Version classiqueVersion mobile

Normes endogènes et plurilinguisme

 | 
Claudine Bavoux
, 
Lambert-Félix Prudent
, 
Sylvie Wharton

Le français et le « panfrancophone »

Le français en terre marocaine. Norme(s) et légitimation

Fouzia Benzakour

Texte intégral

1. Introduction

1Le français en terre marocaine présente une double caractéristique : hérité de l’époque coloniale, il coexiste avec les langues nationales, l’arabe et le berbère.

  • 1 Mot emprunté à l’arabe et signifiant « ordonnance royale ayant valeur de loi ; décret du Roi ».

2Le berbère, qui a tout récemment retrouvé son nom originel d’amazighe, est la langue des populations le plus anciennement identifiées en Afrique du Nord. Il se manifeste à travers des variétés régionales attestées ou dialectes. Il fonctionne comme véhiculaire dans les communautés amazighophones rurales et comme vernaculaire en zone urbaine. En l’absence de statistiques officielles, on estime que 35 à 45 % de la population marocaine est berbérophone (Benzakour, Gaadi et Queffélec 2000, p. 66). Longtemps stigmatisé, l’amazighe a été reconnu depuis peu comme étant un élément important de l’identité plurielle du Maroc. L’Institut royal de la culture amazighe, qui a vu le jour le 17 octobre 2001 par dahir1 royal, a pour charge de sauvegarder, de promouvoir et de renforcer la place de la culture amazighe dans l’espace éducatif, socioculturel et médiatique national ainsi que dans la gestion des affaires locales et régionales.

3L’arabe se présente comme un continuum qui va de l’arabe classique tel qu’il est enseigné à l’arabe dialectal, en passant par des variétés d’arabe moderne. Si l’arabe dit « standard » (ou classique) est la langue officielle du pays et n’est maîtrisé que par une élite ne dépassant guère les 20 % de la population, l’arabe dialectal marocain, qui s’apparente aux autres arabes dialectaux maghrébins, est la première langue des arabophones et la deuxième des berbérophones. Il a un statut de fait et agit comme une « sorte de langue nationale illégale ».

4Implantée en 1912 à la faveur du Protectorat français, la langue française est perçue par les uns comme un vestige précieux à « préserver », par les autres comme une langue que l’on se doit de s’approprier pour satisfaire les besoins communicatifs de la société marocaine. Autrement dit, le français au Maroc ne se présente pas sous une forme unique mais sous celle de plusieurs variétés inégalement maîtrisées par 25 à 30 % de la population, selon des estimations officieuses. Ces variétés sont-elles toutes conscientisées et légitimées ? Sont-elles reliées à des normes explicitées ? C’est à de telles interrogations que sera consacrée cette contribution. Nous tenterons principalement d’aborder la question délicate de la ou des norme(s) sous l’angle des particularités lexicales. Pour ce faire, une (re)visite du français tel qu’il est pratiqué dans la société marocaine s’impose.

2. Le français au Maroc. Une langue à variétés multiples

5Deux catégories de variétés de français sont en usage au Maroc : dans la première, on recense deux variétés qu’on peut qualifier de marginales, l’une étant majorée et l’autre minorée ; dans la deuxième, on classe la variété « mésolectale » en pleine expansion.

2.1. Les variétés marginales

2.1.1. La variété marginale minorée. Le français « basilectal »

6Il existe, à côté du français scolaire, un français « appris sur le tas », servant d’idiome de communication à des locuteurs non ou peu alphabétisés, en contact avec une population française et francophone faite de résidents et de touristes. On compte parmi les locuteurs du français « basilectal » des employées de maison, des guides touristiques de fortune, etc. L’écoute de ce français à fonction essentiellement transactionnelle limitée révèle un écart important par rapport au français normé. Il est marqué par des variations phonétiques, une syntaxe simplifiée ou erronée et un vocabulaire très réduit. Le français des locuteurs issus des filières d’enseignement arabisées, produit dans de rares situations de communication, est une autre variante du français basilectal. Il s’agit d’un français approximatif, dont les formes sont systématisées et fossilisées (mélange d’expressions recherchées, de structures apprises, de calques de l’arabe, de tournures simplifiées à l’extrême ou incorrectes). Le français basilectal est une variété marginale à enjeu symbolique très réduit ; il est minoré du fait même de sa fonction, de sa qualité et du groupe social qui le pratique.

