Version classiqueVersion mobile

Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva

 | 
Jean-Claude Chevalier
, 
Pierre Encrevé

Première partie. Entretiens

13. Entretien avec Maurice Gross (1934-2001)

Texte intégral

Le trajet inspiré d’un explorateur : de Polytechnique à Vincennes via les laboratoires informatiques de l’Est américain

1Quand Maurice Gross sort de l’École polytechnique (promotion 1955), il choisit la carrière d’ingénieur d’armement, ce qui implique apparemment un goût de la recherche mathématique et, en pleine guerre froide, un goût des domaines brûlants. Comme pas mal de mathématiciens (Gross cite Henri Poincaré), il aurait pu être intéressé par les jeux et les analyses de langage. Mais, dans la fin des années 1950, l’institution linguistique en France n’est nullement attractive ni surtout manifeste : les facultés sont fermées comme des séminaires de religion laïque, mobilisées par la préparation à des examens et concours vieux d’un demi-siècle et au-delà ; des organismes savants comme les Hautes Études ou le Collège de France sont des lieux de méditation pointue, non de création ouverte ; on y forme peu ou pas d’élèves ; sauf exception, des étrangers surtout, on ne crée pas de groupes de travail. C’est un sérail sans jolies femmes. Les étudiants, étrangers pour la plupart, sont mobilisés ailleurs. Cette claustration n’épargne pas les plus illustres.

2Pierre Encrevé. — Quel rôle a joué Benveniste ? Il n’a pas produit beaucoup d’élèves. On ne trouve pas un doctorant de Benveniste dans les linguistes « modernes » d’aujourd’hui.

Maurice Gross — Ça, c’est le Collège de France ; il n’y a pas d’élèves au Collège de France. C’est un problème. Cette institution prestigieuse ne forme pas d’élèves.

3P. E. — Il était aussi directeur d’études aux Hautes Études. Il y avait du monde et on formait des élèves.

C’était surtout des étrangers. Il ne dirigeait pas de thèse.

4P. E. — Maintenant on peut.

C’est récent et ce n’est pas simple. Je crois qu’il faut être intégré à une formation de 3e cycle.

5Idéologiquement parlant, ce système universitaire repose sur une vieille tradition française : le culte de l’individualisme ; les savants français ont horreur de termes comme école, équipe, etc. « Il n’y a pas d’école française », écrit Meillet en 1928, préfaçant un livre d’hommages au jeune Benveniste ; de mon temps, trente ans plus tard, on le martelait encore aux soutenances. Chacun pour soi et Meillet pour tous. Trait qui rejoint un malthusianisme institutionnel : on n’a pas besoin de former de nombreux disciples, encore moins des équipes. L’Université émerge à peine d’une longue période de stérilité, plus ou moins voilée par le prestige de Meillet. Les postes ont été et, encore jusqu’en 1955, sont créés au compte-gouttes ; il y en a très peu de disponibles. Seuls la retraite (très tardive) ou des décès providentiels ouvrent des places. Le fonctionnement normal est une république de gérontes qui vaticinent en vase clos :

M. Gross — Je n’avais pas la moindre idée de ce qu’était un linguiste d’abord. (Il rit.) Je ne savais même pas que ça existait.

6Donc, faute de savoir ce qu’était un linguiste ni même s’il en existait et où, toute recherche de type linguistique est exclue pour Maurice Gross, quelque goût qu’il ait pu en avoir. Un signe chez lui : des sentiments agressifs qui jouent le même rôle que l’oubli ; il a tendance dans l’entretien à réduire à rien l’activité des linguistes français de cette époque, jusqu’à tenir des propos injurieux, comme une justification instinctive de son ignorance du domaine. À tout prendre, il préférera consulter les grammaires scolaires ou anciennes.

7Il n’a pas davantage dans les sciences de modèle de carrière fixé qui prendrait en compte une science du langage. La plus proche science des signes est l’informatique, discipline neuve qui manipule les segments en les mettant à portée d’exercice d’un jeune mathématicien curieux du domaine.

8Domaine en devenir, où s’affrontent, après la guerre de 39-45, les deux mouvements scientifiques les plus puissants de l’époque : l’américain et le russe ; fascinants pour la vigueur de la pensée théorique et pour la force et la puissance de l’innovation technologique. Dans cette lutte de géants, l’espionnage est constant, comme le pillage des textes ; la nouvelle informatique laisse croire à un moyen efficace d’information : la traduction automatique. Mouvement d’autant plus entraînant qu’il est articulé par des institutions en mutation créées après 1945 pour répondre aux besoins d’une civilisation industrielle – et militaire – en pleine expansion.

