Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La phonétique expérimentale et les langues de l’Afrique subsaharienne

p. 211-242

Remerciements

Je remercie Ian Maddieson, John Ohala, Gerrit Dimmendaal, John Kingston, Hubert Ngonga et Moges Yigezu pour leurs contributions et les discussions qui m’ont permis d’améliorer très sensiblement cet article. Cette présentation doit aussi beaucoup à Anthony Traill et à Peter Ladefoged, avec qui j’ai eu plusieurs fois l’occasion de discuter des sujets évoqués dans le texte. Les circonstances ne m’ont pas permis de leur montrer la version finale du texte. Cet article est dédié à leur mémoire.


Texte intégral

1Les langues de l’Afrique subsaharienne ont été au centre des préoccupations de chercheurs dès le début du développement de la phonétique expérimentale. Rousselot, le père de la discipline, a lui-même fait des expériences sur des langues comme le swahili, une langue de l’Angola (dont il ne mentionne pas le nom) et sur le malgache (Rousselot 1923). Comme un inventaire complet de ce qui a été fait dans le domaine de la phonétique des langues de l’Afrique subsaharienne dépasse de loin l’étendue de ce chapitre, les sujets discutés cherchent à mettre en évidence les aspects les plus originaux de ces langues. Une distinction (en aucune manière qualitative) sera faite entre la phonétique taxinomique et la phonétique expérimentale. La phonétique taxinomique est une description qualitative qui emploie des symboles catégoriquement distincts pour enregistrer les propriétés phonétiques de la parole d’une personne. La phonétique expérimentale a pour but de quantifier les valeurs continuellement variables des articulations des locuteurs, les effets acoustiques qu’elles produisent, la réponse perceptuelle des auditeurs et le lien entre ces quantités continues et les qualités catégorielles qui distinguent un message de l’autre (Kingston 2005). La raison de ce choix est que la contribution des langues subsahariennes à la compréhension de la variabilité des phénomènes de la parole a été extrêmement importante et c’est ce point qui sera souligné. Chaque section développera et discutera d’une technique et de quelques phénomènes qui lui sont associés et qui ont marqué l’histoire de la phonétique expérimentale dans les langues subsahariennes. Comme dans chaque discipline scientifique, le développement de nouveaux outils a permis de décrire des phénomènes qui étaient difficiles d’expliquer avant. La variation – et parfois la complexité – d’un phénomène permettra de montrer l’emploi de pratiquement toutes les techniques, comme c’est par exemple le cas pour les clicks. Quelques références incontournables seront discutées à plusieurs reprises. Parmi celles-ci, il y a la phonétique du zulu de Doke (1926), la phonétique comparée du shona de Doke (1931), la phonétique du hottentot de Beach (1938), l’étude phonétique des langues de l’Afrique de l’Ouest de Ladefoged (1968), les études phonétiques et phonologiques du ! xóõ de Traill (1985) et la synthèse de Maddieson (2003) sur les langues bantoues.

2Avant de commencer, il est utile de se rappeler ce que Doke (1926) disait à propos de l’expérimentation et de la phonétique. Pour cette dernière, on peut lire ceci au début de sa description de la phonétique du zulu :

C’est le son qui véhicule le sens, et naturellement les modifications du son véhiculent des modifications du sens. Tandis qu’une connaissance profonde de la grammaire d’une langue jette sans aucun doute une grande lumière sur sa phonétique, l’affirmation contraire est encore plus vraie. Une profonde connaissance de la phonétique d’une langue met en lumière sa grammaire. Un des objectifs de ce travail sera d’indiquer le rôle important que la phonétique du zulu joue dans la morphologie et la syntaxe de la langue, au point que beaucoup d’étranges « exceptions » aux règles de grammaire qui ont été formulées sans attention spéciale à la phonétique ne sont pas du tout des exceptions quand les lois phonétiques sont connues. (Doke 1926, p. 4, nous traduisons)

3Un peu plus loin, il ajoute encore :

Une connaissance de la grammaire d’une langue est absolument nécessaire si la phonétique de la langue doit être étudiée scientifiquement. La grammaire et la phonétique doivent aller la main dans la main. (Ibid.)

4En parlant de l’expérimentation :

La phonétique expérimentale est la partie la plus précieuse de l’étude, et ne devrait pas être négligée si tant est qu’il est possible de l’utiliser. Tandis que dans cette perspective les travaux de laboratoire sont les plus précieux pour vérifier et confirmer les résultats, ils ouvrent souvent de nouvelles perspectives de recherche et parfois de manière inattendue indiquent la nature de sons, qui seraient autrement restés dans l’oubli. Par exemple, un tracé de kymographe révèle le lien étroit entre les implosives et les clicks. Les instruments les plus importants que j’ai employé sont : le kymographe, la palatographie, les rayons X, le dictaphone, le gramophone, la photographie et l’oculaire. (p. 7)

5Ce chapitre est consacré aux aspects expérimentaux de la phonétique, mais chaque fois que ce sera possible, la relation entre phonétique et phonologie sera discutée. Il faut noter que Doke (1926, 1931) emploie le terme de phonétique là où aujourd’hui beaucoup useraient de celui de phonologie. Cela s’applique aussi à Beach (1938), mais sa position était déjà différente, comme nous le verrons plus loin. Les descriptions de Ladefoged (1968) et de Traill (1985) distinguent explicitement les deux niveaux. La relation phonétique-phonologie est évoquée avec beaucoup de détails dans deux articles de Peter Ladefoged et Anthony Traill (1984, 1994) et on peut considérer que les questions qui sont posées dans ces deux publications sont toujours sans réponses.

1 Tracés de kymographe du zulu qui montrent le débit d’air au relâchement d’un click [ɣa] décrit comme dental voisé par Doke (1926), d’une implosive bilabiale [ɓa] et d’une explosive [ba]. Le symbole du click [|] est à présent dans la transcription de l’Association phonétique internationale (Doke 1926).

Image 1000000000000150000000B7724E729D1BFD96E8.jpg

2 Tracés de kymographe inédits de Pienaar qui décrivent les types de relâchement postérieurs pour un click dental en zulu (document inédit de Pienaar, entre 1930 et 1940, fourni par Anthony Traill).

Image 1000000000000150000001381CF5ABF7F869D0B7.jpg

1. Kymographie

6Le kymographe, un des principaux appareils employés au début de la phonétique expérimentale, fut très vite exploité pour décrire les sons des langues de l’Afrique subsaharienne. Dès 1926, Doke l’utilise dans sa phonétique du zulu pour objectiver la description des principaux sons de cette langue : les voyelles à friction épiglottale ; la différence entre consonnes explosives aspirées et non aspirées et les consonnes qu’il décrit comme explosives éjectives ; les trois types de latérales alvéolaires (voisée, sourde et fricative sourde) ; la durée des voyelles et les différents niveaux de tons. Doke montre que ce sont les tracés du kymographe qui permettent d’observer une similitude entre la consonne bilabiale implosive [ɓ] et les clicks. Les tracés du kymographe, présentés sur l’illustration 1, montrent en effet clairement un débit d’air négatif au moment du relâchement de l’implosive et du click dental voisé qui contraste avec le débit positif observé après une consonne bilabiale explosive (Doke 1926, p. 60).

7Le kymographe fut aussi employé par Diedrich Westerman et Ida Ward (1933) pour montrer la différence entre explosives et implosives en igbo et efik. Outre la différence entre les deux types de consonnes bilabiales, déjà mise en évidence par Doke, ils donnent des exemples des consonnes labio-vélaires [kp] pour lesquelles on peut observer un débit négatif au moment du relâchement.

8Ces données montrent une différence entre le relâchement de la consonne [kp] de l’efik qui est suivi d’un débit positif et est décrit comme explosif, et celui de l’igbo, qui ne montre pas ce débit positif et qui est décrit comme implosif. Comme nous le verrons plus loin, il faudra attendre les premières mesures de pression pharyngale et buccale faites par Ladefoged (1968) pour mieux comprendre les mécanismes de production de ces consonnes.

9Doke (1931), dans sa remarquable étude sur la phonétique comparative du shona, fait encore un emploi systématique du kymographe pour décrire les consonnes de cette langue. La combinaison de tracés nasaux et buccaux, ou encore de ces derniers avec des tracés de vibrations du larynx, lui permet d’établir la présence ou l’absence de voisement et la limite entre les parties nasales et orales dans les consonnes complexes.

10Un document, inédit et très intéressant, où Pienaar1 utilise un kymographe2, discute des types de relâchement postérieurs des clicks du zulu (illustration 2). Dans ses notes, Pienaar décrit trois phases dans la production des clicks : la formation, le résultat acoustique du relâchement antérieur, et ce qu’il appelle les autres membres de la composition du click. Pour Pienaar, ce qu’on appelle des clicks sont en réalité des phonèmes composés consistant en un ou plusieurs sons de la parole acoustiquement différents qui doivent être évalués « monophonémiquement ». La première partie du phonème est la succion proprement dite, tandis que la seconde peut avoir différentes qualités acoustiques, autres que les bruits du relâchement et de la friction. Le bruit de relâchement de la succion est généralement décrit comme le click lui-même qui est habituellement identifié d’après le lieu où le relâchement antérieur, qui produit le bruit de succion, se produit. Pienaar décrit les types de clicks suivants : 1) bilabial ; 2) une variante labio-dentale ; 3) inter-dental, une variante de 4) dental ; 5) alvéolaire ; 6) prépalatal ; 7) alvéolaire ou prépalatal, comme 5 et 6, mais avec un relâchement latéral, et 8) rétroflexe. Chacun de ces types de click peut être suivi de plusieurs façons de relâcher la fermeture vélaire. Celles-ci sont représentées sur l’illustration 2 qui montre, en combinant des tracés de débit oral (M) et de la vibration du larynx (L) : une occlusive vélaire sourde tenue (tracé de kymographe – dorénavant Tk – I) ; une occlusive vélaire sourde aspirée (Tk II) ; une vélaire sourde affriquée (Tk III) ; une vélaire voisée semi-plosive (Tk IV et V) ; une occlusive vélaire sourde semi-plosive (Tk VI) ; une éjective vélaire (Tk IX) ; une éjective vélaire affriquée (Tk X). Les tracés Tk VII et Tk XI montrent des clicks accompagnés par une fricative glottale et une occlusive glottale. Le tableau 1 résume ces données.

