Version classiqueVersion mobile

Le Solitaire du ravin

 | 
Ludovic Frobert
, 
George Joseph Sheridan

Annexes

Historique de la Fabrique lyonnaise

Texte intégral

Nous tenons à remercier M. Henri Pansu pour sa lecture critique de cet historique et pour ses conseils de modifications et d’articles supplémentaires qu’il nous a proposés. La responsabilité des imprécisions qui restent est la nôtre.

11536 – François Ier accorde aux deux Piémontais Étienne Turquet, commerçant, et Bartholomé Naris, le privilège de fabriquer le velours à Lyon : une manufacture de soieries y est établie .

21554 – Premier règlement pour la corporation des ouvriers en draps d’or, d’argent et de soie, édictant des règles de fabrication et prévoyant les rapports entre ses divers membres (21 articles).

31667 – Règlement dit de Colbert ne reconnaissant que des « maîtres » égaux en droits, sans distinction entre maîtres marchands et maîtres ouvriers et prévoyant la constitution d’une Communauté de la Fabrique destinée à porter le nom de « Grande Fabrique », à laquelle l’église des Cordeliers servirait de chapelle et dont les maîtres-gardes seraient les délégués (67 articles, dont 14 techniques).

41737 – Règlement de la Communauté de la Grande Fabrique (208 articles), favorable aux intérêts des maîtres ouvriers, qui avaient éprouvé, depuis le règlement de 1667, une subordination progressive par rapport aux maîtres marchands dans la gestion des affaires de la chapelle et dans leurs relations de manufacture. Le règlement prescrit la représentation égalitaire des deux classes aux maîtres-gardes de la Communauté, dont quatre doivent être choisis par la « classe » des maîtres marchands et quatre par celle des « maîtres ouvriers ».

51744 – Règlement de la Communauté favorable aux intérêts des maîtres marchands (183 articles), reconnaissant à cette classe le droit de choisir quatre des six maître-gardes. Le règlement prescrit le choix des deux autres maîtres-gardes parmi les maîtres ouvriers travaillant à façon, se prononçant ainsi contre les intérêts de la classe intermédiaire de maîtres ouvriers marchands, qui travaillent à leur compte et sur l’existence desquels les maîtres ouvriers ont l’habitude d’asseoir leurs propres espoirs d’indépendance. Parmi d’autres prescriptions défavorables aux maîtres ouvriers figure le livre d’acquit, exigeant l’autorisation préalable du marchand qui donne le travail au maître ouvrier avant que ce dernier ne puisse s’engager avec un autre marchand, et la « prescription mensuelle », ne reconnaissant au maître ouvrier qu’un délai d’un mois pour contester le prix de façon offert par le maître marchand. La publication du règlement en juillet donne lieu à la première grève organisée des ouvriers en soie, du 3 au 9 août ; sous la menace d’une émeute générale des ouvriers de tous les corps de la ville de Lyon, les autorités rétablissent l’ancien règlement de 1737. Le célèbre inventeur Vaucanson, impliqué dans la rédaction du nouveau règlement, doit quitter la ville et gagner Paris. Le règlement de 1744 sera par la suite rétabli définitivement en 1745, après l’investissement des forces de répression royales et l’arrestation de plusieurs grévistes et émeutiers.

61747 – Première mention publique, dans le Mercure de France, de l’invention du métier Vaucanson, dont le principe est le remplacement de la tireuse des lacs du métier à tire par un mécanisme lisant les dessins automatiquement pendant le tissage d’une pièce. Ce mécanisme, appelé le « cylindre Vaucanson », doit être placé au-dessus du métier. L’invention restera longtemps sans suite avant d’être reprise par Jacquard, qui la combinera avec d’autres perfectionnements, notamment ceux de Falcon.

71786 – Deuxième grande grève du siècle des ouvriers en soie, visant un objectif différent de celui qui avait provoqué la grève de 1744 : la demande d’un tarif des façons payées au maître ouvrier par le marchand pour le tissage d’une pièce, qui signale une évolution des revendications des ouvriers en faveur d’une augmentation des salaires plutôt que d’une représentation dans la Communauté de la Grande Fabrique, depuis longtemps dominée par les marchands. Cette grève, qui éclate en août, suit le mouvement entamé par les maîtres ouvriers en 1779-1780 pour un tarif général et définitif contestant la liberté des prix de façons avancée par les marchands. Une grève des ouvriers-chapeliers est menée parallèlement à celle des ouvriers en soie pour le même objectif, mais sans action coordonnée avec ces derniers. Les autorités consentent momentanément à une petite augmentation pour certaines étoffes, mais reviennent vite sur cette décision et interdisent « toute cabale ayant pour but de faire hausser le prix de façon » (Pariset, 1901, p. 235-238). La grève est suspendue par les forces armées, quelques grévistes sont condamnés à mort et pendus, mais cette suspension ne met pas fin au mouvement pour le tarif. Ce mouvement sera repris lors de petites réunions secrètes ; des tracts sont distribués, des pétitions signées dans les ateliers. À la tête du mouvement se fait remarquer un maître ouvrier en soie, Denis Monnet, arrêté et interrogé en novembre 1786 mais remis en liberté après deux mois de prison, faute de preuves quant à un éventuel complot fomenté par lui. Cette arrestation alimente néanmoins la poursuite des revendications au sujet des salaires et va nourrir chez les ouvriers en soie, jusqu’en 1789, l’espoir d’obtenir un tarif. L’élection, au printemps de cette année-là, d’une délégation de la Communauté de la Grande Fabrique composée uniquement d’ouvriers, Denis Monnet à leur tête, en vue du choix des délégués lyonnais du Tiers état aux États généraux, montre la persistance du mécontentement des ouvriers et l’espoir d’une augmentation de salaire par l’application d’un tarif de façons.