9L’armée demande à ses chercheurs d’utiliser leur science et leur matériel pour définir des méthodes informatiques de traduction automatique. Le laboratoire auquel s’affilie Maurice Gross est le CETA, unissant des services de l’armée et du jeune CNRS :

J’étais ingénieur au Laboratoire central de l’armement où l’on m’a affecté au Centre de calcul. Le CNRS avait créé avec le Laboratoire de l’armement un centre d’études pour la traduction automatique. Dirigé par Sestier, ingénieur aussi. Il y avait là des jeunes gens linguistes. Le lien avec eux s’est fait. Il y avait Delavenay qui s’est intéressé à la traduction automatique. Il y avait aussi Corbé qui s’intéressait à l’anglo-américain. Il a écrit un petit bouquin, La machine à traduire [sic], chez Mouton. Ils travaillaient à l’Unesco.

10P. E. — C’est à ce moment qu’a été créée l’Association de traduction automatique et de linguistique appliquée, dite Atala.

Corbé a joué un certain rôle là-dedans.

11P. E. — C’était un épiphénomène de la guerre froide.

Absolument. C’était la même chose aux États-Unis. L’idée a mis un ou deux ans avant de remonter en France, puisqu’il y a eu Grenoble, un peu après Paris. Il y avait aussi des linguistes qui venaient des Langues O. Train pour le russe, Meile, spécialiste de hindi, qui parlait russe, je crois. Gentilhomme, bien sûr. On a étudié la morphologie du russe. Je l’ai appris un peu.

12Gross garde de cette époque le souvenir d’une activité désordonnée. Il tente d’inventorier des structures de langues européennes (il a commencé par l’allemand) ; d’après des modèles informatiques très élémentaires, et d’après ses souvenirs scolaires. Deux conséquences qui vont peser lourd sur la suite en privilégiant deux pentes de travail :

  1. L’étude de la morphologie, familière aux grammaires scolaires, qui s’offre mieux à des classements formels élémentaires. Des domaines plus difficiles pour un autodidacte comme la phonologie ou la sémantique sont laissés de côté.

  2. Le recours à une démarche de type empirique, un processus qu’on peut dire inductif.

13Cette double postulation se retrouvera dans les premiers travaux publiés par Maurice Gross – pour ne pas dire tous – et persistera.

14Aimait-il cette démarche tâtonnante ? Seconde nature ? Me revient en mémoire, au moment d’écrire ces lignes, un souvenir qui nous est commun. En 1970 – ou 1971 –, en marge de mission, nous visitons le Zoma, le fabuleux marché de Tananarive. De pleines corbeilles de pierres précieuses dont Madagascar est prodigue. Maurice Gross était fasciné : il étalait sur les éventaires des pierres et les appariait, selon leurs couleurs et leurs formes. Pendant des heures, sans se lasser.

15Tout grand lecteur qu’il soit, les premières grammaires qu’il consulte ne lui apportent pas grand-chose. Du moins, il ne s’en souvient pas. Sa mémoire est trouée ; l’oubli dégage les lignes qui s’affirment à partir de ce moment-là :

M. G. — On avait besoin de choses extrêmement concrètes. On pensait qu’on allait avoir des règles un peu mécanisées ; on a pris des grammaires ; on a regardé tous les paradigmes, les verbes forts, les autres. Je pense que le boulot qu’on avait fait était très bien. De toute façon, le système était ouvert ; on pouvait toujours ajouter de nouveaux paradigmes. La syntaxe, on a cherché partout. Il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent.

16Pour combler le vide, l’ailleurs prestigieux, il y a les pays anglo-saxons ; l’Angleterre, proche, pour des colloques de Traduction automatique (le premier à Ettington, en septembre 1961, où sont présents Kuno, Chatman, Klima, Ceccato, Lecerf, Meile, etc.) et l’Amérique, l’Amérique surtout :

M. G. — Je lisais beaucoup les livres de linguistique américaine ; et les travaux des Russes. Il y avait un service américain qui traduisait absolument toute la littérature russe sur le sujet de la TA, mais aussi qui débordait largement sur la linguistique. Un service à Washington. Un truc militaire. Ils avaient énormément d’argent. C’était des rapports techniques dans tous les domaines. On recevait ceux d’électronique aussi, c’est-à-dire d’informatique à l’époque. Et c’était ce qu’on lisait.