11Les documents inédits de Piennar sont parmi les tout premiers à démontrer la présence des deux parties d’un click sur une base expérimentale. Son étude des types de relâchements postérieurs montre une compréhension remarquable du phénomène et préfigure les préoccupations de chercheurs contemporains. Quelques résultats de ses travaux ont été publiés (Pienaar 1939 et 1936).

Tableau 1. Mots analysés par Pienaar dans son étude sur les relâchements postérieurs des clicks du zulu. Les numéros entre parenthèses correspondent à ceux de l’illustration 2.

(25)

i| ki

(23)

i |?i

(26)

i| khi

(30)

i| k?i

(27)

i| kxi

(31)

i | kx?i

i| gi

(29)

i| gi

(28)

i| gi

(24)

i|hi

12Beach (1938), dans sa phonétique de la langue hottentot (nama), insiste sur l’utilité du kymographe pour étudier les problèmes de nasalisation, de durée et d’intonation. Quelques tracés choisis mettent aussi en évidence les clicks de cette langue et des questions discutées dans son traité.

13L’identification des tons est fondamentale pour comprendre la phonétique des langues de l’Afrique subsaharienne. Décrire expérimentalement ce phénomène dans un cadre conceptuel adéquat présentait de grandes difficultés qui ont mis un certain temps à être maîtrisées. La célèbre étude de Laman (1922) sur l’accent musical et l’intonation en kongo est un des premiers travaux systématiques sur les tons. Le traitement instrumental satisfaisant des tons, pour facile qu’il puisse paraître, n’a cependant été réalisé que dans la seconde partie du XXe siècle. Le principal problème était d’identifier clairement les catégories de tons – les tonèmes – et ensuite de traiter leurs réalisations phonétiques et leurs variations. Il semble que le premier à avoir utilisé le terme de tonème fut Beach (1924), comme le souligne Doke (1926, p. 198).

14Le problème peut aujourd’hui paraître trivial, mais il illustre bien le rapport entre les aspects abstraits (phonologiques) et concrets (phonétiques) de l’étude de la parole. Même si le traitement des tons du zulu de Doke (1926) et de Beach (1938) avec le kymographe n’a plus qu’un intérêt historique, il vaut la peine de le décrire, pour comprendre les difficultés conceptuelles que les chercheurs avaient au début du XXe siècle, lorsqu’ils travaillaient sur des langues à tons.

15Doke distinguait ce qu’il appelait les tons caractéristiques et les tons significatifs. Il considérait les premiers comme un moyen de grouper la succession des hauteurs musicales qui caractérisent une langue particulière ou un groupe de langues. Les seconds tenaient un rôle actif dans la signification grammaticale du langage et étaient un moyen de distinguer des mots de sens différents qui étaient phonétiquement similaires. Doke identifiait 9 tons en zulu. Il ne faudrait cependant pas croire que sa conception de la tonalité de cette langue était naïve, comme le montre l’affirmation suivante : « Seulement une étude plus exhaustive pour découvrir les vrais phonèmes pourrait réduire mon système à moins de 9 tons pour l’enregistrement » (Doke 1926, p. 199). Doke ajoute encore que ce n’est pas la hauteur absolue qui compte, mais la hauteur relative, l’étendue des intervalles. Pour mesurer les 9 tons qu’il identifiait en zulu, il utilisait la méthode suivante : un kymographe enregistrait le tracé d’un diapason électrique qui produisait 100 vibrations par seconde. Les 9 tons étaient alors produits, par un locuteur natif, dans un masque connecté au kymographe. Les tracés de ces enregistrements étaient ensuite placés en dessous de ceux du diapason. Le nombre de vibrations de chacune de ces « courbes tonales » correspondant à la longueur de 100 vibrations du diapason était alors compté et les résultats comparés à la table de notes de l’échelle chromatique de Rayleigh (1877). L’illustration 3 donne un exemple de résultat de ce procédé. Pour transcrire les tons par rapport à un texte, Doke employait ensuite un système de numération qui allait de 1 (ton le plus haut) à 9 (ton le plus bas). Les tons modulés étaient transcrits avec un trait entre les deux niveaux.

3 Tracés de kymographe des courbes tonales de 3 des 9 tons identifiés par Doke en zulu. Les tons sont mesurés en vibrations par seconde : ton 7 = 116,25 ; ton 8 = 107 ; ton 9 = 89. Les trois tons correspondent aux notes la dièse, la bémol et fa+, sur l’échelle de Rayleigh (1877) (d’après Doke 1926).

Image 10000000000001E6000000F4BB89240F0270804F.jpg

16Beach (1938) emploie aussi le kymographe comme support à l’étude des tons. Même si aucun tracé n’est donné dans sa phonétique du hottentot, ce sujet y est un point très développé et il explique que ce sont des raisons de coût de publication et de place qui l’ont empêché de publier les kymogrammes. Quoi qu’il en soit, la méthode employée par Beach est intéressante à décrire, parce qu’elle diffère de celle de Doke et parce qu’elle montre les préoccupations de ces chercheurs pour placer les données expérimentales dans un cadre conceptuel adéquat. Les données étaient enregistrées sur un phonographe Edison. Les enregistrements étaient standardisés pour l’analyse phonétique au moyen d’un diapason que Beach appelle le nouveau la philharmonique3. Au commencement de chaque enregistrement, avant que le locuteur hottentot ne conte une histoire, Beach faisait vibrer le diapason dans le phonographe et chantait aussi un la dans l’enregistreur. Ce la constituait la hauteur de référence. Par la suite, lorsque les enregistrements étaient utilisés sur différents phonographes, pour des analyses tonétiques, la hauteur de référence reproduite au début des enregistrements était testée par rapport à un diapason donnant le la philharmonique. Si les hauteurs de l’enregistrement et du diapason étaient différentes l’une de l’autre, la vitesse du phonographe était ajustée jusqu’à ce que la hauteur de référence corresponde à celle du diapason. Lorsque ceci était fait, l’intonation de l’enregistrement était identique à celle du locuteur au moment où l’enregistrement avait été fait. Beach mentionne ensuite l’existence d’appareils pour faire le transfert automatique des courbes du gramophone vers du papier fumé, afin de réaliser l’analyse des courbes de tons avec une précision mathématique4. Beach, pour des raisons de temps, ne fit apparemment pas beaucoup usage des tracés du kymographe pour ses transcriptions de tons. Il utilisa pour ce faire ce qu’il appelle « la méthode de l’oreille », c’est-à-dire une transcription auditive. Les transcriptions de Beach étaient ensuite reportées sur une grille de papier à musique qui faisait références aux 7 types de tons qu’il identifiait en hottentot. L’illustration 4 montre la transcription d’un morceau de texte et les hauteurs de référence identifiées, par Beach, pour les tons du hottentot.

4 Transcription du tonème ‘X (haut montant) identifié par Beach dans le dialecte korana du nama. Les lignes de référence de la grille musicale correspondent aux notes sol (G), si (B), ré (D), fa (F), la (A), do (C) et mi (E). La transcription montre une racine nominale et une racine verbale qui commencent par le tonème ‘X (Beach 1938).

Image 10000000000001E4000000D47B4BB9A3A2D3E78F.jpg

17La manière dont Beach transcrivait les tons est aussi intéressante parce qu’elle permet d’introduire la discussion sur la question de l’identification, que l’on appellerait aujourd’hui phonologique, des tons. Celle-ci est illustrée par les critiques que Beach (1938) adresse à Doke (1926) et à Tucker (1929), auxquels il reproche un mauvais usage du terme tonème. Pour Beach :

Un système de marques de tons doit avoir comme base le même principe que le système de marques de phone (les symboles phonétiques). De la même façon que la transcription phonétique dépend du principe phonémique, la transcription tonétique doit dépendre du principe tonémique. (Beach 1938, p. 127)

18Doke, quant à lui, distinguait entre la phonétique qui traite de phones, groupe de phones et phonèmes, et la tonétique qui s’occupe de tons, groupes tonaux et tonèmes (Doke 1926, p. 198). Il n’est pas difficile de se rendre compte que l’opposition entre la conception de Doke et de Beach vient de ce que le second identifie un niveau phonologique là où le premier ne le fait pas. Doke, et dans une certaine mesure Tucker, faisaient face à des problèmes de niveau de représentation (phonétique, phonologique, morphophonologique) qui n’étaient pas encore bien identifiés dans les langues bantoues et qui posent toujours des problèmes aux bantouistes. Ici encore, il fallut attendre quelques décennies pour prendre conscience qu’un certain nombre de variations de hauteur ne sont linguistiquement pas significatives mais sont dues à des liens mécaniques qui se produisent dans le processus de production de la parole (Ladefoged 1968).

5 Mesures de pression orale et pharyngale qui permettent d’expliquer les mécanismes de débit d’air des consonnes labio-vélaires [kp], dans une phrase du bini. (1) montre la combinaison d’un flux vélaire ingressif, d’un flux glottal ingressif et d’un flux pulmonique égressif, (2) la combinaison d’un flux vélaire ingressif et d’un flux glottal ingressif, (3) celle d’un flux pulmonique égressif (Ladefoged 1968).

Image 1000000000000152000001220760DCF5B526788A.jpg

6 Mesures de débit d’air nasal et oral, de pression pharyngale et du signal acoustique dans une phrase nama. Les données illustrent la réalisation d’un click aspiré [||h] (Ladefoged et Traill 1984).

Image 10000000000001520000012B8CAF6F5DBA902A05.jpg

2. Aérodynamique

19Les travaux de Doke, Pienaar, Westerman, Ward et Beach avaient permis de comprendre, parmi les nombreux problèmes posés par la description des langues de l’Afrique subsaharienne, l’essentiel des mécanismes de la production des clicks et de certaines articulations complexes. Mais c’est la publication des résultats du travail mené par Ladefoged sur 61 langues de l’Afrique de l’Ouest qui va permettre de résoudre et de comprendre des phénomènes encore mal compris (Ladefoged 1968). Cette publication marque aussi le début d’une nouvelle ère dans les méthodes expérimentales employées par les chercheurs de terrain. L’emploi synchronisé des dernières techniques de la phonétique expérimentale pour décrire les sons de langues non décrites change radicalement après la publication de Ladefoged. Cette méthodologie est publiée à plusieurs reprises et trouve son aboutissement dans le chapitre consacré à la description phonétique que Ladefoged écrit dans le Handbook of Phonetic Sciences (1997) puis dans son ouvrage de 2003 Phonetic Data Analysis.

