Version classiqueVersion mobile

Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva

 | 
Jean-Claude Chevalier
, 
Pierre Encrevé

Première partie. Entretiens

3. Rencontre avec Gérald Antoine (1915-2014)

Texte intégral

Comment un patron de Sorbonne entré en ministère défend la cause d’une nouvelle stylistique, entre deux missions

1Cette rencontre est d’un genre un peu particulier. Il ne fallait pas attendre de ce maître de Sorbonne un récit suivi de son itinéraire de chercheur. D’abord, parce qu’il a longtemps mélangé carrière universitaire et une carrière politique qui lui a fait jouer un rôle de premier plan dans la réforme universitaire de 1968 dite Edgar-Faure. Ensuite parce que Gérald Antoine est un narrateur éblouissant qui passe avec éclat d’un sujet à l’autre, tout en miroitements ; et sérieux, au fond. Enfin parce que moi-même qui l’interviewais, j’ai trop souvent aimé jouer avec lui à ce divertissement si français de la conversation ; dans le peu de temps qu’il avait pu m’accorder, j’ai préféré « filer » et laissé mon interlocuteur développer un sujet particulier, mais après tout crucial pour notre profession : la création et l’édition de plusieurs entreprises de dictionnaires du français après la guerre de 39-45.

2Pour commencer, un mot de nos relations. En 1955, Gérald Antoine m’avait fait venir comme assistant à la Sorbonne. Ces postes étaient très rares ; on était choisi par décision du prince. En une seule rencontre dans le petit bureau du 16, rue de la Sorbonne, j’avais plu à Antoine : pas une note, pas un papier de dossier, une conversation avait suffi ; il se fiait à son flair. Pourquoi pas ? Un test comme un autre, dans le vieux système mandarinal en usage à la Sorbonne : peu de professeurs et chacun avec l’assistant qu’il avait lui-même choisi. En quelque sorte, j’étais son écuyer.

3Au combat. Dès 1955, les masses d’étudiants débordaient les amphithéâtres, inondaient de prétendues séances de travaux dirigés par petits groupes : pour Antoine, six cents personnes à l’amphi Descartes, les étudiants tassés sur les marches jusque sous le tableau, pour moi deux cents étudiants dans la salle Cavaillès. Un dur métier ! Les temps étaient agités : la guerre de 39-45 n’était pas loin, et ses suites, la guerre froide ; beaucoup de mes collègues assistants étaient militants du PCF ; la sale guerre d’Algérie allait éclater, contre laquelle plusieurs d’entre nous devaient s’engager. Les progrès techniques étaient spectaculaires ; à notre horizon immédiat : la cybernétique et l’intelligence artificielle. J’oubliais : des enfants partout, les nôtres, en particulier, pour qui nous voulions des lendemains qui chantent ; ce qu’on appelait la boom génération.

4Avec Antoine, j’affrontais mieux les houles. Il était grand, séduisant, chauve – comme je l’étais alors –, merveilleusement intelligent et sympathique. Il plaisait beaucoup aux étudiants et cherchait à fonder avec eux une stylistique littéraire qui lui glissait entre les doigts. D’excellente bourgeoisie, il n’était pas insensible à la vie des arts parisienne : il faisait venir dans les amphis Raymond Queneau, Pierre Boulez ou Jean-Louis Barrault. Ses collègues l’irritaient ou l’ennuyaient. À la première occasion, il est parti : pour diriger la section « Pensée française » à l’Exposition de Bruxelles sous l’autorité de Pierre de Gaulle (1958), puis dans les cabinets ministériels.

5Quand je suis allé le voir en 1983 pour l’interviewer, il était toujours aussi piaffant et spirituel, et pourtant chargé d’honneurs : recteur, collaborateur proche du président Edgar Faure, il avait fréquenté le haut personnel politique et administratif. Mon intention était de l’interroger sur sa carrière, de lui demander quelle action il avait eue dans l’institution universitaire, en philologie particulièrement.

