Version classiqueVersion mobile

Interprétation et dialogue

 | 
Frédéric François

Première partie. Remarques méthodologiques

Le « signifié » et les types de mise en mots

Texte intégral

La petite fille : Je m’ai trompée.
La maîtresse : Je me suis trompée.
La petite fille : Ah, toi aussi ?

1Trouver sous la diversité des sens un petit nombre de rapports signifiés oppositionnels, est-ce passer de l’empirique à la structure (profonde ?) ou est-ce seulement un moyen parmi d’autres de montrer le sens de certains messages ou de certains mots qui s’y prêtent particulièrement ? Quel que soit le cadre théorique, la première position, qui suppose l’unité du « signifié », a eu la faveur de nombreux linguistes. C’est la seconde qu’on voudrait développer rapidement ici, en suggérant que cette unité discrète des rapports signifiés est un « effet de lointain », un effet pédagogique, peut-être, un peu comme la présentation d’une syntaxe complètement indépendante de la sémantique et des rapports d’interlocution. De tels effets de lointain sont peut-être utiles, par exemple pour mettre l’accent sur les grandes différences entre les différentes langues. Ils ne nous empêchent pas moins de voir l’hétérogénéité fondamentale des façons de signifier, des jeux de langage. Hétérogénéité des façons de manifester le sens, hétérogénéité aussi des façons dont l’enfant « entre dans le sens » que risque de nous cacher la normalisation-réduction qu’il y a à nous présenter comme une grande découverte théorique les « vérités de La Palice » du type :

coq = gallinacé + espèce + mâle
poule = gallinacé + espèce + femelle

2(ou comme on voudra dire, la difficulté étant, entre autres, que l’on n’a pas de moyen en français de nommer le genre commun à « coq » et à « poule », qui leur soit strictement spécifique).

3Ce n’est manifestement pas comme cela que l’enfant apprend à parler. Je pense que ce n’est pas comme cela non plus que le langage fonctionne. La diversité des conduites des enfants et de leurs « fautes » servant ici de révélateur d’une hétérogénéité du mode de fonctionnement du sens qu’une certaine pédagogie et une certaine théorie risquent de nous faire oublier.

4Autrement dit, on fait l’hypothèse que la diversité des façons d’entrer dans le sens chez les enfants nous aide à penser la diversité des façons dont le sens fonctionne effectivement en général. Il y aurait naïveté à croire que le sème du dictionnaire ou du linguiste représente « la langue » et non simplement une façon parmi d’autres de montrer le sens.

5Ajoutons que nous ne sommes pas ici en situation d’espérer des « révolutions coperniciennes » qui montreraient aux foules ébahies que le sens est tout à fait autre chose que ce qu’elles croyaient. Il s’agit plutôt d’expliciter la diversité des relations au sens que nous connaissons tous d’une certaine façon lorsque nous donnons un exemple pour expliquer le sens d’un mot ou que nous demandons à quelqu’un de reformuler ce qu’il vient de dire parce que nous n’avons pas compris.

L’isolement d’un « signifié » comme effet de lointain

6Il semble faire partie du commun dénominateur de ceux qui discutent sur le sens qu’il y ait :

  • une différence entre référence et signification (de quelque façon qu’on la baptise) ;
  • une relation, à déterminer, entre rapports signifiés récurrents (à la limite universels) et organisations caractéristiques d’une langue ou d’un sous-ensemble de langues ;
  • une relative indépendance des relations signifiées par rapport à la diversité des conditions de communication.

7On a tous présents à l’esprit le « vainqueur de Wagram » et le « vaincu de Waterloo » pour nous rappeler que s’il s’agissait seulement de renvoyer au même objet, ces deux expressions seraient synonymes, ce qu’elles ne sont pas.

8De même confrontons-nous le célèbre couple mutton/sheep à l’unité mouton pour y trouver deux « découpages de l’expérience ». De même, enfin, sommes-nous amenés à constater que l’opposition masculin/féminin caractérise beaucoup de noms d’animaux et semble relativement stable dans beaucoup d’utilisations différentes de coq et de poule.

9Mais il ne faut pas faire dire à ces trois exemples typiques autre chose que ce qu’ils disent. Le premier n’exclut pas la référence du sens. Comprendre ces deux expressions, c’est savoir qu’elles considèrent la même personne de deux points de vue différents. L’identité de référence importe tout autant que la différence de signifié (ou de monde ?).

