Version classiqueVersion mobile

Un siècle de phonétique expérimentale

 | 
Louis-Jean Boë
, 
Coriandre-Emmanuel Vilain

Partie IV. Champs d’application de la phonétique expérimentale

Petit parcours prosodique de Grenoble à Aix-en-Provence : pionniers, dissidents et fédérateurs

Anne Lacheret-Dujour

Note de l’éditeur

L’auteur tient à remercier pour leur aide dans la mise en place de ce chapitre : Louis-Jean Boë, mémoire vivante des recherches sur la parole en France, qui n’a pas compté son temps et son énergie dans cette affaire ; Albert Di Cristo, Philippe Martin, Yves-Charles-Morin, Mario Rossi, Jacqueline Vaissière, pour des échanges fructueux, des informations précieuses et des avis éclairés.

Texte intégral

  • 1 Ainsi, ces deux laboratoires n’ayant que peu ou pas développé d’étude sur la prosodie dialectale, i (...)
  • 2 Avant qu’il ne fusionne en 1983 avec le Laboratoire de la communication parlée de l’ENSERG (École n (...)
  • 3 Agrégé de grammaire (1952), élève de Georges Straka, spécialiste du thaï, directeur de l’Institut d (...)
  • 4 Agrégé d’anglais (1939), directeur-fondateur de l’Institut de phonétique d’Aix (1962-1977).
  • 5 Agrégé d’italien (1959), directeur du Laboratoire parole et langage (1974-1992).

1Envisager un parcours historique sur les recherches françaises en prosodie, dans une perspective linguistique, constitue un exercice difficile même si nous limitons drastiquement1 le propos en nous centrant sur deux laboratoires uniquement et sur une époque bien circonscrite. Et pour cause : il s’agit d’aborder là un domaine toujours en quête d’identité et dont on a finalement bien du mal à fixer les pourtours. Dans ce contexte, notre propos restera modeste : il s’agit de faire comprendre le rôle charnière de l’Institut de phonétique de Grenoble d’abord2, de celui d’Aix-en-Provence ensuite, pour l’essor des recherches sur la prosodie en France, et, dans ce cadre, de rappeler l’apport initial de trois figures clés, René Gsell3, Georges Faure4 et Mario Rossi5. Après avoir posé le domaine sous l’angle définitoire, nous verrons comment des années 1960 aux années 1980, période féconde pour la linguistique, des thématiques de recherche extrêmement foisonnantes (Léon 1972), discutées internationalement, se sont fédérées autour de ces deux laboratoires. Le problème crucial de la discrétisation des unités prosodiques et de leur statut dans le système de la langue, la polyvalence fonctionnelle de l’intonation et de l’accentuation, leur ancrage syntaxique et informationnel, enfin leur dimension phonostylistique, ont donné lieu à des études riches et diversifiées – le balisage de ces différents domaines constituant un point d’ancrage incontournable pour la définition et l’exploration des thématiques contemporaines, nous en dirons quelques mots dans notre conclusion.

1 Domaines phonétique et phonologique de la prosodie.

1 Domaines phonétique et phonologique de la prosodie.

1. Un domaine à l’interface

2La caractéristique première du domaine à explorer est sans doute la difficulté à le définir en tant qu’objet d’étude clairement circonscrit et partagé par une communauté homogène (voir Di Cristo 2004 pour une discussion).

1.1 Définition du champ

  • 6 Voir Rossi 1999 pour une présentation des différentes approches.

3Le chercheur qui souhaite s’initier au domaine et qui, en premier lieu, essaiera d’en saisir la porté définitoire se verra confronté à de multiples définitions plus ou moins opaques et circulaires, et/ou centrées sur différents niveaux d’analyse trop souvent confondus : paramètres phonétiques actualisés dans la substance, formes prosodiques rattachées au système de la langue, fonctions linguistiques et ectolinguistiques de la prosodie. Compte tenu de cette situation, nous adopterons un parti pris définitoire minimaliste. De ce point de vue, la prosodie peut être décrite comme s’articulant autour de deux niveaux d’analyse : phonétique et phonologique (illustration 1, voir aussi Hirst et al. 1999). Au niveau phonétique, concret, les principaux paramètres associés à la production et à la perception des composantes prosodiques du signal de parole sont au nombre de trois : 1) la fréquence fondamentale ou fréquence laryngienne (F0), estimation du son laryngien à partir du signal acoustique à un instant donné ; 2) la durée, mesure d’un intervalle de temps nécessaire pour émettre le signal de parole ; elle concerne donc l’organisation temporelle du message et comprend le débit de parole (nombre de syllabes par seconde), le tempo (accélération ou ralentissement du débit à l’intérieur d’un groupe prosodique) et les pauses ; 3) l’intensité, énergie contenue dans le signal de parole. Au niveau phonologique, abstrait, on rend compte de deux mécanismes imbriqués et de portée variable : l’accentuation (processus local, portant sur le mot et la syllabe) et l’intonation (mécanisme global : intonation de groupe, de phrase, d’énoncé). La démarche du phonologue sera d’associer aux événements qui émergent de l’analyse phonétique (contours ou points cibles), des représentations symboliques de deux natures, lexicales et postlexicales, et des unités de description pertinentes (tons, morphèmes intonatifs, ou formes globales émergentes)6. La qualité de cette analyse formelle de la prosodie conditionne la pertinence de son étude fonctionnelle d’une part, la force prédictive des modèles développés dans l’optique de la génération d’une structure prosodique hiérarchisée d’autre part.

2 La prosodie, une thématique d’emblée pluridisciplinaire.

2 La prosodie, une thématique d’emblée pluridisciplinaire.

1.2 La prosodie face à l’interdisciplinarité

4Seconde caractéristique du domaine, les travaux sur la prosodie sont par nature pluridisciplinaires et, dans les années qui nous intéressent, font déjà dialoguer de manière féconde ingénieurs, informaticiens et linguistes, de l’étude de la source vocale aux analyses formelles et fonctionnelles. Et, effectivement, la pertinence des analyses linguistiques suppose en aval de sérieux travaux consacrés à l’analyse des paramètres prosodiques sous l’angle articulatoire, acoustique et perceptif (voir l’article de Philippe Martin dans ce volume).

2. René Gsell, Georges Faure, Mario Rossi : trois figures pionnières

5C’est dans cette dimension fondamentalement « plurielle » que s’exprime la spécificité des recherches en prosodie des langues : l’interaction permanente entre théories linguistiques d’un côté, modélisation et instrumentation de l’autre. Si les théories fonctionnelles nourrissent les recherches sur le terrain en parole, elles s’abreuvent en retour des travaux effectués par les ingénieurs (instrumentation pour l’analyse des données, validation des hypothèses par la modélisation et la synthèse). C’est la nécessité de cette démarche interactive que René Gsell avait parfaitement sentie dès 1955.

2.1 René Gsell à Grenoble : un précurseur, un fédérateur et un visionnaire

  • 7 Les activités scientifiques y sont arrêtées depuis la guerre.

6Pour ceux qui ont pu le côtoyer et apprécier ses qualités scientifiques (Grossetti et Boë à paraître, Rossi et Vaissière 2002), René Gsell apparaît comme un pionnier et un fédérateur en matière de phonétique acoustique en France. Dès 1955, époque à laquelle il arrive à l’Institut de phonétique de Grenoble, alors âgé de 34 ans, fondamentalement marqué par les Preliminaries to Speech Analysis (Jakobson et al. 1952), Gsell souhaite faire de l’Institut7 un laboratoire capable de s’imposer en phonétique sur la scène internationale. Il bâtit un véritable programme de recherche dont les faits prosodiques (accent, ton, intonation) ne sont pas exclus, bien au contraire. Mais pour mener de façon réaliste son programme sur la charpente sonore du langage, ses caractéristiques acoustiques et prosodiques, dans un contexte où personne ne sait encore travailler « ni sur l’intonation, ni sur l’accent et les variations d’intensité » (Grossetti et Boë à paraître), il lui semble indispensable, avant toute chose, de se donner les moyens instrumentaux corrects :

Il crée l’Institut de phonétique et de linguistique, avec un département de linguistique appliquée doté de laboratoires de langues, et un laboratoire de phonétique expérimentale équipé du matériel alors le plus moderne, grâce à l’aide du CNRS : sonagraphes, oscillomink Siemens, détecteur de mélodie, analyseur d’intensité. En somme, dès les premières années de sa nomination, il se dépense sans compter pour faire de son institut un organisme moderne capable de rivaliser avec les meilleurs laboratoires de l’époque dans le monde. (Rossi et Vaissière 2002, p. 263)

  • 8 École supérieure d’électronique et de radio-électricité de Grenoble, EIE à l’époque (école d’ingéni (...)
  • 9 Centre d’étude pour la traduction automatique de la parole, dirigé par Bernard Vauquois.
  • 10 Celui-ci sera utilisé par la suite dans plusieurs laboratoires de phonétique français, à Aix-en-Pro (...)

