Version classiqueVersion mobile

Le Solitaire du ravin

 | 
Ludovic Frobert
, 
George Joseph Sheridan

Ateliers et démocratie

Chapitre 8

Enquêtes et contre-enquêtes

Texte intégral

« Ce que c’est que d’être canut ! »
Lettre de Pierre Charnier à Pavy, 23 septembre 1849.

  • 1 L’Excommunié, 24 avril 1869.
  • 2 Ibid., 1er mai 1869.
  • 3 L’Arrière-garde, 21 août 1869.

1En 1869, Pierre Charnier fut l’un des protagonistes d’un feuilleton présenté simultanément dans le journal des libres-penseurs lyonnais, L’Excommunié, et dans le journal L’Arrière-garde. Le feuilleton s’intitulait Le diable de Margnole et se proposait de faire le « véritable récit historique »1 d’un épisode lyonnais qui s’était déroulé au temps des ateliers-communautés peu avant février 1848. À la maison Providence, un atelier tenu par Melle Denis, rue de Margnole, de jeunes pensionnaires étaient visitées et tourmentées la nuit par un diable cornu. L’affaire avait été jugée au tribunal correctionnel de Lyon, en décembre 1847, et l’on conclut à une supercherie non sans relents scabreux mettant en cause un proche parent de Melle Denis ; dans le contexte de l’époque marqué par la stigmatisation du comportement de l’Église accusée de protéger les communautés, l’affaire avait bien sûr fait grand bruit. Charnier prud’homme tisseur avait été mandaté avec l’un de ses collègues par le conseil pour enquêter sur cette affaire ; il s’était présenté à l’atelier Providence, avait observé, écouté, récolté, évalué puis tiré ses propres conclusions. Dans une lettre à Charles Depouilly, il écrivait en novembre 1847 que « les diableries de la rue de Margnole » allaient être jugées et qu’il était témoin à charge (376 : 484-485). Son témoignage lors du procès allait effectivement conduire à la conclusion de l’affaire et à la condamnation de l’atelier-communauté. Charnier aurait alors été sans doute heureux de lire vingt ans plus tard la façon dont son intervention était racontée, embellie, dans le feuilleton du Diable de Margnole ; ainsi l’épisode de son arrivée à la maison Providence, où la Delle Denis lui refusa l’entrée, arguant que « les affaires du diable ne regardent pas les prud’hommes, mais Monsieur le curé », Charnier lui répondant que par bonheur, eux, prud’hommes, étaient « les prêtres de l’industrie »2 ou encore que « le syndic des prud’hommes [était] l’archevêque de la soierie et [qu’ils étaient] ses grands prêtres »3.

  • 4 D. Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête” au xixe siècle », Romantisme, n° 149, 2010, p. 3-23.

2Cet épisode judiciaire permet de signaler la grande familiarité de Charnier avec le registre de l’enquête en plein essor dans ce premier xixe siècle4. L’enquête, les investigations, les expertises étaient au cœur de son travail hebdomadaire de prud’homme. Sa pratique de juge s’appuyait sur un vaste ensemble de savoirs artisanaux, de savoirs de métier. Elle était guidée par l’expérience des usages de la profession et la recherche de l’équité dans les jugements, et elle sollicitait également la publicité et l’échange des opinions. Enfin, ce travail prenait sens à la lumière de l’activité de la Fabrique, et il fallait que le jugement permette d’agir en renouant continûment les dialogues fragiles entre négociants et chefs d’atelier, entre chefs d’atelier et compagnons ou apprentis, et ce afin de perpétuer leurs collaborations. Parallèlement à cette pratique du terrain, Charnier menait en amont une réflexion méthodologique sur le registre de l’enquête, sa fonction informative et critique au sein des transactions politiques et économiques qui se développaient alors dans la Fabrique et sur la place de Lyon : « L’enquête, écrivait-il, est sans contredit la plus juste de toutes les demandes… Mais a-t-on bien réfléchi sur l’importance de l’enquête ? Malgré qu’elle soit de toute justice, elle n’en est pas moins difficile à obtenir » (379 : 668), tant, soulignait-il encore, pensée et réalisée comme une véritable consultation, elle pouvait conduire à mettre en péril les vérités des « autorités » établies.

  • 5 D. Kalifa, art. cité ; voir également J. Lyon-Caen, « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en te (...)
  • 6 D. Kalifa, art. cité, p. 7.
  • 7 Pierre Leroux, « Lettre de Lyon (1831) », reproduite dans Anthologie de Pierre Leroux, B. Viard éd. (...)
  • 8 L. Faucher, « Jacquard », Revue du Lyonnais, vol. I, 1835, p. 52-57.

3Sa connaissance intime du terrain de la Fabrique, son rôle de porte-parole des canuts après Novembre 1831, sa présence en 1834 devant la Cour des pairs mirent également Charnier rapidement en contact avec les enquêteurs sociaux engagés dans la tentative de résolution de l’énigme majeure d’un monde social perçu comme opaque, illisible, donc incontrôlable. Hygiénistes, économistes, statisticiens, mais aussi hommes de lettres, philanthropes, voyageurs ou journalistes étaient impliqués dans l’affaire et prétendaient, d’une position en surplomb, découvrir cette réalité voilée, repérer les types et les catégories, classer les genres5. Parfois proches des caractéristiques des enquêtes judiciaires, les attentes des grandes enquêtes sociales différaient souvent car, héritières des sciences camérales, elles relevaient plutôt des « logiques de l’inventaire, de la compilation ou du remplissage mécanique de questionnaires standardisés »6. La volonté de catégoriser et de dégager des types s’appliqua au cas de Lyon, de ses ateliers et de ses canuts. Lyon, ville mercantile, laide et laborieuse que l’on comparait à Paris, abritait une population de « pauvres salariés pour qui la vie n’est qu’un long travail mécanique », écrivait Pierre Leroux au printemps 1831 ; une vie « sans poésie, sans vie, sans amour », « stupide » et « morne », menée par une population dont l’apôtre saint-simonien relevait les « difformités »7. Quelques années plus tard, Léon Faucher décrira les descendants d’une « race misérable et abâtardie », véritable « race de crétins »8, alors qu’au lendemain de 1848, Lamartine, on l’a déjà souligné, allait évoquer cette « tribu de parias européens, appelée canuts » : la description qu’en proposait le poète républicain était au demeurant la suivante :

  • 9 A. de Lamartine, Jacquard, Paris, Lévy, 1864, p. 9 et 20-21.

Toute cette famille porte dans ses attitudes et dans ses traits l’empreinte de la profession sédentaire, renfermée, immobile ou torturée qui l’emprisonne dans ces cellules du travail : la taille courte, les jambes cagneuses, les genoux gros, les pieds longs, les épaules hautes, la poitrine rentrée, les bras grêles, les doigts maigres, les joues creuses, le teint hâve, les yeux ternes. La physionomie douce, mais sans virilité dans l’homme, sans attrait dans la femme, semble avoir contracté dans la monotonie et dans la réclusion de l’état une sorte de stupeur mécanique pétrifiée sur le visage.9

4Ces caractères étaient associés au système de la manufacture dispersée, « vaste geôle du travail, dont on n’aperçoit pas les geôliers » (Lamartine), un système dont le canut n’était que le « ressort, le moteur » (Leroux). Et en définitive, c’était bien toute une ville qui était en procès. Mettant dans le même sac les tisseurs et les négociants de Lyon, Stendhal pouvait écrire dans ses Mémoires d’un touriste :

  • 10 Stendhal, Mémoires d’un touriste, Paris, Lévy, 1854 (nouvelle édition), p. 109.

