Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Quelle(s) grammaire(s) ?

Sur les débuts de la grammaire à Rome

Texte intégral

Un fait grec

1Comme le nom (grammatica) l’indique et comme la tradition (Suétone, De grammaticis, 1) le rapporte, la grammaire est, à Rome, une importation grecque. C’est la grammaire grecque que les Latins ont transmise à l’Occident, le latin ayant pu être décrit de façon systématique à l’aide de catégories mises au point pour le grec. Ce travail a peut-être été entrepris par des Grecs ; en tout cas les grammairiens qui l’ont poursuivi étaient souvent d’origine grecque. Mais peu importe au fond, et c’est ici le lieu d’évoquer « l’internationale des techniciens » dont parle Paul Veyne (1979, p. 5) : cette technique grecque « marchait » pour le latin et les Latins l’ont reprise à leur compte.

Pas de grammaire autochtone

2Nous n’avons pas de trace d’une grammaire autochtone, ni même d’une réflexion sur le langage qui serait typiquement « latine ». Si les plus anciens Romains s’intéressaient à la langue ou à leur langue, nous n’en savons rien, faute de textes, et nous pouvons douter que cet intérêt ait dépassé la remarque occasionnelle. Parler du langage comme d’une chose parmi d’autres est sans doute d’usage dans toutes les langues (pour établir ou rectifier la communication, pour assurer l’apprentissage linguistique des enfants, etc.) ; en tout cas, le latin comprend dès ses origines un vocabulaire métalinguistique qui permet aux usagers de parler du langage comme de tout autre phénomène objectif : des verbes signifiant « dire, parler »… ; des substantifs désignant la parole soit de façon synthétique (ce que dit quelqu’un), soit de façon analytique (des mots pour désigner les mots). Mais passer de l’utilisation spontanée du vocabulaire métalinguistique, pour rapporter des paroles ou les paraphraser, les commenter, les juger, à une étude systématique de la langue, n’est sans doute pas un processus inévitable. Sauf conditions particulières, une science de la langue a contre elle d’être profondément inutile : il s’agit au fond de mettre laborieusement au jour les innombrables règles que l’esprit utilise instantanément et sans réflexion dès l’âge de trois ou quatre ans ; en outre, si les règles qu’on énonce correspondent bien à ce que les locuteurs produisent spontanément, elles ne servent à rien, et si elles contredisent ce que dit l’usager, c’est qu’elles sont fausses ou incomplètes. Un dilemme qu’on retrouvera plus tard à la base de la résistance tenace que maint usager lettré oppose à la prétention normative des grammairiens (« aliud grammatice, aliud Latine loqui », comme dit Quintilien).

3Ce qui peut constituer le phénomène linguistique en objet de science, c’est sa mise en relation avec autre chose. Ainsi les Grecs ont développé très tôt deux types d’analyse du langage, dans son rapport aux choses dont il parle, et dans son rapport aux auditeurs auxquels il s’adresse. La philosophie est aux prises avec la problématique de l’énoncé scientifique, c’est-à-dire avec l’interrogation sur la possibilité, pour un énoncé, d’exprimer et de transmettre la réalité – préambule à toute spéculation efficace sur cette réalité. La rhétorique est une technique de la parole persuasive, technique du « dire » plus que du « dit » : ce qui l’occupe, c’est l’étude des moyens à mettre en œuvre pour agir par la parole. Mais chez les Latins, comme on sait, il n’y a ni philosophie, ni a fortiori philosophie du langage, et pas non plus de rhétorique, avant que ces disciplines soient importées de Grèce.

4Quant à une étude du langage « en lui-même », elle découle de la mise en relation d’un objet linguistique avec un autre objet linguistique ; souvent c’est la comparaison de deux langues qui est le premier moteur de cette étude, ou la comparaison de deux états d’une même langue, ou plus simplement la mise en correspondance d’éléments de l’oral et de signes graphiques destinés à les noter – toutes opérations de « traduction » qui ont en commun un caractère d’utilité immédiate. Mais les contacts que les Romains ont pu avoir avec des peuples parlant d’autres langues ne semblent pas les avoir entraînés sur la voie de la comparaison systématique. Il est vrai, certes, que l’adaptation au latin d’un alphabet grec (probablement sous influence étrusque) a demandé une analyse phonologique fine et que l’on juge généralement très réussie. Mais nous n’en connaissons ni les auteurs ni les modalités, et l’on ne voit pas que cette analyse ait donné naissance à une réflexion suivie sur la langue. De même, le savoir linguistique que supposent l’enseignement et la pratique de la lecture et de l’écriture semble être resté implicite.