17Du désordre naissent les désirs, d’identification théorique et sociale :

On a soupçonné rapidement que les linguistes n’allaient pas nous aider beaucoup pour la syntaxe. Mais on avait tout de même l’impression qu’il y avait des choses. En regardant de plus près les grammaires, en remettant de l’ordre, on arriverait à faire des règles.
Il y avait de la traduction automatique dans pas mal de grandes universités aux États-Unis. J’ai profité d’une bourse de l’Unesco pour aller à Harvard, en octobre 61.

18L’Amérique donc. Gross ne quitte pas sa structure professionnelle ; sa bourse est localisée à Harvard chez un ingénieur, Oettinger. Celui-ci n’étant pas linguiste, Maurice Gross cherche un milieu plus approprié à ses premières recherches et plus prestigieux aussi ; il trouve le MIT. Il passe encore chez un ingénieur, Victor Yngve ; et là il rencontre Edward Klima et Matthews occupés à la TA. Milieu miraculeux, comme il n’en existe qu’en Amérique à cette époque :

M. G. — Eux étaient payés comme linguistes. Chomsky était à côté dans le département de linguistique. Plus exactement, c’était le laboratoire de recherche en électronique. Il y avait de la phonétique à l’époque déjà. Ce labo, c’était un truc énorme.

19P. E. — En France, alors, il était impensable qu’un labo de linguistique dépende d’un labo de recherche électronique.

Je pense que ça englobait la linguistique. Il y avait de l’acoustique phonétique. Morris Halle en faisait. Il y avait Strevens. Ils ont eu des contacts avec Jakobson qui était à Harvard.

20Jean-Claude Chevalier — C’était le style labo où il y avait des élèves.

Le MIT, c’est spécial. Les élèves étudient dans un labo. On prépare un diplôme et puis, après deux ans, on dégage.

21Le jeune ingénieur s’instruit, sensible aux affrontements. Venu pour la traduction automatique, il comprend vite qu’aux États-Unis elle est presque enterrée : les résultats sont trop médiocres. Partout circulait le rapport négatif de Bar Hillel. Maurice Gross le rencontre. Chomsky, publiquement, approuve le rapport Bar-Hillel. La voie de la TA bloquée, Maurice Gross semble automatiquement poussé dans la voie connexe des analyses formelles du langage :

22P. E. — Comment t’es-tu lié avec Chomsky ?

Par Matthews et Klima. Un peu de bagarre avec Yngve déjà ; même pas mal.

23P. E. — Tu vas suivre les cours de Chomsky. Mais alors tu es le premier Français.

Oui, sûrement. Au MIT, personne ne savait ce qu’était un linguiste Français.

24J.-C. C. — Pourtant Syntactic Structures avait été publié en 57, chez Mouton.

Je l’avais lu avant de partir. Ça ne m’avait pas impressionné ; je n’avais pas compris. C’était assez difficile à comprendre quand on avait lu la littérature traditionnelle qui était tout ce qu’on avait sous la main, y compris Tesnière. Celui-là, j’avais commencé à le lire en France, je l’ai terminé aux États-Unis et j’ai fait un exposé sur lui chez Chomsky. Il a fallu que je lise Bloomfield pour comprendre un peu mieux.

25Des personnages fabuleux passent. Beaucoup de gloires américaines de la cybernétique, mais aussi un Français surprenant (un autre !), Marcel Schutzenberger :

M. G. — Il faisait de la biologie mathématique. Il connaissait Chomsky, il connaissait Halle, toute la bande du labo de linguistique électronique, Norbert Wiener qui à l’époque était à la retraite, un peu fatigué ; aussi Shannon. Chomsky était un gamin quand il était arrivé dans le labo. C’était un lieu incroyable. Ça tournait autour des maths, peut-être un peu d’ingénierie. Chomsky avait un peu de mal à se dépatouiller de ses grammaires. Il a eu ce trait de génie de découvrir la composante unique. Et Schutz a travaillé avec lui, il a donné une forme mathématique que Chomsky était incapable de…

26On attend chez Maurice Gross une révélation de Damas, une conversion immédiate aux grammaires formelles ; ce sera pour plus tard, les structures de formation sont les plus fortes ; Maurice Gross reste ingénieur et le note avec lucidité :

27P. E. — Quand tu les vois, c’est le déclic.

