Version classiqueVersion mobile

Études sur Spinoza et les philosophies de l’âge classique

 | 
Alexandre Matheron

Première partie. Éthique, anthropologie, politique, religion

Hobbes, la Trinité et les caprices de la représentation

Note de l’éditeur

« Hobbes, la Trinité et les caprices de la représentation », Thomas Hobbes : Philosophie première, théorie de la science et politique, Y.-C. Zarka, J. Bernhardt éd., Paris, PUF (Léviathan), 1990.

Texte intégral

1Hobbes, comme chacun sait, ne peut pas accepter une interprétation de la Trinité qui reviendrait à considérer les trois Personnes comme autant d’hypostases : l’incompréhensibilité de Dieu lui permet de croire ou de déclarer croire beaucoup de choses, mais non pas d’admettre ou de déclarer admettre qu’un seul et même Dieu puisse être en même temps trois substances ; car cela équivaudrait à dire que 1 = 3, et c’est absurde. Il donne donc de ce dogme, dans l’édition anglaise du Leviathan, une interprétation très personnelle qu’il croit pouvoir fonder sur sa propre théorie de la représentation. Mais cette interprétation est elle-même quelque peu sinueuse et apparemment bien fluctuante : on a l’impression qu’il fait de la représentation un usage assez capricieux. Et pourtant, ces fluctuations apparentes sont peut-être révélatrices : peut-être contribuent-elles à nous éclairer à la fois sur ce que signifie véritablement la notion hobbesienne de représentation et sur ce qu’est véritablement l’attitude de Hobbes en face de la religion. C’est ce que je voudrais essayer de suggérer ici.

  • 1 Traduction Tricaud (p. 161) légèrement modifiée. Toutes nos citations, sauf indication contraire, s (...)

2Une première allusion à la Trinité est faite dans le Leviathan au chapitre XVI : le vrai Dieu, nous dit Hobbes dans la version anglaise de ce chapitre, a été personnifié une première fois par Moïse, une seconde fois par son Fils Jésus-Christ, et une troisième fois par le Saint-Esprit. Il est vrai que, dans ce passage, la Trinité n’est pas mentionnée expressément ; mais, comme Hobbes le reconnaîtra au chapitre III de l’appendice de l’édition latine, c’est bien d’elle qu’il s’agit. Or voilà qui apparaît d’emblée comme très bizarre. En effet, au début de ce même chapitre XVI, Hobbes a défini la personne comme étant « celui dont les paroles ou les actions sont considérées, soit comme étant les siennes, soit comme représentant les paroles ou les actions d’un autre homme, ou de quelque autre chose, à qui elles sont attribuées avec vérité ou par fiction »1. Il n’y a donc là, semble-t-il, aucune ambiguïté : dans le couple formé par le représentant et le représenté, la personne, c’est le représentant – considéré uniquement dans sa fonction de représentant, bien entendu. D’où il semble résulter que les trois Personnes de la Trinité sont ici les trois représentants de Dieu, c’est-à-dire trois êtres différents de Dieu. Ce qui, évidemment, pose trois problèmes.

  • 2 Jésus-Christ, qui était le « propre fils » de Dieu, est venu, non « de son propre chef, mais en qua (...)

3Le premier problème, qui est le plus criant – mais aussi, finalement, le plus insignifiant en raison de son énormité même –, c’est celui qui concerne Moïse. Hobbes lui-même fera sur ce point son autocritique au chapitre III de l’appendice de l’édition latine : pris à la lettre, déclarera-t-il, ce passage à l’air d’assimiler Moïse à la première Personne de la Trinité, et c’est là une « grosse négligence » (p. 775). Et de fait, Moïse apparaît bien comme le premier homme dont les paroles et les actions aient été considérées comme représentant celles de Dieu, à qui elles étaient attribuées avec vérité (aux yeux des croyants) ou par fiction (aux yeux des incroyants) ; il apparaît donc bien, en ce sens, comme une sorte de « personne » divine. Mais que Hobbes, en réalité, n’ait pas voulu en faire ici une Personne de la Trinité, c’est ce dont témoigne immédiatement la suite même du texte. En effet, tout le monde admet que la première Personne de la Trinité est le Père ; or ce qui suit montre à l’évidence que le Père, selon Hobbes, n’est pas un représentant de Dieu, mais Dieu lui-même, dont Jésus-Christ est véritablement et physiquement le fils en même temps qu’il en est l’envoyé, et dont procède ensuite indirectement le Saint-Esprit2 ; il se trouve simplement que Dieu le Père (ou Dieu tout court), avant d’être représenté par son Fils et par le Saint-Esprit, l’avait d’abord été par Moïse, mais cela ne suffit pas pour intégrer celui-ci à la Trinité. Mais précisément, cette génération du Fils et cette procession du Saint-Esprit, dans la mesure où Hobbes les interprète comme des processus ad extra, vont poser des problèmes autrement graves.

