Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Normes endogènes et processus identitaires. Le cas de la Wallonie romane

p. 45-60


Texte intégral

1. Introduction

1Quand il cherche à délimiter des entités discrètes au sein de pratiques linguistiques toujours hétérogènes, le linguiste est souvent confronté à des difficultés théoriques et méthodologiques. Au rang de celles-ci figure la question du rapport entre pratiques et représentations ou attitudes linguistiques : en effet, lorsqu’il s’agit par exemple de circonscrire une variété de langue faisant office de norme endogène, le chercheur se doit de tenir compte tant des pratiques que des représentations linguistiques, alors qu’il n’y a pas nécessairement de congruence entre ces deux réalités, comme les sociolinguistes l’ont montré à plusieurs reprises.

2Des évolutions récentes dans le rapport que les Wallons francophones entretiennent avec leurs particularités linguistiques expliquent que des réflexions sur l’émergence d’une norme endogène en Wallonie apparaissent depuis quelques années, à partir d’approches variées. Après avoir défini le concept de norme endogène, nous tentons de réévaluer la question de la norme endogène en Wallonie romane, en mettant en lien les attitudes et les pratiques linguistiques des francophones de Wallonie et en nous fondant sur des recherches récentes concernant les régionalismes phonétiques et lexicaux.

2. Problématique : définir une norme endogène

3D’après la définition du concept de norme endogène proposée par Gabriel Manessy (1997), plusieurs conditions doivent être réunies pour que la variété en usage dans une collectivité fasse office de norme endogène. Selon lui, ces conditions sont les suivantes :

  • la variété en question doit être valorisée par un groupe social qui la représente, qui en fait un symbole identitaire et qui possède un pouvoir de légitimation ;

  • ainsi légitimée, la variété peut dès lors constituer un « modèle de comportement langagier » pour la majorité des membres de la communauté ;

  • elle est consciemment opposée à un usage qui lui est « historiquement et structurellement apparenté » et qui représente une norme « importée » ou exogène ;

  • son contenu linguistique a cependant peu d’importance : « il doit seulement être différent, sur certains points que les usagers tiennent pour significatifs, de celui de la norme externe. »

4Si cette définition pose par ailleurs certaines difficultés1 (voir paragraphe 3), elle nous intéresse tout d’abord en ce qu’elle distingue la question de la norme endogène et celle de l’existence d’une norme objective caractérisant les pratiques d’une communauté. En effet, à suivre cette définition, une collectivité peut adopter des pratiques linguistiques particulières qui la démarquent d’autres groupes sociaux – par l’emploi d’une langue ou d’une variété de langue qui lui serait propre – sans pour autant affirmer la légitimité de ces pratiques et sans instituer la norme qui les fonde objectivement en une norme endogène servant de référence pour l’évaluation des différents usages linguistiques2. C’est le cas, par exemple, lorsque les locuteurs se réfèrent à une norme exogène mais conservent des traits endogènes faute des ressources nécessaires pour mettre en œuvre adéquatement la norme exogène qu’ils valorisent par ailleurs. Ce peut être le cas également quand les locuteurs adoptent des attitudes ambivalentes envers leurs particularités linguistiques : tout en en maintenant l’usage en raison de la valeur positive qui leur est associée, ils leur attribuent un statut inférieur par rapport aux usages exogènes et plus prestigieux ; autrement dit, leur comportement reflète leurs goûts en matière de langue, mais ils ne prétendent pas ériger ces goûts en norme de référence.

5En d’autres termes, pour qu’une variété de français constitue une norme endogène, il faut non seulement qu’elle existe en tant que pratique sociale, mais aussi qu’elle soit identifiée et valorisée par un groupe occupant une position sociale telle que l’usage de cette variété endogène s’en trouve légitimé et que soit légitimé tout locuteur qui se l’approprie. Par conséquent, telle que nous la concevons ici, une norme endogène est toujours une norme « subjective » ou « évaluative » (Houdebine 1997 ; Baggioni et Moreau 1997), c’est-à-dire une norme qui sert de référence pour la hiérarchisation des produits linguistiques3.

6Par ailleurs, la définition de Gabriel Manessy souligne que l’existence d’une norme endogène ne dépend pas de l’écart objectif entre les pratiques linguistiques d’une collectivité et une variété exogène, mais bien de la légitimation d’un sous-ensemble de ces pratiques endogènes perçu à la fois comme distinctif et comme appartenant à la majorité de la communauté – indépendamment donc de la diffusion effective de ces pratiques en son sein. Par conséquent, qualifier d’endogène une norme n’a de sens que si les pratiques qu’elle légitime représentent effectivement un usage perçu comme propre à la collectivité en question.

7Nous pouvons donc conclure que l’existence d’une norme endogène repose nécessairement sur une forme de correspondance entre la norme subjective – les attitudes linguistiques – d’une communauté et sa norme objective – ses pratiques linguistiques : elle suppose que les attitudes des locuteurs valorisent et légitiment leurs propres pratiques au point de les ériger en modèle. Le discours sur l’état de la norme endogène du français dans une collectivité donnée ne peut donc faire l’économie de la question du rapport entre pratiques et représentations ou attitudes linguistiques. C’est ce que nous souhaitons illustrer à travers l’analyse de la situation du français en Wallonie.