Tout ce que le petit commerce, qui exige surtout de la patience, une attention continue aux détails, l’habitude de dépenser moins qu’on ne gagne et la crainte de tout ce qui est extraordinaire peut produire de niaiserie égoïste, de petitesse et d’aigreur dissimulée par la crainte de ne pas gagner me semble résumé par le mot canut10.

5Pierre Charnier fut donc en contact avec ces discours et avec nombre de ces enquêteurs et voyageurs. De toutes parts, on le consulta. Son rôle de simple source destinée à informer des interprètes socialement et intellectuellement autorisés ne pouvait toutefois lui convenir qu’un temps ; un temps d’autant plus limité qu’il s’aperçut dans certains cas que nombre de ces observateurs officiels n’étaient là ni pour voir, ni pour entendre mais plutôt pour broder sur la réalité des terribles canuts de Lyon. Une broderie dont lui, prud’homme tisseur, pouvait juger les motifs bien trop grossiers. Il tenta donc d’informer, d’indiquer et de mutualiser ce qu’il savait de par son expérience au quotidien ; s’il répondit aux questions, ce fut aussi pour proposer nombre de bémols, suggestions, rectifications et, plus largement, une interprétation différente de la réalité lyonnaise. Son objectif demeurait l’amélioration et la transformation de la situation présente à Lyon et dans la Fabrique, et il suspendait cette possibilité d’amélioration à la construction d’une connaissance partagée, fruit de la division des compétences entre ces savants et lettrés observateurs et lui, prud’homme tisseur.

6Son engagement sur les registres de l’enquête fut donc profondément politique. Charnier revendiquait hautement la responsabilité et la qualification d’enquêteur de la Fabrique et, plus amplement, d’une cité industrielle comme Lyon. Ce qu’il voulait voir reconnu était l’identité de la communauté des tisseurs ainsi que, en arrière-plan, son rôle personnel en tant que représentant éclairé des intérêts et des valeurs de cette communauté. Son exigence de justice dépassait le simple cadre des institutions et règles de fonctionnement équitable de la Fabrique pour se porter sur le chapitre de la reconnaissance que les observateurs sociaux devaient à cette communauté des canuts. C’était cette identité que Charnier tentait de communiquer dans ses différentes réponses aux enquêtes, avec l’exigence impérative de voir reconnues par les publicistes, journalistes, enquêteurs lettrés et cultivés non seulement l’efficacité, mais aussi la dignité morale et la responsabilité politique du monde des ateliers. Dans cette quête de reconnaissance, il croisa toutefois des observateurs plus ou moins attentionnés et réceptifs au message qu’il tentait de leur délivrer.

Un correspondant des républicains

  • 11 Michel Chevalier, À Lyon, Paris, Duverger, 1832.

7Après Novembre 1831, l’attention générale se porta sur Lyon. Michel Chevalier, jeune capacité saint-simonienne montante et ambitieuse, écrivait alors, enthousiaste : « Allons vers Lyon, le géant des travailleurs »11 ; mais nombre de commentateurs étaient moins optimistes et se tournèrent vers cette cité car c’était là que semblait se poser au plus haut point l’énigme de la croissance simultanée de l’industrie et du paupérisme. Charnier, dont on connaissait la mission à Paris en décembre 1831, ses contacts avec les républicains, les saint-simoniens et les démarches entreprises auprès du gouvernement de Casimir Périer, et qui, à Lyon, faisait paraître des articles comme prud’homme dans L’Écho de la fabrique fut sollicité comme témoin et source d’information.

  • 12 Voir le Report from the Select Committee on the Silk Trade with Minutes of Evidence, Appendix and I (...)

8Au printemps 1832, John Bowring, disciple de Jeremy Bentham, fut chargé d’une enquête commerciale par le gouvernement anglais. Balayée par la concurrence et les conséquences de la dérégulation engagée depuis l’abolition des Spitafields Acts entre 1824 et 1826, l’industrie de la soie anglaise cherchait des réponses à son déclin brutal. Bowring voyagea dans les principaux lieux de production, s’arrêtant à Lyon en mai 1832. Là, il découvrit et tenta d’interpréter dans le langage des économistes libéraux une réalité lyonnaise associant une large ouverture à la concurrence extérieure à une politique économique volontariste menée par la municipalité et les acteurs de la Fabrique et ayant conduit à développer des institutions et des formes de régulation conjointes, à la chambre de commerce, dans les écoles d’application et au conseil des prud’hommes. À Lyon, Bowring discuta avec des négociants, Arlès-Dufour notamment, et avec des chefs d’atelier. Ses deux principaux contacts furent Joachim Falconnet et Pierre Charnier. Il transmit deux lettres à ce dernier, demandant à le rencontrer et lui soumettant une liste de questions (376 : 231-235). Les réponses de Charnier (et celles de Falconnet) servirent ensuite à Bowring lors de sa déposition devant le comité chargé par le Parlement anglais d’étudier la question des soieries12.

9Quelques années plus tard, au lendemain de la seconde insurrection, alors que le mouvement républicain était décapité et le mutuellisme étroitement surveillé, Charnier fut sollicité par les hommes du Censeur et du Réparateur pour livrer des informations sur la Fabrique et collaborer à ces deux journaux. En juin 1834, Théodore de Seynes, qui préparait un article sur la Fabrique, envoya un questionnaire à Charnier lui demandant des informations sur les genres de fabrication, la répartition des salaires suivant les genres de fabrication, l’importance de l’émigration, les salaires moyens à différentes époques (1787, 1793… 1810… 1829), le mutuellisme et L’Écho de la fabrique (376 : 519). Un peu plus tard, Amédée Roussillac puis Michel-Ange Périer le sollicitaient pour les mêmes raisons, lui ouvrant également les pages du journal républicain modéré pour informer les lecteurs de l’évolution de la Caisse de prêt ou des séances des prud’hommes (376 : 546-547 et 548). En mai 1837, c’était Léon Favre, déjà en contact avec lui pour présenter ses projets de réformes, qui informait Charnier de son projet d’écrire un ouvrage général sur les tisseurs lyonnais. Il le mettait à contribution, lui demandant de le renseigner sur l’état de la soierie avant l’introduction des métiers Jacquard, l’histoire de l’implantation de ce type de métiers dans la Fabrique, l’évolution du nombre de métiers battant à Lyon, les différentes conjonctures traversées par cette industrie, l’origine et le fonctionnement du conseil des prud’hommes et du mouvement mutuelliste (376 : 331). Charnier répondit à Favre en soulignant l’importance de la mission historique qu’il s’était chargé de mener. L’histoire, expliquait-il à Favre, devait être perçue comme la principale « autorité conservatrice des faits destinée à tenir lieu d’expérience aux sages des générations futures » (380 : 244). L’enseignement conservateur de l’histoire devait permettre d’esquiver les utopies et autres illusions charriées par trop d’écrivains « enivrés de leur époque, [ayant] une aveugle tendance à se croire supérieurs en tout à leurs ancêtres, [qui] dénigrent le passé et vantent le présent souvent parce qu’ils n’ont pas fait partie des générations précédentes ». C’était ici le présentisme, l’utilitarisme et le progressisme incantatoire de la société libérale de Juillet, fermée notamment aux enseignements industriels et sociaux antérieurs à 1789, que Charnier mettait une nouvelle fois en procès. L’enseignement des faits passés permettait de retrouver quelques vérités morales qui devaient servir de base, en ce milieu des années 1830, aux tentatives de transformation sociale. Rappelant à Favre que « parmi les sciences positives, la morale est la première », il en détaillait ainsi le message :

