Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Agostino Gemelli et l’analyse électro-acoustique du langage

p. 179-190


Texte intégral

1À partir de 1929, Agostino Gemelli (1878-1959) a lancé, dans le cadre de l’École psychologique de l’Université catholique de Milan une série de recherches expérimentales sur le langage à l’aide de la méthode oscillographique.

2Son premier mérite est d’avoir créé dans son université un laboratoire phonétique d’avant-garde où des savants de différents pays se rendaient pour des périodes de recherches ou de simples visites.

3Quant aux objets de ses analyses, le continuum de la parole l’intéressa par-dessus tout, dans ses variations multiples dont il se proposa de déceler la structure grâce à des analyses pluriparamétriques sophistiquées, effectuées selon un protocole expérimental rigoureux et fortement marquées par sa formation et son expérience de médecin et de psychologue.

4Son apport original, injustement oublié, mérite d’être redécouvert.

1. Agostino Gemelli et la phonétique

5Je ne pourrai évoquer, dans le cadre de ce travail, qu’une toute petite partie des charges et des initiatives institutionnelles et scientifiques d’Edoardo Gemelli, le père Agostino après sa conversion en 1903. Fondateur de l’Université catholique et recteur de celle-ci jusqu’à sa mort en 1959, personnage hors du commun, aussi bien par son mauvais caractère que par ses talents multiples, il domina la culture et le monde scientifique italiens bien au-delà de la seconde guerre mondiale1.

6Personnage public, à cheval entre la science et la foi, controversé à cause de ses prises de positions vis-à-vis des Juifs et de ses accointances avec les milieux politiques et religieux dans la période obscure du fascisme, Gemelli a été et est encore aujourd’hui en Italie l’objet d’un ostracisme très prolongé – je dirais même trop prolongé2 – qui a fait tomber dans l’oubli ses intuitions novatrices et la valeur de son apport scientifique, notamment dans le domaine de la phonétique.

7On ne peut comprendre la personnalité du savant ni son intérêt pour la phonétique sans rappeler quelques traits essentiels de sa biographie.

8Docteur en médecine et chirurgie en 1902 – il avait étudié l’histologie avec Camillo Golgi à Pavie –, à la suite d’une profonde crise religieuse, en 1903, il passa du socialisme militant au catholicisme, entra dans l’ordre franciscain et ne revint aux travaux scientifiques qu’en 1907, après ses études de théologie, pour poursuivre des recherches très poussées de biologie et de psychologie en Italie et à l’étranger.

9Entre 1907 et 1911 il s’appliqua à l’étude de questions biologiques et physiologiques, et fréquenta le laboratoire de physiologie dirigé par Max Verworn, celui de biologie générale dirigé par Moritz Nussbaum (tous les deux à Bonn) et celui de neurologie dirigé par Ludwig Edinger à Francfort. En 1912, après son agrégation en histologie à l’université de Louvain où il obtint également le doctorat en philosophie, il se consacra tout entier à la psychologie expérimentale, travaillant d’abord à l’université de Turin avec Kiesow, qui avait introduit en Italie la pensée de son maître Wilhelm Wundt, puis à Bonn avec un autre élève de Wundt, Oswald Külpe, et enfin à Munich, toujours avec Külpe et dans la clinique neuropsychiatrique de Kraepelin.

10Pendant la première guerre mondiale, il fonda et dirigea auprès du commandement suprême de l’armée italienne un laboratoire de psychophysiologie destiné à la sélection des aviateurs3. Professeur libre de psychologie expérimentale en 1914, il deviendra titulaire de la chaire homonyme en 1926 auprès de l’Université catholique. En 1919 il créa un laboratoire de psychologie à l’Institut San Vincenzo de Milan pour l’éducation de ceux que l’on qualifiait d’« anormaux ». En 1921 il fonda l’Université catholique et la même année son laboratoire de psychologie et de biologie devenu célèbre dans le monde entier.

