Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Normes et déminorisation du français de Louisiane

p. 35-44


Texte intégral

1. Introduction

1Dans son introduction au volume issu du colloque « Des langues collatérales »1 (Eloy 2004, p. 1), Bernard Cerquiglini déclarait :

… on ne saurait considérer aujourd’hui comme des dialectes du français le gallo, le normand, le wallon ou le picard, étant donné l’écart qui s’est creusé entre eux et le « français national »…

2Cet avis est largement partagé par des membres de la communauté francophone de Louisiane qui militent pour le maintien et la valorisation de leur parler vernaculaire minorisé, d’abord par son statut de langue collatérale par rapport au français de référence (FR)2, dénommé par eux « français international », ensuite par la politique assimilatrice et linguicide de la période où le creuset américain fonctionnait à fond (1910-1950). Pour ces personnes, il s’agit bien d’une « langue » louisianaise et non pas d’un « patois » ou d’un « dialecte ». Lancé en 1968, le mouvement de revitalisation du fait français en Louisiane francophone prit d’abord la forme de l’importation du FR. Mais, rapidement, il donna lieu à une réaction prônant la reconnaissance des variétés locales et leur entrée à l’école et l’élaboration d’une forme écrite basée sur les parlers vernaculaires, une scripta. L’on sait qu’une langue normée, c’est-à-dire dotée d’une forme où sont nivelées certaines variations, a beaucoup plus de chances de s’introduire dans les domaines anciennement réservés à la langue dominante que celle connaissant une forte variabilité.

3L’objet de cet article est de rendre compte d’un aménagement linguistique informel puisqu’il est l’œuvre d’un petit groupe de militants plutôt que d’une institution. Qui plus est, cette action sur la langue propose en fait une sorte de double norme, l’une portant sur l’oralité et l’autre sur l’écrit. Nous présenterons d’abord la situation linguistique de la Louisiane francophone. Ensuite nous aborderons la question de la variation de la parole vernaculaire en isolant deux importantes variables. Nous terminerons par une présentation sommaire des deux normes, l’une orale et l’autre graphique.

2. La situation linguistique de la Louisiane francophone

4La région francophone louisianaise forme un bloc relativement monolithique. Elle forme un triangle dont le socle repose sur le golfe du Mexique et l’apex se situe au nord dans la paroisse Avoyelles mais il exclut la ville principale, la Nouvelle-Orléans, et la capitale de l’État, Baton Rouge. Historiquement, la francophonie s’est déplacée de la vallée du bas Mississippi vers l’ouest et déborde sur le Texas où le recensement de 1990 dénombrait 60000 personnes de langue maternelle française contre 262000 locuteurs en Louisiane.

5Le terme « français de Louisiane » (FL) recouvre en fait un continuum de variations dont les deux pôles opposés sont formés par le FR et le créole louisianais (CL) et le centre constitué par le parler vernaculaire dominant, le français cadien (FC). Il existe deux autres variétés endogènes de français, le français de plantation et le français des « Créoles de couleur », descendants des mulâtres qui, au cours du xixe siècle, constituaient une partie importante des classes moyennes. Cette dernière variété reflète le parler introduit durant la période coloniale, de 1700 à 1800 environ, le français colonial (FCo). La récente réintroduction du FR par le biais de l’école a rendu encore plus complexe cette situation, d’autant plus que l’anglais exerce une forte pression déstabilisatrice sur l’ensemble du continuum. Ajoutons toutefois que ce continuum ne caractérise que certaines parties de la région. Par exemple, le CL est quasiment absent de la paroisse Terrebonne située au sud, dans la zone des marais. La notion de diglossie enchâssée décrit le mieux la situation linguistique actuelle du Triangle francophone – appellation courante de la partie francophone de la Louisiane (Valdman 1996). L’anglais, parlé sous diverses formes, y compris avec l’accent cajun3, coiffe l’ensemble. Le FR se place au deuxième niveau et sert de norme externe coiffant les variétés vernaculaires (voir la Figure 1).

