Version classiqueVersion mobile

Un siècle de phonétique expérimentale

 | 
Louis-Jean Boë
, 
Coriandre-Emmanuel Vilain

Partie II. L’émergence de la phonétique expérimentale à Paris et à Grenoble

Antonin Duraffour : un phonéticien dialectologue

Michel Contini

Texte intégral

  • 1 Clin d’œil de l’Histoire, le Centre de dialectologie de Grenoble fait partie, depuis 2008, de GIPSA (...)

1Si par hasard il vous arrivait de visiter aujourd’hui la bibliothèque du Centre de dialectologie de l’université Stendhal, vous seriez peut-être surpris de découvrir que de nombreux ouvrages présentent le tampon de l’Institut de phonétique de Grenoble. Qu’on se rassure, il ne s’agit pas d’une subtilisation de volumes, mais d’un témoignage, visible, de l’histoire des deux disciplines, phonétique et dialectologie, qui pendant longtemps ont connu dans notre université un parcours commun1. Souvenir aussi d’une personne qui, dans cette histoire, a joué un rôle important : le dialectologue et phonéticien Antonin Duraffour. Il était difficile, à l’occasion de cet ouvrage, de ne pas présenter cette figure de chercheur qui, en tant que directeur, a largement contribué au rayonnement national et international de l’Institut de phonétique de Grenoble.

2En fait il n’était pas vraiment grenoblois. Fils d’un instituteur, Antonin Duraffour est né dans un petit village de la Dombes, Plantay, dans le département de l’Ain, le 4 juin 1879 (un an avant la publication par Jules Gilliéron du Petit atlas du Valais roman). Il passe sa première enfance dans son « patelin » où il commence ses études primaires. À la maison et à l’école on parle exclusivement français. On peut penser que son père a été un de ces instituteurs-missionnaires de la langue nationale qui, suivant l’esprit de l’abbé Grégoire, se battait sinon pour « anéantir les patois » du moins pour en réduire au maximum la portée en les reléguant à des usages limités essentiellement au cercle familial ou à la vie rurale. Mais, à cette époque, le patois était la langue de tous les villageois et il le restera, pratiquement, jusqu’au début de la première guerre mondiale. Celui de Plantay était un patois du domaine francoprovençal, l’un des trois domaines linguistiques du gallo-roman, avec le domaine d’oïl (ou d’oui) et le domaine occitan. Sans doute, le petit Antonin ne savait pas encore tout cela et il est à parier que son père l’ignorait lui aussi, ou même qu’il considérait le patois comme une sorte de français corrompu, opinion très répandue à ces temps-là… et qui le restera encore longtemps ! Malgré l’ostracisme imposé, l’enfant de l’instituteur parle couramment le patois avec ses petits copains ; il continuera à l’utiliser adulte avec ses amis paysans auxquels « il donne la main » pour les travaux des champs. Il passe ses périodes de vacances à Cerdon, petite localité du Bugey – la région voisine – où vit la famille de sa mère, ce qui lui permet déjà de prendre conscience des variations entre le parler de son village natal et celui du village qui l’accueillait. Lorsqu’il a 15 ans, sa famille s’installe à Vaux-en-Bugey (au sud d’Ambérieu). Nouvelle vie et nouveau contact avec un autre parler du même domaine linguistique, qui lui révèle de nouvelles différences. C’est cela le monde des patois : des parlers qui se différencient parfois très peu, de proche en proche, d’un village à l’autre, sans que cela trouble le moins du monde l’intercompréhension. Sans doute notre petit Antonin en a pris conscience très tôt : il s’est familiarisé avec le problème de la variation, surtout phonétique, en se déplaçant sur un espace géographique très limité et en réfléchissant sur la structure des parlers de la Dombes, du Bugey et de la Bresse, appartenant au même domaine linguistique, parlers qu’il maîtrisait parfaitement.

1 Antonin Duraffour (1879- 1956), (Mélanges A. Duraffour, hommage offert par ses amis et ses éléves, 4 juin 1939, Librairie E.Droz, Zürich-Leipzig, Max Niehans Verlag).

1 Antonin Duraffour (1879- 1956), (Mélanges A. Duraffour, hommage offert par ses amis et ses éléves, 4 juin 1939, Librairie E.Droz, Zürich-Leipzig, Max Niehans Verlag).

3On connaît peu de ses premières études universitaires qu’il a peut-être poursuivies à Lyon. Mais on sait qu’en 1904 (l’année même de la création de l’Institut de phonétique de Grenoble, mais il ne le sait pas encore !) il enseigne l’allemand au lycée de Gap et l’année suivante à Avignon. Ces nouveaux lieux de résidence le mettent en contact avec le monde occitan et, passionné de patois, il apprend à s’exprimer en provençal, dans une variété entre provençal alpin et provençal rhodanien. Il commence alors à constituer des fiches lexicales. Tout le long de ses recherches, il en rédigera des dizaines de milliers. À la même époque, en ces débuts du XXe siècle (1902-1910), Gilliéron entreprend la publication de l’Atlas linguistique de la France (ALF), une œuvre monumentale qui constitue le point de départ de la géolinguistique moderne. Pour la première fois, cet atlas présente une vision globale des patois gallo-romans de la France, mais aussi de la Belgique et de la Suisse romande (et plus tard de la Corse). Il décrit le lexique, mais aussi la structure phonétique rendue visible par l’emploi d’un système très performant de transcription phonétique élaboré par Gilliéron lui-même. Duraffour connaît très bien cette entreprise, d’autant plus que le village de Torcieu, commune limitrophe de celle de Vaux-en-Bugey, avait été l’un des 639 points d’enquête (il s’agit du point 924) ; il connaît aussi, sans doute, un précédent travail de géolinguistique du même Gilliéron que l’on peut considérer comme un prototype de l’ALF, à savoir le Petit atlas phonétique du Valais roman, paru en 1880. Ces travaux auront une influence profonde sur son orientation future.

4Quelques années plus tard on retrouve Duraffour à Grenoble, étudiant de la Faculté des lettres où il obtient en 1907 une licence d’italien : Théodore Rosset faisait partie du jury. Dans la même Faculté, en 1913, il présente un mémoire (sur madame de Staël) pour l’obtention du diplôme d’études supérieures, l’équivalent de notre maîtrise.

