Version classiqueVersion mobile

La vie du langage

 | 
Carita Klippi

1. Introduction

Texte intégral

1Pour contourner la difficulté d’appréhender l’objet linguistique, il pourrait suffire – solution extrême – de prétendre qu’il n’existe pas. Ainsi, à l’instar de Roy Harris (1998), en arriverait-on à déclarer que la linguistique n’a pas besoin, pour point de départ, de l’illusion que serait l’existence même de la langue. Si l’on s’amuse à vérifier l’acception du terme illusion dans un dictionnaire monolingue, on lit : « erreur de perception causée par une fausse apparence », « interprétation erronée de la perception sensorielle de faits ou d’objets réels », « apparence dépourvue de réalité » (Petit Robert). Nonobstant les raisons qui ont conduit à la négation de l’existence de la langue, elle pourrait révéler que la réalité échappe toujours au scientifique. Une attitude négative concernant la possibilité de saisir la langue est toutefois sans fondement si l’on est attentif à la leçon que nous apprend l’histoire de la linguistique. Quel tour de passe-passe a pu tromper la perspicacité de ceux qui ont cherché à penser la langue, prétendue inexistante ? Lorsque l’on parcourt l’histoire de la pensée linguistique, ce qui saute aux yeux, c’est qu’on recourt à diverses métaphores pour tenter de définir son objet. L’omniprésence de la métaphore dans toute la communication linguistique fait qu’elle s’infiltre également dans l’explication scientifique. La métaphore qui traduit la langue la représente à travers une extériorité. D’une manière tout à fait générale, la métaphore tire sa motivation de la conception triadique du signe selon laquelle le signe représente une idée qui à son tour représente un objet. Dans le processus de métaphorisation, il y a transposition d’une représentation d’un objet à un autre, fondée sur une analogie fonctionnelle entre deux objets. Celle-ci peut reposer soit sur un rapport iconique, soit sur un rapport indexical, pour faire référence au vocabulaire dont Charles S. Peirce (1839-1914) a usé dans sa taxinomie du signe. Le rapport iconique se définit comme une relation de ressemblance physique entre le signe et l’objet qu’il représente ; ainsi, une photographie est une icône de l’objet représenté. Le rapport indexical est une relation matérielle entre le sens et la forme fondée sur une association psychologique ou sur une juxtaposition physique : des pas sur la neige indiquent un passant, la fumée évoque le feu. À l’inverse du rapport symbolique sur lequel est fondé l’arbitraire du signe linguistique, la métaphorisation est donc un processus isomorphique relativement motivé, qui s’enracine dans un rapport naturel entre la langue et le monde. Le renvoi de la métaphore à un extérieur, pour autant que l’objet de la linguistique serait identifiable au moyen d’une autre chose, prouve-t-il qu’il s’agit là d’une illusion ? Ferdinand de Saussure, s’en prenant à la tendance de son époque de recourir à des métaphores pour exprimer la nature de la langue, a effectivement pu affirmer : « […] nous sommes […] profondément convaincu que quiconque pose le pied sur le terrain de la langue peut se dire qu’il est abandonné par toutes les analogies du ciel et de la terre » (CLG/E 1974, N 10). Il estime que le nom est un instrument évocateur des « êtres mythologiques » dont le sens dépend « du jeu infini des épithètes roulant sur chaque nom » (ibid.).

2L’histoire de la pensée linguistique montre, en effet, que la caractérisation de la langue et la métaphore marchent à l’amble. Depuis le Cratyle (388c) de Platon on sait que la langue, la phrase et le mot sont des instruments « propres à enseigner et distinguer la réalité, comme la navette à démêler les fils ». Dans le même sillage, Wittgenstein (1968 [1953], I, 11) estime que la fonction des mots peut être rapprochée de la fonction des outils, comme le marteau, la scie, le clou, etc. Bien que ces perspectives défendent des aspects différents, leur dénominateur commun, le rapprochement entre la langue et l’instrument, trouve son bien-fondé dans le fait que tous les instruments ont des caractéristiques formelles et fonctionnelles, et plus spécifiquement encore dans le fait que la fonction détermine la forme d’une manière privilégiée. La langue peut également être conçue comme une institution, une coutume, un usage, c’est-à-dire un ensemble de pratiques et de règles entre des personnes qui, grâce à ces mêmes pratiques et règles, constituent une communauté. L’existence d’une institution peut se mesurer dans la manière dont les règles sociales canalisent les comportements des membres d’une communauté. Telle est la position de William D. Whitney (1827-1894) qui considère « chaque langue comme une institution, et une de celles qui, dans chaque société, constituent la civilisation » (Whitney 1877 [1875], p. 231). Comme toute institution, la langue est un bien partagé par un ensemble d’individus qui ressentent une responsabilité à l’égard de ce bien commun. En tant qu’institution, elle est donc relative au temps et à l’espace, et ainsi, susceptible de variation : « De même que tous les éléments de culture, elle varie chez chaque peuple » (ibid.). Enfin, la langue peut être considérée comme un organe au même titre que le cœur ou les poumons. Noam Chomsky (1975 [1965] ; 1980) défend ainsi l’idée selon laquelle la grammaire universelle (UG) est un organe mental ou cognitif dont l’anatomie et la physiologie sont déterminées par une nécessité biologique.

3Ce panorama, rapide et incomplet, des métaphores qu’utilise la linguistique au cours de son histoire, met l’accent sur le fait que la langue peut être saisie de multiples points de vue, mais suggère également l’absence d’une définition arrêtée de cette dernière. La métaphore fournit une définition opératoire du definiendum, de ce qui demande à être défini, auquel cas celui-ci reçoit une signification particulière à l’intérieur d’un contexte théorique. L’histoire de la linguistique peut ainsi sembler une somme de tours de passe-passe par l’intermédiaire desquels on engendre les illusions d’une réalité qui échappe toujours à l’observateur.

1.1 La vie du langage au service de la linguistique générale

4L’étude de la métaphore récurrente du xixe siècle, la vie du langage, implique une « perspective cavalière » permettant d’agencer les divers aspects de la langue, et montre quel rôle elle a joué dans l’émergence de la linguistique générale. Parallèlement au rapport entre le definiendum et le definiens manquant d’univocité, la vie du langage nécessite d’emblée la définition de ces parties constituantes. La construction du discours scientifique autour de la vie du langage fait valoir que cette métaphore, avec toutes les transformations qu’elle peut subir, accompagne et influence la transformation de la linguistique, et par ricochet, la caractérisation de son objet.

5Il s’agit de contribuer à l’histoire de la linguistique française à la charnière des xixe et xxe siècles, époque de fermentation de la linguistique émergente, en interrogeant certains aspects de l’achèvement, de l’accumulation du savoir ainsi que l’évolutionnisme linguistique français qui ont marqué cette époque. Le thème de la vie du langage, concept vague et vaste par son caractère métaphorique, remonte en dernier lieu au romantisme allemand et à la naissance du comparatisme linguistique. Nombre d’ouvrages adoptent la métaphore dans leur titre, notamment Life and Growth of Language (1877 [1875]) de Whitney, traduit en français par La vie du langage. La vie des mots étudiée dans leurs significations (1887) d’Arsène Darmesteter et La vie du langage d’Albert Dauzat (1910). Ces titres sont assez éloquents pour donner consistance à l’hypothèse de l’existence d’une « linguistique de la vie du langage ».

