Version classiqueVersion mobile

Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva

 | 
Jean-Claude Chevalier
, 
Pierre Encrevé

Première partie. Entretiens

9. Entretien avec Bernard Pottier (1924-)

Texte intégral

Un agrégé (d’espagnol, cette fois), un prophète ; l’équilibre rare du scrupule intellectuel et de l’honnêteté morale

1Bernard Pottier est un savant sec, affable, officieux, la parole tranchante, il intervient souvent dans les colloques et avec autorité ; en outre, chauve et portant lunettes. Il a été en France, très jeune, un des premiers spécialistes reconnus de la nouvelle sémantique, une autorité que citait constamment Greimas, par exemple. En outre, il a été directeur des sciences humaines au CNRS ; donc, comme on dit, chargé d’importantes responsabilités qu’il a assumées à la satisfaction générale ; il n’est personne qui conteste son honnêteté, qualité rare dans une corporation qui ne résiste pas toujours au plaisir des crocs-en-jambe. Il répond aux questions volontiers et efficacement. Avec assurance et modestie.

2Qu’on ne compte pas sur lui pour des développements éloquents : si importante que soit la question, il intervient par phrases brèves, limitées. Les interlocuteurs doivent suppléer. Par ailleurs, c’est un homme occupé : il nous accorde volontiers un rendez-vous, mais limité dans le temps ; et il se tiendra au laps fixé.

3Il réussit à conduire à la fois la carrière la plus traditionnelle et la plus innovante ; c’est un conciliateur-né. Assurant ses bases. Publiant tôt et modestement, encore étudiant, au Français moderne, pour commencer :

J’ai publié mon premier article au Français moderne. C’était en 46 et j’avais vingt-deux ans. Je lisais Le français moderne et je me suis dit : « Tiens, je vais envoyer ça. »

4Qui d’entre nous, en son jeune âge, aurait pensé à envoyer un papier au Français moderne ? Pottier l’a fait. Et il poursuit :

Le papier s’intitulait « Nombres symboliques d’intensité ». Ça a plu à Dauzat. C’était dans son genre ; assez anecdotique, des petits machins de rien. Honnêtement, c’était de l’anecdote. C’était tout simplement la connotation des chiffres en français. Je commentais des expressions comme « Je te l’ai répété vingt fois, cinquante fois » et pas « soixante fois ».
Dauzat aimait publier des trucs de jeune, comme ça. Ça m’a permis de publier plusieurs fois au Français moderne à ce moment-là. Et ça devenait de plus en plus sérieux. En 49, j’ai étudié des types de phrases comme « Le facteur qui passe, etc. »

5Dauzat, Pottier l’a connu aux Hautes Études, bien qu’il ne suive pas ses séminaires. Mais c’est Dauzat qui a été le rapporteur de sa thèse des Hautes Études. Il était encore étudiant ; plus tard, il sera professeur de lycée. Ce n’est pas un privilégié ; pour gagner sa vie, il est allé au charbon. Il avait passé une maîtrise avec Fouché en 1946. Sur Phonétique et morphologie de l’ancien aragonais, prémices de ses travaux sur l’ancien aragonais.

6Intervention de Pierre Encrevé :

7Mais vous avez aussi publié dans le BSL, dès 1948.

8Bernard Pottier met les choses au point :

Ce n’étaient pas des articles à l’époque. C’étaient des résultats de communications. Je les disais à la SLP devant Benveniste, ce qui n’était pas très drôle.

9Nous nous imaginons le tout jeune Bernard Pottier comparaissant devant l’aréopage de la direction de la Société de linguistique de Paris ; il fallait du courage, incontestablement. Mais, pour Pottier, ces communications jalonnaient un parcours intellectuel qui s’élaborait en ses débuts au contact de la très officielle SLP :

C’était sur la naissance des semi-consonnes transitoires. Et après j’ai parlé du couple : sujet/prédicat. L’espagnol a toujours été le fondement, mais, en ce temps, je piquais vers des considérations plus théoriques. J’ai commencé par réfléchir sur la phonétique et puis, de là, je suis passé à la morphologie et à la syntaxe.

10Intervention de Pierre Encrevé :

11Quelqu’un nous a dit qu’il y avait à l’époque une opposition entre Straka, Fouché et Martinet. Vous, vous avez été l’élève de Fouché et de Martinet, mais pas de Straka.

