Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

Normes linguistiques, normes sociales, endogenèse

p. 17-32


Texte intégral

1Pour situer correctement les enjeux qui se logent dans la notion de norme endogène, il est nécessaire de prendre de l’altitude ; autrement dit de la replacer dans le cadre plus général des normes linguistiques, et dans celui, plus général encore, des normes sociales. Bien évidemment, il ne saurait être question de fournir ici une analyse encyclopédique de tous les problèmes se posant dans chacun de ces cadres1 : l’objectif est de mettre en place un outillage conceptuel permettant de traiter la notion de norme endogène. Tout ceci dicte naturellement le plan de l’exposé : on envisagera d’abord la notion de norme en linguistique générale ; on rapportera ensuite ces normes linguistiques aux normes telles que les définissent les sciences sociales – second volet de l’exposé –, ce qui nous permettra en troisième lieu de mettre en perspective le processus d’émergence des normes endogènes (processus que nous nommerons « endogenèse »2).

1. Les normes linguistiques

2Le terme de « norme » renvoie aux problématiques les plus brûlantes des sciences du langage. C’est en effet en lui que « se retrouvent les refus ou les repentirs et les hésitations des linguistes dans la délicate entreprise de définition de la “langue” » (Helgorsky 1982, p. 1). Pour déblayer le terrain, on peut partir de la distinction classique entre normes objectives et normes évaluatives.

3Les premières, qui peuvent aussi être dites normes statistiques, sont les constantes observées dans un phénomène ; autrement dit les règles déduites a posteriori de ladite observation, ou encore ce qui est normal. Il faut prendre garde à ce dernier mot : ici utilisé dans un sens neutre, il peut s’alourdir de connotations normatives, et l’on verra d’ailleurs que certaines branches de la linguistique ne se sont pas mises à l’abri de cette contamination. Par ailleurs, notons le pluriel ici utilisé : « normes ». Avec la notion de norme objective, on ne vise pas en effet des moyennes non accompagnées d’indices de dispersion, mais bien la corrélation entre certaines normes statistiques et des variables telles qu’une constante thématique, ou un groupe de locuteurs définis. De sorte qu’il n’y a pas une, mais des normes objectives. Ceci doit être rappelé dans le cadre de recherches sur les normes endogènes, où l’on observe une tendance lourde à utiliser le singulier, alors même que le concept renvoie à la pluralité des normes (l’endogène présuppose l’exogène), un singulier qui risque bien d’être idéologique.

4La norme évaluative peut aussi être dite subjective, ou prescriptive. C’est celle qui répond à la question de savoir si un énoncé donné peut être considéré comme légitime par une collectivité quelconque. L’adjectif qui lui correspond est donc, cette fois, normatif. Si subjectivité il y a, le sujet de cette subjectivité est, comme dans le premier cas, un collectif.

5À cette opposition d’objets correspond une opposition de disciplines. L’étude des normes objectives relève en principe de la linguistique descriptive (de préférence aidée d’outils statistiques) et semble engager une perspective étique, puisqu’elle envisage son objet comme autonome. Notons toutefois que l’usage du pluriel pointe le caractère sociologiquement réparti de ces normes. De sorte que leur étude n’est pas totalement étrangère à la sociolinguistique ; mais c’est bien sûr d’une sociolinguistique des pratiques qu’il s’agit. L’étude des normes évaluatives, faisant intervenir le jugement de la collectivité, relève plus évidemment encore de la sociolinguistique (ou de l’anthropolinguistique), une sociolinguistique des attitudes et des représentations autant que des pratiques, et elle engage une perspective émique.

6En principe, la distinction entre normes objectives et normes évaluatives est claire, aussi claire que l’opposition entre Racine et Corneille dans la doxa scolaire : la norme objective peint la langue telle qu’elle est, la norme évaluative peint la langue telle qu’elle devrait être.

7En fait, cette opposition n’est claire ni en fait ni en droit, comme l’indiquent les deux réflexions qui suivent.

8Tout d’abord, on peut constater que les deux conceptions de la norme sont juxtaposées, voire mélangées, dans la définition canonique de la norme endogène, due à Gabriel Manessy (1992) : « [La norme endogène] : usage courant admis par l’ensemble des locuteurs comme ordinaire neutre. » Retraduisons : « usage courant admis comme courant » ; dans cette reformulation, le premier membre renvoie à la norme objective, et le second à l’évaluative3. Plus tard, Gabriel Manessy (1997, p. 225) justifie d’ailleurs explicitement cette double référence du mot endogène, « en ce qu’il décrit à la fois un état de fait et la représentation de ceux qui y participent ».

9Par ailleurs, on peut se demander si la description des langues fournies par les linguistes n’est pas généralement biaisée par leur propre position sociolinguistique, et en définitive par leurs propres normes évaluatives (je reviendrai sur ce point en 3.1.3). De sorte qu’il peut y avoir une sorte de tourniquet entre norme objective et norme évaluative. Car si d’une part la formulation des normes objectives peut porter la trace de l’existence de normes évaluatives, de l’autre ces dernières prennent leur source dans certaines normes objectives.

