Version classiqueVersion mobile

Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva

 | 
Jean-Claude Chevalier
, 
Pierre Encrevé

Première partie. Entretiens

5. Entretien avec Jean Stéfanini (1917-1985)

Texte intégral

Un grand philologue de province, illuminé par la linguistique, qui préféra Marseille à Paris

1Dans la profession, Jean Stéfanini est un chercheur et enseignant exceptionnel. Mais surtout, c’est un original. Comme son maître Auguste Brun, il est de ceux qui choisissent de faire carrière dans leur province, proches de leur région de rattachement : Stéfanini est corse et il a passé l’essentiel de sa vie à Marseille. Comme on avait offert la faculté de Strasbourg à Auguste Brun, dès la soutenance de sa thèse, proposition qu’il avait aussitôt déclinée, on offrit plusieurs fois à Stéfanini de monter à Paris ; ce qu’il refusa obstinément. Dans le Nord, il fait trop froid, dit-il avec humour ; une évidence. En France, c’est une étrangeté, tant le prestige parisien est grand. Comment refuser la Sorbonne ? répète-t-on souvent. Stéfanini assuma l’étrangeté. Pendant cinquante ans, il resta à Aix-Marseille, « Stef » pour tous. Souverain dans sa chaleur méridionale et son humour sarcastique.

2D’Aix-Marseille, on voit de loin Paris, ses agitations et ses groupuscules scientifiques. Avantage certain : les nouvelles arrivent décantées, les gloires linguistiques qui émerveilleront le jeune Stef sont filtrées sur un double tamis : elles viennent de loin et ont eu le temps de semer en route les seconds couteaux et les relents des intrigues facultaires. Ce criblage se marque dans les choix opérés par le bibliothécaire de la bibliothèque municipale de Marseille, conseillé par les professeurs de la faculté. La bibliothèque municipale est alors pour ces provinciaux un lieu fabuleux qui abrite les trésors de la pensée et apprend à réfléchir, comme l’avait imaginé Aby Warburg quand, entre les deux guerres, il construisait le dispositif de sa fameuse bibliothèque. Aujourd’hui, tous les livres sont fondus dans l’uniformité de groupes énormes informatisés, tronçonnés à l’écran. À l’époque, les fonds de grammaire et linguistique, dûment classés, étaient un lieu de formation pour les apprentis. Je me souviens encore du fonds « LPf » de la bibliothèque de la Sorbonne dont j’épuisais les rayons, mois après mois, me coulant dans les achats de mes maîtres philologues, dans leur projet intellectuel ; c’était encore plus vrai pour un provincial.

3Décantation assurée donc par les maîtres de la faculté, surtout quand il s’agit d’un maître exceptionnellement curieux et cultivé, comme l’était Auguste Brun ; ce n’est pas tellement fréquent en province, où le titulaire s’endort vite dans sa chaire ; Stef évoquait ces bons professeurs locaux qui n’avaient d’auditeurs que ceux que la courtoisie étudiante leur envoyait, un les jours de grippe, deux et même trois les jours de flânerie. Mais un professeur d’exception devient vite un prophète. Surtout quand il rencontre un étudiant peu ordinaire, comme l’était Jean Stéfanini avec qui il fait la paire ; surtout en province, à une époque où on se connaît vite dans les cercles restreints de l’enseignement secondaire et supérieur. Le jeune Stef a déjà été l’élève de Brun, au lycée en quatrième, et il le retrouvera en faculté pour être initié à la philologie.