8La coexistence de variétés de français et de langues régionales endogènes4 en Wallonie (voir Francard 2005b) crée une situation sociolinguistique particulière du point de vue de la concurrence entre normes endogène et exogène. De nombreuses recherches ont démontré que les environnements linguistiques plurilingues opposant une langue dominante de grande diffusion et une langue minoritaire propre à une collectivité restreinte conduisaient souvent les locuteurs à adopter des attitudes ambivalentes envers les usages linguistiques en concurrence – les situations de diglossie étant à cet égard exemplaires (Beniamino 1997 ; Francard 1998). En ce qui concerne la Wallonie romane, nous pensons que le rapport entre les pratiques linguistiques objectives des locuteurs et leurs attitudes envers ces pratiques – rapport déterminant pour l’émergence d’une norme endogène – se joue notamment dans la relation entre ces pratiques linguistiques et les langues régionales : la variété linguistique qui peut prétendre jouer le rôle de norme endogène doit se distancier des langues régionales pour accéder à une forme de légitimité, alors que c’est précisément la proximité avec ces langues qui confère aux pratiques linguistiques des francophones de Belgique une part non négligeable de leur spécificité et de leur signification identitaire (Hambye 2005).

3. Norme endogène et variétés régionales en Wallonie

9Malgré les nombreuses études qui l’ont abordée, la question de l’existence d’une norme endogène en Wallonie reste encore posée aujourd’hui. En effet, il n’est pas évident de déterminer si l’on peut identifier un usage linguistique qui réponde à l’ensemble des critères énoncés ci-dessus.

10Les recherches antérieures ont mis en évidence l’ambivalence des attitudes des francophones de Belgique vis-à-vis de leurs particularités linguistiques : tantôt celles-ci sont valorisées, préférées aux variantes exogènes, tantôt elles sont stigmatisées et reléguées au rang de « fautes » de langage. La première question qui se pose est donc celle de savoir quelle est la part des usages linguistiques endogènes fonctionnant comme norme objective qui peut être l’objet d’une légitimation.

11Les travaux consacrés aux pratiques linguistiques des francophones de Belgique ont, de longue date (voir Pohl 1950, vol. 1, p. 194 ; Piron 1979, p. 205, p. 209 ; 1978, p. 25-30), souligné une opposition entre, d’une part, des particularités qui sont perçues comme « bourgeoises » et, d’autre part, des traits considérés comme « populaires » et qui sont, de ce fait, dévalorisés (Moreau et al. 1999 ; Lafontaine 1991).

12Historiquement, cette distinction repose moins sur la réalité des pratiques linguistiques que sur une conception normative qui, de la masse des traits régionaux, en isole certains qui peuvent être considérés comme « bourgeois » parce qu’ils ne semblent pas fondamentalement contraires au français « correct ». Les emprunts aux langues régionales – que nous appellerons par commodité « dialectalismes » – n’appartiennent que très rarement aux « belgicismes de bon aloi » (Doppagne 1979). Selon le discours véhiculé par la tradition normative belge, ces emprunts sont le plus souvent l’objet d’une stigmatisation vigoureuse, qui s’explique à la fois par l’assignation réductrice de la pratique des langues régionales aux seuls milieux populaires5 et, en conséquence, par le rejet de ce patrimoine linguistique considéré comme une entrave à la pratique « correcte » du français.

13Les régionalismes qui composent « le français marginal » de la bourgeoisie belge – par opposition au « français dialectal » des milieux populaires (Piron 1979, p. 205-214) – sont presque exclusivement des particularités lexicales, acceptables à la double condition de combler un « vide » de la langue standard (qui ne possède pas / plus le signifiant adéquat pour désigner certains realia) et de présenter une forme qui respecte les « habitudes » phonétiques et morphologiques du français. La question de la légitimité se pose donc avec acuité pour les régionalismes lexicaux qui entrent potentiellement en concurrence avec des variantes standard : c’est là qu’a été le plus souvent opérée la distinction entre régionalismes « bourgeois » et « populaires », l’origine dialectale des régionalismes intervenant régulièrement comme critère de catégorisation.

14Dans cette perspective, on comprend que les traits de prononciation soient très souvent l’objet des foudres des puristes : on les retrouve, dans leur grande majorité, tant dans le français régional que dans les langues régionales endogènes. Quant aux traits (morpho) syntaxiques, ils connaissent le même opprobre, alors que la majorité d’entre eux n’ont rien de spécifiquement wallon ou bruxellois (il s’agit souvent de traits archaïques, dont certains survivent également en français populaire). Les faits de phonétique et de syntaxe sont dès lors exclus du « français marginal » car, « à la différence des faits lexicaux, ils tombent toujours sous le coup des arrêts de la grammaire normative »6 (Piron 1978, p. 47, p. 29-30). Nous verrons toutefois que la distinction entre traits « bourgeois » et « populaires » s’applique également aux particularismes de prononciation (voir Pohl 1950, p. 195-196 ; voir ci-dessous).

15Bien qu’elle constitue au départ un a priori normatif, cette distinction correspond aujourd’hui à une réalité perceptible tant au niveau des pratiques qu’à celui des représentations et attitudes linguistiques ; elle n’est pas sans lien avec l’ambivalence attitudinale soulignée plus haut. Elle a pour conséquence que seule une variété constituée de régionalismes « bourgeois » est susceptible d’être promue au rang de norme endogène de référence.

16Selon Marie-Louise Moreau, divers indices laissent ainsi penser que les pratiques linguistiques de la « bourgeoisie culturelle belge » représentent une « variété de prestige » qui transcende les clivages géographiques internes et qui ne se confond « ni avec les usages marqués régionalement, ni avec la norme de France » (Moreau et al. 1999, p. 30). De ce fait, cette variété exclut la plupart des traits dialectaux (sur les plans lexical et phonique) qui sont souvent trop localisés et associés à un usage populaire.

17Le caractère « bourgeois » et géographiquement « neutre » de cette variété laisse néanmoins planer deux questions. En tant qu’elle représente l’usage d’une classe sociale particulière, peut-elle être l’objet d’une appropriation par une large majorité de la communauté ? Il est intéressant à ce propos de souligner que la définition de Gabriel Manessy ne met pas en évidence cette tension : selon lui, la norme endogène doit correspondre à l’usage d’une « fraction prestigieuse de la communauté linguistique » tout en représentant « l’usage courant admis par l’ensemble des locuteurs comme ordinaire » (Manessy 1997, p. 223), ce qui peut paraître paradoxal. Ceci indique que la possibilité que des pratiques linguistiques fassent office de norme endogène ne dépend pas uniquement du prestige qui leur est reconnu, mais également de leur signification sociale.