5L’année suivante c’est la guerre : il est envoyé au front où il perdra deux de ses frères. Après le conflit, en 1920, il est nommé à la Faculté des lettres de Grenoble comme chargé de cours sur une chaire de linguistique française moderne essentiellement au bénéfice des étudiants étrangers, et ce ne sera qu’en 1932 qu’il accèdera à un poste de professeur avec la chaire de philologie (Cuq 1997). La moitié de son traitement était assurée par le Comité de patronage des étudiants étrangers qui, à l’époque, et bien plus tard, au moment où moi-même je figurais parmi ses étudiants, en 1958, était une vraie faculté semi-privée, au sein de la Faculté des lettres.

6On voit figurer, pour la première fois en 1920, la signature très caractéristique de Duraffour, dans le procès-verbal d’un jury de licence. L’année suivante, il fait partie du jury du doctorat d’état de l’abbé Bertier, ce qui montre qu’il occupe déjà un poste à responsabilités. Il figure aussi comme membre du conseil d’administration du Comité de patronage, organisme avec lequel ses relations resteront conflictuelles (Cuq 1997) mais qui, en même temps, lui permettra d’avoir de nombreux étudiants étrangers à ses cours de phonétique et de dialectologie gallo-romane.

7À la chaire de linguistique française moderne était joint le laboratoire de phonétique expérimentale créé quinze ans auparavant, ce qui va décider de sa future orientation et de sa vocation de dialectologue-phonéticien. Duraffour enseigne la philologie française et la phonétique théorique. Il est chargé aussi de « l’entretien » du laboratoire, qu’il est censé ouvrir aux étudiants du Comité de patronage toute l’année, y compris pendant les vacances d’été – ce qu’il refusera avec énergie ! –, pour qu’ils puissent écouter les enregistrements phonographiques de la bonne diction française datant de l’époque de Théodore Rosset. Dans des papiers à entête de l’Institut de phonétique de Grenoble, datés de 1922, Duraffour a déjà le statut de directeur.

8Pour ce qui concerne son activité d’enseignement, il est aussi responsable des exercices pratiques de phonétique expérimentale et il sera secondé un moment (à partir de 1933 et jusqu’en 1937) par mademoiselle Rival, une physicienne, élève du professeur René Fortrat de la Faculté des sciences de Grenoble (Gsell 1956, p. 223). En fait, Duraffour considérait les cours de phonétique surtout comme une introduction à la dialectologie, orientation qui, d’après le témoignage de René Gsell, était aussi, à Strasbourg, celle de Georges Straka. Et de fait, l’Institut de phonétique de Grenoble devint, grâce à Duraffour, un centre international de dialectologie qui attira de nombreux élèves étrangers, futurs chercheurs dans cette discipline. Les enseignements et l’activité de l’Institut de phonétique de Grenoble – tout comme les cours ouverts aux étudiants étrangers auxquels Duraffour participait activement – semblent d’ailleurs avoir été très appréciés hors de France, puisqu’un citoyen américain (M. Gilley) fit avant 1930 un legs à l’institut en l’honneur de son maître Théodore Rosset, comme Duraffour le rappelle (1930a, p. 2).

9Duraffour ne sera pas un homme de laboratoire. Son domaine privilégié est le terrain, véritable « laboratoire à ciel ouvert où nous étudions les parlers vivants » pour reprendre les termes de Pierre Gardette, l’un de ses disciples parmi les plus connus, dans un article publié dans les Mélanges qui furent dédiés au maître de Grenoble en 1939, à l’occasion de ses 60 ans. Un terrain qu’il explore en profondeur avec l’exigence de découvrir à la fois la langue et les hommes qui la parlent, les deux réalités étant inséparables à ses yeux. Mais il n’était certainement pas facile, à l’époque, dans le monde universitaire français, de s’intéresser à l’étude des patois, langues dénigrées, langues de deuxième classe. Il faut rappeler que le XIXe siècle avait été marqué par une action constante de plusieurs spécialistes, parmi les plus brillants, pour défendre les dialectes et démontrer qu’ils étaient des langues à part entière. Dans son Introduction à l’étude des patois l’Abbé Rousselot affirmait avec autorité :

Les patois ne sont plus pour la science ce qu’on les a crus pour longtemps, des jargons informes et grossiers, fruit de l’ignorance et du caprice, « des tares du français », dignes tout au plus d’un intérêt de curiosité. (Rousselot 1887, p. 1)

10D’où le non-sens d’opposer phonétique et dialectologie : la première est une discipline qui a comme objet d’étude ce que Jakobson appelait « la charpente phonique du langage », la seconde définit comme domaine de recherche l’étude des langues à tradition orale que sont les dialectes ou les patois. Leurs caractéristiques phonétiques et phonologiques peuvent intéresser les phonéticiens autant que les langues appelées habituellement « de culture », comme si le parler d’un village n’était pas, lui aussi, le moyen d’expression d’un univers culturel.

11À l’époque où il entre à l’université de Grenoble, Duraffour commence son travail d’enquêteur – souvent à vélo, à pied et sac au dos ! – à travers le domaine francoprovençal de France. Il travaille sur ce qu’il appelle la « matière vivante », le patois de tous les jours. Dans ses fiches d’enquête, qu’il classe par localité, il transcrit les mots du parler, les phrases ou les éléments morphologiques : il adopte grosso modo la transcription que Gilliéron avait mise au point pour l’ALF. Ses enquêtes sont d’une profondeur inégale ; celles de Vaux en Bugey, les plus complètes, permirent de collecter quelque 20000 mots. L’espace linguistique exploré comprend des parlers de l’Ain, du Jura méridional, de la Savoie, de l’Isère, du sud de la Drôme, du nord de l’Ardèche, du sud-ouest de la Loire et du nord-est du Rhône. Il couvre ainsi tout le domaine francoprovençal, sauf celui de la Suisse romande et, en Italie, la Vallée d’Aoste et les vallées francoprovençales du Piémont occidental. En France, il se prolonge par ailleurs jusqu’au domaine occitan de la Drôme méridionale et à la région occitane du sud de l’Isère, dans l’Oisans. Ces enquêtes font de Duraffour le meilleur connaisseur du francoprovençal de l’époque, unanimement reconnu : il restera jusqu’à nos jours l’un des plus grands spécialistes de cette variété romane.