7Mais pas d’instrumentation sans ingénieurs et informaticiens. Or, les premiers travaux en traitement automatique de la parole en France voient le jour et la région grenobloise est très active dans ce domaine, c’est donc le moment d’instaurer un dialogue fructueux entre différentes communautés, René Gsell l’a bien compris. Il met en place des partenariats avec en particulier l’ENSERG8 de Grenoble pour l’analyse de la parole, le CETA9 et IBMLa Gaude pour la synthèse du français. Sa collaboration avec l’ENSERG lui permet de faire réaliser des projets d’élèves-ingénieurs innovants et fort utiles pour les chercheurs de l’Institut. Ainsi, René Carré, qui prépare une thèse au laboratoire de servomécanisme et d’instrumentation de mesure de l’école, développe le premier détecteur de mélodie (Carré et al. 1963)10. L’association avec IBM et le CETA permet d’aborder pour la première fois en France la question de la génération automatique de la prosodie pour la synthèse de la parole à partir du texte (Vaissière 1971).

  • 11 Le comité de rédaction est composé de Fourquet, Gougenheim, Imbs, Oléron, Perrot et Vauquois.
  • 12 Groupement des acousticiens de langue française créé en 1948. Le congrès préfigure les premières Jo (...)

8Enfin pas d’outil sans théories et pratique du terrain. C’est ainsi qu’au début des années 1960, René Gsell recrute Hippolyte Rakotofiringa, spécialiste du malgache, comme assistant. En 1964, il accueille Mario Rossi qui va rester un an, avant d’être nommé à Aix-en-Provence. Ce dernier prépare sa thèse en dialectologie italienne à la Sorbonne, sous la direction de Margueron et Perrot, et il prend conscience que son travail ne pourra aboutir de façon satisfaisante que s’il s’appuie sur une analyse phonétique poussée des faits observés. De ce point de vue, l’Institut de phonétique de Grenoble, doté d’outils d’analyse et de mesure phonétique ultramodernes, est le seul à l’époque à lui offrir un cadre expérimental et instrumental solide. Alors qu’il part pour une campagne d’enquêtes dans la région de Parme, Gsell lui prête un enregistreur Nagra pour réaliser de bonnes prises de son. À son retour, le détecteur de mélodie développé par Carré va permettre à Rossi d’entreprendre une analyse détaillée des traits acoustiques et prosodiques du parler étudié. Mais Gsell n’est pas un simple prêteur de matériel, il attend des résultats publiables sur l’intonation. Il crée la revue Langage et Comportement11, où paraissent en 1965 les premiers articles d’Hippolyte Rakotofiringa et de Mario Rossi, l’un sur l’accent distinctif en malgache (Rakotofiringa 1965), l’autre sur les faits prosodiques d’un dialecte d’Italie du Nord, le parler de Rossano (Rossi 1965). Pour finir, le premier congrès sur les structures acoustiques de la parole organisé en 1967 sous l’égide du GALF12 fait parfaitement écho à la conception pluridisciplinaire de René Gsell sur les recherches en phonétique. Cette manifestation d’envergure regroupe en effet plus de 120 participants – chercheurs et industriels – venant de domaines extrêmement variés : psychologie et psychophysiologie, neurologie et neurophysiologie, audiophonologie, acoustique et télécommunications, acoustique musicale, électronique et informatique, et, grande première, linguistique et phonétique.

  • 13 Il quittera Grenoble en 1969 et sera accueilli à l’Institut de phonétique de Paris.
  • 14 Il développe un nouveau détecteur de fréquence fondamentale (Boë 1970, Boë et Rakotofiringa 1971a e (...)
  • 15 Ce dernier développe depuis 1961 un vaste programme d’analyse de synthèse et de reconnaissance de l (...)
  • 16 À la suite du départ de René Gsell, Dimitar Tilkov, docteur en phonétique expérimentale, élève de G (...)

9Mais les profonds bouleversements de 1968 mettent un terme à l’activité grenobloise de René Gsell13. Pour autant, il n’est pas question à Grenoble de faire éclater le cadre scientifique balisé par Gsell ; bien au contraire, celui-ci se voit conforté et renforcé. En pratique, une jeune équipe se constitue autour notamment d’Hippolyte Rakotofiringa, maître de conférences, Michel Contini, attaché de recherche depuis 1964, Louis-Jean Boë, jeune ingénieur recruté en 196714, Denise Jacquemin, enseignante de français langue étrangère, Vincent Lucci, fraîchement arrivé d’Aix-en-Provence, et un nouvel assistant, Christian Abry. À l’instar de l’équipe formée par Gsell, la nouvelle équipe se structure autour d’une approche scientifique pluridisciplinaire, met en place l’informatisation de l’Institut grâce aux collaborations de plus en plus soutenues avec le Laboratoire de la communication parlée (LCP) de l’ENSERG15, le Centre national des télécommunications (CNET) de Lannion et le laboratoire d’oral biology à Farmington (Connecticut). Le premier Bulletin de l’Institut de phonétique qui paraît en 1972, préfacé par Dimitar Tilkov, alors nouveau directeur de l’Institut16, souligne l’importance attribuée aux faits prosodiques dans ce nouveau paysage grenoblois :

L’Institut de phonétique dispose actuellement d’un laboratoire doté d’un appareillage électronique spécialisé (enregistreurs magnétiques, analyseurs de spectres, analyseurs de fréquence laryngienne, etc.) qui permet d’effectuer des analyses spectrales et des études prosodiques. Une partie de cet appareillage a été conçue et élaborée à l’Institut. La recherche développée porte essentiellement sur l’étude de la nature acoustique des sons du langage et sur les phénomènes prosodiques de la chaîne parlée. (Tilkov 1972)

  • 17 À partir de 1983 le LCP de l’ENSERG et l’Institut de phonétique de l’université Stendhal constituen (...)

10Au bout du compte, si l’on dresse un bilan des vingt années, de 1963 à 1983, c’est-à-dire jusqu’à la création de l’Institut de la communication parlée17, les recherches en prosodie à Grenoble se sont fédérées autour de quatre axes majeurs qui témoignent d’une approche intégrée des bas niveaux vers l’interprétation symbolique : 1) recherches sur la source vocale et son contrôle, responsables des variations de la fréquence laryngienne et de l’intensité du signal de parole, 2) travaux sur les caractéristiques intrinsèques des voyelles et des consonnes voisées (fréquence, intensité et durée), 3) méthodologie et instrumentation de la mesure de F0, de l’intensité et de leurs relations, 4) études sur l’accent et l’intonation (conditionnement syntaxique) et les variantes phonostylistiques de la prosodie (conditionnement sociolinguistique, sémiotique et rythmique).

2.2 Le développement du laboratoire de phonétique d’Aix-en-Provence par Georges Faure et Mario Rossi : une dissidence créative

11Assistant en anglais à la faculté d’Aix-en Provence depuis 1956, féru de phonostylistique (voir Faure 1959), Georges Faure prépare une thèse d’État qui sera publiée en 1962 sur Le rôle des éléments musicaux dans la prononciation anglaise (Faure 1962). À l’époque, et ce jusqu’en 1968, les thèses sont centralisées à la Sorbonne où André Martinet règne en figure incontournable de la linguistique fonctionnelle en France. Ce dernier ne souscrit pas au projet scientifique de Faure et refuse catégoriquement de lui faire soutenir sa thèse. L’argument est sans appel : la prosodie ne relève pas de la description phonologique puisqu’elle est exclue de la double articulation du langage. Faure ne se décourage pas et prend contact avec Pierre Fouché à l’Institut de phonétique de Paris, installé rue des Bernardins depuis 1928. Et c’est en définitive avec le chef de file de la phonétique historique en France, pédagogue chevronné (voir ses publications de référence en 1952 et 1959), que Faure présentera sa thèse d’État. En effet, loin des débats qui animent la phonologie structurale à l’époque, qu’il juge trop abstraits et inaptes à rendre compte des problèmes rencontrés concrètement par les didacticiens au quotidien, Fouché a bien compris en revanche l’apport d’un tel travail, en particulier pour l’enseignement et la pratique orale des langues, une préoccupation prépondérante chez Faure depuis le début de sa carrière et qui le restera jusqu’au bout (Faure 1956, Faure et Di Cristo 1977).