4En philologie donc. L’étudiant Stéfanini s’intéresse au comparatisme latin et grec ; mais la faculté d’Aix n’a pas de vrais spécialistes. Tradition française oblige : les littéraires dominent aussi bien le français que le latin et le grec, les trois matières d’étude pour un étudiant en lettres, et comparent les langues en amateurs ; un étudiant sérieux se rabat sur le gros manuel de Meillet-Vendryès, ce qui n’est déjà pas mal. Stéfanini penche plutôt vers la philologie française, d’autant plus qu’elle est animée à Aix par deux vrais grammairiens, le spécialiste du vers, Georges Lote, et le spécialiste des langues régionales, historien de la langue, Auguste Brun. Brun lit beaucoup et aime l’innovation : il parle de Saussure, de Troubetzkoy, mais surtout de Guillaume ; il ne fait pas de cours sur ces linguistes ; il en parle à l’occasion ; et les occasions peuvent être fréquentes :

Jean Stéfanini — Il parlait de Guillaume. Il ne l’enseignait pas dans ses cours. Et de même pour Saussure : c’était de la grammaire comparée de l’indo-européen. Troubetzkoy. C’est de lui que je tiens mon Troubetzkoy : Cantineau qui avait été à Aix pendant l’Occupation lui avait donné sa traduction des Principes.

5Le fidèle disciple ira emprunter les ouvrages à la fabuleuse bibliothèque municipale ; c’est là qu’il a lu les Guillaume, le vieux Problème de l’article d’abord, qui date de 1920, puis Temps et verbe qui a paru plus récemment, en 1929. Il ne sait pas que Guillaume est, depuis longtemps, tenu en lisière par Meillet, par Grammont, il le lit en toute innocence, comme un maître, ligne à ligne, commente, critique, réfléchit sur le problème du verbe.

6Tout cela, toute cette culture un peu disparate est accumulée sans but précis pendant les moments de loisirs, car l’étudiant Stéfanini est devenu délégué ministériel dans l’enseignement secondaire ; pendant huit ans, il assure un service entier de professeur de lycée. Mais il continue à lire, quelques grands auteurs et Guillaume toujours. Enfin, après la guerre, en 1944, il passe l’agrégation et est reçu premier. Il l’a préparée à la faculté de Montpellier. Sa formation était tout à fait bricolée, d’autant plus qu’un agrégatif enseignant manquait de loisirs pour suivre les cours de langue de la faculté :

J. S. — Il y avait Grammont que je n’ai jamais connu parce qu’il enseignait le mercredi et que je ne pouvais aller à la fac que le jeudi.

7Jean-Claude Chevalier — Il y avait bien quelque chose qui ressemblait à de la linguistique ?

Eh bien, j’ai dû faire deux ou trois devoirs pour quelqu’un que tu connais bien, qui est Perret. Il n’était pas grammairien, mais il faisait des choses intelligentes en grammaire. Et puis, il y avait Tesnière.

8Pierre Encrevé — Ah ! nous y voilà. Quand même.

Oui, je crois qu’il faisait des choses intéressantes. Mais je ne pouvais pas y aller. Toujours pour la même raison.

9Et voilà Stef, heureux de son humour.

10Brillant agrégé, il pense tout de suite à une thèse, non par ambition, mais pour fixer son activité intellectuelle. Et, en outre, un docteur, professeur de lycée, ajoutait à son traitement une prime de 9 000 francs – le salaire annuel d’un instituteur –, bienvenue pour un père de deux filles. Et cela dit, il est plus gâté que son maître Auguste Brun qui avait travaillé tout seul et avait envoyé sa thèse par la poste à la Sorbonne sans spécifier aucun nom de destinataire. Car Auguste Brun le guide. Comme il peut.

