Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Quelle(s) grammaire(s) ?

L’impersonnel d’après les textes théoriques de l’Antiquité

Texte intégral

La vulgate latine

1Nous devons le terme « impersonnel » aux grammairiens latins. La catégorie grammaticale désignée par ce terme appartient, en effet, au schéma traditionnel des artes et se trouve traitée en assez grand détail par à peu près tous les grammairiens latins dont les textes sont parvenus jusqu’à nous. Ces textes, cependant, sont tardifs ou très tardifs (le plus ancien est de la fin du iiie siècle de notre ère), et, mis à part Priscien et Macrobe, ils ne véhiculent plus qu’un résidu scolaire qui ne s’attarde pas à justifier des catégories dont l’établissement est très antérieur. S’agissant, entre autres, de l’impersonnel, l’état fragmentaire de la littérature grammaticale précédente ne permet pas d’en déterminer exactement les conditions d’apparition. On constate, en tout cas, que cette catégorie n’appartient pas au schéma de la tekhnê grammatikê grecque et que le terme grec correspondant, aprosôpos, n’est attesté que très tardivement et très rarement, au point qu’on peut se demander si la catégorie, en tant que telle, ne serait pas une création latine, cristallisant autour de l’existence massive, en latin, de ce que nous appelons « passif impersonnel », qui est en revanche un phénomène exceptionnel en grec.

2Dans les artes, la catégorie de l’impersonnel concerne conjointement ce que les grammaires latines modernes appellent « passif impersonnel » (itur, on va) et « verbes impersonnels » (decet, il convient), à l’exception notable, toutefois, des verbes dits « météorologiques » (pluit, il pleut). À l’intérieur de la catégorie, on classe généralement selon la terminaison, par distinction de formes en -tur, -et, -it (contingit, il arrive), -at (iuuat, il plaît). On distingue aussi entre formes qui dérivent d’une « première position », c’est-à-dire qui se rattachent à une conjugaison complète (la majorité), et formes qui « naissent d’elles-mêmes », qui ne se rattachent pas à une conjugaison complète (une petite minorité de formes en -et, pænitet, tædet, piget, pudet…) ; pour réduire cette irrégularité, on dit parfois – c’est l’idée de Priscien, Grammatici Latini, GL II, 432, 560 – que l’état ancien du latin (plus pur) connaissait des flexions complètes pour tous ces verbes (pudeo, j’ai honte) ; Diomède, GL I, 349, suggère une uniformisation encore plus radicale : la forme ancienne aurait été en -tur (pudetur, il y a honte).

3Cette catégorie donne lieu à des quæstiones traditionnelles (rattachement ou non d’un participe, caractère irrégulier de certains parfaits de formes en -et, etc.), sur lesquelles je passe. La principale question est celle de la place que l’impersonnel doit occuper dans la grille des variations verbales. Dans la perspective purement morphologique des artes, l’impersonnel est évidemment un embarras, puisque rien ne le distingue intrinsèquement d’une forme non impersonnelle. On se demande donc s’il faut l’ajouter aux cinq modes de base (indicatif, impératif, optatif, subjonctif, infinitif) ou aux cinq genres de base (actif, passif, neutre, commun, déponent). Donat, GL IV, 381, 83, 85, accepte la première solution pour toutes les formes qui se rattachent à une conjugaison complète (moins une petite minorité à mettre dans les « défectifs ») : l’idée est probablement que l’unité du verbe de rattachement doit primer, la création de deux modes différents pour deux formes identiques à valeur différente ayant du reste un précédent dans la distinction de l’optatif et du subjonctif. Mais d’autres, même ses commentateurs, protestent que ce n’est pas un mode puisqu’il a en lui-même plusieurs modes, mais qu’il faut le traiter comme un genre, l’idée étant alors, probablement, qu’il présente une association particulière de la forme et de la valeur, comme le déponent ou le verbe commun. Il y a aussi des solutions expéditives, comme le recours au fourre-tout des « défectifs », ou le classement dans une rubrique figura ou species avec des dérivés du verbe simple (inchoatif, fréquentatif…) ; et des solutions plus radicales, comme celle de Sacerdos, GL VI, 429, qui commence son traitement du verbe en posant une grande division en deux formes, personnelle et impersonnelle, et celle de Macrobe, GL V, 634, qui parle d’une double flexion (« L’impersonnel n’est pas tant un mode qu’une autre flexion de chaque verbe, sans personne et sans nombre, mais selon les modes et les temps ») – mais Macrobe a une autre idée de l’impersonnel que celle qui prévaut dans la vulgate.