2.1.2. La variété marginale majorée. Le français de l’élite urbaine

7L’élite urbaine entend pratiquer un français de qualité, un français du bon usage et du bel usage. Cette variété élitaire, langue de l’institution scolaire garante de la norme académique exogène, renvoie l’image d’un milieu étranger, très éloigné des préoccupations du public francophone marocain. La reproduction d’un tel modèle trahit chez ses locuteurs une volonté d’assimilation, qui conduit tout naturellement au refus de « marocaniser » la langue française, maintenue dans une « pureté » originelle quasi mythique. Ce « français de France » idéalisé est lié à des enjeux symboliques fondamentaux : variété haute, rivalisant avec l’arabe moderne, il reste la clef du marché de l’emploi moderne et de la réussite, le véhicule des sciences et de la technique. Il est associé dans l’imaginaire des locuteurs marocains à la culture et au mode de vie de la société occidentale. Langue de prestige social, de valorisation de soi, d’affirmation du statut socioculturel occidental, il est une langue de classe, le bien de l’élite dirigeante : hauts cadres gestionnaires des affaires publiques, directeurs d’entreprises privées ou aux apports de capitaux étrangers (Benzakour 2001). En somme, cette variété dont l’acquisition demande un investissement financier et intellectuel important n’est pas un bien largement partagé. C’est, certes, une variété symboliquement majorée, mais elle est marginale en ce qu’elle ne touche qu’une infime partie de la société, même s’il s’agit de la strate dirigeante, économiquement et politiquement privilégiée.

8Toutefois, cette situation est loin d’être figée. Le français des élites, qui n’engendre qu’insécurité linguistique et démotivation chez tous ceux qui ne le maîtrisent pas, voit depuis peu son image se modifier. Les paramètres d’un tel « processus de renversement » sont multiples : situation d’isolat linguistique, marocanisation du personnel enseignant, accès à l’enseignement supérieur de plus en plus ouvert au milieu prolétaire urbain, sensibilisation à la diversité linguistique et culturelle récemment reconnue et officialisée (création d’un institut de la culture amazighe, revalorisation de l’arabe marocain à travers celle du patrimoine culturel national), développement d’une variété de français plus appropriée et plus en harmonie avec les constructions identitaires en cours dans le pays, etc.

2.2. La variété centrale. Le français mésolectal

9Le français mésolectal est le fait d’une bonne partie de la population marocaine qui a une assez bonne maîtrise de la langue française. Il s’agit d’un français en contact linguistique, qui s’est adapté à l’environnement socioculturel marocain, en prenant des libertés avec la norme exogène et qui n’est plus senti, aux dires de ses usagers enquêtés (Salah-Eddine 1999), comme étant « trop français ». Il se caractérise par des accents particuliers, une morphosyntaxe quelque peu différente de celle du standard et surtout par un écart lexical important.

10Cette variété dénomme des univers référentiels culturels différents de son foyer d’origine. Elle est régulièrement enrichie de néologismes de tous ordres qui lui donnent une assise plus forte dans la société marocaine. Les besoins communicatifs, ludiques ou connotatifs ont, à leur tour, largement façonné ce nouvel idiome, qui a cessé, au fil des écrits, des conversations, des débats télévisuels et autres, d’être une langue étrangère pour devenir une « bilangue » à fonction identitaire. Variété plus immergée dans le milieu socioculturel local, elle est largement utilisée par la presse, les médias et est la langue d’écriture des écrivains marocains d’expression française, de plus en plus productifs. C’est la plus répandue, la plus vivante, la plus typique des variétés de français en usage au Maroc. Elle est truffée d’emprunts aux langues locales, qui étoffent son lexique de la religion et de la culture arabo-berbère et musulmane, mais aussi de créations métissées et de néologismes de forme (voir pour l’exemplification, Benzakour et al. 2000, Benzakour 2001 et la base de données lexicographiques panfrancophone – BDLP-Maroc).

11Bref, c’est une variété parfaitement perméable aux cultures et aux langues en présence qui l’enracinent dans le terroir marocain, ce qui remet au premier rang les problèmes délicats de la légitimation et des normes endogènes.

