Version classiqueVersion mobile

Le Solitaire du ravin

 | 
Ludovic Frobert
, 
George Joseph Sheridan

Annexes

Lexique des termes techniques

Texte intégral

Nous tenons à remercier M. Guy Scherrer, Ingénieur consultant et coordinateur du groupe Rubanerie/Passementerie au Centre international d’Étude des textiles anciens, pour ses conseils et ses commentaires sur l’exactitude technique et historique de ces articles. La responsabilité des imprécisions qui restent est la nôtre.

Objets

1ballot ou balle : Paquet de soie – ou de toute autre matière textile – tassée et emballée pour en faciliter le transport et la vente (Algoud, Lexique, p. 13). Le piquage de ballots est l’expression dont l’on se servait pour désigner le trafic illégal et clandestin de la soie volée en quantité, au-dessus des moyens des petits trafiquants accusés, eux, de piquage d’once. (Lorcin, Fraude, p. 477)

2battant : Partie du métier à tisser, assez lourde, par le mouvement de laquelle la trame du tissu, qui vient d’être entrelacée à la chaîne par le lancement de la navette, est serrée contre la pièce déjà tissée pour atteindre ce qu’on appelle la réduction voulue (nombre de fils de trame contenus dans un centimètre du tissu). Le peigne, au centre du battant, assure la répartition régulière des fils de la chaîne dans l’étoffe tissée ; à chaque extrémité du battant se trouvent des boîtes qui reçoivent la navette.

3cannetière : Machine qui sert à enrouler les fils de trame sur la bobine, appelée canette, placée dans la navette.

4cheville : Tige en bois ou en fer insérée dans le rouleau de devant du métier et par laquelle le tisseur exécute la fonction appelée tourner devant pour ajuster la tension de la chaîne lors du tissage de la pièce.

5dévidoir : Appareil servant à changer le fil de support. Il y avait plusieurs genres de mécaniques de dévidage, qui variaient selon leurs dimensions et fonctionnement et qui portaient des noms différents, comme les mécaniques dites rondes autour des années 1850 (la définition de ce mot reste floue depuis de nombreux siècles ; c’est tantôt le support qui donne le fil, tantôt le support qui reçoit le fil, tantôt l’ensemble des deux).

6guindre : Appareil qui reçoit les fils de soie, dits écheveaux ou flottes, liés d’une manière particulière dans le dévidage (Algoud, Lexique, p. 79).

7livret douvrier : Un des deux livres tenus en double pour chaque pièce d’étoffe à fabriquer ; celui-ci, qui portait aussi le nom de livre du maître ouvrier et plus anciennement de livret d’acquit, appartient au tisseur ; le fabricant y enregistre le doit et l’avoir des soies ou d’autres matières confiées au tisseur et rendues par lui « fabriquées ou en nature », aussi bien que le doit et l’avoir des comptes d’argent, de façons (que l’on appelle acquit de façons) et d’ustensiles. L’autre livre, qui appartient au fabricant, est le livre du magasin (Gantillon, Traité, p. 57-58, 252-257).

8peigne : « Assemblage de lamelles, métalliques ou taillées dans l’écorce de roseaux, destinées à répartir les fils de chaîne dans la largeur d’exécution d’un tissu et à serrer les trames. » (Vocabulaire 1973, « Peigne », p. 36). L’importance du peigne dans la fabrication des tissus est signalée par les fonctions multiples qu’il remplit : « c’est lui qui régularise les fils et la réduction des chaînes au gré du manufacturier ; c’est encore le peigne qui procure la largeur de l’étoffe, ainsi que l’enchâssement de la trame dans l’intérieur de la chaîne, en faisant l’office de marteau » (Gantillon, Traité, p. 61). Les peignes varient selon le nombre de dents, c’est-à-dire de lamelles ou d’intervalles séparant deux lamelles du peigne. L’action de passer les fils de la chaîne entre les dents s’appelle le piquage en peigne.

Personnes et fonctions

9commissionnaire : Dans l’organisation de la fabrique de soieries de Lyon, le commissionnaire reçoit la commande du client et trouve le fabricant apte à réaliser le tissu. Le fabricant fait alors confectionner le tissu selon les indications données par l’acheteur quant au genre de soie et au motif de l’étoffe qu’il désire. Un échantillon d’étoffe est réalisé et mis à la disposition du client avant la confection définitive.

