Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Quelle(s) grammaire(s) ?

L’ars grammatica dans la période postclassique : le Corpus grammaticorum Latinorum

Texte intégral

Le corpus de Keil

Description sommaire

1L’édition des Grammatici Latini, procurée par Heinrich Keil et ses collaborateurs au siècle dernier, est toujours le point de départ de toute recherche sur les grammairiens latins de la période postclassique. Les sept volumes, publiés entre 1855 et 1880, rassemblent en effet l’essentiel de la production grammaticale latine à partir du iie siècle de notre ère. À la différence de ce qui se passe pour la période précédente, il s’agit ici de textes intégraux, non de fragments issus de citations ultérieures. Leur nombre, tout à fait impressionnant, contraste aussi avec la situation du domaine grec où règnent presque sans partage Denys le Thrace (avec ses commentateurs) et Apollonios Dyscole.

2Le contenu de cette édition peut être sommairement décrit de la façon suivante :

i Charisius, Diomède, Anonymus Bobiensis
ii, iii Priscien
iv « Probus », Donat, Servius
v commentateurs de Donat : Cledonius, Pompeius ; textes courts : Consentius, Phocas, Eutychès, « Augustin », « Palémon », Asper, Macrobe
vi métrique : Asmonius (soudé au début de l’Ars de Victorinus), Bassus, Fortunatianus, Terentianus Maurus, Sacerdos, Mallius Theodorus
vii orthographe : Scaurus, Longus, Caper, Agrœcius, Cassiodore, Papirius, Beda, Albinus ; textes courts : Audax, Dosithée, Arusianus, « Fronton »

3À cet ensemble s’ajoute un huitième volume, supplementum, qui reprend l’édition des Anecdota Helvetica par Hermann Hagen en 1870, édition de textes grammaticaux généralement plus tardifs (après le vie siècle).

Principes de sélection et textes absents

4Dans la perspective de l’opposition entre ars et historia, les deux aspects de l’activité du grammaticus posés par Varron et repris par Quintilien, cette édition a sélectionné les textes « techniques » et a laissé de côté d’autres textes grammaticaux reflétant l’aspect « historique » de la grammaire ancienne. On pense en particulier aux travaux de lexicographie (de Festus et de Nonius Marcellus, par exemple), mais surtout aux nombreux commentaires de Virgile, de Térence, d’Horace, le commentaire de texte classique étant longuement considéré comme l’aboutissement pratique de l’activité grammaticale. En revanche, l’édition de Keil a retenu les nombreux traités d’orthographe de la période, une matière qui appartient de droit à la grammaire technique, mais qui n’est que très rarement intégrée dans les artes proprement dites. Elle a aussi retenu les traités de métrique, une discipline qui est en principe distincte et indépendante de la grammaire, mais à laquelle la grammaire technique fait des emprunts, limités le plus souvent à ce qui peut être utile à la scansion des classiques, parfois plus ambitieux dans une perspective d’étude complète de la langue.

5L’édition de Keil n’a laissé de côté que quelques textes de grammaire technique qui auraient pu y trouver place : l’Ars breviata d’« Augustin », la grammaire de « Sergius » transmise avec l’œuvre de Cassiodore. Pour avoir une vue complète des textes grammaticaux de cette période, on se reportera aussi aux encyclopédistes, à Martianus Capella en particulier dont le livre grammatical est d’une grande richesse, mais aussi à Cassiodore (dans les Institutions) et à Isidore de Séville (dont le résumé de grammaire, dans les Étymologies, a eu un grand succès). Depuis l’édition de Keil, l’inventaire des textes grammaticaux ne s’est enrichi que de la découverte de quelques fragments de Sacerdos (De Nonno 1983, p. 401-409) et d’une ars qui peut être de Scaurus ou dérivée de Scaurus (Law 1987). En tenant compte de ces quelques ajouts, on fait le tour de la littérature grammaticale latine tardive.

Problèmes d’identification et d’attribution

6Le rassemblement de presque tous ces textes en un même corpus a mis en évidence de nombreuses ressemblances. Quand on feuillette ces gros volumes, on est en effet frappé par l’identité visible de pages entières : sous des noms d’auteurs différents, on retrouve un contenu invariable. De ce fait, une grande partie du travail des philologues modernes a consisté et consiste toujours à essayer de retracer les filiations et les emprunts, non sans difficulté, car au phénomène de la copie viennent s’ajouter des questions d’anonymat et de pseudonymat. En face de quelques cas bien clairs, comme celui de Donat ou celui de Priscien, on rencontre une multitude de problèmes d’identification et d’attribution, dont on se contentera ici de donner quelques exemples caractéristiques.