18D’autre part, dans la mesure où elle exclut les dialectalismes – dont certains font partie des traits les plus caractéristiques du français parlé en Wallonie –, cette variété « bourgeoise » peut-elle jouer le rôle de symbole identitaire et ainsi acquérir le statut de norme endogène ? En outre, compte tenu de l’attachement notoire qu’entretiennent les habitants des différentes régions de la Belgique romane à l’égard des traits linguistiques propres à leur terroir, on peut se demander si la variété dont il est question constitue une entité suffisamment homogène pour allier légitimité et fonction identitaire aux yeux de tous les Wallons, quel que soit leur ancrage géographique.

19Pour répondre à ces questions, il est nécessaire d’évaluer (a) à quel point cette variété de prestige correspond à l’usage effectif d’une majorité de locuteurs ; (b) si elle est effectivement l’objet d’une légitimation qui lui donnerait un statut privilégié par rapport aux autres variétés endogènes (plus localisées) et par rapport au français de France (qui constitue la norme de référence par défaut) ; (c) si la signification sociale qu’elle véhicule lui permet de bénéficier d’une valeur identitaire aux yeux des francophones de Wallonie.

3.1. Forme et statut de la variété de prestige du français en Belgique

20Les résultats d’enquêtes sociolinguistiques récentes indiquent que certains traits linguistiques endogènes caractérisent bel et bien l’usage de la grande majorité des francophones de Belgique, toutes catégories sociales confondues.

21Au niveau phonique, on constate ainsi que certaines caractéristiques de prononciation propres au français parlé en Belgique ne connaissent pas de stratification sociale. Ils correspondent à des archaïsmes ou du moins ne sont pas perçus comme des dialectalismes : c’est le cas, par exemple, du maintien de rôle distinctif de la longueur vocalique ou de l’habitude d’allonger les voyelles qui précèdent des occlusives sonores (Bauvois 2001). Il en va de même sans doute du trait qui consiste à prononcer avec [w] des lexèmes qui comportent un [Ч] dans la prononciation standard ou d’autres réalisations phonétiques particulières (celle des monosyllabes mes, tes, ses, etc. avec [ε] par exemple) qui fonctionnent comme norme objective pour la plupart des francophones de Belgique.

22Au plan lexical, une importante enquête effectuée en 2000 par le centre Valibel et portant sur plusieurs milliers de particularités recensées dans les ouvrages décrivant le lexique des Belges francophones (voir Francard et al. 2003, 2002) a fait apparaître un « fonds commun » d’un petit millier d’items lexicaux, connus par quelque 80 % des informateurs interrogés et utilisés par au moins 50 % de cet échantillon. Dans ce patrimoine partagé, on retrouve – comme en d’autres régions de la francophonie – quelques dialectalismes certes, en rapport avec des realia spécifiques, mais aussi et surtout une part importante de statalismes7, qui ne doivent rien au substrat dialectal.

23Ces régionalismes qui échappent à la stigmatisation sociale bénéficient parfois d’un prestige explicite8 (par opposition à « latent ») et ils permettent aux francophones de Belgique de développer une certaine conscience de l’écart qui existe entre leurs pratiques linguistiques et celles des Français – conscience qui, comme nous l’avons vu, est la condition pour qu’émerge une norme endogène. En outre, ces formes acquièrent progressivement une relative légitimité, à mesure que le modèle du français central cesse d’être la référence ultime des Belges francophones en matière de norme linguistique9.

24Cependant, bien que les particularismes que nous venons de mentionner se retrouvent dans les pratiques de la plupart des Belges francophones, la variété de français, qui s’écarte du français standard par la présence de ces traits et de ces traits-là seulement, n’est parlée que par des locuteurs qui sont les plus scolarisés des échantillons sur lesquels se basent les recherches sociolinguistiques et, qui plus est, principalement dans des situations de communication formelles. Pour de nombreux locuteurs, cette variété ne correspond donc pas, loin s’en faut, à l’usage « courant » et « ordinaire ».

25De plus, il faut souligner que si cette variété n’est pas marquée par des traits linguistiques localisés, elle n’est pas pour autant tout à fait « neutre » du point de vue de son ancrage géographique. Plusieurs enquêtes permettent en effet de penser que la variété de prestige est de plus en plus associée à la région de Bruxelles ainsi qu’à la province voisine du Brabant wallon qui en constitue le prolongement économique et culturel en Wallonie (Hambye 2000 ; Francard et Franke 2005), sans doute en raison de la présence à Bruxelles des principales institutions culturelles (parmi lesquelles les médias radiophoniques et télévisuels) et du fait de la concentration dans la zone d’attraction de la capitale du pouvoir économique de la Belgique francophone. Cette variété véhicule donc des significations sociales qui ne recueillent pas nécessairement les faveurs des locuteurs qui s’identifient davantage à leur variété locale. Comme le soulignent Michel Francard et Gabriele Franke : « la légitimité est reconnue à une variété qui ne suscite pas l’adhésion affective des locuteurs, lesquels réservent plutôt celle-ci à des variétés périphériques. »