En somme, quelle est cette science immense ? Elle se réduit pourtant en peu de mots prêchés par tous les cultes, connus de tout le monde : l’amour de Dieu et celui du prochain. De ce peu de mots découlent les devoirs de tous : le riche doit être bienfaisant, le pauvre résigné, l’artisan laborieux et économe, l’artiste ingénieux, le soldat obéissant et courageux, le juge impartial, l’historien véridique. (380 : 244)

10Charnier se proposait donc de « fournir des matériaux » à l’historien Favre. Mais le ton de leur échange, ses réflexions sur l’histoire et la morale, le positionnaient comme un véritable collaborateur, coauteur de cette histoire dont Favre était le copiste. Charnier lui rappelait d’abord qu’il avait été l’un des principaux acteurs des événements que se proposait de relater Favre :

Je crois que servir l’histoire c’est servir la vérité qui doit être un enseignement profitable. Je ne ferai pas de la coquetterie littéraire et rigoriste ; loin de m’affubler de la moindre parcelle d’ornement, je ferai tous mes efforts pour me mettre à nu chaque fois que je prendrai la plume pour vous écrire l’histoire du mutuellisme où nécessairement je serai obligé de parler de moi, et ce ne sera pas sans avoir étudié l’art de se connaître soi-même. J’emploierai tous mes efforts pour retracer ma conduite comme s’il s’agissait de celle d’un autre. Vous voudrez bien m’excuser quand je m’applaudirai. Je compte sur votre sévérité d’historien pour retrancher un luxe involontaire dans cette circonstance. Veuillez croire que ce sera ma vraie conviction et s’il y a vanité, il y aura vérité. Je préfère vous montrer mon for intérieur tel qu’il est que de vous cacher la lèpre dont il peut être couvert. S’il y a erreur, il n’y aura pas entêtement d’idées fixes : quand on est prêt à revenir d’une erreur, l’on n’est qu’à demi-blâmable. Pour mon principe politique c’est là où je me ferai aussi un rigoureux devoir de ne rien vous sceller. (380 : 244)

11Par ailleurs, Charnier expliquait à Favre qu’il comptait terminer ses lettres en lui proposant un « salmigondis à titre de post-scriptum », ensemble de « notes historiques » et statistiques qu’il prenait l’initiative de soumettre à l’historien pour l’aider dans la construction de son travail. Il élargissait donc nettement son rôle de simple témoin et orientait Favre vers une histoire large et compréhensive de l’ouvrier en soierie lyonnais, une histoire intégrant morale, politique, économie mais aussi géographie, urbanisme et culture. En mars 1838, il griffonna quelques notes générales peut-être transmises à Favre, dans lesquelles étaient résumées ses opinions économiques :

  1. ° La liberté industrielle s’oppose au tarif.

  2. ° La liberté illimitée en matière industrielle passe à l’état de licence de même que la liberté politique qui serait sans bornes.

  3. ° Il faut assigner de justes bornes à la liberté de l’industrie de manière à garantir les classes subalternes contre l’exigence des classes supérieures. (380 : 248)

Le témoin officiel

12Dans les années 1840, Charnier devint un témoin officiel, un correspondant privilégié concernant l’état de la Fabrique. On sait qu’il reçut le questionnaire de la grande enquête de 1848 sur la situation des classes ouvrières (377 : 130), qu’il participa aux réunions décidées par le président des prud’hommes, Arquillière (377 : 131-133), mais ses réponses, si elles existent, n’ont pas été conservées. En revanche, en 1841, il réceptionna le questionnaire lancé par Le Moniteur des conseils des prud ’hommes. Journal des industriels, des fabricants et des ouvriers de Napoléon Chaix dans le cadre des enquêtes menées par les conseils généraux des manufactures. Ses réponses aux dix-sept questions traduisaient deux préoccupations centrales : la première était d’étendre et de consolider le rôle des prud’hommes. Répondant à la seconde question, qui portait sur la nécessité de confier la délivrance des livrets des compagnons au conseil des prud’hommes, il répondit par l’affirmative, faisant référence à l’expérience des règlements antérieurs à 1789 et soulignant : « Les prud’hommes sont aussi aptes que nos anciens maîtres-gardes à la délivrance de ces mêmes livrets puisqu’il n’y a que le nom de changé et des attributions semblables. » (380 : 260-262) Un brouillon lui avait permis de mieux rappeler ses propres arguments :

Les prud’hommes sont mieux que tous autres fonctionnaires aptes à la délivrance des livrets de compagnons. Mais pour cela il faudrait que la loi les investisse d’un pouvoir qui leur permettrait le rejet ou l’exécution du compagnonnage. Ce serait une mesure conservatrice qui ne permettrait pas d’être muni d’un titre sans avoir préalablement prouvé qu’on possède les connaissances voulues pour exercer telle profession. Un interrogatoire et des expériences exigées par les prud’hommes de leur art seraient la filière indispensable pour passer de l’apprentissage au compagnonnage tel que cela se pratique à l’égard de certains grades scientifiques et arts libéraux. Nous savons que ce serait ressusciter certaines mesures de l’ancien régime contre lequel un fanatisme nouveau se récrie d’une manière trop absolue ; en cela il ressemble à toutes les intolérances passionnées ; mais la raison et l’expérience arrivant, l’on s’aperçoit que certains fruits de l’ancienne administration méritent d’être greffés sur quelques branches de l’administration nouvelle. (380 : 258-259)

13Au fil des questions, Charnier suggérait aussi de donner un pouvoir plus étendu aux prud’hommes sur la réglementation de la durée nécessaire pour passer apprenti, compagnon et maître, ainsi que sur la durée d’exclusivité des brevets et des dessins ; il souhaitait aussi que les prud’hommes puissent mieux vérifier et sanctionner la moralité des maîtres auxquels étaient confiés les apprentis, que chaque conseil des prud’hommes soit limité à une seule profession et que soit renforcé le rôle législatif du président. Ses réponses au questionnaire révélaient également la montée, chez lui, des préoccupations morales liées à ses nouveaux engagements religieux et à ses amitiés légitimistes en ce tournant des années 1840. Répondant sur la moralité des apprentis, il signalait la montée d’un « esprit de licence » et recommandait « qu’on exige des maîtres qu’ils soient chargés de faire observer à leurs élèves les devoirs de leur culte ; c’est le meilleur moyen de préserver ces jeunes gens des habitudes de l’estaminet qui est la source d’autres défauts » (380 : 260-262). Pour moraliser et instruire la classe des tisseurs, il préconisait de « forts impôts sur les théâtres et les estaminets », dont les recettes financeraient des professeurs d’arts et métiers, mais surtout « des professeurs de morale industrielle, qui ne seraient rien de moins que l’évangile déguisé pour les pauvres esprits forts qui croient se donner des airs savants par des vociférations contre le culte de leurs pères » (380 : 260-262).