20La compréhension de la nature de sons assez répandus dans les langues de l’Afrique de l’Ouest, comme les implosives et les labio-vélaires, est précisée par le recours à des mesures de pression. Le kymographe permettait d’avoir des données concernant le flux d’air buccal et même nasal, mais il ne permettait pas de mesurer la pression dans le pharynx et dans la cavité buccale. L’illustration 5 donne l’exemple remarquable et désormais classique d’une phrase du bini où l’on peut observer trois réalisations d’une consonne labio-vélaire sourde [kp] et une réalisation d’une sonore [gb] (Ladefoged 1968).

21Les trois réalisations de la consonne sourde, dont l’une avait été identifiée comme implosive par Westerman et Ward (1933), permettent d’expliquer les mécanismes de flux grâce à la combinaison de mesures de pression pharyngale et orale. La réalisation marquée (1) sur l’illustration 5 combine un flux vélaire ingressif, plus un flux glottal ingressif et un flux pulmonique égressif. La seconde (2) combine un flux vélaire ingressif et un flux pulmonique égressif. La troisième (3) ne présente qu’un flux pulmonique égressif. La combinaison des mesures de pression pharyngale et orale permet de faire des inférences précises sur les mouvements d’articulateurs et d’estimer leurs conséquences sur les mécanismes de flux d’air. Cette technique sera employée par d’autres chercheurs par la suite pour décrire les consonnes complexes labio-vélaires (Connell 1994, Clements et Osu 2002), les labio-uvulaires (Demolin et Soquet 1999), ainsi que des consonnes glottalisées comme les implosives sourdes et sonores du Lendu (Demolin 1995).

22Cependant, s’il y a un phénomène pour lequel les données aérodynamiques ont joué un rôle essentiel pour comprendre les mécanismes de la production de la parole et pour discuter de la relation phonétique-phonologie, c’est la description phonétique linguistique très détaillée des clicks du nama et du ! xóõ de Ladefoged et Traill (1984). Cette fois, ce sont les paramètres de pression et de débit (oral et nasal) combinés avec le signal acoustique qui permettent de décrire avec une très grande précision les mécanismes de production des clicks. L’illustration 6, tirée de Ladefoged et Traill (1984), donne un exemple de la pertinence des paramètres aérodynamiques dans la description du nama. La phrase présentée sur le document montre la réalisation d’un click [||h] qui peut être décrit comme étant produit avec une aspiration retardée. La figure montre clairement comment ce retard est produit. Le tracé supérieur (nasal flow) montre qu’il y a un débit d’air nasal non seulement durant la consonne nasale initiale, mais aussi comme nasalisation allophonique de la voyelle [a] qui précède [||h]. À la fin de cette voyelle, il n’y a pas de flux d’air qui sort de la bouche (comme on peut le voir sur le second tracé, oral flow), parce qu’il y a une nasale vélaire voisée épenthétique. C’est cette fuite nasale qui empêche la pression pharyngale (montrée sur le troisième tracé, pharyngeal pressure) d’augmenter. Après le click qui peut être observé sur le dernier tracé du signal acoustique (waveform), il y a une intéressante relation d’influence mutuelle entre la diminution du débit nasal et l’augmentation du débit oral. Cette relation contribue à l’aspiration.

7 Mesures synchronisées du signal acoustique, du débit d’air oral, de la pression pharyngale et du débit d’air nasal dans les mots [mbazu] « côtes » et [mphanƞɡa] « vivant, classe 1 ou 3 », en sukuma (Maddieson et Ladefoged 1993).

Image 10000000000002A7000000D403CA0A22A861DB08.jpg

23L’objectif de l’article de Ladefoged et Traill était de présenter des données phonétiques pour illustrer la complexité des sons de la parole qui doit être incluse dans une grammaire descriptive. Une des conclusions de l’étude est qu’on ne sait toujours pas comment incorporer tous les faits phonétiques linguistiquement significatifs – c’est-à-dire tous les phénomènes phonétiques qui distinguent une langue de l’autre – dans une grammaire formelle. Jusqu’à l’élaboration d’une théorie adéquate, les linguistes devront continuer à produire des descriptions phonétiques et phonologiques séparées des phénomènes observés dans les langues. Les clicks et les manifestations qui leur sont associés contribueront sans doute pour beaucoup à l’élaboration d’une telle théorie.

24Un autre phénomène où les mesures aérodynamiques ont joué un rôle important est celui des consonnes prénasalisées qui existent dans beaucoup de langues subsahariennes et surtout en bantou. Ces sons, décrits comme des consonnes complexes, sont discutés dans plusieurs publications de Maddieson (1989, 1991) et par Demolin et Delvaux (2001). Maddieson soulève un problème intéressant avec les prénasalisées sourdes, celui du contrôle du voisement. Comme le soulignent Ian Maddieson et Peter Ladefoged (Maddieson et Ladefoged 1993, Ladefoged et Maddieson 1996), les segments nasaux sont en général sonores et un changement de voisement à l’intérieur d’un segment est assez inhabituel. En sukuma, le voisement est aussi assez fortement aspiré, ce qui veut dire que les cordes vocales restent ouvertes pendant un certain temps après le relâchement de l’occlusion de la partie orale (Maddieson et Ladefoged 1993, p. 257).

25Les mesures aérodynamiques synchronisées du débit d’air oral et nasal et de la pression pharyngale, combinées avec le signal acoustique, permettent de montrer sans ambiguïtés ces phénomènes, comme dans l’illustration 7 où sont présentés deux mots du sukuma. Le premier, [mbazu] « côtes », qui comprend une prénasalisée sonore, montre que pendant la prénasalisée /mb/ le débit nasal n’est pas accompagné de débit oral et qu’il s’arrête au moment où la pression pharyngale augmente, pendant la partie orale de la consonne. Lorsque l’occlusion bilabiale se relâche, le débit oral augmente avec la réalisation de la voyelle qui suit. Le second mot, [mphaŋga] « vivant, classe 1 ou 3 », montre une consonne prénasalisée initiale [mph] et une médiane [ŋɡ]. La première partie de la figure illustre clairement la succession temporelle de l’ouverture du voile (débit d’air nasal), de l’occlusion orale (pression pharyngale) et de l’ouverture glottale (débit oral). La seconde montre l’anticipation de la nasalisation durant la voyelle qui précède (pour plus de détails, voir Maddieson 1991, Maddieson et Ladefoged 1993).

8 Dessin d’une coupe en projection latérale tirée d’un document de radiographie en rayons X, qui montre la position d’une chaîne de petits carrés de plomb dans le conduit vocal d’un locuteur zulu. La ligne de carrés blancs donne la position de la langue au repos, les carrés noirs montrent la position de la langue quand le click palato-alvéolaire est prononcé. Le document illustre clairement la fermeture à l’avant et à l’arrière du conduit vocal (Doke 1926).

Image 10000000000000F40000013907DB0F73174E2436.jpg

3. Rayons X

26L’utilisation des rayons X pour l’étude de la parole est connue depuis la fameuse étude de Russell qui montrait que la caractérisation des voyelles par le point le plus élevé de la langue était fausse (Russel 1929). Cette étude a d’ailleurs forcé l’Association phonétique internationale à réviser sa description des voyelles. Peu de gens savent en revanche que les rayons X furent utilisés avant cela pour décrire les clicks du zulu. Doke présente un document, reproduit illustration 8, qui montre la position de la langue pendant un click qu’il décrit comme palato-alvéolaire5 (Doke 1926).

27Pour Doke, comme pour ses contemporains, la question à résoudre était de décrire et de comprendre le mécanisme physiologique de la production des clicks. La méthode utilisée fut d’introduire dans le conduit vocal d’un sujet filmé avec des rayons X, une chaîne de petits carrés de plomb solidement attachés à un fil. Cela permit à Doke de montrer que le dos de la langue s’élevait et touchait le velum pendant l’articulation de chaque click. Il montra aussi que la raréfaction était produite pendant la double occlusion, à l’avant et à l’arrière du conduit vocal. Selon Doke, dans la préparation d’un click, c’est toujours la partie antérieure de la langue qui se met en place la première et c’est la première, ou la partie latérale dans le cas des clicks latéraux, qui se relâche. Nous verrons plus loin que cette description a été révisée et affinée par l’étude d’électropalatographie de Thomas-Vilakazi (1999).

9 Contours de la position de la langue pour les voyelles igbo (onitsha) [i, e, ɛ, a, ɔ, o, ʊ, u], tirés de données ciné-radiographiques. Les tracés illustrent les différences de la position de la racine de la langue entre les voyelles (Ladefoged 1968).

Image 10000000000001C6000001384A474C6B045CF109.jpg

10 Contours de la langue et de la position de la mâchoire pris à différents moments de la production des clicks dental [|], alvéolaire [ !], palatal [ǂ] et latéral [||] du ! xóõ. Les tracés sont extraits de données ciné-radiographiques. La zone en gris montre la poche d’air au commencement de la phase d’abaissement de la langue (Traill 1985).

