Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Matériaux graphiques et phoniques

Elementa. Remarques sur le rôle de l’écriture dans la linguistique antique

Texte intégral

1Je me propose de prendre en considération le fait que la réflexion antique sur le langage est, pour une large part, une grammaire. On sait que le terme a d’abord désigné la science des lettres, c’est-à-dire l’apprentissage élémentaire de la lecture et de l’écriture ; par extension, c’est la science des ensembles de lettres, grammata ou sungrammata (en grec), litteræ (en latin), c’est-à-dire la science des textes, une méthode permettant d’établir, expliquer, lire et juger les textes ; même sous la forme relativement tardive d’une science de la langue, la grammaire, celle des tekhnai ou artes, reste essentiellement une science de la langue écrite.

2Ce lien de la grammaire et de l’écriture n’est pas sans conséquences – et pas seulement parce que l’écriture ne donne qu’une image imparfaite du signifiant oral, et même le « cache », comme disent à l’occasion les phonéticiens modernes ; pas seulement non plus parce que la grammaire antique s’attache presque exclusivement à la langue des textes classiques, qui a de moins en moins de rapports avec la langue vivante. Ces reproches, souvent exprimés, sont justifiés mais superficiels. En fait, pour mieux comprendre la pensée des Anciens sur le langage, il peut être utile de renoncer à chercher ce qu’il y a d’intéressant dans la grammaire antique malgré son attachement à l’écriture, et utile de chercher, au contraire, ce qu’il y a d’intéressant dans cet attachement même, qui n’est pas un accident regrettable, mais un élément constitutif de la grammaire.

  • 1 Voir, en particulier, Diogène Laërce, 7, 55 ; Scholies de Denys le Thrace, 130, 8 ; 310, 26 ; 181, (...)
  • 2 GL V, 99, 11 (le traité de Pompeius est en fait l’enregistrement d’un cours oral).

3En effet, il n’est pas exact de dire, comme on le fait parfois, que les Anciens confondaient l’écrit et l’oral. Ils savent en général très bien, et ils disent, que la lettre est un artefact secondaire dont le rôle est de représenter l’élément oral préexistant. Le lien de l’écriture et de la grammaire n’en est pas moins affirmé, en pleine conscience, d’un bout à l’autre de la tradition : la grammaire est une science qui part de la lettre, parce que le langage humain, en tant qu’il est rationnel – et donc articulé – est scriptible (il est vox scriptilis)1. La raison ne se confond pas avec la capacité de signifier : il peut y avoir un sens dans les sons produits par autre chose que la voix humaine, et aussi dans la voix humaine exprimant des émotions sous forme de gémissements, exclamations… Mais c’est le propre de la raison de procéder par le mesurable, et donc le discontinu, par ce qui peut être appréhendé comme unité distincte d’autres unités. Écriture, voix articulée et raison sont liées par leur trait commun de distinction. L’articulation est le caractère fondamental du langage humain, et l’écriture est le test décisif de l’articulation ; comme le dit, par exemple, un grammairien latin, du reste tout à fait naïf, Pompeius : « Articulata est uox quæ potest scribi ; ut ecce hoc ipsum quod dixi potest scribi.2 »

  • 3 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1973, p. 21.

4En s’attachant à l’écriture, les grammairiens tirent parti d’un fait linguistique qui ne sera reconnu comme tel que beaucoup plus tard, à savoir que « l’essentiel de la langue est étranger au caractère phonique du signe linguistique »3. Ils ne posent certes pas cette thèse saussurienne, mais ils constatent qu’on peut décrire une langue sans se soucier (ou guère) des qualités physiques des sons ou de leurs conditions de production. De fait, la grammaire classique n’a pas grand-chose à dire sur ce que nous appelons, nous, phonétique, mais c’est parce que, constitutionnellement, cela ne l’intéresse pas ; il y a bien, en effet, une esquisse de cette science dans l’Antiquité, où l’on étudie la production des sons, les familles de sons du genre labiales, dentales…, les substitutions et la distribution des sons, les propriétés de la syllabe… ; mais, sauf exception, l’ars grammatica n’intègre pas ces développements qui restent (en gros) l’apanage de la métrique, branche de la musique. Aux yeux des grammairiens, comme à ceux de Saussure, encore :

  • 4 Ibid., p. 303.

… pour connaître les unités phoniques d’une langue il n’est pas indispensable de caractériser leur qualité positive ; il faut les considérer comme des entités différentielles dont le propre est de ne pas se confondre les unes avec les autres. Cela est si bien l’essentiel qu’on pourrait désigner les éléments phoniques d’un idiome à reconstituer par des chiffres ou des signes quelconques.4

  • 5 L. Hjelmslev, « Über die Beziehung der Phonetik zur Sprachwissenschaft », Archiv für vergleichende (...)

