Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Relations entre disciplines

Les idées sur le langage avant la constitution des disciplines spécifiques

Note de l’éditeur

Ce texte a été initialement publié dans Histoires des idées linguistiques, S. Auroux éd., Liège-Bruxelles, Pierre Mardaga, 1990, t. I, chap. 3, section 1, p. 149-161.

Texte intégral

1Nous possédons un très grand nombre de textes grecs et latins qui parlent du langage. Nous savons aussi qu’il s’en est écrit un plus grand nombre encore, aujourd’hui perdus, mais dont il reste quelque trace sous forme de titres ou de fragments. Cette documentation considérable permet d’affirmer d’emblée que l’Antiquité classique a eu un intérêt constant et profond pour le langage. Les Anciens ont eu des « idées » sur le langage, mais plus encore ils en ont fait un objet de science, ou plutôt de sciences, car (c’est un point très important) ils ont admis que ce phénomène pouvait être envisagé de plusieurs points de vue donnant lieu à des disciplines différentes. On se propose donc dans ce chapitre de faire un bilan de la réflexion ancienne sur le langage, mais aussi de montrer que les textes anciens donnent un bon exemple de la pluralité des points de vue possibles, avec leurs problèmes d’interférence et de frontières, de complémentarité et de rivalité, de tentatives hégémoniques et de spécialisation étroite.

2Les textes dont nous parlons sont aujourd’hui dans leur quasi-totalité très correctement édités et analysés, plusieurs générations de philologues s’étant employées à rassembler, collationner, nettoyer, dater, raccorder les morceaux, etc. La découverte d’un texte nouveau n’est pas totalement exclue : tel manuscrit grammatical passé inaperçu jusqu’ici mérite peut-être une édition (Law 1987), quelque fragment viendra peut-être encore s’ajouter aux trouvailles papyrologiques (Wouters 1979). Mais il semble bien qu’on a désormais à peu près répertorié tout ce que la tradition pouvait conserver en matière de textes anciens sur le langage. Il s’agit du reste d’une conservation très inégale, d’une tradition pleine de lacunes, qui oblige constamment les historiens à recourir à la reconstruction hypothétique. Ainsi, on a perdu à peu près toutes les œuvres des iiie et iie siècles avant J.-C. concernant le langage : entre Aristote (mort en 322 avant J.-C.) et l’auteur anonyme de la Rhétorique à Hérennius (années 80 avant J.-C.), on ne trouve que des fragments, alors que c’est une période capitale pour l’histoire des idées sur le langage, celle où les stoïciens élaborent leur « logique », celle où les érudits d’Alexandrie donnent à la « grammaire » une impulsion décisive.

3Inversement, il y a pléthore de textes tardifs, dont l’intérêt peut paraître moindre. La conservation ou la disparition des textes anciens est pour une large part aléatoire ; cependant on peut identifier au moins un des facteurs qui ont joué dans le cas des textes sur le langage : les écoles ont été un cadre important de la production, de l’adaptation et de la conservation de tels textes, avec une tendance, accentuée au fil du temps, à la répétition, l’unification et la simplification. Comme dit le grammairien Phocas (ve siècle après J.-C.) : « Dans cet ouvrage, je ne prendrai rien à mon compte et je ne prétendrai pas avoir rien découvert de nouveau : j’ai seulement abrégé convenablement un grand nombre d’extraits de nombreux livres » (Grammatici Latini, GL, V, 411, 19). Résultat, entre autres : disparition d’œuvres inadaptées au cadre scolaire (Varron, par exemple), qui ne subsistent qu’à l’état de citations plus ou moins fidèles.