81791 – Abolition du régime des corporations de métiers en France par la loi Le Chapelier, votée le 17 juin par l’Assemblée nationale constituante. C’est donc la fin de la Communauté de la Grande Fabrique avec ses règlements et ses maîtres-gardes. L’abolition de la Communauté est précédée par les actes judiciaires d’un tribunal provisoire des arts et métiers qui, entre avril 1790 et mars 1791, régit les affaires de la Fabrique en attendant le nouveau régime de l’industrie. L’élaboration de fait d’une jurisprudence nouvelle pour la Fabrique par l’action de ce tribunal est reprise, à la suite de la loi Le Chapelier, par les nouvelles instances judiciaires créées par la succession des régimes révolutionnaires, surtout le tribunal de commerce de Lyon. Raffermie par l’analyse du rapport du savant jacobin Alexandre Vandermonde, envoyé en mission à Lyon en 1794 après thermidor, l’évolution de la jurisprudence dans ce sens devait mener à la restauration d’un régime institutionnel pour la Fabrique, fondé sur les principes des droits de l’homme issus de la Révolution, avec l’établissement du conseil des prud’hommes en 1806.

91802 – Rétablissement de la chambre de commerce de Lyon, en même temps que d’autres chambres de commerce en France, par décret consulaire du 24 décembre 1802 après dix ans d’interruption, les chambres ayant été supprimées en 1792. La chambre de commerce de Lyon est destinée à devenir le socle de l’encadrement institutionnel de la Fabrique lyonnaise, jouant tout au long du xixe siècle le rôle du représentant officiel des intérêts de la Fabrique au gouvernement. À cet effet, la chambre communique soit directement avec les ministères chargés de commerce (tel que le ministère de l’Intérieur jusqu’en 1824), soit par l’intermédiaire du Conseil supérieur du commerce ou de son directeur. Dans les affaires commerciales, industrielles, ouvrières et techniques concernant la Fabrique lyonnaise, c’est par la chambre que s’exprime la voix des marchands de soie et des fabricants de soieries. La chambre est impliquée d’ailleurs dans toutes les fondations des institutions nouvelles de la Fabrique, en commençant avec la Condition publique des soies en 1805 et le conseil des prud’hommes en 1806. 1804 – Construction des premiers métiers qui utilisent le principe novateur du mécanicien Charles-Marie Jacquard, donnant lieu à la naissance du métier Jacquard. Ce principe consiste en l’élévation automatique des fils de la chaîne pour exécuter le dessin sur l’étoffe lors de son tissage. Cette élévation s’effectue au moyen d’un système de cartons perforés « lus » sur un prisme tournant percé de trous, c’est-à-dire plaqués contre des aiguilles insérées dans les trous ou bloquées selon les commandes du dessin. L’ensemble des éléments de ce mécanisme placé au-dessus du métier porte le nom de « mécanique Jacquard ». L’invention est une ingénieuse combinaison du « cylindre Vaucanson », ici percé de trous, et de la chaîne de cartons inventée par Falcon, à la différence que cette chaîne, dans la mécanique Jacquard, est continue, donc adaptée au tissage des dessins les plus complexes et des pièces les plus longues. À la suite des perfectionnements du mécanicien Breton réalisés en 1807 et en 1812, nécessaires à l’utilisation du système Jacquard, le tissage des étoffes façonnées est relancé : c’est le retour à la prospérité pour la Fabrique lyonnaise. Jacquard reçoit plusieurs prix et subventions pour son invention, parmi lesquels le prix de la Société d’encouragement de l’industrie nationale, le 13 pluviôse an XII (1804), une prime de 50 francs par mécanique montée, attribuée par le décret du 25 germinal an XIII (1805) de l’empereur Napoléon, et le prix du concours de la Société d’encouragement, décerné le 24 août 1808 pour la construction d’un métier pouvant tisser « sans le secours d’un tireur de cordes, toutes sortes d’étoffes brochées et façonnées d’une consommation et d’un usage général » (Ballot, p. 45-46).

101805 – Fondation de la Condition publique des soies par décret impérial du 5 avril 1805, suivant les vœux de la chambre de commerce, chargée de la direction et à laquelle est affecté, jusqu’à 1819, le produit des sommes recueillies pour les opérations de conditionnement. La Condition publique remplace les quatre conditions privées de la période prérévolutionnaire tout en profitant du procédé de dessiccation utilisé alors à Turin et introduit à Lyon en 1779 par Jean-Louis Rast-Maupas. À partir de 1841, les perfectionnements techniques de Talabot permettront un conditionnement plus rapide et rationnel de tous les genres de soies. La Condition assure la fiabilité des transactions de vente et d’achat des matières premières en vérifiant le poids réel des soies par la dessiccation, qui leur enlève l’excédent d’humidité.

111806 – Établissement du conseil des prud’hommes par la loi du 18 mars pour concilier et au besoin résoudre, sans frais de procédure, les petits différends qui surgissent dans la Fabrique des étoffes de soie. Cette loi confère au conseil la délivrance des livrets d’acquit, dont la loi précise les modalités, et la garantie de la propriété des dessins de fabrique par la conservation des échantillons d’étoffes. La loi du 18 mars 1806 sera complétée par les décrets du 11 juin 1809 et du 8 novembre 1810, qui règlent le mode d’élection, les attributions et la procédure du conseil et étendent sa juridiction aux industries de la bonneterie (et de la fabrique de bas et de tulles), de la passementerie/rubanerie (ainsi que du tirage d’or et de la guimperie), enfin de la chapellerie. Pour ajouter la représentation des trois autres industries, le décret du 8 novembre 1810 porte le nombre de prud’hommes de neuf à quinze.

121811 – Crise des soies et des soieries qui touchent en même temps la Fabrique lyonnaise, le marché des soies, les producteurs de soie et les mouliniers qui ouvrent les soies pour préparer les fils utilisés au tissage. La sévérité de la crise, dont la manifestation la plus saillante est l’effondrement brusque de la courbe des exportations des soieries, qui passe d’un niveau exceptionnellement élevé en 1810 à son niveau le plus bas de toute la période consulaire et impériale, est liée au malaise général de l’économie française. Mais c’est aussi l’effet d’une conjoncture où la crise à Lyon a ses propres fondements, indépendants de l’économie nationale et révélateurs d’une rupture structurelle, par rapport à la situation classique, des rapports du commerce des soies et de l’industrie de tissage. Au lieu de suivre l’abondance ou la pénurie de soie, la vente des tissus de soie, dont l’exportation constitue la plus grande partie, détermine dorénavant le prix et donc la production des soies françaises, dont la part dans la Fabrique ira en diminuant. L’état de cette dernière, où le nombre de métiers occupés donne la mesure de la prospérité ou de la crise, dépendrait ensuite de l’écoulement des étoffes lyonnaises en France et à l’étranger. La remontée de la fabrication des tissus qui commence vers la fin de l’année redonne l’espoir d’une amélioration de leur situation aux tisseurs, dont les prix de façon restent bas malgré le tarif minimum en vigueur depuis 1807 pour les étoffes unies ; ce tarif sera augmenté le 28 juin 1811 par le préfet du Rhône pour les étoffes façonnées.