5 Ou par des lettres : si la grammaire classique s’ouvre par un chapitre sur les lettres, c’est moins pour parler (mal) de phonétique que pour établir que des figuræ différentes représentent en principe des éléments oraux différents, malgré certaines exceptions (lettres en trop, lettres manquantes…) dues à l’imperfection du code alphabétique, dont il convient de prendre conscience. Cette façon de voir dans la lettre une représentation de l’élément oral comme différent des autres, constituait une première approche, certes grossière, de la notion de phonème. Aussi a-t-on vu des linguistes modernes, et non des moindres (Hjelmslev, par exemple)5, reconnaître l’intérêt de la littera, un temps méprisée par les tenants de la phonétique pure.

6Je ne veux pourtant pas dire que la grammaire antique, par son attachement à la lettre, préfigure la linguistique moderne. Au contraire. L’exclusion de l’écriture du champ de la linguistique moderne n’est pas une simple formalité. C’est un geste de grande portée, plus grande peut-être que les linguistes (ou certains linguistes) ne l’ont pensé, entre autres pour la raison suivante : l’étude de l’écrit privilégie le point de vue de la réception et néglige celui de la production, ou, plus exactement, elle assimile la production des énoncés à la lecture. L’idée antique est en effet que les lettres sont les gardiennes de la voix, qui peut être restituée à partir d’elles, telle qu’elle était avant son enregistrement (moins les imperfections éventuelles dépendant du code alphabétique imparfait, et les impondérables de l’acte unique de parole, dont les Anciens ont bien conscience). L’écriture constitue ainsi une sorte de corps solide et durable de l’énoncé, qui se prête admirablement à l’observation et à la manipulation. Mais ce qui se gagne en simplicité se perd en exactitude. Sans m’arrêter ici à d’autres conséquences, je voudrais montrer qu’en traitant la ligne d’écriture comme un analogon suffisant de l’énoncé oral, la grammaire engageait sa conception même des unités linguistiques dans une direction qui ne sera plus celle de la linguistique moderne.

  • 6 Cours, p. 146.
  • 7 Ibid., p. 145.
  • 8 Ibid., p. 53, à propos du fait que l’écriture peut réagir sur l’oral (Lefebure), grand scandale pou (...)

7En effet, la détermination des unités proprement linguistiques d’une langue est une tâche difficile. Comme disait (toujours) Saussure : « La langue ne se présente pas comme un ensemble de signes délimités d’avance, dont il suffirait d’étudier les significations et l’agencement. »6 Mais il avouait aussi qu’« au premier abord on est tenté d’assimiler les signes linguistiques aux signes visuels, qui peuvent coexister dans l’espace sans se confondre »7. Si l’on s’en tient à ce « premier abord », on est victime de ce qui est, proprement, la « tyrannie de la lettre »8.

  • 9 Voir E. Benveniste, « Les niveaux de l’analyse linguistique », Problèmes de linguistique générale, (...)

8Les Anciens, quant à eux, ne s’imaginaient pas que l’énoncé était composé de lettres (je doute que beaucoup de grammairiens, à travers les siècles, aient vraiment pensé cela), mais ils s’imaginaient souvent qu’il était composé d’éléments qui se comportaient comme des lettres. Ils concluaient du représentant au représenté et transposaient les propriétés de la lettre à l’élément oral correspondant. Or une lettre a cette propriété d’être une unité à la fois matérielle et autonome : on peut produire un inventaire des lettres (l’alphabet) indépendant de toute combinaison graphique. Mais il n’y a rien de tel à l’oral, et pour cause : l’analyse qui a donné naissance à l’écriture alphabétique a isolé des constituants qui n’existent qu’en combinaison, et, de plus, elle les a isolés en fonction de leur caractère différentiel, non de leurs propriétés physiques. Autrement dit, on peut considérer qu’une lettre, B par exemple, représente un segment matériel de l’oral, un son ; mais ce son n’a pas d’existence hors d’une combinaison (une syllabe au moins) et de plus, en tant que fragment matériel, il n’a aucune valeur linguistique : il ne peut être identifié comme unité linguistique que par son appartenance à une combinaison pourvue de sens, dans laquelle il joue un rôle différentiel9. Le risque d’un raisonnement sur la lettre, c’est qu’il peut faire concevoir que l’unité orale est un son, donné antérieurement et extérieurement à toute combinaison, et dont la matérialité même, et non le caractère différentiel, peut être mise en relation avec le sens.

  • 10 Voir par exemple, respectivement : Censorinus, De die natali liber, 10, 5 ; « Augustin », Rhétoriqu (...)