7Il faut ainsi distinguer au moins deux Probus, dont un Valérius Probus de Beyrouth (ier siècle de notre ère), connu par une notice de Suétone et peut-être représenté dans le Corpus par les recueils d’abréviations publiés par Mommsen au tome IV ; il ne s’agit certainement pas du « Probus » dont le nom figure en tête de cinq ouvrages du même tome IV et qui reste un personnage entièrement hypothétique, d’autant plus hypothétique qu’on constate que ses Catholica sont en fait identiques au livre II de Sacerdos, et que ses Instituta artium doivent être une version d’un ouvrage perdu de Palladius, connu par les extraits qu’en a faits Audax (le De Scauri et Palladi libris excerpta d’Audax additionne un résumé de Scaurus, Grammatici Latini, GL VII, 315-349, 8, qui est très semblable à l’Ars de Victorinus et à divers passages de Diomède citant Scaurus, et des extraits de Palladius, GL VII, 349-362).

8Autre exemple, pour lequel la recherche moderne n’est pas encore parvenue à un consensus des spécialistes : les noms de Victorinus, Marius Victorinus, Maximus Victorinus correspondent-ils à un, deux ou trois auteurs différents ? Un point est sûr : Marius Victorinus, le célèbre grammairien et rhéteur converti au christianisme, est bien l’auteur d’un début d’ars grammatica (GL VI, 3, 6-31, 12), où le développement sur les syllabes a été soudé au traité de métrique d’Aphthonius (= Ælius Festus Asmonius). On est ainsi tenté de lui attribuer une ars complète associée à un appendice De metrica institutione (GL VI, 187-215) qui sont transmis ensemble ou séparément sous le nom de Victorinus ou sous le nom de Palémon. On est plus embarrassé d’un De ratione metrorum (GL VI, 216-228) attribué à Maximus Victorinus, et d’un De finalibus metrorum (GL VI, 229-242), qu’on pourrait peut-être attribuer à un Metrorius (lire De finalibus Metrorii ?).

9On pourrait encore parler des doutes sur les deux ouvrages attribués à Augustin (Ars breuiata et Regulæ) ou sur l’identité problématique d’un ou deux Sergius. À cela s’ajoutent les problèmes de filiation, en particulier avec des auteurs qu’on ne connaît plus que par des citations, éventuellement abondantes (Scaurus, Palémon, Romanus, Palladius, Cominianus, etc.). Ces auteurs, dont les textes ont disparu en tant que tels, ont certainement été très importants, mais il est très difficile et à vrai dire souvent arbitraire de les reconstituer en partant des textes que nous avons conservés.

L’effet de corpus

L’unité de la grammaire

10Tout en s’efforçant d’identifier les auteurs, la Quellenforschung qui s’est exercée et s’exerce toujours sur cet ensemble a pourtant longtemps abouti, paradoxalement, à donner le sentiment que les « grammairiens » sont une entité dont on peut parler sans faire de distinctions. Il est vrai que d’un texte à l’autre, d’un volume à l’autre, reviennent les mêmes doctrines (souvent dans les mêmes termes) et les mêmes exemples sous la plume d’auteurs qui ont les mêmes sources ou se copient les uns les autres, « imposing a deadly uniformity to their material » (Kaster 1986, p. 324).

11Un premier point commun frappant de tous ces textes est leur intérêt exclusif pour la langue classique écrite : ils ne tirent leurs exemples que des grands auteurs et n’ont rien à dire sur la langue parlée de leur temps. Cela correspond au rôle conservateur assumé par l’école antique : des maîtres dont la position sociale est assurée à un niveau modeste (par rapport aux rhéteurs) enseignent aux fils de leurs patrons la « culture générale » qui cimente les classes dirigeantes de l’Empire (Kaster 1988). La grammaire semble donc affaire atemporelle : de génération en génération, on se transmet les textes à connaître avec la manière de les analyser.

12La critique moderne en est même venue à projeter dans le passé plus lointain le contenu des textes techniques existants et à considérer la grammaire ancienne comme une donnée unique et non soumise à évolution chronologique. Les auteurs des ive et ve siècles dont nous possédons les textes tenaient leur savoir d’auteurs antérieurs qui disaient déjà la même chose. Le contenu commun est donc reporté à la date la plus haute à laquelle on puisse parvenir : les premières œuvres grammaticales contenaient ce que contiennent les dernières, la grammaire était achevée dès ses commencements. Ainsi remonte-t-on de Donat à l’hypothétique Schulgrammatik du iie siècle avant notre ère et de là à la tout aussi hypothétique grammaire des stoïciens (Barwick 1922). Le plan de l’Ars maior de Donat passe donc pour le schéma ordinaire de la grammaire latine censée être restée plus fidèle à l’original stoïcien que la Tekhnê de Denys qui n’a pas de « troisième partie » :

13À l’examen de ce plan et des textes qui y correspondent, on conclut que la grammaire des Latins comportait des éléments de phonétique, une importante étude de morphologie, pas de syntaxe (avant Priscien), mais une ébauche de stylistique.