11La formation scientifique et philosophique de Gemelli imposait un point de vue bio-psycho-physiologique qui embrassait toute manifestation intérieure et extérieure de la vie psychique. Sa conception de la psychologie comme d’une science qui s’occupe de l’homme dans sa totalité l’amena tout naturellement à s’intéresser à la voix. Il donna le coup d’envoi au premier cours de phonétique expérimentale à l’Université catholique en 1926-19274. Par la suite, à partir de l’année 1953-1954, Luigi Belgeri, le premier libero docente italien de phonétique expérimentale, auteur de la thèse Les affriquées en italien et dans les autres langues européennes (Belgeri 1929), préparée à l’Intitut de phonétique de Grenoble et soutenue à la Faculté de cette ville, fut chargé de cet enseignement ; sa mort prématurée l’interrompit en 19585.

12Très au courant de tout ce qui se faisait en Europe et dans le monde dans les domaines de la physiologie, de la physique, de l’acoustique et de la linguistique, sensible aux nouveaux développements des sciences, Gemelli était profondément marqué par ses contacts avec l’Allemagne – notamment par les recherches de Wundt et, d’autre part, par la lecture de Humboldt et de Bühler –, mais il connaissait aussi les ouvrages de Rousselot, Saussure, Meillet, Trubetzkoy et l’école de Prague, Bally dont l’écho se retrouve dans ses travaux6.

13S’appuyant sur ses recherches, bien connues dans les milieux scientifiques de l’époque, il put intervenir avec autorité dans le débat autour de la nature du phonème qui, depuis la réunion phonologique internationale tenue à Prague (18- 21 juillet 1931) jusqu’au Congrès des sciences phonétiques de Londres (1935), n’avait cessé d’occuper les linguistes (Gemelli 1937b). Dès 1938 il organisa à Milan des conférences novatrices, dont l’une portait sur la phonologie.

14Gemelli partageait avec d’autres savants de son temps une conception pluridisciplinaire de la phonétique telle qu’elle apparut avant la seconde guerre mondiale à travers les congrès d’Amsterdam (1932), Londres (1935) et Gand (1938). Cette conception s’opposait à la tentative des linguistes de réduire la phonétique à une simple discipline auxiliaire de la linguistique.

15Van Ginneken, en 1932, avait défini la science phonétique comme un faisceau de seize sciences, la phonologie naissante apparaissant comme le moment de la synthèse (Van Ginneken 1932). Jusqu’à la fin de sa vie, Gemelli rêva de pouvoir créer dans son université un centre pluridisciplinaire de phonétique expérimentale auquel collaboreraient des spécialistes de différents domaines tels que l’anatomie, la physiologie, l’électronique, la statistique, etc.7. Ce ne fut qu’un rêve.

1 Agostino Gemelli dans le laboratoire de psychologie expérimentale de l’université (1938), sources : Archives du Laboratoire de Psychologie Expérimentale de l’université catholique de Milan.

Image

16Mon but est de faire ressortir la modernité des recherches de Gemelli par rapport à ses contemporains tout en soulignant ce qu’elles peuvent apprendre aux chercheurs d’aujourd’hui. Pour ce faire, j’évoquerai trois aspects :

  • le laboratoire ;
  • les recherches ;
  • un réseau de relations international et interdisciplinaire.

2. Le laboratoire

17Alors que le Laboratoire de psychologie expérimentale est créé en 1924, les premières installations pour l’analyse du langage datent de 1929.

18De 1929 à 1934, Gemelli avoue s’être consacré entièrement à la mise en place des appareils pour l’analyse de la parole, s’appuyant sur une connaissance vaste et approfondie des méthodes antérieures et contemporaines qu’il synthétise en 1934 dans L’analisi elettroacustica del linguaggio (en collaboration avec Giuseppina Pastori), ouvrage en deux volumes dont le deuxième est un atlas de figures. Dans cet ouvrage, qui révèle une maîtrise surprenante des méthodes d’analyse utilisées dans le monde entier8, il montre la supériorité incontestable de l’analyse électro-acoustique. Dans le débat qui oppose les classiques aux expérimentalistes, Gemelli prend résolument parti pour les seconds. En 1938, au IIIe Congrès international de sciences phonétiques, il affirmait :