Image 10000000000001C40000015EDD7160D0131C0143.jpg

28C’est à nouveau Ladefoged qui développe l’utilisation de la méthode pour décrire plusieurs phénomènes dans les langues de l’Afrique de l’Ouest. Il montre notamment la position abaissée du larynx et la vélarisation du dos de la langue pour une implosive [ɓ] (Ladefoged 1968). C’est cependant dans la description des voyelles que la technique s’avère la plus utile. Les phénomènes d’harmonie vocalique avaient déjà été décrits par de nombreux chercheurs avant lui (par exemple Ward 1937 pour l’efik, Welmers 1946 en fante, Berry 1957 en twi, Arnott 1958 en tiv et Carnochan 1960 en igbo), mais la compréhension phonétique du mécanisme était encore obscure. Les deux ensembles de voyelles intervenant dans l’harmonie vocalique avaient été identifiés par Berry (1957) pour le twi. Selon ce dernier, l’harmonie vocalique se fondait sur les traits tendu/relâché. L’illustration 9 montre des tracés ciné-radiographiques de la position de la langue pendant la production des deux ensembles des voyelles en igbo (onistha). Ce sont les seules données ciné-radiographiques sur la position de la langue de Ladefoged (Ladefoged 1968, p. 39). Elles préfigurent l’explosion des études sur l’harmonie vocalique qui suit la publication de Stewart (1967) identifiant le trait à la base de l’harmonie comme étant [± ATR] (± racine de la langue avancée). Des données de ciné-radiographie discutant ce trait [± ATR] et de l’harmonie vocalique peuvent aussi être trouvées dans Painter (1973), Lindau (1975) et Jacobson (1978).

29Traill (1985) fait un abondant usage de la ciné-radiographie dans sa description du ! xóõ, pour montrer la position de la langue pendant les voyelles ainsi que l’évolution de la position de la langue et de la mâchoire pendant la production des clicks. L’illustration 10 montre les différences caractéristiques des mouvements de la langue à partir d’une sélection d’images prises durant la phase de raréfaction de la production d’un click dental [|], palatal [ǂ], alvéolaire [ !] et latéral [||]. La zone grisée représente la poche d’air avant le commencement de la phase de succion. La position la plus basse de la langue est prise juste avant le relâchement de la fermeture antérieure.

30L’étude originale de Traill (1986) qui décrit le rôle du sphincter laryngien comme mécanisme phonatoire en ! xóõ fait une utilisation importante de la ciné-radiographie. Ainsi, l’illustration 11 montre la position du larynx au repos (a) et le retrécissement du passage de l’air entre le coussin de l’épiglotte et les cartilages aryténoïdiens pendant une phonation sphynctérique soutenue (b).

4. Palatographie

31Doke (1926) et Beach (1938) ont eu recours à la palatographie pour décrire le lieu d’articulation des consonnes et des clicks du zulu et du hottentot, mais la première grande étude systématique utilisant la palatographie est celle, désormais classique et toujours inégalée, de Doke (1931), sur les dialectes du shona. Une très importante collection de palatogrammes combinés avec des linguagrames et des coupes sagittales, qui estiment la position de la langue dans le conduit vocal, est publiée pour les dialectes karanga, korekore, manyika, ndau et zezuru. L’illustration 12 montre l’articulation de trois consonnes en manyika [ɗ, r, ɬ]. M8, le palatogramme de la consonne implosive [ɗ], qui précède une voyelle ouverte [a], laisse voir un large contact post-alvéolaire et pré-palatal. L’exemple suivant, M9, révèle les différences de positions de cette consonne lorsqu’elle précède les voyelles [i] et [o]. M10 permet de repérer le point de contact du son décrit par Doke comme une trille alvéolaire. M11 est un exemple intéressant qui représente une consonne fricative latérale alvéo-palatale [ɬ]. Comme le fait remarquer Doke, le palatogramme indique qu’il n’y a pas une fermeture complète, mais que les petits îlots et irrégularités montrent que ce contact est intermittent avec un relâchement latéral. Le linguagramme dévoile la partie de la langue qui est impliquée dans le contact. Ces quelques lignes ne rendent pas justice à cette étude qui a permis de récolter un nombre impressionnant d’informations sur la variabilité de la production des consonnes du shona, mais permettent tout de même de se rendre compte du degré de précision atteint par Doke dans son travail.

11 (a) Position du larynx au repos et (b) position du larynx qui montre le rapprochement des aryténoïdes et du coussin de l’épiglotte pendant une phonation sphynctérique (Traill 1986).

Image 10000000000001E4000001B2FFEED3EA3D2EB4F5.jpg

12 Palatogrammes, linguagrammes et profils de l’articulation des consonnes [ɗ, r, ɬ] dans le dialecte manyika du shona (Doke 1931).

Image 100000000000016E000002352BD01A08E11D9D21.jpg

13 Palatogrammes des cinq clicks : [ʘ, |, !, ǂ, ||] du ! xóõ produits par cinq locuteurs différents (Traill 1985).

Image 10000000000001E8000001C2786F72C64F5405DA.jpg

14 Palatogrammes illustrant la position non affaiblie et affaiblie du contact linguo-palatal pendant l’articulation des clicks alvéolaire [ !] et palatal [ǂ] du ! xóõ (Traill et Vossen 1997).

Image 10000000000001E4000001DFE901CE2418B815CC.jpg

32Il faut aussi mentionner la contribution de Ladefoged (1968), qui essaye de mesurer et de quantifier les informations recueillies par une méthode, nouvelle à ce moment-là, combinant la palatographie avec la photographie et la prise d’empreintes dentaires. Les données de Ladefoged ont permis de mettre en évidence les contrastes entre les consonnes denti-alvéolaires (laminales) et post-alvéolaires (apicales) en ewe, la position de consonnes pré-palatales labialisées en late, les contrastes alvéolaires, post-alvéolaires et palatals en ngwo ; et enfin de montrer la différence entre taps et flaps en hausa.

33Traill quant à lui a montré l’utilité de cette technique pour évaluer la variabilité interlocuteurs des contacts linguo-palataux impliqués dans la production des clicks (Traill 1985). L’illustration 13 montre ainsi des palatogrammes des cinq clicks du ! xóõ ([ʘ, |, !, ǂ, ||]) produits par cinq locuteurs différents. Même s’il existe une variabilité évidente entre les locuteurs, ces données permettent de bien comprendre ses limites et d’évaluer les cibles articulatoires.

34Traill et Vossen (1997), dans un magistral article sur les changements phonétiques en khoisan, ont montré avec des palatogrammes produits par plusieurs sujets comment l’affaiblissement de l’articulation des clicks alvéolaires et palataux est à l’origine du changement phonétique qui remplace ces clicks par des consonnes occlusives vélaires et palatales. Cet affaiblissement a un coût acoustique qui fait que les explosions – abruptes – du relâchement des clicks deviennent perceptivement proches des occlusives vélaires et palatales. C’est ce qui explique le changement phonétique. Ces données sont présentées dans l’illustration 14 qui montre clairement l’affaiblissement des clicks alvéolaires et palataux.

35On peut encore mentionner les travaux plus récents de Mathangwane (1999) et de Yigezu (2002), qui évaluent respectivement les différences articulatoires entre consonnes dentales et alvéolaires en ikalanga, et entre dentales, alvéolaires et post-alvéolaires en baale. Un exemple de ce contraste est donné par l’illustration 15.

36Le développement de l’électro-palatographie (EPG) permet d’étudier la dynamique des mouvements linguaux, ce qui était impossible avec la palatographie statique. L’étude de Thomas-Vilakazi (1999) a montré les limites de celle de Doke (1926) sur les clicks du zulu et de la raffiner. Comme le fait remarquer Maddieson, l’analyse des clicks du zulu confirme que la fermeture vélaire précède toujours la fermeture antérieure, ce qui rend compte du fait que les nasales qui précèdent les clicks s’assimilent toujours à la position vélaire (Maddieson 2003, p. 33). Cela corrige une erreur d’observation de Doke (1926) qui croyait que l’occlusion antérieure se formait en premier lieu, comme nous l’avons vu plus haut. L’illustration 16 présente des données EPG montrant la phase de relâchement du click post-alvéolaire en zulu où l’on peut noter la rapidité du relâchement de l’occlusion antérieure. La technique de l’EPG a aussi été appliquée à l’étude des consonnes fricatives de l’amarique par Demolin (2002), particulièrement pour évaluer les différences de constriction entre les quatre types de fricatives alvéolaires de cette langue [s, s : , s’, s’ : ]. L’EPG permet de mettre en évidence la dynamique de la constriction au cours de la production des deux fricatives éjectives [s’, s’ : ].

15 Palatogrammes et linguagrammes illustrant le contraste entre consonnes dentales [d̯] (colonne de gauche), alvéolaires [d] (colonne centrale) et post-alvéolaires [ɗ] (colonne de droite) en baale (Yigezu 2001a).

Image 100000000000014D00000107C6DC5670E9FFADC4.jpg

16 Palatogrammes (EPG, système Kay Elemetrics) montrant 4 phases espacées de 10 millisecondes, du relâchement d’un click post-alvéolaire [ !] en zulu (Thomas-Vilakazi 1999).

Image 10000000000001E800000094D7721956543BB83D.jpg

17 Palatogrammes (EPG, système de Reading) montrant 4 phases de la production des fricatives éjectives alvéolaires simples et géminées dans les mots amharique « s’ɨs’ɨt » « regret » et « k’ɨs : ’ɨl » « adjectif » (Demolin 2002).

Image 10000000000001E4000001BD94B1C1B73310E25E.jpg

18 Phases de la rétraction et de la projection de la langue pour un flap labio-dental en shona (Doke 1931).

Image 10000000000000BD000001E2568FA9D23962ECD6.jpg

19 Évolution temporelle d’un marqueur (n 4 et flèches), placé sous le menton. Le tracé en blanc (en haut à gauche) montre l’abaissement progressif de la langue pendant la production d’une consonne implosive palatale non explosée [ʄ ̚] en hendo. Le cliché montre, de face et de profil, l’abaissement de la partie postérieure de la langue (Demolin et al. 2002).

Image 10000000000001E00000010E83E49A12481C8C70.jpg

37L’illustration 17 montre quatre positions de la constriction ; on peut y observer une phase d’augmentation de la constriction, qui est la conséquence de la réduction de la cavité buccale lorsque le larynx s’élève, et une phase d’ouverture qui précède la voyelle suivante.

5. Photographie et vidéo

38La photographie a été employée par Doke dès ses premiers travaux en zulu, pour montrer la position des lèvres pendant la production des voyelles. Les photos publiées dans l’étude comparative de la phonétique shona présentent un document intéressant sur quatre moments critiques de la production d’un flap labio-dental en karanga. Elles montrent clairement la phase de rétraction vers l’arrière de la lèvre inférieure, avant sa projection vers l’avant (illustration 18).

