Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

10. Entretien avec Jean Perrot (1925-2011)

p. 197-202


Texte intégral

De l’ENS Ulm à la Sorbonne, une carrière rectiligne pour garder droite la ligne de la linguistique française

1La présentation de cet entretien est assez particulière. D’abord parce que Jean Perrot, à cette époque, n’a pas créé de revue comme les autres interlocuteurs. À l’inverse, et ce n’est pas rien en ces temps troublés, il a maintenu la ligne d’une revue fondamentale dans le milieu, le Bulletin de la Société de linguistique de Paris, comme administrateur de 1963 à 1970, puis comme secrétaire jusqu’en 1998. Ensuite parce que, seul accident de l’entreprise, la cassette de l’entretien a disparu ; perte qui correspond peut-être à la discrétion de Perrot qui avait accepté de nous recevoir plus par amitié que par enthousiasme : la fonction officielle qu’il remplissait le contraignait à la discrétion. Le présent exposé a donc été rédigé sur des notes.

2Jean Perrot a joué un rôle fort dans l’institution linguistique de l’après-1945. Élève de l’ENS, très compétent, très réaliste, sa carrière était toute tracée. Ou peu s’en faut. Il avait été initié au hongrois par un de ses camarades étrangers de l’ENS. Il aurait volontiers entrepris un travail de recherche dans ce domaine, mais sa carrière eût été bloquée : l’unique chaire de hongrois, aux Langues O, était occupée par un cinquantenaire, Aurélien Sauvageot, fier d’une santé robuste. Perrot se rabattit sur le domaine de base : le latin, plus central, et aussi plus riche en postes et en débouchés. Le hongrois et les langues finno-ougriennes ne pouvaient être pour lui qu’un violon d’Ingres dont il pourrait jouer à plus longue échéance. L’examen de sa carrière – et la biographie de Sauvageot – montre la justesse du calcul.

3Aussitôt passée l’agrégation, il entre à la Sorbonne, unique assistant de l’unique professeur de cet unique Institut, Michel Lejeune, dernier docteur consacré par Meillet, nommé à cette chaire à la retraite de Joseph Vendryès, en 1945. Perrot publie assez tôt (1953) un remarquable petit « Que sais-je ? » : La linguistique, que Lejeune lui avait sous-traité. C’était l’habitude que les maîtres, à la Sorbonne surtout, cèdent à leurs assistants les travaux secondaires qu’ils n’avaient ni le temps ni le goût de réaliser, livres, cours et conférences. De la même façon, il a participé à la rénovation du vieux (1924) et célèbre Langues du monde des deux maîtres, Antoine Meillet et Marcel Cohen. À cette occasion, nous lui avons demandé : « Avez-vous travaillé avec Marcel Cohen ? » Réponse de Perrot : « J’ai beaucoup travaillé avec lui et beaucoup appris ; mais sans le suivre dans toutes ses convictions. » Cohen essayait de répandre la sociolinguistique, dans la tradition de Meillet et sous inspiration marxiste, mais avec un succès limité. Beaucoup de gens, nous a dit Perrot, se méfiaient de Cohen, pour ses prises de position politique ; et aussi parce qu’il entrait mal dans le modèle standard ; c’était pourtant un fidèle de la Société de linguistique. Quand un enseignement de sociolinguistique avait été créé à l’EPHE, il avait été confié non à lui, mais à Vendryès ; enseignement rapidement interrompu. Finalement l’indomptable Cohen préférait l’atmosphère amicale et féconde de son cercle d’études marxistes ; il essaya d’attirer Perrot qui ne répondit guère aux avances.

4Puis, comme c’était la règle, ou l’habitude, pour les assistants de la Sorbonne, Perrot est parti en province, à Montpellier ; en 1953. Il prenait la succession de Lucien Tesnière qui avait lui-même succédé à Maurice Grammont. Contraint par les programmes universitaires, Tesnière enseignait la philologie latine, française aussi, à l’école normale de Montpellier. Perrot qui avait été chargé de restaurer le secteur de la philologie classique, appuyé par son doyen, décide d’élargir cet enseignement et de faire une place à la linguistique générale ; et, en même temps, de rétablir la phonétique dans son laboratoire. Mais Perrot, en étudiant classique de la Sorbonne, ne s’entendait guère aux aspects techniques de la phonétique ; il lui fallut aller chercher une initiation aux pratiques instrumentales auprès de René Gsell, alors à Grenoble. Il n’avait pas non plus de matériel. Son prédécesseur, Maurice Grammont, avait bien eu un laboratoire et des instruments ; mais ceux-ci avaient disparu entre-temps ; on les retrouva en mauvais état, empilés dans des caisses remisées sous les toits de la faculté. Dans la nouvelle faculté des lettres, un nouvel espace fut créé pour accueillir ce nouveau laboratoire de phonétique. Perrot se chargea de l’installation. « Dépensez-moi de l’argent », avait dit au jeune chargé d’enseignement le doyen Jean Bourciez. Signe du moins de la volonté d’entreprise des jeunes enseignants des années 1950.

