le mieux dans le passage local d’un système typologique à un autre. La grammaticalisation et la dislocation thématique en constituent des indices les plus flagrants. La focalisation sur un seul paramètre changeant, la structure morphologique des mots, a l’avantage de cibler l’étude de deux états synchroniques successifs sur un phénomène grammatical particulier. L’état intermédiaire, le statico-dynamique qui constitue une sorte de chaînon manquant entre le statique et le dynamique, se traduit par le changement en progrès : à la charnière de deux classes typologiques, l’ancienne n’est plus valide, la nouvelle n’est pas encore valide. La synchronie dynamique dans laquelle la variation donne des indices de changement à venir s’accorde au principe de la typologie diachronique qui tient les états synchroniques pour des états qui sont dans un processus de changement linguistique (Croft 1990, p. 205). L’état synchronique global exprimé par le type fixe n’est que précaire. En ce qui concerne l’enchaînement généalogique, il s’agit d’une séquence d’états successifs dont le premier engendre le deuxième sans que les chaînons manquants y apparaissent. L’arbre généalogique permet de concrétiser qu’un élément A devient un élément B dans une phase successive de l’évolution, qu’il s’agisse d’une espèce ou d’un individu, mais l’épisode évolutif correspond, non à une entité, à une espèce linguistique en mouvement dans son intégralité, mais à une variation particulière au sein d’un système linguistique. À partir de la variation locale, il est possible de procéder aux généralisations concernant les mécanismes de transformation de la totalité du système linguistique. Permettant la classification généalogique, la grammaire comparée fait état des mécanismes de la transformation de la vie de la langue, soumis à la légalité au niveau local.

5.3 La grammaire comparée

5.3.1 Les anciens et les modernes

62Il revient à Bréal, en tant que promoteur de la linguistique comparée en France, d’en retracer les premiers pas et d’en évaluer les avantages par rapport à la science du langage précédente. Afin de démontrer dans quel état cette discipline se trouvait à son arrivée en France et avant d’en questionner les acquis épistémologiques, nous suivrons le cheminement de la grammaire comparée à travers des articles historiographiques, rédigés par Bréal dans les années 1860 : « De la méthode comparative dans l’étude des langues » (1864-1865), « De la forme et de la fonction des mots » (1866), l’Introduction au tome II de la traduction française de la Vergleichende Grammatik de Bopp (1868a) et « Les progrès de la grammaire comparée » (1868b).

63Bréal considère que l’on a pratiqué la comparaison entre le grec et le latin depuis toujours, noté les similitudes et les différences entre ces deux langues, mais que ces observations manquaient de scientificité. Ainsi a-t-on récusé la tentative de la grammaire philosophique, fondée sur l’isomorphisme entre la langue, la pensée et la réalité, de présenter un patron invariable pour traiter la diversité de structure des langues sur le modèle d’un latin simplifié ou sur celui de l’hébreu, langue d’Adam ou prébabélienne. La grammaire générale ou philosophique, pour la première fois représentée par Port-Royal, cherchait à démontrer le rapport entre les formes linguistiques et les opérations mentales en s’appuyant sur l’évidence du latin et sur des catégories empruntées à la philosophie scolastique (Bréal 1868c, p. 7). La grammaire philosophique devait être supplantée par le comparatisme dont le recours à la forme linguistique au détriment du sens constituait un premier pas vers l’autonomisation de la langue. Une nouvelle découverte scientifique, celle du sanscrit, a frayé le chemin à la « linguistique moderne ». La fondation de la Société asiatique à Calcutta en 1784 autour des tout premiers protagonistes de la nouvelle science linguistique, Sir Charles Wilkins (1749-1836), Henry Thomas Colebrooke (1765-1837) et William Jones (1746-1794), avait pour enjeu cette découverte qui permettait à ces illustres savants de faire un rapprochement entre la langue des Veda et les anciennes langues de l’Europe. Le sanscrit fournissait « un terme de comparaison » et « un instrument de précision » aux études antérieures en mal de justification, fondées sur la comparaison des langues classiques (Bréal 1864-1865, p. 20). La correspondance entre le sanscrit, le grec et le latin était d’autant plus frappante qu’elle se fondait sur les unités lexicales désignant les termes de parenté, les parties du corps, les animaux domestiques, les plantes, les numéraux, les objets naturels et les pronoms, etc., en somme « toutes ces notions qui ont dû fournir les premiers mots de chaque langue, et qui excluent l’hypothèse d’un emprunt » (Bréal 1864- 1865, p. 21) – ce que l’on nommera « liste de Swadesh » par la suite. La première hypothèse, hâtive, voulait que le sanscrit fût la langue mère du grec et du latin, mais on a ensuite compris « que le sanscrit n’[était] pas la souche qui [avait] porté nos langues de l’Europe, mais qu’il [était] une branche sortie de la même tige » (ibid., p. 21). Incarnant les premiers temps de la grammaire comparée, il incombe à Bopp de démontrer la parenté qui assortit le sanscrit avec les langues de l’Europe et de mettre en valeur les enjeux qui résident dans cette identité d’origine. Certains linguistes ont été aveuglés par la lueur d’une ultime souche primitive à laquelle on aurait eu accès par le moyen de la méthode comparative. Bréal tient à les corriger en précisant que « la grammaire comparée n’apporte pas une théorie nouvelle sur l’origine : elle montre ce qu’une langue est à son origine » (ibid., p. 46). Deux ans avant les formulations de l’interdit de la Société de linguistique de Paris, Bréal a pu admettre une certaine pertinence de la théorie des racines pour traiter la question de l’origine d’une langue, mais non celle de l’origine de la faculté du langage. La théorie des racines se situe au croisement des classifications généalogique et typologique en ce qu’elle fait valoir le procédé tout à fait général de la transformation linguistique, dans lequel un état précédent sert de tremplin à l’état suivant (voir aussi section 4.3.1.2). Les racines, c’est-à-dire les éléments lexicaux primitifs, sont réanalysés et se transforment en des éléments grammaticaux :

La grammaire comparée démontre que les désinences étaient, à l’origine, des racines ayant une existence individuelle : elle observe comment elles sont venues s’ajouter à d’autres racines, et elle parvient souvent à faire voir que ce qui est flexion dans une langue est resté préposition ou pronom dans une autre. (Bréal 1864-1865, p. 46)

64Bréal (1868a, p. xxviii) combat toutefois l’erreur de Friedrich Schlegel qui voyait dans les racines des corps organisés, des germes vivants portant en eux-mêmes le principe de leur développement. Outre les prétentions ontologiques de la théorie des racines, l’analyse des souches a fait ressortir une lacune supplémentaire, selon Bréal. Les savants prétendaient remonter directement aux origines ultimes des langues grâce à la méthode comparée, au détriment de la constitution de toute la filiation des états intermédiaires. La grammaire allemande de Grimm servait à détacher l’étude concernant l’ensemble de la famille indo-européenne du « monument imposant construit à la hâte », en proposant un modèle alternatif qui soumettrait « les différentes parties de l’édifice » à un examen minutieux par une application de la méthode au développement d’un seul idiome, voire d’un moindre dialecte (Bréal 1868b, p. 83). Ce transfert d’accent de la totalité à la particularité permet à Bréal de comparer les progrès de la grammaire comparée au démarrage d’une machinerie qui, une fois mise en marche, arrive à exécuter le moindre détail programmé dans ses rouages : « Il en est de la méthode comparative comme de ces forces de la nature mises à profit de l’industrie moderne ; d’abord on a vu mettre en mouvement les plus puissantes machines, et elles finissent par accomplir avec précision les opérations les plus délicates » (ibid., p. 89). Dans un vocabulaire naturaliste, Bréal souligne l’avantage de ce choix méthodologique à tendance atomiste, l’observation des faits particuliers, sur l’étude de grandes lignes qui cachent les mécanismes et les principes du développement des langues :

Le principal enseignement qu’on tira de ces travaux, c’est que nos idiomes ne sont pas […] les fragments d’un ensemble harmonieux qui aurait été mis en pièces. Chacune de nos langues s’est dégagée de l’unité primitive d’après des lois organiques dont il est possible de décrire le jeu et de découvrir le principe. L’attention des premiers maîtres était trop distraite par la multiplicité des objets pour qu’ils pussent prêter l’oreille à ces formes cachées qui déterminent la forme et décident de la destinée des idiomes. De même qu’au-dessous des grandes lois qui gouvernent tout un règne de la nature, d’autres lois plus spéciales président au développement des classes, en laissant place elles-mêmes à la variété des genres et des espèces, de même la division de la langue mère en tant d’idiomes et de dialectes n’est pas l’œuvre d’un morcellement aveugle, mais le produit d’une lente et régulière évolution. (Bréal 1868b, p. 85)

65Bréal (1868a, p. ii) affirme que la méthode de la grammaire comparée diffère sensiblement de celle de la grammaire traditionnelle en ce que leur objet n’est pas le même : celle-ci étudie les langues « à un moment donné de leur existence » alors que « la linguistique moderne », pour utiliser l’expression de Bréal, accorde une place primordiale à « l’étude des voyelles et des consonnes », c’est-à-dire aux changements que subit la forme des éléments linguistiques. Les traditions indiennes et occidentales se croisent d’une manière double. Bréal tient à souligner que la découverte du sanscrit a effacé le fait que la description d’un état de langue particulière constitue un tout premier parallélisme entre la grammaire indienne et la grammaire traditionnelle. L’enjeu commun dans les deux traditions grammaticales était de présenter la langue sous forme de règles. En revanche, Bréal (1866) constate une autre similitude entre les grammairiens hindous et les grammairiens modernes ou comparatistes, mais sous un angle différent. Les grammairiens hindous « créent une sorte de chimie du langage » en décomposant « les mots en leurs derniers éléments », en observant l’action que les mots exercent les uns sur les autres, en somme, en effectuant une sorte de « dissection » du corps matériel des mots :

Ils ont analysé les mots de leur idiome comme ils auraient étudié les minéraux ou les plantes, car le langage, suivant la conception qu’ils avaient de l’univers, était, à leurs yeux, au même titre que toute la nature, une manifestation de l’âme du monde. (Bréal 1866, p. 66)

66Omettant la tradition de la description grammaticale dont le but est de donner une description de la structure d’un état de langue, Bréal aborde la pensée linguistique de l’Antiquité dont la grammaire universelle en France suit la ligne. D’après Bréal, la grammaire grecque révélait la façon dont les concepts étaient organisés en catégories plutôt qu’elle n’analysait les langues en tant que telles. En outre, les Grecs considéraient la pensée comme la cause des phénomènes de la langue, si bien que la grammaire était vue comme une science auxiliaire de la logique, science des lois de l’esprit. Les modernes, en revanche, penchent plutôt vers la méthode indienne :

C’est en observant les lois du langage sans consulter d’autre maître que le langage lui-même, c’est en notant les habitudes particulières à chaque idiome comme le physiologiste approfondit la structure des divers organismes, c’est, en un mot, par l’étude purement externe des phénomènes grammaticaux que la philologie comparative s’est constituée et a trouvé la voie des découvertes. (Ibid., p. 67)

67Si dans la linguistique comparative allemande, l’étude de la langue approchait de son but véritable, c’est-à-dire de l’étude de la pure forme, l’évolution de la pensée bréalienne démontre que l’étude du côté matériel de la langue était trop restreinte :

Cette étude purement extérieure des mots doit toujours être éclairée et contrôlée par l’examen de la signification. En d’autres termes, la science du langage, si l’on ne veut pas qu’elle conduise à des résultats incomplets ou erronés, doit s’appliquer également à la forme et à la fonction des mots. (Ibid., p. 65)

68Si la grammaire indienne était animée par un monisme métaphysique, et par là même, excluait toute considération sur l’évolution historique en dépit du fait que l’on pouvait considérer les grammairiens indiens, au dire de Bréal (ibid., p. 66), comme des inventeurs de « l’histoire naturelle de la parole », dans le sens de la méthode de l’anatomie, la grammaire comparée était, à son tour, animée par un monisme positiviste se traduisant par le désir d’établir des lois pour réduire la diversité phénoménale spatio-temporelle sous une unité explicative. Dès 1866, Bréal commence toutefois à se méfier de la classification de la « grammaire historique » parmi les sciences naturelles. Il considère en effet qu’il faut réintroduire l’entendement humain comme facteur déterminant des phénomènes linguistiques sur le modèle de l’ancienne grammaire philosophique : « […] l’objet de cette science est de rechercher dans l’esprit de l’homme la cause de la transformation des idiomes » (ibid.). Malgré le refus du fondement de la grammaire générale, Bréal met en garde ses contemporains contre le risque de s’égarer à l’extrême opposé. Si l’ancienne tradition grammaticale attribuait à tous les peuples une manière identique d’organiser leurs idées, il ne faut pas contester l’existence des notions qui n’ont pas de représentations formelles dans la langue (Bréal 1868c). Pour Bréal, il ne suffit pas d’étudier seulement la structure de la langue à l’instar de la grammaire indienne qui se désintéressait de savoir si la description grammaticale correspondait à ce qu’il y avait dans la pensée des sujets parlants, mais il faut plutôt associer l’ordre linguistique et l’ordre psychologique (voir partie 6).

