Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Relations entre disciplines

Le schéma « addition, soustraction, mutation, métathèse » dans les textes anciens

Note de l’éditeur

Ce texte a été initialement publié dans Histoire Épistémologie Langage V, 1, 1983, p. 23-30.

Texte intégral

1Dans les textes grecs et latins le terme ellipse a des emplois très divers : selon les contextes, il est défini comme mode de l’ambiguïté, type d’argumentation, métaplasme, défaut de l’énoncé, figure de mots, figure de pensée…

2D’autres termes, grecs et latins, concurrencent le terme ellipse ou s’articulent avec lui pour désigner le manque, l’absence, la défectuosité…

3Les Anciens ont conscience et disent parfois explicitement qu’une même catégorie du « manque » peut être appliquée aux différents niveaux du domaine linguistique.

4La catégorie du manque est très souvent couplée avec celle de l’« excès », ellipse et pléonasme (par exemple) se répondant aux différents niveaux du domaine linguistique.

5Ces deux catégories entrent souvent dans un ensemble plus général, un schéma qui sert à décrire et classer les phénomènes linguistiques aux différents niveaux envisagés par les grammairiens et les rhéteurs :

addition

soustraction

mutation

métathèse

prosthesis

aphairesis

alloiôsis

metathesis

(grec)

adiectio

detractio

inmutatio

transmutatio

(latin)

(avec diverses variantes terminologiques)

6Ce schéma peut être décrit de la façon suivante :

Soit un ensemble composé d’éléments discrets : A B C.

Cet ensemble peut varier :

  • quantitativement :
    par addition : A B C D
    ou par soustraction : A B

  • qualitativement :
    par mutation : A B E

  • par modification des relations des éléments (qui restent quantitativement et qualitativement les mêmes) :
    par permutation : A C B
    (c’est le cas le plus fréquent : changement dans l’ordre des éléments ; mais on peut aussi avoir une variation du type A B-C / A-B C par modification des sous-groupes de l’ensemble).

7La première attestation de ce schéma dans le domaine linguistique se trouve, semble-t-il, dans la Rhétorique à Hérennius (texte anonyme des années 80 avant J.-C.) à propos de la paronomase qui peut se faire :

« addendis litteris », exemple : temperare / obtemperare
« demendis litteris », exemple : lenones / leones
« transferendis litteris », exemple : nauo / uano
« commutandis litteris », exemple : diligere / dilegere

8Sans parler des utilisations implicites, ce schéma se retrouve tout au long de l’Antiquité dans un très grand nombre de textes, soit sous cette forme, soit avec des variations qui ont l’intérêt de signaler les difficultés auxquelles son emploi s’est heurté.

9On se propose ici :

  • d’indiquer les niveaux auxquels le schéma a été utilisé ;

  • d’évoquer les hypothèses que l’on peut faire sur ses origines ;

  • de dire quelques mots des problèmes qu’il a posés dès l’Antiquité.

Les utilisations du schéma

Orthographe

10D’après Sextus Empiricus (Contre les grammairiens, 169) et Hérodien (ap. Iohannes Charax, 10 Egenolff), l’orthographe comprend trois parties qui traitent de la quantité (posotês : addition et soustraction de lettres), de la qualité (poiotês : changement de lettres) et de la syllabification (merismos ou suntaxis : détermination de l’appartenance d’une lettre à une syllabe ou à une autre). Cette répartition se retrouve dans le De orthographia de Terentius Scaurus (Grammatici Latini, GL VII, 11) : adiectio, detractio, inmutatio, adnexio.

Barbarisme

11La doctrine constante des grammairiens latins est : « barbarismus fit modis quattuor adiectione detractione inmutatione transmutatione » (Charisius, GL I, 265 ; Diomède, GL I, 451 ; Donat, GL IV, 392 ; Servius, GL IV, 444 ; Pompeius, GL V, 285 ; Consentius, GL V, 386 ; Audax, GL VII, 361 ; Quintilien, Institution oratoire, 1, 5, 6 et 10). Elle se retrouve en grec chez Polybe (Nauck 1867, p. 283) : prosthesis, aphairesis, enallagê, metathesis.