5Les premiers textes latins qui aient à voir avec le langage (des fragments) n’apparaissent qu’à la fin du iiie siècle avant J.-C., à un moment où le monde romain est déjà en voie d’hellénisation. On peut se faire une idée de ces débuts en consultant le recueil de Funaioli (1907), qui a rassemblé sous le nom de « grammaire » tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une démarche métalinguistique. Ces fragments manifestent surtout un intérêt pour les mots, et plus exactement pour des mots « difficiles », qui arrêtent l’attention d’auteurs divers, poètes, annalistes, juristes, antiquaires. Pour préciser le sens d’un mot, plusieurs moyens sont utilisés :

  • la traduction, si l’on pense avoir à expliquer un mot étranger passé dans la langue latine ;

  • l’équivalence, qui est une sorte de traduction dans une langue plus courante ;

  • la définition de l’objet désigné par le mot à expliquer (« mapalia uocantur ubi habitant Pœni », Caton, fragm. 3) ;

  • la technique de la « différence », distinction de synonymes (par exemple, chez Caton l’Ancien (fragm. 10 et 11), ne pas confondre amor et cupido, ni vitesse et précipitation : « aliud est properare, aliud festinare ») ;

  • l’étymologie qui, seule, semble être employée autant que toutes les autres méthodes réunies (par exemple, les étymologies du poète Nævius citées par Varron : « Auentinus ab auibus, quod eo se ab Tiberi ferrent aues » (De lingua Latina, LL V, 43) ; Palatium expliqué comme une déformation de balatium, parce que le lieu était occupé par des troupeaux « bêlants », LL V, 53).

6Dans tout cela, il n’y a rien de systématique. On parle d’une tradition des uerborum enodationes (explications des mots) à propos de ces fragments, peut-être un peu abusivement et en projetant sur eux l’orientation des textes qui les ont recueillis (de Varron, en particulier). On pourrait tout aussi bien souligner leur aspect occasionnel, au coup par coup, selon les besoins d’une argumentation historique ou juridique (sur les juristes, voir particulièrement Ceci 1892). En outre l’influence grecque se fait déjà sentir dans ces explications de mots, qui sont parfois même des décalques incohérents. Ainsi Ennius traduit les étymologies de ses modèles grecs, ce dont Varron se moque fort (LL VII, 82) : que peut signifier pour un Latin « Andromachæ nomen qui indidit recte indidit » ? et « quapropter Parim pastores nunc Alexandrum uocant » – c’était clair chez Euripide, mais qui pourrait comprendre qu’on lui donne ce nom d’Alexandre parce qu’il était defensor hominum ?

Utraque lingua

7L’analyse systématique du latin résulte finalement du contact avec le grec, avec la grammaire grecque et surtout avec les grammairiens grecs. À la fin du iie siècle avant J.-C., en effet, les Romains adoptent la grammatikê grecque, et grammaticus, grammatica, témoignant d’une « naturalisation », sont attestés en latin à partir du début du ier siècle avant J.-C. (chez le poète Bibaculus et dans la Rhétorique à Hérennius). Cette adoption de la discipline grecque, venant se greffer sur le simple enseignement de la lecture et de l’écriture, doit signifier qu’on lui a trouvé une certaine utilité. La grammatikê de ce temps est en effet, avant tout, une science des textes, qui enseigne comment les établir et les interpréter. Sa composante proprement linguistique, en voie de formation, n’est encore qu’une « partie » du domaine grammatical ou un « instrument » au service de l’explication de textes.

8Le grammaticus de ce temps est avant tout un enseignant, tâche subalterne, qu’elle s’exerce dans le cadre d’une grande famille ou dans une école. Un bon nombre des « grammairiens latins » du ier siècle avant J.-C. qui sont rassemblés dans Funaioli ou cités par Suétone dans son De grammaticis sont ainsi des esclaves ou des affranchis (Christes 1979) qui ne sont en fait pas nés en territoire latin et n’ont sans doute pas le latin comme première langue. Ainsi de M. Antonius Gnipho, Gaulois élevé à Alexandrie, de Staberius Eros, qui est thrace, de L. Ateius Prætextatus, né à Athènes, de Pompeius Lænas, né à Athènes, de Curtius Nicias, originaire de Cos, etc. La grammaire reste largement une spécialité grecque dont on s’informe, pour commencer, auprès de Grecs dont la situation de bilinguisme peut résulter d’une contrainte et qui adaptent peu ou prou leur savoir à la langue de leurs maîtres.

9Mais dans le même temps, à Rome même, se poursuit le développement de la composante proprement linguistique de la grammaire, la partie systématique (tekhnikon) qui correspond à une prise de conscience du fait que le traitement des textes rencontre partout et toujours une matière commune, la langue, indépendante du vouloir des auteurs, et dont on peut énumérer les règles, à la différence de ce qui se passe pour le contenu des œuvres, strictement imprévisible, et demandant chaque fois une enquête spécifique (historikon). On signale en effet à Rome la présence de nombreux grammairiens grecs rattachés à la tradition alexandrine (et qui écrivent en grec, eux), Asclépiade et Tyrannion, puis Philoxène et Tryphon et bien d’autres (Hillscher 1892). Or certains de ces grammairiens grecs prennent aussi le latin comme objet d’étude et trouvent à lui appliquer les catégories qu’ils mettent au point pour le grec. Ainsi écrit-on (en grec) des traités Sur le dialecte romain (Tyrannion, Philoxène) ou Sur l’analogie chez les Romains (Didyme). Il se trouve en effet que les catégories de la grammaire grecque s’appliquent au latin sans trop de difficulté, si peu de difficulté que ce sera désormais une évidence qu’on ne commentera que très rarement. Voir cependant une remarque instructive de Varron :

An non uides, ut Græci habeant eam quadripertitam, unam in qua sint casus, alteram in qua tempora, tertiam in qua neutrum, quartam in qua utrumque, sic nos habere ? Ecquid uerba nescis ut apud illos sint alia finita, alia non, sic utraque esse apud nos ? Equidem non dubito quin animaduerteris item in ea innumerabilem similitudinum numerum, ut trium temporum uerba, ut trium personarum. (LL IX, 31)

Ne voit-on pas que les Grecs ont, tout comme nous, quatre catégories de mots, ceux qui ont des cas, ceux qui ont des temps, ceux qui n’ont ni cas ni temps et ceux qui ont cas et temps ? Ignore-t-on qu’ils ont des mots définis et indéfinis exactement comme nous ? On aura aussi remarqué, je n’en doute pas, une foule d’autres ressemblances entre nos langues, comme les trois temps ou les trois personnes du verbe.