M. G. — Pas du tout. Je faisais mon bouleau de traducteur informaticien. J’ai appris de la logique, ce que je n’avais jamais fait en France, les fonctions récursives, j’allais suivre des cours, de maths surtout, chez Chomsky. J’ai écouté Morris Halle et Klima, mais mes intérêts étaient surtout informatiques ; j’ai appris à programmer et j’ai fait un analyseur syntaxique en LISP, langage à la mode aujourd’hui [en 1983], un algorithme assez standard. Je pense qu’on n’a pas fait tellement mieux pour l’intelligence artificielle. Ils avaient des ordinateurs plus performants qu’à Paris.

28À la fin de l’année universitaire, le jeune ingénieur revient à Paris, toujours pas linguiste, mais riche de possibilités nouvelles ; il a fait un papier ou deux sur les propriétés formelles des langages et se sent toujours informaticien. À Paris, la situation a changé, dans le même sens qu’aux États-Unis. Sestier renonce à la traduction automatique ; Maurice Gross qui a connu les critiques américaines ne peut que l’encourager. Le CETA est dissous en octobre 1962 et les chercheurs invités à choisir entre l’Armement et le CNRS ; Gross choisit un poste d’attaché de recherche à un encore jeune CNRS qui ouvre de multiples possibilités de travail.

  • 2 L’institut Blaise-Pascal, centre de calcul, a été créé par le CNRS en 1946 et développé sous la dir (...)

29Le bruit s’est répandu chez les linguistes de cette génération que de nouveaux modèles d’analyse sont apparus aux États-Unis, Syntactic Structures commence à être connu ; Nicolas Ruwet en trouve un exemplaire sur le bureau de Lacan ; Culioli parle de grammaires formelles, comme d’une nouveauté, à son séminaire de l’ENS. Gross va rejoindre le laboratoire de calcul numérique de l’institut Blaise-Pascal2, dirigé par de Possel : c’est le centre d’informatique du CNRS. Il faut constituer de nouveaux réseaux, restructurer les habitudes intellectuelles dans cette nouvelle institution ; mais, conjointement, rechercher le contact avec une science en développement :

De Possel était le directeur de l’institut, c’était un mathématicien, numéricien plutôt, mécanicien ; mais Schutz arrive rapidement, un peu en retard sur moi. Il était professeur à Poitiers ; je commence un peu à travailler avec lui ; il était en maths, statistiques. Nous travaillons, grammaires formelles, problèmes de combinatoire.

30P. E. — Mais comme tu ne crois plus à la traduction automatique, tu veux faire quoi ? Être linguiste ? Quels sont tes projets ?

C’est plutôt informaticien. La profession était mal définie. Il y avait l’informatique numérique, ça existait, la résolution d’équations différentielles, les méthodes de calcul numérique ; on n’avait pas attendu l’informatique pour démarrer. Mais il y avait quelque chose de nouveau qui se dessinait qui était l’informatique non numérique, comme on l’appelait à l’époque. Qui consistait à faire des compilateurs, étudier des langages de programmation, une activité de linguistique formelle quand même ; et c’est ce que je fais à l’époque.

31P. E. — Là tu es dans l’isolement.

32M. G. — Beaucoup plus isolé ; sauf que le truc de Hérault, c’est quand ?

33« Le truc de Hérault », comme dit Gross, a été fondé fin 1957, par Favard, professeur à Polytechnique, avec son élève Daniel Hérault, pour élaborer des codes militaires, codes conçus comme purement automatiques ; un autre officier, grièvement blessé en Indochine, le capitaine Moreau, s’y adjoindra. De là, ils passent aussitôt à une description des langues qui utilise une théorie mathématique (topologie générale), travaux exposés à un séminaire et à des cours où figureront des linguistes comme Pottier ; et qui intéressent évidemment Maurice Gross. Moreau devient en 1961 directeur à IBM et s’occupe de traduction automatique ; mais il se spécialise en statistique des mots et des sons ; va entrer en relation avec Quemada et deviendra un habitué de Besançon. Peu à peu, informaticiens et linguistes se retrouvent dans des filières communes. Des réseaux s’esquissent. Quant au Centre, devenu plus tard Centre de linguistique quantitative, il éditera des fascicules que les jeunes linguistes liront : Les cahiers de linguistique quantitative.