10Le deuxième ne signifie pas deux organisations différentes de l’univers. Les bouchers et les consommateurs anglais établissent la même relation que les Français entre la cuisse du mouton vivant et le gigot (la question des différences de valorisation sociale de la viande de mouton est une autre question, qui recoupe la différence des langues mais ne s’y identifie pas). L’expérience prédécoupée dans le lexique ( !) n’est pas la même chose que l’expérience découpée dans le discours, ne serait-ce que parce que le syntagme va où le lexème ne va pas : les francophones peuvent toujours préciser « mouton vivant » ou « mort », « dans les prés » ou « dans l’assiette ».

11De même, dans le troisième, si l’on compare le couple coq/poule au couple (de mots) cheval/jument, on voit qu’on ne peut pas savoir le lien entre sens transmis par le dictionnaire et ce qui se passe dans une communication effective. Dans le cas de cheval, la non-prise en compte potentielle du sexe est inscrite dans le code. Dans le cas de poule, il se peut que, comme terme plus fréquent, ce soit lui qui fonctionne comme terme non marqué, parce qu’on n’en a pas d’autre à sa disposition. Il y a généralement des coqs dans un « poulailler ». Et dans un « élevage de poules » ? Ajoutons que nous ne savons surtout pas si ces éléments de sens stable constituent le principal, l’essentiel du message, ou au contraire le trivial, sur la base duquel le reste de la signification va se construire. Ainsi ça n’est pas au point de la chaîne où apparaît le mot poule que je peux déterminer si, dans le texte (« dans la tête du locuteur », c’est encore une autre question), le sexe de la poule est pris en compte, central ou non actualisé. Ce qui est sûr, négativement, c’est que l’on ne peut faire coïncider en un point de la chaîne système de la langue tel que l’exposent les dictionnaires ou les linguistes et choix du locuteur comme acte psychique effectif.

12C’est le principe même de l’évidence structuraliste qui nous semble ici discutable. D’abord sous sa forme saussurienne, à peu près : puisque le langage ne vaut pas par association directe de ressemblance ou de contiguïté avec ce pour quoi il vaut, il ne peut valoir que par relation d’opposition de signes entre eux. Est-ce l’un ou l’autre ? Il me semble que ce que nous devons étudier, c’est comment les deux mouvements, celui par lequel l’enfant met en relation chaud et certaines expériences typiques (éventuellement contradictoires : « touche pas c’est chaud »/ « mange, c’est chaud ») et celui par lequel il oppose chaud à froid, convergent sans coïncider. On sait par ailleurs qu’il y avait chez Saussure des rapports syntagmatiques et associatifs. Il y a eu une double réduction des rapports associatifs aux rapports paradigmatiques, des rapports signifiés aux rapports oppositionnels dans le paradigme. Car à supposer, ce que je ne crois pas, qu’il y ait quelque chose de simple et d’univoque qui s’appelle signifié, pourquoi ce signifié serait-il davantage constitué ou montré par des rapports oppositionnels que par des différences combinatoires ou par des rapports de degré ou de ressemblance : « joli c’est un peu comme beau ? »

13Reprenons rapidement ce que l’on a développé par ailleurs :