10Ce constat renforce l’idée d’une origine commune des deux langues à laquelle la légende du roi Évandre, venu d’Arcadie en Italie avant l’arrivée d’Énée, avait donné quelque poids. Un temps, dans l’entourage de Pompée, on verra fleurir une hypothèse « éolienne » qui fait du latin un dialecte grec (Collart 1954, p. 215-218 ; Gabba 1963), et qui aboutit finalement aux démonstrations de Denys d’Halicarnasse au début de ses Antiquités romaines : les Romains sont des Grecs. Le bilinguisme largement pratiqué par l’élite romaine (Kaimio 1979), le développement de toute une culture fondée sur des modèles grecs, montrent dans le même temps que les Romains reconnaissent une valeur particulière à l’hellénisme. L’argument linguistique est ainsi une pièce importante dans la tentative d’unification des vainqueurs et des vaincus, les premiers bénéficiant du prestige culturel grec et les seconds du prestige politique des Romains.

11Cette idée d’origine commune n’aura cependant qu’un temps et se diluera dans le sentiment vague que le latin a « quelque chose à voir » avec le grec. En revanche, la notion d’utraque lingua (les deux langues), qui découle du constat de la communauté de grammaire, persiste plus longtemps. Elle met le latin et le grec à part de toutes les autres langues, les langues barbares. Le latin cesse en effet d’être une langue barbare (ce qu’il était, au départ, pour les Grecs) dès lors qu’il peut être décrit avec les mêmes catégories que le grec, dès lors que la notion de latinitas se calque sur celle d’hellênismos : au grec « correct » répond le latin « correct », à l’un et à l’autre s’oppose le « barbarisme » – une langue où l’on peut dénoncer des barbarismes cesse d’être barbare (il n’y a pas de barbarisme dans les langues barbares uniformément vouées à l’altérité) (Desbordes 1991 [ici même, p. 91-105]).

12La référence au grec restera longtemps une constante de la grammaire latine (Desbordes 1988 [ici même, p. 107-119]). Elle servira à mettre en évidence des différences entre les deux langues (sixième cas du latin, duel du grec, etc.). Elle donnera surtout aux catégories de la grammaire grecque, pour longtemps sinon pour toujours, un statut d’universaux. Par chance (?) la réelle parenté des langues avait rendu possible l’application des catégories grecques à la langue latine. Mais on peut aussi rêver à ce qu’aurait produit dans les mêmes conditions la rencontre de deux langues très différentes, et aux catégories exotiques que nous utiliserions aujourd’hui comme découlant de la nature même des choses…

La question de l’ars

13Si l’on se demande maintenant à quoi ressemblait la première analyse systématique du latin, on est réduit aux conjectures et reconstructions, faute de textes. L’une de ces reconstructions, la plus célèbre, suppose l’existence, dès la fin du iie siècle avant J.-C., d’une ars grammatica d’inspiration stoïcienne dont le schéma se maintiendra à travers les siècles jusqu’au moment où nous pouvons le percevoir chez Donat et autres grammatici tardifs. On peut aussi avoir une vue moins « fixiste » de l’histoire de la grammaire. Dans l’un et l’autre cas, il est bon de garder à l’esprit les pertinentes remarques que Jacques Brunschwig (1977, p. 173) formule à propos de débats entre linguistes… de l’Antiquité :

L’analyse diachronique, le récit des origines, les conjectures qu’ils entraînent et les polémiques qu’ils suscitent, sont plus d’une fois des manières substitutives de discuter des problèmes d’essence, d’analyser synchroniquement des concepts et des liaisons nécessaires entre concepts. Inclure ou ne pas inclure une phase A dans l’histoire d’un phénomène B, c’est se prononcer sur le contenu essentiel du concept de B.

Schulgrammatik

14La thèse classique, toujours influente (voir cependant, entre autres critiques, Pinborg 1975, p. 78 ; Siebenborn 1976, passim ; Holtz 1981, p. 77, notes 16, 78), est celle qu’a soutenue Karl Barwick (1922) : les traités de dialectique stoïcienne ont donné lieu à l’élaboration de deux formes de tekhnê grammatikê, celle de Denys le Thrace, élève de l’école d’Alexandrie, et celle de l’école de Cratès à Pergame ; la tekhnê de Pergame, plus fidèle à l’enseignement stoïcien, a été adaptée très tôt en latin, peut-être par un membre du cercle des Scipions ; cette ars grammatica latine, devenue manuel scolaire, Schulgrammatik, s’est maintenue intacte à travers les siècles, si bien que la grammaire de Donat (ive siècle après J.-C.) donne encore une image correcte de la tekhnê de Pergame et, au-delà, de l’enseignement stoïcien. Avec la Schulgrammatik, la grammaire du latin était à peu près achevée dans l’instant même où elle était créée ; elle a conservé les mêmes doctrines et le même plan depuis ses origines jusqu’à Donat : une partie centrale sur les partes orationis (catégories de mots), une troisième partie sur les uitia et uirtutes orationis (stylistique omise dans la Tekhnê de Denys, ce qui fait la principale différence entre tradition latine et tradition grecque), et une première partie traitant de « uox, littera, syllaba, usw » (sic, Barwick 1922, p. 89).