12Réponse de Pottier :

Straka était un peu à part. Je n’ai lié connaissance avec lui que quand j’ai été nommé professeur à Strasbourg, en 58. Et, c’est amusant, il comparaissait comme soutenant sa thèse devant le premier jury de thèse auquel j’ai appartenu. Or il était beaucoup plus âgé que moi. Ajoutez que ce n’était pas le genre de phonétique que je pratiquais. D’ailleurs la phonétique a rapidement été assez secondaire pour moi.

13Il est plutôt incliné vers la lexicologie et la sémantique de préférence, ce qui n’est pas étonnant pour un vieil ami de Greimas et de Quemada qu’il a connus à la Sorbonne. Qui est resté fidèle puisqu’il figure dans le comité des Cahiers de lexicologie. Mais qui mène sa barque avec plus d’économie que ne l’ont fait ses anciens camarades. Qui à trente ans est agrégé et docteur d’État. Chemin tout à fait original dans sa rectitude au milieu de tant de carrières tourmentées de linguistes, plongées dans des situations confuses. Chez Pottier, tout est clair. Son travail est minutieux, au petit point. Ce qui mérite explication.

14Dans les années de formation, on note quelques faits importants. Pierre Encrevé en souligne un d’emblée :

P. E. — En 48, vous assistez au congrès international des Linguistes qui se tient à Paris. La situation est extraordinaire : Martinet est délégué des États-Unis, avec Jakobson, et pas de la France. La France est représentée par Lejeune et Benveniste.

15Situation schizophrénique en effet ; très caractéristique de l’université parisienne de ces années-là. Et Pierre Encrevé ajoute, cherchant désespérémment un équilibre :

Est-ce que Guillaume y était ? L’avez-vous entendu ?
Bernard Pottier — Je n’ai jamais entendu Guillaume parler dans un congrès ou dans un colloque. Il avait sa charge de conférences à l’École des hautes études ; c’est tout. C’était un personnage qui n’était pas du tout fait pour participer à un colloque. Ses conférences, c’était une construction personnelle ; à prendre ou à laisser. Ajoutez qu’il était un peu sourd ; le contact était assez difficile [le nécessaire et le contingent !]. Quand j’avais des objections, je les faisais par lettre ; il me répondait de la même façon ; je ne suis allé à son domicile que deux ou trois fois.
J’allais surtout écouter ses conférences. Nous étions peu nombreux en 1944, entre cinq et dix. Puis on y a vu Jacob, Moignet, Valin ; Molho y est allé après moi.

16Pierre Encrevé — Les fidèles. De ceux que nous avons rencontrés jusqu’ici, personne n’y est allé, pas plus Culioli que Martinet. Comment expliquez-vous cela ?

17Jean-Claude Chevalier — Il occupait, me semble-t-il, une situation paradoxale. Il représentait la nouveauté, la théorisation, mais aussi les divagations d’un monolingue, à la française. C’est-à-dire qu’il connaissait aussi le latin, le grec et un peu le russe. Et il n’avait aucun pouvoir.

B. P. – C’était un type de pensée qui faisait un peu peur. Qui était tout à fait insolite dans la linguistique descriptive. Même la phonologie décrivait des états de langue. C’était un autre monde.
Moi, j’équilibrais sa doctrine avec beaucoup de lectures. Ainsi, je lisais Hjelmslev. Combien de gens le lisaient à cette époque ? Je n’en sais rien. Sans doute pas beaucoup. J’ai mis un peu de Hjelmslev dans ma thèse et ça a surpris le jury, autant Lejeune que Wagner.

18P. E. — Mais est-ce que Guillaume vous donnait des directions de travail ? De qui parlait-il ?

De Meillet évidemment. Mais il faisait très peu de références. Reportez-vous à ses cours ; vous le verrez. Je lisais par moi-même, dans le désordre. J’avais commencé par Martinet dont j’avais suivi les cours aux Hautes Études vers 44-45. C’était le structuralisme de l’épque. La notion de modèle généralisé est complètement étrangère à l’époque.

19Pierre Encrevé fait le point :

20S’il y a quelque chose de nouveau dans les années 60, c’est que la linguistique structurale sert de modèle à toutes les sciences humaines. Greimas entre peu à peu dans cette ambition ; avec Barthes. Ce n’était pas du tout le cas dans les années 45-50.