12Tout en étant ouvert à la nouvelle dialectologie par l’enseignement de Gilliéron, il n’a suivi ce dernier ni dans sa stratégie d’enquête, ni dans ses objectifs, ni dans la présentation des résultats. Le travail de Gilliéron était animé par une analyse comparée des patois, par la représentation de la variation (ou de la stabilité) dans l’espace des traits phonétiques, lexicaux ou morphologiques. Il supposait des enquêtes identiques dans tous les points, avec notamment un questionnaire préparé d’avance, une même stratégie pour le questionnement et enfin une représentation cartographique des données, qui devait susciter, par la suite, l’analyse de tous les aspects phonétiques et lexicaux en particulier. Duraffour ne publia jamais une seule carte permettant de visualiser la répartition géographique de tel ou tel fait linguistique. Pour Gaston Tuaillon, qui demeure à ce jour le meilleur spécialiste du domaine francoprovençal et qui se situe dans le sillage de Gilliéron :

[Duraffour] était sensible au retrait possible que telle donnée aurait pu subir au XXe siècle ou à une date récente. Il avait étudié et constaté les effets des nivellements phonétiques entre générations et sans doute craignait-il qu’une carte, avec ses isophones, ne donne une image faussée, parce que figée, d’une réalité linguistique en perpétuel mouvement. (Tuaillon 1972, p. 35)

13En conclusion, poursuit Tuaillon, « sur l’étendue du francoprovençal, il se contente de déclarations négatives ou de directions générales » (ibid.). La stratégie adoptée par Duraffour, qui consistait à mener des enquêtes de profondeur variable d’une localité à l’autre, privilégiant ce qu’il appelait la « conversation dirigée », pouvait varier considérablement, quant au résultat final : ou alors, il aurait fallu consacrer à chaque parler le temps qu’il voua à l’étude du parler de Vaux. Tuaillon a défini le travail de Duraffour comme « de la géographie linguistique sans carte » (ibid.). L’image correspond sans doute à la réalité, mais je pense qu’elle conviendrait plutôt aux Tableaux phonétiques des patois suisses romands de Louis Gauchat, Jules Jeanjaquet et Ernest Tappolet (Gauchat et al. 1925) dont les données ont été obtenues en utilisant un même questionnaire de 500 entrées dans 62 localités représentatives de toutes les aires dialectales de l’espace défini. Il s’agit ici de ce que j’appellerais un « atlas vertical », sans carte certes, mais présentant, pour chaque référent, la liste des réponses placées à côté de chaque localité, sur une même page. Les linguistes suisses, eux, avaient une exigence d’analyse et de représentation de l’espace : à partir des données relevées, il était tout à fait possible de fabriquer de vraies cartes linguistiques. Exercice que j’ai fait faire fréquemment aux étudiants qui suivaient mes cours de géolinguistique romane.

14Duraffour, c’est encore autre chose. Même si dans ses publications il compare différentes situations des parlers francoprovençaux, avec des références aussi à d’autres variétés romanes, ses recherches constituent, fondamentalement, une analyse approfondie d’une variété. Sa notoriété reste surtout liée à ses travaux sur le parler de Vaux-en-Bugey, qu’il connaissait et pratiquait depuis son enfance et dont il a souligné les traits caractéristiques :

[Le parler de Vaux-en-Bugey présente] un ensemble d’habitudes articulatoires très différentes de celles qui composent, suivant la conception courante, le type français. Les consonnes, plus nombreuses qu’en français, sont prononcées avec une très grande énergie et elles comportent des variations très grandes de tension et de durée […]. Les voyelles, mollement articulées, peuvent être plus brèves, ou beaucoup plus longues que les voyelles françaises […] en fin de mot, l’intensité de la voyelle est variable, elle peut se réduire au point de disparaître dans la chaîne parlée. Il existe, en grand nombre, des éléments vocaliques complexes, diphtongues et triphtongues, qui sont dans la dépendance étroite du rythme. L’accent d’intensité, très marqué, se trouve à sa place normale, mais il a une tendance spontanée à se porter sur la première syllabe du mot, […] forte armature consonantique, enfermant des valeurs vocaliques très flottantes : tel est, en une formule brève, le signalement du parler de Vaux. (Duraffour 1932a, p. IX-X)

15Duraffour s’intéresse à la langue dans son ensemble, à tous ses aspects : au phonétisme d’abord, mais aussi à son lexique et à la structure morphosyntaxique. Ses travaux s’imposent non seulement par leur contribution scientifique mais aussi par la démarche méthodologique (conversation dirigée) qui permet de découvrir les secrets du parler analysé dans des conversations libres, spontanées, sans contrainte de questionnaires. Les thèmes sont suggérés par les activités de tous les jours à la ferme (les travaux des champs, l’élevage, l’abeille et la ruche, les travaux à la maison, etc.). L’objectif poursuivi est d’obtenir ainsi une moisson très riche de données lexicales et morphosyntaxiques ; en outre, en orientant la conversation ou le récit, l’enquêteur peut faire ressortir un même mot, sélectionné pour son intérêt phonétique, dans des entourages différents, ce qui permet d’étudier la variabilité de sa structure phonétique en fonction de la place qu’il occupe dans le contexte de phrase.

16La technique de la conversation dirigée a été appliquée par plusieurs de ses disciples notamment Pierre Gardette, Bengt Hasselrot (Hasselrot 1937), Oscar Kjellén (Kjellén 1945), Gunnar Ahlborn (Ahlborn 1946), Hans Bosshard, Ernest Schüle. Elle sera adoptée aussi par nombre de dialectologues des générations suivantes.