5.3.2 La méthode comparative sous la loupe

69Dauzat souligne dans l’avant-propos de son Essai de méthodologie en linguistique l’importance de la méthode sur le plan général en faisant référence à une anecdote significative relatée par Blaise Pascal dans ses Pensées (VII, 5) :

L’un dit : Il y a deux heures que vous êtes ici ; l’autre dit : Il n’y a que trois quarts d’heure. Je regarde ma montre ; je dis à l’un : Vous vous ennuyez ; à l’autre : Le temps ne vous tarde guère ; car il y a une heure et demie. Et je me moque de ceux qui me disent que le temps me dure à moi et que j’en juge par fantaisie : ils ne savent pas que je juge par ma montre. (Dauzat 1906, p. 1)

70Une méthode précise a l’avantage de faire cadrer l’étude linguistique avec la réalité complexe des faits du langage. Elle est également un moyen de limiter les évaluations subjectives d’un scientifique ainsi que d’assurer à la science une démarche objective partagée par une communauté scientifique. Toujours selon Dauzat, « la linguistique est arrivée à des résultats certains […] parce qu’elle était en possession d’une méthode adéquate à son objet » (ibid.). Dauzat estime que pour connaître la méthode de la linguistique et pour montrer au linguiste ce qu’il fait, il faut poser un regard épistémologique attentif sur ses travaux. Les travaux relatifs à la méthodologie, cités par Dauzat, proviennent de la plume de Bréal, de Henry et de Meillet. La réflexion de ces linguistes montre que la grammaire comparée est un point incontournable dans l’histoire de la linguistique dite générale. La méthode comparative est l’acquis le plus sûr pour asseoir la scientificité de la linguistique. La linguistique est, comme les sciences naturelles, une science inductive qui pratique la méthode comparative afin de démasquer « les analogies sous les différences » (ibid., p. 2-3).

  • 10 Pour ce faire, outre les commentaires que l’on trouve dans les sources premières, nous avons recour (...)

71La place prépondérante de la méthode comparative à la fin du xixe siècle nécessite un bilan récapitulatif de sa démarche afin qu’il soit possible d’illustrer, avec les contemporains, en quoi cette méthode possède la rigueur des sciences naturelles.10 Selon Meillet (1964 [1903], p. 17), une grammaire comparée est « un système de rapports entre une langue initiale et des langues postérieures ». La reconstitution de ce rapport sera l’enjeu essentiel de la méthode comparative. La langue originale est souvent totalement inaccessible à la méthode comparative en raison de sa disparition de l’ordre factuel dans les limbes de l’histoire, d’où l’impossibilité de vérifier empiriquement le travail reconstitutif en remontant le cours temporel. Il ne s’agit pas d’une simple reconstitution d’un puzzle où il suffirait de trouver les bons points de jonction entre les pièces existantes. On a constaté que la méthode comparative de l’histoire naturelle est parvenue à reconstruire des mondes disparus à partir d’un fragment subsistant, alors que dans la grammaire comparée, les langues observables sont souvent les seules données positives. Arild Utaker (2002, p. 50-51) fait ainsi remarquer que les méthodes d’un anatomiste et d’un comparatiste se superposent pour autant qu’ils sont tous les deux devant un objet inconnu – afin de le comprendre, il faut le « rapprocher de ce qu’on connaît et essayer de reconstruire le tout dont ils font partie en présupposant une analogie entre l’inconnu et le connu ». Utaker précise, fort justement, que si l’anatomie comparée procède de l’inconnu au connu en raison du rétablissement de la relation qu’entretient la partie à un tout, la grammaire comparée parcourt le plus souvent le chemin du connu à l’inconnu. Aussi, entre la méthode comparative en histoire naturelle et la même méthode en linguistique, y a-t-il analogie, et non identité. Dauzat souligne que l’apport heuristique de la méthode comparative et son succès pratique sont propres à repousser les éventuelles attaques à son encontre.

Les rapprochements entre la linguistique et la biologie, dont on a peut-être abusé, ont provoqué à la longue une réaction et une certaine défiance chez les philologues [sic]. En restant rigoureusement sur le terrain méthodologique, et en se mettant en garde contre le danger de prendre à la lettre des métaphores séduisantes, je crois qu’on peut éviter les reproches des linguistes, tout en éclairant notre méthode d’un jour nouveau par de judicieuses comparaisons. (Dauzat 1906, p. 5)

  • 11 Les linguistes réagiront à l’idée de savoir où se situe la frontière entre deux états successifs d’ (...)

72La linguistique a recours à la comparaison des langues qui nous sont parvenues pour surmonter l’absence d’un état initial. Rigoureusement parlant, on ne reconnaît que dans le cas du latin une langue initiale observable dont on peut suivre la filiation conduisant aux langues romanes. Dans le rapport qui s’établit entre les deux termes, on observe l’image des langues romanes que le latin projette sur un miroir déformant. On constate que l’image est le produit du latin, mais en même temps l’acte de projection donne une image non pas identique, mais seulement reconnaissable. C’est à la méthode comparative de travailler l’image, quand l’objet projeté et l’acte de projection manquent : elle met en parallèle les langues empiriques postérieures pour remonter en amont du cours historique et arriver à la communauté d’origine. La méthode comparative s’applique aux langues empiriques que l’on suppose apparentées et établit des séries de concordances d’éléments que ces langues manifestent dans leur structure en vertu de leur origine commune pour enfin reconstituer cette dernière. Il faut éviter la confusion entre la méthode comparative et la méthode de la grammaire historique qui étudie la relation entre deux termes connus, ou entre deux états successifs d’une langue historiquement attestée.11

73Adam, à son tour, octroie une place primordiale à la notion de parenté qu’il considère à la fois comme le résultat d’une légalité « universelle et absolue » dans les faits du langage et comme une condition d’existence de la science du langage :

Grâce à la découverte du sanscrit et aux recherches dont cet événement a été le point de départ, la science du langage s’est fondée sur cette loi universelle et absolue : que les affinités grammaticales et lexiologiques existant entre un certain nombre de langues attestent une communauté originelle, et que ces langues forment une famille. (Adam 1882, p. 51)

74Meillet (1964 [1903], p. 16) condense la notion de parenté linguistique en ces termes : « […] deux langues sont dites parentes quand elles résultent l’une et l’autre de deux évolutions différentes d’une même langue parlée antérieurement. » L’évidence de cette définition acceptée par des générations de comparatistes ne semble pas satisfaire d’emblée celui qui s’intéresse au point de vue philosophique. Si l’on écarte le fondement interdisciplinaire de la notion de parenté et sa démonstration fondée sur un simple fait de ressemblance, on peut soulever le problème de sa validation du point de vue du raisonnement scientifique. Bien qu’il en loue la scientificité, Dauzat (1906, p. 115) estime que la méthode comparative repose sur un fondement erroné, sur la circularité tautologique, car « voulant démontrer la parenté de deux ou plusieurs langues, et remonter à la souche commune, elle suppose précisément cette parenté démontrée. Partant d’une hypothèse, on ne saurait aboutir à une loi » : si la parenté est vraie, la parenté est vraie. Dauzat critique le fondement déductif de cette formulation qui est logique, car une prémisse vraie donne suite à une conclusion vraie, alors qu’en réalité l’hypothèse de la parenté ne pourra pas être confirmée par l’hypothèse de la parenté.

  • 12 Aristote est le premier à proposer l’idéal axiomatique de la science selon lequel les vérités d’une (...)

75La critique de Dauzat met en lumière la question de savoir comment se construit la méthode comparative : quelle est sa base logique, l’induction ou la déduction, ou bien un amalgame des deux ; quel est le rôle des faits bruts et des hypothèses pour la discipline. Dans le sillage d’Aristote12, on peut poser que les principes scientifiques, ou prémisses premières, sont obtenus à partir de l’observation par le biais d’une inférence inductive, opération qui appréhende l’universel dans le particulier. Les prémisses premières donnent suite à la systématisation déductive des faits particuliers. La grammaire comparée applique ce schéma classique. La parenté est la prémisse première de la méthode comparative à laquelle on aboutit à partir de données fournies par des langues observables, et qui explique les apparences similaires de celles-ci. Il va sans dire que les comparatistes suivent le chemin empiriste, et ne jurent que par la méthode de l’induction : la première prémisse est le résultat d’une inférence inductive à partir de faits observés, que l’on tient pour purs et certains, sans faire référence à des postulats théoriques initiaux.

76Dauzat tient à rectifier l’un des acquis de la méthode comparative, son point de départ hypothétique, qui ne légitime pas une approche inductive pure. Sa critique porte sur la recherche : celle-ci est-elle fondée sur des faits bruts, ou bien les faits sont-ils toujours chargés de théorie ? Idéalement, selon le positivisme de l’époque, on devrait pouvoir observer la réalité sans aucun préjugé susceptible d’entraver l’observation neutre. Le point de départ de la problématique de la grammaire comparée n’est effectivement pas fondé sur des faits bruts, mais sur une hypothèse, celle de la parenté, que l’on ne peut induire d’emblée à partir des faits. Le présupposé intuitif de la parenté s’appuie sur des apparences similaires qui peuvent toutefois induire en erreur. L’hypothèse est, par définition, une proposition dont la valeur de vérité est inconnue, mais elle sert à guider le choix de faits qui seront propres à la confirmer. Sans développer aucunement sa critique, Dauzat semble avoir une intuition certaine à propos des prétentions inductivistes de la méthode comparative en voyant bien que l’hypothèse concerne un phénomène qui n’est pas accessible à l’observation directe. Dans ces circonstances, l’induction n’intervient dans la méthode scientifique que pour justifier l’hypothèse. On pourrait appeler cette méthode abductive, ou bien « hypothético-inductive », l’hypothèse étant pertinente dans l’acte d’observation (Niiniluoto et Tuomela 1973 ; voir aussi sections 3.3 et 7.2.3.1). L’image que l’on donne, en règle générale, de la méthode comparative omet la problématique liée à la place de l’hypothèse dans la construction d’une théorie, tout en proposant un cliché réducteur du prétendu inductivisme de la méthode. Dauzat estime qu’il paraît réconfortant de tenir l’hypothèse de la parenté pour acquise sans retracer par quelle voie on y est arrivé. C’est un symptôme de l’indifférence des chercheurs à l’égard des présupposés de leur méthode ! Par ses propos, Dauzat tient-il à fixer l’attention des comparatistes sur sa base heuristique, ou fait-il plutôt preuve d’une mauvaise foi en critiquant la machine comparative pour ne pas expliciter ses acquis ? Les données alimentent effectivement la machine de la méthode comparative qui fait ressortir un résultat inductivement valide, mais cette machine est tout d’abord un cadre heuristique préalablement conçu en sorte que son pouvoir ne peut être éprouvé. La méthode comparative comporte en elle un moyen de soumettre à un test l’hypothèse de la parenté fondée sur les apparences similaires des faits. Le résultat négatif du test ne fait qu’infirmer l’hypothèse, et par conséquent, les faits qui n’entrent pas dans le cadre de l’hypothèse montrent tout simplement leur non-pertinence. En effet, la première tâche d’un comparatiste est de chercher une sortie du cercle vicieux. L’hypothèse de parenté se justifierait par elle-même au moyen de l’institution de correspondances à partir d’un ensemble de mots de différentes langues dont la parenté paraît la moins contestable. On peut très bien hasarder des correspondances uniques entre les langues sans que l’on aboutisse à la constitution de la parenté (tableau 6) :

Tableau 6 – Constitution de la parenté I (Anttila 1989, p. 230).