21Confirmation de Pottier :

Les propos de Martinet étaient tout à fait limités à l’analyse du langage ; limités comme l’étaient les interprétations structuralistes.
Dans ces dix années de préparation de ma thèse, j’ai tout lu. Je consultais Word – dont j’avais la collection complète – et Language. Regardez la bibliographie de ma thèse : ce sont tous les ouvrages que j’ai lus, que j’ai consultés en bibliothèque ; je voulais absolument être au courant de tout. J’étais jeune et je me faisais une idée folle de mon futur jury. Je croyais qu’il saurait tout et je ne voulais pas qu’il me prenne en défaut. Résultat : j’ai passé énormément de temps à me mettre au courant des dernières publications. Et, à la soutenance, j’ai vu que le jury s’en moquait complètement.

22Pottier a donc lu tous les structuralistes américains comme Bloch et Trager, il a lu très tôt Zellig Harris, des gens dont il ne s’est plus servi, il s’est initié à la structuration en constituants immédiats. Mais c’est une opération de commando qui reste isolée ; l’invasion américaine, c’est pour plus tard. Se rendait-il même compte de sa hardiesse ? Il ne cherchait même pas à ordonner, significativement, les apports américains dans la tradition européenne. Il cumulait dans le désordre et se servait des analyses dont il avait besoin au moment où il en avait besoin. Remarque révélatrice de sa part :

Je n’ai jamais fait de tout cela matière à enseignement. Je n’ai jamais fait de cours sur l’histoire des linguistes. C’est ce qu’on me reproche quelquefois ; mais ce n’est pas dans mon tempérament. Je reçois des analyses des linguistes et j’en fais quelque chose ; mais à la limite, je n’aime pas raconter ce que les autres ont fait.

23Naïvetés – ou préconceptions – qui sont celles d’un jeune linguiste travaillant tout seul dans les années 1950 qui n’étaient pas des années d’épistémologie, à coup sûr. À l’époque, tout le monde se faisait une vision massive de la science ; la culture, c’était ce qui restait quand on avait tout lu ; Sartre en parle dans Les mots. Et l’originalité définissait une question particulière sur fond encyclopédique. Autre naïveté qu’accréditaient la puissance mandarinale, la terreur et le respect dont elle s’entourait : le patron était omniscient et les patrons réunis en jury représentaient tout le savoir du domaine de omni re scibili ; ils étaient maîtres de bibliographies formidables dont ils recouvraient le moindre de leurs exposés. L’expérience de Pottier montre bien comment le structuralisme des années 1960, par ses soucis de généralisation et de structuration du champ, allait apporter la clarté et le salut aux jeunes chercheurs enfouis dans un savoir sans fin, impossible à maîtriser. Face à l’immense et solide érudition de Raymond Picard, la simplicité géniale de Barthes cherche dans Hjelmslev une architecture d’ensemble. Les jeux de la lumière, logique, épistémologique, sur les puissances de l’ombre scientologue. De façon plus générale, les grandes machineries ont été l’apport des années 1960. Le succès de Foucault a répandu le modèle qui conduisait à remonter à Koyré et Bachelard, quasiment à les exhumer. En s’appuyant sur Canguilhem. Tout un domaine critique, un système de perspectives qui en 1945-1950 ne fait pas partie du bagage du jeune Pottier.

24Ce à quoi il est arrivé, Bernard Pottier, c’est à un équilibre intuitif et approximatif fondé sur sa double culture, le type guillaumiste et le type structural classique :

J’avais à la fois, comme depuis longtemps, une affinité structuraliste par goût analytique et une affinité guillaumienne par goût synthétique. Il me fallait les deux. Donc, j’ai toujours refusé qu’on m’étiquette comme structuraliste. Mais je note que l’influence guillaumienne chez moi est plus forte que ma formation structurale.

25À l’époque, le structuralisme était limité à quelques questions de méthode. On vivait toujours sur le panorama du célèbre numéro spécial du Journal de psychologie de 1933, dominé par l’ombre de Meillet.

26Commentaire de Pierre Encrevé :

27C’est l’anthropologie structurale, celle de Lévi-Strauss dans les années 45 et suivantes, qui va fournir un lieu de réflexion et de configuration. Puis dans les années 60, la linguistique structurale va être proposée comme modèle de toutes les sciences humaines. Vous participez à ce grand mouvement, mais de façon très intuitive. Ainsi vous mettez les Américains sur le même plan que les autres ; vous ne les constituez pas en modèle dominant.