Si aujourd’hui il y a encore quelqu’un qui croit qu’on ne peut étudier expérimentalement le langage humain, et qu’au contraire l’étude du langage doit être faite en se servant de l’appréciation acoustique du linguiste, cela signifie qu’on ne se rend pas compte du fait que l’oreille humaine enregistre les sons avec de grandes déformations, et d’un autre côté, cela démontre qu’on ignore à quel degré d’exactitude d’analyse il est possible d’arriver avec l’analyse électro-acoustique […]. (Gemelli 1938b, p. 358)

19L’ensemble des activités de Gemelli ont été marquées par une utilisation importante des techniques de pointe. En effet, le scientifique italien réalisait une veille technologique permanente qui le poussait à améliorer sans cesse son appareillage, son génie expérimental étant nourri par une une attention soutenue aux innovations et par des échanges et confrontations avec des chercheurs de tous les pays. Les appareils étaient souvent construits ou adaptés d’après les indications précises et compétentes du recteur. Il existe même un catalogue des appareils que l’on pouvait commander aux techniciens milanais.

20Dès 1935 l’analyse de la parole bénéficiait d’un appareillage complexe qui permettait de travailler sur la parole « vivante » (et non pas sur les sons isolés), en particulier sur la mélodie et l’accent auxquels Gemelli reconnaissait le rôle de structurer le langage. Outre l’oscillogramme microphonique enregistré sur un film se déroulant à une vitesse de 3 à 12 mètres par seconde, on enregistrait les variations de l’intensité sonore à l’aide d’un voltmètre électronique, les variations de la fréquence fondamentale au moyen d’un tonomètre électronique, et le spectre des voyelles au moyen d’un analyseur automatique des fréquences construit en modifiant le modèle de Freystedt9. L’emploi de filtres électriques avait permis d’isoler les éléments constitutifs des sons et d’évaluer leur pertinence dans le processus complexe d’identification de phonèmes, mots ou phrases, tout en faisant ressortir l’importance des mécanismes inconscients d’intégration bien connus des psychologues.

21Tous les enregistrements suivaient un protocole rigoureux ; ils se faisaient sur du papier photographique très sensible, à partir d’une chambre isolée phoniquement, électriquement, et antiréverbérante10. Les sujets étaient choisis et instruits avec soin11. Les détails techniques et humains susceptibles d’introduire des distorsions étaient minutieusement contrôlés : tout était mis en œuvre pour garder la spontanéité de l’expression. Cette rigueur méthodologique impliquait une remise en question permanente des méthodes utilisées.

22L’analyse électro-acoustique dont Gemelli s’était fait le paladin et le héraut permettait d’étudier la « morphologie » de la parole humaine, à savoir la structure des voyelles et leurs modifications à l’intérieur du continuum, la structure des consonnes et leurs modifications dues à l’influence des voyelles environnantes, la durée de chaque phonème, la durée des syllabes, l’accent, la mélodie de la phrase, l’énergie articulatoire, l’influence des états émotionnels. Contrairement aux méthodes traditionnelles, la méthode électro-acoustique permettait de conserver les phrases examinées (grâce aux incisions sur des disques de phonographe), d’en analyser les éléments, et de comparer des sujets d’âge, sexe, provenance géographique, constitution organique et origine socioculturelle différents (Gemelli 1937a).

23Dès 1930 Gemelli avait suivi de près la construction des analyseurs automatiques du spectre sonore et, pendant l’après-guerre, il avait réussi à obtenir par l’UNESCO le Sonagraph réalisé par les chercheurs de la Bell Telephone Company.

24La réputation du laboratoire de Milan se répandait rapidement grâce à la présence de Gemelli sur la scène internationale (participation aux congrès de phonétique, de linguistique, de philosophie, de psychologie, conférences, séjours à l’étranger, correspondance scientifique…). De nombreux chercheurs se rendaient à Milan pour visiter les installations du laboratoire, d’autres y séjournaient pour des périodes d’initiation ou pour profiter des appareils d’analyse de la parole. Elise Richter utilisa des analyses faites dans le laboratoire de Gemelli dans les années 1930 (Richter 1938), Petar Guberina y poursuivit ses études juste avant la guerre tandis que Louise Kaiser se rendit plusieurs fois à Milan après 1950 pour s’initier aux nouvelles méthodes d’analyses de l’intonation. Sever Pop, qui visita le laboratoire à son apogée en 1938, le situait au même niveau que celui de la Sorbonne et du Collège de France. En effet, à cette date, il disposait d’une installation sans égale (Pop 1956).