Tableau 6 – Constitution de la parenté I (Anttila 1989, p. 230).

77Malgré les apparences qui laisseraient présumer la parenté et malgré le caractère basique de ces lexèmes, les occurrences singulières ne sont pas aptes à confirmer l’hypothèse. Il est également possible d’instaurer des concordances régulières dont on ne peut questionner la connexion historique, à savoir celles qui existent entre les unités lexicales qui sont sujettes à l’emprunt (tableau 7) :

Tableau 7 – Constitution de la parenté II (Anttila 1989, p. 230).

Tableau 7 – Constitution de la parenté II (Anttila 1989, p. 230).

78En dépit d’un air d’unité, ces correspondances tout aussi uniques que les précédentes ne font la preuve, à la rigueur, que d’un contact des langues à une date historique, et non pas d’une unité d’origine, car l’amplification d’exemples démontrerait la défaillance de cette série de correspondances. Ainsi peut-on s’approprier les propos de Saussure concernant l’impasse à laquelle aboutissent les concordances hasardeuses :

La première opération est donc toujours la comparaison. Mais toutes les comparaisons sont stériles si elles n’aboutissent pas à une conjecture plus ou moins certaine qui puisse tenir dans une formule quelconque. Cette conjecture consistera toujours à rétablir quelque chose d’antérieur et reviendra à une reconstruction, qu’on le veuille ou non : c’est la condition même pour que la comparaison ait un résultat, revête un sens. (CLG/E [I], I R 3149)

79Ces exemples simples signalent l’importance de travailler sur des systèmes de correspondances, sur des coïncidences systématiques entre les langues attestées : « […] les formes doivent être rapprochées, non pas une à une, mais système à système » (Meillet 1964 [1903], p. 46). Aussi, tout comme l’avait souligné Bréal, outre la matière phonétique, les concordances doivent-elles se fonder sur une matière sémantique commune, constituée de termes identiques susceptibles d’être partagés par toute une souche culturelle primitive humaine, et qui, en conséquence, ne s’empruntent pas. Par exemple :

Tableau 8 – Constitution de la parenté III (Anttila 1989, p. 230).

Tableau 8 – Constitution de la parenté III (Anttila 1989, p. 230).

80Pour faire valoir le caractère systématique des concordances, et partant, la parenté, la méthode comparative applique le procédé que l’on reconnaît dans l‘analyse phonémique synchronique. On combine sous une seule et même unité les classes de concordances qui n’entrent pas en opposition, à savoir celles qui ne sont pas dans une fonction distinctive de sens. On aura, par exemple, la correspondance entre la classe m, et la classe h, qui entre elles seront en opposition en raison de la paire minimale house et mouse, différenciée par une seule unité distinctive. Une fois la concordance systématique trouvée entre les éléments de langues données, on réduira les occurrences concrètes sous une seule et même unité, qui, ainsi, représentera l’élément commun dans une langue d’origine : par exemple, la correspondance entre les m concrets aboutit à un élément abstrait symbolisé par *m dans la langue souche, et inversement, le passage du *m se réalisera en suédois, en anglais et en allemand sous forme de m. L’astérisque, conçu par Schleicher, est la marque adoptée par la méthode comparative pour traduire l’élément abstrait, non attesté, qui réunit les éléments concrets.

81Un exemple supplémentaire démontre qu’outre l’orthographe, qui quelquefois en vient à dissimuler les distinctions, on peut également travailler à partir de l’expression phonétique. L’orthographe établit une classe de correspondances, s-s-s en suédois, en anglais et en allemand, ce qui est illustré à travers les exemples suivants :

Tableau 9 – Série de correspondances : orthographe (Anttila 1989, p. 232-233).

Tableau 9 – Série de correspondances : orthographe (Anttila 1989, p. 232-233).

82Si on désire affiner l’image de cette classe, la phonétique donnera la variation suivante pour s :

Tableau 10 – Variation s : prononciation (Anttila 1989, p. 232-233).

1.

2.

3.

suédois

s

s

s

anglais

s

s

s

allemand

s

z

83Il existe en fait une distribution complémentaire, car l’unité commune *s se réalise sous une forme différente suivant son environnement phonétique :

  1. elle apparaît dans la position finale de la syllabe ;

  2. elle apparaît dans la position initiale de la syllabe devant des voyelles ;

  3. elle apparaît devant t.

84Si l’on compare la méthode comparative à l’analyse phonémique synchronique, on notera que l’élément abstrait correspond au phonème, au constant d’une langue donnée, tandis que les éléments concrets des langues empiriques correspondent à la variation réelle, à l’allophone, à l’intérieur d’une langue donnée. La méthode comparative peut donc être considérée comme une analyse phonémique polylectale. En explicitant son principe sur la valeur différentielle des éléments les uns par rapport aux autres appliqué à la grammaire comparée, Saussure anticipe l’application de ce principe à l’analyse phonémique synchronique :

La véritable manière de se représenter les éléments phoniques d’une langue, ce n’est pas de les considérer comme des sons ayant une valeur absolue, mais avec une valeur purement oppositive, relative, négative. (clg/e [i], i r 3176)
Pour la reconstruction, pourvu que nous reproduisions les différences, il n’est pas d’une importance énorme de tomber sur la valeur absolue d’un phonème (r roulé ou grasseyé !) ; il sera infiniment plus grave de ne pas distinguer deux éléments phoniques voisins. Si la langue n’est pas si exigeante, le linguiste peut l’être encore moins : quand on aura déterminé le nombre des éléments phoniques, on pourra écrire le système algébriquement. (CLG/E [I], I R 3178)

85Ce même procédé s’applique à l’analyse morphophonémique. Peu importe les complexifications du détail, voici le principe dans toute sa simplicité : une fois l’hypothèse de parenté posée entre les éléments attestés, la méthode comparative procède par induction – l’élément abstrait est l’unité à laquelle aboutit l’analyse des variantes spatio-temporelles qui par là même donne une confirmation finale de l’hypothèse. En procédant ainsi sur tous les éléments correspondants des langues apparentées, on peut idéalement établir le système phonologique et morphologique d’une proto-langue, qui en dernier lieu, suivant l’existence des documents dans des langues postérieures, représentera la souche primitive de la famille en question, au-delà de laquelle il sera impossible de remonter. Une fois le résultat de la comparaison établi, on avancera par déduction en remontant le cours du temps et on tentera ainsi de déterminer de quelle manière la forme de la langue souche s’est diversifiée pour avoir les apparences que nous lui connaissons dans les langues historiquement attestées.

86Selon Bréal (1868b, p. xii-xiii), le comparatiste a le choix entre deux méthodes : la première, celle de l’induction, sert à « exposer des faits encore peu connus ou contestables », c’est-à-dire à dégager la forme qui expliquerait la parenté ; la deuxième, celle de la déduction, émet un théorème concernant le processus de filiation de la forme induite aux formes attestées, qui ainsi « convient pour l’enseignement […] d’une loi bien constatée ». La première méthode consiste en deux volets : le premier est la comparaison proprement dite dont le but est de déterminer les rapports collatéraux, le deuxième est fondé sur une inférence inductive que l’on fait à partir des concordances régulières pour restituer la forme antérieure. On peut encore illustrer schématiquement la phase inductive qu’a donnée Saussure à ses étudiants :

Figure 12 – Phase inductive (Reichler-Béguelin 1994, p. 49).

Figure 12 – Phase inductive (Reichler-Béguelin 1994, p. 49).

87La phase inductive est le point de vue « rétrospectif » et « analytique » : « on se place à une époque donnée et on demande, non pas les choses qui résultent d’une forme donnée, mais les formes qui lui ont donné naissance » (CLG/E [I], IIR 3087, G 3088). La méthode inductive remplit les critères de la scientificité dans la mesure où toute personne familière avec la méthode serait capable d’en vérifier la progression des données au résultat, ce qui est propre à assurer l’objectivité de la méthode :

[…] le linguiste montrera par quelle série de rapprochements il arrive à constater la correspondance des sons de même origine et pour quelle raison il les rattache à tel ou tel son primitif. […] la méthode de l’induction […] nous associe au travail de l’auteur et nous permet de le contrôler. (Bréal 1868b, p. xiii)

88La deuxième phase, la phase déductive, est secondaire, car réduite à l’enseignement de la filiation de la langue mère aux langues filles. Saussure (CLG/E [I], IR 3103, 3087) estime que « même au point de vue didactique, […] il n’est pas bon de mélanger ces deux méthodes dans un ouvrage », car la phase déductive, ou selon ses termes, « prospective » et « synthétique », coïncide avec la méthode de la grammaire historique, dont les éléments sont attestés. La phase déductive peut être présentée schématiquement comme suit :

Figure 13 – Phase déductive (Reichler-Béguelin 1994, p. 49).

Figure 13 – Phase déductive (Reichler-Béguelin 1994, p. 49).