28Car tout cet itinéraire est un itinéraire solitaire, une nouvelle version de l’autodidactisme, compagnon ordinaire de cette génération de linguistes français. Chacun doit se composer son itinéraire. Il en résulte que les modalités de préparation de la thèse sont de type magique. L’itinéraire solitaire que va décrire Pottier, nous, les thésards de ces années-là, l’avons tous suivi. Voici le récit de Pottier :

J’avais une idée fantastique de la soutenance et les directeurs de mes thèses, futurs membres du jury, ne m’aidaient en rien. J’ai vu Wagner une fois, comme directeur de thèse, pendant cinq ans, une fois au café. Et à l’époque, aucune ambiance linguistique, personne avec qui parler de linguistique générale ; et du sujet de ma thèse : la Systématique des éléments de relation. Heureusement, j’avais les Hautes Études ; c’était ma seule ressource. Quant à ma thèse complémentaire, elle était « dirigée » par Charles Bruneau. Je l’ai peut-être vu une fois ou deux ; autant dire rien. Le seul à m’avoir aidé, c’est Marcel Cohen.
Enfin vient le jour de ma soutenance. Au jury, Lejeune, Wagner, Boutière, Bruneau et Poirier. Pourquoi Poirier ? C’était une idée de Wagner. Il voulait s’amuser avec un philosophe, voir ce qu’il pourrait bien penser de mes théories linguistiques. Il avait demandé à son beau-frère Merleau-Ponty ; mais ça n’a pas marché. Il m’a dit : « Je vais mettre Poirier. » Ça l’amusait. Mais, pour moi, ça a été un gros problème parce que Poirier m’a dit : « Je ne comprends rien à votre thèse. Qu’est-ce qu’il faut que je lise ? » Je lui ai indiqué un paragraphe à lire spécialement. À la soutenance, il a été très correct ; il ne m’a parlé que de ce paragraphe.

29J.-C. C. — Comment faut-il comprendre cet « amusement » de Wagner ? Dérision du jury ? de la thèse ? de la linguistique générale ?

30C’est Encrevé qui répond :

31Tout le monde disait que Wagner s’amusait, mais qu’il aurait pu jouer un rôle central en linguistique s’il n’avait pas tellement voulu se tenir à distance de ses collègues. Comme étudiant, je l’ai entendu parler avec beaucoup d’ironie de la linguistique et des gens de la Sorbonne, en général.

32Et Bernard Pottier complète :

C’était un personnage. Très gentil, au demeurant. Quemada l’appréciait beaucoup comme ami. Moi, je n’ai eu avec lui que des rapports professionnels. Il a toujours été très bien avec moi. À la soutenance, j’ai failli ne pas avoir la mention « Très honorable » ; plusieurs membres du jury disaient : « Qu’est-ce que c’est que ces éléments de relation ? et cette linguistique générale ? » À l’époque, c’était rebutant et surprenant. Je crois savoir que Lejeune était très réticent. Mais Wagner a fait front avec Bruneau pour me défendre et j’ai eu la mention Très honorable.

33Le débat vaut un mot de commentaire ; les « patrons » de la Sorbonne, responsables des thèses, jouaient un rôle si important dans le développement de la science qu’ils représentaient que la personnalité de chacun comptait. Pour la langue française, au moment qu’évoque Pottier, dans les années 1945-1950, Wagner était presque seul avec ses ironies : Bruneau comptait peu, n’alléguant que ses études du style littéraire et Boutière restait isolé dans le champ à part du romanisme. Wagner avait lui-même travaillé seul pour sa thèse, comme il me l’a confié une fois, entre Brunot mourant, ramassant ses dernières forces pour achever son projet d’HLF et Charles Bruneau, si bon dialectologue, mais perdu dans des tâches de professeur de Sorbonne qui le dépassaient. Wagner s’était appuyé sur les principes du seul Guillaume. Après la guerre, nommé à la Sorbonne, il avait ouvert le champ de la grammaire française à la grammaire européenne, de Saussure à Togeby, comme en témoignent ses cours qui ont été publiés par la Sedes (Société d’édition d’enseignement supérieur) : il traite de la glossématique aussi bien que des grammaires psychologiques ; et il en parle bien. Mais il est seul, et d’ailleurs tient à le rester. Martinet est à Columbia, les spécialistes des langues anciennes sont, pour la plupart, des philologues à tous crins ; la Sorbonne est un éteignoir. L’Allemagne, grande source ordinaire d’inspiration, est écrasée dans sa défaite ; la culture américaine n’a pas cours à la Sorbonne ; au reste, Wagner, comme nous tous, les francisants, ne sait pas l’anglais : la langue de base était l’allemand. Par ailleurs, il n’a de thésards qu’en ancien français et peu à peu s’enfonce dans un scepticisme distant plus ou moins justifié par une action politique progressiste de compagnon de route du PC ; ce n’était pas au PC non plus qu’on pouvait trouver beaucoup de messages scientifiques. Il aurait pu rejoindre Marcel Cohen ; mais il n’avait pas le goût de la camaraderie militante et laissait cela aux collectivistes.