Phonétique

14La « phonétique » est très succincte : le chapitre De littera contient généralement un classement en voyelles, semi-voyelles, muettes, avec des remarques sur les lettres à problème (H, K, Q, X, I, V) et sur les trois accidents, nomen, figura, potestas, le tout envisagé de façon très abstraite : ce n’est pas la qualité phonique du son qui intéresse les grammairiens, dans la notion de potestas en particulier, mais la possibilité pour une lettre de se différencier des autres (et aussi de faire ou de ne pas faire « position » dans un vers). De même, chez les grammairiens, l’étude de la syllabe est limitée à la détermination de la quantité, toujours dans une perspective de scansion des vers – alors qu’il y a des traces (Varron, Martianus Capella, Priscien) d’une autre conception de la syllabe, comme combinaison de lettres dans laquelle se réalisent les trois « dimensions » de la voix considérée comme un corps (hauteur, largeur, longueur), sous les espèces d’accent, aspiration, quantité.

15C’est presque en vain qu’on chercherait dans les artes un chapitre de phonétique articulatoire décrivant la position des organes phonateurs dans l’émission du son correspondant à chaque lettre. Ce chapitre existe pourtant, mais c’est chez les métriciens qu’on le trouve (le seul texte grammatical où on le rencontre est celui de Martianus Capella, au livre III du De nuptiis – texte à tous égards très singulier). L’étude de la parenté articulatoire des lettres (cognatio litterarum) conduisant à un classement du type labiales, dentales, etc., n’est pas non plus un sujet systématiquement traité par les artes. C’est encore dans la métrique qu’on le trouvera, ou parfois dans les traités d’orthographe. Cette cognatio sert surtout à justifier la mutatio litterarum, le passage d’une lettre à une autre. Cela se voit occasionnellement chez les grammatici, Charisius, par exemple : « b littera […] propinqua p litteræ, quæ sæpe mutatur, ut supponunt » (GL I, 19, 18). Mais un traitement systématique de la mutatio est fort rare. Quintilien (qui témoignait, au ier siècle, d’une orientation de la grammaire assez différente de celle des grammairiens tardifs) reste seul à distinguer mutatio diachronique et mutatio synchronique. Martianus Capella et Priscien sont les seuls à examiner toutes les lettres, une par une, sous cet angle, et encore s’en tiennent-ils surtout à la mutatio synchronique. L’ébauche de phonétique historique qu’on trouvait chez Quintilien n’a pas de suite dans les artes.

16Le peu d’intérêt pour la phonétique se marque dans l’attachement au terme littera, même après l’introduction du terme elementum (censé représenter l’unité orale, distincte de la graphie), qui reste très rare : les grammairiens ont une vue abstraite de la langue où ce sont les différences qui comptent et non la substance des réalisations. Ils se sont ainsi placés, même inconsciemment, même maladroitement, sur le terrain de la phonologie, et leur littera préfigure le phonème.

Morphologie

17Le même caractère abstrait se retrouve dans l’étude de la morphologie ou plus exactement des partes orationis. Cette étude très développée (elle occupe une grande place dans les textes) a trouvé son expression achevée dans la forme ars, dont elle est en retour la meilleure illustration. L’ars se caractérise en effet par un type d’exposé méthodique dont Fuhrmann (1960) a montré l’importance dans toutes les disciplines anciennes, et que Holtz (1981) a bien mis en lumière dans son étude de Donat. L’ars apparaît lorsqu’une discipline quelconque arrive à un état de maturité où les éléments s’organisent en système et peuvent être dès lors l’objet de divisions et de dénombrements exacts et finis. L’ars, en effet, c’est le système, à la fois en tant que principe d’organisation de la matière et, indissolublement, en tant que méthode d’exposé : c’est parce que la matière est organisée systématiquement qu’on peut la présenter systématiquement. De ce fait, le cœur de l’ars grammatica, c’est l’étude des partes orationis dont on peut produire un dénombrement exact et auxquelles on peut appliquer un système de subdivisions fondées sur des catégories générales telles que genus, numerus, figura, casus, tempus, etc.

18La liste des partes orationis est à peu près constante et calquée sur la liste grecque, avec remplacement de l’article par l’interjection : nom, pronom, verbe, adverbe, participe, conjonction, préposition, interjection. Pour une pars généralement très détaillée, le verbe, par exemple, on a le plus souvent sept accidents : qualitas (qui se subdivise en deux, le mode : indicatif, impératif, optatif, conjonctif, infinitif, impersonnel, et la forme : parfaite, « méditative » [type lecturio], fréquentative, inchoative) ; genre : actif, passif, neutre, déponent, commun ; nombre : singulier, pluriel ; figure : simple, composée ; temps : présent, passé (præteritum perfectum, imperfectum, plus quam perfectum), futur ; personne (prima, secunda, tertia).

