Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La fonction du grec chez les grammairiens latins

p. 107-119


Texte intégral

1Il y a dans l’héritage des grammairiens un élément tout à fait essentiel : à travers les Latins, c’est la grammaire grecque qui a été transmise à l’Occident. Le latin a été décrit à l’aide des catégories mises au point pour décrire le grec, et souvent même avec les termes grecs. L’opération a été si bien réussie qu’elle en est devenue presque imperceptible dans son évidente légitimité.

2Les grammairiens latins ont cependant conservé longtemps le sentiment que cette description avait été rendue possible par le fait que les deux langues étaient en quelque façon comparables, et ils reviennent encore explicitement à cette comparaison dans d’innombrables passages de leurs œuvres. Cette comparaison semble aller de soi pour eux et n’est que très rarement théorisée. Voici tout de même un texte qui en énonce les bases de façon assez détaillée. Je l’emprunte à Macrobe, dédiant à Symmaque son Traité de comparaison des verbes grecs et latins.

Cum uel natura uel usus loquendi linguas gentium multiplici diuersitate uariasset, ceteris aut anhelitu aut sibilo explicantibus loqui suum, solis Græcae Latinæque et soni leporem et artis disciplinam atque in ipsa loquendi mansuetudine similem cultum et coniunctissimam cognationem dedit. Nam et isdem orationis partibus absque articulo, quem Græcia sola sortita est, et isdem penes singulas partes obseruationibus sermo uterque distinguitur, pares fere in utroque conponendi figuræ, ut propemodum qui utramuis artem didicerit ambas nouerit. Sed quia ita natura fert, ne quid sic esse alteri simile possit, ut idem illi sit (necesse est enim omne quod simile est aliqua differentia ab eo cui confertur recedat), ideo, cum partes orationis in utraque lingua arta inter se similitudine uincirentur, quasdam tamen proprietates, quibus seorsum insignirentur, habuerunt, quæ Græco nomine idiomata uocantur. (Grammatici Latini, GL V, 631, 5, voir traductions p. 94 et 104)

3 Macrobe exprime ici un sentiment qui n’est pas propre qu’aux grammairiens : pour les Latins, le grec et le latin, utraque lingua, s’opposent conjointement à tous les autres parlers de l’espèce humaine ; et, à l’intérieur de cette unité, le latin est semblable au grec, mais ne lui est pas identique – en somme, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. En quoi il est le même et en quoi il est autre, d’après les grammatici, c’est ce que je voudrais examiner, en m’attachant surtout à la fonction, au pourquoi de cette référence au grec, car il me semble que les grammatici nous ont aussi légué des problèmes, et, au premier chef, celui de ce que peut être ou doit être la description grammaticale. Mais je voudrais d’abord faire deux séries de remarques préliminaires sur les lacunes mêmes de mon travail, c’est-à-dire sur le fait que j’ai laissé de côté tout l’aspect philologique et historique de la question.

4En bonne règle philologique, le titre de mon exposé devrait être modifié : « La fonction du grec chez les grammairiens latins » devrait être remplacé par « La fonction du grec dans le corpus de Keil », ce qui, j’en ai bien conscience, n’est pas tout à fait la même chose. Pour des raisons de pure commodité, j’ai utilisé les volumes de Keil, mais un travail « fini » devrait tenir compte d’autres textes, non édités par Keil, et surtout d’autres éditions qui ont considérablement amélioré les textes de Keil. Mais j’ai sommairement considéré le corpus de Keil comme une donnée, le bloc de l’Héritage, opportunément quoique un peu artificiellement réunifié après dispersion. Cela implique aussi que je ne me suis pas arrêtée aux discussions de dates et d’attribution, pas non plus à tout ce qui constitue l’avant-texte, questions de filiation et d’emprunt : Diomède citant Scaurus, c’est ici, pour moi, Diomède ; Charisius citant Romanus, c’est, de même, Charisius. Il m’a semblé au passage que l’attitude vis-à-vis de la comparaison du latin au grec pourrait être un indice intéressant pour la Quellenforschung, mais je n’ai pas du tout cherché dans cette direction. Et, enfin, je n’ai pas non plus entrepris de tenir compte de la diffusion et de la réception des textes grammaticaux – l’après-texte, en somme. Le sort de ces textes est cependant très variable, comme l’a encore montré récemment un important article de Vivien Law1 : ce qu’on connaissait de l’héritage latin à tel moment, en tel lieu, pouvait être fort différent de ce qu’on en connaissait ailleurs. Il se peut donc que les héritiers n’aient pas disposé uniformément d’un même modèle de référence au grec. Ce qui m’amène à ma seconde série de remarques préliminaires.