  • Poser des rapports oppositionnels n’implique pas que pour tous les termes auxquels s’applique une opposition, elle s’y applique de la même façon ou au même degré. Autrement dit, il y a un gradient d’appartenance et ce n’est que par une métaphore inadéquate que l’on peut représenter les rapports signifiés comme déterminant des classes ou des ensembles. L’amibe, le corail ou l’oursin sont des animaux, mais moins que la vache. Qui sera un animal prototypique. Prototypique voulant dire que c’est à partir de lui que nous expliquerons ce que c’est qu’être animal, que nous pourrons le faire tout autant à partir du mot vache qu’en montrant une vache et que c’est à partir de ces prototypes qu’il y aura chez l’enfant (comme chez nous) travail d’extension / détermination / paraphrase.
  • Plutôt que de classes, on parlera de familles au sens de Wittgenstein : il y a de proche en proche ressemblances et différences partielles sans que cela implique discrétion. Absence de discrétion qui se voit dès que l’on veut définir un mot aussi simple que faim : manque de, envie de, besoin de… et de quoi ? Qu’il y ait un noyau d’opposition de faim à réplétion n’implique pas que ce noyau soit ce qui importe le plus dans un message donné.
  • Davantage, il peut y avoir transgression du noyau, puisque chacun peut dire « je n’ai plus vraiment faim mais j’ai quand même encore faim de… ». On parlera au sens étymologique de métaphore lorsque le sens ne sera pas seulement périphérique mais déplacé.
  • Si cela a lieu ainsi quotidiennement, c’est que non seulement les mots entrent dans des champs différents, la fleur du fleuriste n’étant pas la fleur du botaniste. Antoine Meillet1 avait déjà insisté sur le fait que c’était ce changement d’univers discursifs et en particulier le passage des mondes spécialisés dans une pratique au discours de la vie quotidienne qui expliquait principalement « comment les mots changent de sens ». Mais, plus généralement, imagine-t-on un système où il y aurait de la polysémie « en langue », mais où une procédure de « séparation des mondes » interdirait in situ les déplacements de sens, les associations, où il serait impossible de glisser du pain quotidien au pain spirituel de l’Évangile ou de laisser planer le doute ? C’est en partie ce qu’essayent de réaliser les fabricants d’intelligence artificielle. En grande partie ou en totalité, c’est à déterminer, ce que nous appelons du nom vague de penser ne serait plus alors possible : même si l’on considère la « fonction de distinction » comme plus importante, comment serait-elle possible sans son inverse ? Certes il y a dans une langue des sous-usages codés : celui du Code de la route où effectivement il y a de l’interdit/ de l’autorisé, celui des dictionnaires ou celui des discussions où l’on cherchera à coincer l’adversaire par le ou bien… ou bien… et, immanquablement, celui-ci répondra sur un autre mode, discret ou non, ni… ni…, distinguo, ça dépend des cas.

14Qu’est-ce à dire sinon que la discrétion est un jeu de langage parmi d’autres, non la structure sous-jacente obligatoire de tout rapport signifié. Corrélativement, on propose que c’est la multitude des jeux de sens qu’il permet qui caractérise le langage, plus que son arbitraire ou ses capacités combinatoires.

Jeux de langage et variation sémiologique

15Parler de « jeux de langage » me semble impliquer qu’aux différents jeux correspondent différentes façons de signifier et qu’un inventaire de ces façons importe plus qu’un classement des supposés signifiés qui seraient ceux de telle langue.

16Je ne pense pas qu’une telle classification puisse être déductive selon un principe unique. On présente plutôt ici l’entrecroisement de diverses dichotomies (dichotomies qui sont des façons d’approcher, non des « reflets de la réalité »).

Référent présent / référent absent

  • 2 J. A. Fodor, 1989, La modularité de l’esprit, essai sur la psychologie des facultés, Paris, Minuit. (...)

17Le langage, comme les autres systèmes de signes, ne fonctionne pas de la même façon lorsqu’il s’agit de désigner, de commenter une réalité présente et une réalité absente. Il y a là une différence sémiologique de base. Même si les faits sont plus complexes que la dichotomie. Ainsi lorsque le discours porte sur l’objet qui vient de disparaître et que l’enfant pourra dire : « a pu » ou « a pu lolo ». Il y a bien là une double limitation de la dichotomie. Tout d’abord parce qu’on est entre présence et absence et ensuite parce que, dans une même situation, deux codages peuvent apparaître : dans le premier cas, il y a commentaire sur l’objet « presque encore là », dans le second, commentaire + désignation. On notera que, quelle que soit l’importance de cette transition entre les deux modes de signification, la définition traditionnelle du signe comme « quelque chose qui vaut pour quelque chose d’autre » n’est valable que dans le cas de l’objet absent ; pas quand il y a « signification ostensive ». Et pourrait-il y avoir première acquisition du sens sans « signification ostensive » ? On peut noter avec Jerry Fodor2 que l’absence de ressemblance formelle entre tout ce qui est animal fait que le sens du mot sera difficilement acquis de façon ostensive ; de même qu’inversement, il sera souvent difficile de saisir ce qui caractérise les termes spécifiques (caniche est plus identifiable sans doute que fox-terrier) alors que les termes d’extension moyenne qui sont statistiquement les premiers appris comme chien constituent une bonne forme pour la signification ostensive (et d’ailleurs pour la généralisation, adéquate ou non, peu importe).