4Un autre trait notable de ce corpus de textes est qu’on peut y vérifier, comme en d’autres domaines, l’unité de la tradition gréco-latine. Ce que les Latins ont pu penser du langage avant leur entrée en contact avec la culture grecque demeure inconnu, faute de témoignages. On peut seulement constater que l’adoption de l’alphabet (très probablement emprunté aux Étrusques) et les diverses retouches apportées au système d’écriture à ses débuts reposent implicitement sur une analyse du latin dont le caractère « phonologique » a mérité les éloges des Modernes (Benveniste 1966, p. 24). À partir du iiie siècle avant J.-C., l’hellénisation est rapide, massive et largement valorisée, en dépit d’îlots de résistance nationaliste et anti-intellectualiste. Des pays grecs aux pays latins arrivent continuellement des idées, des livres et des hommes – savants en ambassade, en visite ou en exil, et surtout esclaves, dont les plus lettrés deviennent précepteurs dans les grandes familles ou maîtres d’école (Christes 1979). L’assimilation des idées et des savoirs grecs en tout domaine bénéficie du bilinguisme qui caractérisera les « élites » romaines (et, particulièrement, les écrivains) au moins jusqu’à la fin du iie siècle après J.-C. (Kaimio 1969). Il faut bien souligner cependant qu’il ne s’agit pas d’échanges, et que la circulation des idées est à peu près à sens unique, des Grecs vers les Latins. En ce qui concerne le langage, les Latins empruntent aux Grecs des disciplines toutes faites, jusqu’aux derniers détails de catégorisation et de terminologie ; les Grecs, en revanche, ne doivent apparemment rien aux Latins. Cela ne veut pas dire qu’on puisse négliger les textes latins, comme purs doublets des textes grecs. Les Latins répètent certes beaucoup, mais il leur arrive d’innover quand ils adaptent les savoirs grecs soit à leur situation sociale (rhétorique de Cicéron), soit à la situation même de bilinguisme, qui leur a permis, plus qu’aux Grecs, de saisir la différence entre une langue et « la langue ». En outre, du fait des lacunes de la tradition, textes grecs et textes latins se complètent plus qu’ils ne se répètent – les textes latins sont pleins de renseignements précieux sur la doctrine d’auteurs grecs perdus. Enfin, c’est la version latine des idées antiques sur le langage qui a été transmise à l’Occident médiéval, après la rupture de tout contact entre les deux cultures au vie siècle après J.-C. (dans notre domaine, les dernières importations de savoir grec sont les traductions et adaptations de Boèce et de Priscien, au début du vie siècle). Il convient donc de ne pas traiter séparément les Grecs et les Latins dans une étude de l’évolution des idées sur le langage, encore qu’il soit légitime d’établir un bilan distinct de l’« héritage », de ce qui s’est trouvé finalement latinisé au moment de la rupture.

5Dernier point à signaler à propos de cet ensemble de textes : les difficultés de son évaluation. La littérature secondaire est absolument gigantesque et encore assez souvent polémique, d’une part du fait même des lacunes, accueillantes aux hypothèses, et d’autre part à cause de l’application au passé de diverses grilles de lecture modernes. On a surtout, et de façon quelque peu contradictoire, sélectionné et organisé des données antiques en fonction de modèles scientifiques récents dont on cherchait les antécédents : ainsi a-t-on fait l’histoire de la philosophie du langage, de la logique, de la philologie, de la grammaire…, et maintenant de tel ou tel aspect de la linguistique. Ces découpages ont des répercussions sur la reconstruction historique elle-même, dans la mesure où l’ordre chronologique d’apparition des notions est parfois censé refléter telle hiérarchie qu’on établit actuellement entre ces notions. On a un bon exemple des problèmes résultant de cette pratique dans la discussion qui fait rage aujourd’hui autour de l’authenticité de la Tekhnê grammatikê (Grammaire) attribuée traditionnellement à Denys le Thrace (iie – ier siècle avant J.-C.). Ce texte, avec sa classification et son étude des huit « parties du discours », a longtemps été considéré comme un point de départ absolu, l’acte de fondation de la grammaire occidentale (Robins 1957). Mais la substitution récente d’un point de vue « linguistique » à un point de vue purement grammatical a amené à reconsidérer les vertus de ce texte et, partant, sa date. Il y a, certes, des arguments de fait contre l’authenticité (Di Benedetto 1958-1959 et 1973) ; toutefois, leur utilisation et la discussion actuelle ont été rendues possibles par le fait même qu’on n’a plus vu là un texte fondateur, mais, précisément, un résidu scolaire ne retenant que quelques éléments d’un ensemble d’idées sur le langage auxquelles la grammaire des xixe et xxe siècles n’attachait pas d’importance, mais qui ont repris du lustre à la lumière de la linguistique.

  • 1 [Dans le volume collectif Histoire des idées linguistiques, d’où ce texte est tiré.]

6Il semble cependant qu’on renonce peu à peu à mesurer les savoirs anciens à l’aune des sciences modernes, et qu’on s’efforce de prendre en compte, autant que possible, les vues anciennes en matière de division des sciences. Encore qu’il y ait dans l’Antiquité des tentatives totalitaires visant à constituer une science globale du langage (c’est le cas, spectaculaire, de la « logique » des stoïciens), on y reconnaît généralement que le langage est matière commune pour plusieurs sciences ou disciplines. Trois de ces disciplines, en particulier, finiront par se partager à peu près tout le domaine : la dialectique, qui traite des énoncés dans leur rapport aux objets qu’ils sont censés représenter, et qui entend permettre de distinguer le vrai du faux ; la rhétorique, qui étudie les moyens de persuasion par la parole et envisage donc, dans les énoncés, les effets qu’ils sont susceptibles de produire sur les auditeurs ; la grammaire, qui est la science des énoncés « en eux-mêmes », si l’on peut dire, à la fois connaissance des contenus et analyse des éléments d’expression. Ces trois disciplines, qui formeront le trivium des médiévaux, ne sont évidemment pas tombées du ciel toutes faites, mais se sont constituées progressivement à partir de la fin du ve siècle avant J.-C. (en gros, l’époque des sophistes), pour trouver leur point d’équilibre et de délimitations réciproques quelque part vers le ier siècle avant J.-C. On reviendra sur cette histoire dans la seconde section. Quant à la « préhistoire », on n’en signalera que quelques traits saillants, d’autant plus brièvement que Daniele Gambarara traite ici même1 de l’importante question de l’étymologie et de la notion de nom (chap. I, section 4), et que l’on peut, plus généralement, renvoyer à son ouvrage de 1984.

