Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Partis pris des éditeurs

Texte intégral

1Dès la disparition de Françoise Desbordes en 1998, la republication de ses travaux était apparue indispensable à la communauté des chercheurs, amis proches ayant eu le privilège de la connaître, ou spécialistes d’histoire et d’épistémologie en sciences humaines.

2La quantité des textes répertoriés excluait la parution d’un seul volume. Deux éditeurs ont proposé d’accueillir chacun la moitié de ses articles ou contributions à des volumes collectifs. Tout en respectant l’attachement constant de Françoise Desbordes à l’idée d’une interdépendance entre les disciplines, nous avons choisi, pour rendre l’entreprise viable, de dégager deux grands ensembles.

  1. Un premier volume, paru en 2006 chez Peeters (Bibliothèque d’études classiques sous la direction de Jacqueline Dangel), contient les textes concernant l’histoire de la rhétorique et des analyses textuelles d’auteurs divers.
  2. Ce volume-ci reprend les travaux de Françoise Desbordes sur les philosophies du langage dans le monde gréco-latin, l’histoire de la grammaire et, plus largement, de la « linguistique » (écrit/oral, sens/référence/signification, étymologie, etc.).

3Les deux volumes offrent naturellement de multiples interconnexions.

4Nous avons choisi comme titre à cet ouvrage-ci Idées grecques et romaines sur le langage. Travaux d’histoire et d’épistémologie, dans un souci de continuité avec les Idées romaines sur l’écriture, paru en 1990, titre dont nous avons pris conscience qu’il était lui-même calqué sur l’une des publications de Georges Dumézil, Idées romaines (1969). On lira ici, en manière de conclusion, le bel article que Françoise Desbordes a consacré à ce dernier.

5Nous avons retenu la quasi-totalité des textes s’apparentant au thème général du volume, à l’exclusion de publications d’un autre type (préfaces, traductions ou éditions annotées, ensembles trop volumineux pour s’intégrer à cette anthologie). Nous avons écarté, très exceptionnellement, tel bref article lorsqu’il nous a paru répéter d’autres publications sur le même sujet (voir la bibliographie d’ensemble, p. 8-11).

6Nous avons choisi de ne pas regrouper en une seule bibliographie générale toutes les références proposées par Françoise Desbordes à la fin de chacun de ses articles, car il nous a paru que chaque texte méritait de conserver ses références propres, qui auraient été noyées dans une bibliographie globale (exemples : questions concernant l’écrit, l’étymologie, travaux sur saint Augustin ou Sextus Empiricus, etc.).

7Le plan de ce volume n’allait pas de soi, puisque les textes qui le composent n’ont jamais été organisés par leur auteur en vue d’un tel regroupement. L’ordre chronologique a été écarté. Une progression par sujets est nécessairement plus satisfaisante, mais n’aboutit pas toujours à des sous-ensembles parfaitement homogènes. Françoise Desbordes, toujours indépendante dans ses centres d’intérêt, a produit des textes difficilement classables, sur des auteurs parfois atypiques. Nous avons été principalement soucieux de faire apparaître de grands axes de recherche.

8I. La première partie, « Pluralité des points de vue sur le langage : interférences et frontières », regroupe des réflexions d’ordre général, épistémologiques et philosophiques, en amont des commentaires sur telle ou telle discipline linguistique particulière et l’étude de tel ou tel fait de langue. Ses trois composantes s’organisent ainsi :

  1. La tradition du discours sur les disciplines (naissance de l’étude du langage chez les Anciens, délimitation des champs entre rhétorique, grammaire et dialectique, transferts de concepts et exclusions mutuelles).
  2. L’idéologie sous-jacente qui conditionne le développement de discours techniques sur la langue, comme l’étymologie. L’essentiel en est la relation des deux cultures, grecque et latine, l’intérêt du concept de latinitas comme correspondant de l’ἑλληνισμός, et l’appropriation du savoir grec puis la constitution d’un modèle de l’identité linguistique latine. Virgile de Toulouse a sa place dans cet ensemble pour ses élucubrations (?) et l’étrangeté de ses dires.
  3. La pensée et les analyses de Sextus Empiricus, seul auteur auquel nous avons réservé une section à part, en tant que « philosophe », l’attitude sceptique provoquant une remise en cause d’un intérêt majeur, à la fois de la fiabilité du langage et de la validité des approches « scientifiques et techniques » le concernant.

9II. Les « Analyses de la langue » de la seconde partie sont tripartites elles aussi :

  1. La grammaire en tant que telle est envisagée sous l’angle historique (ses débuts, son évolution). Françoise Desbordes s’interroge sur la pertinence de la projection de concepts opératoires modernes sur les dispositifs anciens. Un point technique particulier, la question du tour impersonnel, est abordé.
  2. Françoise Desbordes était l’une des meilleures spécialistes de la question de l’écrit, et de la relation entre l’oral et les matériaux graphiques. C’est l’objet de cette 2e section.
  3. Les Anciens ont apporté une contribution essentielle aux questions de sens, de référence, de métalangage, comme le montre cette 3e section, qui donne la place qui lui revient à Augustin, et propose un bilan documenté des approches grecques et latines de l’homonymie et de la synonymie. Quintilien, bien souvent commenté dans l’ensemble de l’ouvrage, apparaît ici sur le thème du sens propre et de l’impropre.

10 L’ouvrage s’achève sur une présentation, remarquable par son ampleur et sa pertinence, des travaux de Georges Dumézil, dont le travail d’historien, d’épistémologue et de linguiste a marqué des générations de chercheurs.

11Les publications regroupées ici couvrent presque vingt années de recherches. Dans leur forme originale et leur première édition, elles offraient des disparates de présentation (typographie, bibliographies, habitudes éditoriales) propres aux normes des ouvrages dont elles étaient issues. Nous avons procédé à une normalisation légère pour donner une certaine unité à l’ensemble, tout en respectant scrupuleusement les textes eux-mêmes. Les indications entre crochets dans les notes de bas de pages sont des ajouts de notre part.

12Geneviève Clerico, Bernard Colombat et Jean Soubiran ont assuré la recherche et la mise en forme des textes. Ils remercient les éditeurs et les directeurs de revue qui ont autorisé leur republication dans ce volume.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search