14L’ancrage légitimiste de Charnier explique, un peu plus tard, ses échanges avec le vicomte Gabriel Dubouchage. Ce dernier, Pair de France et ultra-royaliste, avait interpellé le régime de Juillet à de multiples reprises sur le terrain social. Au lendemain des troubles de Rive-de-Gier (en avril 1844, la troupe avait tiré sur les ouvriers coalisés contre les terribles conditions de travail dans les mines), le vicomte prononça un discours retentissant à la Chambre haute. Il s’étonnait qu’en une ère de progrès et de Lumières inaugurée par 1789,

toutes ces individualités (les ouvriers), tous ces millions d’êtres [n’aient] pas en France la faculté légale d’avoir des associations d’état et de métier, qui se nomment des syndics pour produire leurs réclamations, et des prud’hommes pour les juger… Il y a nécessité pour chaque état, pour chaque métier, pour chaque profession, d’avoir légalement des associations se nommant des syndics et des prud’hommes.

15Il relevait que l’Assemblée constituante avait eu le tort de faire disparaître toutes les « institutions sociales » permettant de réglementer une liberté sans bornes, meurtrière pour les travailleurs, et il ajoutait :

  • 13 Discours reproduit dans le journal L’Atelier, mai 1844, p. 119.

Mais ces institutions, sauf les abus qu’il fallait réformer, étaient la sauvegarde des travailleurs ; c’étaient leurs chartes à eux ; et aujourd’hui, dans leur isolement, dans leur individualisme, en l’absence de toute protection égale, livrés à une concurrence effrénée après une attente d’un demi-siècle, ils réclament à grands cris des institutions qui les arrachent à l’arbitraire des exploitants, et leur assurent ce droit au travail que la société est tenue de leur garantir avec un salaire suffisant. Sans nul doute, il faut faire des institutions suivant les mœurs de notre époque ; il ne faut songer ni aux jurandes ni aux maîtrises ; ce qui n’empêche pas de régler au plus tôt une liberté qui dégénère en licence et en attroupements réputés séditieux.13

16Dubouchage, qui expliquait encore qu’il fallait « la religion pour fondement de l’édifice social ; le droit en tout et pour tous », fut en correspondance avec Pierre Charnier en 1844. Le tisseur lui livra des renseignements sur les prud’hommes, lui rappelant par exemple que « les premiers prud’hommes furent des chefs de confréries religieuses » (376 : 375), et le conseilla pour la création de prud’hommes à Annecy. Lorsqu’un peu plus tard, Dubouchage s’éleva contre la levée des prohibitions sur les soies chinoises en signalant le caractère funeste de cette libéralisation du commerce pour les tisseurs de Lyon, les ouvriers lyonnais voulurent lui transmettre une adresse. Charnier rédigea une proposition qui circula parmi ses collègues prud’hommes et dans les cercles légitimistes lyonnais. Si l’adresse de Charnier mentionnait l’importance d’une réglementation des importations chinoises, elle reprenait surtout les passages du discours de Dubouchage où celui-ci dénonçait violemment « la concurrence au-dedans », une « liberté du commerce favorable à quelques-uns » et la « cupidité de ces commissionnaires avides qui, ne reconnaissant d’autres patries que leur coffre-fort, qui n’ont nul souci des souffrances de leurs concitoyens, s’en vont spéculant au grand détriment du manufacturier, de l’artisan » (376 : 387). Charnier regrettait également que son adresse n’ait pas plus développé les propositions sur « les syndicats et les conseils de prud’hommes » (376 : 378). Un échange avec l’un de ses collègues prud’hommes, Gand, lui permit de livrer l’une des expressions les plus nettes de sa pensée politique : s’il avait loué Dubouchage, expliquait-il, c’était en raison du caractère équitable de sa défense de tous les types de propriété, y compris celle du travail. Il poursuivait, réglant ses comptes avec les élites de Juillet :

Parmi ceux qui feraient de l’opposition absolutiste, il n’y aurait que les hypocrites du libéralisme qui nous ont braillé liberté, égalité, presse, élection, association, enfin, pour m’exprimer à mon aise, promis plus du beurre que du fromage. Aujourd’hui ces gros messieurs croient faire de l’ordre public selon leur bon plaisir. L’esprit de méfiance les aveugle. Figurez-vous un douanier ci-devant contrebandier, un agent de police ci-devant voleur. Vous avez de suite l’image, le portrait fidèle d’un conservateur ci-devant conspirateur. Or, que s’en suit-il ? Ces gens ont peur, ils sont toujours essentiellement dominés par l’aspect d’un fantôme au moindre souvenir de leurs antécédents. Quand je dis un fantôme, c’est une armée de fantômes. (376 : 379)

17Charnier signalait alors à son correspondant que ces libéraux de la veille, terrorisés par le fantôme omniprésent de l’insurrection, avaient éradiqué les libertés conquises en 1830 : presse, discussion, réunion, jury… Une réaction était donc nécessaire face à cette régression. Charnier précisait ici :

Nous, peuple soit-disant souverain de par la grâce des grands prometteurs de dignité, nous déclarons hautement qu’en entendant réclamer nos droits, la vengeance ne fait nullement partie de ces mêmes droits, qu’en conséquence, nous ne voulons ni ne pouvons porter ni fer, ni feu, ni pavés contre les bataillons et les canons du pouvoir, mais triompher par la discussion appuyée sur la légalité. Enfin nous voulons et prétendons user de pleine et entière amnistie sans nous borner à nous abstenir de toute punition quelconque envers nos supérieurs, les autorités constituées, qui sont nos sujets puisque la plupart nous ont proclamé peuple souverain, mais nous voulons encore étendre les faveurs de notre souveraineté en les priant, après le triomphe de notre cause, de vouloir bien accepter les témoignages de notre reconnaissance, nous dirons même de notre admiration et notre très humble subordination [en marge : constitutionnelle bien entendu] car nous reconnaissons qu’il est impossible de gouverner un peuple souverain qui ne se soumettrait à aucune discipline envers ses sujets, les autorités. En résumé, qu’est-ce que les travailleurs exigent ? Le droit d’élire leurs juges, c’est-à-dire augmenter le nombre de Français liés par le serment de fidélité au roi, à la Charte et aux lois du royaume. (376 : 379).

18Lorsqu’au printemps 1846, le vicomte Dubouchage projeta, avec Joseph Morand, la publication de L’Enquête sociale, ou Examen raisonné de la civilisation ancienne et moderne sous le rapport de l’organisation du travail, de l’enseignement et de l’administration, un périodique finalement publié de mai 1846 à l’été 1847, il pris contact avec Pierre Charnier. Annotant le prospectus, Charnier signalait en effet à la rubrique « Questions sociales » : « ce sera mon domaine de correspondance » (376 : 391).

  • 14 Charnier note ici : « Une espèce de monomanie anti-religieuse a gagné beaucoup d’esprits faibles qu (...)