11Un sujet de linguistique, ils n’y pensent ni l’un ni l’autre ; c’est un domaine à la fois prestigieux et restreint qui est réservé aux normaliens de la rue d’Ulm. C’est dans ce vivier, on l’a dit, que Vendryès, comme le faisait Meillet, choisit les titulaires pour les rares domaines disponibles : Lazard pour l’iranien, Galland pour le berbère, Bazin pour le turc. Autre normalien, Perrot aimerait se spécialiser en hongrois, langue qu’il a apprise d’un camarade de la rue d’Ulm, mais le titulaire du seul poste – aux Langues O –, Aurélien Sauvageot, se proclame pour longtemps indestructible (ce qu’il confirmera dans les faits) ; Perrot dépose donc une thèse de latin et garde le hongrois comme violon d’Ingres, un violon qui jouera des airs hongrois quand – enfin ! – Sauvageot se sera retiré. Et ces privilégiés ont des gratifications : Lazard sera détaché au CNRS et Perrot décrochera un des premiers postes d’assistant de faculté. S’y ajoutent des séjours à l’étranger. Ce sont là jeux de princes hors de portée d’un rustique Marseillais, fût-il premier d’agrégation. Que reste-t-il ? Brun déconseille à son élève la littérature médiévale : les bibliothèques locales sont trop pauvres et l’ancien maître auxiliaire, père de famille de surcroît, ne peut envisager des voyages fréquents à Paris. Reste la grammaire française ; le jeune chercheur ne sera pas trop loin de l’expérience du lycée ; un sujet : l’étude de la voix moyenne, des formes pronominales, classiquement envisagées dans leur histoire, étude qui réclame travail acharné et intelligence des textes. Dont Stéfanini fera une grande thèse, fondée sur les principes de Guillaume et l’appui d’un jeune professeur de Sorbonne, Robert-Léon Wagner. La rencontre est heureuse : Wagner n’est pas seulement guillaumien ; il affiche, en outre, des ambitions intellectuelles qu’il appuie sur sa culture de grand bourgeois et sur l’autorité de son beau-frère, normalien, le phénoménologue Maurice Merleau-Ponty ; un jeu d’alliances surprenant pour un jeune philologue qui ne rencontre que positivisme et anti-théoricisme. La thèse de Stef est fortement fondée, mais elle est très circonscrite et ignore le mouvement linguistique qui est en train de se développer dans le monde. Il faudra les bouleversements de l’époque et des événements providentiels, particulièrement l’arrivée de Maurice Gross à Aix, en 1966, pour que la pensée de Stéfanini s’ouvre enfin à la révolution linguistique. Et brille aussitôt de tous ses feux.

12Première providence quatre ans plus tard : un poste d’assistant français-latin-grec se libère à Aix en 1951, qui a été occupé pour très peu de temps par une première d’agrégation, fille d’un professeur au Collège de France, Arlette Faral ; celle-ci veut suivre son mari en Afrique et libère le poste. Ce n’est pas exactement la spécialité de Stef, mais les postes d’assistant sont rarissimes pour un professeur de lycée. Brun intervient pour son ancien élève (qui a déjà écrit cent cinquante pages de sa future thèse) et Stéfanini commence, à la faculté d’Aix, une carrière qu’il poursuivra jusqu’à sa retraite. Pour s’orienter, outre son expérience de grammairien, il dispose de l’Introduction à la linguistique française (1947) de Wagner (avec son Supplément de 1955). Titre curieux, on l’a vu – et Greimas s’en étonnera justement –, pour désigner un manuel de philologie française qui range les ouvrages cités selon les grandes catégories de la discipline légitimée par Ferdinand Brunot à la Sorbonne : l’histoire de la langue, le vocabulaire et la grammaire, le style. Mais il est l’un des premiers symptômes que l’Université d’après 1945 cherche à donner du lustre à une discipline dévaluée « grammaire et philologie » par un terme tenu pour plus prestigieux : « linguistique ». Premier signe, pour le jeune thésard, que les grammairiens gagneront à fréquenter la linguistique, pour y trouver hypothèses et argumentaires.

13Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Stéfanini décrit l’itinéraire intellectuel qui le conduit jusqu’à la soutenance. D’abord, à des moments irréguliers, les rencontres livresques avec les ténors que lui a suggérées « mon maître Brun ». Brunot, Meillet et Roques sont encore les pontifes, mais une nouvelle génération de maîtres tente de s’inscrire dans le paysage :

J. S. — Vendryès est un admirable professeur. Le bouquin qu’il a fait dans la collection de « L’humanité » sur Le langage reste, pour la lisibilité, un livre extraordinaire. Cela dit, ils ont tous été écrasés par la personnalité de Meillet.

14P. E. — Benveniste ne prend-il pas le relais ?

