Version classiqueVersion mobile

Un siècle de phonétique expérimentale

 | 
Louis-Jean Boë
, 
Coriandre-Emmanuel Vilain

Partie I. Éléments du contexte scientifique de la phonétique expérimentale

Le rôle d’Étienne-Jules Marey dans l’émergence de la phonétique expérimentale

Bernard Teston

Texte intégral

1L’œuvre d’Étienne-Jules Marey (1830-1904) est remarquable tant pour son importance que pour sa variété. Il s’est passionné pendant toute son existence pour l’étude du mouvement des êtres et des choses. Ses travaux les plus marquants ont porté sur la physiologie du mouvement en général et particulièrement de la locomotion, dont il a été la sommité universellement reconnue du début du siècle dernier. Mais son apport le plus original se situe dans la méthode graphique qu’il a développée et les instruments qu’il a réalisés pour la mettre en œuvre.

2Le 20 janvier 1902, la communauté scientifique française aussi bien qu’internationale fête au Collège de France le jubilé de l’activité de recherche d’Étienne-Jules Marey, président des Académies des sciences et de médecine et une des plus grandes personnalités de la science contemporaine.

3Son principal élève, collaborateur de longue date et futur successeur à sa chaire, le physiologiste Charles-François Franck, est chargé de faire son panégyrique devant une assemblée qui regroupe outre le ministre de l’Instruction publique, la majeure partie de la science et des institutions françaises ainsi que de très nombreux représentants étrangers. Charles-François Franck énumère en préambule de son allocution les principales contributions d’Étienne-Jules Marey à la connaissance universelle, ainsi que les multiples domaines scientifiques qui lui sont redevables : la circulation du sang, les appareils de la méthode graphique, la locomotion humaine et animale, la chronophotographie, la phonétique, le vol des oiseaux, etc.

4Il est étonnant de trouver la phonétique en cinquième position devant d’autres disciplines qui pourraient paraître plus importantes, la présence nombreuse des linguistes ne faisant qu’ajouter à l’étonnement. Car si Gaston Paris, qui a ouvert la cérémonie, et l’abbé Pierre-Jean Rousselot sont là en tant que collègues du Collège de France, la Société de linguistique de Paris est bien représentée et de nombreux étudiants en sciences du langage sont présents.

1 Étienne-Jules Marey dans son laboratoire à l’époque de sa rencontre avec Pierre Jean Rousselot, vers 1885 (vidéothèque du CNRS).

1 Étienne-Jules Marey dans son laboratoire à l’époque de sa rencontre avec Pierre Jean Rousselot, vers 1885 (vidéothèque du CNRS).

5Il est encore plus étonnant que le nom de Marey n’évoque aujourd’hui guère plus, aux linguistes comme au public, qu’une contribution au développement du cinématographe ou plus généralement à l’image animée et une œuvre plus artistique que scientifique.

6De fait, dans le foisonnement des multiples activités de Marey, son intérêt pour la parole paraît tout à fait marginal, surtout si l’on se réfère à ses deux publications personnelles dans ce domaine (Marey 1897, 1898a, 1998b) par rapport à son immense production scientifique. Cette étude cherche donc à préciser la contribution de Marey aux sciences du langage.

1. Étienne-Jules Marey

7Étienne-Jules Marey est un Bourguignon, né à Beaune en 1830. Après des études de médecine à Paris, peu enclin au contact avec les patients, il travaille surtout en laboratoire et se fait remarquer dès 1857 par des publications novatrices sur l’influence de l’élasticité des vaisseaux sur la circulation sanguine. Il devient docteur en médecine en 1859 après six ans d’internat et soutient une thèse brillante sur les maladies de la circulation, du cœur et des poumons.

8Pour ses premières recherches, Marey réalise lui-même des dispositifs expérimentaux à travers lesquels percent déjà l’extraordinaire inventivité de son esprit et son goût pour « le grand problème mécanico-physiologique ». À 30 ans, il est déjà une étoile montante de la physiologie internationale et développe la méthode graphique. Il communique régulièrement les résultats de ses travaux à l’Académie des sciences.

9En 1867, il est nommé professeur suppléant au Collège de France et deux ans plus tard, à 39 ans, professeur titulaire de la chaire d’histoire naturelle des corps organisés. En 1872, il est élu à l’Académie de médecine et en 1878 à l’Académie des sciences. En 1882, il invente le « chronophotographe » à plaques fixes et le fusil photographique. Il crée également la célèbre station physiologique d’Auteuil au Parc des Princes. En 1884, il assure la présidence de la Société de navigation aérienne, et en 1894, celle de la Société française de photographie, qu’il conservera jusqu’à sa disparition. De 1888 à 1899, il développe la chronophotographie sur pellicule souple et travaille sur la synthèse du mouvement par la projection chronophotographique, contribuant ainsi de manière décisive à l’invention du cinématographe. Il est élu président de l’Académie des sciences en 1895, puis de l’Académie de médecine en 1900. L’Institut Marey est créé à Auteuil en 1902 pour héberger l’Association internationale de contrôle des instruments de mesure que Marey préside jusqu’à sa mort, à Paris le 15 mai 1904.

10L’œuvre de Marey est caractérisée par son importance, sa grande variété thématique ainsi que sa grande originalité méthodologique. Marey travaille dans de nombreux domaines sans jamais se contenter de les effleurer. Il s’investit toujours pleinement dans la compréhension des phénomènes auxquels il s’intéresse. Il laisse à la postérité une œuvre immense : 25 ouvrages dont certains toujours réédités (hélas en langue anglaise pour la plupart) et 275 publications ou communications scientifiques, mais aussi une masse considérable de cours, notes, documents, rapports, comptes rendus d’expériences, correspondances ainsi que de très nombreux articles de presse, car Marey aime vulgariser ses découvertes auprès du public. Ce volume d’écrits doit être replacé dans le contexte de son époque où l’on publie moins qu’actuellement.

11L’œuvre de Marey est également remarquable de par les méthodes qu’il développe et les instruments qu’il imagine. Dès son externat de médecine, Marey a une méthode de travail déjà bien définie et dont il ne se départira pratiquement pas au cours de sa carrière.

12Au milieu du XIXe siècle, les sciences de la nature sont en pleine évolution, sous l’influence du philosophe français Auguste Comte (1798-1857) auquel nous devons le mouvement du positivisme. Celui-ci voyait dans la collection des « petits faits vrais » le fondement essentiel de la recherche. Marey adhère dès ses débuts à ce mouvement comme beaucoup de scientifiques de son époque.

13Bien ancré donc dans le positivisme de son temps, Marey mène toujours ses recherches sur un phénomène particulier par étapes successives, systématiquement étayées par des preuves objectives grâce à l’expérimentation. Ces preuves sont des graphes, ou des chronophotographies, traces ou empreintes des mouvements étudiés. Une fois captés et mémorisés ils sont dessinés, agrandis, transformés en épures ou en dessins figuratifs, et parfois en modèles statiques ou fonctionnels. Après avoir enregistré et analysé ces données expérimentales, Marey les traite, les formalise et les synthétise. Ainsi, tous les concepts méthodologiques de la science moderne sont présents dans son œuvre.

14Pour mener à bien ses travaux avec la grande maîtrise que nécessite sa rigueur expérimentale, Marey imagine, conçoit, développe et souvent réalise lui-même, tout au long de sa vie, la plupart de ses instruments de mesure, et il améliore les autres. Il montre ainsi, en de multiples occasions, qu’il est un grand ingénieur, et cet aspect nous semble être le plus original de toute son œuvre.

15Les épures, les dessins et les modèles que Marey réalise au cours de ses recherches, et dont nul ne peut nier les qualités et l’originalité, attirent très tôt l’attention des artistes plasticiens, qui le considèrent non seulement comme un des leurs mais parfois comme un précurseur. Marey est donc ainsi simultanément un physiologiste, un ingénieur et un artiste.

1.1 Marey et la parole

16Marey ne s’est pas spontanément intéressé à la parole, mais passionné par le geste en général sous tous ses aspects physiologiques, il a toujours suivi de près les différentes recherches de son temps sur la production de la parole et la capture des phénomènes acoustiques dans le cadre du développement de la méthode graphique.

17En 1875, Marey a 45 ans, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’histoire naturelle des corps organisés à laquelle est attaché un laboratoire. Il dirige également le laboratoire de physiologie de l’École pratique des hautes études des hautes études depuis la création de cette institution et dispose d’un important laboratoire privé dans ses résidences de Paris et de Naples. Marey est un travailleur acharné, très exigeant avec ses collaborateurs et d’une extrême méticulosité. Il est cependant d’un naturel aimable, voire bon enfant, et d’un abord facile. Cela lui permet de lier de solides amitiés. Sa notoriété est déjà universelle, il accueille donc dans ses différents établissements de nombreux étudiants et chercheurs, médecins, physiologistes et physiciens, non seulement français mais également étrangers, attirés par la recherche, ses succès scientifiques et l’efficacité de la méthode graphique. Ils se succèdent dans ses divers laboratoires parfois pour échanger simplement des idées et des résultats lors de courtes visites, mais souvent pour des séjours de formation et de collaboration qui peuvent durer des années.

18Il ne manque que des linguistes, mais ils vont se manifester.

1.2 La linguistique en 1875

19Jusqu’au début du XIXe siècle, les linguistes sont des grammairiens qui étudient isolément l’évolution historique de l’alphabet des différentes langues indépendamment des sons que les lettres représentent. Une première rupture épistémologique se manifeste alors avec l’émergence du comparatisme, provoquée par la prise de conscience des similitudes entre le sanscrit et les langues européennes. Le comparatisme est fondé sur l’existence de correspondances phonologiques régulières entre les langues formant une famille et entre les familles de langues. La régularité de ces correspondances constitue les lois phonétiques. À mesure que la grammaire comparée se développe, la description des éléments du langage doit être plus approfondie et plus précise.

