Version classiqueVersion mobile

Normes endogènes et plurilinguisme

 | 
Claudine Bavoux
, 
Lambert-Félix Prudent
, 
Sylvie Wharton

Conclusions

Jean-Marie Klinkenberg

Texte intégral

1Au long de ce recueil consacré aux normes endogènes, le lecteur aura pu observer un certain nombre de convergences entre les contributions rassemblées, en dépit de la variété de leurs thématiques et de leurs méthodologies.

2La première convergence est que, pour plus d’un chercheur, le processus d’émergence des normes endogènes s’observe préférentiellement en situation de diglossie. Diverses configurations diglossiques apparaissent de ce point de vue comme spectaculairement comparables, sinon semblables : wallon et français, créole et français, etc. Je m’imagine que si des contributions occitanes ou alsaciennes étaient venues s’ajouter à l’ensemble, nous aurions vu se confirmer ce rapport entre basilecte et acrolecte. (Autre convergence dans ce cadre : le statut problématique du mésolecte, plusieurs fois mis en évidence.)

3Cette convergence confirme que le chercheur a décidément intérêt à sortir du terrain étroit de son investigation : elle ne peut en effet s’expliquer que par des forces générales (vraisemblablement par les mutations de valeur pointées dans mon texte introductif), et celles-ci ne peuvent bien se révéler que dans la juxtaposition des expériences.

4La deuxième convergence – j’en relève les traces dans les contributions de Lambert-Félix Prudent, Michel Francard et Philippe Hambye, Claudine Bavoux, Logambal Souprayen-Cavery, Mylène Lebon-Eyquem… – est que le modèle diglossique lui-même est pris d’assaut. Du moins lorsqu’il s’agit d’une diglossie conçue comme une somme de variables complémentaires : comme autant de champs discrets, de variétés nettement opposables. Ce que l’on voit naitre en contrepartie est l’idée d’une diglossie vécue comme un continuum. Au long de ces pages, cette hypothèse s’est formulée sous de nombreux noms : interlecte, énoncés mélangés, etc. (on pourrait presque parler de « variétés arrangées », comme le rhum…). Sans doute faut-il voir dans l’avènement de ces interlectes un effet des forces centripètes à l’œuvre actuellement dans le monde, forces centripètes qui viennent contrer les forces centrifuges qu’une considération exclusive du thème des normes endogènes pourrait nous amener à surévaluer.

5 Sur le plan de la méthodologie, je note en tout cas que ce continuum justifie l’option intégrationnelle qui était celle de Louis Hjelmslev.

6Observons toutefois que l’existence de ce continuum n’élimine pas la hiérarchie des normes. Tout simplement, celle-ci s’exprime autrement que par des oppositions binaires. Par ailleurs, la fusion ou le rapprochement, l’existence de formes difficilement assignables à une variété ou à un registre unique, sont des faits concernant la pratique langagière. Et ces faits n’ont pas nécessairement un impact sur l’attribution d’un sens à la fusion, dans le cadre du fonctionnement des normes évaluatives. Sur ce plan, nous continuons bien à avoir affaire à une sémiotique discrète : les valeurs restent nettement séparées, et la hiérarchie reste stricte.

7Ce qui pose une question, qui constitue une troisième convergence entre les travaux ici rassemblés : comment la hiérarchie se manifeste-t-elle ? Comment le processus de distinction opère-t-il ?

8Plusieurs contributions mettent en évidence ce fait bien connu, mais qui gagne à être rappelé : que l’habitus linguistique n’est pas à séparer d’autres habitus (pour Claudine Bavoux, la « façon de parler » est une notion qui déborde l’usage de la langue). On doit ainsi tenir compte de traits qui transcendent non seulement la distinction entre variétés linguistiques (l’accent réunionnais, c’est celui du Réunionnais, tant lorsqu’il s’exprime en français que lorsqu’il s’exprime en créole), mais aussi la distinction entre langue et autres sémiotiques. Sont ainsi mis en exergue tantôt le rôle des graphies tantôt celui de l’occupation de l’espace.