4Le second problème, en effet, c’est celui de la divinité du Christ. Puisque Jésus-Christ est le représentant de Dieu au même titre que Moïse, il pourrait sembler, au premier abord, qu’il ne soit pas plus Dieu que Moïse. Et pourtant il l’est : non parce qu’il représente Dieu, mais pour une toute autre raison. Il est vrai qu’au chapitre XVI, Hobbes ne dit pas que le Christ est Dieu : il dit simplement qu’il est Fils de Dieu. Mais il dira qu’il est Dieu au chapitre XLII. Et il s’expliquera plus en détail au chapitre I de l’appendice de l’édition latine.

  • 3 « Le sang de la femme est la seule matière du fœtus […] La semence dans l’utérus est la cause effic (...)

5 Dans ce dernier texte, en effet, Hobbes appliquera systématiquement à la génération physique de Jésus-Christ comme homme les formules du symbole de Nicée qui concernent en réalité la génération éternelle du Verbe à l’intérieur même de Dieu. Que le Fils, au sens de seconde Personne de la Trinité, soit « engendré » et non pas « fait », cela signifie simplement, nous dira-t-il, que Dieu n’a pas créé Jésus-Christ à partir de rien : il l’a engendré d’une façon analogue à celle dont nous engendrons nos propres enfants, à partir de cette cause matérielle qu’était le sang menstruel de sa mère, avec cette seule différence qu’il a substitué son action directe et immédiate à cette cause efficiente qu’est habituellement la semence masculine3 ; compte tenu de sa toute-puissance, cela n’a rien de surprenant, même si le mécanisme du processus nous échappe. De même, que le Fils soit « consubstantiel » au Père, c’est là simplement une paraphrase de la formule de Jean selon laquelle « au commencement était le Verbe » : comme verbum, « dans la langue sacrée », désigne souvent « la chose décrétée ou promise » (p. 731) aussi bien que les paroles qui la promettent ou la décrètent, on peut bien dire que le Christ, d’une certaine façon, préexistait éternellement en Dieu à sa propre naissance en tant qu’objet intentionnel d’un décret éternel de Dieu (ibid.). Enfin, que le Christ ainsi engendré ait été Dieu en même temps qu’homme, cela non plus ne pose aucun problème ; car qu’est-ce qu’un Dieu, sinon un être qui peut faire tout ce qu’il veut ? Dieu, qui pouvait faire tout ce qu’il voulait, pouvait donc aussi « produire un homme qui pût faire tout ce qu’il voulait, c’est-à-dire un homme-Dieu » (p. 741). Contrairement au mystère de la Trinité, celui de l’Incarnation ne soulève ainsi aucune difficulté particulière : la toute-puissance de Dieu pourvoit à tout.

6Mais l’ennuyeux, évidemment, c’est que cet homme-Dieu engendré par Dieu n’est Dieu que très relativement. Il est, certes, plus Dieu que ce « Dieu mortel » qu’est Léviathan, mais il est moins Dieu que Dieu ; il est Dieu si l’on fait du mot « Dieu » un nom commun, mais il n’est pas Dieu si l’on fait de ce mot un nom propre. Et dans la mesure où la seconde Personne de la Trinité est entièrement expulsée hors de Dieu, il est difficile, malgré la distinction entre « faire » et « engendrer », de ne pas la considérer comme une pure et simple créature ; car la matière à partir de laquelle le Christ a été engendré, ou la matière dont venait cette matière, etc., a bien été, en dernière analyse, créée à partir de rien. En conséquence, si l’on s’en tient à la perspective du chapitre XVI, il y a bien, dans la christologie de Hobbes, quelque chose qui ressemble à de l’arianisme.

  • 4 Cf. supra, note 2.