Figure 1 : La diglossie enchâssée louisianaise

Image 1000000000000178000000F08F23126338577F07.jpg

6Paradoxalement, l’anglais a favorisé indirectement la survivance du CL et du FC. En effet, au xixe siècle, en évinçant progressivement les variétés de français proches du FR – le français de plantation et celui des Créoles de couleur, avatar du FCo – de tous leurs domaines d’utilisation, il a restreint son influence glottophagique sur les deux variétés vernaculaires puisqu’il a soustrait le CL à la décréolisation et le FC à la décadiénisation. Ainsi en se substituant aux variétés vernaculaires pour les fonctions langagières assurées antérieurement par le FR, il les a mises à l’abri des influences déstabilisatrices de cette variété et il leur a permis de perdurer comme variétés autonomes, du moins pendant un certain temps (Picone et Valdman 2005). À l’heure actuelle, le CL est moribond car rares sont les personnes qui le parlent exclusivement ; ses quelque 30 000 locuteurs sont tous bilingues (CL-anglais) ou trilingues (CL-FC-anglais) (Klingler 2003). Mais la survie du FL est aussi menacée car cette variété se transmet peu de génération en génération. Comme le CL, outre les phénomènes engendrés par le contact linguistique mentionnés ci-dessous, il exhibe certains traits associés à l’étiolement linguistique (Rottet 2001). Cependant, en se référant à la notion de langue collatérale introduite par Jean-Michel Eloy (2004), par son rapprochement structurel et ses relations historiques avec le FR, le FL ne peut exister que dans la relation de subordination qui le lie à ce dernier, sa langue-toit pour reprendre l’analyse de Philippe Gardy et Robert Lafont (1981) de la relation entre les parlers occitans et le français.

3. La variation en français louisianais

7Le continuum linguistique louisianais résulte de la superposition de plusieurs strates linguistiques reflétant l’évolution démographique de cette ancienne colonie française. Introduite lors de l’établissement de la colonie, vers 1700, la strate, le FCo, constituait probablement une koinè formée sur le français populaire des xviie et xviiie siècles qu’utilisaient les locuteurs du Nord et de l’Ouest de la France ainsi que certains traits des dialectes d’oïl régionaux (Chaudenson 1992). Utilisé par une population hétérogène – une partie importante des premiers colons provenait de la Nouvelle France (le Québec actuel) ; une autre était composée de germanophones –, le FCo avait sans doute connu une seconde koinéisation, endogène celle-ci (Picone et Valdman 2005). Sur cette base se sont greffés de 1764 à 1785 des apports acadiens provenant de plusieurs vagues d’immigrants dont la dernière comportait des personnes ayant vécu une vingtaine d’années au Poitou et en Saintonge, et leurs conjoints français, ainsi que des enfants nés en France. Une troisième strate provient de l’arrivée d’environ 10 000 Blancs, mulâtres et esclaves noirs de Saint-Domingue réfugiés à Cuba, puis expulsés de cette colonie espagnole en 1809. Ces réfugiés saint-dominguois constituaient alors presque 25 % de la population de la Louisiane. Ensuite, la première moitié du xixe siècle vit l’arrivée de réfugiés bonapartistes et d’autres Français attirés par l’essor économique après la cession de la colonie aux États-Unis en 1803. Installé pour la plupart à la Nouvelle-Orléans et le long du Mississippi, ce dernier groupe francophone usait d’une variété proche du FR, le français de plantation (Picone 1997).