6Le terminus a quo de cette étude est 1864 lorsque la grammaire comparée d’inspiration allemande arrive en France. Cette date est marquée par un événement institutionnel : Michel Bréal est élu à la chaire de grammaire comparée du Collège de France. Le terminus ad quem est 1916, date à laquelle paraît le Cours de linguistique générale de Saussure. Bien que l’année 1916 constitue une date emblématique dans la mémoire d’un linguiste, notons que le choix de cette date n’est pas un jugement valorisant a priori la linguistique saussurienne par rapport à ses devancières. La datation aux limites serrées d’une évolution historique est plus ou moins arbitraire. Sylvain Auroux (1985, p. 295) estime que « toute datation à partir d’un événement interne au développement d’une discipline est en effet un jugement de valeur sur cet événement dont par définition un historien doit s’abstenir ». Or, dans une perspective générale, on pourrait aller jusqu’à prétendre, avec les tout premiers épistémologues de l’historiographie moderne, qu’au contraire, tout choix historiographique constitue un jugement de valeur dans la mesure où le regard rétrospectif n’atteint jamais les faits « par leur nature », mais « par position » (Seignobos 1901). La datation est plutôt un moyen pratique qu’une règle imposée par des données historiques qui interrompraient la fluidité temporelle par des jalons discrets. La restriction au territoire d’expression française n’est pas moins arbitraire : l’histoire ne se passe pas dans le vide. Sans pour autant admettre une quelconque exception française, il n’est pas question d’ignorer « les spécificités des traditions nationales » (Auroux 1988, p. 41). Les contiguïtés spatiale et linguistique permettent une communication immédiate entre les auteurs d’une tradition nationale, mais en même temps, les échanges entre les différents folklores sont facilités par l’existence d’un marché intellectuel commun.

7Pour ce qui est de la datation, il convient de chercher à esquisser en sa faveur quelques arguments qui relèvent d’une réalité historique reconnue par les témoignages contemporains. Le discours linguistique est inséparable des enjeux que représente la métaphore de la vie du langage qui signe globalement cette époque. L’an 1864 constitue un tournant pour autant que la disciplinarisation de la grammaire comparée contribue à stabiliser le rôle de la jeune linguistique sur la scène scientifique française. Dès lors commencent toutefois les interrogations sur la nature de l’objet de la linguistique. Une étape intermédiaire se situe en 1875, lorsque s’ouvre le débat sur les dialectes qui contribue à la mise en doute de la catégorie discrète de la langue. Enfin, Saussure, pour beaucoup le meilleur représentant de l’épistémologie linguistique de l’époque, construit ses dichotomies sur les lacunes théoriques de la linguistique de l’époque. La problématique de la linguistique générale à naître revêt une portée ontologique, épistémologique et méthodologique (voir Médina 1978). En se nouant aux dichotomies saussuriennes, elle prend sa source dans la métaphore de la vie du langage selon laquelle la langue est une entité continue, dynamique, toujours en mouvement, mais dont on ne peut saisir l’essence que par des catégories discrètes et statiques.

8Le terme linguistique est un calque du mot allemand Linguistik et paraît en français pour la première fois en 1812 dans l’ouvrage de l’abbé Gabriel Henry intitulé Histoire de la langue française. Le terme évoque aussi bien une étude générale et scientifique des langues qu’une comparaison des langues, laquelle comparaison aboutit soit à fixer l’origine de la langue, soit à établir une grammaire universelle. La linguistique s’empare de la place de l’ancienne grammaire générale en se réclamant d’une théorie générale de la langue (Auroux 1987). Maurice Grammont (1866-1946) a été le premier en France, en 1892, à donner le titre de « linguistique » à ses cours à l’Université de Dijon (Bergounioux 1994, p. 264). Toujours en imitant la linguistique allemande, on accolera l’épithète générale au terme linguistique. Dès 1868, Michel Bréal a ouvert son cours « sur l’idée de linguistique générale » (Auroux 2000, p. 433-434).

9L’identification par une nominalisation et la classification au sein d’un ensemble prouvent qu’un objet de connaissance est en voie de quitter un état prédisciplinaire pour acquérir le statut d’une discipline à part entière. Selon Michel Foucault, une discipline se définit ainsi :

[…] un domaine d’objets, un ensemble de méthodes, un corpus de propositions considérées comme vraies, un jeu de règles et de définitions, de techniques et d’instruments : tout ceci constitue une sorte de système anonyme à la disposition de qui veut ou qui peut s’en servir […]. (Foucault 1971, p. 32)

  • 1 Une question vaine, nous semble-t-il, qui après la seconde guerre mondiale a ouvert un débat sur l’ (...)

10Or, une période de transition est marquée non seulement par l’absence de groupes d’intérêt mais aussi par l’absence de formulation d’intérêts à défendre. Cela entraîne une difficulté opératoire sur le plan historiographique : quand quittera-t-on l’histoire de la pensée linguistique pour l’histoire de la discipline linguistique ? Dès que le protocole de la pratique de recherche aura rempli les critères sociologiques de l’organisation et du fonctionnement des communautés scientifiques ?1

  • 2 Il s’agit d’un compte rendu de l’ouvrage de T. G. Tucker : Introduction to the Natural History of L (...)

11Antoine Meillet porte un témoignage sur la longue gestation de la linguistique générale, lorsqu’il écrit dans le Bulletin de la Société de linguistique de Paris2 de 1909-1910 :

[…] personne n’a encore osé donner dans l’une des langues occidentales le manuel élémentaire de linguistique générale dont le public a besoin. La plupart des linguistes actuels sont avant tout des historiens de la langue. Ils sont médiocrement préparés à écrire un manuel de ce genre. Et trop de questions sont ou non résolues ou à peine étudiées. Néanmoins il est devenu indispensable de satisfaire un besoin qui se manifeste toujours plus vivement […]. (BSLP 1909-1910, p. lxij)

12Cependant, le rôle des historiens de la langue dans l’émergence de la linguistique générale ne saurait être mésestimé, car par leur étude du particulier, ils ont contribué à l’étude du général. Il est généralement admis que l’étude historique de la langue est « presque l’apanage de l’érudition germanique » (Robins 1976 [1967], p. 179) pour la période en question, si bien que nous nous réservons le privilège d’étudier le sens de l’adverbe presque pour ce qui concerne la linguistique française. À part les travaux initiateurs de Bréal dans les années 1860, les ouvrages portant sur la linguistique historico-comparative en France sont ultérieurs aux grands débats linguistiques menés outre-Rhin dans les années 1870, engendrés par le mouvement néogrammairien. Les ouvrages ici étudiés semblent familiers par leurs thématiques pour qui connaît la linguistique allemande, mais en outre, ils tiennent à présenter sous un nouveau jour le fondement épistémologique des méthodes sur l’histoire de la langue, et partant, de la linguistique entière. Aussi une histoire de la linguistique générale en France ne saurait-elle être simplement réduite à celle de la réception de la linguistique allemande. Meillet (1866-1936) précise dans l’avant-propos de son Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes (1903), rédigé en 1922, qu’il ne faut pas confondre la grammaire comparée avec la linguistique générale, priant le lecteur désireux de se familiariser avec cette dernière de se référer aux ouvrages de Saussure et de Joseph Vendryes. Même si la distinction est pertinente à une date aussi tardive, la linguistique générale reste néanmoins liée à la linguistique historico-comparative.

