Version classiqueVersion mobile

Normes endogènes et plurilinguisme

 | 
Claudine Bavoux
, 
Lambert-Félix Prudent
, 
Sylvie Wharton

Avant-propos

Claudine Bavoux

Texte intégral

1Les spécialistes du « français hors de France », qu’on appelle quelquefois les « francophonistes », usent depuis une vingtaine d’années du concept de norme(s) endogène(s) élaboré initialement à partir de situations africaines, puis exporté en Europe, au Maghreb, en Amérique. Les normes endogènes dont il est question sont celles des vernaculaires, que ceux-ci soient des langues nationales ou un français local parlé dans les situations qui ne nécessitent pas le recours au français scolaire ou académique. Les spécialistes des aires franco-créolophones, eux, confrontés à la situation particulière du contact français – créole, peuvent-ils s’approprier ce concept, à quelles conditions et en espérant quels résultats ? C’est la question qui sera posée dans cet ouvrage à partir des départements d’outre-mer, dans une démarche de confrontation avec d’autres situations de francophonie. On émettra l’hypothèse que les constructions normatives endogènes telles qu’on les observe à la Réunion (et dans d’autres aires créoles ?) concernent moins des entités linguistiques que, de façon plus globale et plus floue, des façons de parler ordinaires, la réalité mal connue d’un vernaculaire indifférencié.

1. Bref historique de l’émergence du concept et de son expansion dans les aires francophones

  • 1 Dans Le français hors de France, A. Valdman, qui dirige l’ouvrage collectif avec la collaboration d (...)

2En amont du concept de norme endogène, celui de norme linguistique s’est imposé largement, on s’y réfère sans réticences. On en trouve de bonnes définitions dans des ouvrages de référence, celui d’Édith Bédard et Jacques Maurais, 1983, celui de Marie-Louise Moreau, 1997, par exemple. L’idée qu’il existe, à côté des normes reconnues, des norme(s) locales(s) ou endogène(s) – la terminologie hésite – est plus problématique et moins bien partagée. On la trouve en filigrane chez Willy Bal ou chez Pierre Guiraud à qui Albert Valdman se rattache dans son introduction de 19791.

  • 2 On peut aussi le juger trop proche, par sa forme, du mot « indigène » souvent connoté négativement (...)

3On la voit explicitée chez Paul Wald en 1984, puis se construire chez Gabriel Manessy qui y revient sans cesse, dans des programmes communs avec des auteurs de monographies africaines, au sein de l’Institut d’études et de recherches interethniques et interculturelles de Nice, ou encore dans des programmes de l’Agence universitaire de la francophonie (ex-AUPELF) ou du Centre international de recherche et d’étude en linguistique fondamentale et appliquée et de l’Agence de coopération culturelle et technique, ou dans des projets éditoriaux collectifs, comme celui d’Albert Valdman en 1979, celui de Didier de Robillard et Michel Beniamino en 1993. Gabriel Manessy impose le concept de norme endogène qui s’exporte et qui s’adapte à d’autres types de situations de francophonie. Cependant, le succès relatif du concept n’empêche pas une certaine réserve chez son auteur principal qui le juge trop technique et pédant2.

4Dès les années 1975, on découvre en Afrique la variation du français. Il devient évident aux yeux des linguistes que le français s’accommode de modes d’énonciation, de schèmes cognitifs, d’une production néologique inconnus du français de France. En observant les usages du français en Afrique noire, Gabriel Manessy et Paul Wald découvrent un décalage entre « le français tel qu’on le parle » et « le français tel qu’on le dit ». La seule variété de français reconnue est la variété scolaire, dont la norme est importée et le discours officiel établit une corrélation entre les élites et cette norme externe, scolaire ou académique. Mais la norme du français « tel qu’on le parle », variété que Gabriel Manessy désigne comme le mésolecte, reste en général « sous-jacente ». Cependant, elle peut être reconnue et légitimée par un groupe si celui-ci, dans des conditions sociopolitiques particulières, lui confère une fonction identitaire, comme cela s’est produit dans d’autres aires linguistiques. Gabriel Manessy donne en exemple le portugais au Brésil, l’espagnol au Mexique, l’anglais aux États-Unis.