131817 – Remise en vigueur du tarif de 1811 par l’ordonnance du maire de Lyon du 29 décembre, à la suite d’une demande du président du conseil des prud’hommes qui rapporte la malheureuse situation des ouvriers en soie à cette époque et les abus de quelques fabricants profitant de la situation. L’ordonnance est suivie d’une légère modification du tarif en février 1818 et, en réponse à une réclamation des ouvriers tullistes, de la fixation des prix de façon des tulles en 1819. Ce dernier tarif est accordé par le conseil des prud’hommes agissant de sa seule autorité, ce qui donne lieu à un échange de vues assez animé au sein de l’administration sur le droit des prud’hommes à intervenir sur la question des prix dans les rapports entre fabricants et ouvriers. Le préfet conteste le principe même de la fixation des salaires par un tarif de façon. Le ministre de l’Intérieur tranche la question en reconnaissant à l’autorité municipale le droit d’ordonner un tarif, conféré par la loi du 17 juin 1791, et le 24 avril 1819, le maire de Lyon décrète pour les ouvriers tullistes un tarif conforme à celui accordé par les prud’hommes. En août de la même année, le maire accorde un tarif aux ouvriers fouleurs chapeliers, dont la corporation a déclenché des grèves et organisé des manifestations tumultueuses depuis octobre-novembre 1817, appuyées par une organisation corporative et une bourse commune.

141819 – L’Exposition des produits de l’industrie française signale la supériorité internationale de la Fabrique lyonnaise dans la fabrication des belles étoffes riches et façonnées, ceci grâce aux perfectionnements techniques de ses moyens de fabrication, comme la mécanique Jacquard. On décerne à Jacquard la médaille d’or et on profite de l’occasion pour lui conférer la Légion d’honneur.

151826 – Crise de la Fabrique entraînant l’arrêt de près d’un tiers des 30000 métiers en activité en 1825 – un rapport du préfet recense 11000 métiers inactifs – et mettant les ouvriers de la Fabrique dans une situation de détresse inouïe, les plus nécessiteux se trouvant forcés de recourir à la mendicité. La crise résulte de l’effondrement des exportations de soieries à la suite de l’affolement financier des marchés anglais et américains où la vente des étoffes lyonnaises avait atteint ses plus hauts niveaux. La surproduction due à une fabrication excédentaire de tissu dans les années antérieures à la crise accentue la mévente. La baisse des salaires des tisseurs encore employés est telle que la reprise de l’activité de la Fabrique, qui se fait sentir dès le début de l’année 1827, n’amène aucune augmentation des prix de façons.

161828 – Fondation de la Société d’indication mutuelle par Pierre Charnier et plusieurs autres chefs d’atelier. Comptant 105 adhérents, elle ne durera que sept jours mais sera suivie par la fondation, le 28 juin, d’une société analogue, le Devoir mutuel, sous la direction du chef d’atelier Bouvery. C’est le début du mutuellisme.

171831 – Naissance de la petite presse de la Fabrique avec la parution du premier numéro de L’Écho de la fabrique, le 31 octobre 1831. À la même époque, une délégation de chefs d’atelier se réunit avec des marchands-fabricants sous la présidence du préfet du Rhône pour décider d’un tarif des façons, qui sera publié le 27 octobre. Plusieurs fabricants refusent de se conformer au tarif, le gouvernement de Casimir Périer ayant signalé le caractère simplement indicatif de l’accord : l’insurrection éclate en novembre. Les combats débutent le 21 et dans la nuit du 22 au 23, face à la rébellion, la ville est abandonnée par les autorités civiles et militaires. Elle est administrée une semaine durant par un gouvernement de chefs d’atelier qui collaborent avec le préfet. Le 3 décembre, les troupes du roi commandées par le prince d’Orléans et le maréchal Soult entrent dans Lyon.

181832 – Réforme du conseil des prud’hommes par l’ordonnance royale du 15 janvier 1832, augmentant le nombre des prud’hommes en vue de donner une représentation plus importante aux chefs d’atelier sans toutefois les reconnaître égaux aux marchands-fabricants. Établissement de la Caisse de prêt pour les chefs d’atelier tisseurs par l’ordonnance royale du 9 mai 1832.

191834 – Dans un contexte de tension croissante, le début de l’année 1834 est marqué par plusieurs lois répressives contre les associations républicaines et ouvrières. En février débute à Lyon une grève générale des métiers à tisser qui se durcira une semaine durant. Le 9 avril, l’insurrection débute et l’armée, dirigée par le ministre de l’Intérieur Adolphe Thiers, fait mine de se retirer, comme en novembre 1831. Mais c’est pour mieux passer à l’offensive et les combats du 11 au 15 avril sanctionnent la défaite des insurgés et le début d’une répression féroce. À la suite de cette « sanglante semaine » s’ouvre le « procès monstre » où sont traduits les principaux chefs républicains et ouvriers.