39Ladefoged (1968) présente aussi un document photographique d’un exemple de flap labio-dental en margi ainsi que Demolin et Teston (1996) en mangbetu. Ladefoged (1968) en utilisant des clichés pris simultanément de face et de profil montre encore les différences de la position des lèvres, pour les contrastes [ʋ, v, ɣʷ]6 en isoko et la position des lèvres dans le contraste [β, v] en logba.

40L’apparition de la vidéo permet, même avec une faible résolution, de montrer la dynamique des mouvements des lèvres et de la mâchoire. Grâce aux techniques de caméra à haute vitesse, on peut aussi suivre le mouvement de marqueurs placés sur les articulateurs avec une meilleure résolution temporelle. L’illustration 19 montre une vue de face et de profil d’un locuteur hendo qui produit une consonne implosive palatale non explosée [ʄ ̚]. Le tracé de gauche de la figure montre l’évolution de la position du marqueur n 4, indiqué par des flèches, pendant la production de cette consonne (Demolin et al. 2002). La position de ce marqueur est importante pour visualiser le mouvement d’abaissement de la partie arrière de la langue.

41Une étude sur la parole de femmes chai, qui parlent avec des plateaux de bois ou de céramique insérés dans la lèvre inférieure, a été publiée par Yigezu en 2001 (Yigezu 2001b). Les images de Yigezu permettent de mesurer l’amplitude des mouvements de la lèvre inférieure. Les conséquences articulatoires et acoustiques de cette contrainte montrent que les femmes chai compensent les consonnes qu’elles ne peuvent plus produire en changeant le mode d’articulation (par exemple occlusive > fricative), en gardant un lieu d’articulation proche ou similaire. Les voyelles sont quant à elles systématiquement plus ouvertes.

42À ces techniques de visualisation des articulateurs à l’extérieur du conduit vocal, il faut encore mentionner l’emploi de la fibroscopie par Traill (1985, 1986) pour observer l’état et les configurations de la glotte dans différents modes phonatoires.

6. Acoustique

43L’acoustique a dû attendre l’invention du spectrographe de la parole par Potter, aux laboratoires Bell pendant la seconde guerre mondiale, pour se développer (Potter 1945). Cet aspect de l’étude de la parole est aujourd’hui le plus développé et est l’outil le plus utilisé en phonétique expérimentale. Peu de temps après, la publication de Visible Speech par Potter, Kopp et Green (1947) marqua le début d’un important développement des études acoustiques sur la parole. Une nouvelle fois, ce fut Ladefoged (1968) qui initia ces recherches dans les langues africaines. A Phonetic Study of West African Languages a été pour de nombreux chercheurs le modèle à suivre pour décrire les aspects acoustiques de la phonétique de langues subsahariennes. Il est impossible de rendre justice en quelques lignes à l’importante littérature qui a suivi, mais quelques sujets choisis suffiront pour montrer à quel point cette partie de l’étude de la parole a permis de progresser dans la compréhension des phénomènes. Ladefoged (1968) utilise de nombreux spectrogrammes pour illustrer les caractéristiques acoustiques des sons de certaines langues, mais il combine aussi les données acoustiques avec des données aérodynamiques et articulatoires. Grâce à cette combinaison de méthode, les mécanismes de la production des sons peuvent être décrits en détail et de façon très fiable.

6.1 Voyelles

44La distribution des voyelles dans l’espace acoustique entre le premier formant (F1) et le second formant (F2) est désormais classique en phonétique. Cette représentation a permis de décrire et de comparer la distribution des voyelles dans de nombreuses langues. En Afrique subsaharienne, l’attention s’est surtout portée sur la distribution des voyelles dans les systèmes dits [±ATR] (Advanced Tong Root). L’importance de la position articulatoire des voyelles et particulièrement de la position de la racine de la langue dans les études de Ladefoged (1968), Lindau (1975) et Jacobson (1978) a déjà été mentionnée à propos des études qui utilisaient des rayons X, mais ce sont les mesures acoustiques qui ont permis d’affiner la compréhension du phénomène (Lindau 1979). La différence acoustique entre voyelles [+ATR] et [-ATR] montre que les voyelles [+ATR] sont presque toujours plus fermées et plus avancées que leur contrepartie [-ATR], mais d’autres paramètres comme le type phonatoire et les bandes passantes peuvent aussi être pris en compte.

45Dans une étude sur les contrastes de la racine de la langue en degema, Fulop, Kari et Ladefoged (1997) donnent une dimension nouvelle aux travaux sur les systèmes vocaliques, en introduisant une étude de perception. Ce n’est pas la première étude de ce genre sur la perception des voyelles, mais c’est une des publications les plus achevées sur le sujet, notamment par la mise en relation entre les données de production et de perception. Les résultats démontrent que les locuteurs degema ne classent pas très bien leurs voyelles avec comme seule base la fréquence des formants et indiquent que les changements dans la forme du spectre contribuent à la perception globale des voyelles [-ATR], quoique l’effet soit quelque peu sporadique. Il y a des indices qui montrent que les degema pourraient aussi être sensibles aux différences de la forme du spectre et directement aux bandes passantes des formants. La présence de plusieurs corrélats acoustiques est sans doute à la base de la capacité des degema à distinguer les dix voyelles de leur système. La nature sporadique des corrélats pourrait en quelque sorte être compensée par des contraintes additionnelles provenant du système d’harmonie [ATR].

46Le spectrogramme, qui fait à présent partie des outils de base de n’importe quel phonéticien de terrain, a contribué à comprendre d’autres phénomènes liés aux voyelles. Les différents types phonatoires sont particulièrement bien mis en évidence de cette manière, par exemple dans les études de Traill (1985), Pongweni (1983), Denning (1989) et Yigezu (1995). Il faut encore mentionner que l’usage du laryngographe ou de l’électroglottographe contribue à mettre en évidence les particularités de ces phénomènes, comme on peut le voir dans Traill (1985) à propos des types phonatoires du ! xóõ.

6.2 Consonnes

47Les spectrogrammes ont aussi joué un rôle important dans la mise en évidence de nombreux phénomènes qui concernent les consonnes. Combinés à une analyse du signal acoustique, ils sont un outil fondamental pour identifier des petits détails de la production de la parole. Les transitions de formants, qui jouent un rôle essentiel dans l’identification des lieux d’articulation, permettent de montrer que les consonnes labio-vélaires, par exemple [kp], dont il a été question plus haut, peuvent s’identifier par une transition vélaire au début et une transition labiale à la fin. Les indices acoustiques qu’ils mettent en évidence permettent aussi de montrer la succession des articulations dans les consonnes complexes. Maddieson a sans doute plus que tout autre contribué à la compréhension de ces phénomènes en décrivant par exemple, les consonnes prénasalisées du sukuma et les phénomènes de vélarisation en shona (Maddieson 1989, 1990, 1991). Les spectrogrammes du rwanda qu’il présente dans sa synthèse de la phonétique des langues bantoues (Maddieson 2003) montrent ainsi la succession du relâchement labial, la présence d’un vocoïde central, la fermeture vélaire et le relâchement vélaire dans mot comme [akabɘɡa] « diminutif de chien », qui inclut une consonne complexe [bɡ].

48Doke (1931) avait observé un phénomène intéressant avec les fricatives du shona que Bladon, Clark et Mickey (1987) appellent fricatives sifflantes. Mathangwane (1999) les décrit comme des fricatives alvéolaires labialisées qui contrastent avec les fricatives alvéolaires. L’illustration 20 montre un exemple d’un de ces sons en ikalanga. On peut observer que dans la seconde partie de la consonne fricative labialisée, il y a un mouvement descendant du bruit assez intense qui va de 4500 hertz jusque vers 3200 hertz, évidemment provoqué par la labialisation de la consonne. Manthangwane conclut que le léger sifflement perçu dans la production de ces fricatives est un effet de la labialisation et qu’il n’est pas suffisamment significatif pour définir ces fricatives comme sifflantes.

49L’examen du signal acoustique a permis à Lindau (1984) de mettre clairement en évidence les différences entre les consonnes implosives et les occlusives voisées de quelques langues du Nigeria, comme le kalabari et le degema. Lindau montre que l’augmentation de l’amplitude du voisement durant l’occlusion (qui indique que le larynx descend) caractérise le signal d’une implosive, alors que dans celui des occlusives voisées correspondantes, l’amplitude du voisement tend à diminuer vers la fin de l’occlusion. L’examen du signal a aussi permis à Ladefoged et Maddieson (1996) de montrer la différence entre les relâchements modaux et craqués des occlusives du hausa.

20 Signal audio et spectrogramme illustrant la fricative alvéolaire sourde labialisée dans le mot [táswá] « monter » en ikalanga (Mathangwane 1999).

Image 10000000000001E4000001DD133842A7EE19C089.jpg

50L’étude de Traill (1994) sur la perception des clicks du ! xóõ montre que ceux-ci se divisent en deux classes selon que les hautes ou les basses fréquences dominent dans le spectre. Elle montre aussi qu’acoustiquement, les clicks sont en fait des variantes intenses des sons pulmoniques et glottiques. Ce travail a permis de faire avancer la compréhension des propriétés acoustiques des clicks, de montrer leur catégorisation linguistique et leurs relations avec les consonnes qui ne sont pas des clicks.

6.3 Tons

51L’étude des tons et la mesure de la fréquence fondamentale, qui avait laborieusement commencé dans les travaux de Doke (1926) et de Beach (1938), n’a cessé de préoccuper les chercheurs qui ont travaillé sur les langues africaines, principalement pour obtenir des mesures valides et quantifiées des tons. Encore une fois, il est difficile de rendre compte de toute la littérature qui s’est développée sur le sujet. Cependant du point de vue acoustique, quelques études à caractère expérimental doivent être citées. L’apparition d’appareils permettant d’analyser la fréquence fondamentale de la voix a permis de développer des études instrumentales assez détaillées, parmi lesquelles les travaux de Hombert (1974) sur le rapport entre les tons et la déclinaison dans les langues tonales et ceux de Rialland (1981) sur le système tonal du gurma.