20Une deuxième rupture survient également avec la redécouverte des textes védiques. Elle se manifeste par un mouvement qui pousse certains linguistes à porter leur attention sur le langage tel qu’il est dit plutôt qu’écrit. Cela nécessite, pour compléter les données de nos sens, des approches méthodologiques nouvelles empruntées à la physiologie (étude des articulations) et à la physique (acoustique des sons) et l’invention des techniques nouvelles d’enregistrement et d’inscription graphique de la parole. Cet aspect est déterminant dans la construction et l’affirmation de la linguistique comme discipline scientifique dans cette seconde moitié du XIXe siècle.

21En 1856, le physiologiste autrichien Ernst von Brücke analyse les articulations des principales langues modernes. Son collègue tchèque Johannes Czermak étudie en 1869 le larynx et le fonctionnement du voile. Plusieurs chercheurs tentent de définir des codes de transcription graphique de la parole. Ainsi, Melville Bell propose en 1867 un alphabet physiologique basé sur les mouvements des organes articulateurs qui est censé être utilisable pour transcrire toutes les langues du monde, et applicable à la dialectologie, à l’enseignement aux sourds-muets et à la télégraphie.

22Le physicien et physiologiste allemand Herman Helmholtz énonce, en 1862, une théorie physique des voyelles : selon lui, elles se distinguent l’une de l’autre par leur timbre celui-ci résultant des résonances des cavités buccales et nasales dont la forme se modifie au cours de la production de la parole.

23Ce sont les linguistes de l’école néo-grammairienne, apparue en Allemagne au début des années 1870, qui s’identifient le plus aux idées légalistes du positivisme. La base de leur conception de l’évolution des langues est axée sur la régularité et la constance des modifications phonétiques, régies par des lois dont toutes les autres transformations découlent. Il s’agit pour eux d’aller au fond de ces « petits faits » du langage. Plus on en connaît avec précision les caractères physiques, plus on a de chances d’approcher la vérité de l’évolution des langues.

24L’étude des phénomènes physiologiques et acoustiques (production et perception des sons) cachés derrière les lettres a mis ainsi la langue parlée à sa juste place, et a persuadé les linguistes que, malgré l’évolution de l’écriture, c’est bien la communication orale qui constitue la base du langage humain et permet d’en étudier la synchronie et l’évolution.

25En 1866 est créée la Société de linguistique de Paris (SLP). Elle va être en cette fin de siècle un cercle de réflexion particulièrement fécond. Le développement de la linguistique française est alors marqué par une forte rivalité franco-allemande à la suite de la défaite de 1870 et le renforcement d’une politique linguistique nationale. De nombreux linguistes français, en réaction aux méthodes allemandes traditionnelles d’analyses des langues à partir de leur écriture, sont favorables à une étude du langage parlé plutôt qu’écrit. Il est curieux de constater que ce mouvement ne fait que suivre celui des néo-grammairiens allemands. Mais il est vrai que celui-ci est apparu pour s’opposer à la linguistique allemande traditionnelle. La SLP devient très vite le moteur d’une linguistique française en pleine évolution. En 1874 une commission des instruments y est créée à l’initiative de Louis Havet, alors secrétaire de la SLP et un de ses membres les plus actifs.

26En janvier 1875 une délégation de la SLP, emmenée par son président Léon Vaïsse et son secrétaire Louis Havet, vient consulter Marey dans le but « d’appliquer la méthode graphique à l’étude des mouvements si complexes et si variés qui se produisent dans la parole ». Certains linguistes le connaissent, ils le côtoient parfois à l’École pratique des hautes études et au Collège de France et nous avons mentionné précédemment que sa notoriété scientifique est déjà très grande.

27La demande formulée auprès de Marey par la SLP est simple, à défaut d’être facile à satisfaire : obtenir une trace objective des mouvements des organes articulateurs, cage thoracique, larynx, langue, lèvres, voile du palais, au cours de l’articulation des différentes unités phonétiques. Marey se déclare très favorable à l’idée de cette nouvelle collaboration, et écrira en 1897 :

Les physiologistes ont toujours considéré comme un problème des plus ardus l’interprétation des actes de la parole, où les vibrations du larynx se combinent avec d’autres sons, vibrants, roulants ou sifflants, produits par les divers organes de la phonation ; ils n’auraient sans doute jamais poussé bien loin l’étude de ce mécanisme compliqué, si les linguistes ne leur en avait montré l’importance. (Marey 1897, p. 561)

28Marey répond spontanément que la chose lui paraît possible, et qu’il peut s’y engager rapidement, car il pense disposer déjà de l’essentiel des instruments nécessaires. À partir de cette date, il ne cessera jamais de s’intéresser à la parole même si elle ne représente qu’une petite partie de ses nombreuses activités.

29Si la question posée à Marey est simple, les attentes des linguistes sont multiples. Nombre d’entre eux considèrent que l’étude des rapports de parenté des faits de langue nécessite une grande précision que seule une étude expérimentale peut satisfaire.

30La localisation anatomique des constrictions du conduit vocal et sa mécanique dans la réalisation des éléments phonétiques sont déjà en grande partie connues. Ces connaissances ne sont en fait ni plus ni moins que celles décrites voici deux mille ans par les grammairiens hindous dans le Prâticâkhya des livres védiques. Ce qui l’est moins en revanche, ce sont les relations chronologiques, les rapports de succession entre les différents gestes articulatoires, car la grande rapidité avec laquelle ces gestes se succèdent et la complexité avec laquelle ils se combinent rendent très difficile sinon impossible la description précise de leurs décours. L’oreille, la vue et la palpation ne suffisent pas pour appréhender les mouvements successifs et simultanés nécessaires à la réalisation d’un phonème. Cette précision recherchée dans l’enregistrement doit conforter les fameuses lois phonétiques chères aux néogrammairiens, telles que le principe de la moindre action, qui organise de manière rigide l’évolution des langues au cours de laquelle rien n’est arbitraire.

2 Schéma de principe de la transmission d’un mouvement par les tambours de Marey dans la méthode graphique (Appareils et instruments de physiologie du Professeur Marey, 1875, Rançon, Paris, p. 6).

2 Schéma de principe de la transmission d’un mouvement par les tambours de Marey dans la méthode graphique (Appareils et instruments de physiologie du Professeur Marey, 1875, Rançon, Paris, p. 6).

31Les linguistes attendent beaucoup de l’inscription de la parole pour des aspects déjà plus applicatifs de la connaissance fondamentale. La première application à laquelle s’intéressent les linguistes est l’éducation des sourds-muets. Cet aspect est d’autant plus présent dans les attentes de la délégation de la SLP que son président Léon Vaïsse est le directeur de l’Institut national des sourds-muets de Paris, la plus importante institution nationale de ce domaine. Il est à noter que deux des plus actifs disciples et élèves de Marey dans les études sur la parole, Hector Marichelle et le médecin René Marage, dont il va être question plus loin, sont professionnellement engagés dans l’éducation et la réadaptation des sourds.

1.3 La méthode graphique en 1875

32À l’époque de sa rencontre avec les linguistes, Marey a déjà bien établi sa méthode graphique, dont les champs d’application ne cessent de s’élargir et les succès de se multiplier, et il va bientôt en publier la bible (Marey 1878).

33Pour capter le déroulement des phénomènes naturels au cours du temps, Marey a imaginé et perfectionné des méthodes d’enregistrement avec inscription sur du papier noirci de fumée au moyen de stylets, actionnés par des tambours manométriques. Ce sont les fameux cylindres inscripteurs de Marey, qu’il n’a pas inventés lui-même, mais dont il a considérablement amélioré les performances par l’horizontalité de leur disposition, la multiplication des paramètres enregistrés et surtout, l’utilisation des tambours manométriques qui sont sa grande idée. Il s’agit d’un système de transmission pneumatique entre un phénomène physique et un inscripteur chargé d’écrire ses variations sur un support pérenne. Les variations des phénomènes physiques sont captées au moyen d’« explorateurs » qui les transforment en variations de pressions, images de la dynamique du phénomène. Ces variations de pression sont alors converties en mouvements de l’un inscripteur par l’intermédiaire d’un tambour à levier. La transmission de la pression d’air entre l’explorateur et le tambour est assurée par un tube de caoutchouc. L’illustration 2 montre le principe de la transmission d’un mouvement de la main capté par un tambour explorateur et restitué par un tambour inscripteur sur un cylindre enduit de noir de fumée. De nombreux explorateurs ont été développés sur ce principe pour enregistrer une grande variété de phénomènes physiques ou physiologiques : sphygmographe, pneumographe, myographe, thermographe, odographe, barographe, stéthoscope et accéléromètre. Outre leur aspect pratique, les tambours à levier de Marey augmentent beaucoup la sensibilité des systèmes inscripteurs et améliorent également leur linéarité.

34Équipés de cylindres de diamètres et de longueurs adaptés à leurs différentes utilisations, entraînés par des moteurs mécaniques dont la vitesse variable est contrôlée par des régulateurs de Foucault et une base de temps à diapason, les divers polygraphes de Marey deviennent des instruments réellement efficaces, capables de donner des mesures calibrables et reproductibles grâce à des procédures codifiées de contrôle et d’étalonnage et à des outils de calibrage spécialement étudiés. Le système mareysien de la méthode graphique atteint une telle perfection dans les années 1870 qu’il devient la référence et va se diffuser universellement en quelques années.

2. L’équipe Marey, Rosapelly et Havet

35Marey est fasciné par ce nouveau champ de recherche qui s’offre à lui : « Quoi de plus complexe que les mouvements des lèvres, de la langue, du voile du palais et du larynx d’une personne qui parle ! » Il est enthousiaste et le prouve en lançant sans tarder des investigations phonétiques dans son laboratoire de l’EPHE dont le collaborateur linguiste privilégié est Louis Havet. Ce dernier définit les problèmes qui lui semblent les plus urgents à traiter par la méthode graphique et parmi eux, la nasalité consonantique, sujet sur lequel il travaille à l’époque (Havet 1875). Il en informe en mars 1875 la commission des instruments de la SLP, qui l’engage à « poursuivre ses recherches et à les étendre à tous les faits phonétiques » malgré le scepticisme de certains linguistes.