4Les grammatici ne s’attardent guère à définir une catégorie dont ils ont hérité et qui leur semble aller de soi (pas un mot d’explication chez Donat). Cependant, de leurs brèves définitions et/ou explications du terme « impersonnel », il ressort que la catégorie regroupe des formes qui ont en commun de ne pas distinguer les personnes – non qu’elles ne les ont pas, mais parce qu’elles les ont toutes, « confusément » : elles sont virtuellement porteuses de toutes les personnes, et seule l’adjonction d’un pronom, l’autre pars orationis dont la personne est un accident, peut permettre de sélectionner une personne ; de là à dire que cette adjonction est obligatoire, il n’y a qu’un pas, qui est souvent franchi (Diomède, GL I, 338, 2-3 : « On doit joindre de l’extérieur, nécessairement, des pronoms, sans lesquels les verbes de cette sorte ne peuvent rien signifier »). Là-dessus on classe doctement les formes selon le cas des pronoms ajoutés : itur a me, a te, etc. (je vais, etc.) ; contingit mihi, tibi, etc. (il m’arrive, etc.) ; libet mihi, tibi, etc. (il me plaît, etc.) ; pudet me, te, etc. (j’ai honte, etc.).

5Ce traitement permet de ramener les impersonnels au cas général de la flexion complète – et l’on donne des paradigmes complets, toutes les « personnes » passant par tous les temps de tous les modes. Il permet aussi de marquer une différence entre l’impersonnel et l’infinitif, question souvent et longuement débattue. Mais il répond surtout à une nécessité plus fondamentale. Un verbe ne précisant pas la personne ne « signifie rien », au sens de Diomède, parce qu’il ne permet pas de répondre à la question « qui ? », avec l’une des trois réponses obligatoirement induites par la situation d’énonciation : celui qui parle, celui à qui l’on parle, un être qui n’est ni celui qui parle ni celui à qui l’on parle.

6Pourquoi faut-il se poser cette question, et pourquoi les grammatici tiennent-ils à donner une personne à l’impersonnel, en dépit des évidences de l’usage, et même des exemples qu’ils citent (« itur in antiquam siluam », grand classique) ? Cela tient aux conditions mêmes de l’apparition de l’analyse grammaticale dans un très lointain passé, ce dont nos auteurs n’ont plus conscience, mais qui continue à orienter et à contraindre leur pensée.