15Sans doute peut-on, faute de mieux, projeter dans un hypothétique texte latin de la fin du iie siècle avant J.-C. ce que nous lisons chez Donat, et voir dans ce texte le « manuel » des écoliers romains. Mais rien n’atteste l’existence de ce manuel, et rien ne dit non plus que les éléments de théorie linguistique dont les Latins ont pu disposer sont tous passés par l’unique canal d’une tekhnê d’inspiration stoïcienne. Il faut d’abord remarquer que la tripartition si nette et si claire de l’Ars maior de Donat, qui a fait son succès et qui a popularisé l’idée que la grammaire des Latins se composait d’une « phonétique », d’une « morphologie » et d’une « stylistique », lui est propre et ne se retrouve pas, ou du moins pas aussi clairement, dans les autres artes tardives. Ces textes s’accordent en général assez bien dans le traitement des partes orationis. Mais leur « première partie » est loin d’avoir reçu un traitement uniforme, et, si l’on voulait tirer un archétype de tous les textes existants, il serait ou bien réduit à un pauvre minimum commun (uox, littera, syllaba) ou bien gonflé de tous les développements particuliers à tel ou tel texte (qui doivent bien, eux aussi, venir de « quelque part ») : chapitres où l’on se demande par quoi il faut commencer, chapitres introductifs de arte, de grammatica, de definitione, de latinitate, de dictione, de oratione, chapitres sur la lecture de lectione, de tonis, de posituris, de pronuntiatione, de modulatione, chapitres de métrique de pedibus, de metro, de hexametro (et même un de orthographia chez Marius Victorinus). Quant à la « troisième partie », absente de certaines artes, organisée tout autrement que chez Donat ailleurs, on peut croire qu’il ne s’agit pas du développement d’une ancienne idée stoïcienne, mais d’une innovation relativement récente, inspirée de la rhétorique (pour plus de détails, voir Baratin et Desbordes 1986 [ici même, p. 65-90]).

16D’autre part, la Schulgrammatik ne semble pas avoir laissé de traces indiscutables. Barwick pense la voir à l’arrière-plan des fragments « grammaticaux » du poète Lucilius (c. 180 – c. 102 avant J.-C.). Mais ce que Lucilius dit des « lettres » dans le livre IX de ses Satires n’a rien à voir avec ce qu’en disent les artes tardives (ni, du reste, avec Denys le Thrace, ni avec Diogène de Babylonie, le « modèle » stoïcien attesté). On ne peut pas non plus tirer grand-chose de deux ou trois fragments incertæ sedis. L’emploi contrasté de intro et intus chez Lucilius (1215 Marx, 39 Funaioli) et la présence d’une opposition intro/intus chez les grammairiens tardifs ne prouvent pas vraiment que ce détail figurait dans la première ars latine. Le grammairien Pompeius (ve siècle après J.-C.) prétend aussi avoir vu un livre où Lucilius énumère cent sortes de solécismes, et il cite un vers à l’appui : « adde solœ-cismon genera atque uocabula centum » (1100 Marx, 38 Funaioli) ; mais, ou bien Pompeius dit vrai et la doctrine de Lucilius ne correspond pas à celle des artes tardives, ou bien, et c’est plus probable, le vers de Lucilius montre seulement qu’il connaissait une doctrine (grecque) du solécisme et la tournait en dérision.

17Une autre trace de l’ars primitive se trouverait, déjà plus tard (années 80), dans un célèbre passage de la Rhétorique à Hérennius (4, 17) : l’auteur parle des qualités du discours, dont la latinitas, qu’il définit comme correction, à l’instar de l’hellênismos des rhéteurs et grammairiens grecs ; il ajoute que les fautes contre la correction sont le barbarisme et le solécisme, mais qu’il en remet le traitement à une future ars grammatica (« in arte grammatica dilucide dicemus »). Preuve, selon Barwick, que l’auteur connaissait l’ars primitive ayant conservé le traitement du barbarisme et du solécisme hérité de la tekhnê de Pergame (traitement omis, en revanche, dans la tekhnê alexandrine représentée par Denys le Thrace). Mais on peut penser que l’auteur de la Rhétorique à Hérennius ne fait pas forcément allusion à un genre déjà acclimaté en latin et qu’il a tout bonnement adapté une expression de son modèle grec renvoyant le traitement de l’hellênismos à la tekhnê grammatikê. Ou bien, on peut aussi considérer que cet auteur a des ambitions encyclopédiques : il se propose aussi (3, 2, 3) d’écrire un traité sur l’art militaire et un autre sur l’art politique ; étant le premier, à ce qu’il semble, à adapter une tekhnê rhêtorikê complète, il pouvait bien ambitionner aussi d’en faire autant pour une tekhnê grammatikê : qu’il l’ait vraiment fait, c’est une autre affaire, et en tout cas, on n’en sait plus rien. Et enfin, ce qu’il entend par ars grammatica n’est pas forcément semblable au modèle reconstitué par Barwick.

