Version classiqueVersion mobile

Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva

 | 
Jean-Claude Chevalier
, 
Pierre Encrevé

Première partie. Entretiens

Le vingtième siècle a-t-il été le siècle de Saussure ?

Jean-Claude Chevalier

Texte intégral

1Quand en 1916, en pleine guerre, Bally et Sechehaye éditent des notes prises aux cours de leur maître et ami pour en constituer un Cours de linguistique générale, le livre sera accueilli et lu par tous les linguistes, français particulièrement : il offre un cadre d’ensemble à cette discipline relativement neuve : la linguistique générale. Chacun reconnaît aux deux linguistes genevois le mérite d’avoir donné une forme cohérente aux réflexions, aux méditations d’un maître qui avait pourtant écrit un jour à Meillet : « Il est impossible d’écrire à la suite deux lignes sensées concernant la linguistique ». Paradoxe frappant dans un début de siècle paradoxal.

2Qui ne reculera pas, en ce moment même, devant des millions de cadavres pour trouver des solutions à ses paradoxes.

3Le CLG s’inscrit dans un effort de généralisation de la linguistique marqué par de multiples publications. Le Langage de Vendryes, qui a été écrit avant la guerre, paraît en 1921. Il suit l’Introduction to the Study of Language de Leonard Bloomfield (1914), il rivalise avec The Language d’Edward Sapir (1921) ou le Language d’Otto Jespersen (1922) – qu’André Martinet voudra traduire. Mais le CLG les domine tous par la force et la nouveauté de son argumentation et par le prestige en France de Saussure appuyé par la glorieuse Société de linguistique. Dès la publication pourtant, il suscite des réserves : Meillet dans le bref compte rendu qu’il consacre au CLG dans le BSL laisse percer une certaine réserve ; il ne retrouve pas la spontanéité de Saussure, les jaillissements de sa pensée, la force des métaphores, les doutes, les retraits. Réserve aussi chez Troubetzkoy à qui, très vite, le russe de Genève, Serge Karcevski, a porté le CLG : comparé aux ambitions de la phonologie exposées par Troubetzkoy dès le BSL de 1922, aux larges vues politiques de l’eurasisme que Troubetzkoy installe sur les hypothèses hardies du géographe Savitzky, aux synthèses ambitieuses d’une linguistique générale qui dans les premiers congrès des linguistes distinguera les familles de langue (héréditaires) et les groupements de langues (géographiques), le CLG apparaît singulièrement réservé. Il n’en reste pas moins que pour la communauté française des linguistes, le CLG dit de Saussure est le livre de famille, la base de toute entreprise linguistique, la référence même du maître à tous, Antoine Meillet. Je renvoie ici à Tullio di Mauro qui a très bien montré, en Préface à son édition du CLG, que la force de l’expansion linguistique entre les deux guerres était due en bonne partie à la puissance des argumentations de ce livre fondamental.

4Mais à cela, je juxtapose aussitôt un paradoxe surprenant. Le CLG est délibérément ignoré des grammairiens et philologues spécialistes du français, radicalement fermés aux spéculations des linguistes et, comme on l’a vu, à tout ce qui ressemble à une théorie ou même à une généralisation. Brunot n’en parle pas, ne l’a pas lu et pas davantage ses disciples et cette censure est éloquente. Leurs finalités sont ailleurs : l’analyse de l’histoire de la langue française par Brunot débouche sur une exaltation du destin de notre peuple, sur une analyse de ses composantes sociales marquées dans le lexique, sur une ouverture à la création d’un monde nouveau fondé sur les principes de l’humanisme révolutionnaire. Aussi chaque tome de l’HLF éveille-t-il une franche hostilité chez les linguistes, une forte irritation. Mais c’est surtout la grammaire qui apparaît comme le point le plus litigieux. Le modèle de Brunot, fondé sur la découverte des idéologies de l’action, du progrès politique, est délibérément étranger à toute formalisation qui, par son abstraction même, éloignerait du progrès social. Même Maurice Grammont qui a suivi les cours de Saussure est un disciple lointain, contesté par les linguistes. Le seul grammairien disciple avoué de Saussure est un obscur, l’ancien employé de banque Gustave Guillaume qui entretient la flamme linguistique que Meillet lui a transmise.