7Or le même problème se repose, de façon plus aiguë encore, à propos du Saint-Esprit. Hobbes nous dit, en ce chapitre XVI, que Dieu a été représenté pour la troisième fois par le Saint-Esprit (Holy Ghost), ou le « consolateur » (conforter, ce qui est la traduction de « Paraclet »), qui « parlait et agissait dans les Apôtres » (p. 166). Et il précise que le Saint-Esprit avait été envoyé à la fois par le Père et par le Fils : ce qui permet de dire qu’il « procédait » des deux à la fois et de justifier ainsi le Filioque4. Mais qu’est-ce que le Saint-Esprit ? Hobbes ne le dit pas et ne le dira jamais expressément : on ne peut que l’inférer indirectement. Et le résultat, ici aussi, est en apparence assez bizarre.

8Dans toute la troisième partie du Léviathan, en effet, Hobbes emploiera à peu près indifféremment les expressions Holy Ghost et Holy Spirit. Or, d’une part, le début du chapitre XXXIV est consacré aux divers sens du mot spirit dans l’Écriture, et ces sens se regroupent finalement sous deux rubriques : au sens propre, il désigne une substance corporelle aérienne, un vent, un souffle, etc. ; au sens figuré, il désigne une disposition d’esprit, ou une passion extraordinaire, ou une aptitude extraordinaire, ou un don extraordinaire, ou même, dans un cas au moins, l’autorité requise pour exercer un tel don. Et d’autre part, au début du chapitre XLII, avant et après le passage où il sera à nouveau question de la Trinité, Hobbes nous dit que le Christ a donné le Holy Spirit à ses apôtres « en soufflant sur eux » (p. 518), puis plus tard « en envoyant sur eux un vent violent » (ibid.), pour leur permettre de mieux « exercer ce pouvoir » de prêcher et d’enseigner dont il les avait investis (p. 520) ; et il précise que les apôtres ont à leur tour transmis ce Holy Spirit à leurs successeurs « par l’imposition des mains » (p. 518). On a donc le choix entre deux solutions, mais aucune d’entre elles ne semble vraiment compatible avec le statut de Personne divine : ou bien, dans le meilleur des cas, le Saint-Esprit serait une entité aérienne que Jésus aurait insufflée dans le corps des apôtres, et qui ne serait donc divine que par dérivation, uniquement parce qu’il l’aurait extraite de sa propre substance ; ou bien alors, il s’agirait simplement des dons ou des pouvoirs qu’avaient reçus les apôtres et leurs successeurs avec l’autorité requise pour les exercer – c’est-à-dire, au fond, des apôtres eux-mêmes et de leurs successeurs en tant que représentants de Dieu –, et les apôtres, puis leurs successeurs, seraient ainsi la troisième Personne de la Trinité comme Moïse avait semblé être la première.

9Le résultat est donc paradoxal. Hobbes, au chapitre II de l’appendice de l’édition latine du Léviathan, rappellera que l’Église anglicane ne reconnaît pour hérétiques, outre les doctrines expressément déclarées telles par l’Écriture, que celles qui ont été condamnées par les quatre premiers conciles œcuméniques : l’arianisme, l’hérésie de Macédonius qui niait la divinité du Saint-Esprit, le nestorianisme et le monophysisme. Or, s’il échappe au monophysisme (encore que l’on puisse tout aussi bien soutenir que son Christ n’a pas deux natures, mais une seule, intermédiaire entre l’humaine et la divine), s’il échappe aussi au nestorianisme (encore que son Christ ait bien deux personnes : sa personne naturelle et sa personne de représentant de Dieu), il est certain, en tout cas, que la doctrine de la Trinité qu’il semble exposer au chapitre XVI n’est pas sans présenter une certaine analogie avec les deux premières hérésies. Elle semble relever, ontologiquement, de ce type d’antitrinitarisme que l’on qualifie globalement de subordinationisme, et qui consiste à établir une hiérarchie entre les Personnes et à réserver au Père seul la pleine et entière divinité – le Fils étant moins divin que le Père, et le Saint-Esprit encore moins ou pas du tout.

10Mais, précisément, Hobbes ne s’en est pas tenu là. Et ce qui l’a amené à envisager la question sous un autre angle, au moins dans l’édition anglaise, c’est le double paradoxe que constituaient à la fois la place hors Trinité d’un représentant de Dieu (Moïse) et la place éminente occupée dans la Trinité par une Personne (le Père) qui n’était pas un représentant, mais qui était elle-même représentée par les deux autres. Ne suffisait-il pas, dès lors, pour échapper au subordinationisme, de faire passer le Fils et le Saint-Esprit, eux aussi, du rôle de représentants à celui de représentés ?