13Le corpus historique étudié est principalement constitué des ouvrages qui se veulent théoriques dans la mesure où l’on peut les qualifier rétrospectivement de linguistique générale, encore que, selon les contemporains, ils soient plutôt issus de la linguistique comparée régnante (comme cela est manifestement le cas des ouvrages de Meillet). Le choix des ouvrages en question se fonde essentiellement sur le recensement des publications établi par Auroux (1988 ; 2000) qui, à son tour, s’inspire de l’article de Leonard Bloomfield (1927) « On recent work in general linguistics » rassemblant les travaux en linguistique rédigés en allemand, en anglais et en français entre 1870 et 1933. Selon Auroux (1988, p. 43), il est possible d’assigner comme suit une classe thématique « non disjointe » à chacun de ces ouvrages :

Les synthèses ou les introductions du champ linguistique de l’époque.
Les discours méthodologiques.
Les monographies sur les catégories linguistiques.

14Jean-Louis Chiss et Christian Puech (1999, p. 28) estiment qu’« on pourrait sans doute à partir de ce seul corpus étudier comment émerge un discours disciplinaire unificateur de la novation ». Cette étude prend au sérieux cette invite pour ce qui est de la linguistique d’expression française. Aussi le choix s’est-il arrêté sur les ouvrages suivants (tableau 1) :

Tableau 1 – Corpus.

Auteurs Ouvrages Dates
Saussure, Ferdinand de (1857-1913) Cours de linguistique générale 1916
Bally, Charles (1865-1947) Le langage et la vie 1913
Meillet, Antoine (1866-1936) Les dialectes indo-européens 1908
Dauzat, Albert (1877-1955) Essai de méthodologie linguistique 1906
Meillet, Antoine Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes 1903
Bréal, Michel (1832-1915) Essai de sémantique 1897
Henry, Victor (1850-1907) Antinomies linguistiques 1896
Grammont, Maurice (1866-1946) La dissimilation consonantique dans les langues indo-européennes et dans les langues romanes 1895
Rousselot, Jean-Pierre (1846-1924) Les modifications phonétiques du langage 1891
Passy, Paul (1859-1940) Étude sur les changements phonétiques et leurs caractères généraux 1891
Darmesteter, Arsène (1846-1888) La vie des mots étudiée dans leurs significations 1887
Henry, Victor Étude sur l’analogie en général et sur les formations analogiques de la langue grecque 1883a
Henry, Victor De sermonis humani origine et natura M. Terentius Varro quid senserit 1883b
Adam, Lucien (1833-1918) Les classifications, l’objet, la méthode, les conclusions de la linguistique 1882
Hovelacque, Abel (1843-1896) La linguistique 1877 [1876]
  • 3 Il convient d’ajouter quelques données fournies par la dialectologie afin de rendre justice à ce do (...)

15Vu les multiples lectures de la vie du langage qui surgissent de ce corpus, la diversité de la vie de la linguistique est-elle réductible à une unité que l’on peut qualifier de « linguistique générale » ? Souvent, ces ouvrages à portée théorique font référence aux travaux empiriques, réalisés surtout du côté de la dialectologie, mais qui ne manquent pas pour autant de considérations théoriques pertinentes pour les auteurs à tendance plus généraliste.3

16Quant aux auteurs du corpus, ils ne sont pas traités sur un pied d’égalité, car les uns sont, en linguistique, des néophytes dont la pensée en cours de gestation aboutit à la publication d’une thèse de doctorat, alors que les autres, des adeptes de longue date, ne font que synthétiser une pensée bien établie. Or, le choix de ces auteurs se justifie également du point de vue sociohistorique en raison de leur rôle actif dans l’institutionnalisation de la discipline. Chacun d’eux est membre de la Société de linguistique de Paris. En 1870, sur la liste des membres de la société figurent Michel Bréal, professeur au Collège de France, Arsène Darmesteter, élève de l’École pratique des hautes études (EPHE), Abel Hovelacque, directeur de la Revue de linguistique, Paul Meyer, professeur suppléant à l’École des chartes, Gaston Paris, professeur suppléant au Collège de France, et enfin, Charles de Tourtoulon. À leur suite sont élus membres de la société Saussure, maître de conférences de gothique et du vieux haut allemand à l’EPHE, et Graziadio Isaia Ascoli en 1876, Jules Gilliéron en 1877, Victor Henry en 1881, Lucien Adam en 1885, l’abbé Jean Rousselot en 1886, Raoul de La Grasserie en 1887, Maurice Grammont et Antoine Meillet en 1889, Paul Passy en 1892. Et enfin sont élus en 1898 Joseph Vendryes et en 1900 Charles Bally. Autant de noms qui ont contribué à l’émergence de la linguistique générale.

17Selon Auroux la linguistique générale se caractérise ainsi :

Les mêmes principes méthodologiques guident la recherche de toutes les langues.
Les langues ont des propriétés universelles.
Les éléments de la langue peuvent être partagés dans et étudiés à travers des catégories quasi universelles. (Auroux 1988, p. 44)

18Vraies d’un point de vue a priori, ces assertions peuvent être nuancées par une étude minutieuse de ces ouvrages.

19Derrière les intitulés du présent travail, la vie du langage et la linguistique dynamique qui soulignent le perspectivisme de la science linguistique, se trouve une épistémologie des points de vue qui réfère à une épistémologie spécialisée, non normative et a posteriori. Celle-ci prend pour objet la connaissance linguistique telle qu’elle est représentée dans la diversité des approches, au lieu de s’en tenir strictement à une discipline particulière qui intimerait un ordre prescriptif sur la manière de pratiquer l’étude de phénomènes langagiers. Aujourd’hui, notamment dans l’espace universitaire francophone, on préfère le terme sciences du langage à celui de linguistique en raison de la multiplicité d’approches des phénomènes langagiers. Le terme implique une certaine tolérance vis-à-vis d’approches qui ambitionnent de contourner, voire de dépasser, la linguistique dite de la structure, du système ou du code, prédominante au xxe siècle. Si, en revanche, l’usage du terme linguistique paraît anachronique avant le xixe siècle, ce dernier a frayé le chemin à l’unification et à l’intégration de la discipline du même nom, discipline qui assied son statut officiel au plus tard avec le premier Congrès international des linguistes à La Haye en 1928, et à sa suite, avec le manifeste « structuraliste » du Cercle de Prague en 1929 (voir Chevalier 2000 ; Chiss et Puech 1999, p. 19-20). Dans ce contexte, le perspectivisme dans la linguistique fait référence au balbutiement auquel est confrontée la discipline émergente dont l’objet est sans cesse ballotté entre culture générale et disciplines spécialisées. Selon Saussure (CLG/E [I], III C 120, 118), le défaut de cet espace démocratique dont relève la connaissance linguistique réside dans le fait que « chacun laissé à lui-même se fait une idée très éloignée de la vérité sur les phénomènes qui se produisent dans le langage », d’où la tâche de la linguistique de diriger l’opinion commune vers « une idée aussi correcte que possible de ce que représente ce côté des manifestations humaines ». Or, le perspectivisme issu de la transdisciplinarité des phénomènes langagiers relativise cette quête de la vérité, voire annihile l’existence d’une vérité une fois pour toutes. Face aux autres disciplines qui se réclament de la langue, la linguistique n’est pas perdante, loin de là, si l’on considère, toujours avec Saussure, que les autres sciences sont ses collaboratrices plutôt que ses ennemies : « […] les unes sont en rapport pour lui emprunter des renseignements, des données, et les autres au contraire pour lui en fournir et l’aider dans sa tâche » (CLG/E [I], IIIC 110). Dans cette diversité des points de vue prend corps la tâche fondamentale de la réflexion linguistique de l’époque étudiée qui est de « se définir, de reconnaître ce qui est dans son domaine » (CLG/E [I], III C 109).