26Par ailleurs, le français de France reste la variété de référence pour une partie importante des Belges francophones dès lors qu’il s’agit de pointer les modèles à imiter, et ce malgré l’image relativement négative associée au français parisien proprement dit (voir Francard et Franke 2005)10. Le fait que l’on continue, par exemple dans les médias, à identifier les belgicismes, certes sans les condamner (à travers des chroniques sur le langage dans la presse, des jeux radiophoniques, etc.), montre que la variété endogène dont il est question n’accède sans doute à la légitimité qu’à l’intérieur d’un « marché linguistique restreint ». L’on peut dès lors se demander si ce n’est pas l’absence de réelle spécificité du français de la bourgeoisie belge, caractérisé par une forme de neutralisation11 de toutes les particularités identifiées comme régionales, qui détermine son évaluation positive12. Les recherches de Marie-Louise Moreau et ses collègues (Moreau et al. 1999) sur l’évaluation d’enregistrements de locuteurs francophones de Belgique de milieu bourgeois montrent en effet que si la variété « belge » est appréciée des auditeurs, ce n’est pas parce qu’elle est « belge », mais bien parce qu’elle correspond aux pratiques d’une classe supérieure. En d’autres termes, le fait que les auditeurs interrogés par l’équipe de Marie-Louise Moreau évaluent positivement le parler de Belges de classe bourgeoise ne signifie pas qu’ils opèrent cette évaluation à partir d’un modèle endogène. Au contraire, ces locuteurs peuvent avoir produit leurs évaluations sur la base de leur représentation du « français standard », c’est-à-dire d’un modèle qui, tout en étant foncièrement exogène, peut les conduire à évaluer positivement un usage belge qui lui serait relativement conforme13. Cela ne semble pas remettre en question l’idée selon laquelle une dévalorisation systématique frapperait les particularités linguistiques perçues comme belges14.

27Dans ces conditions, cette variété de prestige peut difficilement jouer pleinement le rôle de norme endogène pour une large part de la communauté.

3.2. Forme et statut des variétés régionales du français en Belgique

28Le français des locuteurs de classes moyennes ou populaires et, de manière générale, parlé en Belgique dans les situations informelles se caractérise quant à lui par la présence, à des degrés divers, de traits régionaux plus variés et plus marqués que ceux qui apparaissent dans la variété « bourgeoise », notamment parce qu’ils sont généralement plus localisés et partagés avec les langues régionales15. Parmi ces traits, on retrouve à nouveau tant des phénomènes relevant du plan phonique que du plan lexical. Il en va ainsi des tendances consistant à allonger les voyelles atones en position pénultième de groupe intonatif (ex. je ne sais pas [ʒœnseːpa]) ou à assourdir les consonnes sonores finales (ex. bouge prononcé [buːʃ]), qui sont plus ou moins saillantes selon les régions (voir Hambye 2005). Dans le domaine lexical, on relèvera l’emprunt de lexèmes dont la forme même indique leur origine dialectale (ex. mandaye « personnage médiocre, sous-fifre », bièsse « personne stupide ») – contrairement aux belgicismes « de bon aloi », dont l’origine est rarement repérable – ou qui ne connaissent pas de dérégionalisation élargissant leur zone d’utilisation : ainsi, un locuteur de Liège ou de Namur aura bien de la peine à comprendre le il fait niche ici ! « il fait sale ici ! » de son interlocuteur ardennais, lequel se demandera pourquoi ses « bonbons » deviennent des chiques dans le pays de Liège et des boules dans la région namuroise16.

29Bien que stigmatisés, ces traits n’en restent pas moins présents de façon significative dans les pratiques d’une part importante de la population, pour qui les variétés marquées par ces traits dialectaux constituent une norme objective sur le « marché linguistique restreint » (celui des interactions informelles, entre pairs, etc. ; voir Lafontaine 1988 ; Francard 1998). Si cela est principalement vrai pour les locuteurs de classes moyennes ou populaires, ceux-ci ne sont pas pour autant les seuls à faire usage de variantes linguistiques exclues du marché officiel : des analyses sociolinguistiques quantitatives ont en effet démontré que des locuteurs de milieu favorisé exploitaient des régionalismes de ce type non à cause de leur ignorance des usages de prestige, mais en raison du rôle de marqueur identitaire que ces traits jouent sur le marché restreint (Hambye 2005).

30De plus, d’après les résultats des enquêtes sur les attitudes linguistiques des jeunes étudiants de Belgique francophone, ce sont bien les diverses variétés régionales du français en Wallonie qui bénéficient de plus en plus d’un important capital de sympathie aux yeux des Wallons, malgré leur faible légitimité : ce sont donc ces sous-ensembles de pratiques régionalement marquées qui constituent des pôles d’identification et qui sont les plus susceptibles d’être à la source de sentiments de loyauté linguistique de la part des francophones de Wallonie (voir Francard et Franke 2005). De ce fait, aucun de ces sous-ensembles ne peut néanmoins prétendre au statut de variété commune recueillant l’adhésion d’une majorité de locuteurs à l’échelle de la Belgique francophone dans son ensemble.

3.3. L’impossible réconciliation entre légitimité et valeur affective

31Les deux types de variétés identifiées plus haut ne sont pas deux ensembles d’usages discontinus et clairement séparés. La vision traditionnelle opposant un « français marginal » et un « français dialectal » – vision diffusée en Belgique par Maurice Piron (1978) mais également présente chez des auteurs français (voir Carton 1987) – concevait ces deux formes de français comme étant distribuées de façon très contrastée selon les classes sociales ou selon les situations. Nous pensons au contraire que le français des francophones de Belgique est un donné hétérogène, certes, avec des usages largement diffusés et d’autres qui le sont beaucoup moins, mais qui est à saisir comme une globalité. En d’autres termes, un Wallon n’a pas à choisir, selon les contextes de communication, entre un « français marginal » et un « français dialectal », mais il lui appartient – dans les limites de ses compétences linguistiques – de sélectionner des usages qui relèvent de « marchés » différents, qui prennent place sur un continuum sans frontières bien nettes (voir Francard 2005b ; Hambye 2005). C’est pourquoi nous pouvons estimer que c’est bel et bien une norme endogène qui oriente objectivement les pratiques des francophones de Belgique : la diglossie entre le français exogène et les langues régionales endogènes a donc laissé place, du point de vue des pratiques effectives, à un continuum d’usages différenciés selon leur statut et selon leur signification sociale.