10Dans l’histoire de la linguistique, la norme objective est un concept qui nait pour jouer le rôle d’intermédiaire entre le système stabilisé (la langue saussurienne) et ses actualisations foisonnantes (la parole). La nécessité de ce troisième terme est d’abord soulignée par la glossématique danoise. On se rappellera que Louis Hjelmslev distingue

a) une forme pure, le schéma, défini indépendamment de sa réalisation sociale et de sa manifestation matérielle ; b) une forme matérielle, la norme, définie par une réalisation sociale donnée mais indépendamment encore du détail de la manifestation ; c) un ensemble d’habitudes adoptées par une société donnée, et définies par les manifestations observées, l’usage. (d’après Helgorsky 1982, p. 2)

11Mais c’est Eugenio Coseriu qui a le mieux théorisé la norme objective. Voilà comment Françoise Helgorsky (p. 3-4), à qui je vais longuement laisser la parole, décrit sa position :

Il fonde sa conception tripartite du langage sur une critique approfondie de la dichotomie saussurienne langue / parole et de son contenu […]. La lecture qu’il fait du Cours de linguistique générale est une véritable analyse du texte, des définitions et des distributions des termes langue et parole. Il les soumet à l’épreuve d’une logique rigoureuse, il y repère les contradictions en puissance dont certaines se développeront dans la linguistique post-saussurienne. Dans les définitions de langue et de parole, il reconnaît trois plans que Saussure ne sépare pas nettement :
– physiologique / psychique ;
– individuel / social ;
– concret / abstrait ;
et montre que la première partie de ces oppositions est régulièrement rapportée à la parole alors que la seconde l’est à la langue. Du point de vue qui nous intéresse, les définitions de Saussure impliquent l’assimilation de « concret » à « individuel » d’une part, de « social » à « systématique » d’autre part. Or, si l’on considère les réalisations linguistiques, on voit qu’une partie des caractères collectifs qu’on peut y discerner ne sont pas identifiables avec le système. Ce ne sont cependant des éléments ni uniques, ni accidentels, ni contingents mais répétitifs et qui font partie des habitudes d’une collectivité linguistique donnée. À ces éléments « normaux » mais non fonctionnels, c’est-à-dire n’appartenant pas au système, Coseriu donne le nom de norme. Il distingue ainsi selon le degré d’abstraction auquel s’arrête l’analyse trois plans d’observation : celui des caractéristiques variées et variables des objets, celui des caractéristiques normales, communes et plus ou moins constantes, indépendantes de leur fonction, celui des caractéristiques fonctionnelles. La norme représente donc, dans cette perspective théorique, un premier degré d’abstraction entre la réalité foisonnante de la parole (habla) et la rigueur fonctionnelle de la langue (sistema).

12D’autres structuralistes encore s’accordent sur la pertinence qu’il y a à combler le vide qui subsisterait dans la description des faits de langue si l’on s’en tenait à la dichotomie langue / parole, et donc à distinguer trois instances hiérarchisées. Comment est obtenu cet intermédiaire ? Par deux types de procédures qu’il importe de ne pas confondre : l’abstraction et la généralisation. Pour Louis Hjelmslev, le schéma

a […] l’avantage sur la norme de ne pas présupposer l’usage, mais au contraire d’être présupposé par lui. L’analyse linguistique de la langue en tant que schéma a donc une valeur explicative que ne peut avoir une description de la langue en tant que norme. En outre, la norme détermine l’usage ; il y aura donc autant de normes linguistiques que de substances dans lesquelles elles se réalisent. Tandis que le schéma, n’instituant que des valeurs différentielles, est indépendant de toute considération de substance. L’usage viendrait-il à se modifier du tout au tout (soit à l’intérieur d’une même substance, dans la diachronie, soit dans le passage d’une substance à une autre), que le schéma resterait identique, « pourvu que la distinction et les identités préconisées par [lui] soient sauvegardées ». (Essais linguistiques, p. 82, d’après Badir 2000, p. 66)

13Le produit de l’abstraction est donc indépendant du produit de l’observation des variations contextualisées, qui peut déboucher sur une généralisation, c’est-à-dire sur une norme objective.

14Bien sûr, dans les faits, ces deux procédures convergent fréquemment. Et d’un côté comme de l’autre, on compte avec une acceptabilité sociale. La différence est le statut de cette acceptabilité : simple postulat dans l’analyse immanente de Louis Hjelmslev, elle est au cœur de l’analyse des normes évaluatives.

15Ce qui nous amène tout naturellement à la question des normes sociales. Dans ce qui suit, nous mettrons expressément la langue de côté, ou plutôt nous ne la traiterons que comme un cas parmi d’autres d’objet social.

2. Les normes sociales

16Si le concept de norme a mis du temps pour se créer un champ au sein de la linguistique, il n’en va pas de même en sociologie. On peut même dire que ce concept y est central. En une première approximation, la norme s’y définit comme « une règle ou un critère régissant notre conduite en société » (Chazel 1998, p. 581).

17Je vais tenter de préciser cette définition en la déployant sous la forme de sept propositions. Beaucoup de ces propositions énonceront apparemment des choses qui vont sans dire. Mais on s’étonne de ne pas les voir plus souvent explicitées.