10dévideuse : Ouvrière chargée de l’enroulage des fils de soie sur des bobines pour les disposer aux fins de tissage sur le métier, soit de trame, soit de chaîne. Pour ce faire, l’ouvrière se sert d’un appareil qui s’appelle le dévidoir. Elle travaille et habite soit chez le chef d’atelier tisseur, soit dans un atelier à part, dit atelier de dévidage, sous la direction d’un maître ou, plus souvent, d’une maîtresse dévideuse.

11gazetier : Tisseur spécialisé dans la fabrication des gazes, tissu léger et transparent réalisé par écartement des fils qui le composent et dont les matières sont fort diverses (soie, fil, coton et leurs mélanges) (Algoud, Lexique, p. 74-75).

12guimpier : Ouvrier spécialisé dans la fabrication d’un fil tout particulier donnant lieu à une gamme de tissus très large et variée. Cette fabrication s’appelle la guimperie et consiste à enrouler une lame métallique autour d’un fil de coton, soie, laine ou schappe (déchets de la soie naturelle), appelé fil d’âme, et par ce moyen à atteindre des effets dont le dessin des tissus de nouveautés tirent surtout avantage. Cette fabrication exige un appareil spécial.

13liseur de dessin : Ouvrier spécialisé qui perce les trous dans les cartons qui commandent la levée des cordes (qu’on appelle arcades) pour effectuer le dessin sur l’étoffe façonnée par le métier jacquard. Le lisage est effectué avec un appareil spécial qui fonctionne dans un atelier spécialisé et suivant les indications peintes sur une carte selon l’esquisse du dessin fourni par le dessinateur.

14moulinière : Ouvrière qui travaille à l’opération dite de moulinage ou d’ouvraison dans un atelier ou une usine spécialisés en se servant d’appareils nommés moulins. Par cette opération, les fils de soie grège (qui n’ont pas été soumis à d’autre traitement après la filature) sont assemblés et tordus, un seul ou plusieurs à la fois et dans un sens déterminé, selon leur fonction et le genre de tissu auquel ces soies ainsi moulinées ou ouvrées sont destinées. Les moulinières à petite façon préparent ainsi les fils de soie destinés aux tissus dont la fabrication ou le dessin n’exige pas de qualités techniques ou de capacités de tissage spécialisées.

15ourdisseuse : Ouvrière spécialisée qui prépare les fils de la chaîne avant qu’ils soient montés sur le métier. Son travail d’ourdissage consiste à « composer l’ensemble des fils de chaîne en nombre voulu comme de longueur pareille, avec une tension égale et régulière ». À la suite de ce travail, il faut plier la chaîne ourdie, c’est-à-dire la « disposer […] sur le rouleau du métier destiné à la recevoir » (Algoud, Grammaire, p. 25-27).

16tireuse de soie : Au sens courant et le plus répandu, ouvrière travaillant dans la filature des soies, s’occupant de tirer la bave des vers à soie pour en assembler les filaments les uns aux autres afin de former un fil de soie grège. Cette opération s’appelle le tirage de soie.

17toilier : Ouvrier travaillant dans la fabrication des tissus de lin, de chanvre ou de coton appelés toiles.

Soies, fils de soie, et tissus

18bourre de soie : Déchets « provenant soit de la filature, soit du tissage de cette matière, que l’on utilise pour en faire de nouveaux filaments grossiers, servant à fabriquer des couvertures ou certains genres de tissus » (Algoud, Lexique).

19chaîne : « Ensemble des fils longitudinaux d’un tissu. Fils tendus dans la longueur du métier et qui sont passés dans les organes chargés de les actionner » (Vocabulaire 1973, « Chaîne », p. 6).

20chenille : Terme employé dans la fabrication de tulle, se rapportant soit aux effets d’enjolivement qu’on ajoute aux tulles unis, soit à « une sorte de cordon velouté plus ou moins gros, que l’on tisse » pour « moucheter ou cheniller les tulles » (Algoud, Grammaire, p. 72).

21couleurs fines : Se rapportent à une qualité de couleur, appelée couleur pure, produite soit par teinture, soit par impression sur l’étoffe, dont la nuance n’est pas modifiée par l’adjonction de colorants noirs ou blancs.

22déchets : Nom qui désigne en général des soies de qualité inférieure non utilisables comme matière première car défectueuses ou « perdues » lors de la filature, du moulinage ou du tissage. On se servait néanmoins de ces déchets pour faire des fils appelés schappe, bourrette ou bourre de soie avec lesquels on fabriquait certains genres de tissus.

