Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 307-313


Texte intégral

1Au milieu des années 1850, Pierre Charnier rédigeait quotidiennement des « notes pour mémoire » qui composaient un journal régulier. Une seule livraison de cet exercice nous est parvenue : le onzième cahier, tenu entre le 14 avril et le 9 juin 1856. Ces notes abondent en comptes rendus de surveillance d’ateliers, d’échanges au sein des prud’hommes et en visites diverses que Charnier fit à ses confrères tisseurs ou à d’autres interlocuteurs, négociants, juges, commissaires. Le cahier fait également la chronique des rencontres et des rendez-vous personnels de Charnier. Plusieurs échanges avec des peintres sont ainsi mentionnés : une « visite de l’artiste Saint-Jean1, peintre de fleurs », venu évaluer à son domicile les tableaux qu’il possédait mais aussi, à une autre occasion, de « longs tâtonnements dans [son] cabinet avec Étienne Chavanne, artiste peintre, pour échange de tableaux. Pas de résultat ». Le cahier contient également des traces plus personnelles, plus intimes, comme celle d’une dispute douloureuse avec son épouse au sujet d’une somme allouée à leur fille Agathe à l’insu de Charnier, ou celle d’une visite chez le dentiste qu’il résume en quelques mots : « dent incisive, mâchoire inférieure tombée. Avis de la fragilité de mon être ». Le onzième cahier contient aussi plusieurs récits longs de quelques pages, dont celui d’un « dîner prud’hommique » le 14 avril tout à la gloire du président Félix Bertrand, où l’on observe Charnier, vieux ciron dérangeant et démangeur, dans sa meilleure forme. Ce cahier contient enfin le long récit d’une promenade entreprise le 20 avril 1856 vers les Monts d’Or au nord de Lyon. Ce texte résume tout Charnier et nous achèverons notre histoire en le reproduisant dans son intégralité. Mais quelques mots préalables d’explication sont toutefois nécessaires.

2Rien de plus révélateur que ce beau texte de Charnier. Une de ses plus longues « notes pour mémoires », ce texte aux accents rousseauistes signale d’abord sa volonté de laisser une trace, de transmettre un itinéraire de marcheur plus que de promeneur. Mais il ne s’agit pas d’une chronique, d’un simple relevé des étapes et des événements. Charnier y manifeste aussi son souci d’une expression personnelle, c’est un récit, un travail original d’écriture et de composition. Ce récit révèle également les tensions créatrices constantes qu’il dut continûment concilier pour prolonger son cheminement. La nostalgie qu’il exprime pour sa période de botaniste amateur lui permet de rappeler son attachement pour la nature, le milieu sauvage plus encore que le jardin organisé ou, pire, que les lieux mondains où se faisaient désormais les promenades publiques des notables lyonnais. La séparation ville/campagne est ici bien présente, mais compliquée et presque recouverte par une tension plus évidente, celle entre solitude et société. Charnier fait un éloge appuyé de la solitude où l’écart et l’isolement que permettent au plus haut point les retraites dans les montagnes (une « virilité religieuse », va-t-il expliquer) apparaissent comme les conditions non pas tant de l’accomplissement individuel que de l’imagination morale et sociale. Car ces réflexions solitaires, exprime-t-il encore dans ce texte où le lecteur va le voir cheminer, banqueter et partager avec ses amis – les Troillet et leurs jeunes ouvriers et ouvrières, le docteur Blacheyre, l’ermite – se nourrissent d’expériences dans les communautés, la famille et l’atelier principalement, où se forgent à son idée les sentiments d’amitié et d’amour, d’entente et de solidarité. Et la question de la transmission des expériences et des héritages économiques, politiques et surtout moraux à destination des jeunes générations est également au cœur de son récit. Mais ce qu’exprime surtout en filigrane ce texte, simple parenthèse bucolique, y compris dans le onzième cahier où il est entouré d’une longue litanie de cas d’abus, de plaintes, de jugements industriels impliquant le peuple canut, c’est le long combat économique et politique mené toute sa vie par Charnier dans l’environnement de la Fabrique et dans le cadre de sa cité. Un combat dont il rappelle dans ce texte qu’il s’est déroulé pendant vingt-cinq ans aux prud’hommes, alors que la mention de ses premières retraites sur le Mont Thou indique qu’il réfléchissait depuis plus de temps encore à l’organisation du mutuellisme des tisseurs. Ces combats de la Fabrique, il ne les dissocie pas de ses engagements plus nettement politiques et moraux. Son modèle, issu indiscutablement de ses lectures – journaux, brochures, ouvrages –, de son commerce plus ou moins mouvementé avec les républicains modérés, les légitimistes de l’Union nationale, les premiers tenants du catholicisme social et du socialisme chrétien, demeure toutefois original. Le sens de son combat est nettement spécifié dans le texte : « neutraliser les intentions révolutionnaires de la bourgeoisie », contrer « le commerce qui n’[a] qu’un seul but, celui d’arriver au pouvoir pour en abuser à son profit ». Comme pour tous les Lyonnais de sa génération, Charnier fait de l’épisode révolutionnaire et de ses effets mémoriels le point de départ de tous ses projets politiques et économiques. Le récit de la promenade débute par une mention de 1793 et du siège de Lyon ; mais 1793, tout comme juin 1848 ou mai 1849, ne sont pour Charnier que des conséquences de la mise en place du règne de la bourgeoisie et du commerce dont les barricades de Juillet 1830 constituent le vrai triomphe.