2.1. Les normes sont partagées

18Il n’y a pas de norme sans un minimum de partage social. Certes, la sociologie américaine, et spécialement Robert Merton, a accepté trop facilement le postulat unanimiste de grands idéaux culturels communs à toutes les couches sociales. Ce fut d’ailleurs aussi le péché de la linguistique, tant européenne (Gabriel Manessy n’y échappe pas lorsqu’il affirme qu’un usage peut être « admis par l’ensemble des locuteurs comme ordinaire neutre ») qu’américaine. De ce dernier côté, songeons à la définition de la linguistique avancée par Noam Chomsky, mille fois répétée et restant cependant incroyable :

La théorie linguistique a affaire fondamentalement à un locuteur-auditeur idéal, inséré dans une communauté linguistique complètement homogène, connaissant sa langue parfaitement et à l’abri des effets grammaticalement non pertinents.

19Ce postulat unanimiste fait l’impasse sur la variabilité sociale de l’accès aux produits normés, ainsi que sur la variation dans les possibilités de produire de la déviance. Or, qu’il y ait une stratification sociale des normes est trop évident. Bien plus : comme on va le voir (2.6. et 3.1.), c’est la variabilité même de l’accès aux produits normés qui crée les conditions dans lesquelles l’endogenèse peut se produire.

20Mais refuser l’unanimisme ne doit pas nous pousser à jeter le bébé avec l’eau du bain, et éliminer de la définition de la norme son caractère nécessairement partagé. La définition de la communauté linguistique fournie par William Labov est bien connue. Ce qu’elle présuppose – le partage, précisément – s’est vu radicalisé par la sociologie des champs de Pierre Bourdieu : on y montre que c’est par le contrôle social – voire par la violence symbolique – que le « partage » est obtenu.

Pour qu’un mode d’expression parmi d’autres [...] s’impose comme seul légitime, il faut que le marché linguistique soit unifié et que les différents dialectes (de classe, de région ou d’ethnie) soient pratiquement mesurés à la langue ou à l’usage légitime. (Bourdieu 1982, p. 28)

21L’endogenèse des normes ne se produit en tout cas que dans une situation de partage, dont les modalités varient en fonction de ce que l’on nommera plus loin contextualisation (2.3.).

2.2. Les normes sont intériorisées

22La conformité aux normes est régulée par un contrôle social. Ce contrôle social peut être externe – et on parlera en ce cas de sanction (voir 2.5.) –, mais il peut aussi être interne. On parlera alors de régulation. C’est que la contrainte sociale peut être intériorisée par les individus, et dès lors s’exprimer sous une forme déontique.

23Cette intériorisation permet à la sanction de prendre un tour positif dans la mesure où c’est l’individu qui assume la norme à laquelle il obéit. Elle a aussi pour fonction de rendre moins perceptibles les mécanismes d’imposition du partage social.

24Cette intériorisation, qui est à l’origine de l’habitus bourdieusien, est évidemment une tendance : elle peut être plus ou moins forte, de la même façon que la norme peut être plus ou moins explicite (voir 2.7.).

25On peut sans doute décrire l’endogenèse comme un cas particulier d’intériorisation, non plus individuelle, mais groupale. Cas particulier, et même apparemment paradoxal, puisque par définition la norme endogène n’a pas de source externe au groupe. Souligner ce paradoxe serait méconnaitre la complexité d’une norme qui se veut propre à une collectivité tout en restant forcément étrangère à certains de ses membres, et le fait que, comme toute norme, celle-ci doit faire l’objet d’un travail d’imposition collectif.

2.3. Les normes sont contextualisées

26Ce troisième point permet de nuancer une seconde fois le premier, qui portait sur le partage des normes.

27Le contrôle social – qu’il soit négatif avec la sanction ou positif avec la régulation – est exercé par des individus, des instances ou des groupes donnés, s’exerce sur des individus, des instances ou des groupes donnés, et est pertinent dans des circonstances données, à propos d’un objet donné.

28Tous les aspects de la dynamique sociale sont donc convoqués dans cette contextualisation. Et en particulier, il y a une variabilité de l’accès à la norme, déjà indiquée en 2.1. et que nous pouvons commenter plus en détail ici. Il arrive en effet qu’une norme s’impose à un groupe et que les membres de ce groupe tantôt disposent des moyens techniques leur permettant d’adopter les comportements légitimes ou de mener les actions légitimes (voir 2.4.), tantôt ne disposent pas des moyens techniques adéquats. Dans le premier cas, on peut parler de congruence, et dans le second de distorsion. Un cas particulier de telle distorsion a bien été étudié par les sociolinguistes : celui qui génère l’insécurité linguistique.

2.4. Les normes déterminent l’action

29Les normes tendent à susciter chez les membres des groupes qui y adhèrent des comportements, des conduites et des postures. Toutes choses que nous résumons par le mot action.

30Soulignons le verbe « tendent » : la norme peut ne pas déterminer une action réelle, objective, mais simplement l’image, le désir, le besoin ou l’approbation de cette action. Elle peut donc tantôt être le moteur d’une action réelle, tantôt un stimulant purement symbolique.

31Par ailleurs, tant le choix de l’action particulière que celui de son mode d’effectuation – effectif ou symbolique – sont des processus guidés par une régulation sociale. Convergence, divergence. Ce sont en effet ces actions qui seront jugées tantôt appropriées, tantôt inappropriées. Ce qui nous amène au point suivant.

2.5. Les normes définissent des critères et des sanctions

32Les normes se déclinent en critères – eux-mêmes contextualisés –, qui permettent d’apprécier l’action déterminée par elles.

33Premièrement, elles définissent des actions inappropriées, illégitimes, voire interdites, ou au contraire des actions appropriées, légitimes, voire désirables. Il y a donc ainsi des normes de proscription et des normes de prescription, se formulant sous la forme d’injonctions tantôt négatives, tantôt positives. La formule puriste « Ne dites pas…, dites… » résume admirablement cette dichotomie.