201835 – Fondation à Jujurieux, dans l’Ain, de l’usine de la Maison de Claude-Joseph Bonnet, fabricant à Lyon depuis 1810. Cet établissement deviendra la plus célèbre de ces usines-pensionnats qui frappent les contemporains par leur manière de s’assurer une main-d’œuvre stable et fiable, surtout féminine, en y attachant une œuvre sociale et même religieuse. Les jeunes ouvrières campagnardes embauchées pour le travail des ateliers sont logées et nourries dans les dortoirs construits sur le site industriel et gagnent par leur travail les moyens de constituer une dot pour leur mariage à la fin de leurs années de service. Des sœurs sont engagées pour s’occuper de leur formation religieuse et morale et pour maintenir la discipline journalière en dehors des heures de travail. Une chapelle bénie en 1838 les accueille pour la prière quotidienne et pour la messe dominicale, mais les noces des ouvrières qui terminent leur service ont lieu à l’église du village où le directeur de l’usine ainsi que quelques enfants de sa famille accompagnent souvent la mariée. L’objectif industriel de l’usine fut d’abord d’assurer la production de soies de haute qualité pour approvisionner les opérations de tissage de la Maison Bonnet à Lyon. La filature et le moulinage de soie y furent donc longtemps les activités principales, le tissage intra muros étant très minoritaire. Bonnet va pourtant ajouter le tissage à domicile dans le village de Jujurieux et aux alentours, peu après les troubles de 1848, selon le modèle lyonnais et géré par l’usine. À partir de 1881, les successeurs de C.J. Bonnet décident de faire construire un atelier de tissage mécanique. L’histoire de la fondation et du développement de l’entreprise témoigne d’un trait fondamental de l’évolution de la Fabrique lyonnaise au xixe siècle. C’est l’essaimage de la production dans les villages et les campagnes aux alentours de Lyon. Déjà en évidence depuis les années 1820, cette évolution va de pair avec la transformation structurelle de la soierie lyonnaise au cours du xixe siècle, orientée vers le tissage des étoffes unies de belle qualité mais aux prix exigés par une consommation progressivement démocratisée. Le tissage des environs de Lyon va dépasser celui de la ville en 1840 et atteindre les trois-quarts de la production lyonnaise dans les années 1870. La réputation industrielle de la maison Bonnet elle-même est acquise par sa fabrication de l’étoffe unie noire, dont la teinture particulière sera le fruit des découvertes du teinturier lyonnais Gillet, avec qui Bonnet collabore dès les années 1840 et surtout à l’époque du Second Empire.

211840 – Renaissance de la petite presse de la Fabrique avec la parution de L’Écho des ouvriers (28 numéros de 1840 à 1841), suivie par L’Écho de la fabrique de 1841 et L’Écho de la fabrique de 1845 (94 numéros de 1841 à 1845), L’Écho de l’industrie (53 numéros du 15 octobre 1845 au 17 octobre 1846), et L’Avenir (33 numéros du 1er novembre 1846 au 29 janvier 1847).

221845 – Le journal mensuel La Tribune lyonnaise paraît en mars et sa publication continue jusqu’en février 1851. Le journal s’adresse au public canut mais n’est pas un journal à vocation industrielle comme ses prédécesseurs de la petite presse de la Fabrique. Le rédacteur en chef Marius Chastaing est néanmoins bien connu dans le monde de cette petite presse. Sa carrière de journaliste remonte au premier Écho de la fabrique, dont il a pris la rédaction en août 1832 après la mort de son premier rédacteur. En octobre 1833, congédié par la direction du journal, vraisemblablement pour des raisons idéologiques, il fonde un journal concurrent, L’Écho des travailleurs. Il prend part à la renaissance de la petite presse de la Fabrique en prenant la direction de L’Écho de la fabrique de 1841.

231848 – Au cours de la révolution qui éclate cette année-là à Lyon, on peut noter le rôle joué par de jeunes ouvriers, compagnons tisseurs pour la plupart, qui s’emparent des forts et des enceintes séparant la commune de la Croix-Rousse de la ville de Lyon, à la suite de la proclamation de la République. On les appelle Voraces, du nom donné en 1846, semble-t-il, aux jeunes consommateurs de vin qui exigeaient des cabaretiers d’être servis au litre pour le prix de la chopine. N’ayant pas de liens formels avant 1848, ce groupe se donne vite une organisation paramilitaire et s’offre tantôt aux autorités pour assurer l’ordre, tantôt aux militants pour soutenir les revendications progressistes. Parmi les militants figurent des canuts, comme Joseph Benoit, renommés au sein du mouvement démocrate et socialiste. Benoit et d’autres canuts font partie de la Commission pour l’organisation du travail qui, siégeant du 6 au 8 mars 1849, reçoit des propositions pour l’association dans les différents corps de métiers et tente la conciliation des différends surgissant entre ouvriers et maîtres dans leurs relations de travail.

241849 – Lors des élections législatives du printemps 1849, Lyon est la seule ville de France à enregistrer le triomphe des listes démocrates-républicaines. Le 15 juin, se fondant sur une rumeur venue de Paris faisant état d’un soulèvement républicain victorieux, les Voraces tentent une nouvelle insurrection. Circonscrite à la Croix-Rousse, elle est durement réprimée par l’armée.

251850 – Fondation de la Société de secours mutuels et caisse de retraite des ouvriers en soie de Lyon le 4 avril par la chambre de commerce, qui nomme le conseil d’administration. Le président de la chambre est également président de la Société de secours mutuels. Une partie du produit de la Condition des soies est affectée à son financement. À la différence de la plupart des petites associations analogues, la société admet en son sein les femmes et les ouvriers subalternes – compagnons, apprentis et autres.

261851 – L’Exposition universelle des travaux de l’industrie à Londres, dite « Exposition du palais de Cristal », affirme la supériorité internationale de la Fabrique lyonnaise pour la perfection de ses tissus et pour tout ce qui concerne l’art, le goût, la couleur et le dessin des étoffes. L’Exposition de Londres signale en même temps la puissance des fabriques étrangères, surtout anglaises, pour la fabrication des étoffes unies.

271855 – Effondrement de la production des soies françaises, affectée par la maladie du ver à soie, la pébrine. La maladie va atteindre un peu plus tard la sériciculture italienne, autre source importante d’approvisionnement en soie, aussi bien que les autres producteurs de la région méditerranée. La pénurie de matière première qui en résulte produit une hausse importante du prix des soies et donc du prix de revient de la fabrication des étoffes. La crise va durer jusqu’aux découvertes de Pasteur en 1865 sur la nature de la maladie et les moyens de s’en préserver, puis la reconstitution des races indigènes avec des cocons sains importés du Japon dans les années 1860. Grâce à ces mesures, la sériciculture italienne retrouve dès les années 1880 la quasi-totalité de son ancien niveau de production, la sériciculture française ne regagnant en revanche que le quart environ de sa production antérieure.