Planche 13. Un portrait de Pierre Charnier [?] vers 1850 Il existe deux dessins qui représentent ce personnage dans les papiers Charnier. Est-ce un portrait de Charnier lui-même, ici accompagné de son épouse et de l’ouvrier (compagnon) travaillant dans son atelier ? (380 : 124-125)

Image

3Pour le prud’homme tisseur, 1789 exprime pourtant des valeurs indépassables, déjà exprimées par la religion chrétienne, reprises par les républicains modérés, approchées par les socialistes chrétiens, celles de liberté et d’égalité, celle de fraternité. Mais travesties par le langage libéral de la bourgeoisie et du commerce, ces valeurs ont abouti au contraire à une perte de liberté et à un recul de l’égalité pour le plus grand nombre, et notamment le peuple des artisans des villes. Le libéralisme est donc synonyme pour eux d’oppression et d’exploitation. Dès lors, pour réaliser au mieux les espérances de 1789, pour faire disparaître les privilèges modernes et contrôler les formes labiles de domination, il faut allier – faire « l’amalgame », comme le dit autrement Charnier – les enseignements industriels et les enseignements politiques. Il faut emprunter au passé industriel l’idée des régulations intermédiaires conjointes et adapter cette configuration institutionnelle aux nouvelles valeurs politiques de liberté et d’égalité. Il faut donc maintenir ces régulations à des niveaux intermédiaires, mais en s’assurant des conditions les plus larges possibles d’information et d’éducation, de participation de tous, de délibération et d’équilibre entre les parties. Enfin, explique Charnier, ces expériences démocratiques à des niveaux intermédiaires doivent avoir un rôle recteur dans la construction plus générale du politique et dans l’affirmation de valeurs morales qui, comme pour les fourmis vigilantes et solidaires du récit, permettent d’imaginer une république où « les citoyens travaillent pour le bien commun ».

4 Conformément à notre rendez-vous de samedi, Mr Troillet (liseur de dessins, rue du commerce, montée Mermet), accompagné de son ancien collègue dessinateur, m’attendaient à la place Saint-Laurent en face de mon allée. Nous partîmes, pensant rejoindre la nombreuse famille de l’atelier Troillet. Nous nous arrêtâmes devant la barrière latérale de la montée Depandière – la traverse porte l’empreinte d’un biscayage2 de 93. La mitraille était dirigée par les républicains contre la sortie désespérée des Lyonnais à l’issue du siège mémorable où les défenseurs de Lyon se montrèrent dignes d’un meilleur sort. C’est le bon et savant Passeron3, l’un de nos bons chroniqueurs, qui m’avait fait connaître cette empreinte de biscayes.

5Quoique nous hâtâmes le pas, nous ne pûmes pas atteindre ceux qui avaient pris le devant, mais nous les trouvâmes réunis à Saint-Cyr dans la maison du docteur Blacheyre qui était absent ainsi que son épouse.