18La question se déplacerait alors : plutôt que de dire que le signe vaut pour autre chose, on se demandera ce que le signe ajoute à la seule perception de la chose ou de l’activité référée. À mon sens, au moins des possibilités de « mouvements mentaux » différents, d’indications de point de vue différents sur le même objet. Parler de possibilités ne renvoie pas ici à la langue comme possible antérieur à l’actuel de la parole, mais au fait que s’ouvre à l’occasion de l’objet réel un champ de mises en relation plus vaste que celles qui relèveraient de la manipulation ou du dessin. On retrouvera sans doute encore plus de diversité dans la relation du langage à l’objet lorsque justement cet objet n’est donné que par le langage. Ainsi quand on demande à des enfants de 10 ans de définir des objets abstraits, trouve-t-on une tension entre la paraphrase intralinguistique (définir le nom abstrait par un faire ou une qualité, ici un verbe ou un adjectif) et le renvoi à une expérience typique qui montre. Ainsi, chez un seul enfant :

La beauté : C’est qu’on est beau, qu’on est bien habillé.
Amour : C’est ce qu’on fait avant de se marier.
La joie : C’est quand on est très content. Et quand on est avec sa famille.
La tristesse : Quand quelqu’un de sa famille meurt et qu’on est triste.

19Sauf dans le premier cas où l’expérience typique l’emporte, il y a va-et-vient entre deux types de significations qu’on pourrait appeler intralinguistique et typique, plutôt que générale et particulière ; modes de monstration du sens qui sont différents et entre lesquels aucune hiérarchie ne peut être instituée. L’exemple typique donne à voir, le changement de classe grammaticale donne une analyse implicite : il n’y a pas progrès de l’un à l’autre. Juste hétérogénéité.

20Si l’on revient au discours lié à la présence réelle de l’objet, il est remarquable et que la contribution des grammaticaux à la signification des messages soit moins prégnante lorsque l’objet est présent (leur contribution à la signification par l’actualisation est moins nécessaire), et qu’ils fonctionnent autrement. Que l’on considère l’universalité (?) du passage du déterminant nominal déictique au déterminant nominal textuel (anaphorique ou cataphorique) ou la différence entre la détermination temporelle à partir du moment de la parole (« maintenant » ostensif) et à partir d’une parole citée dans le texte. On voit que l’on peut parler ici de sémiologies, de façons de signifier variables des grammaticaux dont l’analyse ne se réduit pas à leur « signifié paradigmatique » ou à leur rôle syntaxique. Corrélativement, on pourra distinguer :

Significations homologues dans d’autres systèmes de signes/significations propres au langage

  • 3 L. Hjelmslev, 1971, Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Minuit.

21On peut montrer avec le doigt, indiquer avec les mains la grandeur d’un poisson ou la distance d’une ville. Comme on sait, Louis Hjelmslev3 avait voulu caractériser le système linguistique par son universalité potentielle, par opposition à l’aspect spécialisé des autres systèmes de signes. C’est sans doute un peu simple : potentiellement, je peux dire avec des mots ce qu’il y a sur une carte de géographie ou sur une figure représentant un acide aminé. Mais la tâche en question est d’un coût exorbitant, pratiquement infinie, donc en fait impossible. Par rapport à la carte, le langage sera plutôt annonce ou commentaire, non parallèle.

22Parmi les significations linguistiques qui sont des reprises-modifications d’autres codages, on peut tout d’abord considérer l’univers perceptif comme une façon d’organiser le monde, d’y retrouver du même et du différent et donc considérer que les premiers codages linguistiques sont homogènes à ces premiers codages perceptifs. En tout cas, la langue ne vient pas informer ex nihilo une masse d’expérience inerte. On peut en particulier isoler ici :

  • l’opposition figure/fond, remarquable/banal, inhabituel/habituel, la prégnance d’un quelque chose sur fond d’autre chose, par opposition à un mélange indéterminé ;
  • avant que les objets soient identifiés comme tels, il y a d’abord de l’agréable et du désagréable, du « à prendre » ou du « à refuser » : la binarité des systèmes de valeur n’est pas une donnée d’abord linguistique ; le refus du sein dont on se détourne ou la mimique de dégoût adviennent avant le non ;
  • enfin, de grandes différenciations du type objets/actions/états ou animé/inanimé sont données dans l’univers perceptivo-pratique avant de se manifester de façons diverses dans l’organisation des langues (il est bien entendu que dans l’organisation perceptive comme dans l’organisation du sens qui passe par le langage, ces termes désignent des familles et non des classes : il y a des degrés d’animation, non une coupure univoque).
  • 4 J. Bruner, 1993 (4e édition), Le développement de l’enfant, savoir faire, savoir dire, Paris, PUF.

