Version classiqueVersion mobile

Idées grecques et romaines sur le langage

 | 
Françoise Desbordes

Préface

Marc Baratin

Texte intégral

1Dans l’effervescence intellectuelle des années 1970, une curiosité commune pour l’origine de la réflexion linguistique nous a rapprochés, Françoise Desbordes et moi-même. Nous avions fait connaissance à l’occasion d’une des rencontres dont la période était déjà friande, et où les antiquisants, ou du moins certains d’entre eux, se confrontaient à la modernité pour y trouver de nouveaux moyens de lire les textes anciens. Tout en se passionnant pour la linguistique, l’époque ignorait largement son histoire, ou se contentait de dénoncer rituellement les accointances avec la logique ou la rhétorique qui auraient si longtemps altéré cette discipline, avant que la fin du xixe siècle ne la purifie enfin et n’en officialise ainsi véritablement la naissance. De notre côté en revanche nous étions frappés par la variété des théories mises en place dans l’Antiquité pour rendre compte des différents aspects du langage, par le nombre et la diversité des textes, par la complexité des systèmes élaborés et de leurs évolutions.

2J’avais l’idée de mettre ces textes à la portée des modernes, pour confronter ceux-ci à la profondeur historique d’une réflexion qu’ils croyaient encore adolescente, et je cherchais d’autres personnes pour traduire ces textes avec moi. Partis à quatre dans cette entreprise, nous nous sommes retrouvés à deux. La traduction est en effet un travail si personnel, où l’on s’engage pourrait-on dire si intimement, qu’il est rare de trouver des partenaires qui acceptent de soumettre leur point de vue à la critique, alors même que ces discussions sur le détail d’un texte sont irremplaçables pour approcher progressivement la cohérence interne d’une construction intellectuelle dont on ne perçoit souvent, au premier coup d’œil, que les échos lointains qu’elle a pu laisser dans la modernité. Françoise Desbordes avait plus que tout autre les qualités nécessaires pour ce genre d’exercice, en raison bien sûr de ses talents de traductrice, de la clarté attique de son expression, de la précision de sa pensée, mais aussi grâce à l’intérêt et l’attention qu’elle portait aux arguments qui lui étaient opposés – tout en sachant défendre fermement son point de vue quand elle l’estimait mieux fondé. Surtout, l’ampleur et la variété de ses connaissances lui donnaient sur les textes l’ouverture de regard, la « focale » qui lui permettait de saisir des correspondances inaperçues, des échos cachés, des liens oubliés.

3La diversité des centres d’intérêt de Françoise Desbordes venait d’une curiosité personnelle attachée aux objets les plus divers, et de sa formation : marquée par les leçons de Greimas et de Dumézil, elle avait retiré de ce double patronage intellectuel le goût des systèmes complexes.

4Elle avait tenté de faire avec Dumézil, dans les dernières années de la vie de ce dernier, un ouvrage rétrospectif où il aurait relié les différents aspects d’une réflexion particulièrement diverse. Il avait accepté, mais au fil des séances de travail, où elle le mettait en face, sinon de contradictions, du moins de l’hétérogénéité de certains éléments de sa réflexion, il avait fini par lui dire son peu de goût pour cette entreprise : elle cherchait le fil rouge, la cohérence de l’ensemble, lui ne voyait que l’étape suivante dans un parcours dont l’intérêt intrinsèque de chaque élément valait cohérence de l’ensemble.

5Ce fil rouge au milieu de la diversité, elle l’avait cherché dans sa propre vie, poussant la rigueur intellectuelle jusqu’à des engagements militants qui aujourd’hui paraîtraient incompréhensibles par leur excès : la recherche de la rationalité n’est pas toujours prudente, et prend à l’occasion les traits de la plus grande fantaisie.

6Un dernier mot sur la manière particulière, le style de Françoise Desbordes. Lorsqu’elle faisait une intervention (et si je ne l’ai guère vue le faire que dans des colloques, je suppose qu’il en allait de même dans ses cours), elle posait devant elle un paquet de fiches, qu’elle avait extraites des cartons soigneusement rangés dont sa bibliothèque était remplie, et elle commençait à parler en suivant l’ordre de ces fiches couvertes de notes, sans texte, sans fil directeur nettement indiqué, en suivant simplement l’énoncé successif de ces faits, de ces textes dont elle avait relevé et conservé la trace. La cohérence, car bien sûr il y en avait une, ne naissait pas d’une affirmation péremptoire, elle se dessinait progressivement au fil de l’exposé des faits, et l’auditeur avait le sentiment de la découvrir lui-même, tant elle s’imposait comme une évidence. J’ai toujours admiré cette manière de ne pas imposer sa propre réflexion, mais de la faire partager à ceux qui suivraient le même chemin.

7Les articles réunis dans ce volume sont comme ces paquets de fiches, apparemment sans lien, mais dessinent les linéaments d’une pensée qui prend en compte la diversité de la réalité, et progressivement en dévoile les liens, en révèle l’organisation, en trouve la cohérence et la rationalité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search