23flotte : Écheveau de soie (voir Mettre en main).

24foulard : Genre de tissu fait de taffetas, « susceptible de grandes variations, non pas comme figure de tissu, mais comme qualité » (Bezon, Dictionnaire, t. I, p. 58).

25gaze : Genre de tissu « léger et transparent par écartement des fils qui le composent » et dont le nom viendrait de Gaza (Algoud, Lexique, p. 74-75).

26gros de naple, noir moiré : Genre de tissu « intermédiaire entre le taffetas et le poult de soie », de couleur noire, dont le grain « est plus marqué, et par conséquent en plus forte qualité » que le taffetas, et qui a subi l’opération de moirage, laquelle, en aplatissant le grain, produit des effets ondulés sur le tissu grâce aux reflets de la lumière (Bezon, Dictionnaire, t. I, p. 29-30).

27guidane : Terme d’ourdissage (voir Ourdisseuse) qui s’applique aux 80 fils de soie ourdis pour faire un essai afin de calculer précisément la quantité totale de soie nécessaire à la fabrication d’une étoffe. Le fabricant fait faire cet essai avant d’ordonner le tissage d’une pièce (Le Littré, « Guidane », p. 194).

28nouveautés : « Terme de mode donné, dès le xviiie siècle, aux accessoires et aux étoffes saisonnières, en particulier aux taffetas légers. Vers 1830, apparaît l’habitude de présenter chaque année une nouvelle collection de tissus » (Bezon, Dictionnaire, t. VIII, p. 201).

29organsin : Fil de soie obtenu par torsion en « S » (550 tr/m) de deux ou plusieurs fils préalablement tordus en « Z » (650 tr/m). L’organsin est généralement utilisé en chaîne.

30peluche : Genre de tissus veloutés « qui sont les cousins germains du velours » (Algoud, Grammaire, p. 61). Il y avait des peluches « composées d’une simple trame de fil de laine et d’une double chaîne » du côté de l’endroit, et « des peluches toutes de soie, dont le côté de l’endroit est couvert d’un poil un peu long ». C’est la fabrique de Lyon qui devint renommée, dès le commencement du xixe siècle, pour la manufacture des peluches de soie grâce aux efforts des fabricants Dépouilly et Beauvais, qui « firent fabriquer des peluches imitant les fourrures avec une telle perfection, qu’au premier abord on pouvait s’y méprendre » (Bezon, Dictionnaire, t. II, p. 272, 274-5).

31soie brute : Fils de soie résultant du tirage des baves des cocons de vers à soie, lors de la filature, sans avoir subi aucune torsion. Appelés aussi soie grège, soie crue ou soie écrue.

32soies crues, souples, cuites : Les trois états des fils de soie selon qu’ils ont ou non subi l’opération de décreusage et dans quelle mesure. Les soies crues (appelées aussi soies écrues ou soies grèges) n’ont pas subi cette opération ou ne l’ont subie que très peu, les soies cuites l’ont subie totalement et les soies souples partiellement. Le choix des soies varie suivant les exigences de l’étoffe à tisser. La soie crue, terne et rude au toucher, s’emploie pour les tissus auxquels on veut donner de la raideur. La soie cuite possède le maximum d’éclat, de brillant et de souplesse. La soie souple est brillante et malléable ; elle donne au tissu épaisseur et volume mais, moins résistante que la soie cuite, elle ne s’emploie que pour les trames (Gilonne, Soieries, t. I, p. 340). Le décreusage se fait par le passage « des flottes ou des pièces de soie, écrus, dans un bain de savon bouillant, qui dissout la couche externe, naturelle, ou grès des brins de soie, en faisant apparaître tout leur brillant, mais avec une perte de poids d’environ 25 à 30 % ». Cette opération précède la teinture dans le but d’« obtenir la fraîcheur des teintes » lors de celle-ci (Algoud, Lexique, p. 51-52).

33trame dévidée : Fils de soie destinés à servir de trame dans le tissage d’une étoffe, enroulés sur roquets ou bobines par l’ouvrière appelée dévideuse et qui travaille sur le mécanisme dit dévidoir. Cette trame dévidée sera ensuite enroulée sur des canettes, petits tuyaux de bois ou de roseau qui seront introduits dans la navette à utiliser lors du tissage de l’étoffe.

34trame noir-noir cuit : Genre de fils de soie destinés à servir de trame et ayant subi l’opération de décreusage [voir soies cuites] avant d’être teints en noir.