34Gross suit la même évolution et, la deuxième année, enseigne à la faculté des sciences, au centre Henri-Poincaré, conjointement avec Pottier et Greimas qui est revenu d’Ankara. Gross n’a jamais suivi de cours de linguistique, sinon, avec quelques collègues ingénieurs, quelques cours de Martinet quand il était au CETA. Il se servira surtout de l’expérience des années précédentes. À ses premiers cours, sur les échos de sa réputation de mathématicien formé aux États-Unis, spécialiste des langages formels, on verra se présenter de jeunes diplômés – l’accès est libre – : Blanche-Noëlle Grunig, élève de Martinet, Annie Meunier, élève des Langues O, une sévrienne, épouse d’un normalien scientifique, Françoise Douay ; d’autres. C’est un problème de disponibilité. Les universitaires en poste sont requis ailleurs : Culioli écrasé par ses charges sorbonnardes, Mounin par son métier à Aix et par une thèse d’État à terminer et qui se contentera d’une visite. Le système institutionnel fait le tri. Les relations de Gross s’établissent à son niveau avec des collègues d’Henri-Poincaré, de préférence avec des matheux informaticiens comme André Lentin, gendre de Marcel Cohen (et ce détail n’est pas futile), qui travaille à Blaise-Pascal.

35Car, à l’intérieur des institutions, les acteurs ont un rôle décisif de transmission pour les échanges d’idées – et ce sera bien le rôle de Lentin qui le conduira à publier avec Maurice Gross en 1966 un livre : Notions sur les grammaires formelles. Autre relation décisive : Schutzenberger. Maurice Gross l’a donc rencontré au MIT, génial et chaleureux. « Schutz », comme on disait, a aidé Chomsky à formaliser la langue ; il publiera un livre avec lui. Une grande amitié s’est établie entre Gross et Schutz ; ce dernier sait l’admiration, mais aussi les doutes de Gross devant la méthode de Chomsky : Gross admire la virtuosité de Chomsky, mais l’empirique qu’il est renâcle quelque peu devant certains subterfuges un peu retors ; avec Chomsky, on a tendance à escamoter les difficultés et à ne retenir des données que ce qui est dans la ligne de la méthode d’investigation.

36« Schutz » imagine de lui faire rencontrer un ami prestigieux, Zellig Harris qui, à Philadelphie, tente, lui aussi, en tâtonnant, de construire, à sa manière, des grammaires formelles. Harris, qui n’est pas scientifique de formation, a besoin d’un mathématicien ; le jeune et brillant polytechnicien fera l’affaire ; on lui trouve un poste d’assistant auprès de Harris. Une nouvelle fois, il s’absente de Paris. Célibataire, disponible, ce lui est chose aisée ; il part pour l’université de Pennsylvanie en octobre 1964. Ce sera pour lui une expérience décisive. Pour Harris, qui a envie de formaliser un peu plus ce qu’il fait, Gross sera l’ange providentiel ; pour Gross, ce sera le contact permanent avec un grammairien éprouvé. Ce seront d’étranges relations.

37Là tout se met en place :

M. G. — Alors là, j’apprends la linguistique. J’en avais appris pas mal, finalement, mais ça ne s’était pas mis en place. Je n’avais pas fait de travail personnel sur le langage et, cette année-là, j’avais des cours particuliers de Harris.

38P. E. — Mais à ce moment-là, tu apprends toute la linguistique, y compris la phonologie.

Un petit peu de phonologie, et même pas mal. Quand j’ai travaillé sur les temps du verbe français, il y avait des problèmes qui m’ont fait regarder un peu la phonologie.

39P. E. — Il ne parlait jamais de sémantique ?

Non.

40P. E. — C’était vraiment la tradition de Bloomfield. Pas de sémantique. Syntaxe.

Oui, et discours.

41P. E. — Le discours, il en faisait un peu.

J’en entendais parler : et je m’y intéressais.
P. E. — Est-ce qu’il avait des élèves ? Ou, comme on dit, il n’en avait pas. Il n’en avait pas. C’était pire que cela, il les évitait. Il avait des étudiants inscrits : ceux-là, il ne voulait pas les voir. Moi, il me voyait très souvent.

42Personnage curieux, solitaire dans son département, mais qui « connaissait toute une élite intellectuelle new-yorkaise. Il avait été de gauche, sérieusement de gauche, trotskiste, sans doute, enfin un truc comme ça. Lié à l’élite intellectuelle. Ainsi, il connaissait très bien Goodmann. »

43Avec Harris, en un an, Gross prépare deux livres. Une grammaire transformationnelle du français, rédigée en anglais, qui aurait pu être un doctorat, un PhD, si Gross était resté assez longtemps en Pennsylvanie ; ce sera un rapport de l’université de Pennsylvanie, source des grammaires transformationnelles ultérieures. Par ailleurs, pendant un cours à une école d’été de linguistique à Los Angeles il rédige, en français, un travail sur la comparaison du français et de l’anglais. Enfin, il entame un travail sur les adverbes, inachevé, mais qui sera développé dans les années 1970. On peut dire que tout le début de sa carrière de linguiste a été fondé en Pennsylvanie, à côté de, avec Harris.