8Les apports linguistiques successifs qu’implique cette évolution démographique, auxquels s’ajoute l’influence du CL, variété endogène (Klingler 2003), expliquent la difficulté d’attribuer tel ou tel trait à une source particulière. Par exemple, l’on retrouve dans plusieurs régions certains traits qui reflètent une influence acadienne : zire « qui inspire le dégoût », zireux « qui montre du dégoût, de la répugnance » (Cormier 1999). Mais ceux-ci se retrouvent également en Saintonge. Or, comme nous l’indiquons ci-dessus, un nombre important des réfugiés du Grand Dérangement (l’expulsion des Acadiens de l’Acadie par les occupants anglais en 1755) regagnèrent le Poitou et la Saintonge avant leur immigration en Louisiane. D’autres vocables comme garrocher « lancer des pierres » ou mouillasser « pluviner » se retrouvent aussi au Québec, et ils pourraient faire partie du FCo. En l’absence d’études lexicologiques et comparatives poussées, il est fort hasardeux d’attribuer tel ou tel trait relevé en Louisiane à une seule source, d’autant plus que le français acadien lui-même est fort variable (Flikeid 1997, Dubois 2000). C’est ce qui a conduit une grande partie des spécialistes à reconnaître une entité coiffant toutes les variétés qu’ils dénomment français de Louisiane (FL). Néanmoins, il est vrai que le FL reflète surtout le FC du fait de la meilleure préservation de ce dernier parler due au relatif isolement social et géographique des descendants des immigrants acadiens.

9Ce que l’on nomme FC exhibe une variabilité déconcertante car, dans l’état actuel des connaissances, il est malaisé de départager les variantes diatopiques, diastratiques et diaphasiques et de faire la part des influences des langues avec lesquelles il coexiste : FR, CL et anglais. Ces variantes se manifestent sur tous les plans linguistiques. Sur le plan phonologique, Sylvie Dubois (2000) ne décèle qu’un isoglosse catégorique, la spirantisation des fricatives dentales et palatales, [he] pour j’ai et [nuhot] pour nous autres, qui caractérise le parler des paroisses Lafourche et Terrebonne dans le Sud du Triangle francophone. Sur le plan lexical, les recherches en sont encore au stade de la collecte des données et l’on ne peut pas encore établir un lien précis entre des variantes synonymiques telles que pigueroin/rognon/kidni « rein », chenaille/mademoiselle « libellule » ou morpho-phonologiques telles que drette / droite, queue/ tcheue, chesseresse / sécheresse, (il a) venu / menu « il est venu » et des localités particulières.

10Par contre, sur le plan morphosyntaxique, il semble exister deux isoglosses qui séparent les paroisses peuplées principalement par les Acadiens des autres paroisses : 1) la forme du pronom interrogatif à référence non animée, réalisée par la variante qui opposée à quoi ; 2) la forme de la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif et de l’imparfait réalisée par la variante ils… désinence zéro (ils chantent / il∫ãt /) opposée à ils… -ont (ils chantont / ∫ãtõ /) (Byers 1988, Rottet 2001). Pour chacune de ces deux variables, la seconde correspond à un trait encore largement répandu dans les Provinces maritimes.

11Comme le FL est en voie de disparition, d’autres variables linguistiques reflètent l’étiolement linguistique. Comme le suggère Chaudenson (1992), évoluant hors du contact avec le FR, les parlers français d’outre-mer donnent libre cours à des tendances internes de la langue qu’il nomme autorégulation. C’est le cas notamment des variantes du pronom de la 3e personne du pluriel : ils, a, eux-aut’, eusse et ça (Rottet 2001). Comme le montre l’échantillon oral en (1) recueilli chez un locuteur âgé dans la paroisse Lafourche, quatre variantes de cette variable se présentent :

(1)

Mais sho’, eux-autes seraient contents, tu les appelles ‘oir, parce que ça travaille tard, eusse a ein grand jardin en arrière, et ils travaillont tard, des fois Ils sont tard dans la maison. SO tu peux les appeler quand-ce que ‘oir équand tu pourrais les prendre. (Rottet 2001)

12Qui plus est, dans cette zone, la variable est sujette à la restriction stylistique, un symptôme de l’étiolement linguistique. Les locuteurs plus âgés qui conservent une pleine compétence linguistique alternent entre les trois premières variantes et usent peu de la variante ça. Par contre, les plus jeunes, surtout ceux que nous dénommons semi-locuteurs4 ont abandonné l’utilisation de ils et eux-aut’ pour user principalement de eusse (voir le Tableau 1).