32Cependant, au niveau des attitudes, la dynamique sociolinguistique actuelle en Wallonie reste, semble-t-il, proche de la diglossie. En effet, l’ambivalence attitudinale qui consiste à opposer les variétés légitimes aux variétés valorisées pour leur « sympathie » nous semble relever pleinement de la logique diglossique – qui constitue ainsi une forme particulière de hiérarchisation entre les variétés. C’est pourquoi, l’opposition entre différents marchés linguistiques nous semble encore pertinente pour rendre compte de la situation sociolinguistique en question.

33Dans la mesure où l’unification du marché linguistique (Bourdieu 1982, p. 26 et suiv.) n’est donc pas complètement réalisée, les locuteurs peuvent continuer à faire valoir la légitimité de leurs propres pratiques sur le marché régional restreint, sans que s’instaure un mouvement visant à la définition d’une norme endogène commune. On pourrait avancer à cet égard que les différents groupes régionaux à l’intérieur de la Wallonie ont intérêt à favoriser les forces centrifuges au détriment des forces centripètes (voir Klinkenberg dans ce volume). En effet, en valorisant des variétés sous-régionales, ils s’assurent un minimum de profit symbolique, ce qui ne serait pas le cas s’ils s’accordaient pour reconnaître la pleine légitimité et la valeur symbolique de la variété endogène « de prestige » : en effet, celle-ci leur serait néanmoins « étrangère », à cause de son caractère « bourgeois » pour certains, de par son association avec une aire géographique et donc avec une collectivité particulière pour d’autres. En Wallonie comme dans d’autres régions de la francophonie (à la Réunion par exemple, voir Souprayen-Cavery et Bavoux dans ce volume), la diversité des usages rend difficile l’émergence d’un modèle de langue partagé par tous et permet finalement la persistance d’un modèle exogène malgré les prises de distance affichées à son égard.

3.4. Porosité croissante des frontières entre usages linguistiques

34Nous avons souligné toutefois que l’évolution des attitudes qui relativise la primauté de la norme exogène se marque déjà au niveau des pratiques linguistiques. Si elle ne permet certes pas l’émergence d’une norme de référence endogène, elle semble autoriser les francophones de Wallonie à assumer davantage la présence de marques linguistiques endogènes dans leur français. Il nous semble que trois processus en cours contribuent ainsi à une plus grande porosité des frontières entre les variétés régionales d’une part, et la variété « de prestige » d’autre part.

35Dans les marchés régionaux restreints, les régionalismes se voient attribuer un prestige qui n’est plus seulement latent. Cette légitimation progressive n’est probablement pas sans lien avec un mouvement global de valorisation de l’appartenance régionale (auquel participe notamment le pouvoir politique) qui marque de nombreuses régions d’Europe et qui touche de façon très nette la Wallonie bien qu’il soit au départ essentiellement le fait d’élites intellectuelles17 (Pirotte 1997). De façon générale, les formes régionalement marquées bénéficient de la tendance globale à la décentralisation de la norme qui a été mentionnée plus haut et qui permet que la prédominance du modèle parisien soit peu à peu remise en question dans toute la francophonie au profit d’une promotion de la diversité linguistique18.

36Deuxièmement, le processus de dérégionalisation (au niveau lexical, voir plus haut) par lequel les variantes perdent peu à peu leur ancrage régional pour se diffuser à une échelle de plus en plus large, permet que ces variantes perdent ainsi le stigmate associé aux usages trop localisés (voir Francard 2005a). Les locuteurs perçoivent ainsi de moins en moins certains de leurs régionalismes comme des formes très marginales. Ce processus est par ailleurs renforcé par la méconnaissance croissante du « pôle » dialectal : ignorant que telle forme est dialectale, les locuteurs ne sont plus tentés de la condamner pour cette seule raison, comme ce fut le cas à l’époque où les locuteurs, bilingues, identifiaient les deux pôles et pouvaient privilégier systématiquement le pôle « français ». En outre, on peut considérer que l’étiolement des langues régionales a rendu caduc le discours alarmiste qui diabolisait les influences néfastes de ces langues sur la pratique du français, permettant ainsi que celles-ci soient davantage vues comme un patrimoine à sauvegarder que comme une source d’interférences dommageables. De ce fait, les emprunts à ces langues bénéficient d’un capital de sympathie qui leur faisait défaut auparavant.

37Enfin, à travers un processus de spécialisation pragmatique, des variantes endogènes ne sont plus jugées en référence à leur équivalent standard, mais bien comme une ressource supplémentaire remplissant des fonctions linguistiques particulières. Ainsi, la prononciation régionale des voyelles pénultièmes de groupe intonatif avec allongement (ex. c’est pas vrai avec allongement du /a/ de pas) n’est pas absolument équivalente à celle où ces mêmes voyelles sont brèves : elle semble être exploitée pour marquer l’investissement du locuteur dans son discours ou pour indiquer une forme d’emphase. De même, les deux variantes disponibles pour désigner le repas du soir, dîner et souper, ne sont pas complètement interchangeables : dîner est associé à des circonstances formelles (d’énonciation et de situation), alors que souper relève du registre informel. Il en va de même pour les verbes casser et sketter, largement synonymes dans certains emplois, mais qui évoquent des connotations très différentes selon les contextes d’énonciation. Les usages régionaux tendent donc à occuper une place particulière au sein du système des locuteurs et n’entrent plus dès lors en concurrence directe avec les formes exogènes.