89Du point de vue de l’épistémologie de la grammaire comparée, la phase déductive n’est pas sans problème. Pour émettre une loi qui s’en dégage, le comparatiste donne, en tout cas provisoirement, un statut réel à la reconstruction. Il convient toutefois d’insister sur le fait que l’autre terme de la filiation constituée est effectivement fondé sur une hypothèse et cette explication est donc plutôt heuristique qu’historique. Si, en revanche, le point de vue prospectif était toujours possible, la méthode comparative serait superflue et l’histoire de la langue se trouverait donc réduite à une simple « narration » (CLG/E [I], IIR 3089). La filiation déductive que l’on établit entre deux points de référence d’une langue donnée comporte un facteur d’incertitude en raison de lacunes dans nos documents, et pour éliminer l’incertitude, il faut avoir recours à la méthode comparative au lieu de s’en tenir au témoignage documenté. Selon Saussure (CLG/E [I], I R 3085), « les romanistes se trouvent dans la meilleure position qu’on [puisse] imaginer, parce qu’ils ont, dans la tranche de temps qui les concerne, le point de départ. Mais même dans les conditions exceptionnelles […] il y aura cependant d’énormes lacunes ». À cause des chaînons manquants et de l’intermédiaire du latin vulgaire, la filiation établie entre le latin et les langues romanes, selon que l’on procède d’une manière déductive ou inductive, peut donner des résultats différents. Selon Meillet :

[…] la grammaire comparée est la forme qu’affecte la grammaire historique pour les parties du développement linguistique qui ne peuvent être suivies à l’aide de documents.
Toute grammaire historique est du reste avant tout comparative, car, même pour les langues les mieux connues, il s’en faut de beaucoup que le détail de l’évolution de chaque parler soit attesté par des textes, et l’on ne peut utiliser les diverses formes attestées […] que par des procédés comparatifs. Même en linguistique romane, la méthode comparative permet seule d’apprécier la valeur et la signification des formes des vieux textes. En effet, comme l’indo-européen, le « latin vulgaire » sur lequel reposent les langues romanes n’est déterminable que par l’examen des correspondances entre les formes postérieures ; les textes latins des diverses époques fournissent des précisions et des contrôles. (Meillet 1964 [1903], p. 47-48)

90La phase inductive de la méthode comparative est primordiale et plus puissante par ses résultats que la phase déductive, et c’est seulement après avoir procédé par induction que l’on travaillera la déduction grâce à laquelle on arrivera à établir des lois. Ainsi selon Dauzat (1906, p. 4), « l’analyse précédera toujours la synthèse, qui devra être une coordination des résultats, et jamais un moyen d’investigation ». Même si le linguiste procède par la méthode déductive, il doit garder à l’esprit que le point de départ de la déduction est le point d’arrivée de l’induction, comme le souligne Saussure dans son premier cours :

Comme nous faisons de la synthèse, nous étions constamment liés au point de vue prospectif qui prend les faits dans leur conséquence et non dans leur provenance. Pour arriver au point de vue prospectif, on est forcé de passer d’abord par le rétrospectif. Tout le travail des linguistes est d’abord rétrospectif ; on ne peut faire l’expérience de la plus élémentaire loi phonétique d’une manière prospective ; la linguistique n’a pas d’autre moyen de se rendre compte de ce qui s’est passé dans la langue que de prendre ce qu’on a à l’état actuel et de remonter en arrière. Cette analyse faite, elle pourra alors songer à la synthèse, poser des lois générales, et le caractère de ces lois sera différent. (CLG/E [I], I R 3102)

91Pour conclure, on pourrait dire que la méthode comparative est une mythologie positive dans le sens où elle n’est pas une simple « narration » d’événements constatés, pour utiliser le terme de Saussure, mais le résultat d’une réflexion abductive qui ressemble à la reconstruction des facteurs décisifs permettant de dénouer l’intrigue d’un roman policier.

5.4 Des enjeux de la transformation linguistique

92Tout ce qui est organique est imparfait, car voué au changement. La nature organique de la langue ne constitue un intérêt privilégié en soi que dans la mesure où celle-ci emprunte à la vie organique l’aptitude à la transformation. Le fixisme n’a de partisans que parmi les constructeurs révolus d’une langue logique. Appliquée à la grammaire comparée, la notion de transformation n’est pas sans soulever des problèmes. La transformation se traduit-elle par la causalité mécanique en vertu de laquelle la matière inerte de la langue subit un mouvement continu causé par une poussée extérieure jusqu’à ce qu’une autre cause transformatrice intervienne ? La transformation linguistique serait-elle réduite à l’opération prédictible de la physique newtonienne, opération conçue de telle sorte que l’on peut calculer le mouvement futur d’un système à partir de son état à un moment donné ? L’intérêt linguistique de ce processus réside moins dans son pouvoir prédictif que dans le fait que le calcul est fondé sur le concept de mouvement, qui se manifeste dans le changement de position d’un corps par rapport à un point de référence, et bien entendu, dans les causes de ce mouvement. Ou bien la transformation est-elle intrinsèque à la langue, comme le voudrait l’adage selon lequel l’évolution crée du neuf avec du vieux ? Serait-elle déductible des parties composantes d’un tout, et par voie de conséquence, réductible à elles ? Par quelle nécessité capricieuse interne le travail de décomposition et de recomposition se déclencherait-il ? Pourrait-on dire que la langue cherche spontanément à aller dans une direction où l’entropie augmente, vers un désordre accru, vers le chaos, rien que pour revenir ensuite vers l’ordre, à la manière de tout organisme vivant qui lutte contre l’entropie (voir note 6, p. 186) ? La transformation de l’organisme de la langue peut résulter soit du schéma de la mécanique classique qui fait intervenir une force externe, soit de celui de la thermodynamique à l’aune de laquelle la langue comporterait ses futurs possibles en raison de son instabilité immanente. Le mécanisme de transformation nous conduit à souligner deux modes d’être alternatifs issus de l’organicisme, et en élevant le niveau d’abstraction, du systémisme : la langue est soit un système ouvert qui subit l’influence de son environnement ou qui communique avec celui-ci, soit un système fermé qui se suffit à lui-même. Les linguistes manifestent un intérêt supérieur pour le modèle de la physique classique afin d’éclaircir le mécanisme du changement linguistique, mais en même temps, le concept de mouvement de ce modèle qui s’étend entre deux positions les amène à considérer la langue comme un système clos. Les causes de la transformation ne recevront pas de réponse définitive, malgré la multitude de tentatives, alors que les méthodes par l’intermédiaire desquelles la transformation est saisie sont traitées amplement et minutieusement dans les ouvrages linguistiques de l’époque.

5.4.1 La légalité

93« Sans lois, pas de science possible du langage » (Dauzat 1906, p. 83). D’une manière tout à fait schématique, la classification typologique de la langue par l’induction constituait la première étape vers l’intégration de la linguistique parmi les sciences, la méthode comparative et la généalogie en étant la deuxième et l’introduction de la légalité la troisième. La légalité constitue un horizon d’attente vers lequel tendent les efforts des linguistes s’inspirant du positivisme. L’édifice de la grammaire comparée comporte des traits en vertu desquels la linguistique est susceptible d’être classée parmi les sciences naturelles, mais lorsque l’intérêt de certains linguistes se déplace de la méthode comparative vers la constitution d’une légalité, il y a également un transfert de l’heuristique des sciences naturelles onto-historiques vers les sciences naturelles exactes : « […] les lois […] sont le but et la raison d’être de toute science. La classification des phénomènes n’est qu’une première étape » (ibid., p. 109). Malgré les réserves qu’il manifeste vis-à-vis de la base inductive pure de la méthode comparative, Dauzat estime toutefois que la linguistique est digne des sciences physiques par sa méthode, car elle procède de l’observation par l’analyse jusqu’à la synthèse :

[…] le point de départ est le même : l’observation, l’analyse impartiale et minutieuse des faits. […] On doit décomposer les langues en leurs éléments primaires, le son, la forme, le concept : quand on aura établi les rapports qui les relient entre eux, on reconstruira peu à peu l’édifice en faisant des synthèses de plus en plus générales. (Dauzat 1906, p. 18)

94Dauzat semble estimer que les composantes de la langue, le son, la forme, le concept, ne posent pas de difficulté du point de vue ontologique, mais sont de la matière brute, ouverte à l’observation, dont il faut établir tant les liens contigüs au sein du système que les liens consécutifs sur le plan historique. La méthode comparative a également démontré qu’au lieu de chercher à accéder aux causes ultimes qui se cachent derrière les faits observables, il convient de se contenter de l’explication fournie par l’antécédent temporel qui constitue la cause historique d’un conséquent. Ainsi la méthode comparative a-t-elle permis de découvrir des légalités :

La méthode de la linguistique est essentiellement une méthode d’induction qui s’élève de l’observation des faits à la recherche des rapports de causalité, à la détermination des lois : c’est la méthode expérimentale appliquée aux faits complexes du langage. (Ibid., p. 3)

95Par là même, Dauzat arrive à déterminer le concept de loi empirique dans une perspective inductiviste, mais il omet de dire que dans les sciences exactes une loi est une généralisation empirique susceptible d’être confirmée par des exemples positifs, mais aussi que dans une perspective déductiviste, une loi revêt une forme de proposition universelle dont on peut déduire des conséquences, les conditions antécédentes étant remplies. Dans quelle mesure la linguistique se range-t-elle au schéma de légalité des sciences exactes, dans quelle mesure est-il possible de suivre le sillage du positivisme ? La démarche empirique est clairement prônée pour la linguistique par Dauzat :

La linguistique moderne doit rejeter impitoyablement les généralisations hâtives qui auraient pu compromettre la science et la notion même de loi, les prétendues lois créées par intuition, et qui ne reposent pas sur une induction sévère. La plus grande rigueur doit être apportée dans l’analyse des phénomènes. (p. 114)

96Les différents domaines de la linguistique ne sont pas traités d’une manière égale en ce qui concerne la scientificité conforme à la légalité. En faisant appel à la terminologie de Comte, Dauzat prétend tardivement, en 1906, qu’à l’intérieur de la linguistique il y a un domaine parvenu à son âge mûr, et un autre, qui est dans sa première enfance : « Si la phonétique est une science adulte, comme la physique ou la physiologie, la sémantique balbutie à peine ses premiers bégaiements, si bien que d’illustres linguistes la condamnent à ne jamais sortir de l’enfance » (p. 6). Mais en même temps, la bifurcation de la linguistique, qui mène, d’une part, vers les lois phonétiques représentées par les néogrammairiens, et d’autre part, vers la sémantique et les lois intellectuelles introduites par Bréal (voir partie 6), constitue le « moment capital dans l’histoire de la linguistique » (p. 11). Afin d’évaluer la notion de légalité dans les différentes branches de la linguistique, il convient de suivre le chemin tracé par Dauzat, ce qui permettra de mettre l’accent non seulement sur le point de vue de l’émetteur, mais aussi sur celui du récepteur contemporain.

5.4.1.1 Les lois phonétiques

97Selon Dauzat, la science du langage était absente de la classification des sciences pendant longtemps, « parce que la notion de loi, au sens rigoureux et scientifique du mot, ne se dégagea de nos études que vers le dernier tiers du xixe siècle » (p. 3). Dauzat pense plus particulièrement à l’apparition de la thèse émise par les jeunes comparatistes allemands, dits néogrammairiens, à propos de la légalité des changements phonétiques. Issue de la phase déductive de la méthode comparative, cette thèse exclut toute exception de la sphère de changement phonétique entre un état de langue A et un état de langue B, en dehors de celles causées par l’analogie ou l’emprunt. En effet, l’un des principaux présupposés de la méthode comparative est la régularité des changements phonétiques qui rend possibles la comparaison et l’établissement des règles de correspondance, à savoir la détection des changements phonétiques entre un point de départ et un point d’arrivée. Grâce à cette régularité, il est possible de prédire l’état postérieur à partir de la connaissance de l’état antérieur. Un changement irrégulier bloquerait l’évolution rectilinéaire et empêcherait de retracer le cours historique. Toujours selon Dauzat, « en approfondissant l’idée de “grammaire comparée”, on a naturellement trouvé celle de “grammaire historique”, plus féconde encore, parce que seule elle pouvait conduire à la découverte de lois » (p. 10). Or, la méthode historique directe l’emporte sur la méthode comparative, si l’on en mesure la véracité empirique, car les lois émises par la grammaire comparée ne sauraient être considérées que « comme provisoires, en dépit de leur quasi-certitude » (p. 115).