3. Construction identitaire. Légitimation et normes

12Nous ferons un double constat :

  1. Une hiérarchie implicite ou explicite s’opère nécessairement entre les différentes variétés. Plusieurs modèles ou, plus précisément, plusieurs normes apparaissent alors. Mais sont-elles perçues, explicitées, reconnues ?

  2. Le français élitaire, assimilé au français institutionnel et nourri du mythe de la langue « pure » est en train de perdre du terrain du fait de son inaccessibilité et parce qu’il continue à être perçu comme une langue de « l’autre », entachée de surcroît de son passé colonial. Une telle impression est d’ailleurs entretenue par le poids momifiant d’une norme académique exogène « illusoire », qui préside à sa destinée. Cette situation inconfortable est accentuée par le développement des médias, de la presse et de la littérature de langue française, qui puisent largement leur pratique communicative et scripturale dans la variété mésolectale. Celle-ci est-elle pour autant apte à assurer la relève et à fonctionner comme langue à assise identitaire ?

3.1. Attitudes des locuteurs. Légitimation par la norme sociale

13Les pédagogues et les puristes, pour qui la seule norme est celle du français de référence (Fr. R.), manifestent une certaine méfiance vis-à-vis de la variété mésolectale, « infestée » de mots migrants. Cette attitude est partagée par certains chercheurs qui dénient toute existence au français dans ses usages réels et dynamiques et ne se sentent nullement concernés par l’étude d’un idiome qu’ils jugent « souillé » de calques, d’emprunts et de néologismes de tous ordres. Il est peut-être temps que les locuteurs francophones marocains prennent conscience de leur propre pratique et reconnaissent une variété enracinée dans leur terroir. Un tel changement dans l’état d’esprit de l’élite francophone marocaine ne pourra toutefois se faire que si elle se libère de la norme académique extérieure, responsable du sentiment d’insécurité linguistique chez la plupart des locuteurs, persuadés de parler une langue imparfaite non reconnue. Seule une attitude positive à l’égard du français mésolectal, ancré dans la réalité locale, une norme « subjective », en ce qu’elle se situe « sur le terrain des attitudes et représentations » (Moreau 1997), pourra dynamiser une langue française en contact, devant s’adapter pour continuer à exister socialement. Un français approprié et intégré ne pourra qu’être appelé à devenir une véritable langue interculturelle en se faisant le véhicule de la culture et de la rhétorique de toute la population francophone marocaine.

3.2. Légitimation et normes linguistiques endogène / exogène

14Le français endogène, en tant que véhicule d’une autre perception du monde, devrait être rapporté à une langue française stable pour que l’écart, la différence soient perçus. Autrement dit, une meilleure visibilité du français local nous semble bien être un préalable à sa légitimation.

3.2.1. Légitimation par le dictionnaire

15L’institution scolaire, fortement normative, condamne toute production qui s’écarte du Fr. R., assimilé à la norme académique exogène, que beaucoup ne possèdent pas et qui est, en outre, décalée par rapport à la réalité locale et aux besoins communicationnels réels de la plupart des locuteurs francophones marocains. Le dictionnaire, si l’on s’en tient à la composante lexicale, peut être un « organe » de reconnaissance du particularisme, pour peu qu’il s’ouvre aux marocanismes. Les limites d’un tel appareil, pourtant doué d’un pouvoir puissant de légitimation, ne sont plus à démontrer (ibid.). À titre indicatif, un néologisme dénotatif comme omra « visite des lieux saints de La Mecque en dehors de la période du pèlerinage », qui constitue pourtant un particularisme partagé par toute la communauté francophone musulmane, n’est pas attesté dans les dictionnaires de référence. Il ne figure ni dans le Petit Robert ni dans le Trésor de la Langue française. Par contre, un terme désactivé comme haïk, qui a pratiquement disparu des habitudes vestimentaires maghrébines, a toujours sa place dans un dictionnaire usuel comme le Petit Robert :

Haïk [‘aik] n. m. 1830 ; heyque xviie ; mot ar. Longue pièce d’étoffe rectangulaire, dans laquelle les femmes musulmanes se drapent comme dans un manteau, par-dessus les autres vêtements, et dont elles relèvent parfois un pan, formant voile*, sur la tête. (Le Petit Robert électronique)

16Les néologismes « communicatifs », comme les emplois métaphoriques, qui témoignent de la particularité du modèle rhétorique marocain, n’ont tout naturellement aucune chance de figurer dans un dictionnaire de langue, limité à la néologie référentielle. Ces restrictions font réapparaître le problème délicat de l’acceptabilité des néologismes et montrent que le recours à un ouvrage de référence est une étape essentielle ; il s’avère toutefois limité pour la légitimation et la reconnaissance du français tel que pratiqué dans la réalité marocaine.