5Du point de vue de la référence au grec, les textes réunis par Keil sont en fait très loin d’être homogènes. On remarque sans peine des différences quantitatives : pour ne citer que les grands noms, la référence au grec est omniprésente chez Priscien, encore très fréquente chez Charisius ou Diomède, mais réduite à peu de chose dans l’Ars maior de Donat et totalement absente de l’Ars minor. Ces différences peuvent tenir à la nature même des textes du corpus qui, comme on sait, sont loin d’être tous des artes. La référence au grec s’impose évidemment dans les restes du traité de Macrobe cité plus haut ; en revanche, les pages qui dévident consciencieusement les déclinaisons, ou plus encore les conjugaisons, n’ont que faire d’une référence au grec, dans leur principe même. Un autre facteur de différence, plus difficile à cerner, tient au niveau de bilinguisme des auteurs et des publics qu’ils se supposent – ce facteur pouvant à son tour dépendre de conditions de temps, de lieu et de milieu. Il y a visiblement des auteurs pour lesquels le grec est la donnée de base, ainsi d’Eutychès qui commence son exposé sur le verbe latin en parlant des conjugaisons grecques ; ainsi de son maître Priscien qui se revendique hautement comme adaptateur d’auteurs grecs. En revanche, on peut se demander si le public de Pompeius (et Pompeius lui-même !) connaît bien le grec, quand on voit cet auteur expliquer la formule kata antiphrasin (GL V, 228, 20), dont d’autres accompagnent, de chic, la mention du terme deponens, ou quand on le voit donner ses exemples grecs en latin :

Apud Græcos, ut diximus, ablatiuus non inuenitur, sed omnia per genetiuum proferunt. « Tulit ab illo » dico Latine, « tulit ab illius » dicunt Græci. (GL V, 182, 33)

Græci, quando de uno loquuntur, ita dicunt, « unus homo legit » ; quando de multis, ita dicunt « multi homines legunt » ; quando de duobus, nec legit dicunt nec legunt, sed legere. (GL V, 234, 19 : affirmation qu’il récuse, il est juste de le dire)

6Pour d’autres, la situation est moins nette, et je ne sais s’il faut attribuer à l’automatisme de la tradition ou à une réelle imprégnation personnelle tel appel aux autorités grecques, usage d’exemples grecs, complaisance dans l’étymologie grecque des termes techniques, même latins, et aussi çà et là, cette façon cavalière de se mettre à parler grec en latin (« adhibere anti tou adhiberis », Charisius, GL I, 174, 20 ; « in Siciliam, non is Siciliam, kata to n, non kata to s », Caper, GL VII, 106, 17 ; etc.). Mon impression est que ces tics et tournures, ainsi que la comparaison du latin au grec elle-même, constituent une survivance longtemps rémanente, mais qui tend tout de même à s’effacer. Je ferais l’hypothèse suivante : les premières descriptions du latin étaient faites par des Grecs, en grec même pour certaines, en tout cas par rapport au grec ; il en reste quelque chose, et même beaucoup, dans les textes tardifs du corpus de Keil, mais on y voit aussi le glissement vers une description purement latine, un important facteur de ce glissement pouvant être le fait que, le grec étant de moins en moins connu, on s’aperçoit aussi qu’on peut se passer d’en parler dans une description du latin.

