Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Françoise Desbordes

Jean Soubiran

Texte intégral

1Née en janvier 1944 à Limoges de parents instituteurs, Françoise Desbordes fit de brillantes études au lycée de sa ville, puis à la faculté des lettres de Poitiers où elle fut une disciple d’Henry Bardon. Agrégée des lettres à 22 ans, elle enseigna d’abord au lycée de Limoges (1966-1968), avant de rejoindre comme assistante de latin sa faculté – devenue université – d’origine. Maître-assistante dès 1971, puis maître de conférences, elle soutint à la Sorbonne, en mai 1985, sa monumentale (1070 pages dactylographiées) thèse d’État, Signes graphiques et unités linguistiques : textes latins sur l’écriture, des origines à la fin du iie siècle de notre ère (mention Très honorable à l’unanimité). Ce titre de docteur lui valut en 1988 une chaire de professeur à l’université de Poitiers, qu’elle n’occupa que quelques mois. Elle obtint ensuite sa mutation à l’université de Grenoble III (1988-1993), puis à celle de Toulouse II – Le Mirail (1993-1998). Quoique provinciale, et résidant effectivement sur le lieu de son emploi (Grenoble, puis Toulouse), Françoise Desbordes avait noué des liens très étroits avec la capitale : chargée de cours d’agrégation à l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud, membre actif de plusieurs groupes ou centres de recherches à Paris, elle demeurait à l’avant-garde de la science philologique et de l’histoire des idées (linguistique, grammaire, rhétorique, littérature anciennes).

2C’est en 1995, à l’apogée de sa carrière, alors que l’université de Toulouse II se félicitait d’avoir attiré une aussi brillante latiniste, que se manifesta la grave maladie qui devait l’emporter : intervention chirurgicale, thérapeutique lourde et pénible n’entamèrent ni sa détermination, ni son ardeur au travail. Multipliant, par une sorte de défi héroïque et peut-être de palliatif à l’angoisse, publications et charges de tous ordres – jusqu’à une tournée de conférences au Brésil –, elle fit l’admiration navrée de ses collègues, et de ses étudiants qui l’adoraient. Le mal finit par triompher : elle s’éteignit à Toulouse, en janvier 1998, à peine âgée de 54 ans – un souvenir douloureux pour tous les témoins de ce cruel dénouement.

Bibliographie

Bibliographie générale

Les textes publiés dans ce volume sont précédés du signe ✦.

Les textes publiés dans le volume Scripta varia. Rhétorique antique et littérature latine, dans la collection Bibliothèque d’études classiques chez Peeters (2oo6), sont précédés du signe ✧.

Sous le nom de Françoise Rastier :

1969 « Les métamorphoses de l’ennemi : notes sur deux lettres d’Érasme », Orpheus XVI, 2, p. 129-146.

✧ 1970 « À propos du saturnien », Latomus XXIX, 1, p. 3-24.

✧ 1971 « La morale de l’histoire. Notes sur la matrone d’Éphèse, Satiricon CXI-CXII », Latomus XXX, 4, p. 1025-1056.

Sous le nom de Françoise Desbordes :

1979 Argonautica. Trois études sur l’imitation dans la littérature antique, Bruxelles, coll. Latomus, 159.

✧ 1979 « Les vertus de l’énoncé : notes sur les Sentences de Publilius Syrus », La Licorne, Publications de la faculté des lettres de Poitiers, 3, p. 67-84.

✧ 1979 « Masculin/féminin. Notes sur les Odes d’Horace », Études de littérature ancienne. Homère, Horace, le mythe d’Œdipe, les sentences de Sextus, S. Saïd, J. Bouffartigue et A. Moreau éd., Paris, Presses de l’ENS Ulm, p. 51-80.

✦ 1981 « Le comparatisme de G. Dumézil. Une introduction », Georges Dumézil, Paris, Centre G. Pompidou – Pandora Éditions (Cahiers pour un temps), p. 45-71.

1981 Pétrone, Satyricon, traduction de L. Tailhade, introduction, révision et notes explicatives par F. Desbordes, Paris, Flammarion.

✦ 1982 « Le langage sceptique : notes sur le Contre les grammairiens de Sextus Empiricus », Langages, 65, p. 47-74.

✧ 1982 « De la littérature comme digression. Notes sur les Métamorphoses d’Apulée », Questions de sens, Études de littérature ancienne, t. 2, Paris, Presses de l’ENS Ulm, p. 31-51.

✦ 1983 « Le schéma “addition, soustraction, mutation, métathèse” dans les textes anciens », Histoire Épistémologie Langage V, 1, p. 23-30.

1983 « La grammaire antique et l’originalité de Varron », Travaux d’histoire des théories linguistiques, 1, p. 48-67.

✦ 1983 « Écriture et ambiguïté d’après les textes théoriques latins », Modèles linguistiques V, 2, vol. 10, p. 13-37.