9Si l’on peut continuer à parler de « marques » ou de « stigmates », il faut garder présent à l’esprit que l’important est la fonction sociale de marquage, et que celle-ci peut certes se manifester par des faits langagiers – un « accent », l’emploi d’une variété –, mais qu’elle peut le faire aussi par des faits extralinguistiques : une vêture, un mode de consommation. Ceci confirme à mes yeux, si c’était nécessaire, l’intérêt qu’il y a à replacer le problème des normes linguistiques dans le cadre des normes sociales en général.

10Regrettons d’ailleurs en passant que le problème des normes ait été assez peu traité en termes de groupes sociaux. On peut en effet se demander si l’émergence d’une norme endogène, ce n’est pas tout simplement l’appropriation, par des couches sociales nouvelles, d’une norme attribuée à une classe sociale prestigieuse. Des éléments présents dans les contributions de Claudine Bavoux, ou de Michel Francard et Philippe Hambye, m’amènent à le penser.

11Cette troisième conclusion – sur les procédures du marquage social – m’amène à ma quatrième : elle offre en effet de bonnes raisons pour « sociologiser » mais aussi pour historiciser la problématique des normes endogènes. Et on me permettra d’être un peu plus long sur ce dernier point.

12En schématisant fort, on peut dire que le traitement de la spécificité des périphéries a historiquement connu trois phases distinctes.

13 Le premier moment est défensif et conservateur, herdérien pour tout dire. Après l’effondrement de l’Ancien Régime, le capitalisme moderne avait amené au pouvoir une bourgeoisie commerçante qui, gênée par les frontières féodales, avait créé les grands ensembles que sont les États modernes. Telle est l’origine des États-Nations ; telle est aussi celle du concept de nationalisme. C’est que les nouvelles entités territoriales devaient être et unifiées et légitimées. Légitimées, elles le furent par une idéologie de l’unité : le nationalisme. Unifiées et centralisées, ces entités le furent par un ensemble de dispositifs au premier rang desquels se trouvent la langue et les discours qu’elle permet d’élaborer. Mais qu’est-il alors advenu des cultures périphériques ? Conformément à l’exigence d’unité, elles devaient nécessairement faire l’objet d’un travail d’infériorisation. Mais, au même moment, elles se voyaient valorisées, de façon toute paradoxale. Elles ont en effet été présentées comme le réservoir des vertus ayant permis l’élaboration de la Nation, vertus prises à l’état brut, antérieurement à leur réalisation dans l’État et à leur expression dans l’ère industrielle. Le détenteur de ces vertus : le Peuple, qui permet l’intelligence du passé et donne la force qui permet d’envisager l’avenir.

14Cette mise en avant de la culture populaire nous amène aux premiers mouvements régionalistes. Plus culturels que politiques, ces mouvements sont anti-modernistes, entendant résister aux changements (industrialisation, pouvoir croissant de l’État-Nation central, imposition de la langue « nationale »). Du point de vue linguistique, cette phase présente trois grandes caractéristiques : 1) le mouvement de revendication s’accommode du provincialisme et de la variation langagière. 2) Ce qui domine est le souci de fidélité historique, d’inscription dans une tradition. Le travail linguistique sur les langues locales, émanant d’une catégorie d’acteurs qui sont en même temps des écrivains et des érudits, reproduit ainsi le travail qui se fait alors sur la culture nationale : publier et faire connaitre les auteurs du passé, en illustrant la langue dans le présent (ceci caractérise, par exemple, le travail linguistique du Félibrige). 3) Le mouvement prend en considération la répartition fonctionnelle entre culture nationale et culture populaire.