34Deuxièmement, la formulation de critères permettant de proscrire et de prescrire ne peut aller sans la définition de sanctions. Nulla lex sine pœna, dirais-je en inversant l’adage juridique. Le reste des critères entraine ainsi des sanctions positives (approbation), leur non-respect débouchant sur des sanctions négatives (réprobation).

35On peut redire ici ce qui a été dit à propos de l’action : il n’est pas nécessaire que la sanction soit effectivement appliquée : il faut et il suffit qu’existe la possibilité de corréler une action et une sanction.

2.6. Les normes impliquent des valeurs

36La plupart des mécanismes qui viennent d’être décrits – l’intériorisation, l’autorité sociale que représente le partage, le tropisme vers l’action, mais aussi, et singulièrement, la légitimation et la sanction – ne sont possibles que parce que les normes sont l’expression de principes déterminant ce qui est désirable et ce qui ne l’est pas. Ce sont ces principes que l’on appellera valeurs.

37On voit immédiatement qu’il y a une relation hiérarchique entre normes et valeurs : les normes sont des règles pour la conduite de l’action, tandis que les valeurs, situées au niveau supérieur, servent à identifier les conduites souhaitables dans un contexte donné. Normes et valeurs sont donc entre elles comme moyens et objectifs.

38La distinction entre normes et valeurs a une importance capitale. Elle laisse en effet prévoir la possibilité que puissent exister des distorsions entre les unes et les autres. Or, ce sont ces distorsions qui, entre autres facteurs, expliquent le dynamisme du système, et, du coup, sa variabilité. Entre autres choses, elles permettent en effet l’apparition de la déviance, concept théorisé par Robert Merton (1966). Si les distorsions sont responsables du changement, alors expliquer l’apparition d’un tel changement impliquera que l’on examine l’hypothèse de l’apparition des distorsions (hypothèse, car le changement peut avoir d’autres sources). Ainsi, on verra plus loin (3.1.) que les valeurs du monde francophone ont changé, de sorte que ses normes ont, elles aussi, évolué.

39La source de la déviance est la présence d’une distorsion entre les objectifs proposés aux acteurs sociaux et les modes d’actions qui sont réellement à leur disposition. Dans un tel cas de figure, deux solutions sont possibles. Ou le groupe met l’accent sur les valeurs, au détriment des normes qui devraient les incarner, ou il privilégie les normes, au détriment des valeurs qu’elles sont censées servir4. Dans le premier cas, on observe que le groupe n’assure pas à tous ses membres les moyens techniques de se plier efficacement aux valeurs dominantes. Et ceci détermine généralement un mouvement d’innovation, surtout remarquable dans les couches les plus fragiles ou les plus émergentes du groupe. Innovation qui vise à assurer à cette fraction du groupe un accès plus réaliste aux valeurs. On comprend que, dans un tel cadre, naissent de nouvelles normes. Et une modalité de cette novation pourra être l’endogenèse. Dans la seconde hypothèse – la prévalence des normes formelles sur les valeurs –, on a le ritualisme. Selon Robert Merton, ce type de conformisme se rencontre particulièrement dans les sociétés traditionnelles, rétives au changement. Sur le plan linguistique, il se traduit toutefois par le purisme et l’hypercorrectisme, qui sont de tout temps.

2.7. Les (normes et les) valeurs doivent pouvoir s’énoncer

40Les normes et les valeurs étant partagées, elles sont inséparables d’un discours. Elles se fondent donc toujours sur un récit primitif, ou un mythe fondateur, et nécessitent la mise au point d’une argumentation, celle-ci fût-elle implicite. Il y a donc une rhétorique des normes. Les énoncés épilinguistiques, brodant sur des stéréotypes, constituent de bons exemples d’un tel discours, ainsi que la mise au point de nouveaux concepts, comme celui de norme endogène. Autant que de l’avènement de normes endogènes, nous aurons donc à nous préoccuper du surgissement de la notion de norme endogène.

41C’est au fond là un cas particulier du phénomène de l’explicitation des normes, déjà rencontré lorsqu’il a été question de l’intériorisation de celles-ci (2.2.). Ces deux facteurs – intériorisation et explicitation – sont intéressants à conjoindre. Non qu’il y ait une corrélation rigoureuse entre intériorisation et implicitation d’une part, extériorisation et explicitation d’autre part : une norme peut parfaitement être à la fois implicite et extériorisée, ou explicite et intériorisée. Mais on peut poser qu’une norme est d’autant plus prégnante – et a une plus grande force d’émergence, dans le cas d’une norme nouvelle – qu’elle est à la fois intériorisée et explicite.

3. Les normes et l’endogenèse

42Comme on vient de le voir, les normes sont des systèmes où fonctionnent plusieurs paramètres ou facteurs. Par conséquent, ni l’endogenèse ni l’exogenèse ne peuvent être traitées comme des phénomènes globaux : ce sont des forces qui sont susceptibles de n’affecter qu’un seul ou plusieurs de ces facteurs. Par ailleurs, endogenèse et exogenèse ne sont pas des valeurs discrètes, mais bien des fonctions continues : elles représentent des tendances. Tout indique donc à suffisance la complexité du phénomène.