Benveniste n’avait pas du tout le tempérament directorial de Meillet. C’était un savant qui a été assez vite reconnu. Je pense à mon maître Brun qui était un excellent détecteur. Quand il a lu la Formation des noms en indo-européen, il a dit : « C’est un très grand livre. » Il faut voir que Benveniste pour les gens de cette génération était l’homme qui avait déplacé les horizons de la comparaison linguistique. On avait dit : la comparaison en linguistique a ses limites et Meillet avait insisté là-dessus. Benveniste recule cet horizon ; il dit : « Il y a un indo-européen archaïque et un indo-européen récent. » Et c’est la théorie de la racine qui a quand même son martyr en la personne de Juret qui devient fou. Juret a dit : « Tous les problèmes sont résolus. » L’espèce de griserie des gens devant l’hypothèse celtique.

15J.-C. C. — Cela dit, il y a une cloison étanche entre les efforts de Benveniste et ce que font les francisants. Ce qui expliquerait, par exemple, que le nom de Saussure soit quasi inconnu de ces francisants.

Ça se comprend très bien et correspond à l’une de mes thèses : c’est que l’on ne comprend rien à Saussure si l’on n’est pas comparatiste. On peut être un bon francisant en se contentant de l’évolution de a tonique libre. D’ailleurs, la façon dont on le fait à partir du latin, ce n’est pas de la comparaison.

16Analyse aiguë d’une situation ambiguë. Il y a deux versants dans l’étude du langage en France. Le comparatisme est l’un des deux ; il sera pour Stef un horizon de réflexion. Il est dominé par la pensée saussurienne et par des interprètes de génie comme Benveniste ou Kurilowicz ; l’appareil théorique est souvent sous-jacent, non explicité, dans la ligne du positivisme :

J. S. — Un positiviste est un homme qui admet parfaitement les théories. La seule différence, c’est que les théories, il ne les publie pas. Et c’est pour cela que j’ai dit que Saussure n’aurait jamais publié son cours. Un positiviste donne des choses dont il est sûr qu’on ne pourra pas les lui reprocher. Les grandes questions interprétatives, il les traite dans ses leçons d’agreg ; il ne les publie pas. L’essentiel est de publier des faits nouveaux. Brun était un historien de la linguistique ; mais il avait le goût des théories.

17L’analyse du français constitue l’autre versant, fondée sur un évolutionnisme mou dont le manuel des Bourciez, père et fils, est le parfait exemplaire. Le prestige du guillaumisme vient de ce qu’il importe de la théorie, quelques hypothèses fortes, apprises auprès de Meillet, dans ce tissu flou de la plupart des grammairiens de la langue française. Les agrégés de grammaire pourront ainsi développer un savoir linguistique qui n’est pas forcément nul, mais souvent seulement élémentaire :

Il n’y a pas de grammaire, de linguistique sérieuse à l’agrégation de grammaire. On se fait coller en langue française si on est un linguiste, comme pendant longtemps on s’est fait coller en latin-grec ; il ne s’agissait pas de parler de Benveniste au moment où il a sorti la Formation des noms en indo-européen. Il y a tout de même des réactions qui font qu’à un moment donné un certain poids s’exerce qui fait dire au président du jury : il faut quand même mettre un vrai linguiste au jury. C’est le rôle qu’a joué Wagner ; il était capable de comprendre un exposé linguistique ; et, dans cette mesure, il avait tenu à ce que ce soit Moignet ou moi qui lui succédions.

