Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Relations entre disciplines

La « troisième partie ». de l’ars grammatica

Marc Baratin

Texte intégral

1Selon une opinion largement répandue, un caractère notable de l’ars grammatica latine serait son plan en trois parties : une première partie consacrée à la phonétique (uox, littera, syllaba…), une deuxième à la morphologie (partes orationis), et une troisième aux uitia uirtutesque orationis, défauts et qualités de l’énoncé. Cette troisième partie aurait, à son tour, certains caractères notables. « Tenant lieu » de la syntaxe, qui occupe légitimement cette place dans la grammaire moderne, cette troisième partie aurait contribué à détourner les grammairiens de la réflexion syntaxique et à les maintenir dans une impasse où ils se sont longuement entêtés. Surtout, cette troisième partie distingue l’ars latine de la τέχνη grecque, dont « l’archétype », le texte qu’on attribue à Denys le Thrace, n’a que deux parties (phonétique et morphologie). Il ne s’agirait pourtant pas d’une addition propre aux Latins, mais bien du fait que les Latins auraient conservé fidèlement les traits originaux d’une τέχνη qui aurait été élaborée à Pergame sous influence stoïcienne, alors que les grammairiens grecs, adaptant cette τέχνη aux préoccupations de l’école d’Alexandrie, n’en auraient gardé que les deux premières parties. De ce fait, il faudrait conclure que l’ars latine a dès l’origine présenté ce plan en trois parties, et que ce que l’on voit apparaître chez les grammairiens des ive et ve siècles n’est rien d’autre que le plan d’une grammaire scolaire originelle, imitée de la τέχνη de Pergame et élaborée, peut-être dans le cercle des Scipions, avant la fin du iie siècle avant notre ère. Cette ars, conservée immuable à travers les siècles, est ce que Karl Barwick (1922) appelait la Schulgrammatik. Sa « troisième partie » porterait donc tout particulièrement la marque des origines stoïciennes de la grammaire.

2Le recours aux « sources stoïciennes » est assurément une des grandes tentations de l’analyse des doctrines linguistiques dans l’Antiquité. C’est le moyen de donner à l’histoire de ces doctrines une puissante homogénéité. La structure des descriptions proprement grammaticales en est valorisée (puisqu’elles sont alors censées faire fond sur des analyses dont la cohérence est garantie a priori par leur appartenance à un système philosophique), et les grammairiens sont en même temps dédouanés des considérations stériles auxquelles ils se livrent à l’occasion (et qui paraissent être l’inévitable héritage d’un point de vue qui n’était pas, à l’origine, spécifiquement grammatical). Mais ce recours aux « sources stoïciennes » est malheureusement trop souvent obéré par un grave défaut de méthode : en l’absence des textes originaux, on n’a que trop tendance à reconstituer la doctrine stoïcienne sur le modèle des descendants qu’on lui suppose.

3C’est précisément de cette façon qu’on parvient à dire que la « troisième partie » de l’ars latine a une origine stoïcienne. Cette « troisième partie », dans la version de Donat, qu’on juge généralement canonique, contient six chapitres, trois pour les « défauts » de l’énoncé (barbarisme, solécisme, autres défauts) et trois pour les « qualités » (métaplasme, figure, trope). Or on sait, grâce au résumé de Diogène Laërce (Vies des philosophes, VII, 59), que, dans leur étude du signifiant linguistique, les stoïciens traitaient des ἀρεταί et κακίαι λόγου, ces dernières étant pour eux le barbarisme et le solécisme. On aurait, d’autre part, des traces d’une tropologie stoïcienne (essentiellement dans le De dialectica d’Augustin), peut-être même d’une étude stoïcienne des figures : dans l’expression σχήματα λόγου, conservée par quelques textes, qui opposerait figures et tropes comme phénomènes de l’énoncé (λόγος) / phénomènes du mot (λέξις). De cette communauté de détails entre l’ars latine et les fragments stoïciens, on infère une communauté des ensembles, et on se sent autorisé à projeter tout le contenu de la « troisième partie » dans une hypothétique source stoïcienne. Mais, en fait, la communauté de détails est déjà discutable : il est pour le moins troublant de constater que si les termes τρόπος et σχῆμα sont bien attestés dans les fragments authentiquement stoïciens, c’est uniquement à propos de schémas d’argumentation (« Si le premier, le second ; or le premier, donc le second » ; voir par exemple, Stoicorum veterum fragmenta, SVF II, 239 et 245, et IV, « Appendix » VII, 5), et non dans le contexte de l’étude des « tropes et figures » qu’on trouve chez les Grammatici Latini. D’autre part, l’opposition σχήματα λόγου / tropes, qu’on voudrait stoïcienne, ne repose que sur une interprétation erronée de l’opposition λέξις/λόγος, qui, chez les stoïciens, n’est pas une opposition mot/énoncé (voir Baratin et Desbordes 1981, p. 28-30). Et surtout, quand bien même on reconnaîtrait une communauté de détails entre l’ars latine et la doctrine stoïcienne (barbarisme et solécisme, par exemple), cela n’entraîne pas une communauté d’ensemble, ni pour le contenu, ni pour l’orientation.

4C’est sur cette question de l’ensemble, et non sur des détails, que nous voudrions ici attirer l’attention. En s’attachant à ce qui fait l’unité de la « troisième partie » de l’ars, on peut, croyons-nous, montrer qu’il n’y a là rien de stoïcien et, du même coup, proposer une interprétation évolutionniste, et non plus fixiste, de l’histoire de la grammaire antique.

La « vertu » des stoïciens

5De quoi s’agit-il dans la « troisième partie » de l’ars – identifiée, comme il est d’usage, aux six chapitres de Donat ? Il s’agit essentiellement de qualifier et de classer les écarts par rapport à une façon « normale » de parler, les uns étant considérés comme « mauvais » (barbarisme, solécisme, autres défauts), les autres comme « bons » (métaplasme, figure, trope). Les commentateurs de Donat, Servius (Grammatici Latini, GL IV, 443, 29) ou Pompeius (GL V, 292, 30, et 295, 32), mettent déjà en évidence cette unité des chapitres, et estiment que la suite naturelle de l’étude des partes orationis est d’en venir à « quemadmodum possumus uitare uitia uel habere uirtutes ». C’est la même idée de progression harmonieuse qu’exprime le plan général conservé chez Audax (GL VII, 321, 12) :

<Vox> igitur, ut diximus, litteris nititur, litteræ syllabis clauduntur, syllabæ in dictionem conueniunt, dictio orationem auget, oratio partibus diuisa in uirtutes uitiaque descendit. Vitia reprehenduntur solœcismo, barbarismo et his quas Græci κακίας λόγου appellant. Virtutes uero digeruntur in tropos, schemata, metaplasmos et his similia.

Par conséquent, la voix se cristallise en lettres, comme nous l’avons dit, les lettres se découpent en syllabes, les syllabes se groupent en séquence, l’énoncé se développe à partir de la séquence, et, divisé en parties, il en vient aux qualités et aux défauts. Ce sont des défauts que l’on blâme dans le solécisme, le barbarisme et ce que les Grecs appellent « fautes de l’énoncé ». Les qualités se divisent en tropes, figures, métaplasmes, etc.

6Au-delà des partes orationis, l’ars culmine dans le classement méthodique des uitia à éviter et des uirtutes à rechercher.

7Il est évident que cette étude de uitia et de uirtutes doit être mise en rapport avec la traditionnelle étude des « qualités du discours », que développe la rhétorique depuis Aristote et, surtout, Théophraste. Mais il est non moins évident que les uirtutes de l’ars ne sont pas les ἀρεταί de la rhétorique : les « qualités » de Théophraste (voir Cicéron, Orator, 79), correction, clarté, ornementation, convenance, ne sont pas superposables aux « qualités » de l’ars, métaplasme, figure, et trope. Replacés dans le cadre général rhétorique, métaplasme, figure et trope seraient seulement des moyens de l’une des « qualités », l’ornementation. Le trait frappant de l’ars latine est en effet cette conception particulière de la uirtus orationis comme écart ornemental, différent, mais en mieux, de la façon « normale » de parler.