98La légalité des lois phonétiques se veut un transfert mutatis mutandis de la légalité des lois physiques à la linguistique. Ainsi est-il considéré que la théorie d’un physicien et celle d’un phonéticien sont compatibles sur le plan méthodologique, ce qui est propre à administrer une preuve en faveur du monisme positiviste. En conséquence, la légalité de la phonétique, qui serait une science complexe dans la hiérarchie comtienne, ne serait qu’un cas spécial de la légalité de la physique, elle-même une science simple. La reformulation de la régularité des changements phonétiques sous le régime de la loi a assuré, du point de vue sociohistorique, une entrée spectaculaire de ses auteurs sur la scène scientifique (voir Wilbur 1977), et consolidé, du point de vue de l’histoire conceptuelle, la place de la linguistique parmi les sciences. Due à August Leskien (1840-1916), la légalité des changements phonétiques a été formulée sous forme de manifeste du mouvement néogrammairien par Karl Brugmann (1849-1919) et Hermann Osthoff (1847- 1909) dans le Morphologische Untersuchungen en 1878 :

Tous les changements phonétiques, en tant que processus mécaniques, ont lieu selon des lois qui n’admettent pas d’exception, à l’intérieur du même dialecte, et le même son se réalisera toujours de la même façon dans un environnement identique ; mais les créations analogiques et les corrections de mots spécifiques en tant qu’entités lexicales ou grammaticales sont également des composantes universelles du changement linguistique à toutes les périodes de l’histoire et de la préhistoire. (Traduction Robins 1976 [1967], p. 194)

  • 13 Pour une première lecture, voir Arens 1969, Wilbur 1977, Auroux 1979b.

99L’Ausnahmslosigkeit, l’absence d’exception dans les lois phonétiques, a déclenché d’emblée une interminable controverse en Allemagne.13 Paul Passy (1859-1940) avance dans son ouvrage intitulé Étude sur les changements phonétiques et leurs caractères généraux que « peu de questions ont été plus vivement controversées, ont donné naissance à plus de débats passionnés et à plus d’écrits remarquables » (Passy 1891, p. 236). L’écho de la querelle se fait entendre en France encore une vingtaine d’années après qu’en Allemagne elle aura cessé de provoquer des remous. La persistance des discussions sur la légalité linguistique prouve son intérêt épistémologique durable dans son contexte immédiat, mais annonce également le caractère insoluble des enjeux que la légalité met en place pour la linguistique. La postérité prendra les lois phonétiques comme un fait établi et comme un outil pratique pour manier le changement linguistique, au lieu de chercher à se poser des questions sur la justification de la notion de loi. En attendant, Dauzat (1906, p. 11) se contente de suivre ses prédécesseurs allemands et avance qu’à la manière de tout rapport de causalité entre deux phénomènes, la loi linguistique est absolue. La phonétique, en tant que domaine le plus rigoureusement constitué de la linguistique, permet de révéler « le mécanisme de loi linguistique et les méthodes d’induction » (ibid., p. 116). Les méthodes qu’utilise la phonétique reviennent à la phase déductive de la méthode comparative, mais dans la perspective de la grammaire historique qui met l’accent sur les phénomènes de langues attestées : « Il s’agit de comparer les sons d’une même langue à deux stades différents de son évolution, et de découvrir les rapports qui les relient » (ibid.).

100Or, il ne faut pas croire qu’aux yeux des observateurs français ayant pris du recul par rapport à la querelle des lois phonétiques, le caractère absolu de ces mêmes lois devienne un fait accompli qui ne mérite qu’une simple mention. Au contraire, les commentateurs français tiennent à faire le point sur les secousses qu’a subies la légalité linguistique – tout en reconnaissant sa valeur dans la détermination de la scientificité. Dans ses jugements sur les positions des camps opposés, Passy (1891, p. 237) estime qu’en dépit de prétentions empiriques la légalité s’avère plutôt un exercice rationnel : « […] ceux qui soutiennent la doctrine de la constance des lois phonétiques y paraissent portés bien moins par une observation attentive des faits que par le raisonnement. » Lorsque Dauzat (1906, p. 117), invoquant une catégorie on ne peut plus vague de philosophes, dit faire état des différentes « méthodes d’induction » dans le but d’évaluer la légalité des lois phonétiques, il s’agit plutôt de la notion de causalité que de l’induction. Se livrer à une complète démonstration inductive pour trouver des lois serait une tâche interminable et vaine, car le mécanisme phonatoire est conséquent seulement dans des conditions données. Sur ce point, Passy (1891, p. 237) avait déjà cité Berthold Delbrück (1842-1922), pour beaucoup l’autorité contemporaine de l’historiographie de la linguistique allemande de l’époque, qui lui-même s’inspire de Brugmann : « On n’apprend pas séparément la prononciation de chaque mot […] ; étant donné les mêmes conditions phonétiques, le même sens musculaire et partant la même prononciation en résultent nécessairement. » Chez Dauzat, il s’agit d’une induction seulement dans la mesure où, à la suite de l’observation d’une régularité empirique, on dérive une proposition qui énonce un rapport de causalité, relation consécutive entre un « phénomène-cause » et un « phénomène-effet », pour utiliser ses propres termes. Dans la phase inductive de la recherche, le phonéticien agit, selon Passy (1891, p. 242), « d’abord comme s’il n’y avait pas de lois », procédant à tâtons par une recherche empirique aveugle qui précède la découverte d’une régularité qui, à son tour, permet l’induction d’une loi. Idéalement, un empiriste observe la réalité, libre de tout préjugé concernant l’objet qui pourrait nuire à l’acte neutre d’observation, même si, en réalité, à la manière d’un comparatiste, un phonéticien aura fait une hypothèse préalable sur les éléments susceptibles de régularité.

101Dauzat précise que la méthode d’induction qu’utilise la linguistique ne doit pas être confondue d’emblée avec celle des sciences physiques qui est une « méthode de différence », dans laquelle la cause est la condition suffisante de l’effet, traduite sous sa forme latine sublata causa, tollitur effectus (Dauzat 1906, p. 117). La méthode de différence est une expression de régularité en vertu de laquelle toute cause particulière est suivie d’un effet particulier. En outre, la méthode de différence veut que le phénomène cause soit la condition nécessaire de l’apparition du phénomène effet, c’est-à-dire que le phénomène effet ne se produise pas sans le phénomène cause. Dauzat amalgame ces deux aspects sous sa conception de causalité des sciences physiques : « Dans les sciences physiques, l’antécédent est invariable et inconditionnel : le même effet est toujours produit par la même cause ; la même cause produit toujours le même effet, et suffit à le produire » (ibid., p. 124). En revanche, en linguistique la méthode de différence est souvent inopportune, car le même effet peut être produit par plusieurs causes disjointes : les « causes différentes peuvent engendrer des effets identiques » (ibid.). Dauzat illustre la pluralité des causes par un exemple tiré du passage du latin au français : les causes, le i et le ē du latin, convergent vers l’effet, le i en français. Le i latin n’est qu’une condition suffisante, et non pas nécessaire, de l’apparition du i en français. À propos de la pluralité des causes, la littérature philosophique cite souvent celles qui sont susceptibles de provoquer un incendie : il peut être causé par un court-circuit, un éclair, une cigarette mal éteinte, un pyromane, etc. (voir Niiniluoto 1983, p. 241 ; Auroux 1998, p. 132-133). C’est un contre-exemple pour illustrer les cas où la nécessité de la suite cause-effet est infirmée. Si la nécessité est infirmée, le caractère absolu des lois phonétiques l’est aussi, à moins de présupposer des clauses qui limiteraient leur domaine d’application.

102La « méthode de concordance » est l’expression par excellence de la causalité en linguistique, ou plus exactement en phonétique, et consolide la nécessité dans la sphère de la linguistique. Issue de la phase déductive de la méthode comparative, la méthode de concordance suppose l’établissement préalable d’un lien régulier entre les termes de deux stades attestés d’une langue. La causalité de la méthode de concordance est ressentie plus rigoureusement en phonétique qu’en physique, car la phonétique a l’avantage de pouvoir dissocier d’une manière univoque la cause et l’effet sans intervention de facteurs perturbateurs. L’observation de la régularité entre les termes latin et français celu > ciel ; petra > pierre ; heri > hier permet de formuler la loi selon laquelle « e latin tonique libre aboutit à ie en français » (Dauzat 1906, p. 119). Cette loi est certaine :

[…] il est possible d’isoler absolument le couple du phénomène cause et du phénomène effet. […] Donc, si, dans tous ces cas, le son correspondant de la langue dérivée n’a pas varié, c’est que le deuxième résulte bien du premier : entre eux existe un rapport de causalité. […] On n’a pas à craindre ici, comme en physique, des éléments inconnus qui viendraient agir à notre insu. (Dauzat 1906, p. 118-119)

103À cet endroit, Dauzat ne prend pas en considération le fait qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre l’opération d’un linguiste et celle d’un physicien quant au degré d’idéalisation, lorsqu’un savant isole les causes et les effets. À la manière de la phonétique historique qui nécessite un écart temporel suffisamment long pour apprécier le changement produit entre deux stades linguistiques dont le repérage est favorisé par l’absence de phases intermédiaires dans nos documents, la physique agit sur la nature idéalisée et homogène créée dans une chambre close. Naville, contemporain aîné de Dauzat, comprend que les théorèmes (comme il appelle les propositions universelles) « ne correspondent […] jamais exactement aux événements concrets » :

Les théorèmes peuvent être vrais quand même ils ne correspondent qu’approximativement à la réalité concrète, puisqu’ils n’ont pas pour objet la réalité, puisque les lois sont des rapports conditionnels. Mais ces rapports, conditionnels quant à la position du premier terme, sont nécessaires quant à la dépendance du second terme à l’égard du premier […]. (Naville 1901, p. 36-37)

104Peu importe la référence empirique des termes qui expriment la cause et l’effet – qu’il s’agisse de la physique ou de la linguistique – car la causalité réside dans le lien nécessaire entre ces termes. Pour Naville, « la dépendance des termes successifs n’est vraie que des sciences de lois » (ibid., p. 38), la linguistique n’y entrant pas. Naville soulève un facteur important qui concerne aussi les lois phonétiques : la conditionnalité. Dans les sciences physiques, la cause comprend non seulement le premier terme, auquel on pense quand on parle de la cause, mais aussi les conditions antécédentes, d’où la complexité de la cause. De ce fait, Dauzat souligne qu’outre le rapport régulier entre la cause et l’effet, il importe également de déterminer les conditions qui dérive de l’entourage du « son-cause » afin d’établir la légalité phonétique (Dauzat 1906, p. 119) ; sinon on risquerait d’être en présence d’une situation où la même cause produirait plusieurs effets. Avec un exemple qui montre comment le k du latin est traité en français, on peut illustrer schématiquement un changement phonétique régulier, conditionné par l’entourage. La pluralité des effets donnerait le schéma suivant :

Figure 14 – Pluralité des effets (Anttila 1989, p. 60-61).

Figure 14 – Pluralité des effets (Anttila 1989, p. 60-61).