6Nous avons parlé des débuts. Brillant agrégé de grammaire en 1939, il a été nommé au lycée de Vendôme ; ensuite, grâce à son maître Charles Bruneau, assistant, puis chargé d’enseignement à la faculté de Clermont-Ferrand. Docteur, il est élu très tôt à la Sorbonne, en 1954. Ce professeur en Sorbonne ignorait, ou presque, à ce moment-là ce qu’était le CNRS. Il en avait eu seulement besoin pour subventionner la publication de sa thèse vers 1955. Il est vrai que cette institution était encore toute jeune ; les élections qui en assuraient le fonctionnement avaient eu lieu en 1949. De loin, Antoine confond un peu les dates : quand était-il au comité ? quelles subventions a-t-il obtenues ? Le CNRS n’est pas vraiment l’affaire de ce professeur de Sorbonne. Mais il est un problème traité par le CNRS qui l’a touché de près – et tôt –, celui des dictionnaires de la langue française. On en parle.

7Après 1945, la France se relève spectaculairement et part pour l’aventure des Trente Glorieuses. Signe de confiance dans l’histoire du pays : un éditeur réédite le dictionnaire Littré, décision historique et symbolique. Et cette réédition fait du bruit, est un succès commercial. Signe de foi dans l’avenir : différentes personnalités envisagent un nouveau Littré. En 1951, un pied-noir amateur, Paul Robert, vient de publier aux PUF, mais à ses frais, le premier tome d’un Nouveau Littré ; qui obtient un succès considérable ; c’est un Littré modernisé et, en outre, fécondé par un emploi ingénieux de l’analogie. L’Université s’émeut, avec retard évidemment, et met en branle un projet de dictionnaire officiel qui va exiger des équipes et des crédits ; et secouer la philologie française bien plus que ne l’avait fait l’atlas bricolé par Dauzat en 1939 ; le CNRS, refondé par Joliot-Curie en 1944-1945, est passé par là avec ses projets d’avenir et ses crédits.

8Le vieux Mario Roques (1875-1961) est à l’initiale le personnage central du drame. Il est le seul survivant des trois grands patrons d’histoire des langues : Brunot, Meillet et lui. Politique imaginatif, il a eu l’idée, dès 1932, de créer un Inventaire de la langue française ; socialiste influent, il en obtient la création, en 1936, avec l’avènement du Front populaire et loge les dossiers chez lui, rue de Poissy. Bizarre idée ? Cela s’est fait pendant longtemps ; Nina Catach et Jacqueline Thomas occuperont encore des entrepôts privés pour leurs archives : une boulangerie pour Catach, l’appartement de ses parents pour Thomas. Roques bricole, avec des chômeurs intellectuels – Barthes et les Greimas en feront partie –, des agrégatifs peu fortunés, des inventaires sur fiches, de la littérature surtout, mais aussi quelques textes techniques. Je suis allé rue de Poissy en 1955 ; c’était un peu désordonné, mais pas négligeable ; une charmante secrétaire m’a même donné un gros paquet de fiches rédigées : en souvenir. Charles Bruneau, successeur de Mario Roques à l’Inventaire, avait ajouté quelques éléments ; et un supplément de désordre, selon les besoins de tel ou tel. Quand l’idée d’un nouveau Littré devient populaire, Mario Roques, qui se croit encore tout puissant au CNRS, saisit la balle au bond. Le récit d’Antoine :

Il a essayé de me convaincre de lancer le grand dictionnaire de la langue française. Il m’a fait venir rue de Poissy pour me montrer l’Inventaire et m’a interprété l’air de la séduction en me disant : « Vous serez membre de l’Institut. » Je lui ai répondu : « Vous me demandez quelque chose d’impossible. »

9Jean-Claude Chevalier — Mais est-ce que Bernard Quemada et Paul Imbs n’étaient pas des rivaux ?