9Pour mieux saisir ce qu’était le problème du sens dans un raisonnement fondé sur l’écrit, je ferai d’abord un détour par un texte non grammatical. On constate, en effet, que le modèle de la combinaison des lettres est souvent utilisé dans l’Antiquité hors de la grammaire. Ce qui se conçoit : l’écriture offre des éléments discrets, différents les uns des autres, tous égaux et théoriquement substituables les uns aux autres, parfaitement manipulables (sans les contraintes « physiologiques » que l’environnement impose aux éléments de l’oral), un nombre fini de types et un nombre infini d’occurrences, et des combinaisons qui font passer à des réalités d’un autre niveau, la syllabe où se réalise le son, le mot où se réalise le sens. L’emploi étendu du modèle de l’écriture a du reste été favorisé par la polysémie des mots stoikheion (en grec) et elementum (en latin) – je n’entre pas ici dans l’histoire complexe et controversée de ces deux mots, me bornant à rappeler qu’ils signifient couramment l’un et l’autre « lettre » et « élément » (avec à peu près tous les emplois du mot francais : élément de l’univers, principe fondamental, point de départ, constituant simple…). Aussi le modèle de l’écriture se présente-t-il dans toutes sortes de disciplines antiques, dès lors que l’on veut exposer que des éléments se combinent pour donner des unités de rang supérieur : sans parler des emplois bien connus chez les philosophes, c’est par exemple le cas pour les notes de la musique, les éléments de la cause en rhétorique, l’homme dans la cité, les signes de la physiognomonie, de l’onirocritique, de l’astrologie10

  • 11 De generatione et corruptione, I, 2, 315 b 6 ; voir Métaphysique, I, 4, 985 b 4 (d’interprétation (...)
  • 12 En I, v. 196-198, dans le développement liminaire sur « rien ne naît de rien » ; I, v. 820- 829, à (...)

10Je retiendrai ici un exemple qui montre bien ce qu’il y a de contradictoire dans la notion de lettre, à la fois représentation d’un caractère différentiel abstrait et d’un fragment matériel sans valeur linguistique. On sait que dans les livres I et II du De rerum natura Lucrèce fait cinq fois appel à une comparaison entre les lettres et les atomes. Il n’est pas le premier à utiliser ce rapprochement : on ne le retrouve pas dans ce qu’il reste des œuvres d’Épicure, mais Aristote atteste que Démocrite et Leucippe s’en servaient pour illustrer l’idée que les objets de notre univers, dans toute leur diversité, résultent de combinaisons d’atomes, tout comme « tragédie et comédie résultent des mêmes lettres »11. Mais les textes de Lucrèce donnent une application détaillée du modèle ; il a placé ses comparaisons en des points stratégiques de son énoncé12 ; il pousse même si loin l’assimilation des atomes et des lettres qu’il en vient à donner aux atomes le nom qu’il a d’abord donné aux lettres, elementa – ce qui semble bien être une nouveauté en latin.

  • 13 I, v. 824 ; I, v. 911.

11 Lucrèce compare les atomes aux lettres, signes graphiques. C’est bien le sens précis qu’il donne au terme elementa, comme on peut le voir au livre V (v. 1445) quand il parle de l’invention tardive de l’écriture (elementa), bien longtemps après l’apparition du langage ; ce sens est confirmé, dans les comparaisons, par le contexte qui parle de la visibilité des elementa et de leur localisation dans les vers mêmes du poème ; il oppose du reste par deux fois les lettres et le son du mot13. L’intérêt de la comparaison est en effet d’aider à comprendre une réalité invisible en raisonnant sur une réalité visible. Comme telle, l’image entre en série avec toutes celles dont Lucrèce est prodigue (poussières dans un rayon de soleil, tache blanche des moutons sur la colline…). L’examen des lettres et de leur emploi donne un modèle clair de combinatoire, applicable aux processus invisibles aboutissant à la création des choses (res). Lucrèce sélectionne donc et met en valeur certains traits de la lettre que le lecteur est invité à transposer à l’atome.

  • 14 I, v. 196 ; I, v. 824 ; II, v. 689.

12L’écriture offre d’abord l’évidence d’un inventaire de types en nombre supérieur à un mais limité, et d’un nombre illimité d’occurrences de chaque type : cela correspond à l’idée que les différentes sortes d’atomes sont en nombre fini (quoique très grand), mais que les atomes de chaque sorte sont en nombre infini. Il est donc possible de trouver dans des objets ou des mots différents des éléments identiques en tant que types, quoique différents en tant qu’occurrences ; ce que Lucrèce exprime par le terme communis : il y a des éléments communs aux objets, comme il y a des lettres communes aux mots14.