3.2.2. Légitimation par la voie littéraire

17Le flux migratoire de mots en provenance des langues locales, et plus particulièrement de l’arabe, en direction de la littérature marocaine de langue française, n’est pas étranger à l’installation, de plus en plus importante, de doublons, constitués essentiellement de calques et d’emprunts à l’arabe. Ces mots qui « disent le pays » ont pour particularité de coexister avec les mots français de « souche », présentant un même sens dénotationnel, par exemple adoule formant paire avec notaire. Les calques, parce qu’ils sont quasiment amnésiques, ont une valeur expressive ou ludique plus grande encore. Endossant l’habit du système d’accueil, ils deviennent un point d’ancrage incontournable, plus subtil et plus profond encore que l’emprunt. Leur présence dans le texte littéraire est, à ce titre, organique. Ils sont pour ainsi dire liés à l’écriture même de ce type de littérature, censée s’exprimer dans la langue de l’autre. Déroutants pour le locuteur français non averti, ils sont en revanche significatifs et savoureux pour le lecteur maghrébin francophone qui y trouve son identité, dans un texte pourtant écrit en français. Ces migrants, qui participent largement à la constitution de la variété mésolectale, acquièrent ainsi leur légitimité dans la littérature maghrébine de langue française de plus en plus reconnue dans l’Hexagone et dans les autres aires francophones. Beaucoup de particularismes enfin, du fait de leur statut religieux comme, aïd el fitr « fête de la rupture du jeûne », nuit du destin « Nuit de la révélation du Coran au prophète Mohammed », etc., ont dépassé les frontières du Maghreb et ont acquis une notoriété internationale. Ils appartiennent au fond du trésor des vocabulaires francophones, en tant qu’expressions dénominatives de la religion musulmane, présente dans toutes les sociétés francophones. Leur installation dans le français mésolectal devrait en accélérer la légitimation.

3.3. Français mésolectal. Processus d’autonomisation

18L’examen de certaines productions montre que le processus d’autonomisation affecte tous les aspects phonique, graphique, morphologique sémantique, etc. du particularisme. Ainsi, beaucoup d’emprunts lexicaux, quoique intégrés dans le discours des locuteurs francophones marocains, refusent de se conformer aux règles de formation de la langue d’accueil. À titre indicatif, un mot comme makhzen « pouvoir, autorité » manifeste une certaine indépendance phonique : le phonème / x / inexistant en Fr.R. se maintient dans la variété mésolectale. Certains néologismes « intrasystémiques » sont plus révélateurs encore. Ministrissime « ministre qui outrepasse ses droits » est obtenu par des règles dérivationnelles qui s’écartent de celles du Fr.R. : ils proviennent d’une base nominale au lieu d’une base adjectivale attendue. Loin d’être des « accidents », ces « marocanismes » sont la trace d’une relative liberté de construction, qui témoigne de l’enracinement du français mésolectal dans la société marocaine, d’où il tire sa justification.

19Un autre phénomène détache de plus en plus le français pratiqué au Maroc et plus généralement au Maghreb du français de France : la langue française se constitue son propre espace communicatif. Relégué quelque peu dans l’ombre par les politiques d’arabisation et de revalorisation des langues locales, le français se forge progressivement une place stratégique non négligeable. Cette nouvelle position n’est pas étrangère à sa relative autonomie : il est en passe de devenir un instrument de communication interculturelle, une langue de l’identité plurielle du Maghrébin par sa perméabilité même aux langues et cultures en présence. Le pouvoir reconnu à la néologie par emprunt lexical et à la dérivation par hybridation en est un témoin éloquent. De langue imposée et ressentie comme un instrument d’aliénation et d’acculturation, le français est en train de devenir un système qui construit sa propre cohérence, sa norme endogène et les fondements d’une identité en devenir.