Tableau 1 : Formes du pronom sujet de la 3e personne du pluriel

Image 100000000000029800000090E40D7DB41933B36D.jpg

4. Norme orale et norme écrite en FL

13Minorisé par rapport au FR, le FL s’est vu prendre le chemin de la revalorisation par un développement pervers de la réintroduction du FR par le programme du Codofil (Comité pour le développement du français en Louisiane) en 1968. Inspiré par le projet de loi fédéral sur l’enseignement bilingue de 1967 qui, pour la première fois aux États-Unis, apportait un soutien officiel à l’utilisation d’une langue autre que l’anglais en domaine scolaire, James Domingeaux, avocat influent et ancien représentant au Congrès fédéral, persuada la législature de la Louisiane de financer un vaste projet dont le but était l’instauration d’un bilinguisme français-anglais dans la totalité de l’État. Le programme du Codofil prit la forme du parachutage du FR avec l’aide d’enseignants étrangers : des coopérants français secondés par des enseignants de la communauté française de Belgique et du Québec qui devaient enseigner le français langue étrangère dans les écoles primaires des paroisses louisianaises qui les accepteraient. Aussi, surtout au cours des dernières années, le Codofil a lancé une variété d’initiatives extrascolaires pour la promotion du fait français en Louisiane : encouragement de son utilisation par les médias, en particulier la radio et la télévision, bourses pour des séjours d’étudiants et de professeurs dans les pays francophones, organisation de manifestations culturelles prônant la francophonie. Mais, des voix provenant surtout des milieux pédagogiques s’élevèrent contre l’introduction du FR car cette stratégie ne s’accordait guère avec un autre objectif du Codofil, la valorisation de la culture cadienne. Comme le déclarait l’un des slogans mobilisateurs de cet organisme : « Tu sauves la langue, tu sauves la culture. » En effet, certains francophones louisianais ne voyaient guère comment la réintroduction de formes exogènes se distinguant fortement de l’usage vernaculaire, seul porteur de la culture et de l’identité locales, pouvait permettre à celles-ci de se maintenir.

14Les opposants au programme Codofil optèrent pour l’introduction du FL dans le domaine universitaire et scolaire et lancèrent des initiatives d’aménagement linguistique pour rendre le FL compatible avec son utilisation dans ce domaine. Les premières tentatives optèrent pour une stratégie d’Abstand (Kloss 1929), c’est-à-dire de différenciation maximale par rapport au FR, tant par le choix de formes linguistiques que de graphies. Se posaient alors les problèmes de l’élaboration d’une représentation orthographique pour la variété vernaculaire retenue comme norme et de la sélection des structures grammaticales et du lexique pour cette norme. Un enseignant de langues étrangères du niveau secondaire, James Donald Faulk (1977), proposa une première graphie autonome adaptée de la transcription utilisée dans certains dictionnaires américains. Le principe, « tu lis ça en anglais et ça sort en français » (Ancelet 1993, p. 58), aboutit à une représentation de la langue qui la rendait difficilement lisible aux lecteurs habitués à l’orthographe conventionnelle :

(2)

Eel ā ahpre ahron jā son shahr.

Il est après arranger son char.

Il est en train de réparer sa voiture.

T’aw d’l’ā shonj poor an pee-ahs ?

T’as de la change pour eine piasse ?

Tu as la monnaie d’un dollar (une piastre) ?

(ā = /´/ ; ah = /a/ ; aw = /å/ ; ee = /i/ ; oo = /u/ ; voyelle + n = voyelle nasale)

15Mais à cette première réaction succéda rapidement une stratégie plus posée qui tenait compte de la nature de langue collatérale du FL. Reconnaissant d’une part l’attrition du FL par la faiblesse de sa transmission intergénérationnelle et, d’autre part, son imbrication au FR, sa langue-toit (Kloss 1929) dans la situation de diglossie louisianaise, les partisans de cette stratégie optèrent pour une norme endogène et l’adoption de l’orthographe conventionnelle. Pour l’oralité, ils suivirent de près les formes vernaculaires en favorisant les variantes « acadiennes ». Cette norme est illustrée par une pièce de théâtre portant sur le thème du maintien du patrimoine culturel cadien, Mille misères-Laissant les bons temps rouler en Louisiane (Gravelles et Marcantel 1979) dont un extrait apparaît en (2).