8Cette conception de la uirtus est diamétralement opposée à celle des stoïciens. Ce que nous connaissons, grâce à Diogène Laërce, de leur étude des ἀρεταί et κακίαι λόγου, montre que ce qu’ils opposent au barbarisme et au solécisme (κακίαι), ce n’est pas la série métaplasme, figure, trope, non attestée chez eux, mais la série « grécité » (ἑλληνισμός), clarté (σαφήνεια), concision (συντομία), justesse (πρέπον), élégance (κατασκευή). De plus, les définitions de ces ἀρεταί montrent que les stoïciens n’y voyaient pas des écarts qualitativement supérieurs à la norme, mais bien la norme elle-même. C’est évidemment le cas de l’ἑλληνισμός défini comme le fait de parler sans fautes et en respectant l’usage tel qu’il est confirmé par les spécialistes : cette notion est elle-même la norme, et en matière de correction on peut faire moins bien que la norme, mais pas mieux. Mais il en est de même aussi pour les autres ἀρεταί : elles sont présentées comme des normes, non comme apportant aux énoncés quelque chose de plus que ce qui serait la norme. Un énoncé dont le sens est parfaitement intelligible (définition de la clarté), où il n’y a rien de plus que ce qui est nécessaire à l’expression du sens (définition de la concision), où la formulation est adaptée à ce qu’il y a à dire (définition de la justesse), qui ne tombe pas dans la trivialité (définition de l’élégance), c’est tout simplement un énoncé non marqué, et non point un énoncé marqué dans le sens d’une amélioration.

9Cette commune orientation des définitions conduit à réinterpréter le rapport que la première ἀρετή, ἑλληνισμός, entretient avec les autres. En fait, la « grécité » englobe toutes les autres catégories : dans la mesure où ces différentes ἀρεταί ne représentent pas des écarts positifs par rapport à une norme neutre, c’est qu’elles participent de cette norme neutre, génériquement définie par la notion d’ἑλληνισμός. « Être grec », pour un énoncé, c’est assurément être exempt de fautes, mais c’est également, et du même coup, être intelligible et ne pas se perdre en verbosités obscures, correspondre à son objet et ne pas être trivial. L’ἑλληνισμός englobe ces différentes caractéristiques. Une particularité de vocabulaire dans le texte de Diogène Laërce confirme ce point : tandis que la clarté, la concision, la justesse et l’élégance sont qualifiées par le terme λέξις, l’ἑλληνισμός, en revanche, est présenté comme φράσις. Cette discordance a intrigué les exégètes (voir par exemple Striller 1886, p. 5-6 ; Tukey 1911) : ordinairement, en effet, les stoïciens sont d’une remarquable précision dans le maniement du vocabulaire. En fait, l’ἑλληνισμός n’a pas le même statut que les autres ἀρεταί : c’est une manière de parler (φράσις), qui implique que la λέξις (c’est-à-dire le matériau dans lequel le sens s’incorpore) soit claire, concise, juste et élégante. Un énoncé correct est un énoncé qui présente tous ces caractères à la fois : il ne s’agit pas de diverses qualités dissociables, mais des divers aspects de cette « manière de parler » qu’est l’ἑλληνισμός. On ne saurait donc, dans un tel système, opposer les qualités les unes aux autres, imaginer, par exemple, un énoncé correct, concis, exact et élégant, mais qui ne soit pas clair. Cela rejoint ce point bien connu de la doctrine stoïcienne, à savoir que les vertus ne sont pas dissociables et que qui en a une les a toutes, parce qu’elles ne sont que les différents aspects de la perfection, et non des entités indépendantes les unes des autres. Il en va de même pour les ἀρεταί du domaine linguistique, qui sont seulement les différents aspects de l’adéquation du signifiant au contenu de pensée : on peut pécher contre cette adéquation, et ce sont alors les fautes, κακίαι λόγου, mais on ne peut pas, par définition, l’améliorer.

10Cette conception des ἀρεταί peut du reste être mise en relation avec la faiblesse des données dont on dispose à propos de la rhétorique des stoïciens, et avec la réputation qui leur a été faite, dans l’Antiquité, d’avoir produit une rhétorique aride et d’avoir eu une pratique discursive non moins sèche. On connaît les traits de Cicéron sur ce sujet (De finibus, IV, 7 ; De Oratore, III, 65…). C’est que l’idée d’adéquation est incompatible avec les développements sur l’ornementation dont la tradition rhétorique héritée de Théophraste sera prodigue. Toute théorie de l’ornementation repose en effet sur l’idée qu’il y a « plusieurs façons de dire la même chose » parce que la pensée préexiste à son expression dans des mots ; c’est là une idée étrangère aux stoïciens, pour lesquels, s’il peut y avoir des formes linguistiques défectueuses, ou même sans contenu de pensée, il n’y a pas en revanche de contenu de pensée en dehors d’une forme linguistique, pas de pensée sans parole (voir Baratin, 1982).

11On constate donc que ce que les stoïciens ont à dire des ἀρεταὶ λόγου n’a rien à voir avec la conception ornementale qui préside au classement des métaplasmes, figures et tropes dans l’ars latine. Chez les uns, on a une opposition :

norme(s) (ἀρεταί) / fautes (κακίαι) ;

12dans l’autre, un repérage d’écarts situés symétriquement de part et d’autre d’une norme :

uitia / (norme) / uirtutes
(barbarisme (métaplasme
solécisme figure
autres défauts) trope)
Ø +

13Cette variante de l’étude des « qualités du discours » n’est pas stoïcienne. Est-elle du moins typique de la grammaire depuis ses origines ? Nous ne le croyons pas – et d’abord parce qu’elle ne règne même pas sans partage sur les artes tardives, comme on peut s’en convaincre en examinant les textes.

Les incohérences de la « troisième partie » de l’ars latine

14Au vu des textes, on constate d’emblée que le plan d’ensemble de l’ars grammatica n’est pas une donnée immuable. Il y a quelque abus à l’identifier au plan de l’Ars maior de Donat (GL IV, 367-588), comme il est d’usage. Ce plan a certes l’avantage d’être très clair et de se diviser nettement en trois parties, du fait même que l’Ars minor de Donat correspond exactement à la partie centrale de son Ars maior :

15II faut pourtant rappeler que ce plan est propre à Donat. Sans insister sur les disparates, parfois considérables, qu’on constate dans le traitement de la prétendue « phonétique » (voir Desbordes 1985, p. 513-518), force est de constater que nombre d’artes n’ont rien qui ressemble à la « troisième partie » de Donat : en fait, les six chapitres sur les uitia et les uirtutes ne se trouvent que chez Sacerdos, Charisius, Diomède, Donat (et, bien entendu, ses commentateurs). On peut donc déjà avoir un premier doute, et se demander si le contenu des six chapitres a été perdu par certains auteurs latins ou ajouté par d’autres.

16On constate de plus que les artigraphes qui traitent les six chapitres canoniques peuvent les agencer dans un autre ordre que Donat, et avec divers suppléments.

17Dans son livre IV, Charisius (GL I, 265 sq.) suit un ordre, barbarismes, solécismes, uitia cetera, tropes, métaplasmes, schemata lexeos (« figures de mots », équivalant aux schemata de Donat), auxquels il ajoute – et il est seul à le faire – les schemata dianoias, « figures de pensée » ; viennent ensuite un chapitre De lectione (que Donat omet, mais que d’autres placent dans la « première partie »), puis des considérations sur la métrique (De saturnio, De rythmo et metro), sans compter un cinquième livre supplémentaire De idiomatibus.