Le rapport au réel

7Ce lointain point de départ est la réflexion philosophique grecque sur les rapports du langage et du réel, et précisément sur la possibilité, ou non, de qualifier une chose dite comme vraie ou fausse. Platon et Aristote à sa suite établissent qu’un mot n’est en soi ni vrai ni faux, mais qu’un énoncé peut l’être à certaines conditions. Avant tout, il doit être une combinaison indiquant à la fois la chose dont on parle et ce qu’on en dit. Chez Platon, les exemples, qui ne sont que des exemples sans prétention à l’exhaustivité, sont du type : nom au nominatif et verbe à la troisième personne (« Théétète vole »). Le Peri hermêneias d’Aristote pose quelques restrictions : élimination d’énoncés qui, comme la prière, ne sont ni vrais ni faux ; différence entre le nom et la « forme fléchie du nom » (cas obliques), en ces termes (161 b) : « La définition de la forme fléchie du nom est analogue à celle du nom, à ceci près que sa combinaison avec est, était ou sera n’est ni vraie ni fausse, alors que quand il s’agit du nom c’est toujours le cas. » Qu’il n’ait pas visé lui non plus à l’exhaustivité, c’est probable, et c’est en tout cas ce que disent ses commentateurs. La visée des stoïciens, en revanche, est bien exhaustive. Dans leur système, l’assertion est définitivement distinguée de toutes les autres modalités, ordre, prière, exclamation, etc., qui ne relèvent pas du vrai et du faux. Pour eux, « l’assertion (axiôma) tire son nom de l’acte de considérer quelque chose comme vrai ou faux (axiousthai) : quand on dit “il fait jour”, on apparaît comme considérant qu’il fait jour. S’il fait effectivement jour, l’assertion citée est vraie, sinon elle est fausse » (Diogène Laërce, Vies des philosophes, 7, 65). Un tel énoncé, qui est par là même un énoncé complet, combine un prédicat et l’indication d’un être, qui est la condition de vérification du prédicat – le prédicat seul n’étant en lui-même qu’un énonçable incomplet. Mais il n’y a pas qu’une formule minimale d’énoncé complet, nom au nominatif et verbe à la troisième personne du singulier, comme on pourrait le croire d’après les exemples de Platon et d’Aristote. Un verbe peut déjà être en lui-même une combinaison (« où un être au moins est concerné », comme ils disent), et peut donc constituer à lui seul un énoncé. En outre, à côté de la combinaison ordinaire avec le nominatif, on a pour certains verbes à la troisième personne une combinaison avec un cas oblique, par exemple Sôcratei metamelei (il y a du regret pour Socrate = Socrate regrette). Les stoïciens ne parlent pas ici d’impersonnel mais, dans une classification purement formelle, ils opposent le sumbama, le prédicat rapporté à un nominatif, et le parasumbama, prédicat rapporté à un cas autre que le nominatif, ce qui signifie quelque chose comme « complément », d’une part, et « quasi-complément » ou « complément lâche », d’autre part. L’important pour eux est seulement de répertorier les conditions dans lesquelles un prédicat est vérifiable.

8Il est clair, cependant, que la catégorie du parasumbama préfigure la catégorie ultérieure de l’impersonnel à laquelle elle est superposable. On en voit l’assimilation, par exemple, dans la dialectique de Martianus Capella, De nuptiis, IV, 388, qui, quoique tardive, donne un bon état du système complet ; je cite ses principales propositions, qui éclairent bien l’articulation du système :

Les mots séparés les uns des autres signifient bien quelque chose, mais ne peuvent être dits vrais ou faux. Mais une fois conjoints, ils peuvent être affirmés ou niés ; ainsi peut-on dire Cicero disputat [Cicéron discute] ou Cicero non disputat [Cicéron ne discute pas]. La première personne signifie quelque chose qui peut sans plus être affirmé ou nié et qui renvoie seulement à un homme ; on y comprend un nom, même s’il n’est pas dit et, par exemple, disputo [je discute] est complet, même si on ne dit pas ego. De même la deuxième personne est, elle aussi, susceptible de vérité ou de fausseté […]. Quant à la troisième personne, elle n’est pas propre qu’à un homme, mais à toutes les autres choses, et quand on l’a dite, elle n’est pas comprise instantanément, à moins qu’on ne dise de Dieu quelque chose qui ne peut être compris que de lui ; par exemple, quand nous disons pluit [il pleut], cela peut être vrai ou faux, même si nous n’ajoutons pas de nom, puisqu’on sait qui pleut. Mais quand nous disons disputat [il discute], bien que cela signifie quelque chose, cela ne peut être vrai ou faux, si on n’ajoute pas un nom […]. Quand il s’agit des verbes dits « impersonnels », l’énoncé n’est pas complété par un nominatif, mais reçoit un autre cas : par exemple, quand on dit disputatur [il est discuté], l’énoncé est complet si on ajoute un ablatif a Cicerone [par Cicéron = Cicéron discute] ; et quand on dit pænitet [il y a du regret], l’énoncé est complet si on ajoute l’accusatif Ciceronem [en ce qui concerne Cicéron = Cicéron regrette]…