36Marey propose à un de ses collaborateurs et élèves de l’époque, le docteur Charles Rosapelly, de travailler avec Havet. Rosapelly, qui vient de terminer une thèse sur le fonctionnement du foie et a passé plusieurs années aux côtés de Marey, maîtrise très bien les différents aspects de la méthode graphique. Il est également musicien et s’intéresse au chant et à l’enregistrement des sons. Il est donc l’homme de la situation et se passionne immédiatement pour ce nouveau domaine d’investigation. Il va se révéler ensuite comme un des acteurs les plus importants de la phonétique expérimentale naissante.

37Marey, Rosapelly et Havet forment alors l’équipe qui, pour la première fois dans l’histoire des sciences du langage et de la physiologie, va appliquer sur un corpus parlé un protocole instrumental mettant en jeu tout un appareillage d’explorations physiologiques, dont plusieurs composants sont adaptés et même développés spécialement. Cet appareillage de 1875, à quelques améliorations près, sera utilisé dans les laboratoires de phonétique pendant presque un siècle.

3 Montage expérimental de Rosapelly pour les premiers essais d’enregistrements de Havet. 1. Pression nasale. 2. Vibrations laryngiennes. 3. Mouvements des lèvres. (Marey 1898a, p 446)

3 Montage expérimental de Rosapelly pour les premiers essais d’enregistrements de Havet. 1. Pression nasale. 2. Vibrations laryngiennes. 3. Mouvements des lèvres. (Marey 1898a, p 446)

38Marey, Rosapelly et Havet ont pour ambition, avec la méthode graphique, d’enregistrer les mouvements articulatoires caractéristiques des éléments phonétiques. Ils s’attachent en priorité à étudier les relations chronologiques entre les quatre paramètres physiologiques suivants : vibrations du larynx (voisement), mouvements de la langue ou des lèvres (aperture labiale), émission d’air par les narines (nasalité).

2.1 Le dispositif expérimental de Rosapelly

39Marey propose tout d’abord à Rosapelly de monter sous sa direction un appareillage expérimental au moyen des instruments de la méthode graphique disponibles dans ses divers laboratoires. Dans son unique publication sur cette expérience, Rosapelly décrit avec précision les différents composants de son dispositif expérimental et la manière dont ils ont été assemblés, adaptés ou réalisés spécialement, mais il ne montre pas de photographie ou schéma de l’ensemble du dispositif.

40Il ne faut pas trop se fier à l’illustration 3 extraite d’une publication de Marey de 1898, donc beaucoup plus tardive, qui montre le dispositif de Rosapelly. Il s’agit non d’une photographie mais d’un dessin plus schématique que réaliste destiné à montrer clairement le protocole expérimental et les tracés. Tout d’abord, le canal d’enregistrement des vibrations du larynx n’est pas représenté dans sa configuration réelle. Il s’agit d’un dispositif pneumatique et non électrique, vraisemblablement un de ceux qui furent testés plus tard par Rosapelly et Rousselot. Le dessin ne montre que trois canaux, il manque le canal de la base de temps électrique. Enfin, les tuyaux de liaison des tambours inscripteurs sont trop longs, car Marey avait déjà montré que plus les liaisons sont courtes, plus fidèles sont les tracés, surtout pour les phénomènes rapides.

4 L’explorateur électrique de mouvements rapides de Marey utilisé pour l’inscription des vibrations du larynx (Rosapelly 1876, p 117).

4 L’explorateur électrique de mouvements rapides de Marey utilisé pour l’inscription des vibrations du larynx (Rosapelly 1876, p 117).

5 Capteur des mouvements des lèvres développé par Rosapelly et Marey. T. Tambour capteur des mouvements. l’. Lèvre supérieure. l. Lèvre inférieure. v. Embout de captation de la pression buccale (non utilisé dans cette expérience) (Rosapelly 1876).

5 Capteur des mouvements des lèvres développé par Rosapelly et Marey. T. Tambour capteur des mouvements. l’. Lèvre supérieure. l. Lèvre inférieure. v. Embout de captation de la pression buccale (non utilisé dans cette expérience) (Rosapelly 1876).

2.2 L’enregistrement des vibrations du larynx

41Quelques années auparavant, en 1872, Marey avait accueilli dans un de ses laboratoires messieurs Cornu et Mercadier, des musiciens qui avaient tenté d’enregistrer les sons d’un violon et la voix chantée avec des résultats variables. La méthode consistait à utiliser un fil métallique tendu entre le chevalet de l’instrument et une pointe inscriptrice tangente au cylindre noirci de fumée. Si les résultats avaient été jugés intéressants pour le violon à l’époque, ils le furent en revanche bien moins pour la voix. Marey conseille cependant à Rosapelly de reprendre cette méthode pour enregistrer sur les cylindres les vibrations du larynx. Rosapelly réussit rapidement à les inscrire « dans certains cas ». Mais cette méthode nécessitant une immobilité parfaite des locuteurs pour une inscription satisfaisante, il est décidé d’en développer une autre plus sûre et surtout plus commode.

42Peu de temps avant cette expérience, Marey avait développé un capteur particulier pour étudier le rythme d’événements moteurs rapides. Pour cela, il avait imaginé un interrupteur électrique très sensible fondé sur le principe de l’accéléromètre qui permettait d’exciter un électroaimant inscripteur alimenté par une pile. Ce dispositif, présenté dans l’illustration 3, a été le premier capteur électrique de la méthode graphique.

43Rosapelly constate que ce capteur, sans les améliorations que Marey se propose de lui apporter, est déjà assez sensible et rapide (dans la limite d’une octave) pour détecter les vibrations du larynx au niveau du cartilage thyroïde. Associé à un nouvel électroaimant inscripteur rapide dû à Marcel Deprez, ce dispositif va donner de très bons résultats pour la détection et la mesure du voisement et sera capable, après les améliorations du capteur, de transcrire des fréquences laryngiennes supérieures à 600 hertz.

6 Schéma de principe de la base de temps électrique à diapason utilisée par Rosapelly (Appareils et instruments de physiologie du Professeur Marey, 1875, Rançon, Paris, p. 11).

6 Schéma de principe de la base de temps électrique à diapason utilisée par Rosapelly (Appareils et instruments de physiologie du Professeur Marey, 1875, Rançon, Paris, p. 11).

2.3 L’enregistrement du mouvement des lèvres, du voile du palais et de la base de temps

44Rosapelly cherche à enregistrer les mouvements verticaux des lèvres pour en mesurer l’aperture. Pour cela il utilise un des capteurs pneumatiques les plus utilisés par Marey pour mesurer des amplitudes de mouvements, schématisé dans l’illustration 2. Ce capteur est constitué par un tambour pneumatique adapté aux lèvres au moyen de deux fines spatules qui épousent leur forme dans le plan sagittal (illustration 5). Une embouchure face aux lèvres est destinée à capter le souffle buccal dans les réalisations des consonnes, mais cette possibilité ne sera pas utilisée dans les premières études demandées par Havet. Le souffle nasal ou pression nasale est capté dans une narine au moyen d’un tube de caoutchouc relié à un tambour à levier. Les résultats sur ces deux paramètres sont considérés rapidement comme très satisfaisants.

45Un des objectifs principaux de ce dispositif est de faire des mesures précises de durée et de synchronie des divers phénomènes articulatoires. Pour cela un quatrième canal d’enregistrement est disposé sur le cylindre enregistreur pour inscrire les vibrations d’une base de temps pilotée précisément par un diapason selon le principe de l’illustration 6.

2.4 La première étude expérimentale

46Rosapelly et Havet étudient les différentes combinaisons de la voyelle /a / avec les consonnes labiales (apa, aba, ama, afa, ava, awa, apba, afva, apma, ampa, ampma, abma, amba, ambma).

47L’étude des faits phonétiques avec ce dispositif expérimental est très encourageante. Les illustrations 7 et 8 représentent les tout premiers documents publiés, obtenus au moyen de la méthode graphique dans une étude phonétique. Ils montrent qu’il est possible de caractériser graphiquement les différentes consonnes ou groupe de consonnes. En revanche, le capteur laryngien, qui donne une indication fiable du voisement, ne permet pas de différencier les voyelles.

7 Tracé original réalisé avec le montage de Rosapelly. En haut : vibrations laryngiennes (voisement). En bas : mouvements des lèvres. Phrase : pabafava (Rosapelly 1876, p. 122).

7 Tracé original réalisé avec le montage de Rosapelly. En haut : vibrations laryngiennes (voisement). En bas : mouvements des lèvres. Phrase : pabafava (Rosapelly 1876, p. 122).

8 Exemples de tracés obtenus par Rosapelly (1876). P. n. Pression nasale. V. l. Vibrations laryngiennes. M. l. Mouvements des lèvres.

8 Exemples de tracés obtenus par Rosapelly (1876). P. n. Pression nasale. V. l. Vibrations laryngiennes. M. l. Mouvements des lèvres.

48Rosapelly et Havet trouvent une égale dynamique des lèvres pour p, b et m ainsi que pour f et v, et la présence de vibrations du larynx pour b, v et m. Ils constatent également un souffle nasal pour m ainsi que pour l’explosion de p lorsqu’il est suivi de m (pm). Havet rapproche ce phénomène du yama de l’hindi, qui n’a pas jusque-là été observé dans les langues européennes (Havet 1875). La méthode graphique montre que dans le français, on constate le phénomène du yama chaque fois qu’une consonne sourde se trouve devant une consonne nasale (illustration 7).