4. Promouvoir une norme endogène ?

38Les trois tendances que nous venons de décrire résultent de mouvements complexes de convergence et de divergence par rapport à la norme exogène, qui semblent favoriser l’émergence d’usages linguistiques disposant d’une légitimité croissante et intégrant de plus en plus des formes endogènes. Comme nous l’avons également indiqué, cette évolution paraît néanmoins toujours s’inscrire dans une logique diglossique : les formes endogènes restent a priori moins légitimes et elles ne trouvent la voie de la valorisation que par des chemins détournés. Le changement d’attitude qui permet une affirmation plus claire de l’attachement des locuteurs aux traits régionaux coexiste avec la persistance d’une stigmatisation des régionalismes qui sont issus des langues régionales. Ainsi les variétés de français marquées par l’influence du substrat dialectal prennent une place de plus en plus importante dans le paysage linguistique (via la publicité, les médias), mais souvent en vue d’une exploitation caricaturale, folklorisante ou péjorative des connotations associées à ces variétés19. En l’absence d’un réel élan d’affirmation de la légitimité des pratiques endogènes, l’étiquette belgicisme reste une forme de stigmate lorsqu’elle vient sanctionner les pratiques effectives des locuteurs.

39Compte tenu de cette ambivalence persistante et compte tenu des différences de pratiques enregistrées entre Bruxelles et la Wallonie et entre les différentes collectivités régionales wallonnes, les efforts pour promouvoir une norme endogène en Belgique francophone se doivent d’éviter deux écueils. D’une part, ils ne peuvent se contenter de mettre en évidence la légitimité des usages endogènes « bourgeois » tout en laissant survivre l’image négative associée généralement aux autres régionalismes. Ce faisant, ils maintiendraient, chez tous les francophones de Belgique qui n’héritent pas de cette variété endogène de prestige, le sentiment qu’une partie de leur répertoire linguistique est « intrinsèquement » illégitime.

40D’autre part, il serait probablement vain d’essayer de renverser le statut des traits régionaux par la valorisation de tout ce qui est endogène, en déniant ainsi la légitimité différenciée des formes endogènes selon le registre de langue auquel elles sont associées. En outre, on peut penser que certains des régionalismes qui tirent précisément leur valeur de leur caractère « non standard », de leur prestige latent (voir les traits dialectaux mentionnés ci-dessus) ne pourraient pas être élevés au rang de norme de référence sans perdre ce qui fonde la loyauté des locuteurs envers eux.

41S’il est dès lors illusoire du point de vue sociolinguistique de penser que les usages linguistiques d’une communauté puissent ne pas être hiérarchisés, comment envisager la revalorisation par une communauté linguistique des pratiques qui lui sont propres et l’émergence d’une norme endogène ? Nous pensons que si une hiérarchisation des traits endogènes est inévitable, l’appropriation par les locuteurs de cette hiérarchisation est la voie par laquelle peut se construire une norme de référence endogène.

42Pour asseoir leur loyauté envers le français et pour accroître leur sécurité linguistique, il faudrait donc que les francophones de Belgique puissent établir cette hiérarchisation sans que l’opposition endogène vs exogène en soit le fondement, comme c’est le cas encore aujourd’hui par l’intermédiaire de la stigmatisation de ce qui est identifié comme belge. Il s’agirait alors de reconnaître que les formes non reçues dans l’usage formel ne sont pas illégitimes parce qu’elles sont belges ou wallonnes (ou carolorégiennes ou liégeoises, etc.) ou parce qu’elles sont prétendument « populaires », mais bien parce qu’une valeur leur est associée dans le cadre d’une hiérarchisation socialement construite et qui n’a de ce fait rien d’absolu. Pour les francophones de Belgique, la consolidation d’une norme endogène passe donc par un double mécanisme d’appropriation de leur langue, d’une part, à travers une affirmation toujours plus nette de la valeur et de la légitimité de certains marqueurs identitaires, et d’autre part, à travers la prise de conscience de leur droit à fixer leurs propres normes linguistiques.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Baggioni Daniel et Moreau Marie-Louise, 1997, « Norme », Sociolinguistique. Les concepts de base, M.-L. Moreau dir., Sprimont, Mardaga, p. 217-223.

Bauvois Cécile, 2001, La parole sexuée. Étude sociolinguistique de douze variables en Belgique francophone, thèse de doctorat, Mons, Université de Mons-Hainaut.

Beniamino Michel, 1997, « Diglossie », Sociolinguistique. Les concepts de base, M.-L. Moreau dir., Sprimont, Mardaga, p. 125-130.

10.3406/arss.1980.2100 :

Bourdieu Pierre, 1980, « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », Actes de la recherche en sciences sociales 35, p. 63-72.

— 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Carton Fernand, 1987, « les accents régionaux », France, pays multilingue, t. 2, Pratiques des langues en France, G. Vermes et J. Boutet dir., Paris, L’Harmattan, p. 29-49.

Doppagne Albert, 1979, Belgicismes de bon aloi, Bruxelles, Office du bon langage - Fondation Charles Plisnier.

Francard Michel (en collaboration avec Josianne Lambert et Françoise Masuy), 1993, L’insécurité linguistique en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Culture (Service de la langue française).

Francard Michel, 1998, « Entre pratiques et représentations linguistiques : le lexique des Belges francophones », Linguistic Identities and Policies in France and the French-speaking World, D. Marley, M.-A. Hintze et G. Parker dir., Londres, CILT, p. 149-159.

— 2000, « Quand le français tire sa référence », Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept, M. Francard, G. Geron et R. Wilmet dir., Cahiers de l’Institut linguistique de Louvain 26, 1-4, p. 7-10.

— 2002, « La pratique des langues régionales de la Wallonie. Une enquête auprès d’étudiants romanistes francophones », Les dialectes de Wallonie 29-30, p. 181-210.