12Les grammairiens latins appliquent uniformément la quadripartition aux barbarismes d’oral et d’écrit : les changements peuvent en principe concerner la lettre, la syllabe, la quantité (longue/brève), l’accent et l’aspiration. En réalité il s’agit d’une uniformisation relativement récente, et l’application aux trois derniers types d’éléments reste théorique et n’est jamais illustrée par des séries complètes d’exemples (et pour cause !).

13Il reste des traces d’une plus ancienne conception du barbarisme dans laquelle le schéma ne s’applique qu’aux éléments écrits, cependant que les variations des éléments non notés dans l’écriture reçoivent un autre traitement. On parle à leur sujet de synérèse, diérèse, allongement, abrègement, aspiration, accent… selon des combinaisons diverses. Voir Quintilien, 1, 5, 6 ; Charisius GL I, 265, 24 ; Sacerdos, GL VI, 451 ; Anonyme grec, De barbarismo et solœcismo, Nauck 1867, p. 290 ; Hérodien, Nauck 1867, p. 309.

Métaplasme

14Dans son Ars de barbarismis et metaplasmis (GL V, 387), Consentius aligne entièrement le métaplasme sur le barbarisme et lui applique la quadripartition. C’est là une rationalisation tardive : Consentius tire la conséquence de l’affirmation constante que barbarisme et métaplasme ne diffèrent que par la personne de l’émetteur.

15Le classement canonique des métaplasmes s’inspire lui aussi de la quadripartition : addition (prosthesis, parenthesis, prosparalêpsis, selon que l’addition a lieu au début, au milieu ou à la fin du mot), soustraction (aphairesis, sunkopê, apokopê, toujours selon la place), mutation (antithesis), métathèse (metathesis). Mais entre la soustraction et la mutation, on trouve une série hétérogène : allongement, abrègement, diérèse, synérèse, élision de voyelle et élision de consonne dans la rencontre des mots.

Étymologie

16Varron (De lingua Latina, LL, V, 6 ; VI, 2 ; VII, 1) et Quintilien (1, 6, 32) témoignent de l’application du schéma à « l’étymologie » : évolution diachronique et dérivation synchronique, mais aussi opérations du spécialiste qui remonte à la forme de base. Quintilien et Varron (V, 6) semblent indiquer que les opérations n’étaient pas identiques pour les lettres et les syllabes.

Compositio (harmonisation)

17Denys d’Halicarnasse (De compositione, chap. 6) explique qu’après avoir choisi un mot il faut l’adapter, l’harmoniser à ses voisins (comparaison avec les pierres qu’on ajuste dans la construction). Cet ajustement peut se faire par aphairesis (soustraction), prosthêkê (addition), alloiôsis (les exemples montrent que Denys entend par là « permutation »).

18Quintilien répète la série adiectio, detractio, mutatio dans la fin quelque peu hâtive de son chapitre sur la compositio (9, 4, 147). Mais un peu plus haut (9, 4, 89) il donne son propre avis, qui est que l’orateur ne peut pas modifier les mots et que le nombre oratoire ne peut être obtenu par addition, soustraction, allongement ou abrègement, mais seulement par permutation et plus généralement opérations sur l’ordre.

Paronomase

19Le texte de la Rhétorique à Hérennius (4, 21, 29) cité plus haut associe le schéma à d’autres opérations (adtenuatio, complexio, productio, breuitas). Rutilius Lupus (Rhetores Latini minores, RLM, p. 4) explique la paronomase par addition, soustraction, mutation, allongement, abrègement de lettres ou de syllabes.

Solécisme

20Quintilien (1, 5, 38) explique qu’il y a deux classements du solécisme. L’un applique le schéma et définit des solécismes par addition, soustraction, etc. L’autre réserve le nom de solécisme aux variations par inmutatio et appelle la faute par addition pléonasme, par soustraction ellipse, par inversion anastrophe.