281856 – La chambre de commerce décide de fonder un musée d’art et d’industrie à Lyon, qui s’ouvrira en 1864. C’est l’origine du Musée historique des tissus, aujourd’hui Musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon. À la même époque, les Anglais fondent le Musée de South Kensington, l’ancêtre du Victoria and Albert Museum à Londres, dont la collection de tissus historiques deviendra, comme celle du Musée de Lyon, mondialement renommée.

291860 – Traité de commerce avec l’Angleterre, qui supprime la prohibition d’entrée de marchandises, réduit les droits d’entrée des produits manufacturiers et des matières premières et prévoit une réforme générale du régime douanier. Le traité concrétise le programme de libéralisation préconisé par la chambre de commerce de Lyon, dans l’intérêt surtout de l’industrie des soieries, dont la prospérité dépend de l’exportation à l’étranger et de l’entrée libre des soies. Conséquence immédiate du nouveau régime douanier : l’augmentation des exportations de soieries en Angleterre, qui compensera en grande partie sa diminution aux États-Unis à la suite de la guerre de Sécession dans les années 1860. La chambre de commerce deviendra dès lors un des défenseurs les plus acharnés des principes libéraux du traité dans les décennies suivantes, même aux époques de crise ou de concurrence étrangère où ces principes seront remis en question par des intérêts protectionnistes. Les fabricants lyonnais de soieries, unanimes à soutenir la politique libre-échangiste, fondent en 1868 l’Association de la Fabrique lyonnaise pour défendre le nouveau régime douanier, qui constitue un revirement total par rapport à la position qu’avait adoptée l’ancien syndicat patronal des fabricants, Réunion des fabricants, en 1825 pour le maintien des prohibitions. L’unanimité va être ébranlée par la grande crise de 1877 et par le retour au protectionnisme de plusieurs États européens, l’Italie surtout, à partir de 1887. En 1893 se constitue une Association de la soierie lyonnaise regroupant une minorité de fabricants qui, à l’encontre de la chambre de commerce, réclament des mesures protectionnistes contre l’importation des soieries.

301866 – Grave crise de la Fabrique lyonnaise provoquée surtout par la chute des exportations de soieries aux États-Unis, où les marchés ont pâti des effets de la guerre civile récemment terminée. Année charnière aussi pour la production de l’étoffe façonnée, que la mode délaisse depuis quelques années en faveur des étoffes unies, ce qui favorise l’essaimage de la production dans les zones rurales de la région lyonnaise. La crise est donc ressentie par les tisseurs lyonnais comme l’abandon de leur industrie : leur mécontentement se manifeste en octobre par la menace d’une descente de la Croix-Rousse. Pour éviter une telle manifestation, le préfet invite des délégués de tisseurs à lui présenter leurs revendications. Parmi eux, les administrateurs d’une société coopérative de production, la Société industrielle, commerciale et de prévoyance des tisseurs, fondée en 1863. Au nom du gouvernement impérial, le préfet accorde à cette société un prêt de 300000 francs sous condition de sa transformation en une société anonyme au capital de 1,5 million de francs, en échange de quoi elle devra accueillir des actionnaires non tisseurs. La société ainsi transformée se constitue en 1867 sous le nom d’Association des tisseurs et prévue pour durer jusqu’à 1879, mais devra envisager sa liquidation quelques années avant. Elle enregistre l’adhésion d’environ 1 500 à 2000 membres pendant ses dix ans de fonctionnement. La munificence impériale s’étend aussi à une association de tullistes et à une association de teinturiers, chacune recevant un prêt de 100000 francs.

311868 – Année de retournement de tendance du prix des soies vers la baisse, ce qui signale une réorientation structurelle de l’un des fondements de l’industrie lyonnaise des soieries. C’est à cette époque qu’on note les effets du remplacement des soies d’origine française et italienne par des soies asiatiques (du Japon et de Chine surtout), d’abord importées d’Angleterre, qui avait depuis longtemps développé des relations commerciales avec ces pays. L’ouverture du canal de Suez en 1869 permet l’importation directe de soies asiatiques par Marseille, et vers le milieu des années 1870, cette importation directe va dépasser l’importation via Londres. En 1890, les soies originaires de Chine et du Japon constitueront plus de la moitié des importations françaises de ces matières premières. La baisse séculaire des prix est donc liée essentiellement à l’entrée des soies asiatiques, dont dépendra dorénavant la fabrication lyonnaise des tissus de soie naturelle. La plupart de ces soies sont des bourres de soies et des frisons de qualité inférieure aux soies françaises et italiennes qui avaient fourni la plus grande partie des matières premières avant 1850.

321869 – Début du mouvement de l’organisation des « catégories » de tisseurs, spécialisées par genre d’étoffe, en novembre-décembre, afin de négocier des tarifs de façon avec les fabricants pour chaque catégorie. Ce mouvement prend la forme d’élections des « commissions d’articles » qui essaient de s’entendre avec les fabricants. La commission d’unis réussit, le 13 novembre, à faire accepter aux fabricants un tarif pour cette spécialité. Le tarif de 1869 va servir de point de repère pour les revendications futures des associations syndicales des tisseurs d’unis. S’inspirant de ce succès, les tisseurs d’autres spécialités choisissent des commissions d’articles. Les tisseurs de velours unis adoptent en décembre les statuts d’une association, la Corporation des tisseurs de velours unis, ville et compagne. Ce nom signale un attribut nouveau du mouvement pour le tarif : l’affiliation des tisseurs à domicile habitant la campagne de la région lyonnaise.