18Sacerdos (GL VI, 448 sq.) a un plan ou une absence de plan étrange. Après une série de remarques non coordonnées qui semblent essentiellement liées à la pratique de la lecture (De syncope, de synalifa, de diairesi, de synæresi, de tmesi, de enallaxi uel enallage), viennent un chapitre sur le solécisme, un autre sur le barbarisme, et enfin un vaste morceau présenté comme un traitement commun du métaplasme et de la figure, mais où l’on distingue en fait des séries : métaplasmes, uitia cetera, schemata et tropes (avec une liste différente de la liste canonique). Sacerdos semble avoir volontairement unifié des listes dont la spécificité lui échappe, lui qui dit metaplasmus uel figura (GL VI, 421, 25) et encore :

Tropi similes sunt metaplasmis, non, ut quidam putant, dissimiles, dicentes quia metaplasmi uitia habent, tropi uero uirtutes. Nam in ambobus utraque reperimus : ergo potestate pares, nomine separantur. (GL VI, 460, 31)

Les tropes sont semblables aux métaplasmes et non point différents, comme certains le pensent, qui prétendent que les métaplasmes ont des défauts tandis que les tropes ont des qualités. De fait, on trouve les deux dans les deux : par conséquent, ils ont la même valeur et ne se distinguent que par le nom.

19Diomède, enfin, organise son ars tout autrement que Donat : le livre I traite des partes orationis, le livre II regroupe ce qui serait la « première partie » et la « troisième partie » de Donat, dans un ordre singulier et avec divers suppléments ; le livre III est une sorte de « poétique » ; la matière même des six chapitres de Donat est répartie dans l’ensemble suivant (GL I, 439-440) : De latinitate, de generibus locutionum, de qualitate locutionum, métaplasmes, schemata, exposé sur les uitia (qui sont classés en obscurum, inornatum, barbarum), exposé sur les uirtutes qui sont, pour Diomède, proprietas et ornatus (les tropes sont rattachés à cette section), et enfin De compositione, sur l’ajustement harmonieux des énoncés.

20Les artigraphes ne se contentent donc pas des six chapitres canoniques, et, surtout, ils ne semblent pas sensibles à la belle symétrie que ces chapitres ont chez Donat, symétrie qui devrait être le signe de la nécessité et de la cohérence de l’ensemble. Ne serait-ce pas parce que cette cohérence est illusoire ? On constate en effet de graves anomalies en examinant le contenu même des chapitres.

21La doctrine constante des grammatici est que le métaplasme n’est rien d’autre qu’un barbarisme, mais chez les poètes. Pourquoi, alors, prendre la peine de faire deux chapitres sur le même sujet ? Ces deux chapitres sont formellement différents : pour le barbarisme, une quadripartition des fautes, par adiectio, detractio, inmutatio, transmutatio ; pour le métaplasme, un classement plus complexe, avec une terminologie entièrement grecque (πρόσθεσις, ἀφαίρεσις…). Cette différence se comprendrait, à la rigueur, si d’un côté on donnait des exemples de fautes ordinaires et de l’autre des exemples de « fautes » poétiques. Mais il n’en est rien, et des deux côtés, au chapitre du barbarisme comme au chapitre du métaplasme, les exemples sont généralement tirés des poètes – confusion qui agace fort un observateur sagace, Consentius (GL V, 391, 26) :

Non imitabor eos scriptores qui exempla huius modi uitiorum de auctoritate lectionum dare uoluerunt ; quo ea uitiorum facta est confusio, ut pæne iam nemo intellegat quid barbarismus sit, quid metaplasmus. Nam plerumque alii atque alii, interdum iidem ipsi, et metaplasmum et barbarismum dicentes eiusdem lectionis utuntur exemplis, eoque cuncta confundunt.

Je ne ferai pas comme ces auteurs qui ont voulu donner des exemples de ce genre de fautes à partir de textes autorisés. Il en est résulté une telle confusion à propos de ces fautes que pratiquement plus personne ne comprend ce qu’est un barbarisme et ce qu’est un métaplasme. Car la plupart du temps ce que les uns appellent barbarisme, les autres l’appellent métaplasme, quand ce ne sont pas les mêmes qui disent les deux à la fois, à propos des mêmes exemples. Ainsi ils mélangent tout.

22De même, les grammatici disent avec constance que le solécisme chez les poètes s’appelle schema. On attendrait donc soit un seul chapitre, soit, sur le modèle des deux chapitres barbarisme/métaplasme, un dédoublement artificiel solécisme/schema, avec deux chapitres traitant de façon différente la même matière, le solécisme-schema. Il n’en est rien. On a un chapitre sur le solécisme – avec des exemples généralement empruntés aux poètes –, et un chapitre sur le schema où il ne s’agit pas des solécismes des poètes, mais seulement d’un certain nombre de schemata lexeos, du genre figures gorgianiques ou autres arrangements du signifiant. Un même mot, schema, recouvre donc deux ensembles différents : tantôt des solécismes, mais chez les poètes, tantôt les figures appelées schemata lexeos. Les grammatici ne semblent pas s’en apercevoir et font comme si les deux ensembles étaient superposables. Il peut même leur arriver de donner la définition du schema-solécisme en introduction de la liste des schemata lexeos (Sacerdos, GL VI, 451, 21), ou de commenter le chapitre de Donat sur les schemata lexeos en donnant un exemple de schema-solécisme (Servius, GL IV, 448, 1).

23Ainsi, la symétrie barbarisme-métaplasme, solécisme-schema, offerte par les titres de chapitres, est une réalité boiteuse.

  • 1 Le pléonasme et l’ellipse sont des tropes, par exemple chez Tryphon (Rhetores Græci, RG III, 198) ; (...)

24Quant aux deux derniers chapitres, uitia cetera et tropes, ils n’ont apparemment aucun lien. Les uitia cetera n’ont pas de définition générique, ce sont seulement « les autres défauts », catégorie construite en supplément aux barbarismes et aux solécismes, et qui n’est qu’un fourre-tout (un etc.) sans principe. Diomède, cependant, parle globalement des uitia et les répartit entre obscurum, inornatum et barbarum (cette dernière catégorie regroupant barbarisme et solécisme). Mais la liste des uitia cetera paraît de toute façon arbitraire, du fait que la plupart de ses item n’ont rien de spécifiquement défectueux. Le pléonasme et l’ellipse sont ailleurs souvent considérés comme des tropes ou des figures, l’amphibolia comme un trope, la tautologia comme une figure1… Les grammatici eux-mêmes ne semblent guère conscients de la spécificité des uitia cetera. Ainsi, en plein chapitre sur ce sujet, Pompeius qualifie certains d’entre eux, pleonasmos, perissologia, macrologia, tautologia, de tropi (GL V, 294, 2). Dans son commentaire de l’Énéide, Servius utilise la terminologie des uitia cetera sans pour autant voir des fautes dans les vers qu’ils qualifient (voir Moore 1891, p. 284-285). Ce sont du reste aussi des exemples pris aux poètes qui illustrent les divers uitia dans les artes. Sacerdos introduit même la liste des uitia cetera entre celle des métaplasmes et celle des figures sans indiquer la moindre démarcation – ce qui attire ce commentaire judicieux de Cassiodore :

Schemata sunt transformationes sermonum uel sententiarum, ornatus causa posita, quæ ab artigrapho nomine Sacerdote collecta fiunt numero nonaginta et octo, ita tamen ut quæ a Donato inter uitia posita sunt, in ipso numero collecta claudantur. Quod et mihi quoque durum uidetur, uitia dicere quæ auctorum exemplis et maxime legis diuinæ auctoritate firmantur (Institutiones humanarum litterarum, II, 1, 2)

Les figures sont des transformations de la forme ou du sens, utilisées pour l’ornementation. Un artigraphe du nom de Sacerdos en a rassemblé 98, mais en y incluant des choses qui chez Donat sont considérées comme des fautes. Du reste, je suis bien d’avis moi aussi qu’il est un peu dur de parler de fautes pour des tournures qui sont autorisées par leur emploi chez les auteurs et, surtout, dans les Saintes Écritures.

25Cette fois pourtant, à la différence de ce qui se passait pour le barbarisme et le solécisme, personne ne songe à dire, dans les artes, que les uitia cetera sont excusables quand ils se produisent chez les poètes.