19Chez Donat et ceux qui sont les plus proches de lui, il est clair que l’application de ces catégories sert surtout à montrer les caractères du langage en général à travers l’exemple du latin – ou plutôt à vérifier la pertinence du concept d’utraque lingua qui constate la parenté du latin et du grec et autorise qu’on utilise les mêmes instruments d’analyse pour ces deux langues (à l’exclusion des autres) : en quoi on peut dire que si les grammairiens grecs « faisaient » du grec, les grammairiens latins « font » de la linguistique. On s’en convaincra en voyant par exemple comment Donat traite le nom, en soumettant la notion à une analyse minutieuse de ses propriétés : qualité (le nom est propre ou commun), genre (masculin, féminin, neutre, commun, épicène), nombre, cas, figure (simple ou composée), propriétés qui, avec leurs subdivisions, sont plus importantes que des traits formels comme déclinaisons et désinences ; c’est ainsi que Donat décline non point un exemple de chaque paradigme formel, mais un représentant de chaque genre (magister, musa, scamnum, sacerdos, felix : Ars minor, GL IV, 355, 28 – 356, 30). De même, la volonté d’aligner le latin sur le grec peut entraîner les grammairiens à des contorsions pour retrouver l’article en latin, ou l’optatif ; on peut aussi les voir faire du futur antérieur un futur du subjonctif (Serbat 1978), etc.

Syntaxe et stylistique

20Le développement de la morphologie a pour corollaire l’absence de ce que nous entendons par syntaxe. Cette absence (avant Priscien, qui s’inspire du grec Apollonios Dyscole pour composer ses livres XVII et XVIII De constructione) a longtemps paru choquante aux linguistes modernes : « C’est peu de dire qu’elle est traitée par eux [les grammairiens] en parent pauvre, elle est traitée en quantité négligeable » (Collart 1978, p. 195). Mais la grammaire ne s’occupe que des mots, laissant l’étude de l’énoncé à la dialectique ou à la rhétorique et présupposant que l’addition du sens de chaque mot donnera le sens de l’énoncé, si elle a été faite correctement (sans solécisme, seul point où la grammaire donne des règles d’assemblage ou plutôt un signalement des fautes d’assemblage).

21Au lieu d’une syntaxe proprement dite, c’est une étude des qualités et défauts de l’énoncé que l’on trouve en troisième partie de l’ars. Dans cette troisième partie, la méthode artigraphique par divisions et subdivisions retrouve du reste ses droits, même si elle plaque des systèmes artificiels sur sa matière ; ainsi on distinguera les barbarismes par « addition, soustraction, mutation, métathèse » (adiectio, detractio, inmutatio, transmutatio), mais on classera les métaplasmes, formellement identiques (ce sont les barbarismes autorisés des poètes, et souvent les mêmes exemples sont cités à titre de qualités et de défauts), en utilisant une terminologie entièrement grecque, empruntée à la pathologie (discipline grecque qui nomme les variations affectant une forme première intacte) : relliquias est ainsi cité chez Donat comme barbarisme per adiectionem (GL IV, 392, 11) et comme métaplasme de type epenthesis (GL IV, 396, 4). On a longtemps voulu voir dans cette troisième partie une survivance de l’orientation stoïcienne qu’on postulait à l’origine de la grammaire antique. Mais il s’agit plus probablement d’une extension secondaire de la grammaire technique, de son domaine d’origine, la correction (barbarisme, solécisme) à une autre qualité du discours, l’ornementation, sous la double influence de la rhétorique et de la lecture expliquée, fin pratique de l’activité grammaticale (Baratin et Desbordes 1986).

Diversité réelle et évolution

Diversité des textes

22Parmi les textes de Keil, cependant, plusieurs se signalent par quelque singularité qui suffirait à ruiner l’idée que les grammatici sont identiques. Ainsi, la verbosité de l’abondant commentaire de Donat que donne Pompeius s’explique si l’on suppose qu’il s’agit en fait de l’enregistrement d’un entretien oral et même, comme Kaster (1986, p. 330) semble bien l’avoir démontré, des conseils qu’un grammairien émérite donne à un collègue sur l’art et la manière d’interpréter Donat. Autre enregistrement d’oral, des plus étranges, dans le morceau subsistant de l’ars authentiquement attribuable à Marius Victorinus : le chapitre d’orthographe théorique, unique dans ce type de grammaire, se trouve en outre entrelardé de conseils à des élèves qui s’entraînent à la copie, font des fautes et récidivent. La grammaire de Dosithée, unique en son genre, était conçue comme un texte latin donné avec sa traduction en grec (soit ligne par ligne, soit dans une colonne parallèle), traduction inachevée qui s’effrite peu à peu (mots isolés traduits sporadiquement, puis abandon). Le traité de Macrobe comparant le verbe grec et le verbe latin, dont nous sont parvenus des extraits, devait être un ouvrage unique, écrit dans un esprit de « science désintéressée », ce pourquoi il n’a pas eu de succès ; mais il a été dépecé à toutes fins utiles : dans l’entourage de Priscien, on en a utilisé des morceaux pour composer un De uerbo (GL V, 634-654) destiné à apprendre le latin à un Grec ; inversement, les Carolingiens y chercheront avant tout des renseignements sur le grec (De Paolis éd., Macrobe, 1990).