  • 18 Si les recherches d’Albert Di Cristo se focalisent sur la prosodie alors que celles de Denis Autess (...)
  • 19 Ce jusqu’en 1976 où le laboratoire change à nouveau de statut et de nom et devient le Laboratoire p (...)

12Docteur d’État en 1962, il est temps pour Georges Faure de fonder l’Institut de phonétique d’Aix-en-Provence et, comme René Gsell a su le faire à Grenoble, de se donner les moyens matériels et humains pour assurer le développement de l’Institut. C’est ainsi que Mario Rossi, après avoir assuré pendant un an des travaux pratiques en phonétique expérimentale à Aix, alors qu’il était attaché de recherche au CNRS chez Gsell (voir supra, 2.1), est nommé assistant par Faure en 1964. Ce dernier, qui n’est pas un expérimentaliste, délègue tout pouvoir à Rossi, chargé de cours en phonétique expérimentale, pour organiser, équiper et faire fonctionner le laboratoire. En 1966, à l’occasion de l’inauguration des locaux de la nouvelle université, Rossi, fort de son expérience grenobloise, profite de la dotation universitaire confortable qui leur est offerte, chance inouïe pour une équipe jeune et qui doit faire ses preuves, pour faire installer une chambre sourde, commander des magnétophones professionnels, un sonagraphe, un enregistreur oscillomink, s’équiper du détecteur de F0 mis au point par René Carré, etc. Le recrutement de Bernard Teston comme physicien trois ans plus tard est fondamental pour l’Institut. Dès son arrivée, ce dernier s’emploie à développer les outils de mesure spécifiques aux domaines de la production et de la perception de la parole, et de la prosodie, nécessaires pour les recherches au laboratoire (Teston 1971). La nomination dans la foulée d’Albert Di Cristo (en 1969) et de Denis Autesserre (en 1970) comme assistants de phonétique vient consolider l’équipe de manière décisive : les enseignements peuvent s’enrichir et se diversifier, et, surtout, les recherches en prosodie se systématiser18. L’année 1972 marque une période clé pour l’Institut qui devient une équipe de recherche associée au CNRS (ERA 351) dont l’intitulé est explicite : « Structure intonative et intelligibilité de la parole »19. Cette thématique clairement affichée se verra renforcée par le recrutement, en 1977, de l’angliciste Daniel Hirst, nommé attaché de recherche, et de Robert Espesser comme ingénieur informaticien, puis de Philippe Martin à un poste de professeur en 1978, et enfin de Yukihiro Nishinuma, attaché de recherche, en 1981. Ainsi, le laboratoire est armé pour envisager tous les maillons de la chaîne prosodique et se fédérer autour d’un programme cohérent, des faits de substance (acoustique et perception, analyse instrumentale) aux caractéristiques formelles et fonctionnelles de la prosodie. Un programme d’envergure, dont l’ouvrage intitulé L’intonation : de l’acoustique à la sémantique (Rossi et al. 1981) offre une remarquable synthèse : 1) modèles de perception et de production, 2) facteurs de pondération microprosodiques, 3) interprétation perceptive, 4) procédures de stylisation et de reconnaissance des formes acoustiques, et normalisation, 5) statut phonologique de l’intonation, 6) morphologie intonative, 7) intonation, énonciation et syntaxe.

3. Du côté de la linguistique : des thématiques riches et diversifiées

  • 20 Une telle approche étant aussi fortement motivée par l’essor des travaux sur le traitement automati (...)

13L’enjeu linguistique majeur des recherches en prosodie repose sur le développement de théories aptes à distinguer ce qui relève de principes universaux des règles de fonctionnement spécifiques à chaque langue. Dans un premier temps donc, même si, à travers quelques recherches ponctuelles, d’autres langues que le français étaient explorées – en particulier le malgache, l’italien, le grec, le russe et l’anglais –, il était logique de commencer par le début : réaliser l’expertise prosodique de sa propre langue20. Voir en français l’intonation et l’accentuation comme deux mécanismes imbriqués et à portée linguistique variable (voir supra 1.1) supposait que l’on définisse précisément cette portée, c’est-à-dire les domaines de projection syntaxique et sémantico-pragmatique sur l’accent et l’intonation (voir infra 3.2). Mais avant tout, il fallait pouvoir justifier le bien-fondé de cette thématique au sein des sciences du langage à une époque où, le lecteur l’aura compris, cela n’allait pas franchement de soi.

3.1 La prosodie au cœur du langage, en marge de la linguistique ?

14Si la prosodie se laisse difficilement définir, c’est sans doute lié à sa nature même, c’est-à-dire à l’aspect intrinsèquement continu des objets à décrire, qui échappent à l’analyse structurale classique fondée sur la manipulation d’unités discrètes et distinctives. En premier lieu donc, c’est le statut linguistique de la prosodie qui doit être défendu. Cette question épineuse est régulièrement discutée, en particulier à Aix-en-Provence. La pertinence des réponses apportées est cruciale car elle légitimera l’étude du niveau suprasegmental au sein de la communauté. D’autant que la prosodie a un sérieux détracteur en la personne d’André Martinet, nous l’avons vu – Georges Faure est le premier à en avoir fait les frais. Souvenons-nous, en effet, que pour le père de la phonologie structurale en France, la prosodie est considérée dès le départ comme hors champ (Martinet 1956, 1961), n’ayant pas de statut linguistique ou du moins un statut trop marginal pour que cela vaille la peine de s’y attarder. Cette position, que Martinet défendra bec et ongle dans ses ouvrages successifs (voir en particulier Martinet 1970, 1989), sera régulièrement reprise et argumentée par ses disciples. Ainsi pour Georges Mounin :

La linguistique actuelle a pris depuis Troubetzkoy l’habitude de nommer ces phénomènes prosodiques des faits linguistiques marginaux. Le mot ne signifie pas : négligeables. Il signifie exactement non centraux, non nécessaires à la définition spécifique de toutes les langues humaines. En effet, note Martinet, « pour fréquents que soient ces phénomènes, ils n’ont aucun caractère d’obligation pour toute langue, alors que toutes les langues présentent la double articulation ». (Mounin 1968, p. 65)

  • 21 Le néologisme « prosodématique » par analogie au système phonématique est ici explicite.
  • 22 Cette hypothèse s’ancre sur des travaux expérimentaux réalisés à Aix. Di Cristo (1966) par exemple (...)
  • 23 La démarche paraît effectivement pleine de bons sens et cohérente par rapport au programme de la li (...)
  • 24 Pour ce dernier, l’approche est limitée dans une perspective typologique et méthodologiquement crit (...)
  • 25 Pour une présentation du système de notation, voir Lacheret et Beaugendre 1999, p. 101-104.
  • 26 Descriptions qui répondent mieux aux attentes de la linguistique structurale (mise au jour d’unités (...)