44Mais, en 1965, événement contingent : il se marie. Le salaire du CNRS ne suffit pas, à ses yeux, pour entretenir un ménage. Il prend un job d’informaticien à Genève, à l’Organisation mondiale de la santé, dans un département de toxicologie.

45Il reviendra vite à la linguistique pour devenir un des membres de la tribu, malgré l’opposition de certains augures de la Société de linguistique de Paris, restés farouchement opposés à ce qu’ils appelaient une « linguistique d’ingénieurs ». Mais le système plus souple instauré dans l’Université depuis les réformes imaginées par le directeur de l’enseignement supérieur, Gaston Berger, en 1955 donne de larges possibilités de manœuvres et permet à Maurice Gross de devenir linguiste en titre. Au lieu de la lourde thèse d’État comme celle sur laquelle s’échinent depuis des années les apprentis linguistes français comme Georges Mounin, il peut passer une thèse de 3e cycle fondée sur le travail de comparaison peaufiné à Los Angeles. Il peut profiter de postes provisoires et est nommé en 1966 maître de conférences détaché à Aix ; il y rencontrera un professeur exceptionnel, grammairien théoricien du français, disciple de Guillaume et de Wagner, d’une immense culture historique et merveilleusement ouvert à toutes les nouveautés : Jean Stéfanini. Stéfanini a certainement largement contribué à faire de Gross un grand grammairien français en le conduisant à exploiter son capital, en le légitimant dans l’institution des facultés des lettres. Nouvel exemple du rôle des fortes personnalités dans les institutions et les évolutions théoriques.

46Comme linguiste légitime, il rejoindra les linguistes nouveaux au IIIe colloque de l’Association française de linguistique appliquée à Nancy, en 1967. Les deux premiers colloques de l’AFLA, à Besançon et à Grenoble, n’étaient que des essais qui avaient diffusé l’idée et les méthodes d’une nouvelle linguistique. Celui de Nancy sera un triomphe. Des centaines d’étudiants, des professeurs de lycée, des assistants de faculté se pressent aux cours et conférences des ténors : le groupe dit BCG (Bresson pour la psychologie, Culioli pour les systèmes formels, Grize pour la logique), Jean Dubois, appuyé sur ses grammaires structurales, le jeune Nicolas Ruwet, récent docteur de Liège avec une thèse sur le mouvement transformationnel, et le plus glorieux : Maurice Gross ; d’autres. Les stagiaires se récitent par cœur Aspects de Chomsky. Les vieux opposants de l’Université et de la Société de linguistique de Paris sont murés dans le silence. Une des multiples manifestations spectaculaires qui annoncent l’explosion de Mai 68.

47Et fondateur, en outre. Un jour à la piscine de Nancy – il faisait très chaud cet été-là ; nous passions beaucoup de temps à la piscine –, devant des whiskys clandestins, Gross déclare à nous trois, Dubois, le structuraliste, Ruwet, le générativiste, et à moi, grammairien et historien : « Nous sommes la nouveauté, nous fondons une nouvelle discipline, nous avons un projet commun. Si nous étions en Amérique, nous aurions trouvé une fondation qui aurait créé pour nous un centre de linguistique dans une université prestigieuse. En France, c’est impossible. » Avec Mai 68, pour une fois, tout a semblé possible. L’année suivante, fin 1968, était constitué le centre expérimental de Vincennes ; nous serions tous les quatre membres fondateurs du département de linguistique.

Notes

2 L’institut Blaise-Pascal, centre de calcul, a été créé par le CNRS en 1946 et développé sous la direction de Joseph Perès, puis de Louis Couffignal, enfin de René de Possel, en 1957. À cette même date est créé le Centre d’analyse documentaire pour l’archéologie (Jean-Claude Gardin). En 1960, Gardin prend la direction de la Section d’automatique documentaire, qui sera reprise par Gross en 1966, avant de devenir le LADL en 1970 (Laboratoire d’automatique documentaire et linguistique).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search