331870 – Le mouvement des catégories, commencé à la fin de 1869, se renforce grâce à deux grandes initiatives : la constitution d’une société globale comprenant toutes les spécialités de tissage, sauf celle du velours uni qui garde sa propre organisation, et une grève des tisseurs d’étoffes façonnées. La Société civile de prévoyance et de renseignements pour le travail des tisseurs de la Fabrique lyonnaise est créée en mars-avril par la réunion de quinze commissions d’articles qui se classent en dix catégories, chacune composée de séries de vingt membres. L’effectif de la société atteint plus de 10000 membres en mai. Laissant à chaque catégorie le soin de négocier avec les fabricants de sa spécialité, la société reste disposée à soutenir leurs revendications avec ses fonds si besoin est. Elle manifeste sa solidarité en mars-avril avec les tisseurs de taffetas dans le département de l’Isère, et elle fait un appel de fonds aux séries pour soutenir la grève de la deuxième catégorie (robes, façonnés) survenue en juin-juillet. Cette grève se termine à la suite de la crise franco-allemande qui annonce l’avènement de la guerre et la fin du régime impérial. La Société civile continue de fonctionner jusqu’en 1873, quand le préfet arrête sa liquidation sans toutefois dissoudre ni les séries, qui gardent leurs fonds, ni les commissions d’articles, qui ne devraient plus avoir de liens entre elles.

341876 – Début de la crise de 1876-1877, très dure pour la fabrique urbaine surtout, qui annonce plusieurs changements structurels. La mode, qui délaissait déjà, depuis les années 1860, les étoffes façonnées n’accorde plus ses faveurs aux belles étoffes unies, riches et lourdes. La Fabrique doit s’adapter et se tourne, à partir de 1875-1880, vers des étoffes moins coûteuses et plus légères, mélanges de soie et de coton ou de laine, ou tissus fabriqués avec les déchets de soie ou la bourre de soie. La qualité des soies asiatiques convient à la production de ce genre d’étoffes et leur importation devient permanente. Les marchés extérieurs signalent en même temps une évolution vers une consommation courante qui favorise les mêmes articles, demande à laquelle les fabriques étrangères en pleine expansion apprennent vite à répondre. Tous ces développements favorisent la mécanisation de l’outillage et l’établissement d’usines dans les environs de Lyon. Ce tournant en faveur de la région devient progressif, la mécanisation de la production accentuant ce mouvement après 1890.

351877 – L’ancienne Société civile se reconstitue sous le nom de Chambre syndicale des tisseurs, dont les statuts sont adoptés le 11 février. Comme son prédécesseur, la Chambre syndicale s’organise par groupes de vingt membres et par catégories d’articles, dont le nombre s’élève à 19. Chaque catégorie nomme une commission de 15 membres, appelée syndicat de catégorie ; chacun délègue deux membres pour former le Syndicat général. L’objectif de cette organisation par syndicats est de faciliter la préparation et l’application des tarifs. Le bureau de la Chambre syndicale sera rouvert en janvier 1878 après dissolution par arrêté préfectoral, en juillet 1877, de toutes les chambres syndicales ouvrières à Lyon. La chambre syndicale joue un rôle actif avec l’Association des tisseurs au IIe Congrès ouvrier tenu à Lyon du 28 janvier au 8 février 1878.

361878 – Création de l’Association syndicale des tisseurs de velours unis de la ville et de la campagne, qui prend le relais de la Corporation des tisseurs de velours unis, ville et compagne, dissoute par arrêté préfectoral en 1875. Repoussant l’offre de la Chambre syndicale des tisseurs de s’y affilier, cette nouvelle association des veloutiers unis doit faire face à la scission d’un groupe dissident qui veut, lui, s’y rallier : le nombre de ses membres sera du coup bien inférieur à celui de l’ancienne corporation. L’organisation des veloutiers est atteinte, de plus, par l’accélération de l’émigration des métiers de velours à la campagne à la suite des revendications d’un tarif et des grèves intervenues en 1879. Sans se dissoudre, l’Association sera presque invisible lors du renouveau des mouvements syndicalistes et grévistes en 1884.

371884 – La ville de Lyon signe une convention qui permet la création d’une école municipale de tissage, installée d’abord dans les locaux d’une Société de crédit pour les petits ateliers de tissage mécanique. Cette société avait été organisée par un groupe de chefs d’atelier pour conserver le tissage à Lyon grâce à l’adaptation de petits moteurs mécaniques aux métiers à bras dans les ateliers familiaux. L’école ne sera installée qu’en 1934 dans son bâtiment actuel à la Croix-Rousse. La même année est constituée une nouvelle chambre syndicale, dite Union des tisseurs et similaires, qui fait concurrence à la Chambre syndicale des tisseurs fondée en 1878. La nouvelle association, mieux reçue par les compagnons, renferme une section réservée au tissage mécanique et attire les meilleurs militants de la Chambre syndicale des tisseurs. Les deux chambres syndicales vont regrouper les tisseurs les plus engagés dans les mouvements revendicatifs de la ville jusqu’à la fin du siècle, mais avec un effectif très variable et généralement en déclin. L’organisation des veloutiers renaît aussi avec la constitution du Syndicat professionnel des tisseurs de velours unis de la ville et de la campagne, à l’initiative des anciens membres de la Corporation et de l’Association syndicale dans cette spécialité.

381885 – Mouvement pour le tarif et grève générale menée par l’Union des tisseurs, auquel la Chambre syndicale des tisseurs se rallie, tout comme d’autres associations récemment constituées dans diverses spécialités de tissage. Le mouvement donne lieu à des manifestations tumultueuses ressenties vivement par les fabricants, qui consentent à se réunir en commissions mixtes avec les délégués des tisseurs et à négocier un tarif ; l’accord sera vite rompu par quelques fabricants. Dans le même temps se forme une Corporation des tisseurs lyonnais qui s’inspire des principes chrétiens, et un syndicat à part est constitué par les adhérents de l’Union des tisseurs de la section du tissage mécanique. Cet émiettement d’associations syndicales donne naissance à cinq organisations différentes qui représentent les tisseurs de Lyon au Congrès constitutif de la Fédération nationale des syndicats en 1886.