5Dans les pays d’Afrique comme la Côte d’Ivoire, le Congo, le Cameroun, le Burkina Faso, où existe un continuum franco-français, la norme endogène est celle du vernaculaire, plus efficace dans la communication que la variété scolaire à fonction « liturgique » (Manessy 1993a, p. 16). L’importance des enjeux en milieu africain n’échappe à personne. En effet, si en Afrique l’acquisition du français ne se fait quasiment qu’à l’école, si l’école africaine échoue à enseigner un français susceptible d’être utilisé comme moyen de communication et de transmission du savoir, il est évident que la question de la place à faire au français vernaculaire dans la communication scolaire et dans la société en général est une question urgente et centrale. D’autres auteurs, Robert Chaudenson, Pierre Dumont, Louis-Jean Calvet, Marie-Louise Moreau, insisteront sur cette importante question.

6Un point délicat est soulevé par Gabriel Manessy, dont les propositions, pour éclairantes qu’elles soient, n’épuisent peut-être pas le sujet. C’est la question des conditions d’émergence d’une norme endogène. Il faut, nous dit l’auteur, qu’il y ait une prise de conscience, une emblématisation du vernaculaire (Manessy 1993a, p. 17). Cette émergence supposerait la légitimation d’un usage vernaculaire par un groupe de locuteurs se reconnaissant pour ses détenteurs légitimes (Manessy 1993b, p. 416). Reprenant et prolongeant cette analyse, Marie-Louise Moreau parvient à montrer que les francophones africains se trouvent contraints de construire une norme endogène, ne pouvant s’identifier au standard importé :

[…] le standard français proposé comme modèle à toute la francophonie n’est pas neutre d’identité : qui, dans la francophonie extra-hexagonale, se conforme strictement à la norme, en matière d’accent ou en matière lexicale, est identifié comme un Français… ou, plus souvent, comme quelqu’un qui veut « faire le Français ». Et, bien sûr, une telle caractérisation ne peut pas satisfaire les personnes soucieuses à la fois de pratiquer une variété de prestige et de préserver leur identité, tant par rapport à l’endo-groupe que par rapport à l’exo-groupe. En conséquence de quoi elles se conforment à la norme pour l’essentiel, se distinguant ainsi des locuteurs faiblement scolarisés, mais elles accueillent dans leur langue différents traits (essentiellement phoniques et lexicaux) grâce auxquels elles affirment leur appartenance à leur groupe : ainsi émergent de nouvelles normes linguistiques, des normes endogènes. (Moreau 2000, p. 147)

7Il existe bien, nous dit Marie-Louise Moreau, plusieurs types de locuteurs dans chaque situation de francophonie et plusieurs types de situations de communication, ce qui explique que l’investissement identitaire soit très variable, allant de l’identification minimaliste à un accent ou à un vocabulaire à la légitimation d’une variété locale. Mais à ces réserves près, il apparaît bien qu’il ne peut pas ne pas y avoir de norme(s) endogène(s), pour autant qu’il ne peut pas ne pas y avoir ce que Gabriel Manessy appelait une mise en œuvre originale des ressources linguistiques, dans leur dimension sémiotique et symbolique. On peut même imaginer – et rencontrer – des situations dans lesquelles, pour des raisons liées au contexte politique ou sociohistorique, les locuteurs choisissent d’afficher une non-reconnaissance des normes endogènes. On sait que la question a souvent été corrélée à celle de l’insécurité linguistique, comme dans ces enquêtes faites à la demande du Centre international de recherche et d’étude en linguistique fondamentale et appliquée et de l’Agence internationale de la francophonie, sur L’insécurité linguistique, les conflits de normes et l’échec scolaire en Afrique sous la responsabilité de Louis-Jean Calvet et Marie-Louise Moreau (Calvet et Moreau 1998), qui conduisent au constat qu’il existe bien une norme endogène phonétique au Sénégal, comme au Québec et en Belgique, mais aussi que les Africains manifestent des réticences à reconnaître et à légitimer le français des non-lettrés. Ces réticences sont analysées dans les programmes du Centre international de recherche et d’étude en linguistique fondamentale et appliquée et de l’Agence internationale de la francophonie comme des indices d’une insécurité linguistique inculquée par l’école en même temps qu’une conception unitaire de la norme. Et c’est tout naturellement que Louis-Jean Calvet et Marie-Louise Moreau se posent la question « de savoir s’il est possible et opportun de diffuser une autre culture de la langue et de ses normes » (p. 6). En effet, on pourrait espérer que la reconnaissance explicite de la norme endogène phonétique (au minimum) réduirait l’insécurité linguistique des usagers du français (p. 125).