17 Pour la phonétique, Duraffour a étudié à Vaux-en-Bugey le parler de deux familles sur les trois générations en présence, couvrant à peu près un siècle de l’histoire de la langue. Son analyse synchronique permet de mettre en évidence des tendances évolutives internes au parler et l’étude de la variabilité entre les divers parlers francoprovençaux enquêtés permet de reconstituer les différentes étapes de l’évolution phonétique de la langue. C’est ce que les dialectologues appellent une diachronie dans la synchronie, résultat auquel on pouvait déjà aboutir par la représentation de la variabilité sur les cartes des atlas, et notamment de l’ALF. Duraffour analysait sur place les données collectées au cours de l’enquête réalisée en patois : il se méfiait en effet des questions posées en français car l’emploi de la langue nationale pouvait influencer les informateurs. Il transcrivait au fur et à mesure sur des carnets les réponses à ses questions ou les mots tels qu’ils apparaissaient dans les récits. L’enquête était exclusivement orale : Duraffour privilégiait l’oreille et montrait, avec l’exigence d’une description minutieuse, une acuité auditive exceptionnelle. Cette volonté de description phonétique détaillée, minutieuse, par le biais d’une transcription phonétique qui se voulait la plus proche possible d’une réalité parfois complexe, n’était pas rare chez les dialectologues-phonéticiens. En dehors de la France, je mentionnerai, à ce propos, les noms de Tomás Navarro Tomás pour l’Atlas Linguístico de la Península Ibérica (ALPI ; Navarro Tomás 1962) et de Matteo Bartoli et Ugo Pellis pour l’Atlante Linguistico Italiano (l’ALI lancé en 1924).

18Jamais Duraffour n’eut recours à des enregistrements phonographiques ou sur disques, technique pourtant employée, à son époque et même dès le début du siècle, pour de nombreuses enquêtes réalisées sur des parlers francoprovençaux de Suisse, et en particulier pour la collecte des données sur le terrain par les spécialistes du Glossaire des patois de la Suisse romande (GPSR) – Gauchat, Jeanjaquet et Tappolet – depuis 1924. Non sans un certain scepticisme, il faut le noter : c’est le sentiment que l’on retrouve chez Gauchat lui-même, qui préconisait l’emploi du phonographe mais sans se faire trop d’illusions quant au résultat. « Le phonographe – disait-il – peut servir à retenir l’impression générale d’un parler et on pourrait conserver ainsi, plutôt à titre de curiosité, des spécimens de nos patois » (Gauchat 1900). Gauchat se montrait sceptique sur la qualité des enregistrements qui présentaient, à son avis, un son nasillard « qui empêche de rendre compte du degré de nasalisation des voyelles ». Malgré ces réserves, aujourd’hui nous avons la chance de posséder des enregistrements de patois francoprovençaux réalisés dès 1902, en Suisse ; dans ce même pays, on a effectué dès 1924, grâce aux perfectionnements de la technique, de nouveaux enregistrements sur disques, conservés aux Archives phonographiques de Zurich (334 disques sur les parlers de Suisse, francoprovençaux, italo-romans, romanches et alémaniques), à Lausanne et à la Lautbibliothek de Berlin. En collaboration avec les Archives de Zurich et le GPSR, cette dernière a publié des textes romands en transcription phonétique, à partir des enregistrements sur disques. Il faut rappeler, par ailleurs, que des enregistrements phonographiques de variétés dialectales avaient été réalisés aussi dans d’autres domaines gallo-romans, italo-romans ou autres. Pour la France, je rappellerai la création, en 1911 par Ferdinand Brunot, des Archives de la parole de l’université de Paris (Sorbonne), qui avaient les dialectes comme principal centre d’intérêt : « Nous avons, tout autour de nous de grands vieillards qui se meurent, ce sont nos patois » disait ce dernier dans son discours inaugural du 3 juin 1911 (Brunot 1911). Je rappellerai aussi les enregistrements phonographiques de parlers d’oil des Ardennes franco-belges réalisés par Ferdinand Brunot lui-même et Charles Bruneau (160 disques), qui répondaient aussi au projet d’Antoine Grégoire pour les enregistrements dans toute la Belgique romane (Grégoire 1910).

2 Les points d’enquête d’Antonin Duraffour présentés dans sa thèse (les localités indiquées par des chiffres sont les stations de l’ALF).

2 Les points d’enquête d’Antonin Duraffour présentés dans sa thèse (les localités indiquées par des chiffres sont les stations de l’ALF).

19Mais Duraffour resta en dehors de ce courant : il ne se soucia pas de conserver pour la postérité un témoignage vivant, sonore, des patois qu’il étudiait, choisissant de confier à la transcription phonétique son impression subjective et sa conscience linguistique de patoisant. Ce qui n’enlève rien à l’acuité de ses observations, au sérieux de sa démarche descriptive et à sa volonté de précision. À ce propos, on sait qu’une fois rédigée l’étude sur la situation phonétique d’un parler, sur les tendances évolutives rencontrées ou au contraire sur des tendances au nivellement, il réalisait fréquemment des enquêtes de contrôle avec un questionnaire réduit (une soixantaine de mots). Cela lui permettait de contrôler l’état de certains phénomènes, comme les aboutissements des palatalisations, les traitements des diphtongues, etc. Ajoutons qu’il ne se contentait pas de l’analyse des traitements relatifs aux seules unités segmentales ou encore aux contraintes contextuelles auxquelles ces dernières pouvaient être soumises. Les phénomènes prosodiques – et l’accent en particulier – l’intéressaient beaucoup, dans la mesure où il y voyait l’un des principaux moteurs de certaines évolutions phonétiques, notamment dans les parlers francoprovençaux. À propos de ces dernières, il observait que dans le débit rapide, même normal, en union aussi avec des déplacements d’accent, certains éléments pouvaient disparaître, des contractions et des superpositions syllabiques se produire (Duraffour 1932a).

20Les travaux les plus connus de Duraffour sont sans doute ceux qu’il a consacrés à la description phonétique et, en particulier, l’ouvrage intitulé Phénomènes généraux d’évolution phonétique dans les dialectes franco-provençaux d’après le parler de Vaux-en-Bugey qui constitue sa thèse d’État (thèse principale), soutenue à la Faculté des lettres de Grenoble en 1932, et fruit de onze ans de travail, entre 1920 et 1931.