21Le premier ne se trouve que très rarement (Charisius, GL I, 267 ; Polybe, Nauck 1867, p. 285). Il a été supplanté par le second qui définit le solécisme par inmutatio entre « parties du discours » ou inmutatio entre accidents ; cependant, en fin de liste, on trouve parfois des traces de l’ancien classement : solécisme par excès ou manque d’un mot invariable ou par changement dans l’ordre (inmutatio ordinis = transmutatio !).

Vitia cetera (fautes autres que le barbarisme et le solécisme)

22La liste canonique des uitia cetera garde des traces de la quadripartition (impropriété, pléonasme, ellipse, mauvais arrangement), mais la plupart des grammairiens ne s’en servent pas explicitement. En revanche les chapitres de Quintilien sur les fautes contre la clarté (8, 2) et contre l’ornement (8, 3) sont organisés selon le schéma, de façon consciente (voir 8, 2, 23, et 3, 57).

Figures

23Un rhéteur grec tardif, Phoibammon (Rhetores Græci, RG III, p. 43-50), explique que toutes les figures se produisent selon quatre modes ou causes : par manque (endeia), excès (pleonasmos), métathèse (metathesis), mutation (enallagê). Il classe ensuite de cette façon toutes les figures de mots puis toutes les figures de pensée. On trouve des traces sporadiques d’un tel classement (en particulier chez le pseudo-Plutarque, De uita et poesi Homeri, II, 15 sq.) mais en général les listes données par les rhéteurs et les grammairiens sont hétérogènes.

24Chez Quintilien le schéma est appliqué strictement aux figures dites grammaticales, c’est-à-dire à ce qui serait considéré comme solécisme dans le discours ordinaire (9, 3, 27). Pour les figures de mots proprement dites, c’est-à-dire celles qui concernent l’arrangement du signifiant, Quintilien a un classement 1 : addition, 2 : soustraction, 3 : figures du genre de celles dites « de Gorgias » (homéotéleute, etc.).

Métrique

25Les métriciens latins (Cæsius Bassus, GL V, 271 ; Atilius Fortunatianus, ibid., 294 ; Aphtonius, ibid., 52 et 101) expliquent que tous les mètres utilisés par les poètes grecs et latins dérivent d’un petit nombre de prototypes par adiectio (addition d’une syllabe), detractio (soustraction d’une syllabe), transmutatio (renversement de l’ordre des hémistiches), concinnatio (combinaison, par exemple 1er hémistiche + 1er hémistiche – et non 2e hémistiche). Il s’agit sans doute du développement proprement latin d’un système grec qui n’admettait qu’addition, soustraction et transmutation (voir Héphestion, Consbruch 1906, p. 77).

Origines

26Il est légitime de supposer que le schéma a été employé bien avant les dates auxquelles il est attesté par les textes subsistants. Quintilien présente sa classification des barbarismes comme une banalité des manuels de grammaire, Varron dit emprunter sa méthode étymologique à Chrysippe et Antipater (stoïciens) et Aristophane et Apollodore (Alexandrins), le classement des figures a des chances de remonter au rhéteur Cécilius (ier siècle avant J.-C.), la partition de l’orthographe date au moins du ier siècle avant J.-C. (Tryphon source d’Hérodien, Asclépiade source de Sextus)…

27Les philologues, ayant depuis longtemps remarqué l’existence du schéma, lui ont attribué des origines diverses. Actuellement c’est la thèse de Barwick qui domine (voir surtout Probleme der stoischen Sprachlehre und Rhetorik, Berlin, 1957) : le schéma serait d’origine stoïcienne et se serait trouvé d’abord exploité dans une « grammaire » du type de celle qu’on attribue à Diogène de Babylonie. Cette opinion peut être contestée pour des raisons qui n’ont pas leur place ici ; on rappellera seulement qu’entre Aristote et la Rhétorique à Hérennius tous les textes « linguistiques » sont perdus et qu’il est très difficile de reconstituer ce qui s’est passé pendant cette période de plus de deux cents ans.