(3)

Mère :

Toujours rien ? Les pièges « étiont » vides encore ? Que le bon Djeu
nous aide ! (Elle commence à brailler.)

Père :

Ouais, arien encore. Les maudits Amaricains, Y se « foutont » pas mal si on crève de la faim, nous-aut’.

Garçon :

Pourquoi ti dis que c’est la faute des Amaricains ? « Ça vient » même pas icitte.

Père :

Y « z’ont » pas seulement besoin de venir icitte. Y nous « tuont » par remote control. Sans même de quitter leurs chaises douillettes à Washington, D.C. « Y pouvont » nous empêcher de gongner eine vie honnête en Louisiane. Sans lever le ‘tit doigt y « pouvont » détruire l’héritage acadien.

16L’on notera l’utilisation majoritaire de la variante ils… -ont pour les verbes (indiquée entre guillemets) et de déviations orthographiques. Comme me le précisait Richard Guidry, l’un des membres des aménageurs du FC ayant la meilleure connaissance du vernaculaire, ces choix graphiques avaient comme fonction de permettre aux acteurs, dont certains n’avaient pas une pratique courante du FC, de déclamer leurs textes avec une prononciation authentique. Le parler de la paroisse de Vermilion dont Richard Guidry est natif se caractérise en effet par une forte proportion d’emploi de la variante ils… -ont / iont, 45 % dans le corpus recueilli par Sylvie Dubois (2000) opposé à 2 % à Lafourche, 22 % à Avoyelles et 32 % à Saint-Landry, les autres paroisses où cette auteure a enquêté. Toutefois, le taux de 93 % d’emploi de cette variante dans la pièce démontre qu’il s’agit bien là de l’application d’un choix vers une norme favorisant les variantes considérées comme caractérisant le parler ancestral acadien.

17Il s’avère que comme l’auteur de la pièce, David Marcantel, est issu d’un milieu usant du FCo, la responsabilité de « cadiéniser » les dialogues incombait à Richard Guidry qui, lui, est de souche acadienne (communication personnelle). Par contre, pour l’écrit, cet auteur préfère retenir les variantes qui se rapprochent du FR : it is preferable to opt for a more « standard » form. Pour tous les aménageurs linguistiques actuels du FL, l’adoption de l’orthographe standard s’inscrit dans une politique qui insère la Louisiane francophone au sein de la francophonie. En revanche, certains, dont Barry-Jean Ancelet (1999, p. 5), tiennent à ne pas se séparer totalement de formes reflétant l’oralité :

(4)

On gravite vers l’utilisation d’une norme, d’une orthographe standard. Mais, par exemple, les tournures de phrases, le vocabulaire, toutes sortes de choses comme ça, sont préservées. […] Dans leur langage on voit infiltrée, par exemple, l’utilisation de ne, mais pas beaucoup. La plupart des écrivains que je vois adaptent la façon de parler, par exemple, ils utilisent pas du tout le ne, ils utilisent le pas, ou jamais ou rien pour faire la négation. Ils vont faire la contraction de t’as…

18Sur le plan du lexique, la scripta du FL incorpore les particularités du vernaculaire tout en adhérant à l’orthographe standard. Ainsi seront généralement mises à l’écart les variantes morpho-phonologiques locales et le choix se portera sur les variantes correspondant au FR, par exemple droite plutôt que drette, queue plutôt que tchèue, venu plutôt que mnu et sécheresse plutôt que chesseresse. Mais seront conservés les lexèmes de la langue vernaculaire relativement invariants, tels que char « voiture », cocodri « alligator », mèche « marais », joliment « beaucoup », grocerie « épicerie », brailler « pleurer », châssis « fenêtre », piasse « dollar » et paré « prêt ». Les choix seront plus problématiques face aux variantes lexicales vernaculaires qui se démarquent du FR, par exemple, pigeroin, rognon « rein » et chenaille, mademoiselle « libellule ».