✦ 1984 « Actes de langage chez Varron ? », Matériaux pour une histoire des théories linguistiques, S. Auroux, M. Glatigny, A. Joly, A. Nicolas, I. Rosier éd., Lille, Université de Lille III, p. 1-8.

✦ 1985 « Raison et dérision de la grammaire chez Virgile de Toulouse », La linguistique fantastique, S. Auroux, J.-C. Chevalier, N. Jacques-Chaquin, C. Marcello-Nizia éd., Paris, Denoël, p. 35-43.

1985 Signes graphiques et unités linguistiques : textes latins sur l’écriture, des origines à la fin du iie siècle de notre ère, thèse de doctorat d’État (dactylographiée), Université de Paris IV.

✧ 1986 « L’énonciation dans la rhétorique antique : les figures de pensée », Histoire Épistémologie Langage VIII, 2, p. 25-38.

✦ 1986 « Elementa. Remarques sur le rôle de l’écriture dans la linguistique antique », Cahiers de philosophie ancienne, 5, p. 339-355.

✦ 1987 « Aux origines de la linguistique : l’exemple des Dissoi logoi », Études de linguistique générale et de linguistique latine en hommage à Guy Serbat, Paris, Société pour l’information grammaticale, p. 33-43.

✦ 1988 « Homonymie et synonymie d’après les textes théoriques latins », L’ambiguïté. Cinq études historiques, I. Rosier éd., Lille, Presses universitaires de Lille, p. 51-1o2.

✦ 1988 « La fonction du grec chez les grammairiens latins », L’héritage des grammairiens latins de l’Antiquité aux Lumières, I. Rosier éd., actes du colloque de Chantilly (2-4 sept. 1987), Louvain-Paris, Peeters – Société pour l’information grammaticale, p. 15-26.

✦ 1988 « La prétendue confusion de l’écrit et de l’oral dans les théories de l’Antiquité », Pour une théorie de la langue écrite, Paris, Éditions du CNRS, p. 27-33.

✧ 1989 « L’idéal romain dans la rhétorique de Quintilien », Ktema, 14, p. 273-279.

✧ 1989 « Un exemple de la transformation des mythes dans l’Angleterre du xviie siècle : l’histoire de Didon », Henry Purcell. Glorieuse révolution (1689-1988), XVIIe festival de Musique ancienne de Saintes (10-17 juillet 1988), Saintes, Institut de musique ancienne, p. 11-21.

✦ 1990 « Les idées sur le langage avant la constitution des disciplines spécifiques », Histoire des idées linguistiques, S. Auroux éd., Liège-Bruxelles, Pierre Mardaga, t. I, chap. 3, section 1, p. 149-161.

✧ 199o « La rhétorique », Histoire des idées linguistiques, S. Auroux éd., Liège-Bruxelles, Pierre Mardaga, t. I, chap. 3, section 2, p. 162-185.

1990 Idées romaines sur l’écriture, Lille, Presses universitaires de Lille.

✦ 1990 « Le scepticisme et les “arts libéraux” : une étude de Sextus Empiricus, Aduersus mathematicos I-VI », Le scepticisme antique, A.-J. Voelke éd., Neuchâtel, Cahiers de la Revue de théologie et de philosophie, p. 167-179.

✧ 1990 « L’argumentation dans la rhétorique antique : une introduction », Lalies, 8, p. 81-110.

✧ 1991 « Agir par la parole : la rhétorique », Sprachtheorien der abendländischen Antike, P. Schmitter éd., Tübingen, Narr, p. 395-426.

✦ 1991 « L’impersonnel d’après les textes théoriques de l’Antiquité », L’impersonnel. Mécanismes linguistiques et fonctionnements littéraires, M. Maillard éd., Grenoble, CEDITEL, p. 11-18.

✦ 1991 « La pratique étymologique des poètes latins à l’époque d’Auguste », Discours étymologiques, actes du colloque à l’occasion du centenaire de la naissance de Walther von Wartburg, Bâle, Fribourg, Mulhouse (16-18 mai 1988), Tübingen, Max Niemeyer Verlag, p. 149-16o.

✦ 1991 « Latinitas : constitution et évolution d’un modèle de l’identité linguistique », Ἑλληνισμός. Quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque, S. Saïd éd., actes du colloque de Strasbourg (25-27 octobre 1989), Leyde, Brill, p. 33-47.

✧ 1992 « Après la bataille, ou comment on finit l’histoire », Guerre et Littérature, Hommage à Maurice Rieuneau, Recherches et travaux, 42, Grenoble, Université Stendhal, p. 11-19.

✧ 1992 « Pirates et empoisonneurs : l’invention romanesque dans la déclamation latine », Entretiens sur l’Antiquité gréco-latine, Liège, Faculté de philosophie et lettres, p. 1-28.