7La littérature grecque archaïque contient des remarques « métalinguistiques », et ce dès la première œuvre conservée (Homère, viiie siècle avant J.-C.). On trouvera nombre de ces remarques, sélectionnées selon divers critères, dans des ouvrages généraux comme ceux de Pfeiffer (1968), Grube (1965), etc. Dans l’ensemble, elles visent deux types d’objets, qui ne sont pas, au départ, mis en relation : d’une part, la parole (le « discours »), conçue comme ce que dit effectivement telle personne ; d’autre part, le nom, conçu d’abord comme nom propre d’individu. Les auteurs archaïques, chez lesquels on ne rencontre pas de thématisation du mot, de la langue, ni même du langage en général, sont en revanche prolixes en jugements et commentaires sur le discours d’autrui et le leur, et en explications des noms (étymologies). On a là deux points de vue qui, même après interférence, orienteront durablement la réflexion antique sur le langage et qui sont encore à l’œuvre dans nombre d’oppositions classiques : dénomination et allocution, la chose dont on parle et ce qu’on en dit, nom et définition (onoma et logos en couple chez Platon et Aristote), choix des mots et arrangements des mots, mots isolés et mots conjoints, tropes et figures (variations dans la dénomination des choses et variations dans la forme des énoncés), etc. La « préhistoire » de la pensée linguistique est, principalement, une évolution suivant ces deux lignes : passage d’une vue globale de la parole à une reconnaissance et une analyse de ses articulations, passage de la notion de nom propre à la notion de mot, les deux lignes se rejoignant finalement et tardivement dans l’idée que le discours est composé de mots, devenus « parties du discours ».

8Quant aux noms (onomata), il suffit de rappeler la démonstration de Daniele Gambarara : à travers la spéculation théologique sur les noms des dieux, l’idée d’une « imposition » des noms par un ou des onomatothètes inspirés, et la discussion sur la conformité des noms à ce qu’ils dénomment, on en vient à une sorte de vue générale du lexique, ensemble d’onomata, noms-étiquettes, s’appliquant à des « choses » de toute nature, en sorte que tout ce que nous, nous appelons mots (y compris des verbes, par exemple) est, dans ce contexte, un nom. Chaque chose a un nom, qui est identifié et défini par sa relation à cette chose, relation qui est la raison d’être du nom, même si le caractère « arbitraire » en apparaît progressivement.

9Parallèlement mais indépendamment, la notion de parole est elle aussi l’objet d’une élaboration. Le grec dispose originairement d’une pluralité de termes pour parler de la parole (Hoffmann 1923 ; Fournier 1946, surtout p. 211-233). Chez les premiers auteurs, on trouve principalement phônê, qui est la « voix », phénomène acoustique, sans considération du sens ; et epos et muthos, que distingue une nuance, point toujours nette, telle que epos serait la parole en tant que « choses dites » et muthos la parole en tant qu’expression d’un avis, d’une pensée. Mais ce que les premiers auteurs (Homère, Hésiode) disent surtout de la parole, c’est qu’elle est un moyen d’agir sur le monde et les êtres, ce que confirme l’attestation à l’époque archaïque de tout un ensemble de pratiques religieuses, magiques, voire « médicales » (Entralgo 1958). La littérature évoque souvent les pouvoirs de la parole (voir chant des Sirènes, Odyssée, 12, v. 36-200) et particulièrement les pouvoirs de la poésie (voir prélude de la Théogonie d’Hésiode), qui est une sorte de magie, de psychagogie provoquant à volonté peine ou plaisir des auditeurs. Cette efficacité dépend essentiellement de l’émetteur, dieu, magicien, poète inspiré par la Muse (aède), personnage investi d’une autorité – il y a, inversement, des paroles sans force, vaines, telles celles de Cassandre qu’un dieu a privée du pouvoir de persuader. C’est aussi sous l’angle de l’efficacité qu’on envisage la question du rapport au réel : la parole a aussi le pouvoir non pas tant de mentir (rapport au réel) que de tromper (rapport à l’interlocuteur) (Détienne 1967). Les jugements apparemment esthétiques (« douceur de miel », etc.) sont également liés à la considération de l’efficacité : « Quand sa grande voix sortait de sa poitrine et lançait des paroles semblables aux flocons de la neige d’hiver, aucun mortel ne pouvait alors disputer contre Ulysse » (Iliade, 3, v. 213).