5. Conclusion

19Comme le montre le choix des variantes il (i) et ça plutôt que eusse pour le pronom de la 3e personne du pluriel, la norme informelle coiffant certaines des variantes orales retenues semble aller à l’encontre de certaines des tendances actuelles du FC, du moins des jeunes semi-locuteurs (Rottet 2001). Mais cela s’explique par des considérations d’ordre idéologique. En effet, par exemple, la variante ils… -ont représente l’un des traits marquants du français de l’Acadie actuelle. Sa présence dans les textes louisianais reflétant l’oralité prend une valeur identitaire car elle évoque le lien nostalgique entre la communauté cadienne et la mère patrie dont elle fut séparée par un exode douloureux. Cependant, si de nombreux Louisianais francophones peuvent retrouver leurs racines en Acadie, une proportion importante d’entre eux descend des immigrés venus directement de diverses parties de la France ou même d’autres pays d’Europe avant ou après l’immigration acadienne. Mais la décision d’adhérer à l’orthographe conventionnelle suggère qu’après une phase de rejet, les objectifs des écrivains cadiens rejoignent partiellement ceux du fondateur du Codofil, à savoir, la réimplantation du FR pour les fonctions de la littéralité ainsi que l’intégration de la communauté franco-louisianaise au sein de la francophonie. Ils s’en séparent par la reconnaissance et la valorisation des variétés vernaculaires, garantes de l’identité culturelle cadienne. Cette normalisation à deux voies donne crédibilité au slogan codifilien : « Tu sauves la langue, tu sauves la culture. »

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Ancelet Barry-Jean, 1993, « La politique socioculturelle de la transcription : la question du français louisianais », Présence francophone 43, p. 47-61.

— 1999, « La politique du français louisianais », L’ACadjin, Lafayette, LA, Éditions CMA, p. 4.

Byers Bruce, 1988, Defining norms for a non-standardized language : A study of verb and pronoun variation in Cajun French, thèse de doctorat, Indiana University.

10.1163/9789004511125 :

Cerquiglini Bernard, 2003, « Introduction », Des langues collatérales. Problèmes linguistiques, sociolinguistiques et glottopolitiques de la proximité linguistique, J.-M. Eloy éd., Paris, L’Harmattan, p. 1-3.

Chaudenson Robert, 1992, Des îles, des hommes, des langues : langues créoles, cultures créoles, Paris, L’Harmattan.

Cormier Yves, 1999, Dictionnaire du français acadien, Saint-Laurent (Québec), Éditions Fides.

10.1515/ling.1977.15.191.23 :

Dorian Nancy C., 1977, « The problem of the semi-speaker in language death », International Journal in the Sociology of Language 12, p. 23-32.

Dubois Sylvie, 2000, Final Report of the Cajun Project at LSU (grant SBR-9514831), Washington, DC, National Science Foundation.

Eloy Jean-Michel, 2004, « Des langues collatérales : problèmes et propositions », Des langues collatérales. Problèmes linguistiques, sociolinguistiques et glottopolitiques de la proximité linguistique, J.-M. Eloy éd., Paris, L’Harmattan, p. 5-25.

Faulk James Donald, 1977, Cajun French I, Crowley, LA, Cajun Press.

Flikeid Karin, 1997 « Structural aspects and current sociolinguistics situation of Acadian French », French and Creole in Louisiana, A. Valdman éd., New York, Plenum Press, p. 255-286.

10.3406/lgge.1981.1869 :

Gardy Philippe et Lafont Robert, 1981, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », Langages 61, p. 75-92.

Gravelles Marc Untel de et Marcantel David, 1979, Mille misères-Laissant le temps rouler en Louisiane, Québec, Projet Louisiane, Université de Laval.