6Dès que nous entrâmes dans la cour, j’aperçus une jeune et aimable demoiselle qui nous salua avec un regard affable et joyeux ; ses beaux yeux caressaient Mr Troillet. C’était la salutation conjugale car celle qui me sembla être une demoiselle à première vue n’était rien moins que Madame Troillet. Qu’une épouse est aimable quand elle ressemble à une fiancée. Nous parcourûmes le jardin composé de bosquets formés par de jolis arbrisseaux ; le Ribes rubra charmait la vue, le parfum de ses feuilles et de sa fleur charmait l’odorat ; son odeur est analogue à celle du Ribes migra [Ribes nigrum] mais elle est plus suave. Comme j’avais porté mon carquois botaniste, plusieurs personnes me demandaient la nomenclature de quelques arbrisseaux d’ornement. Hélas, quand on a oublié Flore depuis 25 ans pour Thémis et surtout quand la flore de nos marais, nos montagnes, nos vallées et nos bois était seule l’objet de mon culte assidu, comment, après avoir relégué mon herbier sous la poussière de 25 ans de prud’hommes, oublié les noms de ces plantes qui me procurèrent tant de délicieux moments, comment pouvais-je nommer ces arbrisseaux destinés à former la parure des jardins de luxe que je n’ai jamais fréquentés ?

7Du jardin je fus conduit au verger. Un joli chemin bordé de plates-bandes nous conduisit au pavillon agreste formé par une voûte de rameaux à feuilles naissantes. Au travers des claires-voies, on avait une vue variée de ces paysages que nos artistes reproduisent dans leurs tableaux.

8Des jeunes filles à la démarche vive et à la physionomie honnête se dirigent vers le pavillon ; elles étaient suivies de jeunes hommes, bref, c’est le personnel de l’atelier. Nous n’étions que trois, Mr Troillet, Mr Favres et moi, la venue de cette joyeuse troupe nous tira de l’esprit de méditation inspirée par l’obscurité et la fraîcheur de l’agreste pavillon. Nous nous levâmes et suivîmes la troupe joyeuse qui descendit la pente rapide qui conduisait à un pré dont la végétation était aussi vigoureuse que variée. Les jeunes filles s’empressèrent de cueillir des fleurs parmi lesquelles abondaient les Cartaminus-Pratensis [Cardamine pratensis]. Cette jolie plante de teinte lilas et d’un faciès agréable me rappelle chaque année l’une de ces émotions d’enfance qu’on on aime tant à ressentir les effets, le pré de mon grand-père maternel à Lentilly où cette plante pullulait de manière à connaître les confins du pré de la hauteur du chemin près la Tour de Salvagny. L’on quitte le pré, l’on gravit le mamelon sur lequel se trouve le pavillon et enfin l’on entre dans la salle à manger où nous attendait un de ces vins qui classent le terrain où ils sont récoltés au nombre des coteaux favoris de Bacchus. Le beurre et le fromage s’étendent en tartines et l’on part pour Montoux.

