Version classiqueVersion mobile

La vie du langage

 | 
Carita Klippi

Remerciements

Texte intégral

1Parlant d’un travail de recherche qui s’intéresse à la langue comme un être vivant, il ne serait pas trop mal approprié de le comparer à un enfant chéri dont la gestation a été aussi longue que son sevrage a été difficile. L’ouvrage qui résulte de ce labeur est fondé sur une thèse de doctorat du même intitulé, réalisée en co-tutelle et soutenue à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines à Lyon en 2005. Une première intuition de la vie du langage m’est venue grâce à la lecture de travaux consacrés audit paradigme dynamique de la linguistique moderne et à une étude sur les manuscrits de F. de Saussure. Une connaissance plus approfondie du contexte historique a conforté et affiné cette intuition.

2Si j’en suis arrivée là, c’est grâce à l’enseignement limpide et profond de M. Esa Itkonen, professeur de linguistique générale à l’Université de Turku. Il n’a eu de cesse durant toutes ces années de m’inculquer une vocation pour la linguistique. Je le remercie vivement d’avoir accepté de diriger ma thèse. Le hasard de la vie autant que mon vif intérêt pour l’histoire de la linguistique, m’ont conduite à Paris où elle était une discipline à part entière, organisée autour de M. Sylvain Auroux, alors directeur de l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines. L’ample vision épistémologique de l’histoire de la linguistique de Monsieur Auroux est sans égale. Je lui suis fort reconnaissante de m’avoir permis d’intégrer l’ENS LSH en tant que doctorante, rare privilège pour une étrangère. Mes deux directeurs sont des scientifiques exemplaires, qui placent très haut l’idée qu’ils se font de leur discipline.

3Je remercie également mes rapporteurs, M. Christian Puech, professeur à l’Université Paris III, et Mme Francine Mazière, professeure émérite à l’Université Paris XIII, que j’apprécie beaucoup tant sur le plan humain que scientifique. Sans leur soutien constant et leur générosité, sans la lecture de mon manuscrit qu’ils ont accepté de faire et de refaire et sans leurs commentaires pertinents, cet ouvrage aurait difficilement vu le jour. Je tiens à remercier M. George Bohas, professeur à l’ENS LSH, pour avoir accepté d’être membre du jury de ma thèse et pour m’avoir signalé quelques pistes à exploiter. Je suis fort reconnaissante à M. Bernard Colombat, professeur à l’Université Paris VII, d’avoir pris en charge la publication de mon manuscrit avec l’équipe d’ENS Éditions. Je tiens à exprimer ma dette à Michel Hastings, professeur à l’Institut d’études politiques de Lille, pour de nombreux échanges interdisciplinaires autour du xixe siècle et pour avoir accepté de poser un regard extralinguistique sur mon manuscrit. Je sais gré à Mme Meri Larjavaara, professeure à Åbo Akademi, et à Mme Jacqueline Léon, chercheuse au CNRS, pour leur soutien amical et scientifique. Ma gratitude profonde va à mes collègues de l’Université de Tampere, à M. Jukka Havu, professeur de français, toujours disponible et encourageant, et aux maîtres de conférences de français, Mme Soili Hakulinen, pour sa collégialité et M. Philippe Jacob, pour avoir toujours accepté la tâche ingrate de corriger mes phrases « bancales » et pour avoir passé de longues heures à étudier la vie de mes mots.

4Je suis reconnaissante à l’Académie finlandaise, à la Fondation finlandaise pour la Culture et à la Fondation de l’université de Tampere de leur aide financière indispensable grâce à laquelle j’ai pu développer ces idées.

5Enfin, je dédie cet ouvrage à tous ceux qui m’ont fait découvrir, parfois à leur insu, la grammaire descriptive de la vie. Et que dire de celui qui m’a fait le cadeau le plus attendu de la vie.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search