25Pendant la guerre, les Allemands essayèrent à trois reprises de s’approprier les précieux instruments. Ils n’y parvinrent pas car, de 1943 à 1945, les appareils furent cachés auprès du curé d’un petit village des alentours de Milan (Galazzi 1985). La guerre ralentit d’abord le travail du laboratoire, pour l’anéantir tout à fait entre 1943 et 1945. Après une patiente et longue reconstruction, l’année 1950 marqua le retour à l’activité normale (Gemelli 1950a).

3. Sous le charme des ondes sonores

26Si on laisse de côté les écrits de nature technique (descriptions de nouveaux appareils, conditions expérimentales, nouveaux procédés d’analyse…), on peut affirmer que les premières recherches consacrées aux unités du langage (les voyelles et les consonnes) n’étaient commandées que par l’indigence des études phonétiques en Italie où tout était à faire. C’était bien « un prélude nécessaire ». En effet, il fallait en passer par la description des invariants, pour en arriver aux variations qui ont constitué le fil conducteur et l’apport majeur de la réflexion de Gemelli, véritablement tombé sous le charme des ondes sonores en perpétuelle transformation. La parole étant par définition un phénomène transitoire, Gemelli s’est attaqué à l’étude des modifications dans le but de dégager les lois qui les gouvernent.

2 Films oscillographiques des voyelles [i] et [o].

Image

Source : Revue « Sapere » (Milan), V, 1939, vol. IX, fasc. 97

27L’observation patiente et minutieuse de plusieurs centaines d’oscillogrammes avait révélé que, au-delà des variations significatives (liées à l’expression des contenus), la parole « vivante » est riche d’individualismes dus à des facteurs objectifs et subjectifs : habitudes, situation, provenance, personnalité, attitudes et états émotionnels12. Marginalisée par les phonologues pragois, totalement négligée par les structuralistes et jusqu’à Chomsky, la variation n’avait reçu, dans la première moitié du XXe siècle, que peu d’attention, ce qui permet de mesurer l’originalité de l’approche de Gemelli13. Par l’intérêt qu’il accorda à la variation, ce dernier peut à juste titre être considéré comme un précurseur de la phonostylistique.

28En 1938, au IIIe Congrès international des sciences phonétiques organisé à Gand, Gemelli présenta une contribution très remarquée : Variations significatives et variations individuelles des unités élémentaires phoniques du langage humain : moyens fournis par l’électro-acoustique pour les déceler et évaluation physio-psychologique des résultats14. Cet article, qui eut un grand retentissement, a connu différentes versions publiées dans des revues italiennes et étrangères. L’étude comparée des productions de 12 sujets oralisant des morceaux de poésie avait permis de dégager des variations quantitatives individuelles traduites en chiffres et en graphiques grâce à des procédés d’analyse automatiques. Ceux-ci avaient rendue possible l’étude comparative de données telles que la gamme, la variabilité de la hauteur par rapport à la fréquence moyenne, la variabilité de l’intensité, la vitesse du débit, la durée et la distribution des pauses, la corrélation entre débit et pauses, la variation des mouvements intonatifs, les paramètres accentuels. Dans cette quantité considérable de données chiffrées et présentées sous forme de graphiques et de diagrammes, les traits individuels les plus caractéristiques, d’après Gemelli, étaient représentés par la vitesse de débit, les mouvements mélodiques et les pauses.

29L’oreille humaine agit comme un filtre vis-à-vis de ces individualismes et, en dépit des déformations, elle reconnaît dans les sons émis des paroles et des phrases grâce à des mécanismes inconscients d’intégration et aux lois de la perception, en particulier la loi de la rectification des données sensorielles et de la constance des organisations intuitives ainsi que la loi de la réelle autonomie fonctionnelle des éléments de la parole. Gemelli insista sur le fait que la perception n’est pas la reproduction d’un objet mais le produit d’un processus subjectif par lequel, en corrigeant les données sensorielles, nous atteignons le but de connaître cet objet déterminé dans des circonstances déterminées (les conditions de production/perception). Mais l’objectif du grand psychologue était de déterminer les lois auxquelles obéissent les variations, pour arriver à saisir les lois psychologiques du langage.