43Il ne peut être question ici d’envisager l’interaction de l’endogenèse avec tous les facteurs repérés. Je me bornerai à examiner cette relation avec deux facteurs essentiels : les valeurs et la contextualisation5. Ces deux facteurs sont au reste étroitement liés : par exemple, l’émergence d’un nouveau groupe social – fait de contextualisation – ne peut manquer d’avoir un impact sur les systèmes de valeur. En les examinant, nous ne manquerons pas d’apercevoir également le rôle que jouent les discours de justification et d’explicitation qui viennent d’être évoqués (les nouvelles valeurs d’un nouveau groupe s’expriment dans un discours nouveau).

3.1. Premier facteur : la mutation des valeurs

44La première mutation à signaler est celle qu’a suscitée le tournant économique consécutif au grand choc pétrolier de 1973. On a alors vu apparaitre un nouveau paradigme culturel que j’ai décrit par ailleurs (Klinkenberg 1985) et que, à la suite de Christopher Lasch (1979), j’ai appelé la culture du narcissisme. Modelée par la fragilisation économique de maintes couches de la société dans un contexte de dualisation, autant que par la nouvelle donne médiatique, cette culture se caractérise tant par l’individualisme que par le communautarisme. Sur le plan politique, elle valorise les appartenances régionales. Toutes tendances qui, pour un bien comme pour un mal, renforcent les traits identitaires et font contrepoids au mouvement d’intégration qui domine au niveau mondial.

45Sur un plan plus strictement linguistique, on notera la perte de la vigueur de l’idéologie de l’unification et de la centralisation linguistiques, idéologie que nous avons qualifiée ailleurs d’essentialiste (Klinkenberg 2001)6. Par exemple, une étude du rôle de légitimation joué par les outils lexicographiques courants (dictionnaires, bases de données) indique que les variétés définies par un paramètre géographique sont dorénavant moins stigmatisées (Klinkenberg 2002). Cette légitimation de la variation diatopique ne pouvait manquer d’engendrer un discours nouveau, justifiant les forces centrifuges à l’œuvre, discours dans lequel la notion de norme endogène joue un rôle important.

46Ce facteur idéologique ne peut bien s’évaluer que dans le cadre du calcul de l’impact que la montée de la francophonie a sur la conscience du francophone, troisième lieu de changement des valeurs. Prendre la francophonie au sérieux, c’est en effet admettre que le français est pluriel, tant par ses formes que par sa capacité à énoncer des réalités nouvelles. Mais la montée en force de la francophonie a deux effets contradictoires. D’un côté, générant le relativisme qu’on vient d’évoquer, elle suscite un mouvement d’appropriation de la langue dont le concept d’endogenèse est la meilleure expression :

Quels sont les enjeux liés à la redéfinition de la norme ou des normes ? Pour tous les pays, il n’y a pas seulement le confort psychologique qu’y gagneraient les usagers dont l’insécurité serait réduite, dès lors qu’on situerait explicitement leur norme dans leur communauté. Il n’y a pas seulement le respect et la valorisation de leur identité. Il y a surtout qu’en légitimant explicitement les variétés de français qui ont, d’ores et déjà dans le fonctionnement social, acquis le statut de standards dans les différentes communautés francophones, on contribuerait à faire en sorte que le français soit désormais perçu comme faisant vraiment partie du patrimoine des francophones, de tous les francophones. (Marie-Louise Moreau, d’après Dumont 2001, p. 45)

47Mais de l’autre, ce relativisme survient à un moment de fragilité, où le locuteur ne peut plus tabler sur la sécurité qu’offre le modèle fantasmatique d’une langue unifiée et stable…

48On peut encore invoquer le développement de la discipline linguistique elle-même, remarquable dans les années 1960-1970 et à laquelle nous reviendrons en 3.2. Or, ce développement a non seulement pu compter avec un recrutement humain caractérisé par les forces centrifuges qui viennent d’être décrites, mais aussi avec l’autonomisation de la discipline, notamment par rapport à la philologie et à la didactique. Cette autonomie a sans nul doute constitué un puissant incitant à l’élaboration d’une définition de la fonction sociale du linguiste. Les rapprochements de la linguistique avec l’informatique et avec les sciences cognitives constituent à n’en pas douter des éléments importants de cette définition, mais l’endogenèse parait une des formes que peut prendre ce mouvement d’autojustification et d’explicitation des positions.

49Il faut, en cinquième lieu, tenir compte des mutations subies par les valeurs locales. Il est de fait que l’établissement ou la mise en évidence de normes endogènes ne correspondent pas aux mêmes enjeux partout : qu’il s’agisse de l’Afrique subsaharienne, du Maghreb, du Québec, de la Wallonie ou de la Réunion, le concept correspond chaque fois à des réalités académiques, politiques ou éducationnelles dont on ne peut rendre compte en une seule formule. Le fait est que l’éclatement même de ces problématiques constitue une justification globale de l’existence du concept de norme endogène, et un garant de son efficacité.

50Si l’on jette à présent un regard synoptique sur ces mutations de valeurs, on doit constater qu’une distorsion s’est installée entre les nouveaux ensembles de valeur et les normes disponibles et accessibles. Cette distorsion est propre à créer un début d’anomie, au sens de Robert Merton. Et une telle situation est propice à un mouvement d’innovation qui ne peut qu’entrainer une redistribution des normes. L’endogenèse parait bien participer à ce mouvement de redistribution.