49Voici les commentaires de Havet inclus dans l’article de Rosapelly sur une partie des résultats de ces premières recherches :

Bien que la méthode d’inscription phonétique soit encore incomplète, elle a permis déjà d’analyser certains points obscurs de la linguistique, surtout en ce qui concerne la formation des sons composés. En effet, la juxtaposition des consonnes les altère, fait de la plus haute importance pour la linguistique comparée. Ainsi, dans le passage du latin au français, le c simple entre deux voyelles, ou le t simple, également entre deux voyelles, disparaissent : locare devient louer ; rota devient roue. Mais, quand le latin nous présente ces deux lettres combinées dans le groupe ct, en français le t persiste, et le c, avant de disparaître, engendre un i qui lui survit et qui persiste comme un témoin du passé obscurci : lactuca devient laitue ; noctem, nuit ; fructum, fruit ; directa devient dreite et plus tard droite ; stricta devient estreite et plus tard étroite, etc. L’étude expérimentale des modifications que subissent les consonnes dans leur groupement pourra seule nous donner la clef de ces transformations. La linguistique occidentale s’est trop exclusivement occupée du mécanisme de production des consonnes isolées ; mais, ce qu’elle a négligé, les Hindous l’ont étudié avec une précision, parfois minutieuse : c’est de leurs ouvrages qu’on devra s’inspirer pour instituer une série de recherches expérimentales. Les prâticakhya mentionnent des sons articulés spéciaux, non représentés dans l’écriture ; ils nous apprennent que ces sons consonantiques s’intercalent dans la prononciation, à l’intérieur des groupes tels que kn, km, tn, tm, pn, pm, gn, gm, ln, dm, bn, bm ; c’est-à-dire à l’intérieur des groupes dont le premier élément est une des consonnes que nous appelons des muettes, et le second élément une consonne nasale. Le son intercalaire est considéré comme formant paire avec la muette qui précède et les Hindous l’appellent yama (jumeau). C’est un jumeau de la muette et non de la nasale, et pourtant les Hindous nous apprennent que le nez concourt à la production des yama. Or, pendant la formation de la consonne muette qui commence le groupe, le voile du palais est fermé ; d’autre part, il est ouvert au moment de la formation de la consonne nasale. Si le yama s’accompagne aussi d’un mouvement du voile du palais, à quel moment cette ouverture a-t-elle lieu ? Se fait-elle antérieurement à celle qui correspond à la consonne nasale, ou n’y a-t-il qu’une même ouverture du voile pour les deux sons ? La linguistique hindoue ne résout pas la question, du reste, l’observation pure ne permet pas de dissocier ces deux actes. Mais la méthode graphique lève tous les doutes à cet égard en montrant que dans la prononciation du yama de p dans apaka (série D, n° 1) le voile du palais s’ouvre avant l’acte labial qui signale l’émission dans la consonne m. Les yama, pour n’avoir pas été bien étudiés dans les langues européennes, n’en existent pas moins dans ces langues, l’allemand comme le français les présentent toutes les fois qu’une consonne muette se trouve placée avant une nasale. (Rosapelly 1876, p. 129-130)

50Havet est très satisfait de cette première étude expérimentale. Il en rend compte à la commission des instruments de la SLP dans sa séance du 15 avril 1876. La commission réitère ses encouragements de l’année précédente.

51On peut alors logiquement s’attendre à voir se poursuivre sinon se développer les recherches phonétiques au moyen de la méthode graphique. Hélas, il n’en est rien, car les linguistes ne donnent pas suite à ce travail.

52Rosapelly publie en 1876 un rapport complet sur cette première investigation phonétique dans les travaux du laboratoire Marey de l’École pratique des hautes études (Rosapelly 1876). C’est de cette source que nous tenons l’essentiel des informations sur ce que l’on peut estimer être la naissance de la phonétique expérimentale. En attendant un retour d’intérêt des linguistes, Rosapelly étudie un peu le chant, mais surtout, il teste et valide, avec les instruments de Marey à sa disposition, la capture d’autres paramètres physiologiques de la production de la parole tels que la respiration, et il étudie l’amélioration de ceux utilisés précédemment (vibrations laryngiennes, souffle buccal et mouvement des lèvres).

53Il est admis à la SLP le 27 mai 1876, ce qui montre malgré tout l’intérêt de la communauté des linguistes pour son travail. Cependant il ne semble pas s’associer beaucoup à la vie scientifique de cette société car il n’apparaît jamais dans les comptes rendus de ses réunions. Il range alors ses instruments développés pour l’occasion, et s’adonne en totalité et avec succès à son métier de médecin spécialiste de la digestion à Paris. Il apparaît en 1881 comme membre perpétuel de la SLP, mais cela n’est pas le fait de la reconnaissance d’un mérite exceptionnel de la part de cette institution mais simplement celui de lui avoir versé une somme égale à dix cotisations annuelles ! Il ne va heureusement pas tarder à revenir sur le devant de la scène.

54Quant à Marey, il semble regretter un peu le manque d’intérêt des linguistes pour des résultats si prometteurs, mais ne s’en formalise pas et le prouvera par la suite. Il est vrai qu’il connaît de magnifiques réussites dans beaucoup d’autres domaines.

3. Enfin Rousselot vint

3.1 Le dialectologue insatisfait

55Pierre-Jean Rousselot (1846-1924) s’est très tôt destiné à la prêtrise, et après son ordination, a enseigné pendant une dizaine d’années les humanités au séminaire de Richemont (Charente). En 1879, il devient précepteur, ce qui lui permet de s’adonner plus librement à sa passion pour la dialectologie et à la rédaction d’une thèse dans une région qui présente l’intérêt particulier d’être une zone de contact entre la langue d’oïl et la langue d’oc. Son intérêt pour la dialectologie va bien dans le sens général de l’époque en réaction aux idées de la Révolution de centralisation politique (et linguistique). Il travaille essentiellement sur sa propre famille dont les branches issues du même pays parlent des patois qui différent sur de nombreux points. Il prend conscience, devant les difficultés qu’il rencontre pour décrire précisément et enregistrer les subtiles ou fugaces variations dialectales, que la transcription écrite ne le satisfait pas et reste dans beaucoup de cas d’une grande faiblesse, malgré tous ses efforts. De surcroît, l’inconstance des transcriptions d’un discours, effectuées par différents dialectologues, le préoccupe particulièrement. Il constate qu’elles peuvent varier parfois considérablement même si elles sont faites par des experts ayant un haut niveau de connaissances équivalentes. Il en conclut que l’oreille seule ne peut suffire à décrire les éléments phonétiques d’une langue ni l’écriture à transcrire leur subtilité et qu’il est nécessaire pour pallier leur faiblesse d’utiliser des évaluations objectives physiologiques et acoustiques.

56En 1885, Rousselot s’installe à Paris avec la ferme intention de parfaire ses connaissances en linguistique, physiologie et physique. Il suit les cours des physiciens Henri Becquerel et Édouard Branly à l’École des Carmes, de Jules Dejerine à l’école de médecine, mais aussi d’illustres linguistes comme Gaston Paris à la Sorbonne et Michel Bréal au Collège de France et de Rudolph Kœnig, grand facteur d’instruments d’acoustique, au Conservatoire national des arts et métiers. Ces trois derniers maîtres, auxquels il confie ses préoccupations, l’orientent tous vers Marey. Gaston Paris en particulier conforte son idée d’une : « expérimentation mécanique qui seule peut donner la sécurité » (Millet 1926, p. 13), et l’informe des travaux effectués par Rosapelly et Havet dans le laboratoire de Marey.

57Rousselot a « bien compris le conseil » et entre en contact avec ce dernier. C’est pour lui une véritable révélation. Le courant passe bien entre ces deux personnalités remarquables et qui partagent, outre leur passion pour la recherche, plusieurs traits de caractère tels que l’imagination, la curiosité, la méticulosité et l’exigence.

58Marey, satisfait de constater un regain d’intérêt des linguistes pour la méthode graphique, répond favorablement et immédiatement aux sollicitations de Rousselot. Ce dernier suit quelques enseignements de Marey au Collège de France, cependant trop peu à son goût et assez éloignés de ses préoccupations immédiates. Il regrette que le maître, tout en étant très accessible, ne soit pas assez disponible pour s’entretenir plus souvent de phonétique avec lui. De fait, en 1885, Marey vient de créer la fameuse station physiologique d’Auteuil où il développe, à la suite de la méthode graphique, la chronophotographie qui est la deuxième grande affaire de sa vie. De plus il passe déjà plus d’un tiers de l’année, pour raisons de santé, à Naples où il dispose d’un laboratoire privé. Mais il a mis Rousselot en contact avec Rosapelly et c’est ce dernier qui va d’abord le former à la méthode graphique et ensuite travailler pendant quelques années avec lui.

3.2 Le créateur de la phonétique expérimentale

59En 1887, Rousselot est chargé de cours d’histoire de la langue française à l’Institut catholique de Paris, nouvelle appellation de l’École des Carmes. Une chaire de phonétique expérimentale est créée pour lui dans ce même établissement en 1889, associée à un laboratoire. En 1892, Rousselot soutient sa thèse de doctorat, Les modifications phonétiques de langage étudiées dans le patois d’une famille de Cellefroin, qui constitue un véritable événement dans la communauté des linguistes (Rousselot 1891). D’abord, c’est la première thèse que l’on peut qualifier de pluridisciplinaire, car si elle traite d’un sujet de dialectologie, c’est à travers des connaissances et des méthodes de physiologie et d’acoustique, et cela apparaît jusque dans la composition de son jury. Ensuite, de nombreux linguistes et des plus éminents, non seulement français mais également étrangers, considèrent qu’elle marque une véritable révolution en linguistique en rendant l’expérimentation en phonétique indispensable. Gaston Paris, Michel Bréal, Louis Havet, Ferdinand Brunot sont en France les propagateurs les plus enthousiastes des idées et des méthodes de Rousselot, ainsi qu’Edward W. Scripture aux États-Unis et Hermann Breymann en Allemagne parmi beaucoup d’autres. Pour résumer leurs impressions, nous citons ce dernier qui écrit en 1897 à propos de la thèse de Rousselot dans Die Phonetische Literatur von 1876 bis 1895 :

Personne ne s’est servi de l’enregistrement de la parole d’une façon aussi étendue et avec une méthode allant aussi sûrement vers son but que Rousselot. Au moyen d’appareils et grâce à la méthode employée avec une précision aussi méticuleuse, nous obtenons d’une façon surprenante des réponses sûres à des questions nombreuses et jusqu’ici obscures, ou bien à des problèmes phonétiques très discutés. (Millet 1926, p. 31)

3.3 Le propagateur de la phonétique expérimentale

60En 1898, à l’initiative de Michel Bréal, un laboratoire de phonétique expérimentale est créé pour Rousselot au Collège de France, non sans difficultés et avec l’appui bienveillant de Marey. Rousselot en assurera la direction jusqu’à sa mort, qui survient en 1924, moins d’un an après sa promotion au rang de professeur de phonétique expérimentale au collège de France.