  • 15 I, v. 827.

13L’écriture offre ensuite l’évidence du passage d’un mot à un autre par manipulation minime des lettres ; les mêmes lettres peuvent donner des mots différents (tragédie et comédie sont écrites avec les mêmes lettres, disait Démocrite) : il suffit de changer l’ordre. Lucrèce en tire un argument a fortiori : « Si grand est le pouvoir des lettres, rien qu’en modifiant l’ordre ! Que dire des principes des choses, qui peuvent mettre en œuvre bien plus de moyens pour créer l’ensemble des choses dans toute leur diversité ! »15

  • 16 I, v. 875.

14Une troisième évidence est la différence de nature entre la lettre et le mot, l’élément et la combinaison. La lettre et le mot sont deux réalités hétérogènes et hiérarchisées. Une lettre n’est pas un mot en réduction. Cela permet de réfuter, par analogie, des théories comme celles d’Héraclite, d’Empédocle ou d’Anaxagore, qui ne supposent pas de différence de nature entre les objets du monde et les éléments qui les constituent. Des propriétés peuvent appartenir aux objets sans appartenir aux atomes (et même ne doivent pas appartenir aux atomes), de même que le sens des mots n’appartient pas aux lettres mais seulement à leur combinaison. Ainsi, croire que le bois contient du feu est aussi inepte que croire que le mot lignum (bois) contient le mot ignis (feu) : ce qu’il faut dire, c’est que le bois et le feu ont des éléments communs qui ne sont ni du bois ni du feu, de même que lignum et ignis ont des lettres communes qui ne sont ni le mot lignum ni le mot ignis16.

  • 17 II, v. 688.

15II faut bien constater pourtant que, même pour les lettres, l’ordre n’entre pas seul en ligne de compte dans la création de mots différents. Tous les types de lettres n’entrent pas dans la formation de chaque mot. Il y a à chaque fois un nombre variable de lettres : en changeant l’ordre, mais aussi en ajoutant ou en supprimant des éléments, on obtient des combinaisons différentes, selon un schéma de manipulations que Lucrèce se plaît à répéter. La combinaison concerne à chaque fois une sélection, et les variations de nombre, mais aussi la nature des éléments ont bien quelque influence sur l’ensemble qu’ils constituent et, précisément, sur le fait que cet ensemble est différent des autres. Aussi voit-on Lucrèce, qui a beaucoup dit que les mêmes lettres peuvent former des mots différents, en venir à dire, non sans quelque embarras, qu’en fait les mots sont rarement constitués des mêmes lettres17.

16La difficulté est, en effet, la suivante. L’atome n’est pas un point géométrique, une abstraction, mais bien un corps solide qui, tout en étant insécable, est lui-même formé de parties, ce qui lui assure canoniquement trois propriétés, variables selon les types, la forme, la dimension et le poids. Ces propriétés sont en quelque sorte « traduites » dans les propriétés des combinaisons : ainsi, les atomes ne sont pas « sonores », mais de leur forme plus ou moins lisse dépend le fait qu’un son est plus ou moins agréable à l’oreille, etc. Mais la lettre ? Il importe assurément que telle lettre plutôt que telle autre entre dans la formation d’un mot, mais quelle propriété de la lettre serait traduite dans le sens du mot ? L’analogie entre corps visible de la lettre et corps invisible de l’atome est, en définitive, inadéquate.

  • 18 De natura deorum, 2, 93 ; voir Plutarque, Περὶ τοῦ μὴ χρᾶν ἔμμετρον νῦν τὴν Πυθίαν, 11, 399 e.
  • 19 Sur un « flottement » comparable chez Platon, voir G. Ryle, « Letters and syllables in Plato », Phi (...)

17Les adversaires de l’atomisme retournent en effet l’analogie, en montrant qu’une succession de lettres ne produit rien en dehors d’une intention de signifier qui est antérieure et extérieure aux lettres. Une réfutation qui nous est bien connue, entre autres, par Cicéron18, imagine une pluie infinie de lettres, même en or, s’abattant sur le sol sans pour autant former les Annales d’Ennius, ni même un seul vers. On ne produira pas de sens en combinant des lettres au hasard, pas plus que le monde n’a été produit par des combinaisons fortuites d’atomes. Le caractère écrit fait illusion en laissant croire à l’existence autonome d’éléments matériels, et c’est bien pourquoi les atomistes y voient le modèle de leurs corpuscules (« corpora solida atque indiuidua », rappelle Cicéron). Mais il faut choisir : ou bien la lettre n’a pas d’autre propriété que son identité et le fait qu’elle diffère de toutes les autres, elle n’est que l’incarnation d’une abstraction, le caractère différentiel des éléments oraux ; ou bien la lettre représente un élément oral qu’on peut définir positivement, mais qui n’existe pas en dehors d’une combinaison19. Dans le premier cas, l’atome ne serait qu’une abstraction, dans l’autre il n’existerait que dans une combinaison, et non antérieurement et extérieurement à toute combinaison. Bref, l’atome n’est pas une lettre et la lettre n’est pas un atome.