9On voit bien ici, entre autres, pourquoi le cas des verbes « météorologiques » n’est pas classé à la rubrique « impersonnel », et même n’est pas traité du tout chez les grammatici (sauf une mention chez Consentius, GL V, 366) : il n’y a pas de doute sur la personne, puisqu’ils ne peuvent être prédiqués que d’un seul être. À la grave question des Nuées d’Aristophane, tis huei ? (qui pleut ?), les dialecticiens (et Apollonios et Priscien à leur suite) répondent paisiblement que c’est Zeus ou, plus vaguement, Dieu – avec toutefois une exception curieuse, celle de saint Augustin, qui ne saurait admettre Zeus et qui pense peut-être que Dieu a mieux à faire, d’où cet énoncé prudent et profond :

Les verbes à la troisième personne seront toujours comptés au nombre des mots élémentaires, et ne peuvent être affirmés ou niés, sauf dans le cas des verbes qui, dans l’usage courant, n’ont automatiquement que la marque de cette seule personne ; par exemple avec pluit ou ninguit [il neige], même si on ne précise pas qui pleut ou qui neige, le fait même qu’on comprenne empêche de les classer dans les mots élémentaires. (De dialectica, chap. I)

10La grammaire, qui s’est en grande partie construite sur le démembrement de la dialectique stoïcienne, a abandonné la problématique de l’énoncé complet et ne s’occupe que de mots, mais reste prisonnière de la question du rapport au réel extralinguistique, question qui se cristallise alors autour de la notion de personne, cet accident qui est censé enraciner les pronoms et les verbes, même pris séparément, dans la situation d’énonciation. Dans cette perspective, certains remarquent du reste que le pronom est mieux loti que le verbe, en ce qu’il peut être défini, même à la troisième personne (déictique ou anaphorique). Il y a, en effet, pour le verbe, une différence fondamentale entre la première et la deuxième personnes, automatiquement définies, et la troisième, qui n’a pas d’autre définition que de ne renvoyer ni à la personne qui parle ni à celle à qui l’on parle. Mais du moins est-on assuré de cette limitation négative, alors que dans le cas de l’impersonnel, la forme ne permet pas à elle seule de dire s’il s’agit de la première personne, de la deuxième, ou de ni l’une ni l’autre. En somme, selon un schéma de pensée fréquent dans l’Antiquité (c’est A, ou B, ou ni A ni B, ou A et B – voir actif, passif, neutre, commun), les grammatici se sont débarrassés du problème de l’impersonnel, en ajoutant une case « toutes les personnes » à côté de la case qu’on appelait encore récemment « non-personne ».

La raison syntaxique

11Pour les grammatici, curritur (on court) appelle un supplément d’information, comme currit (il court), encore que ce ne soit pas pour les mêmes raisons. Justifier l’évidence qu’on n’a pas besoin de dire, et qu’on ne dit pas, curritur a me, passe par un changement de point de vue et un retour critique aux sources. Le premier témoin conservé de ce renouveau est la Syntaxe d’Apollonios (iie siècle), qui entend dépasser la considération des mots isolés, et, pour cela même, repart de la théorie stoïcienne de l’énoncé complet, mais pour la critiquer, et pour définir une notion de complétude linguistique s’éloignant sensiblement de la notion, fondamentale pour les stoïciens, d’une exacte vérifiabilité dans le monde extralinguistique. C’est ainsi qu’à propos de melei (il y a du souci) et metamelei (il y a du regret), classiques parasumbamata stoïciens qu’il cite dans un examen des constructions du datif, Apollonios, 429-431, soutient que, puisque le verbe se construit avec un nominatif et un datif à la première et à la deuxième personnes, il doit en être de même à la troisième : egô melô soi (je suis un objet de souci pour toi), su meleis emoi (tu es un objet de souci pour moi) impliquent que dans melei Sôcratei (il y a un objet de souci pour Socrate), un nominatif est sous-entendu, nominatif, comme il dit, de la chose qui est impliquée dans le verbe.

12C’est là, il faut le souligner, de la part d’Apollonios, une remarque occasionnelle, l’application de la pure raison syntaxique à un problème particulier qui lui semble avoir été mal posé en termes de prédicat et d’être permettant la vérifiabilité du prédicat. Il se peut qu’il en ait traité plus à fond dans son livre perdu sur le verbe, et il se peut que d’autres Grecs en aient parlé. On retrouve en tout cas l’idée chez les Latins, où elle prend de l’ampleur.