26Les uitia cetera, d’autre part, ne s’opposent pas globalement aux tropes, et ne s’opposent pas non plus, un par un, aux tropes pris un par un. On remarque pourtant que le premier uitium est toujours l’acyrologia, définie comme inpropria dictio (Donat, GL IV, 394, 29) ; or le trope est lui aussi défini comme impropriété : « tropus est dictio translata a propria significatione ad non propriam similitudinem ornatus necessitatisue causa » (Donat, GL IV, 399, 13), définition qui est aussi et proprement celle de la première espèce des tropes, la métaphore, et qui ne convient guère ou pas du tout aux autres. N’y aurait-il pas eu à un moment quelconque un lien établi entre divers aspects de l’impropriété ? En tout état de cause pourtant, cette opposition n’apparaît plus chez les grammairiens latins et il n’y a aucun rapport affirmé entre les uitia cetera et les tropes, « fausses fenêtres » dans la symétrie des défauts et qualités.

27Au total, et après examen du contenu des six chapitres, on voit que la répartition harmonieuse en trois chapitres pour les uitia et trois chapitres pour les uirtutes cache mal, en fait, une grave incertitude sur la nature même de la différence entre uitia et uirtutes. La répartition en six chapitres est fondée sur l’idée que qualités et défauts sont des choses différentes, puisqu’il faut rechercher les unes et éviter les autres ; mais les anomalies que nous avons signalées montrent une autre idée, à l’œuvre dans les définitions et les exemples, selon laquelle uitia et uirtutes sont des choses identiques, la seule différence étant dans la condamnation qu’on porte ou non sur elles.

28Certains passages des Grammatici Latini portent du reste témoignage d’une réflexion sur ce paradoxe de l’identité des uitia et des uirtutes. Il fait l’objet du chapitre De qualitate locutionum de Diomède (GL I, 440, 4 ; voir annexe 1). Dans ce texte, à première vue étrange, cinq « façons de parler », identifiées à cinq dialectes (ionien, dorien, attique, éolien, koinê), sont caractérisées par certains types d’écarts qui sont ou des uitia ou des uirtutes selon le point de vue qu’on adopte ; on a ainsi :

29On a là la trace d’une tentative qui visait à donner un statut linguistique aux différents écarts que l’on peut repérer par rapport à une norme. La norme, c’est la koinê, dialecte neutre, non marqué ; par rapport à cette norme, les écarts sont des fautes (impropriété, barbarisme, solécisme, pléonasme) ; mais on peut aussi considérer ces écarts comme des traits caractéristiques de dialectes, de « façons de parler » qui sont globalement différentes de la koinê ; ils ne sont alors pas condamnables, ce que manifeste le changement d’appellation.

30On a une autre trace de la réflexion sur le paradoxe de l’identité des uitia et des uirtutes dans une série de passages apparentés de Servius et de Pompeius (GL IV, 447, 5-13 ; 22-32 ; GL V, 292, 13-29 ; 295, 35 ; 296, 22 ; 305, 1-5 ; voir annexe 2). Le point de départ de la réflexion remonte à Pline, qui s’interrogeait sur le moyen de distinguer des uitia et des figuræ matériellement identiques, et qui trouvait ce moyen dans l’intention des locuteurs : ce qui est une figure s’il s’agit d’un écart volontaire est une faute s’il s’agit d’un écart involontaire. Du coup, Pline ne se contentait pas de dire que les figuræ étaient des solécismes excusables, mais il les tenait même pour des ornements. Qu’il en soit ou non directement responsable, la discussion se développe ensuite sur la nature des différents écarts. À travers les textes, passablement chaotiques, de Pompeius et de Servius, on comprend qu’on a dû, à un moment donné, distinguer plusieurs types de uitia excusables : le métaplasme est un manquement à la règle pour raison de force majeure (métrique) ; le schema est un solécisme (Virgile, Énéide, 1, v. 212 : « pars in frusta secant ») qui viole la règle sans autre nécessité que le désir d’ornementation ; le trope est justifié soit pour raison de force majeure (ubi exigit sensus – cas de la catachrèse), soit par le désir d’ornementation (cas de la métaphore).

31Ces raffinements sont oblitérés par la répartition canonique en six chapitres, qui prétend dresser des listes distinctes et non superposables de uitia à éviter et de uirtutes à rechercher. Une tension subsiste pourtant, et se manifeste dans les incohérences et bizarreries que nous avons signalées. Comment a-t-on pu arriver à cette coexistence conflictuelle de deux conceptions du rapport uitia/uirtutes ? Pour avoir une chance de répondre à cette question, il faut revenir à l’histoire de la réflexion sur les « qualités du discours ».

Le domaine de la grammaire : la correction

32Nous avons rappelé plus haut que la rhétorique a eu en charge, au moins depuis Aristote et Théophraste, l’étude des « qualités du discours », les ἀρεταί ou uirtutes, mot par lequel on entend une liste du genre de celle de Théophraste, correction, clarté, convenance, ornement (les listes peuvent varier légèrement d’un auteur à l’autre). Mais il y a deux façons de concevoir la « qualité » : ou bien la qualité est différente, en mieux, de l’ordinaire, ou bien la qualité est l’ordinaire lui-même, conçu comme norme. Parmi les qualités qui apparaissent dans les diverses listes, certaines relèvent plutôt de la première définition et d’autres de la seconde. À la rigueur, on peut, comme les stoïciens, ramener toutes les qualités à des normes. En revanche, il paraît difficile de considérer toutes les qualités comme des améliorations par rapport à la norme. C’est, particulièrement, le cas de la correction, qu’on ne peut guère concevoir comme autre chose qu’une norme : plus correct s’oppose à fautif et non à correct ; en matière de correction, on ne peut pas « faire mieux » que la norme.

33La grammaire s’est développée, précisément, à partir de cette constatation : la correction dépend de règles précises et générales qu’on peut appliquer indistinctement à tout discours, sans se soucier de son contenu ou de ses intentions. La grammaire a cherché à approfondir ce que c’était que ἑλληνισμός et latinitas, termes dont on finit par oublier les implications, du fait de la traduction ordinaire (et du reste adéquate, à sa façon) par correction. S’intéresser à l’ἑλληνισμός ou à la latinitas, c’est chercher ce qu’il y a de proprement grec dans le grec, de proprement latin dans le latin, indépendamment des temps, lieux, occasions, personnes qui les emploient : c’est mettre au jour les propriétés communes et invariables de la langue. La correction est affaire de langue et non de discours, et c’est la séparation langue/discours qui fonde la grammaire comme système (τεχνικόν), à partir des observations accumulées par les philologues alexandrins en vue de l’établissement de textes corrects. Par opposition à l’ἱστορικόν, l’enquête cas par cas, c’est la mise au point de règles générales qui ne dépendent pas des occurrences chez les auteurs, mais qui peuvent éventuellement les expliquer ou les justifier.

34Cette idée a présidé à l’élaboration de la morphologie, comme l’a bien vu Varron dans son opposition des formes primitives et des formes déclinées (De lingua Latina, LL VIII, 6) :

Ad illud genus, quod prius, historia opus est : nisi descendendo enim aliter id non peruenit ad nos : ad reliquum genus, quod posterius, ars : ad quam opus est paucis præceptis quæ sunt breuia. Qua enim ratione in uno uocabulo declinare didiceris, in infinito numero nominum uti possis.

Le premier type de mots est du ressort de l’histoire : nous ne les connaissons que grâce à la tradition ; le second type relève d’un système qui se contente de quelques règles très simples : quand on a appris un modèle de flexion pour un mot, on peut l’appliquer à une infinité d’autres.

35La prise de conscience de la spécificité de ces règles générales doit se situer vers le tournant des iie-ier siècles avant notre ère, si l’on en juge par les diverses définitions de la grammaire rapportées par Sextus Empiricus (Contre les grammairiens, 57-58 : Denys le Thrace, Ptolémée, Asclépiade, Charès, Démétrios) : dans le débat de cette époque, la conception de la grammaire comme système de la langue se distingue peu à peu de la conception de la grammaire comme compétence en matière de textes. Poussant plus loin, au ier siècle avant notre ère, les grammairiens se sont interrogés sur les fondements du système, sur ce qui autorisait à dire, au-delà de la constatation empirique spontanée, qu’une forme était correcte ou ne l’était pas. Ils se sont alors interrogés sur les critères mêmes de la correction, analogie, autorité, usage, etc. : c’est le thème des nombreuses études Περὶ ἑλληνισμοῦ, De latinitate, qui sont attestées au ier siècle avant notre ère, sans parler des recherches sur l’analogie, le principal critère du point de vue d’un système de la langue (voir Siebenborn 1976).