7Il faudrait donc sans doute aussi envisager de faire une histoire de la référence au grec, et d’étudier les facteurs externes et internes susceptibles d’expliquer le bas étiage de cette référence chez Donat, aussi bien que sa réinjection massive chez Priscien. Mais, laissant pour une autre fois, ou à d’autres, cette étude, je me contenterai ici de faire le point sur les formes que peut prendre la comparaison des deux langues, à partir d’un corpus suffisamment vaste et dans lequel les remarques pertinentes sont largement diffusées. Ces remarques se divisent immédiatement en deux grandes catégories, selon qu’elles concernent une identité ou une différence entre latin et grec – encore qu’il s’agisse souvent, dans le second cas, de montrer que la différence n’est qu’apparente.

Le latin semblable au grec

8Quand les grammatici signalent que le latin est comme le grec, c’est ou bien pour conforter une règle, ou bien pour justifier une exception (qui alors n’en est pas vraiment une), ou bien pour mettre en évidence une vérité profonde du latin, cachée par les apparences.

9La description du latin à l’aide des catégories mises au point pour le grec a demandé, à l’origine, qu’on mette en évidence les éléments identiques des deux langues (opération qui appellerait, du reste, bien des commentaires). Mais par la suite cette évidence établie n’est que rarement mentionnée. On la trouve encore chez Varron, dans un cadre polémique, la défense de l’analogie :

An non uides, ut Græci habeant eam quadripertitam, unam in qua sint casus, alteram in qua tempora, tertiam in qua neutrum, quartam in qua utrumque, sic nos habere ? Ecquid uerba nescis ut apud illos sint alia finita, alia non, sic utraque esse apud nos ? Equidem non dubito quin animaduerteris item in ea innumerabilem similitudinum numerum, ut trium temporum uerba, ut trium personarum. (LL, IX, 31, voir traduction p. 94)

10Mais ailleurs, on ne prend guère la peine de rappeler que le verbe latin a trois personnes comme le verbe grec, sinon dans un projet bien arrêté de comparaison exhaustive, comme celui de Macrobe, qui reste isolé. En général, l’identité de la plupart des catégories va de soi. Toutefois, dans les cas douteux ou discutés, on prouve volontiers une règle par renvoi au grec supposé identique. Ainsi Consentius, contre ceux qui voudraient extraire le futur de l’indicatif pour en faire un « mode promissif », utilise divers arguments, et celui du grec pour finir : « Quomodo enim promissiuo modo dicemus “uram affligam cruciabo” ? Recte ergo a doctioribus magistris exclusus hic modus est, maxime cum eum etiam Græci non habeant » (GL V, 374, 29) : les Grecs ne l’ont pas, donc nous non plus…

11Mais on justifie aussi par le grec, et en fait beaucoup plus souvent, l’exception : l’écart par rapport à une norme latine n’est plus une anomalie si on peut lui trouver un parallèle grec. Par exemple, chez Charisius, à propos des mots en -ox-ocis : « Excipitur hoc solum nox, quod genetiuum per ctis facit, noctis, idcirco quia Græce nux nuktos declinatur » (GL I, 92, 20). Voir aussi chez Priscien l’emploi constant de la formule nec mirum (« il n’y a pas de quoi s’étonner ») en commentaire d’exceptions apparentes : on peut dire proximiores, en mettant un superlatif au comparatif, « nec mirum, cum apud Græcos quoque inueniuntur huiuscemodi, ut Aristoteles apo toû eskhatos eskhatôtatos dixit, cum eskhatos sit superlatiuus » (GL II, 97, 22) ; Laches a une double déclinaison en latin (Laches, Lachetis ou Laches, Lachis), « nec mirum duplicem declinationem hæc habuisse apud Latinos, cum apud Græcos quoque multa inueniuntur huiuscemodi ancipitem habentia declinationem teste Herodiano » (GL II, 244, 15) ; on a en latin lex, legis et non lecis, « nec mirum : Græcos enim in omnibus fere imitati Latini in hac quoque regula sequuntur » (GL II, 278, 9).