2. Ce que le concept, en « travaillant », révèle de la diversité des situations

8La transmission du français n’est pas toujours le fait de l’école. Elle se fait parfois au sein de la famille et du groupe comme dans les isolats francophones du Missouri, de Pennsylvanie, de la Nouvelle-Angleterre (Valdman 2005), ou chez des descendants de colons français, comme dans la communauté des francophones « historiques » mauriciens localement dénommés « Franco-Mauriciens » (Baggioni et Robillard 1990). Mais, même en dehors de ces cas bien distingués, on peut observer, dans des pays anciennement colonisés comme Madagascar, des vestiges d’une francophonie populaire : c’est le cas de la côte est malgache, marquée par l’influence européenne et créole (Bavoux 2000). Dans ces situations de francophonie historique périphérique, les normes endogènes, le plus souvent implicites, ne s’opposent pas à la norme importée comme dans les pays d’Afrique étudiés par Gabriel Manessy, mais plutôt à une norme qui sera perçue comme centrale, parisienne, française, métropolitaine, européenne, selon le point de vue.

9On le voit, le concept évolue en voyageant. Ce faisant, il est un reflet fidèle des mutations qui surviennent dans la perception et dans la représentation de l’espace francophone. On glisse doucement de la représentation d’un espace franco-centré, avec une norme centrale unifiante et transcendante, à l’idée d’un espace polycentré où chaque pays ou « région » est susceptible de construire non seulement ses normes endogènes, mais aussi son rapport à des normes qu’elle hiérarchise et, au-delà, à sa propre référence. C’est ainsi que s’est imposée, notamment chez les linguistes belges, l’idée d’une pluralité de références. On n’hésite plus à parler d’un français de référence belge, ou suisse, ou autre (Francard 2000 et 2001). La question de l’insécurité linguistique s’en trouve modifiée et plusieurs types d’actions sont envisagés pour la réduire : assouplir la norme centrale, la modifier de façon qu’elle intègre les français périphériques (ce que la norme lexicographique des grands dictionnaires fait plus ou moins) ou créer, à côté de la norme centrale, des normes rivales (ce que fait le TLFQ, Trésor de la langue française au Québec), ou encore développer des normes endogènes, régionales, en aménager la coexistence et nécessairement la hiérarchisation avec la norme centrale, ce que suggèrent les derniers travaux de Michel Francard, Jean-Marie Klinkenberg, Marie-Louise Moreau et Louis-Jean Calvet mentionnés précédemment.

10En s’exportant, le concept a permis de mettre en lumière des spécificités et des différences. Il apparaît clairement maintenant qu’en Afrique francophone, les normes endogènes sont le résultat de la vernacularisation d’un français appris (mal appris, répètent Gabriel Manessy et Robert Chaudenson) à l’école et qu’en Europe et en Amérique, elles résultent de prises de conscience d’un écart entre usage vernaculaire et variété centrale de référence. Dans la région qui nous intéresse au premier chef, l’île Maurice, Madagascar, la Réunion, où une néofrancophonie prend le relais d’une francophonie héréditaire de moins en moins visible, il semble bien que se côtoient ces deux types de normes endogènes.