34Il fallait une révolution culturelle ; et cet esprit élégant n’y croyait pas. Il s’était enfermé peu à peu dans un mépris distant. Curieux tout de même : il encourage tous les mouvements d’après-guerre, Quemada, le dictionnaire d’Imbs, nos efforts à Dubois et à moi. Mais sans enthousiasme ; et même avec la jouissance secrète des échecs qui attendaient les efforts de ces naïfs : nous. Personnage ambigu. « Mon cher, me disait-il, le monde est partagé en deux : les écraseurs et les écrasés. Choisissez votre camp. » Il s’amusait, il ironisait. Mais, après tout, il a regardé ; il a laissé faire et c’était beaucoup ; nous avons fait le reste.

35Portrait-charge ? Non. En ce lieu de Sorbonne, un esprit ouvert était une fontaine de jouvence. On n’en saurait dire autant de nombre de ses collègues qui avec les années vont s’accrocher hargneusement à la gloire passée de l’ancienne Sorbonne philologique et sombrer en 1968.

36On revient à la soutenance de thèse de Bernard Pottier ; un moment important de sa vie intellectuelle. Les processus de généralisation restaient dans la gorge de plusieurs membres du jury, comme la linguistique générale. Pottier rapporte un souvenir significatif :

Je me contenterai d’un souvenir de soutenance. J’avais opposé deux exemples : « Pierre fume sa cigarette » et « La cheminée fume ». J’expliquais que le deuxième exemple n’était pas transitif ; que l’événement revenait sur lui-même, qu’il s’agissait en somme d’un verbe attributif. Alors l’un des membres de mon jury s’est exclamé : « Ça veut dire que la fumée rentre dans la cheminée après en être sortie. » Quand j’ai entendu cela le jour de la soutenance, je me suis dit : « Ce sont des maîtres. Et voilà le niveau de la soutenance. »

37Après tout, c’était peut-être de l’humour. Peut-être plaisantaient-ils sur une argumentation un peu légère. Car j’ajouterai ici volontiers un mot : je suis étonné de l’étonnement de Pottier concernant le choix de Poirier. Poirier, spécialiste d’histoire de la philosophie, n’était pas un génie, mais ce n’était pas un sot non plus. Disons que pour ce jeune thésard, analyste de la langue, en 1955, la philosophie n’était pas dans le champ. L’irruption structuraliste des années 1960, avec ses contingents de normaliens et de polytechniciens, allait être vraiment une révolution pour beaucoup. À la fin de la décennie, Jean-Claude Milner en serait un des plus clairs représentants.

38Et voilà donc notre autodidacte dévoreur nommé maître de conférences, puis professeur à Bordeaux d’abord, puis à Strasbourg, en 1958. Il y était déjà allé pour le coup d’éclat d’Imbs : le colloque de Lexicographie de 1957. Un événement mémorable qui aura beaucoup d’échos, un des premiers signes d’une naissance de la linguistique française en France. Qui est monté par le Centre de philologie romane de Strasbourg, grande création d’Imbs et Straka sur le plan directeur de Gaston Berger, responsable des enseignements supérieurs ; la province va suppléer aux défaillances, à la sclérose de la Sorbonne : cela aussi, c’est une révolution. Le provincial Paul Imbs, qui a été membre du CNRS pour achever sa thèse et connaît la machine, s’appuie sur les plus hautes autorités et sur le CNRS. Il a un projet fort : promouvoir un dictionnaire aussi important, plus important que le Littré et, pour remplir un grand dessein, utiliser les machines qui permettront de constituer un immense corpus. Quemada, à Besançon, a montré les possibilités de la mécanographie ; les ordinateurs qui arrivent à ce moment-là sous forme exploitable vont décupler les résultats. Le colloque, et Imbs en particulier, exposera cette nouveauté devant une élite brillante et ébahie : on y verra Fourquet, Frei, Gougenheim, Hallig, Hjelmslev, Imbs, Martinet et… Pottier. Représentant les courants de l’époque, Imbs était plutôt guillaumien, Gougenheim plutôt structuraliste d’ascendance pragoise et disciple de Tesnière. S’ajoutaient des assistants silencieux, comme Dubois et moi, qui débutions dans la carrière : Dubois avait passé beaucoup de temps dans les équipes Larousse ; pour moi, je venais d’être nommé à la Sorbonne avec un bagage plus large que sérieusement linguistique. Pottier, plus avancé, avait déjà toute une carrière de chercheur derrière lui.