1.2 Saussure : un miroir épistémologique

20La référence à Saussure ne vise pas à le valoriser par rapport à ses prédécesseurs. On pourrait plutôt considérer le Cours de linguistique générale (CLG) comme un miroir épistémologique. Un linguiste moderne projette dans ce miroir diverses interprétations et positions tout en y lisant sa propre histoire de la linguistique. À la manière des classiques, le CLG publié fait partie de la mémoire collective de la linguistique tout en constituant un monument historique, et en conséquence, appartient au terrain de tout linguiste qui se respecte. S’il ne va pas jusqu’à affirmer que la pensée saussurienne est dépassée, il épouse une opinion, soit pour, soit contre. En revanche, un philologue saussurien cherche à corriger l’image biaisée que reflète le miroir trop poli, l’ouvrage ayant été édité à partir des notes d’étudiants par Charles Bally et Albert Sechehaye qui eux-mêmes n’ont pas suivi l’enseignement de Saussure. La publication du Cours de linguistique générale est accompagnée d’un compte rendu de Meillet, dans lequel celui-ci, toujours diplomate, esquisse les points faibles du travail de Bally et de Sechehaye, ouvrant ainsi la voie à la recherche de la vraie pensée du maître :

[Ils] ont pris le parti hardi de fondre en un tout les trois rédactions [les trois séries de leçons] et de construire, pour ainsi dire, avec les formules et les exemples de F. de Saussure, le livre que le maître n’avait pas fait, qu’il n’aurait sans doute jamais fait. […] La conscience et le talent des rédacteurs ne laissent pas de doute sur la fidélité avec laquelle a été rendue en général la pensée du maître. […] Quant à la forme, on a l’impression de l’enseignement de Saussure, mais schématisé. Il y avait dans cet enseignement un mélange unique de formules rigoureuses, soigneusement pesées, d’exemples topiques, choisis avec art, et d’images poétiques, qui rendait la pensée sensible aux yeux. On retrouve quelque chose de tout cela dans le livre : mais l’éclat de bien des images s’est affaibli, et le nombre même semble en avoir été restreint. […] On ne cherchera pas dans ce livre un exposé complet de la linguistique générale. […] On n’est pas en présence d’un exposé complet, bien équilibré ; il s’agit plutôt d’une série de vues qui éclairent toutes les avenues du sujet, en laissant au lecteur le soin de les suivre jusqu’au bout. […] Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans la critique de détail d’un livre qui n’est que l’adaptation d’un enseignement oral fugitif, et où l’on ne sait si les détails qui seraient critiquables viennent de l’auteur ou des éditeurs. (BSLP 1914, p. 32-36)

  • 4 Les notes numérotées dans l’édition d’Engler sont accompagnées des précisions indiquant l’un des tr (...)
  • 5 Parmi les principaux ouvrages, il convient de mentionner Bouquet 1997, Mejía 1998 et Fehr 2000.

21La publication en 1957 des Sources manuscrites fondées sur les écrits de Saussure par Robert Godel voit l’essor de la critique textuelle du Cours de linguistique générale. L’apogée de la philologie saussurienne sera atteinte avec la parution en 1968 (CLG/E [I]) de l’appareil critique du CLG édité par Rudolf Engler.4 C’est une édition synoptique en trois parties qui reprend les notes des étudiants et celles du maître. En 1974 (CLG/E 1974) paraît la quatrième partie qui constitue un appendice à l’édition synoptique et regroupe une fraction des écrits de Saussure. Enfin, en 2002, une nouvelle publication voit le jour suite à la découverte en 1996 de nouveaux manuscrits. Cette découverte représente en tant que telle quelque chose de miraculeux : les manuscrits de Saussure avaient été oubliés à l’orangerie de l’hôtel genevois de la famille de Saussure selon le témoignage de leurs éditeurs, Simon Bouquet et Rudolf Engler (Saussure 2002, p. 12). Nous assistons à un renouveau de la philologie saussurienne qui a pris de l’élan au tournant des xxe et xxie siècles.5 La publication du CLG et son analyse philologique jouent comme deux pôles concurrents. Ces pôles révèlent, d’une part, la transformation de la réception de Saussure en patrimoine ou héritage culturel, qui dépasse les limites restreintes de la communauté de quelques rares savants grâce à une diffusion pédagogique (ce qui, par ailleurs, donne le sens le plus juste à la qualification du CLG de « vulgate ») ; et d’autre part, l’exégèse doctrinale des textes de Saussure par un petit nombre d’initiés qui peuvent aller jusqu’à considérer le texte publié comme apocryphe. Chiss et Puech font une démonstration de ces deux dimensions auxquelles le CLG ouvre la voie, l’une vulgarisée et l’autre restituée :

[…] que tant de traités d’initiation à la linguistique se soient ouverts et s’ouvrent encore en alléguant la conceptualité saussurienne montre la place fondatrice du « père » ; que tant d’articles ou d’ouvrages de linguistique se soient ouverts et s’ouvrent encore sur une critique de l’« orthodoxie saussurienne » montre la face caché du « père », celui qui aurait interdit tel ou tel développement à la science linguistique. Dans ce dernier cas, chacun écrit son histoire de la linguistique […]. Les stratégies de lecture du CLG jouent ainsi un rôle dans la production théorique, emblème d’une situation pour ainsi dire « normale » où chaque linguiste se situe par rapport aux autres, à l’instar d’ailleurs de Saussure lui-même. (Chriss et Puech 1999, p. 59, souligné dans l’original)

  • 6 Dans sa fameuse lettre adressée à A. Meillet en 1894, F. de Saussure prouve son éloignement pour un (...)

22Retenons ce dernier point : Saussure par rapport à son entourage. Un historien de la linguistique, à son tour, désire passer de l’autre côté du miroir, dans la mémoire linguistique de Saussure où est enregistré l’un des résumés possibles, quoique fort adéquat par plusieurs aspects, de la réflexion sur la diversité linguistique et langagière. La composition d’un cours de linguistique générale sous sa forme actuelle était une conséquence inévitable de ce qui flottait dans l’air du temps, même si Saussure, plutôt réfractaire à l’idée de concrétiser sa pensée, n’a pas su saisir dans toute son ampleur l’opportunité que présentait la science linguistique mal assurée de l’époque.6

  • 7 L’acte du 8 décembre 1906 confie l’enseignement de la linguistique générale et celui de l’histoire (...)
  • 8 Le besoin de systématisation a caractérisé le parcours intellectuel de F. de Saussure depuis son to (...)

23Il s’agira d’assumer les différents rôles que le miroir saussurien impose. Aussi bien pour les contemporains que pour la postérité, Saussure occupe, pour ainsi dire, la fonction d’éminence grise qui, sans le savoir ni le vouloir, manœuvre la pensée de tout un chacun. Sans pour autant nous joindre à l’armada des saussurologues, il nous sera nécessaire d’établir un bilan des principaux acquis de la linguistique saussurienne par le biais des manuscrits publiés disponibles. Étant donné que le Cours de linguistique générale, avec toutes ses répercussions, entre dorénavant dans le bagage intellectuel de tout linguiste, et notamment de l’historiographe de la pensée linguistique de l’époque, Saussure se trouvera tout au long du travail soit à l’arrière-plan, soit autour, soit entre parenthèses, soit en position de point de repère, bref, il sera une sorte de planche de salut. Faute de meilleurs outils, on tentera de « montrer au linguiste ce qu’il fait » en gardant à l’esprit les concepts saussuriens. Cette réminiscence est légitime même du point de vue historique, car dans ses cours de linguistique générale professés à l’Université de Genève entre 1907 et 19117, Saussure, esprit systématisant8, discute les problèmes qui tourmentent les linguistes contemporains en les passant au crible de son analyse et en en établissant une synthèse rigoureuse (non sans quelques hésitations).