12Une troisième utilisation de la référence au grec comme au même est, elle, assez peu fréquente, mais intéressante pourtant. C’est la mise au jour d’une vérité profonde du latin grâce au test de la traduction. Grec et latin étant censés avoir non plus les mêmes catégories, mais les mêmes unités de sens, on peut, en les comparant, montrer, par exemple, que le latin a deux mots et non un seul, en dépit des apparences, ou inversement, un seul mot, et non deux. Deux mots, par exemple chez Charisius : « Fides, cum significat lyram, fidis facit […] ; sin autem fides pistis significat, fidei facit genetiuo, non ratione sed distantiæ causa » (GL I, 69,19) ; un seul mot, par exemple encore chez Charisius, à propos d’une différenciation qui lui semble inutile entre testa pour la coque des amphores et testu pour la carapace de la tortue : « nam et Græci ostrakon sine distinctione dicunt tam amphoræ quam testudinis » (GL I, 66, 4). En fait, c’est surtout à propos des homonymes qu’on trouve ce test de traduction, avec prédilection chez Priscien, encore quelquefois aussi dans les recueils de differentiæ. Il a l’intérêt de montrer que la similitude des langues n’est pas seulement conçue comme une question de catégories grammaticales, mais implique aussi les unités sémantiques : le latin et le grec ont les mêmes « choses » à dire et devraient donc disposer d’un même nombre d’unités pour les dire.

13La référence au grec comme au même permet avant tout de céder à la tentation de l’explication. Avec le grec, les Latins ont un merveilleux instrument d’explication, d’autant plus pratique qu’ils l’utilisent absolument sans système et sans principe.

14L’identité de base des deux langues est une donnée et non quelque chose qu’on aurait à prouver ; mais c’est une donnée extrêmement vague. Cette identité résulte d’une origine commune, mais qui se perd dans un épais brouillard. Ce n’était déjà pas bien clair chez Varron, ce le serait plutôt moins chez ses successeurs. Que nous dit-on, en effet ? Le latin n’est pas vraiment un dialecte du grec, mais il a quelque chose à voir avec l’éolien, auquel il est mêlé, dit Terentianus Maurus (GL VI, 344, 649), avec lequel il a une societas, dit Pompeius (GL V, 105, 3). Plus souvent et plus vaguement encore, on trouve l’idée que le latin est du vieux grec, ou du moins a préservé des formes antiques du grec. C’est un des refrains favoris de Priscien, ainsi : « Iure igitur nos, qui in plerisque antiquitatem seruauimus Græciæ, in pronominibus quoque secundum Homericam auctoritatem simplicibus utimur etiam pro compositis » (GL III, 15, 28).

15Le résultat le plus clair de ces considérations brumeuses sur les origines, c’est que la référence au grec s’en trouve démultipliée. En cherchant bien, on trouve toujours « du » grec analogue au latin. S’il n’y a rien en grec moderne, il y a peut-être quelque chose en grec ancien ; si l’éolien n’est pas adéquat, on peut voir d’autres dialectes, jusqu’au béotien, qui apparaît chez Priscien pour justifier la correspondance du [s] latin et de l’aspiration grecque (parallèles comme sex/hex), en montrant que c’est en fait une identité, puisque les Béotiens avaient coutume de mettre un [h], en disant muha au lieu de musa. Et, bien évidemment, si plusieurs références sont possibles, elles finiront par se contredire : ainsi, on prouve que la lettre H n’est que le signe de l’aspiration, puisque le grec moderne n’a pas de lettre pour cela, mais seulement un esprit ; et on prouve que H est une vraie littera (représentant un phonème autonome), puisque les anciens Grecs l’utilisaient comme les Latins.

16Ce qui est en jeu dans ces appels au grec, c’est la tentation irrépressible de l’explication, tentation que connaissent bien les enseignants de langues. Il semble qu’on a du mal à se contenter de dire « c’est comme ça », et particulièrement en face des irrégularités, des éléments linguistiques pour lesquels il faut faire une case à part, une règle ad hoc. Pour les Latins, la description ne peut pas être un pur constat, l’énoncé des faits, sans commentaire : l’anomalie doit être justifiée, mais on peut aussi demander le pourquoi de la règle, sauf à la présenter comme un impératif qui se suffit à lui-même. Pour donner quelque assise, quelque arrière-plan aux faits bruts, les Latins disent volontiers : « C’est comme ça, parce que c’est comme ça… en grec » – ce qui peut être utile, après tout, tant qu’on sait le grec, quelque peu charlatanesque quand on ne le sait plus.