39Pottier tenait plus de place évidemment ; il peut commenter avec autorité. Et expose avec simplicité un éclectisme qui faisait partie de la grande tradition sorbonnarde ; que partageait le très classique Antoine, par exemple :

Être structuraliste ou pas ? La question ne se pose même pas. Quand j’ai suivi les cours de Martinet en 44-45, c’était pour nous tous le structuralisme. Même des gens comme Dauzat acceptaient le terme. Seul, Fouché…
En outre, en 1958, la traduction automatique est en train de démarrer en France. J’ai trempé dans les premiers essais de Nancy. En même temps, j’étais proche de Quemada et depuis longtemps. J’ai vite fait partie du comité de patronage des Cahiers de lexicologie de Quemada. Proche aussi de Greimas ; c’est sans doute à cause de lui que je suis allé une ou deux fois à Besançon, que j’ai participé aux cours de l’institut Henri-Poincaré. Je n’ai ici que des souvenirs assez flous.

40Curieux travail de la mémoire. Bernard Pottier a de la peine à situer les points forts de son aventure intellectuelle ; et surtout les réunions et les hommes : l’institut Poincaré aussi bien que Hérault ou Moreau, encore des noms, mais beaucoup de flou tout autour, peut-être parce que les réalisations sont ce qui l’impressionne le plus ; peut-être parce que les importantes fonctions qu’il a occupées au CNRS lui ont brouillé par trop de noms les repères du passé, peut-être parce qu’il a surtout un esprit de généralisation ; peut-être, peut-être… Pottier dit sans cesse : « Je n’ai pas de vocation d’historien et j’ai une mémoire très infidèle. » Pour moi, à l’inverse, le colloque de Strasbourg, les réunions de Besançon, le grand colloque de Nancy, les rencontres avec tel ou tel qui m’a fasciné (finalement, presque tous ces grands linguistes) sont des moments d’illumination soudaine qui sont comme des phares de la découverte, des repères dans une existence pleine d’enfants, de cours, de manifs, de réunions, de collages d’affiches, que sais-je ? Façons différentes de prendre les choses de la vie. Différentes voies pour participer à ce grand mouvement d’installation de la linguistique.

41Je reviens à Pottier, professeur à Strasbourg. Il explore la voie des lexiques et s’intéresse à la traduction automatique qui démarre dans la faculté voisine de Nancy. Comme tous ceux qui touchent au domaine, il connaît tout de suite le capitaine Moreau et la suite : « Moreau, c’était une plaque tournante. C’était IBM. » Et il ajoute :

Le capitaine Moreau m’a invité à un café en disant : « J’ai un truc à vous proposer. » Et il est venu avec Hérault. J’étais aussi sollicité par Bull ; c’est la seule fois où j’ai été invité dans un bon restaurant parce qu’ils voulaient me prendre et qu’IBM me lorgnait. Ils croyaient tous à l’époque que la traduction automatique avait un grand avenir.

42Et ils croyaient tous que les sémanticiens, les structuralistes, qu’importe ! étaient les magiciens de ce monde enchanté. L’ignorance était partout si grande que le moindre linguiste doté d’un rudiment de structuration du langage leur paraissait annonciateur de déchiffrements et de profits :

On travaillait un petit peu en liaison avec eux parce qu’ils se demandaient si ça n’allait pas pouvoir déboucher sur quelque chose d’important. En attendant l’exploitation, on publiait les premières analyses dans les revues des linguistes. Voyez ma première contribution aux Cahiers de lexicologie en 62. C’était quelque chose comme « Travaux lexicologiques préparatoires à la traduction automatique ». C’était de la lexicologie qui n’incluait pas la sémantique en tant que telle. Elle semblait un petit peu formelle, inventaires, listings, etc. ; et non pas structures et relations.