21Elle avait été précédée par d’autres publications parmi lesquelles je mentionnerai Trois phénomènes de nivellement phonétique en franco-provençal (Duraffour 1927) et Matériaux phonétiques et lexicologiques pour servir à l’histoire du parler de Vaux-en-Bugey (Duraffour 1930). Dans le premier de ces travaux (p. 68), Duraffour définit le francoprovençal comme « un groupe de parlers » et, s’intéressant plus particulièrement à leurs traits communs qui sont à la base de leur identité, il précise : « nous l’appelons aujourd’hui, « convergence de traitements », et nous entendons, à tort ou à raison, qu’il s’agit de traitements phonétiques ». Parmi les traits identitaires qu’il met en évidence figure, tout d’abord, le double traitement du a final inaccentué, mais aussi du a accentué interne, en syllabe ouverte, en fonction du caractère de la consonne précédente (traitements déjà indiqués par Ascoli, l’inventeur du francoprovençal, comme traits spécifiques de cette variété romane) : PORTA ⇾ porta « porte » à côté de FILIA ⇾ fi’λi, fi’λe « fille » ; CANTARE ⇾ tsan’ta, θan’ta « chanter » à côté de SECARE͢ ⇾ se’ji, se’je « faucher », ainsi que les différents aboutissements locaux de la palatalisation de l’occlusive vélaire sourde latine devant a et notamment les réalisations interdentales : VACCA ⇾’vaθi, ’vatsi « vache ».

22Il serait trop long et fastidieux, dans le cadre de cette brève présentation, de mentionner tous les apports de Duraffour à la connaissance du phonétisme francoprovençal. Je me contenterai de rappeler quelques contributions majeures et, en particulier, celles qui concernent la syllabe et l’accent.

23Duraffour remarquait que le parler de Vaux-en-Bugey était un excellent laboratoire pour l’étude de ces réalisations complexes. À la lumière de ses recherches en domaine francoprovençal, il avait déjà signalé l’importance de l’accent sur le phénomène de la diphtongaison dans un compte rendu de l’ouvrage de Salverda de Grave (1928, p. 283-286). Se référant à la seule impression auditive, il avait perçu dans les parlers qu’il étudiait une variation de l’intensité des voyelles selon leur position par rapport à la syllabe accentuée et avait défini le phénomène en ces termes :

Lorsqu’une diphtongue décroissante est suivie dans la chaîne parlée d’un élément articulatoire qui demande encore un effort, plus ou moins considérable, à réaliser, la prévision de cet effort a pour effet de faire basculer la diphtongue en transportant le maximum d’effort du premier élément sur le second. (Duraffour 1929, p. 283-286)

24Les spécialistes du francoprovençal appelleront ce phénomène la loi de Duraffour. Il avait signalé aussi une différence sensible d’intensité des voyelles selon leur position par rapport à l’accent. Ainsi, dans la séquence ptjuda’vi, « petit chemin », la voyelle finale a de l’adjectif est perçue plus intense que dans la séquence « chemin petit » et cela à cause du fait que, dans le premier cas, la voyelle précède l’accent et se situe donc dans une phase ascendante de l’intensité où, comme l’explique le même Duraffour :

L’attention du sujet parlant est dirigée vers l’effort à fournir, la préparation subconsciente de cet effort amène une augmentation d’intensité de cette voyelle : c’est là un phénomène psychique d’anticipation. (Duraffour 1932a : 17)

25Il observait également le déplacement de l’accent qui se produit en cas de hiatus, après la chute d’une consonne médiane (VITA ⇾ via ⇾ vja « vie » ; NUDA ⇾ ‘nua ⇾ nwa « nue »), ou encore le phénomène du néo-oxytonisme caractéristique d’une grande partie du domaine francoprovençal et la chute, consécutive, de la voyelle accentuée originaire (la ’lynala ly’nala’lna « la lune » ; la fa’rinala fari’nala far’na « la farine » ; le’penalep’nalep’na « l’épine »), l’intensité maximale sur la voyelle accentuée, après le déplacement de l’accent, pouvant aussi entraîner l’allongement de la consonne suivante (la dza’linala zali’nna « la poule » ; la ‘telala te’lla « la toile »).

  • 2 Voir le chapitre de Coriandre-Emmanuel Vilain, Alain Arnal et Louis-Jean Boë dans ce volume.

26On peut regretter que Duraffour n’ait jamais eu recours à la phonétique instrumentale, surtout sachant que pendant plus de vingt ans, il fut à la tête d’un laboratoire de phonétique, sans doute l’un des mieux équipés de France, où il pouvait disposer d’instruments sophistiqués comme l’analyseur de Kœnig2 ou celui du Docteur Otto Mader (Harmonischer Analysator) pour extraire les harmoniques d’un tracé de signal périodique. Si ces outils étaitent assez complexes à mettre en œuvre, il aurait pu, sans trop de difficultés, utiliser l’un des deux kymographes du laboratoire, qui ont eu une longue existence. Ces appareils ont permis à l’un de ses disciples, Luigi Belgeri, de réaliser une remarquable étude sur les consonnes affriquées en italien et dans d’autres langues européennes, dans le cadre d’un doctorat d’Université soutenu à la Faculté des lettres de Grenoble en 1928, et publié, en deux volumes, par l’Institut de phonétique (Belgeri 1929). Hyppolite Rakotofiringa, Christian Abry et moi-même, nous les utilisions encore au cours des années 1970 pour les travaux pratiques, avec les étudiants de phonétique. Duraffour avait même à sa disposition un petit kymographe de voyage qui figure, comme les précédents, dans le musée de phonétique de GIPSA-lab, et que je rêvais d’utiliser au cours de mes propres enquêtes sur le terrain. Mais il ne semble pas avoir été convaincu de l’utilité de cet instrument. Gsell, dans une interview, parlant du kymographe rappelle que Duraffour « avait commencé à s’en servir mais qu’il avait été vite dégoûté : esprit très précis, il n’aimait pas travailler de ses mains » (Grossetti et Boë, à paraître).