19Durant l’été 1845, ce fut le comte Alexandre Grigorievitch Stroganov, ancien ministre de l’Intérieur de la Russie impériale et gouverneur de plusieurs provinces, qui visita Lyon, soucieux de rassembler des informations sur son industrie et ses institutions de bienfaisance et de charité. Il fut immédiatement adressé à Charnier, auquel il transmit une longue liste de questions. Charnier le renseigna sur le budget du tisseur lyonnais, la durée du travail, le système des patentes, la Caisse d’épargne, le dispensaire et le bureau de charité ou encore les rapports ambigus du peuple tisseur à la religion catholique14. Là encore, certaines de ses réponses traduisaient plus directement ses opinions et la volonté qu’il avait d’agir en formulant ses propres options. Répondant par la négative à une question du comte portant sur l’existence de prud’hommes compagnons, Charnier ajouta :

S’il ne tenait qu’à moi j’en admettrais, voici comment : j’exigerais que les compagnons électeurs aient au moins cinq années de compagnonnage, qu’ils soient âgés de 25 ans et qu’ils n’aient travaillé que dans un petit nombre d’ateliers, deux le plus par an, ce qui ferait l’esprit de bonne harmonie et de stabilité dont on a grand besoin. (380 : 301-314)

20Car Charnier soulignait aussi l’incroyable proportion des conciliations réussies dans le cadre des prud’hommes : « Sur 3 500 causes l’année dernière il n’y eut que 35 causes non conciliées. » De même, il s’insurgeait contre les descriptions totalement fausses véhiculées par de pseudo-observateurs sur l’état physique des tisseurs. Naturellement, il reconnaissait le caractère nuisible d’un travail trop sédentaire, mais l’observation devait être largement nuancée et il ajoutait à l’adresse du comte : « D’ailleurs, vous avez vu les tisseurs de près, vous pouvez vous convaincre de l’exagération de plusieurs écrivains qui ont répété des absurdités sans rien voir » (380 : 301-314). En marge des questions, il répétait une nouvelle fois son credo politique :

J’ajoute à mes réponses une observation sur nos anciens règlements d’arts et métiers anéantis par le vandalisme législatif de 89. Nous avions le droit d’élire non seulement des prud’hommes qui ne sont que juges mais des maîtres-gardes qui étaient à la fois juges et législateurs ; eux seuls dictaient les lois spéciales de leur profession. Voilà la preuve que les artisans des villes ont beaucoup plus perdu que gagné à la révolution. (380 : 301-314)

  • 15 « La bienfaisance lyonnaise est une armée régulièrement organisée qui combat sans relâche contre le (...)

21Toutefois, Charnier ne faisait pas que renseigner le comte Stroganov sur les canuts, la Fabrique, les tissus et la production. Avant de répondre aux vingt-six questions « industrielles », une grande partie de sa lettre constituait une défense de la ville de Lyon. Ce n’était pas une simple « cité industrielle », expliquait-il, « elle est encore éminemment morale, scientifique et artistique et au besoin guerrière ». Il rappelait les épisodes de 1793, 1831, 1834, témoignant de l’identité politique de la ville, détaillait les académies, écoles, facultés, sociétés savantes, bibliothèques et musées faisant de la cité une « ville scientifique et artistique », ajoutait encore, en énumérant les institutions et les congrégations religieuses, que « Lyon est une école de saine morale »15. Mais surtout, Charnier exhibait une culture, la sienne mais aussi, au-delà, la culture historique, géographique, culturelle d’une ville d’artisans-artistes :

  • 16 Référence ici à Claude-François Ménestrier, Histoire civile et consulaire de Lyon (1696), Claude de (...)
  • 17 Abbé Pernetti, Les Lyonnais dignes de mémoire (1757).
  • 18 Entrées solennelles des Rois de France à Lyon (1548).
  • 19 Jean-Emmanuel Gilibert, Histoire des plantes d’Europe (1800).
  • 20 Giovanni Battista Balbis, Flore lyonnaise (1827-1828).
  • 21 En 1849 allait paraître, de Aimé Drian, Minéralogie et pétralogie des environs de Lyon (1849).

Je termine en indiquant les principaux historiens de Lyon : le Père Ménestrier, Rubys, Paradin, Poullin de Lumina16, les Lyonnais dignes de mémoire17 ; gardons-nous d’oublier les Entrées solennelles des rois de France18, les anciens statuts et règlements d’artisans et métiers, voilà sans compter les autres que je ne connais pas. Des ouvrages dignes de toutes les bibliothèques des capitales d’Europe. Alors Lyon cesserait d’être réputée purement ville industrielle, alors [illisible] voudront connaître nos environs dont je vous ai montré un échantillon du pittoresque que le Dr Gilibert (fondateur de notre jardin botanique et de celui de Wilna) compare avec raison à un jardin botanique formé par la nature à cause de la diversité d’exposition et de sol ; ici c’est un marais parfois à peu de distance [illisible] ; ailleurs des bosquets de fraîches vallées, de sombres forêts de chênes, hêtres et sapins, enfin le mont Pilat qui produit la végétation des plaines de la [illisible] ; et pour compléter ces contrastes divers, les coteaux brûlants où nous récoltons quelques plantes méridionales. Pour avoir des données étendues sur la superficie de notre sol, il faut consulter l’Histoire des plantes d’Europe par Gilibert19, la Flore de Balbis20 calquée sur la méthode naturelle de Decandolle ; bientôt nous aurons géologie et minéralogie du bassin du Rhône21 ; alors on connaîtra l’importance de l’histoire naturelle de Lyon, digne de son histoire religieuse, civile, militaire, industrielle.

22Car les deux aspects étaient liés. Si Lyon était, en ce premier xixe siècle, « une des premières villes du globe », expliquait Charnier à Stroganov, une ville en évolution sur le plan tant culturel que scientifique ou artistique, c’était désormais aussi, principalement peut-être, en raison de la vitalité de l’activité de la Fabrique. Intégrant au « tableau de Lyon » la Fabrique des tissus « organisée sur des bases formidables », Charnier notait :

Le temps aussi bien que la situation géographique y ont contribué, les maîtres fabricants et les artisans y sont stimulés par l’amour du travail, les artistes sortent d’une école de peinture qui pour la fleur est une des premières du monde, les tisseurs s’éclairent par un système d’enseignements mutuels indispensable dans une profession où il y a toujours à apprendre à cause de la continuelle succession de nouveautés ; plus, nous avons une mine de bras, la jeunesse de nos compagnons.
Un rayon très étendu afflue dans nos villes, non seulement pour entretenir la population mais l’accroître au besoin, voilà les conditions qui font de Lyon une des premières villes du globe. (380 : 314)

Audiganne

  • 22 A. Audiganne, « Du mouvement intellectuel parmi les populations ouvrières. Les ouvriers de Lyon », (...)

23En 1845, répondant à une question du comte Stroganov sur l’instruction moyenne des tisseurs, Charnier avait répondu : « L’ouvrier avantagé d’une instruction élémentaire n’est guère plus avantagé que celui qui est complètement illettré, il est même des caractères qui n’en sont que plus malheureux, l’instruction ne donne guère de résignation au sort d’artisan. J’ai vu plus souvent le contraire. » (380 : 301-314) La réponse traduisait en grande partie le sentiment intime de Charnier, une traduction de son propre vécu. Sept ans plus tard, il fut contacté par Armand Audiganne, engagé dans des enquêtes et voyages qui allaient le conduire à la publication de son ouvrage : Les populations ouvrières et les industries de la France (1854). Charnier et Audiganne se rencontrèrent pour évoquer Lyon, les tisseurs et la Fabrique, et l’ancien directeur de la Statistique industrielle sollicita par la suite le prud’homme pour lui livrer par écrit d’autres informations plus précises sur le tarif de 1831, la Caisse de prêt et le piquage d’once. En août 1852, Audiganne publia dans la Revue des Deux Mondes les résultats de ses investigations sur Lyon. La lecture de cet article, du « tableau vivant »22 que se vantait d’avoir proposé Audiganne, constitua une terrible déception pour Charnier qui, à un collègue tisseur, allait finalement avouer : « La résignation au mépris est la première science morale de l’ouvrier » (380 : 346).