10Le passage d’une conception globale de la parole-action à une analyse de cette parole est attesté à partir du vie siècle. Il ne s’agit encore que d’indications sporadiques ; mais les témoignages se multiplient au siècle suivant, en sorte qu’on ne peut douter qu’une certaine forme d’analyse de la parole a commencé bien avant que Platon et Aristote en fassent état au ive siècle. Cette analyse a pu être influencée par divers modèles extérieurs : on pense par exemple à l’anatomie de la médecine ou du découpage sacrificiel, au vu des métaphores corporelles dont usera la description linguistique (voir l’idée même d’articulation). On peut aussi penser à l’entreprise des physiciens ioniens, partis, depuis la fin du viie siècle, à la recherche des éléments premiers de l’Univers, et tentant de concevoir les modes de relations d’un ensemble et de ses parties constitutives. Rien de plus frappant, à cet égard, que l’idée d’un élément dont proviennent toutes choses et en quoi toutes choses se résolvent, idée qui est attribuée, sous des formes diverses, aux divers physiciens, mais idée qui correspond aussi à ce qui sera plus tard la définition de l’élément linguistique – si bien que l’élément linguistique est l’exemple favori de Platon et d’Aristote lorsqu’ils discutent de la notion générale d’élément.

11Cependant, quels que soient les modèles éventuels, l’analyse de la parole n’a pas été produite gratuitement, par pure curiosité scientifique, mais parce qu’elle répondait à certains besoins pratiques. De ce point de vue, on pourrait dire qu’il y a bien une analyse de la parole depuis qu’il y a un alphabet (créé vers la fin du viiie siècle à partir d’une écriture phénicienne). C’est même une analyse remarquable, qui a su aller au-delà de l’unité concrète qu’est la syllabe pour mettre en évidence les éléments irréductibles dont les variations sont liées aux variations de sens (Havelock 1981, p. 51-64). Cette analyse est si forte qu’on peut se demander, au fond, si ce n’est pas plutôt la considération de l’écriture qui a influencé les recherches des physiciens – question sans réponse, certes ; mais ce qui est sûr, en tout cas, c’est que Leucippe et Démocrite (ve siècle) utilisent explicitement le modèle des lettres pour leurs atomes, et que l’écriture sera ensuite une référence fréquente en tout domaine, dès lors qu’il sera question d’éléments et de combinaison. De la première analyse de la parole, toutefois, nous ne connaissons que le résultat, l’écriture. Nous ne savons rien de ce qu’ont pu penser les promoteurs : faut-il leur attribuer des vues claires sur les rapports de l’écrit et de l’oral, une théorie en forme des éléments minimaux, du signe et de la représentation, ou faut-il songer à un cheminement plus empirique, au sentiment confus d’une certaine adéquation qui permet au nouvel instrument de « marcher », sans autre justification raisonnée ? On pencherait plutôt pour la seconde réponse au vu des multiples essais, ajustements et améliorations attestés dans les alphabets archaïques (Jeffery 1961), et on reporterait au vie siècle les débuts d’une réflexion pleinement consciente de ses enjeux théoriques. Du moins y a-t-il alors des traces d’un passage de la parole-action globale à la parole-objet, réifiée, séparée et de ce dont elle parle et de son émetteur, susceptible d’examen et d’analyse.

12Les prémices d’une analyse de la parole globale apparaissent dans le cadre de la réflexion sur la pratique poétique, avec l’idée que cette parole est une construction. Cette idée se rencontre quelquefois chez Homère, à travers les métaphores du bâtiment et du tissage ; elle ne concerne pas la parole inspirée (particulièrement celle de l’aède) qui est censée avoir une sorte d’existence instantanée, mais elle apparaît à propos de ruses et d’« inventions » quand, précisément, ne disant pas la vérité, on doit prendre le temps de fabriquer autre chose. Cette idée de construction, encore peu attestée chez Homère, prend une extension considérable à partir du vie siècle (Svenbro 1976). Un facteur déterminant est le changement de statut social du poète, qui n’est plus l’aède homérique attaché à une cour, mais, proprement, le poiêtês (de poiein, « faire »), un producteur artisanal qui travaille à la commande moyennant rétribution. À partir de la matière première qu’est le « sujet », le poète met en œuvre son habileté, son métier, pour produire un chant, comparable à d’autres objets artisanaux : chez les poètes lyriques (Pindare, par exemple) abondent les métaphores de tressage, tissage, ciselure, sculpture, construction, charpente… On loue toujours les pouvoirs extraordinaires de la poésie, mais en mettant l’accent sur sa valeur de permanence : « Si nous connaissons Nestor et le Lycien Sarpédon, c’est grâce aux vers sonores comme savent en disposer harmonieusement les artistes habiles ; la valeur a besoin des chants illustres pour arriver à l’immortalité » (Pindare, Pythiques, 3, v. 112). La poésie, que la forme rythmée et la musique permettent de mémoriser et de répéter, peut exister indéfiniment, alors que les actions des hommes et les hommes eux-mêmes sont éphémères. Il s’établit ainsi une distance entre la parole et ce dont elle parle et, partant, une idée de représentation, clairement attestée dans les aphorismes du poète Simonide, qui disait que « le discours est une image des actions » et que « la peinture est une poésie silencieuse et la poésie une peinture parlante » (Svenbro 1976, p. 156).