Procédés

35cannetage : Enroulement du fil sur la canette qu’on introduit dans la navette, laquelle déposera le fil de trame entre les nappes des fils de chaîne lors de son lancement pendant le tissage de l’étoffe.

36dégraissage : Terme général qui s’applique à l’enlèvement des matières grasses et impuretés des fils de soie lors des opérations de teinture. S’effectue pour les trois états de la soie (crue, souple, cuite) mais dans une mesure variable selon le décreusage exigé. Le traitement des soies crues comprend, par exemple, un faible dégraissage malgré l’absence de décreusage ou le moindre décreusage qu’elles subissent (Gilonne, Soieries, t. I, p. 341).

37dévidage : Terme « très général, impliquant l’enroulage d’un fil sur un nouveau support en vue d’une utilisation ou d’une manipulation particulière ». Utilisé le plus souvent pour la « mise sur bobine du fil provenant d’un écheveau de soie » (Vocabulaire 1973, « Dévidage », p. 13). Ce dernier consiste à changer de support les fils de soie provenant soit de la filature, soit du moulinage afin qu’ils puissent être utilisables en trame ou en chaîne dans le tissage. Le dévidage s’effectue avec une machine qui s’appelle dévidoir, dont il y existait plusieurs sortes, et par une ouvrière spécialisée, la dévideuse.

38impression : Procédé très ancien qui consiste à imprimer des dessins et des coloris sur une étoffe. Il existe plusieurs genres et procédés d’impression, et n’importe quelle fibre textile – soie, laine, coton, lin, etc. – peut convenir. Mulhouse était le grand centre de l’impression sur coton, et Lyon de l’impression sur soie. L’impression était un métier à part, sous la direction d’un fabricant et demandant un outillage particulier. Ce dernier pouvait être assez simple, comme des planches gravées pour l’impression à la main, ou plus compliqué, comme la machine à imprimer pour l’impression au rouleau. Un genre de tissu particulier, l’imprimé sur chaîne, était « décoré de dessins imprimés sur les fils de chaîne seuls, à la suite d’un tissage préalable effectué avec une trame très fine » (Vocabulaire 1973, « Imprimé sur chaîne », p. 23).

39mettre en main : Consiste à assortir et trier selon leur grosseurs les flottes afin de régulariser leur emploi lors du tissage. Ce travail est fait par l’ouvrière appelée metteuse en main sur les paquets de soie qui lui sont confiés par le fabricant. La flotte est une division de cet assemblage de soies, selon la formule suivante : chaque paquet est divisé en dix mains, chaque main est divisée en quatre pantimes et chaque pantime est formée de dix à quinze flottes (Le Littré, p. 230). Voir Flotte. peignage : « Dans la filature des fils formés de fibres discontinues, opération ayant pour but l’épuration et la parallélisation des fibres pour obtenir des fils fins et réguliers » (Vocabulaire 1973, « Peignage », p. 35 ; Vocabulaire 2005, p. 37).

40piquage donce : Nom courant du vol de soie et de son trafic clandestin « pratiqué par les petits voleurs, dévideuses, ourdisseuses ou tisseurs, les prélèvements étant opérés par ces travailleurs à façon sur les écheveaux de soie qui leur étaient confiés » par les fabricants. On appelait piqueurs de ballots « les gros trafiquants et receleurs », ces derniers n’hésitant pas « à exploiter les petits voleurs dont ils écoulaient la marchandise en invoquant la “dépréciation énorme” que subissaient les soies volées à la revente » (Lorcin, Fraude, p. 472, 477).

41polissage : Opération faisant partie des industries de finissage, qui se faisait soit sur les fils de la chaîne pour les répartir de façon plus égale sur le métier, soit sur les pièces tissées – dans ce dernier cas, des étoffes comme le satin ou le sergé. Les étoffes qui se prêtaient au polissage étaient celles à grains ou à côtes produits par la trame, et pour lesquelles cette opération visait à donner au tissu « plus de régularité, plus de couverture, avec une souplesse plus grande » (Algoud, Grammaire, p. 34). L’opération s’accomplit avec un outil appelé polissoir qui, depuis 1830, « joue un grand rôle dans la fabrication » puisque, à partir de cette date, « presque toutes les étoffes sont plus ou moins polissées » (Gantillon, Traité, p. 72).