30Considéré dans la perspective psychophysiologique adoptée par Gemelli, le langage est un continuum dynamique en perpétuel changement, à l’intérieur duquel phonèmes, syllabes, mots et phrases ne sont que des séparations conventionnelles. Son mérite est d’avoir reconnu le rôle fonctionnel des paramètres acoustiques au niveau suprasegmental dans l’expression de la modalité de la phrase, dans l’organisation thème/rhème, dans la transmission de messages par la seule intonation sans modification de la composante segmentale.

31Dans l’ouvrage de 1950, La strutturazione psicologica del linguaggio studiata mediante l’analisi elettroacustica, qui peut être considéré comme la synthèse de toutes ses recherches sur la parole, il attribue un rôle prioritaire à la prosodie, intonation et accent, dans l’organisation du langage en tant que facteur d’unification (Gemelli 1950b). Cette unification oscille entre deux pôles opposés : d’un côté la liberté de celui qui parle (et donc les individualismes les plus effrénés), de l’autre la mécanisation de la parole dans laquelle la forme se décompose en une suite de sons qui peuvent même arriver à être tout à fait dépourvus de sens (répétitions par cœur, défaut d’intérêt ou cas pathologiques tels que l’écholalie, la parole sénile, la parole de paralytique…).

4. Un réseau de relations international et interdisciplinaire

32Familier des laboratoires de recherche, doté d’un véritable génie technologique doublé d’une capacité de travail surprenante, Gemelli était très en avance sur son temps et nettement en avance par rapport au contexte italien.

33Ses études faites à l’étranger, notamment en Allemagne où il avait eu la chance de connaître de près les recherches et les techniques utilisées par Carl Stumpf (1848- 1936) pour l’analyse des sons (Gemelli 1938a), sa connaissance des langues, les relations qu’il avait nouées avec des chercheurs du monde entier, étaient à la base d’un puissant réseau d’échanges dont témoigne le fonds plurilingue de sa bibliothèque, véritable patrimoine, conservé à l’Université catholique de Milan. Celui-ci contient de très nombreux tirés à part, des ouvrages dédicacés et les œuvres et revues européennes et américaines les plus importantes consacrées à la phonétique avant 1960.

34Le combat mené par Gemelli en Italie à plusieurs niveaux (institutionnel et scientifique) n’ébranla pas les milieux scientifiques de l’époque. Ses recherches, que les esprits les plus ouverts jugeaient très originales et fort intéressantes15, restaient mystérieuses et impénétrables pour la plupart car elles demandaient des compétences vastes et pointues que peu de savants de l’époque pouvaient se vanter d’avoir.

35Gemelli réorganisa la Società di fonetica, qui trouva en lui un animateur infatigable et clairvoyant et le fondateur de son Bulletin (en 1950), qu’il édita et publia auprès de son université. Toutefois, les milieux linguistiques officiels restaient indifférents ou franchement hostiles. En 1940, au cours du XIVe Congrès national de philosophie (à Florence), un linguiste de renom, Giacomo Devoto, précisait à l’intention de Gemelli – non sans une certaine hostilité – que les linguistes ne s’intéressaient pas à l’étude expérimentale du langage et qu’ils n’avaient pas besoin d’appareils car l’oreille leur suffisait. Par contre, le retentissement de ses recherches sur la voix dépassa largement les frontières italiennes, et les reconnaissances au niveau international furent nombreuses.