24On cherchera à projeter les concepts saussuriens, avant même qu’ils soient des termes théoriques saussuriens, dans la pensée des érudits qui n’ont jamais eu le statut de Saussure pour ce qui est de leur réception. À cet endroit, on se gardera toutefois de faire de l’historiographie génétique proprement dite, autrement dit d’expliquer un état de choses par un état de choses précédent, à son tour expliqué par un état de choses précédent, et ainsi de suite. Ce modèle repose sur le principe de causalité. L’explication génétique-causale comporte intrinsèquement une présomption de cumul, ce qui sous-entend que l’évolution historique consisterait en un progrès constant, qui non seulement se fonderait sur les acquis antérieurs, mais finirait par les surpasser. Ce serait propre à réduire le travail de l’historien à une chasse aux précurseurs. Le modèle génétique-causal s’appuie sur la trivialité que traduit le proverbe latin de nihilo nihil. La méthodologie de l’histoire de la linguistique, notamment la question des influences, a été étudiée en détail par Konrad Koerner (1989) qui postule que l’historiographe doit situer l’objet de la recherche au Zeitgeist, climat intellectuel ou air du temps, ainsi que retracer les sources d’une théorie donnée. Selon Koerner, il faut tout d’abord prendre en considération les années formatrices du linguiste en question, mais à condition seulement de pouvoir détecter des parallèles textuels entre une théorie particulière et ses supposées sources, les influences seront plus manifestes. Il existe toutefois un facteur capital : la référence directe à l’œuvre d’autres érudits, qui en dernier lieu permet d’établir de véritables liens causaux entre des théories.

25Étant donné que cette méthode a été appliquée à plusieurs reprises dans les études saussuriennes, on se contentera d’en retenir le premier principe, l’air du temps, notion vaste et vague. Or, l’air du temps n’est pas un nuage, mais un concept imprégné d’historicité qui condense les imaginaires en circulation, les discours d’origines diverses, à la manière de la notion foucaldienne d’épistémè selon laquelle un discours émerge grâce à la convergence de différents discours. L’épistémè d’une époque donnée détermine, dans un réseau d’intellectuels, ce dont on peut parler et ce qu’on doit taire. L’air du temps se voit réaliser également sous le mode de la « contagion des idées », pour utiliser l’expression de Dan Sperber (1996), selon laquelle les idées se transmettent, comme des épidémies, involontairement au sein d’une collectivité dans un espace déterminé. En l’occurrence, l’air du temps s’accumulera dans les dichotomies saussuriennes qui mettront en valeur la problématique entre le continu ontologique de la langue et le discontinu méthodologique des catégories linguistiques. Si l’on tient pour acquis que les cours genevois constituent l’expression la plus travaillée de la pensée saussurienne, il faudrait toutefois souligner l’importance des années formatrices dans son organisation. Or, travesti au sens de formation continue, ce dernier principe n’est pas sans équivoque, car le formé est aussi formateur. Saussure séjourna à Paris, on le sait, de 1881 à 1891, professant à l’EPHE. Il laissa une trace indélébile dans l’esprit de ses élèves :

Il y enseigna pendant une dizaine d’années avec un éclat et une autorité incomparables et, parmi tant de maîtres éminents, fut l’un des plus écoutés et des plus aimés. Nous admirions dans ses leçons l’information large et solide, la méthode rigoureuse, les vues générales alliées au détail précis, la parole d’une clarté, d’une aisance et d’une élégance souveraines. Depuis trente ans écoulés, il m’en souvient comme de l’une des plus grandes jouissances intellectuelles que j’ai éprouvées en ma vie. (Ernest Muret, plaquette, p. 43-44, cité dans Mejía 1998, p. 9)

26En 1908, ces mêmes élèves offrent un mélange à Ferdinand de Saussure pour lui exprimer leur gratitude pour « l’impulsion qu’il a donnée aux études linguistiques en France » (BSLP 1908, t. XV, p. xvj). À l’occasion de la remise du volume à Saussure à l’Université de Genève par Meillet et Bally, quelqu’un lit une lettre de Bréal qui loue « la fécondité de son enseignement » (ibid.). Les témoignages du respect envers Saussure sont élogieux dès l’époque parisienne :

F. de Saussure était un vrai maître ; pour être un maître, il ne suffit pas de réciter devant les auditeurs un manuel correct et au courant ; il faut avoir une doctrine et une méthode et présenter la science avec un accent personnel. Les enseignements que l’étudiant recevait de F. de S. avaient une valeur générale, il préparait à travailler et formait l’esprit ; ses formules et ses définitions se fixaient dans la mémoire comme des guides et des modèles. Et il faisait aimer et sentir la science qu’il enseignait […]. (Meillet, BSLP 1912-1913, p. clxix-clxx)

27Le respect était cependant mutuel. Saussure reconnaît dans une lettre adressée à Gaston Paris avoir eu comme élève un public « averti » : « En songeant à l’École des Hautes Études, il est bien sûr que je ne saurais avoir […] un choix d’élèves aussi intéressants pour le maître, aussi préparés et aussi mûrs » (Mejía 1998, p. 10 ; Décimo 1994, p. 80). À l’époque, le cercle parisien constitua « un tout petit monde » de quelques dizaines de linguistes (Bergounioux 1990), qui se fréquentaient et échangeaient des idées, ou baignaient dans la même problématique. La fréquentation de Saussure avec le milieu érudit donne à penser qu’il partageait également la problématique de la vie du langage avec son entourage. Plutôt que de retracer le sens des influences, il convient de reconstituer l’air du temps, l’épistémè de l’époque, associé à cette métaphore, car, en raison de la circulation des idées, la direction des influences dans le cas de Saussure et de ses prédécesseurs ou contemporains serait difficile à maîtriser. Sans les débats parisiens, l’apport de Saussure aurait été plus mince. Il est toutefois indéniable que Saussure a su tirer de ces débats une leçon épistémologique, qu’il finit par formuler dans ses dichotomies.