  • 20 Problèmes, p. 125.
  • 21 D’où, entre autres, le succès d’un schéma de manipulations appliqué à tous les niveaux du langage p (...)

18Le modèle de la lettre, qui devrait aider à résoudre un problème de relations entre le tout et les parties, se révèle donc d’un maniement délicat. C’est qu’en fait, dans la langue, les relations du tout et de la partie ne sont pas simples, et qu’on ne peut guère penser l’un sans l’autre. Comme dit Benveniste : « Un signe est matériellement fonction de ses éléments constitutifs, mais le seul moyen de définir ces éléments comme constitutifs est de les identifier à l’intérieur d’une unité déterminée où ils remplissent une fonction intégrative. »20 Mais l’« erreur » de Lucrèce n’est pas une exception, seulement un exemple du fait que la pensée antique sur le langage s’est souvent laissé guider par l’image de l’écriture, celle d’un jeu de construction dont les éléments sont donnés d’avance21.

  • 22 Voir, par exemple, F. François, « La description linguistique », Le Langage, Encyclopédie de la Plé (...)

19 Les Anciens ont identifié plusieurs types d’unités linguistiques, qu’un schéma, constant de Platon à Priscien, et qui sert d’armature aux artes, présente dans une combinatoire à plusieurs niveaux : les lettres se combinent pour former la syllabe, les syllabes se combinent pour former le mot, les mots se combinent pour former l’énoncé. En dépit de son air « naturel et évident », ce schéma n’est pas homogène ; les critères qui permettent de déterminer les unités sont de nature diverse : la lettre est une donnée de l’écrit qui n’a pas, sauf exception, de correspondant oral autonome et isolé (qu’on pourrait prononcer seul) ; la syllabe correspond à une émission vocale, lieu de la réalisation concrète des éléments, mais unité sans rapport avec le sens – ce pourquoi, du reste, elle a disparu d’une partie de la linguistique moderne22 ; le mot et l’énoncé sont déterminés en fonction du sens, dans des conditions qui font de la séquence-énoncé une addition des séquences-mots.

  • 23 Voir Denys d’Halicarnasse, De compositione, 25, 41 ; Quintilien, 1, 1, 24 ; le papyrus publié par O (...)

20En fait, ce schéma tire probablement sa première origine de l’enseignement élémentaire – ce pourquoi nous le trouvons tout naturel, encore aujourd’hui. Nous avons en effet quelques témoignages fort clairs sur la façon dont on apprenait à lire dans l’Antiquité23 : on apprenait d’abord les lettres, puis les syllabes, toutes les syllabes possibles, une par une, puis on formait des mots avec ces syllabes, et enfin, avec ces mots, l’énoncé complet. Cette progression est du reste de toute nécessité si, comme c’est du moins le cas en Grèce, on a affaire à la scriptio continua qui n’autorise aucune espèce de « lecture globale » : l’écriture ne présente que des lettres rangées côte à côte comme autant d’unités distinctes et égales entre elles. Il faut nécessairement partir de la lettre pour opérer, de proche en proche, des regroupements de plus en plus vastes, syllabes d’abord, mots ensuite, énoncés au-delà.

  • 24 On le voit déjà chez Platon parlant des travaux d’Hippias « sur la valeur des lettres, les syllabes (...)

21Ce schéma lettre-syllabe-mot-énoncé, nécessaire à la lecture, amène à concevoir les unités linguistiques comme les différents découpages qu’on peut pratiquer dans une ligne d’écriture : ce sont des fragments de ligne, de plus ou moins grande étendue et s’emboîtant les uns dans les autres. Or à côté de ce schéma proprement grammatical, il en existe un autre, propre à la rythmique ou à la métrique, qui traite le langage comme phénomène purement sonore, sans considération du sens. Au-delà de la syllabe, il y a bifurcation vers des unités dépourvues de sens, pieds, mètres24… Dans ce cadre, où l’on examine les qualités physiques de diverses combinaisons de sons, les propriétés d’une unité sont évidemment en relation étroite avec les propriétés de l’unité de rang supérieur. Mais on peut aussi transférer cette idée au schéma grammatical et étudier la qualité des séquences sonores correspondant aux unités découpées dans la ligne d’écriture. Ainsi la rhétorique, par exemple, tire parti de cette idée pour sa théorie de la synthesis, compositio, l’arrangement phonique harmonieux du discours en prose :

  • 25 Quintilien, 8, 3, 16 ; voir Denys d’Halicarnasse, De compositione, 13, 3.