18La grammaire ancienne ne se réduit pas à deux modèles, celui de Denys le Thrace et celui de Donat, les textes qui ont survécu, et avec le succès que l’on sait. Mais on a des traces d’autres organisations du domaine grammatical chez les Alexandrins de la fin du iie siècle et du début du ier siècle avant J.-C. On pensera en particulier à la grammaire d’Asclépiade de Myrlea, que nous connaissons assez bien grâce à Sextus Empiricus (iie siècle après J.-C.) qui en tire les matériaux nécessaires à son pamphlet Contre les grammairiens (sur l’importance d’Asclépiade, voir Siebenborn 1976). Asclépiade divisait la grammaire en trois parties : l’historikon, la partie « historique » (documentaire) qui enquête cas par cas sur les détails des textes ; le tekhnikon, la partie « systématique » qui énonce les règles générales de la langue ; le grammatikon, la partie proprement grammaticale qui met en œuvre les éléments des deux autres parties dans l’explication des textes (qui reste la finalité de la grammaire et l’activité principale du grammairien). La partie proprement technique comprend l’étude « des éléments (stoikheia, lettres-unités orales), des parties du discours, de l’orthographe, de l’hellênismos et de ce qui va avec » (Asclépiade cité par Sextus, Contre les grammairiens, 91 ; on voit aussi chez Sextus que « ce qui va avec » comprend les critères de la correction, analogie, étymologie et usage). C’est là une organisation qui ne ressemble ni à celle de Denys (« phonétique », « morphologie »), ni à celle de Donat (« phonétique », « morphologie », « stylistique »). La grammaire selon Asclépiade peut en revanche être rapprochée de ce qu’on lit dans le premier texte latin complet sur la grammaire, celui de Quintilien (Heinicke 1904).

Le témoignage de Quintilien

19Au livre I de l’Institution oratoire, Quintilien donne son opinion sur ce que l’enfant devrait apprendre chez le grammaticus. À cette occasion, il présente une sorte de synopsis de la théorie grammaticale dont l’importance est capitale pour toute l’histoire de la forme tekhnê/ars. Nous avons là, en effet, le premier exposé complet (grec ou latin) dont la date ne prête à aucune contestation (années 90 après J.-C.). Avec Quintilien, nous sommes en terrain sûr, à la différence de ce qui se passe quand on ne dispose que de fragments ou quand on essaie d’extraire un modèle commun des artes tardives et de le reporter aux origines. L’auteur n’est pas un grammairien, il n’innove pas, il suit un ou des modèles, comme il le dit lui-même à l’occasion : « hactenus de solœcismo : neque enim artem grammaticam componere adgressi sumus, sed cum in ordinem incurreret, inhonoratum transire noluimus » (1, 5, 54).

20La grammaire qu’il connaît se divise en deux parties, ainsi qu’il le dit au début de son exposé : « Bien que cette discipline puisse se diviser très sommairement en deux parties, la science du langage correct (recte loquendi scientia) et l’explication des poètes, elle a plus en réserve qu’elle ne présente en vitrine » (1, 4, 2) ; et à la fin : « J’en ai fini avec les deux parties que cette discipline professe, les principes rationnels du langage (ratio loquendi) et l’explication des auteurs, que les Grecs appellent, la première, méthodique (methodice), et la seconde, historique (historice) » (1, 9, 1). On retrouve ici, sous d’autres noms, la partie systématique (recte loquendi, methodice), et l’on voit que la seconde partie, l’explication des poètes, qualifiée d’historikon, contracte la partie documentaire et la partie proprement grammaticale, qui ont pour trait commun de ne pas être systématisables.

21L’exposé du système, qui occupe la plus grande partie des chapitres grammaticaux de Quintilien, est soigneusement articulé à l’exposé d’ensemble sur la rhétorique. En 1, 5, 1, Quintilien mentionne les trois qualités du discours que l’orateur doit rechercher, correction, clarté et ornement, et il reconnaît que la première qualité est du ressort de la grammaire (comme l’auteur de la Rhétorique à Hérennius) : « … emendate loquendi regulam, quæ grammatices prior pars est » ; mais les deux autres méritent « mieux » et, même si le grammairien doit en parler dans son explication des poètes, leur traitement est réservé à l’ars rhetorica (1, 7, 32, voir 8, 1, 1). La grammaire est donc chargée des problèmes de la correction. Mais avant d’en traiter, et pour s’en donner les moyens, elle doit aussi procéder à une analyse du langage mettant en évidence les éléments qui le constituent et leurs variations. D’où le plan général du système grammatical en deux parties et une multitude de subdivisions :

  1. Éléments (4, 6)

    1. Lettres (4, 6)

      1. Classement (4, 6)

      2. Problèmes (4, 7)

        1. Lettres manquantes (4, 7)

        2. Lettres superflues (4, 9)

        3. Voyelles à valeur de consonnes (groupes) (4, 1o)

  1. 1.1.3 Parenté des lettres (4, 12)

      1. Changements de lettres (4, 13)

  2. 1.1.4.1 Changements par flexion ou composition (4, 13)

  3. 1.1.4.2. Changements du fait du temps (4, 13)