3.2. Second facteur : la mutation des contextes

51Tant les normes objectives que les normes évaluatives sont des constructs, des abstractions obtenues « par la critique et la sélection d’un certain nombre d’usages, socialement définis, c’est-à-dire appartenant aux classes dominantes (Helgorsky 1982, p. 9). C’est dire qu’une refonte de la morphologie sociale ne peut pas rester sans impact sur la définition de l’un et l’autre de ces groupes de normes.

52On peut donc formuler l’hypothèse que l’avènement de la notion de norme endogène – et l’élaboration même de telles normes – sont des phénomènes qui correspondent à l’avènement de groupes sociaux nouveaux, élaborant les valeurs nouvelles qui correspondent à leurs intérêts. Or, il faut ici souligner que la petite bourgeoisie, qui a émergé dans l’après-guerre à la faveur de la tertiairisation de l’économie, est aujourd’hui plus fragile que jamais, menacée de déclassement par le mouvement de dualisation de la société occidentale. On sait que ce groupe est particulièrement sensible à l’insécurité linguistique (voir les travaux de William Labov), et qu’il est le siège du discours de la crise de la langue (Gueunier 1985). Données qu’il s’agit de gérer. Un de ces modes de gestion, le plus connu parce que mis en évidence par les travaux de William Labov, est l’hypercorrectisme, attitude qui est le pendant sur le plan linguistique de l’attitude générale de ritualisation (voir 2.6.). Il serait intéressant de se demander si l’élaboration de normes endogènes ne pourrait pas représenter, pour le même groupe social, la mise en œuvre de la seconde option décrite par Robert Merton : l’innovation.

53Il ne faut pas exclure de ce tableau le facteur qu’est l’habitus des linguistes eux-mêmes, dont nous avons déjà traité au paragraphe précédent. Ces linguistes, qui n’ont jamais été neutres, ont été en partie responsables de maintes résurgences de la normativité dans des travaux en principe descriptifs : Jacqueline Authier et André Meunier (1972) soulignent ainsi que

la relative homogénéité sociale des descripteurs et lecteurs de grammaires est sans doute un des facteurs implicites qui permettent de fonder en général (par neutralisation du paramètre social) un accord sur les données linguistiques décrites.

54Or, ces linguistes sont aujourd’hui le plus souvent issus de la petite bourgeoisie, du moins en Europe. Comme le monde des linguistes francisants a connu une remarquable diversification géographique, on peut comprendre que pour eux, qui ont naguère bien servi la cause de l’homogénéisation de la norme et du modèle essentialiste de la langue, la polynomisation des langues – et donc l’endogenèse des normes – soit devenu un véritable enjeu. Un tel enjeu n’est assurément pas que symbolique, dans un marché professionnel qui a pendant trente années été soumis aux mêmes dures lois de mondialisation que l’économie (lois que dénonce paradoxalement en tant que citoyen un de ceux qui, en tant que linguiste, a le plus fait en faveur de cette mondialisation-là : Noam Chomsky) et où les chances de promotion des hétérodoxes ont dès lors été en partie bloquées. À une époque où les membres des équipes mises en place au cours des Golden sixties approchent de la retraite, l’endogenèse permet à la relève et aux écoles locales de reprendre la main et de se constituer une nouvelle légitimité, celle-ci fût-elle frappée du stigmate de la périphéricité (Klinkenberg 2004).

55Un facteur de contextualisation particulier est le milieu scolaire. Or, une mutation capitale l’a affecté : la prise en considération des cultures locales (elle-même indissociable des mutations de valeurs étudiées) : les temps ne sont plus au poncif de « nos ancêtres les Gaulois ». Ce qui constitue un facteur d’endogenèse de la norme linguistique. Mouvement centrifuge d’autant plus spectaculaire que les systèmes scolaires, tous affectés par la légitimité du local, varient largement, comme aussi la place des variétés de langue – que l’on pense aux créoles – dans ces systèmes.

56Enfin, on n’a pas cessé, au long de l’exposé, de rencontrer le phénomène de l’implicitation et de l’explicitation des normes. On peut en effet envisager un continuum allant de l’implicitation maximale à l’explicitation maximale. Au long de cet axe, on aura donc la norme endogène occulte, reconnue passivement mais ne faisant l’objet d’aucun discours épilinguistique, la norme rendue visible par ce type de discours, la norme endogène légitimée et faisant l’objet d’un investissement symbolique, et enfin la norme endogène faisant l’objet d’un travail volontariste de standardisation voire de promotion. Par exemple, Marie-Louise Moreau, étudiant les pratiques épilinguistiques en Belgique francophone (1997c), constate un divorce entre la norme objective endogène et la norme évaluative, principalement exogène : intériorisée, cette dernière est la seule qui fasse l’objet d’un travail d’explicitation. Et la chercheuse de plaider pour une réconciliation du discours normatif avec ces normes : autrement dit pour une explicitation.

