Version classiqueVersion mobile

Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva

 | 
Jean-Claude Chevalier
, 
Pierre Encrevé

Préambule

Jean-Claude Chevalier et Pierre Encrevé

Texte intégral

1Dans les années 1955 et suivantes, un mouvement très fort se manifeste dans un paysage plutôt atone : l’étude de la langue française, un mouvement qui grossit, brandissant plusieurs mots-étendards prestigieux : linguistique, structuralisme, rupture épistémologique. La chose fit du bruit. C’était une explosion marquée par la prolifération de livres et de revues. Marquée bientôt dans l’institution même, qui l’inscrivit, en 1967, dans la réforme Fouchet pour l’Enseignement supérieur qui accordait une place forte à la linguistique dans les cursus. Et finit par multiplier les postes et les chaires pour répondre à l’afflux des étudiants, surtout après les remuements et bouleversements de mai 68. Plus fortement encore, en décembre de cette année-là, le ministre Edgar Faure créa le Centre universitaire expérimental de Vincennes, centre qui, d’emblée, privilégia la linguistique, lui donnant une place et un éclat qu’elle n’avait jamais eue dans l’université française.

2Nous avons suivi de près le mouvement, l’un, Jean-Claude Chevalier, comme assistant de grammaire et philologie française à la Sorbonne (1955-1960), puis comme chargé d’enseignement à Lille (1960-1968), l’autre, Pierre Encrevé, comme étudiant en linguistique d’André Martinet à la Sorbonne, puis docteur sous sa direction (1967), et enfin chargé de cours auprès de lui (1967-1968). Nommés l’un et l’autre au département de linguistique générale du centre expérimental de Vincennes dès sa création en novembre 1968, nous avons participé aux réformes, aux débats, aux convulsions ; nous connaissions bien la plupart des protagonistes. Au début des années 1980, avec le recul, il nous a semblé qu’il valait la peine d’aller questionner les responsables de cette aventure spectaculaire, encouragés par Pierre Bourdieu, professeur de sociologie au Collège de France depuis 1981, qui réalisa même avec nous un premier enregistrement d’essai. Qui questionner et comment ? D’emblée, le rôle des revues (une douzaine et plus ont été créées en France de 1958 à 1968) nous parut déterminant : il avait fallu à leurs créateurs beaucoup d’esprit d’entreprise, un fort « capital social », comme disait Bourdieu. Nous avons pris notre magnétophone et avons questionné une quinzaine d’entre eux : leur itinéraire, leurs publications, comment leur était venue l’idée de créer une revue. Autant de témoignages d’acteurs décisifs qui éclairaient l’ensemble du mouvement, bien avant, d’ailleurs, le moment de la création des revues.

3À cette époque, Jean-Claude Chevalier pilotait la revue Langue française et nous étions chargés de diriger ensemble le numéro « Vers une histoire sociale de la linguistique », dans lequel nous avons publié le résultat de l’analyse sociologique de notre enquête, un gros article intitulé « La création de revues dans les années 1960 : matériaux pour l’histoire récente de la linguistique en France » (Langue Française 63, septembre 1984), titre qui correspondait à notre idée première mais ne rendait pas vraiment compte de ce à quoi nous avions abouti, qui visitait largement l’histoire de la discipline depuis les années 1930.

4L’argumentation, inspirée par les travaux de Pierre Bourdieu, était guidée par le concept sociologique de champ. Le but était de montrer, à partir des matériaux recueillis dans notre enquête, comment, à partir de la date d’entrée dans la discipline des plus âgés de nos témoins (1930), se constituait, s’organisait et se transformait le champ de la linguistique en France en objectivant le réseau des « prises de positions » des acteurs, liées à leurs « dispositions » et à leurs « positions », tous termes pris dans l’acception de Pierre Bourdieu. Première tentative d’histoire de la linguistique explicitement ancrée dans une théorisation sociologique, l’article eut un certain retentissement et contribua à enrichir une discipline neuve, l’histoire sociale des sciences et, plus particulièrement, une branche qui semblait alors vouée à se développer : l’histoire sociale de la linguistique. On le lira ici même en tête de la deuxième partie.

5Animés par cette visée théorique étrangère à toute entreprise biographique, nous avions retenu de nos entretiens un ensemble de citations et d’extraits (soumis à l’authentification de chacun des locuteurs) que nous regroupions non pas auteur par auteur mais autour des focalisations de l’analyse par laquelle nous tentions de configurer l’histoire du champ en question. Choix qui ne nous conduisait pas seulement à bouleverser l’ordre des récits mais aussi, naturellement, à renoncer à de larges portions des interviews qui, centrées sur les « aventures » intellectuelles et professionnelles de chaque témoin, débordaient largement notre objet. Chirurgie spectaculaire assurément, qui nous garantissait du danger de substituer l’anecdote à l’analyse et la chronique à l’histoire.