    1. Syllabes (voir orthographe) (4, 17)

    2. Catégories de mots (partes orationis) (4, 17)

      1. Nombre et noms des catégories de mots (4, 17)

      2. Le nom et le verbe (4, 22)

        1. Le nom (4, 23)

          1. Genre (4, 23)

          2. Origine (4, 25)

          3. Cas (4, 26)

        2. Le verbe (4, 27)

          1. Aspects du verbe (4, 27)

          2. Cas particuliers du verbe (4, 27)

  1. Qualités du langage (5, 1)

    1. Correction (5, 1)

      1. Lieux où observer la correction (5, 2)

        1. Mots isolés/mots combinés (5, 3)

          1. Barbarisme (5, 6)

            1. Classement élémentaire (5, 6)

            2. Classement supérieur (5, 7)

              1. Par introduction d’un mot étranger (5, 8)

              2. Dans le ton employé (5, 9)

              3. Au sens ordinaire (5, 1o)

                1. Perceptible à l’écrit (5, 1o)

                2. Perceptible à l’oral seul (5, 17)

                  1. Par séparation (5, 17)

                  2. Par réunion (5, 17)

                  3. Sur la quantité (5, 17)

                  4. Sur la qualité du son (5, 19)

  1. 2.1.1.1.1.2.3.2.4.1. Sur l’aspiration (5, 19)

  2. 2.1.1.1.1.2.3.2.4.2. Sur l’accent (5, 22)

  3. 2.1.1.1.1.2.3.2.4.3. Sur le son (5, 32)

            1. Absence de barbarisme = orthoépie (5, 33)

          1. Solécisme (5, 34)

            1. Problèmes de définition (5, 34)

            2. Classements (5, 38)

              1. Quadripartition (5, 38)

              2. Solécismes par changement (5, 41)

            3. Faux solécismes (voir figures) (5, 52)

  1. 2.1.1.2 Mots latins / mots étrangers (5, 55)

        1. Mots simples / mots composés (5, 65)

        2. Mots propres / mots figurés (5, 71)

        3. Mots usités / mots nouveaux (5, 71)

      1. Règles de la correction (6, 1)

        1. Correction orale (6, 1)

          1. Critères rationnels (6, 3)

            1. Analogie (6, 3)

            2. Étymologie (6, 28)

          2. Critère de l’ancienneté (6, 39)

          3. Critère de l’autorité (6, 42)

          4. Critère de l’usage (6, 43)

        2. Correction écrite (7, 1)

          1. Cas particuliers (7, 2)

          2. Histoire de l’orthographe (7, 11)

          3. Irrégularités (7, 28)

    1. Clarté (voir infra, chez le rhéteur) (7, 32)

    2. Ornement (voir infra, chez le rhéteur) (7, 32)

22Comme on le voit sur ce premier exemple latin, l’ars grammatica se caractérise par le type d’exposé méthodique dont Manfred Fuhrmann (1960) a montré l’importance dans toutes les disciplines anciennes et que Louis Holtz a bien mis en lumière dans son étude de Donat (1981, p. 49-57). On voit aussi qu’une des particularités de la forme ars est, paradoxalement, sa grande souplesse. On peut à volonté multiplier les subdivisions, faire descendre l’analyse jusqu’aux cas particuliers, ou au contraire s’en tenir aux classes les plus générales. On peut se contenter d’énoncer divisions et subdivisions, mais on peut aussi garnir à volonté ce squelette d’exemples ou de discussions. Dans le cas de Quintilien on voit que le plan rigide donne naissance à des subdivisions variables en nombre et en étendue, qui tiennent moins à la quantité de matière dont l’auteur dispose qu’à l’intérêt qu’il y attache. Il y a des moments où Quintilien s’ennuie et passe aussi vite que possible (sur les partes orationis où il ne traite que du nom et du verbe), d’autres où la question lui semble plus importante et plus digne de ses soins (sur le barbarisme, propre à intéresser l’orateur). Il suit fidèlement un ordre emprunté à d’autres, mais il remplit plus ou moins les cases ou même pas du tout, se contentant d’en marquer l’emplacement (voir le cas de la syllabe).

23De quel(s) modèle(s) Quintilien s’inspire-t-il ? On pense assez naturellement à Palémon dont la tradition fait le maître de Quintilien et dont le nom est cité une fois dans l’Institution oratoire (1, 4, 20). On sait que Palémon avait écrit une ars grammatica dans les années 60-70 après J.-C., la première ars latine dont l’existence soit sûrement attestée, un texte qui semble avoir eu un grand succès. Le texte est perdu et l’on hésite sur le nombre et l’étendue des fragments de Palémon qu’on peut extraire des artes tardives (Mazzarino 1955). Ces fragments ne cadrent pas exactement avec l’exposé de Quintilien et, de plus, l’idée généralement admise que Palémon est un des ancêtres des artes tardives semble exclure qu’il soit aussi le modèle de Quintilien. Car, on le voit, l’exposé de Quintilien ne ressemble pas beaucoup à celui de Donat : le plan en deux parties, l’absence de chapitre sur la voix, la présence du chapitre sur l’orthographe, l’examen systématique des critères de correction, tout cela oppose Quintilien aux grammairiens tardifs et le rapproche en revanche d’Asclépiade, ainsi que nous le disions plus haut. Cela ne signifie pas qu’il s’inspire directement d’Asclépiade, ni même d’un adaptateur latin d’Asclépiade, et sans doute faut-il laisser la question des sources sans solution. Mais le témoignage de Quintilien, rapproché de ceux d’Asclépiade et de l’auteur de la Rhétorique à Hérennius, peut engager à croire que le système grammatical s’est développé autour de l’idée de la correction (hellênismos, latinitas) et de ses critères.