  • 5 Traduction Tricaud (p. 518) légèrement modifiée.

11Or c’est bien là ce que fait Hobbes, dans l’édition anglaise tout au moins, dans les dernières lignes du chapitre XLI et surtout dans le troisième alinéa du chapitre XLII. Ce dernier passage, en effet, repose sur un principe que Hobbes énonce de façon assez étonnante : « comme je l’ai montré au chapitre XVI, nous dit-il, une personne est celui qui est représenté, aussi souvent qu’il est représenté »5. Il y a là, au premier abord, de quoi surprendre, puisque Hobbes avait dit au contraire au chapitre XVI que la personne était le représentant en tant que tel, alors qu’il semble maintenant la définir comme étant le représenté en tant que tel. Hobbes a-t-il oublié ce qu’il avait écrit auparavant ? Nous verrons pourtant que non. Mais, pour le moment, examinons d’abord les conséquences de ce revirement au moins apparent.

  • 6 Étant entendu que, selon la théorie hobbesienne de la représentation exposée au chapitre XVI à une (...)

12Ce qui en résulte, c’est que Hobbes semble passer du subordinationisme à la forme opposée d’antitrinitarisme : celle que l’on regroupe sous la dénomination globale de modalisme, et qui consiste, comme jadis chez les sabelliens, à si bien supprimer toute hiérarchie entre les Personnes divines que l’on finit par ne plus voir entre elles aucune différence ontologique – chaque Personne étant simplement Dieu lui-même en tant qu’il s’est manifesté selon telle ou telle modalité au cours de l’Histoire. Nous avons ici, pourrait-on dire, une sorte de modalisme juridique : chaque Personne est Dieu lui-même en tant qu’il a parlé ou agi par l’intermédiaire de tel ou tel représentant ; et par conséquent Dieu est autant de Personnes qu’il a eu de représentants6, bien que toutes ces personnes soient ontologiquement une seule et même substance sans aucune différentiation interne.

13Dans ces conditions, deux problèmes sont immédiatement résolus. D’une part, la question des rapports entre la première Personne et Moïse ne soulève plus aucune difficulté : cette Personne, ce n’est plus Moïse, mais c’est Dieu lui-même en tant qu’il a été représenté par Moïse. Et d’autre part, le caractère purement humain du troisième représentant ne présente plus, lui non plus, aucun inconvénient ; si Hobbes nous dit encore, au début de l’alinéa, qu’il s’agit du Holy Ghost, il n’éprouve plus aucune gêne à préciser aussitôt après : « c’est-à-dire les Apôtres et ceux qui, ayant reçu le Saint-Esprit » [Holy Spirit, cette fois], « leur ont succédé dans la fonction de prêcher et d’enseigner » (p. 518). Quant à la seconde Personne, s’il est vrai qu’elle va poser un problème nouveau, on ne s’en aperçoit pas immédiatement. Car Hobbes, comme s’il avait quelque peine à passer du langage de son subordinationisme ontologique à celui de son modalisme juridique, ne nomme pas tout de suite « Fils » et « Saint-Esprit » la seconde et la troisième Personnes (au sens du mot « personne » qui vient d’être redéfini) : au milieu de l’alinéa, il nous dit encore, comme il l’avait déjà fait à la fin du chapitre XLI, que « Dieu le Père, en tant que représenté par Moïse, est une personne », qu’il est (lui, Dieu le Père) « en tant que représenté par son fils, une autre personne », et qu’« en tant que représenté par les apôtres […], c’est une troisième personne » (p. 518). C’est seulement à la fin de l’alinéa, lorsqu’il donnera en conclusion un résumé de la doctrine de la Trinité « pour autant qu’elle se tire directement des Écritures » (p. 519), qu’il accordera aux deux dernières Personnes les mêmes noms qu’aux représentants correspondants. Et c’est ici que la difficulté apparaîtra.

  • 7 Dans les deux citations qui suivent, nous modifions à nouveau légèrement la traduction Tricaud (p.  (...)