18Les recherches de Stéfanini se font de façon approfondie, mais en ordre dispersé. Il suffit de consulter la bibliographie de sa thèse ; on y retrouve les travaux de base en français et en allemand. Elle nous donne une idée des directions intellectuelles d’un chercheur de l’époque 1945-1955 relativement isolé. L’instrument de liaison et d’expression est la revue Le français moderne. « Curieuse revue », dit Stéfanini. Un phénomène rare : c’est une revue privée, animée par un amateur de langue française, d’Artrey ; il a été passionné par l’aventure de Damourette et Pichon dont il s’est fait l’éditeur (Des mots à la pensée, 1910-1930). Elle a été fondée en 1932 avec l’objectif de toucher la gamme de lecteurs la plus large possible. Elle vise un public de provinciaux et d’amateurs qu’elle met au courant des progrès de l’analyse du français. On y trouve donc aussi bien des articles de grosse vulgarisation que d’auteurs plus exigeants ; toujours sous forme réduite (dix pages au plus en graphie aérée). Le directeur est Albert Dauzat :

J. S. — Éditer Damourette et Pichon supposait un certain courage ; ce n’était pas évident comme texte grammatical. Ensuite le grand homme a été Dauzat avec des choses beaucoup plus faciles à vendre : l’étymologie des noms de lieux, des noms de famille, ça passionne toujours le public ; mais pratiquement, ça a été la principale revue de linguistique française du jour où a disparu la Revue de philologie française de Clédat.

19Mais un lecteur curieux trouvera dans la revue des articles de Damourette et de Pichon, de Gougenheim, et même une polémique en 1938 et 1939 entre Martinet et un Grammont qui dénie à la phonologie pragoise ses vertus de nouveauté. Si on n’avait pas trop d’exigences, dans l’entre-deux-guerres, on trouvait à se nourrir dans Le français moderne :

Dauzat avait une position assez libre dans la mesure où il était partiellement refusé par l’institution ; on n’a jamais voulu de lui à la Sorbonne ; il était obligé de vivre avec un traitement très modeste de directeur aux Hautes Études et avec sa plume ; d’où les livres innombrables qu’il multiplie. Mais ils ont été plusieurs comme lui à apporter, dans la mesure de leurs moyens, un certain air à la linguistique française, qui ont essayé de faire des choses, élargi les domaines, les horizons.

20P. E. — Je me souviens d’avoir lu un article de Dauzat disant qu’il se voyait bien comme un précurseur de Troubetzkoy, qu’en 1906 il avait développé quelque chose qui ressemblait étrangement à la phonologie.

Il est en tout cas vrai que la première phonologie a été écrite par Gougenheim, qui avait de bonnes relations avec la maison d’Artrey, vrai que Damourette et Pichon, les auteurs-maison, connaissent Troubetzkoy et font de la phonologie à leur manière qui n’est pas ignorante de Troubetzkoy. Et, bien entendu, il y a Guillaume : il a été collaborateur du Français moderne. De temps en temps, Dauzat acceptait un article de Guillaume sans fol enthousiasme, mais enfin, il l’acceptait. Il y a des choses importantes de Guillaume qui sont parues dans Le français moderne. Sans enthousiasme, parce que je veux dire qu’il y a eu des étapes. Un homme comme Henri Yvon, important à ce moment-là, s’intéresse aux idées de Guillaume ; puis il trouve, à un certain moment, que ça prend une allure délirante ; c’est très probablement aussi à partir du moment où Guillaume n’a plus eu l’appui, très fort, de Meillet ; et on sait que Meillet régnait sur l’Université française. Quand il avait parlé, tout le monde s’écrasait ; c’était une époque où l’idée ne serait venue à personne de nommer un linguiste sans l’approbation de Meillet. La carrière de Michel Lejeune s’explique par ses qualités certes, mais aussi par le fait qu’il a la dernière thèse soutenue avec Meillet.

21Donc un certain milieu, vulgarisateur certes, mais qui n’est ni ignorant ni conservateur. Le jeune chercheur, lecteur du Français moderne, trouvera sa voie en tâtonnant :

Je pensais qu’il fallait expliquer des choses et que ce qu’on m’avait enseigné à la faculté était insuffisant.

22En 1959, Stéfanini écrit dans Le français moderne un article qui proclame le droit à la théorisation. Mais il s’insère dans une polémique avec des médiocres et l’enjeu est de défendre Guillaume. La théorie, en France en 1959, c’est Guillaume.