13Les poètes ne disent rien des éléments qui entrent dans la construction de la poésie : ce n’est pas leur propos. Mais, toujours au vie siècle, on voit apparaître une discipline qui est le lointain ancêtre de toutes les sciences du langage, la mousikê, étude de la parole poétique (parole chantée), don des Muses. Cette discipline est à vrai dire très mal connue jusqu’à Aristoxène (fin du ive siècle avant J.-C.). Pour les Anciens, le premier auteur d’un ouvrage sur la mousikê était Lasos d’Hermionè (vie siècle), également connu pour avoir composé des poèmes « asigmatiques », sans le sigma dont le son lui semblait déplaisant (Privitera 1965). Dans la suite, le terme se spécialise selon les contextes, désignant aussi bien des recherches acoustiques complexes comme celles que la tradition attribue à Pythagore, que l’instruction primaire (à la fin du ve siècle, un personnage d’Aristophane peut encore dire qu’en fait de mousikê il n’a appris que les lettres). C’est probablement aussi à ce cadre qu’il faut rattacher les spéculations pythagoriciennes sur la lettre-élément. Aristote (Métaphysique, 14, 6, 1093 a 10) rapporte, en se gaussant, que pour les pythagoriciens les 7 voyelles doivent être rapprochées des 7 notes de musique, des 7 guerriers légendaires ayant assiégé Thèbes, et du fait que les animaux perdent leurs dents à 7 ans ; que les trois consonnes doubles (zêta, xi, psi) correspondent aux trois accords musicaux ; et que l’alpha et l’oméga sont séparés par la même distance que la note la plus grave et la note la plus aiguë de la flûte. Ce qui veut dire, sans doute, que les pythagoriciens essayaient de retrouver dans les lettres l’organisation numérique régissant la musique et l’univers entier. C’est peut-être à eux (Koller 1955) que l’on doit aussi des considérations plus convaincantes sur la détermination de l’élément, par saisie des différences pertinentes sous l’infinie diversité des phénomènes, saisie de l’un sous le multiple ; ainsi seraient d’inspiration pythagoricienne des textes comme celui du Prométhée (v. 440 sq.) d’Eschyle (début du ve siècle) où le héros dit qu’il a sorti les hommes du brouillard de l’indétermination en leur apprenant l’astronomie, les nombres et les lettres ; ou encore le mythe de Theuth (Thot) illustrant le passage de l’infini au déterminé dans le Philèbe de Platon (18 b) :

Quand fut perçue l’infinité de la voix, soit par un dieu, soit par quelque homme divin – une tradition égyptienne raconte, en effet, que Theuth fut le premier à percevoir que, dans cet infini, les voyelles ne sont pas une mais multiples, et qu’il y a, en outre, d’autres émissions, qui, sans avoir un son, ont pourtant un bruit, et qu’elles aussi ont un certain nombre ; il mit à part, comme troisième espèce, ce que nous appelons maintenant les muettes ; après quoi, il divisa, une à une, les muettes qui n’ont ni bruit ni son, puis, de la même façon, les voyelles et les intermédiaires, enfin détermina leur nombre et donna, à chacune d’elles et à toutes ensemble, le nom d’éléments. (traduction Diès, Paris, Les Belles Lettres, 1966)

14C’est dans le cadre de la mousikê qu’on commence à classer les sons élémentaires en voyelles, semi-voyelles et muettes, en termes d’articulation et d’acoustique ; on détermine les familles de sons d’articulation proche (labiales, dentales…) ; on étudie les propriétés de la syllabe (longueur, accent…). Bref, c’est dans ce cadre que s’organisent les connaissances qui relèvent pour nous de la phonétique. On ne peut dater les progrès en la matière faute de témoignages précis, mais quand Platon en parle (Philèbe, cité supra ; Cratyle, passim ; Théétète, 203 b), il est clair qu’il s’appuie sur une tradition antérieure. Le point important est que ces recherches phonétiques sont subordonnées à une vue d’ensemble de la parole poétique, qui les justifie et les oriente. La mousikê inaugure en effet un type d’analyse qu’on peut dire « longitudinale » et qui consiste à mettre en évidence la coexistence de plusieurs phénomènes sur toute l’étendue d’une même séquence phonique. Selon Lasos d’Hermionè, déjà, il faut distinguer trois choses dans une même séquence poétique : la mélodie, le rythme et le « parlé » (on ne sait quel terme il employait, cette doctrine n’étant connue que par la traduction de Martianus Capella (ve siècle après J.-C.) qui dit uerba, « les mots », terme latin banal à son époque). Cette triade musicale a une histoire complexe qu’on ne traitera pas ici (voir par exemple Cristante 1974-1975). Mais on rappelle que le rythme (« la forme », c’est le sens étymologique) est d’abord saisi et identifié dans les articulations de la voix, les dessins formés par les alternances de syllabes longues et brèves qui caractérisent la poésie grecque. De ce fait, la rythmique est d’abord une étude du son de la voix, phônê, un phénomène dont comptent seulement les qualités physiques de durée, d’articulation et de combinaison. C’est une analyse du rythme qui amène à s’intéresser aux sons élémentaires et à décomposer et recomposer la voix en unités de tailles différentes qui s’emboîtent les unes dans les autres, son élémentaire, syllabe, suites de syllabes.