5Enfin, Jean Perrot est revenu couronner sa carrière dans une chaire de Sorbonne. Carrière exemplaire telle qu’en pouvait rêver un normalien agrégé de talent. Inscrit très tôt à la Société de linguistique de Paris, lieu d’élection des philologues classiques, il s’y est senti à l’aise. Et est entré au bureau de la Société. C’est là-dessus surtout que nous l’avons interrogé, Pierre Encrevé et moi. Je vais maintenant tenter de reconstituer l’entretien d’après mes notes.

Jean Perrot — Je me suis occupé avec Michel Lejeune du Bulletin de la Société de linguistique. Il est évident qu’une vieille dame comme cette Société avait des traditions. Elle est née dans un milieu de philologues, tournés vers les secteurs classiques : les domaines latin, hellénique, etc. Ils faisaient évidemment passer dans le Bulletin des choses qui étaient de leur domaine, lequel n’était tout de même pas limité. Le Bulletin a été façonné par Antoine Meillet qui avait une très forte implantation dans le domaine classique, mais qui voulait envisager toutes les langues. Et, en même temps, assumer la linguistique générale.

6Et il ajoute :

Jamais personne n’a remis en question cette alliance ancienne.

7Le Bulletin et la Société répondaient à l’image que donnait l’Institut de linguistique de Paris. Un bloc solidaire. « Et, commente Jean Perrot, il y a eu un moment où cette association a paru vieillotte » et où on a remis en question une notion de linguistique générale qui pouvait paraître ambiguë.

8Mais, au fond, Jean Perrot reste attaché à cette ancienne conception. Il dit : « Beaucoup de gens – et lui sans doute, mais nous n’avons pas osé l’interrompre – trouvent que les langues éteintes qui font l’objet d’une philologie très rigoureuse, ça a des vertus. Ça interdit de spéculer gratuitement sans tenir compte de ce qu’est la réalité des langues. » Une certaine et persistante défiance de la théorie isolée, d’une linguistique générale abstraite des données qui, du temps de Perrot, s’incarnera dans ce qu’on appelait à l’époque une linguistique d’ingénieurs : les grammaires formelles, les grammaires logiciennes. Ces barrières posées, une large ouverture aux langues du monde, du moment que n’est pas remise en question la place privilégiée faite aux « langues anciennes » et une préoccupation certaine pour les réflexions généralisantes. Ici deux citations pour illustrer :

Vous constaterez que, dans le Bulletin, il y a toujours quelque chose qui sort du domaine des langues anciennes. C’était à quoi veillait très étroitement Benveniste, et moi, je ne vois pas de raison de remettre cela en question.

9Et cette autre :

Je reste fidèle à cet esprit qui consiste à associer les langues anciennes et la linguistique générale.

10Le tout dans un esprit de large compréhension, caractéristique des ambitions universitaires françaises. Perrot a notamment voulu que les spécialistes des langues classiques reçoivent une formation en linguistique générale et il a œuvré en ce sens au lendemain de Mai 68, en intervenant dans la réorganisation des cursus et, plus tard, en créant avec Jean Lallot les sessions d’Aussois, colloques d’été pour les langues anciennes. La résistance était forte dans ces secteurs, notamment en latin, où la méfiance était permanente à l’égard de la linguistique générale :

S’il y a des universitaires qui considèrent qu’il est toujours mal qu’on puisse débattre des choses en dehors d’eux, je ne suis certainement pas de leur catégorie.

11Néanmoins, l’exotique réclame quelque précaution :

On ne passe d’articles sur les langues lointaines que s’ils présentent un intérêt certain concernant la linguistique générale ; tandis qu’un latiniste ou un sanskritiste enverra plus volontiers un article même s’il n’en tire pas de conclusions générales.

12Position subtile et sage qui est bien celle de la Société : les langues anciennes latin, grec, sanscrit, etc. restent au cœur de la réflexion linguistique. Réflexion purement théorique et analyse des langues lointaines sont subordonnées à cette activité. C’était bien la division du Bulletin instaurée par Meillet : pour moitié des articles de base écrits en majorité par les indo-européanistes ; pour autre moitié des comptes rendus ouverts sur le vaste monde – très complets – et sans exclusive.

13Nous en venons à la question inévitable : comment la Société de linguistique a-t-elle réagi, dans ces années cruciales, à la nouvelle linguistique ? Qui était particulièrement actif ?