9J’étais le guide. Montoux présente son éminence ; la troupe joyeuse qui marchait en avant du temps que je récoltais quelques plantes avec la seule intention d’en former un vase pour rappeler pendant quelques jours les lieux agrestes où l’on a fait sa récolte. Nous voilà sur Montoux, sur cette montagne qui forme le point culminant des monts d’Or lyonnais, là où tant de fois je me suis allé retremper physiquement et moralement. Montoux, l’un des lieux où je n’avais que Dieu et la pelouse pour témoins de mes gémissements solitaires, en songeant à la funeste et puissante influence de la franc-maçonnerie qui sapait sourdement le trône des descendants d’Henri IV et de Saint-Louis. Je ne me suis pas borné à de vains gémissements ; j’ai conçu et fondé le mutuellisme, cette franc-maçonnerie ouvrière sur laquelle je comptais pour neutraliser les intentions révolutionnaires de la bourgeoisie. Hélas ! Le mal était sans remède, car l’administration de 1827 fut loin de seconder le simple canut Charnier dans une entreprise aussi gigantesque, celle de procurer des garanties au salaire et inspirer aux ouvriers la défiance et la haine contre le commerce qui n’avait qu’un but, celui d’arriver au pouvoir pour en abuser à son profit. La suite de la révolution de Juillet a justifié mes prévisions. C’est sur cette montagne, à deux cents pas du docteur Carrière avec qui j’herborisais, que j’eus le bonheur de trouver le Botrychium Lemaria [Botrychium Lunaria] qui jusqu’alors n’avait été récolté qu’au mont Pilat. Ce rapprochement m’a valu une de mes deux mentions dans le Supplément de la flore lyonnaise. C’est sur les montagnes qu’on se sent homme dans toute l’acception du mot, la virilité religieuse seule qui nous fait penser à notre Créateur et à notre âme nous permet de nous placer au-dessus des pensées vulgaires. C’est là que l’homme connaît des projets dont l’élaboration s’opère dans les sombres bosquets au bord des ruisseaux et au bruit d’une onde limpide qui semble s’harmoniser avec le chant du rossignol ; tels sont les sites délicieux de Francheville et Tassin ; j’en exclus Charbonnière, profané par le tumulte des promenades et la poussière soulevée par les voitures. Le luxe des toilettes et de la table a depuis longtemps fait fuir Pan et les naïades de ces bosquets métamorphosés en promenades publiques. Revenons à Montoux. La troupe joyeuse, après avoir parcouru les sentiers rapidement rocailleux du sommet de Montoux, fit une pause sur l’herbe. Je restai au sommet ; un jeune homme s’était détaché de la troupe, vint me rejoindre. Je lui fis observer l’ensemble et l’activité d’une petite république, c’était une fourmilière dont les citoyens travaillaient pour le bien public. Nous dérangeâmes le sommet de la petite proéminence de la république fourmilière. De suite l’alarme fut générale dans tout le chantier. Il n’y a nul doute que ces êtres, tout imparfaits qu’ils sont, ont la faculté de s’entendre, car les fourmis placées sur les bords de leur cité parurent aussi alarmées que celles qui avaient été les témoins oculaires du dégât causé à leur ville par le revirement de leur terrain sur trois centimètres de diamètre. Le jeune homme fumait, je lui conseillai de lâcher quelques bouffées de tabac sur la peuplade en émoi. La fumée fit disparaître toute cette peuplade qui s’empressa de se retirer dans ses retraites les plus profondes. Un instant d’après la terreur parut dissipée car loin d’être asphyxiées les fourmis réapparurent sur la surface de leur cité ; une nouvelle bouffée de tabac les fit encore disparaître. L’ouvrier liseur de dessin comprit combien étaient douces et variées les distractions qu’on se procure par l’observation de la nature. Il me témoigna désirer trouver un compagnon de courses champêtres, pour se livrer chaque dimanche à de pareils ébats. Il parut surpris quand je lui répondis qu’il devait essayer seul de parcourir les lieux les plus isolés : alors on jouit mieux encore des sensations qu’inspire la nature.

10La troupe se lève, elle remonte sur le sommet de Montoux, nous délivrons la fourmilière de notre présence et marchons dans la direction du mont Cindre. Arrivés sur le plateau, naguère une solitude maintenant peuplée de plusieurs restaurants, nous sommes bientôt près de l’ermitage connu de tous les Lyonnais. Le frère ermite me reconnaît, il me tend les mains, s’informe de ma santé et, fier d’être le bienvenu de l’anachorète moderne, j’engage la troupe à accepter l’offre du solitaire à visiter son intérieur. Familier avec ce curieux et humble local, je suis resté à la porte avec l’ermite jusqu’au retour de la troupe joyeuse.

11Nous descendons la pente rapide du Mont Cindre, c’est-à-dire la partie sud de la montagne, et cheminons sur des chemins clos de hautes dalles de pierres coquillères entremêlées d’aubépines. Nous arrivons au chemin de Saint-Cyr à Poleymieux, c’est-à-dire au gîte où nous attendait un dîner copieux et surtout la rare amabilité du docteur Blacheyre. La table était improvisée au milieu de la cour en vue du jardin. Le docteur me fit une réception des plus flatteuses, il me témoigna être enchanté de l’honneur de faire ma connaissance, ayant entendu parler de moi depuis longtemps, et me pria de l’aller voir en son nouveau domicile à la Croix-Rousse, grande rue de Cuire 27, de 3 à 5 et le soir.

12Quelle gaîté ! Quelle aménité ! Le maître d’atelier de lisage et le docteur médecin me parurent liés de cette amitié qu’on ne rencontre rarement ailleurs que dans les romans. Pour mon compte, je me sentais si bien à mon aise que je me crus en compagnie de vieilles connaissances, je me laissai aller à une causerie sur les vieilles campagnes, je narrai des faits avec un plaisir égal à celui qu’on paraissait éprouver à m’entendre.

13Le crépuscule fut le signal de la retraite et nous retournâmes à Lyon, non sans continuer notre causerie amicale, et nous nous sommes séparés en renouvelant la promesse de nous revoir. (378 : 263-311)

Notes de bas de page

1 Simon Saint-Jean, l’un des principaux membres de l’École lyonnaise de peinture.

2 Le biscaïen était un gros mousquet.

3 Jean Passeron, littérateur et poète lyonnais, auteur de plusieurs mémoires historiques sur la révolution française à Lyon.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.