24Charnier marqua les passages les plus scandaleux à ses yeux d’un article où Audiganne évoquait les tisseurs lyonnais comme des « masses égarées » d’une ancienne « race inoffensive et incapable d’une grande énergie », devenue bêtement arrogante et hautaine, facilement instrumentée par les révolutionnaires de tous bords. Une race voulant par exemple maladroitement singer dans ses tenues, ses attitudes, ses valeurs la classe bourgeoise, mais handicapée de façon rédhibitoire par son métier manuel, « une besogne […] presque toujours purement machinale » (p. 520). C’est l’apparence de la réflexion et l’absence de toute maturité intellectuelle que se plaisait à dénoncer Audiganne :

Mais à l’instruction qui développe l’esprit n’a pas complètement répondu cette éducation du cœur qui guide l’homme dans la vie. Nulle part cependant elle ne serait plus nécessaire qu’à Lyon où la population laborieuse ne possède pas ce sens simple, droit, qui supplée parfois au défaut de culture intellectuelle et fait deviner les écueils. Elle s’entend peu, si on nous permet cette expression, à flairer l’erreur et le danger. Son imagination remuante, incapable de se fixer longtemps sur un même objet pour en considérer toutes les faces, l’empêche, la plupart du temps, de se forger une idée exacte des choses. Aussi, malgré leur goût pour l’indépendance, les travailleurs de la Fabrique lyonnaise ne pensent presque jamais par eux-mêmes ; ils ont absolument besoin de recevoir un thème tout fait, sauf à le broder ensuite avec leurs rêveries, comme la chaîne de leur tissu à l’aide de leur habile navette. Ils subissent donc aisément l’influence des idées et des passions d’autrui. Rien de plus facile que d’exploiter à leur insu cet état mental, qui n’est pas l’ignorance, mais l’absence de réflexion. (p. 519)

251831 fut alors une explosion sociale spontanée, résultat de l’incompréhension par les tisseurs des enjeux industriels et politiques modernes. L’insurrection constitua une victoire militaire des canuts mais, au lendemain des combats, la vacuité de leur projet était manifeste : « Le sentiment de l’impuissance la plus absolue éclate alors dans tous leurs actes. » (p. 523) Un épisode, selon Audiganne, attestait au plus haut point de cette absence totale de maturité chez les tisseurs :

Quelques délégués étaient venus à Paris avec mission de présenter au gouvernement les vœux des ouvriers. Les délégués, choisis parmi les chefs d’atelier les plus capables, furent reçus au ministère de l’Intérieur par M. Casimir Périer. Le ministre, comprenant bien qu’ils étaient un peu dépaysés dans son cabinet, essaya de les mettre à l’aise et porta tout de suite la conversation sur leur propre terrain, sur la situation même dont ils se plaignaient. Ses questions nettes ne laissaient point de place à la déclamation ; il aurait fallu des faits précis, des indications catégoriques. La députation, qui reflétait très fidèlement l’état d’esprit des ouvriers lyonnais, apportait au contraire l’expression d’un mécontentement vague, mais elle ne s’était point occupée des moyens de remédier aux inconvénients signalés, de concilier les exigences des tisseurs de soie avec les nécessités du commerce intérieur et extérieur. Le tarif qu’avaient proposé les délégués lyonnais n’était point à l’épreuve d’une discussion calme et un peu approfondie. Aussi les députés se retirèrent-ils sans avoir articulé une seule demande jugée acceptable par eux-mêmes. À peine sortis, ils se recueillirent, ils se demandèrent s’ils n’avaient rien oublié, et eux, qui arrivaient la veille l’âme remplie de leur mission, s’imaginant porter dans leur cerveau un monde de griefs, mis en contact soudain avec la réalité, furent contraints de s’avouer qu’ils n’avaient pas une proposition sérieuse à soumettre au gouvernement. (p. 524)

  • 23 « Dès que les ouvriers se furent lancés dans la carrière du désordre, ils cessèrent de s’appartenir (...)

26Cette première insurrection, spontanée et désordonnée, mit les canuts à la disposition des révolutionnaires qui en firent leurs pions en avril 1834 puis en mai 184923. Mais, notait Audiganne, tous ces combats constituèrent des erreurs, des contresens industriels et ils se soldèrent donc naturellement par des souffrances inutiles, des pertes et des coûts pour les tisseurs. Les réformes au présent, estimait l’enquêteur, devaient aller dans le sens d’une délocalisation dans les campagnes d’une partie des activités, dans l’étude des moyens de transformer le régime des ateliers pour le rapprocher du « régime de la grande industrie » (p. 536), dans le développement d’institutions de patronages sagement gérées par les élites politiques et économiques. Dans cet ensemble de transformations à prévoir, les tisseurs eux-mêmes avaient peu de propositions à soumettre, Audiganne ne faisant que mentionner leur souhait de voir supprimer les patentes. Le dernier paragraphe de son article expliquait alors :

Les ouvriers de Lyon, quand on les observe de près, au milieu de leur existence si précaire, avec leurs qualités et leurs défauts, sont en définitive bien loin d’inspirer la répulsion qui s’attache aux violences de leur histoire. Sous la lie plus ou moins épaisse dont les révolutions l’ont recouvert, le fond des âmes possède encore des qualités essentielles, très dignes de sympathie. S’il est impossible de condamner assez haut certains égarements du passé, nous n’hésitons pas à dire que, prise en masse, la population de la ville des soieries vaut mieux que sa triste renommée. Il ne serait ni juste, ni politique de la représenter comme atteinte d’un vice incurable et comme plongée dans les ténèbres que le rayon de la vérité ne peut pénétrer […]. Alors que certaines populations sont le plus égarées, elles ont besoin qu’on ne parle pas trop mal d’elles pour pouvoir se relever dans l’estime publique. En les abaissant à leurs propres yeux, on creuse de plus en plus le gouffre de leur dégradation morale. (p. 545)

  • 24 A. Audiganne, art. cité, p. 533 et 534.

27Commentant ce trait final de charité de la part d’Audiganne, Charnier notait : « Le dernier paragraphe est une cuillère d’eau bénite jetée sur le fond du caractère des ouvriers. Comme une excuse contrepoison. » (380 : 324-325) Charnier répondit à Audiganne en septembre 1852. Il le renseigna d’abord sur la Caisse de prêt ainsi que sur le piquage d’once. La question des fraudes lui permettait d’entamer la distinction, le « contraste moral » qu’avait observé Audiganne entre les négociants, « esprits très positifs et très réfléchis », et les tisseurs, « naturellement rêveurs et évaporés »24. Charnier décrivait une réalité bien différente qui, si elle ne dissimulait pas le piquage d’once commis souvent par nécessité par les tisseurs, soulevait d’autres fraudes, plus conséquentes et moralement plus condamnables de la part des négociants :

Ainsi, je crois qu’il y a des marchands-fabricants qui font une rude et obscure concurrence à leurs confrères par le piquage de ballots dont on estime les opérations annuelles à deux millions de francs. Je crois que d’autres gagnent annuellement des milliers de francs sur la différence hydrométrique qui existe entre la sortie et la rentrée de leurs matières données à fabriquer. Je crois que d’autres poussent le sans-gêne jusqu’à recevoir un échantillon à chaque pièce sans inscrire son poids au crédit des tisseurs. Tous ces petits moyens constituent divers genres de piquage d’once impunis. (380 : 334)

  • 25 « Espérons qu’ils s’adjoindront à un autre mutuellisme composé de chefs d’atelier aussi probes, aus (...)