Gérald Antoine — Je peux le dire, j’ai loupé un coche à ce moment-là. C’est là que j’ai vu la différence entre un Lorrain artisan et un Alsacien bien construit. Mario Roques me sollicite, insiste beaucoup. Ce vieil homme voyait le nouveau Littré comme l’œuvre d’un seul. J’hésitais. Je lui ai redit : « Mais ce n’est pas possible. J’ai mon boulot de prof. Il me faut une équipe. » Et quelques jours après, Mario me déclare : « J’ai eu une idée. Tous ces inspecteurs généraux à la retraite, mentalement valides. Pourquoi ne les utiliseriez-vous pas ? » Il y tenait. Il m’avait dit : « Je vous préfère à Imbs, parce qu’il est un peu germanique. » Devant mon refus, il s’est tourné vers Imbs.
Donc Imbs n’a pas torpillé ma candidature, c’est moi qui ai répondu : « Non, non, non », avec toutes les formes de respect possibles. Ajoute qu’à ce moment-là je me fais kidnapper et je trahis ma chère grammaire. Je vais au cabinet de Louis Joxe, puis Guillaumat, puis Paye, puis je deviens recteur. Entre-temps, Roques s’était retourné vers le numéro deux de sa liste, Imbs. Imbs accepte, a la même démarche intellectuelle que moi et dit : « Il me faut une énorme équipe, charpentée en hommes et charpentée en moyens. » Et il se dit à lui-même : professeur d’université, je ne peux rien ; si je me faisais nommer recteur, ça me donnerait une assise, je pourrais négocier ; et chez qui atterrit-il au ministère de Louis Joxe : chez le petit Antoine, conseiller technique. Il m’explique : « J’aimerais bien être recteur, mais pas n’importe où. Soit Besançon, parce qu’il y a les machines de Quemada… »

10J.-C. C. — J’étais étonné que tu ne me parles ni de Besançon ni de Quemada.

G. A. — « … soit Nancy, parce que là j’ai des perspectives. Il faut acheter un terrain, construire des bâtiments. » Et il ajoute : « Vous savez, j’ai la charge du Trésor de la langue française, etc., etc., etc. » Il avait eu l’astuce de réunir à Strasbourg en 57, grâce au centre de recherche créé en 55, un grand colloque de Lexicographie ; tout-puissant à Strasbourg, grande université à la frontière allemande, il avait invité le gratin et ça avait bien marché. Colloque présidé par Clovis Brunel.

11J.-C. C. — Et par Lejeune qui était directeur adjoint du CNRS. Brunel pour la garantie scientifique et Lejeune pour les sous.

Et ajoute, par parenthèse, que Lejeune me dit un jour : « J’en ai assez de la direction du CNRS. Je serais très content que vous ayez ma succession. »

12Subtil système d’échanges. Mais Antoine voit les choses autrement :

Et, à nouveau, j’ai opposé un refus. Je me revois donc disant à mon ministre qui cherchait un recteur : « J’ai votre homme, très bien sur le plan scientifique. Et homme d’action : Paul Imbs. Il souhaiterait Nancy. » Le ministre Louis Joxe me dit : « Vous êtes fou. Vous voulez nommer à Nancy comme recteur un Alsacien. » Mais il en a parlé autour de lui ; personne ne s’indignait. Et un matin, il m’a demandé d’un air pénétré : « Qu’est-ce que vous penseriez d’Imbs comme recteur à Nancy ? »
Tu me parles de Quemada. Mais le conflit Imbs-Quemada est postérieur. Ce que je sais, c’est que Imbs menait l’affaire à son train de recteur, mais pas à plein temps, car il devait être à son bureau du rectorat à 10 heures. Alors il s’est entouré de collaborateurs. Et le problème est qu’il était alsacien, très alsacien, très autoritaire, et il s’entourait de gens de deuxième rayon, parfois même du troisième pour avoir une autorité d’autant plus forte.

13J.-C. C. — Affirmation un peu excessive. Pour ne parler que de ceux que je connais, des gens comme Robert Martin ne sont pas des médiocres, très loin de là. Je remarque pourtant qu’il a gardé quelque distance dans ses relations avec Imbs. Alors que d’autres que je ne nommerai pas étaient enchantés de balayer les raclures.