23Ce sont là des cas exceptionnels sans doute, mais l’uniformité du corpus de Keil est de toute façon plus illusoire que réelle. On doit distinguer les artes proprement dites (Charisius, Diomède, Priscien, Donat, Victorinus, etc.), les commentaires de Donat (Servius, Sergius, Cledonius, Pompeius, etc.), les traités de métrique du tome VI et les traités d’orthographe du tome VII ; à quoi on pourrait ajouter quelques textes singuliers, comme les Partitiones de Priscien, qui relèvent de la grammaire en action (commentaire de tous les mots de chaque premier vers de chaque chant de l’Énéide) ou les Differentiæ, attribuées à Fronton. Du côté des artes, c’est-à-dire de la grammaire technique, on distinguera encore entre l’ars proprement dite, exposé de type général, et ce qu’on appelle regulæ, textes qui donnent le détail des déclinaisons et conjugaisons (Phocas, Priscien dans l’Institutio de nomine et pronomine et uerbo, les Regulæ d’« Augustin », le livre II de Sacerdos, copié aussi comme Catholica Probi, etc.). On pourrait encore s’arrêter à distinguer les artes brèves en un volume, grammaires scolaires de Scaurus, Sacerdos (I), Marius Victorinus, Ars de Donat, et les textes plus complexes, nourris d’emprunts à des sources diverses et ajoutant des développements érudits (Sacerdos pris dans son ensemble, Charisius, Diomède…, sans parler de Priscien).

Plans variables

24En outre le plan type de Donat (phonétique, morphologie, stylistique) n’est pas toujours observé, au contraire. On peut même avoir un agencement très différent, par exemple chez Diomède dont la dédicace évoque la nécessité d’une progression pédagogique : le livre I se consacre aux partes, bases de la connaissance de la langue ; le livre II réunit des éléments de « phonétique » et de « stylistique », qui sont en fait un ensemble de notions nécessaires à la lecture ; le livre III est une esquisse de poétique et une métrique détaillée.

25Le noyau des partes orationis, reconnu comme le propre de la grammaire, est certes toujours présent, soit sous la forme théorique des catégories de l’ars, soit sous la forme pratique des déclinaisons et conjugaisons des regulæ. Mais l’étude des qualités et des défauts est souvent absente, éventuellement remplacée par autre chose, de la métrique par exemple.

26La « première partie » n’est pas non plus uniforme, les auteurs se demandant souvent ce que doit être le début de l’ars. Par quoi faut-il commencer ? par la définition d’ars, d’ars grammatica, de la définition elle-même, par la voix, par les lettres, par le nom ?

Certains ont commencé par la notion même de système, d’autres par les éléments ou lettres, beaucoup par les cas, un très grand nombre par les catégories de mots, quelques-uns par le son, un petit nombre par la flexion des noms ; moi, je commencerai par l’énoncé. (Diomède, GL I, 300, 4)

27Les textes eux-mêmes portent témoignage de plusieurs façons de commencer et enchaînent de façon variable des développements en nombre variable. Autour d’un noyau de uoce, de littera, de syllaba, les artes combinent diversement des questions qui relèvent des préliminaires théoriques (par quoi commencer : de arte, de grammatica, de definitione, de latinitate, de dictione, de oratione ?), de la lecture et du traitement des lettres (de lectione, de tonis, de posituris, de pronuntiatione, de modulatione), de la métrique stricto sensu (de pedibus, de metro, de hexametro) ; Marius Victorinus intercale même un de orthographia entre le de littera et le de syllaba, peut-être sur le modèle d’Apollonios Dyscole.

Analyses variables

28En termes de contenu, on peut aussi montrer que les grammairiens ne disent pas toujours la même chose. Il leur arrive même de se contredire explicitement. Pompeius estime ainsi que Sacerdos se trompe (sur le génitif pluriel, GL V, 190, 24-26), Consentius s’en prend à ceux qui confondent barbarismes et métaplasmes (GL V, 391, 25), Charisius signale que si certains grammairiens assignent les noms du type dies à la deuxième déclinaison, d’autres estiment qu’il faut créer une cinquième déclinaison pour ces noms (Taylor 1991, p. 345). On discute toujours de terminologie, de la possibilité de distinguer ou non nomen, uocabulum, appellatio, de la liste des accidents du verbe, etc.