23Mais il n’y a nulle robinsonnade ici : la signification ne se développe pas « dans » un enfant solitaire : on peut noter, avec Jerome S. Bruner4, qu’il y a un dialogue corporel porteur de sens bien avant le dialogue linguistique, qu’il s’agisse d’attirer le regard de l’autre par le mouvement du sien, d’agir ensemble ou d’appliquer la même action à différents objets ou inversement d’utiliser le même objet selon différentes pratiques, ce qu’on peut considérer comme un précurseur de l’articulation en unités signifiantes. Ce à quoi on peut encore ajouter que les significations portées par le corps sont normalement associées à la langue orale : le prétendu mystère de l’acquisition du langage trouve des éléments de solution dans la dénonciation de l’aspect fictif ou à tout le moins rare et tardif de significations qui ne seraient portées que par la langue.

24A contrario, est-il nécessaire de cerner la spécificité des significations linguistiques ? À ma connaissance, c’est Charles Hockett qui, le premier, a cherché à ne pas prendre en compte seulement des caractéristiques linguistiques liées à la nature des signes utilisés, mais aussi des caractéristiques langagières liées aux conditions d’utilisation des langues. Quand on veut comparer systèmes de communication animaux et humains, il est inadéquat de vouloir localiser la différence en un point. Il n’est pas question de ne pas tenir compte du caractère pour l’essentiel arbitraire du signe linguistique, des possibilités ouvertes par l’articulation ou de celles liées au fait que les langues sont des systèmes ouverts. Mais il me semble que de telles caractéristiques sont nécessaires, mais non suffisantes pour mettre en évidence ce qu’est le langage par rapport, par exemple, au maniement de codes fabriqués.

Pratique et référence

25Une première caractéristique serait alors que les communications animales seraient essentiellement pratiques : un objet n’y est jamais évoqué en lui-même, montré ou décrit pour lui-même, mais en fonction d’un but extérieur (fuir ou s’approprier par exemple). La réponse de l’autre est réponse par un acte et non par un signe. Mais ce qui nous occupe ici est que même s’il y a un codage prélinguistique du monde dans la perception qui rapproche en ce sens homme et animal (voir par exemple la réaction de fuite ou d’attente à l’égard de « ce qui bouge »), l’usage purement référentiel des signes, par la nomination ou la description, constitue un saut qualitatif. Pour reprendre le vocabulaire de l’école de Tartu, la mère qui traduit le « petit alphabet » de l’enfant qui tend son doigt vers quelque chose dans son « grand alphabet » répondra soit « touche pas, c’est pas beau » (communication à dominante pratique), soit « oui, mon chéri, c’est un tapis » (communication à dominante référentielle). On notera d’ailleurs que dans un trouble important du langage, seules des relations interactives sont présentes : demande, refus ou appel.

Langue, paraphrase, « métalangage intégré »

26S’il y a trou qualitatif entre langue pratique et langue « référentielle », il y a un autre trou entre langue orientée vers un référent externe et capacité d’avoir un discours orienté vers lui-même ou un autre discours. De nouveau, il y a là un caractère du langage plutôt que de la langue comme structure. Autour de ce thème, on peut tout d’abord rappeler l’existence même d’une organisation paraphrastique des significations : le même objet peut toujours être désigné de plusieurs noms, une description peut être « catalysée » sous forme d’un mot, qui pourra à son tour être analysé sous forme syntagmatique, en notant d’une part (voir le paragraphe suivant) que chacun de ces déplacements comportera toujours une part de maintien et une part de nouveau. D’autre part, que s’il existe des usages où l’on parle avec des mots sur les mots, il y a un bien plus grand nombre de paraphrases locales, qui « tournent » autour d’un référent et non pas du sens d’un mot ou d’une phrase :

Tu sais ton grand-père, le monsieur qui habite Versailles…

27ne sert évidemment pas à expliquer le sens du mot grand-père, mais au contraire à cerner tel grand-père particulier. On peut alors regrouper un très grand nombre de faits linguistiques comme pouvant ou devant expliciter une relation métalinguistique :