36La grammaire systématique étant ainsi un développement de l’étude de la première « qualité du discours », on voit s’esquisser très tôt une sorte de partage des tâches : la rhétorique se contente de mentionner la correction, mais renvoie désormais à la grammaire pour plus de détails. Rien de plus net à cet égard que la célèbre déclaration de la Rhétorique à Hérennius (4, 12, 17 Marx) :

Latinitas est quæ sermonem purum conseruat, ab omni uitio remotum. Vitia in sermone, quo minus is Latinus sit, duo possunt esse : solœcismus et barbarismus. Solœcismus est cum in uerbis pluribus consequens uerbum ad superius non adcommodatur. Barbarismus est cum uerbis aliquid uitiose efferatur. Hæc qua ratione uitare possimus, in arte grammatica dilucide dicemus.

La correction est ce qui garde sa pureté au langage et qui le met à l’abri de tout défaut. Les défauts du langage (qui l’empêchent d’être vraiment latin) peuvent être de deux sortes : le solécisme et le barbarisme. Il y a solécisme lorsque dans une séquence deux mots qui forment groupe ne se combinent pas ; il y a barbarisme lorsqu’il y a une prononciation fautive dans les mots. Comment éviter cela, nous le montrerons dans un Système grammatical.

37De la même façon, Quintilien, qui doit traiter, dans un même ouvrage, et de la rhétorique et de la grammaire, parle de la correction dans son exposé de grammaire, mais des autres qualités dans le cadre de l’elocutio rhétorique.

38Ce que peut être une τέχνη γραμματική ou une ars grammatica fondée sur la perception des liens entre correction, langue et système, nous en avons une idée claire grâce au résumé de Quintilien et au plan parallèle du Contre les grammairiens de Sextus Empiricus, probablement inspiré d’Asclépiade de Myrlea (voir Heinicke 1904) : une étude des éléments du langage (lettres, syllabes, mots), puis une étude complète de la correction proprement dite, envisageant non seulement les fautes mais aussi les critères et même, subsidiairement, la correction graphique, l’orthographe.

39Cette forme de τέχνη-ars est peut-être bien la première en date – si on peut la faire remonter à Asclépiade, et si on écarte comme inauthentique la « τέχνη de Denys le Thrace » (deux points que nous admettons). Elle développe ce qui faisait l’originalité de la grammaire théorique et qui lui a permis de se détacher, tardivement, d’autres disciplines : la rhétorique, la philologie, mais aussi la métrique et la grammatistique, qui avaient leur mot à dire sur les éléments du langage, mais encore la philosophie, y compris la dialectique stoïcienne (dont la description linguistique avait un tout autre objectif, à savoir de définir les différentes composantes du signifiant pour mieux cerner le cadre où s’incorpore le signifié, qui est à proprement parler l’objet de la dialectique).

40Cette forme de τέχνη-ars n’est cependant pas immuable. On ne saurait trop rappeler que les τέχναι ou artes encore existantes sont des conglomérats variables de développements divers arrangés dans des ordres divers. Aucune n’intègre tous les développements sur le système linguistique que l’Antiquité a connus ; beaucoup intègrent des développements qui ne concernent pas le système linguistique. La raison de ces exclusions ou de ces intégrations doit sans doute être cherchée du côté de la pratique pédagogique.

41On sait, en effet, que la principale activité du grammairien ancien est l’explication de textes dans un cadre scolaire. Par rapport à cette activité et à son public enfantin, un bon nombre de recherches sur le système linguistique peuvent sembler superflues : on écrit, dans l’Antiquité, des monographies savantes sur la dialectologie, la pathologie, la prosodie…, mais il n’en passe pas grand-chose dans les τέχναι-artes. Quant aux éléments qui seraient nécessaires ou simplement utiles à l’explication de textes, tous ne sont pas également réductibles à une présentation systématique, et par conséquent tous ne sont pas intégrables à l’ars. Ainsi, autour de l’ars et en dehors d’elle, sont attestés des travaux linguistiques, directement issus de l’étude des textes et fort utiles à l’explication de textes, mais qui ne peuvent entrer que difficilement dans l’ars, sauf à lui faire perdre complètement son caractère de système, d’énoncé des règles générales : c’est le cas des travaux sur le vocabulaire, recherches d’étymologie, dictionnaires, recueils de differentiæ

42En revanche, il y a bien une partie des éléments nécessaires à l’explication de textes qui sont susceptibles d’être intégrés dans l’ars. L’étude des textes, qui sont essentiellement des textes poétiques, amène surtout à prendre en considération les différences entre la poésie et la prose. Une partie de ces écarts se rattache naturellement à l’étude de la correction : ce sont, vis-à-vis de la prose, des « barbarismes » et des « solécismes ». Quand on voit avec quelle constance les grammairiens de toutes époques citent les poètes quand ils veulent illustrer solécisme et barbarisme, on suppose volontiers que l’intégration fréquente mais non générale de l’étude des fautes dans l’ars est liée à la pratique de l’explication de textes ; cette intégration dans un système a été rendue possible par un classement simple et exhaustif (et tout à fait superficiel) des fautes, suivant le schéma universel addition, soustraction, mutation, métathèse. L’application de ces critères d’analyse au solécisme peut même être à l’origine d’une multiplication des espèces de fautes contre la correction, et peut avoir amené à distinguer par exemple le pléonasme ou l’ellipse, engendrant par là des différences entre les fautes qui ont pu finir par être ressenties comme des fautes différentes : Quintilien conserve conjointement des traces de ces deux façons de se représenter les fautes dans la combinaison des mots (1, 5, 40). C’est probablement pourquoi, peu auparavant, il a opposé le barbarisme, faute dans les mots isolés, à « toutes les autres fautes » (cetera uitia), qui sont propres à la combinaison des mots, et dont le solécisme n’est alors qu’une espèce (1, 5, 34).

43Pour d’autres écarts de la poésie à la prose, la situation est moins simple. On voit dans quelques monographies grecques que certains auteurs ont songé à aligner l’impropriété, acyrologia, sur le barbarisme et le solécisme (Nauck 1867, p. 283, 295). La propriété, en effet, peut avoir semblé être un aspect de la correction, une faute de langue et non de discours : si l’on considère que chaque « chose » a un nom qui, seul, lui est propre, l’ensemble de ces relations bi-univoques est un élément constitutif du grec et du latin au même titre que la forme correcte des mots ou les règles d’accord. Ne pas utiliser le mot propre, c’est donc faire une faute contre la langue comme système de signification. Mais une étude systématique de l’impropriété ainsi définie semble bien improbable : quelles règles générales de la propriété faudrait-il énoncer avant d’en constater le viol ? Quels classements des impropriétés seraient possibles ? Aussi voit-on que le Περὶ ἀκυρολογίας du Pseudo-Hérodien (Nauck 1867, p. 313-314) se réduit en fait à un inventaire non clos de differentiæ (« il ne faut pas confondre x et y »).

44En revanche, certaines impropriétés ont pu être d’emblée considérées comme positives. C’est le cas des tropes qui font l’objet d’une « explication » de la part des grammairiens au moins depuis Denys le Thrace (Grammatici Græci, GG I, 1, 5, 5). Il existe des monographies sur la question au moins depuis Tryphon (Velsen 1853, p. 100). D’après des textes qui descendent plus ou moins directement du Περὶ τρόπων de ce grammairien (West 1965), on voit qu’il s’agit d’inventorier un certain nombre de « tournures » qui s’opposent à l’emploi du mot propre mais qui ne sont pas des fautes : leur emploi est justifié soit par la nécessité, soit par le désir d’ornementation. Dès lors qu’on a un répertoire clos de tropes (même si la clôture est en fait arbitraire et fragile), on peut envisager de l’inclure dans l’ars systématique, à titre de préliminaire à l’explication de textes. Mais ce faisant, on perd de vue le caractère particulier de la grammaire comme étude de la langue et non du discours. Cela signifie étendre le domaine de l’ars à une autre « qualité du discours », l’ornementation.