42rhabiller des fils, rhabillage : « Opération qui consiste à raccommoder […] un fil cassé de la chaîne » lors du tissage, à défaut duquel on produit sur l’étoffe des fils manquants. Lorsque plusieurs fils se cassent au même endroit et s’embrouillent, il en résulte un défaut qu’on appelle crapaud (Le Littré, « Rhabillage », p. 304 ; Algoud, Grammaire, p. 31).

43titrage : Évaluation de la grosseur et de la régularité des fils de soie (ou d’autres fibres textiles) au moyen du pesage à l’aide de balances de précision. Cette opération était effectuée par un essayeur chargé aussi d’analyser l’élasticité et la ténacité des fils de soie (Gilonne, Soieries, t. I, p. 80-81). Le titre de la soie renvoie à « la grosseur des fils, au moyen d’unités de mesure qui diffèrent suivant la nature des fils » (Vocabulaire 2005, p. 49).

44tordage : Opération par laquelle « chacun des fils de la chaîne qui finit » est lié « à chacun des fils de la chaîne que l’on va commencer à tisser ». L’ouvrière chargée du tordage s’appelle la tordeuse (Le Littré, « Tordre », p. 335).

Catégories d’industrie

45bonneterie : Manufacture liée à Fabrique lyonnaise et dont la spécialité était la fabrication de coiffures de tulle, mousseline ou dentelle dites bonnets, d’abord portés à domicile par toutes les femmes puis, tant que cette mode a duré, seulement par les personnes âgées (Boucher, Costume, p. 442).

46passementerie : Fabrication d’ornements pour les robes et autres articles d’habillement ou pour l’ameublement. Souvent confondue avec la rubanerie, la passementerie s’exécute soit au métier, soit à l’établi. Sa fabrication exigeant un métier spécialisé a jadis été importante à Lyon puis a connu, avec la rubanerie, un fort déclin dès le xviiie siècle. C’est au xixe siècle que Lyon a cédé son rang aux industries de passementerie et de rubanerie de Saint-Chamond et Saint-Étienne, devenues par la suite les centres manufacturiers de cette fabrication en France (Cayez, Métiers, p. 47-48).

47rubanerie : Fabrication de rubans, dont Saint-Chamond dès le xviiie siècle, puis Saint-Étienne à partir du xixe, devinrent les centres manufacturiers en France. Le tissage des rubans s’effectue avec un métier spécialisé.

Bibliographie

Références

Algoud Henri, 1912, Grammaire des arts de la soie, Paris, Jean Schemit. (Algoud, Grammaire)

— 1942, Lexique des arts textiles, Lyon, Joannes Desvigne. (Algoud, Lexique)

Bezon Jean, Dictionnaire général des tissus anciens et modernes, 8 tomes, Lyon, Lépagnez, 1856. (Bezon, Dictionnaire)

Boucher François, 1983, Histoire du costume en Occident, de l’Antiquité à nos jours, nouvelle édition augmentée d’un chapitre par Y. Deslandres, Paris, Flammarion. (Boucher, Costume)

Cayez Pierre, 1993, Métiers jacquard et hauts fourneaux aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, Presses universitaires de Lyon. (Cayez, Métiers)

Gantillon Christophe-Élie, 1859, Traité complet sur la fabrication des étoffes de soie, Paris, Lacroix et Baudry et Lyon, Marius Conchon. (Gantillon, Traité)

Gilonne Georges, 1948, Soieries de Lyon. Documents techniques et pratiques sur l’art et la fabrication des soieries, tissus à mailles, tulles, dentelles, et leur utilisation dans la nouveauté, 2 tomes, Lyon, Éditions du Fleuve. (Gilonne, Soieries)

Lorcin Jean, 2006, « Une fraude propre à l’industrie de la soie : le “piquage d’once” dans la rubanerie stéphanoise », Fraude, contrefaçon et contrebande, de l’Antiquité à nos jours, études réunies par G. Béaur, H. Bonin, C. Lemercier (au nom de l’AFHE), Genève, Droz, p. 473-489. (Lorcin, Fraude)

Nizier du Puitspelu (Clair Tisseur), 1895, Le Littré de la Grand-Côte, Lyon, Imprimeur Juré de l’Académie (réédition avec une préface de Jean Butin, Lyon, Jean Honoré, 1980). (Le Littré)

Vocabulaire français, édition 1997 révisée en 2005 par M.-H. Guelton, secrétaire générale technique du CIETA (Centre international d’étude des textiles anciens), Lyon, CIETA.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search