61Rousselot a donc voulu développer une nouvelle discipline des sciences du langage au carrefour de la linguistique, de la physiologie et de l’acoustique qui, sans se confondre avec elles, puise dans toutes les trois des éléments théoriques et méthodologiques qu’elle fusionne en une science nouvelle originale et indépendante : la phonétique expérimentale. Il en a choisi lui-même l’appellation à la création de son premier laboratoire en 1889, bien que beaucoup, à l’époque comme de nos jours, lui préfèrent celle – à juste titre selon nous – de phonétique instrumentale. En effet, il s’agit plus d’utiliser des techniques instrumentales pour décrire des phénomènes inaccessibles à notre perception naturelle, que des méthodes scientifiques expérimentales au sens de Claude Bernard.

9 Représentation de l’inscripteur électrique du signal de parole de Rousselot vers 1886 (Rousselot 1897-1901, p. 127).

9 Représentation de l’inscripteur électrique du signal de parole de Rousselot vers 1886 (Rousselot 1897-1901, p. 127).

62Très vite après la publication de sa thèse Rousselot fait école, d’abord tout naturellement parmi les dialectologues mais également parmi les linguistes travaillant sur l’oralité des langues. Au début du siècle dernier, on assiste à une diffusion quasi mondiale de ses méthodes d’enregistrements phonétiques fondées pour l’essentiel sur la méthode graphique de Marey.

4. Rousselot et la méthode graphique

63Depuis sa prise de conscience de la nécessité d’enregistrer les manifestations physiques de la parole, physiologiques aussi bien qu’acoustiques, Rousselot ne pense, à partir des années 1880, qu’à disposer d’un moyen d’enregistrement et de visualisation des différents paramètres de la production de la parole et plus particulièrement de son signal acoustique ou phonogramme, et cette recherche va tourner véritablement à l’obsession.

4.1 La quête d’un inscripteur du signal de parole

64À son arrivé à Paris, Rousselot se met en tête de réaliser un inscripteur électrique de la parole. Il s’adresse pour cela à Charles Verdin, le principal constructeur des instruments de Marey, pour tester les dispositifs existants et en fabriquer de nouveaux répondant à ses exigences.

65Rousselot utilise d’abord un dispositif électrique d’enregistrement de la voix proposé par le médecin Boudet de Pâris qui, dans le giron de Maray tente de développer des capteurs électriques. Ce dispositif, le « téléphone écrivant » est constitué par un microphone à charbon original associé à un électroaimant inscripteur. Les résultats étant très mauvais, Rousselot entreprend de transformer le système avec l’aide de Verdin. On dispose d’un seul document montrant cet appareillage dans l’ouvrage de Rousselot, Principes de phonétique expérimentale (p. 127), issu vraisemblablement d’un catalogue de Verdin (voir illustration 9). Rousselot n’en donne qu’un unique et très mauvais tracé et indique avoir amélioré le système en 1889. Mais on n’en trouve plus trace ni dans sa thèse ni dans les catalogues de Verdin de 1890 et 1895. La seule dernière présentation de ce dispositif électrique se trouve dans un article de Ferdinand Brunot de la revue La Science que nous commenterons plus loin.

66Il semble que cette expérience d’inscription « électrique » de la parole soit bien antérieure à la rencontre de Rousselot avec Marey. Mais a-t-il vraiment rencontré Marey à cette époque ? Dans les Principes de phonétique expérimentale, il ne parle d’aucune rencontre et ne mentionne Rosapelly pour la première fois qu’associé à Verdin. En revanche, l’abbé Millet (1926) et Ferdinand Brunot (1925) mentionnent dans leurs nécrologies de Rousselot que c’est Marey qui l’a introduit auprès de Rosapelly. Comme l’abbé Millet a été pendant dix ans le collaborateur permanent de Rousselot et qu’il a témoigné en d’autres circonstances de la très grande estime que ce dernier portait à Marey, nous sommes enclins à suivre ses informations.

67Rousselot est peut-être allé voir Marey à la suite de ses difficultés avec l’inscripteur électrique car immédiatement après avoir fait ses premiers essais avec Rosapelly, il constate que les tambours de Marey sont capables dans certaines conditions, et avec peu d’amplitude certes, de tracer les vibrations de la voix sur les canaux des pressions nasale et buccale. Surtout, il ne mentionne plus, à une exception près, l’inscripteur électrique. Il revendique cette découverte en y associant Rosapelly et ne cesse d’améliorer l’inscription du signal vocal au moyen des tambours pour sa thèse et tous ses travaux à venir. Il propose tout d’abord au début des années 1890 une oreille inscriptrice dont le principe repose sur le fonctionnement supposé du tympan avec une adaptation à la voix du locuteur. Ce dispositif est un tube ayant une embouchure à l’une de ses extrémités et une membrane à levier à l’autre. La résonance du tube peut être ajustée en faisant varier sa longueur et la tension de la membrane. La complexité de ce système d’oreille inscriptrice a atteint son sommet avec le dispositif pour enregistrer simultanément les vibrations à la bouche et aux narines, mais il n’a jamais donné par ailleurs de résultats probants.

68Plus fondés, sont les travaux empiriques de Rousselot sur les membranes des tambours inscripteurs, dont les performances en terme de sensibilité et de bande passante en fréquence sont fonction de plusieurs paramètres : le diamètre, la densité, l’épaisseur, la raideur, l’élasticité, la tension, la température, l’humidité, et la pression atmosphérique, sans oublier la légèreté du levier inscripteur et la finesse de sa trace. Rousselot les améliore sans relâche, testant une grande variété de matériaux, de formes et de tailles pour réaliser les diaphragmes. Il pousse sa quête jusqu’à comparer en termes de rapport rigidité/légèreté des tiges végétales de graminées et à choisir les plus performantes, qui seront distribuées par Verdin. Ainsi mis au point ses « petits tambours », associés à une bonne loupe et à la photographie pour en agrandir les tracés, vont lui permettre de distinguer les différentes voyelles, et il en préconisera toujours l’utilisation bien après l’apparition de systèmes d’inscription de la parole plus modernes (illustration 10). Rousselot réaffirme sa conviction notamment en 1911, lorsque Théodore Rosset soutient sa thèse, où il réfute l’utilisation de tambours pour inscrire des phonogrammes au profit du phonographe, en proposant un transcripteur des sillons en tracés de la méthode graphique (Rosset 1911).

10 Signal du phonogramme buccal (B) et des vibrations du larynx (L) enregistrés avec des tambours à levier pour différentes voyelles. Base de temps (D) à 200 hertz (Rousselot, 1901-1908, p. 732).

10 Signal du phonogramme buccal (B) et des vibrations du larynx (L) enregistrés avec des tambours à levier pour différentes voyelles. Base de temps (D) à 200 hertz (Rousselot, 1901-1908, p. 732).

4.2 La collaboration entre Rousselot et Rosapelly

69C’est à l’occasion de la rencontre de Marey et Rousselot que Rosapelly revient sur le devant de la scène pour participer à nouveau à l’essor de la phonétique expérimentale, plus de dix ans après avoir rangé le système élaboré avec Marey et toujours disponible dans le laboratoire de l’École pratique des hautes études. Dans un premier temps, vraisemblablement en 1887, Rosapelly montre à Rousselot tous les documents obtenus sur les corpus de Havet et les caractéristiques des trois paramètres mesurés, mais surtout tous les essais qu’il a effectués avec les divers explorateurs de Marey et les adaptations qu’il leur a fait subir pour étudier les mouvements des organes articulateurs. Rousselot a dit avoir été très impressionné par le savoir de Rosapelly et les possibilités immédiates de la méthode graphique, mais contrairement à sa déception face à la médiocrité du phonogramme des vibrations laryngiennes, il ne l’a jamais écrit. Il est cependant persuadé que grâce à cette collaboration, il est sur la bonne voie car, contrairement à Havet, il sait définir ses protocoles d’observation des phénomènes en fonction de ses objectifs linguistiques et car Rosapelly a déjà bien adapté les instruments de la méthode graphique à l’étude de la parole.

11 Description journalistique des instruments de la méthode graphique de Rousselot pour les études phonétiques (Brunot 1892).

11 Description journalistique des instruments de la méthode graphique de Rousselot pour les études phonétiques (Brunot 1892).

70En 1888, Rousselot dispose d’un local à l’Institut catholique qui deviendra rapidement le laboratoire de phonétique expérimentale. Rosapelly vient y travailler avec lui un jour par semaine et y apporte les instruments de l’époque Havet, aimablement prêtés par Marey et qui y resteront.

71Pendant deux ans Rousselot et Rosapelly testent, imaginent ou améliorent dans toutes les directions possibles une grande variété de dispositifs, souvent en collaboration avec des médecins ORL et surtout avec l’aide du précieux et indispensable Verdin, qui est toujours prêt à proposer dans son catalogue de nouveaux compléments à la méthode graphique. C’est ainsi qu’apparaissent des dispositifs plus ou moins complexes pour étudier les mouvements de la langue, du larynx, du voile du palais, et des améliorations pour capter les vibrations laryngiennes, les mouvements des lèvres et le souffle buccal. Plusieurs de ces dispositifs ne vont pas perdurer à cause d’une faible efficacité et, surtout, d’une trop grande gêne pour les locuteurs.

72L’inscription du phonogramme est une préoccupation permanente pour Rousselot et Rosapelly. À ce sujet, le premier a déclaré que c’était par hasard qu’il avait observé une trace de vibration laryngienne sur le souffle nasal avec l’appareillage du second. Nous pensons qu’en fait Rosapelly avait déjà constaté cela et l’a montré à Rousselot dès le remontage de son dispositif. Car, pour avoir utilisé nous-même un instrument identique à celui de l’époque, il nous semble impossible de ne pas observer la trace d’une vibration laryngienne superposée à la courbe du souffle nasal si le tube de liaison est fermement ajusté aux ouvertures du conduit vocal, ce qui était le cas pour le souffle nasal mais pas pour le souffle buccal avec le dispositif de Rosapelly. En revanche, la constatation accidentelle d’une amélioration de la trace du phonogramme avec une membrane « sèche » et plus rigide nous paraît pertinente. Il semble que, grâce à une embouchure buccale étanche et des membranes plus raides, Rousselot obtienne à partir de 1891 un phonogramme buccal, qui à défaut d’être satisfaisant, est exploitable.