105Or, l’exclusion de la pluralité des effets par la conditionnalité prouve que l’exception n’existe pas dans la sphère phonétique, qu’une exception apparente est tout aussi fondée sur la régularité. L’image d’une causalité univoque s’affine donc si l’on prend en considération l’entourage phonétique qui constitue une partie intégrante de la cause. La cause complexe produit toujours le même effet :

k > k /_o, suite de consonnes k > s /_ voyelle antérieure k > /_a

Tableau 11 – Pluralité des effets (Anttila 1989, p. 60-61).

cor > cœur

centum > cent

cantare > chanter

clarus > clair

cervus > cerf

carbo > charbon

quando > quand

cinis > cendre

causa> chose

106Dauzat (1906, p. 119) affirme que la grammaire historique a commencé par travailler les lois primaires pour ensuite affiner l’image floue par l’intermédiaire des lois secondaires : « […] après avoir établi des lois primaires un peu lâches, [la phonétique] s’efforce de les préciser, d’en délimiter nettement le domaine, en dégageant des phénomènes serrés de plus près, toutes les lois secondaires qui font rentrer dans l’ordre les phénomènes primitivement inexpliqués. » Dans ces circonstances serait une loi primaire le changement du k latin en k français, qui – malgré les apparences – est effectivement un changement du point de vue structural en raison d’un environnement précis ; alors que les changements du k latin en s ou en français indiquent l’action des lois secondaires sous l’effet d’autres contextes. La phonétique s’attache à dégager les conditions qui dictent le rapport nécessaire entre la cause et l’effet, et en raison de l’extrême précision des conditions antécédentes, la légalité des lois phonétiques ne saurait être extraite de celle de la physique :

Si les phénomènes sont multiples et s’il est délicat d’établir des lois phonétiques, il ne faudrait pas en conclure cependant que les phénomènes phonétiques sont arbitrairement conditionnés. [Les conditions] sont nécessitées par des causes physiologiques dont la phonétique expérimentale nous révèle la nature et le processus. (Dauzat 1906, p. 120)

107Dans le domaine de la phonétique, les facteurs mécaniques physiologiques conditionnent également les exceptions apparentes. Intégrant la conditionnalité, la causalité exprimée par les lois phonétiques rentre dans la définition de la loi par Naville :

Une loi est un rapport conditionnellement nécessaire. […] La nécessité est un élément de la notion de loi. Tel premier terme étant posé seul de son genre, sans la coexistence de facteurs contraires, il est nécessaire que tel second terme se produise aussi, soit en même temps, soit après. (Naville 1901, p. 30)

108Pour sauvegarder la légalité absolue des lois phonétiques, à l’inverse des lois de la nature, on a besoin de manœuvres qui, en fin de compte, s’avèrent autant de stratégies d’immunisation pour réduire les contre-exemples sous la légalité. Dauzat (1906, p. 123-124) condense le cœur de ces stratégies comme suit : « La loi phonétique est relative quant à l’espace et quant au temps. […] la loi phonétique, dans son domaine, est absolue. » Les phénomènes exprimés par les lois phonétiques sont de nature historique et apparaissent dans un espace, dans un temps et dans une langue donnés sous des conditions données, alors que, selon Naville (1901, p. 37), le fondement de la nécessité, qui s’installe dans les rapports causaux, se trouve dans « des réalités permanentes et en un sens universelles ». La pénétration de la légalité dans tout domaine de connaissances amène une ambiguïté au niveau du concept de loi qui est propre à le réduire à une simple façon de parler :

Quand on appelle lois les régularités constatées dans les mouvements des planètes, quand on parle de lois qui souffrent des exceptions, de lois que l’homme peut ployer à sa guise, de lois naturelles que l’organisation sociale risque de violer, on montre qu’on n’a pas une conscience claire de la notion centrale de la science moderne. (Naville 1901, p. 25)

109Dès 1891, faisant état d’évaluations de la légalité des prétendues lois phonétiques, Passy (1891, p. 240) estimait que « c’est par un abus de langage qu’on leur donne le nom de lois ».

110Dans de telles circonstances, Naville récuse partiellement la sériation du système de classification des sciences par Comte dans laquelle une science complexe se bâtit sur une science simple : « L’idée de la série par complexité croissante et de la dépendance des termes successifs n’est vraie que des sciences de lois. Je la repousse pour ma part absolument quant aux sciences historiques » (Naville 1901, p. 38-39). La place de la linguistique, au moins pour ce qui est de la phonétique, serait parmi les sciences des lois dans le système classificatoire de Naville. Son système marque un hiatus entre les sciences des lois ou théorématique, les sciences des faits ou histoire, et les sciences des règles idéales d’action ou canonique (ibid., p. 20). Dans la perspective moderne, il serait possible d’inclure la linguistique dans chacune de ces classes selon le point de vue adopté. Du point de vue du xixe siècle, l’omission d’une catégorie destinée aux sciences onto-historiques incite à s’interroger sur la place de la linguistique ou « science des lois de la vie du langage » (ibid., p. 104). Elle relève par ses propriétés tantôt des sciences des lois, tantôt des sciences des faits, mais depuis Cournot jusqu’au début du xxe siècle, on ne voit toujours pas où la ranger exactement. Dans le système de Naville, elle se situe explicitement en bas de la hiérarchie des sciences des lois, non loin de la marge des sciences des faits. Cette même ambiguïté persiste également du côté des sciences de la vie : la place de la biologie parmi les sciences des lois est tout aussi problématique en ce qui concerne la légalité.

5.4.1.2 Y a-t-il des lois panchroniques ?

111La possibilité d’intégrer l’histoire dans la légalité authentique des sciences naturelles, en vertu de laquelle la loi est définie en tant que proposition universelle de portée illimitée, est propre à perturber les certitudes des savants. L’ouverture des sciences palétiologiques ou onto-historiques est court-circuitée. La génétique est à peine annoncée, encore ignorée, mais l’esprit d’un scientifique est positif : « La biologie les [les lois] cherche ; elle croit que les phénomènes des corps vivants se produisent selon des lois aussi nécessaires que celles qui régissent la matière inorganique » (Naville 1901, p. 89). La légalité universelle est vacillante : les lois sont à la fois absolues et relatives.

112Y a-t-il donc des lois panchroniques dans la linguistique ? On reconnaît cette question de l’ouvrage posthume de Saussure. Le contenu du terme panchronique est présenté par les éditeurs du Cours de linguistique générale comme suit : « y aurait-il peut-être dans la langue des lois dans le sens où l’entendent les sciences physiques et naturelles, c’est-à-dire des rapports qui se vérifient partout et toujours ? ». Peut-on donc appliquer aux lois linguistiques l’expression toujours et partout ? L’analogie entre la linguistique et la biologie est flagrante d’après les exemples de Naville qui illustrent l’éventualité d’interpréter les prétendues lois de la biologie comme panchroniques :

Peut-être serait-il permis de dire : toujours et partout si deux êtres entrent en lutte, c’est le plus fort qui l’emportera […]. Toujours et partout si un animal a les dents pointues, il a aussi un appareil digestif capable de digérer la chair. […] Toujours et partout si les parents ont les yeux bruns, les enfants auront aussi les yeux bruns. (Naville 1901, p. 88-89)

113La vérité de ces lois que l’on pourrait appeler implications universelles se vérifie séparément dans chaque cas particulier. Ainsi, l’implication entre les dents pointues et l’appareil digestif du carnivore connaît un contre-exemple souvent cité, le panda, qui, en tant qu’exception, correspondrait dans le monde linguistique à une loi phonétique secondaire, régulière en raison de son apparition dans un seul environnement. Mais si le panda constitue une originalité dans le règne animal, violant les lois de la correspondance anatomique, une loi phonétique secondaire ne représente qu’une altérité d’une loi primaire. L’analogie et l’emprunt constituent de vraies exceptions dans le système des néogrammairiens, mais peu importe l’identité des exceptions, car une seule exception parmi nombre de cas réguliers ne saurait récuser le poids de la majorité. Cette manière de raisonner des néogrammairiens place la légalité universelle sous un jour curieux. On doit admettre que tout comme les lois biologiques, les lois linguistiques s’appliquent dans des conditions factuelles déterminées : on ne peut en réduire la contingence. Le terme de loi n’est pas approprié lorsque l’on parle des généralisations qui sont vraies à propos des faits. La linguistique fait sienne l’analyse de Naville sur la légalité en biologie :

[…] la biologie ne peut pas et ne pourra sans doute pas d’ici à longtemps formuler des théorèmes rigoureux. Cette science est pleine encore d’obscurités et de points d’interrogation ; son objet est beaucoup trop complexe pour qu’elle puisse procéder avec sécurité par la méthode de construction et de déduction. Les éléments avec lesquels il faudrait construire sont eux-mêmes pour la plupart mal définis ; elle sera pendant une longue période encore surtout inductive et expérimentale. Aussi se compose-t-elle plutôt d’essais de théorèmes que de théorèmes définitifs. Il serait imprudent de mettre au commencement de ses formules les mots : toujours et partout, et on doit se contenter de ceux-ci : en général, le plus souvent, etc. (Ibid., p. 88)

114Ni les lois phonétiques ni les lois biologiques ne portent sur l’universalité, mais sur l’unicité pour autant qu’elles traduisent un fait temporellement lié. Le caractère absolu des lois phonétiques a été suspect dès le début du débat, n’étant démontré que par l’intermédiaire de l’argumentation pour et contre. Ainsi, selon Passy :

Rigoureusement parlant, il n’y a que des tendances phonétiques ; tendances diverses et souvent contradictoires. Dont l’une prédomine ordinairement à une époque ou dans un pays, l’autre dans un autre pays et à un autre moment, mais toujours d’une manière variable et qui n’a rien d’absolu. (Passy 1891, p. 240)

115Dans ses cours de linguistique générale, Saussure ne peut pas se passer de commenter la question de la légalité linguistique qu’il considère comme « très importante » (CLG/E [I], D 1522). La première mesure que l’on doit prendre quand on évalue une loi est son aptitude à ramener à elle une multiplicité de faits : « Il n’y a pas de loi si on ne peut indiquer une quantité de faits individuels qui s’y rattachent » (CLG/E [I], II R 1556). En outre, une loi se reconnaît à deux caractères essentiels : la régularité et la nécessité impérative. Or, la légalité est entendue d’une manière différente selon que l’on se meut dans la sphère synchronique qui est celle d’un état de choses, ou bien dans la sphère diachronique qui est celle d’une succession de choses. La loi synchronique exprime « un ordre existant », une loi que la tradition grammaticale rend par le terme règle (CLG/E [I], D 1544). Par exemple, le constat selon lequel « le régime direct ne doit pas précéder le verbe » (CLG/E [I], II C 1532) est devenu dans la langue française une loi synchronique. On peut bien sûr trouver des contre-exemples pour infirmer cette règle. L’issue n’est pourtant pas là, mais dans le fait que la loi exprime un rapport entre des termes coexistants :

[…] elle constate un ordre, […] l’ordre qu’ont établi les lois de changement. […] Cet ordre est précaire, par le fait qu’il n’est pas impératif. Existe tant qu’on le laisse exister. La loi ne défend pas état de choses contre un changement. La loi synchronique est à la merci de toute loi diachronique. (CLG/E [I], J 1544 ; D 1546)

116Sur le terrain synchronique, le caractère impératif n’est donc pas un trait indispensable d’une loi. En revanche, une loi diachronique est impérative en ce qu’« elle fait disparaître une chose et en fait paraître une autre. Elle se traduit par un effet » (CLG/E [I], III C 1554). Or, même dans le domaine diachronique le terme de loi est « suspect », car « les faits diachronique sont accidentels », et par conséquent, « il n’y a pas de lois puisque tout est particulier dans ce domaine » (CLG/E [I], II R 1557-1558). Les phénomènes sont itératifs seulement dans un espace et un temps fort restreints. En outre, les changements sont irréversibles dans la mesure où l’état antérieur ne peut être restitué par une opération quelconque comme cela pourrait être le cas pour certains phénomènes physico-chimiques.