1.3 La méthode de l’historien

28Le présent travail s’inscrit dans l’histoire de la pensée linguistique, discipline relativement récente, née sans doute en réponse à une certaine frustration causée par le mouvement à vide de la roue. Si l’on a d’abord voulu porter remède à l’ignorance de la pensée des précurseurs, on a par la suite considéré que la connaissance de l’histoire de la linguistique avait une valeur sui generis. Dans la pratique de la recherche linguistique, le point de départ méthodologique consiste, en règle générale, à donner un aperçu historique du sujet étudié, à faire le point sur les travaux effectués auparavant. Dans ces travaux, on se tourne « vers le passé dans le but de légitimer une pratique cognitive contemporaine » (Auroux 1989a, p. 13). Cette méthode peut être vérifiée dans n’importe quelle étude linguistique qui se veut sérieuse. Or, du point de vue historiographique ces aperçus répètent le plus souvent les lieux communs, les propositions non travaillées, transmis d’une source secondaire à une autre sans que les auteurs se soient donné la peine d’aller chercher dans les sources primaires, parce que le but primordial est de livrer une contribution nouvelle à la discipline « linguistique », et ainsi d’ébranler l’échafaudage établi. Sans critiquer outre mesure une telle démarche, on peut considérer cet état de fait comme une heureuse coïncidence pour un historiographe sans ouvrage, dont la tâche sera ainsi complémentaire de celle du linguiste moderne. Si la pratique scientifique moderne est telle que décrite ci-dessus, l’inverse devrait aussi être vrai. L’histoire de la linguistique s’avère plus intéressante quand on peut donner au sujet de recherche une motivation qui attire l’attention des linguistes modernes. La métaperspective des recherches historiques est de parvenir aux connaissances qui sont pertinentes du point de vue du présent. La linguistique moderne peut aller jusqu’à déterminer le programme de recherche de l’historien : afin de non seulement corriger les idées préconçues, mais surtout de proposer des pistes pour guider la recherche. Cependant, la tâche de l’historien devant la linguistique moderne est un travail ingrat en raison de la multiplication constante des publications : un chercheur doit être à la fois un historien de la linguistique et un linguiste moderne. Mais si l’historien s’en tient aux travaux en cours, il se trouvera dans l’impossibilité de mettre un point final à son étude dans chaque cas particulier, ce qui serait propre à brouiller le partage du travail entre l’historien et le linguiste contemporain. Une difficulté supplémentaire résulterait de la datation en continu : il faudrait déterminer le délai à partir duquel on est encore dans le domaine de la linguistique moderne et déjà dans le domaine de l’histoire de la linguistique si l’on travaille sur une période relativement récente. En conséquence, le programme de recherche établi par la linguistique moderne fait que l’historiographe n’est guère plus favorisé dans ses méthodes que le linguiste d’aujourd’hui qui se contente de faire des excursions sommaires dans l’histoire de la linguistique. En revanche, « il est convenu que l’illusion rétrospective (le fait de voir une théorie ancienne avec les critères d’une théorie actuelle, ou ultérieure) est une erreur méthodologique grave » (Sériot 1999, p. 24). En adoptant une perspective moderne, on risque de commettre un léger anachronisme, péché véniel il est vrai, car, malgré les prétentions d’objectivité, on ne saurait nier qu’un scientifique ne peut ne pas être influencé par son temps, par ses lectures, par son cadre social. Cela est un fait bien établi dans la sociologie des sciences, comme le constate Pierre Braud :

Les chercheurs en tant qu’individus sont influencés par les savoirs qu’ils ont acquis, mais aussi par leurs inclinations affectives, politiques ou éthiques, leurs stratégies rivales d’affirmation, leurs affiliations intéressées à des réseaux. Tout cela joue un rôle dans l’adoption des thèmes de travail et des partis pris méthodologiques, dans la sélection des faits observés et l’orientation des interprétations. (Braud 2001, p. 543)

29Sans entrer dans le détail des biographies des scientifiques, on ne saurait pour autant sous-estimer le fait qu’une objectivité abstraite de tout aléa personnel serait difficile à atteindre. Aussi doit-on accepter certains choix de l’agent qu’est l’historien.

30Si l’on fait le point sur la méthode adoptée par les historiens de la linguistique, on s’aperçoit que la division de leur travail est généralement bipartite : l’historiographe a le choix entre l’histoire conceptuelle de la linguistique qui prend le « langage comme objet de savoir » (Swiggers 1997b, p. 2), et l’histoire institutionnelle qui étudie les conditions et les enjeux sociologiques du contexte dans lequel la pensée linguistique évolue. Cette distinction en évoque une autre qui scinde la conception de la science en une conception propositionnelle et en une conception sociale : la première accentue le rôle des connaissances alors que la seconde étudie l’interdépendance des composants théoriques (représentations, protocoles expérimentaux), sociologiques (institutions, carrières, personnels scientifiques) et pratiques (intérêts de connaissance) (Auroux 1990, p. 48). Le risque de la conception propositionnelle de l’histoire de la linguistique réside sans doute dans sa réduction structurale qui consisterait à rester dans la signification véhiculée par le texte, alors qu’à cette signification il importerait d’apporter le contexte concret du discours. Le contexte est d’importance, car il limite le nombre d’interprétations possibles du propositionnel tout en étayant l’interprétation. Or, le contexte d’une théorie ne saurait être élargi d’emblée par des enjeux sociaux, culturels et politiques, mais devrait être plutôt ramené à l’intertexte conformément à ce que fait l’histoire conceptuelle. Cette approche privilégie le rôle de l’auteur et de sa bibliographie intellectuelle au détriment d’une biographie qui est à la merci d’enjeux externes, car, si l’on désire établir des liens de causalité entre les composants théoriques, sociologiques et pratiques, on doit toutefois prendre pour point de départ la pensée de l’auteur et ne faire varier qu’ensuite la position des antécédents et des conséquents. Sans dédaigner l’histoire institutionnelle, ce travail s’inscrit dans l’histoire conceptuelle et propositionnelle, qui comprend les catégories, les concepts et les métaphores, ainsi que les sciences auxiliaires de la linguistique pour autant qu’elles font valoir une heuristique pour la linguistique. Parmi les sciences auxiliaires figurent les sciences naturelles, l’anthropologie, la sociologie, la psychologie et la géographie. Étant donné que cette recherche avoue son affiliation à l’histoire conceptuelle de la linguistique, caractérisée par des questions éternelles sans réponses univoques, la linguistique moderne a contribué à mettre en place son programme de recherche, car les problèmes traités sont toujours objets de dispute. La référence à la linguistique moderne la range du côté de l’historiographie internaliste selon laquelle nos prédécesseurs sont nos contemporains, alors que le parti opposé, l’historiographie externaliste, désavoue la projection d’une problématique moderne sur les sources anciennes. Les historiographes internalistes considèrent comme allant de soi d’établir des parallèles entre les théories passées et présentes. En ce sens, des correspondances seront recherchées entre des entités historiques qui seront traitées en quelque sorte comme figées et des entités de la linguistique moderne.

  • 9 Voir, par exemple, Problemy poetiki Dostoievskogo (Problèmes de la poétique de Dostoïevski) (1991) (...)
  • 10 En anglais, on parle de God’s eye position dans les études littéraires, d’où cette expression.
  • 11 Ce terme est de J. De Clercq et de P. Swiggers (1991) qui l’associent au sens de l’interprète (cont (...)