13Une première tentative latine d’interprétation de l’impersonnel autrement que par l’adjonction d’un pronom se trouve chez trois auteurs (Charisius, GL I, 166, Diomède, GL I, 400, Dosithée, GL VII, 407), à côté de la vulgate. Cette doctrine d’origine incertaine est réservée aux passifs impersonnels intransitifs, dont on dit qu’ils n’indiquent que la chose, sans la personne mais avec le temps, ou encore qu’ils indiquent non celui qui fait, mais ce qui est fait (« non is qui facit sed id quod fit »). Si cette doctrine est antérieure à la vulgate (?), on comprendrait mieux la création même d’un terme qui implique bien négation de la personne, quoi qu’en disent les grammatici ; mais quelle que soit sa date, on en est encore à ajouter que ces verbes sont complétés par des adverbes et des indications de lieu, de temps ou de personne, avec les exemples bene illo loco studetur, bene illa hora studetur, bene apud illum studetur (on étudie bien à cet endroit, à cette heure, chez celui-là) : autrement dit, on est toujours à la recherche du point d’application de l’action indiquée par le verbe.

14Un autre texte, une grammaire attribuée à Augustin, présente en revanche une explication de quelques verbes impersonnels, non étendue aux passifs impersonnels (GL V, 515) : pour lui, tædet équivaut à tædium est (il y a du dégoût), piget à pigritia est (il y a de l’ennui), en sorte que piget me fecisse (ça m’ennuie d’avoir fait ça) équivaut à « non surgit meus animus probare quod feci » (« mon esprit n’a pas le courage d’approuver ce que j’ai fait »). Ici on retrouve le nominatif sous-entendu d’Apollonios, dont l’influence n’est point exclue, encore que non prouvée. Mais aucun commentaire n’accompagne cette imitation ou cette intuition.

15C’est chez Macrobe et, surtout, chez Priscien, que l’idée d’Apollonios (dont ils s’inspirent incontestablement) porte tous ses fruits. Macrobe, qui écrit un traité de comparaison des verbes grecs et latins, traite de même verbes impersonnels, communs aux deux langues, et passif impersonnel, propre au latin ; pour lui, la question de la personne ne se pose tout simplement pas :

Qui dit legitur, curritur, agitur [on lit, on court, on agit] impersonnellement, ne dit pas qui (lui, elle, ou chose), mais, se contentant d’exprimer la chose, laisse de côté les personnes auxquelles revient l’office de lecture, de course ou d’action (GL V, 646).

16Priscien, qui répète la vulgate, se sent pourtant plusieurs fois tenu de corriger :

Les verbes impersonnels, étant intrinsèquement indéfinis, sont définis par l’adjonction des personnes et des nombres des pronoms et tiennent lieu de verbes complets dans tous les modes : curritur a me (etc.). Cependant, très souvent, on les dit sans adjonction de pronom et ils signifient l’action même (GL III, 158 ; voir 148).

17Il cite aussi le passage d’Apollonios sur melei (GL III, 231), et c’est de là qu’il tire que l’impersonnel contient le nominatif de la res uerbi, de l’action impliquée par le verbe : « car quand je dis curritur, je comprends cursus » ; à quoi il ajoute, tirant parti de la figure étymologique, assez fréquente en latin (uiuo uitam, « je vis la vie »), que la res uerbi est déjà nécessairement impliquée dans l’actif : curro = curro cursum (je cours la course). En somme, le passif impersonnel n’est qu’une transformation ordinaire d’une construction active. Plus généralement, une forme impersonnelle n’est qu’une forme à la troisième personne, identique à toute autre troisième personne, à ceci près qu’elle contient en elle-même son indispensable nominatif : par là curritur se distingue de currit, mais rejoint pluit – ce que Priscien ne dit pas encore, mais qu’on dira beaucoup par la suite.

18L’essentiel, on le voit, est qu’on est passé de la « nécessaire » référence à la situation d’énonciation, à la non moins « nécessaire » existence d’un sujet syntaxique du verbe. Mais est-ce la bonne solution du problème de l’impersonnel ? Je vous laisse en juger.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search