3. Retour sur une première tentative de modélisation des normes des français régionaux

11Dès 1993, dans le cadre du programme Description des Français de l’océan Indien, en réponse à un appel d’offres du réseau Étude du français en francophonie de l’AUPELF-UREF et du programme « L’insécurité linguistique dans les îles du Sud-Ouest de l’océan Indien » répondant à un appel d’offres du réseau Sociolinguistique et dynamique des langues de l’AUPELF-UREF, une équipe de linguistes de l’URA 1041 du Centre national de la recherche scientifique (université de la Réunion), créée par Daniel Baggioni, qui avait pris en charge la production d’inventaires de particularités lexicales des français de la zone sud-ouest de l’océan Indien, posait l’hypothèse de normes locales, endogènes, des français de la Réunion, de Maurice, de Madagascar. Le cadre théorique dans lequel la recherche s’est développée était celui d’une définition sociolinguistique très marcellesienne de la langue en général, des variétés de français en particulier, reposant sur la volonté des locuteurs de faire exister l’entité linguistique et sur la notion de reconnaissance – légitimation des faits de langues par les locuteurs eux-mêmes légitimés à le faire par la communauté linguistique. Ces principes sont exposés dans « Éléments de réflexion théorique : visite d’un chantier » (dans Robillard 1993, p. 7-36) et repris dans Claudine Bavoux, 1997. Dans cette conception de la francophonie régionale, sont considérés comme français les mots, les faits de langue reconnus et légitimés par une instance francophone locale elle-même socialement reconnue et légitimée, ce qui entraîne l’obligation méthodologique de rechercher dans les discours et dans les attitudes des acteurs les signes visibles de reconnaissance – légitimation des faits de langue et d’en étudier les modalités, celles-ci pouvant aller de la légitimation la plus explicite (au Québec par exemple) à une forme minimale de légitimation qui s’apparente à une absence de délégitimation, dans le cas d’une variété occultée, alors dénommée « cryptoglosse » (à Madagascar par exemple). L’équipe imputait à l’insécurité linguistique du francophone périphérique ses réticences et ses silences : les normes endogènes si elles existent objectivement (ce que l’approche mise en place ne permet pas de mettre en évidence) sont rarement explicitées, plus rarement encore revendiquées. Un examen de chaque situation permet de comprendre les obstacles à l’émergence d’un discours de reconnaissance des normes endogènes. À la Réunion, « la norme grand blanc » autrefois plus visible aurait pratiquement disparu aujourd’hui selon Michel Beniamino et Daniel Baggioni (1993, p. 156) sans que le relais soit pris par la petite bourgeoisie néofrancophone qui, pensaient ces auteurs, ne souhaite pas s’afficher sous les couleurs de la francophonie. À Madagascar, la francophonie populaire, héritière de la francophonie coloniale, est politiquement incorrecte. À Maurice, la norme de la variété historique du français parlée par des Franco-Mauriciens très discrets sur la scène sociale et politique n’est pas partagée par les néofrancophones qui, par ailleurs, ne sont pas désireux d’apparaître comme les nouveaux producteurs de la norme mauricienne.

12À l’heure des bilans, on dut convenir que la définition de la langue sur laquelle reposait tout l’édifice présentait un maillon faible, la quasi-absence de discours de légitimation chez les locuteurs de variétés endogènes, le risque étant de se voir reprocher, comme cela avait été fait en Afrique, de vouloir construire un français régional contre l’avis des intéressés. En revanche, les visages multiples et évolutifs du contact de langues continuaient de susciter l’intérêt des acteurs comme des observateurs, obligeant ceux-ci à corriger leur angle d’approche : pourquoi ne pas poser la question des normes endogènes ou plus exactement du processus de leur production non pas à partir d’une langue artificiellement coupée de son milieu écologique, mais à partir de ce qui se parle, un vernaculaire marqué par le plurilinguisme ? Cette question se pose avec acuité à la Réunion où, dans les situations de communication informelle surtout, le mélange des codes est, mieux que toléré, considéré comme « normal ».