20Norme sociale et stabilité relative montrent que la donne du français au Maroc se transforme : une variété « plus marocaine » du français est en train de se créer. On peut se demander cependant si elle est vraiment « conscientisée » et si sa perception comme idiome stigmatisé s’est modifiée.

4. Inventaire lexical. Conscientisation et reconnaissance

4.1. L’inventaire lexical. Une voie vers la conscientisation

21Les inventaires des particularités lexicales du français, quoique dispersés dans les différents coins de la francophonie, sont des témoins précieux d’une langue française exilée mais vivante et créative. Quelle perception ont alors les locuteurs de cette variété qu’ils ne cessent de s’approprier ? Au Maroc, des voix discordantes se sont élevées à la parution de l’inventaire lexical du français tel que pratiqué au pays (Benzakour, Gaadi et Queffélec 2000). Certains locuteurs (journalistes, essayistes, écrivains, etc.) ont exprimé leur « adhérence » à une variété où enfin ils se reconnaissaient. D’autres, en particulier les pédagogues et beaucoup de chercheurs, ont plutôt dénoncé un « francarabe » qui faisait ombrage à une langue française de qualité, héritée et maintenue jusqu’ici dans sa « pureté » (voir enquêtes Wardeh 2003). Ces avis étaient certes le fait d’intellectuels isolés, ils constituaient néanmoins des indicateurs précieux quant à la position de la population francophone face au français mésolectal émergeant. L’existence de deux attitudes opposées présageait qu’une norme endogène prenait forme face à la norme importée. L’attitude plus positive des journalistes, principaux consommateurs de la variété mésolectale, se révélait déjà être l’amorce d’une norme appelée à se développer et à conforter une norme linguistique endogène naissante mais menacée par tout un noyau conservateur, doté d’un fort pouvoir de légitimation.

22Par ailleurs, l’inventaire lexical, à diffusion limitée, est d’accès difficile ; ce qui ne favorise pas pleinement la conscientisation de l’usage particulier du français en terre marocaine. Il a cependant constitué une étape du processus de reconnaissance / légitimation.

4.2. L’inventaire lexical en ligne. Un instrument d’appui à la conscientisation et reconnaissance de la variété mésolectale

23L’inventaire lexical du français en usage au Maroc s’est réactualisé et informatisé pour s’intégrer à un ensemble plus grand, la base de données lexicographiques panfrancophone (désormais BDLP), destinée à être offerte en ligne.

24Les bases encore en chantier qui formeront la BDLP se sont construites et se construisent à partir des inventaires imprimés. Du lexique en version papier, la base lexicale du Maroc a gardé la substance. Les particularismes ont été (re) traités dans un ensemble de fichiers : les informations contenues dans le lexique ont été réanalysées et redistribuées dans des menus, rubriques, onglets, etc. Autrement dit, la nouvelle dimension à investir est celle d’un « texte » modifiable, stocké dans la mémoire électronique et consultable en ligne. Mais un tel horizon reste inaccessible pour une partie des locuteurs francophones marocains, même si les progrès des nouvelles technologies ont été considérables ces dernières années. Certes, la plupart des établissements scolaires en zone urbaine et des administrations ont acquis un équipement de base en informatique et ont théoriquement accès à Internet. Mais les efforts d’équipement ne masquent pas les difficultés de connexion dans les régions éloignées des centres urbains qui ne sont pas électrifiées. De plus, l’achat d’un ordinateur et les consultations en ligne sont inabordables pour les ménages à faibles et moyens revenus et ils sont légion. La multiplication des cyber-Internet et autres cybercafés à prix modique dans les villes et dans certains villages électrifiés permet d’atteindre une plus grande population et en particulier celle des jeunes. On peut donc espérer que la base de données lexicales sera un peu plus accessible et aura peut-être un peu plus d’impact que l’inventaire lexical imprimé, dont le coût reste élevé et la distribution restreinte. Par ailleurs, le lexique, version électronique, peut accueillir un nombre plus grand de données et donc s’ouvrir théoriquement aux néologismes, toujours plus nombreux, de la variété mésolectale. Mais faut-il y introduire tous les mots nouveaux qui naissent au gré des rencontres linguistiques et culturelles ? Quels choix doivent être faits pour éviter d’encombrer le lexique de hapax, de mots occasionnels ? Autrement dit, comment se définit la norme d’un lexique en ligne ?