117On insiste cependant sur la question de la légalité universelle sous un autre angle : y a-t-il de véritables lois linguistiques panchroniques qui se rencontreraient systématiquement dans toutes les langues du monde ? Saussure se pose la question, mais ce n’est pas la première fois qu’elle est formulée. Cette question a été amplement traitée par Maurice Grammont (1866-1946) à propos d’une catégorie linguistique particulière, dans son ouvrage intitulé La dissimilation consonantique dans les langues indo-européennnes et dans les langues romanes (1895). Le phénomène de dissimilation est bien connu, mais la visée de Grammont est d’en dépouiller les occurrences dans un groupe de langues particulier pour aller au-delà de l’empirique hasardeux et capricieux. L’ouvrage de Grammont s’inscrit dans un effort pour prouver que la légalité traverse le système linguistique entier, la dissimilation n’en représentant qu’un cas spécial, dont le témoignage suffit néanmoins à donner à la légalité une légitimité égale à celle des lois phonétiques :

Si l’on démontre […] qu’il y a dans la phonétique toute une catégorie de faits n’ayant d’autre mesure que le caprice et le hasard, on sera bien près d’avoir démontré que toutes les lois phonétiques qui font l’orgueil de la linguistique moderne ne sont qu’une illusion et témoignent plus de l’habilité de leurs auteurs que de la rigueur de leur méthode, de leur science et de leur perspicacité. Mais si la dissimilation elle aussi obéit à des lois, tout se tient dans l’édifice, l’ensemble est complet et il ne reste plus qu’à parfaire les détails. (Grammont 1895, p. 10)

118Les lois de la dissimilation comptent parmi les lois phonétiques, mais à la différence des lois phonétiques formulées par les néogrammairiens, « les lois de la dissimilation ont ceci de particulier qu’elles ne sont pas propres à tel ou tel idiome : elles sont générales, en ce sens qu’elles sont les mêmes partout où elles apparaissent » (Grammont 1895, p. 186, souligné dans l’original). Grammont énumère quelques conditions qui guident la dissimilation et précèdent à la formulation de lois :

  1. Pour qu’un phonème puisse en dissimiler un autre, il faut qu’ils possèdent tous deux un ou plusieurs éléments communs.

  2. Il y a dissimilation lorsque l’un des deux phonèmes fait perdre à l’autre un ou plusieurs des éléments qu’ils possèdent en commun.

  3. La dissimilation ne crée pas de phonèmes nouveaux. (Grammont 1895, p. 16)

119La dissimilation est un phénomène phonétique dont l’action différencie deux sons consécutifs ayant des traits communs afin de faciliter leur prononciation. Par exemple, le mot latin peregrinus devient pelegrinus en latin vulgaire. Elle puise dans le système phonétique donné sans le changer, mais plutôt que sur des sons individuels, son action porte sur un groupe de sons, sur des mots ou sur des entités plus étendues que les mots. Outre son aspect mécanique, cette loi phonétique comporte un aspect psychologique qui atteste que la conception de la parole et l’acte de la parole sont organisés temporellement :

C’est un phénomène psychologique : la parole va moins vite que la pensée ; l’attention est en avance sur les organes vocaux. Tous les phonèmes ont été préparés par l’esprit avant d’être prononcés, mais pendant que les organes vocaux expriment le commencement d’un mot l’attention est déjà portée sur la fin, souvent sur le mot suivant ; il en résulte une négligence dans la prononciation de la première partie des mots et par suite une faiblesse inhérente aux phonèmes qui s’y trouvent. (Ibid., p. 184)

120Les lapsus linguæ le prouvent, par exemple : Tu n’as pas de turbichon ? pour « Tu n’as pas de tire-bouchon ? » ; J’ai la bouche chè… pour « J’ai la bouche sèche » (ibid., p. 185).

121Malgré un désir d’universalité, les exemples que l’on donne du phénomène de dissimilation montrent que la généralité ne concerne que le principe, sans que ce principe ait un pouvoir déductif. Les lois sont l’expression d’une légalité indépendante des langues particulières, et en conséquence, placées « en dehors » et « au-dessus des langues » (ibid., p. 15). Les données relevées dans des langues particulières ne représentent que des réalisations d’une potentialité universelle dans des cas particuliers. Ainsi, selon Grammont (ibid.), les lois de la dissimilation sont-elles des « possibilités ; elles sont la formule suivant laquelle la dissimilation se fera, si elle se fait ». La prétention d’universalité est compromise par le fait qu’il faut non seulement « déterminer pour chaque langue quelles sont les lois de la dissimilation qui y sont représentées », mais aussi déterminer « à quelle époque cette loi phonétique est entrée en vigueur et à quelle époque elle a cessé d’agir » (ibid., p. 16). Gabriel Bergounioux (1994, p. 274) pose dans une perspective historiographique que « la loi de la dissimilation est la première loi générale et humaine d’évolution phonétique qui ait été reconnue et formulée ». La généralité ne concerne que le principe, le phénoménal étant relatif au temps et à l’espace. C’est la conclusion que tire Saussure dans le court passage sur l’existence des lois panchroniques :

[…] s’il ne s’agit que de généralisations, elles peuvent être panchroniques ; mais ce ne sont que des généralisations : par exemple les changements phonétiques en eux-mêmes sont diachroniques ; mais comme ils se passent et se passeront toujours, on peut les appeler panchroniques. Mais si l’on parle de faits concrets, il n’y a pas de point de vue panchronique. (CLG/E [I], II R 1589)

  • 14 Le signe saussurien est composé d’une face matérielle et d’une face conceptuelle. En revanche, extr (...)

122Il va jusqu’à dire que le point de vue panchronique est la négation du linguistique, car les phénomènes linguistiques sont constitués soit de rapports successifs, tel le rapport entre causa et chose, soit de rapports simultanés, tel le rapport entre chose et choses. Dans cet exemple, ne serait du panchronique que la suite des sons. Seule l’union d’une substance phonique et d’une substance conceptuelle est proprement linguistique. Ni le son ni le concept, malgré leur existence panchronique, n’ont rien de linguistique en tant que tels : l’un n’est qu’une entité physique, l’autre est purement psychologique.14 Dans les années 1960, apparaît une nouvelle tentative pour poser des lois panchroniques. Joseph Greenberg parlera des universaux absolus – dans toutes les langues du monde il y a des voyelles –, des universaux implicationnels – si la langue possède une catégorie X, elle possède également une catégorie Y –, auxquels il ajoutera les tendances. Toute tentative pour établir une légalité universelle semble avorter en raison de l’écart entre le particulier et le général. La vraie généralité consisterait donc à déterminer les principes qui soient valables toujours et partout pour toutes les langues du monde. Dans ces circonstances, il serait approprié de parler d’une linguistique générale.

123La réduction de la méthodologie linguistique au modèle fourni par les sciences physiques aboutit à une impasse dès que l’on commence à se défier de son bien-fondé. Prétendre que la linguistique est une science naturelle, c’est garder à l’esprit que l’heuristique de la méthodologie linguistique dépend de tout un autre domaine ontologique, les explications de la théorie linguistique s’inspirant de celles créées pour une autre ontologie. Même si on admet que dans le domaine de la phonétique on puisse s’arrêter sur le terme de loi pour autant qu’il évoque une régularité, la superposition de la méthodologie des sciences naturelles à la phonétique ne serait valide que dans un cadre limité. Les vérités de la phonétique historique ne sont pas réductibles à celles des sciences physiques, encore que la phonétique soit de l’ontologie physique ; ce qui a été démontré par l’équivoque de la causalité phonétique. Les sciences peuvent avoir des liens les unes avec les autres sans pour autant que l’une soit intégrée à l’autre. La question de savoir si l’on peut considérer la linguistique comme une science historique qui cependant utilise les méthodes des sciences naturelles ne fait que déplacer le problème de la linguistique vers un domaine confronté exactement au même questionnement. Plutôt que d’aller dans le sens des sciences physiques, il serait plus prudent et plus utile de revenir au modèle des sciences biologiques en ce qui concerne la légalité. La taxinomie et la phylogenèse ont été pourtant des domaines qui ont divisé les linguistes (voir partie 7).

5.4.2 Les causes premières

124Pour le sens commun, la notion de cause devrait comporter en soi son principe explicatif. La causalité qui existe entre les termes dont le premier est la cause et le deuxième est l’effet ne traduit que la co-occurrence constante de ces phénomènes dans des conditions déterminées sans rien dire sur les causes premières. Aussi les linguistes sentent-ils le besoin de traiter les causes ayant engendré un changement phonétique indépendamment de la légalité des lois phonétiques. Passy déplore en 1891 que la question concernant les causes premières des changements phonétiques n’ait guère été abordée :

Étudier la nature intime des changements phonétiques et rechercher comment ils peuvent se produire ; les grouper entre eux, les classer, déterminer les circonstances dans lesquelles ils ont lieu ; examiner s’ils sont soumis à des lois générales et jusqu’à quel point ces lois sont constantes ; enfin chercher à dégager les causes premières de ces changements et des lois qui les régissent, c’est une tâche que la linguistique se voit nécessairement amenée à entreprendre. Jusqu’à présent, elle ne l’a guère fait qu’incidemment, à propos de questions de détail ; il est temps, semble-t-il, qu’elle aborde le problème de front. (Passy 1891, p. 9)

125Le fait que le son relève du monde physique, et qu’il doive suivre les lois physiques si les conditions antécédentes s’y prêtent, constitue un présupposé tacite dans la recherche des causes premières des changements phonétiques. Les excursions dans le laboratoire de la phonétique sont troublantes, car la distinction entre la phonétique et la phonologie n’est pas encore clairement établie. L’histoire de la linguistique tient pour acquis que la phonologie en tant que discipline dérive de la phonétique (Nerlich 1991). Il faut toutefois garder à l’esprit que le concept de base de la phonologie, le phonème, est implicitement reconnu depuis l’invention de l’écriture alphabétique – une lettre fait abstraction de la variation phonétique. Le phonème constitue également un acquis de la phonétique historique. Dans son ouvrage intitulé Les modifications phonétiques du langage (1891) Jean-Pierre Rousselot dénonce la mauvaise philologie romane qui, au lieu d’opérer avec le changement de sons, opère avec le changement de lettres. Il ne prend pas en considération que la nouvelle linguistique, comme il appelle la filière néogrammairienne, s’appuie également sur la langue écrite – le point de départ comme le point d’arrivée d’un changement phonétique sont constitués de lettres, ou phonèmes. Rousselot (1891, p. 23) avance que la parole se compose d’un groupe de sons dont seulement une partie infime a trouvé sa place dans notre alphabet. Les lettres, selon lui, ne représentent pas des unités réelles, mais constituent plutôt des « unités d’impression », et pas toutes les impressions possibles. Cette unité d’impression est une abstraction des occurrences spatio-temporelles qui se reflète dans l’écriture alphabétique ; c’est-à-dire un phonème. Tant Passy que Rousselot parlent des systèmes vocaliques et consonantiques, mais ils ne semblent pas entièrement conscients du fait que la notion de système requiert une compréhension fondamentale du caractère distinctif des éléments du système. Il semble que les auteurs acceptent la notion de phonème lorsqu’il s’agit des documents écrits qui illustrent le changement phonétique. Les appareils et la transcription phonétiques trahissent toutefois la variation de la langue vivante et observable (voir partie 7). Le système n’est pas identique d’un locuteur à l’autre. L’étude des sons n’exprime que l’instabilité et l’ébullition qui caractérisent la langue vivante, mais une fois entrés dans la sphère historique, ces mêmes sons deviennent des phonèmes. L’étude de la vie des sons procède à tâtons. En s’égarant dans la phonologie, les phonéticiens quittent, sans en être bien conscients, le monde physique pour des aventures dans le monde construit par l’homme. La phonétique expérimentale se concentre sur l’infinie variété de sons avant de revenir sur le phonème ; il en résultera une division de l’étude des sons en deux filières : la phonétique et la phonologie.