  • Bien sûr tout d’abord les moyens lexicaux ou grammaticaux qui servent à indiquer ce que l’on fait avec le langage : en résumé, pour conclure, c’est-à-dire, je dirais plutôt…
  • On peut considérer les modalisateurs comme une façon d’introduire une distance entre ce qu’on estime être la signification transmise et la signification actuelle : « c’est une drôle de maison », « c’est une espèce de type », « c’est comme ça »…
  • On peut considérer que les noms abstraits (désadjectivaux et déverbatifs) servent essentiellement à thématiser ce qui est plutôt du côté du propos : « Pierre est arrivé »/ « l’arrivée de Pierre ». Mais l’utilisation de ces moyens codés n’est pas nécessaire. Non seulement tout déictique peut fonctionner comme anaphorique, mais l’anaphore peut aboutir à thématiser le propos : « Pierre est arrivé, ça m’a fait plaisir ».

28On peut ajouter qu’une des principales difficultés que rencontrent les enfants qui passent de l’oral à l’écrit est que les connecteurs qui scandent le discours oral en organisant le contenu, mais en même temps l’énonciation, ne fonctionnent plus de la même façon : « et pi » renvoyant à la fois à la succession des faits et scandant une « conduite d’ajout » de même que « et alors » indique la succession mais aussi que ce qui va être dit est conclusif, important, ou quelque chose de ce type.

29On peut toujours dire quelque chose ou dire qu’on le dit : « il fait beau »/ « je dis qu’il fait beau ». Ce à quoi s’ajoute l’ensemble des modalisations verbales « il me semble que » ou adverbiales « peut-être que »… Il me semble que l’utilisation naturelle de ces outils s’oppose à la fois à une linguistique qui voudrait analyser toutes les significations sur le seul plan du codage du contenu et à une logique de type russellien qui, pour éviter les paradoxes, voudrait absolument faire entrer de force le langage dans une théorie qui distinguerait toujours par emboîtements discours de niveau I et discours sur ce discours.

30Ça n’est pas comme ça que ça marche. Des « instruments » linguistiques aussi banaux que et alors et peut-être ne peuvent fonctionner que comme caractérisant à la fois l’objet dont ils parlent et le discours auquel ils participent. De même que les réponses aux questions « où ? », « quand ? », « qui ? », « pourquoi ? » apportent certes de « nouvelles informations », mais en même temps modifient la signification des premiers énoncés.

31Bref, on pourrait peut-être essayer d’analyser les faits de langage comme fonctionnant sur des plans différents, avec des sémiologies différentes. Ainsi la négation pourra être négation interactive du refus, référentielle du constat négatif (qui, à vrai dire, renvoie déjà à un énoncé possible), métalinguistique enfin du « ceci n’est pas une pomme ». Ici le fonctionnement est dominé par l’un des niveaux. On peut aussi suggérer que tout discours fonctionne sur les trois plans à la fois, de façon explicite ou implicite. C’est sur ce point qu’on voudrait conclure.

Dialogue et mouvement discursif

32Il est remarquable que la tradition saussurienne de prise en compte de l’oral par rapport à l’écrit ait mis en évidence des traits comme la linéarité, pas du tout le fait que, normalement, on parle d’abord à plusieurs. L’oral saussurien est monologique alors qu’il est sans doute plus conforme aux faits de considérer tout discours soit comme un vrai dialogue de fait, soit comme un dialogue à distance, et ceci de deux points de vue différents :

  • Tout d’abord en ceci qu’un sujet qui parle ne va pas « de la langue à la parole », mais d’un discours entendu à sa reprise-modification soit, évidemment, dans sa forme, soit parce que de toute façon le discours répété sera autre que le discours entendu et parce que le sujet n’est pas constant et parce que la situation n’est pas identique non plus.
  • D’autre part, parce qu’on peut considérer le monologue élaboré du récit ou de l’argumentation comme le mélange quasi dialogique de discours différents, ainsi chez l’orateur qui concède, anticipe sur l’objection, mélange hypothèses et faits, sans qu’on puisse toujours savoir ce qui relève chez lui du discours du je ou du discours du on (sans parler naturellement du polylogisme complexe du politicien qui dit « le peuple français exige que… »).