15Face à cette position radicale, un premier chantier s’impose : établir que les unités prosodiques ont, au-delà de certaines caractéristiques motivées, un statut arbitraire, qu’elles sont discrètes et, dans une certaine mesure, distinctives, et que, en conséquence, elles appartiennent à la double articulation du langage. Ce programme, Georges Faure le revendique et le défend. Pour lui, il s’agit de mettre en évidence que « les éléments prosodiques s’ordonnent en systèmes et relèvent, au même titre et avec la même rigueur que les éléments phonématiques, de la description phonologique » (Faure 1970, p. 93). Concernant les caractéristiques arbitraires du système, « le comportement fonctionnel des unités prosodématiques21 est étroitement lié aux structures spécifiques de chaque langue » (ibid., p. 94). Pour ce qui est de leur caractère discret, « les unités dont nous nous occupons sont des unités discrètes que l’on peut extraire du continuum prosodématique comme on extrait les phonèmes du continuum phonématique » (ibid., p. 95)22. Quant à leur fonction distinctive, elle opère non seulement au niveau dénotatif, puisqu’il existe bien des « oppositions intonatives qui distinguent les différents types de phrases (énoncés déclaratifs, questions, ordres…) » (ibid., p. 102), mais également au niveau connotatif ou subjectif, « qu’il s’agisse de libération spontanée ou de communication intentionnelle des réactions du locuteur à une situation donnée » (ibid.). On peut donc conclure que la prosodie appartient à la double articulation du langage et Faure souligne non sans humour : « Toute langue est doublement articulée (à la fois sur le plan phonématique et sur le plan prosodématique) » (ibid., p. 98). Quelques années plus tard, Mario Rossi (1977) relance le débat à la Société de linguistique de Paris. À l’instar de Georges Faure, l’objectif est de démontrer que d’une part l’intonation n’est pas seulement un fait de substance mais également une forme, et que d’autre part il est aisé de faire émerger des formes intonatives spécifiques à des langues et donc arbitraires, en particulier les patrons intonatifs terminaux de phrases. Par ailleurs, et c’est là une dimension fondamentale, on ne peut pas se contenter de critères uniquement paradigmatiques pour fonder l’analyse phonologique d’une langue ; il faut se donner les moyens de traiter de la phonologie de la phrase, pour, au-delà de la fonction purement distinctive, rendre compte de la fonction contrastive de la prosodie et voir comment l’intonation participe activement à la construction du sens en contexte et à la transmission de l’information (voir la fonction de représentation chez Bühler)23. L’argumentation s’appuie sur deux fonctions intonatives clés : la fonction syntaxique de segmentation et d’identification des constituants, largement explorée à l’époque (voir infra 3.2), et la fonction modale ou énonciative (fonction prédicative pour l’auteur). Finalement, en soulignant le rôle de validation de suites a priori asyntaxiques (par exemple moi, manger !) et en se fondant sur les caractéristiques intégrantes de l’intonation au sens où l’entend Benveniste (1966), Rossi avance l’hypothèse de la troisième articulation. L’intonation appartient et à la seconde articulation, puisqu’il est possible d’isoler un paradigme de formes intonatives distinctives, et à la troisième articulation, car « elle constitue un intégrateur d’unités de première articulation (le mot, la phrase) qui, sans elle, n’auraient pas d’existence » (Rossi 1977, p. 68). La démarche est courageuse et les réponses ne tardent pas (voir en particulier l’examen critique de Claude Hagège sur le statut de l’intonation dans une théorie du signe en 1979)24. Bref, le paysage linguistique étant ce qu’il est, les hypothèses défendues doivent être d’autant plus étayées et argumentées. Elles serviront de cadres d’analyse pour la mise en place de méthodologies adaptées à l’étude des corrélations formes-fonctions. La démarche proposée par Pierre Delattre à des fins didactiques, qui repose sur une approche en termes de contours de groupes (continuatifs et conclusifs majeurs ou mineurs) et de phrases (question, finalité, parenthèse, etc.)25, constituera finalement l’ancrage des approches formelles de la prosodie à l’époque (Delattre 1966) : même s’il existe des variations dans la manière de manipuler, de décrire et de classer les unités prosodiques (morphèmes terminaux de groupes intonatifs à Aix-en-Provence, lexique de contours globaux à Grenoble), celles-ci reposent toutes plus ou moins explicitement sur la notion de contours. Il faudra attendre l’essor de la phonologie multilinéaire (voir Dell et al. 1984 pour une introduction en France) et de la phonologie prosodique (Nespor et Vogel 1986) pour que les descriptions en termes de points cibles et de tons26 voient le jour (Hirst et Di Cristo 1986). Pour l’heure, cette approche par contours fonde les premiers travaux en France sur les fonctions syntaxiques de la prosodie : fonction de segmentation et de hiérarchisation des constituants, fonction modale associée à l’identification de différents modes propositionnels (assertif, interrogatif, exclamatif, etc.).

3.2 Prosodie et syntaxe

16Le premier fait immanent à la prosodie du français et sans doute à l’origine de la complexité du domaine à décrire, et finalement de tous nos maux, relève du statut postlexical de l’accent dans cette langue. Fouché soulignait déjà que :

On ne parle pas ordinairement en mots isolés. Les mots s’organisent pour former des groupes qui se combinent à leur tour pour former des propositions et des phrases. Dans ce processus d’organisation, il peut arriver que le mot perde son accentuation propre. L’accent n’appartient en effet qu’au groupe, un mot donné qui le porterait à l’état isolé le porte ou ne le porte pas selon la place qu’il occupe dans le groupe ou le rôle qu’il y joue. (Fouché 1935, p. 30)

  • 27 Ces travaux permettent d’envisager une réflexion typologique de fond (comparer par exemple les publ (...)

17Dans cette situation, Rossi (1979, p. 13) rappelle l’hypothèse de Togeby (1965) selon laquelle l’accent étant fixe en français, il ne peut assumer de fonction morphologique ou sémantique, il n’est pas phonologiquement distinctif. Il souligne le corrélat suivant : « cette situation se reflète dans la substance où le relief accentuel du mot disparaît au profit d’une proéminence du type intonatif qui caractérise le syntagme » (ibid.). Autrement dit, analyser la fonction syntaxique de l’accent en français, c’est d’emblée se situer dans une problématique intonative. C’est en 1970 qu’Albert Di Cristo, alors jeune assistant de phonétique à la faculté d’Aix-en-Provence, propose le terme d’« intonosyntaxe » pour désigner l’étude des relations entre l’intonation et l’organisation syntaxique des énoncés. En se fondant sur l’hypothèse que les indices acoustiques et perceptifs de la structure constituante ne se manifestent pas seulement dans les cas d’ambiguïté mais sont toujours présents dans l’énoncé, Di Cristo mène un programme de recherche cohérent qui lui permettra de circonscrire le rôle joué par la hiérarchie intonative dans l’actualisation et l’indication de cette structure en français (voir en particulier Di Cristo 1975). Philippe Martin (1977, 1980) introduit la notion de congruence intonosyntaxique pour la discuter et mieux en cerner les limites. Dans ce contexte, il propose un modèle qui s’articule autour de deux règles pivot : une règle de sélection à droite et une règle d’inversion de pente, et différents types de contours intonatifs associés. Selon la première, l’interprétation de la structure intonative d’une phrase est conditionnée par son contour terminal. D’après la seconde, pour qu’il y ait une relation entre deux groupes intonatifs, il faut que leurs contours soient de pente opposée. Par son caractère a priori hautement prédictible, l’approche est séduisante ; Therrien-Roy, Jacquemin et Boë (1979), à Grenoble, se proposent donc de confronter cette théorie à des réalisations concrètes afin de l’évaluer objectivement. Pour modéliser ces relations entre constituance prosodique et constituance syntaxique, non seulement l’intonation est convoquée mais également les pauses. En effet, ces dernières aident l’auditeur à s’orienter dans le texte en indiquant la disjonction entre deux groupes, elles ont donc, comme les signes de ponctuation, une fonction séparatrice et organisatrice. Ainsi, Saint-Bonnet et Boë (1977) testent l’hypothèse selon laquelle la suppression des pauses dans un débit de parole rapide suit en partie la hiérarchie syntaxique (distance et profondeur des groupes dans l’arbre). Enfin, nombreux sont les travaux qui tentent de caractériser différents types de modalités phrastiques par leurs caractéristiques intonatives, notamment l’opposition assertion/interrogation (Contini et Boë 1973, Boë et Contini 1975)27 et la modalité d’appel (Di Cristo 1976). Soulignons enfin que si la majorité des travaux est fondée sur l’analyse des proéminences terminales de groupes, certaines études pionnières s’interrogent également sur le rôle démarcatif de l’accent initial, dénommé accent d’insistance par les uns, accent didactique par les autres (voir en particulier Vaissière 1975, Lucci 1980).

  • 28 Pour ces dernières, l’objet est de nature strictement opératoire : il s’agit de déterminer un schém (...)
  • 29 Cette dernière thématique a donné lieu à un workshop en 1982 à Aix-en-Provence qui avait pour objet (...)

18La modélisation des relations intonosyntaxiques s’impose également en recherche appliquée, dans le domaine de la synthèse de la parole où il s’agit de tester l’hypothèse selon laquelle la structure syntaxique d’une phrase peut être calculée sur les bases de critères intonatifs (voir en particulier Vaissière 1971, Emerard et Larreur 1975)28, et en reconnaissance automatique, où le choix de bons indices prosodiques pouvant sans doute aider à la segmentation du message en unités linguistiques, mots et groupes29.

  • 30 Les JEP ont été lancées en 1970 à Grenoble autour de la nouvelle communauté « parole » qui s’est or (...)

19Bref, un véritable programme de recherche en intonosyntaxe se met en place, sous-tendu par l’objectif fédérateur suivant : la recherche fondamentale doit s’asseoir sur des théories et modèles susceptibles d’être utilisés dans des applications concrètes comme la synthèse et la reconnaissance de la parole. Cette position se reflète parfaitement à l’occasion des Journées d’étude sur la parole (JEP)30, où les publications consacrées à la prosodie, faisant alterner rechercher fondamentale et recherche appliquée, occupent au fil des années une position confortable : les débats d’idées se poursuivent dans les coulisses des laboratoires, alimentant ainsi une recherche fructueuse et sans cesse renouvelée.