15Vers le temps de Platon, on reconnaît que le rythme peut être abstrait de la voix, qu’il est la forme commune à la mélodie et au parlé – ainsi qu’aux mouvements de la danse. La rythmique devient une science des combinaisons de durées ; mais une nouvelle branche de la musique prend forme, la métrique, qui applique les données de la rythmique à la matière particulière du parlé et qui hérite des notions de phonétique de l’ancienne rythmique : c’est à la métrique qu’Aristote renvoie quand il parle de phonétique, par exemple dans le chapitre 20 de la Poétique. Il en sera théoriquement ainsi jusqu’à la fin de l’Antiquité : les derniers métriciens latins suivent toujours le schéma d’emboîtement, son élémentaire, syllabe, pied, etc., et c’est chez eux qu’on trouvera le chapitre de phonétique articulatoire qu’on chercherait en vain dans les grammaires. L’étude de la phônê, non comme porteuse d’un sens, mais en tant que matière d’une forme poétique, reste autonome en dépit des divers emprunts que lui feront d’autres disciplines (rhétorique, grammaire), mais elle est marginalisée : la phonétique pure cesse assez vite d’intéresser les Anciens.

  • 2 [Voir ici même p. 29.]

16Cette première analyse de la parole dans le cadre de la mousikê est présentée par Platon comme le modèle d’une autre analyse, de portée bien différente. Dans un très célèbre texte (Cratyle, 424 sq.), Platon pose face à face l’enchaînement élément – syllabe – rythmes et l’enchaînement élément – syllabe – onomata et rhêmata (noms et « verbes ») – logos (discours). La parole se compose d’éléments qui se combinent en syllabes ; au-delà on peut envisager deux types de découpages, selon le rythme ou selon le sens, les syllabes se groupant soit en séquences de longues et de brèves puis en vers, soit en mots pourvus de sens partiel puis en discours porteur d’un sens complet. Il est possible et même probable que, sous cette forme-là précisément, l’analyse soit le fait de Platon. Mais elle a des antécédents. D’abord l’idée que les mots (onomata, « les noms », voir supra) sont composés de lettres-éléments et de syllabes est très ancienne : c’est le ressort implicite puis explicite des recherches d’étymologie. D’autre part l’idée d’une composition du sens semble coextensive au terme même de logos. L’histoire de ce terme est certes complexe (Horovitz 1978), mais l’étymologie (« ensemble organisé ») et les premiers emplois, du reste rarissimes, chez Homère et Hésiode, dans des contextes de tromperie et de « construction » verbale, vont dans le sens d’une parole saisie comme un objet à la fois un et composite. Vers le vie siècle le terme de logos s’impose pour désigner le « discours » en prose et, particulièrement, celui que l’écriture rend possible, discours des historiens, médecins, philosophes, … (y compris chez Héraclite, comme on semble le reconnaître maintenant, après d’infinies spéculations sur le Logos). On le rencontre ensuite, notamment au ve siècle, pour désigner une unité de parole indéterminée, sinon en ce qu’il ne lui manque rien, qu’elle est un tout. Cela ne dit rien sur une limite supérieure du logos, d’où l’absence de différence nette entre phrase et ensemble de phrases (texte) – qui persistera pendant toute l’Antiquité et aura des répercussions notables sur la conception de la syntaxe (Thornton 1986). On reconnaît en revanche des unités inférieures au logos. C’est surtout le terme de rhêma qui désigne ces fragments extraits d’un logos (emploi courant, par exemple, chez Aristophane). Un rhêma est une « chose dite », un « dit », le terme comportant une idée de brièveté relative qui le rend apte à désigner, par exemple, des proverbes ou maximes. De là on passe à l’idée de brièveté propre à ce qui est un morceau d’une unité plus grande : le caractère commun des rhêmata, hétérogènes au regard des classements modernes (mots, locutions, expressions…) est alors simplement le fait d’appartenir à un logos. Les rhêmata sont les ancêtres des « parties du discours », des mots en tant qu’on les définit à l’intérieur d’un énoncé complet. Cependant, du fait que de telles parties peuvent être extraites et se tenir seules en formant un sens, on peut les assimiler aux onomata, aux mots en tant que noms donnés aux « choses ». On dira alors que le logos est composé d’onomata, ce qui se rencontre avant Platon : par exemple, dans les Dissoi logoi (Discours antithétiques)2, un sophiste anonyme de la fin du ve siècle dit, comme une évidence banale, que sont identiques deux énoncés (logoi) qui sont dits avec les mêmes mots (onomata) (IV, 2). Une analyse de l’énoncé complet en sous-unités de sens existe donc avant Platon – même si elle ne va pas sans poser de graves questions.