31Le travail interprétatif, centré sur le texte et l’intertexte (qualifié de capacité d’un discours à s’associer aux autres discours sur le même thème), conduit à mettre en place une historiographie polyphonique (Klippi 2004a), terme forgé dans le sillage de Mikhaïl Bakhtine.9 Le but d’une démarche de l’historiographie polyphonique est de recenser la multiplicité des points de vue dans le cadre d’un discours daté. Il est une extension du principe des sciences herméneutiques qui ont un double sens selon qu’on se situe à l’échelon conceptuel du chercheur ou à l’échelon de l’objet de recherche. Dans ce travail interprétatif, on peut distinguer trois points de vue enchevêtrés : celui de l’historien, celui de l’interprète, et celui de l’agent. Malgré l’exigence d’objectivité, l’historien ne peut faire entièrement abstraction de sa propre biographie linguistique, en sorte qu’il n’est pas à l’abri de jugements de valeur et que le choix de l’objet de sa recherche est orienté dans une large mesure par sa formation. En tant qu’historien on s’en tiendra à la focalisation d’un narrateur omniscient, au point de vue de Dieu.10 Le deuxième point de vue conduit à examiner comment l’objet de l’historien, l’auteur étudié, se montre historien lui-même. À l’aune de l’herméneutique, la tâche consiste à dégager le sens de l’interprète : quels sont ses jugements de valeur, comment adopte-t-il « le point de vue de Dieu » ? Le troisième point de vue concerne le sens authentique que l’agent a donné à son texte. Il faut situer sa pensée par rapport à son contexte qui s’étend de l’œuvre entière au discours linguistique de l’époque, voire au contexte social, politique et culturel. Le travail proprement philologique constitue le fondement méthodologique primordial et nécessaire quelle que soit la position philosophique, ce qui met en exergue la futilité de l’opposition entre l’externaliste et l’internaliste. Étant donné que l’objet d’une étude historiographique est constitué de textes qui se situent dans des contextes, on ne peut ignorer cette tradition herméneutique qui étudie le sens original, celui de l’agent, et le sens des interprètes multiples dont le nombre va croissant à partir des contemporains jusqu’à aujourd’hui. En ce qui concerne le choix des textes, au lieu de s’adonner à la recherche d’une « autre histoire »11 qui permet l’accès en quelque sorte par la petite porte, c’est-à-dire qui se trouve dans les documents non publiés comme dans les lettres personnelles (ou épitexte en termes genettiens), on utilisera la voie consacrée qui chemine dans un no man’s land où les ouvrages sont disponibles à tout un chacun sans être, à quelques exceptions près, des monuments. À la lumière de l’historiographie polyphonique, on pourra reconnaître les visées de l’œuvre concernée, mesurer ainsi son impact et situer les concepts et les propositions par rapport à diverses significations contextuelles.

32On se penchera donc sur le concept hérité de la métaphore de la vie du langage, hérité dans le sens où il n’est pas forgé par l’historien, mais validé dans le contexte de l’époque (voir Koselleck 1990 [1979]). Cette seule métaphore présente une galerie de significations linguistiques dans lesquelles tout spectateur interactif laisse sa trace. La métaphore en tant que telle constitue un syntagme solide alors que le concept sous-jacent est voué aux forces transformatrices de l’histoire. Elle remplit ainsi le critère que les historiens donnent au concept : « […] pour qu’un mot devienne un concept, il faut qu’une pluralité de significations et d’expériences entre dans ce seul mot » (Prost 1996, p. 127, souligné dans l’original). Or, cette pluralité finit par se retourner contre le syntagme tant et si bien que ses éléments constitutifs vont avoir recours à d’autres dérivés du même champ sémantique pour finalement dissoudre le syntagme lui-même. La métaphore de la vie du langage est suffisamment arbitraire pour permettre la transformation, et en même temps suffisamment motivée pour délimiter le sens vers lequel tend la transformation du concept. On retracera la relation du concept à l’entité désignée, c’est-à-dire la langue, d’un changement à l’autre. La transformation de la métaphore est une preuve de son caractère polysémique et de sa plasticité, ce qui constitue également une source de difficulté pour définir l’objet auquel elle renvoie, mais en même temps son intérêt scientifique. On verra également la « proposition esquissée » (Wells 1979, p. 24) de la vie du langage, dont l’apparition est analogue à un événement historique pour ce qui est des critères de retentissement et de créativité qui servent à le définir (Winock 2002). Si l’on se fie à ces critères, il ne serait pas trop exagéré d’associer l’apparition de la formule à un événement au sens où elle marque les esprits à jamais dans un certain espace-temps. L’importance de l’événement de la vie du langage s’avère cruciale en vertu de son retentissement. Les participants à l’événement linguistique ont une intuition sur son intégration parmi les faits qui marquent l’histoire, ce qui, en l’occurrence, se constate par la vivacité du discours qu’il suscite. L’historien a pris le recul nécessaire par rapport à l’événement de la vie du langage pour en évaluer la créativité. À la manière d’un événement historique au sens courant, l’apparition de la métaphore de la vie du langage est destructrice, car elle change la manière de regarder le langage, mais elle est aussi continuatrice, car cette nouvelle manière de voir possède sa propre logique créative.

33La construction d’une intrigue historiographique participe de toute construction de mondes à travers la langue. Sur le plan méthodologique, on peut distinguer trois phases dans le travail de construction historiographique : la phase documentaire, la phase explicative et la phase littéraire. Dans le présent travail, la phase documentaire consiste à détecter les témoignages qui accréditent l’hypothèse de l’existence d’un ensemble scientifique qui s’articule autour de la métaphore de la vie du langage. Il s’agit d’un ensemble conjectural tout comme les témoignages qui en découlent. La phase documentaire et la phase explicative sont enchevêtrées pour autant que l’explicandum, le quoi, et l’explicans, le parce que, sont irréductibles à l’une des deux phases.

34Pour ce qui est de la phase littéraire, elle tient en une phrase : l’histoire s’écrit. Voltaire (1694-1778) a déclaré dans sa contribution à l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert que la composition historique ressemble à une tragédie – il faut une exposition, un nœud et un dénouement dans une histoire, mais contrairement à un récit littéraire, il s’agit plutôt d’un « récit des faits donnés pour vrais » (Encyclopédie, art. « Histoire »). Antoine Augustin Cournot (1801-1877), à son tour, a posé que l’historien est artiste – il saisit et rend une physionomie à un objet qui au départ n’est qu’une masse hétérogène de faits (1975 [1851], p. 373). Ainsi est-ce une banalité de dire que l’histoire ne se saisit pas directement, mais qu’elle est trace du passé, d’où le fait établi parmi la plupart des historiens que l’histoire en tant que science est une construction qui relève de l’activité intellectuelle. Cette construction se traduit par une intrigue qui, selon Paul Veyne (1971, p. 51), est « une tranche de vie […] que l’historien découpe à son gré et où les faits ont leurs liaisons objectives et leur importance relative ». Hayden White (1973) pose dans le même esprit que l’historien accomplit un acte linguistique en organisant sa matière première historique en un univers compréhensible.

35Une fois posé l’explicandum, ce qui demande à être expliqué, et esquissé l’explicans, ce qui explique, on ne s’en tiendra pas simplement à une documentation chronologique ou à une amplification par paraphrase des événements ou des textes linguistiques, mais on cherchera à circonscrire les sources émanant de la thématique de la vie du langage, sources au pouvoir évocateur d’une linguistique générale. La multiplicité et l’évolution des interprétations de la métaphore imposent un ordre quasi chronologique qui accentue sa réécriture et son interprétation du point de vue de l’agent, encore que le choix du sujet constitue en tant que tel une interprétation de la part de l’observateur qu’est l’historien. Par sa position et par la nature de l’objet de la linguistique, l’historien de cette discipline n’est pas à l’abri de l’anachronisme ou de la spéculation. L’équité vis-à-vis des linguistes étudiés et de la vérité historique reste toutefois le but premier, car il y a une solidarité entre l’interprétation et la vérité.

  • 12 Sur le récit et le tableau dans l’historiographie, voir Prost 1996, chap. 11.