391889 – À l’Exposition universelle de Paris, la Fabrique lyonnaise se distingue par l’excellence de ses étoffes façonnées, par sa capacité à s’adapter aux changements de la mode et des marchés et par le développement de son outillage de production. C’est l’exposition où la supériorité de la Fabrique lyonnaise est le plus en vue et le plus commentée. Sa renommée bénéficie d’une conjoncture favorable à la vente des plus belles étoffes.

401894 – Grève pour le relèvement des salaires au moment d’une conjoncture favorable à l’activité de la Fabrique. La grève reçoit l’adhésion de la plus grande partie des syndicats de tisseurs, y compris les deux chambres syndicales et la Corporation des tisseurs lyonnais. Les succès réalisés, pourtant momentanés, donnent à l’organisation une certaine impulsion, qui ne durera pas. Les inscrits à la Chambre syndicale des tisseurs tombent à 820 en 1899 alors qu’ils enregistraient 4400 adhérents en 1886. Ceux de l’Union des tisseurs n’en atteignent que 1 200 au tournant du siècle. En effet, l’ensemble des neuf syndicats de tissage lyonnais ne comptent pas plus de 3 500 membres en 1899. C’est la fin de l’époque des revendications dominées par les questions de salaire et le début de celles où les questions générales seront prioritaires.

411923 – L’utilisation de la soie artificielle, dont l’invention remonte à 1885 (procédé Chardonnet), s’intensifie dans la production des soieries lyonnaises. Perfectionnée par des améliorations techniques avant la guerre et favorisée par l’instabilité des cours de la soie naturelle dans les années d’après-guerre, la viscose, surtout, gagne le secteur des nouveautés grâce aux variétés de teintes qu’elle rend possibles. À partir de 1927, la soie artificielle s’insère dans la fabrication de crêpes, donnant l’impulsion à deux autres industries de la soie, le moulinage et l’impression sur soie. Le moulinage, surtout, s’affirme novateur dans le domaine des ouvraisons sur les soies artificielles comme la viscose et l’acétate ; grâce à lui, le crêpe rayonne deviendra l’article de base de la soierie lyonnaise jusqu’à la fin des années quarante. Complémentaire de la soie naturelle pendant la plus grande partie des années vingt, la soie artificielle va l’emporter sur la première par son moindre prix et par les variétés d’articles qu’elle inspire dans les années de crise après 1930.

421929-1930 – Début de la crise des années trente dans un contexte de dépression mondiale : ses effets sur la soierie lyonnaise sont à la mesure de l’importance des marchés extérieurs. Les ventes à l’exportation, qui constituaient les trois quarts de la production lyonnaise avant la crise, atteignent leur plus bas niveau en 1936, quand la part de la production vendue à l’étranger se réduit à environ 45 %. La haute couture parisienne, qui s’était habituée à dominer la mode internationale et qui se trouve maintenant en concurrence avec des couturiers étrangers, subit les mêmes revers. Il en résulte un repli sur le marché national, autant pour la haute couture que pour la Fabrique, le marché colonial, jusqu’ici sans importance, devenant considérable pour cette dernière. La démocratisation de la mode et la préférence pour des tissus meilleur marché favorisent le remplacement de la soie naturelle par la soie artificielle pour les articles courants et stimulent aussi la recherche de nouveaux tissus qui mêlent soie naturelle, textiles artificiels, laine ou coton. Les structures de production de la Fabrique lyonnaise sont mises à l’épreuve par la crise. La fabrication s’organise selon trois modalités dans les divers secteurs de l’industrie de la soie : les fabricants-usiniers, qui font travailler pour le compte de la maison mère des usines de moulinage, de tissage et quelquefois aussi de filature dont ils sont propriétaires ; les façonniers propriétaires d’usines, qui travaillent pour les fabricants ; et les tisseurs à domicile, qui travaillent pour les deux autres catégories et dont les ateliers sont majoritairement mécanisés. Cette organisation avait imprimé à la Fabrique une géographie régionale. Les années de prospérité et l’écoulement facile des tissus à l’exportation avant la crise avaient favorisé la multiplication des entreprises de tissage de petite ou moyenne taille dans la région, et nombre de façonniers tisseurs avaient choisi d’œuvrer pour leur propre compte. La crise renverse ces tendances et amène un repli qui se ressent surtout dans la région. Les fabricants-usiniers ayant des usines dans la région répondent à la baisse des prix des tissus par le chômage partiel. Ils sont bientôt obligés de recourir à la fermeture d’usines et à la réduction des effectifs. Le nombre de métiers travaillant pour la Fabrique, à Lyon et dans les départements, tombe de 58400 à 20000 entre 1928 et 1938. Un certain nombre de maisons renommées se trouvent dans la nécessité de déposer leur bilan et la géographie de la soierie se déplace vers Lyon et Saint-Étienne. Mais la Fabrique garde sa structure tripartite, dominée par les fabricants-usiniers et les usiniers-façonniers, auxquels s’ajoute une multitude de tisseurs à domicile travaillant en marge pour des prix de façon très bas (Vernus, p. 171-191 ; Laferrère, p. 116-119).