29D’autre part, si conservateurs que soient les grammairiens, l’évolution de la langue s’insinue tout de même dans la perception de certains, et partant dans leurs textes. Servius (GL IV, 522, 24) reconnaît : « … Syllabas natura longas difficile est scire. Sed hanc ambiguitatem sola probant auctoritatis exempla, cum uersus poetæ scandere cœperis » – paradoxalement, c’est donc désormais le texte écrit qui préserve l’opposition orale longue/brève, disparue de la langue parlée. À propos de [i] Pompeius (GL V, 104, 6) remarque : « … Si dicas Titius, pinguius sonat et perdit sonum suum et accipit sibilum » – ce qui doit correspondre à l’évolution réelle du groupe [ti]. On trouverait aussi mainte remarque sur l’accent, qui indique un abandon de la doctrine traditionnelle (aigu, grave, circonflexe) au profit d’une simplification (« l’accent est dans la syllabe qui sonne le plus », Servius, GL IV, 426,16). Consentius (GL V, 391, 25), surtout, tire de la langue de son temps (et non des poètes) ses exemples de barbarismes : pīper [i long] pour pĭper [i bref] (faute des Africains), salmentum pour salsamentum, bobis pour uobis, stetim pour statim (« quod uitium plebem Romanam quadam deliciosa nouitatis affectione corrumpit »). Son texte sur le iotacisme (GL V, 394, 11) mérite citation intégrale, comme observation de phénomènes phonétiques, probable mais surdéterminée par un présupposé idéologique (juste milieu romain entre la lourdeur gauloise et la légèreté grecque) :

  • 1 « Les Gaulois font un i plus empâté : quand ils disent ite, au lieu de le prononcer distinctement, (...)

Galli pinguius hac utuntur, ut cum dicunt ite, non expresse ipsam proferentes, sed inter e et i pinguiorem sonum nescio quem ponentes, Græci exilius hanc proferunt, adeo expressioni eius tenui studentes, ut, si dicant ius, aliquantulum de priore littera sic proferant, ut uideas disyllabum esse factum. Romanæ linguæ in hoc erit moderatio, ut exilis eius sonus sit, ubi ab ea uerbum incipit, ut ite, aut pinguior, ubi in ea desinit uerbum, ut habui, tenui.1

30Parallèlement l’écart qui se creuse entre la langue écrite des classiques et la langue orale contemporaine entraîne une multiplication des traités d’orthographe en même temps qu’un changement de leur orientation. Les traités du iie siècle, de Scaurus et de Longus, sont soucieux de déterminer et de justifier la correction graphique à l’aide d’une analyse de l’énonciation orale, alors que les auteurs tardifs enseignent dogmatiquement qu’il faut écrire comme on a écrit, remplaçant l’idée de l’orthographe représentation correcte de l’oral par celle de l’orthographe reproduction d’une graphie.

31On voit un certain nombre d’analyses se préciser et se perfectionner d’un auteur à l’autre. Ainsi les genres du verbe, qui sont neuf dans la première ars conservée, celle de Sacerdos (GL VI, 429 : actif, passif, déponent, neutre, commun, inchoatif, défectif, fréquentatif, impersonnel), sont réduits aux cinq premiers par distinction entre flexion et dérivation (Hovdhaugen 1986, p. 319). L’impersonnel, catégorie propre au latin qui regroupe le passif impersonnel et les verbes que nous appelons encore « impersonnels », cause de nombreuses perplexités et se trouve catégorisé tantôt comme mode (parce qu’il se forme à partir de la première personne du singulier de l’indicatif présent), tantôt comme genre (parce qu’il n’est pas un mode, se conjuguant dans tous les modes), parfois comme figure (Asper, avec simple, composé, inchoatif, fréquentatif, désidératif, dérivé), parfois avec les irrégularités. L’analyse traditionnelle aboutit à « rétablir » un pronom pour compléter le verbe :

[La signification impersonnelle des verbes] n’est pas énoncée avec les personnes propres, mais on doit nécessairement lui joindre, de l’extérieur, des pronoms, sans lesquels les verbes de cette sorte ne peuvent rien signifier. (Diomède, GL I, 338, 2)

32Mais une autre analyse apparaît d’abord succinctement, y compris chez les grammairiens qui exposent la première, comme Charisius (« on montre non qui fait, mais ce qui est fait »), puis de façon un peu plus développée chez « Augustin », qui explique que tædet équivaut à tædium est, piget à pigritia est (avec l’exemple « piget me fecisse – non surgit meus animus probare quod feci »), et plus en détails encore chez Macrobe, qui estime que legitur, curritur, agitur se contentent d’exprimer le fait en laissant de côté les personnes auxquelles revient l’office de lecture, de course ou d’action. Mais Macrobe avait certainement lu le traité du verbe d’Apollonios Dyscole – qui est aussi la source des célèbres analyses de Priscien entendant curritur cursus dans curritur.