57Le surgissement même de la notion de norme endogène dans le champ de la recherche est l’indice d’un déplacement généralisé sur cet axe implicitation-explicitation. Le concept, en effet, est loin d’être aussi nouveau qu’on ne le dit. Mais – outre que l’expression elle-même est nouvelle, ce qui est significatif – il faut noter que tous ceux qui avaient touché au concept par le passé avaient insisté sur le caractère implicite des phénomènes dont il entendait rendre compte. Il en va ainsi de la notion de régionalisme lexical, défini en 1957 par Charles Bruneau comme « un mot qui est connu de tout le monde […], dans un espace donné, mot que, dans cet espace, tout le monde croit être français, alors qu’en réalité, il ne l’est pas » (d’après Straka 1983, p. 36) : le « caractère inconscient » du fait régional, également affirmé dans la préface du Trésor de la langue française en 1971, est – en même temps que son caractère asystématique, avec lequel le trait « inconscient » entre d’ailleurs en contradiction – une des lignes de force de la définition que Georges Straka fournit des variétés régionales. En regard, on notera que toutes les définitions fournies par Gabriel Manessy insistent sur « la représentation consciente, éventuellement formalisée » et la « mise en relief » de la norme locale (1997, p. 223), et la conclusion, massive, est qu’« il n’est de norme endogène que consciente » (p. 225).

58L’endogenèse observée de nos jours est donc un mouvement qui se produit autant au niveau de l’explicitation qu’à celui des pratiques linguistiques.

4. Conclusion : normes et description linguistique

59Étant contextualisées, et étant partagées à l’intérieur de sociétés clivées et où règne la violence symbolique, les normes, qu’elles soient objectives ou évaluatives, sont nécessairement plurielles. Il n’y a donc guère de sens à utiliser le mot au singulier : on a toujours affaire à des blocs de normes.

60Il est banal d’affirmer cette pluralité. Il l’est moins de souligner que cette pluralité pose un problème méthodologique au moment de décrire ces normes plurielles en termes de normes objectives.

61En général, la linguistique a pu apporter deux types de solution à ce problème de description : la juxtaposition ou atomisation, et l’articulation ou intégration.

62La juxtaposition consiste à décrire chaque norme de façon autonome, comme un système indépendant. Ce qui a pu être fait pour quelques normes techniques, ou pour les normes dialectales. L’avantage de la solution est qu’on peut éliminer de la description les artefacts sociaux, géographiques, stylistiques et contextuels, ou tout au moins les neutraliser, et dès lors traiter authentiquement cette norme comme un donné objectif. Les inconvénients sont cette neutralisation elle-même, et l’évacuation de toute perspective comparatiste : le choc entre normes, ou la dynamique des normes, sont voués à échapper totalement à la description.

63L’articulation consiste à ordonner toutes les normes dans un schéma commun, où elles s’inscrivent dans un ordre d’abstraction et de schématisation croissant. C’est là, on s’en souviendra, le modèle proposé par Louis Hjelmslev. Celui-ci envisage une arborescence dominée par une norme générale, rendant compte des réalisations les plus abstraites du schéma, et où se répartissent des normes particulières – topolectales, sociolectales, technolectales – qui sont autant d’actualisations de la norme générale. L’avantage est ici qu’on prend en compte tous les faits de langue, y compris ceux qu’une linguistique soucieuse d’ordre avait tendance à rejeter vers des domaines marginaux et au statut flou (comme la « stylistique »). L’inconvénient est que la parcellarisation des normes fait que tout, en définitive, est norme. Et on est par conséquent impuissant à percevoir les frontières entre faits erratiques et productions normées.

64Cette tension entre deux solutions est souvent vécue comme un malaise par ceux-là qui, après en avoir souligné l’existence, optent résolument pour l’une d’entre elles. On peut opter pour la juxtaposition ou pour l’intégration, en fonction des objectifs que l’on poursuit. Mais il est bien sûr impossible de trancher en droit.

65La notion de norme endogène peut apparaitre comme une manœuvre quasiment désespérée pour concilier les deux conceptions. Ou tout au moins mettre en scène leur tension. Le premier membre de la définition de Gabriel Manessy, qui se réfère à la norme objective, va dans le sens de la juxtaposition, tandis que le second, qui prend en considération la pluralité des normes, va dans le sens de l’intégration.

66Il est en tout cas remarquable que d’autres concepts aient simultanément vu le jour, qui vont précisément dans le même sens : tenter de racheter et de dépasser l’opposition entre juxtaposition et intégration. Je pense évidemment à celui de langue polynomique, à celui de mésolecte ou à celui de langue collatérale… Sans doute n’est-ce pas un hasard.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

Authier Jacqueline et Meunier André, 1972, « Normes grammaticales et niveaux de langue », Langue française 16, p. 49-62.

Badir Sémir, 2000, Hjelmslev, Paris, Les Belles Lettres (Figures du savoir).

Baggioni Daniel, Calvet Louis-Jean, Chaudenson Robert, Manessy Gabriel et Robillard Didier de, 1992, Multilinguisme et développement dans l’espace francophone, Paris, Didier Érudition (Langues et développement).

Bédard Édith et Maurais Jacques, 1983, La norme linguistique, Paris - Montréal, Le Robert - Publications du Québec.

Blampain Daniel, Goosse André, Klinkenberg Jean-Marie et Wilmet Marc dir., 1997, Une langue, une communauté. Le français en Belgique, Louvain-la-Neuve -Bruxelles, Duculot - Communauté française de Belgique.

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Chazel François, 1998, « Norme et valeurs sociales », Dictionnaire de la sociologie, Paris, Albin Michel - Encyclopædia universalis, p. 581-587.

Coseriu Eugenio, 1973, Teoría del lenguaje y lingüística general, Madrid, Gredos.