28Évoquant encore « ces parasites vivant aux dépends de leurs victimes », Charnier signalait les situations de « piquage de salaire », certaines pièces étant payées au tisseur 15 ou 20 % en dessous de leur valeur, sous le motif fallacieux de malfaçon ; « je crois, ajoutait encore Charnier, qu’il y a par-ci, par-là une fourmilière d’abus rongeurs qu’on pourrait appeler la dîme perçue par certains industriels indignes de l’honorable qualité de négociant » (380 : 334). Il fallait donc, expliquait-il à Audiganne, que les négociants se regroupent, fonde un mutuellisme des marchands, prennent exemple sur les mutuellistes tisseurs qui avaient aussi pensé leur Société de garantie et d’indication comme un moyen de contrôler et de surveiller les chefs d’atelier négligents ou malhonnêtes ; et il fallait que les deux mutuellismes s’informent mutuellement et échangent pour éradiquer les fraudes25.

29Charnier revenait également sur l’épisode du tarif de 1831 et sur sa délégation à Paris pour noter l’invraisemblance du récit qu’en faisait Audiganne : « Tout ce narré n’est qu’un amas d’erreurs » (376 : 210-211), notait-il, relevant qu’il avait été seul à être reçu par Casimir Périer (Bernard étant rentré à Lyon), qu’il avait toujours été hostile au tarif, l’ayant dénoncé à ses collègues pour leur soumettre plutôt le projet général de réforme des abus, et qu’il avait engagé nombre de discussions fructueuses à Paris avec Michel Chevalier, de Corcelles, Jean-Paul Didier et d’autres autorités intellectuelles et morales encore. Dans un brouillon de réponse, il pouvait donc fustiger Audiganne pour le tableau qu’il avait brossé de sa députation à Paris en 1831 :

J’ai donc droit de penser que si vous eussiez été tant soit peu informé sur la manière dont je me suis acquitté de ma délégation auprès du ministère, vous n’auriez pas pu vous déterminer à me peindre d’une manière aussi grotesque dans votre tableau caricatural où je figure comme un peu dépaysé dans le cabinet du ministre, c’est-à-dire comme un niais.
Heureusement, je sens ma conscience et mon honneur à l’abri de tout reproche ; si au lieu d’être Charnier j’étais son défenseur, je saurais démontrer plus clairement que vous avez complètement erré. Je me contente de dire en souriant, c’est de l’histoire à la vapeur. (380 : 326-339)

30Audiganne fit une réponse qui fut sans doute loin de plaire à Charnier, lui expliquant qu’il avait basé son étude sur des « renseignements antérieurement recueillis et scrupuleusement contrôlés », que naturellement il prenait note des objections de Charnier mais regrettait « l’extrême laconisme » (380 : 343) des détails qu’il fournissait de sa députation en 1831. Amer, Charnier avoua à un confrère tisseur qu’il était autant heurté par le « mépris » d’Audiganne vis-à-vis de leurs droits qu’il l’était par son mépris vis-à-vis de leurs « personnes » à cause de leur profession (380 : 346) : « Nous pensons nous exprimer avec assez de clarté pour être compris par tous ceux qui ne ferment pas l’oreille volontairement », écrivait-il, blessé – « je voudrais que vous fussiez ministre, vous verriez quelle serait la gêne que j’éprouverais » – ; selon lui, Audiganne était « ennemi de la classe ouvrière », tant son comportement contraire à la morale et à la vérité enseignait à la classe des tisseurs à « mépriser ses chefs » (380 : 346). Écrivant à son confrère, il déclarait :

Il y a sur terre des calamités morales pour tous ; heureusement nous pouvons nous consoler en songeant que lorsque nous sommes injuriés, bafoués publiquement, c’est dans les jours d’abondance et de prospérité ; quand nous triomphons, alors c’est la stagnation commerciale et la misère.
Beaucoup m’ont témoigné leur désir de répondre à l’article de M.A. Audiganne inséré dans la Revue des Deux Mondes. Il y a des personnes à qui l’on ne peut répondre. (380 : 346)

Un modèle de l’enquête

31En 1853, Pierre Charnier fut sollicité par ses collègues prud’hommes chefs d’atelier pour rédiger puis transmettre une pétition à Louis-Napoléon Bonaparte. Les tisseurs réclamaient un conseil spécial pour la Fabrique ainsi que l’autorisation de constituer « un syndicat pour la police de [leur] immense industrie des tisseurs » (378 : 184-188). À Lyon, selon ces tisseurs, la chambre de commerce tenue par les notables prenait un contrôle croissant sur la « juridiction industrielle » de la ville et bloquait les revendications des ouvriers. Elle semblait surtout prendre un net ascendant sur le conseil des prud’hommes où, en outre, de nouveaux déséquilibres étaient apparus avec une réforme, en juin 1853, prévoyant la désignation par le pouvoir des présidents et vice-présidents ; et à Lyon, la présidence de Félix Bertrand était loin de satisfaire Charnier et ses collègues prud’hommes tisseurs. Ils interpellaient donc directement l’Empereur, lui demandant qu’une enquête soit menée, « une enquête sur les moyens de rendre au travail manuel la garantie dont il est privé en établissant l’équilibre des droits entre le commerce et le travail manuel ». Le souvenir du « travail » désastreux d’Audiganne était encore bien présent dans l’esprit des canuts : « Si une enquête était ordonnée par vous, Sire, ce ne serait plus une dérision comme la plupart des agents du ministère qui n’ont d’autres résultats qu’un pamphlet dans lequel les ouvriers sont ridiculisés, plus encore calomniés. » Et Charnier glissait quelques mots sur son propre modèle de l’enquête qu’il construisait en intégrant la nécessaire expression équilibrée des différents intérêts : « Pour qu’une enquête soit véridique, il faudrait que les délégués à nombre égal de maîtres fabricants et chefs d’atelier fussent entendus contradictoirement et procès-verbal à chaque séance signé par les exposants. » (378 : 184-188) Ajoutée en rouge, une note supplémentaire, intitulée « De l’enquête gouvernementale », lui permettait d’approfondir ses remarques sur le régime de l’enquête. Il constatait l’impossibilité pour la classe ouvrière, à l’époque, de faire entendre ses « réclamations » au gouvernement. Ni la pétition, ni la presse, ni la délégation ou députation n’avaient d’effets. Pour Charnier, cette censure des revendications ouvrières avait pour cause le déséquilibre de pouvoir économique croissant que permettait le régime économique moderne, institué par 1789 et mis systématiquement en application lors du régime de Juillet :

Si les divers gouvernements qui se sont succédé depuis la Révolution de 89 n’ont pas fait justice à la classe ouvrière, c’est que ses plaintes passent au laminoir du commerce qui les écrase avant d’être prises en considération par le gouvernement, qui ne statue qu’après enquête administrative. L’administration préfectorale, de son côté, ne fait son rapport au ministère qu’après enquête fournie par la chambre de commerce et le conseil des prud’hommes. Dès lors l’on comprend que les réclamations des ouvriers ne sont plus considérées comme étant admissibles si elles sont repoussées par ces deux corps constitués. (378 : 184-188)

32Le pouvoir croissant de la chambre de commerce, monopole des notables, les déséquilibres accentués au sein des prud’hommes entre négociants et chefs d’atelier approfondissait donc, en ce début des années 1850, un régime de déséquilibre des pouvoirs entre les acteurs de la Fabrique. Familier des propositions audacieuses retournant les catégories intellectuelles de l’époque, Charnier pouvait alors suggérer que le régime économique qui s’était mis en place et que les orientations présentes conduisaient à renforcer, loin de répondre à un quelconque libéralisme, réalisait une sorte de socialisme inversé, un anarchisme :

  • 26 Prenant un exemple, Charnier poursuivait : « À l’appui du raisonnement, supposons que le contraire (...)