— 2005a, « La frontière entre les langues régionales romanes et le français en Wallonie », La lexicographie différentielle du français et le Dictionnaire des régionalismes de France, M.-D. Glessgen et A. Thibault dir., Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, p. 45-61.

— 2005b, « La Wallonie et ses langues », La Wallonie à l’aube du xxie siècle. Portrait d’un pays et de ses habitants, M. Germain et J.-Fr. Potelle dir., Charleroi, Institut Jules Destrée, p. 355-362.

Francard Michel et Franke Gabriele, 2005, « France et Belgique francophone : deux pays qu’une même langue sépare ? », L’Europe et les francophonies. Langue, littérature, histoire, image, Y. Bridel, B. Chikhi, F.-X. Cuche et M. Quaghebeur dir., Bruxelles, Peter Lang, p. 119-137.

Francard Michel, Geron Geneviève et Wilmet Régine, 2002, « Diffusion et vitalité des particularités lexicales du français en Belgique : une enquête sociolinguistique », Les Belges : enregistreurs de tous les usages, R. Wakely dir., Edimbourg, French Section, Centre de recherches francophones belges, University of Edinburgh, p. 11-32.

— 2003, « Les “belgicismes” sont-ils “belges” ? La nomenclature du Dictionnaire du français en Belgique », Variations linguistiques. Koinè, dialectes, français régionaux, P. Nobel dir., Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 137-150.

Garsou Martine, 1991, L’image de la langue française, Bruxelles, Ministère de la Culture (Service de la langue française).

Hambye Philippe, 2000, Rapports langue(s) – identité(s). Mise en place et analyse d’un dispositif expérimental, mémoire de licence non publié, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain.

— 2005, La prononciation du français contemporain en Belgique. Variation, normes et identités, thèse de doctorat, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain.

10.1017/S000841310000356X :

Hambye Philippe et Simon Anne Catherine, 2004, « The production of social meaning via the association of variety and style. A case study of French vowel lengthening in Belgium », Canadian Journal of Linguistics / Revue canadienne de linguistique 49, 3-4, p. 397-421.

Houdebine Anne-Marie, 1997, « Imaginaire linguistique », Sociolinguistique. Les concepts de base, M.-L. Moreau dir., Sprimont, Mardaga, p. 165-167.

Lafontaine Dominique, 1988, « Le parfum et la couleur des accents », Le français moderne 1-2, p. 60-73.

— 1991, Les mots et les Belges, Bruxelles, Ministère de la Culture (Service de la langue française).

Manessy Gabriel, 1997, « Norme endogène », Sociolinguistique. Les concepts de base, M.-L. Moreau dir., Sprimont, Mardaga, p. 223-225.

Moreau Marie-Louise, Brichard Huguette et Dupal Claude, 1999, Les Belges et la norme. Analyse d’un complexe linguistique, Bruxelles - Louvain-la-Neuve, Ministère de la Culture (Service de la langue française) - Duculot.

Morin Yves-Charles, 2000, « Le français de référence et les normes de prononciation », Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept. Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain 26, 1-4, M. Francard, G. Geron et R. Wilmet dir., p. 91-135.

Piron Maurice, 1978, Aspects et profil de la culture romane en Belgique, Liège, Éditions Sciences et Lettres.

— 1979, « Le français de Belgique », Le français hors de France, A. Valdman dir., Paris, Champion, p. 201-221.

Pirotte Arnaud, 1997, L’apport des courants régionalistes et dialectaux wallons au mouvement wallon naissant, Louvain, Peeters.

Pohl Jacques, 1950, Témoignages sur le lexique des parlers français de Belgique, thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles.

— 1983, « Quelques caractéristiques de la phonologie du français parlé en Belgique », Langue française 60, p. 30-41.

— 1984, « Le statalisme », Travaux de linguistique et de littérature 22 (1), p. 251-264.

Notes de bas de page

1 À ce sujet, voir également C. Bavoux et J.-M. Klinkenberg dans ce volume.

2 Qu’elle soit endogène ou non, la variété de français érigée en norme de référence correspond toujours à un modèle (Hambye et Simon 2004), un objet abstrait « dont les contours prennent forme au fur et à mesure que s’élabore la description de ce qui ne lui appartient pas » (Francard 2000, p. 8). Cela dit, l’existence de cet objet ne fait aucun doute ni dans les représentations des locuteurs ni dans la pratique des linguistes qui le construisent, parfois malgré eux, au travers de leur description.

3 Un usage peut donc être légitime sur un marché linguistique donné et constituer une norme plus ou moins implicite sur ce marché sans pour autant servir de référence lorsqu’il s’agit de mesurer par exemple la qualité ou la correction des façons de parler effectives.

4 Plusieurs langues régionales sont parlées sur le territoire de la Wallonie en tant qu’entité géopolitique. D’une part, des idiomes germaniques (le francique ripuaire et le francique mosellan), héritiers de la présence franque sur ce territoire, représentent les langues endogènes de quelques zones aux confins de l’Allemagne et du Grand-Duché de Luxembourg, où ils sont aujourd’hui en concurrence avec le français et avec l’allemand standard. D’autre part, des langues régionales appartenant au domaine roman, continuatrices du latin vulgaire en Wallonie, ont servi de langue d’usage à la grande majorité des Wallons jusqu’au début du xxe siècle. À partir de cette période, le wallon, le lorrain et le picard (ainsi que le champenois présent sur un territoire très étroit) ont vu leur domaine d’emploi se réduire assez rapidement au profit de l’usage du français. De ces trois langues régionales, seul le wallon est présent sur la majeure partie du domaine dialectal roman, qui constitue pratiquement son aire exclusive de diffusion (alors que le lorrain et le picard sont les prolongements en Wallonie d’aires dialectales partagées avec la France). Si la pratique courante des langues régionales romanes est aujourd’hui très minoritaire, la vitalité de ces langues se maintient néanmoins de façon significative et leur visibilité dans les médias ou dans certaines pratiques culturelles notamment les inscrit clairement dans le paysage linguistique de la Wallonie (pour une évaluation de cette vitalité, voir Francard 2002). Divers éléments permettent en effet de penser que la Wallonie est la zone du domaine d’oïl la plus exposée aux langues régionales endogènes (au wallon en particulier). À l’influence de ces langues romanes s’ajoutent les contacts avec les langues germaniques du Nord de la Belgique (flamand et néerlandais standard), mais qui n’ont pas contribué autant que les idiomes wallons à la configuration du répertoire linguistique des francophones de Wallonie.