431950-1990 – Transformation fondamentale de l’industrie des soieries, éprouvée autant par les évolutions entamées dans les années trente que par l’environnement nouveau d’après-guerre qui influence la mode, les marchés, les produits et les méthodes de fabrication. L’utilisation des fibres synthétiques, dont l’importance se dessinait déjà avant la guerre, se généralise, au point que la soie ne constituera dorénavant qu’une part mineure dans la fabrication des tissus. Après une période de tâtonnements et de transition à partir de 1948, la couture parisienne regagne son rang international mais seulement en s’adaptant aux pratiques vestimentaires américaines, où dominent prêt-à-porter puis sportswear. La couture italienne rivalise avec la place parisienne depuis les années cinquante ; stylistes italiens et créateurs américains contribuent à la révolution de la mode qui, à partir des années soixante-dix, voit s’accélérer le déclin de la haute couture, soutien séculaire des industries de la soie. La transformation du marché de l’habillement exige une organisation nouvelle de l’industrie qui va de pair avec la nécessité d’une modernisation de l’outillage, éprouvée par toute l’industrie française dans la période de l’après-guerre. Le moulinage et les industries de l’ennoblissement, comme l’impression, prennent le devant, la modernisation du tissage étant contrainte par les moyens limités des entreprises majoritairement familiales. La soierie lyonnaise est, de plus, aux prises avec un environnement international en évolution rapide. Tandis que la haute couture parisienne voit sa place contestée et ses habitudes bousculées, la vente des tissus de la Fabrique rencontre une concurrence étrangère élargie. Aux produits italiens, allemands et suisses sur les marchés extérieurs s’ajoutent, pour les articles de soie de grande diffusion, les produits chinois et coréens à partir des années quatre-vingt. La soierie lyonnaise reste néanmoins une industrie fortement exportatrice, mais à une moindre échelle par rapport au passé. La haute nouveauté, dont le renom parmi la clientèle de luxe l’avait toujours abritée des vents qui bouleversaient le marché des articles courants, est dès maintenant assimilée à la petite nouveauté et aux tissus classiques. Le secteur rétrécit en gardant son rôle créateur dans la Fabrique. Les effectifs de l’industrie de la soie de la région diminuent : le tissage seul, suivant l’indice du nombre de métiers, en perd les trois-quarts (75 %) entre 1974 et 1993. La structure géographique se transforme aussi : Lyon ne garde que les institutions liées à Fabrique, tandis que la fabrication quitte la ville. Mais ce dernier mouvement ne bénéficie plus au tissage rural ni au tissage urbain à domicile, pas plus qu’aux usiniers-façonniers. Leur nombre diminue à tel point que cette catégorie perd son importance dans la structure de la Fabrique. C’est un monde nouveau qui s’annonce pour la soierie lyonnaise au crépuscule du xxe siècle (Vernus, p. 245-252, 292-296, 316-322).

Bibliographie

Orientation bibliographique

Ballot Charles, 1913, « L’évolution du métier lyonnais au xviiie siècle et la genèse de la mécanique Jacquard », Revue d’histoire de Lyon, n° 12, p. 1-52.

Bezucha Robert J., 1974, The Lyon Uprising of 1834 : Social and Political Conflict in the Early July Monarchy, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press.

Cayez Pierre, 1980, Crises et croissance de l ’industrie lyonnaise, 1850-1900, Paris, CNRS.

— 1978, Métiers jacquard et hauts fourneaux : aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Cayez Pierre et Chassagne Serge, 2006, Les patrons du second Empire, Lyon et le Lyonnais, Paris-Le Mans, Picard-Cénomane.

Chassagne Serge, 2012, Veuve Guérin et Fils. Banque et soie, une affaire de famille, Saint-Chamond - Lyon (1716-1932), Lyon, BGA Permezel.

Durand Maximilien éd., 2012, Lyon et Dragons. Dessiccateurs de la Condition des soies, Lyon, EMCC.

Dutacq François, 1910, Histoire politique de Lyon pendant la révolution de 1848 (25 février-15 juillet), Paris, Édouard Cornély.

Garden Maurice, 1975, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Flammarion.

Godart Justin, 1976, L’ouvrier en soie : monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et sociale, Genève, Skatkine-Megariotis Reprints (réimpression de l’édition de Lyon-Paris, 1899).

Labasse Jean, 1957, Le commerce des soies à Lyon sous Napoléon et la crise de 1811, Paris, Presses universitaires de France.

Laferrère Michel, 1960, Lyon, ville industrielle. Essai d’une géographie urbaine des techniques et des entreprises, Paris, Presses universitaires de France.

Lequin Yves, 1977, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) : les intérêts de classe et la République, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Pansu Henri, 2003, Claude-Joseph Bonnet. Soierie et société à Lyon et en Bugey au xixe siècle. Les assises de la renommée, du Bugey à Lyon, Lyon et Jujurieux, autoédition, Tixier & Fils imprimeur2.

— 2012, Claude-Joseph Bonnet. Soierie et société à Lyon et en Bugey au xixe siècle, au temps des pieux notables, de Lyon en Bugey, Lyon et Jujurieux, autoédition, Tixier & Fils imprimeur.

Pariset Ernest, 1889, La Chambre de Commerce de Lyon : étude faite sur les registres de ses délibérations, Lyon, Association typographique.

— 1901, Histoire de la Fabrique lyonnaise : étude sur le régime social et économique de l’industrie de la soie à Lyon, depuis le xvie siècle, Lyon, A. Rey.

Privat-Savigny Maria-Anne, 2010, Quand Lyon dominait le monde. Les soyeux lyonnais aux Expositions des produits de l’industrie nationale et aux Expositions universelles 1798-1900, Lyon, EMCC.

Ribe Georges, 1957, L’opinion publique et la vie politique à Lyon lors des premières années de la Second Restauration : la réaction Ultra et l’expérience constitutionnelle (17 juillet 1815 - 9 janvier 1822), Paris, Librairie du Recueil Sirey.

Sheridan Jr George, 1981, The Social and Economic Foundations of Association among the Silk Weavers of Lyons, 1852-1870, t. I et II, New York, Arno Press.

Stewart-McDougall Mary Lynn, 1984, The Artisan Republic : Revolution, Reaction, and Resistance in Lyon 1848-1851, Kingston et Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Tassinari Bernard, 2011, Une fabrique lyonnaise de soieries. Trois cents ans d’histoire, trois groupes familiaux, Lyon, Bellier.

Tisseurs de Lyon, 1901, Associations professionnelles ouvrières, t. 2, Paris, République française, Office du travail, p. 241-340.

Truchon Pierre, 1910, « La vie intérieure de la fabrique lyonnaise sous la Restauration », Revue d’histoire de Lyon, n° 9, p. 409-434.

— 1912, « La vie ouvrière à Lyon sous la Restauration (1814-1830) », Revue d’histoire de Lyon, n° 11, p. 195-222.

Vernus Pierre, 2006, Art, luxe & industrie. Bianchini Férier, un siècle de soieries lyonnaises, 1888-1992, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Notes

2 À voir surtout le tableau chronologique de la fabrication des étoffes où sont esquissés, autour de la maison Bonnet, les développements les plus marquants dans l’histoire industrielle de la Fabrique lyonnaise de 1775 à 1895, p. 264-265.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search