Priscien

33La considérable originalité de Priscien, dans le corpus de Keil, est en effet sans doute moins le résultat d’une évolution de la doctrine latine que de la volonté de revenir aux sources grecques, en particulier Apollonios et Hérodien, en passant par-dessus la tradition latine, que Priscien juge avec sévérité (voir GL II, 195, 7). Cette originalité se voit dans maint détail : par exemple, alors que la tradition latine reconnaît l’équivalence de la voix articulée et de la voix scriptible (scriptible précisément parce qu’elle est articulée), Priscien (GL II, 5, 5) oppose la uox articulata (« quæ coartata est, hoc est copulata cum aliquo sensu mentis eius qui loquitur ») et la uox litterata qui peut être écrite (les sifflements et gémissements humains sont « articulés » puisqu’on en comprend le sens, mais ne peuvent être écrits). De façon plus large, Priscien entreprend de distinguer plus soigneusement écrit et oral, littera et elementum, et introduit une dose non négligeable de « phonétique » dans l’examen des lettres. Mais c’est surtout l’apparition de la syntaxe aux livres XVII et XVIII qui fait la singularité de Priscien.

34Dans cette Constructio, Priscien s’inspire de la Syntaxe d’Apollonios Dyscole qu’il traduit souvent littéralement et que, de toute façon, il suit de très près, car cela lui permet de dépasser les « anciens grammairiens latins » qui sont restés au niveau du mot sans passer à celui de l’énoncé. Sur les traces de son modèle, il montre que les formes indiquent généralement les significations qui déterminent une construction (Priscianus, nominatif singulier masculin, implique forcément certaines formes du verbe ou de l’adjectif), qui sera conforme à la rationalité de la cohérence (consequentia). Certaines catégories de mots, cependant, les conjonctions et prépositions, n’ont qu’une propriété de cosignification (considéré seul, in peut se construire avec l’ablatif ou avec l’accusatif, mais se trouve déterminé dans l’expression in urbem).

35Mais Priscien va au-delà des acquis d’Apollonios. Constatant que les propriétés dynamiques de la construction permettent de désambiguiser l’énoncé, il élabore une théorie et une pratique des « figures », variations possibles ou non des formes au regard de l’intelligibilité. Ainsi dans le célèbre exemple d’Énéide, 1, v. 212, « pars in frusta secant », pars est porteur d’une signification plurielle opposée au singulier qu’indique la matérialité de la forme. C’est la construction qui révèle la valeur plurielle implicite dans pars – ce qui ne veut pas dire qu’on peut construire n’importe quoi avec n’importe quoi : encore faut-il que les termes mis en présence aient quelque signification compatible : personne ne dit ego facis, tu facio ! Opposant grammaticalité stricte et intelligibilité, et reprenant en quelque sorte les recherches des poètes et des rhéteurs sur la iunctura, Priscien met en évidence une logique du sens (Baratin et Desbordes 1981, p. 62-65 ; Baratin 1989).

Nouvelle approche

36Ces différences et évolutions sont déjà visibles dans le recueil de Keil, mais elles le sont plus encore aujourd’hui où (depuis une vingtaine d’années, surtout) l’on a porté un œil neuf sur ces vieux textes. Ce nouveau regard a amené à reprendre l’étude des manuscrits et a bénéficié en retour de l’édition sur nouveaux frais de très nombreux textes (entre autres, Charisius, Donat, Consentius, Phocas, Macrobe, Marius Victorinus). Ces éditions indépendantes les unes des autres (même si elles abondent en références les unes aux autres !) ont donné une relative indépendance à chaque texte, dont on essaie maintenant de préciser l’histoire. On s’attache à l’histoire de la diffusion, en essayant de voir ce que signifiaient les transformations d’un texte remis à jour ou adapté pour un public particulier (Law 1986). On s’attache aussi à restituer le profil des premiers destinataires de chaque texte et à faire l’histoire des conditions de production.

37Ces conditions ont en effet changé entre le iiie siècle (date de la plus ancienne Ars conservée, celle de Sacerdos) et le vie siècle : il ne s’agit plus de donner aux élèves latinophones du grammaticus les instruments utiles pour bien lire les grands classiques, mais bel et bien d’apprendre le latin à des gens dont ce n’est pas la langue maternelle. Les grammairiens, qui, avec les rhéteurs, étaient les garants de la continuité idéologique et, partant, de la stabilité sociale, ont rencontré des problèmes nouveaux avec l’importance prise par la capitale d’Orient, Constantinople, et avec le développement de l’Église et la diffusion des Écritures. Il faut apprendre le latin à des parleurs de langues germaniques ou celtiques, principalement pour donner accès aux textes sacrés. Il faut aussi l’apprendre aux habitants de l’Est qui peuvent avoir affaire avec l’administration ou la loi de l’Empire latin (voir Dionisotti 1984). Ces conditions nouvelles expliquent la multiplication des textes de type regulæ, qui donnent les déclinaisons et conjugaisons sans se soucier de la catégorisation des artes. Elles attirent aussi l’attention sur le fait que parmi ces grammatici beaucoup sont des Grecs, écrivant pour des Grecs (en particulier, tout le groupe Charisius, Diomède, Dosithée, Anonymus Bobiensis), et il semble désormais intéressant de réévaluer ces textes à la lumière de ce fait.