4.3 Vers le kymographe de Rousselot

73L’illustration 11 est un document qui peut être considéré comme la synthèse des instruments de la méthode graphique pour étudier les mécanismes de la production de la parole au début des années 1890.

74Il s’agit d’un dessin très détaillé qui est censé représenter les instruments d’exploration de Rousselot à la suite de la soutenance remarquée de sa thèse. Il est extrait d’un court article de Ferdinand Brunot dans La Nature de 1892 qui s’intitule « L’inscription de la parole » (Brunot 1892). Il nous faut considérer ce document avec prudence et pour ce qu’il est, c’est-à-dire un document journalistique écrit par un linguiste pour faire connaître au public la phonétique expérimentale et en vanter les mérites. Si l’on observe ce dessin dans le détail, on y voit tout l’arsenal de la méthode graphique : capteurs des mouvements des lèvres, de la langue, des vibrations du larynx, et du souffle nasal, qui sont bien décrits dans le texte. Par contre, l’énorme inscripteur électrique, que nous avons exposé précédemment, n’est pas mentionné par l’auteur pas plus que le dispositif à diapason de la base de temps et le capteur électrique des vibrations laryngiennes qui sont pourtant bien visibles au premier plan. On peut constater que le dispositif de Rosapelly est devenu en quelques années une machinerie impressionnante et compliquée à mettre en œuvre, qui a dû laisser perplexe plus d’un linguiste. Malgré cela, l’efficacité de la méthode graphique dans l’exploration articulatoire ne va pas cesser de s’affirmer grâce à la codification de Rousselot, qui en est l’expert suprême et reconnu, mais aussi et parallèlement à cause de la simplification des instruments. Dès la fin du XIXe siècle, la configuration standard de Rousselot pour les études phonétiques, qui va se diffuser en France puis en Europe et dans le monde entier, est constituée par un petit tambour raide pour le phonogramme et les vibrations laryngiennes, deux tambours souples pour les souffles à la bouche et aux narines, et une base de temps à diapason. Ces divers instruments sont associés à un cylindre enregistreur horizontal, entraîné par un moteur mécanique contrôlé par un régulateur de Foucault. À ces paramètres classiques peuvent s’ajouter sans difficultés un tambour pour le mouvement des lèvres ou la respiration et plus exceptionnellement quelques explorateurs surprenants pour capter les mouvements de la langue et du larynx (illustration 12).

12 Tracés du souffle buccal S et des mouvements des lèvres L. Phrase de français de Bretagne : « Combien te coûte ton chapeau ? Cinq sous ! C’est faux ! Tu es menteur » (Rousselot 1901-1908, p. 703).

12 Tracés du souffle buccal S et des mouvements des lèvres L. Phrase de français de Bretagne : « Combien te coûte ton chapeau ? Cinq sous ! C’est faux ! Tu es menteur » (Rousselot 1901-1908, p. 703).

13 Kymogramme de la phrase « badugn djadja » en javanais. De haut en bas : souffle nasal, vibrations laryngiennes, souffle buccal (Collection privée).

13 Kymogramme de la phrase « badugn djadja » en javanais. De haut en bas : souffle nasal, vibrations laryngiennes, souffle buccal (Collection privée).

75On remarque que cette configuration, à la suite de quelques améliorations apportées par Rousselot et Rosapelly, s’est stabilisée en un subtil équilibre entre son efficacité et sa simplicité, et qu’elle ressemble beaucoup ainsi à celle de la machine du laboratoire Marey de 1875. Cette configuration, diffusée par le constructeur Boulitte, successeur de Verdin, se perpétuera dans les laboratoires de phonétique jusqu’au début des années 1970 avec pour seule amélioration l’entraînement électrique du cylindre. Le document de l’illustration 13 représente un exemple de tracés enregistré en 1963 au cours d’une séance de travaux pratiques à l’Institut de phonétique de Grenoble, avec un enregistreur à tambours original, vraisemblablement acquis par Théodore Rosset à la création de cet établissement en 1905. Cet appareillage sera par la suite considéré comme l’œuvre exclusive de Rousselot, généralement connue sous le nom de Kymographe de Rousselot par quatre générations de phonéticiens.

76On peut légitimement se demander pourquoi un tel dispositif a pu se perpétuer en l’état si longtemps dans les laboratoires de phonétique. D’abord, c’est un dispositif d’une technologie très simple, presque intuitive, qui permet d’obtenir des informations déjà très riches sur les mécanismes articulateurs sans connaissances techniques particulières, en appliquant seulement avec soin et attention quelques procédures codifiées. Il est donc bien adapté à la culture littéraire et peu technique des phonéticiens traditionnels. Ensuite, les kymogrammes qui ont certes perdu de leur pertinence au cours de l’évolution des techniques d’instrumentation ont toujours gardé une grande valeur pédagogique à travers des séances de travaux pratiques. Et de ce point de vue, la phonétique n’est pas une exception, puisque de nombreuses universités utilisaient encore la méthode graphique de Marey dans les années 1960 pour les travaux pratiques de physiologie.

5. Marey, Marichelle, Demenÿ et le visage parlant

77Simultanément au développement de l’application de la méthode graphique à l’étude de la production de la parole par Rousselot, un nouvel élève de Marey entame des travaux importants dans le domaine de la phonétique en appliquant à la production de la parole la chronophotographie, la seconde grande technique mareysienne. Il s’agit d’Hector Marichelle, professeur à l’Institut national des sourds-muets de Paris, qui prend contact avec Marey en 1890.

78Il est attiré par le fort potentiel qu’il entrevoit dans la chronophotographie pour l’éducation des sourds-muets d’un double point de vue. D’abord dans le but d’améliorer l’enseignement de la lecture labiale, ensuite dans celui de contrôler la diction et la production des jeunes sourds. Marichelle, qui est également phonéticien, pressent dans cette méthode un grand intérêt pour l’amélioration de l’enseignement de la diction et de la prononciation.

79Une fois de plus Marey, fidèle à ses habitudes, s’enthousiasme pour ce projet et réalise les premiers essais de films de « parleurs » en enregistrant de courtes suites de mots avec sa caméra chronophotographique habituelle, à la station physiologique d’Auteuil. Les résultats lui semblant prometteurs, il charge son préparateur à la station physiologique, Georges Demenÿ, de mener à bien les films nécessaires à Marichelle.

80Demenÿ est un remarquable technicien de la chronophotographie dont il a été un des premiers acteurs. Filmer des visages parlants est un nouveau problème auquel il s’attaque avec célérité car il entrevoit dans cette expérience une application importante de cette technique au succès de laquelle il a fortement contribué. Il adapte l’optique et l’obturateur d’une caméra et définit un protocole :

Pour obtenir une série d’images d’un homme qui parle, cela revient à faire une série de portraits pendant des temps très courts. Il faut se mettre dans des conditions exceptionnelles d’intensité lumineuse. La face, les lèvres et la langue, réfléchissent une lumière rouge peu photogénique. Ce n’est qu’en concentrant la lumière solaire sur ces parties que l’on peut impressionner la pellicule sensible. (Marichelle 1902, p. 4)

81Le « parleur » est photographié en plein air sur un fond noir à 16 images par seconde avec un temps d’exposition de l’ordre d’une milliseconde. Il est face au soleil, ce qui explique le clignement général des yeux. On enduit même la langue de certains sujets avec de la peinture blanche pour améliorer le contraste avec les lèvres et en suivre mieux les mouvements sur les images. Les premiers films de parleurs de Demenÿ sont déjà, pour Marey, d’une bonne qualité technique.

82Marichelle fait sur les films d’essais de Marey les premières analyses phonétiques des mouvements apparents des lèvres et des mimiques dans la production de la parole par la décomposition des mouvements fugitifs.

83Mais pour lui ce n’est qu’une étape car sa demande va au-delà de l’analyse du mouvement labial. Ce qu’il désire, c’est la synthèse de ce mouvement pour entraîner ses élèves sourds-muets à la lecture labiale. De son côté, Demenÿ réalise la première synthèse du mouvement de parleurs au moyen d’un dispositif de restitution des images à partir d’un disque mobile de chronophotographies positives en 1892 (Demenÿ 1892) :

J’ai tout récemment exécuté un instrument qui est spécialement destiné à donner l’illusion de la parole et des jeux de physionomie. Je l’ai appelé Phonoscope bien qu’il puisse servir à la synthèse de tous les mouvements. (Demenÿ 1892, p. 311)

84La succession des images ainsi obtenues permet aux sourds-muets de reconnaître le message verbal prononcé par les parleurs. Ces parleurs animés deviennent vite une attraction qui reçoit un grand succès populaire. Ce travail de précurseur sur les premiers labiogrammes (illustration 14) est poursuivi par Marichelle à la suite de progrès importants des techniques de chronophotographie (Marichelle 1902). Dans les années qui suivent, la cadence de prise de vues sur pellicules souples augmente à 25 puis 60 images par seconde, l’éclairage artificiel permet de se passer du soleil, la netteté des images est meilleure. Mais malgré toutes ces améliorations, la chronophotographie ne semble pas provoquer auprès des phonéticiens plus qu’un intérêt poli accompagné d’une aimable curiosité. Même Rousselot n’est pas attiré par le cinématographe, il lui préfère la photographie. Ce n’est que plus de vingt ans plus tard que le « cinéma » se diffuse dans les laboratoires.

85Ces images animées de parleurs sont cependant une des premières manifestations de ce qui deviendra rapidement en 1895 le cinématographe, à la naissance duquel Marey et Demenÿ sont intimement liés. Le premier n’y trouvera jamais un intérêt autre que scientifique pour ralentir les mouvements rapides ou accélérer les mouvements lents. Le second en verra vite toute l’importance artistique en termes de spectacle. C’est la raison de leur fameuse brouille, à la suite de laquelle ce sera Marey lui-même qui réalisera quelques films de parleurs pour Marichelle. Il est cependant amusant de remarquer qu’un intérêt de phonéticien est un peu à l’origine du cinématographe.