6Vingt ans plus tard, dans les années 2002-2004, alors que nos transcriptions originales – qui pour diverses raisons n’étaient intégrales que pour douze témoins sur quinze – avaient été perdues, Jean-Claude Chevalier, passé à la retraite, s’est plu à retranscrire l’ensemble des entretiens dans leur intégralité (moins les morceaux de bandes devenus inaudibles…), dans l’idée de les publier ensemble mais en autant de chapitres différents, comme autant de brèves monographies où ce serait non l’analyse « savante » des interviewers qui primerait, mais la parole « naïve » des interviewés. Nos interlocuteurs encore vivants, nombreux heureusement, ont bien voulu revoir soigneusement ces transcriptions. C’est Jean-Claude Chevalier également qui a fait précéder ces entretiens d’une introduction générale reprenant en charge l’histoire du champ, et les a accompagnés de présentations et commentaires témoin par témoin. Et fait suivre le tout d’un après-dire, « Le xxe siècle a-t-il été le siècle de Saussure ? ». Est apparu alors un tout autre objet, tout aussi fortement orienté vers l’histoire sociale mais plus proche d’une ambition biographique, qui retrace des destins particuliers ; une conception plutôt sartrienne et non plus bourdieusienne. Il constitue le corps principal du présent ouvrage, qui est devenu la première partie lorsque nous avons décidé ensemble, ensuite, de le compléter d’une seconde.

7Discutant en effet de la recomposition réalisée, qui ramenait l’enquête à son point de départ, il nous a semblé qu’il serait éclairant d’offrir au lecteur, en deuxième partie, la possibilité de penser cette double tentative de saisie historique construite sur les mêmes informations. C’est à cette fin que nous avons choisi, d’abord, de republier ici notre article de 1984. Ensuite, de livrer nos propres réflexions sur les éclairages produits par les deux usages de nos entretiens, que nous avons également voulu confronter aussi à l’évolution de la linguistique française, telle que nous l’avions connue, de 1968 à 2003, quitte à révéler des lacunes dans notre enquête. C’est ainsi que le livre se termine par la transcription d’un échange de vues entre nous deux, enregistré en février 2005. Le tout constituant la deuxième partie.

8Au total, dans ces deux parties, l’ouvrage propose trois façons de sonder un épisode scientifique de grande exaltation et de forte créativité : la reconstitution de l’époque 1930-1968 dans une visée d’histoire sociale de type bourdieusien ; la reproduction commentée de douze entretiens, selon une visée plus classiquement historique ; enfin un coup d’œil d’ensemble sur cette double approche, telle qu’elle nous est apparue en 2005. Il nous a semblé à l’un et à l’autre que cette triple vision pourrait se révéler d’un apport fécond pour ouvrir le débat sur l’épistémologie des travaux entrepris en histoire de la discipline. Le prix à payer, inévitable, pour le lecteur, est celui des répétitions, mais on verra que leur mode même, et leurs variations, sont sources de nouvelles relances de la libido sciendi. En outre, les répétitions ont aussi pour finalité d’ouvrir au lecteur la latitude d’entrer dans ce livre par n’importe laquelle de ces nombreuses portes. Foin de ces livres à lire dans l’ordre, et page après page. Commence par la fin, lecteur en liberté, parcours l’introduction, saute au milieu, jette un œil sur le préambule : c’est à toi que nous avons pensé.

9Pour que cet ensemble un peu complexe fût pourtant aisément déchiffrable, même par un lecteur non spécialiste, avec l’aide d’une petite équipe d’amis et de collaborateurs, nous avons composé un inventaire des six cent et quelques noms évoqués dans ces entretiens. Nous avons précisé les dates, les titres et les fonctions de ces personnalités citées. Le choix de ces critères est évidemment contestable. Nous avions commencé à compiler les œuvres, travail énorme ; nous avons renoncé à l’entreprise, considérant que l’Internet permet aujourd’hui d’apporter la documentation nécessaire. Nous avons aussi ajouté une liste des sigles et abréviations dont la signification aujourd’hui n’est pas aisément recouvrable. Et enfin proposé une bibliographie des textes cités.

10Travail pionnier, à sa manière, imparfait, il va sans dire, désordonné dans son intention même, ou si l’on préfère multiordonné, mais qui vise à convaincre de l’intérêt de poser une diversité de points de vue sur l’examen historique d’un mouvement scientifique. À son terme, nous restons animés de l’espoir qu’il contribuera à multiplier les pistes d’enquêtes nouvelles.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search