43À Nancy, ces lexicologues travaillaient de leur côté, seulement en relation avec Quemada. Selon Pottier, aucune rencontre avec le groupe de Sestier, aucune avec Gross. Nancy n’avait que de très petits moyens, le groupe de Sestier à Paris a vite renoncé ; n’est resté que le grand machin de Vauquois à Grenoble. Nancy a persisté sous la direction de Bourquin qui avait fondé le Centre. Il y a toujours des publications, des recherches, des ingénieurs techniques du CNRS. Ils se posent surtout des problèmes théoriques alors qu’à Grenoble ils ont besoin d’applications pratiques parce qu’ils sont liés à des contrats. À Nancy, le Centre s’est ouvert la possibilité de faire de la recherche linguistique en relation avec la traduction automatique.

44Échanges à ce propos :

45P. E. — La traduction automatique, ils y croient encore ?

Comme stimulus, comme motivation.

46P. E. — Vous-même, vous n’y travaillez plus.

Non ; pratiquement depuis que j’ai quitté Nancy. J’avais fait deux fascicules, un vert et un jaune, sémantique et syntaxe. L’un introduisait aux « Structures grammaticales fondamentales », l’autre à l’« Analyse sémantique en linguistique et en traduction mécanique ». C’est là que j’ai parlé des « chaises » et des tests que j’avais faits avec Greimas et quelques autres, fondant, en somme, ce qu’on a appelé « l’analyse sémique ». La recherche a été provoquée par les premiers essais de traduction automatique.
En même temps, nous envisagions les applications à l’enseignement des langues ; et nous avons œuvré pour la création d’une association, l’AILA. À Nancy, il y avait Max Gorosch, un Suédois très influent, lié au Conseil de l’Europe ; il était ami d’un autre Suédois, Sven Nord, qui a été le conseiller pour l’enseignement des langues vivantes. Ils ont profité du voisinage de la faculté de Strasbourg pour me contacter. On poussait en même temps la traduction automatique et la linguistique appliquée à l’enseignement. Je m’entendais d’autant mieux avec Gorosch qu’il était hispaniste comme moi. Après, il y a eu les séminaires d’été de l’AILA. qui ont été un grand succès. Mais je ne m’occupais pas de tout cela de façon institutionnelle. Du côté du Credif de Saint-Cloud, j’ai connu Rivenc, Dabène ; eux aussi étaient intéressés par la mécanisation et les développements dans l’enseignement. Mais je ne les ai connus qu’à titre personnel.

47Pottier est toujours au bon endroit, il frôle les travaux d’avant-garde qui se développent à ce moment-là, il développe des analyses, il produit des fascicules, des articles. Mais il ne crée pas d’organisme institutionnel. D’autres s’en chargent. Il est un point de référence et c’est déjà beaucoup. Ainsi, il entre dans les lieux de référence des colloques de l’AFLA qui vont jouer un tel rôle de formation et d’exaltation pour la linguistique française : le premier en 1965 sera localisé à Besançon, lieu mythique de la création de nouvelles méthodes d’enseignement et de mécanisation des compilations de vocabulaire ; le deuxième en 1966 à Grenoble, plus ancienne faculté pour l’enseignement aux étrangers, lieu d’élection de la traduction automatique ; et le troisième sera situé à Nancy, pivot de la traduction automatique autant que des compilations mécanisées du Trésor. Réseau situé entièrement à l’est de l’Hexagone. La Sorbonne, paralysée par l’agitation montante, se raidit dans sa sclérose.