15Le second moment est celui du nationalisme populiste, plus résolument politique : la périphérie élabore sa propre idéologie nationale et la retourne contre le centre, dans lequel elle voit dorénavant un pouvoir étranger. Le principe linguistique national est cette fois clairement énoncé : le peuple minoritaire a le droit d’exiger son propre État-Nation. À cette phase, le travail linguistique porte à la fois sur le corpus et sur le statut. Du second point de vue, la pratique du parler régional est une manière d’afficher l’identité revendiquée ; on vise à imposer la présence de cette langue dans les régions où vit la collectivité considérée. Cette idéologie de reconquête fait que la géographie linguistique est souvent fantasmée : l’aire assignée au développement de la langue locale correspond en général non pas à des pratiques majoritaires synchroniquement repérables, mais à des données historiques remontant dans un passé parfois lointain (Pays basque incluant la Navarre, Bretagne comprenant le Pays gallo, Grande Albanie, Flandre étendue à Bruxelles, etc.). Du point de vue du corpus, la langue fait l’objet d’un travail de modernisation visant à lui donner les attributs d’une langue d’État. Ce mouvement, dont la Bretagne et l’Occitanie donnent de bons exemples, s’oppose spectaculairement au précédent sur trois points : 1) l’élaboration linguistique est le fait de militants plus que de philologues bourgeois ; 2) elle s’inscrit dans une prospective plus que dans le souci de la fidélité aux formes du passé ; 3) la revendication étant celle d’une nation unifiée, la diversité est refoulée dans les usages oraux spontanés.

16Le troisième moment peut être dit prospectif et polycentrique (certains disent « nationalitaire »). C’est celui que connaissent, à l’époque contemporaine, les groupes périphériques affirmant leur capacité d’initiative dans des processus de transformation économiques, écologiques, politiques, culturels et environnementaux. Il ne s’agit donc pas de se tourner vers le passé, comme dans la première phase, mais il ne s’agit pas non plus d’envisager l’avenir sous la forme du nationalisme classique. En effet, les acteurs prennent acte de l’intégration du monde, ce qui donne place aux ensembles englobants que sont l’État-Nation, mais aussi les cadres plus vastes que celui-ci. Les appartenances sont donc multiples, et sont désormais traitées non plus en termes essentialistes mais en termes de responsabilités. Dans ce cadre, la préoccupation de la langue s’exprime, elle aussi, en termes de projet négociable et non plus d’essence. Mais surtout, le poids du facteur linguistique dans l’identité est relativisé. Il n’est en tout cas plus question d’allégeance unique. Ce discours prend en effet acte des brassages de populations, et reconnait le caractère impossible de l’unité linguistique sur une aire régionale. Mais en même temps, la présence dans cette aire d’une originalité linguistique permet de relativiser le cadre de l’État-Nation. Bref, on envisage ici un rapport nécessaire et complémentaire avec les langues nationales. Il n’y a désormais plus d’incompatibilité entre la modernisation linguistique, laquelle suppose la normalisation, et la diversité. Dans ce nouveau cadre, on est loin de l’affrontement que suppose nécessairement le deuxième moment, et les solutions qui se dessinent sont, plus que jamais, des solutions négociées démocratiquement : on le constate par exemple en Catalogne et en Écosse.

17Ce schéma tripartite ne vise pas à énoncer les lois d’un processus historique cohérent qui se serait produit de manière immuable partout : il s’agit d’un classement logique, et non chronologique. Il vise donc à permettre la description et l’évaluation des différentes facettes des discours régionaux, parmi lesquels l’endogenèse des normes. Sur ce point précis, on me permettra trois ultimes commentaires.