27Nous disposons d’un seul témoignage concernant la pratique de Duraffour, dans lequel, à propos du parler de Vaux-en-Bugey, il admet n’avoir effectué qu’une expérimentation sommaire sur lui-même au retour de ses plus longs séjours à Vaux, expérimentation qui portait sur le français. Il aurait pu utiliser aussi le palais artificiel, comme l’ont fait certains de ses disciples en France, Bruneau qui réalisa aussi des kymogrammes dans le laboratoire de l’abbé Rousselot (Bruneau 1913), Bengt Hasselrot (Hasselrot 1937), Pierre Gardette, Jean-Marie Meunier (Meunier 1912), Adrien Millet (Millet 1926) ; ou encore, en dehors du domaine gallo-roman, à Georges Millardet qui utilisa la palatographie pour étudier les consonnes rétroflexes des parlers corses, sardes, siciliens et berbères de Tunisie, résultat de ce que l’auteur définissait comme un « raid linguistique » (Millardet 1933). Non. Duraffour ne nous a pas légué de recueils de palatogrammes complétant ses enquêtes dialectales.

28Il n’y a donc pas eu de « Rousselot grenoblois », et la description du parler de Vaux ne ressemble pas à celle du parler de Cellefrouin (Charentes) auquel avait été consacrée – pour la première fois dans le cadre d’un patois – une analyse approfondie de phonétique expérimentale (Rousselot 1891). Notre ancien directeur de l’Institut de phonétique ne fut pas un expérimentaliste mais un homme de terrain, excellent phonéticien, descripteur minutieux des traits linguistiques observés dans ses enquêtes et conscient aussi des possibilités de recherche ouvertes par la phonétique instrumentale. Preuve en est qu’il ne manqua pas d’encourager ses disciples dans cette voie, comme le confirment les travaux des chercheurs déjà mentionnés ou le témoignage du même Duraffour qui, dans sa communication présentée au IIe Congrès international des sciences phonétiques, parle de Yoshio Takamatsu comme d’« un de mes très bons élèves phonéticiens » (Duraffour 1936 p. 229).

29J’ajouterai que la phonétique ne fut pas son seul centre d’intérêt. Sa thèse complémentaire (Duraffour 1932b) révèle aussi un excellent connaisseur de la morphologie et de la syntaxe francoprovençales. Mais c’est surtout à l’analyse lexicale de la même langue qu’il consacra, après la phonétique, ses travaux les plus sérieux. Il nous a laissé en particulier une étude imposante du lexique du parler de Vaux, fruit de plus de vingt années d’enquêtes qui ont abouti, entre autres, à la publication, en 1941, du Lexique patois-français du parler de Vaux-en-Bugey (Ain), 1919-1940 (Duraffour 1941). Malheureusement, une bonne partie du matériel collecté ne fut pas publiée de son vivant. Il faut dire que ce matériel était particulièrement abondant : Duraffour avait recopié sur des fiches (environ 100000) les données de ses carnets d’enquête, qui constitueront, plus tard, la matière du Glossaire des patois francoprovençaux (GPFP, riche de 10000 articles). L’ouvrage révèle l’attention particulière que mettait Duraffour à relever toutes les variantes phonétiques, en particulier celles qui semblaient liées au contexte.

30L’analyse de la langue dans sa réalité synchronique ne faisait pas oublier son passé. Ainsi, parallèlement, Duraffour étudiait la langue des documents du Moyen Âge (ceux issus du Forez et du Lyonnais en particulier, publiés par Guigue ou Philipon et, plus tard, les Chartes du Forez et des textes inédits du département de l’Ain du XIVe au XVIe siècle).

31Plusieurs travaux restèrent inédits : je pense notamment à la transcription des œuvres en ancien francoprovençal de Marguerite d’Oingt (Oingt 1965), avec un glossaire sur fiches, à des glossaires (toujours sur fiches) relatifs à d’autres textes en ancien francoprovençal ou encore à des carnets d’enquêtes dialectales, avec leur transcription (fichier de 46 boîtes). Je n’oublierai pas, enfin, de mentionner deux autres publications : Les patois du Dauphiné (Devaux et al. 1935) et L’habitation paysanne en Bresse (Jeanton et Duraffour 1935).

32Pour ses 60 ans, en 1939, Antonin Duraffour reçut un recueil de Mélanges offert par ses collègues et ses disciples. Puis il y eut la cassure de la seconde guerre mondiale : en 1948 on relève encore sa signature dans le procès-verbal d’un jury de diplôme d’études supérieures (DES), à la Faculté des lettres de Grenoble.

33Depuis longtemps il pense à la réalisation d’un Dictionnaire historique de la langue française, projet très ambitieux qui aurait dû être l’œuvre d’une équipe de spécialistes. Il se met au travail tout seul, mais la tâche est trop lourde : il y perd ses dernières énergies et meurt en 1956 à l’âge de 77 ans.

34À cette date, René Gsell est déjà à la tête de l’Institut de phonétique depuis un an, succédant à Yves Le Hir qui en a assuré la direction au moment du départ à la retraite de Duraffour. Avec Gsell, s’ouvre une nouvelle ère pour la phonétique à Grenoble : ce sont ce que nous appelons « les années Gsell », puis « l’après Gsell », qui aboutirent, dans la première partie des années 1980, à la constitution de l’Institut de la communication parlée regroupant le Laboratoire de la communication parlée et l’Institut de phonétique – pour simplifier des ingénieurs et des phonéticiens. Mais cela c’est de l’histoire récente ou presque récente avec les « anciens », Hippolyte Rakotofiringa, qui nous a quitté en 2004, Louis-Jean Boë, Christian Abry, Vincent Lucci, Denise Jacquemin et moi-même qui avons dirigé l’Institut à tour de rôle pendant une quinzaine d’années, et qui avons vécu ces trois périodes en y apportant toutes les énergies et l’enthousiasme de nos 30 ans.

  • 3 Georges Straka, phonéticien et dialectologue du franco-provençal, est l’un des continuateurs d’Anto (...)