33Ces deux aspects sont souvent difficiles à analyser dans le langage adulte où le ou les textes sources sont effacés et où l’hétérogénéité des genres disparaît souvent sous l’apparence du « sujet énonciateur ».

34Au contraire, l’enfant en cela, malgré lui, plus philosophe que nous, manifeste dans ses enchaînements discursifs la diversité de ses codages de même que l’on parle à la fois de l’objet et pour dire autre chose que celui qui vient de parler ou que soi-même. D’où, négativement, l’inutilité de la problématique en termes d’intention de communiquer ou d’opérations du sujet : les opérations ne sont pas ou de moi ou de la langue, elles sont dans l’échange. De la même façon, si intention veut dire que dire quelque chose n’obéit pas au même déterminisme que tomber du septième étage, c’est assurément vrai, mais peu opératoire. Cela ne rend en tout cas pas compte de ce qui fait que mon intervention prend sens par rapport à ce qui a été dit mais aussi par rapport à ce qui suit sur le triple plan :

  • de la ressemblance-différence au discours d’autrui ;
  • de la signification d’ajout, de rectification, de paraphrase par rapport à son discours ;
  • et par là seulement indirectement de « mise en mots » du référent. Positivement, on peut alors essayer de montrer et « l’hétérogénéité sémiologique », la diversité des façons de signifier des divers éléments d’un discours, et l’existence de significations qui ne sont pas dites, mais dessinées par l’enracinement même des énoncés.

35On a déjà donné des exemples de tels mouvements discursifs dans les conduites de discussions. Donnons-en un autre :

Adulte : Nous aimerions que vous discutiez entre vous de ce que vous pensez sur l’égalité entre les hommes et les femmes.
Sophie : Parce qu’il y en a qui peuvent faire le même travail des fois, hein ?
Comme j’ai dit l’autre jour, j’ai jamais vu un homme qui avait fait le ménage.
Helena : Moi, j’en ai déjà vu.
Sophie : Mais j’en ai vu qui aidaient.
Gregory : Maintenant on va s’tourner les pouces.
Adulte : Gregory, qu’est-ce que tu penses de tout ça ?
Helena : Moi, je sais pas ce que j’en pense, quand Sophie, elle dit que les hommes y peuvent pas faire le ménage (rires) c’est vrai hein ?
Gregory : Parle plus fort, sinon on n’entend rien.
Helena : J’vois pas pourquoi ça serait que des femmes qui feraient le ménage, y’a bien…
Lassen : T’en as déjà vu toi ?
Helena : Oui, j’en ai déjà vu, y’a heu… par exemple.
Lassen : Des fantômes peut-être.
Helena : Non, mon père lui y fait le ménage des fois, enfin des fois, hein, pas toujours, sinon je vois pas pourquoi les hommes feraient pas le ménage hein ?
Sophie : par Moi, c’que j’aimerais dans la vie, c’est que tout change ; exemple que la femme fasse un métier d’homme et pis que l’homme fasse le métier de la femme.
Helena : Ben tout le monde peut faire pareil hein ? (Rires.) C’est vrai quand même. Si tu veux ça, ben ça peut devenir si on veut puisque maintenant… avant y’avait presque aucun métier que les hommes faisaient et que les femmes font maintenant ; avant bon, ben par exemple, heu, heu…

36Ce qui fait fonctionner ce texte, ce n’est assurément pas la conformité au code ou le maintien du thème. Bien plutôt les mouvements discursifs autour du thème, chacun prenant distance par rapport au discours de l’autre. Les deux garçons (Lassen et Gregory) se cantonnant dans le métadiscursif ironique, les filles faisant alterner évocations particulières, énoncés généraux, modalisations, façons d’envisager le possible. Ici, signifier, c’est bouger avec le langage dans un espace ludique (en particulier bouger par rapport à la consigne).

Notes

1 A. Meillet, 1921-1936, « Comment les mots changent de sens », Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion.

2 J. A. Fodor, 1989, La modularité de l’esprit, essai sur la psychologie des facultés, Paris, Minuit. Première édition 1986.

3 L. Hjelmslev, 1971, Prolégomènes à une théorie du langage, Paris, Minuit.

4 J. Bruner, 1993 (4e édition), Le développement de l’enfant, savoir faire, savoir dire, Paris, PUF.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search