24C’est ce que montrerait aussi l’abondante production de monographies grecques et latines sur la correction au ier siècle avant J.-C., les Peri hellênismou de Philoxène, de Tryphon, de Séleucus, de Ptolémée d’Ascalon, le De analogia de César et le De proportione de Staberius Eros (proportio est la traduction latine d’analogia), etc., de monographies sur l’orthographe aussi, la première attestée étant celle de Denys le Thrace (Siebenborn 1976, p. 33-34). Ce que montrerait aussi l’apparition de la figure populaire, ou impopulaire, du grammairien qui s’occupe de correction et donc de fautes. Témoin Cicéron dans les Tusculanes (2, 12) :

Si quelqu’un qui se dit grammairien parle de façon barbare, ou si chante faux qui veut passer pour musicien, c’est d’autant plus honteux qu’il pèche en cela même dont il professe la science.

Grammatica/grammaire

25Si les débuts de la grammaire à Rome peuvent jeter quelque lueur sur le développement du système grammatical, ils montrent aussi que la grammatica est toujours conçue comme quelque chose de plus vaste. Ce pourquoi ce n’est pas la même chose de faire l’histoire de la grammaire (de rechercher les antécédents de ce que nous appelons grammaire) et de faire l’histoire de la grammatica (prendre en considération les définitions anciennes de la discipline).

La science des textes

26Le même Cicéron qui fait du grammairien un spécialiste du barbarisme n’en voit pas moins dans la grammaire une science des textes, opinion générale au ier siècle avant J.-C. Outre mainte mention occasionnelle, on peut voir sa définition de l’ars grammatica (De oratore, 1, 187) :

Omnia fere quæ sunt conclusa nunc artibus, dispersa et dissipata quondam fuerunt : ut [...] in grammaticis poetarum pertractatio, historiarum cognitio, uerborum interpretatio, pronuntiandi quidam sonus.

Presque toutes les notions qui sont maintenant renfermées dans des artes étaient autrefois à l’état dispersé et ne formaient point d’ensemble : ainsi [...] en grammaire, l’explication des poètes, la connaissance de l’histoire, l’interprétation des mots, un certain ton de la prononciation.

27D’autres définitions, celles de Varron, composent l’ars de façon sensiblement différente. Voici celle que rapporte Marius Victorinus (GL VI, 4, 4 = 1, 6 Mariotti) :

Ars grammatica quæ a nobis litteratura dicitur, scientia est <rerum> quæ a poetis, historicis, oratoribusque dicuntur ex parte maiore. Eius præcipua officia sunt quattuor, ut ipsi placet, scribere, legere, intellegere, probare.

La science grammaticale – que nous appelons en latin litteratura – est une science aussi complète que possible de ce qui est dit chez les poètes, les historiens et les orateurs. Elle a quatre charges principales, selon lui : écrire, lire, comprendre, juger.

28Et la partition citée par Diomède (GL I, 426, 21) :

Grammaticæ officia, ut adserit Varro, constant in partibus quattuor, lectione, enarratione, emendatione, iudicio.

Les charges de la grammaire se décomposent en quatre parties, d’après Varron : lecture, exégèse, correction, jugement.

29On voit donc, d’une part, que la composition de l’ars grammatica n’est pas encore fixée (ce qui rappelle les divers groupements de « parties » ou d’« instruments » proposés par les Alexandrins), et d’autre part qu’elle n’est pas encore identifiée à sa composante proprement systématique : nous avons toujours affaire à la science des artes. C’est du reste bien ce que l’on constate dans la production de ce temps considérée comme « grammaticale » par les Anciens eux-mêmes, mais qui relèverait pour nous de la philologie, voire de l’érudition : édition, commentaire, collection de curiosités linguistiques ou historiques, etc.

Le cas de Varron

30Inversement, le plus célèbre ouvrage de la période, le De lingua Latina de Varron, où nous voyons volontiers de la grammaire (voir le titre de Collart, 1954), ne relevait sans doute pas de la grammatica à ses propres yeux. Il aurait rangé sous ce titre ses nombreux travaux de « philologie » ou d’« érudition », sur Plaute, sur les poètes, sur les bibliothèques, etc., évidemment aussi son De grammatica (si ce livre dont l’existence n’est attestée que par une seule citation a bien été écrit). Mais le De lingua Latina, qui n’a rien de philologique, ne ressemble pas non plus aux systèmes grammaticaux grecs et latins, ni de son temps, ni d’aucun autre. Nous n’en possédons plus qu’un morceau (les livres V-X), mais nous en connaissons le plan, en trois parties, grâce aux indications que Varron donne lui-même deux fois ; il se proposait d’examiner :

VII, 110

– quemadmodum uocabula imposita essent rebus

– quemadmodum ea in casibus declinarentur

– quemadmodum coniungerentur

VIII, 1

– quemadmodum uocabula rebus essent imposita

– quo pacto de his declinata in discrimina ierint

– ut ea inter se ratione coniuncta sententiam efferant

31Autrement dit, sa démarche, en trois étapes, envisage l’impositio, l’application des mots aux choses, la declinatio, l’engendrement des formes pour exprimer les variations des choses, la coniunctio, la relation des mots entre eux pour exprimer la relation des choses. Ces indications nous permettent de nous faire une idée assez précise du livre :

32L’impositio peut être étudiée par l’étymologie, qui retrouve les traces d’une motivation des mots. La declinatio relève de l’analogie, qui ramène à un nombre réduit de modèles réguliers la variation des formes. Pour la coniunctio, l’absence de texte nous réduit aux conjectures, mais il est bien probable que Varron y traitait de ce qui serait pour nous de la syntaxe.