126Dans des conditions aussi peu stables que celles saisies par les appareils phonétiques, il est difficile de trouver des causes premières qui permettraient de justifier pourquoi les lois phonétiques ne souffriraient pas d’exceptions. Passy estime qu’en dernier lieu, les causes premières des changements phonétiques se résument en deux phrases : d’une part, « le langage tend constamment à se débarrasser de ce qui est superflu » ; d’autre part, « le langage tend constamment à mettre en relief ce qui est nécessaire » (Passy 1891, p. 227). Malgré les apparences, Passy n’attribue pas les causes au langage même, ni à quelque cause physique, mais à un besoin cognitif et social de l’homme. Fondamentalement, ces causes premières sont dictées par la raison d’existence du langage – « on parle pour être compris » (ibid.). Si, en revanche, on réussit à dégager des suites causales qui se traduisent par des lois phonétiques sur le plan historique et qui laissent deviner un changement abrupt, il y a une explication bien simple. Ce n’est pas le changement lui-même qui est graduel, c’est plutôt son adoption par la communauté qui a lieu d’une manière insensible ; le changement s’avère ponctuel, car « il y a une discontinuité d’une génération à l’autre » (ibid., p. 234). Par là même, Passy sauve non seulement les phénomènes, mais aussi les lois phonétiques. À l’appui de ses propos, il cite Darmesteter :

L’enfant altère et corrompt les mots qu’il ne peut pas encore bien prononcer. Souvent il est corrigé par les parents, les maîtres ; quelquefois il se corrige lui-même ; mais souvent encore il garde en grandissant les défauts de prononciation qu’il s’est lui-même donnés, et il arrive à l’âge d’homme avec une prononciation faussée. Ces corruptions se propagent de l’individu à la génération contemporaine […]. (p. 231)

127Cette citation fait valoir que le langage de l’enfant ne se rapproche que d’une manière approximative de celui de l’adulte et montre le procédé par l’intermédiaire duquel les sons d’un individu gagnent l’usage linguistique, en une génération, pour enfin constituer la base d’un nouveau système de phonèmes. La question de savoir pourquoi l’imitation de l’enfant est défectueuse reste toutefois sans réponse univoque. Y a-t-il un lien entre la langue et l’anatomie ? Est-ce dû à une pathologie, à un manque de plasticité, voire à une malformation, dans l’appareil phonatoire, ou bien à une cause cognitive inconsciente ? Ne serait-ce pas plutôt dû au fait que l’objet de l’imitation n’est pas homogène : « […] l’enfant n’imite pas un seul dialecte rigoureusement uniforme [ ;] l’enfant imite un assez grand nombre de personnes ; il se forme un système phonique intermédiaire » (p. 23). Le changement phonétique sera ainsi la résultante de ces systèmes phoniques intermédiaires, conditionnés par « le caractère, les conditions de vie, les habitudes sociales et les dispositions héréditaires du peuple » (p. 256). À partir d’une hétérogénéité susceptible d’être transmise, les enfants de la génération successive réussiront à calculer une moyenne qui différera suffisamment de la moyenne antérieure pour que l’on constate un changement. Passy avoue toutefois que les causes premières ne sont encore que des hypothèses mal assurées, que ces « recherches passablement longues et laborieuses » n’ont abouti qu’à « d’assez maigres résultats » (ibid.). Or, la réflexion sur les causes premières ouvre la voie à une prise en considération approfondie de facteurs extralinguistiques psychologiques et sociaux, qui constituent les conditions antécédentes du changement linguistique dans les explications successives de ce dernier, laissant ainsi place à la volonté humaine.

Notes

1 On pourrait, prudemment, aller jusqu’à prétendre que Comte s’inspire de la tradition aristotélicienne téléologique en ce que la réalité scientifique ainsi structurée représente un but en soi, à ceci près que ce but réside dans la nature des choses, non dans la volonté humaine.

2 Il en va de même de la classification des sciences de H. Spencer (1820-1903) ainsi que de celle de W. Wundt (1832-1920).

3 La référence explicite à la sémiologie de F. de Saussure apparaît énigmatique à la date à laquelle écrit A. Naville. Dans sa préface à l’ouvrage de celui-ci, P. Caussat pose la question : comment A. Naville savait-il ? Cette question restera sans réponse univoque, et s’avère d’autant plus intrigante que la référence à la sémiologie est omise de la troisième édition de la Nouvelle classification des sciences en 1920 – bien après la parution du Cours de linguistique générale. Or, cette question s’avère rhétorique si l’on garde à l’esprit l’affinité concrète entre ces deux savants, facilitant un échange interdisciplinaire. A. Naville occupait le poste de professeur de philosophie à l’Université de Genève de 1893 à 1914, période durant laquelle F. de Saussure occupait le sien.

4 R. de La Grasserie, jurisconsulte et docteur en droit, publia nombre d’ouvrages de qualité variable sur différents domaines : droit, linguistique, philosophie, sociologie, poésie et littérature. La plupart de ses travaux sont tombés dans l’oubli. Les évaluations des contemporains, notamment sur ses travaux linguistiques, malgré et en raison de sa productivité, ne sont pas flatteuses. A. Meillet (1909-1910, p. lxiv) écrit dans un compte rendu qu’« il a l’esprit curieux, et sa curiosité s’étend très loin. Malheureusement il produit trop et trop vite pour que ses livres reposent sur des recherches approfondies ». Aussi faut-il lire R. de La Grasserie avec une certaine circonspection.

5 Notons toutefois qu’il est souvent possible d’assister à une contradiction flagrante entre ce que le linguiste postule et ce qu’il fait en réalité. Les exemples le plus souvent utilisés s’accordent avec le principe d’homogénéité, dans le sens où ils sont non dynamiques. La synchronie dynamique ne sera systématisée que dans la linguistique post-saussurienne, et malgré F. de Saussure.

6 Selon P. J. Thibault, F. de Saussure abandonne la causalité newtonienne, selon laquelle le temps est une force qui agit sur le système afin de le changer, en faveur de la thermodynamique où l’instabilité est inhérente au système même. La physique newtonienne est conçue de telle sorte qu’on peut calculer le mouvement futur du système à partir de son état à un moment donné. Le calcul est fondé sur le concept de mouvement, à savoir le changement de position d’un corps par rapport à un autre. Selon la première loi de mouvement de Newton, un corps au repos tend à rester au repos, ou un corps en mouvement tend à rester en mouvement à une vitesse constante sur une ligne droite, sauf si une force extérieure intervient. La mécanique newtonienne a été supplantée par la théorie de la relativité pour les corps dont la vitesse se rapproche de celle de la lumière, et par la théorie de la mécanique quantique pour les corps infiniment petits, telles les particules élémentaires. La thermodynamique s’occupe de la chaleur et de sa conversion en d’autres formes d’énergie. L’unité de mesure spécifique à la thermodynamique est l’entropie qui indique le désordre dans un système. L’univers cherche spontanément à aller dans une direction où l’entropie augmente, c’est-à-dire vers le chaos, alors que dans le monde biologique, les êtres organiques luttent contre le désordre dans la mesure où les organes contribuent à la survie de l’organisme, c’est-à-dire que l’entropie diminue. Par exemple, lorsqu’un éléphant mange de l’herbe, les enzymes attaquent l’herbe à l’intérieur de son estomac, entraînant ainsi une réaction biochimique qui est la cause d’une augmentation locale du désordre. En revanche, dans tout l’organisme l’entropie diminue pour le bien de l’animal. Aussi peut-on dire que dans l’organisme, il y a un équilibre homéostatique. Voir Pétroff 1990 pour le rapport de la thermodynamique avec la pensée saussurienne ainsi qu’avec la synchronie dynamique d’É. Benveniste, d’A. Martinet et de R. Jakobson selon laquelle le changement est déjà intrinsèque au système. Selon A.-J. Pétroff (ibid., p. 193), F. de Saussure ne considère pas le temps comme un cadre, mais comme une force, à l’inverse de ses successeurs. Si l’on prend en considération la nature onto-historique de la langue, cela est faux. En outre, F. de Saussure souligne que, abstraction faite de la masse sociale, le temps ne saurait pas transformer le système : « Si on prenait le temps sans masse parlante, il n’y aurait peut-être aucun effet d’altération » (CLG/E [I], D 1294-1295).

7 Même les lois naturelles n’échappent pas à la dimension historique dans la mesure où il y a une évolution du simple au complexe. À titre d’exemple, soit un atome de carbone (C) situé dans la molécule de cellulose (C6H10O5). Pourquoi donc, il y a quatre milliards d’années, la molécule de cellulose n’existait-elle pas, bien que tous les atomes qui la constituaient existassent déjà ? On peut dire que virtuellement cette molécule existait, mais c’est seulement grâce à l’intervention de paramètres biologiques, notamment l’apparition de la cellule, que les atomes ont gagné les traits nécessaires et se sont unis en liaison compliquée pour composer la molécule de cellulose. Une évolution constante est même impliquée là où on ne s’y attendrait pas : la loi naturelle évolue en relation avec la dynamique de l’ensemble (voir Koivula 1999).

8 K. Koerner (1972, p. 283) fait observer que, d’après H. Paul, du point de vue épistémologique, la grammaire historique est identique à la grammaire comparative. Sa démarche consiste à mettre en parallèle une série de grammaires descriptives, représentant au moins deux périodes différentes de la même langue pour établir les changements effectués dans le temps. Par contre, du point de vue méthodologique la grammaire historique diffère de la grammaire comparative en ce que cette dernière met en parallèle les grammaires de différentes langues. Voir plus loin section 5.3.

9 Sur la place de la généalogie dans la typologie moderne, voir Dryer 1989.

10 Pour ce faire, outre les commentaires que l’on trouve dans les sources premières, nous avons recours aux exemples propédeutiques de R. Anttila condensés dans son Historical and Comparative Linguistics (1989, chap. 11).

11 Les linguistes réagiront à l’idée de savoir où se situe la frontière entre deux états successifs d’une langue et comment on peut évaluer l’identité d’une langue au cours de l’histoire. Voir partie 7, « La langue sur le vif ».

12 Aristote est le premier à proposer l’idéal axiomatique de la science selon lequel les vérités d’une discipline en question peuvent être réparties en prémisses premières, ou axiomes, et en théorèmes déduits de ces axiomes. Ce processus peut être nommé inductivisme. Sans développer les problèmes intrinsèques à l’inductivisme, il convient de résumer que selon que l’on adopte un point de vue rationaliste ou un point de vue empiriste, on peut dire respectivement que les prémisses premières sont soit des vérités conceptuelles a priori indépendantes de l’observation, soit des vérités factuelles a posteriori dépendantes de l’observation (Niiniluoto 1982, p. 119). En règle générale, le théorème est considéré comme une proposition qui valide une discipline formelle, telles les mathématiques, omettant ainsi le lien au monde réel.

13 Pour une première lecture, voir Arens 1969, Wilbur 1977, Auroux 1979b.

14 Le signe saussurien est composé d’une face matérielle et d’une face conceptuelle. En revanche, extraite de la totalité du signe, la substance phonique n’est qu’une entité physique qui n’a rien de linguistique (CLG/E [I], 232, IIIC 1693 ; 267, IIR 1919). Pour mieux comprendre, il suffit de penser à une langue qui nous est inconnue, une langue dont les sons ne nous « disent » rien. Il en va de même pour la substance conceptuelle : considérée en elle-même, elle relève de la psychologie pure (CLG/E [I], 232, III C 1694-5 ; 233, III 1697 ; 267, IIR 1916). Le rôle du signe vis-à-vis de la masse amorphe du son et de la pensée est de la doter d’une forme, d’une structure.

Table des illustrations

Titre Tableau 6 – Constitution de la parenté I (Anttila 1989, p. 230).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Titre Tableau 7 – Constitution de la parenté II (Anttila 1989, p. 230).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
Titre Tableau 8 – Constitution de la parenté III (Anttila 1989, p. 230).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Tableau 9 – Série de correspondances : orthographe (Anttila 1989, p. 232-233).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure 12 – Phase inductive (Reichler-Béguelin 1994, p. 49).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7k
Titre Figure 13 – Phase déductive (Reichler-Béguelin 1994, p. 49).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9k
Titre Figure 14 – Pluralité des effets (Anttila 1989, p. 60-61).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31425/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search