36À partir des années 1930 ses contributions phonétiques paraissaient dans les revues les plus prestigieuses de l’époque en Allemagne, en France, en Hollande, et il était en contact avec les principaux laboratoires phonétiques, notamment Hambourg, Amsterdam et Berlin. Le 23 mai 1935, à la Sorbonne, il exposa les résultats de ses plus récentes recherches, invité par la Société de psychologie à laquelle s’était associée la Société de linguistique de Paris représentée par Joseph Vendryès, Marcel Cohen, Pierre Fouché, intervenus dans la discussion (Gemelli 1937b)16. En 1938, un volume paraissait à Paris chez Alcan consacré à La psychologie expérimentale en Italie. École de Milan. Un chapitre important porte sur l’analyse électro-acoustique du langage (Manoil 1938)17. En 1953 la Revue de psychologie appliquée publiait un portrait du savant italien dans sa rubrique « Chroniques et documentation »18.

37Dans le domaine qui ne s’appelait pas encore « sciences du langage », Gemelli établit un réseau d’échanges avec des savants du monde entier : phonéticiens, linguistes, anthropologues, philosophes, psychologues. La correspondance technique et scientifique déposée auprès des archives de l’Université catholique, partiellement ouvertes aux chercheurs, est d’une richesse extraordinaire et en grande partie inexplorée. Si sa réflexion a été nourrie par la lecture des ouvrages fondamentaux de Humboldt, Saussure, Bühler, Trubetzkoy, Bally, Sapir, Bloomfield, pour n’en citer que quelques-uns, il a aussi entretenu une correspondance occasionnelle ou suivie avec de nombreux savants prestigieux, parmi lesquels : Van Ginneken, Panconcelli-Calzia, Zwirner, Benveniste, Hjelmslev, Lévi-Strauss, Pike, Tarneaud, Husson, Richter, Kaiser, Treviño, Vinay, Vendryès… Presque tout reste à découvrir.

38L’incompréhension qui avait entouré les recherches de Gemelli en Italie s’est malheureusement poursuivie après sa mort et, ce qui est plus malheureux, dans l’université qu’il avait su mener au plus haut niveau de la recherche. Car, dans les années 1990, le patrimoine instrumental qui gisait poussiéreux dans un dépôt a été entièrement détruit et toute trace du laboratoire effacée. Désintérêt, indifférence, contingences défavorables, méconnaissance de l’histoire… On est rarement prophète dans son pays.

39Si les avancées technologiques impétueuses que le XXe siècle a connues ont vite périmé le travail de Gemelli et des pionniers de la phonétique expérimentale, il n’en reste pas moins que sa rigueur méthodologique et certains des thèmes abordés gardent toute leur fraîcheur tandis que l’éclairage du psychologue peut, aujourd’hui encore, nourrir notre réflexion.

Bibliographie

Références bibliographiques

BELGERI Luigi, 1929, Les affriquées en italien et dans les autres principales langues européennes. Étude de phonétique expérimentale, Thèse de doctorat d’université. Faculté des lettres de Grenoble, Faculté des lettres de Grenoble, Institut de phonétique.

— 1950, « L’insertion entre éléments contigus et le temps phonique autour d’un centre de rayonnement sonore », Contributi del laboratorio di psicologia, nouvelle série, vol. XXXV, 14e série, p. 349-387.

BOCCI Maria, 2003 Agostino Gemelli rettore e francescano. Chiesa, regime, democrazia, Brescia, Morcelliana.

— 2009, « Agostino Gemelli e il sus Tempo », Atti del Convegno storico « “Nel cuore della realita”. Agostino Gemelli e il suo Tempo », Milan, 28-30 avril, Bocci Maria ed., Milan, Vitae Pensiero.

DE MAURO Tullio éd., 1974, Corso di linguistica generale, Bari, Laterza, p. XXIX-XXXI et p. 342-343.

GALAZZI Enrica, 1985, Gli studi di fonetica di Agostino Gemelli, Milan, Vita e Pensiero.

GEMELLI Agostino, 1932, « Recherches sur la structuration des paroles et des phrases », Rapport lu au Xe Congrès de psychologie. Copenhague, 22-27 août, pro manuscripto, p. 1-39 avec 23 planches.

— 1937a, « L’analyse électro-acoustique dans l’étude de la psychologie du langage », Journal de psychologie normale et pathologique, vol. XXXIV, n° 9-10, p. 643-671.

— 1937b, Osservazioni sul fonema dal punto di vista della psicologia, Rome, Luigi Pozzi, extrait de Il valsalva, traduction française partiellement revue dans Acta psychologica, vol. IV, n° 1, 1938, p. 83-112.