C’est donc un état d’anarchie au préjudice du travail, de même qu’il y aurait anarchie si l’on avait admis l’une des utopies du socialisme qui projetait des autorités constituées de manière à ce que le travail manuel ait eu toute la prépondérance au mépris des droits de la propriété foncière et industrielle. Oui, il y aurait anarchie s’il n’y avait plus de chambres de commerce, mais seulement des chambres de travail composées d’ouvriers et des conseils des prud’hommes où la présidence, la vice-présidence et la majorité seraient dévolues uniquement aux ouvriers. Ainsi, c’est l’anarchie qui opprime le travail qui sera un vasselage tant que durera l’organisation actuelle. (378 : 184-188)26

33Face aux intérêts économiques et politiques particuliers dont le système favorisait la concrétion en monopoles, le contrôle d’institutions intermédiaires comme la chambre de commerce ou les prud’hommes, et l’accentuation des inégalités de richesse et de pouvoir, Charnier rappelait la nécessité de maintenir et de multiplier les lieux d’indication, de délibération et d’expression. Mais au début des années 1850, lucide sur l’élan et la puissance croissante d’un système expérimentant l’alliage entre césarisme politique et libéralisme économique, il pouvait conclure :

Les raisons de ce genre d’anarchie ont jeté des racines d’une telle profondeur que chaque fois qu’il s’agit de l’extirper, ceux qui élèvent la voix sont considérés comme des factieux, des démagogues ennemis jurés de la propriété. Pour nous mettre à l’abri d’un pareil soupçon, nous nous plaçons sous la bannière de Turgot, ministre de l’infortuné roi martyr ; sur cette noble et royale bannière brille l’axiome suivant : « Le travail est la première, la plus sacrée, la plus imprescriptible de toutes les propriétés. » Maintenant, dira-t-on que nous sommes des effrénés démagogues ? (378 : 192-193)

Notes

1 L’Excommunié, 24 avril 1869.

2 Ibid., 1er mai 1869.

3 L’Arrière-garde, 21 août 1869.

4 D. Kalifa, « Enquête et “culture de l’enquête” au xixe siècle », Romantisme, n° 149, 2010, p. 3-23.

5 D. Kalifa, art. cité ; voir également J. Lyon-Caen, « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la Monarchie de Juillet », Revue historique, n° 630, 2004, p. 303- 331 ; « Enquêtes, littérature et savoir sur le monde social en France dans les années 1840 », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 17, 2007, p. 99-118.

6 D. Kalifa, art. cité, p. 7.

7 Pierre Leroux, « Lettre de Lyon (1831) », reproduite dans Anthologie de Pierre Leroux, B. Viard éd., Lormont, Le Bord de l’Eau, 2007.

8 L. Faucher, « Jacquard », Revue du Lyonnais, vol. I, 1835, p. 52-57.

9 A. de Lamartine, Jacquard, Paris, Lévy, 1864, p. 9 et 20-21.

10 Stendhal, Mémoires d’un touriste, Paris, Lévy, 1854 (nouvelle édition), p. 109.

11 Michel Chevalier, À Lyon, Paris, Duverger, 1832.

12 Voir le Report from the Select Committee on the Silk Trade with Minutes of Evidence, Appendix and Index, août 1832, où, en page 557, l’une des lettres de Charnier envoyées à Bowring est reproduite.

13 Discours reproduit dans le journal L’Atelier, mai 1844, p. 119.

14 Charnier note ici : « Une espèce de monomanie anti-religieuse a gagné beaucoup d’esprits faibles qui croient sembler des esprits forts en affectant la plus complète indifférence en matière religieuse. C’est la philosophie de l’écurie et de l’estaminet propagée par certains journaux ; néanmoins ils font bénir leur union conjugale, baptiser leurs enfants, puis les envoient à l’école des Frères de la doctrine chrétienne jusqu’à leur première communion. » (380 : 301-314)

15 « La bienfaisance lyonnaise est une armée régulièrement organisée qui combat sans relâche contre les misères physiques et morales. Son généralissime c’est l’archevêque, l’état-major les grands vicaires, les curés et vicaires. Ces hommes de Dieu ne se bornent pas aux fonctions les plus apparentes du sacerdoce, loin de là, ils donnent cette saine impulsion sans laquelle il ne resterait de la charité que la philanthropie philosophique qui prêche beaucoup mais donne très peu. L’armée de la charité chrétienne est nombreuse et beaucoup de soldats appartiennent à plusieurs compagnies, c’est ce qui multiplie sa force. Chaque soldat est un contribuable qui s’acquitte par ses deniers ou par son travail manuel, les riches prélèvent sur leurs rentes, les pauvres sur leur salaire et sur leur sommeil comme il y a constamment des maux à soulager. La bienfaisance lyonnaise a des sentinelles qui veillent jour et nuit. » (380 : 301-314)

16 Référence ici à Claude-François Ménestrier, Histoire civile et consulaire de Lyon (1696), Claude de Rubys, Histoire véritable de la ville de Lyon (1604), Guillaume Paradin, Mémoires de l’histoire de Lyon (1573), Étienne-Joseph Poullin de Lumina, Histoire de l’Église de Lyon (1770).

17 Abbé Pernetti, Les Lyonnais dignes de mémoire (1757).

18 Entrées solennelles des Rois de France à Lyon (1548).

19 Jean-Emmanuel Gilibert, Histoire des plantes d’Europe (1800).

20 Giovanni Battista Balbis, Flore lyonnaise (1827-1828).

21 En 1849 allait paraître, de Aimé Drian, Minéralogie et pétralogie des environs de Lyon (1849).

22 A. Audiganne, « Du mouvement intellectuel parmi les populations ouvrières. Les ouvriers de Lyon », Revue des Deux Mondes, nouvelle période, vol. XV (3), août 1852, p. 508.

23 « Dès que les ouvriers se furent lancés dans la carrière du désordre, ils cessèrent de s’appartenir à eux-mêmes […] Industrielle en 1831, l’insurrection doit devenir républicaine en 1834 et socialiste en 1849. » A. Audiganne, art. cité, p. 525.

24 A. Audiganne, art. cité, p. 533 et 534.

25 « Espérons qu’ils s’adjoindront à un autre mutuellisme composé de chefs d’atelier aussi probes, aussi désireux que le mutuellisme marchand pour faire disparaître le piquage d’once et le piquage du salaire, voire le plagiat de dessins qui s’exploite à Lyon et à l’étranger, plaies aussi honteuses que préjudiciables pour notre place. » (380 : 326-339)

26 Prenant un exemple, Charnier poursuivait : « À l’appui du raisonnement, supposons que le contraire de ce qui existe soit constitué : quel est le négociant manufacturier qui ne crierait au voleur si un ouvrier seul se permettait d’écrire le prix de son salaire sur son livre d’ouvrage ? Eh bien cette audacieuse coutume a acquis force de loi à Lyon, elle est sanctionnée par le conseil des prud’hommes qui considère ce genre d’inscription comme revêtue de tout le caractère du consentement tacite de la part de l’ouvrier, quoiqu’il soit généralement reconnu que le marchand-fabricant seul procède à cette inscription inqualifiable et cela se pratique ainsi sauf de rares exceptions. » (378 : 192-193)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search