3.3 Prosodie et structure communicative

  • 31 La situation dans laquelle l’énoncé est employé réfère à la dimension pragmatique (Ducrot et Schaef (...)
  • 32 À la fonction représentative se superpose une fonction expressive.
  • 33 Les messages véhiculent non seulement des informations mais aussi des instructions pour traiter ces (...)
  • 34 Voir à ce sujet la réponse d’Hagège à Rossi (Hagège 1979, voir note 24).

20Puisque communiquer, c’est traiter de l’information, enrichir les connaissances des uns et des autres, et la représentation qu’ils ont du monde, les besoins de la communication sont véhiculés à travers une composante pragmatique principale31 : la structure communicative du message (SC) dont le rôle est d’alimenter le savoir des interlocuteurs. Autrement dit, pour qu’un discours puisse fonctionner, il est nécessaire que les sujets disposent d’un socle de connaissances communes suffisamment important. Mais le traitement de l’information n’est pas le seul qui motive l’activité de langage ; le locuteur est loin d’être une simple machine à produire de l’information, encore le fait-il selon un certain point de vue32, selon un certain éclairage et avec un certain objectif interlocutoire : communiquer c’est aussi agir sur le contexte situationnel33. En conséquence, la SC regroupe deux composantes : la structure informationnelle d’une part, qui pilote le traitement de l’information, son stockage et sa représentation ; la structure énonciative d’autre part, qui permet d’orienter ce traitement et qui comprend donc toute la dimension expressive de la parole. Les traces linguistiques de ces composantes varient selon les types de langues mais nombreuses sont celles qui convoquent la prosodie pour leur actualisation dans le discours, il en va ainsi du français. C’est d’ailleurs sans doute en grande partie à cause de sa dimension fondamentalement pragmatique que la prosodie se laisse difficilement saisir par un modèle phonologique fondé sur la double articulation34. En revanche, une étude pragmatique exhaustive de la prosodie s’impose et, de fait, elle a très tôt donné lieu à des travaux féconds d’une part sur la structure informationnelle, d’autre part en phonostylistique.

  • 35 Si la fonction communicative de la prosodie est aujourd’hui largement balisée par les chercheurs, c (...)
  • 36 Voir l’énoncé suivant : pas folle la guêpe (Rossi 1977).

21C’est à Rossi que l’on doit les recherches les plus novatrices en France concernant le marquage prosodique de la structure informationnelle35. L’auteur part de l’hypothèse fonctionnaliste selon laquelle un énoncé est pragmatiquement structuré autour de deux éléments centraux : un élément donné dont on dit quelque chose, le « thème », accessible par le contexte discursif ou le contexte situationnel, et une information nouvelle, appelée « rhème » ou « focus ». Cette distribution de l’information est marquée prosodiquement ; un tel marquage explique dans une certaine mesure pourquoi la prosodie échappe en partie à la syntaxe (Rossi 1977, Rossi et al. 1981). En pratique, une configuration intonative particulière, qui ne suit pas les règles standard de linéarisation syntaxique, est légitimée par la nécessité du repérage explicite de ces deux éléments. C’est à ce niveau d’ailleurs que la fonction intégrante de l’intonation semble prendre toute sa mesure (voir supra 3.1)36. À l’instar de Faure (1971), l’auteur précise qu’il est également possible pour le marquage du focus d’actualiser un accent sur la première syllabe du groupe rhématique. Cette fonction informative de l’accent initial, qui ne se réduit pas ainsi à un simple accent d’insistance ou, le cas échéant, de démarcation (voir supra 3.2), est également discutée par Lucci (1980). Ce dernier observe que, indépendamment des contraintes syntaxiques et rythmiques qui pèsent sur l’accent didactique, celui-ci joue un rôle dans la mise en place de la structure informationnelle du message.

  • 37 Voir la notion de coénonciation proposée par Antoine Culioli et largement répandue en pragmatique a (...)

22L’étude phonostylistique de la prosodie s’inscrit implicitement dans le cadre des travaux sur la structure énonciative37. Elle prend comme domaine d’investigation les éléments suprasegmentaux qui participent à l’identification du style vocal d’un locuteur. Le champ de la phonostylistique ainsi posé, plusieurs axes d’étude peuvent être envisagés de manière combinée ou orthogonale : 1) analyse des indices prosodiques qui révèlent l’émotion d’un sujet parlant, 2) étude des marqueurs rhétoriques (genre discursif), 3) prise en compte de la dimension sociolectale et/ou dialectale portée par les paramètres prosodiques (identification du statut social du locuteur, origine géographique d’un sujet, personnalité de ce dernier).

  • 38 Pour une synthèse des méthodes d’analyse en phonostylistique, voir Léon 1993.
  • 39 Les constructions prosodiques peuvent être analysées comme des figures de style, des stratégies arg (...)
  • 40 Le rythme gouvernant le rapport respectif des sons et des silences (Meschonnic 1982), dans tout éno (...)

23La phonostylistique, qui s’illustre en France par les travaux pionniers de Georges Faure (1959), Ivan Fónagy (1969) et Pierre Léon (1969), suppose un cadre méthodologique rigoureux fondé sur l’identification perceptive et acoustique de zones génératrices d’effets phonostylistiques38. Il est par exemple possible de faire émerger des traits linguistiques invariants typiques d’une catégorie socioprofessionnelle ou d’un genre discursif donné, et, à partir de là, de mettre en valeur les paramètres prosodiques, tant qualitatifs que quantitatifs, qui permettent de distinguer une catégorie socioprofessionnelle d’une autre, un genre discursif d’un autre. Ainsi, Vincent Lucci (1973, 1979, 1981), très marqué par les travaux d’Ivan Fónagy, mène une étude consacrée à l’interaction entre variantes situationnelles (conversation, conférence, textes lus) et variations prosodiques. Chercheuse sous influence également, Danielle Duez, développe des travaux dans une perspective rhétorique39 sur l’art oratoire des hommes politiques et montre ainsi, à l’instar de Léon, que des contraintes esthétiques et argumentatives (volonté d’impressionner son auditeur, de le surprendre, de le séduire) peuvent expliquer en partie les stratégies prosodiques mises en œuvre pour le façonnage discursif, en particulier son organisation rythmique et pausale (Duez 1976). Le rôle des pauses dans la structuration rythmique du message est également étudié par Saint-Bonnet et Böe (1977)40 qui, au-delà du conditionnement syntaxique (voir supra 3.2), se proposent d’analyser comment les pauses (durée et occurrence) participent aux variations de débit de parole et ce, quel que soit le phonostyle propre à un individu. La démarche est donc inverse à celle de Duez, structurale par essence : il s’agit non pas de s’attacher à décrire une variante particulière liée à un phonostyle déterminé mais, au contraire, par-delà la variation, de faire émerger des fonctionnements stables chez les locuteurs. Cette intuition forte sur le rôle des pauses, aujourd’hui incontestable, n’entraîne pas, paradoxalement, une masse importante de publications et il faudra attendre Duez (1991) pour disposer d’une première synthèse.

Conclusion

  • 41 Voir le premier symposium international IDP05 (Interface Discours Prosodie) organisé à Aix-en-Prove (...)

24Nous espérons que ce panorama consacré aux recherches sur la prosodie des langues, et plus particulièrement du français, menées aux instituts de phonétique de Grenoble et d’Aix-en Provence des années 1960 aux années 1980 permettra au lecteur de mieux saisir la dynamique des thématiques émergentes à l’époque et le rôle des uns et des autres dans ce déploiement scientifique. Étant donné les caractéristiques du domaine à décrire, son aspect intrinsèquement continu (dans un contexte où la linguistique est encore et avant tout affaire de discrétisation), son interaction étroite avec la construction du sens et la mise en œuvre de dispositifs syntaxiques complexes, avec en toile de fond l’expression d’émotions et d’attitudes sans lesquelles le discours ne peut pas exister, de nombreux axes de recherche se sont naturellement imposés aux chercheurs. Mais ne nous y trompons pas, cette diversité n’est pas synonyme d’éclatement, bien au contraire : une science étant cumulative par essence, c’est ce foisonnement de travaux pluridisciplinaires qui a permis d’asseoir et de consolider les recherches futures, et également d’ouvrir de nouveaux chantiers, à Aix, à Grenoble et ailleurs, qui s’inscrivent logiquement dans la continuité. Ainsi, les recherches qui ont suivi sur la modélisation rythmique (Hirst et Di Cristo 1986, Pasdeloup 1990, Di Cristo 1999), la génération automatique de la prosodie (d’Alessandro et Tzoukermann 2001), la prosodie discursive41, sa dimension informationnelle et co-énonciative (Morel et Danon-Boileau 1998, Lacheret 2003, Simon et al. 2004), la prosodie des émotions, dans le cadre de la phonétique (Aubergé et al. 2003) ou de la psychologie expérimentale (Bänziger et Scherer 2005), la prosodie articulatoire (Fougeron 1998, d’Imperio et al. 2004), la prosodie développementale (Cristophe et al. 1997, Martel 2001, Ménard et al. 2003), enfin les débats, nombreux aujourd’hui, qui aliment la neurolinguistique sur les conditionnements syntaxiques et pragmatiques de la prosodie (Beaucousin et al. 2003, Lœvenbruck et al. 2005, Magne et al. 2005) témoignent de cette continuité foisonnante.