28Il est plus important de signaler que le schéma reprend les catégories de la physique d’Aristote, telles qu’on peut les trouver dans de nombreux textes de la Physique, de la Métaphysique, du Traité du ciel… : le mouvement et le changement se produisent selon trois catégories :

29Cette analyse simple du changement donne lieu à certaines difficultés. Aristote prévoit une quatrième catégorie (par exemple Métaphysique, 1069 b 9), celle du ti, du « quelque chose », par rapport à laquelle le changement se traduit en génération ou disparition (être ou ne pas être). Mais il n’est pas toujours facile de déterminer dans quels cas le changement selon les trois premières catégories n’est pas aussi un changement selon le ti et fait passer non à une variante de l’objet considéré mais à un objet différent. Voir à ce sujet un important texte de Philon d’Alexandrie (De æternitate mundi, 113) dans lequel les quatre opérations, prosthesis, aphairesis, metathesis, alloiôsis, sont considérées comme causant la disparition des objets auxquels on les applique : 2 + 1 = 3 ; 4 – 1 = 3 ; I devient H par métathèse ; le vin devient vinaigre par altération.

30D’autre part Aristote doit envisager des cas de changement qui ne relèvent pas de l’analyse simple (voir De la génération et de la corruption, I, 2-4 ; 10 ; II, 10…). Il fait intervenir la notion de « mélange » : les objets se combinent étroitement pour former un nouvel objet dont les éléments sont homogènes et irréductibles aux éléments des objets de départ.

31Peut-être pourrait-on faire l’hypothèse que le schéma simple de la physique aristotélicienne s’inspire lui-même du modèle des manipulations qui sont possibles sur l’écriture. Les quatre opérations sont en effet utilisées dès le Cratyle de Platon pour justifier des rapprochements de mots parfois étonnants : il semble admis (et ce sera la tradition de toute l’étymologie ancienne) qu’un rapprochement est légitime s’il peut être opéré selon une ou plusieurs des quatre catégories (et comment ne le serait-il pas !). Platon est du reste conscient du procédé et le souligne parfois (voir 394 b à propos de « celui qui a la science des noms » et qui dépasse les apparences pour retrouver l’unité essentielle : « Il considère la valeur des noms et ne s’en laisse pas imposer si une lettre a été ajoutée (proskeitai), transposée (metakeitai) ou retranchée (apheirêtai), ou même si la valeur du nom est exprimée par des lettres tout à fait différentes » : Astyanax = Hector bien qu’ils n’aient que le t en commun).

32L’écriture offre à la manipulation des éléments discrets, différents les uns des autres, tous substituables les uns aux autres, en nombre fini quant aux types, infini quant aux occurrences. Elle sert de modèle à la physique antique à plusieurs reprises (atomisme, problème du tout et de la partie…). Elle illustre ainsi le problème du changement chez Sextus Empiricus (Contre les physiciens, I, 277 sq.) : le changement se fait par soustraction comme quand le mot kôbios devient bios par la perte d’une syllabe (cas des objets qui « augmentent »), par addition comme quand bios devient kôbios (cas des objets qui « diminuent »), par mutation (Sextus emploie successivement heteroiôsis, enallagê, metabolê, tropê) comme quand arkhôn devient kharôn (cas du passage de la santé à la maladie) – on voit que Sextus confond les deux dernières opérations, arkhôn et kharôn relevant ordinairement de la métathèse.

Difficultés

33L’application extensive du schéma au langage bénéficiait des apparences de la rigueur et de l’exhaustivité : le langage était traité comme un objet matériel quelconque dont les éléments de tous niveaux se combinent selon un petit nombre de règles à valeur universelle. Cette séduisante « scientificité » rend compte des progrès que nous pouvons saisir dans l’application du schéma à de nouveaux domaines (barbarisme oral, métaplasme, métrique). L’aspect purement formel de l’analyse est, par exemple, bien illustré dans le cas du métaplasme où l’on classe les additions et les soustractions selon la place où elles se produisent.

34Cet aspect formel explique le succès du schéma dans le domaine de la lexis (signifiant) où le sens n’est en principe pas engagé. Mais même dans ce domaine la réduction de tous les éléments au statut de la lettre (apparemment délivrée des contraintes de l’environnement oral) s’avère difficile : une variation comme brève/longue peut s’analyser en termes de quantité mais aussi bien de qualité, une contraction réduit le nombre des éléments mais en change aussi la nature, etc.