Car si des syllabes formées de lettres mieux sonnantes ont une tonalité plus claire, les mots composés de telles syllabes ont un son plus éclatant, et plus un mot a de plénitude sonore, plus il est beau à entendre. Et le même principe qui gouverne l’enchaînement des syllabes gouverne aussi l’enchaînement des mots, si bien que tel arrangement sonne mieux que tel autre.25

22Si la composition du son progresse ainsi selon le schéma d’emboîtement, n’en serait-il pas de même de la composition du sens ? La question a été posée. L’une des réponses est celle de Socrate dans le Cratyle (424 b – 425 a) : le sens de l’énoncé sera le sens des mots, le sens du mot sera le sens des syllabes, le sens de la syllabe sera le sens des lettres. Il explique en effet qu’on obtiendra une représentation linguistique correcte des êtres si l’on distingue soigneusement les diverses sortes d’éléments, si on les met correctement en correspondance avec les êtres, puis si on en forme des syllabes, puis de là des noms et des verbes, puis de là des énoncés ; et il compare explicitement cette démarche à celle des spécialistes du langage comme phénomène sonore : « comme les gens qui s’occupent des rythmes distinguent d’abord la valeur des éléments, puis celle des syllabes, et ne se mettent à étudier les rythmes qu’une fois ces préliminaires achevés ».

23Il peut en effet être tentant de faire descendre le sens jusque dans les unités de base du schéma lettre-syllabe-mot-énoncé : après tout, elles sont bien constitutives de l’énoncé, et, si le sens ne commence pas là, où commence-t-il et pourquoi ? Pour comprendre cette tentation, je m’aiderai d’une comparaison de Benveniste, qui est destinée à prouver précisément le contraire mais qui est éclairante. Dans son célèbre article « Les niveaux de l’analyse linguistique », il dit ceci :

  • 26 Problèmes, p. 126.

Quand nous ramenons une unité à ses constituants, nous la ramenons à ses éléments formels […]. Même dans l’unité la plus haute, la phrase, la dissociation en constituants ne fait apparaître qu’une structure formelle, comme il arrive chaque fois qu’un tout est fractionné en ses parties. On peut trouver quelque chose d’analogue dans l’écriture, qui nous aide à former cette démonstration. Par rapport à l’unité du mot écrit, les lettres qui le composent, prises une à une, ne sont que des segments matériels, qui ne retiennent aucune portion de l’unité. Si nous composons SAMEDI par l’assemblage de six cubes portant chacun une lettre, le cube M, le cube A, etc. ne seront porteurs ni du sixième ni d’une fraction quelconque du mot comme tel.26

24Fort bien, dirait Socrate, et plus encore Cratyle, mais le mot résulte de la juxtaposition des cubes, n’existe pas en dehors d’elle, et de celle-là précisément, puisque, si l’on change ne serait-ce qu’un cube, on aura un autre mot ou rien. D’où le mot tirerait-il ses propriétés, si ce n’est des éléments qui existent avant lui ?

  • 27 Le texte du Cratyle n’est certes pas toute la pensée de Platon sur ce sujet. Rappelons aussi que, c (...)

25Bien entendu, c’est une illusion : celui qui juxtapose les six cubes ne donne pas tout soudain l’existence au mot SAMEDI, mais analyse le mot SAMEDI préexistant. Mais l’écriture impose l’idée du jeu de construction (y compris à Benveniste) : les fragments de ligne, de diverse grandeur, sont des unités données avec lesquelles on constitue des unités plus grandes, mais de même nature ; sur cette image, on se crée une idée de la voix formée de fragments sonores juxtaposés, chacun étant porteur d’un sens qui s’additionne au sens de ses voisins. Découpages formels de la ligne, découpages de son et découpages de sens doivent coïncider27.

  • 28 Voir, par exemple, Scholies de Denys le Thrace, 31, 9 (GG, A. Hilgard éd.) ; Diomède, GL I, 426, 32 (...)
  • 29 Voir F. Desbordes, « Raison et dérision de la grammaire chez Virgile “de Toulouse” », La linguistiq (...)