Bibliographie

Références bibliographiques

ABRY Christian, Institut de phonétique de Grenoble éd., 1979, Recherches sur la prosodie du français, Grenoble, Publications de l’université de langues et lettres de Grenoble.

ALESSANDRO Christophe d’, TZOUKERMANN Évelyne éd., 2001, Synthèse de la parole à partir du texte, numéro thématique de la revue Traitement automatique des langues, 42 (1), Paris, Hermès.

AUBERGÉ Véronique, AUDIBERT Nicolas, RILLIARD Albert, 2003, « Why and how to control the authentic emotional speech corpora », Eurospeech 2003 Proceedings. VIIIth European Conference on Speech Communication and Technology, Genève, s. n., p. 185-188.

AURAN C, BERTRAND R, CHANET C et al., 2006, Proceedings of Discourse-Prosody Interface Symposium-IDP05, Aix-en-Provence, (cederom), Belgique, Seridisc.

AUTESSERRE Denis, DI CRISTO Albert, 1972, « Recherches psychosémantiques sur l’intonation de la phrase française », Travaux de l’Institut de phonétique d’Aix-en-Provence, 1, p. 61-98.

BÄNZIGER Tanja, SCHERER Klaus, 2005, « The role of intonation in emotional expressions », Speech Communication, 46 (3-4), p. 252-267.

BEAUCOUSIN Virginie, LACHERET Anne, TZOURIO-MAZOYER Nathalie, 2003, « Les bases neurales de la prosodie », Cerveau et langage, Olivuer Etard et Nathalie Tzuourio-Mazoyer éd., Paris, Hermès, p. 223-244.

BENVENISTE Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale, vol. I, Paris, Gallimard.

BOË Louis-Jean, 1970, « Le tracé des variations de la fréquence laryngienne. Obtention et exploitation », VII. Convegno del Centro per gli studdi dialettali italiani, Torino-Saluzzo, Turin, Centro per gli studi dialettali, p. 23-26.

BOË Louis-Jean, CONTINI Michel, 1975, « Étude de l’intonation de la phrase interrogative », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 4, p. 85-102.

BOË Louis-Jean, RAKOTOFIRINGA Hippolyte, 1971a, « Exigences, réalisation et limites d’un appareillage destiné à l’étude de l’intensité et de la hauteur d’un signal acoustique », Revue d’acoustique, 4, p. 104-113.

BOË Louis-Jean, RAKOTOFIRINGA Hippolyte, 1971b, « Une méthodologie systématique de la mesure de la fréquence laryngienne, de l’intensité et de la durée de la parole », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 1, p. 1-9.

CARRÉ René, LANCIA Roland, PAILLÉ Jean, GSELL René, 1963, « Étude et réalisation d’un détecteur de mélodie pour analyser la parole », L’Onde électrique, 434, p. 556-562.

CARTON Fernand, 1972, Recherches sur l’accentuation des parlers populaires dans la région de Lille, Lille, Service de reproduction des thèses de l’université de Lille-III, 363 pages.

— 1999, « L’épithèse vocalique en français contemporain : étude phonétique », Faits de langues, 7 (13), p. 35-45.

CARTON Fernand, ROSSI Mario, AUTESSERRE Denis, 1983, Les accents des Français, Paris, Hachette.

CARTON Fernand, ESPESSER Robert, VAISSIÈRE Jacqueline, 1991, « Étude sur la perception de l’accent régional du Nord et de l’Est de la France (synthèse par règles) », Actes du XIIe Congrès international des sciences phonétiques, 19-24 août 1991, Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, vol. 4, p. 422-425.

CHRISTOPHE Anne, GUASTI Maria Teresa, NESPOR Marina, DUPOUX Emmanuel, VAN OOYEN Brit, 1997, « Reflections on phonological bootstrapping : its role for lexical and syntactic acquisition », Language and Cognitive Processes, 12 (5-6), p. 585-612.

CONTINI Michel, 1984, « L’intonation des phrases affirmatives et interrogatives, avec inversion en Sarde : analyse et synthèse », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 13, p. 131-152.

CONTINI Michel, BOË Louis-Jean, 1973, « Contribution à l’étude quantitative de l’évolution de la fréquence laryngienne dans la phrase énonciative en français », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 2, p. 77-92.

CONTINI Michel, BOË Louis-Jean, 1979, « Étude quantitative de l’intonation du français », Recherches sur la prosodie du français, Christian Abry et al. éd., Grenoble, université des langues et lettres, p. 117-129.

DAUZAT Albert éd., 1935, Où en sont les études de français. Manuel général de linguistique française moderne, Paris, Bibliothèque du français moderne.

DELATTRE Pierre, 1966, « Les dix intonations de base du français », The French Review, 40 (1), p. 1-14.

DELL François, HIRST Daniel, VERGNAUD Jean-Roger, 1984, Forme sonore du langage. Structure des représentations en phonologie, Paris, Hermann.

DI CRISTO Albert, 1966, « Les unités discrètes de l’intonation du français », mémoire de DEA, université d’Aix-en-Provence.

— 1975, « Recherches sur la structuration prosodique de la phrase française », 6es Journées d’étude sur la parole, Toulouse, 28-30 mai 1975, Lannion, GALF, p. 95-116.

— 1976, « Des indices prosodiques aux traits perceptuels. Application d’un modèle d’analyse à l’étude du vocatif », Travaux de l’Institut de phonétique d’Aix, 3, p. 213-358.

— 1999, « Le cadre accentuel du français : essai de modélisation », Langues, vol. 2, n° 3 et 4, p. 184-205 et 258-269.

— 2004, « La prosodie au carrefour de la phonétique, de la phonologie et de l’articulation formes-fonctions », Travaux interdisciplinaires du Laboratoire parole et langage d’Aix-en-Provence, 23, p. 67-212.

DI CRISTO Albert, AUTESSERRE Denis, 1971, « Recherches sur l’intonation du français : traits significatifs et non significatifs », Proceedings of the VIIth International Congress of Phonetic Sciences, Montréal, André Rigault et René Charbonneau éd., La Haye, Mouton, p. 842-859.

DI CRISTO Albert, HATON Jean-Paul, VAISSIÈRE Jacqueline, 1982, Prosodie et Reconnaissance Automatique de la Parole, s. l., GRECO Communication parlée, GALF.

D’IMPERIO Mariapaola, LŒVENBRUCK Hélène, MENEZES Caroline, NGUYEN Noël, WELBY Pauline, 2004, « Are tones aligned with articulotary events ? Evidence from Italian and French », Laboratory Phonology 9, Jennifer Cole et José Ignacio Hualde éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 577-608.

DUCROT Oswald, SCHAEFFER Jean-Marie, 1995, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Seuil.

DUEZ Danielle, 1976, « Étude du débit et des pauses d’un discours politique », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 5, p. 39-53.

— 1991, La pause dans la parole de l’homme politique, Paris, Éditions du CNRS.

EMERARD Françoise, LARREUR Danielle, 1975, « Synthèse par diphones et traitement automatique de la prosodie », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 4, p. 103-116.

FAURE Georges, 1956, « L’enseignement des structures intonatives », Cahiers pédagogiques, Paris, Publications de l’Éducation nationale.

— 1959, Manuel pratique d’anglais parlé. From sound to rhythm and intonation, Paris, Hachette.

— 1962, Recherches sur les caractères et le rôle des éléments musicaux dans la prononciation anglaise, Paris, Didier.

— 1970, « Contribution à l’étude du statut phonologique des structures prosodématiques », Prosodic Feature Analysis, Pierre R. Léon, Georges Faure, André Rigault, Montréal, Didier (Studia Phonetica, 3), p. 93-108.

— 1971, « Accent, rythme et intonation », La grammaire du français parlé, André Rigault éd., Paris, Hachette, p. 27-37.

FAURE Georges, DI CRISTO Albert, 1977, Le français par le dialogue, Paris, Hachette.

FÓNAGY Ivan, 1969, « Métaphores d’intonation et changements d’intonation », Bulletin de la Société linguistique de Paris, 64, p. 22-42.