23Curieusement, les années 1945-1955 ne connaissent que deux entreprises notables pour la connaissance du français : la construction à l’ENS Saint-Cloud, sous la direction de Georges Gougenheim, de la compilation du français élémentaire, le montage et la constitution, lancée dès 1939, au Français moderne, par Dauzat, des atlas de la langue française. La première est une entreprise parisienne ; elle est hors des préoccupations de Stéfanini. Mais la seconde touche davantage le provincial et il parle longuement et volontiers de ces atlas. Pourquoi Dauzat, qui a été disciple de Gilliéron, reprend-il, sur un nouveau pied une description des français parlés ? Pour une raison scientifique d’abord : un atlas phonologique est en route, piloté par le Comité international mis en place par les congrès des Linguistes ; Martinet est chargé de la partie française ; la constitution d’un atlas phonétique, fondée sur un travail d’équipe, semble possible. Pour des raisons institutionnelles : Le français moderne dont Dauzat est le directeur servira de voie de communication. Et il n’est pas impossible que Dauzat, considérant la carence d’autorité de Charles Bruneau, prenant acte de la mort du dialectologue Oscar Bloch, que Dauzat donc rêve de prendre la tête des études françaises en fondant une grande entreprise. Ici, le projet touche directement le provincial Stéfanini qui souligne l’ampleur d’un travail trop souvent minimisé, les aspects pittoresques et scientifiques :

Des atlas, c’est une chose qui réclame beaucoup de monde, qui est intéressante et qui réclame forcément des fonds ; on ne peut pas faire un atlas sans beaucoup d’argent.

24P. E. — Mais qui va les faire, les gens qui sont en fac, en province ?

En effet, ce qu’il faudrait voir de près, c’est la qualité des enquêteurs. C’est très variable. Il y a l’étudiant, l’universitaire qui se dit : « J’ai un domaine qui va rendre universitairement ; je vais faire une thèse là-dessus et puis je vais être casé. » Et puis, il y a le bonhomme qui veut sauver son patois, son parler local, et pour qui c’est une affaire vitale. Ce qui est curieux, c’est de voir également l’absence de formation théorique chez beaucoup de ces enquêteurs. Nous avions le cas d’un brave type, enquêteur de Nice, membre du félibrige. On s’est étonné au moment de regarder ses papiers d’enquête : « Mon enquête, je la note en graphie mistralienne. » Un jour, on lui a proposé un magnétophone. « Vous allez pouvoir enregistrer. » Il s’est obstiné : « Je note en graphie mistralienne. » Il relevait les termes, mais il perdait toutes sortes de renseignements.

25J.-C. C. — En somme, beaucoup d’amateurisme.

Il faut nuancer. À ce moment apparaît une génération de dialectologues qui sont les premiers sociolinguistes. Bourdieu critique les dialectologues en parlant du contact de l’homme de science qui en impose au paysan. C’est faux pour cette nouvelle race. Un type comme Fossat parle des vocabulaires de bouchers ; il est fils de boucher et, quand il n’est pas au cours, il découpe. C’est une chose qu’il fait en sachant ce qu’il fait. Il sait ce que c’est que la sociolinguistique appliquée au terrain. C’était aussi le cas de Séguy. Il y a eu des types de premier ordre à un moment donné : ainsi Tuaillon qui a une solide formation linguistique.

26P. E. — Et Mgr Gardette ?

C’est un peu différent. Il connaît bien les deux aspects. Il sait que cette défense de nos parlers est liée à la défense de la religion. Il ne faut pas oublier que dans toute l’ancienne France, les gens qui ne peuvent pas suivre la messe en latin, et Dieu sait s’il y en a, la suivent en chantant des cantiques dans leur langue locale. Dans les livres de messe que j’avais entre les mains quand j’étais jeune, il y avait différentes façons de suivre la messe : ou on répondait au prêtre, et c’était le plus recommandé, ou on chantait des cantiques au fur et à mesure ; tous en langue locale. Vieille idée que la langue locale et la religion se soutiennent mutuellement.

27J.-C. C. — Tu nous cites des gens qui appartiennent à des générations différentes.