26Je passe sur diverses manifestations de cette idée qui, provenant de la grammatistikê, de la « petite » grammaire des enfants, a touché le plus large public, et j’en viens aux conséquences pour la tekhnê grammatikê, qui a repris et développé les enseignements de la petite grammaire, et qui est toujours articulée selon le schéma lettre-syllabe-mot-énoncé28. Mais la grammaire a résolu le problème du sens en refusant de le poser : le sens se constate et ne s’explique pas. D’où l’élimination du cratylisme et même de toute spéculation étymologique, qui restent désormais aux marges de l’ars et n’y rentreront qu’au début de la période médiévale29. D’où aussi l’absence de considération du sens global des énoncés : la grammaire se place d’emblée dans l’évidence des mots, qui lui fournissent des unités apparemment bien délimitées, des séquences matérielles isolables, pourvues d’un sens.

27On a progressé d’un degré en centrant l’étude non plus sur la lettre, qui est décidément dépourvue de sens à l’état isolé, mais sur le mot qui, même isolé, comme un cube, a bien quelque chose comme un sens – encore qu’il ne soit point facile, même aujourd’hui, de dire ce que c’est que le sens d’un mot. Mais la grammaire s’en tient à ce niveau. Au-dessus, l’énoncé étant constitué de mots, son sens ne sera autre que l’addition du sens des mots – d’où la fameuse absence de syntaxe. Au-dessous, le mot étant constitué de lettres, il sera possible de localiser certaines variations du sens des mots dans certaines lettres : on peut désigner dans un mot (non extérieurement à lui) une lettre ou un groupe de lettres qui correspond à un accident du sens, variant autour d’un noyau fondamental. Cela se constate et ne se justifie plus, du moins dans la grammaire rassise de l’ars. Le fond de la morphologie – l’essentiel de la grammaire antique – c’est que les variations du sens sont données avec les variations du mot, indépendamment de tout contexte.

28Le développement de la morphologie a ainsi pour corollaire l’absence de syntaxe. Dans l’image de l’écriture, du jeu de construction, l’énoncé résulte de la juxtaposition des mots comme de cubes taillés à l’avance. Si l’on a bien dit tout ce qu’il y avait à dire sur les mots pris un par un, il n’y a rien de plus à dire sur l’énoncé. Tout au plus peut-on s’intéresser à la question de la faute, le solécisme, où le sens total de l’énoncé est mal déterminé par l’addition du sens des mots. Mais, comme on sait, les grammairiens ramènent cette faute dans l’énoncé à une question d’inmutatio, de substitution illégitime de mots : quelque part dans l’énoncé on s’est trompé de mot et il suffit de remettre le bon cube pour que tout rentre dans l’ordre.

  • 30 Priscien, début du De constructione (voir l’ensemble de ce préambule).

29 On dit que la grammaire antique a accompli un grand progrès lorsque, enfin, avec Apollonios, et Priscien à sa suite, est apparue une syntaxe. Il faut peut-être relativiser cette idée de progrès : Apollonios écrit une syntaxis et Priscien une constructio, qui partent toujours du mot et qui se fondent on ne peut plus explicitement sur le modèle de l’écriture : « De même que les lettres convenablement combinées font les syllabes et les syllabes les mots, de même les mots font l’énoncé. »30 Le progrès est seulement dans un raffinement du modèle : de même que tous les groupements de lettres ne sont pas possibles, tous les groupements de mots ne sont pas possibles ; à une étude de la distribution des lettres peut correspondre une étude de la distribution des mots. Cela revient, partant d’un mot, à faire l’inventaire des groupements dans lesquels il peut entrer ; les variations formelles sont alors conçues comme le support de valences fonctionnelles et l’énoncé résulte d’un ajustement convenable de ces valences.

30On voit donc que, jusque dans son ébauche de syntaxe, la grammaire antique reste tributaire de ses origines comme grammatikê, science des lettres.

Notes

1 Voir, en particulier, Diogène Laërce, 7, 55 ; Scholies de Denys le Thrace, 130, 8 ; 310, 26 ; 181, 1 ; 478, 11 (Grammatici Græci, GG, A. Hilgard éd.) ; Diomède, Grammatici Latini, GL I, 420, 9 ; Priscien, GL II, 5, 6.

2 GL V, 99, 11 (le traité de Pompeius est en fait l’enregistrement d’un cours oral).

3 F. de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, 1973, p. 21.

4 Ibid., p. 303.

5 L. Hjelmslev, « Über die Beziehung der Phonetik zur Sprachwissenschaft », Archiv für vergleichende Phonetik, XI, 3, 1938 (cité par D. Abercrombie, « What is a “letter” ? », Lingua, 2, 1949, p. 54-63).

6 Cours, p. 146.

7 Ibid., p. 145.

8 Ibid., p. 53, à propos du fait que l’écriture peut réagir sur l’oral (Lefebure), grand scandale pour Saussure.

9 Voir E. Benveniste, « Les niveaux de l’analyse linguistique », Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, 1966, p. 118-131 : « Une unité linguistique ne sera reçue telle que si on peut l’identifier dans une unité plus haute » (p. 123).