52Traill (1985) présente une étude instrumentale des tons du ! xóõ, dans laquelle il met en évidence les tons lexicaux de la langue et les perturbations tonales provenant des voyelles et des consonnes. L’illustration 21 montre l’effet perturbateur de ce que Traill appelle la « coloration » des voyelles sur certains tons : la courbe tonale reprend son cours normal après une phase initiale de perturbation due à la voyelle – glottalisée, pharyngalisée, murmurée, murmurée-glottalisée, stridente – qui suit. Les tons ne sont pas tous montrés, mais les données sont suffisantes pour voir l’effet perturbateur de la qualité des voyelles sur le début des courbes tonales.

21 Illustration des perturbations introduites sur la courbe des tons (haut, moyen, moyen-descendant et bas) par le type phonatoire des voyelles (glottalisée, pharyngalisée, murmurée, murmurée-glottalisée et stridente) du ! xóõ. On observe qu’après une perturbation initiale, la courbe tonale reprend son cours normal (Traill 1985).

Image 10000000000001E30000026A18AAB2C151B39D4F.jpg

53Un autre problème associé aux données de Traill est celui des consonnes qui ont un effet dépresseur sur la fréquence fondamentale (F0). Les principales études expérimentales sur le sujet ont été publiées par Traill en 1987 (avec Kumalo et Fridjhon) et en 1990, par Mathangwane en 1999 et par Maddieson en 2003. Le terme de consonnes dépressives s’est d’abord appliqué aux consonnes qui provoquent un abaissement de la hauteur de la voix dans leur environnement. Traill, Kumalo et Fridjhon (1987) montrent que la fréquence fondamentale associée aux consonnes dépressives est plus basse que les tons bas et que la hauteur la plus basse se concentre sur les consonnes dépressives. Mathangwane (1999), dans son étude sur la phonétique et la phonologie de l’ikalanga, montre que toutes consonnes dépressives ne sont pas voisées comme on à parfois tendance à le croire.

22 Comparaison de la réalisation d’un ton bas qui suit une consonne non dépressive et une consonne dépressive, dans deux phrases similaires en ikalanga. Les deux tons bas sont marqués (V2). Le ton qui suit la consonne dépressive est nettement plus bas que l’autre (Mathangwane 1999).

Image 10000000000001EA00000204BA8B7A2A0C80E052.jpg

54L’illustration 22 donne, le signal et la fréquence fondamentale F0 de deux phrases ikalanga. La première – [ʋánóphúthà kàkálè] « ils s’assemblent encore » – ne comprend pas de consonnes dépressives. La hauteur des voyelles qui supportent le ton haut et le ton bas est marquée V1 et V2 sur la courbe de F0. La seconde phrase – [ʋánókutɧà kàkálè] « ils touchent encore » – comprend une consonne dépressive [tɧ]. La hauteur du ton bas de la voyelle qui suit la consonne dépressive (V2) est nettement plus basse lorsqu’elle est comparée à celle du ton bas de la phrase qui ne comprend pas de consonne dépressive. Maddieson (2003) donne encore quelques exemples de l’effet de consonnes dépressives en swati et en giryama. La définition des consonnes dépressives fait encore l’objet de débats, mais pour Traill, Kumalo et Fridjhon (1987), les vraies consonnes dépressives consistent en une posture laryngienne particulière, compatible avec la basse fréquence coproduite avec la consonne qui lui est associée.

55Le développement de la micro-informatique et l’amélioration des méthodes de détection de la fréquence fondamentale ont contribué à l’accélération des études expérimentales sur les tons au cours des dernières décennies du XXe siècle. La question de l’intonation dans les langues à tons a focalisé l’attention de nombreux chercheurs depuis Hombert (1974). Lindau (1986) a présenté l’essai d’un modèle d’intonation dans une langue à tons. Inkelas et Leben (1990) ont discuté de la relation phonétique-phonologie à travers la question de l’intonation en hausa.

56Le rapport complexe entre le phénomène phonologique de l’abaissement tonal et la phonétique est abordé dans les travaux de Rialland (1981, 2001) et ceux de Laniran et Clements (1995, 2003).

57Roux discute de la production et de la perception des tons en xhosa (Roux 1995) et reformule en 2003 la question de la nature phonétique des données utilisées dans les analyses tonologiques, avec des exemples des langues sotho et nguni d’Afrique du Sud.

58Les études sur la perception des tons dans les langues de l’Afrique subsaharienne sont encore assez rares, mais il faut mentionner les expériences de Hombert (1977) sur la perception des tons en yoruba et celles d’Omozuwa (1995) sur la perception des tons en edo.

59Une étude importante de Hombert (1978) montre que les trois tons du yoruba sont affectés par les consonnes (sourdes et sonores) en position prévocalique. Les consonnes voisées ont un effet plus important sur les tons hauts et les consonnes sourdes sur les tons bas. Hombert montre aussi que la durée de ces perturbations est plus courte en yoruba que dans des langues non tonales comme l’anglais. Cela suggère qu’une langue déjà tonale peut multiplier ses tons si le contraste de voisement disparaît, en position prévocalique. Dans cette ligne de recherche, Haacke (1999) continue la tradition de l’étude des tons en nama avec une importante publication sur la tonogenèse en khoekhoe.

60Connell (1999, 2000a, 2000b, 2000c et 2003) a développé avec beaucoup de détails les questions sur la déclinaison, la réalisation des niveaux de tons, l’universalité de la relation entre les tons et la fréquence fondamentale intrinsèque des voyelles en mambila.

61Myers (1999, 2003) a concentré son attention sur les aspects temporels et l’association des tons en chichewa et en kinyarwanda. Il faut enfin mentionner la très importante étude de Kingston (2003) qui décrit et explique les mécanismes de renversement de tons, notamment dans les langues bantoues.

7. Résonance magnétique

62La résonance magnétique nucléaire (RMN) a été utilisée dans quelques études pour visualiser la position de la langue pendant la production des voyelles. L’avantage de la RMN par rapport à la ciné-radiographie est qu’elle est sans danger pour le sujet et qu’elle permet de visualiser dans n’importe quel plan la position des articulateurs. et qu’elle permet de visualiser dans n’importe quel plan la position des articulateurs. La première étude de Demolin (1992) cherchait à mettre en évidence la position des différentes parties de la langue en mangbetu. Cette langue à un système vocalique à neuf voyelles et montre des phénomènes d’harmonie vocalique proche de ceux qui ont été décrits auparavant en dholuo par Jacobson (1978). L’illustration 23 montre des coupes médiosagittales des neuf voyelles du mangbetu qui mettent en évidence la différence de position de la racine de la langue entre les voyelles qui appartiennent à l’ensemble [+ATR] ([i, e, o, u]) et celles qui sont classées [-ATR] ([ɪ, ɛ, a, ɔ, ʊ]). Une étude sur le fang a mis en évidence que dans cette langue les distinctions entre les voyelles antérieures [i, e, ɛ] et postérieures [ɔ, o, u] ne dépendent pas de différences dans la position de la racine de la langue, contrairement à ce qu’on aurait pu penser (Demolin et al. 1992).

23 Comparaison de la position de la racine de la langue, sur des coupes médiosagittales d’IRM, pour les paires de voyelles [+ et – ATR] du mangbetu. Les images montrent aussi la position du larynx par rapport à la colonne vertébrale, celle du dos de la langue, et l’ouverture des lèvres (Demolin 1992).

Image 10000000000002AE000000FE1555A8F90EFB4A1D.jpg

63Tiede (1996) a utilisé la RMN sur l’akan pour raffiner les études de ciné-radiographie faites auparavant. Ses recherches mettent en évidence les différences entre l’akan et l’anglais dans la production des voyelles, particulièrement au niveau du volume de la cavité pharyngale. Il en conclut que le trait [ATR] est un geste de la langue indépendant en akan, alors que dans une langue comme l’anglais, il est concomitant de la hauteur des voyelles.

8. L’articulographe

64L’articulographe a été utilisé la première fois dans les langues de l’Afrique subsaharienne par Maddieson (1993), dans son étude sur l’ewe. L’appareil a permis à cet auteur de mettre en évidence l’asymétrie temporelle des deux articulations impliquées dans la production des consonnes labio-vélaires. Ainsi, l’illustration 24 montre la coordination des mouvements de la lèvre inférieure et du dos de la langue dans le mot akpa en ewe. Les deux tracés révèlent le déplacement vertical, sur une échelle normalisée exprimée en déviations standard, sur une moyenne de 10 réalisations alignées au relâchement. La ligne horizontale sur la trajectoire du mouvement labial connecte la hauteur de la lèvre inférieure au moment du relâchement au point précédent, à la même hauteur, dans la phase de fermeture du mouvement de la lèvre. Une ligne similaire connecte la hauteur du dos de la langue au temps moyen du début de la fermeture jusqu’au point suivant, à la même hauteur, sur la trajectoire descendante de la langue. L’étude de Maddieson montre clairement que chaque nouvelle technique permet de d’affiner toujours plus la description de phénomènes complexes. L’articulatographe a également été employé par Roux, Dogil et Wokurek (1995) dans une étude sur l’articulation des clicks.

24 Tracés, obtenus à partir de l’articulographe, décrivant la coordination du mouvement de la lèvre inférieure et du dos de la langue dans deux mots ewe (Ladefoged et Maddieson 1996).

Image 10000000000002AE000000C7C23DD6F74243D8E0.jpg

9. Ultrasons

65La technique des ultrasons a récemment été utilisée par Miller, Namaseb et Iskarous (2004) pour mettre en évidence les bases articulatoires de la contrainte de la voyelle arrière. Celle-ci stipule que les clicks post-alvéolaires se groupent avec les consonnes uvulaires et épiglottales en rétractant et en abaissant la voyelle [i], tandis que les clicks dentaux et palataux se groupent avec les coronales et les labiales en apparaissant librement avec [i]. Les résultats de l’étude montrent qu’il existe une base physiologique à la contrainte de la voyelle arrière dans les langues khoisan. Cette différence s’explique en termes de compatibilité et d’incompatibilités musculaires. Les auteurs font l’hypothèse que le seul recours au mécanisme du flux d’air vélaire est trop simple, puisque aucun des clicks étudiés n’implique une constriction vélaire postérieure. Le relâchement postérieur des deux clicks implique la rétraction de la région post-vélaire. Miller, Namaseb et Iskarous (2004) proposent donc d’employer le terme de mécanisme de flux d’air lingual pour décrire le phénomène. Ces travaux montrent que la technique des images d’ultrasons est un outil valable pour décrire les articulations post-vélaires. Ce que ce travail illustre aussi c’est que dans l’étude des clicks qui ont été décrits par les meilleurs phonéticiens des langues de l’Afrique subsaharienne, il est toujours possible de raffiner les analyses en utilisant des techniques nouvelles.