5 Précisons que cette vision des usages linguistiques repose sur une erreur historique, la pratique active des langues régionales en Wallonie ayant perduré jusqu’au début du xxe siècle dans l’ensemble des milieux sociaux.

6 Notons, par ailleurs, que ces traits « bourgeois » ne sont pas objectivement en concurrence avec les traits « populaires ». À l’exception de quelques formes issues de vocabulaires spécialisés (liés à la vie universitaire ou juridique par exemple), ils sont observables chez les Belges francophones de toutes catégories sociales, ils ne s’opposent aux régionalismes « populaires » que dans la mesure où l’emploi de ces derniers est quant à lui supposé restreint à une classe sociale particulière.

7 Ce terme emprunté à Jacques Pohl désigne un « fait linguistique, observable dans un pays, et dont une des lignes d’isoglosses coïncide avec au moins un tronçon important d’une frontière politique » (Pohl 1983, p. 30).

8 Notamment parce que les locuteurs fondent leur préférence sur des arguments perçus comme objectifs : l’emploi des déterminants numériques septante et nonante serait ainsi plus « cohérent » ou « logique » que l’usage français ; le maintien de certaines oppositions vocaliques assurerait une communication plus précise ou claire ou servirait d’indice pour une orthographe correcte (en marquant phonétiquement la différence entre les formes du futur simple et du conditionnel en -ai / -ais ou entre les formes masculines et féminines des participes passés en -i/ -ie, -u/-ue).

9 Cette évolution a pu récemment être mise en évidence, notamment chez des étudiants de Belgique francophone (Francard et Franke 2005).

10 Pour d’autres enquêtes mettant en évidence cette ambivalence attitudinale, voir Francard et al. 1993, p. 14-19 ; Garsou 1991, p. 22 ; Lafontaine 1991, p. 23 ; Moreau et al. 1999 : p. 28 et 35.

11 Cette neutralisation correspondrait alors à la tendance à l’assimilation typique des groupes dominés et qui « suppose un travail visant à faire disparaître tous les signes propres à rappeler le stigmate […] et à proposer […] l’image de soi la moins éloignée possible de l’identité légitime » (Bourdieu 1980, p. 69).

12 Du point de vue de la norme de prononciation, cette variété de français correspondrait alors au « français standardisé » qui représente une des normes de référence proposées pour la francophonie par divers auteurs pour remplacer la notion de « français standard » jugée inadéquate (Morin 2000).

13 Voire à préférer cet usage belge à certains usages français comme le montrent les recherches mentionnées ici. Rappelons à cet égard que, dans le contexte belge, les usages français peuvent être jugés négativement en raison de leur association avec une certaine forme de snobisme (ce qui est surtout le cas en Belgique pour le français de Paris).

14 Dévalorisation confirmée, par ailleurs, par d’autres études menées par l’équipe de M.-L. Moreau. En effet, les expériences sur l’évaluation du lexique qui révèlent le statut particulier des belgicismes bourgeois confirment aussi que les locuteurs ont « tendance à fusionner les catégories “belge” et “incorrect” » (Moreau et al. 1999, p. 8). En outre, M.-L. Moreau et ses collaborateurs (1999, p. 12-26) ont démontré que cette évaluation négative était tout à fait indépendante de la réalité objective des pratiques : ainsi, des informateurs hennuyers interrogés s’imaginent dans leur grande majorité qu’un même texte, entendu dans une version lue par un Français, est plus riche du point de vue lexical et mieux construit au niveau de la syntaxe que lorsque le lecteur s’exprime avec un accent liégeois ou bruxellois prononcé.

15 Notons que la faible présence de ces traits dans les usages plus formels ou dans le parler des locuteurs les plus scolarisés n’est pas toujours due à la connaissance qu’auraient les locuteurs de l’origine dialectale de ces traits, mais parfois plus simplement à la condamnation dont ils ont été l’objet en raison de cette origine.

16 Par contre, ils seront nombreux à comprendre ce qu’est une ducasse « fête paroissiale » ou une potale « petite niche qui abrite généralement une statue », bien que ces termes ne soient pas, à l’origine, répandus sur toute l’aire dialectale wallonne.

17 Ce qui illustre bien la manière dont les normes linguistiques sont dépendantes des valeurs dominantes au sein de la communauté (voir Klinkenberg dans ce volume).

18 En témoignent diverses initiatives menées par le Service de la langue française de la Communauté française de Belgique, notamment suivant les avis du Conseil supérieur de la langue française, comme l’organisation annuelle d’une « fête de la langue française » visant à « développer les liens affectifs des usagers à l’égard de leur langue » (http://www.cfwb.be/franca/fram001.htm).

19 Il serait intéressant à cet égard de comparer l’exploitation publicitaire des dialectalismes ou des langues régionales en Wallonie (ou dans certaines régions de France comme la Normandie ou la Provence) et l’emploi du créole dans la publicité à la Réunion (voir Lebon-Eyquem dans ce volume).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.