17Dira-t-on alors que l’apport de Platon a consisté à additionner les analyses encore partielles de l’onoma et du logos ? Ce n’est pas sûr, car la série lettre-syllabe-morceau pourvu d’un sens partiel / logos pourvu d’un sens complet a dû apparaître bien avant lui, dans la simple expérience de la lecture. On sait que l’écriture grecque ne connaît aucune forme de ponctuation ni de séparation de mots : une ligne d’écriture est une succession de lettres dans laquelle aucun regroupement n’est d’abord perceptible. La lecture doit procéder par découpages dans cette succession, découpage de la syllabe où se réalise le son, puis découpage d’une unité plus étendue où se réalise un sens partiel, découpage enfin d’une grande unité où se réalise un sens complet. Divers témoignages, dont un précieux papyrus du iiie siècle avant J.-C. contenant un manuel pour l’apprentissage de la lecture (Guéraud et Jouguet 1938) montrent que c’est bien ainsi qu’on apprenait à lire aux enfants. Autrement dit, si la transcription alphabétique, qui analyse la parole en lettres, peut se passer d’autres formes de découpages, la lecture passe nécessairement par la reconnaissance d’unités supérieures, la syllabe, le mot. Tout le problème est de déterminer à quel moment on a pris pleinement conscience de ce qu’impliquait, pour l’analyse de la parole, la pratique de la lecture. Faute de textes, on ne peut qu’avancer des hypothèses. On note ainsi que peu avant le temps de Platon apparaît une discipline autonome, la tekhnê grammatikê (science des lettres), mais qu’Archytas, un pythagoricien contemporain et ami de Platon, soutenait que la grammatikê n’était qu’une partie de la mousikê. La grammatikê est l’apprentissage élémentaire de la lecture et de l’écriture. La mousikê avait cet apprentissage en charge, peut-être au titre du troisième terme de la triade musicale, le « parlé », en l’occurrence le texte, séparé du rythme et de la mélodie. L’émancipation de la grammatikê doit correspondre à une extension de l’enseignement élémentaire, mais aussi à un nouveau rapport au texte. Il ne faut nullement se représenter un monde grec entièrement alphabétisé dès l’invention de l’alphabet. Au contraire, l’écriture, créée peut-être simplement comme instrument du commerce, a été pendant longtemps surtout utilisée comme une sorte d’aide-mémoire, dans la transcription d’énoncés déjà existants et connus des utilisateurs. Au vie siècle l’usage se diffuse quelque peu et elle commence à servir à la composition et à la conservation de textes en prose (les logoi dont il était question plus haut). L’alphabétisation donne naissance à l’institution scolaire au ve siècle, mais ne devient vraiment générale qu’au ive siècle. L’apparition de la grammatikê au tournant des ve-ive siècles doit être une conséquence de cette évolution : on déchiffre désormais des textes inconnus au lieu de se contenter de « reconnaître » un texte qu’on sait déjà par cœur (c’est le sens étymologique de anagignôskein, « lire », voir Lanza 1979, p. 66) ; on dissocie les textes poétiques de leur mélodie et on lit des textes de prose, sans se laisser porter par leur rythme, seulement pour en connaître le sens. Bref, le maître d’école, le grammatistês, qui enseigne à lire dans ces conditions, peut avoir quelque titre à la thématisation du schéma lettre-syllabe-mot-énoncé… C’est en tout cas un schéma qui articulera toute la grammaire, devenue science de la langue, jusqu’à la fin de l’Antiquité, avec des conséquences importantes : assimilation de la production des énoncés à la lecture et vue de la langue comme jeu de construction à partir d’éléments prédéterminés (Desbordes, 1986).

18L’originalité de Platon n’est donc sans doute pas tant d’avoir produit le schéma lettre-syllabe-mot-énoncé, que d’avoir introduit entre la syllabe et le logos le couple onoma et rhêma. Un logos se compose de noms et de « choses dites », parce qu’une combinaison suppose au moins deux espèces d’éléments. Revenant sur la question dans le Sophiste, Platon compare la composition du sens dans le logos à la composition de la syllabe (253 a sq.) : de même que plusieurs sortes de lettres se combinent pour former une syllabe, de même un énoncé doit comporter au minimum un onoma et un rhêma, lequel apparaît dans ce contexte comme un verbe (« Théétète est assis » ; « Théétète vole »). Platon prolonge les analyses des poètes, des musiciens et des grammatistes, mais il en change le sens. La parole n’est plus envisagée dans son rapport à la poésie, à l’écriture ou à la lecture, mais dans sa capacité à représenter, correctement ou non, le réel. L’analyse du logos est une réponse aux questions soulevées par les sophistes, avec lesquels la réflexion sur le langage a pris un nouveau départ.