Conclusion

66Ce rapide et partiel survol des travaux de phonétique expérimentale dans les langues de l’Afrique subsaharienne au XXe siècle permet de se rendre compte de l’importance de leur contribution au développement de la discipline et des études sur la parole. Quelques problèmes parmi les plus complexes qui peuvent se rencontrer dans les langues du monde y sont observés. Les phénomènes décrits dans cet article montrent que pratiquement tout l’éventail de l’instrumentation disponible aux phonéticiens a été nécessaire pour décrire les sons de ces langues. Les systèmes sonores des langues de l’Afrique subsaharienne ont constamment fourni des informations nouvelles pour comprendre la variation et les mécanismes de la parole humaine et pour proposer des modèles de son fonctionnement. Beaucoup de phénomènes intéressants n’ont pas encore été bien décrits, ou tout simplement compris. Quelques exemples suffiront pour illustrer cela : les affriquées labio-dentales mentionnées par Baumbach (1974) en tsonga, les flaps latéraux, les clicks latéraux et les voyelles épiglottales du lamba identifiés par Doke (1927), ou encore les labioglottales et les palato-glottales de l’ila décrits par Doke (1928), n’ont toujours pas été décrits et identifiés de manière satisfaisante. Cela nous permet de penser que la contribution de ces langues à l’étude de la parole, tant du point descriptif que théorique est loin de se terminer.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Références bibliographiques

10.1017/S0041977X00063266 :

ARNOTT David W., 1958, « The classification of verbs in Tiv », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 21 (1), p. 111-133.

BAUMBACH Erdmann J. M., 1974, Introduction to the Speech Sounds and Speech Sound Change of Tsonga, Pretoria, J. L. Van Schaik.

10.1080/02561751.1923.9676175 :

BEACH Douglas M., 1924, « The science of tonetics and its application to Bantu languages », Bantu Studies, vol. II, n° 2, p. 75-106.

— 1938, The Phonetics of the Hottentot Language, Cambridge, Heffers.

10.1017/S0041977X0011924X :

BERRY Jack, 1957, « Vowel harmony in Twi », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 19 (1), p. 124-130.

10.1017/S0025100300003248 :

BLADON Anthony, CLARK Christopher, MICKEY Katrina, 1987, « Production and perception of sibilant fricatives : Shona data », Journal of the International Phonetic Association, 17 (1), p. 39-65.

CARNOCHAN Jack, 1960, « Vowel harmony in Igbo », African Language Studies, I, p. 155-163.

CLEMENTS George N., OSU Sylvester, 2002, « Explosives, implosives and nonexplosives : the phonological function of air pressure difference in stops », Laboratory Phonology 7, Carlos Gussenhoven et Natasha Warner éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 299-350.

CONNELL Bruce, 1994, « The structure of labio-velar stops », Journal of Phonetics, n° 22, p. 441-476.

— 1999, « Four tones and downtrend : a preliminary report on pitch realization in Mambila », New Dimensions in African Linguistics and Languages, Paul F. A. Kotey éd., Trenton (New Jersey), Africa World Press (Trends in African Linguistics, 3), p. 75-88.

— 2000a, « The perception of lexical tone in Mambila », Language and Speech, 43 (2), p. 163-182.

— 2000b, « Downdrift, downstep and declinaison », Typology of African Prosodic Systems, Ulrike Gut et Dafydd Gibbon éd., Bielefeld, University of Bielefeld.

— 2000c, « Tone languages and the universality of intrinsic F0 : evidence from Africa », Journal of Phonetics, n° 30, p. 101-129.

— 2003, « Pitch realization of the four tones in Mambila », Proceedings of the Symposium « Cross-linguistic Studies of Tonal Phenomena : Historical Developement, Phonetics of Tone and Descriptive Studies », Shigeki Kaji éd., Tokyo, University of Foreign Studies, ILCAA, p. 181-197.

DEMOLIN Didier, 1992, « Le mangbetu : études phonétique et phonologique », thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.

— 1995, « The phonetics and phonology of glottalized consonants in Lendu », Phonology and Phonetic Evidence, Bruce Connell et Amalia Arvaniti éd., Cambridge, Cambridge University Press (Papers in Laboratory Phonology, 4), p. 368-385.

— 2002, « The search for primitives in phonology and the explanation of sound patterns : the contribution of fieldwork studies », Laboratory Phonology 7, Carlos Gussenhoven et Natasha Warner éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 455-514.

10.21437/Eurospeech.2001 :

DEMOLIN Didier, DELVAUX Véronique, 2001, « Whispery voiced nasal stops in Rwanda », Proceedings Eurospeech. VIIth European Conference on Speech Communication and Technology, Paul Dalsgaard éd., Aalborg, Kommunik Grafiske Løsninger, p. 651-654.

10.1017/S0025100300006514 :

DEMOLIN Didier, SOQUET Alain, 1999, « Double articulations in some Mangbutu-Efe languages », Journal of the International Phonetic Association, 29 (2), p. 143-154.

10.1017/S0025100300006149 :

DEMOLIN Didier, TESTON Bernard, 1996, « Labiodental flaps in Mangbetu », Journal of the International Phonetic Association, 26 (2), p. 103-112.

DEMOLIN Didier, HOMBERT Jean-Marie, ONDO Pierre, SEGEBARTH Christoph, 1992, « Étude du système vocalique fang par résonance magnétique », Pholia, 7, p. 67-90.

DEMOLIN Didier, NGONGA-KE-MBEMBE Hubert, SOQUET Alain, 2002, « Phonetic characteristics of an unexploded palatal implosive in Hendo », Journal of the International Phonetic Association, 32 (1), p. 1-15.

DENNING Keith, 1989, « The diachronic development of voice quality », PhD dissertation, Stanford University.

DOKE Clement M., 1926, The Phonetics of the Zulu Language, Johannesburg, University of the Witwatersrand Press, numéro spécial de Bantu Studies, vol. II.

— 1927, « A study in Lamba phonetics », Bantu Studies, vol. III, n° 1, p. 5-47.

— 1928, « An outline in Ila phonetics », Bantu Studies, vol. III, n° 2, p. 127-153.

— 1931, A Comparative Study in Shona Phonetics, Johannesburg, University of Witwatersrand Press.

10.1159/000028425 :

FULOP Sean, KARI Ethelbert, LADEFOGED Peter, 1997, « An acoustic study of the tongue root contrast in Degema vowels », Phonetica, 55, p. 80-98.

HAACKE Wilfrid, 1999, « Tonogenesis in Khoekhoe (Nama/Damara) », Proceedings of the Symposium « Cross-linguistic Studies of Tonal Phenomena : Tonogenesis, Typology and Related Topics », Shigeki Kaji éd., Tokyo, ILCAA - Tokyo University of Foreign Studies, p. 69-85.

HOMBERT Jean-Marie, 1974, « Universals of downdrift :their phonetic basis and significance for a theory of tone », Studies in African Linguistics, supplément 5, p. 169-184.

— 1977, « Perception of tones of bisyllabic nouns in Yoruba », Studies in African Linguistics, supplément 6, p. 109-121.

— 1978, « Consonant types, vowel quality and tone », Tone. A Linguistic Survey, Victoria A. Fromkin éd., New-York, Academic Press, p. 77-111.

INKELAS Sharon, LEBEN William R., 1990, « Where phonology and phonetics intersect : the case of Hausa intonation », Between the Grammar and Physics of Speech, Mary E. Beckman et John Kingston éd., Cambridge, Cambridge University Press (Papers in Laboratory phonology, 1), p. 17-34.

JACOBSON Leon Carl, 1978, Dholuo Vowel Harmony : A Phonetic Investigation, PhD thesis, Los Angeles, University of California (UCLA Working Papers in Phonetics, 43).

KINGSTON John, 2003, « Mechanisms of tone reversal », Proceedings of the Symposium « Cross-linguistic Studies of Tonal Phenomena : Tonogenesis, Typology and Related Topics », Shigeki Kaji éd., Tokyo University of Foreign Studies, ILCAA, p. 57-120.

— 2005, « Laboratory phonetics », Encyclopedia of Language and Linguistics, Keith Brown éd., 2nd édition, Amsterdam, Elsevier.

LADEFOGED Peter, 1968, A Phonetic Study of West African Languages, Cambridge, Cambridge University Press.

— 1997, « Linguistic phonetic descriptions », The Handbook of Phonetic Sciences, William J. Hardcastle et John Laver éd., Oxford, Blackwell, p. 589-618.

— 2003, Phonetic Data Analysis. An Introduction to Fieldwork and Instrumental Techniques, Oxford, Blackwell.

LADEFOGED Peter, MADDIESON Ian, 1996, The Sounds of the World’s Languages, Oxford, Blackwell.

10.2307/414188 :

LADEFOGED Peter, TRAILL Anthony, 1984, « Linguistic phonetic descriptions of clicks», Language, 60 (1), p. 1-20.

10.1016/S0095-4470(19)30266-9 :

LADEFOGED Peter, TRAILL Anthony, 1994, « Clicks and their accompaniments », Journal of Phonetics, n° 22, p. 33-64.

LAMAN Karl Edvard, 1922, The Musical Accent and Intonation in the Kongo Language, Stokholm, Svenska Missionsförbundets Förlag.

LANIRAN Yetunde, CLEMENTS George N., 1995, « A long-distance dependency in Yoruba tone realization », Proceedings of the XIIIth International Congress of Phonetic Sciences, Stockholm, Kjell Elenius et Peter Branderud éd., Stockholm, Kungliga Tekniska Högskolan - Stockholms Universitet, vol. 2, p. 734-737.