13Cette façon de poser le problème invalide-t-elle celle qui l’a précédée dans le temps et faut-il voir une alternative entre la recherche de la norme d’une variété et celle de la norme d’un vernaculaire qui s’affranchit des frontières linguistiques ? La réponse est bien évidemment négative, car outre que les travaux d’aujourd’hui s’appuient sur ceux d’hier, qui les ont rendus possibles, les deux interrogations portent sur deux objets distincts, qui ne se rencontrent pas dans les mêmes situations, la norme d’un français régional pouvant être explicitée par un enseignant soucieux de montrer la distance qui sépare la variété locale de la variété de référence ; la norme du vernaculaire ayant à voir plutôt avec la construction d’une identité locale en négociation avec des valeurs mal stabilisées.

4. Interrogations sur les normes, leur perception, leur construction, leur transmission

14La rencontre de la 8e Table ronde du Moufia, qui s’est tenue le 4 avril 2005 à l’université de la Réunion, dont cet ouvrage est l’aboutissement, a permis une prise de conscience des spécificités liées aux terrains et des constantes qui se retrouvent dans toutes les situations de plurilinguisme présentées par les participants. Après avoir suivi les analyses d’Albert Valdman pour la Louisiane, de Michel Francard et Philippe Hambye pour la Wallonie romane, de Béatrice Akissi Boutin pour la Côte d’Ivoire, de Fouzia Benzakour pour le Maghreb, les organisateurs de la table ronde se sont exprimés à leur tour pour approuver et confirmer, mais aussi pour dire la spécificité des aires créoles. Ils l’ont fait du lieu où ils se situent, lieu où la coexistence des langues oscille aujourd’hui entre confusion et synthèse. En disant l’impossibilité de se focaliser sur la variété régionale de français, ils entendaient apporter une pierre à la réflexion générale. Il s’en est suivi ce qu’on lira dans ces pages, une relativisation du concept et une avancée générale dont Jean-Marie Klinkenberg mesure la portée dans la partie conclusive. On le savait, mais on l’a redécouvert à cette occasion, les normes endogènes ne peuvent être envisagées indépendamment des normes exogènes, ni les normes linguistiques en dehors des normes sociales. Et bien sûr, les normes ont une histoire.

Bibliographie

Bibliographie

Baggioni Daniel et Robillard Didier de, 1990, Île Maurice, une francophonie paradoxale, Paris, L’Harmattan.

Bavoux Claudine, 1997, « Constitution et traitement d’un corpus “cryptoglossique” : quels fondements théoriques ? », Le corpus lexicographique. Méthodes de constitution et de gestion, C. Frey et D. Latin éd., Bruxelles - Montréal, De Boeck - AUPELF-UREF (Association des universités partiellement ou entièrement de langue française - Université des réseaux d’expression française), p. 71-86.

— 2000, « Aux sources de la francophonie malgache (xviie-xixe siècles) », C. Dubois, J.-M. Kasbarian et A. Queffélec éd., L’expansion du français dans les Suds (xve-xxe siècles), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, p. 287-303.

Bédard Édith et Maurais Jacques, 1983, La norme linguistique, Paris - Montréal, Le Robert - Publications du Québec.

Beniamino Michel et Baggioni Daniel, 1993, « Le français, langue réunionnaise », Le français dans l’espace francophone, t. 1, D. de Robillard et M. Beniamino dir., Paris - Genève, Champion - Slaktine, p. 151-172.