5Guillaume sera, chez les grammairiens et philologues qui répugnent à réduire la langue à une élémentaire psychologie de l’action, la seule lumière théorisante ouvertement référée à Meillet et Saussure. Aux approches de la guerre de 1939, la petite charge de cours que Meillet lui a trouvée aux Hautes Études apportera aux rares grammairiens et philologues qui suivent ses cours des éléments de réflexion nouveaux et séduisants, un ensemble de concepts jusque-là inconnus. Les thèses de Robert-Léon Wagner, soutenues en 1938, auraient sans doute étendu le message, si elles n’avaient été étouffées par la déclaration de guerre de 39. Du moins, l’explosion intellectuelle de l’après-guerre pouvait apporter le dynamisme conceptuel indispensable à une génération étouffée par l’historicisme de Brunot. Wagner l’avait bien compris qui, arrivé à la Sorbonne, ouvrait sa Bibliographie de 1947 par un éloge de Saussure et du saussurisme, relayé par l’éloge de Gustave Guillaume.

6Mais l’organisation rigide des facultés, de la première d’entre elles surtout, la Sorbonne, le poids de jurys de thèses, d’institutions pédagogiques gardiennes de la tradition, le rôle castrateur des concours hostiles à la nouveauté et aux propositions paradoxales et, en particulier du plus élevé d’entre eux, l’agrégation paralysait Robert-Léon Wagner. Ce n’est que lentement, pianissimo à partir des années 1930, au milieu de mille traverses, puis, plus rapidement à partir de 1955, que la linguistique et particulièrement la linguistique saussurienne, par sa pression propre, allait s’installer chez les grammairiens et philologues français. On entrevoyait alors que le CLG par la force de son argumentation, la richesse de sa conceptualisation, l’unicité de son système allait offrir à tous, linguistes et, pourquoi pas, philologues un extraordinaire outil de développement.

7Il suffisait d’un choc, mieux de chocs répétés pour ouvrir les esprits. L’objet de ce livre a été de montrer, au travers des déclarations de quelques ténors, la constitution de ce mouvement d’émancipation qui prend son élan à partir des années 1955 donc, fondé sur un événement décisif : la réorganisation de la recherche universitaire par un grand directeur, Gaston Berger. Qui, dans une situation de crise, offre des moyens nouveaux de recherche, d’expansion et d’innovation sans a priori ; ils seront, au début, concentrés en deux centres : Strasbourg et Besançon. Dès lors, le CLG a de beaux jours devant lui.

8Le paradoxe est qu’en ce moment même plusieurs mouvements allaient s’unir pour provoquer dans ce CLG que beaucoup venaient de découvrir un double mouvement d’implosion et d’explosion. Effet démultiplicateur ; c’est à voir. D’une part un mouvement intellectuel nouveau proposait un structuralisme élargi qui débordait le CLG, de l’autre des découvertes multipliées d’érudits allaient mettre en cause la force unifiante du CLG.

9Ce nouveau structuralisme élargi peut être originé dans l’article que Lévi-Strauss proposait en 1945 à la revue du Cercle linguistique de New York – qu’animeront Roman Jakobson et André Martinet –, Word. Lévi-Strauss propose une correspondance entre les structures de diverses sciences humaines, propos qui sera élargi, approfondi dans son Anthropologie structurale de 1958 et qui marquera son apogée symphonique dans le quatuor que représenteront les caricaturistes : Lévi-Strauss, Jakobson, Barthes, Lacan. Représentation fascinante, exaltante pour les grammairiens des années 1960 qui se cherchent des modèles représentatifs. De ceux-là, Greimas sera le plus typique et il investira les nouveaux jeux structuraux dans une discipline nouvelle, la sémiologie, déjà esquissée par Saussure ; mais il n’est pas de grammairiens qui n’en soit atteint, d’autant plus qu’elle opère éventuellement dans un domaine qui n’est pas étranger aux grammairiens et philologues : celui des signes, de tous ordres, de l’alphabet algébrique jusqu’à la poésie. Comme le disait Lafforgue, les signes appellent les cygnes. La structure en sera l’élément opératoire et le structuralisme, de confidentiel qu’il était, deviendra du jour au lendemain célèbre et vanté, d’autant plus qu’il prendra de multiples formes.