— 1938a, « I progressi della moderna elettroacustica nelle loro applicazioni allo studio del linguaggio », Scienza e Tecnica, vol. 2, fascicule 7-8, p. 193-198.

— 1938b, « Variations significatives et variations individuelles des unités élémentaires phoniques du langage humain : moyens fournis par l’électro-acoustique pour les déceler et évaluation physio-psychologique des résultats », Proceedings of the third International Congress of Phonetic Sciences, Gand, Phonetic Laboratory of the University, p. 355-364.

— 1939, « Variations signalatrices et significatrices et variations individuelles des unités élémentaires phoniques du langage humain… », Archivio di psicologia, neurologia, psichiatria e psicoterapia, vol. XVIII, année I, fascicule 1-2, novembre, p. 1-16. Une version plus complète se trouve dans Archiv für vergleichende Phonetik, vol. III, n° 3, p. 65-88 et p. 162-180.

— 1942, « Criteri fondamentali per la costruzione di una camera isolata acusticamente e schermata elettronicamente per ricerche di fisiologia e di psicologia e risultati conseguiti », La ricerca scientifica, n° 11, p. 619-627.

— 1950a, « Premessa », Contributi del Laboratorio di psicologia, 14e série, Milan, Vita e Pensiero, p. 7-8.

— 1950b, La strutturazione psicologica del linguaggio studiata mediante l’analisi elettroacustica, Vatican, Ex aedibus academicis (Pontificae Academiae Scientarum. Scripta Varia, 8), 43 pages, 30 planches.

— 1952, « Autobiography », A History of Psychology in Autobiography, Worcester Massachusetts, Clark University Press, vol. IV, p. 97-121.

GEMELLI Agostino, PASTORI Giuseppina, 1934, L’analisi elettroacustica del linguaggio, 2 volumes, vol. I, XXVIII-250 pages, vol. II, Atlante delle tavole (planches I-LXXXVIII), Milan, Vita e Pensiero.

LAZICZIUS Gyula, 1936, « A new category in Phonologie », Proceedings of the 2nd International Congress of Phonetic Sciences held at University College, London 22-26 July 1935, Daniel Jones, Dennis B. Fry éd., Cambridge, Cambridge University Press 1936, p. 57-60.

MANOIL Adolfo, 1938, La psychologie expérimentale en Italie. École de Milan, Paris, Alcan.

POP Sever avec la collaboration de nombreux chercheurs, 1956, « Laboratoire de psychologie de l’Université catholique del Sacro Cuore de Milan (1921) », Instituts de phonétique et archives phonographiques à Aarhus, Alger, Amsterdam…, Louvain, Commission d’enquête linguistique (Publications de la Commission d’enquête linguistique, 7), p. 279-281.

RICHTER Elise, 1937, « Das psychische Geschehen und die Artikulation », Archives néerlandaises de phonétique expérimentale, t. XIII, p. 41-71.

— 1938,« Länge und Kürze », Archiv für vergleichende Phonetik, vol. II, n° 1, p. 12-29.

SACERDOTE Gino, 1959, « L’analisi elettroacustica del linguaggio. Il contributo di Padre Agostino Gemelli », Archivio di psicologia, neurologia e psichiatria, 20, fascicule 5-6, septembre-décembre, p. 522-525.

VAN GINNEKEN Jacobus J. A., 1932, « Les rapports entre les différentes sciences phonétiques », Archives néerlandaises de phonétique expérimentale, t. VII, p. 118-121.

Notes de bas de page

1 Pour le 50e anniversaire de sa mort, l’Université catholique lui a rendu hommage en organisant un colloque pluridisciplinaire (Bocci 2009).

2 Une étude récente, due au travail minutieux d’une historienne (Bocci 2003), révèle que Gemelli a dû et a su manœuvrer habilement pour sauver son université et ses étudiants tout en accueillant dans son laboratoire des résistants sans se compromettre aux yeux des autorités en place.