Enfin, vaille que vaille, Imbs s’est attelé à la tâche et c’était un travailleur acharné ; il a commencé à sortir plusieurs tomes ; il a atteint la limite d’âge en 76 (il était né en 1908) et le premier acte était terminé. Ensuite, ce sera Quemada.

14J.-C. C. — Donc finalement Quemada a triomphé à l’ancienneté. Les plus jeunes ont toujours raison. Cela dit, je me demande si l’histoire est aussi simple et rose que tu la racontes. J’ai d’autres sources qui permettent une autre interprétation. Qui n’est qu’une interprétation. La voici. Au départ, on ressent dans le grand public le besoin d’un dictionnaire moderne du français et, de son côté, Quemada à Besançon commence à compiler le vocabulaire français. En 54, Guiraud a publié une thèse sur Valéry, fondée sur des inventaires statistiques, et a édité chez Klincksieck plusieurs index faits à la main ; de son côté, le centre de Saint-Cloud du français élémentaire a édité des compilations et des statistiques d’après ses enregistrements [L’élaboration du français fondamental, 1956]. Quemada est passé à la vitesse supérieure en mettant des secrétaires sur des fiches perforées et des trieuses ; j’ai moi-même préparé, chez lui, un index des mots des Calligrammes d’Apollinaire. Il voyage en Italie chez le père Busa qui dépouille la Bible, aux États-Unis, il se renseigne ; il comprend les progrès qu’apporte l’informatique. Et le fait savoir. Et à mon sens, Roques voit un partage des tâches : Antoine, professeur de la prestigieuse Sorbonne, fait un dictionnaire avec des béquillards de l’inspection générale ; Quemada fait de la compilation automatisée et son centre intégrera l’Inventaire. Ça tenait la route. Mais Imbs a besoin d’un grand projet pour son centre de Strasbourg ; il a fait le colloque de 57 à cet effet. C’est un projet exaltant, patriotique et il y tient. Il ne peut pas envisager d’être laissé sur la touche ou en sous-ordre. Il alerte Pflimlin qui était maire de Strasbourg et démocrate-chrétien comme lui. Il lui explique qu’il y a un grand coup à faire ; Pflimlin promet d’intervenir auprès de Michel Debré, du général de Gaulle, on ne sait pas. Les autorités gaullistes sont enthousiasmées par ce projet grandiose, un Concorde de la linguistique ; un projet qui s’intègre dans la grandeur française telle que se l’imaginent les conservateurs et les gaullistes : se mettre dans la suite de l’Académie, de Littré et des dizaines de dictionnaires qui ont meublé les étagères des notables français, parisiens et provinciaux ; en déployant des moyens modernes. On construit un centre, on achète à la SNCF deux grosses Gamma 60, et on recrute une énorme équipe, comme le voulait Imbs. Les crédits sont largement ouverts.

15G. A. — Une question : pourquoi à Nancy et pas à Strasbourg ?

16J.-C. C. — Réponse de mon informateur : on ne fonde pas un établissement sur les lieux du crime. Nancy ou Strasbourg, en tout cas, qu’importe ; on confond allègrement inventaire et dictionnaire. On mêle deux projets différents qui correspondent à deux projets scientifiques différents : le dictionnaire et l’inventaire. Mario Roques avait une vue lucide, scientifique, du problème. Imbs avait la vue brouillée par les préoccupations politiques et idéologiques.

Et tout le monde confond. Si tu demandes à un linguiste quelconque ce qui se passe à Nancy, il répond : « C’est le Trésor de la langue française. » C’est une erreur ; car cette grosse machinerie aurait dû surtout viser un inventaire.