17Cependant, l’appel au grec, si répandu soit-il, a tout de même des limites. Il n’est en fait possible que parce que les deux langues sont différentes – comme dit Macrobe (et d’autres), être semblable implique être différent. Le latin n’est pas du grec et, à côté de l’alignement à tout prix sur le glorieux modèle, on voit aussi émerger l’idée que l’identité pure est la marque du corps étranger.

18Du grec en latin, il y en a, et c’est particulièrement le cas des noms grecs, dont le traitement est instructif. Ces noms abondent dans les textes que les grammairiens ont à commenter. Ils les trouvent dans leur corpus (« j’ai trouvé, je n’ai pas trouvé, on trouve… », disent-ils) et doivent donc les intégrer dans leurs descriptions. Cela peut absorber une grande quantité de leur énergie, par exemple chez Charisius (ou dans le De nomine de Priscien), où l’on passe en revue toutes les désinences attestées et où, évidemment, on tombe continuellement sur des anomalies, qu’on explique en disant qu’il s’agit de noms grecs. Chez Donat, en revanche, l’évocation des noms grecs est réduite à peu de chose et finalement réglée par un énoncé normatif, « il n’y a qu’à décliner le grec à la grecque ». D’autres encore, des auteurs plus tardifs, font tout simplement un compartiment spécial pour les noms grecs, ainsi Phocas :

Expositis Latinorum nominum regulis Græcorum quoque tractanda est declinatio, quoniam plerumque his utimur in sermone, et maxime propriis, quæ in usum Latinæ linguæ admissa sunt, ut etiam certis definienda sint regulis. (GL V, 422, 10)

19On passe en somme de l’idée qu’une anomalie du corpus latin est justifiée parce qu’elle concerne en fait un mot grec, à l’idée qu’il y a des anomalies purement grecques qu’on peut admettre mais qui n’ont rien à voir avec les anomalies latines ; voir le Probus des Excerpta, qui trouve deux exceptions à la règle des noms neutres de deuxième déclinaison, pelagus et uulgus :

Ideo autem pelagus dissentire uidetur, quia Græcum est. Nam uulgus, cum sit Latinum, non debet inter neutra genera poni ; melius enim inter masculina poneretur. (GL IV, 208, 7)

20Une intention normative est à l’œuvre dans cette façon d’isoler le corps étranger bizarre et de le tolérer à condition que ce soit comme tel. Un pas encore dans la même direction, et on passera à la réduction, à l’assimilation du grec au latin qui revendique sa différence, ou plutôt ne doit plus avoir égard qu’à sa norme propre. On a quelque chose de ce genre chez Consentius (GL V, 364, 7) qui demande l’assimilation et la déclinaison à la latine pour les noms étrangers en général (rare mention des noms gaulois, mèdes ou carthaginois), avec un petit traitement de faveur pour les noms grecs, mais tout juste.

21Le latin ressemble au grec : on peut donc l’« expliquer » par le grec. Mais cette ressemblance n’est pas une identité : on peut donc aller jusqu’à conclure qu’il ne doit pas y avoir de grec en latin.

Le latin différent du grec

22L’application des catégories grecques en latin, même largement couronnée de succès, a cependant fait apparaître des dissymétries. On peut supposer qu’au moins pour les plus voyantes, elles ont été tout de suite perçues. Il y en a déjà, en tout cas, une liste consistante chez Quintilien, dont l’exposé est pourtant elliptique : l’article absent du latin et l’interjection absente du grec, le sixième cas et même le septième cas propres au latin, l’accentuation grecque différente de l’accentuation latine, l’absence de duel en latin… Les grammatici citent encore bien d’autres différences, dans les détails de phonétique, le genre des noms, le système des participes, le nombre des conjugaisons ou des prépositions…