Bibliographie

Bibliographie

Sources primaires

Charisius = Flauii Sosipatri Charisii Artis grammaticæ libri V, Karl Barwick éd., Leipzig, Teubner, 1925 [reproduction, 1964].

Consentius = Consentii Ars de barbarismis et metaplasmis. Victorini fragmentum de solœcismo et barbarismo, Max Niedermann éd., Neuchâtel, 1937.

Donat = Ars Donati, Louis Holtz éd., Paris, Éditions du CNRS, 1981.

GL = Grammatici Latini, Heinrich Keil éd., Leipzig, Teubner, 1855-1880, 8 tomes [reproduction : Hildesheim, Olms, 1965].

Macrobe = Macrobii Theodosii De uerborum Græci et Latini differentiis uel societatibus excerpta, Paolo De Paolis éd., Urbino, Quattro Venti, 1990.

Marius Victorinus = Marius Victorinus Ars grammatica, Italo Mariotti éd., Florence, Le Monnier, 1967.

Phocas = Phocas Ars de nomine et uerbo, F. Casacelli éd., Naples, Libreria scientifica, 1974.

Sources secondaires

Baratin Marc, 1989, La naissance de la syntaxe à Rome, Paris, Minuit.

– et Desbordes Françoise, 1981, L’analyse linguistique dans l’Antiquité classique, I : Les théories, Paris, Klincksieck.

– 1986, « La “troisième partie” de l’ars grammatica », Historiographia linguistica 13, 2/3, p. 215-240 [ici même, p. 65-90].

Barwick Karl, 1922, Remmius Palæmon und die römische Ars grammatica, Leipzig, Dieterich [reproduction : Hildesheim, Olms, 1967].

Collart Jean, 1978, « À propos des études syntaxiques chez les grammairiens latins », Varron, grammaire antique et stylistique latine, Jean Collart et al. éd., Paris, Les Belles Lettres, p. 195-204.

De Nonno Mario, 1983, « Frammenti misconosciuti di Plozio Sacerdote con osservazioni sul testo del Catholica Probi », Rivista di filologia e d’istruzione classica, 111, p. 385-421.

Dionisotti A.C., 1984, « Latin grammar for Greeks and Goths », Journal of Roman Studies, 74, p. 202-208.

Fuhrmann Manfred, 1960, Das systematische Lehrbuch : ein Beitrag zur Geschichte der Wissenschaften in der Antike, Göttingen, Vandenhoeck-Ruprecht.

Holtz Louis, 1981, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical : étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècle) et édition critique, Paris, Éditions du CNRS.

Hovdhaugen Even, 1986, « Genera verborum quot sunt ? Observations on the Roman grammatical tradition », Historiographia linguistica, 13, p. 307-321.

Kaster Robert A., 1986, « Islands in the stream : the grammarians of late antiquity », Historiographia linguistica, 13, p. 323-342.

– 1988, Guardians of Language : the Grammarian and Society in Late Antiquity, Berkeley, University of California Press.

Law Vivien, 1986, « When is Donatus not Donatus : versions, variants and new texts », Peritia, 5, p. 235-261.

– 1987, « An unnoticed late Latin grammar : the Ars minor of Scaurus ? », Rheinisches Museum, 130, p. 67-89.

Serbat Guy, 1978, « Le “futur antérieur” chez les grammairiens latins », Varron, grammaire antique et stylistique latine, Jean Collart et al. éd., Paris, Les Belles Lettres, p. 263-272.

Taylor Daniel J., 1991, « Roman language science », Geschichte der Sprachtheorie, vol. II : Sprachtheorien der abendländischen Antike, Peter Schmitter éd., Tübingen, G. Narr, p. 334-352.

Notes

1 « Les Gaulois font un i plus empâté : quand ils disent ite, au lieu de le prononcer distinctement, ils ménagent je ne sais quel son plus empâté, intermédiaire entre e et i. Les Grecs le prononcent plus grêle, et sont si attentifs à sa réalisation menue qu’en disant ius ils font de la première lettre entendre un petit quelque chose qui fait paraître le mot dissyllabique. Dans la langue de Rome s’observera un moyen terme : son grêle au début du mot, comme ite, plus empâté en fin de mot, comme habui, tenui. » (traduction J. Soubiran)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/30678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search