17J.-C. C. — Le sûr est qu’Imbs a raflé la mise parce qu’il avait de puissants appuis politiques dans les milieux gaullistes bien-pensants et parce qu’il avait les titres universitaires : agrégé, docteur ès lettres et professeur d’université dans un centre de renommée internationale. En face, Quemada, non agrégé et étranger, méditerranéen de surcroît, modeste chargé d’enseignement dans une petite université provinciale, ne faisait pas le poids devant ce complot des notables, appuyé sur une idéologie conservatrice. En fin politique, il l’a très bien compris ; et n’a pas insisté, attendant son heure. D’autant moins insisté qu’il rêvait non de rédiger un dictionnaire, mais, dans la suite de Roques, de construire une banque de données. Complot est d’ailleurs un mot inutilement désobligeant ; ces Strasbourgeois pensaient sincèrement travailler pour la France. Et ce type de putsch était bien dans l’esprit de la Ve République ; c’était ce qu’on appelait une manifestation de l’autorité utile au pays.

18On peut s’étonner que l’affaire n’ait pas été mieux gérée par la communauté des linguistes, représentée par des commissions au CNRS. J’ai figuré dans ces commissions et je sais que les débats pouvaient être très vifs. Pour comprendre le problème, il faudrait refaire l’histoire du CNRS après 45. Les commissions, élues en 49 et qui ont connu de multiples remaniements, se sont occupées d’abord des nominations de chercheurs, du fonctionnement des équipes, successivement des RCP [Recherche coopérative sur programme], des ERA [Équipe de recherche associée], des URA [Unité de recherche associée], etc., et de rédiger des rapports d’orientation. Mais les grandes machines, les laboratoires, échappaient au contrôle des commissions. Par pure courtoisie, le responsable exposait les problèmes devant le comité spécialiste, mais on n’en débattait pas. Les discussions se passaient au niveau le plus élevé entre les responsables des laboratoires et le directoire ; on était encore chez les notables. On voit pourtant dès le début, au travers des discussions, qu’il y a un problème Besançon-Strasbourg. Il semble bien que l’implantation était prévue par le CNRS à Besançon, comme une extension du Centre du vocabulaire français. Et c’est plus tard qu’on a vu surgir le couple : Strasbourg-Nancy.

G. A. — Tout cela me semble cohérent. D’après ce que je peux reconstituer, ça ne se passe pas à un niveau médiocre. Bien entendu, il y a des ambitions, et ce n’est pas à nous d’en juger ; encore moins de condamner. Il me semble que tout devait opposer Roques et Imbs. Le fond d’abord : Roques a toujours été opposé aux dictionnaires. Lui, c’est l’homme des listes et des inventaires. Sa grande idée, c’est ce qu’on appelle maintenant les banques de mots, c’est mettre à la disposition des chercheurs des listes de mots, des compilations, des trucs comme ça. Le dictionnaire, c’était un autre travail qu’il fallait, selon lui, confier à de petites équipes. Et construire un ensemble de banques de données pour aboutir à un dictionnaire, c’était pour lui une absurdité. Il préférait s’entendre directement avec Quemada pour construire une telle banque. Ajoute à ça les oppositions politiques : Roques, vieux socialiste, Paul Imbs, démocrate-chrétien. Ce n’était pas le même genre de personnages, ils n’avaient pas les mêmes types de projets. Je me demande si l’appel à Antoine n’était pas un contrefeu destiné à sauver ce que Roques désirait sauver. Ce n’est qu’une hypothèse.

19L’histoire ne finit pas là. Imbs travaillait énormément, avec de forts appuis. Mais imprudemment aussi ; cloîtré dans son labeur, il n’avait pas pris suffisamment de précautions scientifiques ; la jonction du couple inventaire/dictionnaire était périlleuse : des avalanches de données à resserrer dans un espace restreint. Imbs était trop seul ; et on le guettait. Du côté des linguistes, Quemada marquait les points et Maurice Gross publiait un rapport féroce. Du côté des politiques… Ici je laisse la parole à Antoine :

Arrive Pompidou sur les lieux. Il visite le Trésor. Cet homme économe…

20J.-C. C. — Voit le fric qui s’envole.

Qu’est-ce que c’est que ça. Il a envoyé un de ses hommes de confiance – je me demande si ce n’était pas Balladur – à huit jours, quinze jours de là pour enquêter plus techniquement. Et l’autre est revenu avec un rapport assez cinglant disant : « Ces gens sont fous. Ce recteur Imbs est fou. Il y aura soixante volumes. Ça coûtera tant. Ce n’est pas possible. » Imbs a reçu des instructions ; et en a tiré aussitôt les conséquences. Ce qui explique la discordance considérable entre le tome I et la suite.