48Un événement en 1964-1965 : la création de Langages. Ici encore, les souvenirs de Pottier sont assez flous :

Il y a eu un jour une réunion. J’avais été convoqué par l’un de ceux qui figurent sur la couverture de Langages, je ne sais plus qui. Et l’unanimité s’est faite : « Il faut contrecarrer Martinet. » Sur fond d’ouverture : Martinet veut une revue fermée, nous pas. Contrairement à Martinet et à la revue qu’il prépare, Langages va réunir des « hétéropensants », les cinq ou six qui sont là. Il est possible que Greimas ait été l’initiateur, je ne sais plus. Quemada était un peu à la marge. Ruwet, c’était les jeunes, une autre génération. Il y avait Dubois ; mais je ne sais pas comment il voyait Greimas. Donc, je suis allé à une seule réunion et depuis la revue marche très bien sans moi. Il n’y a jamais eu de réunion de comité de direction.
Au reste, dans plusieurs revues, je figure au comité de direction ; et je ne m’occupe d’aucune. Je n’interviens jamais dans les comités de direction. Je suis à Langages, aux Études de linguistique appliquée, aux Modèles linguistiques de Lille, aux Cahiers de linguistique médiévale, ça, c’est espagnol, à Semantica, ça, c’est italien. On me demande mon nom ; je le donne.

Pourtant, j’en ai créé une, à Strasbourg, de dominance hispanique : c’est TILAS, Travaux de l’Institut latino-américain de Strasbourg ; créée en 60. J’ai publié des choses de linguistique amérindienne. Mais maintenant, c’est fini ; j’en suis sorti. Il n’y avait pas d’article de linguistique générale. Sauf que c’est dans le cadre de ce bulletin que j’ai organisé à Strasbourg un colloque sur l’expression du nombre dans les langues. En 65, très exactement. J’ai publié un peu dans toutes les revues. Et en particulier dans la Traduction automatique de Delavenay, créée en 59. Émile Delavenay avait écrit un excellent petit bouquin sur Les machines à traduire. Dans TA, il y avait des articles de linguistique. Voyez en 63 : « Le mot, unité de comportement ».

49Pottier a-t-il publié dans les revues américaines ? Il répond :

Non, jamais, sauf dans les pays de langues hispaniques. Donc, je n’ai pas créé de revue. Une seule fois, j’ai écrit à Klincksieck pour lui suggérer la création d’une revue internationale qui paraîtrait tous les deux mois, par exemple, et qui éviterait de consulter cinquante revues. Je n’ai pas eu de réponse, je n’ai pas insisté. Ça devait être dans les années 75.
Finalement, ce que j’aime, c’est publier librement, un peu partout. Je suis contre les groupes et les écoles. Et c’est ce que j’aimais dans Langages, c’est qu’il n’y avait aucun rapport entre les directions de recherche de Dubois, de Quemada, de Greimas ou de moi. Enfin, c’était comme ça au départ. Je crains que ça ne se soit refermé ; comme il arrive souvent.
Mais en tout cas, je n’ai jamais publié dans la revue de Martinet. C’était la revue d’une école. Bien entendu, je n’avais aucune hostilité à l’égard de Martinet. Et j’ai volontiers accepté de publier trois articles dans le volume de la Pléiade qu’il dirigeait sur Le langage. Parce que c’était une façon de faire le point à ce moment-là sur la linguistique française. C’était entre 60 et 66 ; le livre est sorti en 68.

50P. E. — Il me semble que les délais ont été très longs. On m’a dit que Martinet avait demandé à Culioli d’écrire un grand article, article qu’il n’a jamais fait. Ce serait pour cette raison que le volume a été retardé. Et c’est finalement Frédéric François qui a écrit l’article manquant. C’était le moment où le chomskysme était en pleine expansion ; et aussi le guillaumisme. Le livre a eu peu de succès ; il venait trop tard.

Je ne parlais pas de linguistique générale ; seulement des linguistiques hispaniques et de l’italien. Une anecdote. Je crois que Marcellesi m’a attrapé parce que j’avais écrit qu’on parlait une langue italienne en Corse.

51Point de conclusion à l’entretien, brusquement interrompu par l’horaire strict de Pottier. Étrange personnage, en vérité, très différent des autres. À la fois constamment en avance, très bien informé et très académique, volontiers éclectique ; pour lui chaque problème conditionne sa résolution, qu’on avance à grand coups d’emprunts conceptuels. Une démarche très pragmatique qui permet d’aller vite. Et Pottier a été très souvent le premier. Et c’est à juste titre que cet esprit ouvert a été choisi comme directeur pour les sciences humaines au CNRS.

52Faiblesse ou force ? Ce sera à l’histoire de juger s’il vaut mieux imposer une doctrine, homogène et agressive, ou se composer subtilement un ensemble des apports du passé et du présent.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search