45Nous voyons que cette extension est réalisée dans les artes tardives. C’est même plus qu’une extension, c’est un changement d’orientation. De la correction on n’a plus grand chose à dire (sinon qu’il faut uitare uitia) et les uirtutes orationis ne sont plus que des espèces de l’ornementation. Par là, la grammaire s’aligne sur une tendance de la rhétorique qu’on voit s’épanouir à plein chez Cicéron et qui consiste à considérer que la seule véritable « qualité du discours » c’est l’ornementation, supérieure à la norme, où le talent personnel trouve à se manifester. Ou encore, comme dit Quintilien (8, 3, 1) :

Venio nunc ad ornatum, in quo sine dubio plus quam in ceteris dicendi partibus sibi indulget orator. Nam emendate quidem ac lucide dicentium tenue præmium est, magisque ut uitiis carere quam ut aliquam magnam uirtutem adeptus esse uidearis.

J’arrive maintenant à l’ornementation, où, incontestablement, plus qu’en toutes les autres parties de l’éloquence, l’orateur peut se donner carrière. Car s’exprimer correctement et clairement est, à vrai dire, un mérite assez mince ; c’est, semble-t-il, plutôt le fait d’être exempt de défauts que le fait d’atteindre une haute qualité. (traduction Jean Cousin, Paris, Les Belles Lettres, 1975)

46Vitiis carere, uirtutem adipisci, c’est le programme de la « troisième partie » des artes. Il n’y a plus dès lors de raison théorique pour que la grammaire n’annexe pas toute l’elocutio rhétorique : de fait, Diomède se sent autorisé à parler de la compositio, la σύνθεσις chère à Théophraste, et, après réflexion, Charisius ne voit pas pourquoi il ne rajouterait pas un chapitre sur les schemata dianoeas, les figures de pensée qu’il a pourtant d’abord déclarées propres aux rhéteurs.

47Dans la « troisième partie » des artes tardives, c’est une double frontière qui a sauté : frontière entre la grammaire comme système de la langue et la grammaire comme explication des textes ; frontière entre la grammaire et la rhétorique. Nous ne pouvons dater cette évolution, mais nous avons du moins un texte qui montre comment elle a pu se produire. Ce texte est l’exposé de grammaire que Quintilien donne au livre I de l’Institution oratoire.

De la correction à l’ornementation : le témoignage de Quintilien

48Quintilien est un témoin particulièrement intéressant pour notre enquête car, ayant à traiter de la grammaire et de la rhétorique dans un même ouvrage, il a été très attentif à la question de leur articulation. Il distingue deux parties de la grammaire, recte loquendi scientia / poetarum enarratio (1, 4, 2), la science de la correction linguistique et l’explication des poètes, encore dites methodice/historice (1, 9, 1). L’étude de la correction est replacée dans le cadre des « qualités du discours » :

Iam cum oratio tres habeat uirtutes, ut emendata, ut dilucida, ut ornata sit (quia dicere apte, quod est præcipuum, plerique ornatui subiciunt), totidem uitia, quæ sunt supra dictis contraria, emendate loquendi regulam, quæ grammatices prior pars est, examinet.

Étant établi que l’énoncé a trois qualités, correction, clarté, ornementation (la convenance, qui est essentielle, est généralement incluse dans l’ornementation), et autant de défauts, qui sont les contraires des dites qualités, le maître devra examiner la règle de la correction, qui constitue la première partie de la grammaire. (traduction Cousin, revue)

49Le maître doit donc prendre en charge la première « qualité », qui s’identifie exactement à l’objet de la grammaire théorique, recte loquendi scientia. Cependant, parvenu au terme de son exposé, Quintilien ajoute (1, 7, 32) :

Hæ fere sunt emendate loquendi scribendique partes ; duas reliquas significanter ornateque dicendi non equidem grammaticis aufero ; sed, cum mihi officia rhetoris supersint, maiori operi reseruo.

Tels sont à peu près les points qui relèvent de la correction orale et graphique ; je ne refuse certes pas aux grammairiens de s’occuper des deux autres sections, la clarté et l’ornementation, mais je réserve ces questions pour un traitement plus développé, puisqu’il me reste à parler des compétences du rhéteur. (traduction Cousin, revue)

50Quintilien admet donc que le grammairien pourrait aussi, ou même doit traiter des autres uirtutes, qui n’entrent pourtant pas dans la définition de la grammaire qu’il a donnée.

51On comprend la raison de ces « pierres d’attente » quand Quintilien passe à la seconde partie de la grammaire, poetarum enarratio, où il fait intervenir implicitement la série des trois uirtutes : il s’agit de réserver d’avance un cadre théorique aux remarques qu’on fera au fil des textes. Entre autres directives pour la lecture expliquée, Quintilien dit ceci (1, 8, 14-16) :

Deprendat quæ barbara, quæ inpropria, quæ contra leges loquendi sint posita, non ut ex his utique inprobentur poetæ, quibus, quia plerumque seruire metro coguntur, adeo ignoscitur, ut uitia ipsa aliis in carmine appellationibus nominentur : metaplasmus enim et schematismus et schemata, ut dixi, uocamus et laudem uirtutis necessitati damus, sed ut commoneat artificialium et memoriam agitet. Id quoque inter prima rudimenta non inutile demonstrare, quot quæque uerba modis intellegenda sint. Circa glossemata etiam, id est uoces minus usitatas, non ultima eius professionis diligentia est. Enimuero iam maiore cura doceat tropos omnes, quibus præcipue non poema modo, sed etiam oratio ornatur, schemata utraque, id est figuras, quæque lexeos quæque dianoeas uocantur : quorum ego sicut troporum tractatum in eum locum differo, quo mihi de ornatu orationis dicendum erit.

Le maître devra relever tout ce qui est barbare, impropre, contraire aux lois de la langue, non certes pour censurer à tout prix les poètes ; car souvent contraints d’être esclaves du mètre, ils bénéficient d’une telle indulgence que les défauts mêmes reçoivent une autre appellation, quand on les rencontre en poésie : nous les appelons en effet métaplasmes, schématismes et schèmes, comme je l’ai dit, en faisant de nécessité vertu ; mais c’est un moyen de rappeler les éléments qui ont été enseignés systématiquement, et d’entraîner la mémoire. Il ne sera pas inutile non plus de montrer parmi les premiers rudiments de combien de façons un mot peut être compris. Les « glossèmes » même, c’est-à-dire les mots qui sont peu usités, ne doivent pas être les derniers sur lesquels s’exerce la compétence du maître. Ce qu’il y a de certain, c’est que le maître devra enseigner avec un soin plus grand encore tous les tropes, qui servent particulièrement à orner la poésie mais aussi la prose, et les deux sortes de schèmes, c’est-à-dire de figures connues sous le nom de figures de mots et de figures de pensée, dont je reporte l’étude, comme pour les tropes, au développement où j’aurai à traiter de l’ornement. (traduction Cousin, revue)

52Ce texte suit une progression en trois étapes correspondant à la nature des observations à faire au cours de la prælectio.