14En effet, ce changement de dénomination va donner lieu à deux énoncés ambigus. Le premier, à vrai dire, ne l’est guère. Après avoir dit que Dieu (mais non plus, cette fois, « Dieu le Père ») est à la fois « la personne représentée par Moïse, la personne représentée par son Fils incarné, et la personne représentée par les apôtres » (p. 519), Hobbes précise en premier lieu7 : « En tant que représenté par les apôtres, le Saint-Esprit par lequel ils parlaient est Dieu » (As represented by the Apostles, the Holy Spirit by which they spake is God) ; or l’expression « par lequel ils parlaient » (by which they spake) peut se référer ou bien à ce qui, à l’intérieur même de l’esprit des apôtres, les déterminait à parler, ou bien au contraire à Celui qui, de l’extérieur, les avait mandatés pour parler ; mais apparemment, c’est le second sens qui est le bon : la phrase semble bien signifier : « Le Saint-Esprit, qui avait mandaté les apôtres pour parler, est Dieu en tant que représenté par les apôtres. » Mais la phrase qui suit est d’interprétation plus délicate. Hobbes nous dit en effet, en second lieu : « En tant que représenté par son Fils (qui était Dieu et homme), le Fils est ce Dieu » (As represented by his Son (that was God and Man), the Son is that God). Or que signifie « ce Dieu » (that God) ? Ce démonstratif renvoie-t-il au Dieu dont il était question dans la phrase précédente, ou au contraire à l’homme-Dieu mentionné dans la parenthèse ? À première vue, on ne le voit pas. Ce qui tranche la question, c’est uniquement la phrase suivante, parce qu’elle est construite exactement de la même façon et qu’elle est, elle, sans aucune ambiguïté : « En tant que représenté par Moïse et les grands prêtres, le Père, c’est-à-dire le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, est ce Dieu » (p. 519) ; ce qui veut dire évidemment : « Le Père est ce même Dieu – celui dont il vient d’être question – en tant que représenté par Moïse et les grands prêtres. » Donc la seconde phrase voulait bien dire, elle aussi : « le Fils, c’est-à-dire la seconde Personne de la Trinité ainsi appelée, est ce même Dieu – dont il a déjà été question – en tant que représenté par son Fils (qui était Dieu et homme) ». Mais alors, puisque le Dieu dont il a déjà été question à propos du Saint-Esprit n’est pas l’homme-Dieu de la parenthèse, il faut se rendre à l’évidence : le mot « Fils » et le mot « Dieu », qui sont employés chacun deux fois dans cette phrase, ont chacun deux sens différents : le Fils-Personne-divine n’est pas le Fils physiquement engendré par Dieu, le Dieu qui est cette Personne n’est pas l’homme-Dieu qui le représente. Autrement dit, Jésus-Christ n’est pas la seconde personne de la Trinité, et c’est fort ennuyeux.

15Et pourtant, il faut bien qu’il le soit ; ou alors, la Trinité n’a plus aucun sens. Mais est-ce possible ? En fait, oui, c’est possible, mais à la condition de bien comprendre ce qu’est, en définitive, une personne. Et nous retrouvons ici le problème posé par l’étonnant début de cet alinéa. Hobbes déclare « avoir montré au chapitre XVI » que la personne est le représenté en tant que représenté, alors qu’il a dit en réalité au chapitre XVI que la personne est le représentant en tant que représentant. Mais, plutôt que d’une inadvertance de la part de Hobbes, cela ne viendrait-il pas tout simplement de ce que le représentant en tant que tel et le représenté en tant que tel sont véritablement une seule et même chose ? Or, compte tenu du nominalisme de Hobbes, il semble bien qu’il en soit ainsi. En effet, considérons les deux phrases suivantes : « Dieu, agissant par l’intermédiaire du Christ, a racheté le genre humain », et « Le Christ, agissant au nom de Dieu, a racheté le genre humain ». Elles ont, bien entendu, exactement le même sens. Mais dans ces deux phrases, le prédicat est exactement le même. Donc le sujet, lui aussi, doit être le même dans les deux cas : « Dieu considéré uniquement en tant qu’agissant par l’intermédiaire du Christ », c’est la même chose que « Le Christ considéré uniquement en tant qu’agissant au nom de Dieu ». D’une façon générale, pour reprendre la définition de la personne donnée au début du chapitre XVI – mais en mettant cette fois en valeur l’expression « sont considérées […] comme » –, « considérer un individu X, compte non tenu de ce qu’il peut être ou faire par ailleurs, comme accomplissant matériellement une action A en tant qu’agent d’un individu Y à qui A est attribuée par un attributeur légitime Z (identique ou non à Y) prononçant des paroles P » équivaut très exactement à « considérer Y, compte non tenu de ce qu’il peut être ou faire par ailleurs, comme étant, en conséquence des paroles P de Z, l’auteur responsable de l’action A matériellement accomplie par X » : dans les deux cas, on considère la même chose, et rien d’autre. Donc, si l’on admet que la personne se réduit entièrement à ce qui fait l’objet de cette « considération » – c’est-à-dire à une relation, établie par des observateurs extérieurs, entre des actions accomplies par quelqu’un et des paroles (ou autres signes) qui les attribuent à quelqu’un –, alors, effectivement, le représentant en tant que tel et le représenté en tant que tel sont bel et bien la même personne.