23Ainsi fait au coup par coup, ce genre d’observations n’est pas plus systématique que la notation des ressemblances, et ne distingue pas entre divers niveaux de pertinence : simplement, au fil de l’exposé grammatical, on remarque une divergence sur fond d’identité (le grec et le latin ont des conjugaisons, mais ils n’en ont pas le même nombre). Dans ces conditions, à quoi sert ce relevé des différences ? Au fond, assez souvent, à rien, sinon à manifester l’érudition du maître. La remarque peut cependant parfois fournir à la description, trop gratuite, une allure de démonstration nécessaire. On en a un bel exemple chez Servius, qui ne se contente pas de dire qu’en latin l’accent aigu a deux places et l’accent circonflexe une seule, mais qui dit ceci :

Græci acutum accentum in tribus syllabis ponunt, id est in ultima et pænultima uel antepænultima. Latinitas autem in ultima syllaba nullum ponit accentum, unde fit ut acutus accentus apud Latinos duos possideat locos, pænultimum et antepænultimum, circumflexum unum pænultimum tantum. (GL IV, 426, 22)

24La différence sert aussi, mais indirectement, à mettre en évidence des propriétés cachées du latin (comme dans le test de traduction). C’est, par exemple, l’occasion et sans doute le moteur d’une réflexion sur les fonctions de l’ablatif, sur la différence, à l’intérieur même du latin, entre adverbe et interjection, sans compter les infinies discussions (voir Priscien) sur ce qu’il convient de classer comme nom, pronom, adjectif pronominal ou article. Le grec est ici un efficace instrument heuristique, qui fait apparaître, par superposition, ce qu’on n’aurait peut-être pas vu si on s’était borné à la considération du latin. Il y a là comme une ébauche de la méthode comparative et quelques-uns de ces cas où l’on peut dire : « Les Grecs font du grec, les Latins font de la linguistique. »

25Mais si je disais que cette vue plus aiguë sur le latin était le résultat indirect de la référence au grec, c’est parce qu’elle apparaît le plus souvent dans le cadre de tentatives visant à réduire la différence. Il y a une sorte de scandale de la différence des langues : si l’on postule qu’elles ont à dire la même chose, comment admettre que l’expression soit différente ? Le remède consiste à supposer que l’expression n’est qu’un effet de surface contingent, recouvrant une identité profonde. Cette identité peut être de deux sortes, une identité de fond – de structure dirions-nous – mais pour les Anciens c’est plutôt l’idée d’une nature des choses à dire ; ou une identité d’origine, la différence n’étant que le produit contingent de l’évolution.

26Quant à l’identité de fond, c’est de cela qu’il s’agit lorsque, par exemple, on met en parallèle les cas grecs et latins pour mettre au point, au-delà des formes, un répertoire unitaire des fonctions. Même inspiration encore quand on s’escrime autour des fameuses huit catégories de mots : s’agit-il d’avoir l’article ou l’interjection, ou seulement de les compter ? Donat dit : « Latini articulum non adnumerant, Græci interiectionem » (GL IV, 372, 27) ; et Pompeius commente doctement : « Non dixit aut Latinos non habere articulos aut Græcos non habere interiectionem, non, sed non conputare. Ita enim dixit “Latini articulos non adnumerant”, non dixit “non habent” » (GL V, 135, 20). La différence concernant l’article ne serait qu’une question de classement, de quadrillage du réel qui, lui, serait uniforme pour les deux langues. On cherche donc l’équivalent de l’article en latin et, parfois, on le trouve.