FÓNAGY Ivan, LÉON Pierre éd., 1980, L’accent en français contemporain, Paris, Didier (Studia Phonetica, 15).

FOUCHÉ Pierre, 1935, « La prononciation actuelle du français », Où en sont les études de français, Albert Dauzat éd., Paris, Bibliothèque du français moderne, p. 12-35.

— 1952, Phonétique historique du français, Paris, Klincksieck.

— 1959, Traité de prononciation française, Paris, Klincksieck.

FOUGERON Cécile, 1998, « Variations articulatoires en début de constituants prosodiques de différents niveaux en français », thèse de phonétique, Paris, université Paris-III - Sorbonne nouvelle.

GROSSETTI Michel, BOË Louis-Jean, à paraître, « Entretien avec René Gsell, professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, Institut de phonétique de Paris, le 15 décembre 1994 ».

HAGÈGE Claude, 1979, « Intonation, fonctions syntaxiques, chaînes-système et universaux des langues », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, LXXIII, 1, p. 1-48.

HIRST Daniel, DI CRISTO Albert, 1986, « Unités tonales et unités rythmiques dans la représentation phonologique de l’intonation », 15es Journées d’étude sur la parole, Aix-en-Provence, Société française d’acoustique, p. 93-95.

HIRST Daniel, DI CRISTO Albert, ESPESSER Robert, 1999, « Levels of representation and levels of analysis for the description of intonation systems », Prosody : Theory and Experiment. Studies presented to Gösta Bruce, Merle Horne éd., Dordrecht, Kluwer Academic Press, p. 51-87.

JAKOBSON Roman, FANT Gunnar, HALLE Morris, 1952, Preliminaries to Speech Analysis, Cambridge, Mass., MIT Press.

LACHERET Anne, 2003, La prosodie des circonstants en français parlé, Paris-Louvain, Peeters.

LACHERET Anne, BEAUGENDRE Frédéric, 1999, La prosodie du français, Paris, CNRS Éditions.

LÉON Pierre, 1969, « Principes et méthodes en phonostylistique », Langue française, 3, p. 73-84.

— 1972, « Où en sont les recherches sur l’intonation ? », VIIe Congrès international de sciences phonétiques (ICPhs). Proceedings of the VIIth International Congress of Phonetic Sciences, Montréal, André Rigault et René Charbonneau éd., La Haye, Mouton, p. 113-155.

— 1993, Précis de phonostylistique : parole et expressivité, Paris, Nathan.

LÉON Pierre, ROSSI Mario éd., 1980, Problèmes de prosodie, 1. Approches théoriques, Paris, Didier (Studia Phonetica, 17).

LŒVENBRUCK Hélène, BACIU Monica, SEGEBARTH Christoph, ABRY Christian, 2005, « The left inferior frontal gyrus under focus : an fMRI study of the production of deixis via syntactic extraction and prosodic focus », Journal of Neurolinguistics, 18, p. 237-258.

LUCCI Vincent, 1973, « Étude phonostylistique du rythme et de la variabilité de la longueur en français parlé et en français lu », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 2, p. 139-161.

— 1979, « La variabilité intonative dans quelques types de français oral (lecture, conférence, inteview », Recherches sur la prosodie du français, Christian Abry et al. éd., Grenoble, Université de langues et lettres de Grenoble, p. 177-198.

— 1980, « L’accent didactique », L’accent en français contemporain, Ivan Fónagy et Pierre R. Léon éd., Paris, Didier (Studia Phonetica, 15), p. 107-121.

— 1981, « Étude phonétique synchronique et dynamique de quelques variantes situationnelles du français oral », thèse d’État, Grenoble.

MAGNE Cyrille, ASTÉSANO Corine, LACHERET Anne, MOREL Michel, ALTER Kai, BESSON Mireille, 2005, « On line processing of “pop out” words in spoken french dialogues », Journal of Cognitive Neuroscience, 17 (5), p. 740-756.

MARTEL Karine, 2001, « Thématisation et prosodie chez des enfants de 25 à 41 mois en interaction avec un adulte », thèse, université de Caen.

MARTIN Philippe, 1977, « Questions de dominance des faits prosodiques sur les marques syntaxiques », Studi di Grammatica Italiana, 6, p. 22-31.

— 1980, « Sur les principes d’une théorie syntaxique de l’intonation », Problèmes de prosodie, 1. Approches théoriques, Pierre Léon et Mario Rossi éd., Paris, Didier (Studia Phonetica, 17), p. 91-101.

MARTINET André, 1956, La description phonologique, avec application au parler franco-provencal d’Hauteville (Savoie), Paris-Genève, Droz.

— 1960, Éléments de linguistique générale, Paris, Colin.

— 1970, Économie des changements phonétiques. Traité de phonologie diachronique, 3e édition, Berne, Francke.

— 1989, Fonction et dynamique des langues, Paris, Colin.

— 1993, Mémoires d’un linguiste, Paris, Quai Voltaire.

MÉNARD Lucie, LŒVENBRUCK Hélène, SAVARIAUX Christophe, CEDERGREN Henrietta J., 2003, « Articulatory and acoustic correlats of contrastive emphasis in French : a developpemental study », Proceedings of the VIth International Seminar on Speech Production, Sydney, p. 167-172.

MESCHONNIC Henri, 1982, Critique du rythme. Anthropologie historique du langage, Paris, Verdier.

MOREL Marie-Annick, DANON-BOILEAU Laurent, 1998, Grammaire de l’intonation. L’exemple du français, Paris, Ophrys.

MOUNIN Georges, 1968, Clefs pour la linguistique, Paris, Seghers.

NESPOR Marina, VOGEL Irene, 1986, Prosodic Phonology, Dordrecht, Foris.

PASDELOUP Valérie, 1990, « Modèle de règles rythmiques du français appliqué à la synthèse de la parole », thèse de doctorat, université Aix-Marseille-I, Institut de Phonétique d’Aix-en-Provence.

RAKOTOFIRINGA Hippolyte, 1965, « Sur l’accent distinctif en malgache mérina », Langage et Comportement, 1, p. 149-175.

RIGAULT André éd., 1971, La grammaire du français parlé, Paris, Hachette.

ROSSI Mario, 1965, « Contribution à l’étude des faits prosodiques dans un parler d’Italie du Nord », Langage et Comportement, 1, p. 1-47.

— 1977, « L’intonation et la troisième articulation », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, LXXII, 1, p. 55-68.

— 1980, « Le français, langue sans accent ? », L’accent en français contemporain, Ivan Fónagy et Pierre R. Léon éd., Paris, Didier (Studia Phonetica, 15), p. 13-51.

— 1999, L’intonation, le système du français : description et modélisation, Paris, Ophrys.

ROSSI Mario, VAISSIÈRE Jacqueline, 2002, « In memoriam, René Gsell, docteur ès lettres », Phonetica, 59, p. 263-265.

ROSSI Mario, DI CRISTO Albert, HIRST Daniel, MARTIN Philippe, NISHINUMA Yukihiro, 1981, L’intonation : de l’acoustique à la sémantique, Paris, Klincksieck.

SAINT-BONNET Monique, BOË Louis-Jean, 1977, « Les pauses et les groupes rythmiques : leur durée et distribution en fonction de la vitesse d’élocution », 8es Journées d’étude sur la parole du groupe de la communication parlée, Aix-en-Provence, 25-27 mai 1977, s. l., s. n., p. 337-343.

SIMON Anne Catherine, GROBET Anne, AUCHLIN Antoine, GOLDMAN Jean-Philippe éd., 2004, Analyse prosodique et synthèse de parole : regards croisés autour d’un dialogue attesté, numéro thématique des Cahiers de linguistique de Louvain, 30 (1-3).

TESTON Bernard, 1971, « Description d’une unité d’analyse des paramètres prosodiques », VIIe Congrès international des sciences phonétiques, André Rigault et René Charbonneau éd., La Haye, Mouton, p. 1040-1046.

THERRIEN-ROY Lorraine, JACQUEMIN Denise, BOË Louis-Jean, 1979, « De l’analyse phonologique à l’analyse phonétique des énonciatives en français », Recherches sur la prosodie du français, Christian Abry et al. éd., Grenoble, Université de langues et lettres de Grenoble, p. 169-176.

TILKOV Dimitar, 1972, « Préface du premier bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble », Bulletin de l’Institut de phonétique de Grenoble, 1.

TOGEBY Knud, 1965, Structure immanente de la langue française, 2e édition revue, Paris, Larousse.

VAISSIÈRE Jacqueline, 1971, « Contribution à la synthèse par règles du français », thèse de doctorat de 3e cycle, université des langues et lettres de Grenoble.