16Dans ces conditions, on peut dire que Dieu le Fils est tout aussi bien Dieu-en-tant-qu’il-agit-par-l’intermédiaire-du-Christ que le-Christ-en-tant-qu’il-agit-au-nom-de-Dieu ; ce qui justifie l’ambiguïté, qui peut maintenant apparaître comme expressément voulue, de la proposition « le Fils est ce Dieu » : considérés uniquement sous cet aspect-là, le Dieu dont il était question dans la phrase qui précédait et l’homme-Dieu de la parenthèse sont effectivement identiques. Mais alors, il faut aller jusqu’au bout : il faut également admettre que Dieu le Saint-Esprit est tout aussi bien Dieu-en-tant-qu’agissant-par-l’intermédiaire-des-apôtres-et-de-leurs-successeurs que les-apôtres-et-leurs-successeurs-en-tant-qu’agissant-au-nom-de-Dieu ; ce qui, de la même façon, permet de dire que le Holy Spirit « par lequel ils parlaient » désigne à la fois leur état d’esprit, c’est-à-dire eux-mêmes en tant que mandataires disposés à remplir leur office, et leur mandant pris en tant que tel. Et il faut admettre enfin que Dieu le Père est aussi bien Dieu-en-tant-qu’agissant-par-l’intermédiaire-de-Moïse que Moïse-en-tant-qu’agissant-au-nom-de-Dieu ; c’est-à-dire que Moïse, considéré sous cet aspect, est bien, finalement, la première Personne de la Trinité. Ce qui n’a aucun inconvénient à la condition de bien comprendre que la Trinité est une pure fiction juridique sans aucune réalité ontologique.

17Mais l’on comprend alors que Hobbes ait reculé devant l’expression de cette conséquence, même si la ressemblance de sa doctrine avec toutes les formes possibles d’antitrinitarisme lui donnait les moyens de prétendre n’en professer aucune. Hobbes, dans l’édition latine, a donc purement et simplement supprimé les passages des chapitres XLI et XLII relatifs à la Trinité. Quant au passage du chapitre XVI, il l’a modifié dans le sens, beaucoup plus anodin et calqué d’assez près sur le catéchisme anglican, qu’il indique en même temps au chapitre III de l’appendice : « Dieu a créé le monde dans sa propre personne, a racheté le genre humain dans la personne de son Fils, a sanctifié l’Église [ou, au chapitre XVI, « Les élus »] dans la personne du Saint-Esprit » (p. 775). Ce qui, séparé de tout contexte, peut s’interpréter à peu près de n’importe quelle façon.

18Et pourtant, il est curieux de constater que, dans ce même chapitre III de l’appendice, Hobbes indique une autre variante possible de son autocritique : j’aurais pu dire aussi, déclare-t-il, « que Dieu, dans sa propre personne, s’est constitué une Église par le ministère de Moïse, l’a rachetée dans la personne du Fils, et l’a sanctifiée dans la personne du Saint-Esprit » (p. 775). Or voilà qui, sous couleur de rétractation, a bien l’air d’une récidive ; car enfin, comment peut-on faire à la fois une seule et même chose « dans sa personne propre » et « par le ministère » de quelqu’un ? Cela peut à la rigueur avoir un sens dans d’autres langages, mais non pas dans celui de la théorie hobbesienne de la représentation. Mais ce qui est intéressant ici, et ce qui nous donne peut-être le dernier mot de Hobbes sur la question, c’est la référence, à propos de chacune des trois Personnes, à une Église.