27Quant à l’identité d’origine, c’est le moyen de réduction le plus commun, le plus accommodant aussi, vu le brouillard dont il était question plus haut. On nous dit ainsi que la différence est due au fait que les Latins sont restés fidèles à un très ancien passé, alors que les Grecs évoluaient : voir par exemple un magnifique texte de Diomède sur la chasse au duel, qui se cachait soigneusement aux origines, s’abritant dans l’ombre tantôt du singulier et tantôt du pluriel, et qui ne fut capturé qu’après des siècles de patiente observation, pour se révéler, du reste, inutile (GL I, 334, 25). Mais on nous dit aussi bien que le latin était d’abord identique au grec et que c’est lui qui a évolué : innombrables textes sur les ueteres, voire les uetustissimi, qui écrivaient la nasale palatale comme les Grecs (Priscien, GL II, 30, 10), qui mettaient aussi bien au féminin qu’au masculin puer (Charisius, GL I, 84, 5) ou quis (Pompeius, GL V, 206, 23), qui avaient un o long à la finale des verbes (Charisius, GL I, 16, 14)… Et on nous dit du reste aussi que les anciens Latins ont dès l’abord pris des libertés avec le grec et l’ont traité à leur guise, comme dans le cas de la négation ou devenue haud parce que les Anciens aspiraient à tort et à travers et ajoutaient des D à tous les mots (Charisius, GL I, 112, 8 ; Marius Victorinus, GL VI, 15, 21).

28En fait tous les moyens sont bons pour réduire la différence, comme on le voit chez Priscien, dont c’est véritablement l’obsession. Il peut dire que la différence n’existait pas autrefois : l’ablatif est connu d’Homère (GL II, 187, 75) ; que la différence n’est qu’apparente : une déclinaison comme respublica reipublicæ semble inconnue des Grecs, mais c’est une erreur, « nec mirum apud nos per singulos casus nomina componi, cum apud illos quoque inueniuntur etiam uerba quædam quæ per diuersa tempora componantur » (GL II, 180, 21) ; que la différence dans le matériel est compensée par l’utilisation qu’on en fait : le latin n’a pas de participe présent passif, mais il dit « qui amatur, itaque quod deest latinitatis linguæ naturaliter, completur iuncturæ ratione » (GL II, 565, 21) ; que la différence était inévitable pour des raisons de contraintes phonétiques pouvant créer une ambiguïté : pourquoi le réfléchi latin n’a-t-il pas de nominatif, alors que le grec a ce nominatif sous la forme hi (dit Priscien…) ?

Et existimo eam esse causam, quod necesse erat uel cum aspiratione proferre nominatiuum et « hi » dicere, qui pluralis erat alterius pronominis, uel loco aspirationis s præponere et « si » dicere, quod est coniunctio. Ergo iure deficit, ne dubitationem faceret. (GL III, 4, 27)

29La différence, enfin, existe, mais il serait bien de la supprimer et d’aligner le latin sur le grec : nous écrivons « exsequor, exspes, in quo uidemur contra Græcorum facere consuetudinem. Illi enim s sequente numquam x præponunt, sed k pro ea, ut ekstasis. Melius ergo nos quoque x solam ponimus » (GL II, 33, 22).

30Les Latins ne sont cependant pas tous persuadés qu’il est indispensable d’avoir une langue aussi semblable que possible au grec. C’est une évidence, quels que soient les éléments communs, que le latin n’est pas le grec. On peut aussi en prendre son parti et même considérer que le latin est « meilleur » que le grec – tant il semble difficile d’avoir une vue neutre de la différence. On considère alors que le latin est meilleur que le grec, soit parce qu’il préserve un état plus ancien, soit au contraire parce qu’il représente un progrès. Quant à la première forme de supériorité, bien « romaine », on l’a vue chez Diomède disant que les Romains ont refusé le duel, innovation injustifiée ; on peut y ramener aussi maint énoncé de Priscien sur le latin qui a préservé la vénérable antiquité, qui est en somme plus grec que le grec. Mais la seconde forme de supériorité est aussi mentionnée, parfois chez les mêmes auteurs. On nous dit, par exemple, que l’ablatif est une bonne invention, parce qu’il était difficile de faire remplir son rôle par le génitif, qui a autre chose à faire (Pompeius, GL V, 171, 12). Et Priscien lui-même admet que les Latins ont mieux jugé de la nature du futur lorsqu’ils ont refusé de distinguer, comme les Grecs, un futur indéfini et un futur proche (GL II, 405, 15).