Bibliographie

Bibliographie

Ouvrage collectif : Grammatici Latini, 1855-1880, H. Keil éd., Leipzig, Teubner, [reproduction : Hildesheim, Olms, 1961].

Benveniste Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale, I, Paris, Gallimard.

Christes Johannes, 1979, Sklaven und Freigelassene als Grammatiker und Philologen im antiken Rom, Wiesbaden, Steiner.

Cristante Lucio, 1974-1975, « Musica e grammatica nella Enciclopedia di Marziano Capella e nella tradizione anteriore », Atti e memorie dell’ Accademia Patavina di Scienze, Lettere ed Arti, 87, p. 353-379.

Desbordes Françoise, 1986, « L’énonciation dans la rhétorique antique : les figures de pensée », Histoire Épistémologie Langage VIII, 2, p. 25-38 [réédité dans Scripta varia. Rhétorique antique et littérature latine, Paris-Louvain-Dudley, Peeters, 2006, p. 109-120].

Détienne Marcel, 1967, Les maîtres de vérité dans la Grèce archaïque, Paris, Maspero.

Di Benedetto Vincenzo, 1958-1959, « Dionisio Trace e la Techne a lui attribuita », Annali della Scuola Normale di Pisa II, 27 et 28, p. 87-118.

Di Benedetto Vincenzo, 1973, « La Techne spuria », Annali della Scuola Normale di Pisa III, 3, p. 797-814.

Entralgo P. Laín, 1958, La curación por la palabra en la Antigüedad clásica, Madrid, Anthropos.

Fournier Henri, 1946, Les verbes « dire » en grec ancien, Paris, Klincksieck.

Gambarara Daniele, 1984, Alle fonti della filosofia del linguaggio. « Lingua » e « nomi » nella cultura greca arcaica, Rome, Bulzoni.

Grube G.M.A., 1965, The Greek and Roman Critics, Londres, Methuen.

Guéraud Octave et Jouguet Pierre, 1938, Un livre d’écolier du iiie siècle avant J.-C., Le Caire, Institut d’archéologie orientale.

Havelock Eric A., 1981, Aux origines de la civilisation écrite en Occident, Paris, Maspero.

Hoffmann Erich, 1923, Qua ratione epos, muthos, logos, ainos et uocabula ab eisdem stirpibus deriuata in antiquo Græcorum sermone usque ad annum fere 400 adhibita sunt, Diss. in., Göttingen.

Horovitz Thekla, 1978, Vom Logos zur Analogie. Die Geschichte eines mathematischen Terminus, Zurich, H. Rohr.

Jeffery Lilian H., 1961, The Local Scripts of Archaic Greece. A Study of the Origin of the Greek Alphabet and its Development from the Eighth to the Fifth Centuries B.C., Oxford, Clarendon Press.

Kaimio Jorma, 1969, The Roman and the Greek Language, Helsinki, Societas scientiarum Fennica.

Koller Hermann, 1955, « Stoicheion », Glotta, 34, p. 161-174.

Lanza Diego, 1979, Lingua e discurso nell’Atene delle professioni, Napoli, Liguori.

Law Vivien, 1987, « An unnoticed late Latin grammar: the Ars minor of Scaurus ? », Rheinisches Museum, 130, p. 67-89.

Pfeiffer Rudolph, 1968, History of Classical Scholarship, vol. 1 : From the Beginnings to the End of the Classical Age, Oxford University Press.

Privitera G. Aurelio, 1965, Lasi di Ermione : nella cultura ateniese e nella tradizione storiografica, Rome, Edizioni dell’Ateneo.

Robins Robert H., 1957, « Dionysius Thrax and the western grammatical tradition », Transactions of the Philological Society, p. 67-106.

Svenbro Jesper, 1976, La parole et le marbre : aux origines de la poétique grecque, thèse de philologie, Lund, J. Svenbro.

Thornton Anna Maria, 1986, « Logos-phrase et logos-texte chez Platon et Aristote », Cahiers de philosophie ancienne, 5, p. 165-179.

Wouters Alfons, 1979, The Grammatical Papyri from Græco-Roman Egypt. Contribution to the Study of the Ars Grammatici in Antiquity, Bruxelles, Koninklijke Academie voor Wetenschappen.

Notes

1 [Dans le volume collectif Histoire des idées linguistiques, d’où ce texte est tiré.]

2 [Voir ici même p. 29.]

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search