— 1975, « Caractérisation des variations de la fréquence fondamentale dans les phrases françaises », 6es Journées d’étude sur la parole, Toulouse, 28-30 mai 1975, Lannion, GALF, p. 39-50.

VALLDUVÍ Enric, 1994, « The Dynamic of Information Packaging », Integrating Information Structure into Constraint-Bases and Categorial Approaches, Elisabet Britt Engdahl éd., Amsterdam, ILLC/Department of Philosophy, University of Amsterdam (DYANA-2, Report R1.3.B), p. 1-26.

Notes

1 Ainsi, ces deux laboratoires n’ayant que peu ou pas développé d’étude sur la prosodie dialectale, il ne sera pas fait référence aux recherches menées sur ce sujet (Recherche coopérative sur programme, RCP 621 du CNRS, 1980-1986). On pourra consulter avec profit : Carton 1972, Carton et al. 1991, Carton 1999.

2 Avant qu’il ne fusionne en 1983 avec le Laboratoire de la communication parlée de l’ENSERG (École nationale supérieure d’électronique et de radio-électricité de Grenoble) pour former l’Institut de la communication parlée.

3 Agrégé de grammaire (1952), élève de Georges Straka, spécialiste du thaï, directeur de l’Institut de phonétique de Grenoble (1955-1969).

4 Agrégé d’anglais (1939), directeur-fondateur de l’Institut de phonétique d’Aix (1962-1977).

5 Agrégé d’italien (1959), directeur du Laboratoire parole et langage (1974-1992).

6 Voir Rossi 1999 pour une présentation des différentes approches.

7 Les activités scientifiques y sont arrêtées depuis la guerre.

8 École supérieure d’électronique et de radio-électricité de Grenoble, EIE à l’époque (école d’ingénieurs informaticiens).

9 Centre d’étude pour la traduction automatique de la parole, dirigé par Bernard Vauquois.

10 Celui-ci sera utilisé par la suite dans plusieurs laboratoires de phonétique français, à Aix-en-Provence notamment.

11 Le comité de rédaction est composé de Fourquet, Gougenheim, Imbs, Oléron, Perrot et Vauquois.

12 Groupement des acousticiens de langue française créé en 1948. Le congrès préfigure les premières Journées d’étude sur la parole créées trois ans plus tard à Grenoble.

13 Il quittera Grenoble en 1969 et sera accueilli à l’Institut de phonétique de Paris.

14 Il développe un nouveau détecteur de fréquence fondamentale (Boë 1970, Boë et Rakotofiringa 1971a et b) qui va supplanter celui de René Carré et sera utilisé pendant plus de quinze ans à l’Institut, en particulier pour les recherches en intonosyntaxe et en phonostylistique qui y sont menées.

15 Ce dernier développe depuis 1961 un vaste programme d’analyse de synthèse et de reconnaissance de la parole sous la responsabilité de Roland Lancia puis de René Carré.

16 À la suite du départ de René Gsell, Dimitar Tilkov, docteur en phonétique expérimentale, élève de Georges Straka, est nommé par ce dernier directeur de l’Institut de phonétique de Grenoble.

17 À partir de 1983 le LCP de l’ENSERG et l’Institut de phonétique de l’université Stendhal constituent un seul et même laboratoire CNRS : l’Institut de la communication parlée (ICP).

18 Si les recherches d’Albert Di Cristo se focalisent sur la prosodie alors que celles de Denis Autesserre s’affirment dans le domaine de la physiologie et de l’articulation, ce dernier ne s’écartera pas pour autant radicalement de la problématique prosodique (voir en particulier Di Cristo et Autesserre 1971, Autesserre et Di Cristo 1972, Carton et al. 1983).

19 Ce jusqu’en 1976 où le laboratoire change à nouveau de statut et de nom et devient le Laboratoire parole et langage (LPL) associé au CNRS.

20 Une telle approche étant aussi fortement motivée par l’essor des travaux sur le traitement automatique de la parole en français (voir infra 3.2).

21 Le néologisme « prosodématique » par analogie au système phonématique est ici explicite.

22 Cette hypothèse s’ancre sur des travaux expérimentaux réalisés à Aix. Di Cristo (1966) par exemple s’appuie sur une analyse acoustique et perceptive des paramètres prosodiques pour démontrer que la distinction question/continuation ne s’effectue pas selon un mode continu mais est de nature catégorielle. Cette caractéristique catégorielle des unités sera également défendue par Rossi (1977).

23 La démarche paraît effectivement pleine de bons sens et cohérente par rapport au programme de la linguistique fonctionnelle en général et à celui de Martinet en particulier : « Lorsqu’on examine comment fonctionne le langage, comment il chante pour épouser l’évolution de la société, on constate que c’est essentiellement la satisfaction des besoins communicatifs qui entre en jeu. Il convient donc, en priorité, de déterminer quels sont les traits de chaque langue qui concourent à la transmission de l’information » (Martinet 1993).

24 Pour ce dernier, l’approche est limitée dans une perspective typologique et méthodologiquement critiquable : « Ou bien l’on entend faire une place égale, dans une perspective fonctionnaliste intégrale, à tout ce qui s’inscrit dans la relation entre le sens et la forme, auquel cas l’intonation ne peut être l’objet d’aucune exclusive ; ou bien l’on choisit à dessein un réductionnisme qui a du moins le mérite de tracer un champ précis à la recherche, en caractérisant par différence cela même que l’on exclut de la définition » (Hagège 1979, p. 6). Et plus loin : « Il est clair donc, que l’intonation ne peut pas être comprimée, quelque artifice qu’on déploie à cette fin, dans le cadre de la double articulation […]. Pour traiter l’intonation en l’intégrant au nombre des faits linguistiques définis par le relais qu’ils instaurent entre la forme et le sens, il faut aménager un autre cadre » (ibid., p. 29).

25 Pour une présentation du système de notation, voir Lacheret et Beaugendre 1999, p. 101-104.

26 Descriptions qui répondent mieux aux attentes de la linguistique structurale (mise au jour d’unités discrètes).

27 Ces travaux permettent d’envisager une réflexion typologique de fond (comparer par exemple les publications de Contini et Boë en 1973 et 1979 sur le français, et celle de Contini en 1984 sur le sarde).

28 Pour ces dernières, l’objet est de nature strictement opératoire : il s’agit de déterminer un schéma mélodique selon le type de phrase, la nature du syntagme qui le porte, sa longueur et sa distribution dans la phrase.

29 Cette dernière thématique a donné lieu à un workshop en 1982 à Aix-en-Provence qui avait pour objet de faire le point sur l’état de l’art à l’époque en France (Di Cristo et al. 1982).

30 Les JEP ont été lancées en 1970 à Grenoble autour de la nouvelle communauté « parole » qui s’est organisée en France sous l’impulsion de jeunes chercheurs dont René Carré, Jean Sylvain Liénard, Jean-Pierre Tubach, Mario Rossi et Max Wajskop.

31 La situation dans laquelle l’énoncé est employé réfère à la dimension pragmatique (Ducrot et Schaeffer 1995).

32 À la fonction représentative se superpose une fonction expressive.

33 Les messages véhiculent non seulement des informations mais aussi des instructions pour traiter ces informations (Vallduví 1994).

34 Voir à ce sujet la réponse d’Hagège à Rossi (Hagège 1979, voir note 24).

35 Si la fonction communicative de la prosodie est aujourd’hui largement balisée par les chercheurs, cette thématique était quasiment inexistante à l’époque.

36 Voir l’énoncé suivant : pas folle la guêpe (Rossi 1977).

37 Voir la notion de coénonciation proposée par Antoine Culioli et largement répandue en pragmatique aujourd’hui.

38 Pour une synthèse des méthodes d’analyse en phonostylistique, voir Léon 1993.

39 Les constructions prosodiques peuvent être analysées comme des figures de style, des stratégies argumentatives, qui s’ancrent dans le champ de la connotation (sémantique implicite).

40 Le rythme gouvernant le rapport respectif des sons et des silences (Meschonnic 1982), dans tout énoncé mis en œuvre, toutes situations de communication confondues, la distribution et la durée des pauses entretiennent des relations d’échange avec la structure.

41 Voir le premier symposium international IDP05 (Interface Discours Prosodie) organisé à Aix-en-Provence en septembre 2005, Auran et al., 2006.

Table des illustrations

Titre 1 Domaines phonétique et phonologique de la prosodie.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre 2 La prosodie, une thématique d’emblée pluridisciplinaire.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k

Auteur

Laboratoire CRISCO, Université de Caen, Institut universitaire de France, Paris

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search