31Autre attitude enfin, vis-à-vis de la différence : l’inattention, le silence ou l’impatience, cependant qu’on prend conscience du fait que le latin peut être à lui-même sa propre référence. Ainsi Donat réduit au minimum la mention de la différence des langues dans l’Ars maior : l’accent, la notation de l’aspirée, l’article et l’interjection, l’ablatif, le tout sans grand commentaire, comme par acquit de conscience et révérence envers ce qu’il trouvait chez ses prédécesseurs. Et dans l’Ars minor, il prouve par l’exemple qu’on peut décrire le latin sans dire que le grec n’a pas d’ablatif, ni même que le latin n’a pas de duel. Mais Donat n’est pas seul. Il y a comme une lassitude chez des auteurs moins imbus que Priscien de l’amour du grec. Pompeius pose mollement la question « avons-nous un duel, si fréquent chez les Grecs ? », et répond qu’en fait duo et ambo, qui s’écartent de la ratio latinitatis, sont des anomalies, c’est-à-dire des irrégularités sans prestige particulier (GL V, 165, 27). Diomède lui-même commence son exposé sur les verbes irréguliers en disant qu’il laisse tomber les ambages, les complications des Grecs : un verbe est régulier s’il oppose une forme en -o et une forme en -or à la première position, et s’il suit un des modèles déterminés pour le latin ; sinon, c’est un verbe irrégulier, un point c’est tout.

32La description du latin devient l’énoncé pur et simple de règles latines et d’exceptions latines. Exit la référence au grec ; et du même coup, la catégorie des idiomata, des idiotismes, ne recense plus les écarts par rapport au grec, mais aussi bien, ou même seulement, les écarts par rapport à la norme latine, les particularités sui generis ; et, parallèlement, on voit apparaître une autre catégorie, celle de la Græca oratio, de l’hellénisme (le terme se rencontre, quoique rarement), qui est destinée à recenser dans le corps du latin, non plus ce qui n’est pas du grec, mais ce qui n’est pas du latin. Où l’on rejoint ce qu’on a vu à la fin de la première partie : ce n’est pas le latin qui est différent du grec, c’est le grec qui est différent du latin, devenu point de référence et pierre de touche.

33Je disais en commençant que les Latins nous ont transmis la grammaire grecque. Mais ils nous l’ont aussi transmise sous une forme inconnue des Grecs, qui avaient su décrire leur langue sans la comparer à aucune autre. Les Latins inaugurent un mode de description « par rapport », qui aura de nombreux analogues dans les descriptions des vernaculaires par rapport au latin lui-même. On peut se demander si la façon dont les grammatici traitent le grec a inspiré le traitement du latin dans la description des vernaculaires, ou si l’analogie de situation a produit automatiquement, ou non, les mêmes effets.

34Chez les grammairiens latins, en tout cas, la référence explicite au grec, si abondante soit-elle, ne s’exerce guère que sur les marges. L’application massive des catégories grecques au latin n’est pas remise en question, étant justifiée par l’idée vague d’une origine commune, elle-même reflet d’un état des choses que le grec et le latin sont seuls à « bien » exprimer. Mais la description du latin se trouve longtemps comme encombrée d’une myriade de petites remarques dont elle pourrait se passer, et dont elle finira par se passer chez certains auteurs. La référence au grec est du reste une arme à double tranchant : si l’on accepte la facilité de l’« explication » des phénomènes latins par l’identité du latin et du grec, on ne sait plus comment justifier les évidentes différences entre les deux langues, sauf à les nier ou les réduire le plus possible. D’où une forme de description bâtarde, qui s’écarte continuellement de son propos immédiat, sans pourtant parvenir à une forme de comparaison pleinement fructueuse. La comparaison assidue du grec et du latin n’a en effet pu produire ni la grammaire générale ni la grammaire comparée : il aurait fallu, outre l’intention systématique qui manque aux grammatici, un renversement complet de perspective, non plus postuler l’identité d’origine ou de structure, mais la prouver, et pour cela abandonner le projet de description d’une langue. Les Latins montraient abondamment que la comparaison était possible. Restait à dire pourquoi.

Notes de bas de page

1 « When is Donatus not Donatus : versions, variants and new texts », Peritia, 5, 1986, p. 235-261.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.