53Première étape. Le maître doit relever les fautes des poètes selon un classement précis : quæ barbara (barbarismes), quæ impropria (impropriétés), quæ contra leges loquendi sint posita (solécismes). Ces fautes sont cependant immédiatement relativisées : elles sont excusables si elles sont imposées par les nécessités de la poésie. Pour marquer cette différence, on leur donne des noms particuliers :

quæ barbara metaplasmus
quæ impropria schematismus
quæ contra leges loquendi sint posita schemata

54Les éditeurs ont pu être déroutés par la séquence « metaplasmus enim et schematismus et schemata, ut dixi, uocamus », sans doute à cause de la rareté du terme schematismus (voir Colson 1924, p. 112). Mais leurs corrections sont bien inutiles, car le texte est parfaitement clair. Quintilien donne, méthodiquement, trois termes grecs destinés à qualifier, respectivement, les trois types de fautes, envisagées chez les poètes. Le ut dixi renvoie, précisément, à 1, 5, 52, où Quintilien a dit que schemata est le nom donné aux solécismes excusables des poètes et des orateurs. Quant à schematismus, il n’est pas plus surprenant que metaplasmus que Quintilien emploie uniquement ici, alors qu’il a eu l’occasion de dire (1, 5, 11) que les barbarismes des poètes ne sont pas des fautes ; et il n’est pas plus surprenant que la série de termes grecs rares (même des hapax) conservée dans l’exposé grammatical de Quintilien (1, 5, 32), iotacismus, labdacismus, ischnotetas, plateasmus, cœlestomian. Quintilien dit simplement : le barbarisme des poètes s’appelle metaplasmus, le solécisme des poètes s’appelle schema, l’impropriété des poètes s’appelle schematismus. Le relevé de ces uitia a surtout pour intérêt d’être une mise en application des principes de l’ars (artificialia), c’est-à-dire de la recte loquendi scientia, l’étude de la correction.

55Deuxième étape. Le maître doit aussi traiter des divers sens d’un mot et des glossèmes, mots rares. Cette observation n’est sans doute pas déplacée ici et rappelle du reste la tradition grecque de l’ἀπόδοσις γλωσσῶν dans l’explication de textes (Denys, GG I, 1, 6, 1). Mais, si cette observation prend précisément cette place chez Quintilien, c’est parce qu’elle touche deux points qui sont facteurs d’obscurité. La preuve en est que, plus loin, au chapitre de la clarté (8, 2, 12-13), Quintilien signale deux facteurs, et deux seulement, d’obscurité dans les mots isolés, et ce sont ceux qu’il mentionne dans cette analyse de la prælectio. Les points abordés dans la deuxième étape de la prælectio relèvent donc bien de la clarté, qui est elle-même la deuxième uirtus, après la correction.

56Troisième étape, les tropes et les figures. Ici le domaine de l’ornatus est explicitement mentionné. Tropi, schemata lexeos et schemata dianoeas sont nettement distingués (maiore cura) de ce qui précède et, notamment, des notions de la première étape. Ainsi les schemata de la troisième étape ne sont pas ceux de la première, comme le montrent la traduction figuræ et la spécification schemata lexeos, schemata dianoeas, couple inséparable (utraque).

57Les observations de la prælectio portent donc sur des écarts relevant des trois « qualités du discours ». Les premiers correspondent à l’enseignement de l’ars, les autres pourraient y entrer aussi, dit Quintilien : c’est le sens des expressions « inter prima rudimenta non inutile demonstrare… », et « doceat tropos omnes ». Nous n’avons pas connaissance d’une ars qui intégrerait tous les points énumérés dans cette description de la prælectio : barbarismes, impropriétés, solécismes, homonymes, glossèmes, tropes, figures de mots, figures de pensée. Quintilien lui-même connaît et résume une ars qui n’intègre que le barbarisme et le solécisme, avec une simple mention de la propriété (1, 5, 71) et une allusion à l’improprium (1, 5, 46), sujet qui est de toute façon rebelle à un traitement systématique. Mais on comprend comment les six chapitres des artes tardives ont pu se construire à partir de considérations semblables à celles que Quintilien développe à propos de la prælectio.

58Partant d’une ars qui reconnaissait trois types d’écarts et leur donnait une double qualification selon qu’ils relevaient de la prose ou de la poésie :

59et voulant y intégrer d’autres éléments utiles pour l’explication de textes, on peut être tenté d’opposer aux uitia les uirtutes relevant de l’ornementation, c’est-à-dire les figures et les tropes. Un premier montage rapprocherait le solécisme (schema en poésie) des schemata lexeos, qui sont aussi des torsions de l’énoncé ; il rapprocherait également l’impropriété (schematismus en poésie) des tropes, définis eux aussi comme manquements à l’emploi du mot propre. On aurait alors ceci :

60puis, par réduction, étant donné que les écarts justifiés (métaplasme, schema, schematismus) sont des cases vides :

61En face du barbarisme, on maintient la catégorie du métaplasme, mais pour obtenir une différence barbarisme métaplasme, même de pure forme, on remplit la case avec un développement différent, dont la terminologie grecque particulière a pu être empruntée à la pathologie, comme le montre Louis Holtz (1981, p. 171-72).

62En face du solécisme, on a toujours le terme schema, mais on remplit la case avec un certain nombre de schemata lexeos empruntés à la tradition rhétorique.

63L’introduction des tropes en face de l’impropriété fait passer ce défaut du statut de faute contre la correction au statut de faute contre l’ornatus. Du coup c’est la liste des uitia qui peut être réévaluée : si on n’entend plus seulement par là les fautes contre la correction, mais aussi contre l’ornement, on peut ajouter d’autres défauts, « tous les autres », qui, joints à l’impropriété, constituent un chapitre suffisamment étoffé en face des tropes : ce sont les uitia cetera de la liste canonique des uitia uirtutesque. Cette nouvelle catégorie comprend des éléments comme le pléonasme et l’ellipse, et il n’est pas impossible que sa constitution ait été favorisée par l’existence, au moins terminologique, de uitia cetera, expansion du solécisme, en face du seul barbarisme (voir supra). Cependant, ici, cette catégorie relève de l’ornatus et paraît en tant que telle être issue de la rhétorique : ces défauts sont à peu près ceux que Quintilien énumère à propos de l’ornatus dans la partie rhétorique de son Institution (8, 3, 44-45).

64L’ancienne conception d’une identité des uitia et des uirtutes reste sous-jacente à la belle construction symétrique, et la mine de l’intérieur, comme on l’a vu.

65Nous sommes loin d’une origine stoïcienne des uitia uirtutesque orationis de Donat. La « troisième partie » de l’ars latine semble résulter d’un bricolage rendu possible par l’extension de la grammaire théorique au-delà de l’analyse de la correction. La grammaire théorique était issue d’une analyse des éléments du système linguistique et, partant, d’une étude des critères de la correction (c’est-à-dire des critères mêmes de l’appartenance de ces éléments à la langue). Sous la pression des impératifs de l’explication de textes, d’autres éléments sont entrés dans l’ars et, en particulier, un recensement de divers types d’écarts discursifs. La grammaire a alors pu englober un domaine beaucoup plus vaste, mais en perdant à la fois son point d’ancrage et son centre de gravité : cette évolution coïncide avec l’oubli de la spécificité d’une description systématique (τεχνικόν). La « troisième partie » de l’ars latine n’est donc pas le couronnement d’un projet équilibré. Pourtant, contrairement à ce que l’on pense souvent, c’est bien de cette extension de la grammaire théorique, hors des limites de sa définition originelle, qu’est sortie la syntaxe. Mais cela est une autre histoire…

Bibliographie

Bibliographie

Baratin Marc, 1982, « L’identité de la pensée et de la parole dans l’ancien stoïcisme », Langages, 65, p. 9-21.

– et Desbordes Françoise, 1981, L’analyse linguistique dans l’Antiquité classique, I : Les théories, Paris, Klincksieck.

Barwick Karl, 1922, Remmius Palæmon und die römische Ars grammatica, Leipzig, Dieterich [reproduction : Hildesheim, Olms, 1967].

Colson Francis H., 1924, Quintiliani Institutionis oratoriæ liber I, Cambridge [reproduction : Hildesheim, 1973].

Desbordes Françoise, 1985, Signes graphiques et unités linguistiques : textes latins sur l’écriture des origines à la fin du iie siècle de notre ère, thèse d’État, Université de Paris-Sorbonne.

Heinicke Balduin, 1904, De Quintiliani, Sexti, Asclepiadis arte grammatica, Dissertation (Université de Strasbourg), Strasbourg, M. Dumont Schauberg.

Holtz Louis, 1981, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical : étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (ive-ixe siècle) et édition critique, Paris, Éditions du CNRS.

Marx Friedrich éd., 1923, M. Tulli Ciceronis Scripta quæ manserunt omnia, Fasc. I : Incerti auctoris De ratione dicendi ad C. Herennium lib. IV (M. Tulli Ciceronis Ad Herennium libri IV), Leipzig, Teubner.