18Le premier : certains débats – dont les contributeurs au présent volume se sont fait l’écho – s’expliquent par le fait que certains de leurs acteurs se situent au stade 1 tandis que d’autres se trouvent au stade 2, et par le fait, découlant du premier, qu’un même objet du monde (le catalan, le wallon ou le créole) peut être successivement (ou simultanément) investi de valeurs différentes, voire antinomiques : repli autistique ou universalisme, par exemple. Cette variabilité de la valeur des termes de l’équation explique les mauvaises lectures que l’on fait en général des mouvements régionalistes et de leur volet linguistique (en attribuant au discours populiste les traits du discours identitaire légitimiste, ou au discours prospectif ceux du populiste, etc.). Qu’il me soit permis de prendre un exemple de chez moi. Soit le Manifeste pour la culture wallonne de 1983. Ses signataires se situaient très explicitement au niveau 3, mais ils ont été violemment critiqués pour leurs positions de « repli » : c’est-à-dire que leurs propos ont été lus à la lumière des conceptions no 1, au risque du contresens. On peut constater que certains débats tenus à la Réunion – par exemple à l’occasion du lancement de la publicité pour la bière Dodo – ont suscité une accusation d’artificialité comparable.

19Deuxième constat : ce schéma tripartite explique les tensions ou les balancements observés dans les problèmes d’aménagement linguistique (l’aménagement linguistique, quand il s’agit de corpus, ne visant à rien d’autre qu’à promouvoir une norme endogène). Lorsque la périphérie pratique une variété comparable à celle du centre, deux solutions théoriques se présentent. Ou l’on élabore une norme se caractérisant par une distance maximale avec la norme centrale (exogène) – c’est l’Abstand de Lambert-Félix Prudent –, ou l’on préconise une distance modérée (qui ne peut toutefois être nulle).

20Chacune de ces solutions présente des avantages et des inconvénients. La première permet la production d’identités fortes, mais est hypothéquée par la nouveauté radicale : elle est peu intelligible, dans tous les sens du terme. La seconde se caractérise par un haut degré d’admissibilité sociale (le partage, caractéristique de toutes les normes, est ici garanti), mais va de pair avec une dilution de l’identité. On voit fréquemment la première solution encouragée dans les phases de nationalisme populiste, au nom de la quête d’une identité collective, tandis que la deuxième s’observe davantage dans les phases prospectives et polycentriques, où les impératifs citoyens et pédagogiques dominent davantage la réflexion linguistique. Mais, historiquement, une phase de radicalisation de l’endogenèse, même brève, semble bien être un passage obligé. Une fois de plus, constatons que si cette endogenèse peut être linguistique, elle peut également être littéraire (que l’on pense à la littérature joualisante du Québec), vestimentaire, musicale, culinaire…

21La troisième remarque porte sur la labilité des identités (on a parlé ici « d’identité à géométrie variable »). C’est que l’identité est, comme la diglossie, un continuum. Ou plutôt, c’est un conglomérat de facteurs, dont chacun a une virtualité identitaire instable. L’étude des normes endogènes fait apercevoir que certains traits linguistiques ont plus que d’autres une forte saillance identitaire : par exemple [mwɛ̃] pour le créole. Ils jouent donc le rôle de stigmate.

22 L’existence d’un continuum et la coprésence de traits à valeur identitaire variable permettent d’expliquer le paradoxe de l’instabilité synchronique de l’identité.

23Jeter sur la problématique des normes endogènes un regard aiguisé par la perspective sociologique autant que par l’historique, c’est aussi mettre en évidence un des non-dits de l’ensemble des contributions ici rassemblées (il y en a d’autres, comme la suprématie de la norme exogène, problème soulevé par Sylvie Wharton). Ce non-dit, ou plutôt cet implicite, ce sont les conditions politiques de l’émergence des normes endogènes, mais ce sont aussi et surtout les enjeux sociaux de cette émergence. Certes, on a à plus d’une reprise abordé la question des moyens de la légitimation de ces normes (par exemple, chez Fouzia Benzakour). Mais quels sont les objectifs poursuivis par les artisans de ces normes ? Que signifient les positions qu’ils prennent au cœur des débats sociaux ? Voilà qui mériterait assurément d’être explicité. Oui : les conflits à propos des normes sont des conflits entre valeurs sociales. Mais, les distorsions entre normes et valeurs produisant l’anomie et les innovations que l’on sait, les normes endogènes sont sans nul doute un lieu idéal pour observer ce dynamisme. Et aussi un puissant instrument d’action.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search