14Il faudrait d’abord savoir ce qu’on entend par « nouvelle linguistique », dit Perrot, et, encore mieux, ce qu’on entend par structuralisme. Quand Greimas nous avait déclaré : « Aux approches des années 60, je crée le structuralisme », nous lui avions fait remarquer qu’un des premiers colloques organisés par le centre de Strasbourg, en 1956, était intitulé : « Bilan du structuralisme ». Nous avions suggéré aussi qu’il y avait deux structuralismes : le premier qui envisage des structures de formes à l’intérieur d’un système était dérivé de Saussure et s’était donc répandu dans les rangs des comparatistes ; le second, revivifié par les phonologues et Jakobson tout particulièrement, s’était considérablement enrichi de l’apport de Lévi-Strauss qui montrait dès 1945, dès le célèbre article du numéro 1 de Word, puis dans sa thèse sur les Structures de la parenté, comment les règles de la phonologie, par extension, pouvaient servir à analyser ces structures de la parenté. Benveniste lui-même attestait, dans ses études de discours, qu’il savait utiliser la rigueur des règles du structuralisme comparatiste pour les intégrer à une sémiotique dans le modèle d’ensemble. On pouvait donc très bien glisser d’un modèle à l’autre et faire croire qu’on avait atteint un deuxième état du structuralisme quand on n’avait pas dépassé le premier. En toute honnêteté. Perrot qui analyse le rôle du structuralisme dans la Société de linguistique rend évidentes ces possibilités de glissement.

15Donc, il déclare :

Comment la Société de linguistique a-t-elle réagi à la nouvelle linguistique ? Il n’y avait aucun problème en ce qui concerne le développement de la linguistique structurale. Aucune hostilité chez les membres de la Société. Les élèves de Meillet étaient très portés et bien préparés à envisager les choses en philologues et en structuralistes. Mais ils soulignaient l’idée que les faits imposent des contraintes auxquelles le savant ne doit pas se dérober, ils admettaient la possibilité et même la nécessité d’observer des données sans les contraindre à entrer dans des cadres théoriques. Quand on leur parlait théorie, beaucoup d’entre eux étaient portés à adopter une certaine forme de point de vue structuraliste. Benveniste était du nombre, évidemment ; et Vendryès avait été, lui aussi, intéressé par ces courants modernes, ayant accepté, juste avant-guerre, la présidence de la Société de phonologie française.

16En vérité, la Société était le lieu de rencontre de personnalités qui venaient là pour des raisons différentes, parfois tout simplement pour des raisons d’amitié. Aussi bien Gougenheim – très souvent – et Wagner – beaucoup plus rarement –, avec leurs thésards. Sauvageot était très actif ; il fournissait des pages et des pages de comptes rendus très utiles sur les langues finno-ougriennes. Étaient aussi bien accueillis les sémanticiens structuralistes comme Bernard Pottier. Au fond un peu tout le monde, du moment que la méthode était identifiable et relativement contemporaine. Ainsi le chomskysme était suspect pour son étrangeté et la difficulté de déchiffrage. La Société était volontiers d’accord avec Martinet que c’était une linguistique pour ingénieurs qui n’entrait pas dans l’esprit français. Il y avait du vrai dans cette opinion ; et il avait fallu à Gross et à Ruwet des raisons impérieuses pour leur faire refouler une incompréhension première. À la Société de linguistique, la répulsion faisait corps et devenait vite et facilement hostilité. La trop rapide extension du générativisme renforçait la méfiance.

17« Au fond, dit Perrot, ce qu’on aimait bien, c’était des articles portant sur des domaines particuliers, nourris de la philologie de ce domaine particulier ; et ouvrant des perspectives de linguistique générale. » On était bien loin des laboratoires intensifs comme ceux qui existaient au MIT.

18Les relations avec les étrangers sont nombreuses. La plupart des grands ténors mondiaux sont membres de la Société ; ils viennent y faire des exposés. Relations suivies aussi, depuis La Haye, avec le Comité international permanent des linguistes qui assure le suivi de recherches de base et l’organisation des congrès internationaux. La Société prétend être une instance de régulation.

19Une société qui fonctionne bien, parfaitement huilée, appuyée sur une solide tradition représentée par un homme, Antoine Meillet, poursuivie par ses disciples : Benveniste, Vendryès, Lejeune depuis la fin d’une guerre de 14-18 qui avait vu mourir tant de jeunes linguistes déjà expérimentés. Une société peut-être trop bien rodée. Trop rigide en des temps tumultueux, des moments où se créeront entre les sciences des pactes étranges, où se développent des excroissances inattendues, où explosent les modèles de société : de l’utilisation des modèles formels à l’extension de didactiques ambitieuses, fondées sur la statistique et les analyses sociales. On comprend mieux pourquoi naissent dans les marges des groupes conjoncturels qui ne se sentaient pas à l’aise dans la Société. Ces rassemblements, animés par des personnalités marquées, soutenus par de fortes ambitions politiques ou philosophiques, créeront la linguistique nouvelle des années 1960. Le cercle de Moscou avait donné l’exemple de groupes largement ouverts et sans contrainte ; les « cercles » français joueront un rôle déterminant dans l’explosion de la linguistique française des années 1960. Mais, en 1980, ils ont disparu et la Société est toujours là, avec les mêmes principes, les mêmes réunions, les mêmes publications. Telle qu’en elle-même. Dont Jean Perrot reste un des héros éponymes.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.