LANIRAN Yetunde, CLEMENTS George N., 2003, « Downstep and high tone rising : interacting factors in Yoruba tone production », Journal of Phonetics, n° 31, 2, p. 203-250.

LINDAU Mona, 1975, [Features] for Wowels, PhD thesis, Los Angeles, University of California (UCLA Working Papers in Phonetics, 30).

— 1979, « The feature expanded », Journal of Phonetics, n° 7, p. 163-176.

— 1984, « Phonetic differences in glottalic consonants », Journal of Phonetics, n° 12, p. 147-155.

— 1986, « Testing a model of intonation in a tone language », Journal of the Acoustical Society of America, 80 (3), p. 757-764.

10.1017/S0025100300003856 :

MADDIESON Ian, 1989, « Prenasalized stops and speech timing », Journal of the International Phonetic Association, 19 (2), p. 57-66.

— 1990, « Shona velarization : complex consonants or complex onsets ? », UCLA Working Papers in Phonetics, n° 74, p. 16-34.

— 1991, « Articulatory phonology and sukuma “aspirated nasals” », Proceedings of the XVIIth Annual Meeting of Berkeley Linguistics Society. Special Session on African Languages Structures, Kathleen Hubbard éd., Berkeley, Berkeley Linguistics Society, p. 145-154.

— 1993, « Investigating Ewe articulations with electromagnetic articulography », Forschungsberichte des Instituts für Phonetik und Sprachliche Kommunikation der Universität München, n° 31, p. 181-214.

— 2003, « The sounds of the Bantu languages », The Bantu Languages, Derek Nurse et Gérard Philippson éd., Londres, Routledge, p. 15-41.

10.1016/B978-0-12-360380-7.50014-4 :

MADDIESON Ian, LADEFOGED Peter, 1993, « Phonetics of partially nasal consonants », Nasals, Nasalization and the Velum, Marie K. Huffman et Rena A. Krakow éd., San Diego, Academic Press, p. 251-301.

MATHANGWANE Joyce T., 1999, Ikalanga Phonetics and Phonology. A Synchronic and Diachronic Study, Stanford, CSLI Publications.

MILLER-OCKHUIZEN Amanda, NAMASEB Levi, ISKAROUS Khalil, 2004, « Tongue body constriction differences in click types », Laboratory Phonology 9, Jennifer Cole et José Ignacio Hualde éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 643-656.

10.32473/sal.v28i2.107375 :

MYERS Scott, 1999, « Tone association and F0 timing in Chichewa », Studies in African Linguistics, 28 (2), p. 215-239.

— 2003, « F0 timing in Kinyarwanda », Phonetica, 60 (2), p. 71-97.

10.32473/sal.v22i2.107426 :

OMOZUWA Victor E., 1995, « Acoustic cues for the perception of tones of disyllabic nouns in Edo », Studies in African Linguistics, n° 22, p. 135-156.

10.1159/000259449 :

PAINTER Colin, 1973, « Cineradiographic data on the feature “covered” in Twi vowel harmony », Phonetica, n° 28, p. 97-120.

PIENAAR Pierre de Villiers, 1936, « A few notes on the phonetic aspects of clicks », Bantu Studies, 10, p. 43-55.

— 1939, « Click formation and distribution », Proceedings of the Third International Congress of Phonetic Sciences, Edgard Blancquaert et Willem Pée éd., Gand, Laboratory of Phonetics of the University, p. 344-355.

10.1016/S0095-4470(19)30811-3 :

PONGWENI Alec J. C., 1983, « An acoustic study of the qualitative pitch effect of breathy-voice Shona vowels », Journal of Phonetics, n° 11, p. 128-138.

10.1126/science.102.2654.463 :

POTTER Ralph K., 1945, « Visible patterns of sound », Science, 102 (2654), p. 463-470.

POTTER Ralph K., KOPP Georges A., GREEN Harriet C., 1947, Visible Speech, New York, Van Nostrand.

10.1063/1.3060230 :

RAYLEIGH John William Strutt Lord, 1877, The Theory of Sound, vol. 1, Londres, MacMillan.

10.1515/jall.1981.3.1.39 :

RIALLAND Annie, 1981, « Le système tonal du gurma, langue gur de Haute-Volta », Journal of African Languages and Linguistics, 3 (1), p. 39-64.

— 2001, « Anticipatory raising in downstep realization : evidence for preplanning in tone production », Proceedings of the symposium « Cross-linguistic Studies of Tonal Phenomena : Tonogenesis, Japanese Accentology, and Other Topics », Shigeki Kaji éd., Tokyo, Institute for the Study of languages and Cultures of Asia and Africa (ICLAA) - Tokyo Institute of Foreign Studies.

ROUSSELOT Pierre-Jean, 1923, La phonétique expérimentale : leçon d’ouverture au collège de France, Paris, Revue des cours et conférences, Boivin & Cie Editeurs.

— 1924, Principes de phonétique expérimentale, édition revue, 2 volumes, Paris, Didier.

ROUX Justus C., 1995, « On the perception and production of tone in Xhosa », South African Journal of African Languages, 15 (4), p. 196-204.

— 2003, « On the perception and description of tone in the Sotho and Nguni languages », Proceedings of the Symposium « Cross-linguistic Studies of Tonal Phenomena : Historical developement, Phonetics of Tone, and Descriptive Studies », Shigeki Kaji éd., Tokyo, ICLAA - Tokyo University of Foreign Studies, p. 155-176.

ROUX Justus C., DOGIL Grzegorz, WOKUREK Wolfgang, 1995, « Click articulations in Xhosa : new perspectives through Wigner distribution analysis », Proceedings of the XIII th International Congress of Phonetic Sciences, ICPhS 95, Kjell Elenius et Peter Branderud éd., Stockholm, Kungliga Tekniska Högskolan - Stockholms Universitet, vol. 1, p. 574-577.

10.1121/1.1901471 :

RUSSELL George Oscar, 1929, « The mechanism of speech », Journal of the Acoustical Society of America, 1 (1), p. 83-109.

10.1159/000258568 :

STEWART John M., 1967, « Tongue-root position in Akan vowel harmony », Phonetica, n° 16, p. 185-204.

THOMAS-VILAKAZI Kimberley, 1999, « Coproduction and coarticulation in IsiZulu clicks », PhD thesis, Los Angeles, University of California.

10.1006/jpho.1996.0022 :

TIEDE Mark K., 1996, « An MRI-based study of pharyngeal volume contrasts in Akan and English », Journal of Phonetics, n° 24 (4), p. 399-421.

TRAILL Anthony, 1985, Phonetic and phonological studies of !xóõ Bushman, Hambourg, Helmut Buske Verlag.

— 1986, « The laryngeal sphyncter as a phonatory mechanism in!xóõ », Variation, Culture and Evolution in African Populations. Papers in honour of Dr Hertha De Villiers, Ronald Singer et John K. Lundy éd., Johannesburg, Witwatersrand University Press, p. 123-131.

— 1990, « Depression without depressors », South African Journal of African Languages, 10 (4), p. 166-172.

TRAILL Anthony, KUMALO James S. M., FRIDJHON Paul, 1987, « Depressing facts about Zulu in sounds, structures and varieties (Essays in honour of L. W. Lanham) », African Studies, 46 (2), p. 255-274.

10.1515/jall.1997.18.1.21 :

TRAILL Anthony, VOSSEN Rainer, 1997, « Sound change in the Khoisan languages : new data on click loss and click replacement », Journal of African languages and Linguistics, 18 (1), p. 21-56.

10.1515/jall.1994.15.2.161 :

TRAILL Anthony, 1994, « The perception of clicks in!xóõ », Journal of African Languages and Linguistics, n° 15, p. 161-174.

TUCKER Archibald N., 1929, The Comparative Phonetics of the Suto-Chuana Group of Bantu Languages, Londres, Longmans, Green and Co.

WARD Ida C., 1937, « Phonetic phenomena in African languages », Arch. Ges. Phonet. 1.

10.2307/522262 :

WELMERS William E., 1946, « A descriptive grammar of Fanti », supplément à Language n° 22 (3).

10.4324/9781315683478 :

WESTERMANN Diedrich, WARD Ida C., 1933, Practical Phonetics for Students of African Languages, Oxford, Oxford University Press.

10.1515/jall.1995.16.2.157 :

YIGEZU Moges, 1995, « The Nuer vowel system », Journal of African Languages and Linguistic, 16 (2), p. 157-170.

— 2001, « Articulatory and acoustic effects of lip-plate speech in Chai and its implications for phonological theory », Journal of the International Phonetic Association, 31 (2), p. 203-221.

— 2002, « A comparative study of the phonetics and phonology of Surmic languages », thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.

Notes de bas de page

1 Pierre de Villiers Pienaar a été professeur de logopédie à l’université de Witwatersrand dans les années 1930-1940. Il a interagi et travaillé avec Clement Doke et avait créé un laboratoire de phonétique dans lequel les étudiants recevaient une formation aux techniques qu’on appellerait aujourd’hui la phonétique instrumentale. Doke aurait utilisé le matériel de Pienaar pour faire ses mesures sur le débit d’air des clicks lorsqu’il travaillait avec les Zulu et les Bushman.

2 Je remercie Anthony Traill de m’avoir fourni les documents inédits qui sont présentés dans l’illustration 2, ainsi que les notes correspondantes de Pienaar.

3 Ici Douglas Beach fait sans doute référence au la de 439 hertz tel qu’il avait été défini par la Royal Philharmonic Society en 1896, puisque que ce n’est qu’en 1939 que l’Association internationale de mesure fixa le la, connu comme le la3 de concert, à 440 hertz.

4 Il mentionne un appareil, qu’il qualifie de très compliqué, mis au point par Lioret, et un autre plus commode d’emploi : l’appareil de Meyer-Schneider, qui pouvait s’obtenir au laboratoire de phonétique de l’université de Hambourg.

5 Ce document fut réalisé par le docteur P. J. Olivier à Johannesburg.

6 Il faut remarquer que le son est décrit avec le symbole [ɣʷ] dans l’ouvrage de Ladefoged et Maddieson de 1996, alors qu’il est décrit par le symbole [wˆ] dans le livre de Ladefoged de 1968. C’est la transcription de Ladefoged et Maddieson (1996) qui a été retenue ici.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.