21J.-C. C. — Tout le monde avait fait le calcul. Il suffisait de multiplier par le quotient des lettres de l’alphabet. Imbs était piégé par la confusion de départ entre l’inventaire et le dictionnaire. Pour chaque adresse du dictionnaire, les fiches s’accumulaient ; le tas était parfois énorme ; et il fallait trier ; c’était constamment des dilemmes, des sacrifices. Bref, cette histoire de politiques était en même temps une histoire de scientifiques, déchirés entre les choix scientifiques et les choix politiques. Et qui avaient de la peine à assumer.

22Et il en est resté un dictionnaire en presque vingt tomes, difficile à lire et à déchiffrer, mais qui a nourri déjà beaucoup de dictionnaires postérieurs. Et a donné naissance à une spectaculaire base de données, la base Frantext, dont les successeurs d’Imbs ont fait une compilation formidable, unique au monde. Comme quoi finalement, la fausse entrée d’Antoine et la rivalité entre Imbs et Quemada ont abouti à des résultats remarquables. Les tumultes ont peut-être été plus féconds qu’un projet sagement concocté. Enfin, ce que je défends, c’est un paradoxe. Si on veut compter pour rien beaucoup de crédits mobilisés à Nancy qui auraient pu être plus utiles ailleurs : peut-être ; mais ce n’est pas certain.

G.A. — Je voudrais ajouter un autre exemple de ce genre de malentendu que j’ai retenu du colloque organisé pour le cinquantenaire d’Émile Littré. Il en ressortait que ce qui intéressait Littré, c’étaient les inventaires et encore plus l’histoire de chaque mot. Mais Louis Hachette, l’éditeur qui défendait la cause des républicains, voulait un dictionnaire. Il voyait dans ce genre d’écrit une arme de choc pour la cause républicaine ; en tout cas, il pensait que les républicains devaient occuper ce lieu essentiel.
Tu saisis sans doute la difficulté pour des responsables ministériels de gérer la recherche au niveau du CNRS ou des universités. Je vais t’en donner quelques exemples tirés de mon expérience. En 68, je suis chargé de mission auprès d’Edgar Faure qui vient d’être nommé ministre de l’Éducation nationale. Tout alors semble possible. Edgar Faure me dit : « Ça ne serait pas mal de créer un organe de coordination de la recherche ; j’en ai marre des conneries que l’on fait. »

23J.-C. C. — Vieux rêve ! Pour des raisons politiques ou de vues particulières, chaque ministère ou presque a son organisme de recherche avec ses chercheurs, comme par exemple l’Orstom [Office de la recherche scientifique et technique outre-mer] ; et il refuse de les lâcher.

Donc, Edgar Faure me dit : « Prenez ça en main. » Je réunis le délégué général à la recherche, Maréchal, le directeur des enseignements supérieurs, Aigrain, le directeur du CNRS, Curien. C’était un organisme très sympa, mais dès que nous réussissions à établir une proposition commune, les gens du ministère de la Recherche mettaient tout par terre. Ça, c’est la chienlit administrative.
Mais il y avait aussi les idées préconçues des responsables, une façon de penser héritée qui bloquait l’horizon des transformations. Je vais te donner un autre exemple. Je poursuivais obstinément ma petite idée : la France peut jouer sa partie, et quelle partie ! dans les sciences humaines ; elle ne le fait pas. Or, dans cette équipe, j’avais un copain tout trouvé : c’était Hubert Curien ; car Curien est vosgien comme moi. Nous lions plus intimement connaissance ; il vient dans ma vallée ; nous allons nous promener tranquillement à pied. Atmosphère détendue : sa femme est la fille de Dumézil, une cacique d’agreg de maths, très marrante, très gentille. On allait cueillir des « brimbelles », comme nous disons l’un et l’autre, entends des myrtilles. Je dis à Curien : « Je voudrais parler du CNRS. » Je lui sers ma grande tartine sur les sciences humaines. Il me répond : « Vous savez, ce qu’il faudrait, c’est détacher les sciences humaines. Je ne sais pas ce qu’elles foutent au CNRS. » Je lui dis : « Mon cher ami, ce serait la pire des catastrophes. » Mais Curien a fait alors un premier pas ; et ça rejoint le Trésor et l’Histoire de la langue, secondairement. Il ajoute : « Ce qu’il faut, c’est que vous déterminiez trois, quatre grosses opérations, comme l’Histoire de la langue, le Trésor de la langue française, c’est très bien, avec de gros budgets. Ça, ça peut tenir le coup et on peut défendre ça.