19On sait en effet que, pour Hobbes, dans un État chrétien, le souverain est en même temps chef de l’Église. Les souverains chrétiens sont donc, aujourd’hui, les véritables successeurs des apôtres : s’ils sont, en tant que souverains, les représentants de leurs sujets, ils sont, en tant que chefs de leurs Églises respectives, les représentants de Dieu. Hobbes a d’ailleurs dit ici même, quelques lignes plus haut, que Moïse a porté en quelque manière la personne de Dieu « comme tous les rois chrétiens » (p. 775). Peut-être, par conséquent, la seule signification admissible de la Trinité serait-elle à chercher dans une mise en rapport avec les trois sortes d’États-Églises dont la succession jalonne l’Histoire : le premier royaume de Dieu dirigé par Moïse, les États chrétiens dirigés par leurs propres souverains et correspondant au Saint-Esprit – dont la divinité serait alors tout simplement celle du « Dieu-mortel » Léviathan –, et enfin le royaume de Dieu des temps futurs que Jésus-Christ reviendra diriger pour l’éternité après la Résurrection.

20Quoi qu’il en soit, il est bien certain que Hobbes avait sur la Trinité des idées qui lui tenaient à cœur. Mais comment serait-ce possible s’il avait été athée ? Un athée ne peut pas être antitrinitaire, la question ne le concerne pas. Il est vrai que, si Hobbes avait été athée, il se serait, conformément à ses propres principes, déclaré chrétien. Mais pourquoi aurait-il émis des opinions hétérodoxes, qui ne pouvaient lui valoir que des ennuis supplémentaires, sur une question que son projet philosophique et politique ne l’obligeait absolument pas à traiter ? En admettant même qu’il lui fallût absolument en dire quelques mots, pourquoi n’aurait-il pas tout simplement déclaré, comme il eût semblé normal à tous ses lecteurs, qu’il admettait cet article de foi sans le comprendre ? Pourquoi, sinon parce qu’il croyait vraiment, comme il le dit lui-même, que Jésus est le Messie, et parce qu’il voulait pouvoir donner de cette croyance qui était la sienne une interprétation qui ne fût pas absurde à ses propres yeux ? Et pourquoi le croyait-il, sinon parce qu’il désirait, lui pour qui la préservation de se propre vie était la valeur suprême, ressusciter pour l’éternité et vivre à jamais dans le futur royaume de Dieu ?

Notes

1 Traduction Tricaud (p. 161) légèrement modifiée. Toutes nos citations, sauf indication contraire, sont extraites de cette traduction (Léviathan, Introduction et notes de F. Tricaud, Paris, Sirey, 1971), et c’est à ses pages que nous renvoyons.

2 Jésus-Christ, qui était le « propre fils » de Dieu, est venu, non « de son propre chef, mais en qualité d’envoyé du père » (p. 166). Le Saint-Esprit, lui non plus, « ne venait pas de son propre chef, mais était envoyé par les deux autres personnes, dont il procède » (ibid.).

3 « Le sang de la femme est la seule matière du fœtus […] La semence dans l’utérus est la cause efficiente de la fécondité, non de la matière du fœtus. Si donc vous croyez qu’une femme peut être rendue enceinte par l’action d’une semence humaine, pourquoi doutez-vous que la même chose puisse s’accomplir par l’action du Dieu tout-puissant ? » (p. 740). Saint Thomas d’Aquin, lui aussi, appliquait cette théorie aristotélicienne de la génération à l’engendrement de Jésus-Christ comme homme (Summa theologiae, III, Q 31, A 5, et Q 32, A 4), qu’il considérait sans aucun problème comme une créature (ibid., Q 2, A 7). Mais, bien entendu, il distinguait radicalement cette question de celle de la génération intemporelle du Verbe comme Personne divine, alors que Hobbes les identifie.

4 Cf. supra, note 2.

5 Traduction Tricaud (p. 518) légèrement modifiée.

6 Étant entendu que, selon la théorie hobbesienne de la représentation exposée au chapitre XVI à une seule et même personne peut correspondre un représentant composé de plusieurs individus, pourvu que ceux-ci représentent leur mandant pour une seule et même fonction. Ce qui est le cas ici des apôtres.

7 Dans les deux citations qui suivent, nous modifions à nouveau légèrement la traduction Tricaud (p. 519).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search