4.3. Base de données lexicales et norme linguistique

25Un clic sur la case origine de la BDLP-Maroc montre que le procédé d’emprunt est très productif. Les mots en provenance des langues locales sont très nombreux. La rubrique variantes signale que la plupart de ces emprunts gardent une bonne mémoire de leur origine. Cette résistance à se plier aux règles du système d’accueil est l’indice d’une progression du processus d’autonomisation de la variété, amorcé dans l’inventaire en version papier. Elle est aussi la trace du morcellement de la norme centrale idéale en normes locales encore ignorées par la majorité de la population francophone marocaine. La consultation du fichier son est éloquente : la prononciation volontairement arabisée de la plupart des emprunts (pourtant intégrés dans la langue d’accueil) illustre parfaitement l’appropriation que se font les locuteurs francophones marocains du français en usage dans leur région. La convocation sonorisée de la vedette halal « qui n’est pas frappé d’interdit par l’islam », par exemple, laisse voir une véritable autonomie phonique : le phonème / h / est prononcé, pourtant ce son n’existe pas en Fr. R. La sonorisation des emprunts, surtout à mémoire phonétique forte, souvent source d’une double articulation installée dans l’usage, que des voix de locuteurs natifs de la variété prononcent, ne peut, à l’évidence, que donner poids et réalité aux accents particuliers du topolecte « attesté » dans la base. Cette double prononciation constatée correspond d’ailleurs à deux attitudes antinomiques face à la norme. Nous avons d’un côté, celle d’une élite urbaine déterminée à reproduire le français de France, à commencer par l’accent, et de l’autre, celle d’une bonne partie des médias, des journalistes, des intellectuels qui cherchent au contraire à imprimer à leur langue de travail un timbre plus local, d’où l’articulation volontaire de sons ou étrangers ou éloignés du Fr. R, comme l’adoption de la variante phonologique / r / .

26Le fichier citations, du fait qu’il est moins limité et qu’il comporte une case année, permet de visualiser l’histoire de l’emprunt. Le visiteur peut suivre, au défilé des exemples, son installation progressive dans la langue emprunteuse, sa conformité ou non au système d’accueil, relever la date de sa désactivation. De même il peut voir que la variété décrite est une langue de l’identité plurielle, traversée par les cultures locales. Les emprunts aux langues en présence et les néologismes hybrides, qui occupent un espace important dans la base, associés au son, à l’image ou à l’enregistrement audio, entrouvrent pour l’internaute local un univers culturel familier. La langue dont l’image est ainsi renvoyée n’est plus cet idiome inaccessible, source d’insécurité linguistique, mais bien une langue plus proche des sonorités quotidiennes et de la réalité sociale, en phase de libération des contraintes normatives originelles.

4.4. Inventaire lexical en ligne : norme sociale et légitimité

27Le concept d’attitude des locuteurs est, de toute évidence, déterminant dans la définition de la norme sociale. La question qui se pose alors est de savoir si l’existence d’un inventaire des particularismes du français en usage au Maroc et d’une BDLP-Maroc sont aptes à modifier le système des valeurs et à contribuer indirectement à légitimer la variété mésolectale, largement pratiquée par la population francophone y compris par le groupe élitaire dominant dans certaines situations informelles.

4.4.1. Le projet « inventaire »

28Une enquête prospective a été menée tout récemment par deux doctorants (Belhaj 2003 et Wardeh 2003) dans la ville de Rabat. Les personnes interrogées appartiennent à une catégorie socioculturelle et professionnelle représentant l’élite intellectuelle au Maroc. L’échantillon comportait huit personnes : trois professeurs de l’enseignement supérieur, un traducteur et chercheur à l’Institut universitaire de la recherche scientifique, un chirurgien-dentiste et écrivain et trois journalistes. La méthode utilisée a été l’entretien directif. Les enquêtés, auxquels huit paires de doublons couramment employés dans la presse ont été proposées, devaient se prononcer sur leur choix et le justifier. Les couples de mots qui leur ont été soumis sont adoule / notaire ; aid el adha / fête du sacrifice ; baladia / municipalité ; charia / droit islamique ; falaqua / bastonnade ; hadj / pèlerinage à La Mecque ; oud / luth ; zafrane / safran. Trois choix et trois attitudes se sont dégagés :