Calvet Louis-Jean et Moreau Marie-Louise éd., 1998, Une ou des normes ? Insécurité linguistique et normes endogènes en Afrique francophone, Paris, CIRELFA - Agence de la Francophonie - Didier Érudition (Langues et développement).

Francard Michel, 1994, L’insécurité linguistique dans les communautés francophones périphériques (Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 10-12 novembre 1993), Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain 19, 3-4, 1993, 2 vol.

— 2000 et 2001, Le français de référence. Constructions et appropriations d’un concept (Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 3-5 novembre 1999), Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain 26, 1-4 et 27, 1-2, p. 406 et p. 240.

Klinkenberg Jean-Marie, 2001, La langue et le citoyen, Paris, PUF.

Manessy Gabriel et Wald Paul éd., 1979, Plurilinguisme : normes, situations, stratégies, Paris, L’Harmattan.

— 1984, Le français en Afrique noire tel qu’on le parle, tel qu’on le dit, Paris, L’Harmattan (Publications de l’Institut de recherches interethniques et interculturelles – Centre d’étude des plurilinguismes).

Manessy Gabriel et al., 1992, « Norme endogène et normes pédagogiques en Afrique noire francophone », Multilinguisme et développement dans l’espace francophone, D. Baggioni et al., Paris, Didier Érudition (Langues et développement), p. 43-81.

Manessy Gabriel, 1993a, « Normes endogènes et français de référence », Inventaire des usages de la francophonie : nomenclatures et méthodologies, D. Latin et al., Montréal - Montrouge, AUPELF - J. Libbey Eurotext, p. 15-23.

— 1993b, « Vernacularité, vernacularisation », Le français dans l’espace francophone, vol. 1, D. de Robillard et M. Beniamino éd., Paris - Genève, Champion - Slaktine, p. 407-417.

— 1994, « Normes du français en Afrique noire francophone », Genèse dela (des) norme(s) linguistique(s) : hommage à Guy Hazael-Massieux, J.-M. Kasbarian éd., Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, p. 55-56.

— 1997, « Normes endogènes », Sociolinguistique. Concepts de base, M.-L. Moreau dir., Sprimont, Mardaga.

Moreau Marie-Louise, 2000, « La pluralité des normes dans la francophonie », La coexistence des langues dans l’espace francophone. Approche macrosociolinguistique (Actes des deuxièmes journées scientifiques du réseau de l’Agence universitaire de la francophonie, « Sociolinguistique et dynamique des langues », Rabat, 25-28 septembre 1998), Montréal - Paris, AUPELF-UREF, p. 137-151.

Robillard Didier de, 1993, Contribution à un inventaire des particularités lexicales du français de l’île Maurice, Vanves, EDICEF (Actualités linguistiques francophones).

Valdman Albert, 1979, Le français hors de France, Paris, Champion.

— 1983, « Normes locales et francophonie », La norme linguistique, É. Bédard et J. Maurais éd., Paris - Montréal, Le Robert - Publications du Québec, p. 667-706.

— 2005, « Le français des isolats américains », Le français en Amérique du Nord : état présent, A. Valdman, J. Auger et D. Piston-Hatlen éd., Québec, Presses de l’université de Laval, p. 207-228.

Notes

1 Dans Le français hors de France, A. Valdman, qui dirige l’ouvrage collectif avec la collaboration de R. Chaudenson et G. Manessy, présente les travaux rassemblés comme « la suite logique d’une initiative lancée par Pierre Guiraud en 1967 lors d’un colloque AUPELF au Canada. L’IDERIC (Institut d’études et de recherches interethniques et interculturelles, Nice) réalise le vœu de P. Guiraud de voir se créer un centre de recherche sur les parlers français.

2 On peut aussi le juger trop proche, par sa forme, du mot « indigène » souvent connoté négativement bien que, en Afrique francophone, son dérivé « indigénisation » soit usité, sans réticences, dans un sens linguistique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search