6. Marey, Marichelle, Marage et l’acoustique de la parole

86Marey se passionne pour l’enregistrement et l’analyse des sons depuis ses premières recherches sur la physiologie cardiaque, pour adapter le stéthoscope à la méthode graphique. Ayant épuisé les possibilités de ses tambours pneumatiques, il est très attentif aux premières applications de l’électricité, et a même réalisé pour transmettre des phénomènes rapides le premier capteur électrique qu’il utilisera plus tard pour enregistrer les vibrations du larynx avec Rosapelly.

87Vers 1895, Marey semble connaître un regain d’intérêt pour la transcription de la parole dans le cadre de la méthode graphique. Il a une bonne expérience de la mécanique et des contraintes des modes résonnants des structures rigides ou souples, pour avoir depuis plus de trente ans exploré toutes les possibilités techniques pour enregistrer au moyen de la méthode graphique des phénomènes à transitions rapides et des sons tels que les bruits du cœur.

88Il a depuis longtemps énoncé les contraintes mécaniques qui s’opposent à la capture de pressions aussi subtiles que les sons aériens, et il a compris que les vibrations acoustiques rapides ne sont accessibles à la graphie qu’avec de très faibles amplitudes. Il est au courant de toutes les théories sur la parole et de tous les travaux de son temps sur la représentation du signal acoustique et son analyse, particulièrement des sons de la parole : Helmholtz et ses résonateurs, Rudolf Kœnig et les flammes, Ludimar Hermann et les sillons du phonographe.

6.1 Marey et l’inscription des phénomènes phonétiques

89En 1897 et 1898, Marey publie trois articles sur « l’inscription des phénomènes phonétiques » dans lesquels il expose l’historique de toutes les recherches sur l’inscription du signal de parole, ainsi qu’une remarquable synthèse sur les connaissances de l’acoustique de la parole et sur les différentes théories de la résonance. Ces trois publications, dans lesquelles il développe non seulement des descriptions critiques des différentes méthodes, mais également des hypothèses et des propositions théoriques, montrent à quel point Marey s’est intéressé à l’acoustique et s’est passionné pour la parole. On ressent même à la lecture de ces textes qu’il regrette de ne pas y avoir consacré plus de temps et d’énergie.

90De toutes les méthodes qu’il expose, c’est le phonographe d’Edison qui a clairement sa préférence. Il connaît son inventeur qui est venu le rencontrer à Paris, et il en a suivi toutes les évolutions depuis les premières tentatives en 1880. Marey considère que c’est le seul dispositif capable d’enregistrer et de restituer la parole avec une bonne qualité, en dépit d’une altération du timbre (c’est-à-dire une bonne intelligibilité et non une haute fidélité). Bien que les tracés des gravures sur les cylindres de cire ne soient pas de même nature que ceux des tambours de la méthode graphique et sans synchronie avec d’autres paramètres, il estime que le phonographe en est le complément idéal.

91Il existe à cette époque trois méthodes pour visualiser le signal de parole. La première, dont Rousselot est un fervent partisan, consiste à inscrire les variations de pression acoustique en fonction du temps sur un support se déplaçant régulièrement, dans la plus pure tradition de la méthode graphique. Cette méthode a un double intérêt : d’une part, il est possible d’enregistrer simultanément et en synchronie d’autres paramètres, physiologiques par exemple, sur le même support ; d’autre part, la représentation de la trace du signal peut être analysée mathématiquement au moyen des séries de Fourier pour en déduire sa structure harmonique. En revanche, la fidélité de la trace du signal est très difficile à obtenir et surtout à prouver.

92La seconde méthode pour visualiser le signal de parole consiste à étudier les marques de gravure sur les cylindres de cire du phonographe. Ces gravures sont une représentation du signal de parole très différente de celle des tracés de la méthode graphique, mais elles ont un grand avantage car leur fidélité est attestée par l’écoute, qui donne la preuve de l’objectivité du signal acoustique qu’elles reflètent. Les traces de gravures sur les cylindres de cire étant très petites, leur étude nécessite l’utilisation d’un microscope et s’avère fastidieuse. De multiples tentatives de conversion des gravures du phonographe en tracés du signal acoustique sont donc menées et vont se perpétuer longtemps afin d’unifier les avantages des deux méthodes et de permettre de « voir et entendre simultanément » le signal de parole. Elles reposent sur des méthodes mécano-optiques et utilisent la possibilité de ralentir le signal en diminuant la vitesse de rotation des cylindres en lecture. Cette conversion ou transcription, dont Hermann a été un des principaux acteurs, a toujours été techniquement problématique et a représenté pour les phonéticiens un point méthodologique sensible, par exemple dans la discussion entre Rousselot et Rosset à propos de la thèse de ce dernier en 1911.

93Enfin, la troisième méthode pour visualiser le signal de parole est celle imaginée par Kœnig en 1882 et connue sous l’appellation de flammes manométriques. Cette méthode, découverte un peu par hasard, est fondée sur la constatation qu’un son peut moduler, sous certaines conditions, l’amplitude et la forme de la flamme d’un bec alimenté en gaz de ville par l’intermédiaire d’une capsule manométrique. On observe les flammes grâce à un miroir tournant mais on ne peut pas en fixer les images. La forme des flammes donne une représentation du signal acoustique qui montre des différences entre les voyelles.

94Dans ces trois publications, Marey expose également les travaux qui sont menés autour de lui dans ce domaine par deux de ses disciples : le déjà connu Marichelle et un nouveau venu dans le giron de Marey, le médecin René Marage.

6.2 Marichelle : de la théorie de la parole à l’intonation

95Nous avons déjà vu le rôle de Marichelle dans les premières études phonétiques du mouvement des lèvres et les objectifs qu’il poursuit dans son activité principale de professeur auprès de jeunes sourds-muets. À la lumière de sa grande connaissance des mécanismes physiologiques de la production de la parole, Marichelle propose la théorie suivante : tout phonème, consonne ou voyelle, a pour caractéristique principale le lieu dans le conduit vocal où se réalise la constriction maximale. Cette théorie innovante pour l’époque et qui s’avèrera en grande partie juste, surtout pour les consonnes, doit être vérifiée par une étude acoustique et c’est dans ce but que Marichelle étudie la forme graphique des différents phonèmes. Pour cela il utilise d’abord le phonographe du laboratoire de Marey à Auteuil avant de disposer du sien à l’Institut des jeunes sourds-muets de Paris, et observe les traces de gravures dans les sillons au moyen d’un microscope. Il n’est pas le premier à faire ce type d’observations mais il les mène avec toute la méticulosité mareysienne et met en évidence pour la première fois des connaissances phonétiques fondamentales (Marichelle et Hémardinquer 1897).

14 Labiogrammes de diverses réalisations vocaliques et consonantiques (Marichelle 1902, p. 15).

14 Labiogrammes de diverses réalisations vocaliques et consonantiques (Marichelle 1902, p. 15).

15 Courbe mélodique transcrite à partir des empreintes du phonographe (Marichelle 1897, p. 116).

15 Courbe mélodique transcrite à partir des empreintes du phonographe (Marichelle 1897, p. 116).

96L’attention de l’observateur qui étudie un sillon de phonographe se porte sur la forme de la gravure qui définit le timbre du son, sur la profondeur qui définit son intensité, et sur la périodicité des segments vocaliques qui définit sa hauteur (illustration 15).

97Marichelle éprouve de grandes difficultés à comparer les timbres vocaliques car il ne peut pas précisément décrire les formes caractéristiques des différents phonèmes à cause de la trop grande complexité morphologique des sillons. Rousselot a même collaboré à cette étude pendant une certaine période sans résultats marquants. Marichelle déclare cependant que « le tracé du phonographe est la seule expression qui définisse la nature d’une voyelle » et croit observer une validation de sa théorie dans le fait que les phonèmes à forte constriction ont une intensité plus faible (Marichelle 1897).

98Grâce à la grande précision d’un micromètre pour la mesure de la période des segments vocaliques et de la largeur des sillons, il constate que, systématiquement, le signal vocal est continuellement variable et qu’aucune de ses périodes n’est identique à celle qui la précède ou qui la suit. Il met ainsi en évidence pour la première fois la variabilité instantanée du signal vocal.

99La précision de la mesure des périodes de vibration du larynx permet à Marichelle, en en reportant les valeurs successives sur une portée musicale, de tracer ce que l’on peut considérer comme les premières courbes mélodiques et de montrer toute la dynamique musicale de la parole naturelle. Les linguistes doivent ainsi à Marichelle de leur avoir montré les premières traces objectives de l’expression et de la vie de la parole. Pour cela, il doit être considéré comme l’un des précurseurs des études sur la prosodie, un des domaines les plus importants de la phonétique moderne (Marichelle 1897).

6.3 Marage : du chant aux cornets acoustiques

100René Marage est un jeune médecin qui, comme Rosapelly, est venu travailler auprès de Marey dans le cadre de sa thèse. Il peut être considéré comme un oto-rhino-laryngologiste, même si à l’époque les spécialités médicales étaient moins bien définies qu’aujourd’hui. Il est surtout connu pour son intérêt pour la voix chantée et la surdité, domaines dans lesquels il a travaillé toute sa vie. En 1895, il rejoint le laboratoire de Marey à Auteuil (la station physiologique) afin de mener des recherches pour améliorer les cornets acoustiques, qui sont alors les seules prothèses pour aider les malentendants. Il cherche à améliorer la sensibilité des cornets mais également leur intelligibilité. Pour cela, il veut en évaluer objectivement les caractéristiques acoustiques. Marey lui propose de reprendre la méthode des flammes de Kœnig, mais de lui associer la chronophotographie sur pellicules à défilement continu et l’utilisation de l’acétylène comme gaz éclairant. Ce dernier brûle avec des flammes beaucoup plus lumineuses et permet d’obtenir des images d’une qualité inconnue jusqu’alors. Cette qualité est encore favorisée par la suppression de l’embouchure du système de Kœnig qui était source de distorsions. Bien que les empreintes graphiques des sons, obtenues par Marage, soient une représentation très différente de celle de la méthode graphique, ou des gravures des sillons du phonographe, elles constituent une représentation de la structure acoustique des voyelles qui permet de les différencier et d’apprécier des distorsions acoustiques. Ainsi, dans la description de chaque période, on peut distinguer de une à quatre flammes de différentes largeurs et amplitudes, dont le positionnement dans l’image du cycle périodique varie en fonction du timbre du son. Ces flammes correspondent à une structure for-mantique du spectre et Marage observe des phénomènes de filtrage par des tubes et des cornets qui sont cohérents avec les connaissances actuelles. Avec cette méthode, il va évaluer par comparaison les caractéristiques de multiples cornets et tubes de liaison acoustique de divers phonographes et systèmes d’aide à l’audition (Marage 1897). Il réalise ainsi également une remarquable étude sur les différences acoustiques de la voix parlée et du chant lyrique et explique des mécanismes qui n’ont jamais été remis en question (Marage 1898).