Klingler Thomas A., 2003, « If I could turn my tongue like that » : the creole language of Pointe Coupee Parish, Baton Rouge, Louisiane, Louisiana State University Press.

Kloss Heinz, 1929, Nebensprachen. Eine sprachpolitische Studie über die beziehungen eng vewandter Sprachgemeinschaften, Vienne - Leipzig, Wilhem Braumüller.

10.2307/455786 :

Picone Michael D., 1997, « Enclave dialect contraction : An external overview of Louisiana French », American Speech 72, p. 117-153.

Picone Michael D. et Valdman Albert, 2005, « La situation du français en Louisiane », Le français en Amérique du Nord : état présent, A. Valdman, J. Auger et D. Piston-Hatlen éd., Québec, Presses de l’université de Laval, p. 143-166.

Poirier Claude, 1995, « Les variantes topolectales du lexique français. Propositions de classement à partir d’exemples québécois », Le régionalisme lexical, M. Francard et D. Latin éd., Louvain-la-Neuve, Duculot, p. 9-56.

Rottet Kevin J., 2001, « Language Shift in the Coastal Marshes of Louisiana », Studies in Ethnolinguistics, vol. 8, New York, Peter Lang.

Valdman Albert, 1996, « Le français en Louisiane », Le français dans l’espace francophone, M. Beniamino et D. de Robillard éd., Paris - Genève, Champion - Slaktine, p. 633-650.

Notes de bas de page

1 Le terme de langue collatérale a été introduit lors du colloque portant ce mot (« Des langues collatérales », Eloy 2004, p. 6). Porté en France par des revendications visant à valoriser ce que la tradition nomme dialectes oïl, ce terme désigne des variétés linguistiques « senties comme proches de la langue dominante ou standard » qui les coiffe. Tout comme le picard, par exemple, le français de Louisiane (FL) mérite donc d’être nommé langue collatérale. En effet, d’une part, il est plus proche du FR que, par exemple, le picard et, d’autre part, comme nous l’indiquons dans la quatrième partie de l’article, les initiatives d’aménagement linguistique en Louisiane ont progressivement rangé le FL sous le toit du FR.

2 Nous avons retenu le néologisme français de référence (FR) plutôt que le terme plus courant de français standard. Comme le souligne C. Poirier en lançant ce terme (Poirier 1995, p. 26), l’appellation français standard a le désavantage de sa connotation normative. Le terme de FR est plus neutre et, selon C. Poirier, moins ambigu : « seront considérés appartenir à ce français tous les emplois répertoriés dans les dictionnaires du français et autres sources (par ex. les grammaires) décrivant la variété de prestige prise en compte par les lexicographes parisiens. »

3 La prononciation locale du nom de la langue est cadjin, ce que reflète l’équivalent anglais cadjun. Mais, conformément à la norme graphique décrite ici, les aménageurs louisianais optent pour une représentation conforme à l’orthographe conventionnelle cadien.

4 Nous devons le terme de semi-locuteur à N. Dorian (1977), auteure de l’étude fondatrice du domaine de l’étiolement linguistique, language death selon sa propre terminologie. Elle distingue trois types de locuteurs relativement compétents dans les situations d’étiolement linguistique : 1) les locuteurs compétents âgés Older Fluent Speakers, qui sont plus à l’aise dans la langue traditionnelle que dans la langue socialement dominante, le gaélique face à l’anglais dans son étude ; 2) les locuteurs bilingues compétents dans les deux langues Younger Fluent Speakers ; 3) les locuteurs qui peuvent se faire comprendre dans la langue traditionnelle mais qui sont plus à l’aise dans la langue dominante Semi-speakers. Ces semi-locuteurs, dans ma traduction du terme, constituent les locuteurs ciblés dans les études portant sur l’étiolement linguistique car, n’ayant acquis qu’imparfaitement la langue traditionnelle en voie d’étiolement et ne maîtrisant pas ses normes, ils exhibent des phénomènes de restructuration intéressants tels que la redistribution des variantes du pronom de la 3e personne du pluriel présentée dans le Tableau 1.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.