3 Voir les notes autobiographiques dans Gemelli 1952.

4 Pour les étudiants inscrits à l’École de perfectionnement en psychologie créée en 1926-1927 et dirigée par Agostino Gemelli, un « diplôme de perfectionnement en phonétique expérimentale » prévoyait, outre la fréquentation du Laboratoire de phonétique expérimentale, des cours de psychologie générale, d’anatomie et de physiologie comparées, de phonétique expérimentale. En 1939-1940, parmi les cours pour l’obtention du diplôme figurent la phonologie, la glottologie, tandis que la psychologie générale a laissé la place à la psychologie du langage. Voir Annuario dell’Università Cattolica, anno accademico 1926-1927, p. 298-299 et anno accademico 1939-1940.

5 Luigi Belgeri, qui avait fait l’apprentissage de la phonétique expérimentale et la partie instrumentale de sa thèse à l’Institut de phonétique de Grenoble, avait été encouragé par Gemelli à répéter les expériences touchant les affriquées à l’aide de la méthode électro-acoustique. Voir Belgeri 1950.

6 Il serait trop long de citer tous les noms des savants du monde entier dont les théories sont analysées et discutées dans les écrits de Gemelli. Qu’il nous soit permis de synthétiser en disant que, face à un objet de recherche, sa première tâche était d’étudier en les évaluant tous les apports antérieurs, dans un véritable souci de progrès de la science.
Pour ce qui est de la connaissance de Saussure, cela est d’autant plus significatif que le Cours de linguistique générale n’avait pas rencontré un accueil très favorable en Italie dans les années 1920-1930 (voir De Mauro 1974).

7 Au lendemain de la mort de Gemelli, un de ses collègues évoquait ce projet qui n’a jamais pu être réalisé (Sacerdote 1959).

8 Ces connaissances lui venaient de l’échange d’ouvrages avec les collègues et de la lecture des plus importantes revues européennes et américaines. Parmi ces dernières, le Journal of the Acoustical Society of America, les Archives of Speech et The Bell System Technical Journal, qui figurent au catalogue de la bibliothèque de l’université.

9 Le voltmètre avait été construit d’après les indications de Gemelli par Gino Sacerdote de l’Institut d’électro-acoustique de l’université de Rome. Les appareils cités sont décrits en détail dans Gemelli 1939.

10 En 1936, Gemelli acheva la construction d’une chambre sourde très perfectionnée, située à l’intérieur de son laboratoire de psychologie expérimentale. Déçu par la méfiance des collègues, il publia les résultats de ce travail seulement en 1942 (Gemelli 1942).

11 Il s’agissait généralement d’étudiants universitaires des deux sexes, de différentes provenances géographiques, appelés à enregistrer des morceaux de prose ou de poésie. Les enregistrements ont été faits en plusieurs langues : italien, français, croate, lituanien, chinois.

12 Les corrélations entre les variations et les états psychiques intéressaient par-dessus tout le psychologue qui analysa, entre autres, l’influence des émotions (état d’esprit tranquille, ému, anxieux…), de la fatigue, de la hâte, ainsi que différents types de lecture (naturelle, déclamée, emphatique…).

13 Rappelons néanmoins la réflexion théorique à contre-courant de Gyula Laziczius (1936) et la contribution d’Elise Richter sur les distorsions expressives de la conversation courante (Richter 1937). Gemelli connaissait bien ces travaux et réciproquement.

14 Voir Gemelli 1938b. Ce sujet avait déjà été abordé dans « Recherches sur la structuration des paroles et des phrases », Rapport lu au Xe Congrès de psychologie, Copenhague 22-27 août 1932 (Gemelli 1932). Il fut repris et retravaillé à plusieurs reprises car il constitue le véritable centre d’intérêt du grand psychologue. Voir la version la plus complète dans Archiv für vergleichende Phonetik, vol. III, n° 3, 1939.

15 « A. Gemelli parle de la mélodie et de la psychologie de la voix humaine », Sapere, 15 janvier 1939, p. 7.

16 La conférence a été accompagnée de projections et de films.

17 L’auteur, Adolfo Manoil, était lecteur de roumain à l’Université catholique pendant l’année 1937-1938.

18 « Le père Agostino Gemelli », Revue de psychologie appliquée, t. III, no2, avril 1953, p. 103-106.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.