Moore John Leverett, 1891, « Servius and the tropes and figures of Vergil », American Journal of Philology, 12, p. 157-192, p. 267-292.

Nauck August, 1867, Lexicon Vindobonense, Saint-Pétersbourg [reproduction : Hildesheim, Olms, 1965].

Siebenborn Elmar, 1976, Die Lehrer von der Sprachrichtigkeit und ihren Kriterien : Studien zur antiken normativen Grammatik (= Studien zur antiken Philosophie, 5), Amsterdam, Grüner.

Striller Franz, 1886, De Stoicorum studiis rhetoricis, Dissertation, Université de Breslau.

Tukey Ralph Herman, 1911, « The Stoic use of λέξις and φράσις », Classical Philology, 6, p. 444-449.

Velsen Arturus de, 1853, Tryphonis grammatici Alexandrini fragmenta, Berlin, Nicolai [reproduction : Amsterdam, Hakkert, 1965].

West Martin Litchfield, 1965, « Tryphon De tropis », Classical Quaterly, 15, p. 230-248.

Annexes

Annexe 1

Diomède (GL I, 440, 4) : De qualitate locutionum

Quinque sunt linguæ Græcorum, Ias, Doris, Atthis, Æolis, cœne. Iuxta has igitur quinque linguas et Latina uerba conprehensa colliguntur hoc modo. Ias relictis propriis utitur <similibus qua>si propriis nominibus ac uersatur in omnibus tropis. Doris in singulis partibus orationis nunc adiectioni nunc breuitati studens barbarismos facit quos cum sibi uindicauerint docti, metaplasmos appellant, ut « Teucrum mirantur inertia corda » pro « Teucrorum », et « aggere mœrorum » et « aulai medio ». Atthis, quæ breuitati studet, admittit solœcismos, quos cum docti fecerint, non solœcismi sed schemata logou appellantur, ut est « nuda genu » et « urbem quam statuo uestra est ». Ibi enim « nudum genu habens » debuit dicere et « urbs quam statuo uestra est ». Sed seruiens schemati quod appellatur hellenismos tres partes orationis redegit in duas usus per Atticismon. Æolis ultra modum copiosa est et amat per circuitum uerba protendere et periphrasi res explicare ac per hoc πλεονάζει ; cuius uitium schema dianoeas appellatur. Cœne communis est, in qua omnes idem sentimus.

Annexe 2

Servius (GL IV, 447, 5) :

Quæsitum est apud Plinium Secundum, quid interesset inter figuras et uitia. Nam cum figuræ ad ornatum adhibeantur, uitia uitentur, eadem autem inueniantur exempla tam in figuris quam in uitiis, debet aliqua esse discretio. Quidquid ergo scientes facimus nouitatis cupidi, quod tamen idoneorum auctorum firmatur exemplis, figura dicitur. Quidquid autem ignorantes ponimus, uitium putatur. Nam sicut superius diximus, si sciens quis dicat « pars in frusta secant » et causa uarietatis hoc dicat, figuram facit ; si autem nescius, cum aliud uelit dicere, incongrue inter se numeros iunxerit, solœcismum fecisse iudicatur.

(Ibid., 447, 22) :

Inter metaplasmos et schemata et tropos hoc interest, quod metaplasmi tantum necessitate excusantur, schemata ad ornatum adhibentur, tropi ad utrumque : ut cum dicimus « tetulit », si in metro non poterat dici « tulit », erit metaplasmus, quoniam necessitatis causa dictum est « tetulit » ; si autem « tulit » poterat in metro dici, schema fecit ille qui dixit « tetulit » : nam soli seruit ornatui. Si autem et metri ratio exegit et cupidus alioqui nouitatis hoc dixerit, tropum uidetur fecisse. Quare diutius lectionem debemus considerare, ut si metri necessitas aliqua facit nouitatem, tunc dicamus esse metaplasmum ; si autem scriptor ornatui tantum studuerit, tunc schema uocitemus ; si in uno utrumque factum est, ut et subueniretur necessitati et adhiberetur omni modo ornatus, tropos efficitur.

Pompeius (GL V, 292, 13) :

Plinius sic dicit « quando sit solœcismus, quando sit schema, sola intellegentia discernit ». Noli te referre ad illud quod diximus de metaplasmis. Nam et in solœcismo hoc quæritur, utrum sciens hoc fecerit an nesciens : si sciens fecerit, erit schema ; si nesciens fecerit, erit solœcismus. Qua ratione ? Puta « pars in frusta secant » : diximus in metaplasmis et barbarismis quod hæc sit discretio, ut, si stat uersus etiam sine illa necessitate ut barbarismus sit ; si autem non stat, nisi uitium feceris, metaplasmus est. In hoc loco quid dicemus ? « pars in frusta secant » et « pars in frusta secat », et ita et ita stat uersus. Vnde apparet quoniam adfectauit nouitatem. Nefas est autem de isto tanto uiro credere per inperitiam hoc fecisse, non per scientiam adfectasse nouitatem. Ergo sola discretio inter uitium et uirtutem scientia erit : nam sic appellat figuras uirtutes : sola ergo discretio erit scientia. Ceterum si nesciens quis fecerit, sine dubio dicetur solœcismus ; si sciens fecerit, dicetur schema. Hoc quidem dixit ; tamen quiuis potest facere solœcismum et dicere « figuram feci ». Si noluerit rationem reddere, nihil est hoc, licentia est praua. Non sufficit scire quæ uitanda sunt, sed etiam addit ornatum.

(Ibid., 295, 35) :

Quid interest inter metaplasmum, quid interest inter tropos et inter schemata, hoc nullus artigraphus potuit dicere ; habetis tamen in Græcis, quid est metaplasmus, quid est tropus, quid est schema, uel quem ad modum discernantur istæ res.

Inter tropum et metaplasmum et figuram hoc interest : metaplasmi dicuntur qui fiunt causa necessitatis, figuræ fiunt causa ornatus, tropi fiunt causa utriusque rei, id est necessitatis et ornatus. Puta « tetulit senilis Pœas ad cœlum manus », « tetulit » pro eo quod est « tulit ». Stabat ille uersus an non ? Si potuit stare uersus, puta « tulit senilis Pœas ad cælum manus », et ille maluit dicere « tetulit » pro eo quod est « tulit », figuram fecit, id est schema. Si autem non potuit aliter stare, non fecit figuram, sed metaplasmum. Nam in figura ornatus est, in metaplasmo necessitas est, id est ideo conuertitur de consueto sermone ad nouam elocutionem, ut succurrat necessitati. Si est necessitas, metaplasmum facit ; si non est necessitatis causa, sed ornatus, figuram facit ; tropus uero ad utrumque pertinet, id est et ad ornatum et ad necessitatem. Potuit et sic stare et aliter. Item uoluit iste addere figuram, ut est illud Vergilianum « pars in frusta secant » : etiam si dicas simpliciter « pars in frusta secat », stat uersus. Ergo quoniam maluit ille « secant » dicere, cum possit etiam « secat » stare in uersu, apparet quoniam figuram fecit : hoc enim loco nulla est necessitas. E contrario alio loco, ubi aliter ponit quod, si secundum usum communem loqueretur non staret, ibi metaplasmus est.

(Ibid., 305, 2) :

Diximus quod metaplasmi tantum modo necessitatis sunt, schemata tantum modo ornatus, tropi utriusque partis. Nam idcirco et causa necessitatis fiunt, ubi exigit sensus, et causa utilitatis, ubi est ornatus.

Notes

1 Le pléonasme et l’ellipse sont des tropes, par exemple chez Tryphon (Rhetores Græci, RG III, 198) ; un anonyme (ibid., 211) ; Grégoire de Corinthe (ibid., 220) ; Kokondrios (ibid., 242). Ce sont des figures par exemple chez Alexandre (RG III, 32) ; Zonaios (ibid., 166). L’amphibolia est un trope chez Tryphon (ibid., 203) ; Grégoire (ibid., 223) ; Kokondrios (ibid., 243). La tautologia est une figure chez Phoibammon (ibid., 46) ; Zonaios (ibid., 165).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search