33Ce livre étrange, avec ses recherches étymologiques, ses listes de 2, 3 ou 4 partes orationis aberrantes (en face des 8 ou 9 des artes), sa volonté de dépasser le cadre du mot pour aborder la liaison des mots, même s’il est à l’occasion nourri de matériaux empruntés aux grammairiens, trouve son inspiration ailleurs que chez eux, dans la dialectique stoïcienne. Varron ne s’intéresse pas à la correction, mais aux mécanismes de la production du sens, objet de l’attention des stoïciens (voir la démonstration de Baratin 1989, p. 221-255). Mais cette tentative prometteuse n’a pas eu de suite, et la mutilation irrémédiable du texte témoigne du peu d’intérêt que les Anciens y ont trouvé : l’étude du langage en lui-même ne servait pas à grand-chose, et ils lui ont préféré la formule des artes, mieux adaptée à l’explication de textes et à l’institution scolaire.

Bibliographie

Bibliographie

Baratin M., 1989, La naissance de la syntaxe à Rome, Paris, Minuit.

– et Desbordes F., 1986, « La “troisième partie” de l’ars grammatica », Historiographia linguistica XIII, 2/3, p. 215-240 [ici même, p. 65-90].

Barwick K., 1922, Remmius Palæmon und die römische Ars grammatica, Leipzig, Dieterich [reproduction : Hildesheim, Olms, 1967].

Bonner S.F., 1979, Education in Ancient Rome from the Elder Cato to the Younger Pliny, Londres, Methuen.

Brunschwig J., 1977, « Épicure et le problème du “langage privé” », Revue des sciences humaines, 166, p. 157-177.

Ceci L., 1892, Le etimologie dei giureconsulti romani, Turin, Lœscher [reproduction : Rome, 1966].

Christes J., 1979, Sklaven und Freigelassene als Grammatiker und Philologen im antiken Rom, Wiesbaden, Steiner.

Collart J., 1954, Varron grammairien latin, Paris, Les Belles Lettres.

Desbordes F., 1988, « La fonction du grec chez les grammairiens latins », L’héritage des grammairiens latins, de l’Antiquité aux Lumières, I. Rosier éd., Louvain-Paris, Société pour l’information grammaticale, p. 15-26 [ici même, p. 107-119].

– 1991, « Latinitas : constitution et évolution d’un modèle de l’identité linguistique », Hellênismos, quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque, S. Saïd éd., Leyde, Brill, p. 33-47 [ici même, p. 91-105].

Fuhrmann M., 1960, Das systematische Lehrbuch : ein Beitrag zur Geschichte der Wissenschaften in der Antike, Göttingen, Vandenhoeck-Ruprecht.

Funaioli G., 1907, Grammaticæ Romanæ fragmenta, Leipzig, Teubner.

Gabba E., 1963, « Il latino come dialetto greco », Miscellanea di studi alessandrini (Mélanges Rostagni), Turin, Bottega d’Erasmo, p. 188-194.

Heinicke B., 1904, De Quintiliani, Sexti, Asclepiadis arte grammatica, Strasbourg, M. Dumont Schauberg.

Hillscher A., 1892, « Hominum litteratorum Græcorum ante Tiberii mortem in urbe Romana commoratorum historia critica », Jahrbücher für classische Philologie, Supplementband 18, p. 353-440.

Holtz L., 1981, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècle) et édition critique, Paris, Éditions du CNRS.

Kaimio J., 1979, The Romans and the Greek language, Helsinki, Societas Scientiarum Fennica.

Mariotti I., 1967, Marii Victorini. Ars grammatica, Florence, Le Monnier.

Marx F., 1923, M. Tulli Ciceronis Scripta quæ manserunt omnia, Fasc. I : Incerti auctoris De ratione dicendi ad C. Herennium lib. IV (M. Tulli Ciceronis Ad Herennium libri IV), Leipzig, Teubner.

Mazzarino A., 1955, Grammaticæ Romanæ fragmenta ætatis Cæsareæ, Turin, Lœscher.

Pinborg J., 1975, « Classical antiquity : Greece », Current Trends in Linguistics, XIII : Historiography of Linguistics, T.A. Sebeok éd., La Haye-Paris, Mouton, p. 69-126.

Siebenborn E., 1976, Die Lehre von der Sprachrichtigkeit und ihren Kriterien. Studien zur antiken normativen Grammatik, Amsterdam, Grüner.

Veyne P., 1979, « L’hellénisation de Rome et la problématique des acculturations », Diogène, 106, p. 3-29.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/30673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search