35Pour revenir à Antonin Duraffour, qui assura pendant vingt et un ans la plus longue direction de l’histoire de l’Institut de phonétique, la question que l’on peut se poser est la suivante : quel héritage a-t-il laissé à ses successeurs ? Sans parler de son œuvre qui marque sans doute une étape capitale pour la connaissance du domaine francoprovençal et qui a fait de Vaux-en-Bugey l’une des localités les plus connues dans le monde des romanistes, au même titre que celles de Cellefrouin (Rousselot 1892), d’Usseglio (Terracini 1922) ou d’Hauteville (Martinet 1956), pour ne prendre que quelques exemples connus, Duraffour a légué à notre université le lien privilégié qui l’a toujours caractérisée entre la phonétique et la dialectologie. Comme l’avait déjà démontré magistralement Rousselot, Duraffour, même sans le recours à une approche expérimentale, a laissé aux phonéticiens qui lui ont succédé la conviction que l’univers dialectal, avec la myriade de langues de tradition orale que sont les patois, peut être aussi un lieu privilégié pour les recherches phonétiques, au même titre que les langues dites « de culture ». Contrairement à Duraffour, Gsell était tout sauf un homme de terrain. Dans l’interview déjà mentionnée, il raconte même que son maître Georges Straka3 aurait voulu qu’il entreprenne une thèse de dialectologie, qu’il s’y était engagé dans un premier temps, mais que, par la suite, il avait constaté qu’il n’était pas mûr pour cette discipline et que le francoprovençal était vraiment très compliqué. Gsell resta néanmoins très ouvert aux recherches dialectales. De cette ouverture, j’ai été moi-même l’un des principaux bénéficiaires : lorsque je le rencontrai en 1964 – j’avais suivi certains de ses cours dès la fin des années 1950 – pour lui proposer des recherches sur la structure phonétique et phonologique des dialectes sardes, avec une approche instrumentale, dans le cadre d’une thèse du 3e cycle, il accepta avec le plus grand plaisir et obtint même pour mois un poste d’attaché de recherche au CNRS. Je pense que Mario Rossi, qui fut un temps son assistant, reçut de la part de Gsell un accueil semblable pour les recherches qu’il réalisait déjà dans le domaine dialectal italo-roman : en tout cas, c’est dans la revue Langage et Comportement, créée et dirigée par Gsell, qu’il publia l’une de ses premières études consacrées à la prosodie du dialecte toscan de Rossano, sujet qui fera l’objet, plus tard, de sa thèse de doctorat d’État (Rossi 1976). Il en fut de même, sans doute, pour Maurice Calvet dont Gsell dirigea la thèse de 3e cycle consacrée au phonétisme du parler occitan de Saint-Victor-en-Vivarais, dans l’Ardèche (Calvet 1969).

36Pour conclure, je crois que l’orientation scientifique de Duraffour, relayée par Gsell, s’est prolongée dans les recherches de Rossi comme dans celles d’Abry et sans doute dans tout mon itinéraire de recherche, vieux de plus de quarante ans : elle m’a permis de passer de l’Institut de phonétique puis de l’Institut de la communication parlée, à la direction du Centre de dialectologie, tout naturellement, sans rupture, en sauvegardant une étroite collaboration entre les deux disciplines. Collaboration que les jeunes collègues qui ont pris la relève au Centre de dialectologie, fidèles à la mémoire de notre phonéticien-dialectologue Duraffour, veilleront sans nul doute à préserver.

Bibliographie

Références bibliographiques

ALF, BARTOLI Matteo, TERRACINI Benvenuto, VIDOSSI Giuseppe et al., Atlante Linguistico Italiano, Rome : Istituto poligrafico e Zecca dello Stato, Libreria dello Stato, 1995.

ALF, GILLIERON Jules, EDMONT Edmond, Atlas linguistique de la France, Paris, Champion, 1902-1910.

AHLBORN Gunnar, 1946, Le patois de Ruffieu-en-Valromey (Ain), Göteborg, Elanders boktryek.

BELGERI Luigi, 1929, Les affriquées en italien et dans les autres principales langues européennes. Étude de phonétique expérimentale, thèse de doctorat d’université, Grenoble, Faculté des lettres, université de Grenoble, chez l’auteur à l’Institut de phonétique, 228 pages.

BRUNEAU Charles, 1913, Étude phonétique des patois d’Ardenne, Paris, H. Champion.

BRUNOT Ferdinand, 1911, Université de Paris. Inauguration des Archives de la parole, 3 juin 1911, Discours de M. Ferdinand Brunot, Paris, imprimerie de A. Manier, p. 7-20, [enregistrement en ligne] URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k128067k.

CALVET Maurice, 1969, Le système phonétique et phonologique du parler provençal de Saint-Victor en Vivarais dégagé sur la base de données instrumentales, thèse de doctorat d’État ès lettres, Grenoble, Faculté des lettres et sciences humaines.

CUQ Jean-Pierre, 1997, « La chaire de philologie moderne destinée à l’enseignement du français aux étrangers à l’université de Grenoble. Création et évolution : 1904-1936 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 20, p. 22-36.

DEVAUX André, DURAFFOUR Antonin éd., GARDETTE Pierre éd., 1935, Les patois du Dauphiné, Lyon, Bibliothèque de la Faculté catholique des lettres.

DURAFFOUR Antonin, 1927, « Trois phénomènes de nivellement phonétique en francoprovençal », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, 27, p. 68-80.

— 1929, « Compte rendu de J.-J. Salverda de Grave “Sur une double accentuation des diphtongues en français” », Romania, t. 55, p. 283-286.

— 1930, « Matériaux phonétiques et lexicologiques pour servir à l’histoire du parler de Vaux-en-Bugey », Annales de l’université de Grenoble, t. VII, p. 1-96.

— 1932a, Phénomènes généraux d’évolution phonétique dans les dialectes franco-provençaux d’après le parler de Vaux-en-Bugey, thèse principale pour le doctorat d’État ès lettres présentée à la Faculté des lettres de l’université de Paris, Grenoble, Institut de phonétique.

— 1932b, Description morphologique avec notes syntaxiques du parler franco-provençal de Vaux (Ain) en 1919-1931, thèse complémentaire présentée à la Faculté des lettres de l’université de Paris, Grenoble, Institut [de] phonétique de Grenoble.