10 Voir par exemple, respectivement : Censorinus, De die natali liber, 10, 5 ; « Augustin », Rhétorique, 141, 14 (Rhetores Latini minores, RLM, C. Halm éd.) ; Augustin, Cité de Dieu, 4, 3 ; Anonyme latin, Traité de physiognomonie, 89 ; Artémidore, Onirocritikon libri V, 234, 9 Pack, Leipzig, 1963 ; Manilius, Astronomica, 2, 755.

11 De generatione et corruptione, I, 2, 315 b 6 ; voir Métaphysique, I, 4, 985 b 4 (d’interprétation difficile).

12 En I, v. 196-198, dans le développement liminaire sur « rien ne naît de rien » ; I, v. 820- 829, à la fin de la critique des quatre éléments d’Empédocle ; I, v. 907-914, à la fin de la critique de l’homœomérie ; II, v. 688-699, à la fin du développement sur la diversité des éléments entrant dans des corps différents ; II, v. 1013-1022, à la fin du développement sur la sensibilité comme résultat de la combinaison et non qualité inhérente aux atomes.

13 I, v. 824 ; I, v. 911.

14 I, v. 196 ; I, v. 824 ; II, v. 689.

15 I, v. 827.

16 I, v. 875.

17 II, v. 688.

18 De natura deorum, 2, 93 ; voir Plutarque, Περὶ τοῦ μὴ χρᾶν ἔμμετρον νῦν τὴν Πυθίαν, 11, 399 e.

19 Sur un « flottement » comparable chez Platon, voir G. Ryle, « Letters and syllables in Plato », Philosophical Review, 69, 1960, p. 431-451. Pour Aristote, voir par exemple le célèbre texte de Métaphysique, 7, 17, 1041 b 10, où il est dit que quand les composés du type de la syllabe (la chair par exemple) sont dissous, le tout n’existe plus mais les éléments (lettres de la syllabe, feu et terre composant la chair) existent encore : Aristote passe de la syllabe orale aux lettres écrites.

20 Problèmes, p. 125.

21 D’où, entre autres, le succès d’un schéma de manipulations appliqué à tous les niveaux du langage pour « résoudre » toutes les questions, de l’orthographe à l’ambiguïté : voir F. Desbordes, « Le schéma “addition, soustraction, mutation, métathèse” dans les textes anciens », Histoire Épistémologie Langage V, 1, 1983, p. 23-30 [ici même, p. 55-63].

22 Voir, par exemple, F. François, « La description linguistique », Le Langage, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, 1968 (p. 171-282), p. 217 : « … l’existence physique de la syllabe n’oblige pas à la considérer comme un fait linguistique pertinent, d’autant plus qu’il semble le plus souvent conditionné par la nature des organes de la phonation. »

23 Voir Denys d’Halicarnasse, De compositione, 25, 41 ; Quintilien, 1, 1, 24 ; le papyrus publié par O. Guéraud et P. Jouguet, Un livre d’écolier du iiie siècle avant J.-C., Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1938.

24 On le voit déjà chez Platon parlant des travaux d’Hippias « sur la valeur des lettres, les syllabes, les rythmes et les harmonies » (Hippias maior, 285 d) ; c’est encore l’ordre des traités latins de métrique, De litteris, de syllabis, de metris ; c’est toujours le principe d’organisation du musicien Aristide Quintilien, Peri mousikês, 1, 20 : « La métrique fait d’abord la théorie des éléments, puis celle des syllabes, puis celle des pieds, puis celle des mètres, et en dernier celle du poème. »

25 Quintilien, 8, 3, 16 ; voir Denys d’Halicarnasse, De compositione, 13, 3.

26 Problèmes, p. 126.

27 Le texte du Cratyle n’est certes pas toute la pensée de Platon sur ce sujet. Rappelons aussi que, contre le schéma lettre-syllabe-mot-énoncé, qu’il connaît (voir Génération des animaux, 722 a 33), Aristote propose un tout autre découpage dans la Poétique.

28 Voir, par exemple, Scholies de Denys le Thrace, 31, 9 (GG, A. Hilgard éd.) ; Diomède, GL I, 426, 32 ; Audax, GL VII, 321, 12 ; Dosithée, GL VII, 377, 1 ; Augustin, De ordine, 2, 12, 35…

29 Voir F. Desbordes, « Raison et dérision de la grammaire chez Virgile “de Toulouse” », La linguistique fantastique, Paris, Denoël, 1985, p. 35-43 [ici même, p. 147-156].

30 Priscien, début du De constructione (voir l’ensemble de ce préambule).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search