36La problématique de cette recherche serait à rapprocher du récit dont l’intrigue constituerait un ensemble quasi chronologique au rythme lent. Sa narration, à son tour, est segmentée par des tableaux successifs dont chacun présente une prise de position sur la vie du langage et prépare le suivant. Les tableaux se justifient par le récit qui met en relief la transformation globale de l’interprétation de la vie du langage.12 Dans un premier temps, il sera question d’une épistémologie des points de vue et de la métaphore dans une perspective scientifique (partie 2), ainsi que du contexte scientifique de l’époque qui a permis de construire le réseau dans lequel circulent les idées relatives à la vie du langage (partie 3). Dans un deuxième temps, plusieurs tableaux permettront de faire le récit du passage d’une lecture littérale à une lecture métaphorique. Le premier tableau traitera la vie du langage au sens littéral, avec un accent particulier mis sur l’une des extrémités de la vie, sa naissance (partie 4). Le deuxième interprétera « la vie en tant que transformation », perspective qui conduit à envisager la langue comme une entité constamment en mouvement, et dont les changements, notamment phonétiques, nécessitent une formulation de lois (partie 5). Le troisième poursuit la problématique du changement, du point de vue de la morphologie, de la sémantique et de la syntaxe, sous l’intitulé « La vie des mots » (partie 6). Le quatrième tableau, « La langue sur le vif » (partie 7), par l’intérêt porté sur la dimension spatio-temporelle de la langue, marquera enfin une solution de continuité dans la lecture littérale de la vie du langage au profit de sa lecture métaphorique. En dernier lieu, avec le cinquième tableau, « Le langage et la vie » (partie 8), on assistera à la dissolution complète de la métaphore. La notion émergente de linguistique générale devra se dégager au fur et à mesure des lectures plurielles de la vie du langage.

Notes

1 Une question vaine, nous semble-t-il, qui après la seconde guerre mondiale a ouvert un débat sur l’histoire internaliste ou externaliste (Blanckaert 1995, p. 39). Au lieu d’aller jusqu’à constituer des catégorisations strictes selon lesquelles un internaliste prendrait pour objet de savoir la pensée linguistique abstraite des contingences externes, alors que l’externaliste s’intéresserait aux conditions contextuelles dans lesquelles la pensée en question évolue, il faudrait plutôt voir dans cette opposition une division du travail et une complémentarité. L’une des approches n’exclut pas l’autre (voir section 1.3).

2 Il s’agit d’un compte rendu de l’ouvrage de T. G. Tucker : Introduction to the Natural History of Language (1908), un essai qui relève du genre de la linguistique générale. A. Meillet estime qu’il manque de « vues nouvelles ».

3 Il convient d’ajouter quelques données fournies par la dialectologie afin de rendre justice à ce domaine dont le rôle n’est pas moindre dans l’émergence de la linguistique générale. Or, on ne saurait épuiser les innombrables sources d’études empiriques, d’où un échantillon représentatif sur les problèmes dialectologiques qui n’ont pas cessé d’animer les esprits des linguistes généralistes. Parfois, pour seconder les interprétations et pour étayer la vérité historique, il est également nécessaire de prendre en considération la réception contemporaine, ce qui nous fera dépasser les strictes limites temporelles que le corpus principal nous imposerait.

4 Les notes numérotées dans l’édition d’Engler sont accompagnées des précisions indiquant l’un des trois cours où le thème en question a été traité ainsi que le patronyme de l’étudiant qui a pris les notes (par exemple, CLG/E [I] : III C 1714) – I R, II R : A. Riedlinger, cours I et II ; Ca : L. Caille, cours I ; G : L. Gautier, cours II ; B : F. Bouchardy, cours II ; IIC, IIIC : E. Constantin, cours II et III ; D : G. Dégallier, cours III ; S : Mme A. Sechehaye, cours III ; J : F. Joseph, cours III. L’abréviation N fait référence aux notes de Saussure lui-même.

5 Parmi les principaux ouvrages, il convient de mentionner Bouquet 1997, Mejía 1998 et Fehr 2000.

6 Dans sa fameuse lettre adressée à A. Meillet en 1894, F. de Saussure prouve son éloignement pour un tel projet : « Cela finira malgré moi par un livre où, sans enthousiasme ni passion, j’expliquerai pourquoi il n’y a pas un seul terme employé en linguistique auquel j’accorde un sens quelconque » (SM, p. 31). Cette prédiction s’est réalisée à la lettre : sa pensée a effectivement été concrétisée malgré lui. En toute connaissance de cause, A. Meillet (1914, p. 32), dans son compte rendu du CLG, s’approprie la pensée de F. de Saussure quant à la possibilité d’un tel manque de respect : « La famille et les élèves genevois de F. de Saussure se sont trouvés devant un cas de conscience délicat. F. de Saussure qui hésitait de plus en plus à rédiger ses idées sous une forme définitive, n’a laissé à sa mort aucun travail inédit en état d’être publié. Mais il avait professé à plusieurs reprises des cours de linguistique générale qui avaient fait sur les auditeurs une impression profonde. Ces cours n’étaient pas destinés à être imprimés, et F. de Saussure se serait assurément refusé à laisser publier, de son vivant, la rédaction qu’en aurait faite l’un de ses auditeurs. » On pourrait aller jusqu’à prétendre que le CLG publié est le résultat d’un acte de violence contre la volonté de Saussure même, et par conséquent, une tentative de recréer la pensée originale de l’auteur mythique.

7 L’acte du 8 décembre 1906 confie l’enseignement de la linguistique générale et celui de l’histoire et de la comparaison des langues indo-européennes à F. de Saussure à la faculté des lettres et des sciences sociales de Genève (SM, p. 34 ; CLG/D, p. 353). Dans le premier cours (du 16 janvier 1907 au 3 juillet 1907), Saussure traite de phonologie, de linguistique évolutive, des changements phonétiques et analogiques, du rapport entre les unités perçues par le locuteur en synchronie, des unités de la grammaire historique, de l’étymologie populaire, et des problèmes de la reconstruction (CLG/D, p. 353). Le deuxième cours (de la première semaine de novembre 1908 au 24 juin 1909) est le premier exposé cohérent de la linguistique saussurienne : il affronte la théorie des signes et la théorie de la langue, donne les définitions de système, d’unité, d’identité et de valeur, et enfin, donne une description de la synchronie et de la diachronie (SM, p. 35 ; CLG/D, p. 353). Le troisième cours (du 29 octobre 1910 au 4 juillet 1911) traite de la géographie linguistique, de l’écriture et de la phonologie, des principales familles de langues (SM, p. 35). F. de Saussure n’aborde la linguistique statique que dans les toutes dernières leçons.

8 Le besoin de systématisation a caractérisé le parcours intellectuel de F. de Saussure depuis son tout jeune âge, comme il en témoigne lui-même dans une lettre adressée à A. Pictet en 1872 : « […] j’ai toujours eu la rage de faire des systèmes avant d’avoir étudié les choses en détail » (Candaux 1975, p. 8, 10 ; voir aussi Fehr 2000, p. 68-69).

9 Voir, par exemple, Problemy poetiki Dostoievskogo (Problèmes de la poétique de Dostoïevski) (1991) où M. Bakhtine définit la polyphonie en tant que capacité de l’auteur « d’entendre et de comprendre toutes les voix [des protagonistes] à la fois et simultanément ».

10 En anglais, on parle de God’s eye position dans les études littéraires, d’où cette expression.

11 Ce terme est de J. De Clercq et de P. Swiggers (1991) qui l’associent au sens de l’interprète (contemporain de l’agent). Nous nous sommes permis de restreindre quelque peu la portée de ce terme, car, selon nous, le sens de l’interprète fait (ou devrait faire) partie de l’histoire canonique au même titre que celui de l’agent.

12 Sur le récit et le tableau dans l’historiographie, voir Prost 1996, chap. 11.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search