Oui, Gardette fait la transition. C’était un homme du passé, ce n’était pas un scientifique, mais il avait de la finesse. Il ne disait pas de conneries.

28J.-C.C. — Tout ça donnait des postes ?

Séguy est devenu titulaire à la faculté de Toulouse. Gardette, c’est la faculté catholique de Lyon. Il y a quelques postes dans ce qu’on appelait les facultés catholiques de Lyon.

29P. E. — Mais est-ce que de façon générale le travail avait été confié aux facultés locales ?

Il y a toujours un prof de fac qui est responsable. À Aix, c’était Rostaing ; quand Rostaing est monté à Paris, ça a été Bouvier.

30P. E. — Toi, à Aix, tu devais surveiller ?

Moi, je ne suis pas du tout dialectologue et je crois qu’une des terreurs de Gardette, à un moment donné, c’était que je voulusse m’occuper des atlas de la Corse.

31P. E. — Pourtant généralement, n’était-ce pas les spécialistes du français ?

Rostaing avait théoriquement la chaire de langues romanes. Il était normal, le provençal étant une langue romane, qu’il s’occupât de la place couvrant en gros le domaine provençal.

32J.-C. C. — Est-ce que ça se fait au coup par coup ou est-ce qu’il y a un projet d’ensemble ?

Pour ces nouveaux atlas, il a fallu prendre la décision de refaire par régions ce que Gilliéron avait fait pour la France entière. Il ne faut pas oublier qu’il y a là un pas considérable. Dans la pensée de Gilliéron, il n’y a pas de dialectes, on passe par nuances insensibles d’un village à l’autre et il y a une France linguistique unique. Au contraire en faisant des atlas régionaux, on suppose qu’il y a des régions par pans entiers.
L’entreprise devient de plus en plus technique quand le CNRS s’en occupe et introduit dans les équipes des ingénieurs comme Ravier.

33J.-C. C. — Ton hypothèse, c’est que la mobilisation pour les atlas autour de Dauzat empêche de s’occuper du reste.

Je pense qu’à ce moment-là on a dû choisir. On ne peut pas tout faire. Il est symptomatique de voir que le travail scientifique, c’est dans ce domaine ; le reste, c’est de la vulgarisation.

34Intéressante analyse sur l’état de la recherche linguistique en France à cette époque, de quelqu’un qui était particulièrement sensibilisé par sa propre aventure aux évolutions d’un champ. Une grande entreprise, les atlas, qui apporte des résultats, qui mobilise les volontés, une entreprise surtout qui esquisse l’avenir d’une discipline, largement programmatique chez Meillet d’abord, puis plus approfondie chez Marcel Cohen : la sociolinguistique. Qui existait à l’état d’indications, d’esquisses dans les premières interventions de Cohen dans les congrès, réclamant la diffusion de ses carnets d’interviews et aussi, dans ses cours, après 1945 à l’Institut de sociologie de Paris. Pourtant rien qui ressemble à des programmes comme ceux de Gauchat, de Jud, de Jaberg, encore moins ceux de Labov. C’est l’inorganisation française du domaine linguistique qui frappe : les idées naissent, prennent du corps, mais ne se constituent jamais en programme structuré efficace et totalisant, faute d’avoir l’appui d’organisations solides ou d’une personnalité capable de créer des réseaux. Le CNRS changera tout cela et forgera le renouveau des universités. C’est aussi un enracinement dans le passé : l’étude des patois locaux a, au xixe siècle, mobilisé beaucoup d’érudits provinciaux des sociétés savantes. Elle passionne encore et Dauzat peut espérer, pour ses recherches de patois, un public de lecteurs de la bourgeoisie. Ici encore, le CNRS fera le vide et il ne restera pour les recherches provinciales que des amateurs de médiocre niveau.

35Mais en attendant, un jeune chercheur comme Jean Stéfanini est contraint de découvrir sa voie à tâtons, pour finir par écrire une grosse thèse fondée sur la vieille méthode « structurale française », comme disait Wagner, sur Guillaume, sur des lectures de curiosité.