10Mais un deuxième mouvement qu’on pourrait dire d’implosion vient contaminer le premier. Est dénoncé le caractère artificiel d’un CLG figé, statufié qui ne serait qu’une « interprétation » de la pensée saussurienne. Il suffit de comparer avec les notes des cours, échos de la parole vivante, avec les notes préparatoires aux cours. C’est d’abord Robert Godel qui, le premier, en 1957, livrait au public un ouvrage intitulé Les sources manuscrites du cours, puis Rudolf Engler qui attachait son nom à un inventaire et à une confrontation systématique du cours et des manuscrits saussuriens. Le dispositif qui se mettait en place visait à montrer que le CLG était une interprétation, plus ou moins fidèle ou infidèle, selon les exégètes, d’une pensée saussurienne « authentique ». En somme, il fallait distinguer un cours, construction pédagogique de deux disciples dont chacun respectait la valeur, des excroissances saussuriennes vraies, quotidiennes, abandonnées, disparates, trouées de blancs et de silence. Le mythe du génie obscur se constituait. Et il fallait admettre qu’il y avait deux Saussure : le Saussure immédiat, vrai, profond, contradictoire, riches d’essais, de tentatives douloureuses et le Saussure maîtrisé du cours, fascinant par cela même, mais décevant par ses limites. Dès lors, la chasse aux manuscrits battait son plein ; Saussure avait laissé des masses considérables de feuillets. On découvrait aussi bien des systèmes phonologiques comme ceux que Maria Pia Marchese tirait de manuscrits conservés dans le fonds Harvard que des ébauches de cours, plus proches de préoccupations anciennes chez les linguistes, comme l’étude des récits épiques, les Nibelungen, par exemple.

11Saussure apparaissait comme un chercheur tourmenté, infiniment curieux, engagé dans des impasses, livré à des intuitions fulgurantes et qui répondait beaucoup mieux à l’image du génie, telle que la désirait l’époque, que le Saussure du CLG.

12Mais on observait surtout deux événements remarquables : d’abord, Jean Starobinsky mettait en valeur une découverte de ces fouineurs : les « anagrammes », « les mots sous les mots » laquelle conduisait à décrypter des sens cachés sous la phénoménologie du texte ; une illumination pour les psychanalystes et leurs partisans. Le langage apparaissait comme une création permanente, riche de multiples correspondances. Tel quel se saisissait de la « découverte » avec jubilation et soulignait comme le langage poétique était le lieu de multiples incantations traversées. On pourrait ainsi dessiner la complexion de structures générales et d’écritures particulières qui définissaient l’innovation. La syntaxe structurale n’était plus une coquille vide, mais un lieu d’animation et de création pour et par le jeu des pulsions. Beaucoup plus parente du second Wittgenstein, comme on dit, que du positivisme logique. Ne manquait qu’à appeler Freud à la rescousse ; mais, s’était-il dérobé ? On ne trouva que des miettes.

13Ensuite, et plus récemment, pendant un déménagement de la maison familiale, on découvrait dans l’Orangerie des textes et manuscrits admettant la quête de larges intuitions philosophiques. On voyait Saussure entièrement ouvert à la multiplicité des postulations linguistiques ; telle qu’il les résumait en une note griffonnée, depuis lors mille fois reproduite : « sémiologie = morphologie, grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique, stylistique, lexicologie, etc. – le tout étant inséparable ».

14Loin de la sécheresse attribuée au linguiste, on mettait en scène un Sturm und Drang de la création langagière.

  • 3 Lire Jürgen Trabant, « Faut-il défendre Saussure contre ses amateurs ? Notes item sur l’étymologie (...)

15En somme, avatar dramatique, on s’est retrouvés avec deux Saussure, sans savoir lequel était le vrai : celui du CLG ou celui des chaos métaphysiques, des intuitions fulgurantes l’un fermé, l’autre ouvert. Débat futile au demeurant. Jürgen Trabant3 qui a superbement analysé ce double développement parle de « piège » : la tentation, romantique, est de faire du Saussure des chaos le « vrai » Saussure ; la tentation linguistique est d’asseoir les formalismes sur le CLG ; au reste aujourd’hui tenus pour trop élémentaires. Mais rien n’empêche que ce riche bourgeois genevois ait possédé tout cela et que chacun ait configuré le Saussure dont il avait besoin. Le piège, si piège il y a, c’est de vouloir enfermer toute la linguistique passée, présente, future dans ce dilemme tentant. Bloquant, en quelque sorte la possibilité même de multiples développements qu’on a vu pourtant s’étendre, se constituer depuis quelques dizaines d’années. Et c’est ce dilemme qui est devenu le point nodal de notre enquête.

16En sorte de garder en arrière plan l’alcoolique un peu triste, dit-on, qui, de sa salle de cours de l’université de Genève, regardait le soleil caresser le faîte de sa demeure patricienne. Et descendre lentement au-delà de l’horizon.

17Image crépusculaire d’une grande aventure de l’esprit humain.

Notes

3 Lire Jürgen Trabant, « Faut-il défendre Saussure contre ses amateurs ? Notes item sur l’étymologie saussurienne », Langages 159, septembre 2005, p. 111-124.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search