35Lorsque les éléments considérés sont des mots, l’analyse ne peut être que décevante : on analyse comme « absence » d’un mot des phénomènes tout à fait différents et il faut faire appel à d’autres critères ou plus souvent à une intuition implicite pour affiner le classement ; d’où du reste la circulation hésitante des mêmes exemples dans diverses classes, solécisme, faute contre la clarté, figure de grammaire, figure de mots, figure de pensée… De ce point de vue l’abandon du schéma pour l’étude du solécisme marque un certain progrès, tout relatif : en réduisant le solécisme à l’inmutatio on doit se livrer à quelques contorsions pour expliquer que le changement dans un mot est en fait un changement de l’énoncé, mais on s’autorise à spécifier d’un peu plus près différents types de changements.

36Outre les difficultés suscitées par l’application d’un même schéma à des éléments hétérogènes, la linguistique antique a rencontré le problème du rapport entre l’ensemble de base et sa transformation au moyen d’une des opérations. Comme on l’a signalé pour la physique, la transformation peut aboutir à une variante ou à une différence : les mêmes opérations valent pour la paronomase où le sens change et l’étymologie où le sens se conserve. On voit que dans cette conception apparemment matérialiste du langage, le sens est une donnée inanalysable : un rapprochement de mots sera traité comme étymologie ou comme paronomase au gré de l’intuition du linguiste.

37L’analyse formelle apparemment rigoureuse a sans doute été un obstacle à la constitution d’une syntaxe : la constatation d’un changement, d’une différence, supplantait toute recherche sur le pourquoi et le comment – problème, soit dit en passant, de ce qui peut constituer une « explication » en matière de linguistique. De plus l’idée de changement, portée par le schéma, entraîne une hiérarchie entre forme de base, considérée comme première logiquement ou chronologiquement, et transformations secondaires, évaluées en termes « moraux », comme améliorations ou détériorations : par rapport au sermo rectus on peut repérer des écarts dont la qualification dépendra de la personnalité de l’émetteur. Mais la forme de base, le sermo rectus, est une donnée sur laquelle on n’a pas les moyens de s’interroger.

38Une évolution notable apparaît avec Apollonios et Priscien à sa suite. Ils utilisent l’idée que tous les niveaux du langage (lettre, syllabe, mot, énoncé) sont susceptibles d’admettre les mêmes opérations. Ces opérations ne sont pas exactement celles du schéma strict mais elles participent de la même inspiration (duplication d’un élément, addition, soustraction, ordre, synérèse, diérèse). La nouveauté, c’est qu’il ne s’agit plus de décrire des déviations mais de définir la constitution même du sermo rectus : les opérations engendrent non des variantes mais des formes différentes et normales (cela est dit très en gros et demanderait une longue analyse montrant que telle est bien l’intention, même si Apollonios et Priscien font flèche de tout bois et utilisent des exemples traditionnellement classés comme écarts).

39Ce survol trop rapide pourra peut-être donner une idée des implications qui accompagnent la notion d’ellipse dans l’Antiquité, même lorsqu’elle est utilisée isolément. Une réflexion sur ces implications n’est peut-être pas inutile à la linguistique moderne, dans la mesure où elle utilise toujours la notion d’ellipse dans des conditions qui ne semblent pas fondamentalement différentes de celles de l’Antiquité.

Bibliographie

Bibliographie

Barwick Karl, 1957, Probleme der stoischen Sprachlehre und Rhetorik, Berlin, Abhandlungen der sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig.

Consbruch Maximilien, 1906, Hephæstionis : Enchiridion cum commentariis ueteribus, Leipzig, Teubner [reproduction : Stuttgart, 1971].

Egenolff P., 1888, Die orthographischen Stücke der byzantinischen Literatur, Progr. Heidelberg.

Halm Carolus, 1863, Rhetores Latini minores, Leipzig, Teubner.

Nauck August, 1867, Lexicon Vindobonense, Saint-Pétersbourg [reproduction : Hildesheim, Olms, 1965].

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/30618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search