Dictionnaire de la sociologie, 1998, Paris, Albin Michel - Encyclopædia universalis.

Diversité culturelle et linguistique : quelles normes pour le français ?, 2001, actes du colloque publiés en ligne (www.auf.org/docs/1/normes-francais-2001-09.pdf), Université Saint-Esprit de Kaslik - AUF (Agence universitaire de la francophonie).

Dumont Pierre, 2001, « Diversité linguistique et culturelle », Diversité culturelle et linguistique : quelles normes pour le français ?, actes du colloque publiés en ligne (www.auf.org/docs/1/normes-francais-2001-09.pdf), Université Saint-Esprit de Kaslik - AUF (Agence universitaire de la francophonie), p. 41-46.

Le français moderne, numéro spécial, t. L, 1, 1982, La norme, concept sociolinguistique.

Gueunier Nicole, 1985, « La crise du français en France », La crise des langues, J. Maurais dir., Québec - Paris, Gouvernement du Québec (Conseil de la langue française) - Le Robert, p. 3-38.

Helgorsky Françoise, 1982, « La notion de norme en linguistique », Le français moderne, numéro spécial, t. L, 1, p. 1-14.

Klinkenberg Jean-Marie, 1985, « Le discours identitaire : une réponse narcissique à la crise ? », B. Bawin, F. Pichault et M. Voisin dir., La crise dans tous ses états, 1985, Liège - Louvain-la-Neuve, Faculté de droit, d’économie et de sciences sociales de l’université de Liège - CIACO, p. 185-194.

— 1999, « Langue et déficit identitaire dans le roman belge contemporain », Les langues du roman. Du plurilinguisme comme stratégie textuelle, L. Gauvin dir., Montréal, Presses de l’université de Montréal, p. 109-127.

— 2001, « La conception essentialiste du français et ses conséquences. Réflexions polémiques », Revue belge de philologie et d’histoire, t. LXXIX, 3, 2001, p. 805-824.

— 2002, « La légitimation de la variation linguistique », L’information grammaticale, numéro spécial, La langue française au xxe siècle, 94, juin, p. 22-26.

— 2004, « Les littératures francophones : un modèle gravitationnel », Convergences aventureuses. Littérature, langue, didactique. Pour Georges Legros, K. Canvat, M. Monballin et M. Van der Brempt dir., Namur, Presses universitaires de Namur, p. 175-192.

Langue française 16, 1992, La norme.

Lasch Christopher, 1979, Le complexe de Narcisse, Paris, Laffont.

Manessy Gabriel et al., 1992, « Norme endogène et normes pédagogiques en Afrique noire francophone », Multilinguisme et développement dans l’espace francophone, D. Baggioni et al., Paris, Didier Érudition (Langues et développement), p. 43-81.

Manessy Gabriel, 1997, « Norme endogène », Sociolinguistique. Concepts de base, M.-L. Moreau dir., Sprimont, Mardaga, p. 223-225.

Maurais Jacques éd., 1985, La crise des langues, Québec - Paris, Gouvernement du Québec (Conseil de la langue française) - Le Robert.

Merton Robert King, 1966, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon (Recherches en sciences humaines).

Moreau Marie-Louise dir., 1997a, Sociolinguistique. Concepts de base, Sprimont, Mardaga.

— 1997b, « Les types de norme », Sociolinguistique. Concepts de base, p. 218-223.

Moreau Marie-Louise, 1997c, « Le bon français de Belgique. D’un divorce entre norme et discours sur la norme », Une langue, une communauté. Le français en Belgique, Blampain et al., Louvain-la-Neuve - Bruxelles, Duculot - Communauté française de Belgique, p. 391-399.

Parsons Talcott, 1955, Éléments pour une sociologie de l’action, Paris, Plon.

10.3406/barb.1983.55599 :

Straka Georges, 1983, « Problème des français régionaux », Bulletin de l’Académie royale de Belgique, Classe des lettres et des sciences morales et politiques, t. 79, p. 27-66.

Notes de bas de page

1 Pour ce qui est de la norme linguistique, on se contentera de renvoyer à l’ouvrage historique dirigé par É. Bédard et J. Maurais en 1983.

2 En préférant ce terme à « endogénéisation » (des normes), plus exact mais plus lourd.

3 Comme d’ailleurs d’autres facteurs pointés par G. Manessy, la valorisation consciente d’une pratique par exemple. Or, il peut parfaitement y avoir norme endogène objective sans que cette pratique s’accompagne d’une valorisation explicite. On reviendra plus loin à l’idée d’explicitation (2.7. et 3.2.).

4 Robert Merton envisage aussi les deux autres configurations que sont l’évasion, où tant les valeurs que les normes sont abandonnées, et la révolte, où un nouveau système de normes et de valeurs est proposé.

5 Je parle d’interaction, car il n’y a évidemment pas une simple relation linéaire entre endogenèse et valeurs, la première ayant un impact sur la seconde. La relation inverse – les changements sociaux produisent de nouvelles valeurs qui rendent légitime le discours sur l’endogenèse – est également pertinente. De sorte qu’on assiste à une articulation dialectique entre changements sociaux (mutations des contextes), changements de valeurs et changements de normes (les changements de pratiques venant ensuite légitimer les nouvelles valeurs).

6 Ceci ne signifie évidemment pas que le processus même de la centralisation ait perdu de sa force ou que ladite idéologie soit en pleine déroute.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.