— 1936, « À propos d’un article de Professor E. W. Scripture “Les atomes vocaux, les sons vocaux et l’accentuation dans une phrase française” », Proceedings of the Second International Congress of Phonetic Sciences held at University College, London 22-26 July 1935, Daniel Jones, Dennis B. Fry éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 228-232.

— 1941, Lexique patois-français du parler de Vaux-en-Bugey (Ain) 1919-1940, Grenoble, Institut de phonétique.

— 1969, Glossaire des patois francoprovençaux, L. Malapert et M. Gonon éd., P. Gardette (dir.), Paris Éditions du CNRS.

GAUCHAT Louis, JEANJAQUET Jules, TAPPOLET Ernest, 1925, Tableaux phonétiques des patois suisses romands. Relevés comparatifs d’environ 500 mots dans 62 patois-types, Neuchâtel, imprimerie Attiger.

Glossaire des patois de la Suisse romande (depuis 1924), fondé par Louis Gauchat, Jules Jeanjaquet et Ernest Tappolet, rédigé et publié par Louis Gauchat, Jules Jeanjaquet, Ernest Muret, Ernest Tappolet et al., Neuchâtel, Paris, Victor Attinger, puis Genève, Droz.

GILLIERON Jules, Petit atlas phonétique du Valais roman, Paris, Champion, 1891.

GRÉGOIRE Antoine, 1910, « Les machines parlantes et la dialectologie », Bulletin du dictionnaire wallon, V, p. 37-43.

GROSSETTI Michel, BOË Louis-Jean, à paraître, « Entretien avec René Gsell, professeur émérite à la Sorbonne nouvelle, Institut de phonétique de Paris, le 15 décembre 1994 ».

GSELL René, 1956, « L’Institut de phonétique de la Faculté des lettres de l’université de Grenoble (1904), Instituts de phonétique et archives phonographiques à Aarhus, Alger, Amsterdam , Sever Pop avec la collaboration de nombreux chercheurs, Louvain, Commission d’enquête linguistique (Publications de la Commission d’enquête linguistique, 7), p. 218-228.

HASSELROT Bengt, 1937, Étude sur les dialectes d’Ollon et du district d’Aigle, Paris, Librairie E. Droz.

JEANTON Gabriel, DURAFFOUR Antonin, 1935, L’habitation paysanne en Bresse, Paris, Librairie E. Droz (Société de publications romanes et françaises, 15).

KJELLÉN Oscar, 1945, Le patois de la région de Nozeroy ( Jura), Paris, Librairie E. Droz.

MARTINET André, 1956, La description phonologique, avec application au parler franco-provençal d’Hauteville (Savoie), Genève, Droz.

Mélanges A. Duraffour. Hommage offert par ses amis et ses élèves, 4 juin 1939, 1939, Jakob Jud et Arnald Steiger éd., Paris, Droz (Romanica Helvetica, 14) et Zurich-Leipzig, Max Niehans Verlag.

MEUNIER Jean-Marie, 1912, Monographie phonétique du parler de Chaulgnes, canton de La Charité-sur-Loire (Nièvre), 2 volumes, Nevers, Mazeron Frères et Paris, Champion.

MILLARDET Georges, 1933, « Sur un ancien substrat commun à la Corse, la Sicile et la Sardaigne », Revue de linguistique romane, t. IX, p. 346-369.

MILLET Adrien, 1926, Recherches expérimentales et historiques sur l’r d’une région du haut Berry, Paris, Vrin.

NAVARRO TOMÁS Tomás, 1962, Atlas Lingüístico de la Península Ibérica, t. I. Fonética, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientifícas.

OINGT Marguerite d’, 1965, Les œuvres de Marguerite d’Oingt, Antonin Duraffour, Pierre Gardette et Paulette Durdilly éd., Paris, Les Belles Lettres (Publications de l’Institut de linguistique romane de Lyon, 21).

ROSSI Mario, 1976, Contribution à la méthodologie de l’analyse linguistique avec application à la description phonétique et phonologique du parler de Rossano (Province de Massa, Italie), 3 volumes, Paris, Champion.

ROUSSELOT Pierre-Jean, 1887, « Introduction à l’étude des patois », Revue des patois gallo-romans, I, p. 1-22.

— 1892, Les modifications phonétiques du langage étudiées dans le patois d’une famille de Cellefrouin (Charente), Paris, Welter, 372 pages.

SALVERDA DE GRAVE Jean-Jacques, 1928, Sur une double accentuation des diphtongues en français, Amsterdam, Koninklijke Akademie van wetenschappen.

STRAKA Georges, 1964, Poèmes du XVIIIe siècle en dialecte de Saint-Étienne, Loire, 2 volumes, Paris, Les Belles Lettres (Publications de l’Institut de linguistique romane de Lyon, 22-23).

TERRACINI Benvenuto, 1922, « La varietà nel parlare di Usseglio », Archivio Glottologico Italiano, 18, p. 105-186.

TUAILLON Gaston, 1994, Le francoprovençal. Progrès d’une définition, Saint-Nicolas (Aoste), Centre d’études francoprovençales « René Williem ».

Notes

1 Clin d’œil de l’Histoire, le Centre de dialectologie de Grenoble fait partie, depuis 2008, de GIPSA-lab et plus précisément de son département « Parole et Cognition », héritier en partie de l’Institut de phonétique de Grenoble (voir le chapitre de Louis-Jean Boë et Jean-François P. Bonnot dans ce volume).

2 Voir le chapitre de Coriandre-Emmanuel Vilain, Alain Arnal et Louis-Jean Boë dans ce volume.

3 Georges Straka, phonéticien et dialectologue du franco-provençal, est l’un des continuateurs d’Antonin Duraffour (Straka 1964).

Table des illustrations

Titre 1 Antonin Duraffour (1879- 1956), (Mélanges A. Duraffour, hommage offert par ses amis et ses éléves, 4 juin 1939, Librairie E.Droz, Zürich-Leipzig, Max Niehans Verlag).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 2 Les points d’enquête d’Antonin Duraffour présentés dans sa thèse (les localités indiquées par des chiffres sont les stations de l’ALF).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteur

Centre de dialectologie, Gipsa-Lab, Université Stendhal Grenoble

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search