Conclusion

101Il nous faut faire le bilan de l’apport de Marey à la phonétique expérimentale naissante, et de fait nous devons reconnaître qu’il est considérable. En effet, si nous étions persuadé qu’il était appréciable, avant de nous plonger dans les détails de cette étude, par la connaissance que nous avions de son influence sur le kymographe de Rousselot, nous ne nous doutions pas de l’importance de l’influence que Marey avait eu également dans le développement des deux grands aspects de la phonétique que sont le visage parlant et l’acoustique de la parole. Mais la pensée de cet homme étonnant avait une telle puissance, qu’elle était capable d’imprégner une grande partie de la science contemporaine.

102Devant un tel bilan, il est légitime de se poser deux questions. Tout d’abord, que serait-il advenu de la phonétique expérimentale sans Marey ? La méthode graphique se serait développée certainement plus lentement et peut-être de manière plus dispersée et moins systématique. Rousselot serait resté assurément plus longtemps un expérimentateur insatisfait, mais avec son énergie et son intelligence, il aurait trouvé ailleurs – certainement avec plus de difficultés – les techniques nécessaires au développement de la phonétique expérimentale, car toutes les innovations de Marey étaient dans l’air du temps. Ceci malgré le fait que la méthode graphique était le moteur de la diffusion de la méthode Rousselot.

103Ensuite, que se serait-il passé si Rousselot avait rencontré Marey dix ans plus tôt, c’est-à-dire après les premières expériences de phonétique expérimentale ? Sans trop nous avancer, on peut croire que, aux côtés d’un fin linguiste aussi clair que précis dans ses objectifs scientifiques et au fait de toutes les sciences nécessaires à la compréhension de son objet d’étude, Marey aurait poussé très loin son engagement dans la production de la parole. Il était si fasciné par la complexité des mouvements articulatoires et par les phénomènes acoustiques, qu’il ne lui a manqué qu’un environnement de linguistes motivés.

104Pour clore cet exposé, nous citons tout d’abord Pierre-Jean Rousselot, qui en 1897 écrivait au sujet de Marey :

Le premier en France, M. Marey entra dans la voie inaugurée par les physiologistes allemands. Mais il a laissé bien loin derrière lui tous ses devanciers. Après avoir demandé à la méthode graphique ses plus belles découvertes, il s’en est fait l’apôtre et il en est devenu le législateur. […] Non seulement la physiologie est sortie toute armée du laboratoire de Marey, mais on peut dire que la phonétique expérimentale elle même y a fait ses premier pas. (Rousselot 1897-1901, p. 48)

105Enfin, nous donnons à nouveau la parole à François-Franck, qui après avoir cité en bonne place la phonétique comme science redevable à Marey, enchaînait au cours de son panégyrique :

La phonétique expérimentale qui est aujourd’hui officiellement représentée ici par le laboratoire de Monsieur Rousselot a pris naissance chez vous en 1874-75. Monsieur Rosapelly a poursuivi sous votre direction l’étude graphique des mouvements des lèvres, de la langue, des variations de la pression de l’air dans les cavités bucco-nasales et celles des vibrations du larynx. Votre collègue Monsieur Havet s’était vivement intéressé à ces recherches qui ont précisé les mécanismes d’un grand nombre de phonèmes. Des travaux, dont l’initiative vous revient encore, sont remplis de promesses et nous font entrevoir les plus intéressantes applications pratiques dans l’enseignement aux sourds-muets par exemple. (Marichelle 1902, p. 20)

Bibliographie

Références bibliographiques

BRUNOT Ferdinand, 1892, « L’inscription de la parole », La Nature, n° 998, 16 juillet, p. 97-98.

— 1925, « La phonétique expérimentale », Le Monde illustré, 31 janvier, p. 72-73.

BREYMANN H, Die phonetische Literatur von 1876 bis 1895 : eine bibliographisch-kritische Übersicht, Leipzig, Deichert, 1897.

DEMENŸ Georges, 1892, « Les photographies parlantes », La Nature, n° 985, 16 avril, p. 311-315.

HAVET Louis, 1875, « Sur la nature physiologique des nasales », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, t. II, p. 74-80.

MARAGE Georges René Marie, 1897, « Étude des cornets acoustiques par la photographie des flammes de Kœnig », Travaux du laboratoire de M. Marey, vol. 23, p. 87-104.

— 1898, « Étude des voyelles par la photographie des flammes manométriques », La Voix parlée et chantée, n° 8, p. 33-51.

MAREY Étienne-Jules, 1878, La méthode graphique dans les sciences expérimentales et particulièrement en physiologie et en médecine, Paris, Masson, 674 pages.

— 1897, « L’inscription des phénomènes phonétiques d’après les travaux de divers auteurs », Journal des savants, octobre, p. 561-585.

— 1898a, « L’inscription des phénomènes phonétiques. Première partie : Méthodes directes », Revue générale des sciences pures et appliquées, n° 11, p. 445-456.

— 1898b, « L’inscription des phénomènes phonétiques. Deuxième partie : Méthodes indirectes. Critique des résultats », Revue générale des sciences pures et appliquées, n° 11, p. 482-490.

MARICHELLE Hector Victor, 1897, Phonétique expérimentale. La parole d’après le tracé du phonographe, Paris, Delagrave, 139 pages.

— 1902, La chronophotographie de la parole, Paris, Atelier typographique de l’Institution des sourds-muets, 23 pages.

MARICHELLE Hector Victor, HÉMARDINQUER Gaston, 1897, « Étude des sons de la parole par le phonographe », Comptes rendus de l’Académie sciences, séance du 29 novembre, 3 pages.

MILLET Adrien, 1925, Précis d’expérimentation phonétique : la physiologie des articulations, Paris, Didier, 133 pages.

ROSAPELLY Charles Léopold, 1876, « Essais d’inscription des mouvements phonétiques », Travaux du laboratoire de M. Marey, vol. 2, p. 109-130.

ROSSET Théodore, 1911, Recherches expérimentales pour l’inscription de la voix parlée, Paris, Armand Colin, 102 pages.

ROUSSELOT Pierre-Jean, 1891, Les modifications phonétiques du langage étudiées dans le patois d’une famille de Cellefrouin (Charente), Paris, Welter, 372 pages.

— 1897-1901, Principes de phonétique expérimentale, t. I, Paris, Welter, 638 pages.

— 1901-1908, Principes de phonétique expérimentale, t. II, Paris, Welter, p. 641-1252.

Table des illustrations

Titre 1 Étienne-Jules Marey dans son laboratoire à l’époque de sa rencontre avec Pierre Jean Rousselot, vers 1885 (vidéothèque du CNRS).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre 2 Schéma de principe de la transmission d’un mouvement par les tambours de Marey dans la méthode graphique (Appareils et instruments de physiologie du Professeur Marey, 1875, Rançon, Paris, p. 6).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre 3 Montage expérimental de Rosapelly pour les premiers essais d’enregistrements de Havet. 1. Pression nasale. 2. Vibrations laryngiennes. 3. Mouvements des lèvres. (Marey 1898a, p 446)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre 4 L’explorateur électrique de mouvements rapides de Marey utilisé pour l’inscription des vibrations du larynx (Rosapelly 1876, p 117).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre 5 Capteur des mouvements des lèvres développé par Rosapelly et Marey. T. Tambour capteur des mouvements. l’. Lèvre supérieure. l. Lèvre inférieure. v. Embout de captation de la pression buccale (non utilisé dans cette expérience) (Rosapelly 1876).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 6 Schéma de principe de la base de temps électrique à diapason utilisée par Rosapelly (Appareils et instruments de physiologie du Professeur Marey, 1875, Rançon, Paris, p. 11).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 7 Tracé original réalisé avec le montage de Rosapelly. En haut : vibrations laryngiennes (voisement). En bas : mouvements des lèvres. Phrase : pabafava (Rosapelly 1876, p. 122).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 8 Exemples de tracés obtenus par Rosapelly (1876). P. n. Pression nasale. V. l. Vibrations laryngiennes. M. l. Mouvements des lèvres.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 9 Représentation de l’inscripteur électrique du signal de parole de Rousselot vers 1886 (Rousselot 1897-1901, p. 127).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre 10 Signal du phonogramme buccal (B) et des vibrations du larynx (L) enregistrés avec des tambours à levier pour différentes voyelles. Base de temps (D) à 200 hertz (Rousselot, 1901-1908, p. 732).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre 11 Description journalistique des instruments de la méthode graphique de Rousselot pour les études phonétiques (Brunot 1892).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 12 Tracés du souffle buccal S et des mouvements des lèvres L. Phrase de français de Bretagne : « Combien te coûte ton chapeau ? Cinq sous ! C’est faux ! Tu es menteur » (Rousselot 1901-1908, p. 703).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre 13 Kymogramme de la phrase « badugn djadja » en javanais. De haut en bas : souffle nasal, vibrations laryngiennes, souffle buccal (Collection privée).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Titre 14 Labiogrammes de diverses réalisations vocaliques et consonantiques (Marichelle 1902, p. 15).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre 15 Courbe mélodique transcrite à partir des empreintes du phonographe (Marichelle 1897, p. 116).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/31185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Laboratoire parole et langage UMR 6057, Université de Provence, Aix-en-Provence

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search