24J.-C. C. — En somme, ayant à examiner le projet de Nancy, les physiciens responsables du CNRS réagissaient en physiciens et étaient séduits par le côté labo de l’entreprise d’une part et par les titres des responsables de l’autre. Dans les sciences, on respecte les savants titrés, les académiciens, les titulaires de chaires importantes. Imbs était gagnant d’avance.

Et je continue par un autre exemple. J’étais chargé de mission chez Edgar Faure. Une fois, j’ai eu le malheur de dire à mon ministre : « Vous devriez faire quelque chose pour les sciences humaines. » Edgar me répond, en m’appelant par mon prénom, ce qui était inhabituel chez lui : « Mon cher Gérald, entre nous les recherches en sciences humaines, que ce soit en économie, en grammaire, en droit romain, c’est de la rigolade. On fait ça pour s’amuser. C’est mon plaisir d’être intelligent quelques heures par jour ; mais on ne peut pas appeler ça de la recherche. Laissez tomber ».

25J.-C. C. — Le raisonnement d’Edgar Faure, c’est un raisonnement de juriste, d’amoureux des lettres qui veut être plus scientifique que les scientifiques. Beaucoup de scientifiques, et de très grands, ont bien compris que ce n’était pas par générosité humaniste qu’il fallait défendre les lettres, mais par intérêt bien compris pour se situer du côté du cœur et de l’imagination. Solidaires des sciences humaines, cela leur permettait d’affirmer que les sciences, les maths par exemple, sont un humanisme. Le physicien Joliot-Curie, lors de la refondation du CNRS, en 44-45, était un des plus fermes défenseurs des sciences humaines ; il y voyait un élément fondateur de la science et s’opposa plusieurs fois vivement à des collègues scientifiques, fiers d’être des mécaniciens, et désireux d’exclusivité.

26Le physicien est au contact du concret, du réel, comme le linguiste l’est avec les mots ou avec les rythmes. J’ai entendu une fois Françoise Balibar, historienne de la physique, expliquer que le physicien a tout à perdre à se calfeutrer derrière les chiffres ou les cornues, façon de parler ; c’est dans la symbolique de la vie que l’imagination se fond avec le raisonnement.

27Ajoute que pour Joliot, les belles-lettres enseignaient l’éloquence, indispensable pour exposer tout problème.

On l’a bien vu quand le directeur général qui était un scientifique est allé voir Edgar Faure. J’avais préparé l’entretien ; ce fut une catastrophe. Il était très compétent mais timide et maîtrisait mal sa rhétorique. Je vois encore Edgar Faure me dire à la sortie : « C’est ça, vos chercheurs. » Un fiasco total.

28Dans les histoires des sciences, on lit souvent un développement linéaire ; pour agrémenter, on a, depuis longtemps et bien avant Kuhn et Foucault, inventé les coupures épistémologiques. Mais le jeu des théories s’enracine plus profondément dans les luttes d’institutions mettant aux prises des chercheurs et des administratifs qui ont des habitudes et des accoutumances parfois ancestrales, plus souvent acquises dans l’éducation. Jeu difficile à serrer. Un institutionnel comme le recteur Antoine, enfoncé depuis longtemps dans l’administration et qui en a retiré une grande compétence, peine lui-même parfois. Que dire du praticien enfoncé dans ses recherches ?

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search