36P. E. — Est-ce que dans ce contexte tu as su qu’il existait une linguistique américaine ? Sapir, Bloomfield ? Et, en Europe même, Hjelmslev ?

Non, beaucoup plus tard. Martinet. C’est en 1960 que paraissent les Éléments de linguistique générale. Alors à ce moment-là, j’ai l’impression que ça n’apporte rien de neuf et que j’ai déjà lu ça ; ou que je l’ai connu par Mounin.

37P. E. — C’est-à-dire que tu avais déjà lu, en 60, tout ce qu’a fait Martinet avant, notamment l’Économie des changements phonétiques, ou que tu en avais déjà entendu parler ? Mais les travaux linguistiques de Prague, les TCLP, personne ne les lisait ?

Non.

38P. E. — Et les livres structuralistes du Gougenheim d’avant-guerre, qui sont tout de même pragois ?

J’ai connu les Principes de Troubetzkoy bien après. À Aix, c’est le laboratoire de Rossi qui avait dû photocopier l’ouvrage dans les années 66. Mais j’ai connu les Éléments de phonologie de Gougenheim. Et je recommandais le Système grammatical de la langue française aux étudiants d’agrégation ; c’est le livre qui me paraissait le plus simple et le plus commode.

39La révélation, c’est l’arrivée de Gross à la faculté en 1966, ange de la linguistique formelle. Indice significatif, Gross est réclamé non par les linguistes, mais par les philosophes :

Alors, évidemment, je suis le cours de Maurice [Gross]. On a bien ri ensemble. Il testait tous ses trucs ; c’était drôle. Mais je tiens à rappeler un fait symptomatique. Si Gross a une maîtrise à Aix, il le doit non aux linguistes, mais à un philosophe, Gilles Granger. Je me rappelle encore ce conseil de faculté où il a dit : « C’est un type très bien. Il faut le faire venir », et le doyen Palanque qui s’écrie : « Mais qu’est-ce que nous allons faire d’un mathématicien, d’un polytechnicien ? Qui aura-t-il comme élèves ? » Alors à ce moment-là, Mounin et moi, nous avons dit : « Nous. » Mais nous avons été de simples échos. L’initiateur, c’était Granger.
Et avec Gross, je rencontre Harris. J’avais déjà lu des structuralistes américains, comme Rulon Wells. Mais je dois dire que je lisais ces gens-là pour trouver des arguments en faveur de Guillaume. Des revues comme Language commencent à arriver à Aix ; la B.U. n’y était pas abonnée.
Et puis, je parlais avec Mounin ; pourtant, pour moi, c’était un jeunot. Le structuralisme était tout de même assez diffus ; je ne sais pas si c’était Martinet. Mais, incontestablement, l’idée que le structuralisme guillaumien est tangentiel est assez présente à ce moment-là.

40Tout cela à Aix. Stef reste dans sa province, un isolé :

41J.-C. C. — Étais-tu au courant des groupes qui se formaient ici et là ? De la SELF ? de Besançon ? Je crois que tu ne participes même pas aux colloques de l’AFLA [Association française de linguistique appliquée].

Je suis abonné. Je reçois les circulaires. Mais je n’y vais pas.

42J.-C. C. — C’est pour cela qu’on te connaissait relativement peu. Il faut attendre, je pense, 1970, pour découvrir le Stef compétent et bien informé dans la linguistique moderne.

43P. E. — En somme, c’est Gross qui t’a fait connaître… Mais, toi, tu l’avais soutenu.

Martinet était au jury de la thèse de 3e cycle de Maurice. Culioli m’a dit qu’il avait été très hostile.

44J.-C.C. — Maurice nous a raconté que Martinet avait fait un rapport très défavorable. En sorte qu’il était sur le pavé et voulait retourner en Amérique.

45Une conclusion rapide au débat : Stef était isolé, mais il avait du temps, la bibliothèque municipale comme sanctuaire. Et une vertu principale que dit Pierre Encrevé : « Doté de perspicacité, tu as su voir à distance. »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search