✧ 1992 « La vie brève : une étude du temps dans les Odes d’Horace », Vita Latina, 125, p. 11-20.

✧ 1993 « Virgile s’explique », Europe, 765-766, p. 81-92.

✧ 1993 « L’illusion théâtrale dans le Miles gloriosus », Vita Latina, 129, p. 6-16.

✧ 1993 « Le texte caché : problèmes figurés dans la déclamation latine », Revue des études latines, 71, p. 73-86.

✧ 1994 « L’orateur et l’acteur », Théâtre et cité, M. Menu éd., Toulouse, Université de Toulouse Le Mirail, p. 53-72.

1994 « Écrire comme on parle », Le gré des langues, 7, p. 156-168.

1994 « Quintilien » et « Rhéteurs et déclamateurs à Rome », Dictionnaire universel des littératures, B. Didier éd., Paris, PUF.

✦ 1995 « Sur les débuts de la grammaire à Rome », Lalies, 15, p. 125-137.

1995 Le secret de Démosthène, introduction, traduction et annotations de Quintilien, Institution oratoire, 11, 3, Paris, Les Belles Lettres (Le corps éloquent).

1995 Concepciones sobre la escritura en la Antigüedad Romana, traduit par A. L. Bixio de Idées romaines sur l’écriture, Barcelone, Gedisa editorial.

1995 Concepçoes sobre a escrita na Roma antiga, traduit par F. M. L. Moretto et G. Marcondes Machada de Idées romaines sur l’écriture, São Paulo, Editora Atica.

✧ 1995 « La place de l’autre. Remarques sur quelques emplois de controuersia dans la rhétorique latine », La controverse religieuse et ses formes, Centre d’études des religions du Livre, A. Le Boulluec éd., Paris, CERF, p. 29-46.

1996 La rhétorique antique : l’art de persuader, Paris, Hachette.

✧ 1996 « La rhétorique et le rire selon Quintilien », Le rire des Anciens, actes du colloque de Rouen (janv. 1995), Études de littérature ancienne, t. 8, Paris, Presses de l’ENS  Ulm, p. 307-314.

1996 Lexicon grammaticorum, Harro Stammerjohann éd., Tübingen, Max Niemeyer Verlag : « Dumézil, Georges » (p. 260-262), « Nigidius Figulus, Publius » (p. 674), « Remmius Palæmon » (p. 783-784), « Valerius Probus, Marcus » (p. 953-954), « Velius Longus » (p. 962), « Verrius Flaccus, Marcus » (p. 965-966).

1997 « The notion of Orthography. A Latin inheritance », Writing Development. An Interdisciplinary View, C. Pontecorvo éd., Amsterdam, Benjamins (Studies in Written Language and Literacy), p. 117-128.

✦ 1998 « La pratique étymologique des Latins et son rapport à l’histoire », L’étymologie de l’Antiquité à la Renaissance, C. Buridant éd., Lexique, 14, p. 69- 79.

1998 Corpus représentatif des grammaires et des traditions linguistiques, t. I, Bernard Colombat éd., Histoire Épistémologie Langage, hors-série : « Diomède » (p. 43-45), « Dosithée » (p. 48-49), « Macrobe » (p. 45-46), « Quintilien » (p. 36-38), « Varron » (p. 35-36), « Victorinus » (p. 39-4o).

✦ 1999 « Le propre et l’impropre de Quintilien », Conceptions latines du sens et de la signification, M. Baratin et C. Moussy éd., actes du colloque du centre A. Ernout, Université Paris IV (juin 1996), Paris, PUPS (Lingua Latina), p. 97-104.

✦ 2000 « L’ars grammatica dans la période postclassique : le Corpus grammaticorum Latinorum », History of the Language Sciences. An International Handbook on the Evolution of the Study of the Language from the Beginnings to the Present, S. Auroux, E.F.K. Koerner, H.J. Niederehe, K. Versteegh éd., Berlin, De Gruyter, vol. 1, p. 466-474.

En collaboration avec Pierre Laurens et Henry Bardon :

1978 Érasme, Correspondance, vol. VII (1527-1528), traduction et notes par P. Laurens, F. Desbordes et H. Bardon, sous la direction de A. Gerlo et de P. Foriers, Institut pour l’étude de la Renaissance et de l’humanisme, Bruxelles, University press.

En collaboration avec Marc Baratin :

1981 L’analyse linguistique dans l’Antiquité classique, I : Les théories, Paris, Klincksieck.

✦ 1982 « Sémiologie et métalinguistique chez saint Augustin », Langages, 65 (ensemble du numéro thématique Signification et référence dans l’Antiquité et au Moyen Âge, confié à M. Baratin et F. Desbordes), p. 75-89.

✦ 1986 « La “troisième partie” de l’ars grammatica », Historiographia linguistica XIII, 2/3, p. 215-240.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/30578/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search