  1. quatre enquêtés sur huit ont dit préférer le mot emprunté à l’arabe ;

  2. deux ont choisi l’équivalent français ;

  3. deux autres préfèrent utiliser les deux vocables, le mot français servant de glose au mot emprunté, comme « la charia qui est le droit islamique ».

29Le choix 1 est déterminé par le souci de ne pas perdre les valeurs connotatives attachées à l’emprunt à l’arabe. Le rejet de l’emprunt s’explique par le besoin de préserver la pureté de la langue française. « Lorsqu’on apprend une langue étrangère, il faut l’apprendre telle que la pratiquent ses locuteurs natifs » a déclaré un locuteur interviewé, ayant opté pour le second choix. La troisième position est un compromis qui permet de tenir compte à la fois de la dimension dénotative liée au mot français et des effets connotatifs véhiculés par l’emprunt. Les divers choix opérés laissent présager une forme de reconnaissance chez la plupart des enquêtés (six interviewés sur huit acceptent les mots migrants). Pour les personnes qui ne recourent qu’à la variété référentielle du français, même pour dénommer une réalité marocaine, il est évident qu’elles ne reconnaissent aucune légitimité à la variété marocaine. La seule norme digne de légitimité serait, dans ce cas, la norme exogène. Ceux qui donnent leur préférence à l’emprunt semblent accorder une certaine légitimité à la variété locale pour diverses raisons : volonté de s’approprier la langue française, de mettre en avant la dimension expressive de la variété. Le groupe qui opte pour l’écart lexical va même jusqu’à reconnaître la légitimité de la variété locale en invoquant l’usage fréquent des particularismes et en souhaitant l’élaboration d’un dictionnaire de marocanismes. Un tel projet serait, selon un professeur universitaire interrogé :

intéressant parce qu’on peut considérer que la langue française étant parlée dans beaucoup de milieux et de sociétés différentes, finalement ces déformations, ces créations qu’elle subit peuvent être ressenties comme une espèce d’enrichissement.

30Cette attitude ne fait pas l’unanimité. L’échantillon qui a opté pour le second choix rejette un tel projet, le jugeant inutile.

31Peut-on penser que la fréquentation de la BDLP-Maroc, quoique encore en chantier, aurait le pouvoir d’assouplir les attitudes fortement conservatrices d’une partie de l’élite francophone ?

4.4.2. Le projet BDLP

32Produit donné en ligne, la base ouvre un espace auquel et dans lequel les lecteurs peuvent réagir. Des échanges textuels par messages électroniques ou par forum (encore à l’état de projet) peuvent constituer un stock de commentaires susceptible de s’enrichir au gré des consultations. S’agissant de la BDLP-Maroc, un « visiteur » national ou étranger peut s’avérer un fin connaisseur du français tel que pratiqué dans la réalité marocaine et apporter des informations complémentaires précieuses sur tel ou tel particularisme. Il peut ainsi devenir un « interlecteur » et participer à l’enrichissement et à la réactualisation du lexique en ligne. Une base sur laquelle on peut demander une précision, s’étendre sur la caractérisation de tel ou tel néologisme est susceptible de renvoyer chaque participant à sa propre représentation de la variété décrite et à provoquer des remises en question.

33À titre indicatif, un échantillon constitué de 18 étudiants et 10 enseignants de l’université de Rabat (incluant cinq professeurs qui avaient exprimé leur méfiance à l’égard de la variété locale, lors de l’apparition de l’inventaire imprimé), invités à consulter la BDLP nationale et internationale, n’ont pas caché, à l’issue de leur « visite », leur satisfaction de voir les mots culturels du français en usage dans leur région et ceux d’autres contrées francophones hébergés ensemble dans une base internationale. La découverte d’une telle intégration à une échelle régionale et internationale a changé quelque peu la représentation que ce groupe se faisait des variétés linguistiques. L’image d’un français vivant mais stigmatisé parce qu’« infecté » d’arabismes s’est atténuée chez quatre des cinq enseignants, qui avaient formé le noyau de résistance lors de la parution de l’inventaire imprimé. Il ne s’agit cependant que d’un petit échantillon et le changement constaté est plus indicatif que significatif. En fin de compte, le lexique en ligne est un pas de plus vers la conscientisation de l’existence d’un usage de français, plus enraciné dans la culture et la réalité sociale marocaines.

5. Conclusion

34Deux points peuvent être soulignés en guise de conclusion. D’une part, l’espace non restreint de la base, comparativement à celui de l’inventaire papier, est une ouverture inespérée aux néologismes incessants qui détachent l’idiome pratiqué au Maroc du français de référence. Encore doit-on se demander si l’on peut recueillir et reconnaître tous les mots migrants et les créations nouvelles qui apparaissent sous la plume des écrivains, dans les médias, dans les quotidiens de langue française ou s’il faut, au contraire, être plus sélectif. Quoi qu’il en soit, l’inventaire informatisé étant plus facile et plus rapide à réactualiser, il est aisé le cas échéant de supprimer un mot qui vient à disparaître prématurément de l’usage. Par ailleurs, la conscientisation d’une variété plus adaptée, appuyée par des lexiques imprimés et en ligne, ne pourra que favoriser l’émergence d’une norme endogène, susceptible de réguler le flot de néologismes en quête de légitimité.

35D’autre part, l’image du monde francophone renvoyé par la base internationale est celle d’un espace des pluralités rassemblées, où chacune des régions explorées exprime son originalité et dit sa culture dans le langage de son terroir jamais disparu. Dimension internationale, diversité culturelle dévoilée par le multimédia ne peuvent que valoriser les variétés hébergées et fragiliser les attitudes conservatrices. En définitive, les bases nationales une fois édifiées favorisent le processus de légitimation des particularismes, ne serait-ce que par le changement d’attitude qu’elles peuvent susciter chez les usagers du français, en passe de s’affirmer comme des copropriétaires de la langue qu’ils ont adaptée et donc adoptée.

Bibliographie

Bibliographie

Belhaj Samia, 2003, Le français en usage au Maroc. Faits et réalités, mémoire de DESA, Université de Rabat, Faculté des lettres.

Benzakour Fouzia, Gaadi Driss et Queffélec Ambroise, 2000, Le Français au Maroc. Lexique et contacts de langues, Bruxelles - Montréal, Duculot - AUPELF-UREF (Association des universités partiellement ou entièrement de langue française - Université des réseaux d’expression française).

Benzakour Fouzia, 2000, « Le français au Maroc. Le problème des doublets : entre dénotation et connotation » (Actes des IVe Journées scientifiques Contacts de langue et identités culturelles), Québec, Presses de l’université de Laval (Actualité scientifique) - AUPELF-UREF.

— 2001, « Français de référence et français en usage au Maroc. Une adéquation illusoire : l’exemple de l’écart lexical » (Actes du colloque de Louvain-la-Neuve Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept), Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain 26, 1-4, M. Francard, G. Guéron et R. Wilmet éd., t. II, p. 75-86.

Moreau Marie-Louise dir., 1997, « Les types de normes », Sociolinguistique. Concepts de base, Sprimont, Mardaga, p. 218-223.

Poirier Claude, 2001, « Vers une nouvelle pratique de la lexicographie du français (EFF) » (Actes du colloque Diversité culturelle et linguistique : quelles normes pour le français ?), Université du Saint-Esprit, Kaslik – Liban, Agence universitaire de la francophonie, p. 19-39.

Pruvost Jean, 2000, Dictionnaires et nouvelles technologies, Paris, Presses universitaires de France.

Salah-Eddine Rédouane, 1999, Le français dans la réalité marocaine, thèse de doctorat, Rabat, Université Mohammed V, Faculté des lettres.

Wardeh Ahed, 2003, Le français en usage au Maroc : l’écart lexical en question, mémoire de DESA, Rabat, Université Mohammed V, Faculté des lettres.

Notes

1 Mot emprunté à l’arabe et signifiant « ordonnance royale ayant valeur de loi ; décret du Roi ».

Auteur

Université de Sherbrooke

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search